Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

E

p. 105-125


Texte intégral

ÉCOLOGIE

1Le mot « Oekologie » apparaît pour la première fois dans le vocabulaire scientifique en 1866. Son inventeur est le biologiste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) : « Par oekologie, nous entendons la totalité de la science des relations de l’organisme avec l’environnement, comprenant, au sens large toutes les conditions d’existence. » (Haeckel, 1866). Cette définition installe ainsi dès les origines une séparation nette entre les organismes vivants et leur environnement. Elle est donc en harmonie avec les antagonismes classiques de la tradition occidentale dominante (entre l’âme et le corps, l’esprit et la matière, l’humanité et la nature). Dans ce contexte, la question première que toute réflexion sur le corps fait surgir revêt des aspects écologiques : penser l’identité du corps c’est inévitablement penser ses relations avec le reste du monde. Cela semble aisé dans la perspective haeckelienne. Pourtant, les développements récents de l’écologie scientifique, dans la tradition holiste de la naturphilosophie, nous enseignent que la séparation intuitive entre le corps et l’environnement sont pour le moins questionnables.

2Pour l’écologue, le « corps » humain est un concept qui recouvre l’être tout entier et ne peut être réduit à son acception strictement anatomique. Et cela vaut également pour ce qui touche à nombre de relations fondamentales du corps humain avec l’environnement, comme l’anabolisme (l’hygiène alimentaire, les régimes diététiques inspirés des « lois de la nature » sous les formes les plus diverses : macrobiotique, végétarisme, végétalisme, etc.), et les pratiques sportives et naturistes : il s’agit, dans tous les cas, d’atteindre un équilibre psychosomatique saisi comme vital pour l’individu à travers l’installation d’une relation harmonieuse entre lui et le reste du monde. Or, dans le cadre d’une pensée écologique structurée par une séparation nette entre le vivant et l’environnement, cette harmonie ne saurait être qu’approchée, et jamais atteinte.

3Aujourd’hui cependant, cette voie sans issue de l’écologie classique est de moins en moins empruntée. L’écologie scientifique moderne se situe plus dans une perspective holiste que dans la problématique haeckelienne : depuis les travaux de Vladimir Vernadsky (1863-1945), de Raymond Lindeman (1916-1942) et de George Evelyn Hutchinson (1903-1991), il apparaît qu’une « (…) communauté biotique ne peut être clairement différenciée de son environnement abiotique » (Lindeman, 1941, p. 415). La pensée biosphérale moderne s’inscrit dans cette problématique, en l’étendant à l’ensemble des vivants sur le globe tout entier.

4L’écologie contemporaine nous invite ainsi à dépasser les antagonismes classiques et à situer les problématiques environnementales du corps dans des perspectives monistes, comme celle de la tradition bouddhiste où – comme l’homme dyonisien chez Nietzsche – l’individu peut plonger dans l’essence des choses.

5Pascal Acot

Bibliographie

6Acot P., 1994. Histoire de l’écologie, Paris, PUF.

7Acot P., 2000. The concept of biosphere (avec Josep Maria Camarasa, Ramon Folch, Gonzalo Halffter), Detroit, Michigan, The Gale Group, Farmington Hills.

8Acot P. (éd.), 1998. The European Origins of Scientific Ecology (1800-1901), 2 vol., CD-ROM, introduction de Patrick Blandin, Amsterdam, Gordon & Breach (E.A.C.).

9Boudyko M., 1980. Écologie Globale, Moscou, Éditions du Progrès.

10Haeckel E., 1886. Generelle Morphologie der Organismen, vol. II, Berlin, p. 286

11Lindeman R. L., 1942. « The Trophic-Dynamic Aspect of Ecology » dans Ecology, 23, 4 : 399-418.

12Lovelock J., 1988. The Ages of Gaia, New York, London, W. W. Norton & Co.

13Odum E. P., 1977. « The emergence of ecology as a new integrative discipline » dans Science 195, 4284 : 1289-93.

14Vernadsky W. I., 1929. La Biosphère. Paris, Librairie Félix Alcan.

15 Alimentation, Diététique, Naturisme, Philosophie du corps

ÉCORCHÉ

16L’écorché, modèle apparu à la Renaissance dans les planches anatomiques des traités de Berengario da Carpi (1521) puis de Vésale (1543) évolue dans un paysage. Le microcosme s’inscrit dans le macrocosme, conformément à la vieille analogie à laquelle les humanistes étaient très attachés. Cet écorché animé s’adonne à l’autodissection ; il procède de lui-même à l’exhibition de son anatomie. Cette mise en scène d’un écorché en mouvement témoigne du finalisme aristotélicien des anatomistes qui considéraient Aristote comme le père de leur discipline. Dans le cadre de l’étude du vivant, ce finalisme implique d’exposer la relation entre la structure et la fonction. La fonction est particulièrement essentielle, elle est la cause finale en vue de laquelle les formes de l’organisme sont constituées. Et pour Aristote, le corps n’existe qu’en vue de l’âme, or celle-ci est le principe même du mouvement. Il est donc indispensable de représenter le corps en mouvement, c’est-à-dire animé, pourvu d’une âme pour exposer les fonctions des parties.

17À une époque où la science ne constitue pas un domaine de connaissance autonome, l’écorché animé c’est aussi une figure de rhétorique qui transmet bien plus qu’un savoir scientifique. Elle exprime la morale de l’anatomie – branche d’une philosophie naturelle aussi téléologique que théologique : « connais-toi toi-même ». La possibilité d’accéder à la connaissance de soi par la connaissance organique de soi entérine la promotion du corps amorcée dans la période médiévale par le renouveau de la philosophie aristotélicienne. Le corps humain est perçu comme le chef-d’œuvre divin qui offre accès à la connaissance de soi et de Dieu en soi.

18Ainsi moralisée par les anatomistes humanistes, l’initiation à l’anatomie s’inscrit dans ce que Michel Foucault désignait comme une histoire des « moralités ». Au sein de cette histoire, l’anatomie constitue un « des modèles proposés pour l’instauration et le développement des rapports à soi, pour la réflexion sur soi, la connaissance, l’examen, le déchiffrement de soi par soi ». Elle s’inscrit dans l’histoire de la « subjectivité », c’est-à-dire l’étude des processus de subjectivation et d’objectivation qui font que le sujet peut devenir, en tant que sujet, objet de connaissance, objet de savoir possible.

19Figures nées d’une science qui se sert de la mort pour lutter contre, écorchés et squelettes animés rappellent aux êtres humains leur condition de mortels. Se connaître soi-même, c’est aussi connaître sa finitude. Et dans un contexte chrétien où le désir de savoir est inséparable du désir sexuel (le péché originel et ses conséquences), les figures anatomiques féminines sont investies de connotations érotiques manifestes.

20Le finalisme aristotélicien de Vésale côtoie un finalisme galénique « utilitaire et instrumental » qui incite à représenter le corps partie par partie. L’écorché « éclaté » visible dans la Fabrica consultée par Descartes a pu inspirer au philosophe la comparaison du corps humain à une horloge. Descartes qui fonde sa métaphysique sur l’étude de l’anatomie opère une distinction méthodologique entre l’âme et le corps et fait abstraction de la vie. Il favorise ainsi l’émergence d’un nouveau modèle d’écorché qui expose la structure d’un corps sans vie. Avec les planches réalisées par Gérard de Lairesse pour l’Anatomia humani corporis de Bidloo (Amsterdam, 1685), une première forme d’objectivité scientifique prend place au sein de l’image anatomique, même si elle n’est pas encore totalement exempte de symbolisme ni de réminiscences de l’autodissection. La représentation d’un écorché animé y fait place à l’image de la préparation de l’anatomiste.

21De la Renaissance au XVIIe siècle, le passage progressif de l’écorché animé de l’anatomie finaliste à l’écorché sans vie de l’anatomie cartésienne indique un changement de paradigme scientifique inspiré par la pensée philosophique. La science cartésienne a réduit le corps à l’objet de son savoir et de ses pratiques. Elle en a fait une mécanique réparable et les greffes témoignent aujourd’hui de son succès.

22Raphaël Cuir

Bibliographie

23Berengario da Carpi J., 1959. A Short Introduction to Anatomy (Isagogæ Breves), trad. L. R. Lind, Chicago, The University of Chicago Press.

24Charles E., 1546. La dissection des parties du corps humain, Paris, Simon de Colines.

25Cuir R., 2004. « Dissèque-toi toi-même, portrait de l’artiste en “Silène” posthumain » dans Ouvrir Couvrir, Paris, Verdier.

26Cazort M., Kornell M., Roberts K. B., 1996. The Ingenious Machine of Nature Four centuries of Art and Anatomy, Ottawa, National Gallery of Canada.

27Foucault M., 1984. Histoire de la Sexualité, Paris, Gallimard, 3 vol.

28Foucault M., 1994. Dits et écrits, Paris, Gallimard, rééd. 2001, 2 vol.

29Kemp M., Wallace M., 2000. Spectacular bodies : The Arts and Science of the Human Body from Leonardo to Now, Hayward Gallery, Londres, 19 oct. 2000 – 14 janv. 2001, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

30Thijssen-Schoute L., 1950. « Le cartésianisme aux Pays-Bas » dans Descartes et le cartésianisme hollandais, Études et documents, sous la direction de E. J. Dijksterhuis, Paris, PUF, p. 183-260.

31Vésale, 2001. De Humani corporis fabrica libri septem, préf. J. Pigeaud, Paris, Les Belles Lettres – Nino Aragno Editore.

