Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

B

p. 33-62


Texte intégral

BAIN

1Le mot bain indique en général l’immersion plus ou moins prolongée d’une partie du corps ou de sa totalité dans un liquide, dans un gaz ou vapeur ou, encore, dans une substance pulvérulente ou solide (boue, argile, …).

2Dans la signification la plus commune c’est le corps tout entier qui est considéré, car pour les différentes parties de celui-ci, la pratique médicale a instauré l’usage d’une terminologie spécifique (pédiluve, manuluve, …). On classe, en outre, les bains en fonction de leur température (très froids aux alentours de 10°, froids à moins de 25°, tièdes de 26° à 35°, chaud au-dessus) et leur usage est réglementé par un système complexe de croyances et de raisons scientifiques qui changent considérablement en fonction des époques et des civilisations.

3La pratique du bain répond à plusieurs exigences qui vont du simple entretien de la propreté à l’action médicale, de la valeur symbolique à la recherche de l’esthétisme (Bachelard, 1942).

4L’ablution du corps est considérée, en général, comme un signe de purification. Les officiants dans les temples de la Grèce et de la Rome antique s’astreignent, avant la célébration des sacrifices, à des lavages préparatoires. L’Ancien Testament prescrit aux femmes un bain mensuel, mais le nettoyage du corps après les menstruations et l’acte sexuel s’impose aussi bien en milieu israélite que islamique. Le Coran organise minutieusement la succession des gestes et la fréquence des toilettes. Le baptême chrétien qui prévoit quant à lui, à l’origine, une immersion totale, marque l’intégration de l’individu à sa communauté tel qu’un véritable rite de passage (Van Gennep, 1943). Au moment de la mort, un nettoyage méticuleux du corps du défunt fait partie des nombreux rituels funéraires. Les gestes profanes de la toilette que l’on enseigne et que l’on fait répéter aux enfants sont des moments importants du processus d’acculturation et permettent la transmission informelle de connaissances relatives au corps et aux normes lui concernant.

5Par ailleurs, dans l’Inde traditionnelle, le bain est un acte purificateur pour le corps et pour l’âme : le corps est immergé jusqu’à la taille, et les mains réunies en coupelle versent l’eau sur la tête et la lancent vers les quatre points cardinaux. En Europe on trouve trace d’espaces consacrées au bain dans le palais de Cnossos, de Phaïstos et de Tirynthe. L’Odyssée (chant III) relate aussi le bain pris par Télémaque pendant son séjour à Pylio. Si le monde grec semble accorder une grande importance à la pratique balnéaire, l’époque romaine reste dans l’imaginaire collectif comme l’apogée luxueux des fréquentations entre hommes et eaux. Les grandes œuvres des aqueducs romains approvisionnent en eaux les villes comme jamais auparavant, des établissements publics de bain s’ouvrent et s’agrandissent mais la pratique est si répandue que de nombreux particuliers font aménager dans leurs intérieurs des espaces consacrés aux ablutions.

6Le goût des bains publics et le luxe que comporte l’entretien de telles structures survivent à Byzance après la chute de l’Empire romain d’Occident. Cependant, les nouvelles mœurs instaurées par le christianisme modifient les rythmes et les modalités de baignade. Il s’amorce déjà une dynamique qui transformera de plus en plus le bain en une activité privée qui se consomme dans la plus stricte intimité. Contrairement à l’idée reçue qui fait du Moyen Âge une époque obscure à l’hygiène douteuse, la pratique du bain ne disparaît jamais complètement ni à la ville ni à la campagne. Certains ordres religieux et communautaires l’intègrent même dans les règles de leur vie commune. En 817, Louis le Pieux donne charge à chaque prieur de régir l’usage des bains des couvents. Les riches demeures et les hôtels particuliers manquent rarement d’équipement nécessaire à la toilette, et les villes disposent d’étuves où l’on se baigne à plusieurs. Par exemple, la ville de Paris compte au XIIIe siècle une trentaine de ces lieux à la réputation sulfureuse, offrant des services variés (auberge, restaurant, aide médicale…) et une grande promiscuité entre les sexes. De la Renaissance à la Révolution, le bain est victime de diverses fortunes, raisons des conceptions médicales qui se succèdent et qui perçoivent l’eau alternativement comme danger ou comme salut. Les bains publics gardent, néanmoins, leur poly-fonctionnalité jusqu’au XVIIIe. Leurs nombres diminuent considérablement au fil du temps (au XVIIIe siècle, Paris ne compte plus que dix-sept établissements). Le tournant du siècle, avec la mode du retour à l’Antique, ramène l’attention sur l’hygiène corporelle et favorise l’ouverture de nouveaux bains : si l’on recense à Paris 250 baignoires en 1760, elles sont 1894 en 1850 qui s’ajoutent à plus d’une centaine d’établissements publics.

7De l’habitude de louer des baignoires portatives (en cuivre pour les eaux naturelles et en en cuir vernis pour les eaux minérales) naît l’idée de consacrer au bain des objets de plus en plus raffinés et performants en matière de confort et de chauffage. La maîtrise requise pour la fabrication des cuves est considérable, des artisans tels que Houel et Level sont cités par la presse (Mercure de janvier 1760 et juillet 1768) et nous ont légué des modèles d’équipements d’une grande modernité, réalisés par la suite en porcelaine émaillée et dans des matériaux de synthèse (Havard, 1896).

8À partir du XIXe siècle, dans beaucoup de pays européens (Belgique, Italie et Angleterre d’abord, en France par la suite), on voit naître un intérêt grandissant du corps médical pour les pratiques d’hygiène. L’extension de la tuyauterie (1819) et par conséquent des points et robinets d’eau permet une généralisation des ablutions dans les espaces domestiques et de travail ainsi que dans les hôpitaux, les écoles et les administrations.

9Entre le XVIIe et le XXe siècle la divulgation des travaux médicaux et l’intérêt porté à la culture traditionnelle en pleine transformation produisent de nombreuses publications qui traitent de la préparation et de l’administration des bains, contribuant grandement à la diffusion de recettes utiles à la composition des bains médicamenteux et de beautés. Les bains de mer sont, quant à eux, relativement récents, leurs pratiques remontent à la Restauration quand la duchesse de Berry (1824) en lance la mode.

10Vers 1750, la peur et la répulsion du bain de mer sont repoussées en favorisant la ruée hygiéniste de curistes dans leurs tactiques de lutte contre la mélancolie et le spleen. Historien du sensible, Alain Corbin démontre la nouvelle harmonie du corps et de la mer : l’exaltation virile avant de se jeter à l’eau contraste avec le code strict de la pudeur féminine des voitures de bain, costumes et cabines. Avec chemise et pantalon et dans le saisissement de l’immersion qui mêle le plaisir et la douleur de la suffocation, une nouvelle économie des sensations se construit : face au sublime et à la vacuité de l’océan, la vibration du moi est une nouvelle pratique d’attention au corps.

11Le passage du rivage à la plage (J. D. Urbain) se réalise par la mise à mort du pécheur autochtone par la villégiature des congés payés. Le site balnéaire invente la plage propre, doré et propre sans algues et sans pêcheurs comme un objet artificiel composé d’objets naturels. Moins que le bain, le culte du soleil impose un comportement rituel : corps nu, station horizontale et immobile, appropriation de la plage. Le corps du baigneur, sa peau bronzée, son codage vestimentaire et textile organisent les représentations érotiques dans des conventions sans transgression. L’opposition entre les nudistes et les textiles donne au maillot de bain un nouveau vêtement : le dévêtu, sorte de nu conscient. Le string délimite à l’extrême la limite du corps privé et de sa mise en scène publique dans l’alibi du bain.

12La pratique balnéaire qui caractérise notre époque se construit lentement, son évolution est toujours en cours car les nouveaux modes de vie, les pratiques sportives et la fascination pour les cultures étrangères, proposent désormais une gamme variée et inédite du bain (accouchement dans l’eau, re-birth, aquagym…). L’acte de se baigner loin d’être anodin, contribue profondément à la perception du corps physique et à la définition de notions telles que l’intimité, la propreté, la beauté.

13Federica TAMAROZZI

Bibliographie

14Bachelard G., 1942. L’Eau et les Rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, LGF.

15Benneville F., 1997. Le livre du bain, Paris, Flammarion.

16Boisseul D. (dir.), 2003. Le bain, Espaces et pratiques, P.U. Vincennes, coll. « Médiévales ».

17Corbin A., 1988. Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris, Champs Flammarion.

18Corbin A., 1995. L’avènement des loisirs, Paris, Champs Flammarion, éd. 2001.

19Corbin A., Richard H., 2004. La mer. Terreur et fascination, Paris, Seuil.

20Saillard O., 1998. Les maillots de bain. Carnets de la mode, Paris, éd. Chêne.

21Urbain J.-D., 1994. Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires, Paris, Payot.

22 Auto-santé, Beauté/Laideur, Bidet, Hygiène, Pudeur, Santé

BEAUTÉ/LAIDEUR

23Qualités attribuées à un corps par un individu ou une société donnés. L’examen du couple beauté/laideur en regard du thème qui nous préoccupe, le corps, pourrait rapidement mener à une impasse. Le premier réflexe serait en effet de dire qu’en ce qui concerne le corps, comme pour tout autre chose, la question du beau et du laid n’est qu’une question de goûts, de choix subjectifs qu’il serait vain, en cela, de questionner. Le beau et le laid seraient des catégories flottantes, changeant selon les individus (et même selon l’humeur de chacun…) et relevant, finalement, des diverses facettes de l’intime. Il n’en demeure pas moins, pour nous, que l’opposition beauté/laideur, au-delà de la simple expression d’une subjectivité, possède une valeur historique certaine.

24La question du beau et du laid en ce qui concerne le corps pose un second problème, d’ordre méthodologique. Car, naturellement, aucun corps renaissant, médiéval ou antique ne nous est parvenu. Aucun, si ce ne sont ceux reproduits ou imaginés par les peintres et les sculpteurs. Les canons esthétiques, tels qu’ils nous ont été transmis au travers des traités d’art ou, pour les périodes plus anciennes, des œuvres seules, prennent alors une importance capitale. Les images créées au fil des siècles véhiculent, de façon consciente ou inconsciente, une acception ponctuelle – et à chaque fois changeante – de ce qui détermine un beau corps et un corps laid. Définition certes arbitraire et restreinte, mais que le chercheur peut accepter comme témoignage minimum (et souvent unique) du couple beauté/laideur au fil des siècles.

25À partir de ce corpus, des comparaisons et des conclusions sont possibles. Le constat le plus criant étant que la détermination d’un beau corps ou d’un corps laid, que l’on pourrait croire universelle, évolue sans cesse. Les formes et les proportions des femmes sculptées par Praxitèle attestent ainsi d’une acception de la beauté – et conséquemment de la laideur – différente de celle admise au Moyen Âge ou à l’époque moderne. Les femmes de Urs Graf, graveur allemand du XVIe siècle, avec leurs hanches larges et leurs poitrines menues, n’ont que peu en commun avec les personnages de son contemporain italien Titien. Pour les Classiques, la beauté du corps est affaire d’harmonie entre les différentes parties qui le constituent (Wölfflin, 1997, p. 63). En regard, les rondeurs peintes par Rubens pourraient certes être l’expression de désirs ou de fantasmes propres au peintre si elles ne se retrouvaient pas, parallèlement, dans d’autres images de l’époque. De même que la maigreur actuelle des mannequins défilant pour la haute couture ou le prêt-à-porter reste révélatrice d’une tendance de l’époque, et possède une réelle valeur symptomatique. Ces images sont certes soumises à réserve, car sont déterminées par d’autres facteurs que le simple goût ambiant : les impératifs religieux, le rapport de l’artiste au corps, la nature du Beau – qui en Grèce ancienne et à la Renaissance n’était pas toujours dissocié du Bien (Panofsky, 1989), influent diversement sur la représentation du corps. Et le goût personnel reste prédominant : ainsi, l’image du beau corps reste pour Winckelmann (Gedanken, 1764), au XVIIIe siècle, celle élaborée par la Grèce classique deux millénaires auparavant…

26C’est dire qu’un beau corps est à même de prendre les allures d’une icône, et de devenir l’image emblématique de ce qui est admis, de façon universelle, comme la beauté en matière corporelle. C’est le cas de certains top-model, devenus l’espace de quelques années ou d’une saison l’expression visuelle « du beau en corps » (comme l’on dirait « du beau en peinture »). C’est le cas, de façon plus nette et plus reconnue, des femmes imaginées par Botticelli. Si les nymphes du Printemps ou la Vénus des Offices sont le plus souvent considérées comme « belles », sans doute est-ce qu’elles présentent des proportions subtiles, des contours délicats, des traits sans disgrâce. La Naissance de Vénus, ce fut aussi la naissance d’un modèle, d’une référence en matière de beauté. Mais le corps botticellien est aussi un corps aux contours acérés, sans défauts, un corps angoissant tant il est épuré. À ce propos, Georges Didi-Huberman (1999) a bien montré que la manière dont Botticelli trace les contours de ses corps est totalement irréaliste ; sa précision est presque chirurgicale, comme si l’image du corps en préparait la mort, la découpe, l’autopsie. Et de manière générale, la beauté absolue, en ce qui concerne le corps, a un côté gênant, presque effrayant ; le corps parfait, dénué de tout défaut, est un corps laid car irreprésentable – quand bien même une image peut nous en être donnée, un corps effrayant de perfection. Significativement, lorsque Zeuxis veut, selon la légende, peindre un corps d’une beauté parfaite, celui d’Hélène de Troie, il décide de sélectionner la partie du corps qui, chez plusieurs vierges de Crotone, est selon lui parfaite. Il décide, en d’autres termes, d’imaginer un monstre, une créature visuellement belle, peut-être, mais effrayante dans sa constitution. L’idéal de beauté gréco-romain emprunte ses méthodes au docteur Frankenstein. De façon presque paradoxale, le beau et le laid peuvent donc se rejoindre dans le même corps, comme si la recherche de la beauté pure, de par l’offense qu’elle représente vis-à-vis de la nature, était inévitablement souillure, blasphème, laideur.

