Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Annexes

Annexe 2. Notices historiques sur certaines maisons

Paul Bonnenfant

Texte intégral

Avertissement

1Il importe de ne pas accorder une valeur absolue à ces notes, rassemblées en majorité d’après des sources orales, quelques-unes d’après des sources écrites. Cette réserve exprimée, il nous paraît intéressant de les publier : elles pourront être approfondies par des recherches ultérieures. Abréviations - B. : bayt (maison de...) ; GM : grande mosquée ; M. : mosquée ; Q. : quartier, ḥâra. MMZ : Muḥammad Muḥammad Zayd.

21. B. ‘Abd al-Qâdir Muḥammad, Q. bi’r al-‘Azab (phot. 47, 16 ; 20-22, 24, 19 ; 37, 21. Bonnenfant, 1989, p. 174-175).

3La date de 1359/[1940] est gravée dans le bois du linteau de la porte principale.

42. B. ‘Abd al-Malik al-‘Affârî, Q. Ṣalâḥ ad-Dîn (phot. 23, 7 ; 31, 22 ; pl. 17b).

  • 1 Ce ministre est souvent cité dans ‘Amrî, 1405/1984, pp. 189-219.
  • 2 Lewcock, 1983b, p. 488b ; plans et une coupe, fig. 22.9 pp. 470471 ; phot. 22.88 à 22.96, pp. 475- (...)

5La famille al-‘Affârî est une famille enracinée, arîqa, de Sanaa. Qâsim b. Alî al-cAffârî fut ministre de l’imâm al-Mahdî’ Abd Allâh qui régna de 1231/1816 à 1251/18351. Le père de ‘Abd al-Malik était ministre des Finances, wazîr al-H̱azâna, du temps de l’imâm Yaḥyâ. D’après des recoupements effectués par nous avec les habitants, le haut de la maison, qui englobe le mafrağ, date des environs de 1321/1903. D’après Lewcock, l’ensemble inférieur de la maison est du xiie/xviiie ? siècle2.

63. B. Zayd b. Fabal b. ‘Alî al-Kabîr b. ‘Abd Allâh al-Akwa’, Q. aṭ-Ṭalha (phot. 1. 1 : 19. 19 : 1. 21 : 1. 22 : pl. 16 f ; Bonnenfant, 1989, p. 63, 90 en haut, 95 en bas, 98-99, 218).

7Faḍal fut gouverneur, ‘âmil, de l’imâm Aḥmad en plusieurs villes du Yémen : Zabîd, Ḏamâr, Yarîm, comme son père le fut de l’imâm Yaḥyâ.

  • 3 Voir dans Amrî, 1405/1984, pp. 68-70, une étude sur le cadi Alî b. Ḥasan al-Akwa‘.

8La maison fut construite en 1254/1838, d’après son propriétaire Faḍal interrogé avant son décès3. Faḍal gardait le souvenir que son père, vers 1327/1909, fit enlever l’albâtre des oculi et détruire les briques qui les entouraient à l’intérieur des arcs pour les remplacer par des vitraux.

9Muḥammad al-Akwa‘, frère du défunt Faḍal, raconte que la maison fut construite du temps de l’imâm al-Mahdî ‘Abd Allâh, en même temps que B. ‘Alî Luṭfî, n° 72. Cet imâm ayant régné de 1231/1816 à 1251/1835, la date indiquée par l’ancien propriétaire Faḍal est à peu près confirmée. il ajoute que le constructeur fut Bâ Sa‘îd, riche commerçant ḥaḍramî qui faisait venir toutes sortes de marchandises des Indes et de l’Est africain et les revendait à Sanaa. Il importait surtout des parfums, des épices, des aromates et des encens : une grande partie du « commerce indien » était entre ses mains. Des ateliers de Bayt al-Faqîh, de Zabîd et de Banî ‘Attân, il faisait venir des vêtements teints à l’indigo, le musabbaġ al-aswad, fabrication qui a duré jusqu’à la mort de l’imâm Yaḥyâ. Les Ḥaḍramîs l’avaient fait aussi wakîl du bazz al-ḥaḍramî, une sorte de tissu noir qu’on teignait et qui existe jusqu'à aujourd'hui. Après la révolution, toutes ces fabrications yéménites ont baissé ou disparu. Alî, le père de Faḍal, acheta la maison à la famille Bâ Sa‘îd.

  • 4 Phot. de cette porte dans Bonnenfant, 1987a, p. 108.

10Les vitraux et les étagères de plâtre de B. Zayd Faḍal al-Akwa‘ furent brisés, les beaux objets de cuivre et les portes volées, lors du pillage de Sanaa par les tribus, après le meurtre de l’imâm Yaḥyâ en 1367/1948. Seule une porte peinte échappa au pillage4.

11Ce fut le frère de Faḍal, Muḥammad, qui les fit renouveler et veilla à ce que le bâtiment redevienne tel qu’il était auparavant. Les travaux de restauration durèrent huit mois. Les vitraux datent donc de 1950 environ.

12D’après Faḍal, décédé en 1983, le mafrağ fut construit vers 1950, en même temps que la restauration qui suivit le pillage (phot. 581).

134. B. Alî b. Aḥmad b. Ibrâhîm, Q. bi’r al-‘Azab (phot. 1, 17 ; Bonnenfant, 1989, p. 221).

14Il fut général en chef, amîr al-ğayš, du temps de l'imâm Yaḥyâ et de l’imâm Aḥmad. Cette maison fut construite en 1356/1937.

155. B. al-‘Amrî (‘Abd Allâh et ‘Alî, deux frères), Q. Šukr (phot. 36, 16 ; Bonnenfant, 1989, pp. 204- 205).

  • 5 Lewcock, 1983b, p. 489, qui écrit vers 1978.

16Le cadi ‘Abd Allâh fut ministre de l’imâm Yaḥyâ. La maison aurait été bâtie voici 70 ans environ d’après Lewcock5. D’après nos notes, sa construction aurait duré un an et elle aurait été achevée en 1355/1936, comme l’indique une inscription en stuc au-dessus de la porte peinte du mafrağ. Celle-ci, réalisée d’abord pour une autre maison avant d'être posée là, fut exécutée par l’usṭâ Ḥusayn al-Ḥaddî et peinte par al-muhandis Nûri ar-Raymî il y a environ 85 ans.

176. B. al-‘Anbasa, Q. ra’s sûq al-milḥ (phot. 10, 16 ; 58,18 ; 3, 20 ; fig. 8, 21).

  • 6 Râzî, 1974.
  • 7 ‘Amrî, 1405/1984, p. 78. Bonnenfant, 1987a, p. 117 et notes afférentes.

18Elle a le privilège de porter un des plus vieux noms connus de maison à Sanaa, puisqu’une bayt al- ‘Anbasa est citée dans Histoire de la ville de Sanaa, d’ar-Râzî (460/1068)6. Mais cette maison fut détruite, d’après ar-Râzî lui-même, et rien ne permet de dire que l’ancienne bayt al-‘Anbasa s’élevait exactement à l'emplacement de l’actuelle. D'après un occupant, la maison fut construite en 1117/1705. D’après un autre, la maison fut édifiée sous l’imâm al-Manṣûr ‘Alî qui régna de 1189/1775 à 1224/1809. On raconte qu’elle fut édifiée en même temps que la célèbre maison des Eunuques, dâr aṭ-Ṭawâšî, dont la construction commença en 1196/17827. Comme ce vaste palais employait les équipes de maçons durant le jour, B. al-‘Anbasa fut construite, dit-on, durant les soirées et même de nuit, à la lueur de torches... Cette histoire, sous son aspect un peu légendaire, met peut-être en relief la gêne que causa aux habitants de Sanaa la construction de l’immense dâr aṭ-Ṭawâšî, qui mobilisa des équipes d’artisans des années entières. La date de construction indiquée (1117/1705) ne concordant pas avec celle de la construction de dâr aṭ-Ṭawâšî, on peut supposer que ce furent seulement des agrandissements qui furent faits en même temps que dâr aṭ-Ṭawâšî : probablement la partie sud de la maison, celle qui englobe les dîwân. Les relevés architecturaux ont été faits par une équipe suisse qui étudiait la maison en 1992.

198. Bašâ’ir (dâr al-), Q. bi’r al-‘Azab.

20Grande demeure bâtie dans les années 1940 ou 1950 pour l’imâm Badr, devenue prison après la révolution. ‘Izzî ‘Abd Allâh al-Usṭâ y fut menuisier.

  • 8 Voir détails dans Bonnenfant, 1987a, p. 158.

219. B. bint al-Imâm, Q. bi’r al-‘Azab, dite aussi bayt Ibn Ḥağar (phot. 55, 16 : 25. 19 : Bonnenfant, 1989, pp. 140-141, 227). Ibn Ḥağar épousa la fille de l’imâm. Cette demeure, qui était l'ambassade de la République Démocratique d’Allemagne dans les années 1970 et 1980, est datée de 1375/[1955-1956], d’après une double inscription dans la pierre et le bois, sur le portail de la rue. Le superbe kušk a été exécuté par le ḥâğğ ‘Abd Allâh Qâsim al-Usṭâ8.

2210. B. al-Bilaylî, Q. Mûsâ (phot. 14-16, 22 ; 15. 23 : Bonnenfant, 1989, p. 54, 191 en haut).

  • 9 Lewcock, 1983b, p. 488a. Sur un aïeul des Bilaylî, voir Ḥağrî, 1398/1978, pp. 21-22.
  • 10 Ḥağrî, 1398/1978, p. 22, confirme qu’un cheikh Muḥammad al-Bilaylî mourut en 1314/1896-1897.
  • 11 Photo Burchardt, K 320.
  • 12 Lewcock, 1983b, p. 500, fig. 22.14, à dr.

