Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Première partie. L'Union française et les facteurs généraux de la décolonisation

De l’assimilation à la décolonisation

Henri Brunschwig

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La France est sans doute de toutes les métropoles la seule qui ait pratiqué dans ses Colonies pré-impérialistes du dix-neuvième siècle une politique d’assimilation.

Par ce terme elle entendait identification complète entre les habitants des Colonies et les Français de la métropole. Cela paraît simple et ne risquait pas de provoquer des troubles ; les indigènes des Antilles, de la Guyane, des escales sénégalaises ou des Mascareignes étaient peu nombreux et tiraient de l’assimilation des avantages évidents.

Cette politique, née aux Antilles, est liée à l’abolition de l’esclavage définitivement proclamé en 1848. Elle est aussi spécifiquement française. Jusqu’alors l’attitude de la France avait été la même que celle des autres métropoles. Montesquieu, les Encyclopédistes, les économistes l’ont clairement définie : les Colonies ont été faites par la métropole, pour la métropole. Celle-ci jouissait du monopole commercial de « l’exclusif ». Les habitants des Colonies, Blancs ou Noirs, étaien...

Auteur

Professeur à l’E.H.E.S.S.

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540