27Les limites entre le beau et le laid, nous le voyons, sont loin d’être définies et hermétiques. Et ce n’est sans doute pas un hasard si, actuellement, peintres et artistes s’attachent au corps difforme, obèse, usé. Ce qui est exposé – et, intrinsèquement, ce qui est jugé digne de l’être, ce n’est plus une vénus ou une odalisque, ce sont les corps flasques peints par Jenny Saville (Sensation, p. 158) ou les corps disproportionnés de Lisa Yuskavage (Young Americans). Une manière de signaler, sans doute, que la beauté d’un corps reste relative, personnelle, et qu’elle est à même de se lover dans le corps le plus laid.

28Yannick LE PAPE

Bibliographie

29Le beau aujourd’hui, sous la direction de Christian Deschamps, Paris, Centre Culturel George Pompidou, 1993.

30Sensation. Young british artists from the Saatchi collection, Londres, Royal Academy of Arts, Thames and Hudson, 1997.

31Young Americans 2. New american art at the Saatchi Gallery, Londres, The Saatchi Gallery, 1998.

32Collectif, 1997. Sensation. Young british artists from the Saatchi collection, Londres, Royal Academy of Arts, Thames and Hudson.

33Ardenne P., 2001. L’image corps : figures de l’humain dans l’art du XXe siècle, Paris, Éditions du regard.

34Deschamps C., 1993. Le beau aujourd’hui, Paris, Centre Culturel Georges Pompidou.

35Didi-Huberman G., 1999. Ouvrir Vénus. Nudité, rêve, cruauté, Paris, Gallimard.

36Kant E., 2000. Analytique du beau, traduit de l’allemand par Jules Hatier, Paris, Hatier.

37Klein R., 1967. La forme et l’intelligible, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

38Panofsky E., 1989. Idea. Contribution à l’histoire du concept de l’ancienne théorie de l’art, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

39Panofsky E., 1993. L’œuvre d’art et ses significations, notamment « L’évolution d’un schème structural », Paris, Gallimard.

40Pultz J., de Mondenard A., 1995. Le corps photographié, Paris, Flammarion.

41Vigarello G., 2004. Histoire de la beauté : le corps et l’art d’embellir (XVIe-XXe siècle), Paris, Seuil.

42Winckelmann J. J., 1954, 1990. Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, Paris, Aubier.

43Wölfflin H., 1997. Réflexions sur l’histoire de l’art, notamment « La beauté du Classicisme », traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz, Paris, Flammarion.

44 Bijou, Body Art, Chirurgie esthétique, Éros, Maquillage, Parure, Souillure

BIDET

45Inventé en 1739 par un meublier parisien sous la forme de violon qui allait devenir classique, le bidet a connu, durant deux siècles, une vogue croissante, comme l’attestent des modèles en or, argent, porcelaine, faïence ou tôle émaillée qui ornent aujourd’hui les vitrines de certains musées et figurent encore dans quelques intérieurs français.

46Il n’a pas toujours été bien accepté par certaines autorités religieuses et même médicales. Car ce petit meuble « inexprimable » évoquait trop crûment la trivialité, la nudité et le sexe. Or il fut tout de suite accepté par les membres de l’aristocratie et Napoléon Ier lui accorda une place prépondérante dans son matériel de toilette.

47Objet de tous les soins des plus célèbres ébénistes du XVIIIe siècle, le bidet devint purement utilitaire et sanitaire au cours du XIXe : les grands magasins le diffusèrent largement à des prix très modiques. Finalement, la « pièce d’eau des cuisses » avait atteint, dans les années 50, la position de troisième accessoire obligé de la salle des bains, après le lavabo et la baignoire et les médecins s’en firent les plus ardents défenseurs. Cette promotion incarnait bien l’idéal hygiéniste proposé aux familles françaises par le « Salon des Arts Ménagers » institué en 1923 par le socialiste Jules-Louis Breton, un disciple d’Édouard Vaillant, brillant leader socialiste qui n’oublia jamais qu’il était aussi docteur en médecine.

48Conscients de ce progrès en matière d’hygiène, les organismes de logements sociaux iront donc plus loin que les Instructions ministérielles de 1955 et de 1969 prévoyant que tout logement doit comporter une pièce spéciale pour la toilette, munie d’une douche ou d’une baignoire et accompagnée d’un lavabo : « L’Union nationale des organismes d’HLM » recommandera à ses adhérents de prévoir, dans les contrats avec leurs prestataires de services techniques, la pose d’un bidet. Dès lors, il ne peut plus être question de disserter sur l’utilité ou la moralité du bidet. Dans les revues des fabricants de céramique sanitaire comme dans celles de décoration, ce meuble devient l’objet d’un discours esthétique ou technique. En effet, les concepteurs ne peuvent plus échapper aux normes officielles : depuis 1975, tous les bidets doivent être conçus de manière à autoriser un écoulement complet, rapide et sans dépôts d’eaux usées ; ils doivent également branchés sur des descentes d’eaux ménagères ; enfin, les diamètres des orifices d’écoulement sont définis précisément, ainsi que les matériaux autorisés, de sorte que chaque appareil soit étanche et lisse. L’objet n’a t-il pas alors atteint une sorte de perfection ?

49Pourtant, sa fin est proche. À partir de 1975, ses chiffres de vente déclinent irrémédiablement. De 1958 à 1975, le rythme des constructions s’élève en France de 291 000 à 514 000 logements, avant de retomber, en 1984, à 295 000. La chute de la production d’appareils sanitaires suit celle des logements dont l’équipement en salles de bains est presque complet : il est passé de 30 % en 1962 à 93 % en 1992. Autre facteur important pour expliquer cette diminution : le taux de renouvellement des appareils sanitaires serait, en France, l’un des plus bas d’Europe.

50Dans le cas du bidet, par exemple, la production est descendue de 621 000 à 323 524 pièces entre 1980 et 1984. L’introduction des machines à laver a certainement joué un rôle dans ce déclin. Profitant des arrivées et des évacuations d’eau prévues pour le bidet, les jeunes générations ont préféré les utiliser pour installer ces dernières. De plus « l’objet indicible » et ses fausses pudeurs, reflets d’une hygiène partielle, donc démodée, n’a plus de place dans les intérieurs modernes où le corps s’est peu à peu libéré.

51Par ailleurs, tandis que décline la pratique du bain, se développe celle de la douche. Celle-ci emporte les faveurs de la population dont le rapport au temps se définit de plus en plus par la rapidité et la recherche de l’efficacité.

52Or la renaissance de l’hygiène « à l’ancienne » semble venir d’un pays que l’on n’attendait peut-être pas sur ce terrain, l’Italie. Là, bien préparée par plusieurs décennies de pédagogie hygiéniste, la population a réclamé et obtenu un confort intime maximal. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le développement de l’industrie de la céramique y est tel que la renommée du matériel sanitaire italien a atteint le monde entier. Aujourd’hui, le bidet est présent dans 97 % des salles de bains italiennes contre seulement 40 % en France.

53Ces modestes serviteurs devenus inutiles chez nous finiront peut-être leur carrière dans les nuées où ils voisineront avec des pots de chambre historiés et autres bourdalous. Car l’époque qui vit naître le bidet ignorait la distinction bourgeoise des objets nombres et ignobles…

54Roger-Henri Guerrand

Bibliographie

55Burgelin O., 1979. « Les outils de la toilette ou le contrôle des apparences » dans Traverses, 14-15, p. 25-42.

56Csergo J., 1988. Liberté, égalité, propreté. La morale et l’hygiène au XIXe siècle, Paris.

57Guerrand R.-H., 1985. Les lieux, Histoire des commodités, Paris, La Découverte.

58Varichon A., 2003. Le corps des peuples, us et coutumes de la propreté et de la séduction, Paris, Seuil.

59 Bain, Femmes, Hygiène

BIJOU

60Objet de parure destiné à être porté sur et parfois dans le corps. Les premières traces de son usage par les sociétés humaines sont datées à 75 000 ans avant notre ère.

61Comme le rappelle le Dictionnaire International du Bijou, il faut distinguer bijou et accessoire. Proches dans leur conception, ces objets diffèrent par leur sens. Si l’accessoire est purement décoratif, le bijou lui est porteur de nombreuses « intentions » parmi lesquelles :

62Une fonction sociale qui le rend signifiant du statut social de son porteur. Le port de l’alliance par exemple, signe aux yeux de tous un engagement particulier.

63Une fonction identitaire qui en fait un signe d’appartenance à un groupe (religieux, politique, ethnique, sexuel…). Par exemple, le joint, anneau d’oreille en or indique l’état de Compagnon de son porteur. Orné des insignes du métier, il informe alors sur la profession exacte dudit Compagnon. Les objets identitaires constituent une codification repérable soit uniquement par les individus du même groupe, soit par une population plus élargie.

64Une fonction magico-religieuse où l’on trouve amulettes, talismans, grigris, objets « thérapeutiques » offrant à leur porteur une protection contre les risques qu’implique sa circulation dans le monde ou l’aidant à combattre une atteinte donnée. Matière, couleur, forme, intervention du magicien, de l’astrologue ou du sorcier dans sa conception et jeu de croyances où il s’inscrit sont les garants de son efficacité.

65Une fonction utilitaire où l’on classe des objets tels que le peigne, le porte-parfum, la bague-sceau, la bague-clef, la châtelaine… On peut faire référence aux bagues-poisons, qui selon la légende, furent fort usitées à la cour des Borgias ou encore penser aux lourds pendentifs d’argent où jusqu’au siècle dernier les femmes du sud tunisien glissaient l’unique exemplaire de leur contrat de mariage, seule preuve de leur identité sociale.

66Une fonction sentimentale où l’objet est le vecteur du souvenir d’une personne, d’un lieu, d’un évènement malgré son absence. Ces objets portent rébus, initiales, symboles ou représentations de ce dont on veut garder le souvenir (photographie, cheveux…). On peut souligner deux bagues sentimentales en cours au XIXe siècle : la bague « Pensée », portant la représentation d’une fleur de pensée pour dire « Pense à moi lorsque je serais loin », ou encore la Bague « Aïe » en vogue lors des foires annuelles de Beaucaire (30). Ce fragile anneau en pâte de verre signait les amours le temps d’une foire et doit son nom au petit cri arraché à son porteur lorsqu’il se brisait.

67Une fonction érotique que Baudelaire dépeint dans son texte Les bijoux. L’objet va alors valoriser telle ou telle partie du corps, se dévoilant aux yeux de tous ou seulement dans un rapport d’intimité. Il fait appel à divers sens : odorat, ouïe, toucher…

68Le bijou est inscrit au cœur de multiples rituels qu’ils soient sociaux (communion, mariage et autres rites de passage) ou plus personnels (dans la manière dont il est conçu, porté, rangé…).

69À l’époque contemporaine et dans le monde occidental il reste vecteur d’« intentions » multiples, et se nourrit d’une multitude d’influences et d’adaptations. Rendu très démocratique par la foule de propositions offertes par les marchés de la grande distribution, il reste un signe d’individualisation qui se décline dans divers styles, matériaux et gammes de prix.

70Il est important de noter que quelques individus, moins artisans qu’artistes, se sont emparés de cet objet, en tentant une relecture formelle et symbolique de son sens et de ses fonctions. Peu connu du grand public, ce courant de création vise à l’usage de l’objet bijou comme objet représentatif d’une qualité particulière de relation au monde.

71Monique Manoha

Bibliographie

72Adell Gombert N., 2004. « Un bijou d’homme : le joint des compagnons du Tour de France » dans Corps et Objet – Actes du colloque des 19 et 20 septembre 2003, Le Manuscrit, p. 107-122.

73Albert-Llorca M., 1977. « L’Instant et l’éternité. Les bijoux dans la vie des femmes » dans Terrain, vol. 29, septembre, p. 69-82.

74Ciambelli P., 2002. Bijoux à secrets, MSH.

75Cerval M. (dir.), 1998. Dictionnaire International du Bijou, Paris, Éd. du Regard.

76El Aadouni H., 2004. « Le corps féminin stérile : lieu des objets » dans Corps et Objet – Actes du colloque des 19 et 20 septembre 2003, Le Manuscrit, p. 159-171.

77Joannis C., 1992. Bijoux des Régions de France, Flammarion.

78Joannis C, Julien E., 1997. Entre bagouzes et chevalières – Le bijou masculin aujourd’hui, Paris, Rapport pour la Mission du patrimoine ethnologique.

79Kertenian R., 2003. Le bijou provençal – Parures du quotidien et bijoux de fêtes, Genève, Minerva.

80Klein R., 2002. Des bijoux indiscrets, Paris, Autrement.

81 Beauté, Parure, Piercing, Tatouage

BIOÉTHIQUE

82L’éthique du corps touche autant à la relation à l’autre qu’au rapport à soi. Et l’éthique des rapports envers soi-même concerne inévitablement notre attitude face à notre corps. Que l’on soit maximaliste ou minimaliste (au sens de R. Ogien), le rapport à son propre corps ne dépendra pas des mêmes normes, mais n’en sera pas pour autant rejeté hors de la sphère de l’éthique.

83Pour les minimalistes en éthique, ce qui ne concerne que l’individu et n’a pas d’incidence sur autrui, et ce que l’on fait de son corps ne peut être discuté par la morale commune et relève uniquement de la liberté individuelle, de la morale personnelle, comme tout ce qui touche à la sphère privée.

84Pour ceux qui sont qualifiés de « maximalistes », la sphère privée et a fortiori la manière dont on traite son corps n’est pas simplement une affaire individuelle, mais se trouve également soumis au regard normateur de la société et des communautés auxquelles on appartient.