23« Belongs to the early 11th/17th century, although the whote rear block was added later, and the present mafrağ is dated 1322/1904-059. » Pour MMZ, c’est l’inverse, la partie orientale, au-dessus de la rue, est la plus récente et fut bâtie du temps des Turcs, au début du xive s. de l’Hégire [fin du xixe s.] ; la partie ouest est plus ancienne. D’après une conversation avec les propriétaires, Muḥammad Muḥammad ‘Alî al-Bilaylî fit édifier la maison voici une centaine d’années10. Tous ces renseignements concordent pour indiquer que d’importants travaux furent effectués aux alentours de 1318/1900. Vue du nord, la maison a, dans sa partie supérieure, exactement le même profil en 190711 qu’en 1989. Lewcock donne l’élévation de la façade12.

2411. Dâr aḍ-Ḏahab, dite aussi B. Dalâl, Q. al-H̱arrâz (phot. 25, 1 ; 29, 7 ; 29, 16 ; 41, 17).

25Le portail de pierre porte la date de 1334/1915- 1916. La maison est célèbre pour son mirna‘ qui la traverse de part en part, son mafrağ de rez-de-chaussée, et son ḥammām, construit voici cent ans environ.

26D’après une personne du quartier, toute la demeure aurait été édifiée à cette date. Elle porterait le nom de « maison de l’or », car elle aurait été payée avec ce métal, fait exceptionnel, les transactions se faisant généralement avec le thaler Marie-Thérèse en argent. Si ce n’est qu’une légende, elle est intéressante.

  • 13 ‘Amrî, 1405/1984, p. 80. Cette maison est ensuite citée p. 152, 288, 337.

27Si cette maison fut bien bâtie à la date indiquée plus haut, le fut-elle sur les restes d’une autre dâr aḍ-Ḏahab, édifiée en 1200/1786 par Aḥmad, un des fils de l’imâm al-Manṣûr ‘Alî qui régna de 1189/1775 à 1224/180913 ? Pour MMZ, la maison aurait été construite « il y a 180 ans AH, vers 1220-1230/1805- 1815, sous l’imâm al-Mahdî ‘Abd Allâh », ce qui confirmerait l’information précédente. Pour lui, dâr aḍ-Ḏahab porte ce nom car c'est là que cet imâm frappait monnaie d’or et d’argent ; ce travail était fait auparavant à la citadelle

2816. Bayt Fâya‘, Q. Ṣalâh ad-Dîn (phot. in Bonnenfant, 1989, p. 148 à gauche).

  • 14 Lewcock, 1983b, plans et une coupe à la fig. 22.9 pp. 470471 ; phot. 22.79 à 22.87, pp. 473475.
  • 15 Voir l’index dans Bonnenfant, 1987a.
  • 16 ‘Amrî, 1985, p. 27.

29Lewcock donne les plans, une coupe et des photos de cette vaste demeure14 qui se signale par ses belles menuiseries15. Bayt Fâya‘ fut occupée autrefois par un ministre de l’imâm al-Manṣûr ‘Alî b. al-Mahdî‘Abbâs, qui régna de 1189/1775 à 1224/1809, ce même ‘Alî qui se rendit célèbre par la construction de dâr aṭ-Ṭawâšî. On raconte que l’aïeul du ministre Fâya‘ arriva un jour du Ḥiğâz et s’installa au Yémen, cherchant à gagner sa vie. Négociant en chevaux pour le Mahdî Muḥammad b. Aḥmad, mort en 1130/1718, il acquit rapidement une grande fortune : ce fut peut-être lui qui édifia cette vaste maison aujourd’hui très délabrée, ou son fils, ou son petit-fils le ministre. Ce dernier, Aḥmad b. Ismâ‘îl Fâya‘, mourut en 1219/1804. Il était très lié à l’imâm al-Manṣûr Alî et le reçut dans sa maison, avec sa famille, seize jours d’affilée16. Ces détails nous permettent de faire remonter la construction de la maison au moins au xviiie s., à moins qu’elle n’ait été achetée déjà construite par la famille Fâya‘. Le style des menuiseries intérieures correspond bien à celui du xviiie siècle.

3018. B. al-Ḥâḍrî, Q. al-Ǧawâfih (phot. 21. 16 : Bonnenfant, 1989, p. 110 à gauche, p. 142, 156). D’après le neveu du propriétaire, elle daterait des années 1860 ; d’après MMZ, des années 1310-1315/1892-1897. Les deux sources font donc remonter la maison à la seconde moitié du xixe siècle. Al-Ḥâḍrî est une riche famille commerçante, qui possède aussi une maison à al-Ḥudayda, beaucoup plus ancienne. Le père du propriétaire de 1992 était un commerçant, représentant, wakîl, de l’imâm dans ce port de la mer Rouge. La famille al-Ḥâḍrî possédait autrefois cinq ou six maisons du quartier al-Ǧawâfih.

3119. Dâr al-Ḥamd, Q. de bi’r al-‘Azab (phot. 16-18, 19 ; 23, 19 ; 26-29, 19 ; 43, 21 ; 10 et 12, 22 ; 26, 22 ; pl. 18 c, 19 b ; Bonnenfant, 1989, pp. 170-172). Grande demeure princière également appelée bayt Sayf al-Islâm Alî, fils de l’imâm Yaḥyâ, qui l’édifia dans un parc entre 1360/[ 1941 ] et 1362/[ 1943], d’après trois inscriptions sculptées dans la pierre de la façade, dans le bois de la porte d’entrée principale et dans le plâtre du mafrağ. La partie supérieure fut édifiée par une équipe de maçons différente de la partie inférieure. Le palais fut transformé en « Hôtel Dâr al-Ḥamd » après la révolution.

3220. B. Muḥammad Luṭf al-H̱amîsî, Q. ‘Aqîl (phot. 5, 7 ; 28, 17 ; 4 et 16, 23 ; fig. 4, 8 ; Bonnenfant, 1989, p. 58).

33Son grand’père fut cheikh des cheikhs de Sanaa autrefois. En 1986, le propriétaire attribue 120 ans au haut de la maison [1287/1870 environ], et 300 au bas [1107/1695], La maison se signale en façade par sa rawwâqa et, à l'intérieur, par plusieurs belles portes.

3421. B. al-Ḥaymî, Q. al-Abzar (phot. 20-23, 8 ; 59, 18 ; 23, 23 ; pl. 17 c).

  • 17 Ḥağrî, 1398/1978, p. 50.
  • 18 Ḥağrî, 1398/1978, p. 50.

35D’après un des propriétaires, magistrat, « la maison a été construite par le même maître-maçon que la mosquée al-Bâša ». Al-Ḥağarî indique que celle-ci a été construite au début du xie/fin du xvie s. par Muḥammad Bâša17. Par ailleurs, les notables associent souvent la construction d’une maison d’habitation et d’une mosquée. Il est donc possible, sans que cela soit une preuve, que cette maison ait été construite en même temps que la mosquée al-Ḥaymî qui lui est voisine ; celle-ci fut édifiée au début du xiie/fin xviie s. par « al-wazîr al-qâdî Ḥusayn b. Aḥmad b. Nâṣir al-Ḥaymî qui mourut en 1145/[ 1732]  »18. B. al-Ḥaymî pourrait donc avoir été bâtie à la fin du xvie ou au xviie s. De nombreux indices montrent que cela est possible, tout en restant à prouver.

3622. Dâr al-H̱ayr, Q. de bi’r al-‘Azab (phot. 28 et 29, 22).

  • 19 Voir phot. dans Bonnenfant, 1987a, p. 107.

37Elle est appelée plus souvent bustân al-H̱ayr, haute demeure édifiée à l’époque de l’imâm Yaḥyâ, mais pour son fils, le futur imâm Aḥmad. La date de 1357/[ 1938] est gravée sur le linteau de la porte du palais lui-même ; on peut penser que c’est l’époque de la construction de l’ensemble. Le plâtre du mafrağ fut fait, selon l’usṭâ ‘Izzî ‘Abd Allâh al-Usṭâ, par un grand plâtrier de confession juive, Ismâ‘îl an-Nattâf, qui sculpta une longue inscription. Outre une porte peinte19, la maison avait trois portes incrustées d’ivoire, disparues ; elles étaient sans doute de réemploi. Le bâtiment principal était en 1979 le siège d’une administration des sports. Il est en ruine depuis 1985. Le mafrağ de rez-de-jardin était en 1989 occupé par la direction locale de l'UNESCO.

3825. Dâr Ǧadîd, Q. Ǧadîd (phot. in Bonnenfant, 1989, pp. 138-139, p. 234).

39Le terrain appartenait à une famille proche de l’imâm selon les uns, à l’un des héritiers de l’imâm al-Manṣûr ‘Alî, selon ‘Izzî ‘Abd Allâh al-Usṭâ. Plusieurs maisons furent construites et démolies à cet endroit jusqu’à la construction de l’actuelle dâr Ǧadîd par un fils de l’imâm Yaḥyâ, Sayf al-Islâm ‘Abd Allâh, en 1366/1946-1947, d’après une date gravée dans la pierre, sur la façade ouest. Dâr Ǧadîd est devenue en 1985 le siège du Bureau exécutif pour la sauvegarde du vieux Sanaa, puis en 1990 le siège de l’Organisation générale pour la sauvegarde des villes historiques (GOPHCY en anglais). Sur les photos K 177 et K 201 de la collection Burchardt, on voit les vastes demeures qui se dressaient à cet emplacement en 1907 (phot. 38, 21).