32 Biosubjectivité, Biotechnologie, Greffes

ÉDUCATION

33Les liens entre le corps et l’éducation demeurent une question récurrente dont l’approche mobilise de très nombreux cadres qu’il serait illusoire d’inventorier. Les travaux d’ensemble sur cette question varient selon les disciplines mais surtout selon les raisonnements propres au statut épistémologique de la question. Le Robert (1994) attribue l’origine du mot éducation à deux mots latins : educere (tirer à soi, d’où conduire, mener) et educare (élever, instruire). Cette étymologie montre l’ambiguïté de toute définition : l’éducation peut être définie comme l’action de développer un ensemble de connaissances et de valeurs, physiques, intellectuelles, scientifiques… mais aussi comme moyen de transmission d’une génération à l’autre d’une culture nécessaire au développement de la personnalité et à l’intégration sociale de l’individu. En France, nous retiendrons la célèbre définition d’E. Durkheim de 1911 qui assimile l’éducation à la socialisation (fonctionnalisme social) : « Action exercée par les générations adultes sur celles qui ne sont pas encore mûres pour la vie sociale. Elle a pour objet de susciter et de développer chez l’enfant un certain nombre d’états physiques, intellectuels et moraux que réclament de lui et la société politique dans son ensemble et le milieu spécial auquel il est particulièrement destiné… Ainsi, sous quelque aspect qu’on considère l’éducation, elle se présente partout à nous avec le même caractère. Qu’il s’agisse des fins qu’elle poursuit ou des moyens qu’elle emploie, c’est à des nécessités sociales qu’elle répond […] La fonction propre de l’éducation est avant tout de cultiver l’homme, de développer les germes d’humanité qui sont en nous […] L’éducation est avant tout le moyen par lequel la société renouvelle perpétuellement les moyens de sa propre existence. » (Durkheim, 1922). Actuellement on pourrait affirmer que l’éducation est l’ensemble des processus, des méthodes et des démarches qui permettent au petit d’homme d’accéder à l’état de culture et qu’elle participe à la promotion « des connaissances, des valeurs, des attitudes et des aptitudes favorables au respect des droits de l’homme ainsi qu’à un engagement actif en faveur de la défense de ces droits et de la construction d’une culture de paix et de démocratie » (Conférence internationale de l’éducation, Genève, octobre 1994). L’UNESCO en 1997, définit l’éducation de base comme « le bagage minimum d’éducation générale nécessaire aux enfants et aux adultes qui n’ont pas bénéficié d’un enseignement formel, pour les aider à comprendre les problèmes de leur environnement immédiat, et leurs droits et devoirs, en tant que citoyens et individus, et à participer plus efficacement au développement économique et social de leur communauté ».

34On admet que l’éducation est tout au long de la vie, mais toutefois, celle de l’enfant et de l’adolescent repose sur la famille (l’éducation informelle), le réseau amical (l’éducation par les pairs), l’école (l’éducation scolaire), la société, mais aussi sur des lectures personnelles et sur l’usage des médias comme la télévision ou Internet. Schématiquement, l’éducation concourt à la transmission des savoirs définis en trois grands domaines éducatifs : le savoir, le savoir-faire, et le savoir-être. Le savoir correspond aux connaissances intellectuelles. C’est-à-dire tous les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d’acquérir au mieux des connaissances : lecture, écriture, mathématiques, connaissances sur l’Homme et sur l’environnement écologique. Le savoir-faire correspond à des compétences pratiques, de l’expérience dans l’exercice d’une activité artisanale, artistique ou intellectuelle qui s’acquière par l’apprentissage à partir de tous les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d’acquérir au mieux des compétences et des habiletés pratiques. Le savoir-être correspond à la capacité de produire des actions et des réactions adaptées à l’environnement humain et écologique. Cette capacité s’acquiert en partie par la connaissance de savoirs spécifiques. Des travaux récents rappellent que l’éducation développe aussi des compétences émotionnelles qui constituent un réel capital dont les retombées sont plurielles en terme d’épanouissement personnel, résilience, adaptation… et sociales (cohésion sociale, citoyenneté…) (Gendron, 2007).

35Au niveau sociétal, les effets de l’éducation ont été étudiés par P. Bourdieu (1964), Boudon (1969), Establet (1987) notamment et plus récemment par C. Baudelot et F. Leclercq en 2005 mettant l’accent sur la reproduction des inégalités sociales, mais aussi dans le développement de compétences utiles à la vie. Ces travaux rapportent par ailleurs une réalité intangible et universelle : l’éducation n’est pas identique à tous les points de la planète et ne produit pas partout les mêmes effets, « car nul domaine n’exerce un rôle aussi déterminant que l’éducation pour le développement optimal des potentialités de l’être humain et l’essor de la société » (Legendre, 2003). Michel Foucault (1976 ; 1997) précise comment l’éducation participe au gouvernement de la vie par la rationalisation et la normation des corps en véhiculant des modèles idéaux de sujets basés sur la performance physique, des paramètres de mérite et de reconnaissance qui s’associent à des règles anatomo-politiques du corps. G. Vigarello en 1978 rappelle par ailleurs comment l’éducation redresse et punit les corps en visant l’hygiénisation des comportements, à travers la laïcisation des corps et le sanitarisme si ce n’est la pasteurisation de la société qui sera décriée par B. Latour en 2001. Au XXIe siècle on admet qu’une anthropologie capacitaire (Guénard, 1999) se développe par l’empowerment qui accorde aux populations une éducabilité cognitive favorable au changement de comportements pour renforcer une soumission aux principes de précaution et pour protéger l’environnement. En favorisant l’expression d’un individu responsable qui oriente ses choix et ses comportements et styles de vie vers la santé et un corps à soi au détournement des risques et normes incorporés (Lecourt, 2003) ; il est toutefois admis que le corps devient une vérité axiomatique de la validité incontestable de l’éducabilité de la puissance de l’être humain. (Paturet, 1999).

36Jacqueline Descarpentries

Bibliographie

37Baudelot C., Leclercq F., 2005. Les effets de l’éducation, Paris, La documentation Française.

38Boudon, R., 1969. « La crise universitaire française : essai de diagnostic sociologique » dans Annales, ESC, mai-juin.

39Bourdieu J.-P., Passeron J.-C., 1964. Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit.

40Durkheim E., réed. 2007. Éducation et sociologie, Paris, PUF.

41Descarpentries J., 2006. « L’intervention éducative dans le champ de la santé publique », Habilitation à diriger des recherches, Université de Lille III.

42Establet R., 1987. L’école est-elle rentable ? Paris, PUF.

43Foucault M., 1997. Il faut défendre la société, cours au Collège de France, 1975-1976, Paris, Gallimard.

44Genard J.-L. 1999. La grammaire de la responsabilité, Paris, Cerf.

45Gendron B. (dir.), 2007. « Émotions, compétences émotionnelles et capital émotionnel » dans Les Cahiers du Cerfee, no 23, Montpellier, PULM (Presses Universitaires de la Méditerranée).

46Latour B., 2001. Pasteur, Guerre et paix des microbes, Paris, La Découverte.

47Rey A., 1994. Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert.

48Lecourt D., 2003. Humain, post-humain, Paris, PUF.

49Legendre R., 1993. Dictionnaire actuel de l’éducation, 2e édition, Paris, ESKA-Guérin.

50Paturet J.-P., 1999. « Éducabilité » dans Questions pédagogiques, Encyclopédie historique, coord. Jean Houssaye, Paris, Hachette.

51Vigarello G., 1978. Le corps redressé, Paris, Delarge.

52 Écologie, Enfant, Hygiène, Santé

ÉMOTION

53Étymologiquement, l’émotion définit un mouvement vers l’extérieur. Au XVIe siècle, elle désigne d’abord « mouvement » puis au XVIIIe siècle, elle prend le sens d’« agitation populaire ». Elle se répand à partir du XVIIe siècle dans le sens d’« agitation mentale ». Il existe une quantité de définitions ou de versions de ce qu’est une émotion. On la caractérise couramment comme une réaction affective intense produite par différentes situations parfois inattendues. On doit dès lors la distinguer en degré d’intensité du sentiment, plus diffus et de la passion, plus violente.

54Elle fut considérée, par Platon, comme une figure inversée de la raison pouvant menacer l’ordre social. Par analogie avec les mouvements sociaux, Descartes voyait dans les émotions (qu’il appelait « passions ») des mouvements du corps traversés de désordres identiques (Descartes, 1649). Ainsi elles furent, et sont encore parfois, analysées à partir des expressions faciales et de la physionomie (Darwin, 1872 ; Eckman, 1982).

55Pour James, elles sont à la fois des changements physiologiques et la conscience que l’individu a de son bouleversement corporel. L’émotion serait alors le sentiment que nous avons de ces modifications au fur et à mesure qu’elles se produisent (James, 1903). L’émotion ne se réduirait pas à un mécanisme de causalité entre le corps et la conscience, il y aurait un rapport d’indétermination entre « ce qui est produit d’émotion et ce qui produit de l’émotion » (Despret, 1999).

56On considère en neurologie l’émotion comme le résultat de changements survenus dans l’état du corps, induits par les terminaisons nerveuses d’un système neural spécifique et ce à partir d’un phénomène ou d’un événement extérieur (Damasio, 1995). En sciences humaines et sociales, on la caractérise souvent comme une évaluation ou un jugement sur le monde, rompant par là même avec la tradition platonicienne.

57Pour la sociologie, les émotions dépendent des structures sociales tout en participant à leur maintien, elles sont des modes d’adaptation (Kemper, 1990) ou d’articulation au social. Les expressions émotives sont liées à la structure de la société et donc à la culture. Elias montre comment le processus de « civilisation des mœurs et des pulsions » a conduit à une différenciation des sentiments et des actions qui en émanent (Elias, 1973). Paroles et ressentis se dissocient en introduisant le temps de la réflexion et de l’auto-contrôle. C’est toute l’articulation du social et du biologique qui s’en trouve modifiée. Les émotions sont mises en formes socio-culturellement. Ce qui ne veut pas dire qu’elles soient totalement sous son emprise en se réduisant à des expressions langagières et discursives (Schielling, 1997), elles demeurent des élaborations psychiques qui ont une lisibilité corporelle, mais leur dimension communicative est incontestable. En ce sens, elles peuvent être l’objet d’un « travail » en fonction des finalités recherchées, aussi bien dans la sphère domestique que dans la sphère professionnelle (Drulhe, 2000).

