Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire du corps

 | 
Bernard Andrieu
, 
Gilles Boetsch

Préface

Michel Blay

Texte intégral

1Le corps, mon corps ; que suis-je en train de désigner par ces expressions et n’est-ce pas mon corps qui lui-même se désigne comme corps ? Comment un corps peut-il se désigner comme corps ?

2Autant de questions et d’interrogations qui ont traversé le champ de la pensée, de la réflexion philosophique jusqu’à en constituer comme une sorte d’ossature ; je ne dirais pas un corps de doctrine quoique, bien souvent, le corps est devenu métaphore, une métaphore pouvant signifier la venue d’un nouveau monde plus beau que l’ancien. Ainsi Nicolas Copernic (1473-1543), après la célébration des harmonies mathématiques du corps, voit dans le corps de l’homme comme une représentation de ce qui fait corps, système, en lieu et place du bricolage des anciens. Dans le premier livre de son De revolutionibus orbium cœlestium (« Des révolutions des orbes célestes ») publié à Nuremberg en 1543, la mise en place du nouvel ordre du monde est opérée en s’appuyant d’abord sur une exigence d’harmonie, d’ordre et de beauté que les anciennes théories ne semblent plus être en mesure de remplir en raison, principalement, de l’introduction d’une multitude d’éléments ad hoc pour rendre compte des mouvements planétaires. Copernic est très net sur ce point dans l’épître dédicatoire qu’il adresse au pape Paul III : « Enfin en ce qui concerne la chose principale, c’est-à-dire la forme du monde et la symétrie exacte de ses parties, ils […] ne purent ni la trouver, ni la reconstituer. Et l’on peut comparer leur œuvre à celle d’un homme qui, ayant rapporté de divers lieux des mains, des pieds, une tête et d’autres membres – très beaux en eux-mêmes mais non point formés en fonction d’un seul corps et ne se correspondant aucunement – les réunirait pour en former un monstre plutôt qu’un homme. »

3Le corps, c’est l’harmonie, mais aussi et surtout une figure de l’ordre des raisons, de la pensée ordonnée parce que cohérente. Certains devraient bien méditer cela, aujourd’hui, au lieu de s’adonner au jeu des bric à brac épistémologiques – ou autres – où tout va parce que c’est la mode de tout coller en croyant que cela fait sens alors que cela ne fait que bon genre.

4Mais, revenons au corps, corps harmonieux parce que bien composé, corps quasi métaphysique donc ; mais aussi corps machine, à la mode – si je puis dire – de Descartes. Un corps d’où sont exclues les notions d’âme animatrice, de forme, de vie. Un corps réduit, sans doute, à un assemblage de divers engrenages et tuyauteries, mais un corps qui, par cela même, échappe aux « fumées » vitalistes, « fumées » qui cependant, par d’autres voies, entre autres nietzschéennes ou bergsoniennes, reviendront frapper à la porte au tournant des xixe et xxe siècles. On connaît la suite…

5Un corps machine, soit ; mais il reste à expliquer la perception, mais aussi les processus d’individuation, comprendre le degré d’intégration des parties ; en un mot comprendre ce qui fait qu’un corps est un corps et mon corps. Questions difficiles et délicates ordonnées autour de la réflexion sur le corps vécu et sur l’unité indivisible de l’être corporel et de l’existence consciente. La réflexion phénoménologique s’y emploie et la psychanalyse aussi.

6Le corps est cela, cette expérience complexe du sujet, mais il est aussi corps social en tant qu’il est construit par l’ordre social. Ce n’est pas un donné universel mais un sujet de l’histoire ; mon corps est historique et il faut en faire comme une archéologie. Archéologie multiple qui impose de confronter les sociétés, les époques, les croyances. L’étude du corps, en ce sens, est interdisciplinaire et ce dictionnaire en est le signe. Des sociologues, des anthropologues, des philosophes se sont rencontrés pour croiser leurs expériences, leurs savoirs et le corps s’est dessiné comme une figure de l’histoire de l’humanité.

7Il importe cependant de garder raison car un dictionnaire est trompeur. En mettant toutes les entrées au même niveau il efface l’organisation des savoirs, l’ordre des principes explicatifs – la métaphore du corps – et confond l’essentiel et l’anecdotique. Le dictionnaire est à la mode, il s’affiche relativiste et post-moderne dès lors qu’il n’est pas ordonné par un champ défini, par une discipline. Il faut le savoir, s’en méfier et toujours en revenir à l’usage de la raison critique, usage modeste qui consiste à questionner le sens de chaque phrase, sa cohérence et à se demander finalement, en conscience, de quoi parle vraiment l’auteur de cette entrée et quelle en est la nécessité.

8J’ai beaucoup appris en lisant ce dictionnaire et, par moment, j’ai quelque peu senti mon corps se dissoudre dans le social et le culturel. C’est bien, ça fait bouger le convenu et l’acquis. Jusqu’où mon corps est-il instrumentalisé par moi et par la société ?

9Le corps est au cœur des savoirs et des pouvoirs et, de ce point de vue, ce dictionnaire suggère, ce n’est pas la moindre de ses qualités, de nouvelles recherches. Ne serait-il pas, en effet, passionnant, par exemple, de revenir sur des questions bien actuelles concernant un corps un peu délaissé parce que, sans doute, moins noble, moins excitant intellectuellement et surtout beaucoup plus commun : le corps du travailleur, de cet homme encore et toujours taylorisé, stakhanovisé, épuisé et dont la force de travail, qui est bien celle de son corps, est continuellement exploitée. Précisément, ce monde sans flânerie où travailler plus devient un ordre moral, une façon d’être, n’est-il pas le lieu où les corps, dans le silence, sont tordus ? Et l’ergonomie, n’est-ce pas d’abord une technique d’optimisation de la puissance du travail humain, du « moteur humain », et au profit de qui ?

10Il me semble donc que ce que j’appellerais le corps politique devrait être l’objet, dans le prolongement même de ce dictionnaire, de nouvelles recherches. Elles permettraient, entre autres, d’éclairer d’une lumière un peu plus crue les souffrances du corps de tout un chacun.

11Ainsi, parce qu’il suscite, en plus d’être ce qu’il est, de nouveaux thèmes de recherches et de réflexions, ce dictionnaire est aussi et surtout une jubilation du corps et des corps qu’ils soient corps ou corps de savoir.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par