Version classiqueVersion mobile

Les traditions économiques françaises

 | 
Pierre Dockès
, 
Ludovic Frobert
, 
Gérard Klotz
, 
et al.

Dixième partie. Enseignement de la discipline et influences croisées des pensées anglo-saxonne et française

Maurice Bourguin (1856-1910) et l’enseignement de l’économie politique à Lille à la fin du xixe siècle

Serge Dormard

Texte intégral

1Injustement oublié de nos jours, Maurice Bourguin fait partie de cette génération d’économistes issus des facultés de Droit qui, malgré les oppositions et les critiques, ont réussi à imposer au sein de l’enseignement juridique une formation économique souvent de qualité. Malgré une carrière abrégée par une mort prématurée, Maurice Bourguin a laissé une œuvre scientifique abondante et de grande valeur, notamment sur la question des fondements économiques du socialisme. Après avoir présenté l’homme, sa carrière et son enseignement à Douai, à Lille, puis finalement à Paris (I), nous examinerons ses principales contributions sur la baisse des prix et le bimétallisme (II), le socialisme (III) et les réformes sociales (IV), qui sont largement le résultat des recherches et des enseignements qu’il a assurés pendant les vingt années passées dans le nord de la France.

I – L’homme, la carrière, l’enseignement

2Marie-Victor-Maurice Bourguin est né à Château-Thierry le 10 décembre 1856. C’est le fils de Louis-René Bourguin, notaire à Château-Thierry, et de Marie Victorine Lecoq. Après ses études secondaires, il s’inscrit à la faculté de Droit de Paris où il obtient la licence en 1876 et le grade de docteur en Droit le 30 octobre 1877. Reçu à son premier concours d’agrégation en 1881, Maurice Bourguin est attaché à la faculté de Droit de Douai et chargé du cours de Droit administratif. Il va enseigner les matières juridiques pendant plus de quinze années, à Douai d’abord puis à Lille après le transfert dans cette ville, en 1887, de la faculté de Droit. Le 18 mars 1887, il est nommé professeur sur la chaire de Droit administratif.

  • 1 Lucette Le Van-Lemesle, « De la société d’économie politique aux Facultés de Droit : Caractères et (...)
  • 2 En 1892, lors de la séance solennelle de rentrée de la faculté de Droit, le doyen constate que, par (...)
  • 3 La même année, par un arrêté ministériel du 1er août 1899, Maurice Bourguin est nommé membre du jur (...)

3Mais ses goûts l’orientent de plus en plus vers l’économie politique. Malheureusement, les circonstances ne vont pas lui permettre de satisfaire immédiatement, au moins par l’enseignement, sa passion naissante. En 1877, un cours d’économie politique est créé à Douai, conformément au décret du 26 mars 1877 relatif aux enseignements dans les facultés de Droit. Ce cours va connaître, pendant les premières années, de nombreux changements de titulaires. Ceci peut s’expliquer par le jeu normal des promotions et des mutations mais aussi et surtout par le peu d’intérêt suscité par un enseignement pour lequel les juristes n’étaient pas préparés. À Lille comme ailleurs, « la majorité des cours d’économie est confiée à de jeunes agrégés de Droit, les derniers arrivés à la faculté1 » Mais Lille souffre alors d’un handicap majeur, celui de ne pas disposer d’une chaire d’économie politique qui aurait pu stimuler l’intérêt pour cette discipline nouvelle. Après de nombreuses réclamations des autorités universitaires régionales2, une chaire est créée par le décret du 22 février 1896. Mais Maurice Bourguin devra attendre trois ans avant d’en devenir le titulaire (décret du 30 mars 1899)3.

  • 4 Dans une lettre du 24 juin 1909, le recteur écrit au ministre que le Conseil de la faculté de Droit (...)
  • 5 Ce qui finit par lui poser de sérieux problèmes financiers. En 1906, le doyen de la faculté de Droi (...)
  • 6 Quelques mois après son décès, une nécrologie très élogieuse de Maurice Bourguin paraît, sous la pl (...)

4Pour peu de temps puisque, le 28 juillet 1900, il est nommé chargé de cours à la faculté de Droit de Paris. Toujours titulaire de la chaire d’économie politique de Lille, il est suppléé sur place par un jeune docteur, Albert Aftalion. En 1903, il est nommé professeur adjoint et il obtient, le 1er novembre 1909, la chaire d’économie politique créée quelques mois auparavant pour lui par la fondation de l’Université de Paris4. Mais, malade depuis plusieurs années, Maurice Bourguin ne peut assurer pleinement ses enseignements. À partir de 1904, son état s’étant aggravé, il doit interrompre ses cours pendant de longues périodes5. Maurice Bourguin s’éteint à Versailles le 19 janvier 19106.

  • 7 Maurice Bourguin préparait un important travail sur Jean-Jacques Rousseau et l’Assemblée Constituan (...)

5Concernant son œuvre scientifique, on doit signaler que l’essentiel des publications de Maurice Bourguin a porté sur une période très courte, de 1892 à 1904. Douze ans seulement, qui lui ont permis d’aborder des questions aussi diverses que la mesure de la valeur, la baisse des prix de la fin du xixe siècle, les rapports entre monométallisme et bimétallisme, le socialisme, les crises agricoles et l’économie rurale, les conditions de travail dans l’industrie... sans oublier un essai sur Jean-Jacques Rousseau7. La plus grande partie de ces travaux a été publiée ou conçue pendant la vingtaine d’années passées à Lille. C’est là que Maurice Bourguin a fait son apprentissage d’économiste et l’essentiel de sa carrière.

II – Maurice Bourguin et la baisse des prix de la fin du xixe siècle

  • 8 M. Bourguin, « De la mesure de la valeur », Revue d’économie politique, t. IX, 1895.
  • 9 De la mesure de la valeur et la monnaie, Paris, Librairie de la Société du recueil général des lois (...)
  • 10 Notamment, « La question monétaire et la baisse des prix », Bulletin des Facultés de Lille, n° 35, (...)

6Au cours de l’année 1895, Maurice Bourguin publie dans la Revue d’économie politique8 une série d’articles intitulée « De la mesure de la valeur », rassemblée l’année suivante dans un ouvrage9, qui montre une grande maîtrise de l’analyse économique et révèle sa propre méthode, faite essentiellement d’observation et d’une utilisation judicieuse du calcul et de l’appareil statistique. Ce premier travail, qui restera longtemps un ouvrage de référence sur les questions de la mesure de la valeur et des rapports entre monométallisme et bimétallisme, sera suivi de la publication de divers essais sur les problèmes monétaires qui vont lui permettre de préciser et d’affiner sa pensée sur des sujets complexes et largement discutés10.

  • 11 Sur la question de la baisse générale des prix en France de 1873 à 1897, voir l’ouvrage récent de Y (...)
  • 12 M. Bourguin, « La question monétaire et la baisse des prix », op. cit., p. 24.

7Une des questions principales posées par Maurice Bourguin concerne l’explication de la baisse des prix constatée en France à la fin du XIXe siècle11. Mesurée à l’aide des Index Numbers de Sauerbeck, elle atteint 46 % par rapport aux prix de 1873. Certes, ces indices de prix ne concernent que les prix de gros de marchandises de grande consommation. Au niveau du commerce de détail, la baisse a été beaucoup moins sensible. Les consommateurs n’en ont pas profité pleinement à cause des intermédiaires qui « réussissent souvent à retarder, ou même à empêcher la chute des prix de détail12 ». Mais la baisse a pesé lourdement sur la situation des producteurs, notamment les agriculteurs.

8Si on se limite aux prix de gros, quelles explications peut-on avancer au phénomène observé ? Maurice Bourguin rejette immédiatement l’idée d’une pénurie de numéraire. Le stock métallique de la France est l’un des plus importants du monde et si l’on tient compte de la circulation fiduciaire et des autres moyens de paiement, la masse monétaire a continuellement progressé au cours de la période.

9D’autres facteurs ont contribué, de manière indiscutable, au mouvement de baisse des prix : les progrès techniques qui ont permis d’abaisser les prix de revient des produits, la réduction des frais de transport, la baisse des taux d’intérêt, les prix peu élevés de la main-d’œuvre dans les pays nouvellement ouverts au commerce international. Si Bourguin n’exclut a priori aucune explication réelle de la forte baisse des prix, il lui semble que ces différents phénomènes n’ont pu affecter à eux seuls le mouvement général des prix.

  • 13 Ibid., pp. 150-151.
  • 14 De la mesure de la valeur et la monnaie, op. cit., p. 150.

10Doit-on alors imputer la chute des prix à une situation de surproduction générale ? S’il est vrai que certaines années ont été marquées par des excès de production ayant entraîné des chutes de prix, ces situations étaient transitoires et disparaissaient très rapidement. Selon la loi des débouchés de Jean-Baptiste Say, il ne peut y avoir « surproduction absolue, encombrement universel. La surproduction n’est jamais que relative, elle consiste dans une altération des proportions et des valeurs jusque-là existantes entre les marchandises13 ». Les fluctuations de prix qui résultent de telles situations d’engorgement, suivent des « lois aujourd’hui bien observées », et se manifestent par « des ondulations sur la surface mouvante des prix ». Mais ces ondulations « sont semblables à celles de la mer descendante, elles sont emportées dans un courant irrésistible à la baisse14 ». Ce qu’il faut chercher à expliquer, c’est le mouvement du courant et non les ondes passagères.

  • 15 Voir Yves Breton et Michel Lutfalla, « Les économistes français et la longue stagnation », pp. 359- (...)

11Un abaissement général des prix est le signe que « l’ancien équilibre est rompu, non pas entre les marchandises elles-mêmes, mais entre elles et la monnaie ». Le développement de la masse monétaire n’a pas été suffisant pour assurer le développement des échanges de biens. Aussi, sommes-nous « ramenés à attribuer à la baisse une cause monétaire ». Mais, n’observant pas de pénurie de moyens de paiement dans les pays concernés, Bourguin ne peut lui attribuer la baisse observée. Il pense néanmoins que celle-ci a une source monétaire, la démonétisation de l’argent, et que cette décision a provoqué, pour les pays industrialisés ayant adopté l’ étalon-or, une situation de change défavorable dans leurs relations avec les pays à monnaie d’argent. Bourguin souscrit donc à la thèse de la crise des changes extérieurs15.

12Il remarque que le point de départ de cette baisse coïncide avec le moment où certains pays ont commencé à rejeter l’argent comme étalon monétaire. Ceci a provoqué une chute des cours et entraîné l’arrêt des frappes des monnaies d’argent en France et dans d’autres pays. Il en est résulté une véritable chasse à l’or, qui nous a ramené « aux plus beaux jours du mercantilisme ». Le rapport de l’or à l’argent, qui est fixé officiellement, depuis la loi du 7 germinal An XI, à 15, se situe, en 1895, autour de 34.

13Les pays les moins bien pourvus en métal jaune ou qui ont opté pour un monométallisme argent et qui ont besoin d’or pour leurs échanges extérieurs ou pour des raisons internes sont amenés à abaisser les prix de leurs marchandises exprimés en or de façon à attirer chez eux le métal jaune. La concurrence qu’ils exercent sur les marchés des pays industrialisés maintient des prix bas, malgré l’abondance dans ces pays du stock de monnaie métallique. La baisse des prix peut d’ailleurs être obtenue par « la seule menace d’une importation, par le seul effet d’une concurrence en puissance ».

  • 16 Yves Breton, « La monnaie, le crédit et la banque en France », dans L’Économie politique en France (...)

14Si la chute de la valeur de l’argent par rapport à l’or est la cause première de la baisse générale des prix en France et dans les pays industrialisés depuis 1873, et si cette chute a été la conséquence de l’abandon de la frappe de l’argent et du choix du monométallisme or, ne serait-il pas possible de mettre fin à la dépréciation des prix en rétablissant l’argent dans son ancien rôle monétaire ? Maurice Bourguin le pense et, pour cela, il préconise une entente entre les États les plus riches, l’Allemagne, l’Angleterre, les États-Unis et la France notamment, afin de rétablir un véritable bimétallisme en redonnant à l’argent ses privilèges d’antan. Bourguin se rallie ainsi au camp des partisans du bimétallisme, aux côtés de Wolowski, Garnier, Cauwès, Allard16.

  • 17 « La question monétaire et la baisse des prix », op. cit., p. 31.

15Le point le plus délicat est celui du rapport à adopter entre les deux métaux. Le plus simple et le moins coûteux serait de revenir à l’ancien rapport de 1 à 15, adopté en France au début du siècle, et qui représenterait une moyenne des rapports monétaires observés dans la plupart des autres États. Mais passer d’un rapport de 1 à 34, valeur actuelle, à un rapport de 1 à 15, peut sembler irréaliste. La valeur actuelle de l’argent vis-à-vis de l’or ne serait-elle pas imposée « par une loi de nature inéluctable comme la loi de gravitation ; l’argent a une valeur naturelle, comme il a un poids naturel, et l’État serait aussi impuissant à fixer cette valeur que celle du blé17 ». Cet argument ne peut convaincre Bourguin qui remarque que l’argent n’est pas assimilable à une quelconque marchandise : nulle part, il ne bénéficie d’une totale liberté et, contrairement aux marchandises, son prix ne dépend pas des quantités annuellement produites mais du stock existant à un moment donné.

III – Maurice Bourguin et les systèmes socialistes

  • 18 Université de France, Séance de rentrée des Facultés de Lille, 9 novembre 1892, Lille, Impr. L. Dan (...)
  • 19 Maurice Bourguin, « Des rapports entre Proudhon et Karl Marx », Revue d’économie politique, t. VII, (...)

16Bourguin s’est intéressé très tôt aux questions relatives au socialisme. En 1892, lors de la rentrée solennelle de la faculté de Droit de Lille, il prononce un discours remarqué sur les rapports entre Proudhon et Marx18. Le texte, qui sera publié dans la Revue d’économie politique19, cherche à expliquer pourquoi l’amitié de jeunesse des deux hommes s’est muée en une profonde et durable animosité. C’est aussi l’occasion pour Bourguin de préciser ses positions sur la doctrine de Marx. Si elle semble inspirer tout le socialisme contemporain, ce n’est peut-être qu’une apparence, car « le matérialisme économique de Marx est au fond très antipathique au génie français ». Ce mélange de dogmatisme scientifique, de logique abstraite, de méthode historique, « de mystère sur l’organisation » de la société future mais aussi de « clarté projetée au contraire sur la destruction fatale de la propriété privée » peut séduire, mais « la terre promise du socialisme allemand est un monde sans Dieu, sans justice, sans charité et sans amour, dominé par l’inexorable fatalité ; un monde où l’on étouffe et où l’on meurt moins encore de rationnement et d’oppression que d’inanition morale ».

  • 20 Notamment dans les articles intitulés, « La valeur dans le système collectiviste », Revue politique (...)
  • 21 Les Systèmes socialistes et l’évolution économique, Paris, A. Colin, 1904.

17Cette critique acerbe du socialisme scientifique, on la retrouvera dans différents articles publiés les années suivantes20 et surtout dans son œuvre magistrale sur les Systèmes socialistes et l’évolution économique21, parue en 1904, dans laquelle il analyse les fondements doctrinaux de l’économie socialiste. L’ouvrage, rapidement traduit en allemand et plusieurs fois réédité, est alors considéré comme capital et lui vaut d’être distingué par l’Académie des Sciences morales et politiques qui lui décerne le Prix Wolowski en 1906 et le Prix Chevallier en 1907.

18Peut être appelé socialisme, « tout système qui implique suppression, réduction ou diffusion des revenus capitalistes, par l’institution de Droits collectifs sur les choses au profit de communautés plus ou moins vastes, à côté ou à la place des Droits individuels ». Cette définition générale permet de couvrir l’ensemble très large des systèmes qui ont pu être proposés, à une époque ou à une autre. Pour opérer un classement, on peut recourir à différents critères : la propriété des moyens de production et la direction des entreprises, le mode d’organisation de la valeur ou celui de la répartition des biens. Cela permet ainsi de distinguer le collectivisme pur, lorsque les objets de consommation restent privés, du communisme lorsqu’ils sont mis en commun. Si le système conserve le mécanisme de la valeur régie par l’offre et la demande, on parlera de socialisme d’État, de socialisme communal ou de socialisme corporatif, selon que l’activité de production sera contrôlée par l’Etat, les communes ou des associations indépendantes.

  • 22 Ibid., p. 70.

19C’est sur le collectivisme pur que va porter principalement l’analyse de Bourguin. Après une étude approfondie des conditions de son fonctionnement, il en conclut que ce système est impuissant à réaliser l’équilibre économique, il est incapable d’ajuster la demande aux quantités offertes, « il ne fournit aucun moyen de pourvoir à l’écoulement des produits en excès, et ne peut éviter l’arbitraire dans l’attribution de ceux qui sont en déficit ». Ceci vaut aussi bien pour les marchandises que pour le travail. Pour fonctionner, un tel système devrait pouvoir embrasser tous les domaines de l’activité individuelle, de procéder, sans erreurs et dans des délais très brefs, à des calculs extrêmement complexes. « Disette ou engorgement, telle serait la conséquence fatale d’une statistique mal faite ou mal comprise, d’une erreur de comptabilité, d’un ordre oublié ou donné à faux, soit dans la répartition des travaux entre les différents établissements de production, soit dans la distribution des produits entre les magasins régionaux ». La valeur fondée sur le travail ne peut remplir le double rôle joué par le prix comme instrument d’équilibre et comme facteur de progrès. Conséquence plus grave, ce régime, par le fait qu’il suppose une centralisation des activités économiques, se révèle incompatible avec la liberté individuelle car « toute liberté, liberté de la presse, liberté des élections, liberté de réunion, liberté des théâtres, liberté de l’enseignement, liberté religieuse, se trouve soumise à l’arbitraire des personnages préposés à la direction des fonctions économiques22 ».

  • 23 Maurice Bourguin analyse aussi ce qu’il appelle le « collectivisme altéré », tel qu’il est défendu (...)
  • 24 Les Systèmes socialistes..., p. 90.

20Après le collectivisme pur, Maurice Bourguin analyse diverses formes de socialisme qui respectent la valeur régie par l’offre et la demande23. C’est le cas du socialisme d’État où tous les instruments de production appartiennent à l’État, où la distribution des produits et leur vente aux consommateurs est entre les mains des pouvoirs publics, mais où la valeur varie selon l’offre et la demande au lieu d’être fixée en unités de travail comme dans le collectivisme. Ce système apparaît plus simple, mieux équilibré et plus efficace. Mais, en supprimant toute concurrence du côté de l’offre, il ne peut trouver dans les prix un guide sûr pour réaliser l’équilibre. La lourdeur de la machine administrative, sa faible efficacité par comparaison à « l’incomparable puissance des énergies individuelles tendues vers la production et vers l’épargne24 », lui confèrent les mêmes défauts que le collectivisme. Quant à la liberté individuelle, elle n’est pas beaucoup mieux garantie, « dans cet État formidable, inerte et oppressif, on étouffe et on languit autant que dans la société collectiviste ». Les formes de socialisme plus atténuées, socialisme communal, socialisme corporatif, coopératisme, présentent aussi des faiblesses majeures. En ce qui concerne le coopératisme, dont le développement apparaît encore embryonnaire, Bourguin reconnaît que « les perspectives qu’il ouvre sur l’avenir sont attachantes ».

  • 25 Il s’intéresse aussi à des travaux originaux comme ceux d’Adolphe Landry. Lors de la soutenance, le (...)
  • 26 Les Systèmes socialistes..., introduction, p. X.
  • 27 Ibid., p. 131.

21Cette dernière constatation l’amène, après avoir étudié les diverses formes de socialisme25, à s’interroger sur le sens de l’évolution des sociétés contemporaines. Se dirigent-t-elles vers le collectivisme ou quelque forme de socialisme, comme le prétendent certains, ou vont-elles plutôt vers un régime de pur individualisme, comme le soutiennent d’autres ? Pour répondre à cette question, il faut observer le mouvement de ces sociétés, « pour essayer d’y découvrir quelques indices sur leur organisation future26 ». Deux grandes tendances semblent se dessiner. La première est l’extension du capitalisme qui « tend aujourd’hui, avec plus ou moins de force suivant les pays, à éliminer les formes antérieures et à soumettre à sa loi une portion croissante des activités économiques27 ». Si cette évolution a bénéficié de circonstances historiques favorables (développement des moyens de communication, progrès de la science, transformations juridiques, etc.), elle est d’abord et avant tout le produit de l’effort de l’homme « pour réaliser ce qu’il considère comme son plus grand bien », conception du bien d’ailleurs variable selon les époques et les milieux et déterminée par de nombreux facteurs, moraux, politiques ou esthétiques.

  • 28 Ibid., p. 132.

22La seconde tendance des sociétés contemporaines consiste dans un vaste mouvement de concentration, d’organisation, d’intégration qui touche les divers secteurs de l’activité économique et sociale. Les entreprises cherchent à accroître leur taille ou à former des ententes « en vue de se procurer les avantages de la grande production ou même dominer le marché28 ». Des producteurs de plus en plus nombreux se regroupent en sociétés coopératives. Employeurs et salariés constituent des unions professionnelles dont la puissance va en augmentant. L’État et les communes étendent constamment « leurs fonctions économiques, soit par voie d’assistance et de protection, soit par voie de réglementation et de contrôle sur les exploitations privées, soit enfin sous la forme d’entreprises directes ». Cette évolution ne paraît cependant pas annoncer l’avènement d’une société socialiste. La concentration capitaliste n’est pas suffisante pour permettre l’organisation d’un régime de production et de répartition centralisé. La société moderne reste toujours composée d’individus et de groupes autonomes pratiquant librement les échanges privés et réglant leurs productions sur les variations de prix. Même le mouvement coopératiste, malgré ses succès, ne peut espérer avant longtemps conquérir la production capitaliste, comme le rêvent ses défenseurs.

  • 29 Ibid., p. 304.

23Cette constatation n’amène cependant pas Bourguin à adhérer à la thèse individualiste, telle qu’elle est défendue par Spencer ou De Molinari. La pure doctrine libérale lui apparaît contredite par l’expansion des fonctions économiques de l’État et des communes, résultat de l’incapacité de l’initiative privée dans la fourniture de divers services d’intérêt général non rémunérateurs : culture scientifique, enseignement populaire, assistance, transports dans les régions écartées, etc. De plus, l’action individuelle se révèle insuffisante lorsque l’individu « sait qu’il ne doit pas recueillir le bénéfice exclusif de ses efforts » ou « que leur succès dépend du concours des autres intéressés », car il suffit de « la résistance égoïste et de l’inertie de quelques individus pour paralyser la bonne volonté de tous les autres qui joueraient un rôle de dupes s’ils étaient les seuls à faire les sacrifices29 ».

  • 30 Ibid., p. 351.
  • 31 Ibid., p. 387.
  • 32 Ibid., p. 388.
  • 33 Ibid., p. 386.

24Quelles seront les caractéristiques de la société de l’avenir ? Si Maurice Bourguin ne croit pas à l’avènement du socialisme, il demeure convaincu que l’organisation des forces collectives se poursuivra car « le mouvement général de concentration et de fédération est un grand courant historique qu’aucune puissance humaine ne saurait arrêter ou détourner30 ». La société de demain sera aussi plus largement démocratique parce qu’il est « inévitable que la démocratie dans l’ordre politique engendre la démocratie dans l’ordre économique31 ». Il en profite pour porter un vibrant hommage à la démocratie qui a, certes, ses faiblesses parce qu’elle est humaine, mais aussi sa grandeur : « Il faut l’aimer et la saluer avec joie, parce que c’est elle qui, dans un état de haute civilisation, multiplie le mieux les valeurs individuelles et réalise la plus grande somme de bonheur pour le plus grand nombre32. » Dans la société future, le salariat et la propriété privée subsisteront encore, bien que « nul ne peut prétendre que ce sont là des institutions étemelles ». La propriété collective y sera plus étendue, la propriété individuelle perdant, sous la pression de la fiscalité et des lois sociales, sa qualité de Droit absolu, sans que l’on puisse « présager une transformation générale de la propriété individuelle en propriété collective, ni une métamorphose du mode de production et des échanges33 ». Aller plus loin dans la description de la société future serait manquer aux principes de la méthode de l’induction historique et poser des hypothèses dénuées de preuves expérimentales et, par conséquent, de valeur scientifique.

25L’ouvrage connut un grand succès lors de sa parution. Les commentaires publiés dans les revues scientifiques de l’époque furent, en général, très élogieux. On appréciait à la fois la profondeur de l’analyse et l’impartialité du jugement de l’auteur. On a souvent rapproché le travail de Bourguin de ceux, plus récents, d’Albert Aftalion sur « les fondements du socialisme » et de Ludwig Von Mises sur « le socialisme ». Ce dernier d’ailleurs le cite à plusieurs reprises, notamment à propos de la question de la direction politique de la société socialiste.

IV – Maurice Bourguin et les réformes sociales

  • 34 Par exemple, son ouvrage : De l’application des lois ouvrières aux ouvriers et employés de l’État, (...)
  • 35 « La nouvelle réglementation de la journée de travail et ses premiers effets dans la grande industr (...)

26Les réflexions de Maurice Bourguin sur les conditions de réalisation du socialisme dans les pays industrialisés ne l’ont pas empêché de s’intéresser à des questions beaucoup plus concrètes et immédiates34. Elles lui permettaient notamment de préciser certaines de ses idées sur les problèmes sociaux. Dans un article sur la nouvelle réglementation de la journée de travail, paru en 1901 dans la Revue d’économie politique35, il affirme que l’intervention de l’État dans le domaine social ne peut être considérée comme « le simple caprice d’un législateur ignorant et maladroit », mais qu’elle n’est « qu’un aspect particulier de l’évolution des sociétés vers la grande production capitaliste et la démocratie ». Il s’en prend aux « penseurs de l’école réaliste qui s’inclinent volontiers devant les lois de développement historique », mais contestent encore le principe de l’intervention publique. Ceci explique pourquoi la France a pris du retard en matière de législation sociale par rapport à d’autres pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne. D’où l’importance de la loi du 30 mars 1900 qui réduit la journée de travail dans l’industrie à 11 heures pour l’amener progressivement à 10 heures en 1904.

27Bourguin examine les conséquences de cette loi sur l’industrie textile, car « c’est dans cette industrie que la journée de travail est restée la plus longue », en choisissant l’arrondissement de Lille, qui est « le siège principal de l’industrie textile en France ». Sa conclusion est que la loi de 1900 est bonne car, par la contrainte qu’elle exerce, elle va agir « comme un ferment du progrès », « secouer la routine des uns et des autres », et obliger patrons et ouvriers à modifier leurs comportements. Les premiers seront ainsi amenés à « améliorer l’organisation du travail, à augmenter la vitesse des métiers, à adopter les derniers perfectionnements du machinisme pour maintenir la production de 11 heures au niveau de celle de 12 », sous peine de disparaître. Mais Maurice Bourguin note que la plupart des patrons ont accueilli la nouvelle loi avec beaucoup de satisfaction car « on trouve, chez la plupart des industriels, beaucoup moins d’intransigeance que chez les économistes du laisser- faire ». Car ils comprennent que c’est leur intérêt « d’avoir autour d’eux une population saine, vigoureuse, qui ne soit pas épuisée par les excès de travail, une population d’un niveau moral et intellectuel élevé, capable par conséquent de fournir un travail de qualité supérieure, apte à diriger des métiers délicats et à suivre les grandes vitesses nécessaires à la grande production ».

28Les ouvriers devront eux aussi s’adapter, « transformer un travail mou et prolongé en travail plus court et plus dense », seul moyen d’améliorer leurs conditions de travail et d’accroître leurs salaires. La question de la durée du travail permet à Bourguin de montrer combien est important le rôle de l’État qui, dans certaines circonstances, doit être capable de se substituer, non seulement aux individus, trop préoccupés de leurs conditions de subsistances immédiates, mais aussi aux corps intermédiaires, les syndicats en particulier, insuffisamment développés en France. La loi peut donc légitimement restreindre la liberté du travailleur car celle-ci le conduit souvent à « fournir un travail excessif au détriment de sa santé et de son intelligence, au détriment de son intérêt économique éloigné et des intérêts généraux de sa classe ».

  • 36 Ibid., p. 343.

29Rejetant l’idée de Bastiat, selon laquelle il suffit de laisser faire l’individu guidé par son intérêt personnel pour aboutir au bien général, la conclusion de Bourguin est que « l’individu laissé à lui-même est impuissant à réaliser le progrès », même lorsque son intérêt se confond avec celui de la collectivité, chaque fois que les conséquences de ses décisions dépendent des comportements des autres, car « il suffit de la résistance égoïste de quelques-uns pour que la crainte de cette concurrence paralyse la bonne volonté de tous les autres et entrave une réforme profitable à tous, désirée par l’immense majorité des intéressés36 » (voir infra).

30Loin d’opposer les classes sociales, Maurice Bourguin est persuadé que les rapports du travail et du capital ne pourront être régularisés que par le respect réciproque des deux parties organisées collectivement, « la véritable paix sociale n’est pas dans l’abaissement et la soumission perpétuelle de l’une d’elles, mais dans l’équilibre des forces ».

Conclusion

31Ce qui frappe chez Maurice Bourguin, c’est la grande variété des sujets étudiés et le souci de répondre aux questions majeures de son temps. Certes, sur ces problèmes on ne trouve pas chez lui de théorie nouvelle. Bourguin n’est pas un théoricien pur, ce qui n’exclut pas une parfaite connaissance et une utilisation appropriée des théories économiques. Dans son ouvrage sur le socialisme, sa réflexion apparaît plus abstraite mais la démarche utilisée est essentiellement déductive. Il part d’hypothèses et de définitions précises sur les différents systèmes socialistes et en déduit, par le raisonnement, diverses conséquences logiques. La lecture de ses travaux montre une grande culture, un humanisme sincère et profond, une connaissance fine et précise de la vie économique et sociale de son temps. Ajoutons aussi une écriture riche et agréable, une langue parfaite qui témoigne de sa formation juridique. Si la plupart des questions étudiées par Maurice Bourguin ont perdu de leur actualité, nous sommes convaincu qu’il mérite, par la richesse de sa pensée et l’influence qu’il a pu exercer de son temps, d’être redécouvert et placé au rang des meilleurs économistes français du début de ce siècle.

Notes

1 Lucette Le Van-Lemesle, « De la société d’économie politique aux Facultés de Droit : Caractères et paradoxes de l’institutionnalisation de l’économie politique en France au xixe siècle », Économie et Sociétés, série PE, octobre 1986, n° 6, p. 232. Voir aussi, « L’institutionnalisation de l’économie politique en France », dans L’Économie politique en France au xixe siècle (sous la direction de Y. Breton et M. Lutfalla), Paris, Economica, 1991, p. 368.

2 En 1892, lors de la séance solennelle de rentrée de la faculté de Droit, le doyen constate que, parmi les universités françaises, « Grenoble et Lille sont les seules où l’économie politique n’est pas l’objet d’une chaire magistrale ».

3 La même année, par un arrêté ministériel du 1er août 1899, Maurice Bourguin est nommé membre du jury d’agrégation dans la section des Sciences économiques.

4 Dans une lettre du 24 juin 1909, le recteur écrit au ministre que le Conseil de la faculté de Droit de Paris a émis, à l’unanimité, le souhait que l’un des cours d’économie politique de licence soit transformé en chaire afin de rendre possible la titularisation de Maurice Bourguin. Il ajoute qu’un tel vœu, « recueilli à l’unanimité des suffrages des professeurs de la faculté de Droit mérite toute attention, le caractère, le talent, la valeur des travaux de Maurice Bourguin le justifient pleinement » (Archives Nationales, AJ 16/206).

5 Ce qui finit par lui poser de sérieux problèmes financiers. En 1906, le doyen de la faculté de Droit de Paris demande au recteur de maintenir l’intégralité du traitement de Maurice Bourguin car il « supporte des charges de famille très lourdes et sa maladie est pour lui une cause de dépenses très élevées et sa fortune personnelle est tout à fait modeste » (Archives Nationales, AJ 16/206).

6 Quelques mois après son décès, une nécrologie très élogieuse de Maurice Bourguin paraît, sous la plume de Jean Lescure, dans la Revue d’économie politique dont il fut l’un des principaux collaborateurs (t. XXIV, 1910, pp. 97-101).

7 Maurice Bourguin préparait un important travail sur Jean-Jacques Rousseau et l’Assemblée Constituante qu’il n’a pu achever. Le préambule de cet essai, écrit vers 1897, a été publié après sa mort : « Les deux tendances de Rousseau », Revue de Métaphysique et de Morale, mai 1912, 20e année, n° 3, pp. 353-369.

8 M. Bourguin, « De la mesure de la valeur », Revue d’économie politique, t. IX, 1895.

9 De la mesure de la valeur et la monnaie, Paris, Librairie de la Société du recueil général des lois et arrêts (anc. Librairie Larose), 1896.

10 Notamment, « La question monétaire et la baisse des prix », Bulletin des Facultés de Lille, n° 35, juin 1896 ; « Les sous étrangers », L’Économiste français, 24e année, n° 26, 27 juin 1896, pp. 863-865 ; « L’étalon d’or au Japon », Revue d’économie politique, t. XI, 1897 ; « La reprise de la frappe libre de l’argent par la France isolément », Bulletin de la Société des Agriculteurs du Nord, novembre 1998.

11 Sur la question de la baisse générale des prix en France de 1873 à 1897, voir l’ouvrage récent de Y. Breton, A. Broder, M. Lutfalla (Éds), La Longue Stagnation en France – L’autre grande dépression (1873-1897), Paris, Economica, 1997.

12 M. Bourguin, « La question monétaire et la baisse des prix », op. cit., p. 24.

13 Ibid., pp. 150-151.

14 De la mesure de la valeur et la monnaie, op. cit., p. 150.

15 Voir Yves Breton et Michel Lutfalla, « Les économistes français et la longue stagnation », pp. 359-360, in Y. Breton, A. Broder, M. Lutfalla (eds), La Longue Stagnation en France, op. cit.

16 Yves Breton, « La monnaie, le crédit et la banque en France », dans L’Économie politique en France au xixe siècle (sous la direction de Y. Breton et M. Lutfalla), op. cit.

17 « La question monétaire et la baisse des prix », op. cit., p. 31.

18 Université de France, Séance de rentrée des Facultés de Lille, 9 novembre 1892, Lille, Impr. L. Danel, 1892.

19 Maurice Bourguin, « Des rapports entre Proudhon et Karl Marx », Revue d’économie politique, t. VII, 1893, pp. 177-207.

20 Notamment dans les articles intitulés, « La valeur dans le système collectiviste », Revue politique et parlementaire, 8e année, t. XXVIII, avril, mai et juin 1901, et « La théorie des crises chez les socialistes contemporains », Revue d’économie politique, t. XVIII, 1904, pp. 97-101, qui seront repris dans l’ouvrage de 1904.

21 Les Systèmes socialistes et l’évolution économique, Paris, A. Colin, 1904.

22 Ibid., p. 70.

23 Maurice Bourguin analyse aussi ce qu’il appelle le « collectivisme altéré », tel qu’il est défendu par Georges Renard dans son étude sur Le régime socialiste. Il reviendra longuement sur les travaux de cet auteur dans une critique très forte de l’ouvrage intitulé Le Socialisme à l’œuvre, publié en 1907, en collaboration avec Aimé Berthod, Georges Fréville, Adolphe Landry, Paul Mantoux et François Simiand. Voir Maurice Bourguin, « Un nouvel essai sur le régime socialiste », Revue politique et parlementaire, t. LV, 15e année, février 1908, pp. 365-391.

24 Les Systèmes socialistes..., p. 90.

25 Il s’intéresse aussi à des travaux originaux comme ceux d’Adolphe Landry. Lors de la soutenance, le 31 mai 1901, de la thèse de ce dernier, Maurice Bourguin, membre du jury, défend contre Landry l’idée que les comportements malthusiens de certains producteurs peuvent être conformes à l’intérêt social (Revue de Métaphysique et de Morale, 9e année, supplément juillet 1901, p. 14).

26 Les Systèmes socialistes..., introduction, p. X.

27 Ibid., p. 131.

28 Ibid., p. 132.

29 Ibid., p. 304.

30 Ibid., p. 351.

31 Ibid., p. 387.

32 Ibid., p. 388.

33 Ibid., p. 386.

34 Par exemple, son ouvrage : De l’application des lois ouvrières aux ouvriers et employés de l’État, Paris, Rousseau, 1902, 180 p. Il s’agit de conférences faites en mai et juin 1902 à l’École professionnelle supérieure des postes et télégraphes.

35 « La nouvelle réglementation de la journée de travail et ses premiers effets dans la grande industrie du Nord », Revue d’Économie Politique, tome XV, mars et avril 1901, pp. 236-269 et 313-345.

36 Ibid., p. 343.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search