Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Première partie. L'Union française et les facteurs généraux de la décolonisation

L’opinion publique face aux problèmes de l’Union française

Charles-Robert Ageron

Texte intégral

1L’historien qui entreprend d’étudier cette réalité psycho-sociale et cette force politique qu’on appelle l’opinion publique se voit parfois encore contraint d’expliquer préalablement la définition qu’il donne à ce concept, plus clair pour le sens commun que pour le spécialiste. Par-delà ce débat dépassé, convenons que pour savoir ce que pensait le grand public français de la question de l’Union française, nous nous attacherons essentiellement aux résultats chiffrés des sondages. Ce parti pris résulte d’un choix scientifique. Comment apprécier au travers de la presse, des débats parlementaires ou des élections ce que pensait réellement le public sur un pareil sujet ? Comment tenter de mesurer ce qu’il savait, ce qu’il ignorait, ce qu’étaient ses centres d’intérêt ou ses zones d’indifférence ? Depuis quelque vingt-cinq ans, nous sommes persuadés que seuls les sondages, ces photographies instantanées d’une opinion mobile, permettent d’appréhender celle-ci, lorsque du moins les questions posées le sont clairement. Plus sûrement que toute autre approche, les sondages mesurent la pression quasi barométrique de l’opinion. Quant à l’objection élitiste selon laquelle seuls doivent compter au regard de l’Histoire, les jugements des décideurs, nul n’ignore que dans les régimes de démocratie libérale, ces décideurs prétendus agissent le plus souvent en fonction du courant provisoirement majoritaire dans la classe politique. Relativement à cette dernière, ses rapports avec « l’opinion profonde » sont loin de correspondre au schéma simpliste d’une classe éclairée guidant le peuple. Les votes ont depuis longtemps confirmé que la volonté générale s’exprimait dans le même sens que les sondages pré-électoraux. Dès lors il suffit souvent aux historiens de pouvoir distinguer ce qui peut être repéré comme l’opinion publique majoritaire dans la classe politique et ce qui peut l’être dans les masses populaires.

L’OPINION PUBLIQUE FAVORABLE A L’EMPIRE (1945-1946)

2En mars 1945, George Orwell, alors correspondant à Paris de l’hebdomadaire travailliste Tribune, notait avec étonnement dans l’Observer le consensus surprenant des Français autour de leur Empire colonial : « L’opinion française ne s’intéresse que par intermittence à la politique impériale. Le mot Empire n’a jamais provoqué même dans les partis de gauche les profondes émotions favorables ou hostiles qu’il soulève en Angleterre. Sans doute cela est-il dû en partie à cette admirable absence de préjugé de couleur qui existe chez les Français, mais il faut faire également la part des effets psychologiques de la défaite qui ont si profondément marqué la pensée politique française même des milieux de gauche ».

  • 1 J’ai longuement développé cet aspect de l’opinion dans une communication au colloque d’Augsburg d’ (...)

3Persuadé que l’Indochine ne pourrait rester française dès lors que la Grande-Bretagne allait quitter les Indes, ce visionnaire très britannique constatait la cécité des Français quant au destin de leur Empire. Mais il en rendait compte avec sagacité : le traumatisme né de la défaite de 1940 expliquait bien la volonté des Français de voir leur pays retrouver sa puissance grâce à l’Empire1.

  • 2 Sondage effectué du 18 au 30 mai 1945 : 80 % des Français considéraient la France comme une grande (...)
  • 3 La Quatrième Internationale, n° de juillet-août 1945.
  • 4 Libertés, « hebdomadaire politique du socialisme », n° du 22 février 1946.

4Deux sondages rapprochés montrent que l’opinion française ne tarda pas à estimer que la France était redevenue une grande puissance : 30 % seulement étaient d’un avis contraire en décembre 1944, mais ils n’étaient plus que 10 % à la fin de mai 19452. Parmi les éléments d’explication, celui qui venait en tête était ainsi résumé par l’I.F.O.P. : « Si la France était grande, c’était par son Empire et ses ressources ». Une confirmation intéressante de ce sentiment était apportée par le seul virulent organe anticolonialiste de l’époque, la Quatrième Internationale. Selon cette revue trotskyste, le postulat de la grandeur aux yeux des Français s’énonçait ainsi : « La France peut trouver un appoint décisif dans son Empire, ce qui la replace de toutes façons parmi les grandes puissances »3. Quelques mois après, un autre organe révolutionnaire, Libertés, notait à son tour, avec consternation : « Les Français de toutes conditions ne se sont jamais tant sentis la tripe colonialiste que depuis que l’Empire s’en va en morceaux »4.

  • 5 Enquête réalisée du 10 au 15 septembre 1945 publiée en octobre.

5En réalité, l’opinion métropolitaine dans sa majorité ne jugeait point que l’Empire fût en train de se défaire. Malgré la totale élimination de l’administration française en Indochine et la proclamation d’indépendance des trois Etats de l’Union, 63 % des Français estimaient en septembre 1945 (contre 12 % d’un avis opposé) que « l’Indochine sera laissée à la France »5. Le public français sous-estima de même la signification de l’humiliante évacuation des Etats du Levant attribuée à la seule jalousie des Britanniques. Il ne perçut pas plus la portée réelle des « troubles du Constantinois » en mai 1945, qui fut bien une tentative insurrectionnelle avortée.

  • 6 En juillet 1945, 2 % seulement des gens interrogés pensaient que le milieu arabe fût responsable d (...)

6Cet optimisme, fondé en grande partie sur l’ignorance ou le parti pris6, ne signifiait point pour autant une aveugle volonté de conservatisme. Les Français qui s’exprimaient se déclaraient prêts à un vaste aggiornamento du système colonial. A en croire la presse parisienne, il n’était question que de réformes hardies, d’abolition du « colonialisme » et d’instauration d’une Fédération française de libres Etats associés. Mais la presse de la Libération était sur ces questions peu représentative de l’opinion profonde du pays. Celle-ci ne se reconnaissait pas plus dans les communiqués rageurs des associations et comités procoloniaux, acharnés à défendre le statu quo.

  • 7 « Le soldat noir, qui, parti du Tchad est entré à Strasbourg après être passé par Paris, est prése (...)

7En réalité, les Français, dans leur majorité, acceptaient l’idée d’un Empire rénové fondé sur l’égalité, par reconnaissance due aux « soldats de l’Empire »7. Lors d’un sondage réalisé en mars 1946, les Français se prononçaient à la majorité très significative de 63 %, pour « l’octroi aux populations des colonies des mêmes droits qu’aux citoyens français ». Même si certains avaient accepté le principe en l’assortissant de restrictions catégorielles, il reste que 22 % seulement étaient d’un avis contraire, parce qu’ils redoutaient, disaient-ils, que « la France fût gouvernée par une majorité de Noirs et de Jaunes ».

  • 8 Les partisans de l’égalité justifiaient aussi leur choix par reconnaissance vis-à-vis des soldats (...)

8La politique d’assimilation, idéal constant de la République si bien accordé à l’instinct de la nation, apparaissait donc comme tardivement plébiscitée par le peuple français. Parce qu’elle se fondait sur les principes de justice et d’égalité8, elle satisfaisait à la fois l’idéalisme français et l’orgueil national. « Le Français, disait Michelet, veut surtout imprimer sa personnalité aux vaincus (...) Après le combat moitié fatuité, moitié sympathie, il leur exposera tout ce qu’ils gagnent à devenir Français ».