58Les émotions exprimées peuvent signifier une forme d’engagement ou de pré-engagement dans l’action. Ainsi, elles donnent à lire les valeurs morales d’un individu et peuvent témoigner de l’adhésion, l’implication, l’appartenance ou au contraire du rejet envers une communauté ou un groupe. Au-delà de leur fonction communicative, les émotions ont donc une dimension cognitive et pragmatique.

59Fabrice Fernandez

Bibliographie

60Damasio A.R., 1995. L’erreur de Descartes, Paris, Odile Jacob.

61Darwin C., 1872. L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Rivages Poche, n° 351, (rééd. 2001).

62Descartes R., 1649. « Les passions de l’âme » dans Œuvre, Paris, Pléiade, NRF, Gallimard, rééd. 1968.

63Despret V., 1999. Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie de l’authenticité, coll. Les empêcheurs de penser en rond, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo.

64Drulhe M., 2000. « Le travail émotionnel dans la relation soignante professionnelle, un point de vue au carrefour du travail infirmier » dans Cresson G, Schweyer F.-X., Professions et institutions de santé face à l’organisation du travail, Rennes, Éditions ENSP.

65Eckman P., 1982. Emotion in The Human Face, Cambridge, Cambridge University press.

66Elias N., 1973. La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

67James W., 1903. La théorie de l’émotion, Paris, Félix Alcan.

68Kemper T., 1990. Research agendas in the Sociology of Emotions. New York State, University of New York Press.

69Platon, 1966. La république, Paris, Gallimard, Flammarion.

70Rimé B., Schrere K., 1989. Les émotions, Neuchâtel, Delachaux.

71Schielling C., 1997. « Emotions, Embodiment and the Sensation of Society » dans The Sociological Review, vol 45, n° 2.

72Thoits P.A., 1989. « The Sociology of emotions » dans Annual Review of Sociology, 15.

73 Douleur, Empathie, Pulsion

EMPATHIE

74L’empathie se définit comme une capacité psychique, cognitive à prendre la place d’autrui, à comprendre ses émotions et ses intentions. Cette notion se différencie de la contagion émotionnelle dans laquelle soi et autrui sont confondus, se trouvant ainsi dans le même état émotionnel. L’empathie est ainsi un mécanisme amenant à la compréhension sans présence d’un vécu émotionnel identique à celui d’autrui, tandis que la contagion émotionnelle fournit nécessairement le même vécu que celui d’autrui mais sans compréhension.

75Toutefois, l’empathie est à l’origine une notion esthétique (Einfühlung) désignant la relation entretenue entre une personne et une œuvre d’art. Cette notion sous la plume de Lipps et, surtout sous celle de Husserl, deviendra le mécanisme offrant l’accès au vécu d’autrui. Husserl articule l’empathie à une saisie analogisante faisant appel à deux mécanismes : l’incorporation et l’incarnation. Le premier désigne ce mécanisme me poussant à me considérer comme objet du monde, et l’incarnation me permet de reconnaître autrui comme sujet charnel (Leib) et non comme simple objet du monde extérieur. Ces deux mécanismes se jouent donc sur quatre éléments : mon corps, le corps d’autrui et ma chair et celle d’autrui : « ma corporéité charnelle, qui apparaît de façon externe, est constamment reliée à une intériorité impressionnelle (sur un mode associatif aperceptif) ; précisément, que l’extériorité de la chair étrangère soit du même type phénoménal que celle de ma chair, cela fait que l’intériorité correspondante est co-“exigée”, coposée de façon intentionnelle » (Husserl, 1921). La perception du corps d’autrui comme objet du monde (Körper) est pour moi l’opportunité de saisir mon propre corps comme objet physique ; ainsi, je me ressens à la fois comme chair (Leib) et comme corps (Körper). Par « analogie », le corps d’autrui doit être également chair.

76Plus tardivement, la psychologie clinique reprendra ce concept dans un cadre pratique, il sera alors défini comme l’attitude à tenir face au sujet-patient. Ce sont les travaux de Carl Rogers, et de son approche centrée sur la personne qui ont contribué à son développement. Pour ce dernier, elle « consiste en la perception correcte du cadre de référence d’autrui avec les harmoniques subjectives et les valeurs personnelles qui s’y rattachent. Percevoir de manière empathique, c’est percevoir le monde subjectif d’autrui “comme si” on était cette personne – sans toutefois jamais perdre de vue qu’il s’agit d’une situation analogue, “comme si” » (Rogers, 1962, p. 197). L’empathie est la voie par laquelle il nous est possible d’accéder aux sentiments d’autrui, à leur compréhension mais toujours avec une certaine distance. Husserl théorisa l’empathie, Rogers se chargea de la mettre en pratique.

77Depuis quelques années nous assistons à un développement des recherches en sciences cognitives afin de dévoiler les mécanismes cognitifs sous-tendant cette capacité. La découverte des neurones miroirs chez le macaque rhésus par Giacomo Rizzolatti et ses collègues de Parme ont jeté les premiers fondements neuronaux possibles de l’empathie. Ces neurones disposent d’une capacité toute particulière : celle de s’activer lors de l’exécution d’une action et lors de l’observation de cette même action. La présence de ce codage commun entre les actions d’autrui et du soi laisse penser qu’il puisse exister des représentations partagées, communes. Mais surtout une saisie directe des intentions d’autrui, celles-ci se trouvant inhérentes à l’action.

78L’existence de représentations communes, à soi et autrui, dans le domaine de l’action nous laisse l’opportunité de saisir les états mentaux, émotionnels d’autrui sur la base de l’observation de son action. Ainsi, le modèle interne de la situation, mes possibilités d’action dans la situation et la présence d’autrui m’offrent la possibilité de modifier mon point de vue sur la situation (prendre celui d’autrui), tout en conservant mon vécu, projetable dans le point de vue d’autrui. Alain Berthoz décrit trois processus « simultanés et entrelacés » pouvant rendre compte de la capacité d’empathie :

79« 1o/ Un vécu égocentré de la situation dans toutes ses dimensions cognitives et affectives ;

802o/ Un changement de point de vue égocentré qui permet de se mettre à la place de l’autre tout en maintenant le flux du vécu à la première personne ;

813o/ Un changement de référentiel (égocentré vers allocentré) ».

82De ce fait, l’empathie s’opérerait par des processus de simulation et de prise de point de vue, plus que par l’utilisation d’algorithme relevant d’une « théorie de l’esprit ». Cette dernière hypothèse ne laisse que peu de place à la dimension vécue car elle ne fournit qu’une connaissance en troisième personne, à aucun moment la première personne n’est impliquée. De plus, l’idée de simulation rend compte du « comme si » de la pratique clinique proposé par C.R. Rogers.

83Jérémie Rollot

Bibliographie

84Berthoz A., Jorlande G. (dir.), 2004. L’empathie, Paris, Odile Jacob.

85Decety J., 2002. « Naturaliser l’empathie » dans L’Encéphale, 28, p. 9-20.

86Depraz N., 1995. Transcendance et incarnation : Le statut de l’intersubjectivité comme altérité à soi chez Husserl, Paris, Vrin, Histoire de la philosophie.

87Gallese V., 2007. « Embodied simulation : from mirror neuron systems to interpersonal relations. » dans Novartis Found Symp., 278 : 3-12 ; discussion 12-9.

88Husserl E., 2001. Sur l’intersubjectivité (2 tomes), Épiméthée, Paris, PUF.

89Iacoboni M., Molnar-Szakacs I., Gallese V., Buccino G., Mazziotta J.-C., Rizzolatti G., 2005. « Grasping the intentions of Others with one’s own mirror neuron system. » dans Public Library of Science, 3 : 529-535.

90Rizzolatti G., Craighero L., 2004. « The Mirror-Neuron System » dans Annual Rev. Neurosci., 27 : 169-92.

91Rogers C.R., 1999. La relation d’aide et la psychothérapie, Paris, ESF.

92Rogers C.R., 1962. Psychothérapie et relations humaines (2 tomes), Louvain, Cerveau, Écologie, Sensibilité.

93 Chair, Émotion, Sensibilité

ENFANT

94Étymologiquement, on désigne par « enfant » l’être humain tant qu’il ne parle pas. Plus généralement, l’enfance est la période de la vie qui précède l’entrée dans les responsabilités adultes. Pour l’historien Philippe Ariès (Ariès, 1960), le « sentiment » de l’enfance s’est affirmé à partir du XVIIIe siècle, à travers, par exemple, le plaisir nouveau pris par l’adulte à cajoler l’enfant, à établir un contact corporel avec lui : le « mignotage ». Mais le sentiment de l’enfance est aussi pour cet historien la montée en puissance de la pédagogie qui se concrétise dans la multiplication des collèges à la fin de l’Ancien Régime. Là, le « sentiment » prend plutôt une forme malveillante. L’une des conclusions majeures de Philippe Ariès est que la découverte de l’enfance s’accompagne de l’instauration d’une grande distance entre les univers respectifs de l’adulte et de l’enfant, sur le plan symbolique comme sur le plan physique, sollicitude et éloignement entretenant une paradoxale complicité.

95Bien que l’Histoire de la vie privée (Ariès, Duby, 1985) ou l’Histoire de la famille (Bruguière, 1986), l’Histoire de l’enfance en Occident de Egle Becchi et Dominique Julia (Becchi et Julia, 1998) portent l’empreinte de cette approche, certains historiens contemporains estiment qu’il faut réfuter Ariès. Les historiennes Danielle Alexandre-Bidon et Monique Closson ont lutté contre l’idée, inacceptable de leur point de vue, d’une absence d’amour de l’enfant dans leur livre L’enfant à l’ombre des cathédrales (Alexandre-Bidon et Closson, 1985). En analysant les enluminures et les textes du quinzième siècle, elles montrent qu’il a existé une « puériculture médiévale ». Les représentations de la vie du Christ, entre autres documents, révèlent combien l’homme et la femme de la fin du Moyen Âge étaient attentifs à la santé du nouveau-né, combien le Moyen Âge est une époque de progrès de l’hygiène et des soins.

