Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire du corps

 | 
Bernard Andrieu
, 
Gilles Boetsch

A

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

ABANDON

Dans l’époque romaine, les actes d’« expositions » sont en très grand nombre, et essentiellement paternels. Leur régulation sociale s’opère sans qu’aucun jugement moral ne soit porté sur leur auteur : la pratique de l’adoption socialement désirable, et tout aussi fréquente, les résorbe. L’église accueillera les enfants à ses portes, sans jugement, préférant même cette conduite à celles de la contraception, de l’avortement et de l’infanticide. Le contexte socio-économique défavorable des époques suivantes, jusqu’au XIIe siècle, voit le nombre d’abandons augmenter encore, au point de devenir une pratique généralisée, et absente de toute sanction morale. L’éphémère proposition de l’oblation en fera même un acte « non plus neutre mais louable » (Boswell, 1993).

Mais à partir du XIIe siècle, un changement s’observe peu à peu dans les représentations, sous l’influence de l’église puis des médecins : l’image de la femme prend un double visage de miséricorde et de damnation : on parle...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search