Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 1-3


Texte intégral

« L’étude du corps fournit une conception d’une complexité indicible »
F. Nietzsche, 1885, Fragments posthumes

1Un dictionnaire sur le corps constitue un véritable défi scientifique puisqu’il conduit à une relecture puis à une réélaboration des concepts à partir de l’éclatement d’un objet. Cette nouvelle édition, revue et modifiée, d’un Dictionnaire conçu et publié en 2006 par Bernard Andrieu, philosophe et épistémologue du corps, rassemble ici bon nombre de concepts – dans une perspective interdisciplinaire – émanant des acteurs et actrices de la recherche en sciences humaines et sociales mais aussi appartenant au domaine des sciences biologiques et médicales. Cette nouvelle édition comprend 200 articles émanant de 180 chercheur(se)s.

2La multiplication des travaux sur le corps envahit toutes les disciplines : nous avons inventorié, rien qu’en France, plus huit cents thèses sur le corps depuis 1971, soixante laboratoires ou équipes qui travaillent plus ou moins directement sur le corps, une dizaine de collections publiant des ouvrages sur le corps, une vingtaine de séminaires, une revue interdisciplinaire sur le Corps, un « blog du corps »1, un corpus thématique international inventoriant à ce jour plus de 1 000 items pour 100 000 références.

3Le présent travail s’inscrit dans le projet scientifique du GDR 2322, réseau de chercheurs travaillant sur les représentations et les constructions sociales du corps. L’originalité de ce groupe consiste à conjuguer des approches spécifiques du corps avec une volonté de connaître transdisciplinaire. Il s’articule autour de trois axes principaux (l’atteinte, l’exhibition et la norme) et s’interroge sur la nature et la réalité des index du corps, sur l’histoire de sa construction et ses manipulations, sur la logique de ses représentations.

4Le corps humain ne saurait se présenter à nous seulement comme un organisme physiologique animal, ce à quoi la génétique et la biologie contemporaines tentent de le réduire. La perspective phénoménologique a éclairé la nature complexe des rapports entre le sujet et son corps, lui-même finalement plus sujet qu’objet. Il est le point d’ancrage de notre rapport au monde, aux autres, à nous-mêmes, un noyau de représentations.

5Face à ce qui est compris comme un individualisme plutôt que comme un mode de subjectivation, les moralistes, comme le dénonçait déjà Nietzsche, ont pris le corps comme un objet moral en dénonçant justement les dérives violentes de ce qui serait la libération des mœurs, la perte de repères et l’instrumentalisation d’autrui. Le droit imprescriptible de la femme, du prisonnier, du sans abri, de l’immigré, de l’enfant… à disposer librement et volontairement de leur propre corps est bafoué par la violence, le viol, le harcèlement, l’esclavage… La lutte politique contre cet individualisme produit de nouvelles législations (contre la pédophilie, le harcèlement, les immigrés, la prostitution) et engendre des positions morales.

6Le corps est devenu un enjeu moral et politique tant du côté des moralistes qui souhaitent conserver le corps dans le giron de l’âme que du côté des « corporistes » qui engagent la construction de l’identité dans la modification même de la matière corporelle. Les moralistes font de la personne l’unité substantielle et indivisible hors de laquelle le corps n’aurait aucune autonomie : le sujet doit maîtriser et consentir à tous les usages de son corps, faute de quoi il perdrait toute légitimité transcendantale et morale à diriger le sens de son existence. Il faudrait combattre tout abandon de souveraineté corporelle comme un assujettissement, une aliénation, une dépendance ou une instrumentalisation.

7Finalement, pour les moralistes, il y aurait trop de corps et pas assez d’âme dans notre société matérialiste, hédoniste et individualiste. La condamnation des pratiques corporelles extrêmes, comme l’addiction, le dopage, la prostitution, la pornographie, le clonage reproductif, se fait au nom d’un discours prescriptif et restrictif qui cantonne le corps à l’intérieur d’une théorie du droit du sujet à disposer librement et volontairement de son corps ; le corps doit rester un moyen et non une fin en soi.

8La philosophie morale a pris le relais dans les années 2000 des reconversions bioéthiques de nombre de philosophes, et le corps est devenu, comme la génétique et les FIV, l’objet du jugement moral : les valeurs, les normes et les limites seraient à réintroduire face à celles et ceux qui déconstruisent le corps dans le transgenre, l’intersex, le queer et autres body studies.

9La mise en garde contre le corps, sous les prétextes de la défense du féminisme et de la promotion d’une morale chrétienne du corps, trouve des alliances idéologiques dans les anthropologies du sensible, dans les philosophies du consentement, dans les psychologies de l’estime de soi ou dans les sociologies critiques de l’hédonisme individualiste et anomique. Une série de positions différentes et graduées produisent un effet de cohérence idéologique en allant de ce qui serait l’« adieu » au corps des post-humanistes jusqu’à la peur de toute hybridation du corps avec les environnements.