96Selon Egle Becchi (Becchi et Julia, 1998) le changement de statut et de représentation de l’enfant coïnciderait avec l’invention de la psychologie de l’enfant, en parallèle d’ailleurs avec la découverte de l’inconscient et la constitution de la notion d’« infantile » chez Freud. La source la plus célèbre de la nouvelle psychologie de l’enfant au XIXe siècle est la monographie que Charles Darwin a consacrée à l’observation de son fils nouveau-né, « L’esquisse biographique d’un petit enfant » (Darwin, 1877), où le théoricien de l’évolution décrit ce que l’on nommerait aujourd’hui le développement psychomoteur de l’enfant (Tort, 1997 ; Ottavi, 2001). Quant à la psychanalyse freudienne, elle contribue à mettre en évidence l’importance de l’enfance, et de son développement libidinal, dans la constitution du psychisme : l’enfant est un « pervers polymorphe » ; les pulsions infantiles continuent à déterminer l’inconscient adulte, et l’« infantile » ressurgit dans l’étiologie des névroses.

97Une féministe suédoise, Ellen Key, prophétisait en 1900 que le XXe siècle serait « le siècle de l’enfant » ; on peut se demander si le XXe siècle finissant n’a pas renoué avec l’ignorance de l’enfance. La multiplication des cas de pédophilie et de maltraitance, malgré la difficulté inhérente à la définition de ces délits, semble l’indice d’une régression de la conscience des adultes face aux besoins spécifiques de l’enfant (Gavarini, 2001).

98Dominique Ottavi

Bibliographie

99Alexandre-Bidon D., Closson M., 1985. L’enfant à l’ombre des cathédrales, PUL-CNRS.

100Ariès P., DUBY G., 1985. Histoire de la vie privée, Paris, Seuil.

101Ariès P., 1960. L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Paris, Plon.

102Becchi E., Julia D., 1998. Histoire de l’enfance en Occident, Paris, Seuil.

103Burguière A., Klapisch-Zuber C., Segalen M., Zonabend F., (1986). Histoire de la famille, Paris, Armand Colin.

104Darwin C., 1877. « A biographical sketch of an infant » dans Mind, Juillet 1877, p. 285-294 ; trad. fr. de Darwin, « L’esquisse biographique d’un petit enfant » dans Revue scientifique de la France et de l’étranger, 1877, n° 2, p. 25-29. Réédité par Patrick Tort et Claude Allard, dans TORT P., 1997. Pour Darwin, Paris, PUF (trad. fr. A. Decang).

105Freud S., 1905. Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, rééd. 1991.

106Gavarini L., 2001. La passion de l’enfant, Paris, Denoël.

107Key E., 1910. Le Siècle de l’enfant, Paris, Flammarion.

108Ottavi D., 2001. De Darwin à Piaget, CNRS Éditions.

109 Éducation, Nouveau-né, Pédophilie

ÉPIDÉMIE

110On devrait toujours écrire « épidémies » au pluriel pour désigner ces réalités pathologiques et sociales qui constituent les atteintes d’une population par des virus et/ ou des bactéries. Par essence, ce phénomène collectif engage un pluriel des corps et une imminence du risque (contagion, désordre, mortalité) mettant à l’épreuve tout le corps social. L’épidémie est une circulation mauvaise, pernicieuse, mortifère. Mais le mal biologique affecte aussi les entrelacs sociaux, se décline en des modes métaphysiques et moraux, suscite des représentations mentales, sociales et iconographiques, des croyances, des pratiques. Dès l’Antiquité, l’épidémie est associée à la punition divine (lèpre et peste sont fléaux de Dieu ; la syphilis est la sanction des transgressions).

111La maladie est expression de la souillure physique et morale. L’équation dominante de l’épidémie en Europe est celle de la commensurabilité entre le mal commis et le mal subi : rançon du péché des hommes avant d’être, aujourd’hui, défi médical et social à relever. L’épidémie était l’épreuve du mal, purificatrice et revivifiante. Elle est, depuis l’Époque moderne, davantage vécue et interprétée selon une étiologie rationnelle et une causalité socio-économique. L’anthropologie met en évidence ses facteurs sociaux et symboliques récurrents : brutalité et propagation de l’atteinte, mortalité collective, sélectivité biologique et sociale forment une première équation du réel épidémique. La deuxième est d’ordre symbolique. Certes, l’histoire de la médecine atteste l’évolution de l’étiologie des épidémies, mais l’interprétation du mal rapporté d’abord au ciel tragique, puis aux communautés étrangères ou considérées dangereuses, les croyances, les représentations, font de l’épidémie un phénomène social total. Ce qui relie entre elles des épidémies très différentes au plan étiologique, c’est d’avoir marqué de stigmates les corps comme d’avoir été fortement intégrées dans les discours, la mémoire et l’imaginaire collectifs. À l’Ancien Régime du mal (homme fautif, Dieu vengeur, monde mauvais) se substitue un nouveau régime : corps/sujet incontrôlé, pouvoir défaillant, monde dangereux.

112Le risque épidémique est un enjeu politique majeur : si les pouvoirs publics s’étaient immiscés déjà dans le domaine de la santé (lèpre, peste, variole, choléra), leur responsabilité de santé publique est aujourd’hui patente en matière de sida, de virus Ebola, de « pneumopathie atypique », etc. Ce risque épidémique est à l’origine de règles juridiques, de dispositifs de précaution comme de pratiques et d’institutions sanitaires attestant une maîtrise technique et politique relative des phénomènes épidémiques. Pour autant, l’horizon métaphysique et moral qui interprétait les épidémies comme fléaux stigmatisant les dérèglements de tous ordres, tout en se conjuguant à l’affirmation de causalités différentes, plus ou moins rationnelles, ne saurait être caduque. Les peurs, les violences, les exclusions, les stigmatisations de couches sociales à risque et menaçantes (les « damnés de la terre » du choléra à défaut d’être damnés du ciel ; les homosexuels et/ou drogués pour le sida) sont toujours les compagnes des épidémies.

113Le phénomène épidémique fait l’objet d’une surdétermination, d’une surinterprétation. L’une de ses constantes réside donc dans sa forte charge symbolique.

114Dominique Chevé

Bibliographie

115Bardet J.-P., Bourdelais P., Guillaume P., Lebrun F., Quetel C. (éds), 1988. Peurs et terreurs face à la contagion. Choléra, tuberculose, syphilis, XIXe-XXe siècles, Paris, Fayard.

116Chevé D, Boëtsch G., 2000. « Le corps à l’épreuve du mal : pour une lecture du corps épidémique au travers de l’iconographie picturale de la peste » dans Boëtsch G., Chevé D., Le corps dans tous ses états, Paris, CNRS éditions, p. 115-133.

117Delaporte F., 1995. Les Épidémies, Paris, Cité des Sciences.

118Delumeau J, Lequin Y., 1987. Les malheurs des temps, Paris, Larousse.

119Fabre G., 1998. Épidémies et contagions, l’imaginaire du mal en Occident, Paris, PUF.

120Grmerk M. D., 1995. Histoire du sida, Paris, Payot, 2e éd.

121Hildesheimer F., 1993. Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra, XIVe-XIXe siècle, Paris, Hachette.

122Kohn G.C., 2001, Encyclopedia of Plague and pestilence, from Ancient Times to the Present, Editor, Facts On File Library of World History.

123Ranger T., Slack P. (éds), 1992. Epidemics and Ideas : Essays on the Historical Perception of Pestilence, Cambridge, Cambridge University Press.

124Ruffie J., Sournia J.-C., 1995. Les épidémies dans l’histoire de l’homme, De la Peste au Sida, Essai d’anthropologie médicale, Paris, Champs Flammarion.

125 Punir, Santé, Souillure, VIH

ERGONOMIE

126« L’ergonomie est la discipline scientifique qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système, et la mise en œuvre dans la conception de théories, de principes, de méthodes et de données pertinentes afin d’améliorer le bien-être des hommes et l’efficacité globale des systèmes. » (International Ergonomic Association). L’ergonomie vise donc la conception de situations de travail ou d’objets qui soient compatibles avec les caractéristiques physiques, psychologiques et sociales des hommes et des femmes, avec des critères de santé et d’efficacité économique. Au-delà de cette définition consensuelle, différentes approches de l’ergonomie sont présentes : certaines partent principalement d’études des propriétés humaines en laboratoire pour appliquer leurs résultats dans les situations réelles ; d’autres partent en général d’une analyse de l’activité des utilisateurs pour accompagner la conception ou la transformation des situations. L’ergonomie de l’activité est l’approche dominante dans les pays de langue française, et est très présente dans les pays scandinaves. Nous allons en développer ici les principaux aspects, en laissant volontairement de côté les aspects historiques relatifs à sa construction (Wisner, 1990 ; Laville, 2001 ; Daniellou, 2005), qu’il serait maladroit de résumer trop rapidement.

127L’ergonomie de l’activité est marquée de la distinction fondatrice entre travail réel et travail prescrit (Guérin et al., 1997 ; Falzon, 2004), qui se décline au double niveau de la tâche et de l’activité.

128Les tâches sont des objectifs à atteindre, dans des conditions déterminées. Une partie des objectifs sont fixés par la hiérarchie, mais le travailleur doit souvent faire face à une diversité de prescriptions d’origines variées (l’organisation du travail, le collectif, la hiérarchie, le process technique, le travailleur lui-même, etc.), qu’il doit prioriser ou entre lesquelles il doit faire un tri. Les objectifs que le travailleur se fixe à lui-même sont le résultat de ce retravail des prescriptions.

129L’activité est la mobilisation de la personne pour atteindre les objectifs qu’elle se fixe à partir de ceux qu’on lui fixe. L’activité réelle d’une personne est toujours singulière, et ne peut être limitée à la vision théorique qu’en ont en général les concepteurs ou les organisateurs. Dans son activité, l’opérateur ou l’opératrice doit adapter ses modes opératoires pour gérer les variations de son propre état et celles de la situation de production (variabilité des matières premières, des outils, des demandes des clients etc.). Cette activité, dite de régulation, se traduit par une performance (atteinte de résultats conformes aux objectifs) et par un coût plus ou moins élevé pour la personne (fatigue, douleurs, voire accidents, exposition à des toxiques…).