4028. B. al-Ǧindarî, Q. Ǧadîd.

41Le portail et la porte (phot. 38, 16) ont été reconstruits en 1360/1941, comme l’atteste l’inscription, mais le reste de la maison est plus ancien.

4232. Maḥbûb (Aḥmad), Q. ṣarḥat Muḍayr, appelée aussi B. ‘Alî aš-Šu‘ûr.

43Cette maison, probablement ancienne, se signalait jusqu’en 1985 environ par un beau portail de pierre polylobé (phot. 37, 16), datant peut-être de 1018/[1609], si sa construction est celle de la date sculptée dans lelinteau de bois et si c’est bien de cette date qu’il s’agit (lecture incertaine). Il fut malheureusement détruit en 1984, pour permettre l’accès de la cour aux automobiles.

  • 20 Varanda, 1982, pp. 272-275.

4433. Makkî (al-), Q. Ma‘âd (phot. 12 et 13, 7 ; 34, 7 ; 53, 7 ; fig. 10-12, 20 ; Bonnenfant, 1989, p. 217). D’après le plus âgé des propriétaires, 65 ans environ, qui le sait d’un acte, baṣîra, B. al-Makkî a été bâtie voici «  150 à 200 ans AH  » (en 1989), soit la première moitié du xixe siècle, pour les trois premiers étages (Bonnenfant, 1989, p. 217), notamment le troisième qui renferme les qaḍâḍ étudiés au chapitre 20. Les deux niveaux supérieurs, celui du mafrağ et du manẓar qui le surmonte, « ont été construits par mon grand-père voici 100 ans AH environ », soit 1892 environ. Tout cela semble cohérent. Varanda donne des coupes, des plans et de nombreuses photos de cette maison20.

4534. Masyabî (Ḥamûd al-), Q. al-H̱arrâz.

  • 21 D’après phot. 28,1.

46Pour MMZ, cette maison a été construite vers 1238/1822, un peu avant B. az-Zubayrî, sa voisine située à l’est. En 1894, la maison est déjà construite à la hauteur de 199021.

4736. Muṭahhar (‘Abd ar-Raḥmân Aḥmad b. ‘Abd Allâh), Q. aṭ-Ṭalha (phot. 14, 16 ; pl. 9 d et 9 f).

48Son ancien propriétaire Aḥmad, le père de Ḥusayn Muṭahhar de la maison n° 38, décédé pendant la révolution, était nâ’ib des imâms Yaḥyâ et Aḥmad (son frère possède B. Muṭahhar du Q. bi’r al- ‘Azab). Le soubassement de cette maison est certainement très ancien. Selon MMZ, la partie moyenne daterait des environs de 1243/1827 (phot. in Bonnenfant, 1989, p. 216, légendée par erreur B. Talhâ, étage du bas de la photo). Les deux niveaux supérieurs sont du milieu du xxe s. (même photo, en haut) et ont été construits par le père de l’usṭâ al-‘Izzî Qaṣ‘a aṣ-Ṣanḥânî.

4938. Bayt al-qâdî Ḥusayn Aḥmad Muṭahhar, Q. al-Fulayḥî (phot. 18 et 24, 17 ; 46 et 73, 18 ; 32 et 33, 21).

  • 22 Écrit vers 1978. Lewcock, 1983b, pp. 488489.
  • 23 Lewcock, 1983b, p. 500, fig. 22.14, à g.
  • 24 Plans à chaque niveau ; coupe N.-S. ; vue perspective des façades O. et S. ; vue perspective intér (...)

50Lewcock, en 1983, lui donne 200 ans, les trois étages supérieurs ayant été ajoutés voici 50 ans22. D’après nos propres informations, cette imposante demeure, l’une des plus photographiées de Sanaa (phot. 33, 21), fut bâtie en 1830 environ jusqu’en haut de la grande avancée, kušk, couverte de plâtre, caractéristique de cette maison (phot. 32, 21, datant de 1907). Elle aurait été une école au début de la seconde occupation ottomane, puis achetée par Ḥasan Muṭahhar. La partie supérieure, aux baies beaucoup plus larges que celles de la partie inférieure, date de 1356 /1937, d’après un parent du cadi et une inscription au-dessus de la porte qui fut sculptée au même moment. Lewcock donne l’élévation de la façade23. William Carry, pour le Musée national de Sanaa, a dessiné en 1979 des plans, une coupe et des vues perspectives24.

5139. B. ‘Abbâs, Q. bi’r al-‘Azab, du nom d’un des fils de l’imâm Yaḥyâ.

52Le portail désaffecté sur la rue, précédant le vaste jardin du côté occidental, porte la date de 1373/ [1953-1954] ; la menuiserie en fut faite par al-ḥâğğ Ḥasan al-Usṭâ. Ce portail est un peu postérieur à la maison entière, construite dans les années 1940. Le kušk de la façade orientale (phot. 44, 21) fut sculpté par al-ḥâğğ ‘Alî al-Usṭâ et ‘Abd Allâh Qâsim al-Usṭâ, juste après les événements de 1948. Le bâtiment est devenu le siège du Premier Ministère depuis la fin de la révolution.

5343. B. Ḥusayn Sarî‘, Q. Abhar (phot. 15 et 16, 7 ; 35, 16 ; 59,16 ; 39 et 40,17 ; 46 et 47,17 ; 24 et 25,18). Les façades furent reconstruites « il y a 150 ans environ » d’après le propriétaire interrogé en 1979, soit dans les années 1830. Mais certaines parties sont beaucoup plus anciennes. Le propriétaire l’a achetée aux Ṯawr, vieille famille de Sanaa, vers 1950 (la maison voisine, n“ 204, juste au nord, est d’ailleurs encore occupée par des Ṯawr en 1989). Il décida vers 1960 de remplacer l’albâtre des oculi par des vitraux et de construire un mafrağ sur la ğubâ. La maison a fait en 1990-1992 l’objet d’une restauration complète grâce à une coopération italienne. Grâce au décapage du mur ouest du mafrağ, on constate que le bandeau du tiğwâb se poursuit sur ce mur : la hiğra du troisième étage, éclairée par quatre ouvertures serties dans le grand arc, était donc auparavant une cour en plein air placée entre des pièces formant ailes, comme à B. aš-Šâmî, (phot. 7a, 21).

5445. Šahârî (Yaḥyâ al-Mutawakkil aš-), Q. Sukarah (phot. 5. 1 : 4. 20 : 19, 23 ; 39, 23 ; Bonnenfant, 1989, p. 148 à droite).

  • 25 Photo Burchardt, X 1846.

55Cette maison, où se trouve deux des plus belles portes de Sanaa (cf. Bonnenfant, 1987a), se nommait probablement bayt al-H̱ubânî, représentée sur une photographie de 190725.

5646. B. aš-Šâmî (Muḥammad aš-), Q. al-Bâša (phot. 9, 8 ; pl. 17 d).

57Selon l’un des fils al-Ḥaymî, bayt al-Ḥaymî, n° 21, bayt aš-Šâmî, n° 46, et bayt ad-Drayrah, n° 106, auraient été construites à la même époque. D’après ce que nous savons sur B. al-Ḥaymî (voir n° 21), B. aš-Šâmî pourrait donc avoir été bâtie à la fin du xvie ou au xviie s. Le rez-de-chaussée et les deux premiers étages datent au moins du xviiie s., d’après les décors en bois rapporté des portes. Au 3e étage, un mafrağ fut d’abord construit en 1324/1906, date indiquée sur la porte de cette pièce. Puis, en 1374/1954-1955, ce mafrağ fut transformé par Ḥusayn ibn Yaḥyâ aš-Šâmî en hiğra, par la construction de deux manẓar de part et d’autre d’une antichambre, sur le côté sud de la ğubâ’ ; l’ensemble des plâtres de ces pièces fut refait, avec les inscriptions n° 41 à 43 du chap. 22. Un nouveau mafrağ fut bâti à l’étage supérieur. La maison était en cours de rénovation en mars 1989.

5848. B. Sufyân Muḥammad Ḥasan at-Ṯawr, Q. Dâwud (phot. 6-8, 7 ; 11-15, 8 ; 61, 16 ; 1, 20 ; 54 et 55, 20 ; 57-60, 20 ; 63 et 64, 20 ; pl. 16a-16c ; fig. 18-21, 21). D’après MMZ, en 1991, « les deux premiers étages ont dû être construits voici 200 à 220 années AH, à la fin du xiie siècle AH », soit entre 1192/1778 et 1212/1797. Cela est proche d’une source familiale qui fait remonter la construction au début du xixe siècle. Toujours d’après MMZ, il y avait, avant 1975 environ, un troisième étage dans le même style que les deux premiers. Il a été démoli pour la reconstruction, à sa place, d’un nouvel étage aux très larges baies, inachevé entre 1978 et 1992.

5949. Dâr al-Uṣûl, Q. bi’r al-‘Azab (phot. 1, 16).

60Grande demeure toute en pierre bâtie pour l’imâm Aḥmad quatre ans environ avant la révolution de 1962 pour recevoir les délégations en visite dans sa capitale. Elle est devenue palais de la République après la révolution.