85Les éthiques de l’Antiquité, et notamment les éthiques de la vertu, peuvent être considérées comme maximalistes, en ce qu’elles préconisent, dans la visée d’un respect de soi et d’une perfectibilité, un certain rapport au corps, fait de discipline et de maîtrise des passions. Le rapport au corps étant essentiellement pensé comme une tension entre ce qui relève en nous du sensible (désirs, émotions) et ce qui relève du logos (raison, pensée, langage). Ce dernier ayant à maîtriser les émotions, que ce soit par catharsis, en exorcisant les émotions négatives qui nous éloignent de la vie bonne, ou par mimésis, en prenant exemple sur l’attitude des sages et sur les comportements préconisés et socialement valorisés. Les éthiques minimalistes, par opposition, ne dictent aucune conduite par rapport à soi-même, ne préconisent aucun mode de vie bonne, et se limitent à ce qui concerne la relation à l’autre ou à la société. La difficulté de ces dernières étant qu’il est souvent difficile de distinguer ce qui relèverait du rapport à soi et ce qui concernerait exclusivement la relation à autrui. D’autant que les deux sont souvent étroitement intriqués. En exemple le cas du suicide, s’il semble au premier abord ne concerner que l’individu et son libre-arbitre, à partir du moment où l’on considère l’homme non plus comme un simple atome, mais comme un être en relation avec d’autres (et notamment en relation de responsabilité), il n’est plus aussi simple de trancher. Ce qui pose également la difficulté d’une morale privée distincte d’une morale publique, comment conserver une cohérence lorsque l’on sépare radicalement ces deux sphères ? Le corps appartenant aux deux sphères se trouve au cœur de ces tensions, qui s’accentuent lorsque l’on met en évidence la fluctuation du sens du « privé » et du « public », selon les contextes historiques et culturels.

86En ce qui concerne la sexualité, l’éthique du corps est d’autant plus difficile à penser de manière minimaliste, qu’elle implique autrui. Ce qui porte le débat sur la question du consentement d’autrui : tout est-il permis à partir du moment où un consentement est obtenu ? Une éthique peut-elle ne se référer qu’au libre arbitre, sans réflexion sur d’autres valeurs ? Les minimalistes acquiesceront, les autres discuteront la valeur d’un consentement qui aboutirait à une objectivation de soi, voire à une déshumanisation.

87La distinction entre « avoir son corps » et « être son corps » n’est pas sans rapport avec ceci ; si l’on considère que l’on est son corps : il faut une concordance entre nos valeurs et ce qui arrive à notre corps, de même ce qui touche notre corps, touche l’ensemble de notre être.

88Pour celui qui considère au contraire qu’il possède son corps, à la manière d’une chose, alors il peut le traiter comme un simple instrument, sans avoir nécessairement à s’identifier à ce qui lui arrive. De ces deux positions, poussées à l’extrême, relèvent différentes formes d’éthique : pour celui qui identifie son corps à son être, toutes les atteintes faites à son corps le toucheront comme si elles atteignaient l’ensemble de sa personne. Pour celui qui considère son corps, dans une attitude dualiste, sous l’angle de l’avoir, il sera plus simple de se distancier de ce qui peut l’atteindre, mais il aura à repenser les normes de son rapport au corps, qui ne pourront simplement être déduites de l’ensemble des normes du rapport à soi. Peut-il traiter son corps comme un simple objet ? Comme n’importe quel objet ? C’est là la question que posent de nombreux artistes contemporains, notamment lorsqu’ils transforment leur corps en œuvre d’art, les exposant et leur attribuant des qualités d’objet.

89La question change lorsqu’il s’agit du corps d’autrui, et lorsque le consentement n’est que présumé. On entre là dans les questions du rapport à autrui, où l’éthique du corps s’avère centrale, notamment parce que le corps est au centre des relations humaines et sociales. Une éthique de la relation à l’autre, qu’elle concerne les relations de la société à l’individu ou les relations inter personnelles implique nécessairement la prise en compte du corps d’autrui.

90Sur le plan social, le corps est au centre de nombreux processus de contrainte et d’aliénations, où la norme est imposée, parfois avec violence. Le travail où le corps de l’autre n’est plus qu’instrument, machine à produire : dans l’esclavage, la prostitution forcée, le travail industriel ou le travail infantile ou encore les formes socialement valorisées d’aliénation, comme dans le sport de compétition qui va jusqu’à la destruction de sa santé (par le surentraînement, le dopage) pour la reconnaissance sociale. Corps instrumentalisé pour la performance de l’individu ou du groupe.

91Le corps est aussi le lieu de la peine et du châtiment infligés par la société. Dans l’enfermement, l’isolement des corps, en passant par le travail forcé, le marquage, et la violence punitive, jusqu’à la peine de mort, on retrouve les traces de la normativité sociale jusque dans la chair de l’individu. Depuis Cesare Beccaria on s’interroge sur la valeur éthique de tels châtiments, dont l’efficacité a été largement remise en doute. Punir l’homme passe depuis toujours essentiellement par son corps. Une éthique de la peine ne peut se passer d’une réflexion sur l’éthique du corps.

92Le pouvoir du groupe sur l’individu passe en grande partie par une maîtrise, réelle ou symbolique des corps, que ce soit dans l’éducation, les rites de passage, les mutilations corporelles à caractère religieux, jusqu’aux contraintes concernant l’apparence du corps dans la vie quotidienne (normes de pudeur, d’apparence de genre, de présentation de soi etc.). Ce qui pose un certain nombre de problèmes éthiques, notamment sur la liberté de l’individu à refuser ces insertions contraintes dans un ensemble de normes imposées par la communauté.

93Par extension, tout un ensemble de problèmes éthiques concernent les représentations du corps, que ce soit de son propre corps ou de celui d’autrui. Problèmes qui surgissent lorsque la représentation du corps de l’autre a pour objectif de le dénigrer, de proposer une image déshumanisante de lui. Représentations dégradantes que l’on retrouve aussi bien dans la propagande politique que dans diverses formes de racisme où la représentation du corps de l’autre devient le moyen de son exclusion.

94En éthique des médias et de l’information se pose également la question de la représentation : doit-on tout montrer ? Violences, massacres, tortures (à l’image de celles d’Abu Ghraib) ? L’information a-t-elle besoin de ces visions de corps torturés ? Ne pas les montrer est-il un manquement à l’éthique (comme on l’a reproché à propos du génocide du Rwanda) ? Mais on s’interroge également à propos des représentations médiatiques du corps, sur les normes véhiculées, de manière explicite ou non, et de l’influence de ces normes sur les comportements (anorexie, phénomènes de violences etc.)

95Mais la question se pose aussi en art, tout peut-il devenir art ? Le corps humain a-t-il un statut particulier, une dignité particulière ? C’est la question que posent les tenants de l’art biologique : que ce soit dans l’utilisation de corps entiers ou de parties du corps. Ils interrogent les sensibilités contemporaines sur la valeur spécifique du corps.

96Bien entendu une éthique du corps concerne également nombre de question en bioéthique, éthique médicale et santé publique. Notamment tout ce qui concerne les produits du corps humain (sang, cellules souches, ADN, sperme, ovules etc.), ses parties (organes, membres) ainsi que les fœtus, embryons et morts-nés. De nombreuses questions éthiques sont apparues avec les nouvelles techniques, qui concernent aussi bien l’information à leur sujet (informations bio-métriques) que leur utilisation, commercialisation ou conservation.

97Ce qui concerne également les rapports de la société face au corps de l’individu : jusqu’où peut-on imposer des normes de prévention ou de santé surtout lorsqu’elles peuvent également porter atteinte au corps de l’individu ? Se posent également en éthique de la recherche, les questions portant sur le corps du sujet d’investigations, jusqu’où son instrumentalisation au nom du bien commun est-elle acceptable ?

98Florence Quinche

Bibliographie

99Ccne, notamment les avis suivants : Avis 21 (Non commercialisation du corps humain) ; Avis 93 (Commercialisation des cellules souches humaines et autres lignées cellulaires), Avis 100 (Migration, filiation et identification par empreintes génétiques)

100Beccaria C., 1764. Des délits et des peines, Paris, Gallimard.

101Collectif, 2002. « Éthique et esthétique de l’art biologique », dans ART Press no 276, Février.

102Folscheid D., Feuillet-Leminthier B., Mattéi, J.-F., (1997), Philosophie et droit de l’éthique médicale, Paris, PUF, coll. « Thémis ».

103Foucault M., 1994. Histoire de la sexualité, Le souci de soi, Paris, Seuil, tome III.

104Heller G., 1988. Tiens-toi droit, Lausanne, éd. D’En Bas.

105Memmi A., 1957. Portrait du colonisé, Portrait du colonisateur, Paris, Gallimard, 2002, coll. « Folio actuel ».

106Paperman P., Laugier S., 2006. Le souci des autres, éthique et politique du care, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques ».

107Pinsart M.-G. (dir.), 2004. Genre et bioéthique, Paris, Vrin.

108Ogien R., (2007). L’éthique aujourd’hui. Maximalistes et minimalistes, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais ».

109Voelke A.-J., 1993. La philosophie comme thérapie de l’âme, Études de philosophie hellénistique, Fribourg, éd. Universitaires, Paris, éd. du Cerf.

110 Don, Éthique, Philosophie

BIOMÉCANIQUE

111La définition du terme « biomécanique » prend sa source dans le sens étymologique du mot lui-même. En effet, il est l’association du mot grec bios qui signifie vie et du mot mêkhanikos (de mêkhanî) qui signifie machine ou mécanique.

112D’une part, le mot mécanique comprend la description des forces, des mouvements, des contraintes et s’applique, d’un point de vue général, à l’analyse d’un système réel physique. Et d’autre part, le mot biologie qui représente la science des êtres vivants et qui, étant donné qu’elle fait partie intégrante du monde physique, est devenu naturellement un objet de recherche en mécanique.

113Par suite, on peut définir la biomécanique comme un champ d’intérêt qui s’adresse à l’étude des structures de tous organismes vivants et de leurs fonctions par rapport à l’environnement en faisant appel aux lois de la physique. La biomécanique s’affirme ainsi comme une composante à part entière de la mécanique et de la biologie, qui sont les deux disciplines dont elle est issue. C’est une science qui offre de nouveaux défis aux mécaniciens et aux biologistes, et qui constitue un merveilleux terrain de collaboration entre ingénieurs, physiciens et spécialistes des sciences de la vie.

114La formation en biomécanique repose donc sur des connaissances multidisciplinaires et complémentaires à celles de la discipline mère. Par exemple, un ingénieur doit posséder des notions d’anatomie fonctionnelle et d’analyse du mouvement humain alors qu’un spécialiste en activité sportive doit développer son savoir en mathématique et en physique tout comme un médecin.

115Le comportement biomécanique se caractérise aux moyens de divers outils qui peuvent être utilisés séparément ou ensemble :

  • l’analyse du mouvement : c’est la description de l’état d’un corps dont la position par rapport à un repère change continuellement. L’analyse du mouvement nécessite des connaissances en coordinations motrices, en données anthropométriques, des collectes de données cinématographiques, etc.
  • l’estimation des forces : elle a pour objectif d’analyser les forces qui agissent sur les corps pour les déplacer et les effets produits par celles-là.
  • la caractérisation mécanique des tissus biologiques : il s’agit de caractériser le comportement et l’endommagement des matériaux biologiques sous des sollicitations dynamiques et d’établir leurs équations constitutives.

116L’ensemble de ses travaux est fondé sur deux principales approches complémentaires : l’expérimentation et la simulation numérique.

117Concernant l’expérimentation, elle concerne l’utilisation de capteurs (accéléromètres, plates formes de force, jauges de contrainte, etc.) qui vont permettre de recueillir les données nécessaires à l’évaluation des déplacements, des accélérations, des forces, etc. Cette discipline consiste à instrumenter des sujets d’études pouvant être des volontaires, des animaux, des mannequins anthropomorphes ou des corps donnés à la science.

118L’approche numérique consiste à simuler par ordinateur le comportement physique du système réel. La modélisation numérique la plus usitée est celle fondée sur la méthode des éléments finis. Elle permet de représenter de manière analytique un milieu continu complexe en le subdivisant en une série de domaines, les éléments finis, plus petits et plus simples et possédant leurs propres équations pour décrire leurs contraintes et leurs déformations.

119La biomécanique contribue à l’accroissement des connaissances sur les systèmes biologiques et toutes inventions issues de celles-ci. Elle permet de proposer des solutions à des problèmes médicaux, biologiques et sportifs. Mais cette définition est cependant limitative car elle couvre en effet un champ d’intérêt très large et fait intervenir plusieurs spécialités.

120Parmi les principaux, on dénotera les champs d’applications suivants : la biomécanique des fluides et des muscles ; la biomécanique du choc : acquisition des connaissances sur la caractérisation du corps humain soumis à un impact, amélioration de la sécurité automobile par exemple par l’évaluation des systèmes de protection, la biomécanique cellulaire ; la biomécanique du mouvement : amélioration de la performance d’un athlète et du matériel sportif ; la biomécanique au service de la santé : implants orthopédiques, chirurgie assistée par ordinateur, réadaptation (marche normale et pathologique) ; la biomécanique ergonomique : amélioration des postes de travail ; l’animation et l’industrie du cinéma.

121La biomécanique a ainsi fortement participé aux avancées modernes dans le domaine des sciences médicales et technologiques. Par exemple, elle a permis de résoudre de nombreux problèmes cliniques dans le domaine cardio-vasculaire, orthopédique, traumatologique, physiologique, etc. Toutefois, la biomécanique est un sujet jeune et la connaissance est encore imparfaite. De nombreuses informations manquent et de nombreux champs d’applications n’ont pas encore été explorés.

122Thierry Serre et Christian Brunet

Bibliographie

123Allard P., Blanchi J.-P., 1999. La biomécanique, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

124Fung Y. C., 1993. Biomechanics, Springer.