130La méthode principale d’intervention sur des situations de travail existantes est l’analyse ergonomique du travail, où l’analyse de l’activité réelle est orientée par une demande et par l’évaluation des possibilités de transformation de la situation. L’observation ergonomique de l’activité est un outil indispensable mais non suffisant : l’activité ne se résume pas à ce qui est visible ou observable mais est largement marquée des arbitrages réalisés entre les différentes formes de prescription, qu’ils soient conscients ou non (Clot, 1999). Ainsi, l’analyse de l’activité en ergonomie tentera d’articuler les dimensions systémiques, dynamiques, historiques et culturelles de cette activité, en respectant la diversité des individus et leurs rationalités propres.

131Une intervention ergonomique qui répond à une demande portant sur des problèmes rencontrés (en matière de santé, de production, de qualité…) comprendra une analyse approfondie de la demande, une proposition d’intervention associant différents acteurs, l’analyse du fonctionnement global de l’entreprise, l’analyse du processus technique dans les situations concernées, puis une analyse de l’activité dans celles-ci. Le diagnostic produit débouchera sur des pistes de transformation, qui feront elles-mêmes l’objet d’arbitrages de la part des décideurs. L’ergonome passera alors à l’accompagnement de la transformation, qui relève des outils de l’ergonomie en conception, qui vont être présentés maintenant.

132La conception de nouvelles situations de travail constitue l’autre pied de l’ergonomie de l’activité. Cette contribution a autrefois été centrée sur des « recommandations ergonomiques » proposées par l’ergonome et dont les concepteurs étaient censés s’emparer. L’action des ergonomes dans les projets de conception comporte maintenant les composantes suivantes :

  • une action sur la conduite de projet elle-même, pour enrichir les objectifs du projet et favoriser la mobilisation des différents acteurs et notamment des interactions pertinentes entre le collectif de maîtrise d’ouvrage (qui définit les objectifs du projet et le finance), et la maîtrise d’œuvre (qui étudie la faisabilité des solutions) ;
  • l’analyse de l’activité dans des « situations de référence » présentant des caractéristiques voisines de ce que l’on veut mettre en place ;
  • des simulations de l’activité future, visant à détecter si les décisions de conception favorisent le développement d’une activité acceptable suivant les critères de l’ergonomie ;
  • un accompagnement du démarrage et une contribution à l’évaluation du projet.

133Il existe une importante discontinuité épistémologique entre l’analyse de l’activité existante, et l’approche de l’activité future possible (Daniellou, 1992). La conception des situations futures n’est pas qu’un reflet des succès ou des dysfonctionnements constatés dans les situations existantes. Elle suppose la construction d’une volonté commune concernant le futur, qui doit intégrer un grand nombre de logiques différentes. La construction d’espaces de confrontation entre ces logiques suppose une identification précise de rôles et de missions attribués aux acteurs de l’entreprise et une action de l’ergonome sur le déroulement du projet (construction du diagnostic, instruction des choix, arbitrage et gestion des compromis, coordination de la conception).

134L’approche de l’ergonomie de l’activité reste très marquée par la psychologie soviétique et les auteurs majeurs que sont Vygotski et Léontiev. Bien sûr, des différences existent dans les développements internationaux, mais les orientations suivantes apparaissent communes (Daniellou et Rabardel, 2005) : l’activité est finalisée par un ou plusieurs buts qui ne sont pas toujours évidents ; la relation entre le sujet et l’objet est médiée par les dispositifs techniques, les schèmes individuels et leur organisation, eux-mêmes marqués du contexte social, culturel et historique du sujet ; l’activité est toujours singulière ; l’activité est porteuse de son histoire ; l’activité comporte toujours une dimension collective, autrui pouvant être présent à travers les instruments, les outils, les règles ou les procédures ; l’approche de l’activité doit être intrinsèque, c’est-à-dire à même de saisir les rationalités qui motivent les régulations mises en œuvre par les travailleurs ; enfin, l’activité est intégrative, c’est-à-dire que sa construction répond à un grand nombre de déterminants.

135Cette approche distingue l’ergonomie de l’activité d’autres approches ergonomiques présentes aux niveaux national et international, qui opèrent de manière a priori une réduction de l’objet d’analyse (ergonomie physique, ergonomie cognitive…). Les différences d’approches tendent actuellement à diminuer, d’une part du fait des échanges scientifiques internationaux, et d’autre part par le développement, dans tous les pays, des activités de consultants qui peuvent moins que les chercheurs effectuer durablement des découpages a priori dans les situations où ils doivent intervenir.

136Fabien Coutarel et François Daniellou

Bibliographie

137Canguilhem G., 1947. « Milieu et Normes de l’Homme au Travail » dans Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 3, p. 120-136.

138Clot Y., 1999. La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, coll. « Le Travail Humain ».

139Daniellou F., 1992. « Le statut de la pratique et des connaissances dans l’intervention ergonomique de conception », Thèse d’habilitation à diriger les recherches, Université de Toulouse.

140Daniellou F., 2005. « The French-speaking ergonomist’s approach to work activity ; cross-influences of field intervention and conceptual models » dans Theoretical Issues in Ergonomics Science, 6, 5, p. 409-427.

141Daniellou F., Rabardel P., 2005. « Activity-oriented approaches to ergonomics : some traditions and communities » dans Theoretical Issues in Ergonomics Science, 6, 5, p. 353-357.

142Falzon P. (dir.), 2004. Ergonomie, Paris, PUF.

143Guérin F., Laville A., Daniellou F., Duraffourg J., Kerguelen A., 1997. Comprendre le travail pour le transformer. Éditions de l’ANACT.

144Laville A., 2001. « Repères pour une histoire de l’ergonomie francophone » dans Actes du Congrès Self-Ace, Montréal.

145Schwartz Y., 1987. « Travail et usage de soi » dans JE sur l’individualité, Paris, Messidor/Éditions Sociales, p. 181-207.

146Wisner A., 1990. « La méthodologie en ergonomie : d’hier à aujourd’hui » dans Actes du XXVIe Congrès de la SELF, Montréal.

147 Fatigue, Mouvement, Santé

ÉROS

148Passion de l’amour ou désir ascensionnel, la figure de l’Éros reste le témoignage important dans la culture occidentale de discussion du statut accordé au corps. D’un côté Éros renvoie à l’unicité divine, à la canonisation du corps chéri. De l’autre, l’éros représente les expériences sensuelles multiples que le corps peut réaliser. Ce débat platonicien des allers-retours entre le multiple et l’un qui circonscrit le champ du désir humain resurgit à la fin du XVIIIe siècle. On en trouve des traces évidentes à travers la peinture de Boucher ou Fragonard, comme dans l’œuvre littéraire de Sade. En philosophie le débat semble relancé grâce au sensualisme de Condillac – lequel publie son Traité des sensations en 1754. Au XVIIIe siècle, on évoque le caractère d’un amour sensuel où la langueur des sens l’emporte sur la vision morale de la tradition judéo-chrétienne.

149C’est à la même période que l’omniprésence de l’activité physique et des canons d’un corps dévêtu déferlent dans les sociétés occidentales. En rupture avec la morale de l’église catholique et sa censure du corps, de nouveaux viviers d’expériences s’offrent aux occidentaux. Les découvertes dans le domaine de la biologie faites par Lamarck et Darwin étiolent la vision fixiste des espèces vivantes de Linné servant alors d’alibi au péché de chair. On retrouve cet ébranlement de l’édifice religieux dans le domaine de l’esthétique avec la redécouverte du sublime et du jeu des facultés (Burke et Kant notamment), mais aussi dans la relation aux espaces naturels sauvages (considérés comme de possibles délicieux effrois et non plus lieux diabolisés). La secousse la plus forte de l’Éros ascétique réside surtout dans le souci de réformer les sociétés occidentales et former un homme nouveau. La référence aux arrières mondes s’en trouve fortement discutée.

150La réforme protestante au XVIIIe siècle en Angleterre puis le réveil qui s’en suit conteste la mise à distance du corps et infléchi les sensibilités à la nature. Témoins les jardins à l’anglaise, les sociétés végétariennes ou encore le mouvement éducatif des Unions Chrétiennes de Jeunes Gens (impulsant le sport et l’éducation physique) qui en résultent. Les projets de réforme remettent en perspective les rôles du masculin et du féminin en Occident. Ainsi, le projet de Paix sociale de F. Le Play insiste sur le modèle patriarcal et la restitution de l’autorité paternelle. Ce culte du virilisme comme dessin de société se retrouve dans la gymnastique en plein air (Turnen) de Jahn en Allemagne, dans le sport moderne anglais ou au sein des lycées militaires français. Il déborde même l’école pour s’inscrire par la suite dans l’édification des mouvements de jeunesse.

151Cet élan réformiste qui fait appel aux modèles des sociétés anciennes est pris dans la tourmente de la révolution industrielle et de l’urbanisation qui perturbe fortement les cultures sensibles et les repérages sensoriels. Face à l’uniformisation de l’odorat ou des signaux sonores dans le monde rural, la ville intensifie la vie nerveuse (Simmel, 1988). La multiplicité des sollicitations urbaines fait rejouer à plein un processus d’individuation, une quête de soi où la sexualité opère un rôle fondamental. Au Grand Tour culturel des aristocrates et bourgeois de bonnes familles se superpose un libertinage effréné. La discipline de l’amour qui se limite au dévergondage des jeunes garçons et à l’ignorance des jeunes filles se reconfigure peu à peu. L’érotisme dresse alors les contours de nombre d’utopies comme les expériences communautaires d’un C. Fourier ou d’Ascona, la diffusion d’une littérature spécifique bientôt rejointe par une culture de l’image, la découverte d’une alternative sociale : le Matriarcat.