  • 9 Parmi les 16 % qui furent classés « sans opinion » se trouvaient aussi les partisans de l’indépend (...)
  • 10 Rappelons la loi électorale instaurant le principe du collège unique en Afrique, la création du F. (...)

9Toutefois un sondage effectué en mai 1946 permet de préciser les limites de la générosité française. A la question : « Devons-nous administrer nos colonies surtout au profit de la France ou surtout au profit des populations indigènes ?» 31 % des personnes interrogées répondirent : « Au profit de la France », 28 % « au profit des populations indigènes », 25 % « au profit des deux »9. Les mentalités avaient donc évolué moins vite que ne pouvaient le laisser supposer les généreuses décisions des Constituants10 et les pieuses exhortations de la presse.

L’UNION FRANÇAISE

10Depuis la déclaration gouvernementale du 24 mars 1945, les Français pouvaient savoir que l’Empire deviendrait une Union française « ensemble formé par la France et les autres parties de la communauté ». Union française ou Communauté ? Les autorités hésitèrent longtemps sur le choix de l’expression, mais les Constituants furent encore plus longs à se prononcer sur le statut à donner à l’Union française. Les Français certes ne se passionnèrent guère pour l’élaboration de la nouvelle Constitution (24 % seulement déclaraient en suivre le déroulement). Plus rares encore furent ceux qui comprirent qu’on y débattait aussi du statut de l’Union française. Interrogés le 1er avril 1946 sur l’institution possible d’une seconde chambre, 30 % des Français y étaient favorables (contre 44 % de monocaméristes), mais 1 % seulement pensèrent à se prononcer pour ou contre une chambre de l’Union française.

11On ne possède malheureusement pas de sondage qui permette de savoir comment fut accueillie l’Union française telle qu’elle fut définie par la Constitution.

12Peu claire pour les juristes eux-mêmes, cette constitution-programme, où coexistaient des déclarations d’intentions et une nouvelle organisation des territoires d’outre-mer, fut sans doute incompréhensible pour le grand public. L’opinion populaire ne comprenait goutte à une organisation qui prétendait englober non seulement la métropole, les départements d’outre-mer et les anciennes colonies, mais aussi de mystérieux « territoires associés » et d’énigmatiques « Etats associés ». Combien de Français même informés savaient que les territoires associés désignaient le Togo et le Cameroun, mandats de la S.D.N. administrés par la République française comme partie intégrante de son territoire ? Combien auraient pu répondre que les Etats associés ne désignaient pas les deux protectorats du Maghreb, mais uniquement, et à partir de 1949 seulement, les trois Etats d’Indochine ?

  • 11 A la même date, l’existence de l’Assemblée de l’Union française, il est vrai peu prestigieuse, n’é (...)
  • 12 En décembre 1952, un conseiller de l’Union française, La Gravière, déposait une proposition invita (...)

13Des sondages postérieurs permettent de vérifier ces jugements. En décembre 1949, la simple définition de l’Union française comme entité comprenant à la fois la métropole et les territoires d’outre-mer était encore inconnue de 76 % des Français : 53 % ne pouvaient fournir la moindre réponse, 23 % apportaient des réponses erronées, 24 % seulement une réponse correcte11. Tous les témoignages confirment que pour le Français moyen, le vocable d’Union française désignait seulement la France d’outremer : l’Empire avait simplement changé de nom, à la manière des colonies pudiquement rebaptisées territoires d’outre-mer12.

14Le public n’eut sans doute jamais le sentiment, malgré quelques discours officiels célébrant dans l’Union française « une grande création, hier grande espérance aujourd’hui grande réalisation » (Vincent Auriol), que de ce texte, et de ce jour datait une ère nouvelle. Tout au contraire, envisageait-il « l’avenir de nos colonies », l’Indochine exceptée, dans la continuité d’une tradition française.

  • 13 52 % des électeurs communistes, 57 % des ouvriers pensaient que « l’Indochine restera dans l’Union (...)

15En janvier 1947, après quinze mois d’une difficile guerre de reconquête au Viêt-Nam, 58 % des Français croyaient encore que « l’Indochine restera dans l’Union française » contre 12 % d’un avis opposé. Ce dernier pourcentage était inchangé depuis septembre 1945. Fait notable, les pourcentages d’opinion étaient peu sensibles aux appartenances politiques13. Toutefois, selon une autre question de ce même sondage, 37 % voulaient soit négocier avec l’adversaire (22 %), soit reconnaître le Viêt-Nam comme Etat indépendant (15 %).

L’APPARITION DU PESSIMISME EN L’AN I DE L’UNION FRANÇAISE

  • 14 Nous ne disposons pas de sondages pour mesurer en 1945 le degré de ce qu’on a parfois appelé le pe (...)

16Or c’est par un chiffre très voisin que, questionnés en avril 1947 sur une interrogation majeure : « Pensez-vous que tous les peuples de l’Union française finiront par rompre tous les liens qui les unissent à la France ? », 35 % des Français répondirent affirmativement. Ceux qui croyaient à la pérennité de l’Union française n’étaient plus que 37 % et ceux qui n’avaient pas de réponse 28 %. Si l’on réfléchit au fait que ce sondage fut établi en l’an I de l’Union française, on voit que beaucoup de gens commençaient à se demander comme le Dr Aujoulat au congrès M.R.P. de mars 1947 : « Bâtirons-nous l’Union française ? ». L’optimisme affiché en janvier sur le sort de l’Indochine française avait brusquement fléchi : l’indépendance future des peuples de l’Union apparaissait maintenant comme une fatalité inexorable à plus du tiers des Français. Il semble que ce soit le choc provoqué par l’insurrection de Madagascar, totalement inattendue du grand public – alors qu’elle était redoutée par les coloniaux dès 1945 – qui ait entraîné cette brusque chute des opinions optimistes (de 58 % à 37 %). Les gens les plus jeunes et ceux qui étaient les plus instruits semblaient croire plus que les autres à l’éclatement de l’Union française ; au contraire parmi ceux qui n’avaient reçu qu’une formation primaire, 30 % seulement envisageait les indépendances futures. Ils étaient 38 % à y croire parmi les anciens élèves du technique, 40 % pour ceux de l’enseignement secondaire et 43 % pour ceux de l’enseignement supérieur14.

17Bien entendu ceux qui croyaient à l’émancipation totale des colonies françaises pouvaient déplorer cette éventualité ou s’en féliciter. Il semble, d’après les 40 % de gens qui firent des commentaires et les 11 % qui justifiaient la dissociation de l’Union française par le légitime désir d’indépendance des populations colonisées, que seule une minorité de Français s’en réjouissait. De plus, 15 % justifiaient leur pronostic par la mauvaise politique gouvernementale, rejoignant ainsi les 8 % d’optimistes qui attendaient le redressement de cette politique. Au total donc, y compris 3 % de réponses dubitatives, plus de la moitié de ceux qui expliquèrent leurs votes (26 % sur 40 %) croyaient que l’avenir de l’Union dépendait encore de la politique de la métropole.

18Mais précisément les Français étaient divisés sur ce que devait être cette politique. Oubliant l’échec récent de « la politique de force » appliquée à la Syrie et au Liban, les conservateurs expliquaient « la crise de l’Union française » par la seule faiblesse des gouvernements successifs et « l’affreuse campagne anticolonialiste » de la presse de gauche. La majorité silencieuse du pays les approuvait-elle ?

19Concernant Madagascar il est difficile d’interpréter un sondage unique du 30 juin 1947 dans lequel 48 % des gens qui avaient entendu parler de la levée d’immunité parlementaire des députés du M.D.R.M. approuvaient cette mesure ; 20 % la désapprouvaient.

20Concernant l’Indochine, les Français étaient très exactement divisés par moitié dès janvier 1947, 37 % se prononçaient pour le rétablissement de l’ordre par la force, 22 % pour la reconnaissance de l’indépendance du Viêt-Nam, 15 % pour la négociation avec le Viêt-Minh. A cette date, les Français ne se sentaient pas encore acculés à choisir. Après la déclaration commune de la baie d’Along du 5 juin 1948 par laquelle la France reconnaissait l’indépendance du Viêt-Nam de Bao-Daï, le public crut la solution en vue. Un sondage publié le 26 novembre 1948 révélait que la question d’Indochine était désormais placée par les Français au dernier rang des problèmes à l’ordre du jour (exception faite pour les communistes et l’extrême droite).

  • 15 Ce sondage d’octobre 1950 traduit aussi un sursaut patriotique consécutif à l’annonce des défaites (...)

21La continuation de la guerre relança et renforça le pessimisme. En juillet 1949, les partisans de la politique de force n’étaient plus que 19 % (contre 37 % dix-huit mois plus tôt). En revanche, ceux qui voulaient « arrêter la guerre » atteignaient désormais 33 %, auxquels s’ajoutaient 11 % des gens décidés « à abandonner l’Indochine » et 5 % de partisans « de rendre la liberté au pays ». Ainsi, de janvier 1947 à juillet 1949, le pourcentage des Français plus ou moins résignés à « la perte de l’Indochine » était passé de 37 % à 49 %. Un an plus tard l’opinion toujours divisée n’avait pas évolué très sensiblement. Pourtant, dans la mesure où la guerre d’Indochine apparaissait maintenant avec la guerre de Corée comme « un épisode de la lutte générale du capitalisme contre le communisme » à 44 % des Français, le pourcentage des partisans de la paix et de l’abandon redescendait à 40 %, tandis que celui des gens favorables à la continuation de la lutte remontait à 27 %15.

22Ces sondages signifiaient-ils que les Français, devenus indifférents à l’enjeu que pouvait représenter l’Union française, se prononçaient surtout en fonction de leur volonté pacifiste ou de leur idéologie politique ? On le croirait volontiers, après avoir pris connaissance de ce que l’on peut savoir quant à l’intérêt accordé à l’Union française par les Français des années 1949-1950.

CONNAISSANCES ET OPINION DES FRANÇAIS SUR L’UNION FRANÇAISE

  • 16 La plus significative de ces bévues fut celle de l’Aurore qui, pensant plébisciter l’Empire, avait (...)
  • 17 En 1949, le Figaro crut pouvoir interroger 500 personnes dont une moitié « d’intellectuels » (en f (...)

23La presse avait eu la première l’idée d’interroger ses lecteurs sur ce qu’ils savaient ou pensaient de l’Union française. Mais ses bévues16 ou ses naïvetés17 rendent inutilisables les prétendues « Enquêtes Gallup », sinon pour la constitution de joyeux sottisiers. Une seule conclusion s’en dégage, semble-t-il : les Français ignoraient à peu près tout de la géographie et de l’histoire de l’Union française. Ces enquêtes superficielles appelaient à l’évidence un véritable sondage d’opinion. L’Assemblée de l’Union française avait été saisie en juillet 1949 d’une proposition en ce sens, mais ne l’adopta que le 7 février 1950. Pendant ce temps, l’I.N.S.E.E. avait spontanément fait effectuer entre le 21 novembre et le 31 décembre 1949 un sondage national d’une ampleur exceptionnelle. Il comportait 21 questions expédiées à 4 193 personnes tirées au sort dans 200 communes ; quelque 3 000 réponses anonymes furent retenues.

  • 18 Curieusement, les jeunes gens de 21 à 24 ans pour lesquels les souvenirs scolaires étaient les plu (...)

24Les premières questions avaient précisément pour but d’apprécier l’information reçue par les Français sur les territoires d’Outre-mer et l’intérêt qu’ils y portaient. Or 32 % des personnes interrogées (et 42 % chez les ruraux) avouèrent n’avoir aucune information et 52 % (56 % chez les ruraux) se déclarèrent même indifférentes à ces questions ; 2 % les évitaient et 19 % ne répondaient pas. Ainsi 27 % seulement des Français prêtaient quelque intérêt aux informations concernant leurs territoires d’outre-mer18.

  • 19 A la fin de l’ère coloniale, aucun progrès n’avait été réalisé. Une enquête de 1962 concernant les (...)

25Quant au niveau des connaissances, le sondage se révélait encore plus accablant : 19 % des Français ne connaissaient le nom d’aucun territoire d’outre-mer19, tandis que 28 % seulement pouvaient en citer cinq ou plus. Ces pourcentages doivent être considérés comme particulièrement faibles eu égard aux événements de l’actualité. L’Afrique occidentale française n’était citée que par 12 % des Français, l’A.E.F. par 11 %. On ne s’étonnera donc pas qu’à une question difficile : l’évaluation de la population totale de l’Union française, 52 % des personnes aient déclaré ne pouvoir répondre, 20 % indiquant un ordre de grandeur tenu pour satisfaisant, parmi lesquels 14 % s’en tenaient au chiffre slogan d’avant-guerre : 100 millions.

  • 20 Quel non-spécialiste aurait pu savoir que la contribution fournie par la métropole pour les plans (...)
  • 21 La méfiance paysanne explique sans doute leurs réponses : 48 % ignoraient si les colonies coûtaien (...)

26On peut supposer que trois autres questions visaient à connaître le sentiment des Français sur le coût et la valeur des colonies. La première était ainsi formulée : « Pensez-vous que les territoires d’outre-mer coûtent de l’argent au contribuable de France ?» A cette question délicate, à laquelle peu de gens très informés auraient pu apporter une réponse nuancée20, les Français répondirent selon des convictions dogmatiques ou par instinct de méfiance : 31 % oui, 35 % non et 34 % d’abstentions21.

27Sans doute la plus percutante de toutes, la question suivante interrogeait : « Pensez-vous que la France a intérêt à avoir des territoires d’outre-mer ? » Or 81 % des gens interrogés répondirent par l’affirmative, alors que 14 % n’avaient point d’avis. Ce pourcentage de oui vraiment considérable atteignait même 90 % chez les militaires, 91 % chez les fonctionnaires supérieurs et 94 % pour les professions libérales. Le pourcentage le plus faible – 71 % – était celui des exploitants agricoles. Beaucoup de ruraux en effet plutôt que de répondre non se réfugièrent dans l’abstention : 25 % chez les patrons, 21 % chez les ouvriers agricoles. Le vieil anticolonialisme rural ne se réduisait donc pas aux 4 % d’opposants déclarés.

28Ce même pourcentage de 4 % de réponses négatives, auxquelles s’ajoutaient dans ce cas 3 % de réponses exprimant des réserves, se retrouvait dans les professions d’encadrement et de direction de l’industrie. Mais on ne voit pas quelles « oppositions d’intérêts économiques » suggérées par les sondeurs auraient pu déterminer ces 7 % d’opposants jusqu’alors inaperçus ? Quant aux ouvriers de l’industrie, 3 % seulement s’avouaient anticolonialistes, 11 % étaient sans avis et 83 % croyaient que la France avait intérêt à posséder des colonies.

  • 22 Un sondage de septembre 1957 donnait encore sur le même sujet 62 % de réponses positives chez les (...)

29Que l’anticolonialisme ait eu une faible résonance dans la classe ouvrière est d’ailleurs confirmé par les réponses à la troisième question : « Pensez-vous que dans l’ensemble, la France a bien travaillé dans les territoires d’outre-mer ? », 67 % des ouvriers de l’industrie le pensaient, c’est-à-dire plus que le pourcentage national calculé sur les réponses effectives : 62 %22. Pour l’ensemble des Français ayant une opinion sur ce sujet, les réponses négatives nettes ou nuancées ne représentaient donc que 28 %.

  • 23 45 % des patrons et des cadres de l’industrie recherchaient des informations sur l’outremer, 25 % (...)

30On retrouve naturellement dans les réponses la différence des jugements entre ruraux et citadins : 50 % de ceux-ci croyaient au bon travail de la France, mais seulement 39 % des ruraux. Au niveau socio-professionnel, 49 % des cadres industriels (38 % des cadres agricoles), 52 % des membres des professions libérales et 54 % des employés du commerce partageaient la même bonne conscience coloniale. Ouvriers et employés, moins bien informés sans doute23 que leurs patrons et leurs cadres, étaient nettement plus favorables à la réussite coloniale française.

  • 24 Le ministre de la France d’outre-mer y fit pourtant allusion dans une conférence de presse le 15 m (...)

31La faiblesse du chiffre des opposants déclarés, encore qu’il fût en progrès de neuf points depuis 1947, et la sous-information des Français, telles étaient les conclusions point inattendues de ce sondage. Plus connu, il eut été de nature à conforter les associations procoloniales qui l’ignorèrent pendant longtemps et ne surent pas en tirer parti24.

32Concernant l’avenir de l’Union française, il était important de connaître les sentiments des jeunes générations. Or, et sur ce point la révélation était intéressante, c’était précisément dans les classes d’âge les plus jeunes que l’on croyait surtout à l’intérêt pour la France de posséder des territoires d’outre-mer. Le pourcentage des réponses en ce sens – 81 % – était supérieur de dix-neuf points à la moyenne nationale pour les gens âgés de 21 ans à 39 ans ; il atteignait 89 % pour ceux ayant entre 25 et 34 ans. D’autre part, les jeunes étaient naturellement les plus exigeants ou les plus intransigeants : 35 % des 21 à 24 ans pensaient que la France n’avait pas « bien travaillé » ou « pas assez » dans ses territoires d’outre-mer (58 % étaient d’un avis contraire). Les plus approbateurs de l’œuvre coloniale se situaient dans les générations ayant de 35 à 39 ans, avec 70 % de satisfaits et 23 % de mécontents.

33Mais qu’en était-il chez les plus jeunes non encore électeurs et donc écartés de l’enquête de l’I.N.S.E.E., qui deviendraient bientôt des citoyens ? Un autre sondage était nécessaire. Il eut lieu en février 1950, mais on le borna malheureusement aux seuls « étudiants », en fait un millier d’élèves des classes terminales de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires aux grandes écoles. Interrogés sur l’intérêt pour la France de maintenir « l’Union française avec les territoires d’outre-mer », 84 % de ces grands élèves répondaient affirmativement. Les non n’atteignaient que 7 %. Seuls les enfants d’enseignants, sans doute plus politisés, donnaient 21 % de non fermes.

  • 25 Ces chiffres confortent les appréciations des membres du parti colonial qui, dès le début des anné (...)

34Par ailleurs, ces jeunes gens croyaient plus que les adultes que la France pouvait « être fière de son œuvre dans les pays français d’outremer » : 73 % répondaient par un oui ferme et 12 % par un oui nuancé. Les deux catégories de non ne dépassaient pas 9 %. S’écartaient à nouveau de ces chiffres les enfants d’enseignants : 57 % de oui fermes et 13 % de non fermes25. « Les pays français d’outre-mer avaient-ils intérêt à rester unis avec la Métropole ? » Les réponses furent là un peu moins affirmatives, 56 % de oui et 20 % de oui nuancés, mais les réponses négatives restaient très minoritaires : 10 %.

  • 26 Les enquêteurs furent incapables de s’expliquer le taux élevé de réponses négatives chez les enfan (...)

35Parmi les diverses catégories d’élèves, les divergences étaient assez considérables : les filles étaient plus que les garçons favorables au maintien de l’association avec les territoires d’outre-mer et les élèves de l’enseignement libre plus que ceux de l’enseignement public. Le jugement le plus catégoriquement favorable à l’œuvre colonisatrice émanait des élèves des établissements religieux. Venaient ensuite ceux des collèges techniques, puis des lycées (à quinze points au-dessous des collèges religieux), enfin ceux des établissements libres non confessionnels (à vingt-six points au-dessous). Selon la profession des parents, les élèves les plus pénétrés par l’idée de l’Union française étaient les enfants de fonctionnaires, suivis de ceux des militaires ; les plus réticents étaient, nettement détachés, les enfants d’enseignants et d’agriculteurs. Ainsi se trouve confirmé que ces deux catégories sociales étaient les plus réfractaires à l’idée coloniale26.

  • 27 Les pollsters avaient négligé de mesurer le niveau d’information de ces « étudiants » supposé a pr (...)

36L’Assemblée de l’Union française aurait souhaité connaître l’opinion des étudiants sur « la civilisation et les pays d’outre-mer ». Le sondage n’apportait sur ce point aucune information chiffrée. On peut seulement y déceler une surestimation de l’œuvre civilisatrice et culturelle. L’œuvre des médecins et des missionnaires, toujours citée avec éloge, leur paraissait essentielle ; administrateurs, militaires et colons n’étaient guère mentionnés et donc peu populaires. Invités à envisager les faits du point de vue des colonisés, ces jeunes gens comprenaient la nécessité du transfert de techniciens. Mais les territoires d’outre-mer avaient selon eux surtout intérêt à rester unis à la Métropole pour « les avantages culturels » et le « soutien politique » que cela leur valait. La sous-estimation des besoins économiques apparaît donc en creux dans leurs réponses27.

L’ATTRAIT LIMITÉ DE L’UNION FRANÇAISE

37Les Français éprouvaient-ils quelque attirance à aller s’installer dans les pays de l’Union française ? La question mérite à coup sûr d’être posée, car de la réponse dépendait aussi, dans une certaine mesure, l’attitude des Français face aux crises de l’Union française.

  • 28 « Si l’on vous offrait un emploi à l’étranger quel pays choisiriez-vous ?» 5 % désignaient l’outre (...)

38Il est à rappeler que, dès la conférence de Brazzaville, la question d’une émigration de qualité avait été agitée par les experts qui y voyaient tout à la fois un moyen de moderniser l’outre-mer et une possibilité de renforcer la présence française. De fait, un courant migratoire se dessina bien après 1945, mais il se dirigea essentiellement vers le continent américain et non vers les territoires français d’outre-mer. Les sondages confirmèrent qu’à l’avenir le choix éventuel des candidats au départ serait strictement déterminé par l’attrait d’un standard de vie plus élevé28. Même l’Afrique du Nord, territoire où « la France avait le mieux réussi » selon les contemporains, n’attirait que 3 % des Français en août 1947 ; 22 % choisiraient les Etats-Unis et 14 % la Suisse.

39En mars 1948, un sondage international confirma que peu de Français aimeraient à aller s’installer dans un autre pays : 72 % y étaient résolument hostiles, 25 % plutôt favorables « si cela leur était possible ». Or, parmi ceux qui auraient accepté d’envisager un départ, 4 % étaient candidats pour l’Afrique du Nord et 3 % pour les autres régions de l’Union française. Deux ans plus tard, 78 % des 2 500 personnes interrogées entendaient rester en France, 18 % envisageaient la possibilité d’être migrants, mais 1 % seulement désignait un territoire français pour aller s’y installer : le Maroc.

  • 29 Les demandes réelles de départ vers l’outre-mer n’auraient pas dépassé 3 000 personnes en 1945 et (...)

40Ainsi malgré les souhaits des experts, les sentiments profonds des Français demeuraient : les territoires d’outre-mer mal connus restaient sans attirance réelle pour les rares candidats à l’émigration29. Il est vrai que l’attitude des Français devant l’éventualité d’une carrière coloniale pouvait être toute différente, compte tenu de stéréotypes anciens sur « la vie aux colonies ».

  • 30 48 % de réponses affirmatives, 30 % de négatives et 22 % dubitatives (« cela dépend »).

41C’est ce que voulut vérifier l’IN.S.E.E. lors de sa grande enquête de 1949. Quant aux modes de vie trois questions précises permirent de révéler la solide conviction des Français. Compte non tenu des 30 % de gens sans avis, 71 % des réponses effectives affirmaient que « les Français pouvaient mener une vie plus large dans les territoires d’outre-mer » (on comptait encore 17 % de Oui avec réserves et 11 % de Non). Le pourcentage était moindre, mais très majoritaire – 64 % –, de ceux qui estimaient qu’on y travaillait « moins qu’en France ». Enfin les réponses étaient assez réservées sur « la possibilité d’y mener une vie familiale normale »30.

  • 31 En septembre 1957, il n’y avait que 16 % des agriculteurs interrogés qui « aimeraient pour eux mêm (...)

42Quant à leur attitude face à une carrière outre-mer, 54 % n’y avaient jamais songé, 26 % l’avaient envisagée mais 18 % y avaient renoncé pour des raisons diverses. Avant de s’étonner du pourcentage de ceux qui avaient imaginé une vie professionnelle aux colonies, remarquons qu’il mesurait des intentions vagues, se situant plutôt dans le passé, et non de fermes volontés de départ. Pourtant des sondages postérieurs montrent la persistance de ce mythe du départ : en septembre 1957, 22 % des Français envisageaient « pour eux ou leurs enfants » d’aller s’installer dans un territoire de l’Union française. Ils étaient même 32 % en novembre 1962 à penser faire carrière dans un des pays francophones de l’Afrique noire. Confiance dans l’avenir et ouverture plus large aux horizons lointains expliquent sans doute ces progrès surprenants31. Les Français apparaissent ainsi moins casaniers que leur réputation, d’autant plus que dès 1949 beaucoup déclaraient être déjà allés outre-mer (7,7 %), dont la moitié pour y effectuer leur service militaire.

  • 32 Même chez les élèves préparant l’Ecole nationale de la France d’outre-mer on trouve un pourcentage (...)

43L’enquête de 1950 sur la jeunesse étudiante montre même une disponibilité considérable : plus de 10 % des élèves (et 13,5 % des garçons de l’enseignement privé) se déclaraient prêts à partir indifféremment dans n’importe quel territoire de l’Union française « à situation équivalente » et 22 % (25,5 % pour les garçons de l’enseignement privé) à « situation supérieure ». Les réponses variaient avec les territoires, selon que ceux-ci paraissaient présenter des possibilités de vie familiale normale ou au contraire difficile. A situation équivalente, 67 % des garçons se disaient prêts à partir en Afrique du Nord et encore 23 % en Indochine ; à situation supérieure respectivement 87 % et 36 %. L’idéalisme prêté traditionnellement à la jeunesse n’était pas la motivation majeure de ces étudiants32. Toutefois les élèves de l’enseignement confessionnel fiers de l’œuvre de la France avaient une vocation plus forte et ceux dont les parents appartenaient à l’Armée étaient de beaucoup les plus décidés à partir, même à situation équivalente.

LES OSCILLATIONS DE L’OPINION PENDANT LES CRISES DE L’UNION FRANÇAISE

44On ne s’étonnera pas, après ce coup d’œil sur l’état de leurs connaissances et de leurs motivations, que les Français ne se soient pas beaucoup intéressés à la tentative de construction d’une Union française.

45Un sondage réalisé à l’automne 1951 montre que les Français en ignoraient totalement l’intérêt et il en fut ainsi jusqu’en 1953 où 12 % des Français situaient le problème de l’Union française au 4e rang des problèmes de la nation. L’indécise guerre d’Indochine ne parvenait même pas à retenir leur attention. En mai 1953, trois Français sur dix seulement déclaraient « suivre les nouvelles » de ce conflit et ils n’étaient plus que 23 % en février 1954. Toutefois l’indifférence ou l’ignorance n’interdisent pas au public de porter jugement. Deux mois avant la capitulation de Diên-Biên-Phu, 60 % des Français se prononçaient soit pour l’abandon de l’Indochine, soit pour la négociation avec le Viêt-Minh. On comprend dès lors qu’après l’armistice de mai 1954, 58 % des personnes interrogées aient jugé que « c’était le mieux qu’on pouvait espérer ». Il se trouva même 15 % d’incorrigibles optimistes pour penser que l’Indochine resterait néanmoins dans l’Union française. Un électeur socialiste ou communiste sur cinq partageait, naïvement ou non, cet espoir.

  • 33 In Les Français devant les problèmes d’outre-mer. Cette brochure anonyme sans date (2e semestre 19 (...)
  • 34 A cette date, 17 % seulement des Français se disaient favorables à l’indépendance de la Tunisie et (...)
  • 35 27 % estimaient que les problèmes d’Afrique du Nord étaient « les plus importants » et 3 % ceux de (...)
  • 36 On peut se référer notamment aux enquêtes de la Revue Hommes et mondes : « il faut repenser l’Unio (...)

46La défaite française et ses conséquences immédiates au Maghreb contribuèrent cependant à réveiller l’opinion. Au moment où les associations coloniales se déclaraient très inquiètes du « découragement » qui aurait saisi « la majeure partie de l’opinion prête à tout abandonner »33, les sondages montrent plutôt un regain progressif des préoccupations du public pour l’Union française. En septembre 1954, au cœur des affaires tunisienne et marocaine, 30 % des Français considéraient comme étant « les plus importants » les problèmes de l’Union française34. Si l’on sait que le taux n’était que de 2 % en septembre 1952, on mesure l’importance de la prise de conscience. En décembre 1955, ils n’étaient pas plus nombreux qu’en 1954 malgré une année d’insurrection algérienne35. Le fait peut paraître étonnant puisque la classe politique vivait intensément ces crises. Des personnalités averties de l’administration et du secteur privé demandaient une redéfinition de l’Union française qui semblait annoncer la nécessaire décolonisation. Mais le peuple français n’avait pas encore pris la mesure de la guerre de libération algérienne, ni de la nécessité d’une nouvelle politique de l’Union française36. Les électeurs du 2 janvier 1956 le confirmèrent, malgré la courte victoire du Front républicain.

47Il fallut la reconnaissance des indépendances au Maroc et en Tunisie et l’aggravation de la situation en Algérie pour que le peuple français comprît enfin l’importance des événements. Un sondage réalisé en avril 1956 montre que 83 % des Français percevaient désormais la situation du Maghreb (63 %) et celle de l’Union française (20 %) comme les problèmes dominants. Cela ne signifiait pas toutefois que pour cette majorité « la sauvegarde » des colonies et d’abord de l’Algérie fût devenue « le but essentiel de la politique française ». Les Français ne sont en avril 1956 que 17 % à mettre cette « sauvegarde de l’Union française » au premier rang des « buts possibles » qu’ils souhaitaient voir assignés à la politique du pays. Les objectifs prioritaires demeuraient à leurs yeux l’augmentation du niveau de vie, l’extension de la justice sociale (ensemble 32 %) et le désarmement général (22 %). Enfin ils situaient au dernier rang des objectifs qu’on leur proposait : l’augmentation du prestige de la France (8 %) et la construction de l’Europe (8 %).

  • 37 Pour une étude détaillée, je me permets de renvoyer à mon article : « L’opinion française devant l (...)

48Le peuple français, bien loin d’être entraîné par ce sursaut de patriotisme cocardier qu’un auteur étranger mal informé a dénommé « le national-molletisme », passe même par ce qui est alors considéré comme une phase de démoralisation, voire de « défaitisme ». En avril 1956, 31 % seulement des Français croient que « l’Algérie sera encore française dans cinq ans » ; en juillet 1956 ils ne sont plus que 19 %. Poussés par une question en forme de dilemme à dire ce qu’ils feraient « S’il fallait choisir entre deux solutions : donner l’indépendance ou écraser la rébellion », 39 % choisissent d’accorder l’indépendance en avril 1956 et 45 % en juillet 195637.

  • 38 Les chiffres sont sensiblement les mêmes pour la Tunisie : « On a eu raison » : 32 % ; « on a eu t (...)
  • 39 Ces pourcentages faibles traduisent surtout un recul rapide par rapport à la demi-confiance exprim (...)

49De cette résignation présomptive, peut-être momentanée mais réelle, d’autres sondages apportent la confirmation. Interrogés en juillet 1956 sur l’octroi de l’indépendance à la Tunisie et au Maroc, une majorité relative de Français pensent qu’» on a eu raison de la leur donner » ; dans le cas du Maroc : 33 % (contre 18 % qui pensent qu’on a eu tort) 8 % de réponses ambiguës et 41 % d’abstentions38. Mais 20 % seulement croient que « dans dix ans » le Maroc sera associé à la France (contre 24 % en avril 1956). Le même pessimisme lucide explique que, pour six Français sur dix, le Viêt-Nam soit considéré comme totalement perdu. En revanche, la confiance l’emporte encore pour Madagascar et l’Afrique noire : 31 % estiment que, dans une décennie, Madagascar sera un Etat associé à la France (12 % d’opinions opposées) et ils sont 35 % à le dire pour l’Afrique noire, contre 11 % d’opinions contraires39. Or ces jugements désabusés sont d’autant plus importants que les Français continuent en majorité à juger « très important » le fait que les divers pays de l’Union française restent liés à la France. En avril 1956, 48 % le jugeaient « très important », 27 % « assez important », 11 % « pas très important » et 14 % ne savaient pas.

  • 40 L’Algérie et l’Afrique du Nord étaient devenues « le problème le plus important » pour 63 % des Fr (...)

50Depuis avril 1956, la question algérienne, devenue pour la majorité absolue des Français le problème primordial40 parut obnubiler dans le public, ou chez les sondeurs qui négligèrent de l’interroger, toute réflexion sur l’avenir de l’Union française. Or celle-ci disparut juridiquement avec la Constitution de la Ve République au profit d’une Communauté contractuelle « fondée sur l’égalité et la solidarité des peuples qui la composent ». On ne peut malheureusement savoir combien de Français s’en aperçurent.

L’OPINION ET LA COMMUNAUTÉ

  • 41 Toutefois parmi les électeurs de Droite, deux tendances d’importance presque égale apparaissent su (...)

51Pourtant en septembre 1958, 52 % des gens se déclarèrent satisfaits de la manière dont le général de Gaulle avait posé les problèmes des relations de la Métropole avec les territoires d’outre-mer (15 % étaient d’un avis contraire). De manière plus claire, interrogés en février 1959 sur ce qu’ils pensaient de « la possibilité » accordée aux « anciennes colonies d’acquérir leur indépendance quand elles le voudraient », les Français approuvèrent massivement, par 73 % contre 9 %. Plus nettement encore, deux Français (51 %) contre un (25 %) souhaitaient que la France ne garde avec ses anciennes colonies d’Afrique que des relations économiques et culturelles, à l’exclusion de tout lien militaire ou financier. On peut donc dire au vu de ces sondages que c’est entre septembre 1958 et février 1959 que les Français acceptèrent dans leur immense majorité le principe de la décolonisation41.

52Que pensèrent les Français de « la Communauté rénovée » telle qu’elle se présentait de facto, au moment où les dirigeants de la nouvelle et éphémère Fédération du Mali demandèrent, le 28 septembre 1959, à accéder à l’indépendance ? On sait que ceux-ci prétendaient vouloir demeurer dans la Communauté. Un seul sondage fut, semble-t-il, réalisé sur ce sujet en janvier 1960, c’est-à-dire avant que ne fussent conclus les accords franco-malgaches (2 avril) et franco-maliens (4 avril) qui consacrèrent l’indépendance de ces Etats.

  • 42 Encore ignorait-on en janvier 1960 que l’effort financier de la France pour permettre aux Etats de (...)

53Sur le principe de l’autodétermination, les Français ne pouvaient qu’approuver, mais il leur était demandé de préciser si « l’accession à l’indépendance du Mali allait affaiblir ou renforcer sur des bases réalistes la Communauté ». Cette délicate question entraîna 53 % d’abstentions et le partage égal des réponses : 25 % pensaient que cela renforcerait la Communauté, 22 % que cela l’affaiblirait. Il est plus intéressant de constater que les cadres et les professions libérales témoignaient d’un peu plus d’optimisme (50 % croyaient à la durée de la Communauté, 33 % non) et que les personnes ayant accompli des études supérieures se montraient même résolument favorables (69 % contre 18 %). Pour faire prendre conscience au public des conséquences pratiques de ces choix, une deuxième question interrogeait : « Approuvez-vous ou désapprouvez-vous le principe de l’aide financière de la France aux pays d’outre-mer qui deviennent indépendants mais restent dans la Communauté (comme le Sénégal et le Soudan par exemple) ? » 29 % seulement approuvaient contre 36 % de désapprobateurs. Les cadres et les membres des professions libérales étaient favorables à l’aide financière et parmi eux 69 % des personnes d’un niveau d’instruction supérieure ; leurs réponses aux deux questions, parfaitement cohérentes, témoignaient d’une totale compréhension de ce qu’aurait pu être la Communauté. L’élite informée connaissait sans doute l’existence de négociations en vue d’accords de coopération et en approuvait le principe. Quant au reste de la population, elle désapprouvait non l’idée d’indépendance, mais, à une faible majorité, le maintien d’une aide financière42.

  • 43 En novembre 1962, 73 % des Français se déclaraient favorables au principe d’une aide de la France (...)

54Tel était, du moins en 1960, l’avis des Français, bien moins « carriéristes » qu’on ne l’a dit. Et l’on ne saurait passer sous silence le fait que dans les années suivantes les mêmes Français mieux informés se montrèrent très favorables à l’aide aux anciennes colonies43. Ainsi l’opinion prise entre des exigences contradictoires se prononçait-elle plutôt contre la politique de ses intérêts immédiats au bénéfice d’une future coopération. Encore faut-il préciser que si les deux tiers de Français étaient optimistes quant à la coopération franco-africaine, 27 % seulement accordaient quelques chances à la coopération avec l’Algérie.

CONCLUSION

  • 44 Les Français n’étaient pas les seuls à ignorer la géographie. Les Britanniques, dont il reste ente (...)

55La connaissance de l’outre-mer et l’intérêt porté au destin de l’Union française sont toujours restés de 1946 à 1962 le fait d’une minorité. Un quart seulement des Français prêtaient quelque intérêt aux informations concernant leurs territoires d’outre-mer et plus de la moitié d’entre eux ne pouvaient, en 1949, donner une définition même inexacte de l’Union française. En 1962, malgré les guerres « coloniales » et les indépendances, un quart de la population restait incapable de citer un seul des quinze Etats d’Afrique noire d’expression française44.

56Or simultanément 24 % des Français avaient en 1959 des contacts directs avec les territoires d’outre-mer et 23 % déclaraient en 1962 avoir séjourné dans un des territoires de l’ex-Union française. La proportion atteignait même 54 %, pour les 6 % de Français appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures. Tous les Français n’ignoraient donc pas l’outre-mer français et un pourcentage appréciable le connaissait fort bien.

57Ces disparités dans le niveau d’information expliquent peut-être les jugements contradictoires portés sur l’attitude des Français face à l’Union française. Il n’est pas faux de dire que l’opinion a accepté tardivement et sans déchirement la décolonisation, à condition de préciser que ceux qui s’intéressaient au maintien de l’Union française étaient, bien que minoritaires, trop nombreux pour l’accepter facilement. Il est inexact en revanche de parler de « l’attachement viscéral des Français à leurs possessions d’outremer » ; cependant le pays accepta sans révolte deux guerres de huit ans avant de renoncer en Indochine, puis en Algérie.

  • 45 En 1957, 70 % des Français pensaient que la France avait fait du « très bon » ou de « l’assez bon  (...)

58La classe politique, lorsqu’elle eut mesuré l’échec de l’Union française face au refus de la majorité des colonisés, ressentit l’impossibilité d’imposer aux partis et aux lobbies l’inéluctable décolonisation de l’Indochine et du Maghreb. C’est pourquoi elle s’en remit par deux fois à des « sauveurs », Mendès France et de Gaulle, quitte à se désolidariser de ces « bradeurs d’Empire ». Mais l’opinion ratifia finalement, à une majorité inattendue, l’indépendance des colonies. Comme elle se persuada en compensation de la qualité de l’œuvre coloniale de la France45 et de la valeur de la coopération, la colonisation s’acheva, comme elle avait commencé, dans le sentiment d’une « bonne conscience » assez générale.

Notes

1 J’ai longuement développé cet aspect de l’opinion dans une communication au colloque d’Augsburg d’avril 1984, intitulée « La survivance d’un mythe : la puissance par l’Empire colonial (1944-1947) »

2 Sondage effectué du 18 au 30 mai 1945 : 80 % des Français considéraient la France comme une grande puissance, 10 % comme une petite ; 10 % étaient sans opinion. (Pour alléger l’annotation, précisons que tous les sondages utilisés sans indication de source ont été réalisés par l’I.F.O.P. et publiés par la revue Sondages).

3 La Quatrième Internationale, n° de juillet-août 1945.

4 Libertés, « hebdomadaire politique du socialisme », n° du 22 février 1946.

5 Enquête réalisée du 10 au 15 septembre 1945 publiée en octobre.

6 En juillet 1945, 2 % seulement des gens interrogés pensaient que le milieu arabe fût responsable des événements de Syrie. En septembre 1945, 5 % seulement attribuaient aux « Indochinois » « la responsabilité des troubles en Indochine ». En juin 1947, un tiers des Français jugeait que c’était en Algérie que la France avait le mieux réussi.

7 « Le soldat noir, qui, parti du Tchad est entré à Strasbourg après être passé par Paris, est présent à l’esprit de toute la France » affirmait, sous les applaudissements de l’Assemblée nationale, le 20 mars 1945, le général Chevance-Bertin.

8 Les partisans de l’égalité justifiaient aussi leur choix par reconnaissance vis-à-vis des soldats coloniaux : « Ils ont combattu à nos côtés ; ils se sont fait tuer pour les Français ». Il s’agissait là d’une attitude profonde ; en novembre 1962, 34 % des Français favorables à une politique d’aide aux anciens Etats coloniaux d’Afrique expliquaient : « Ils nous ont aidés pendant la guerre ; nous ne pouvons pas les laisser tomber maintenant ».

9 Parmi les 16 % qui furent classés « sans opinion » se trouvaient aussi les partisans de l’indépendance des colonies qui rejetaient les deux solutions proposées.

10 Rappelons la loi électorale instaurant le principe du collège unique en Afrique, la création du F.I.D.E.S. (Fonds d’investissements pour le développement économique et social) et la loi Lamine-Gueye accordant la citoyenneté française à tous les sujets de l’Empire. Cf. ma communication : « Novation et immobilisme de la politique française vis-à-vis de l’outre-mer » au colloque de la F.N.S.P. (décembre 1981) : La transformation et la modernisation de la France au début de la Quatrième République.

11 A la même date, l’existence de l’Assemblée de l’Union française, il est vrai peu prestigieuse, n’était connue que de 16 % des Français ; la moitié déformait le nom ou indiquait incorrectement le siège (Versailles).

12 En décembre 1952, un conseiller de l’Union française, La Gravière, déposait une proposition invitant le gouvernement à donner des instructions « pour que le vocable Union française fût désormais entendu dans un sens conforme à la Constitution ».

13 52 % des électeurs communistes, 57 % des ouvriers pensaient que « l’Indochine restera dans l’Union française » ; 16 % des communistes, 13 % des ouvriers, ne le croyaient pas (mais 19 % des membres des professions libérales).

14 Nous ne disposons pas de sondages pour mesurer en 1945 le degré de ce qu’on a parfois appelé le pessimisme de l’élite concernant l’avenir de la colonisation, mais le constat n’en est pas douteux. Contrairement à ce qu’on parait croire, les milieux de la France libre plus informés de l’état des esprits dans le monde ne croyaient guère à la survie de l’Empire. Les plus optimistes affirmaient avec René Capitant : « Notre Empire est menacé. Il peut être sauvé. A condition que sa structure soit entièrement transformée ». Même de Gaulle affirmait en 1945 : « A mon avis, le xxe siècle sera celui de l’indépendance des peuples colonisés. Mais celle-ci ne doit pas être ou paraître acquise contre l’Occident ».

15 Ce sondage d’octobre 1950 traduit aussi un sursaut patriotique consécutif à l’annonce des défaites françaises de Cao-Bang et de Langson et au repli des troupes du Tonkin sur le Delta. Sursaut momentané : en mars 1951, 32 % seulement des Français étaient favorables à l’envoi des renforts demandés par le général de Lattre.

16 La plus significative de ces bévues fut celle de l’Aurore qui, pensant plébisciter l’Empire, avait demandé à ses lecteurs en 1946 de dire si, à leurs avis « l’ère des colonies était ou non terminée ». L’Aurore reçut 3 103 réponses affirmatives, et 1 759 réponses négatives. Le directeur Paul Bastid regretta « ce référendum engagé en dehors de moi par une rédaction imprudente ». Il ne sut pas dire que ce « vote de paille » n’avait aucune valeur scientifique.

17 En 1949, le Figaro crut pouvoir interroger 500 personnes dont une moitié « d’intellectuels » (en fait des bacheliers), 25 % de citadins et 25 % de ruraux. Ce singulier échantillon dut répondre à 12 questions simples. Les résultats furent consternants : 1 % des personnes interrogées avaient donné des réponses justes.

18 Curieusement, les jeunes gens de 21 à 24 ans pour lesquels les souvenirs scolaires étaient les plus récents apparaissaient moins renseignés que les adultes, vieillards mis à part.

19 A la fin de l’ère coloniale, aucun progrès n’avait été réalisé. Une enquête de 1962 concernant les 15 Etats négro-africains d’expression française montre que les Français ne pouvaient guère en nommer plus de deux en moyenne. Un quart de la population était incapable d’en citer un seul avec précision.

20 Quel non-spécialiste aurait pu savoir que la contribution fournie par la métropole pour les plans d’équipements d’outre-mer se montait en 1949 à 158,3 milliards de F, ce qui représentait 8,5 % du budget métropolitain ? A quoi il fallait ajouter les dépenses civiles et militaires de l’Etat français outre-mer.

21 La méfiance paysanne explique sans doute leurs réponses : 48 % ignoraient si les colonies coûtaient au contribuable, mais 30 % le redoutaient... 22 % seulement croyaient qu’elles ne coûtaient rien, alors que le pourcentage était de 37 % pour l’ensemble des citadins.

22 Un sondage de septembre 1957 donnait encore sur le même sujet 62 % de réponses positives chez les ouvriers (dont 19 % de « très bon travail » et 43 % « d’assez bon travail »).

23 45 % des patrons et des cadres de l’industrie recherchaient des informations sur l’outremer, 25 % seulement des ouvriers.

24 Le ministre de la France d’outre-mer y fit pourtant allusion dans une conférence de presse le 15 mai 1950. Il s’étonna surtout de la sous-estimation du poids de l’Union française dans le monde « par une opinion relativement peu informée ».

25 Ces chiffres confortent les appréciations des membres du parti colonial qui, dès le début des années 1930, affirmaient que le corps des instituteurs et des professeurs était « le milieu le plus contaminé par la propagande anticoloniale ».

26 Les enquêteurs furent incapables de s’expliquer le taux élevé de réponses négatives chez les enfants des agriculteurs et l’attribuèrent « à un penchant à répondre de manière catégorique » (sic).

27 Les pollsters avaient négligé de mesurer le niveau d’information de ces « étudiants » supposé a priori satisfaisant. Or certaines réponses font soupçonner de grosses ignorances et les taux de non-réponses inquiètent parfois (30 % de non-réponses concernant les Antilles...).

28 « Si l’on vous offrait un emploi à l’étranger quel pays choisiriez-vous ?» 5 % désignaient l’outre-mer français en janvier 1946, 2 % en mars 1947.

29 Les demandes réelles de départ vers l’outre-mer n’auraient pas dépassé 3 000 personnes en 1945 et 4 200 en 1952 selon un expert, le gouverneur Delavignette. L’Agence économique de la France d’outre-mer semble cependant avoir reçu des demandes plus nombreuses et en progrès jusqu’en 1952 : (16 985 demandes) ; mais elle ne plaça effectivement que 262 personnes en 1952.

30 48 % de réponses affirmatives, 30 % de négatives et 22 % dubitatives (« cela dépend »).

31 En septembre 1957, il n’y avait que 16 % des agriculteurs interrogés qui « aimeraient pour eux mêmes ou l’un de leurs enfants une installation dans l’Union française », 20 % des ouvriers, 29 % des employés, mais 38 % chez les membres des professions libérales ou les cadres supérieurs. Le niveau d’instruction, donc d’information, était déterminant. Parmi ceux qui avaient fait des études primaires, 16 % se disaient favorables, 35 % chez ceux qui avaient accompli des études secondaires et 41 % pour ceux qui avaient fait des études supérieures.

32 Même chez les élèves préparant l’Ecole nationale de la France d’outre-mer on trouve un pourcentage non négligeable de refus de partir, si la situation offerte était seulement équivalente à celle offerte en France (17 % de refus pour l’Afrique du Nord, 31 % pour l’Indochine).

33 In Les Français devant les problèmes d’outre-mer. Cette brochure anonyme sans date (2e semestre 1955) décrivait la catastrophe économique et politique que représenterait l’abandon des possessions d’outre-mer.

34 A cette date, 17 % seulement des Français se disaient favorables à l’indépendance de la Tunisie et 16 % à celle du Maroc ; 15 % et 13 % s’en tenaient à une autonomie interne sauvegardant les intérêts français ; enfin 11 % se prononçaient pour une politique de force.

35 27 % estimaient que les problèmes d’Afrique du Nord étaient « les plus importants » et 3 % ceux de l’Union française.

36 On peut se référer notamment aux enquêtes de la Revue Hommes et mondes : « il faut repenser l’Union française » et du quotidien Paris-Presse : « que faut-il faire en Algérie ? » L’administration du ministère de la France d’outre-mer accentuait sa pression sur les hommes politiques pour faire adopter une loi-cadre accélérant l’évolution politique en Afrique noire.

37 Pour une étude détaillée, je me permets de renvoyer à mon article : « L’opinion française devant la guerre d’Algérie ». Revue française d’Histoire d’outre-mer, 2e trimestre 1976, p. 256-285.

38 Les chiffres sont sensiblement les mêmes pour la Tunisie : « On a eu raison » : 32 % ; « on a eu tort » : 19 % ; d’autres réponses : 9 % ; sans opinion : 40 %.

39 Ces pourcentages faibles traduisent surtout un recul rapide par rapport à la demi-confiance exprimée en avril 1946 ; 45 % d’opinions positives pour Madagascar, 43 % pour l’Afrique noire. Cette détérioration du moral confirme celle qu’on peut observer pour l’Algérie. « Sera-t-elle encore française dans cinq ans ? » Oui 31 % en avril 1956, mais 19 % seulement en juillet 1956.

40 L’Algérie et l’Afrique du Nord étaient devenues « le problème le plus important » pour 63 % des Français en avril 1956, 67 % en mai 1956, 60 % en juillet 1956.

41 Toutefois parmi les électeurs de Droite, deux tendances d’importance presque égale apparaissent sur la question de savoir si la France devait rompre tout lien d’ordre politique ou militaire.

42 Encore ignorait-on en janvier 1960 que l’effort financier de la France pour permettre aux Etats de la Communauté d’assurer la couverture de leurs déficits budgétaires passerait de 3 milliards en 1959 à 9,5 milliards en 1960, 13,6 en 1961 et 15 milliards en 1962.

43 En novembre 1962, 73 % des Français se déclaraient favorables au principe d’une aide de la France aux pays indépendants d’Afrique. Mais ils l’étaient moins pour une aide purement financière, lui préférant une aide technique et une coopération culturelle.

44 Les Français n’étaient pas les seuls à ignorer la géographie. Les Britanniques, dont il reste entendu qu’ils étaient le plus Empire minded, révélèrent dans leurs sondages des ignorances aussi graves. En 1949, 70 % des gens interrogés ne connaissaient pas la différence entre un Dominion et une colonie, 45 % seulement pouvaient indiquer les noms de quelques colonies. Invités à citer des colonies de la Couronne, 8 % des Britanniques nommaient des pays étrangers (1 % des Français faisaient de même).

45 En 1957, 70 % des Français pensaient que la France avait fait du « très bon » ou de « l’assez bon » travail dans les colonies. Ils étaient 62 % en 1959 et 88 % en 1962.

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search