125Jaffrin M.-Y., Goubel F., 1998. Biomécanique des fluides et des tissus, Paris, Masson.

126Nahum A. M., Melvin J. W., 2002. Accidental injury : biomechanics and prevention, Springer.

127Schneck D. J., Bronzino J. D., 2003, Biomechanics : principles and applications, CRC Press.

128Serre T., Brunet C., 2006. L’anatomie humaine en position de conduite automobile : reconstruction 3D et applications, Nancy, PUN, coll. « Épistémologie du corps, Représentations du corps », p. 31-37.

129 Bionique, Cyborg, Ergonomie, Force, Hybride, Sport, Travail

BIONIQUE

130La bionique est une science multidisciplinaire récente qui étudie les systèmes naturels, les principes et/ou les propriétés et leurs mécanismes avec pour objectif de les appliquer à créer de nouveaux produits ou à résoudre des problèmes techniques existants dans des produits déjà conçus.

131Le principe de l’évolution considère la lente adaptation de la nature des espèces ayant survécu à la sélection naturelle ; pour la bionique la nature se retrouve donc le modèle par excellence des espèces le mieux adaptées à leurs fonctions intrinsèques, et à leur environnement. Par exemple la méthodologie de la bionique permet l’organisation des étapes basiques dans la recherche techniques des solutions les plus efficientes. (Kindlein et Guanabara, 2005).

132L’ensemble utilisateur-interface-mécanisme comprend des composants artificiels et biologiques définis en tant que système bionique hybride. Ces systèmes hybrides bioniques sont mis en place à l’interaction du corps humain et des machines, médiateurs des interfaces homme-machine (IsHM). Les interfaces cerveau-machine (IsCM) quant à elles sont une classe particulière des IsHM, étudiées en tant que moyens de communication pour des personnes qui ont peu ou pas de contrôle volontaire de leur activité musculaire. Dans ce cas ces interfaces sont considérées en tant qu’applications prosthétiques. Mais pour des gens non-handicapés le cerveau-machine sert alors d’interface d’augmentation de leurs fonctions.

133Le corps en tant qu’entité bionique a un avenir à jouer dans le sport (voir le cas de l’athlète para-olympique Oscar Pistorius). Pour le moment les législations des Jeux Olympiques rejettent le corps bionique, préférant conférer au corps humain sportif des caractéristiques modernistes de perfection humaine idéalisée. N’en est pour le moment que l’image du premier corps bionique entièrement refait des années 1970 de la série télévisée de science-fiction, L’homme qui valait trois milliards (Steve Austen).

134En médecine le corps devient de plus en plus bionique (pacemakers, valves, hanches en titane, sang en polymère synthétique, yeux électroniques, prothèse de main de jambe de bras bionique, rétine artificielle, etc.). Le corps est devenu interchangeable (dons d’organes, transplantations) et ses parties se « gadgétisent ». La bionique par le biais de la chirurgie et du procédé de réinnervation ciblée du muscle mis au point par le Prof. Kuiken et le Rehabilitation Centre of Chicago (RIC) permet de résoudre quelques des problèmes présentés jusqu’alors par certains appareils prosthétiques mécaniques et myo-électriques, dont celui du mouvement précis, du sens du toucher, et du rétrocontrôle gestuel. Le succès de ce projet bionique joue sur la fiabilité des nerfs du membre amputé. Nous assistons de façon plus générale dans la pratique médicale à un déplacement de la pratique du soin du corps, altruiste et centrée sur le patient, à une industrie internationale basée sur un marché libéral ou à une industrie de réparation militaire (Ampute Cohalition of America). Ces projets de recherche en partie financés par des organismes militaires tels que le Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) sont également majoritairement voués à leur commercialisation auprès du grand public.

135Ainsi la tendance en médecine est à l’objectification du corps et de ses organes, le cœur par exemple n’est « seulement qu’une pompe » ; cette conception du corps mécaniste/réductionniste (d’après les cybernéticiens ayant débutée chez Julien Offray de La Mettrie début XVIIIe, avec L’Homme-machine) entre en conflit avec les conceptions culturelles sur la nature incarnée de l’identité de soi et la nature « sacrée » du cœur en tant que siège même de la personne (Sharp, 1995). Ils sont considérés d’un point de vue critique comme « la conséquence de la socialisation des mécanismes biologiques » (Giddens, 1991). Jusqu’à quelle mesure le contrôle technologique grandissant exacerbe notre incertitude au sujet de ce que sont précisément les corps et de ce qu’ils doivent devenir ? Ces avancées médicales en science et en technologie sont instrumentales et symptomatiques de la crise de la signification du corps au tournant du XXIe siècle, dans le développement de sa rationalisation, en le rendant plus élusif et problématique d’un point de vue de la médecine qui reste une discipline moderniste, cette rationalité scientifique du corps soulevant du même coup ses doutes propres et ses incertitudes (Williams, 1997).

136Judith Nigogossian

Bibliographie

137Journal of Bionic Engineering qui publie des articles spécialistes.

138Butryn T. M., 2000. Posthuman Podiums : the Technological life-history narratives of Elite Track and Field Athletes. The University of Tenessee.

139Giddens, A., 1991. Modernity and Self Identity : Self and Society in the late Modern Age. Polity, Cambridge, Stanford University Press.

140Kindlein J. R. W., Guanabara A., 2005. « Methodology for product design based on the study of bionics ». Materials & Design, 26, p. 149-155.

141Le Clair J.-L., 2005. Contestation in the Social Construction of Body Image and Identity : Transformational Narratives of the Lives of Canadian Paralympians. Thèse publiée. Heritage Branch, Ottawa.

142Sharp A., Lesley, 2000. « The Commodification of the Body and its Parts » dans Annu. Rev. Anthropol. 29 : 287-328.

143Tonet O. et al., 2007. « Defining brain-machine interface applications by matching interface performance with device requirements » dans Journal of Neuroscience Methods, doi : 10.1016/ j.jneumeth.2007.03.015.

144Williams, S. J., Calnan, M. (éds), 1996. Modern Medicine Lay Perspectives and Experiences. London, UCL Press.

145www.amputee-coalition.org

146 Biotechnologie, Cyborg, Hybride

BIO-POUVOIR

147Michel Foucault est sans doute le penseur qui a le plus contribué à l’étude et à l’intérêt récent pour le bio-pouvoir et la bio-politique. Selon le philosophe, notre société a traversé le « seuil de modernité biologique » au passage du XVIIIe au XIXe siècle, lorsque l’individu et l’espèce sont entrés dans les stratégies et les calculs du pouvoir politique. La vie biologique et la santé de la nation sont devenues les cibles fondamentales d’un pouvoir sur la vie, dans un processus dénommé « étatisation du biologique ». Le bio-pouvoir classique – tel qu’il est formulé dans le premier volume de l’Histoire de la sexualité, La volonté de savoir et dans le cours de 1975-1976 au Collège de France, Il faut défendre la société – s’articulait autour d’une double forme, comme un pouvoir en même temps individualisant et totalisant : une anatomo-politique du corps, dont la base était formée par les processus de discipline corporelle, et une bio-politique des populations, c’est-à-dire une série de mécanismes régulateurs globaux qui visent le corps, dans une dimension globale, prenant en compte les processus biologiques, la population avec ses régularités : natalité, mortalité, longévité, etc. (Foucault, 1976, 1997). La bio-politique analysée par Foucault mettait spécialement en relief les notions de sexualité, de race et de dégénérescence, dont l’objectif était l’optimisation de la qualité biologique des populations. Elle était historiquement liée à la constitution et au renforcement de l’État national, à l’affirmation de la bourgeoisie, ainsi qu’à la formation d’un dispositif médico-juridique visant la médicalisation et la normalisation de la société. (Foucault, 1976, 1997, 1999). Son apparition se rencontre inextricablement liée à la naissance des sciences de la vie, des sciences humaines et de la médecine clinique. Si dans les textes mentionnés, Foucault considère le bio-pouvoir comme un concept plus étendu, lequel inclurait la bio-politique, en d’autres endroits il utilise tantôt bio-pouvoir, tantôt bio-politique, comme étant presque synonymes, les rapprochant de la notion de médicalisation. Ainsi, déjà en 1974, Foucault affirme que le corps est « une réalité bio-politique », et la médecine est « une stratégie bio-politique » (Foucault, 1994, III, 210). La dimension bio-politique de la médecine réside dans son pouvoir normalisateur, le pouvoir médical « est au cœur de la société de normalisation » (Foucault, 1994, III, 76, 50 ; IV, 199). La médecine est un savoir-pouvoir qui survient en même temps sur le corps individuel et la population, en agençant des mécanismes disciplinaires et régulateurs. La norme se réfère aussi bien au corps qui doit être discipliné qu’à la population qui doit être réglementée (Foucault, 1997).

148À partir de 1976, Foucault relie la bio-politique au thème de la gouvernementalité. L’objectif est de réaliser une généalogie des différents arts de gouverner depuis le pouvoir pastoral jusqu’au surgissement du bio-pouvoir (Foucault 1994, III, 719723, 818-825). Le pouvoir pastoral apparaît comme un pouvoir individualisant et totalisant qui donne lieu, à partir du XVIe siècle, à une nouvelle forme de rationalité politique, la « raison d’État » donnée, qui jointe à « la science de la police » (Polizeiwissenschaft), exerce une « pastorale politique » ou économique. Ainsi, pour De Lamaré, au début du XVIIIe, la cible de la politique c’est la vie, et pour Von Justi, la population. La police se constitue comme un dispositif bio-politique fondamental dans le cadre des pratiques gouvernementales. À partir de là, la politique devient nécessairement bio-politique (Foucault, 1994, IV, 813-828).

149Pour Foucault (1976) la résistance au dispositif bio-politique se rencontre dans la vie même, dans une « autre économie des corps et des plaisirs », c’est-à-dire dans un « pouvoir de la vie », susceptible de résister aux agencements du « pouvoir sur la vie » que définit la bio-politique. Il croyait que la résistance à cette nouvelle forme de pouvoir devait s’appuyer précisément sur ce qu’elle a investi, c’est-à-dire la vie même : « La vie comme objet politique a été en quelque sorte prise au mot et retournée contre le système qui entreprenait de la contrôler » (Foucault, 1976, p. 191 ; Deleuze, 1986). Récemment quelques auteurs ont repris et actualisé la question à partir des analyses de Deleuze (1990) de la « société de contrôle », laquelle constitue une intensification et une généralisation de la discipline (Hardt, 1998), mettant en relief la possibilité d’un pouvoir de création de vie, une bio-politique productive autant que production sociale de subjectivité dans le nouveau régime impérial (Hardt et Negri, 2000 ; Lazzarato, 2000).

150Dans les analyses classiques, Hannah Arendt (1995, 1997) a aussi diagnostiqué le « seuil de la modernité biologique », le surgissement du bio-politique, lorsque dans ses investigations sur le phénomène totalitaire, elle soulignait comment dans les camps de concentration nazis et staliniens s’opérait la transformation de la nature humaine, visant la réduction bio-politique des individus à un pur fait biologique, « la vie nue » (Agamben, 1995), ou à ce qu’elle appelait l’« abstraite nudité d’être uniquement humain ». Ces analyses ont leur continuité dans la critique arendtienne de la modernité selon laquelle la condition vitale détruit les conditions mondaines et plurielles de l’existence. Si dans le totalitarisme le pouvoir artificiel de la technique était utilisé pour réduire l’humanité au fait biologique, dans les sociétés libérales modernes il a recours à la même artificialité avec l’objectif d’augmenter le pouvoir de processus vital naturel, devenu la norme implicite de la vie en commun. La vie est devenue une vérité axiomatique de validité incontestable. Le régime bio-politique des sociétés libérales post-totalitaires se rencontre sous la primauté de l’« immortalité du processus vital », qui a envahi l’espace public et est devenu la règle de l’organisation sociale, liée à la négation de l’institution du monde comme règle de l’organisation politique de la pluralité humaine. Avec cela la vie arrive à occuper le vide laissé par la décomposition de champ d’action public. Ce mouvement de politisation de la vie est pour Arendt profondément non politique.

151La réflexion d’Agnès Heller (1994) sur la bio-politique a comme toile de fond les analyses arendtiennes et foucaldiennes avec lesquelles s’établit une discussion féconde. La cible de Heller est constituée par les groupes bio-politiques, montrant comment ils représentent avant l’appauvrissement du politique, des formes non politiques de regroupement, plutôt que les pratiques d’une politique pure, parce que les critères de regroupement biologiques et corporels (race, sexe, santé, performances physiques, maladies spécifiques, longévité) remplacent les critères politiques de regroupement. Même si le processus de politisation de la vie est irréversible, pour Heller la bio-politique ne peut pas être considérée comme politique, étant plutôt le résidu totalitaire restant dans les sociétés démocratiques. Face au discours politique fondé sur la pluralité des opinions, le discours bio-politique substitue à la pluralité l’identité, et à l’opinion la vérité et l’existence d’une unique opinion « politiquement correcte ». La réduction biologique de la pluralité à l’identité homogénéise les différences, en visant la cohésion et l’unité du groupe.