152C’est à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que l’érotisme fait l’enjeu d’une connaissance élaborée dépassant la simple curiosité. La femme sexuée cesse d’être répertoriée parmi les êtres diabolisés comme le signalait avec beaucoup d’à propos J. Michelet en 1862. Comment ne pas adjoindre à cette remarque la censure faite à la sexualité féminine sous l’alibi de l’hystérie ? Date marquante dans l’examen neuf du rôle de la femme en Occident : 1861 qui voit J.J. Bachofen publier Le Droit maternel. Dans une société en quête de nouveaux repères un modèle alternatif s’offre aux hommes : la domination de la femme (par vote, répression ou séduction). Bachofen s’inspirant des civilisations archaïques enquête sur les moments où l’humanité est dirigée par le féminin. Le travail du Suisse aura un impact essentiel sur des intellectuels aussi divers que K. Marx, F. Engels, S. Freud ou F. Nietzsche. L’enquête sur le matriarcat remet en perspective les thèses politiques et sociales de l’univocité virile et paternelle. Les thèses sociologiques sur le contrôle pulsionnel (N. Elias), la féminisation des sociétés (M. Maffesoli), la domination masculine (P. Bourdieu) ou la famille (F. Engels) puisent largement dans ce vivier du matriarcat.

153D’autre part, l’intuition de Bachofen ouvre un large champ de réflexion dans le domaine de la psychologie et de la psychanalyse avec les travaux d’O. Gross, O. Weininger, C. G. Jung, S. Freud, L. Klages, L. Andreas-Salome, W. Reich, H. Marcuse ou J. Evola. Pour chacun de ces auteurs l’érotisme est une thématique centrale de leur œuvre. C’est dans le jeu permanent qui s’exerce entre les sexes que la société et l’individu se façonnent ; dans l’entrelacement des sens et de la chair, mais aussi dans le vagabondage de l’imaginaire et l’investissement symbolique et passionnel en l’autre. Point d’acmé de cette génération, la communauté anarchiste qui s’installe à Ascona en 1902 pour s’adonner à l’orientalisme, l’hindouisme, le végétarisme, le naturisme, le féminisme, le cubisme ou le culte de la terre mère. À partir de 1933, après le départ de ces activistes du centre culturel de l’Europe dans le premier tiers du XXe siècle, s’installe un cercle intellectuel nommé Eranos. Les pique-niques intellectuels de C.G. Jung, M. Eliade, G. Durand, G. Dumézil, Buytendijk, H. Corbin, Otto, Plessner, Tillich… jettent les bases d’une anthropologie des religions et de l’imaginaire dont les sciences humaines n’ont pas encore perçu aujourd’hui les soubassements. Que dire de courants aussi vivants que l’expressionnisme ou le surréalisme qui eux aussi prennent l’éros pour point de référence et de travail ? En un temps où comme le soulignait G. Bataille convergent de plus en plus la souffrance et l’extase dans les affichages du corps (piercing, nudité, bronzage, prothèses, régimes…) l’érotisme est une voie de connaissance à investir à nouveau.

154Olivier Sirost

Bibliographie

155Alexandrian, 1995. Histoire de la littérature érotique, Paris, Payot & Rivages.

156Bachofen J.J., 1996. Le droit maternel. Recherche sur la gynécocratie de l’antiquité dans sa nature religieuse et juridique, Lausanne, L’Âge d’Homme.

157Bataille G., 1957. L’érotisme, Paris, Minuit.

158Bernal M., Black Athena. Les racines afro-asiatiques de la civilisation classique, Paris, PUF.

159Corbin A., 1987. « Coulisses » dans Ariès P., Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée. Tome IV : de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, p. 413-611.

160Duby G., Perrot M., 2002. Histoire des femmes en Occident, Paris, Perrin.

161Duerr H.P., 1998. Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, MSH.

162Ellenberger H.F., 1994. Histoire de la découverte de l’inconscient, Paris, Fayard.

163Godé M., 1999. L’expressionnisme, Paris, PUF.

164Green M., 1986. Mountain of truth : the counterculture begins Ascona 1900-1920, University Press of New England.

165Le Rider J., 1994. Modernité viennoise et crises de l’identité, Paris, PUF, 2e édition revue et augmentée.

166Maffesoli M., 1990. Au creux des apparences. Pour une éthique de l’esthétique, Paris, Plon.

167Marcuse H., 1962. Éros et civilisation, Paris, Minuit.

168Michelet J., 1966. La sorcière, Paris, Flammarion.

169Mosse G.L., 1997. L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, éd. Abbeville.

170Simmel G., 1988. Philosophie de l’amour, Paris, Rivages.

171Sirost O., 2000. « La connaissance érotique » dans Présences du corps, Sociétés /3, Louvain-la-Neuve, De Boeck, p. 5-17.

172 Chair, Femme, Jeune Fille, Masculin, Naturisme, Pornographie, Pudeur, Sexualité, Utopie

ÉTHIQUE

173L’éthique est « ce qui concerne l’ethos » et signifie : lieu d’habitation régulier, manière d’être, manière de se conduire, les mœurs. S’agit-il en général d’une manière d’être, d’une posture ou d’une attitude ? À quels modèles de la connaissance le rapproche-t-on : aux croyances ou à des règles communes, comme Max Weber peut séparer l’éthique en des éthiques de conviction et des éthiques de responsabilité ? À la vie, à la biologie ? Comme Hans Jonas qui construit une véritable philosophie éthique de la biologie ? Ce mot s’inscrit-il dans les sciences de l’esprit ou dans les sciences de la nature, dont Hans Jonas regrette leur scission actuelle ? S’agit-il de séparer les éthiques philosophiques des éthiques appliquées ?

174En effet, les manières de se conduire font appel aux règles, en ce sens elles peuvent être des déontologies, en ce qu’elles sont dictées par des codes. L’éthique diffère en ce qu’elle doit envisager le fait que des manières d’être ne soient plus adaptées, que l’adéquation des comportements avec les règles ne soit plus soutenable.

175Pouvant éthiquement « toucher » les corps, le clinicien s’inscrit dans un processus inhabituel au commun et fonde une pratique éthique indispensable et ancestrale. Contre un paternalisme réprouvé, la recherche du consentement informé, explicite et libre, dans l’exploration clinique ou la recherche usant de ce corps, se conçoit comme une pratique symbolisant les valeurs éthiques de respect de la personne humaine que les médecins et les chercheurs doivent mettre en application et que leur inspire leur éthique.

176L’automatisation de tout travail, le contrôle biologique et psychologique des comportements, les formes de domination totalitaires sont des menaces physiques qui impliquent l’aspect existentiel appelant une éthique du futur qui s’élabore avec étude des phénomènes, usant de l’intuition et non d’une volonté de classement par cause. Le service rigoureux de leur description pose d’ailleurs des critères élevés auxquels la réflexion éthique s’efforce de répondre. C’est par cette approche que Hans Jonas oppose à la théorie philosophique le problème de la corporéité : à la suite de la Deuxième Guerre mondiale, que pourrait répondre Heidegger à la question : j’ai faim ? Rejetant la vieille partialité dont la philosophie est malade, le dualisme métaphysique (la séparation du corps et de l’âme, de l’esprit et de la matière, de la pensée et de l’étendue depuis Descartes), il introduit une corrélation attentive à la présence exigeante du corps et à une conception moniste de la vie. Une telle situation est patente dans le cadre de la pratique de la clinique : médicale, psychologique, de prévention, de santé publique clinique… notamment des personnes en état de vulnérabilité sociale chez lesquelles une prise en charge dans leur globalité s’avère indispensable.

177L’individualisme, le pragmatisme alliés à un biologisme et un subjectivisme des valeurs prévalent comme manière d’être. L’éclatement des solidarités en est la conséquence qui se révèle par des phénomènes d’exclusion de toutes sortes dans cette nouvelle forme de lien social. Ainsi, les notions de personne, de dignité humaine – la dignité est située également dans le corps et atteste d’une plénitude de l’existence souligne Stamatios Tzitzis – et de justice doivent-elles être défendues avec vigilance par ceux qui, dans leurs existences, essaient d’incarner des valeurs auxquelles ils adhèrent et qui définissent le sens de leurs vies, dans une visée éthique avec et pour les autres dans des institutions justes.

178Il s’agit alors pour l’éthique d’acquérir la dimension d’une véritable recherche dès lors que les notions de vie, de mort, de santé sont totalement bouleversées par les progrès de la biomédecine et de la santé publique. Aussi, la petite éthique imaginée de Paul Ricoeur décrit l’articulation d’une visée éthique, d’obligation morale et de sagesse pratique – et permet le dynamisme que l’éthique présuppose. En effet, une réflexion éthique consiste alors en la recherche d’une visée correspondant aux nouvelles données qui plaident pour des règles et principes nouveaux à concevoir. Mais cette visée ne peut pas être que théorique, d’où le passage impérieux – de la constatation de l’inadéquation des valeurs jusqu’ici prônées, contredites en ce sens – dans les pratiques elles-mêmes.

179Cette constatation des incohérences pratiques et même des injustices est indispensable, elle permet de fonder la réflexion interdisciplinaire dans un débat entre praticiens et théoriciens. Ainsi, l’évaluation des pratiques (la phronesis d’Aristote) est centrale dans la pertinence des réflexions.

180En biologie et en médecine, le terme de bioéthique correspond à quatre mouvements sociaux aux États-Unis : philosophique, féminin et féministe, d’éthique médicale et non à une discipline. Ainsi, se sont développées l’éthique clinique, issue du mouvement bioéthique, l’évaluation éthique des pratiques et l’éthique de la recherche, que Doucet et Hervé ont documentée. Dans son acception actuelle, la bioéthique a pris le sens de traitement des limites imposées aux corps par les nouvelles technologies, par des avis des comités nationaux (d’éthique), des décisions d’agences (de bioéthique), de lois qui – par leur accumulation – risquent d’évacuer ce passage de qualité : la phronesis, détour d’une pensée vers les pratiques culturelles vécues, si riches dans leurs différences, qui concernent le progrès, la vie, la mort de la personne considérée comme centre de la réflexion éthique pour la constitution de comportements éthiques en société, qu’elle procure ou incite. L’enseignement de l’éthique, objet de controverse, s’est enfin imposé et la référence à la personne humaine et à sa dignité dans toute conception d’une pratique sociale s’y trouve incontournable.