6152. B. al-Yamânî, Q. ṣarḥat Muḍayr (phot. 6, 24 ; pl. 7 d ; Bonnenfant, 1989, p. 209, 211).

62Elle fut construite en deux étapes. La partie inférieure date de 1900 environ. Le beau mafrağ fut édifié par l’usṭâ ‘Izzî aṣ-Ṣanḥânî à la date de 1363/1944 gravée sur le portail de la rue : mafrağ et portail furent bâtis en même temps, ainsi que les boutiques qui précèdent la maison. D’après Claudie Fayein, la splendeur de la décoration de cette demeure la fit surnommer « Paris » par les habitants de Sanaa.

6353. B. al-ḥâğğ Muḥammad Ḥamûd al-Yamânî, Q. al-Wušâlî (phot. 58, 16 ; 30, 22 ; Bonnenfant, 1989, p. 90, en bas à droite ; p. 140 à gauche ; p. 145, 146 ; p. 193 à gauche ; p. 208).

  • 26 Voir phot. dans Bonnenfant, 1987a, pp. 30 et 112-114.

64D’après les propriétaires, la maison a été achetée par la famille qui l’habite en 1358/1939. Elle fit détruire une partie qui était en mauvais état, pour reconstruire à la place l’aile où il y a le beau kušk en bois, qui date de 1375/1955 et fut fabriqué par Muḥammad Ǧawdam. Les autres menuiseries (à part la belle porte) datent de 1359/1940 et furent exécutées par Ṣâliḥ Bâkir, de ‘Umrân. D’après MMZ, « avant d’appartenir à Muḥammad Ḥamûd al-Yamânî, la maison appartenait autrefois au cheikh Hizâm as-Ṣa‘ar (ou Ṣa‘ar), ainsi qu’une maison voisine, B. al-ḥâğğ Ḥamûd al-Ḥusaynî. Elle est vieille d’environ 180 ans [soit 1232/1817], ou bien date date du début du xiiie s. AH, du temps de l’imâm al-Mansûr ‘Alî [1189-1224/1775-1809]  ». Muḥammad Ḥamûd en renouvela une partie il y a une cinquantaine d’années, en particulier le dîwân oriental, où se trouve montée la belle porte incrustée de nacre apportée de dâr aṭ-Ṭawâšî26, et l’aile sud déjà citée. B. al-Ḥusaynî fut également renouvelée dans ses parties est et sud.

6556. Zubayrî (Muḥammad ‘Abd al-Wahhâb az-), Q. al-H̱arrâz (phot. 28, 1 ; 54, 7 ; 31, 16 ; 2-19, 15 ; 86, 18 ; 41, 23 ; fig. 1-9, 15 ; Bonnenfant, 1989, p. 91 en bas à gauche).

66Bayt az-Zubayrî est étudiée au chapitre 15. Le plan au sol suggère la construction de la maison en deux étapes, ce qui fut effectivement le cas. La partie occidentale est la plus ancienne et date des années 1830. Elle fut reliée à la partie orientale construite ultérieurement ; dans celle-ci, d’après la photo 28,1, l’étage de la rawwâqa supérieure est postérieur à 1894.

6757. B. ‘Abd Allâh Talhâ, Q. al-Gilâ’.

68Maison apparentée avec B. Talhâ du Q. aṭ-Ṭalha. Serait âgée «  de 400 ans  » d’après son propriétaire, datation qu’il faut accueillir avec la circonspection d’usage. Quoi qu’il en soit, l’élévation intérieure sud du grand dîwân du premier étage (fig. 7,21 est d’un agencement commun depuis la fin du xviie jusqu’au début du xixe s.

6965. Dâr as-Sa‘âda, à bâb as-Sabḥa (phot. 27, 22 ; Bonnenfant, 1989, pp. 160-161).

70Ancien palais de l’imâm Yaḥyâ, il est daté de 1339/1920-1921 sur le premier portail (phot. 27, 22) et de 1340/1921-1922 dans un médaillon de la façade principale. Ce bâtiment, siège du gouvernorat de Sanaa en 1979, est devenu musée en 1988.

7166. Muṭahhar (al-qâdî Muḥammad Aḥmad), Q. aṭ-Ṭalha. A appartenu autrefois à la famille ar-Raḥḥâbî, commerçants.

7269. Nom inconnu, Q. al-‘Alamî.

  • 27 Lewcock, 1983b, pp. 487-488 ; phot. 22.131, p. 494.

73« The oldest house found was in Ḥârat al-‘Alamî near al-Filayhî Mosque, which was attested by two independent sources (qâḍî Ḥusayn al-Sayâğî, secretary of the Ministry of Justice, and qâḍî cAlî Abû Riğâl, Deputy Minister of Public Works) to the 6th/12th century. (The former source believed that it could be as much as two centuries earlier than this). Strangely enough, the lower levels of this house are built of coursed clay and unbaked brick plastered on a rubble foundation ; it has small circular windows ; the surviving upper-most storey is clearly a recent replacement27. -

7471. Šarafî (Muḥammad aš-), Q. aṭ-Ṭawâšî (autrefois B. al-Watârî, puis B. ar-Raḥḥabî).

75Cette maison est remarquable surtout par la qualité de ses décors de bois, non mentionnés dans Bonnenfant, 1987a : portes et volets en planches jointives sobrement décorés de trois rosaces superposées, et surtout décors de bois découpés à jour sur de nombreux šubbâk du premier étage (phot. 4 à 7, 8). Les qaḍâḍ ont malheureusement été détruits.

7672. B. as-sayyid ‘Alî Luṭfî, Q. Dâwûd.

77« ‘Alî Luṭfî était le secrétaire particulier de l’imâm Yaḥyâ, tué en 1948. Cette maison fut construite, en 1244/1828-1829 environ, en même temps que B. Zayd Faḍal al-Akwa‘, du temps de l’imâm al-Mahdî ‘Abd Allâh qui restaura la M. aṭ-Ṭalha, ce Mahdî ‘Abd Allâh sous le règne duquel vivait aš-Šawkânî, šayẖ al-Islâm.  »

78« En 1356/1937, Luṭfî visitait les otages de l’imâm : celui-ci, pour s’assurer du calme des cheikhs de tribu, prenait leurs fils et les gardait comme otages à Sanaa.  »

79La maison fut pillée, notamment les menuiseries, et partiellement incendiée lors d’un pillage des tribus. Toutes les menuiseries furent refaites un peu après 1356/1937.

8073. ‘Aslân (‘Abd Allâh), Q. al-Wušâlî.

81La photo Burchardt K111 montre que cette grande demeure était déjà construite en 1907 dans l’état actuel ; elle date probablement de la fin du xixe siècle.

  • 28 Sur la famille al-Ǧirâfî, voir Amrî, 1405/1984, p. 71.

8274. Bayt al-Ǧirâfî, Q. al-H̱arrâz (phot. 45,17 ; 4 et 5, 24 ; Bonnenfant, 1989, p. 95 en haut, p. 203). D’après une photographie de 1894 (phot. 28,1), le mafrağ n’était pas encore construit à cette date, et probablement pas non plus l’étage inférieur. Le père du cadi Muḥammad al-Ǧirâfî, interrogé, indique que des travaux furent effectués quand la famille quitta le quartier al-Madrasa, où elle vivait auparavant, pour s’installer là28. Une inscription sculptée dans le bois de la porte, sur la façade nord, porte la date de 1348/1929-1930. On peut penser que c’est celle de ces travaux.

8375. B. ad-Dirâm, Q. ouest de la GM.

84Un habitant du quartier dit que l’imâm al-Manṣûr ‘Alî y aurait habité : si cela est vrai, elle daterait donc au moins du xviiie s.

8577. ‘Uqba, Q. Dâwûd (phot. in Bonnenfant, 1989, p. 228).

86D’après MMZ, le premier et le second étage, bien qu’ils aient une ordonnance évoquant celles des xviie et xviiie siècles (phot. 15, 17), n’ont pas plus de 120 ans AH et datent donc de la fin du xixe siècle. Le constructeur de l’époque a choisi d’avoir un nombre réduit de fenêtres parce que cette façade est exposée au plein nord, donc au froid hivernal. Le dernier étage date des années 1970 et montre bien la tendance à construire des fenêtres de plus en plus larges et hautes qui réduisent la hauteur de l’arc qui les surmontent.

8778. Bayt Ismâ‘îl Ġamḍân, Q. al-H̱arrâz (phot. 45a et 45b, 21).

88En 1894, d’après la photographie n° 28, 1 cette maison n’avait que deux étages complets au-dessus du rez-de-chaussée, plus une pièce sur le côté nord. La photo n° 45a, 21, prise en 1927, montre que la partie supérieure de la maison, une des plus imposantes de la ville, fut construite entre 1894 et 1927. Le portail d’entrée porte la date de 1351/1932-1933. En 1976, toute la partie supérieure de la maison fut transformée par l’agrandissement des baies en largeur et en hauteur, de sorte que les arcs devinrent segmentaires (phot. 45b, 21). Les baies furent équipées de fenêtres coulissantes en aluminium, diversement appréciées par la population. En 1989, elles furent à nouveau équipées de menuiseries en bois et la maison fut transformée en hôtel pour touristes en 1992. La famille Ġamḍân est l’une des plus importantes familles commerçantes de Sanaa.

8980. H̱awlânî (Ismâ‘îl Muḥammad al-) et ses frères, Q. Ma‘âd (phot. 31, 17 ; 10 et 11, 21 ; 13, 21).

  • 29 D’après la chronologie des imâms du Yémen dans le livre : Yaḥyâ b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim b. Muḥamm (...)