152La bio-politique de la santé est un cas qui mérite une attention spéciale à l’intérieur du spectre bio-politique. Pendant le XXe siècle, ces questions ont renoncé à être l’objet de gestion étatique, devenant tantôt des problèmes d’ordre privé, tantôt des sujets d’ordre social. La santé et le corps parfait sont devenus la nouvelle utopie apolitique de nos sociétés. (Sfez, 1995). La re-politisation de la santé a donné la possibilité de créer une forme de sociabilité apolitique, la bio-sociabilité (Rabinow, 1996), constituée par des groupes d’intérêts privés, non plus réunis selon des standards traditionnels de regroupement de classe, d’ordre, d’orientation politique, mais selon les critères de santé, de performance physique, de maladies spécifiques, de longévité, etc. Dans cette culture de bio-sociabilité des modèles idéaux de sujet fondés sur la performance physique, de nouveaux paramètres de mérite et de reconnaissance se créent, de nouvelles valeurs fondées sur des règles hygiéniques et des régimes d’occupation du temps s’établissent. Les actions individuelles arrivent à être dirigées avec l’objectif d’obtenir la meilleure forme physique, plus de longévité, le prolongement de la jeunesse, etc. En même temps, toutes les activités sociales, ludiques, religieuses, sportives, sexuelles sont re-signifiées comme pratique de santé. (Crawford, 1980, 1994 ; Conrad, 1995 ; Edgley et Brissett, 1990 ; Petersen, 1997 ; Bunton, 1997 ; Aïach, 1998 ; Morris, 2000 ; Greco, 1993). Dans l’actualité, le discours de risque est l’élément structurant basique de la bio-sociabilité. Le corps et le self sont modelés par le regard critique de l’autre qui apporte l’introjection de la rhétorique du risque. Le résultat en est la constitution d’un individu responsable qui oriente ses choix comportementaux et ses styles de vie vers la recherche de la santé et du corps parfait et le détournement des risques. La bio-politique contemporaine est la politique du risque. (Rose, 2001 ; Lupton, 1999).

153Francisco Ortega

Bibliographie

154Agamben G, 1995. Homo sacer. Il potere sovrano e la nuda vita, Torino, Giulio Einaudi editore s.p.a.

155Aïach P, 1998. « Les voies de la médicalisation », dans Aïach P., Delanoë P. (dir.) L’ère de la médicalisation. Ecce homo sanitas, Paris, Economica.

156Arendt H, 1979. The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace & Company.

157Arendt H, 1998. The human condition, Chicago & London, The University of Chicago Press.

158Bunton R, 1997. « Popular health, advanced liberalism and “Good Housekeeping” », dans Petersen A., Bunton R. (dir.) ; Foucault, Health and Medicine, London, Routledge.

159Conrad P, 1995. « Médicalisation et contrôle social », dans Bouchard L., Cohen D. (dir.), Médicalisation et contrôle social, Les cahiers scientifiques de l’Acfas, 84, Québec.

160Crawford R, 1980. « Healthism and the medicalization of everyday life » dans International Journal of Health Services, vol. 10, 3, p. 365-388.

161Crawford R, 1994. « The boundaries of the self and the unhealthy other : reflections on health, culture and aids » dans Social Sciences and Medicine, vol. 38, 10, p. 1347-1365.

162Deleuze G, 1986. Foucault, Paris, Gallimard.

163Deleuze G, 1990. Pourparlers 1972-1990, Paris, Minuit.

164Edgley C., Brissett D, 1990. « Health Nazis and the cult of the perfect body : some polemical observations », Symbolic Interaction, vol. 13, 2.

165Foucault M., 1976. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

166Foucault M., 1994. Dits et écrits, 4 vol., Paris, Gallimard.

167Foucault M., 1997. Il faut défendre la société. Cours au Collège de France. 1975-1976, Paris, Gallimard, Seuil.

168Foucault M., 1999. Les Anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, Gallimard, Seuil.

169Greco M., 1993. « Psychosomatic subjects and the “duty to be well” : personal agency within medical rationality » dans Economy and Society, vol. 22, 3, p. 357-372.

170Hardt M., 1998. « La societé mondiale de contrôle » dans Alliez E. (dir.) Gilles Deleuze – une vie philosophique, Paris, Synthélabo.

171Hardt M., Negri T., 2000. Empire, Cambridge, Harvard University Press.

172Heller A., Fehér F., 1994. Biopolitics, Ashgate, Aldershot.

173Lazzarato M., 2000. « Du biopouvoir à la biopolitique » dans Multitudes, no 1.

174Lupton D., 1999. Risk, London and New York, Routledge.

175Morris D., 2000. Illness and culture in the post-modern age, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

176Petersen A., 1997. « Risk, governance and the new public health » dans Petersen A., Bunton R. (dir.), Foucault, Health and Medicine, London, Routledge.

177Rabinow P., 1996. « Artificiality and Enlightenment : From Sociobiology to Biosociality » dans Essays on the Anthropology of Reason, Princeton, NJ, Princeton University Press.

178Rose N., 2001. « The politics of life itself » dans Theory, Culture & Society, vol. 18 (6).

179Sfez L., 1995. La santé parfaite – critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil.

180 Biotechnologie, Race, Santé, Utopie

BIOSUBJECTIVITÉ

181Le corps est une matière se développant en une forme selon un programme génétique et en fonction de sa plus ou moins grande plasticité bio-culturelle. Le corps humain est bio-culturel, il est le résultat de l’interaction de sa matière génétique avec un environnement socio-culturel qu’il incorpore au fur et à mesure de sa constitution, de ses régulations et de son adaptation, limitée à sa mort, au monde extérieur et à ses représentations du monde. Le corps devient humain par l’incorporation de ses apprentissages volontaires et involontaires au cours de sa formation et tout au long de son existence ; il se constitue des habitus qui sont l’impression dans sa matière des codes, signes et langages culturels dans lesquels il a été éduqué et vit. Ni entièrement individuel, ni strictement social, le corps humain est le résultat d’une construction symbolique et d’une invention subjective selon les perceptions et les représentations individuelles et collectives. La différence sexuelle est une différenciation sociale qui repose sur des capacités de reproduction organisées économiquement selon des normes dans le travail et par la vie quotidienne.

182Le corps objectif est perçu à travers le corps subjectif et cette expérience vient modifier l’image du corps, l’estime de soi et la relation au corps d’autrui. Constitué par l’interaction sensorielle et linguistique, le corps humain devient une chair par la mémoire et l’imaginaire : ne parvenant jamais à sortir de notre corps autrement que par des médiations symboliques, la distinction entre le dedans incarné et le dehors objectivé fournit au sujet corporel des modes d’actions ; l’unité somatopsychique définit un vécu unifié là où chaque faculté peut exercer sur le corps une distinction par la perception, la conscience, le langage ou l’action. Le phénomène psychosomatique révèle l’investissement des représentations inconscientes dans le schéma corporel et dans l’image du corps.

183Dès lors que le corps n’est plus naturel, ou du moins que la représentation individuelle et sociale du corps le définit comme entièrement culturel et technique, le corps pourra être déconstruit et reconstruit de manière indéfinie. Déjà le cerveau partiellement et le corps dans sa totalité sont remplaçables comme les pièces d’un mécano techno-biologique. Reste que la mécanisation du vivant doit être fonctionnelle dans son artificialité même. Notre attachement mental à la subjectivité substantielle nous entretient dans cet imaginaire de l’unité du moi, du corps propre qui produit l’illusion d’une indépendance mentale par rapport à notre état biologique. Pour celui qui est greffé, mais peut-être aussi dès la première opération fonctionnelle, chacun découvre que notre corps reçu s’use, tombe malade, se modifie avec l’âge, se dégrade avec le temps et se transforme. En changeant de corps nous arrêterions cette temporalité biologique soit en retardant le vieillissement, soit en complétant les défauts du temps par un renouvellement de l’espace du corps.

184À supposer que nous puissions faire correspondre notre corps à notre désir, cela suffirait-il pour abolir cette relation d’un sujet à un objet, pour incarner pleinement le sujet ? Car le corps en tant que vivant subjectif, est toujours d’une intensité, d’une temporalité et d’une spatialité telles qu’aucun contenu ne parviendra à le réduire. En changeant de corps, en le rendant aussi proche de ce que nous désirons, l’être biotechnique voudrait convertir le temps biologique, moins pour l’arrêter ou pour l’allonger que pour vivre intensément le temps biologique comme le mouvement biosubjectif. En modelant la matière de son corps, le sujet ne se forme pas seulement, il s’informe du mouvement de sa chair. En changeant de corps le sujet se découvre mouvant, épris de mouvement et mobile. Plutôt que de se construire pour atteindre un idéal esthétique ou fonctionnel, le sujet mouvant voudrait à l’extrême se modifier sans cesse.

185Bernad Andrieu

Bibliographie

186Andrieu B., (2004). Le corps en liberté, Illusion ou invention du sujet ?, Bruxelles, Labor.

187Andrieu B., 2002. La chair du cerveau. Phénoménologie et biologie de la cognition, Mons, Sils Maria.

188Dagognet F., 1992. Un corps multiple et un, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

189Dejours C., 1986. Le corps entre la biologie et la psychanalyse, Paris, Payot.

190Depraz N., 2001. Lucidité du corps. De l’empirisme transcendantal en phénoménologie, Kluwer.

191Guillerault G., 1989. Le corps psychique, Paris, Éd. Universitaires.

192Liotard P., 2003. « Corps en kit » dans Quasimodo, no 7, Modifications corporelles, p. 7-19.

193Nancy J-L., 2000. L’intrus, Paris, Galilée.

194Todes S., 2001. Body and World, MIT Press.

195Varela F., Thompson E., Rosch E., 1993. L’inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil.

196 Chair, Différence sexuelle, Image du corps, Incorporation, Philosophie du corps, Psychosomatique

BIOTECHNOLOGIE

197Moyen pour le corps vivant de se créer un corps artificiel. Le sujet occidental peut être aujourd’hui médecin de son corps (Andrieu, 1999). Il ne veut plus être un simple patient mais un agent de sa médecine. La santé n’est plus naturellement reçue comme l’acceptation d’un destin fatalement mortel, développement nécessaire d’un déterminisme maléfique qui échapperait à tout contrôle. La norme de la santé est devenue le contraire du respect de la vitalité naturelle de l’organisme. Ce recul du déterminisme naturel implique un refus culturel du fatalisme et l’instauration d’une croyance en une santé renouvelable par les biotechnologies. Cette croyance n’est pas une illusion, comme le soulignaient D. Deleule et F. Guery dès 1972, mais « le problème “naturel” de la survie devient problème du vivant à l’intérieur du corps productif » (D. Deleule, F. Guery, 1972, p. 102). Le sujet utilise le corps vivant, non plus pour se reproduire, mais pour se produire et pour produire des espèces et des individus inédits dans la nature. La recombinaison surnature le corps vivant en lui dessinant de nouvelles matières et des formes sanitaires d’existence adaptées au désir du sujet humain.

198Ainsi l’organisme humain ne subit plus la sélection naturelle ; devenu sujet, il a remplacé, grâce à l’invention biotechnologique, la sélection naturelle par le design culturel du corps. La vie-sujet (Le Blanc, 2002) renouvelle le sens de la matière organique qui n’est plus considérée comme transcendante ; l’action pour créer une biosphère plus ou moins parfaite remplace la nature première par un environnement. Le corps n’est plus respectable pour sa seule forme naturelle. M. Foucault nous indique combien, défi pour la philosophie occidentale, « le bios a cessé d’être l’objet d’une tekhnê pour devenir le corrélatif d’une épreuve, d’une expérience, d’un exercice » (2001, p. 466). Or en se dessinant un corps à soi, le sujet contemporain voudrait fonder un bios-tekhnê par lequel la rationalisation biologique pourrait subjectiver le corps : l’épreuve de la vie deviendrait le principe de la biotechnologie afin d’avoir un corps à soi, un corps semblable à soi. L’individuation (Pichot, 1980 ; 1991) est devenue plus fondamentale que l’individualisme.

199Peut-on, sans finalisme, affirmer que l’organisme vivant se sert du sujet humain pour exprimer dans les biotechnologies sa dynamique régénératrice ou bien le sujet contemporain utilise t-il les matériaux de l’organisme vivant pour atteindre une santé biotechnologique ? Ce nouveau corps-sujet possède trois caractéristiques : 1. La transformation et l’amélioration de la santé avec un corps plus performant et spécialisé dans ses fonctions biotechnologiques afin de pallier le déficit et la dégénérescence naturels. 2. Le sujet devient acteur de son autonomisation biotechnologique en dessinant les formes et la matière de son corps. 3. L’invention d’espèces biotechnologiques vient modifier l’imaginaire sanitaire. Le corps-sujet définit un soi-même en inventant de nouvelles matières et formes.

200La matière du corps, depuis l’invention de la biomédecine (Gaudillère, 2002), est décomposable puis recomposable en autant de formes virtuelles dont le fonctionnement dépend désormais de l’accord de l’imagination humaine avec la dynamique du vivant. Cette atomisation du corps au sein d’une biologie moléculaire a pu suivre le même mouvement historique que la physique quantique, puis nucléaire. L’analytique de la matière découvre les lois des éléments, de leur relation entre eux et des interactions avec l’environnement. La description des propriétés internes redéfinit la logique du vivant par l’action du temps biologique dans le jeu des possibles (Jacob, 1981). La notion de programme génétique (Maurel et Miquel, 2001, p. 51) est plus téléonomique que mécanique. Sans doute la part de cette dynamique adaptative non intentionnelle du vivant a pu être précisée grâce à la biologie du développement (Le Douarin, 2000, chap. 3) en termes de pluripotence, de plasticité et de différenciation. Ce qui autorise une interprétation des gènes (Andrieu, 2002) plutôt qu’une explication génétique des comportements.

201Bernard Andrieu

Bibliographie

202Andrieu B., 1999. Médecin de son corps, Paris, PUF, coll. Médecine et Société, Préface de F. Dagognet.

203Deleule D., Guery F., 1972. Le corps productif, Mame.

204Fagot-Largeault A., 2002. « L’ordre vivant », dans Andler D., Fagot-Largeault A., Saint-Fassin D., 1996. L’espace politique de la santé. Essai de la généalogie, Paris, PUF.

205Gaudillère J.-P., 2002. Inventer la biomédecine : La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant (1945-1965), Paris, La Découverte.

206Habermas J., 2002. « Vers un eugénisme libéral » dans Esprit, nov., p. 126-138. Extrait de « L’Avenir de la Nature Humaine ».

207Le Blanc G., 2002. La vie biologique, Paris, PUF.

208Maurel M.-C., Miquel P.-A., 2001. Programme génétique. Concept biologique ou métaphore, Paris, Kimé.