181Christian Hervé

Bibliographie

182Boëtsch G., Hervé C., Rozenberg J.J., 2007. Corps normalisé, Corps stigmatisé, Corps racialisé, De Boeck.

183Hervé C., 1999. Une responsabilité de santé publique ? Interfaces européennes Utilisateurs/ Industriels, Paris, L’Harmattan, Introduction.

184Hervé C., 2000. Éthique, Politique et santé, Paris, PUF.

185Jonas H., 2001. Le phénomène de la vie. Vers une biologie philosophique. De Boeck Université.

186Jonas H., 2000. Une éthique pour la nature, Desclée de Brouwer, p. 48.

187Jonas H., 1998. Pour une éthique du futur, Lausanne, Payot et Rivages.

188Moutel G., 2003. Le consentement dans les pratiques de soin et de recherche en médecine. Entre idéalismes et réalités cliniques, Paris, L’Harmattan.

189Ricoeur P., 1990. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

190Thomasma D., Weisstub D.N., 2001. « Human Dignity, Vulnerability, Personhood » dans Personhood and Health Care, International Library of Ethics, Kluwer Academic Publishers.

191Tzitzis S., 2002. « Corps meurtris, dignité blessée » dans Rivista Internazionale di Filosofia del Diritto, 74, 14, 4.

192 Auto-santé, Bioéthique, Eugénisme, Philosophie du corps, Santé, Toucher

EUGÉNISME

193Si le désir d’améliorer l’homme remonte à la nuit des temps, l’eugénisme proprement dit date de la fin du XIXe siècle lorsque, dans le cadre du darwinisme, on prétendit instituer dans l’espèce humaine une sélection artificielle, calquée sur celle utilisée en agriculture pour les animaux et les plantes.

194Le mot eugenics fut inventé en 1883 par Francis Galton, cousin de Darwin, à partir du grec eugenes, qui signifie « bien né ». Étymologiquement, l’eugénisme (ou eugénique) se voulait donc la science des bonnes naissances.

195Au début du XXe siècle, Caleb W. Saleeby proposa la distinction entre un eugénisme négatif qui veut empêcher la naissance des individus supposés « inférieurs », et un eugénisme positif qui veut favoriser la naissance des individus supposés « supérieurs ». L’eugénisme positif ne fut appliqué que dans l’Allemagne nazie, et à petite échelle, dans quelques centres où était organisée la reproduction d’hommes et de femmes choisis pour leurs caractéristiques « aryennes » (les banques de sperme de Prix Nobel et autres « génies » peuvent aussi se ranger dans cette catégorie, assez marginale). En revanche, l’eugénisme négatif fut très répandu ; on interdit les mariages, on enferma et, surtout, on stérilisa dans le monde entier, et cela bien avant le nazisme.

196L’eugénisme resta une pure idée, sans applications réelles, jusqu’au début du XXe siècle, moment où furent fondées de nombreuses associations militant en sa faveur (en 1905, la Gesellschaft für Rassenhygiene ; en 1907, l’Eugenics Education Society ; puis, dans le monde entier, de nombreuses associations du même genre, dont la Société Française d’Eugénique en 1912).

197Ce militantisme remporta ses premiers succès aux États-Unis avec l’adoption de lois sur la stérilisation de divers malades, handicapés et délinquants (d’abord en 1907 dans l’Indiana, puis en divers autres états : Connecticut, Californie en 1909, etc.).

198Les autres pays résistèrent à ce mouvement. Il faudra attendre la fin des années 20 pour que, sans doute en raison des difficultés sociales de l’après-guerre et de la crise économique, certains se dotent de législations comparables : Suisse et Canada (1928), Danemark (1929), Allemagne (1933), Norvège (1934), Finlande et Suède (1935), etc. Les pays catholiques ne furent pas eugénistes, du fait de l’opposition de l’Église. La France, lamarckienne et pastorienne, y échappa aussi ; l’eugénisme n’y fut pas sélectionniste mais plutôt hygiéniste (examens médicaux prénuptiaux, soins à la femme enceinte et au nouveau-né). En Angleterre, c’est la tradition démocratique qui empêcha la propagande d’aboutir.

199Les années 1930 furent la grande époque de l’eugénisme, y compris aux États-Unis où les stérilisations, légales depuis longtemps, se multiplièrent. L’Allemagne nazie fut la plus active en ce domaine, 400 000 personnes y furent stérilisées entre 1934 et 1939. 70 000 d’entre elles furent gazées en 1940-41 dans des centres spéciaux ; ceux-ci fermèrent en 1941 sous la pression de l’opinion publique, mais l’extermination reprit ensuite sous d’autres formes et fit entre 100 000 et 150 000 autres victimes. Les motivations de cette extermination, souvent improprement qualifiée d’« euthanasie », étaient les mêmes que celles de l’eugénisme (l’élimination physique remplaçant la stérilisation).

200Dans les pays démocratiques, où l’eugénisme fut critiqué tant sur le plan scientifique que politique, les stérilisations se comptèrent parfois par dizaines de milliers (plus de 50 000 aux États-Unis, 60 000 en Suède, etc.). Dans ces pays, elles tinrent parfois lieu de contraception (les femmes jugées incapables d’élever des enfants, notamment les faibles d’esprit, étaient stérilisées pour éviter les grossesses indésirables, plus que pour éviter la propagation de leur handicap). En fait, seuls les nazis (ou assimilés) ont vraiment pris au sérieux les arguments biologiques des eugénistes, et en ont prétexté pour entreprendre, à leur manière, l’amélioration génétique de l’espèce humaine.

201Les horreurs nazies firent reculer l’eugénisme après la guerre, mais il ne disparut pas immédiatement (ainsi, le Japon s’est doté d’une loi eugéniste en 1948). Au cours des années 50 et plus encore dans les années 60, ces législations furent cependant de moins en moins appliquées, au fur et à mesure que la génétique moléculaire éclipsa la génétique formelle et la génétique des populations, et qu’à leurs méthodes (modélisations, études statistiques, etc.) elle substitua des approches physiologiques, moins sensibles aux contaminations idéologiques.

202André Pichot

Bibliographie

203Adams M.B. (éd.), 1990. The Wellborn Science, Eugenics in Germany, France, Brazil and Russia, New York-Oxford, Oxford University Press.

204Bachelard-Jobard C., 2001. L’eugénisme, la science et le droit, Paris, PUF.

205Carol A., 1995. Histoire de l’eugénisme en France, Paris, Seuil.

206Kevles D.J., 1995. Au nom de l’eugénisme, Génétique et politique dans le monde anglo-saxon (traduction de M. Blanc), Paris, PUF.

207Massin B., Weindling P., Weingart P. L’hygiène de la race, Hygiène raciale et eugénisme médical en Allemagne, 1870-1945 (vol. 1), Paris, La Découverte.

208Pichot A., 2001. La société pure, de Darwin à Hitler, Paris, Champs-Flammarion.

209Sutter J., 1950. L’eugénique, problème, méthodes, résultats, Cahier n° 11 de l’Institut National d’Études Démographiques, Paris, PUF.

210Weindling P., 1991. Health, race and german politics between national unification and nazism, New York-Cambridge, Cambridge University Press.

211Weingart P., Kroll J., Bayertz K., 1998. Rasse, Blut und Gene, Geschichte der Eugenik und Rassenhygiene in Deutschland, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

212 Avortement, Bioéthique, Contraception, Infanticide, Race

EUTHANASIE

213Suivant l’étymologie grecque (eu : « bien » ; thanatos : « mort »), l’euthanasie a successivement désigné la « bonne mort » ou, la « mort douce et paisible » ; puis l’ensemble des soins susceptibles de rendre une telle mort possible par les efforts destinés à alléger les souffrances endurées par un malade incurable ; et enfin l’acte de provoquer volontairement la mort pour épargner à un tel malade ces souffrances.

214Suétone (La vie des douze Césars, IIe siècle après J.-C.) emploie ainsi le terme d’« euthanasie » dans le premier de ces sens pour évoquer la mort de l’empereur Auguste, qui a pu jouir d’une « euthanasie », dans la mesure où ayant mis ses affaires en ordre après une vie de devoir, il s’éteint en douceur, comme si la mort était le fruit de cette vie honorable.

215C’est en constatant combien la médecine de son temps est indifférente aux derniers moments des malades incurables que, pour la première fois, Francis Bacon emploie ensuite le mot « euthanasie » dans le second sens (The advancement of learning, 1605). Dans un texte qui renvoie à ce qu’on appellerait aujourd’hui les « soins palliatifs », il écrit : « L’office du médecin n’est pas seulement de rétablir la santé, mais aussi d’adoucir les douleurs et souffrances attachées aux maladies, et cela non pas seulement en tant que cet adoucissement […] conduit à la convalescence, mais encore afin de procurer au malade, lorsqu’il n’y a plus d’espérance, une mort douce et paisible. » (Instauratio Magna, 1623)

216Jusqu’au début du XIXe siècle, l’évocation de cette « recherche » destinée à provoquer l’« euthanasie » ne fait concrètement référence qu’à la présence attentive accordée au malade, au souci bienveillant de refaire régulièrement son lit ou, éventuellement, à l’administration de sédations ayant pour but de diminuer les douleurs physiques. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que cette signification est supplantée par l’idée de provoquer une mort sans souffrances, non en réduisant celles-ci, mais en mettant fin à la vie du malade.

217Il convient d’essayer de comprendre pourquoi ce dernier sens, est aujourd’hui devenu prévalant.

218Une telle mutation sémantique peut probablement se comprendre dans le cadre d’une certaine conception du Sujet humain, maître de lui-même, auteur de sa vie comme de sa mort. Elle commence à se dessiner philosophiquement au XVIIe siècle, et se concrétise en se radicalisant, au cours des siècles suivants. Descartes en donne une première expression conceptuelle en faisant du « je pense, donc je suis » la première des certitudes sur laquelle devaient désormais reposer toutes les autres connaissances. De cette nouvelle appréhension de l’homme-sujet, c’est-à-dire, suivant l’étymologie de « sujet », de l’homme-fondement, s’ensuivit une révolution scientifique et technique où la maîtrise de la nature, qui comprend l’être humain, devint le projet dominant.

219Dans ce contexte, on comprend que soit alors invoqué un « droit à la mort » quand la dégradation du corps entraîne la perte de la maîtrise de celui-ci. L’expression est néanmoins ambiguë : le projet de maîtrise de la nature nous a effectivement donné un pouvoir médical sur notre vie, et il nous a permis de la prolonger, au point de parfois maintenir en vie au-delà de tout traitement possible. Les malades semblent alors avoir perdu le « droit de mourir », dans la mesure où ils sont victimes de ce qu’on appelle l’« acharnement thérapeutique ». Mais dans le cadre de la montée en puissance des droits subjectifs, le « droit de mourir » renvoie aussi au droit de recevoir une assistance au suicide quand la dégradation du corps est jugée insupportable. On distingue alors « euthanasie passive » et « euthanasie active ».

220Danielle Moyse

Bibliographie

221Aurenche S., 1999. L’euthanasie, la fin d’un tabou ?, Issy-les-Moulineaux, ESF Éditions.

222De Closet F., 2001. La dernière liberté, Paris, Fayard.

223De Hennezel M., 1996. La mort intime, Paris, Albin Michel, coll. « Pocket ».

224De Hennezel M., 2000. Nous ne nous sommes pas dit au revoir, Paris, R. Laffont.

225Kübler-Ross E., 1993. La mort, dernière étape de la croissance, Paris, Albin Michel, coll. « Pocket ».

226Moyse D., 2001. Bien naître – bien être – bien mourir. Considérations sur l’eugénisme et l’euthanasie, Toulouse, Erès.

227Pohier J., 1998. La mort opportune, Paris, Seuil.

228Rachels J., 1975. « Active and passive euthanasia » dans The new England Journal of Medecine, 292, 2, p. 78-80.

229Verspieren P., Richard M.-S., Ricot J., 2004. La tentation de l’euthanasie, Paris, Desclée de Brouwer.

230 Douleur, Éthique, Soins palliatifs, Suicide

EXCISION

231L’excision (du latin excisere : couper) est une coutume consistant à éradiquer chez la fille une partie des zones sexuelles externes. L’excision prend plusieurs formes : l’excision dite « sunna » consiste en l’ablation du seul clitoris, la clitoridectomie est l’éradication du clitoris et des petites lèvres, enfin dans l’excision dite pharaonique (déjà pratiquée en Égypte), après ablation du clitoris et des lèvres, les bords restants sont suturés (« cousus ») avec des épines aujourd’hui parfois avec du fil chirurgical. Un orifice résiduel est aménagé pour le passage de l’urine et du sang menstruel, cet orifice devait dans la tradition demeurée intact jusqu’au mariage et partant jusqu’à la première relation sexuelle de la jeune fille. L’excision/infibulation se pratique à des âges variables, selon les régions, dès les premiers jours de la vie, mais plutôt à l’âge de 6 ou 7 ans dans la corne de l’Afrique, jusqu’à la puberté et après, en Afrique de l’Ouest où elle pouvait correspondre à un rituel de puberté et donc de nubilité. L’excision est une coutume et non une prescription religieuse comme cela est trop souvent allégué d’ailleurs, elle touche des peuples chrétiens et animistes, même si le plus grand nombre de filles excisées est d’origine musulmane.

232Les régions concernées sont, pour les diverses formes d’excision, une grande majorité d’ethnies d’Afrique Occidentale et Orientale, et pour l’infibulation, la totalité de la corne de l’Afrique (Soudan, Erythrée, Somalie, République de Djibouti). Les mutilations sexuelles féminines qui, dès les années 1930, avaient été blâmées par les églises Missionnaires (au même titre que la polygamie), mais sans grand effet, ont fait, depuis, l’objet de condamnations des organismes internationaux ainsi que des mouvements féministes. Dans de nombreux pays européens, elles tombent sous le coup de la loi : ainsi en France, depuis 1983, elles sont, comme toute mutilation corporelle, passibles de la Cour d’Assises, les exciseuses risquant donc une peine de prison. Plusieurs pays africains ont officiellement aboli l’excision (par exemple le Sénégal) parfois en vain, tant le poids des coutumes résiste à toute forme de changement.

233Il est fait mention de l’excision dans les papyrus datant du IIe siècle avant notre ère. Soranos, médecin grec de l’empereur Trajan (Ier siècle) la recommande dans son traité Gynecologia, pour des raisons d’ordre hygiénique, mais également esthétique : il faut réduire la vulve si elle est hypertrophiée ou paraît telle aux yeux des hommes de l’Art. La coutume de l’excision touche donc deux millions de fillettes tous les ans. Il faut souligner que dans l’Europe du XIXe siècle, parquée par une médecine hygiéniste et obsédée par deux maux, l’onanisme et la syphilis, des médecins ont pratiqué la cautérisation du clitoris pour guérir des fillettes ou des jeunes femmes atteintes d’une « fureur utérine » et d’une compulsion pathologique à la masturbation.

234Le premier argument de la coutume est le contrôle de la femme et des pulsions sexuelles féminines. Cet argument n’est jamais mis consciemment en avant, aujourd’hui pour des raisons d’ordre idéologique, mais il nous semble toujours valable. L’étude des textes médicaux, religieux et philosophiques depuis l’Antiquité, comme l’analyse clinique des fantasmes livrés dans des entretiens que nous avons effectués avec des femmes excisées et des hommes qui sont leurs partenaires sexuels, montre bien que le sexe féminin, secret et caché, comme le pouvoir de procréation de la femme continuent à susciter un mélange de terreur et de fascination. Des raisons prophylactiques ont donc été mises en avant pour éradiquer les zones sexuelles externes, la vulve féminine était perçue comme « sale », honteuse, porteuse de miasmes et de mauvaises odeurs (une vulve malodorante justifiant dans l’Islam la répudiation par le mari). Mais derrière ces arguments hygiéniques se cache une peur des hommes devant les pulsions sexuelles féminines. Depuis Platon (dans le Timée), la femme est en proie à des fureurs utérines, elle a en elle un utérus, sorte d’animal qui se déchaîne et peut la rendre folle. Durant des siècles jusqu’à la découverte de l’hystérie par Charcot et la compréhension de celle-ci par Freud, la femme et son sexe ont suscité l’ambivalence et les fantasmes masculins par ses pouvoir de procréation que devait contrôler l’ordre patriarcal et social. L’éradication du clitoris permettait de juguler les pulsions sexuelles de la femme, de la rendre plus soumise à l’homme, mais aussi au pouvoir des mères, l’excision étant donc pour l’homme un gage de plus grande fidélité et une assurance qu’il était bien le père de ses enfants.

235Les arguments symboliques sont développés dans les grands mythes de fondation qui imaginent qu’aux origines une part de l’humanité était androgyne. Après la section de l’androgyne en deux, il demeura dans chaque sexe une petite parcelle de l’autre sexe, le clitoris étant dès lors perçu comme un petit pénis, donc reliquat de masculinité et susceptible de blesser le nouveau-né lors de la naissance (le prépuce étant le vestige de féminité chez le garçon). Des femmes de Djibouti prétextaient que « l’excision augmentait chez chacune les capacités à être mère » alors que parmi les conséquences de l’excision et surtout de l’infibulation, on note des accouchements cataclysmiques et un risque de mortalité accrue des parturientes.

236La conservation de la virginité est un argument qui revient de façon récurrente. Là où se pratiquait l’infibulation, nous avons montré que la « couture » du sexe intervenait une deuxième clôture, en plus de l’hymen, dont les preuves de l’existence ont parfois été hypothétiques. Quant à l’excision, elle rendait le sexe de la fille, sacralisé, « intouchable », inaccessible à l’homme jusqu’au mariage.

237À court terme les conséquences des mutilations sexuelles sont psychologique, par une angoisse et une douleur indicible et physiologique par les risques d’infection de lésions des zones environnantes. Les femmes et aussi des pères de filles infibulées soulignaient l’impact des conséquences à moyen terme, notamment au moment des menstrues, bien des filles nouvelles pubères souffrant de dysménorrhées et même d’aménorrhées. À long terme les conséquences psychologiques portent sur la dévalorisation et perte de la jouissance sexuelle. Il est évident que l’accès à un plaisir orgastique semble interdit aux femmes excisées qui se perçoivent désormais comme frigides et développent un sentiment de mésestime de soi. D’autres risques peuvent guetter les femmes au moment des accouchements, la mortalité en couches par complications et/ou hémorragies, surtout si elles n’ont pas accès aux soins hospitaliers.

238La prise de conscience des femmes concernées par la coutume de l’excision et notamment des mères commence à porter ses fruits, grâce à des campagnes d’information, mais surtout grâce à l’accès d’un plus grand nombre des femmes à la scolarisation, les changements par rapport à des coutumes ancestrales ne pouvant venir que de l’intérieur.

239Françoise Couchard

Bibliographie

240Bonaparte M., 1948. « Note sur l’excision » dans Revue Française de Psychanalyse, Paris, PUF, n° 12.

241Couchard F., 2003. L’excision, Paris, PUF.

242Erlich M., 1986. La femme blessée, Paris, L’harmattan.

243Freud S., 1933. « La féminité » dans Nouvelles Conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Gallimard, éd. 1984.

244Griaule M., 1966. Dieu d’eau, Paris, Fayard.

245Héritier F., 2002. Masculin/Féminin, Paris, Odile Jacob.

246Kenyatta J., 1938. Au pied du Mont Kénia, Londres, Paris, Maspéro.

247Lefeuvre-Déotte M., 1997. L’excision en procès : un différend culturel, Paris, L’Harmattan.

248Mbow P., 1999. « Pénaliser un fait culturel : quelle solution à l’excision » dans Présence africaine, n° 160.

249 Femme, Incision, Intimité, Jeune fille, Marque, Masturbation, Puberté, Virginité

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.