90Cet Ismâ‘îl est le fils de Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Abd Allâh b. Ḥasan b. al-Qâsim al-ḥâğğ al-H̱awlânî. C’est Abd Allâh qui a fait entrer la maison dans la famille H̱awlânî en l’achetant à d’autres qui l’avaient acquise du constructeur, al-Ḥuraybî. D’après son propriétaire, elle serait âgée « de 550 ans » et aurait été construite par « al-wazîr al-Ḥuraybî, qui fut fonctionnaire d’un des imâms du Yémen et possédait aussi l’actuelle bayt aš-Šâmî, n° 92 et la maison adjacente, mais moins haute, qui la suit en allant vers la grande mosquée  ». D’après le cadi Ismâ'îl al-Akwa‘, le terme wazîr désignait à cette époque le kabîr al-muwazzafîn. Il ajoute qu’il y eut un wazîr al-Ḥuraybî sous l’imâm al-Mahdî Muḥammad b. Aḥmad. b. al-Ḥasan b. al-Qâsim, dit Ṣâḥib al-Mawâhib (du nom de sa capitale, près de Ḏamâr, où se trouve son tombeau). Cet imâm régna de 1098/1687 à 1130/1718 29 ». S’il s’agit bien de cet Ḥuraybî, les maisons n° 80 et 92 bâties par lui dateraient donc de la fin du xviie ou du début du xviiie siècle.

91De fait, cette maison possède un soubassement de pierres appareillées « en escalier ». Le propriétaire fait remarquer que le bas de la grande porte, ginaw, du portail de la cour est enterré jusqu’au ras de la petite porte, soit 25 cm environ, et que de plus le portail était précédé de deux marches. Le niveau de la rue s’est rehaussé progressivement, me dit-il, quand on a démoli des maisons voisines. La maison elle-même possède une entrée, aujourd’hui murée, surmontée d’un linteau monolithe massif, qui est aussi un indice d’ancienneté. Cette porte disparaît sous la terre de la ruelle jusqu’à environ 70 cm du bas du linteau. En supposant que l’entrée mesurait environ 1,7 m, le sol de la rue a remonté d’environ un mètre, et plus encore s’il y avait une ou deux marches avant la maison.

92Le rez-de-chaussée de la maison n’a pas été visité. Au premier étage vrai, abandonné, seul un dîwân serait habitable ; les autres pièces n’ont aucune lumière directe. Au-dessus, la maison est remarquable par son puits de lumière. Au sommet de la maison, le petit manẓar (phot. 10, 21, à gauche) a été construit récemment.

9381. Numaymî (Aḥmad).

  • 30 Lewcock, 1983b, plans à la p. 449, fig. 22.4 ; phot. 22.26 à 22.41, moins 22.32 et 22.33.

94Lewcock, dans une information orale, la situe Q. at-Ṭawâšî ou ‘Aqîl. Emplacement exact non trouvé. House NT de Lewcock, qui en donne des plans et des photos30.

9587. Ḏamârî (Zâ’id Muṭahhar aḏ-), Q. al-H̱arrâz. D’après MMZ, cette maison peut dater du début du xixe s. L’imâm al-Manṣûr, père de l’imâm Yaḥyâ, y aurait habité. A la révolution, elle fut confisquée par l’État et louée à un prix symbolique à un officier, Muṭahhar.

9688. Wağhî (Muḥammad Qâsim al-), Q. al-H̱arrâz (phot. 30, 21, maison de droite).

97D’après MMZ, cette maison, ayant au moins deux siècles AH (ce qui la ferait remonter à la fin du xviiie ou au début du xixe s. environ), appartenait autrefois à la famille al-‘Ammârî, qui fut cheikh des cheikhs de Sanaa, šayẖ al-mašâ’iẖ, durant la dernière occupation ottomane. Elle fut ensuite achetée par le père de l’imâm Yaḥyâ, al-Manṣûr Muḥammad b. Yaḥyâ Ḥamîd ad-Dîn. A la révolution, elle fut confisquée par l’État et louée à un prix symbolique à Muḥammad Qâsim al-Wağhî. Il y aurait d’intéressants décors de qaḍâḍ dans l’escalier et une hiğra, mais nous n’avons pu visiter cette maison.

9892. Šâmî (aš-), Q. Ma‘âd (phot. 20-25, 15 ; 7-9, 21 : pl. 20 f ; fig. 10-12, 15 ; Bonnenfant, 1989, p. 119). Bayt aš-Šâmî est étudiée au chapitre 15. D’après les indications données plus haut sous B. al-H̱awlânî, n° 80, cette maison daterait de la fin du xviie ou du début du xviiie s.

9995. Akwac (Muḥammad Muḥammad b. ‘Alî al-Kabîr b. Abd Allâh al-), Q. al-Ǧawâfih.

100Avant ce propriétaire, elle appartenait à B. al-Ḥaḍrî, n° 18. Elle est remarquable par ses escaliers revêtus de qaḍâḍ au style un peu baroque (phot. 25, 20 ; 38 et 39, 20 ; 45, 20 ; 25 et 26, 23).

10196. Akwa‘ (Muḥammad b. Alî al-Kabîr b. Abd Allâh al-), Q. Dâwûd, dans la ruelle dite Zqâq al-Ġawl (phot. 51, 458-461, 464, 465, 467, 469, 470, 472, 475, 488, 489,494).

  • 31 Rex Smith, 1983, pp. 64-66.

102D’après MMZ, elle a appartenu au savant ‘Abd al-Wâsi‘ al-Wâsî‘, auteur de plusieurs ouvrages, avant d’être achetée par Muḥammad ‘Alî al-Akwa‘, frère de Faḍal al-Akwa‘ (et père de Muḥammad, propriétaire de n° 95, de Ḥâlid et de Yalḥyâ). Muḥammad Alî déclare que sa maison est « d’époque rasûlide » ; les Rasûlides régnèrent un siècle, de 628/1228 à 723/132331. D’après MMZ, cette maison est très ancienne et possède deux escaliers revêtus de qaḍâḍ ; l’un a été photographié (phot. 1, 7 ; 10-13, 20 ; 16a et 16b, 20 ; 17b, 20 ; 19, 20 ; 20, 20 ; 22, 20).

10397. B. Šâkir, Q. ṣarḥat al-Wâdî.

104D’après un vieillard du quartier, elle fut autrefois habitée par l’imâm Muḥammad Ḥasan al-Mutawakkil, dont « al-Ward » était le ministre. Selon le tableau des imâms de Ġâyat al-amânî..., p. 41, il y eut un imâm Muḥammad Aḥmad b. al-Ḥasan b. al-Qâsim, dit Ṣâḥib al-Mawâhib, du nom de sa capitale : le vieillard aurait-il oublié Aḥmad dans la filiation ? Cet imâm régna de 1098/1687 à 1130/1718. S’il s’agit de lui, cette maison aurait en 1989 aux environs de 300 années grégoriennes.

105100. Dâr al-Ḥağar, dans le wâdî Ḍahr (phot. 40 et 41,21 ; pl. 17e ; Bonnenfant, 1989, pp. 166-167).

  • 32 ‘Amrî, 1405/1984, p. 86, n. 2, qui cite les sources.
  • 33 Scott, 1942, p. 149.
  • 34 Scott, 1942, face p. 150.

106Il existait à l’emplacement du palais actuel une demeure plus modeste. Le cadi Alî b. Ṣâlaḥ al-‘Ammârî (1149-1213/1736-1798), savant, homme de lettre, réputé pour ses connaissances de technique et d’astronomie, fut ministre de l’imâm al-Mahdî ‘Abbâs et gouverneur de son fils al-Manṣûr Alî. Architecte, il conçut pour ce dernier imâm et d’autres personnes de nombreuses demeures, en particulier dâr al-Ḥağar32, qui fut ensuite résidence princière. C’est probablement la construction d’al-‘Ammârî que Burchardt photographia en 1907 (phot. 40, 21). Le palais actuel de dâr al-Ḥağar fut bâti comme demeure de plaisance par l’imâm Yaḥyâ (phot. 41, 21). Scott mentionne qu’il était à peine achevé lors de son voyage, en 1937-1938 33 : il doit donc dater de 1936 environ. Cet auteur en donne une photographie qui montre que l’étage supérieur fut bâti après son passage34.

107101. Muḥammad Luṭf ‘Aslân, au sud-est de la grande mosquée (phot. 30, 18 ; 50 et 51, 18 ; 60, 18 ; 87, 18 ; 18-24, 22 ; 33 et 43, 23 ; Bonnenfant, 1989, p. 153).

108Les propriétaires déclarent que l’ensemble de la maison fut construit à la date inscrite dans le stuc du mafrağ, 1345/1926-1927. On en trouvera le plan à tous les niveaux dans Quaroni, 1983. La famille ‘Aslân était avant les changements des années 1970 une des plus riches familles commerçantes de Sanaa.

109103. Mu’ayyid (al-), Q. Dâwûd (phot. 20, 17 ; Bonnenfant, 1989, p. 125).

110D’après MMZ, cette maison aurait été bâtie « au début du xiie/xviiie s., dans les années 1130- 1140/1718-1728, par les enfants de l’imâm al-Mu’ayyid ». Il y eut plusieurs imâms de ce nom ; l’un deux, al-Mu’ayyid bi-llâh al-Ḥusayn b. Alî b. Aḥmad b. al-Qâsim, régna de 1121/1709 à 1124/1712.

111105. ‘Arûsî (al-), Q. Abhar (phot. 217).

112D’après MMZ, elle « s’appelait autrefois B. al-Lîm. On cite des contes à son sujet, par exemple qu’elle fut occupée par un « savant », faqîh ‘âlim. qui aurait eu le pouvoir de chasser les démons, en particulier chez les filles. Elle a été bâtie avant la première occupation ottomane, voici plus de 400 ans AH  ». Les Turcs ayant conquis Sanaa en 954/1547, la maison daterait donc du début du xvie siècle.