10La stigmatisation de la pornographie, des corps virtuels dans les jeux vidéo, des performances des artistes jusqu’aux tenues et comportements des adolescents et de l’indiscipline des élèves peut être lu comme un symptôme du désir de reprise en main autoritaire des corps. L’intégrité du sujet, son indisponibilité, et son irréductibilité à son corps se fondent sur une morale de la maîtrise de soi, de l’autonomie décisionnelle et du libre arbitre absolu. Ces principes ne sont-ils pas encore sous-tendus par une forme de dualisme, certes atténué par un moralisme de bon aloi, mais encore bien opérationnel ? Peut-t-on se séparer de son corps dans la sexualité, dans la douleur, dans le plaisir, dans le travail, dans le corps à corps ? La séparation mentale, principe de l’exercice spirituel, ne suffit plus à garantir aux sujets corporels leurs modes de connaissance, de réflexivité et de compréhension du vécu.

11La négation des conditions d’existence, d’influence, d’aliénation et de toutes les déterminations biosociales de la liberté corporelle d’agir conduit la philosophie morale du corps à prendre le parti du sujet plutôt que celui de la chair : la chair du sujet n’est pas le sujet de la chair ; par sa vie inconsciente, ses incorporations, ses interactions dynamiques de son corps avec ses environnements, la chair du sujet modifie les conditions même d’une réflexivité de soi par soi. Chacun et chacune ne dispose jamais entièrement de soi tant les désirs, les besoins, les conflits et les situations influencent la liberté d’usage de soi parmi et avec les autres.

12Sans l’épistémologie du corps, le corps ne serait pas un objet isolable et un analyseur à partir duquel nous pourrions construire la signification individuelle et sociale. Séparer le corps du sujet, du monde, des pratiques, participe encore du projet de constituer le corps comme objet appartenant à telle discipline plutôt qu’à telle autre alors qu’il est problématisé et interprété par des disciplines complémentaires qui vont ici des sciences de la vie aux sciences de l’homme et de la société.

13À travers le corps, le corps comme observatoire social, se lisent nos catégories mentales car se disposent en lui (habitus, exis, technique du corps, savoir-faire, postures, gestes) et sur lui (vêtements, bijoux, parures…) les produits de la symbolique individuelle et collective. Les corps sont investis de symboles et il suffirait de les observer pour y lire les pratiques. La conscience corporelle de son image, sinon de son schéma corporel, a renforcé ce culte de soi afin de se construire un corps à soi.

14Pour autant, ce dictionnaire ne saurait se réduire à un discours anthropologique, c’est-à-dire à une simple anthropologie corporelle, pour laquelle l’homme jouerait de son corps, que ce soit dans des perspectives sexuelles ou politiques, en le disciplinant par les conduites, en le modifiant par le maquillage, le vêtement, la parure, en le transformant par l’alimentation, les médicaments ou en le mutilant volontairement. Si le corps est dépendant des contraintes que lui impose l’environnement, il est aussi le reflet et le réceptacle de la société. Il est donc à la fois une construction et dans une reconstruction permanente, producteur et récepteur de messages, de normes et de codes complexes.

15Ce lieu commun du corps est pour nous une configuration dialectique entre nature et culture, deux pôles qu’il ne s’agit bien évidemment pas d’opposer mais dont nous devons comprendre les interactions complexes et les enjeux.

16Reste que cet ensemble complexe que constitue le corps existe en multiples variations et débordements et nécessite de ce fait un outil kaléïdoscopique d’intelligibilité que peut représenter ce dictionnaire. La conception de cet outil de travail pour la pratique de la recherche doit non seulement permettre une appréhension à la fois plurielle et synthétique de l’objet corps, mais aussi offrir la possibilité de cheminements transversaux comme celle de perspectives et de problématiques nouvelles.

17Le Dictionnaire du corps présente la première synthèse scientifique des recherches menées en sciences humaines et sociales sur cette thématique. Chaque article présente une définition, les différents sens et les références bibliographiques utiles pour approfondir le thème. Le Dictionnaire du corps est écrit par les spécialistes (CNRS, EHESS, doctorants, universitaires, chercheurs, collaborateurs étrangers) d’une dimension du corps. Son intention est de penser le corps humain dans les sciences humaines et sociales.

18Mais cette nouvelle édition du Dictionnaire du corps révèle aussi à travers des articles moins attendus les fondements des cultures du corps dans les modes de constitution de l’expérience corporelle tant au plan individuel que collectif. La modification des conditions d’existence corporelle (alimentation, climat, durée et conditions de vie, modes de relations, structuration des liens sociaux, expériences des limites et des extrêmes) trouve dans le Dictionnaire une place privilégiée faisant advenir le corps comme le mode privilégié de l’existence humaine et de l’engagement social et politique.

19En retrouvant les fondateurs et fondatrices de ces cultures corporelles, le Dictionnaire fait œuvre d’histoire en précisant les repères géo-historiques des grands mouvements revendicatifs et des acquis des luttes engagées depuis les années 1950. Pour cela il analyse les conséquences actuelles de cet avènement du corps dans les normes et les représentations de la subjectivité humaine des sociétés contemporaines.

Notes de bas de page

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.