209Rifkin J., 1998. Le siècle biotech, Paris, La Découverte.

210Roelens N., Strauven W. (éds), 2001. Homo Orthopedicus. Le corps et ses prothèses à l’époque (post)moderne, Paris, L’Harmattan.

211Sernin B., Philosophie des sciences, tome 1, Folio Essais, chap. 5.

212Sicard D., 2002. La médecine sans le corps, Paris, Plon.

213Sfez L., 1994. La santé parfaite. Critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil.

214 Bionique, Clonage, Hybride, Santé, Utopie

BISEXUALITÉ

215Différentes définitions de la bisexualité ont coexisté au cours de l’histoire occidentale, développées dès le XVIIIe siècle par des botanistes, suivis de près par des médecins. Avec la psychanalyse, nourrie du conflit entre Sigmund Freud et Wilhelm Fliess, la bisexualité devient psychique (David, 1992). Vers la fin du XIXe siècle, le vocable apparaît aussi sous la plume d’ancêtres des militants gais. Leur définition, comportementaliste, fait pour la première fois référence aux interactions sexuelles d’une personne avec et des femmes et des hommes. Dans les années 1920, une autre approche apparaît, qui se partage aujourd’hui avec la précédente les attentions des sciences sociales. Elle est portée, à Londres, par les membres du Bloomsbury Group, dont une des illustres représentantes est Virginia Woolf et, à Santa Fe, par les Tao, dont Frida Khalo. Des figures d’exception voient dans la bisexualité une philosophie personnelle (Deschamps, 2002). Ce sont les délimitations au sein des sciences sociales qui vont être abordées, notamment depuis que l’apparition du sida a conduit un regain d’intérêt pour la bisexualité. Or la ligne de clivage apparue dès le début du XXe siècle entre une approche béhavioriste et une approche sub-culturelle perdure cent ans plus tard.

216Historiquement, avant l’épidémie à VIH, la bisexualité est associée à l’homosexualité dans les recherches, Alfred Kinsey (1948, 1953) constituant un des rares contre-exemples. Alors qu’on susurre les ravages d’une nouvelle maladie, des sociologues renseignent les dangers de la confusion entre bisexualité et homosexualité et invitent à questionner tout autant les logiques identitaires que les comportements (MacDonald Jr, 1981 ; Zinik, 1985). Le second pan de leurs préconisations est repris dans les travaux sur l’homosexualité, mais leur premier conseil reste longtemps lettre morte. Dans un contexte de prévention, les pratiques bisexuelles continuent d’être l’excroissance de l’homosexualité masculine, cette dernière étant entendue sur un mode béhavioriste dans les critères de sélection mais glissant vite vers une acception communautaire dans l’interprétation des résultats. La conséquence, outre le désintérêt pour les pratiques bisexuelles elles-mêmes, est d’avoir fait l’impasse sur les partenaires féminines des hommes à pratiques bisexuelles. Il faut attendre 1994 pour que s’autonomisent ponctuellement les travaux sur la bisexualité. Les interactions sexuelles avec les partenaires des deux sexes sont davantage prises en compte, mais les pratiques bisexuelles masculines retiennent toujours majoritairement l’attention. Peut-être en raison de l’argument d’autorité représenté par le réavènement du péril vénérien, elles ont failli à observer l’incidence des questions de genre sur la gestion du sida.

217En contrepoint, émergent au début des années 1990 dans les pays anglo-saxons des travaux qui mettent l’accent sur les rapports sociaux de sexe. Ils sont portés par des femmes sociologues ou historiennes (Rust, 1995 ; Udis-Kessler, 1996) issues des milieux féministes. Ces femmes ont été à l’initiative de la création d’organisations politiques autour de la bisexualité. Certaines, comme Robyn Ochs, ont favorisé l’émergence de Bisexual Studies au sein de l’université américaine. Rejointes plus tard par des hommes, elles fondent leur approche sur une acception identitaire de la bisexualité et, au travers des modes de vie, questionnent les injonctions de genre et l’influence des normes sur la sexualité. Les analyses proposées rompent radicalement avec une définition béhavioriste. Elles s’appuient toutefois peu sur des recherches empiriques, et ne bénéficient pas des apports d’une réflexion ancienne.

218Alors que les études sur le sida et les pratiques bisexuelles font silence sur les questions de genre, les travaux qui articulent rapports sociaux de sexe et reconnaissance individuelle ou collective d’une identité bisexuelle évacuent les problématiques épidémiologiques. À ce jour, les deux principales manières d’aborder la bisexualité en sciences sociales se sont peu rencontrées, s’ignorant mutuellement sans pour autant poser d’inscriptions théoriques antagonistes.

219Catherine Deschamps

Bibliographie

220David C., 1992. La bisexualité psychique. Essais psychanalytiques, Paris, Payot.

221Deschamps C., 2002. Le miroir bisexuel. Socio-anthropologie de l’invisible, Paris, Balland.

222Kinsey A., 1948. Sexual Behavior in the Human Male, Philadelphia, Saunders.

223Kinsey A., 1953. Sexual Behavior in the Human Female, Philadelphia, Saunders.

224MacDonald Jr A., 1981. « Bisexuality, some comments on research and theory » dans Journal of Homosexuality, 6 (3), p. 21-35.

225Mendès-Leite R., Deschamps C., Proth B., 1996. Bisexualité, le dernier tabou, Paris, Calmann-Levy.

226Rust P., 1995. Bisexuality and the Challenge to Lesbian Politics, New York, New York University Press.

227Udis-Kessler A., 1996. « Challenging the stereotypes », dans Rose S., Stevens C. (eds), Bisexual Horizon, London, Lawrence & Wishart, p. 45-57.

228Zinik G., 1985. « Identity conflict or adoptive flexibility ? Bisexuality reconsidered » dans Journal of Homosexuality, 11 (1/2), p. 7-19.

229 Androgyne, Genre, Féminisme, Hermaphrodisme, Homosexualité

BIZUTAGE

230Pratique ancienne et traditionnelle, elle est aussi rituelle et générationnelle sur le novice par les aînés utilisant l’humiliation corporelle et sexuelle, à l’inverse de l’initiation symbolique dans les sociétés sans écritures, comme critère d’intégration dans une institution ou un corps de métier. Trois objectifs sont recherchés : l’obéissance aveugle aux supérieurs hiérarchiques ou aux anciens jusqu’à la soumission ; l’entraînement et l’incorporation de tactiques de survie physiologique et psychologique dans un environnement de stress au-delà d’une fatigue résiduelle ; enfin l’adhésion à un esprit de corps par l’homogénéité et la fusion de son individualité dans le groupe. C’est une série de manifestations où les élèves anciens, usant et abusant de leur supériorité née de la connaissance du milieu, du prestige de l’expérience et d’une volonté affirmée de supériorité, vont imposer aux nouveaux arrivants, déjà en état de faiblesse, des épreuves de toute nature auxquelles, dans les faits, ils ne pourront se soustraire sous l’emprise de la pression du groupe, du conditionnement et de ce que l’on peut appeler des sanctions en cas de refus, comme l’interdiction d’accès à divers avantages de l’école, de l’association des anciens élèves.

231Depuis 1928, des textes réglementaires visaient à limiter le bizutage. Les plus anciens sont cités dans un livre, qui fait, par ailleurs, un historique fouillé du bizutage : Davidenkoff et Junghans Du bizutage des Grandes Écoles et de l’élite. Georges Vigarello évoque ensuite la loi de 1992 sur le harcèlement sexuel et la pénalisation du bizutage où il reconnaît « un accroissement des sensibilités ». Ségolène Royal, ministre, qui avait – avant même l’adoption de sa loi de 1998 – condamné publiquement un bizutage dans une classe préparatoire et dénoncé la complicité de deux enseignants, avait été mise en examen pour diffamation, suite à la plainte de ces derniers. Le bizutage est devenu un délit par la loi n° 98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs. Hors les cas de violences, de menaces ou d’atteintes sexuelles, le fait pour une personne d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif est puni de six mois d’emprisonnement et de 50 000 F d’amende. Ce ne sont pas les débordements du bizutage qui sont ici interdits, mais bien le bizutage lui-même. Les « violences, menaces, atteintes sexuelles » étaient déjà qualifiées de crimes ou de délits. En ce qui les concerne, la nouvelle législation ne change rien, si ce n’est qu’en qualifiant de délit les manifestations lors desquelles ces « débordements » peuvent se produire, elle permet de mettre une barrière en amont des comportements les plus graves.

232Rebaptisé aujourd’hui baptême de promotion, le bizutage ne disparaît pas sous l’imposition d’activités de quêtes publiques ou d’exercices contraints : les modes d’insertion des victimes bouc émissaires, étudiés par René Girard, reposeraient sur une violence fondamentale par laquelle le groupe sacrifierait l’étranger pour conforter son identité.

233Bernad Andrieu

Bibliographie

234Collectif, 1992. Panoramiques, no 6.

235Davidenkoff E., Junghans P., 1993. Du bizutage des Grandes Écoles et de l’élite, Paris, Plon.

236Defrance B., 1992. Le plaisir d’enseigner, Quai Voltaire, pages 139-14 (réédité en 1997, par Syros, avec une préface de Jean-Toussaint Desanti).

237Corbière M., 2003. Bizutage dans les écoles d’ingénieurs, Paris, L’Harmattan.

238De Vos R., 1999. Le bizutage, Paris, PUF. Médecine et Société.

239Girard R., 1979. Des choses cachées depuis la fondation du monde, Paris, Grasset.

240Largueze B., 1989. « Les Traditions à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers, enquête dans la tribu des gadzarts du Tabagn’s de Châlons-sur-Marne ». Mémoire de maîtrise sous la direction de Pascal Dibie, Université Paris VII, UER d’ethnologie.

241Marc-Germain M., 1989. « Traditions aux Écoles des Arts et Métiers, de 1820 à 1989 ». Mémoire de DEA sous la direction de Patrick Fridenson, École des Hautes Études en Sciences Sociales, DEA. Histoire des Techniques.

242Vigarello G., 1998. Histoire du viol, Paris, Seuil.

243 Adolescence, Excision, Harcèlement, Incorporation, Puberté, Rituel, Viol

BLANCHIMENT

244Le blanchiment de la peau est une pratique volontaire de dépigmentation du derme, consistant à « rougir » la peau en détruisant ses pigments par l’application quotidienne de produits (Sylla, 1986-87). La dépigmentation de la peau est une pratique ancienne (Phan, 1987, Lanoë, 2001), qui ne peut être dissociée du symbolisme social de la couleur de la peau. Ce symbolisme est à lier à l’esthétique, à l’identité et à la hiérarchie sociale.

245La texture et la couleur de la peau représentent la première parure du corps. Elles sont soumises à des normes esthétiques, qui valorisent dans de nombreuses sociétés une couleur de peau claire. Le blanchiment de la peau a ainsi pour dessein de conformer le corps à ces normes. Divers produits pharmaceutiques (gels, crèmes ou savons) et même détergents permettent de blanchir l’épiderme. Le choix de ces produits se réalise selon la rapidité souhaitée dans la transformation du derme, selon leur efficacité à faire disparaître les imperfections de la peau mais aussi selon leur coût. Quelle que soit l’aire géographique et l’époque, cette pratique esthétique concerne principalement les femmes. Elle mobilise ainsi les représentations que les femmes ont de leur sexe et l’image féminine véhiculée par la société. La modification du teint de peau s’insère dans les enjeux sociaux de la présentation de soi, en créant une façade esthétiquement et socialement valorisée. La clarté de la peau représente tout d’abord un indicateur des pratiques de soin (Vigarello, 1987 ; Bernuzzi de Sant’Anna, 1995). Puis, support d’érotisme, elle permet également de séduire l’autre sexe. Cette pratique participe ainsi aux enjeux sociaux liés à la sexualité et aux alliances matrimoniales (Hunter, 2002). Bien que le blanchiment de la peau soit interdit par la religion (dans le cas des musulmans) et condamné par la médecine, il permet aux femmes d’être convoitées.

246Outre ces enjeux socio-esthétiques, le blanchiment de la peau est déterminé par les dynamiques historiques et les dialectiques identitaires à l’œuvre dans les sociétés. Le rapport entre le blanchiment de la peau et l’identité se fonde sur le symbolisme social de la couleur de peau. L’imaginaire social s’empare de la couleur de la peau, en lui attribuant des valeurs positives ou négatives. Elle devient alors un indicateur, qui identifie, classe et stigmatise l’Autre. En tant que dispositif identitaire, la couleur de la peau influence la perception que les individus ont d’autrui et détermine quel type de relation ils établissent avec l’Autre. Dans le cadre de la colonisation, elle représenta un critère de hiérarchisation des sociétés « exotiques ». Une nouvelle échelle symbolique des couleurs de la peau fut alors instaurée, dans laquelle la couleur de peau noire était dévalorisée. Dans la structure sociale, la couleur de peau justifie un statut et l’appartenance à une catégorie sociale. Tel est le cas en Afrique avec les nobles blancs et les anciens captifs noirs ou au XVIIIe siècle en France, où la clarté de la peau était l’apanage de l’aristocratie (Lanoë, 2007). La couleur de la peau renvoie ainsi à une appartenance sociale et constitue un code sémiotique régissant les relations interpersonnelles (Sahlins, 1976). Elle est également liée à une spécialisation des tâches en fonction de cette appartenance. Dans ces contextes, le blanchiment de la peau permet de transgresser les liminarités sociales en transformant l’apparence de l’individu (Hall, 1995 ; M’Bemba-Ndoumba, 2004).

247Dorothée Guilhem

Bibliographie

248Bernuzzi de Sant’Anna D., 1995. « Être belle au Brésil (1900-1960) » dans Communication, n° 60.

249Hall R., 1995. « The bleaching syndrome : African americans’ response to cultural domination vis-à-vis skin color » dans Journal of black studies, vol. 26, n° 2, p. 172-184.

250Hunter M., 2002. « If you’re light you’re alright : light skin color as social capital for women of color » dans Gender and society, vol. 16, n° 2, p. 175-193.

251Lanoë C., 2001. « La céruse dans la fabrication des cosmétiques sous l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) » dans Techniques et Cultures, n° 38.

252Lanoë C., 2007. « Les techniques de blanchiment du visage à l’époque moderne » dans Communication no 81, p. 107-120.

253M’Bemba-Ndoumba, 2004. Ces noirs qui se blanchissent la peau, Paris, L’Harmattan, p. 95-107.

254Phan M.-C., 1987. « À faire belle, à faire femme, la parure du visage dans l’Italie des XVe et XVIe siècles » dans Communication no 46, p. 67-78.

255Salhins M., 1976. « Colors and cultures » dans Semiotica 16, 1, p. 1-22.

256Sylla A., 1986-1987. « Pratiques mutilantes et féminité. Questions d’esthétique de la femme africaine » dans Bulletin de l’IFAN, t. 46, série B, fasc. 3-4, p. 305-342.

257Vigarello G., 1987. Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil histoire.

258 Beauté, Modification, Noir, Parure, Peau, Race

BODY ART

259De la tonsure en forme d’étoile qu’exhibe Marcel Duchamp en 1919 à l’art du travestissement pratiqué par la surréaliste Claude Cahun, du happening (au sein duquel l’art et la vie tendent à se confondre, selon Allan Kaprow) aux théâtrales performances de l’Actionnisme viennois (pour Günter Brus, « c’est désormais le corps lui-même, ses fonctions, réactions et excréments qui constituent le médium »), le corps n’est pas absent des questionnements artistiques qui marquèrent le XXe siècle.

260Mais, à la fin des années soixante, non sans correspondance avec la contestation généralisée des pouvoirs établis, des artistes, aux États-Unis et en Europe (tant à l’Ouest qu’à l’Est) considèrent que le corps, étant un « donné fondamental », une « chair socialisée » et un « océan de déraison » selon l’expression de François Pluchart, est, de manière privilégiée, un support, un matériau, un instrument de et pour l’art et, au-delà, une réalité signifiante à partir de laquelle est susceptible de se développer une authentique dimension critique, sociologique, sociale et politique, s’insurgeant contre ce qui (déterminismes, automatismes, tabous…), par la contrainte ou par l’idéologie, participe, dans toute société, à l’aliénation et à l’incorporation de l’individu. Le corps sert alors « de lieu, de toile de fond, d’accessoire et d’“objet trouvé” », note Frank Popper. Deux revues, Avalanche à New York (créée par Willoughby Sharp en 1970) et arTitudes en France (fondée en 1971 par F. Pluchart), jouent un rôle décisif dans la présentation et l’analyse des singulières expressions du Body Art, qui, actions éphémères, uniques et non reproductibles, ne peuvent survivre au temps présent de leur formulation que sous la forme de traces photographiques ou vidéographiques, captations et enregistrements incapables par ailleurs de rendre compte de la totalité complexe du processus concrètement activé par l’artiste (avec parfois, lorsqu’ils sont convoqués, la complicité de regardeurs impliqués).

261Certaines actions mettent violemment en scène le corps de l’artiste, qui, ainsi sollicité sans simulation au cœur d’une situation à risque (y compris celui de la mort), est directement mis en péril. Chris Burden demande à un ami muni d’une carabine et situé à quelques mètres de lui tirer dessus (Shoot, 1971). Marina Abramovic livre son corps au public et lui propose, en mettant des objets à sa disposition, de lui procurer du plaisir ou de la souffrance (Rythm O, 1974) ; ses vêtements sont lacérés et sa chair entaillée avant que l’expérience ne soit interrompue lorsqu’un individu la menace d’un revolver armé. Petr Stembera, qui tente en 1975 de se greffer une rose dans le bras, est victime d’une grave infection. Si un tel engagement radical et extrême ne caractérise pas l’ensemble des démarches explorées par le Body Art, il est incontestable cependant que la résistance physique du corps est éprouvée (par exemple lorsque Vito Acconci se masturbe jusqu’à un total épuisement lors de Seedbed en 1971) et que la douleur, causée par la blessure que s’inflige l’artiste, accompagne de nombreuses œuvres-performances de ce courant. Denis Oppenheim expose son torse nu, sur lequel il a disposé un livre ouvert, de longues heures aux rayons du soleil qui le brûlent (Reading Position for Second Degree Burn, 1970). Gina Pane, pour qui le corps est « un écran miroir des rapports individuels et collectifs », affirme que le « langage du corps » est « un fait sociologique ». S’adressant à l’Autre en le conviant à un acte d’amour où se mêle supplice et jouissance, elle gravit avec lenteur une échelle métallique aux arêtes acérées (Escalade sanglante, 1971) ou ouvre son corps à l’aide d’une lame de rasoir et incruste des épines de rose sur son avant-bras (Azione Sentimentale, 1973). Le sang est également présent dans les cérémonies rituelles de Michel Journiac (« le corps ne s’atteint que par des rituels », affirme-t-il) : en 1969, l’artiste, qui interpelle la matérialité du corps, convie le public à communier avec du boudin fabriqué avec son propre sang. Pour M. Journiac (tout comme pour Urs Lüthi qui, dans ses Autoportraits, interroge l’ambiguïté de la différence entre masculinité et féminité), le recours au travestissement permet aussi de minutieusement décrypter la pesanteur des codes sociaux et de dénoncer les marques qu’elle impose au corps mutilé (dans Vingt-quatre heures de la vie d’une femme ordinaire, en 1974 par exemple). D’autres procédés peuvent également être rattachés au Body Art, tels l’écartèlement (Suspension – Big sleep de Jan Mloch en 1974), les sculptures vivantes de Gilbert & George ou les photographies de sexes féminins réalisées par Henri Maccheroni…

262Aujourd’hui, dans un contexte évidemment différent, la dimension corporelle de l’art persiste notamment au sein de ce que l’on appelle les arts de la performance. De nombreux artistes (Orlan, Stelarc…) s’emparent en effet des questions relatives à l’identité sexuelle, à l’intime, aux manipulations et mutations corporelles désormais possibles, à l’effacement éventuel du corps à l’ère de la post-humanité…, en mettant en scène ce que Paul Ardenne définit comme des « corps d’expérience ».

263Jean-Marc Lachaud

Bibliographie

264arTitudes (huit numéros parus entre octobre 1971 et septembre 1972) et arTitudes international.

265L’Art au corps, catalogue d’exposition, 1996, Marseille, Musée d’Art Contemporain.

266Hors limites : l’art et la vie 1952-1994, catalogue d’exposition, 1994, Paris, Centre Georges Pompidou

267Body and the East : from 1960’s to the present, catalogue d’exposition, 1998, Ljubljana, Moderna Galeria / Museum of modern art. (quarante cinq numéros parus entre octobre-novembre 1972 et octobre-novembre 1977).

268Ardenne P., 2001. L’Image corps, Paris, éd. du Regard.

269Dorfles G., 1977. Body Art, Milan, Fratelli Fabri.

270Jones A., 1998. Body Art : Performing the Subject, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

271Labelle-Rojoux A., 2004. L’Acte pour l’art, Romainville, Éd. Al Dante.

272Pane G., 2003. Lettre à un(e) inconnu(e), Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

273Paquet M., 1977. Michel Journiac, l’ossuaire de l’esprit, Paris, La Différence.

274Pluchart F., 1983. L’art corporel, Paris, Limage 2.

275Popper F., 1980. Art, action et participation, Paris, Klincksieck.

276Vergine L., 2000. Body Art and Performance, Milan, Skira.

277 Chair, Performance, Queer, Sang, Transgenre

BODY-BUILDING

278Activité physique visant le modelage du corps par un travail systématique et analytique des différents groupes musculaires. Signifie, au sens strict, la construction du corps, sa fabrique, son façonnage. L’usage du terme anglais implique l’idée que le corps peut se construire comme se bâtit une maison. Une autre idée est contenue dans l’origine britannique du mot qui désigne par « body-builder » le carrossier, c’est-à-dire celui qui va modeler la carrosserie d’une voiture. Dans le langage courant, les body-builders sont aussi des hommes « bien bâtis », « bien carrossés » ou encore « bien charpentés ».

279Cette pratique du modelage musculaire naît en Europe dans le courant du XIXe siècle, dans le souci de produire des corps à la fois forts et sains. Les gymnastiques d’alors inventent une manière rationnelle de s’exercer en vue de fortifier le corps et d’en modifier l’anatomie. Des différents courants, celui de la « culture physique » va radicaliser la recherche de la masse musculaire. Les tenants de cette approche en France produisent, au début du vingtième siècle, une véritable méthode de développement du muscle. Ils ne sont pas les seuls. Un mouvement largement répandu en Europe et qui trouve des adeptes également en Amérique du Nord travaille au modelage du corps masculin à partir d’exercices analytiques, isolant les différents groupes musculaires, en vue de les développer de manière à en accroître visiblement le volume. Les exercices utilisent une charge additionnelle par le recours à des poids et haltères, ainsi que des résistances élastiques telles que les préconise Sandow.

280Le body-building se distingue de nombreuses autres pratiques produisant également du muscle et de la force. Du fitness par exemple (qui rassemble de nombreuses gymnastiques le plus souvent pratiquées pour l’entretien de soi), de l’haltérophilie (sport olympique visant une production de performance sur deux mouvements codifiés : l’arraché et l’épaulé-jeté), de la force athlétique (concours de développé-couché, soulevé de terre et squats) ou encore de la musculation (pratique visant à renforcer spécifiquement une fonction musculaire en vue de l’exploiter dans un sport par exemple). Il se distingue aussi du culturisme compris comme une pratique d’entretien des formes.

281Dans son sens le plus radical, l’appellation « body-building » correspond à la dimension institutionnalisée de la pratique, avec concours, spectacles et professionnalisation. Si le culturisme peut se comprendre comme un travail méthodique visant un développement musculaire certes imposant mais harmonieux et équilibré, le body-building implique une recherche du dépassement des limites. Il en résulte le souci de produire des corps tout en muscles, sur lesquels ne demeure qu’une peau diaphane striée par le relief des fibres musculaires, des corps débarrassés de toute masse grasse, asséchés, des corps d’écorchés, des corps ainsi préparés afin d’être appréciés et jugés pour leur excellence vis-à-vis des normes édictées par les diverses fédérations internationales.

282Ainsi compris, le body-building nécessite un engagement obsessionnel et quotidien dans une pratique d’entraînement, mais aussi de contrôle de soi dans toutes les dimensions de la vie humaine (alimentation, sommeil, sexualité, etc.). Cette dimension du body-building le soumet à un imaginaire de la virilité qui se condense dans l’hypertrophie musculaire. Il ne s’agit pas seulement d’acquérir et d’afficher les signes anatomiques traditionnellement associés à la masculinité. Il ne s’agit pas plus de se transformer en surhomme au corps amplifié. Il s’agit plus simplement de produire une image, de tenter de s’approcher d’un modèle de la virilité exacerbée par les super-héros de la bande dessinée et du cinéma américains.

283Au bout du compte, le body-building s’inscrit dans un imaginaire très particulier de la perfection humaine : il passe par un travail corporel soutenu par une éthique de l’effort, du sacrifice, de la douleur, produisant une discipline de soi (au sens donné par Foucault à ce terme) parmi les plus exigeantes et générant un corps anormal et souhaité comme tel.

284Philippe Liotard

Bibliographie

285Andrieu G., 1988. L’Homme et la force, Joinville-le-Pont, Actio.

286Andrieu G. (éd.), 1993. Accord à corps Edmond Desbonnet et la culture physique, Paris, Créaphis.

287Baillette F., 1999. « Éloge de la masculinité », dans Baillette F., Liotard P., Sport et virilisme, Montpellier, Quasimodo et fils, p. 23-44.

288Bessy O., 1987. « Les salles de gymnastique : un marché du corps et de la forme », dans Esprit, « Le nouvel âge du sport », p. 79-94.

289Courtine J.-J., 1993. « Les stakhanovistes du narcissisme. Body-building et puritanisme ostentatoire dans la culture américaine du corps » dans Communications, n° 56.

290Defrance J., 1987. L’Excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes 1770-1914, Rennes-Paris, ERMESAFRAPS.

291Desbonnet E., 1901. La force physique, culture rationnelle, Paris, Berger Levrault.

292Fain M., 1990. « Virilité et antihystérie. Les rouleurs de mécanique » dans Revue Française de Psychanalyse, Paris, PUF, p. 1283-1291

293Hébert G., 1911. La culture virile par l’action physique, Paris, Vuibert.

294Mosse G.L., 1996. L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Press Pocket.

295Proia S., 2003. « Destin du corps dans la cité : Narcisse aux deux visages » dans Quasimodo, no 7, Modifications corporelles, p. 203-222.

296Travaillot Y., 1998. Sociologie des pratiques d’entretien du corps, Paris, PUF.

297 Cultes du corps, Culturisme, Force

BOULIMIE

298Les moralistes, philosophes et médecins de l’antiquité gréco-romaine furent les premiers à expliciter cette conduite corporelle. Dans les écrits de Plutarque, la boulimie exprime une faim violente. Ce mot provient du grec bous, bœuf et limos, faim qui signifient à la fois : faim de bœuf et manger autant qu’un bœuf.

299Si elle traduit un état de voracité, elle n’avait pas un sens de déviance alimentaire comme aujourd’hui, même si Celse, médecin romain, déplorait le recours aux vomitifs pour pallier les manques d’intempérances de ses concitoyens ; il savait cependant cette pratique favorable à la santé, quand elle était utilisée avec mesure. La plus ancienne référence anglaise sur la boulimie se trouverait dans le Physical dictionary de Blankaart (1708), où cet appétit excessif est simplement en rapport avec un désordre gastrique.

300L’émergence de la boulimie est liée dans les années 1970 à leur association avec l’anorexie mentale. Au départ, elle est éclipsée, en raison du regard des médecins sur ces personnes, considérées comme les enfants gâtés d’une société riche. La société de consommation est ici pointée, car pour s’offrir des accès boulimiques, il faut disposer d’un environnement d’abondance alimentaire.

301À partir de 1980, la boulimie est décrite dans le « Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders » (DSM III) et s’émancipe de l’anorexie, puis elle est répertoriée en 1987 dans la classification internationale des maladies. Les études montrent alors un phénomène trois à cinq fois plus élevé que l’anorexie.

302Ce terme employé par les médecins, signifie aussi, dans le langage courant : un besoin, un désir irrésistible d’un objet parfois autre que la nourriture.

303Ce trouble du comportement alimentaire, se manifeste par des accès à une suralimentation suivis d’un contrôle de poids lié à des préoccupations corporelles. Dans les actes de contrôle du poids, par crainte de grossir, les vomissements sont le moyen le plus fréquemment usité. Mais la culpabilité de l’accès boulimique, qui peut être vu comme un péché de gourmandise lié à la jouissance corporelle ou une perte de self-control, amène aussi d’autres stratégies de compensation. Ces stratégies peuvent être les diètes restrictives ou le jeûne, les exercices physiques intensifs ou encore l’usage de laxatifs voire de diurétiques. Les perturbations de l’image corporelle des boulimiques montrent une obsession sur leur poids et leur aspect corporel : la peur d’être gros.

304Cette toxicomanie alimentaire, cristallise le regard social occidental sur l’histoire du corps avec l’injonction du contrôle de soi et l’importance du paraître corporel. Celui-ci conduisant l’être jusqu’au « désordre » alimentaire matérialisant une quête éperdue identitaire.

305La nette prévalence de la boulimie chez la femme (en France, la proportion est de 9 femmes pour un homme) en fait un lieu privilégié d’interrogation sur la problématique de la femme et de son corps. Dans le contexte socioculturel occidental, K. Chernin, en 1982, évoque l’obsession, la tyrannie de la minceur, une conspiration culturelle pour empêcher les femmes d’épanouir leur appétit, leur corps et, en fait, leur pouvoir.

306Effectivement, H. Bruch, dès 1973, repère que les vomissements, sont une pratique corporelle remise au goût du jour dans les universités américaines pour faciliter la perte de poids des jeunes.

307En France, A. Hubert, en 2003, rapporte le discours social sur le corset immatériel de minceur soumis aux femmes. La boulimie signe cette révolte contre cette contention, face à un appétit placé sous contrôle permanent, surtout lors des crises.

308Elle débute généralement à l’adolescence. Le comportement alimentaire et le corps sont amenés, lors de cette période, à changer ; la personne n’est plus physiquement un enfant et pas encore un adulte. La maturation sexuelle, évolution du corps dont les modifications sont incomprises, entraînent alors une insatisfaction de l’image corporelle confondue avec la conception de soi et des relations sociales.

309Mc Knight Investigators, en 2003, a montré chez des adolescentes que les seuls facteurs prédictifs, significatifs d’un trouble de conduite alimentaire, sont la préoccupation corporelle et la pression sociale. Dans une approche métapsychologique, Martine Fabbri aborde la boulimie par des modèles de mélancolie et de masochisme. Les pulsions de vie guidées par Éros se dessinent dans l’acte irrépressible de manger et les pulsions masochistes entraînées par Thanatos viennent détruire l’être par des purges ou des comportements compensatoires.

310La boulimie n’est pas facilement détectée, en raison du poids corporel apparent, qui souvent est normal, et des crises qui sont réalisées habituellement en cachette. H. Bruch les nomme des obèses « maigres ». Malgré les apparences physiques, ces obèses « maigres » sont en permanence dans une attitude d’amaigrissement chronique et échappent au diagnostic par leur corps svelte, idéal contemporain. Ils se plaignent continuellement d’un régime très restrictif pour éviter le gain pondéral. H.E. Gwirtsman et al. ont exploré cette doléance et leurs résultats appuient cette tendance facilitée du gain de poids chez les boulimiques. Sur les populations d’adolescents, les rares études retrouvent (Flament et al., 1993) : 0,2 % chez les garçons et 1,1 % chez les filles, pour des sujets de 11 à 20 ans scolarisés.

311Cette addiction à la nourriture peut se généraliser en « boulimisation » de la vie avec un surinvestissement professionnel, une pratique intensive du sport puis ensuite un vomissement des relations sociales, sexuelles.

312Seuls ou associés, les traitements apportés actuellement sont des approches cognitives comportementales ou encore psychanalytiques, des psychothérapies, des thérapies individuelles et familiales, des groupes d’entraide, des approches nutritionnelles ou corporelles. Ils visent principalement les systèmes de cognition et la modification des actes corporels. C’est aussi l’apprentissage à l’adolescente, future femme, d’une nouvelle conduite alimentaire.

313Les questions sur pourquoi les garçons sont-ils moins touchés demeurent.

314Sont-ils moins soumis à la dictature d’un modèle corporel ? Leur éducation les rend-t-elle indépendante du regard d’autrui ? La boulimie pose une question fondamentale : comment la femme peut-elle prendre corps aujourd’hui ?

315Virginie Masdoua

Bibliographie

316Bruch H., 1994. Les yeux et le ventre, Payot, Paris, 3e éd.

317Celse (rééd. 1846). Traité de médecine, Livre I, introduction livre II, trad. fr. de M. Nisard et J.-J. Dubochet, Paris, Le Chevalier et Comp.

318Chabrol H., 2004. L’anorexie et la boulimie de l’adolescente, PUF, Paris.

319Chiva M., 2001. « Enfants et adolescents, ceux qui mangent trop et ceux qui ne mangent pas assez » sur http://www.lemangeur-ocha.com

320Fabbri M., 2000. « Un manque à avoir, un manque à être », thèse de doctorat de psychologie clinique, Paris V.

321Flament M., Jeammet P., 2002. La boulimie, comprendre et traiter, Masson.

322Gwirtsman, Kaye W.H., Obarzanek E., 1989. « Decreased Caloric intake in normal weight patients with bulimia » dans Am. J. Clin. Nutr, n° 49, p. 86-92.

323Guillemot A., Laxenaire M., 1997. Anorexie mentale et boulimie, le poids de la culture, 2e éd, Masson.

324Hubert A., 2004. « Corps de femmes sous influence, questionner les normes » dans Les cahiers de l’OCHA.

325Sanchez-Cardenas M., 1991. Le comportement boulimique, Masson.

326 Alimentation, Anorexie, Diététique, Image du corps, Obésité

BRONZAGE

327Le passage de la cure de soleil, naturiste, au bronzage suppose une transformation du rapport de la peau au soleil : plutôt que d’être aéré ou asséché, le soleil doit par le bronzage pénétrer la peau. Jules Michelet en 1861 dans La Mer décrit l’aspect esthétique et hygiénique de la peau hâlée des marins des pays du Sud : « ceux-ci cuivrés et bronzés passent à l’état de métal. Riche couleur qui n’est point un accident de l’épiderme mais une inhibition profonde de soleil et de vie ». Il évoque : « un sage médecin de mes amis envoyait ses clients blafards, de Paris, de Lyon, prendre là des bains de soleil : lui-même s’y exposait sur un rocher des heures entières ».

328En 1902 dans l’Immoraliste, André Gide décrit la sensualité du soleil soulignant la cuisson de la peau mais pas encore le bronzage : « Un matin… la blancheur ou plutôt la décoloration de ma peau, m’emplit et de honte et de larmes. L’air était presque vif, mais le soleil ardent. J’offris tout mon corps à sa flamme. Je m’assis, me couchai, me tournai. Je sentais sous moi le sol dur ; l’agitation des herbes folles me frôlait. Bien qu’à l’abri du vent, je frémissais et palpitais à chaque souffle. Bientôt m’enveloppa une cuisson délicieuse : tout mon être affluait vers ma peau. Le matin d’un des derniers jours (nous étions au milieu d’avril) j’osais plus. Je me regardai longuement sans plus de honte aucune, avec joie. Je me trouvai non pas robuste encore, mais pouvant l’être, harmonieux, sensuel presque beau ». En 1909, Théo Varlet (1878-1936) est un des premiers à prendre un bain de soleil sur la future Héliopolis de l’Île du levant.

329Durant l’été 1913, Mademoiselle Chanel et son amant Arthur Capel, se rendent à Deauville. Les vêtements flottants qu’elle crée, leur absence de taille, ces jupes raccourcies vont dans le sens d’une liberté croissante du corps féminin à l’intérieur des vêtements. « J’ai rendu au corps des femmes sa liberté, dira Gabrielle Chanel (1883-1971). Ce corps suait dans des habits de parade, sous les dentelles, les corsets, les dessous, les rembourrages ». Elle aime le sport et la vie au grand air, et Mademoiselle Chanel expose son visage au soleil et découvre par cet accident le bronzage en 1925 à Cannes sur le yacht du Duc de Westminster. Colette en 1923 dans Le blé en herbe décrit la coloration de la peau de l’héroïne Vinca par son futur amant : « ses cuisses brunes, sa main de sauvagesse brune, tout le visage d’ambre clair, ses bras déliés d’un brun roux de pain campagnard. Vinca cuisait paisiblement au soleil ses hautes jambes ». Henri de Montherlant dans Les Olympiques en 1924 décrit le bronzage de l’athlète avec « au bronzage des genoux qui cesse net, on voit que ça n’a jamais mis de pantalons ».

330Robert de Beauplan dans un article de l’Illustration en 1928 décrit que « la femme moderne sourit des précautions dont s’entouraient ses aïeules. Tête nue, bras nus, jambes nues, elle s’expose impavidement à ses rayons, avec une audace qui a même modifié les traditions de la pudeur auprès de beaux athlètes aux torses bronzés ».

331Pourtant le bronzage s’oppose à une conception domestique et traditionnelle de la femme. La femme est décrite en 1929 par Marcel Braunschvig dans La femme et la beauté « une fleur de serre dont le parfum ne s’exhale jamais plus suavement que dans la tiède intimité de la vie domestique, mais dont les couleurs se fanent aussitôt qu’on l’expose au grand jour brutal de l’agitation extérieur ». Les dames de la bonne société se protègent des rayons du soleil avec des gants, de larges chapeaux, des voilettes et des ombrelles. On se transmet de mère en fille des recettes pour atténuer les taches de rousseur et blanchir la peau, quitte à utiliser du blanc de céruse pour matifier le teint. Seules les paysannes et les femmes du peuple présentent un hâle considéré comme déshonorant, car les femmes bien nées sont des idoles éthérées à la transparence diaphane.

332Et, puisque Mademoiselle Chanel expose son visage au soleil, à Deauville, Jean Patou (1880-1936) propose, en 1927, l’Huile de Chaldée, la première huile solaire qui protège l’épiderme et atténue les coups de soleil. Chaldée fut vendue dans un flacon en cristal de Baccarat. Aux recettes pour éclaircir le teint, signe jadis de distinction, succèdent les recettes pour brunir. Selon les publicités de 1930, l’huile de Chaldée « supprime les coups de soleil, adoucit et bronze la peau ». « Méfiez vous du soleil d’hiver dans la montagne, la réverbération sur la neige en aggrave les effets, l’huile de Chaldée vous protégera des coups de soleil. Le flacon arrondi avec son bouchon boule, la première huile solaire est ambrée, fleurie et épicée ; Chaldée déploie son magnifique bouquet sous l’effet du soleil. Intense et chaud, le parfum évolue, telle une caresse. Fleurs d’oranger, jacinthe, jasmin, narcisse et lilas s’unissent sur un fond doux crée par la vanille et l’ambre ».

333Mais l’ambre solaire, en tant que telle, a été créée par Eugène Schueller (1881-1954), fondateur en 1908 du futur L’Oréal. Chaque été, Eugène Schueller s’adonne aux joies de la voile au large des côtes bretonnes et attrape de méchants coups de soleil avant de bronzer. Pour échapper aux brûlures désagréables, il décide un jour de tester les huiles utilisées par les vacanciers. Mais il a beau se tartiner, rien n’y fait. Il recourt alors à ses laboratoires pour évaluer la valeur comme écran solaire de ces diverses huiles (olive, arachide, coco, vaseline…). Le résultat est sans appel : zéro pointé. Il demande alors à son personnel d’inventer un produit miracle qui arrête les rayons brûlants sans empêcher le bronzage. En avril 1935, ses employés mettent au point une huile qui contient un filtre protecteur. En juin de la même année, l’Ambre solaire est commercialisée sur la Côte d’Azur avant d’être vendue dans tout l’Hexagone en 1936.

334Depuis le bronzage est devenu une norme esthétique de l’apparence et une technique de développement personnel. Le recours aux cabines d’UV, le développement des sports d’hiver et du tourisme dans les pays du Sud instaurent un bronzage permanent. L’autobronzant et les implants, malgré la dangerosité cancéreuse reconnue depuis les années 1970, deviennent une pratique de soin corporel quotidien.

335Bernad Andrieu

Bibliographie

336Andrieu B., 2008. Histoire du bronzage. Naissance du plaisir de la peau, Paris, CNRS Éditions.

337Antomarchi V., 2007. « Peaux halées : renouveau des codes esthétiques et des pratiques touristiques » dans Héas S., Misery L. (éds), Variations sur la peau, Paris, L’Harmattan, coll. Le corps en question, p. 99-109.

338Corbin A., 1988, Le territoire du Vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Champ Flammarion, note 128 p.

339Grasse M.-C., 1997. Coups de soleils & Bikini, Musée international de la parfumerie, Grasse, Milan.

340Rauch A., 2006. Les vacances, un siècle d’images, des milliers de rêves, Paris, Bibliothèques.

341 Beauté, Peau, Santé

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.