113106. B. ad-Drayrah, Q. al-Bâša.

114Selon un des fils al-Ḥaymî, B. al-Ḥaymî, n° 21, B. aš-Šâmî, n° 46, et B. ad-Drayrah, n° 106, auraient été construites à la même époque. D’après ce que nous savons sur B. al-Ḥaymî (voir n° 21), B. ad-Drayrah pourrait donc avoir été bâtie à la fin du xvie ou au xviie siècle.

115108. B. Mu‘îd (Muḥsin b. ‘Alî), Q. Abhar (phot. 2 et 3, 7 ; 14, 7 ; 13, 16 ; 39 et 40, 18 ; Bonnenfant, 1989, p. 57 haut).

  • 35 Serjeant, 1983b, p. 91, 92, 98.

116Elle porte le nom d’un de ses anciens propriétaires, Muḥsin b. ‘Alî Mu‘îd, qui fut désigné gouverneur de Sanaa par ses habitants dans une période très troublée, au milieu du xixe siècle, et au début de la seconde occupation ottomane35. Pour MMZ, «  elle a été bâtie du temps des Turcs [soit de 1270/1854 à 1280/1864], La maison fit ensuite partie des biens du Trésor, bayt al-mâl ». Après la révolution, elle porta longtemps le nom du cheikh Sinân Abû Luḥûm. Revenue à l’État en 1990, on l’appelle à nouveau par son ancien nom, B. Mutd, et elle fait l’objet d’une restauration.

117114. B. Badr ad-Dîn al-Ànsî, Q. ‘Aqîl.

118La partie ancienne de cette maison, réputée âgée de 200 ans, offre la forme d’un parallélépipède massif et n’a que des arcs étroits. Elle est surmontée d’un mafrağ aux larges baies construit vers 1955.

119116. B. as-sayyid Muḥammad ‘Alî Abû Ṭâlib, Q. Zumar.

120La partie inférieure de la maison aurait été bâtie entre 1850 et 1880, mais l’élégant mafrağ qui surmonte la maison porte intérieurement la date de 1374/1954-1955. La famille Abû Ṭâlib est une famille célèbre de Sanaa et d’ar-Rawḍa, descendante de Aḥmad b. al-lmâm Qâsim b. Muḥammad dit Abû Ṭâlib.

121120. B. Alî Qâsim Ġuṯaym, en copropriété avec al-ḥâğğ Qâ’id, Q. ouest de la GM (phot. 14 et 15, 20 ; 47, 20 ; 21-28, 21 ; fig. 6a et 6b, 21).

122Les occupants actuels, originaires de la Ḥayma ad-Dâẖitîya, l’ont achetée il y a une quarantaine d’années. D’après les occupants, dont l’affirmation est confirmée par une tradition orale du quartier bien établie, l’imâm Ṣalâḥ ad-Dîn y aurait habité, qui régna de 773/1372 à 793/1391. Cela donnerait un âge d’environ 600 années grégoriennes à une partie au moins de cette maison.

123121. B. Aḥmad ar-Raḥûmî, à l’est de bâb al-Yémen. D’après divers recoupements, la maison daterait d’environ 1830.

124122. B. ‘Abd Allâh al-Wâsi‘î, Q. al-Ḥumaydî.

125D’après une information orale de Lewcock, elle serait vieille de plus de 100 ans, la pièce supérieure ayant été ultérieurement reconstruite.

126123. Rizâm (Aḥmad), Q. bâb as-Salâm (phot. 19 et 21 : 31. 21. maison du centre de la photo).

  • 36 D’après une conversation avec Ronald Lewcock, que je remercie de ce renseignement. Voir dans Lewco (...)
  • 37 Lewcock, 1983b, p. 489.

127Il s’agit de la maison N de Lewcock, qui appartenait alors sans doute à Muğâhid an-Nawfânî36. D’après Lewcock, elle daterait du début du xie/xviie siècle37.

128125. Palais de l’imâm au village d’ar-Rawḍa (phot. 33 et 48, 16 ; 44, 17 ; 42, 21 ; Bonnenfant, 1989, p. 111).

129Situé à une dizaine de kilomètres au nord de Sanaa, une insciption en abğadîya, dans le vestibule du rez-de-chaussée, indique qu’il fut bâti en 1355/[1936],

130126. B. al-Yadûmî, place Abhar (phot. 316).

  • 38 Lewcock, 1983b, p. 489 ; plans et coupes fig. 22.8, pp. 466-467 ; phot. 22.69 à 22.76, pp. 464- 46 (...)

131“House JY” de Lewcock. Pour cet auteur, elle a la même histoire que B. Muṭahhar, n° 38 : il lui donne 200 ans, les trois étages supérieurs ayant été ajoutés voici 50 ans38.

132127. B. ‘Alî Ṣâlaḥ al-Mahdî, Q. ṣarḥat al-Wâdî (phot. 13,17 ; Bonnenfant, 1989, p. 107, 113).

133Elle s’appelait autrefois B. al-ḥâğğ Muḥsin al-Ušah. D’après son propriétaire, elle aurait été construite à la fin de la première occupation ottomane. Si cela est vrai, elle daterait des environs de 1038/1629.

134130. Betawa : House BT de Lewcock.

  • 39 Lewcock, 1983b, p. 489 ; plans et une coupe à la fig. 22.9, pp. 470-471 ; phot. 22.98 à 22.100.

135Cet auteur la fait remonter à 896/1509, date qui lui fut donnée par deux sources indépendantes39.

136134. B. al-ḥâğğ Aḥmad al-Kabûs, Q. aṭ-Ṭawâšî.

137Le bas de la maison date de 1870 environ ; la partie supérieure s’étant à demi effondrée, elle fut détruite et reconstruite vers 1965.

138136. B. Ḥumayd, du nom du locataire, Q. Ibn al-Ḥusayn (phot. 9,16).

  • 40 ‘Amrî, 1405/1984, p. 191.
  • 41 ‘Amrî, 1405/1984, p. 199.

139D’après un cadi qui habite la maison voisine, « cette maison a été construite par Ḥanaš, qui était, il y a 350 ans, l’un des émirs de l’imâm al-Mahdî ‘Abd Allâh ». Sous cet imâm, qui régna en fait de 1231/1816 à 1251/1835, le juriste Ḥusayn b. Muḥammad Ḥanaš fut effectivement responsable d’un poste difficile, la gestion des tribus du Baraṭ, les Dû Muḥammad et les Du Ḥusayn ; puis il occupa d’autres fonctions40. Il fut remplacé à ce poste par Qâsim al-‘Affârî qui « adopta comme maison une maison de Ḥanaš près de bâb as-Sabḥa »41 : est-ce de celle-ci dont il s’agit ?

140Après Ḥanaš, la maison fut notamment la propriété de la famille Sunaydâr, avant d’être achetée par l’imâm Yaḥyâ qui en fit un dépôt du Trésor, bayt aimâl, pour le raisin : les cultivateurs y venaient porter la zakât. A la révolution, cette maison fut confisquée à l’imâm, comme les autres, et fut donnée en location. Le voisin dit qu’elle est très froide, parce qu’elle est orientée vers la qibla.

141138. Ṯawr (Muḥammad Abd Allâh aṯ -), Q. at Ṭawâšî ou al-Madrasa.

142Pour son propriétaire, elle date des environs de 1245/1829. Pour MMZ, « elle est, comme B. at-Ṯawr, n° 48, âgée de 200 à 220 années AH », et remonte donc à la fin du xviiie siècle.

143139. B. Ṣalâḥ ad-Dîn (House S de Lewcock), Q. Zabâra.

  • 42 Lewcock, 1983b, p. 488 ; plan à la fig. 22.5, p. 454 ; phot. 22.43 à 22.52, pp. 453-457.

144D’après Lewcock, elle daterait de la fin du viiie/xive siècle42.

145141. B. an-Nihmî, Q. al-Madrasa (phot. 16, 17 ; Bonnenfant, 1989, p. 92 en bas).

  • 43 ‘Amrî, 1405/1984, p. 29, 31, 32, 63, 71. ‘Amrî cite aussi le wazîr Abd Allâh b. Aḥmad an-Nihmî, p. (...)

146‘Amrî mentionne Aḥmad b. Alî an-Nihmî, juriste et ministre de l’imâm al-Mahdî ‘Abbâs, qui régna de 1161/1748 à 1189/1775.11 resta 25 ans à son service et était réputé pour sa justice43. Niebuhr parle de lui en personne. Est-ce de sa maison qu’il s’agit dans le quartier al-Madrasa ? Quoi qu’il en soit, l’agencement général de la façade est typique de la fin du xviie et du xviiie siècle.

147143. B. al-‘Ansî, Q. al-Madrasa (phot. 17a, 20 ; 18, 20 ; 23 et 24, 20 ; 27 et 28, 20 ; 37, 20 ; 40 et 41, 20 ; 49, 20 ; 76, 20 ; 81, 20 ; 6, 21 ; pl. 20 d et 20 e ; fig. 11, 12, 7 ; 9a et 9b, 21).

  • 44 Lewcock, Serjeant, Rex Smith, 1983e, p. 361a.

148Cette vaste demeure comprend au moins deux maisons. D’après le cheikh al-cAnsî qui habite la partie orientale, la partie la plus ancienne est bâtie à l’ouest ; la partie située à l’est est un peu plus récente. Quant à la partie sud, elle aurait été bâtie, d'après lui, « en même temps que le minaret de la mosquée al-Madrasa. La mosquée al-Madrasa elle-même fut bâtie en l’an 800 de l’Hégire, par l’imâm Šaraf ad-Dîn  ». Une restauration et une addition ( ?) furent effectuées par Šaraf ad-Dîn en 845/1441-1442 ; puis la mosquée fut agrandie et le minaret construit ou reconstruit en 926/1519-1520 par l’imâm al-Mutawakkil ‘alâ llâh Šaraf ad-Dîn44. Les renseignements du cheikh al-‘Ansî sont dans l’ensemble assez justes. Si l’aile sud de la maison a bien été bâtie en même temps que le minaret, elle aurait donc plus de quatre siècles et demi d’âge.

  • 45 Sur la famille al-‘Ansî, voir ‘Amrî, 1405/1984, pp. 107-109, 113, 210 ; voir aussi l’index sous Sa (...)

149Un des maîtres de maison raconte qu’un de ses ancêtres fut haut fonctionnaire sous l’imâm al-Mahdî ‘Abbâs, et que le cheikh al-‘Ansî, originaire du Baraṭ, qui suscita des craintes chez l’imâm de Sanaa, était un de ses ancêtres45.

150146. B. al-Ward, Q. ṣarḥat al-Wâdî.

  • 46 Lewcock, 1983b, p. 488a, cite « Bayt Ṣarḥat al-Warḍî, près de bâb Su‘ûb, qui daterait du 9e/15e s. (...)

151D’après un cheikh du quartier, « Ward était ministre de l’imâm Muḥammad Ḥasan al-Mutawakkil ». Il y eut un imâm Muḥammad Aḥmad b. al-Ḥasan b. al-Qâsim, dit Ṣâḥib al-Mawâhib : le vieillard aurait-il oublié Aḥmad dans la filiation ? Cet imâm régna de 1098/1687 à 1130/1718. La maison aurait-elle cet âge46 ?

152144. B. aẓ-Ẓabî, Q. al-Madrasa (pl. 14c).

153Appartenait autrefois à leurs riches voisins al-Ansî, et leur fut achetée. Le mafrağ fut construit juste avant la révolution de 1962 (phot. 35, 17).

154152. B. Ḥasan al-‘Amrî, Q. Barrûm.

155Le propriétaire âgé, d’une illustre famille, donne sa filiation en 1989 : Ḥasan (c’est lui) b. Ḥasan b. Ḥusayn b. Alî b. Abd Allâh b. Muḥammad b. ‘Alî al-‘Amrî. Pour lui, le rez-de-chaussée et le premier étage datent du dernier ‘Alî al-‘Amrî, qui fut ministre, notamment de l’imâm al-Mahdî'Abbâs qui régna de 1161/1748 à 1189/1775. Le bas de la maison pourrait donc dater du milieu du xviiie siècle ; les étages supérieurs furent construits vers 1330/1911. La maison est décorée de nombreux lambris de qaḍâḍ (phot. 21, 20 ; 26, 20 ; 43, 20 ; 44, 20 ; 62, 20 ; 65, 20 ; 68-74, 20 ; 78-80, 20 ; 38, 23 ; Bonnenfant, 1989, p. 55 à droite).

156154. B. al-‘Ağamî, Q. bi’r al-‘Azab (fig. 28-32, 15 ; phot. in Bonnenfant, 1989, p. 59).

  • 47 Voir notice sur le premier ‘Ağamî dans ‘Amrî, 1405/1984, p. 70, n. 3, qui cite Ǧihâf, p. 118, et Z (...)

157Cette maison, étudiée au chapitre 15, est louée depuis 1982 par le Centre français d’études yéménites47.

158158. Yûsfî (‘Abduh al-).

159Appartenait jusqu’en 1970 environ à ‘Abd Allâh Aḥmad Sabru. Ce fut durant la dernière occupation ottomane la résidence d’un cadi, qui rendait la justice dans un mafrağ arḍî précédé d’une antichambre évoquant un îwân de maison syrienne, elle-même donnant sur un bassin alimenté par un mima. Aujourd’hui, une partie de l’ancien busṭân a servi pour construire la maison n° 156, appartenant toujours à la famille Sabru. Au premier étage, le dîwân possède-semblées côté dîwân par des traverses, et sculptée en « taille indienne » (phot. 1, 8).

160160. B. aḍ-Ḍufrî, Q. Zumar (phot. 12 et 14, 21 ; pl. 11 b).

161D’après un cheikh du quartier, «  elle a été bâtie il y a 400 ans AH, en même temps que B. al-Kibsî, n° 164, et que B. Muḥammad et Ḥusayn Qâsim aṣ-Ṣan‘ânî, n° 165  ». Si cela est vrai, elle remonterait au début des xie/xviie siècles.

162161. B. Ḥamîd ad-Dîn, Q. Na‘mân.

163Un homme du quartier la date de 1320/1902, et elle aurait été bâtie par l’imâm al-Manṣûr bi-llâh Muḥammad b. Yaḥyâ Ḥamîd ad-Dîn, qui régna de 1307/1890 à 1322/1904, avant son fils l’imâm Yaḥyâ.

164162. B. Abd al-Malik Abû Rigâl, Q. Na‘mân.

165Un homme du quartier la date des environs de 1300/1882, ce qui paraît vraisemblable.

166163. B. Ḥağar, Q. Na‘mân.

167Daterait des environs de 1330/1911.

168164. B. Muḥammad ‘Alî al-Kibsî, Q. Zumar (phot. 17, 16).

169D’après un cheikh du quartier, aurait été bâtie «  il y a 400 ans, en même temps que B. aḍ-Ḍufrî, n° 160, et que B. Muḥammad et Ḥusayn Qâsim aṣ-Ṣan‘ânî, n° 165 ». Si cela est vrai, elle remonterait au début des xie/xviie siècles. Le propriétaire occupant les lieux en 1989 l’a achetée d’al-Manṣûr en 1986.

170165. B. Muḥammad et Ḥusayn Qâsim aṣ-Ṣan‘ânî, Q. Zumar.

171D’après un cheikh du quartier, « aurait été bâtie «  il y a 400 ans, en même temps que B. aḍ-Ḍufrî, n° 160, et que B. Muḥammad Alî al-Kibsî, n° 164 ». Si cela est vrai, elle remonterait au début des xie/xviie siècles.

172167. ‘Aṭîya, Q. Zumar.

  • 48 Lane, 1991, p. 77.

173Lane en donne les plans, une coupe et l’élévation de la façade48.

174174. Bayt al-Wazîr, Q. busṭân as-Sulṭân.

  • 49 Serjeant, ‘Amrî, 1983, p. 144.

175Appartenait autrefois à la famille Sunaydâr. Muḥammad b. Muḥammad b. al-Wazîr fut ḥâkim al-maqâm, c’est-à-dire juge à la cour de l’imâm, avant le coup d’État qu’il tenta en 194849.

176181. B. al-Ḥamdânî (dite B. al-Ḥamdânî, mais possédée notamment par Zayd b. ‘Alî Yaḥyâ b. Aḥmad al-Yamânî), Q. Ḥanẓal, à bi’r al-‘Azab (phot. 54-57, 18 ; 17, 22 ; pl. 17 a ; fig. 21-27,15 ; 28-31, 21 ; Bonnenfant, 1989, p. 101 en bas, p. 136 à gauche, pp. 162-163).

177Bayt al-Ḥamdânî est étudiée au chapitre 15. La maison principale fut bâtie en deux temps. Le rez-de-chaussée (fig. 22, 15) et le premier étage (fig. 24, 15) furent édifiés en même temps que le mafraġ arḍî et le hammâm, « durant la dernière occupation ottomane », dit un des propriétaires. Cela indique une construction datant de la fin du xixe ou du début du xxe siècle. Les étages supérieurs de la maison furent édifiés ultérieurement, en 1356/1937.

178200. B. al-imâm al-Manṣûr Muḥammad, village d’ar-Rawḍa (pl. 15 d-f ; fig. 22 et 23, 21 ; phot. in Bonnenfant, 1989, p. 215 en haut).

179Cette maison est dite avoir été habitée par l’imâm al-Manṣûr Muḥammad b. Yaḥyâ Ḥamîd ad-Dîn, qui régna de 1307/1890 à 1322/1904, avant son fils l’imâm Yaḥyâ. Elle pourrait donc dater au moins de la seconde moitié du xixe s. Elle fut restaurée en 1338/1919.

180209. Bayt Qâsim Ibrâhîm, Q. de bi’r al-‘Azab (phot. 2,22).

181Cette grande demeure d’un notable du temps de l’imâmat est datée de 1358/[ 1939] d’après l’inscription du linteau de la porte, façade ouest.

182211. B. aš-Šawkânî, Q. al-Wušâlî.

183Est-ce l’ancienne B. al-Ḥusaynî ? Voir n° 53.

184215. B. aš-Ša‘îbî, Q. ṣarḥat al-Wâdî (phot. 49, 17).

185La partie inférieure est très ancienne. Le haut fut construit en 1359/1940, en même temps que le portail sur la rue qui porte cette date.

186216. Šukr (dâr aš-), bâb as-Sabḥa (phot. 50, 16 ; 5 et 13, 19 ; Bonnenfant, 1989, p. 105).

187Ancien palais de l’imâm Yaḥyâ construit en 1352/1933. Avec dâr al-Uṣûl, représente bien le goût de maisons toutes en pierres qui se fait jour dans la première moitié du xxe siècle. Al-Wadîdî fut le chef des maîtres artisans, kabîr al-asâtida, qui fabriquèrent les menuiseries de ce palais ; il travaillait à l’atelier du gouvernement, waršat al-ẖukûma, qui possédait déjà quelques machines-outils actionnées par une machine à vapeur. Après la révolution et la guerre civile, l’édifice fut converti en musée jusqu’en 1988, date à laquelle dâr as-Sa‘âda, n° 65, le remplaça dans cette fonction.

188217. Suḥûlî (Ibrâhîm b. Ḥusayn as-), Q. ouest de la GM. (n° 46c de Bonnenfant, 1987a).

  • 50 Serjeant, 1983b, p. 79b, n. 76.
  • 51 ‘Amrî, 1405/1984, p. 218.
  • 52 ‘Amrî, 1406/1986, p. 128.

189Le cadi Ibrâhîm as-Suḥûlî, mort en 1060/1650, fut hâkim de Sanaa sous le règne d’al-Mu’ayyad bi-llâh Muḥammad b. al-Qâsim50. La famille se distingua également par le cadi Muḥammad b. Yaḥyâ, mort en 1233/1818 lors du pillage de bi’r al-‘Azab par les tribus du Baraṭ51, et par un autre juriste mort en 1279/1862, le cadi Aḥmad b. Muḥammad b. Yaḥyâ as-Suḥûlî52. Mais, à notre avis, la maison n° 217 ne semble pas antérieure au début du xxe siècle. Pour MMZ, « B. as-Suḥûlî se trouve derrière B. ar-Rammaḥ, grand commerçant ; la maison possède une vieille porte qui donne sur le hammâm al-Qû‘a, et une autre en face du ḥûš Ṭabaqa. Elle date du début du xie siècle/[début du xviie] ».

190219. Zâ’id, Q. Nuṣayr (pl. 14 b).

191Toute la maison fut bâtie en 1381/1961-1962, comme l’atteste la date sculptée dans le plâtre du mafrağ, bâti en même temps que les étages inférieurs.

192223. ‘Alî Muḥsin Râğih, Q. al-H̱arrâz (phot. 30, 21, maison de gauche).

193D’après MMZ, elle « a été construite au temps de l’imâm al-Mutawakkil Qâsim b. Ḥusayn, [qui régna de 1128/1716 à 1139/1727] ou de son fils l’imâm al-Manṣûr Ḥusayn » [qui régna de 1139/1727 à 1161/1748], soit, dans les deux cas, la première moitié du xviiie s.

194224. Ḥusayn ‘Alî al-Ḥalâlî, Q. Bi’r al-‘Azab.

195Entourée de trois bâtiments possédant des mafrağ arḍî, cette grande maison fut construite vers 1920. Ḥusayn al-Ḥalâlî, originaire des Aḥlal dans le Bilâd Ans, était nâ’ib de l’imâm Aḥmad ; il fut tué durant les événements de 1948. La maison fut pendant les années 1970 et 1980 le siège de l’ambassade des États-Unis.

196226. ‘Asda, Q. ouest de la GM, non localisée.

197D’après MMZ, son encorbellement, taqdama, la ferait remonter à la première occupation ottomane.

198231. Emplacement du hawš Ṭabaqa.

199C’était là qu’autrefois étaient les écuries et le stationnement des ṭubûl ẖâna, sorte de groupe officiel de musique pour les manifestations du gouvernement. En 1992, le site était en cours de construction pour un centre de formation professionnelle.

200235. Girâfi (al-), Q. al-H̱arrâz.

201La date sculptée sur la porte, 1353/1934, est sans doute celle de toute la construction.

202245. B. Sinnayn (nom vers 1960, d’après MMZ).

203Son encorbellement soutenu par des poutres de bois, taqduma, la ferait remonter à la première occupation ottomane, seconde moitié du xe/xvie siècle.

204255. Ancien emplacement, dit-on, de dâr al-Gâmi‘, un palais construit par l’imâm al-Manṣûr Alî b. al-‘Abbâs.

Notes

1 Ce ministre est souvent cité dans ‘Amrî, 1405/1984, pp. 189-219.

2 Lewcock, 1983b, p. 488b ; plans et une coupe, fig. 22.9 pp. 470471 ; phot. 22.88 à 22.96, pp. 475-478.

3 Voir dans Amrî, 1405/1984, pp. 68-70, une étude sur le cadi Alî b. Ḥasan al-Akwa‘.

4 Phot. de cette porte dans Bonnenfant, 1987a, p. 108.

5 Lewcock, 1983b, p. 489, qui écrit vers 1978.

6 Râzî, 1974.

7 ‘Amrî, 1405/1984, p. 78. Bonnenfant, 1987a, p. 117 et notes afférentes.

8 Voir détails dans Bonnenfant, 1987a, p. 158.

9 Lewcock, 1983b, p. 488a. Sur un aïeul des Bilaylî, voir Ḥağrî, 1398/1978, pp. 21-22.

10 Ḥağrî, 1398/1978, p. 22, confirme qu’un cheikh Muḥammad al-Bilaylî mourut en 1314/1896-1897.

11 Photo Burchardt, K 320.

12 Lewcock, 1983b, p. 500, fig. 22.14, à dr.

13 ‘Amrî, 1405/1984, p. 80. Cette maison est ensuite citée p. 152, 288, 337.

14 Lewcock, 1983b, plans et une coupe à la fig. 22.9 pp. 470471 ; phot. 22.79 à 22.87, pp. 473475.

15 Voir l’index dans Bonnenfant, 1987a.

16 ‘Amrî, 1985, p. 27.

17 Ḥağrî, 1398/1978, p. 50.

18 Ḥağrî, 1398/1978, p. 50.

19 Voir phot. dans Bonnenfant, 1987a, p. 107.

20 Varanda, 1982, pp. 272-275.

21 D’après phot. 28,1.

22 Écrit vers 1978. Lewcock, 1983b, pp. 488489.

23 Lewcock, 1983b, p. 500, fig. 22.14, à g.

24 Plans à chaque niveau ; coupe N.-S. ; vue perspective des façades O. et S. ; vue perspective intérieure du dîwân du 2e étage, celui du kušk (plans aimablement prêtés par Abd Allâh al-ḥaḍramî, du GOPHCY).

25 Photo Burchardt, X 1846.

26 Voir phot. dans Bonnenfant, 1987a, pp. 30 et 112-114.

27 Lewcock, 1983b, pp. 487-488 ; phot. 22.131, p. 494.

28 Sur la famille al-Ǧirâfî, voir Amrî, 1405/1984, p. 71.

29 D’après la chronologie des imâms du Yémen dans le livre : Yaḥyâ b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim b. Muḥammad b. Alî, Ġâyat al-amânî fî aẖbâr al-qatr al-yamânî, p. 41. D’après le livre Ibn al-Amîr wa asri-hi, p. 89, il aurait cédé le pouvoir en 1127 à l'imâm al-Manṣûr al-Ḥusayn.

30 Lewcock, 1983b, plans à la p. 449, fig. 22.4 ; phot. 22.26 à 22.41, moins 22.32 et 22.33.

31 Rex Smith, 1983, pp. 64-66.

32 ‘Amrî, 1405/1984, p. 86, n. 2, qui cite les sources.

33 Scott, 1942, p. 149.

34 Scott, 1942, face p. 150.

35 Serjeant, 1983b, p. 91, 92, 98.

36 D’après une conversation avec Ronald Lewcock, que je remercie de ce renseignement. Voir dans Lewcock, 1983b, son plan aux divers niveaux, fig. 22.3, p. 446, et la photo de sa façade occidentale, phot. 22.19, p. 444.

37 Lewcock, 1983b, p. 489.

38 Lewcock, 1983b, p. 489 ; plans et coupes fig. 22.8, pp. 466-467 ; phot. 22.69 à 22.76, pp. 464- 469.

39 Lewcock, 1983b, p. 489 ; plans et une coupe à la fig. 22.9, pp. 470-471 ; phot. 22.98 à 22.100.

40 ‘Amrî, 1405/1984, p. 191.

41 ‘Amrî, 1405/1984, p. 199.

42 Lewcock, 1983b, p. 488 ; plan à la fig. 22.5, p. 454 ; phot. 22.43 à 22.52, pp. 453-457.

43 ‘Amrî, 1405/1984, p. 29, 31, 32, 63, 71. ‘Amrî cite aussi le wazîr Abd Allâh b. Aḥmad an-Nihmî, p. 108.

44 Lewcock, Serjeant, Rex Smith, 1983e, p. 361a.

45 Sur la famille al-‘Ansî, voir ‘Amrî, 1405/1984, pp. 107-109, 113, 210 ; voir aussi l’index sous Sa‘îd b. Ṣâlaḥ. ‘Amrî, 1985, index, p. 215.

46 Lewcock, 1983b, p. 488a, cite « Bayt Ṣarḥat al-Warḍî, près de bâb Su‘ûb, qui daterait du 9e/15e s. » : interrogé à ce sujet, Lewcock a dit qu’une erreur d’impression a mélangé nom de la place, ṣarḥat al- Wâdî, et nom de la maison, B. al-Ward.

47 Voir notice sur le premier ‘Ağamî dans ‘Amrî, 1405/1984, p. 70, n. 3, qui cite Ǧihâf, p. 118, et Zabâra, Našr al-Urf, pp. 202-204.

48 Lane, 1991, p. 77.

49 Serjeant, ‘Amrî, 1983, p. 144.

50 Serjeant, 1983b, p. 79b, n. 76.

51 ‘Amrî, 1405/1984, p. 218.

52 ‘Amrî, 1406/1986, p. 128.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter