Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 5. Hiérarchie et symbolique de la demeure

Chapitre 23. La symbolique de la demeure

Paul Bonnenfant

Texte intégral

Phot. 1. La couronne.
Ce motif, très fréquent sur les vitraux, mais présent aussi dans les stucs et dans les bois sculptés, évoque la coiffe de la mariée.

  • 1 C’est un fait constant, dans les arts islamiques dits « mineurs », que les mêmes motifs décoratifs (...)

1Les motifs décorant chacun des matériaux, pierre, brique, plâtre, vitrail et qaḍâḍ portent des noms montrant que les artisans de Sanaa ont puisé dans un même répertoire ornemental, que les décors soient figuratifs, végétaux ou géométriques. Nous les retrouvons sur d’autres objets de la vie domestique, comme les plateaux de cuivre, les narghilés ou les ceintures brodées : les artisans se sont à l’évidence inspirés les uns les autres1. L’unité d’inspiration entre décoration mobilière et immobilière contribue à ce sentiment d’harmonie et d’équilibre qu’on ressent en pénétrant dans les maisons de Sanaa.

2Aujourd’hui, la décoration joue souvent sur deux registres : à la décoration immobilière des sculptures dans les divers matériaux se superpose presque toujours une décoration mobilière composée de divers objets à valeur plus ou moins utilitaire ou symbolique, mis sur le marché par l’ouverture des frontières et l’augmentation de la circulation monétaire.

3Nos connaissances au sujet de la valeur symbolique des décors présentent certes des lacunes, mais les hypothèses que nous formulerons seront autant de pistes dans des recherches ultérieures. Nous pouvons néanmoins les ordonner selon quatre thèmes : la glorification du maître de maison, l’exaltation de la vie, la défense symbolique de la demeure et la sacralisation de la maison.

LA GLORIFICATION DU MAÎTRE DE MAISON

4Nous l’avons vu, les maîtres de maison sont soucieux de manifester leur « gloire ». Dans la maison, deux séries de décors ou d’objets exaltent deux vertus majeures : leur virilité et leur hospitalité.

Les vertus guerrières

5Il n’est guère de pièce de réception qui n’ait, suspendue en bonne place (phot. 10 et 32, 8), une ceinture brodée et un fourreau de poignard qui annoncent le statut social du maître de maison. Des fusils-mitrailleurs sont parfois disposés dans une niche de dîwân ; une carabine attend dans une embrasure de vitrail (pl. 22 a), ou un revolver suspendu par une lanière de cuir (phot. 83, 18).

  • 2 Bonnenfant, 1987 a, phot. 1, p. 8, et phot. 127, p. 159, en haut du kuSk.

6Le sabre associé à cinq étoiles était l’emblème de l’imâm avant la révolution de 1962 (phot. 41 et 45, 16). Il est peu utilisé, sauf pour les maisons princières ou apparentées de près à l’imâm. Nous le trouvons sculpté en relief dans la pierre, sur la façade méridionale de bayt cAbd al-Qâdir, n° 1 (phot. 37, 21), ou sur un des portails qui donnaient accès, à l’ouest, au jardin de bayt cAlî (phot. 2). Le même motif est exécuté en bois dans le portail (phot. 3) et le kušk de bayt bint al-Imâm, n° 92.

  • 3 Bernus-Taylor, 1989, p. 264, citant un texte non publié de Michaël Meinecke sur l’héraldique mamlû (...)
  • 4 Bonnenfant, 1987 a, phot. 1, p. 8, et phot. 127, p. 159.
  • 5 Bonnenfant, 1989, p. 141,227. Bonnenfant, 1987a, p. 139.

7Le lion compte parmi les animaux souvent représentés dans l’art musulman, comme emblème de gloire et de puissance. « Si le lion est le roi des animaux, l’aigle est celui des oiseaux, et tous deux évoquent l’idée de force et de victoire3. » A Sanaa, il orne de nombreuses maisons, dont bayt bint al-Imâm (phot. 3)4. Ce félin goguenard s’apparente plus à un aimable matou qu’à un fauve sanguinaire5 !

  • 6 Akwac, 1984, n° 106.

8L’aigle, vieux thème sud-arabique, est souvent repris actuellement comme emblème de la République yéménite : nous le trouvons sur d’innombrables vitraux (phot. 10-11), et exécuté en barres de métal soudées sur les tôles de portails métalliques. Le corbeau, gurâb, symbolise la vigilance et la circonspection6.

Phot. 2 et 3. L’emblème de l’imâm : le sabre entouré de cinq étoiles.
2. L’emblème de l’imâm, sculpté dans la pierre, orne ici un portail de bayt cAbbâs. n ° 39.
3. Dans une composition en miroir, le sabre et les cinq étoiles ornent la ğabha de la porte-guichet, au portail de bayt Bint al-Imâm. n ° 9. Au-dessus, sur la porte principale, ginaw, qu’on ouvre plus rarement, un félin en bois rapporté. Ordonnance habituelle d’un portail de Sanaa au milieu du xxe siècle.

L’hospitalité

  • 7 Pour les décrasser, nahb al-ma‘gûr, les femmes utilisaient autrefois un produit à base de craie do (...)

9De nombreux objets, sur les étagères de plâtre, relèvent de l’hospitalité (pl. 22 a, b). Ce sont des cafetières ou des théières, des aspersoirs à parfum, des brûle-parfum ou des crachoirs. Dans les maisons fortunées, leur teinte cuivre ou bronze allume des notes chaleureuses dans la pièce et répond aux taches de lumière que les vitraux jettent sur les murs. Les citadins soulignent leur importance : « Les gens sont fiers de leurs objets de cuivre, naḥâsîyât. Au temps où il n’y avait pas l’eau courante, les aiguières, ibrîq, étaient utilisées pour verser de l’eau sur les mains des hôtes, au-dessus de bassins en cuivre, dast. Ces objets étaient décorés, ils étaient signe de prospérité, ni cma, et d’aisance, yasâr. Aujourd’hui encore, les grands plateaux, ma'šara, sont l’objet d’astiquages soignés7. » Ils sont un élément essentiel du mobilier des pièces de réception (phot. 3 et 10, 8 ; 1, 22). On y pose les pipes à eau, parfois richement décorées, qui font partie des séances de qât. Leur nombre et leur qualité marquent la capacité du maître de maison à entretenir ensemble des invités nombreux, et de remplir, par conséquent, un devoir sacré, celui de l'hospitalité.

10Il en est de même des crachoirs, eux aussi indispensables pour les séances de qât, qui s’alignent en grand nombre sur les étagères. En aluminium ou en fer blanc dans les maisons modestes, ils sont en cuivre dans les « bonnes maisons », soigneusement astiqués et parfois protégés de petits tissus à pompons (phot. 13, 8). Les plus précieux d’entre eux portent des inscriptions ou sont incrustés de motifs en argent (pl. 23 d).

  • 8 Cf. aussi phot. 10, 8, 1er objet à gauche ; Bonnenfant, 1989, p. 65, les deux objets de gauche.

11Les aspersoirs à parfums, marass, au col allongé (phot. 3, 8 ; pl. 22 b)8 figurent toujours sur les étagères. Il existait autrefois à Sanaa des distilleries d'eau de rose, aujourd’hui disparues, car les parfums locaux sont de plus en plus remplacés par des eaux de toilette ou des parfums de France, utilisés directement dans leur flacon vaporisateur, preuve de leur authenticité aux yeux des visiteurs. Dans les années 1970, il suffisait qu’il y ait écrit « Paris » sur l’étiquette ; aujourd'hui, les plus grands noms des maisons françaises sont connus et appréciés. Après le repas, quand les convives se sont lavés les mains, on leur verse un peu de parfum dans les paumes, ils se passent les mains sur la nuque et les tempes pour s’en imprégner. C’est une manière d’honorer les hôtes, ikrâm aḍ-ḍayf.

12Il n’est guère de pièce de réception qui n’ait, en attente sur une étagère, un ou plusieurs brûle-parfum. Sa forme est celle d’une coupe montée sur un pied, mais les matériaux varient. Certains sont en bois protégé intérieurement du feu par une plaque de métal, et décorés extérieurement de clous de cuivre à tête ronde. D’autres, plus fréquents, ont la forme d’un calice en cuivre surmonté d’un dôme hémisphérique ajouré, soutenu par quatre montants (pl. 23 c). Quand on veut honorer des hôtes, on le charge de braises ardentes, on y dépose divers mélanges odoriférants, buẖûr. Une fumée pénétrante s’élève, et l’on fait circuler le brûloir parmi les hôtes, de la gauche vers la droite. Dans une sorte de recueillement, chaque visiteur imprègne ses vêtements de fumée odoriférante, en passant le brûloir à parfums sous le voile de tête ou les pans de la veste, un moment soulevés. Le prix des encens étant élevé, cet usage n’est pas quotidien, et réservé à certaines séances de qât, par exemple quand on reçoit des hôtes de marque, ou quand un musicien rehausse de sa présence une assemblée exceptionnelle. Les encensements sont nombreux pour les grandes occasions de la vie familiale : mariages, naissances, décès, circoncisions, et aussi certaines fêtes nouvelles comme le retour d’un émigré ou la réussite d’un jeune à un examen.

  • 9 Le même usage est signalé en milieu montagnard par Champault, 1985.

13On parfume parfois les habits avant de les revêtir, en les posant sur une sorte de cloche en vannerie de cinquante centimètres de hauteur environ, le mašqab. Le brûloir à parfums est glissé par-dessous et la fumée odoriférante embaume les vêtements. Des notables procèdent ainsi avant de paraître en public. Après les ablutions ou en sortant du ḥammâm, les femmes s’encensent en se mettant debout au-dessus du brûloir à parfums : la fumée imprègne leur corps et leurs robes9. Elles offrent aussi leurs cheveux et leur coiffure à l’arôme de la fumée.

Phot. 4-8. Aiguières, symboles du bon accueil.
4. Aiguière en bois sculpté en creux dans le panneau central en miḥrâb d'un volet de bayt al-Harnîsl n° 20.
5. Les heurtoirs, madaqqa, sont fréquemment décorés de motifs martelés au poinçon, dans lesquels on coule un peu de plomb ou d’étain, rassâs, ou de cuivre. Ici un motif d’aiguière, sur une porte du quartier Ma’ad.
6. Deux aiguières sculptées sur les panneaux en miḥrâb de la porte d’entrée de bayt at-Kibsî, n° 31. Un petit sceau de Salomon est inscrit dans la panse de chacune d’elle.
7. Aiguières en plâtre ornant les niches aveugles du mafrag de bayt Talhâ, n° 202.
8. Aiguières exécutées en briques saillantes et plâtre de part et d’autre d’un šubbâk, a bayt ar-Raḥḥûbî, n° 121.

14Les mélanges choisis pour embaumer les pièces, les hôtes ou les vêtements varient. Affaire de goût, de proportions entre les composants, affaire de budget aussi, car certains produits sont fort coûteux. Les mélanges sont à base des résines aromatiques qui ont fait autrefois la célébrité de l’Arabie, mais qui sont en grande partie aujourd’hui importées d’Asie : l’encens, al-lubân ; la myrrhe, al-mirr ; l’aloès, al-cûd al-hindî ; le benjoin, al-gâwî ; le mastic, al-mustakâ. On y ajoute des bois parfumés, tels les bois d’aloès et de santal, du musc, du sucre et des parfums comme l’eau de rose. Les recettes de Sanaa et d’Aden sont réputées. Dans ce port par exemple, on fabrique un mélange vendu en fragments de trois à quatre centimètres, durs, de couleur grise presque noire. Pour gagner un peu d’argent, certaines femmes de Sanaa achètent ces produits en gros et fabriquent des galettes couleur caramel ; elles les vendent ensuite aux marchands du souk des parfumeurs qui les revendent avec bénéfice.

Phot. 9. Le thème de l’oiseau.
Auvent, kunna, orné d’oiseaux découpés dans le bois, à bayt Bint al-Imâm, n ° 9.

15On parfume souvent l’eau destinée aux séances de qât, durant lesquelles on boit beaucoup. On chauffe un plat dans lequel on met à griller un mélange préparé à cet effet. La fumée qui s’exhale remplit un récipient que l’on retourne au-dessus du feu : elle condense sur les parois qui donneront à l’eau un goût parfumé, d’autant plus délicat que les produits sont raffinés, signe du rang social de la famille. De nombreuses villes font de ce mélange une spécialité. Celui de Sanaa a l’aspect d’un sucre en poudre jaune clair, composé de petits morceaux de bois de santal, de résine de lentisque et d’aloès, de clous de girofle, de cardamome, de sucre et d’une teinture.

  • 10 Cf. Desmet-Grégoire, 1989.

16Le café, ou son substitut yéménite, le qišr, décoction faite d’écorce de graines de café, est lié à tous les moments du bon accueil10. On n’utilise pas beaucoup au Yémen la cafetière d’Arabie, dalla, au moins aujourd’hui (phot. 76, 18, à g. et au centre). A-t-elle disparu récemment, concurrencée par d’autres objets ? L’usage de plus en plus répandu du thé a-t-il évincé la cafetière ? Ou bien n’a-t-elle jamais été un objet usuel de Sanaa ? Et qu’en est-il aussi des théières dont on voit parfois de jolis modèles sur les étagères ? Quoi qu’il en soit, cafetières et théières en cuivre ou en laiton sont concurrencées aujourd’hui par les bouteilles isolantes, tallâga, fabriquées en grande série dans l’Est asiatique.

  • 11 Comme d’autres objets domestiques en métal, l’aiguière donna lieu à des fabrications très élégante (...)

17Les aiguières, remplacées par les brocs en plastique, sont devenues rares (pl. 23 a)11. Mais il est toujours d’usage que le maître de maison, son fils ou un autre homme verse de l’eau sur les mains des hôtes, pour le rafraîchir et respecter les règles d’hygiène recommandées, à moins qu’il n’existe un lavabo

18Les beaux chandeliers en cuivre font également partie des objets que l’on pavoise, bien qu’ils ne soient plus guère utilisés aujourd’hui, sauf en cas de panne d’électricité (pl. 22 b). Il existe probablement une symbolique de la lumière à Sanaa, qu’il serait intéressant d’aborder dans des études ultérieures : que l’on pense au plateau couvert de bougies qui précède le marié dans le cortège de noce (pl. 24). Les vases de cuivre sont également assez nombreux, soit vides, soit munis de bouquets de fleurs en matière plastique, très goûtés depuis les années 1980 (pl. 22 b).

19Aux objets de l’hospitalité rangés dans la maison répond leur représentation dans divers matériaux.

20Des cafetières ou des aiguières figurent parfois sur des vitraux, comme à bayt bint al-Imâm (fig. 3). Sur la façade de bayt ar-Raḥḥûbî, n° 121, des aiguières sont exécutées en briques saillantes, fait exceptionnel dans ce matériau (phot. 8). On les trouve plus fréquemment en décors de plâtre plaqués sur les briques des façades, par exemple sur le mafraǧ de bayt Talhâ, n" 202 (phot. 7), ou à bayt M. (fig. 3, 14). Une cafetière orne le merlon central en pierre du portail de dâr aḏ-Ḏahab (fig. 2). Des cafetières sont aussi sculptées dans le bois de certaines portes, comme à bayt al-Kibsî, n° 31 (phot. 6), ou encore gravées au poinçon sur le heurtoir, madaqqa (phot. 5). Sur la porte de bayt Muṭahhar, n° 35, la pipe à eau accompagne la cafetière pour souhaiter la bienvenue aux visiteurs.

21A dâr al-Ḥagar, n° 100, des aiguières exécutées en relief ornent les lambris de qaḍâḍ, dans de nombreuses toilettes. Toujours sculptées en relief dans ce matériau, deux aiguières encadrant un aspersoir à parfum surmontent la première volée des escaliers de bayt al- Hamîsî, n° 20 : passée la porte intérieure du dihlîz, elles s’offrent aux yeux des visiteurs, à l’évidence signe de bon accueil. A part ces derniers exemples, il est souvent difficile de dire s’il s’agit de cafetières ou d’aiguières. A bayt az-Zabî, n° 148, une cafetière est accompagnée d’un bouquet et de mâ’šâ’ Allâh (fig. 1). L’artisan a réalisé la combinaison de trois motifs fréquents à Sanaa : la cafetière, signe d’hospitalité, le bouquet, symbole de la vie qui fleurit, et le recours à Dieu par l’invocation.

Phot. 10 et 11. Le motif de l’aigle.
Le motif de l’aigle, symbole de la République Arabe du Yémen, est très fréquent dans les vitraux de maisons nouvelles.
10. Noter l’arc segmentaire typique des constructions récentes.
11. Aigle décorant un vitrail à très bon marché. A gauche de la photo, noter le motif du šâqûṣ, à-demi palme, à-demi serpent.

L’EXALTATION DE LA VIE

Les oiseaux

  • 12 Les artisans ont pu être inspirés par les oiseaux, peut-être d’origine chrétienne, sculptés dans l (...)

22Les oiseaux peuplent fréquemment les décors de Sanaa12. C’est le cas par exemple à bayt Bint al-Imâm, sur une kunna, ou auvent qui court le long des façades, entre les baies et les vitraux (phot. 9). Aux angles des maisons, les kunna se terminent parfois en oiseaux plus grands, sculptés ou découpés dans les planches. Des portes d’entrée principales sont parfois décorées d’oiseaux sculptés en creux ou en relief, comme à bay Ibrâhîm, n° 23. Les solives supportant les šubbâk et les kušk, enfin, sont souvent découpées en motifs d’oiseaux. Nous avons vu dans le chapitre concernant le plâtre que des arcs sont surmontés de décors où fleurons et palmes s’épanouissent parfois en oiseaux suggérés ou clairement représentés, et que de nombreuses consoles d’étagères sont traitées en motifs d’oiseaux stylisés.

23Les petits oiseaux évoquent l’amitié et suggèrent l’accueil et la sociabilité. Ils font souvent partie de la vie quotidienne et de nombreuses familles possèdent une ou plusieurs cages, souvent posées sur des cantines métalliques de rangement. Dans le dîwân d’un maître maçon célèbre, une vingtaine d’oiseaux vivent en complète liberté, dormant sur les linteaux des fenêtres !

  • 13 Fehérvàri, 1976, n° 109 à 111, pl. 37, xie-xiiie s. Toujours en Iran, des oiseaux sont moulés sur (...)
  • 14 Voir Charritat, Pelletier, in Bernus-Taylor, 1989, pp. 91-110.
  • 15 Roux, 1977, p. 224 et 228, n° 509 et 520.
  • 16 Charritat, in Bernus-Taylor, 1989, pp. 100-101
  • 17 Bel, 1988, p. 215.

24Notons à ce propos qu’en Iran, plusieurs brûle-parfum en bronze ont une forme d’oiseau, qui est donc intimement associé à l’un des principaux gestes de l’hospitalité13. L’Inde moghole et l’Iran ont souvent représenté des oiseaux depuis cinq siècles, mais la Syrie, l’Espagne et l’Égypte nous offrent aussi des représentations plus anciennes14. En Tunisie, l’oiseau est un symbole bénéfique, et « anime nombre de contes, y incarnant l’idée de renaissance15 ». Il existe par ailleurs plusieurs pièces de vaisselle du xe ou du xie siècle, en provenance d’Iran oriental ou de Transoxiane, qui associent la représentation de l’oiseau à l’inscription « bénédiction », baraka, écrite soit sur le corps de l’oiseau, soit sur le pourtour de la coupe : l’oiseau est « vraisemblablement porteur d’une charge bénéfique [...] Dans les textes sacrés de l’Iran préislamique, l'oiseau symbolisait souvent chance et gloire. La fréquence avec laquelle on le retrouve, par la suite, associé à une formule de vœux en arabe semble indiquer qu’il a gardé la même connotation dans l’imaginaire des potiers musulmans16 ». Selon Bel, les oiseaux découpés perchés sur les lambrequins, à at-Tawîla, empêchent les djinns de pénétrer dans la maison17.

Phot. 12. Le serpent et l’oiseau.
Ils figurent dans un certain nombre de vitraux. Nous les voyons ici très stylisés dans un vitrail bon marché. Noter les colombes de bois reposant sur l’auvent, kunna.

  • 18 Finster, 1979 c, phot. 103 ; cf. aussi phot. 102a et b.

25Nous retrouvons, dans le Sanaa d’aujourd’hui, un thème d’un linteau du porche monumental, au temple préislamique de cAttar : celui des oiseaux perchés sur des épis qu’ils picorent. Ils s’opposent deux par deux, de part et d’autre d’une forme végétale qui suggère une fleur de lys d’où jailliraient des épis de sorgho. A la mosquée du vendredi de Ṣarḥa, dans la façade est, un oiseau picore une grappe de raisin, sur une pierre qui est sans doute un remploi d’origine préislamique18. Des oiseaux animent souvent le plâtre des façades, parfois le qaḍâḍ, comme à bayt al-Akwa‘, n° 95 (phot. 39, 20) ou bayt al-Akwa‘, n° 96 (phot. 22, 20).

Le paon

  • 19 Notons qu’en haut de la tenture est accroché un grand Coran dans un étui de tissu précieux. Sur to (...)

26Cet oiseau est souvent figuré sur de nombreuses images populaires représentant naïvement deux paons affrontés, queue déployée, de part et d’autre d’un bouquet. Ils existent également sur de grandes tentures de tissus aux couleurs vives, et c’est sous l’une d’elle, accrochée au mur d’un dîwân, qu’on installe en 1986 un jeune marié, quand il vient passer un moment avec ses amis pendant la nuit de noces19.

Phot. 13. Motif d’arbre-bouquet.
Il est exécuté ici en taille indienne sur un contrevent de bayt Fâẖir, n° 14.

  • 20 Seringe, 1988, p. 145.
  • 21 Sarre, 1901, pl. XLVII.
  • 22 Charritat, in Bernus-Taylor, 1989, p. 103.

27Le paon a dans l’islam chiite une valeur symbolique de résurrection ou de vie éternelle; de plus, son plumage ocellé protège peut-être contre le mauvais œil et la maladie20. Le bouquet ou l’arbre situé entre les paons est souvent considéré comme un symbole de l’arbre de vie. A la mosquée du cheikh Safî ad-Dîn d’Ardabîl, une niche est décorée d’un vase d’où jaillit un bouquet se développant en spirales ; deux paons encadrent le vase21. Sur un tissu de soie du xiie siècle, provenant d’Espagne, « deux grands paons de profil s’affrontent de part et d’autre d’un arbre de vie stylisé » ; ils sont associés à l’inscription « bénédiction parfaite », al-baraka al-kâmila22.

L’arbre et le bouquet

  • 23 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Arbre ».

28Le šaǧara est l’un des motifs les plus fréquents dans les arts du plâtre, du vitrail et du bois. Son sens premier est « l’arbre » (phot. 13-19). Ce motif suggère la prospérité du caféier ou du sorgho pour les uns, la saveur douce-amère du bourgeon de qât pour les autres ! Ce thème se rattache à la profonde symbolique de l’arbre, une des plus riches et des plus répandues : « L’arbre est le symbole de la régénération perpétuelle, et donc de la vie dans son sens dynamique. S’il est chargé de forces sacrées, c’est qu’il est vertical, qu’il pousse, qu’il perd ses feuilles et les récupère, et que, par conséquent, il se régénère : il meurt et renaît d’innombrables fois23. »

  • 24 Ocinum basilicum L, de la famille des Labiatae ; nombreuses variétés (Bâ Dayn, 1991, pp. 74-75 ; H (...)
  • 25 Ruta chalepensis L, de la famille des Rutacae Fleurentin et alii, 1983, p. 190. Hubaishi, Müller-H (...)
  • 26 La gubayra, Pulicaria jaubertii Gamal Eldin Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984), nommée littéraleme (...)
  • 27 L’habitude s’est aujourd’hui perdue pour les hommes de Sanaa.

29A Sanaa, le terme šaǧara désigne aussi le bouquet, plus souvent appelé šuqur ou mušqurî. Il n’est guère de maison yéménite qui n’ait quelques plantes spécialement cultivées dans des jardinets ou dans des poteries posées sur les terrasses des maisons (phot. 14). Ce sont surtout le rayhân, une variété de basilic24, du šadâb, une sorte de rue25, de la ǧubayra26, qui jouent un rôle important dans la vie quotidienne du Yémen. On en fait de petits bouquets, šuqur, mušqurî, que les hommes et les femmes portent glissés dans un pli de la coiffure (pl. 21 b)27. On y ajoute parfois des boutons de rose, ward, et une variété de géranium (?), cutrîya.

30Durant la nuit de noces, quand le marié se rend en procession vers la maison, il est précédé de bougies et de bouquets (pl. 24 a, b). Un chef de famille respectable, tout en montrant une photo du mariage de son fils, fait remarquer le mušqurî planté dans son turban d’apparat : « L’odeur de ces plantes est réputée éloigner les démons pendant la nuit. Pour moi, cette affirmation est vide de sens. Mais, dit-il en lançant un joyeux coup d’œil, quand les époux sentent le parfum des plantes, ils y vont ! » Les bouquets de plantes odoriférantes offerts par les visiteuses ornent en grand nombre la chambre de l’accouchée, et sont utilisés avec les fumigations pour éloigner les démons qui pourraient attenter à la vie de l’enfant, spécialement menacé dans cette période. Les bouquets sont également offerts à la mère durant les quarante jours qui suivent la naissance, notamment lors des réceptions festives qui ont lieu une quinzaine de jours après l’événement. Ils sont donc liés à tous les moments de la fécondité : noces, rapports sexuels et naissance.

  • 28 Akwac, 1984, n° 884 : Badala l-humhuma qurmuma.
  • 29 Dans le même sens, nous avons : Bacda Ihamâmî qunnâmî, « la morve après la tourterelle » (Akwa‘, 1 (...)

31Le basilic est un symbole de qualité et de beauté, comme la tourterelle : « Il a changé en morve le rameau de basilic28 », disent les femmes pour se moquer d’un homme qui remplace une belle épouse par une autre qui ne l’égale ni en beauté ni en bonté29.

32Les décors végétaux partout présents à Sanaa dans la décoration immobilière se relient étroitement aux vases et aux bouquets. Les uns et les autres exaltent symboliquement la fertilité des champs et la fécondité des femmes.

33Ils rappellent également les vergers que de nombreuses familles possèdent et apprécient dans les environs de Sanaa. A l’exception de membres de la famille princière, de notables ou de grands commerçants, les maisons de Sanaa sont dépourvues de jardins privatifs. Aux champs et vergers qui entourent la ville répondent les jardins urbains visibles de nombreuses maisons, mais où l’on ne se rend que par le regard, et les jardins sculptés du dîwân ou du mafraǧ. Les ornements à base de rinceaux et de fleurons, d’arbres et de palmes, de vases et de bouquets, recréent la nature dans les maisons tours de la capitale. Ils sont le support matériel du jardin intérieur qui fleurit dans les esprits durant la rêverie, pendant les séances de qât. L’esprit s’évade du bas-monde et, dans l’euphorie, se crée pour un temps une ébauche de paradis désigné par le même terme que le jardin. Celui-ci est un lieu clos, traversé de ruisseaux, il y chante des fontaines : c’est précisément l’image qu’offre un mafraǧ de rez-de-chaussée. Pour des citadins, les décors végétaux recréent à l’intérieur de la maison un jardin imaginaire, cher à l’art islamique, et lié dans la rêverie méditative aux promesses du Jardin-Paradis.

Fig. 1-3. Motifs d’aiguières.
1. Aiguière d’où jaillit un bouquet et dont la panse est décorée du calligramme Mâ sâ’ Allah.
2. Aiguière scultée en pierre au portail de dâr ad-Dahab.
3. Aiguière ornant un vitrail de bayt bint al-Imâm, n° 9.
Dessin: Guillemette Bonnenfant-Outrebon.

Les photos familiales

34A l’exaltation de la vie se raccordent les photographies de famille, très prisées depuis les années 1970, d’abord en noir et blanc, aujourd’hui en couleurs avec l’ouverture de plusieurs « studios » à cet effet dans les rues commerçantes. Les hommes de la famille, en pied ou en portrait, sont les plus représentés, avec les enfants (pl. 22 a) ; on voit moins les filles qui ne sont pas totalement absentes comme le sont les femmes de la maison. Les mosaïques de photos, jeunes et vieux rassemblés sous verre en divers formats, sont très goûtées aussi depuis 1980 : elles correspondent au développement de la photographie dans la population de la ville : on aime en offrir.

LA DÉFENSE SYMBOLIQUE DE LA DEMEURE

  • 30 Cf. par exemple Doutté, 1909, p. 317 sq.

35La plupart des objets prophylactiques habituellement employés en Afrique du Nord30 ne le sont pas au Yémen, ou très rarement : pas de queue de poissons, pas de peau de hérissons comme en Tunisie, très peu de main dite hamsa, si fréquente dans tout le Maghreb. Seules les cornes sont communes à l’Afrique du Nord et au Yémen. Les symboles de protection de la maison existent pourtant dans ce dernier pays, mais le registre est différent.

Le thème du serpent

SES REPRÉSENTATIONS

36Le thème du serpent, présent sous diverses formes dans la décoration de Sanaa, semble offrir une certaine originalité dans le domaine arabe.

  • 31 Voir aussi Bonnenfant, 1989, p. 218. Autres exemples qui ne sont pas illustrés ici : bayt ‘Aslân, (...)
  • 32 Voir ibid. p. 191, en haut. Ces serpents sont situés à environ 4 m du sol, au-dessus de la rue, au (...)

37Aux angles des façades, le serpent figure le plus souvent sous forme d’une mince tige ondoyante de fer forgé, mesurant de 50 à 60 cm de long, généralement située au niveau où les pierres cèdent la place à la brique cuite : c’est le cas par exemple à bayt al-Akwac, n° 3 (phot. 1, 21), à bayt al-Ḥaymî, n° 21 (phot. 23)31. Cette représentation est fréquente au Yémen : nous l’avons notée à Ḏamâr, à Rawḍat al-Ahgur, à al-Ḥaǧara et d’autres villages de montagne. Toujours à l’angle de deux façades, le serpent est parfois représenté en pierre : à bayt al-Bilaylî, trois d’entre eux sont sculptés en relief : les deux du haut sont allongés, celui du bas lové sur lui-même32.

38Dans d’autres cas, la représentation du serpent est liée à un seuil, porte ou portail. A dâr as-Sacâda par exemple, ancien palais de l’imâm construit en 1340/1921- 1922, il est sculpté de part et d’autre du portail de la cour, puis deux fois sur la façade principale, sous la forme d’un serpent enroulé sur lui-même. Le même motif existe sur les deux portails qui menaient à la demeure d’un des fils de l’imâm, bayt cAbbâs, (phot. 45,16). D’une forme moins évidente, deux serpents semblent également sculptés sur les merlons latéraux du portail extérieur de dâr ad-Dahab (fig. 4).

Phot. 14. Plantes odoriférantes.
Il n’est guère de maisons qui ne possède sur une terrasse un pot de basilic, rayḥân, et de rue, šaḏâb. Ces plantes odoriférantes protègent la maison contre les mauvais esprits et parfument la tête des époux.

Phot. 15-19. Le motif du bouquet et de l’arbre de vie.
15. Porte de petit placard en bois d’ébène incrustée de nacre, mafraǧ de bayt al-Bilaylî, n° 10.
16. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille arabe, naqs carbî, sur un volet de bayt al-Hamîsî, n° 20.
17. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille indienne, qasc hindi, sur une porte de manzar, à bayt al-Yamânî, n ° 54.
18. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille arabe, naqs carbî, sur un panneau du cénotaphe de la mosquée Abhar.
19. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en ivoire incrusté dans du bois, porte du manẓar de bayt aš-Šahârî, n ° 45.

Phot. 20-22. Le motif de médaillon fuselé et fleuronné, trunǧa.
20. Motif de trunǧa exécuté dans le plâtre, sous l'une des coupoles du portique précédant au sud la salle de prière, mosquée al-Bakîrîya, datant de 1298/1880.
21. Médaillon, trunǧa, exécuté en bois découpé à jour et rapporté sur un battant d’une porte, mosquée aṭ-Ṭalha.
22. Médaillon, trunǧa, ornant un panneau en double miḥrâb, porte de dîwân à bayt at-Tabâbdî, n°47.

Fig. 4-6. Motifs de serpents.
4. Serpent sculpté dans la pierre au portail de dâr ad-Dahab.
5. Serpent ornant un petit vitrail au-dessus d’un seuil intérieur.
6. Vitrail de facture rare associant des serpents et des mains.
Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon.

Fig. 7a-7c. Motifs de serpents et de bouquetins au temple préislamique d’al-cAttar.

39Nous le rencontrons également dans les lieux de passage et de transition de la maison, toujours sous forme d’un serpent lové sur lui-même, sculpté en relief dans le qaḍâḍ. Dans une maison de l’ancien quartier juif de Qâc al-Yahûd, il est situé dans le dihlîz, au ras du sol, juste à gauche de l’entrée quand on vient de la rue. A bayt al-Muḥibb cÀmir, n° 142, il est situé face à la première volée des escaliers, juste après la porte intérieure du dihlîz, sur sa droite (phot. 24). A bayt al-Akwac, n° 95, nous le trouvons au second étage, dans l’escalier, à droite de la porte d’accès à la ḥiǧra (phot. 26). Nous pouvons penser que sa représentation est associée aux lieux obscurs et à une symbolique du seuil : le serpent, puissance liée à la terre, symbole chthonien, protégerait la maison des agresseurs. Mais le serpent existe aussi en pleine lumière, toujours sculpté en relief dans le qaḍâḍ, par exemple sur le mur extérieur sud du mafraǧ de bayt al-cUbâdî, n° 61, comme sur la façade sud de bayt al-Yamanî, n° 52 : il est bien lié à la protection symbolique de la demeure, mais pas nécessairement aux lieux obscurs.

  • 33 Paccard, 1980, t. Il, p. 149, phot. des pp. 150-153.

40Il revient assez fréquemment dans les décors de stucs intérieurs, en bordure d’un encadrement de fenêtre ou de niche, sous une étagère ou en décor de miḥrâb, sur un mur aveugle : longue tige ondulante gravée d’écailles, qu’on pourrait prendre pour un décor végétal dans de nombreux cas (phot. 52, 18 ; 73, 18 ; 76, 18). Pourtant le doute n’est guère permis quand il se termine par une tête triangulaire précédée d’un rétrécissement, tête où sont gravés trois points : les deux yeux et le nez (phot. 47, 18). Pas de doute non plus sur la figuration du serpent dans un petit motif de Sâqûs en plâtre, bien que l’artisan ait ajouté une palme au reptile (phot. 11) : il a deux yeux et une fente figurant la bouche. A propos de ces représentations dans le plâtre, nous pouvons évoquer le «traditionnel ruban serpenté », précisément appelé « mhannach », qui figure sur les chapiteaux marocains33.

Phot. 23. Serpent en métal.
Les serpents figurent clairement à l’angle des maisons de notables. Bayt al-Ḥaymî, n°21.

Phot. 24-26. Serpents et quadrupèdes.
24. Serpent enroulé sur lui-même, bas de l’escalier de bayt al-Muhibb cÂmir, n° 142. Hauteur du diamètre vertical : 33 cm. Il est associé à de petits quadrupèdes cornus, réminiscences de bouquetins ?
25. Quadrupède cornu associé à un demi-fleuron inversé, escalier de bayt al-Akwac, n° 95.
26. Serpent enroulé sur lui-même, dans l’escalier de bayt al-Akwac, n° 95, à droite de la porte d’entrée dans la higra du second étage. Diamètre horizontal : 20 cm environ.

  • 34 Il est associé à un seuil, puisqu’il est situé au-dessus d’une porte menant de l’escalier à un app (...)

41Le serpent existe aussi en motif principal de vitrail, par exemple comme unique motif d’un petit vitrail, dans une maison privée (fig. 5)34. A bayt al-Kabûs, n° 134, il accompagne un oiseau (phot. 12). Le motif (fig. 6) associant des serpents à deux mains ouvertes, comparables à celles du Maghreb, est très rare à Sanaa. On voit aussi un serpent sculpté dans le plâtre, dans les bureaux de la centrale électrique de Sanaa. Nous l’avons observé inscrit dans un sceau de Salomon, à Qâc al-Yahûd.

42Quoi qu’il en soit, notons que le serpent est lié, comme le sceau de Salomon, aux seuils, au passage de l’extérieur à l’intérieur, comme s’il s’agissait d’interdire aux forces malfaisantes l’accès à la demeure.

43Un motif en forme de S ou de huit plus ou moins fermé est employé comme décor de claustra. Il est exécuté debout dans les petits volets de bois découpé à jour qui constituent l’une des fermetures-gigognes du šâqûṣ (phot. 27, 28) et sur certains vitraux (fig. 13 d. 19 : phot. 7). Nous le trouvons également, couché, dans d’assez nombreux vitraux (phot. 34, 19) et une grille de plâtre (phot. 16, 19). Un motif analogue décore la bordure en plâtre d’oculi superposés.

  • 35 L’ouroboros : « Serpent qui se mord la queue et symbolisant un cycle d’évolution refermée sur elle (...)

44Nous ne pouvons que nous interroger sur la signification symbolique de ce motif. Notons qu’il ne figure qu’en décor de claustra, bois, plâtre ou vitrail, ou associé à des oculi : serait-il une représentation symbolique du serpent, gardien d’un seuil entre l’extérieur et l’intérieur ? Peut-on y voir la forme d’un serpent retourné sur lui-même et se mordant la queue, à la manière d’un ouroboros double35 ? Ce serait aller trop loin : aucun document écrit ou oral ne nous permet d’aller jusque-là.

  • 36 Chelhod, 1973, p. 12, fig. 4.
  • 37 On les trouve dessinés dans Laoust-Chantreaux, 1990, pl. IX ; p. 50, fig. b, c, d ; pl. XXIX.

45Les serpents en briques sont présents sur d’innombrables maisons, soit dans des panneaux verticaux encadrant fenêtres et oculi (phot. 21, 27, 30, 34, 17 ; 29, 30), parfois sur des garde-fous de terrasses (phot. 30). On dessine sur les doigts de la mariée de Sanaa des motifs très proches de ceux-ci36. Les dessins sur les mains s’appellent naqš, comme les motifs décorant la maison en tous matériaux. En Kabylie, les motifs de chevrons superposés parsemés de points s’appellent « cou de serpent37 ».

Phot. 27 et 28. Le motif en forme de S, en bois découpé à jour.
Ce motif, assez fréquent dans tes bois découpés à jour des šubbâk, est souvent repris aujourd’hui dans les vitraux.
27. Šubbâk de bayt Fâẖir, n° 14.
28. Šubbâk de bayt aš-Šarafi, n° 71.

UN SYMBOLISME TRÈS ANCIEN AU YÉMEN

46Les habitants de Sanaa, interrogés sur la représentation du serpent, en donnent quatre interprétations qui, loin d’affaiblir la valeur du symbole, en montrent la richesse d’évocation.

47Pour les uns, il s’agit d’une protection contre les éclairs : des pièces de métal disposées aux angles des maisons attirent la foudre et l’empêchent de pénétrer dans les maisons. Le procédé est effectivement employé dans la montagne yéménite, notamment dans des villages du djebel Ḥarâz perchés sur leur piton.

  • 38 D’après Lewcock, 1983 b, p. 487 a, n. 40.

48Pour d’autres, par exemple le cadi Ismâil al-Akwac, la représentation du serpent est utilisée comme protection, comme talisman, ḥirz, contre les serpents vivants. Le serpent sculpté dans la pierre noire est malveillant, dit-on, mais celui qui est sculpté dans la pierre blanche est bienveillant38.

  • 39 En de nombreux pays, l’usage du sel est fréquent pour éloigner les génies.

49D’autres ajoutent que le serpent, ḥanaš, tucbân, est symbole de ulfa, de sadâqa, de tacâyuš : il évoque donc, comme le petit oiseau, la familiarité, l’amitié et la coexistence. Ce serpent vit dans la maison et pourtant ne fait de tort à personne ; c’est un familier, alîf, il ne nuit qu’aux gens de l’extérieur. Un autre informateur ajoute qu’il vit dans les lieux d’obscurité, là où il y a des saletés, comme la réserve de bois. Nous avons vu qu’à bayt G., une inscription à l’encre sur la porte d’une bergerie affirme que « dans ce ḥarr, il y a un serpent ». Pour se concilier les reptiles, certaines vieilles femmes aspergent la pièce de la décoction d’écorces de graines de café, qišr, mélangée à du sel39.

  • 40 Seringe, 1988, p. 98.
  • 41 Il est représenté par exemple sous les dieux lares, dans un laraire, maison des Vetii, Pompéi.
  • 42 Laoust-Chantreaux, 1990, p. 41.

50Il faut rapprocher cette pratique de l’usage grec antique : « Chez les Grecs, le serpent est surtout le génie tutélaire de la maison, Agathos Daimôn, c’est-à-dire une divinité salutaire, le démon favorable du foyer familial, à l’image duquel on fait une libation de vin pur à la fin du repas quotidien. Des reliefs présentent ce bon démon domestique sous forme de serpent40. » Si le vin n’est pas utilisé à Sanaa, le qišr en tiendrait la place : décoction d’écorce de graines de café, c’était une des boissons favorites des Yéménites jusqu’à l’avènement des eaux minérales et autres Pepsi. Rappelons également que dans l’Antiquité romaine, le serpent est représenté associé aux dieux lares : c’est un génie favorable vivant sous la maison qu’il protège41. En Kabylie, « on a conscience qu’ils [les « esprits » domestiques] s’incarnent parfois dans des animaux familiers et le plus souvent apparaissent sous l’aspect du serpent qu’on se garde toujours de tuer dans la maison42 ».

  • 43 Mookerjee, 1966, pl. 74, p. 114 ; pl. 88, p. 132 ; pl. 92, p. 137. Rawson, 1973, pl. 54, 56.

51Le serpent enroulé sur lui-même, dressant la tête comme à Sanaa, figure dans l’iconographie tantrique43. Très sommairement, il est le symbole de la force créatrice de l’univers : en sommeil dans chaque individu, elle peut s’éveiller avec des exercices appropriés et le conduire à la réalisation finale.

  • 44 Nous trouvons plusieurs représentations de serpents, reprises d’autres ouvrages, dans l’étude de : (...)
  • 45 D’après une conversation avec Christian Robin que nous remercions.
  • 46 Toutes les références au « temple des Banât ‘Ad d’as-Sawdâ’ » citées ici sont des commentaires d’u (...)
  • 47 Nous retrouvons ce motif de serpents enlacés dans l’iconographie tantrique: Rawson, 1973, pl. 40. (...)
  • 48 Otto-Dorn, 1959, Tafel 1, Abb. 2, « Drachenstein » aus Afyon : deux serpents enlacés entourent les (...)

52Dans l’Antiquité sud-arabe, le thème du serpent revient souvent44. Il était en particulier gravé sur les pierres et avait probablement valeur de protection de la maison où il était sculpté45. Dans la vallée du Ǧawf, non loin de la fameuse route de l’encens, plusieurs temples préislamiques dits des « Banât cAd », sont remarquables à ce sujet, notamment celui de cAttar46 : des centaines de serpents, finement gravés en pointillés, se dressent et s’enlacent deux par deux, tête inclinée47. Ils occupent des bandeaux verticaux qui ornent notamment les piliers de l’entrée monumentale (fig. 7 c). Certains décors de briques de Sanaa offrent une ressemblance évidente avec ces motifs préislamiques (phot. 27,17 ; 29), et plus encore quand le haut du motif de brique se recourbe comme la tête d’un des serpents enlacés du temple d’al-cAttar (fig. 12 a, 17 ; phot. 21 et 34, 17). L’art islamique a parfois utilisé le thème de deux serpents aux corps enlacés comme à Sanaa, mais en les représentant bouches affrontées48.

  • 49 Bonnenfant, 1989, p. 190.
  • 50 Seringe, 1988, p. 93.

53Dans l’art musulman du Yémen, une très belle représentation de serpents existe en briques sur le minaret de la mosquée de Zafâr-Dî Bîn49 : il s’agit de cobras dressés affrontés deux par deux, capuchon ouvert. « Dans l’art islamique, le serpent est un animal cyclique, symbole de mort et de résurrection50. » Dans la langue arabe classique, la même racine, HYY, associe les termes « serpent », ḥayya, « vie », ḥayât, et « Vivifiant », un des attributs de Dieu qui crée.

  • 51 Hamdânî/Faris, 1938.
  • 52 Râzî, 1974, pp. 203-204.
  • 53 Citée par Bidwell, 1983, p. 120b.

54Nous trouvons un serpent familier dans le livre al-Iklîl d’al-Hamdânî : il écrit à l’époque islamique, au xe siècle après J.-C., que les serpents de Nâcit et du mont Tanîn ne mordent pas, ou, s’ils le font, ne causent pas de dommage à ceux qu’ils ont atteints ; ailleurs, le poison est mortel. Il ajoute que la porte al-Misrâc, à Sanaa, avait deux pièces métalliques portant deux talismans. Les Qarmates se saisirent de l’un d’eux et l’effacèrent : il en résulta que Sanaa fut infestée de serpents. Mais comme ils n’avaient pas touché au second talisman, il n’y eut pas de dommage51. Un siècle plus tard, ar-Râzî, dans L’Histoire de la ville de Sanaa, raconte que Sanaa possède deux talismans contre les vipères et les serpents, de sorte qu’ils ne nuisent à presque personne : on n’a jamais entendu dire qu’une personne mordue en soit morte. La suite de son texte, peu claire, nomme les endroits où se trouvent ces talismans : l’un, de fer, à la porte al-Misrâc où travaillent les forgerons, l’autre, de cuivre, à la porte al-Kiâwarî52. Nous pouvons rapprocher ces données des légendes que rapporte Claudie Fayein sur bâb alYaman. Dans les années 1950, on lui disait que tout étranger entrant dans Sanaa pour la première fois doit passer par cette porte célèbre : les personnes méchantes ou les serpents ne peuvent la franchir53.

Phot. 29. Motif de serpents en briques.
Ils sont situés de part et d’autre des oculi superposés. Bayt as-Snaydâr, n° 199.

Phot. 30. Serpents en briques.
Peut-on voir de nombreux serpents dans les décors en briques de cette maison aujourd’hui détruite du quartier Zumar, notamment dans les niches du tigwâb ?
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K398. Cf. aussi K399.

  • 54 Sauvaget, 1930, pp. 228-229, fig. 24 et planche XXXVIII.
  • 55 Otto-Dorn, 1967, p. 176 et fig. 106.
  • 56 Hill, Golvin, 1976, phot. n° 497498.

55Des serpents sont représentés à la citadelle de Damas54 ; en Turquie, en relief de pierre salgûqide sur les murs de Konya, vers 122155 ; au Maroc, à la porte de la qasba des Udaya de Rabat56.

  • 57 Vers cités par Akwac, 1984, en commentaire du proverbe 3741 :

56Au Yémen, le serpent était enfin l’emblème des personnalités prêtes à risposter aux agressions. Aux figurations en pierre et en métal correspondent des vers de cUmâra al-Yamanî, où le serpent est assimilé à l’homme fort et puissant57.

57Les informations recueillies concordent à l’évidence pour évoquer l’idée d’un serpent, être ambivalent, à la fois dangereux pour les ennemis de la maison et familier pour ceux qu’elle abrite. Animal des lieux obscurs, être chthonien, sa présence est ambiguë, vitale et mortelle à la fois : il est familier aux gens de la maison, mais peut nuire aux gens de l’extérieur. Il est symbole de puissance des occupants, prêts à riposter à ceux qui les attaquent et à leur donner la mort. Il est intéressant de voir utilisé, dans la Sanaa du xxe siècle, un très ancien thème décoratif, chargé de signification symbolique.

Phot. 31. Les cornes de bouquetin
Aux angles des façades ou au sommet des mafrağ, les cornes de bouquetin constituent une protection de la maison et un symbole de la virilité de son propriétaire qui a su tuer le gibier. Les bouquetins ayant disparu, elles sont souvent remplacées aujourd’hui par des cornes de taureaux.

Les cornes

58Les cornes sont fréquentes dans le monde arabe, où elles sont en général fixées au-dessus de l’entrée principale de la maison, pour éloigner le mauvais œil. A Sanaa et ailleurs au Yémen, elles sont scellées aux angles des demeures de personnages importants, soit à mi-hauteur (phot. 31), soit aux angles supérieurs, près du tiǧwâb, ou encore aux angles du mafraǧ, quand il existe ; on les trouve également au centre du mur de long pan du mafraǧ.

  • 58 Bel (1988, p. 214) note le même usage à at-Ṭawîla.

59Appelées cornes de bouquetin, qurûn wa t, elles sont pour les habitants de Sanaa l’emblème du courage et de la virilité du propriétaire : il a su chasser le gibier qui les a fournies. Elles symbolisent aussi par extension la résistance des habitants de la maison à leurs agresseurs. D’une manière générale, elles constituent une protection contre les malheurs qui pourraient affecter la demeure, comme par exemple les tempêtes et les tremblements de terre. Pour certains enfin, leur fonction est d’effrayer les corbeaux, afin de les éloigner de la maison58. Depuis quelques années, on observe une multiplication des cornes, les cornes de taureaux remplaçant celles de bouquetins, impossibles à se procurer.

  • 59 Serjeant, 1976, p. 30 et pl. 4.
  • 60 Ibid., p. 67.
  • 61 Ibid., p. 68.
  • 62 Ibid., p. 97, n. 125.
  • 63 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, article « Corne ».

60Cette valeur symbolique des cornes peut être rapprochée d’usages pratiqués en d’autres circonstances. A Tarîm, dans le wâdî Hadramawt, lors d’une chasse collective à l’ibex, l’homme qui a tiré le premier coup ayant blessé l’animal obtient notamment le crâne et les cornes. Le crâne, comme celui du dromadaire, est placé sur un mur contre le mauvais œil ; quant aux cornes, elles sont placées aux angles supérieurs de la porte d’entrée pour montrer que le propriétaire est un grand chasseur, qanîs kabîr59. Ailleurs, les cornes d’un taureau sont associées aux pouvoirs magiques d’un saint60, et des chasseurs effectuent une procession avec une tête d’ibex au bout d’un pieu61. De toutes ces notations, il ressort à l’évidence que les cornes exaltent le courage et l’adresse des chasseurs, comme à Sanaa. Elles ont aussi un rôle de protection : Bahraq, écrivain du xv-xvie siècle, recommande aux femmes enceintes de suspendre sur elles une corne d’ibex pour faciliter l’accouchement62. Cette utilisation rejoint peut-être le symbole de fécondité qu’a la corne dans de nombreuses civilisations63.

  • 64 Serjeant, 1976, pp. 30-31.
  • 65 Roux, 1977, n° 1, p. 48. Stèle originaire de Mârib, ve s. av. J.-C. (Louvre (A.0.), DAO 18, dépôt (...)
  • 66 Philby, 1981, p. 116 ; elle date du ier siècle AD.
  • 67 Représenté in Philby, 1981, en regard de la p. 80.

61L’usage de cornes dans la décoration date de l’Antiquité yéménite64. Il existe probablement une liaison entre le motif des cornes et le vieux thème sud-arabique des bouquetins. Dans une grande stèle himyarite, une inscription est bordée latéralement de deux rangées de quatre mouflons superposés65. Des mouflons allongés, vus de profil, pattes repliées sous eux, ornent la bordure d’une stèle funéraire provenant de Saba66. Dans la même position, ils ornent en longues frises les linteaux successifs de l’entrée monumentale, au temple de cAttar ou de Harîbat Hamdân. Deux par deux, debout ou allongés, ils décorent aussi les piliers et constituent des intermèdes horizontaux aux serpents dressés (fig. 7 a-c). Une tête de mouflon figure sur un brûloir à encens en bronze, trouvé à Mârib et datant probablement du iiie s. avant J.-C.67. Dans tous ces cas, les cornes, principal attribut du mouflon, sont très valorisées par le sculpteur.

  • 68 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, article « Corne ». Seringe, 1988, pp. 391-392.

62Dans de très nombreuses civilisations anciennes (Chine, Inde, Israël, Grèce, Gaule par exemple), la corne était symbole de force et de puissance68.

  • 69 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

63Dans les tapis tissés d’Anatolie, les kilim, le motif dit « corne de bélier » offre de très nombreuses variantes et symbolise la fertilité, l’héroïsme, le pouvoir et la virilité69.

Cornaline, rosaces et polygones étoilés

64L’art yéménite, comme l’art de l’Islam en général, goûte beaucoup les décors géométriques, et particulièrement les polygones étoilés. Mais le remplissage floral au moyen de fleurons, de palmes et de rosettes leur enlève toute sécheresse.

LE MOTIF EN CORNALINE, cAQIQ

65Nous savons qu’un motif de vitrail porte le nom de cornaline, caqîq (fig. 7a-7e, 19).

  • 70 On en trouve à Ànis (Hammâm Alî, djebel aSSirq) et chez les Banî HuSayS. On en fait des perles de (...)
  • 71 Hell, 1960, El 2.

66Au Yémen, la cornaline fait encore aujourd’hui l’objet d’une extraction et d’un artisanat70. Produite et exportée du Yémen depuis l’Antiquité, on en fait des bagues et des sceaux dans de nombreux pays. « En tant que pierre médicale, on s’en servait comme remède contre les maux de dents, et la croyance populaire attribuait à la cornaline d’une bague à cachet la vertu de calmer le cœur [...] et d’arrêter l’hémorragie71. »

  • 72 Doutté, 1909, pp. 83-84, citant Al-Qazwinî, cAgâ’ib al-mahlûqât, en marge d’Al-Damîrî, Hayât alhay (...)

67« Celui qui porte certaine variété de cornaline particulièrement estimée reste calme au milieu des disputes ou des rires ; employée en éclats comme cure-dents, la cornaline blanchit les dents, empêche leur collet de saigner et adoucit l’haleine trop forte [...] ; calcinée, la cornaline guérit les maux d’yeux et les palpitations72. »

68Au Yémen, il arrive qu’un serpent soit représenté sur un type de cornaline, le fuṣṣ, plur. afṣâṣ, utilisée pour soigner les morsures de serpents ou les piqûres de scorpions : on pose la pierre sur la plaie et elle aspire le venin. On lave ensuite le fuṣṣ avec du laban, pour qu’il ne se casse pas.

  • 73 Doutté, op. cit., pp. 83-84.

69Ces renseignements fragmentaires nous permettent cependant d’émettre l’hypothèse que la cornaline pourrait avoir un rôle de protection de la maison, puisqu’elle guérit et protège des maladies. Elle joue peut-être aussi un rôle propitiatoire, car l’on attribue à Mahomet cette parole : « Celui qui porte en bague un sceau en cornaline ne cesse pas d’être dans la bénédiction et le bonheur73. »

LE SCEAU DE SALOMON

70Plâtriers et menuisiers apprécient la rosace qui se prête bien au décor des vitraux (fig. 10a-10f, 19) et des claustra de bois (phot. 6 et 7, 8). Elle est appelée zahra, mot qui désigne aussi la fleur, l’astre Vénus, et la chambre où s’installent les jeunes mariés, au faîte de la demeure... Lors d’un mariage, la nuit de noces a généralement lieu le soir du jeudi, qui fait déjà partie du vendredi, le jour de Vénus. Nous n’avons pu obtenir de renseignements sur la valeur symbolique des rosaces, mais elles sont conçues à partir d’un point focal qui centre l’attention, comme un diagramme de méditation ; évoquons à ce propos la Kacba, au centre de tous les cercles du ṭawâf.

71Un polygone étoilé connaît à Sanaa une faveur toute particulière : c’est le « sceau de Salomon ». Cette appellation traduit le terme, ẖâtam sulaymânî, utilisé dans la capitale pour désigner l’hexagramme au symbolisme profond et très largement répandu, même en dehors du monde musulman et juif : l’étoile à six branches, dite encore étoile de David. Ce thème décoratif est utilisé à Sanaa de diverses manières que nous rappellerons, pour évoquer ensuite le symbolisme du sceau dans diverses cultures, notamment dans l’Islam.

Fig. 8. Linteau de porte entre rue et dihlîz.
Il est orné de sceaux de Salomon et de décors cloutés. Bayt Muṭahhar, n ° 38.

Un motif très répandu

  • 74 Voir les tracés directeurs dans Saïd, Parman, 1976, chap. 3, p. 51, 55, 57.

72Graphiquement, le sceau de Salomon n’est pas difficile à réaliser. Il naît de la rosace à six pétales, que tous les écoliers savent dessiner à l’aide d’un compas. Quand on réunit les pointes deux à deux, on crée deux triangles équilatéraux inversés. L’art islamique en a tiré d’innombrables variantes74.

  • 75 Finster, 1982 c, phot. 78b.
  • 76 Ibid., phot. 113 a et b, 116.

73Au Yémen, nous trouvons le sceau de Salomon figuré dans les plafonds de la grande mosquée de Sanaa75 et de la mosquée de Ẓafâr76. Il est omniprésent dans l’architecture domestique et religieuse de Zabîd, soit en motifs de briques saillantes sur les façades de mosquées et de maisons ou sur les murs intérieurs des murabbac, soit dans la fine décoration de stuc à l’intérieur des pièces. Hors du Yémen, bornons-nous à donner quelques exemples dans l’architecture et dans les arts dits « mineurs ».

  • 77 Dimand, 1937, fig. 4, panneau de bois de teck, 2e moitié du viiie s.
  • 78 Herzfeld, 1923, p. 111, Abb. 168, Orn. 168 ; p. 112, Abb. 170, Orn. 170 ; p. 176, Abb. 245, Orn. 2 (...)

74Le sceau de Salomon est déjà présent à Takrît, au viiie siècle77 et dans les décors de Sâmarrâ78.

  • 79 Otto-Dorn, 1967, p. 107, fig. 56.
  • 80 Schlumberger, Sourdel-Thomine, 1978, pl. 131 d.

75Nous le trouvons fréquemment à partir du xie siècle dans le domaine des Ǧaznavides et des Grands Salǧûqides, par exemple sur la porte de bois du mausolée de Mahmûd à Gazna, vers 103079. Au Lashkari Bazar, il est à la base de trois « grilles utilisées pour les ajourements de surface dans les motifs de la salle VII80 ».

Phot. 32. Réseau de sceaux de Salomon et de croix fichées entrelacées.
Grille en bois découpé à jour, Subbâk de bayt al-Hûtî dans le bourg montagnard d’aš-Šagâdira ; œuvre exécutée dans les années 1930 par un maître artisan de Sanaa, Ahsan Qâsim al-Ustâ.

  • 81 Sarre, 1901, pl. LIV.
  • 82 Erdmann, 1963, abb. 29.

76Le monde ottoman l’a spécialement goûté, comme d’autres polygones étoilés. A la madrasa de Kara Tay, à Konya, sur le fond bleu intense de carreaux hexagonaux, se détachent en or des sceaux de Salomon ou des motifs floraux naissant de l’hexagramme « végétalisé81 ». Au sérail Topkapi d’Istanbul, des hexagones fleuris engendrent des réseaux de sceaux de Salomon82.

77Nous pourrions citer beaucoup d’autres exemples, de l’Inde musulmane au Maroc qui a fait un usage virtuose des polygones étoilés, notamment de l’étoile à six branches.

  • 83 Musée des Arts décoratifs, n° 4411.
  • 84 Kühnel, 1971, objet n° 90, et Tafel XCIX, 90 (A-F): « Sechs Belagplatten von einem kleineren môbe (...)
  • 85 Kühnel, 1927, p. 34, n° 3112, et Tafel 17 ; p. 86, n° 3094, et Tafel 50.
  • 86 Migeon, 1927,1.1, p. 271, fig. 98.
  • 87 Papadopoulo, 1976, p. 203, pl. 94.

78Le sceau de Salomon est également très représenté sur de nombreux objets créés par l’art islamique, par exemple sur un bassin en laiton ciselé et incrusté d’argent, originaire d’Irak ou de Syrie et daté de 650/1252-125383. La plupart des personnages des scènes de vie quotidienne (musique, chasse, agriculture) sculptées sur des objets d’ivoire fâtimides portent des tuniques décorées soit d’entrelacs à base de sceaux de Salomon, soit de rinceaux84. On le trouve également sur des étoffes85, sur un siège de marbre de style maghrébin-andalou86, au centre d’un composition dodécagonale, dans un plat aux entrelacs géométriques de Milet87.

79Le sceau de Salomon est également un symbole très répandu en dehors de l’aire islamique.

  • 88 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

80« L’étoile à six pointes, généralement connue sous le nom de “ sceau de Salomon ”, est utilisée pour symboliser l’utérus sur les figurines de déesses-mères. Il y a toujours une forme géométrique à l’intérieur de ces représentations anatoliennes du “ sceau ” : en particulier les symboles du ying et du yang. Elles sont également employées pour réduire l’effet du “mauvais regard88”. »

  • 89 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Hexagramme ».
  • 90 Rawson, 1973, pl. 55.
  • 91 Ibid., phot. 104 des « commentaires illustrés », p. 123.
  • 92 Mookerjee, 1966, pl. 50, p. 77; pl. 51, p. 78, Rama Yantra.
  • 93 Ibid., pl. 74, p. 114 ; pl. 92, p. 137.

81« La tradition indienne y voit l’union de Çiva et de la Shakti, autrement dit la hiérogamie fondamentale89 ». Dans l’iconographie tantrique, le sceau de Salomon est utilisé, dans les représentations du corps subtil, pour symboliser le çakra de la gorge ou celui du cœur90. Nous le trouvons soit comme motif principal de nombreux diagrammes de méditation91, soit au centre du yantra92. Dans d’autres représentations, on l’associe notamment au serpent lové sur lui-même, tel que nous le rencontrons à Sanaa (phot. 24, 26)93.

  • 94 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Sceau (de Salomon) »
  • 95 Ibid., article « Hexagramme ».

82A la suite du tantrisme, certains alchimistes européens y voyaient le signe de l’homme s’efforçant d’unifier en son être des forces antagonistes. « Véritable somme de la pensée hermétique », son importance symbolique est considérable : il réunit en un seul hexagramme les quatre éléments de l’univers, le feu et l’eau, l’air et la terre ; il combine le chaud et le froid, le sec et l’humide. Il réunit les sept métaux de base et les «sept planètes qui résument la totalité du ciel ». Il apparaît « comme la synthèse des opposés et l’expression de l’unité cosmique ». « La réduction du multiple à l’un, de l’imparfait au parfait [...] s’exprime dans le sceau de Salomon94. » « En termes psychologiques, pour l’école jungienne, cette union des contraires symbolise l’union du monde personnel et temporel du Moi avec le monde non personnel, intemporel du non-Moi95. » Dans le sceau de Salomon se nouent des traditions de l’Inde ancienne, du monde juif et de l’Occident chrétien.

Phot. 34 et 35. Réseaux de sceaux de Salomon et d’hexagones circonscrivant des rosettes.
34. Le réseau est exécuté en « sculpture arabe », naqš carbî, dans laquelle la section du motif est rectangulaire.
35. Le réseau est exécuté en « sculpture indienne », naqš hindî, qas‘ hindî, dans laquelle la section du motif est oblique.

Le sceau de Salomon dans les légendes musulmanes

  • 96 Doutté, 1909, p. 83.
  • 97 Ibid., pp. 155-156.

83« Le mot khâtem a fini par désigner les bagues d’une façon générale, précise Edmond Doutté, mais en magie il conserve le sens de signe et désigne les divers dessins auxquels on attribue un pouvoir surnaturel96. » Le sceau de Salomon est l’un des sept signes, sabca hawâtim, « qui renferment des versets du Pentateuque, de l’Évangile et du Coran, au dire d’El Boûnî qui s’étend longuement sur leurs propriétés merveilleuses [...]. Les musulmans l’ont certainement emprunté aux Juifs, chez lesquels il joue un rôle très important dans la talismanique97. »

  • 98 Le Coran, sour. XXI, v. 81-82 ; sour. XXXIV, v. 12-13 ; sour. XXVII, vers. 16-18 ; sour. XXXVIII, (...)
  • 99 Doutté, 1909, p. 157, cite « Tha‘alabi, Qiças el ‘Anbiya [Le Caire, 1314], pp. 181-183 ; Ibn Iyâs, (...)

84Dans le Coran, le personnage de Salomon est cité à de nombreuses reprises. Les vents lui sont soumis, ainsi que les démons et les djinns, dont il est le chef : ils sont forcés de travailler à son gré98. Il apparaît aussi dans diverses légendes liées au sceau99. L’une d’elle montre que les djinns, en Arabie du Sud comme en dans d’autres pays arabes, sont liés aux opérations de construction. Salomon commande en effet à Zawba a, le chef des djinns du Sud, de servir sans réserve Dû Batac, l’époux de la reine Bilqîs convertie à l’Islam, dans ses œuvres de construction de palais.

  • 100 Walker J. Article : « Sulaimân ». EI 1, t. IV. Voir aussi : Allan J., article : » Khâtam ». E12, t (...)
  • 101 Doutté, 1909, p. 157.

85Les légendes populaires font de Salomon un grand magicien. « Son pouvoir magique lui venait d’un anneau-talisman gravé au “plus grand nom” de Dieu [...]. Il reçut son pouvoir sur les vents, l’eau, les démons et les animaux des mains des quatre anges gardiens chargés de ces sphères. Chacun lui donna une pierre précieuse qu’il plaça dans un anneau fait de bronze et de fer [...]. Le sceau de Salomon est un talisman courant en forme d’étoile à six pointes100. » « Les signes gravés sur le sceau de Salomon renfermaient le “grand nom” de Dieu, comme ceux qui étaient gravés sur le cœur d’Adam, dit El Boüni (II, p. 70)101.  »

  • 102 Ibid., p. 157.

86« Salomon portait cette figure gravée sur une bague qu’il ne quittait que lorsqu’il y était obligé : alors il la remettait à quelqu'un de sûr. [... ] Pour le punir d’avoir laissé introduire une idole dans son palais, Dieu permit qu’un diable volât par ruse le sceau à Salomon : celui-ci perdit aussitôt son pouvoir ; enfin, après de longues épreuves, il retrouva l’anneau dans le ventre d’un poisson102. » De nos jours encore, le dauphin saute et plonge sans cesse à la surface de l’eau, selon une croyance populaire yéménite, parce qu’il est toujours à la recherche du sceau de Salomon. Une sorte d’interdit sacré harâm ! concerne sa pêche, et nombre de marins croient que, s’ils tombent à l’eau, un dauphin les portera sur son dos jusqu’au rivage.

  • 103 Cf. Ullendorff, 1960, p. 1256. D'après Philby, 1981, chap. 1, « The Bible Record », la reine de Sa (...)
  • 104 Voir Ullendorf, 1960, p. 1256.
  • 105 Zafrani, 1986, p. 154.

87Au Yémen, l’évocation du roi Salomon possède une résonance particulière : c’est à lui que rendit visite la reine de Saba, la célèbre Bilqis, souveraine du royaume dont le souvenir est l’une des gloires du patrimoine yéménite103, et c’est lui qu’elle épousa. La reine fut l’occasion pour le roi de manifester une fois de plus son pouvoir sur les démons104. Dans le Zohar, le roi Salomon possède une technique efficace de sorcellerie « qu’il tenait du grand maître de la cohorte des démons et des mauvais génies » et « qu’il semble avoir enseignée à la reine de Saba105 ».

  • 106 Doutté, 1909, p. 157.
  • 107 Pour l’Ethiopie, voir Cohen, 1985. Pour les Comores, voir Blanchy, Saïd, 1990.

88En Afrique du Nord, « le sceau de Salomon est extrêmement populaire [...]: on le porte en amulette et surtout on le dessine sur les portes des demeures ; beaucoup de personnages l’adoptent comme cachet106 ». En Ethiopie et aux Comores, la mention de Salomon revient dans des charmes107. Au Yémen comme au Maghreb, diverses formules sont écrites sur un feuillet qui est plié, inséré dans un sachet et porté sur soi comme une amulette. Certains feuillets sont écrits par des personnages locaux, d’autres achetés tout imprimés. Parmi ces derniers, deux étaient en vente dans le marché central de Sanaa en 1990 : l’un est AlgawSan al-kabîr, « Le Grand Bouclier », petit livre qui contient divers textes coraniques et des textes se rapportant à la tradition calide qui prévaut à Sanaa ; l’autre est l’amulette des « sept pactes ».

L’amulette des « sept pactes » à Sanaa

  • 108 Doutté, 1909, p. 112 sq.

89On trouve en vente, dans les souks de Sanaa, un document imprimé en Inde, à Delhi (fig. 9), comparable à celui que cite Doutté, « l’Amulette des sept pactes108 ». Il se présente en cinq colonnes évoquant le fut d’un minaret où s’entremêlent des versets du Coran et des signes ésotériques (carrés magiques contenant chiffres ou lettres, les sept sceaux scellant les sept pactes). Le fût du « minaret » est lui-même bordé de nombreux versets du Coran, qui entourent les divers carrés magiques ou sceaux et manifestent la volonté de le rattacher à l’Islam orthodoxe. Le talisman commence à droite, en haut du minaret. On y trouve successivement :

90a. Dans deux petits minarets encadrant une coupole, la profession de foi musulmane mêlée à des carrés magiques.

  • 109 D’après une conversation avec al-Mahdî Amîn al-Falakî, astrologue yéménite réputé, vivant non loin (...)

91b. Les sept signes que nous trouverons plus loin au centre des sept sceaux, et qui à eux sept constituent le sceau de Salomon109.

92c. Quatre tableaux.

  • 110 Doutté, 1909, pp. 192-193.
  • 111 Graefe, 1965.

93Le premier, l’un des « carrés magiques » les plus célèbres110, est composé de quatre cases sur quatre. Il donne les lettres bâ', dâl, wâw et hâ’ dans divers ordres et forme le mot magique Budûh. « La croyance populaire a fait de Budûh un djinnî dont on peut s’assurer les services en écrivant son nom soit en toutes lettres, soit en chiffres. [...] Les usages de ce mot sont très variés pour invoquer à la fois la chance et le mauvais sort111. » Chaque ligne et chaque colonne se prolongent en tous sens par une case supplémentaire où est inscrit Allah.

  • 112 Doutté, 1909, pp. 192-193.
  • 113 Dans un talisman reproduit par Doutté, 1909, p. 164, les noms des califes sont associés aux noms d (...)
  • 114 Toujours de haut en bas et de droite à gauche.
  • 115 Voir ces talismans in Doutté, 1909, p. 164, 168, 245, 251, 270, 391.

94Le tableau n° 2 contient un carré magique de trois cases sur trois contenant, de haut en bas et de droite à gauche, les lettres bâ', ta', dâl ; za, hâ’, gîm ; wâw, alîf, hâ ’. Il s’agit d’un carré du type wafk : si l’on prend la valeur numérique des lettres selon l'abgad, on constate que le carré central donne la somme de 15 dans tous les sens. Par exemple : bâ’ 2 + tâ’ 9 + dâl 4 = 15. Si on ne prend que les lettres à valeur paire, nous retrouvons le mot Budûh du premier tableau112. Les côtés du carré se prolongent, dessinant huit cases. La case centrale supérieure porte les noms d’Allâh, Muhammad, et du premier calife, Abû Bakr. Les trois autres califes sont nommés dans les prolongements du carré : cUmar, cUtmân, cAli. Les noms des quatre premiers califes sont fréquents dans la fabrication des talismans113. Dans les angles sont écrits Gibra’îl, Mîkâïl, Isrâfïl, cAzrâ’îl, noms des archanges114, qui reviennent dans la fabrication de nombreuses amulettes115.

  • 116 Toujours de haut en bas et de droite à gauche.

95Le tableau n° 3 est un carré magique de cinq cases sur cinq. Chaque ligne et chaque colonnne contient les cinq mêmes lettres, kâf, hâ ’, yâ;c'ayn, sâd, dans le même ordre, mais en commençant par une lettre différente, ce qui les décale116. Ce sont les lettres mystérieuses qui commencent la sourate XIX ; on leur attribue un pouvoir extraordinaire et la magie les a beaucoup utilisées. Les côtés du carré se prolongent, dessinant huit cases. La case centrale supérieure porte Allah et Kâfi ; les trois autres cases contiennent, Talha, azZubayr, Samad. Dans les angles sont écrits des noms : Sa‘d, Sacîd, cAbd arRahmân, cÀmir b. al-Garâh.

96Le tableau n° 4 est construit comme le troisième, avec les lettres : hâ’, cayn, sîn, qâf. Ce sont les lettres mystérieuses qui commencent la sourate XLII, et qui sont également très employées en magie. Les attributs de Dieu sont Hafiz, Qâdir, Qadîr, Salâm. Les angles contiennent : cAbd Allah b. cAbbâs, cAbd Allah b. Salâm, cAbd Allah b. Masûd, cAbd Allâh b. cUmar.

97d. Puis un texte explique le contenu de ce « puissant talisman » : les septs pactes de Salomon ; les versets de la protection, âyât al-hifz, qui protègent sur terre et en mer, en voyage ou en séjour ; les versets de la guérison, âyât aS-Sifâ utiles contre les maladies ; les septs versets sauveurs, al-âyât al-mungîya, contre les malheurs, la méchanceté des ennemis, l’envie des envieux, la calomnie des calomnieurs ; les versets de la conquête, âyât al-fath, utiles dans toutes les entreprises de profit, de vente ou d’achat, utiles aussi pour épouser une fille « mise en réserve » ; les versets de [...], âyât al-[...]; les versets de la victoire, âyât an-nasr ; et enfin les versets de la rédaction, âyât at-ta ’lîf.

  • 117 « C’est-à-dire je l’empêche de se marier ».

98e. Viennent ensuite les sept pactes, conclus à l’occasion de la rencontre de Salomon avec une vieille femme, Umm as-Sibyân, « la bouche ouverte vomissant du feu », semeuse à travers le monde de malheurs en tous genres. Elle représente tout ce qui menace l’être humain, et ses œuvres sont effarantes. Salomon la questionne : « Je m’appelle “Mère des enfants”, répond-elle [...]. Je noue les matrices des femmes. Je fais périr les enfants, sans qu’on me reconnaisse, ô Prophète de Dieu. Je stérilise les entrailles des femmes et je les empêche de devenir enceintes, en fermant leur matrice. Je vais vers la femme qui vient de concevoir, je souffle sur elle, je lui fais faire une fausse couche et je la rends stérile. Je vais vers la fiancée, je noue les pans de son vêtement117 et je porte malheur aux jeunes époux. Ensuite je vais vers l’homme, je bois son sperme épais et je ne lui laisse qu’une liqueur sans force et sans épaisseur qui ne féconde point. Puis je vais vers le commerçant, je m’oppose à ses ventes et il ne fait pas de profit. J’entre ensuite dans les terres labourées, j’arrache la semence et elle ne germe pas. Je vais vers les enfants, je jette sur eux une fièvre ardente et des douleurs cruelles et leurs nerfs se convulsent. »

99Après avoir maîtrisé la créature, Salomon lui fait prononcer sept promesses. Chacune d’elles est scellée par l’un des sept signes composant l’ensemble du sceau de Salomon, contenu dans une figure composée de trois cercles concentriques, le plus grand étant inscrit dans un carré. Dans les angles de celui-ci est répété quatre fois un attribut de Dieu, dont on retrouve ensuite huit fois les initiales dans le cercle moyen. Huit signes sont situés dans le cercle extérieur.

100Première promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque portera sur lui ces pactes, ni de jour ni de nuit, ni en voyage ni en ville, ni sur terre ni en mer, ni dans la veille ni dans le sommeil. Dieu est garant de ce que je dis, et en voici le sceau. » Dans le dessin de celui-ci, l’attribut de Dieu est Fard, Unique, et le signe central une étoile à cinq branches.

101Deuxième promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque aura suspendu sur lui ces pactes, ni dans sa chair ni dans ses os, ni dans ses cheveux ni dans [...], ni dans son sang ni dans le reste de son corps, tant que les cieux seront élevés et la terre étendue. Dieu est garant de ce que je dis, et en voici le sceau. » Dans le dessin, l’attribut de Dieu est Gabbâr, Tout-Puissant, et le cercle intérieur contient trois lignes verticales surmontées d’une ligne horizontale comparable à un madda de l’écriture arabe.

Fig. 9. Le talisman des « sept pactes de Salomon ».

102Troisième promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque portera sur lui ces promesses, ni dans ses biens ni dans sa famille, ni dans ses voyages ni dans ses séjours, ni dans la solitude ni en public. Dieu est garant... » Dans le sceau, l’attribut de Dieu est Sakkûr, le Reconnaissant, et le signe central est la lettre arabe mîm.

103Quatrième promesse. «Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque suspendra sur lui ces pactes, ni quand il mange ni quand il boit, ni quand il est [...] ni quand il est assis, tant que les corps célestes tourneront. Dieu est garant... » L’attribut de Dieu écrit dans le sceau est Tâbit, l’inébranlable. Le signe central est composé de deux barres verticales et de deux barres horizontales légèrement inclinées vers la gauche.

104Cinquième promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque pendra sur lui ces pactes, ni dans sa joie ni dans sa tristesse, ni dans ses paroles ni dans ses silences. Dieu est garant... » Le cinquième sceau porte le nom de Zahîr, l’Apparent, et quatre barres verticales à l’intérieur du petit cercle.

105Sixième promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque aura accroché sur lui ces pactes, ni dans le rire ni dans le jeu, ni dans le mouvement ni dans l’immobilité. Dieu est garant... » Le sixième sceau porte le nom de Habîr, le Connaissant, et la lettre arabe ’ dans le cercle central.

106Septième promesse. « Au nom de Dieu [...], je n’approcherai pas quiconque aura accroché sur lui ces pactes, ni [...]. »

107Le septième sceau porte le nom de Zakl, le Pur, et en son centre un signe évoquant la lettre wâw très refermée ou un serpent en forme de O.

  • 118 Doutté, op. cit.. p. 154.
  • 119 D’après Doutté (1909, pp. 159-161), les sawâqit al-fâtiha sont « les seules lettres de l’alphabet (...)

108Les sept sceaux, sabca hawâtim, sont très connus de la magie musulmane. Nous les retrouvons dans la ligne supérieure d’un tableau118 où des correspondances précises existent : chacun des éléments du tableau est relié à tous ceux de la même colonne. La seconde ligne porte sept lettres, les sawâqit al-fâtiha119, qui sont les initiales des sept attributs de Dieu mentionnés dans les angles des carrés délimitant nos sept sceaux : Fard, Gabbâr, Sakkûr, Tâbit, Zahîr, Habîr et Zakî. La quatrième ligne donne sept mots dans lesquels on reconnaît les noms transformés d’esprits célestes ; quatre d’entre eux, les archanges, figurent dans les angles du second tableau de notre talisman :

109Gibrayl, Isrâfîl, cAzrâ’îl, Mîkâïl. La cinquième ligne nomme les sept rois des génies. Les lignes six et sept donnent les jours de la semaine et les astres qui leur correspondent : dimanche (Sams, Soleil), lundi (qamar; Lune), mardi (Mirrîh, Mars), mercredi (Utârid, Mercure), jeudi (MuStarî, Jupiter), vendredi (Zahra, Vénus), samedi (Zuhal, Saturne).

  • 120 Voir d’autres références sur Umm as-Sibyân in Piamenta, 1990, p. 12b.

110Les malheurs que sème Umm as-Sibyân, appelée par antiphrase « mère des enfants » concernent presque tous, d’une manière ou d’une autre, la continuité de la lignée120. Ils risquent tous de causer une rupture entre l’ascendance et la descendance, que ce soit par la stérilité de la femme, l’impuissance du mari, les avortements spontanés ou la mortalité infantile. Ils menacent la maisonnée dans ce qu’elle a de plus fondamental, sa reproduction physiologique et ses moyens de subsistance, l’agriculture et l’échange. Contre ces malheurs insignes, le talisman des sept pactes, dont il est précisé en bas qu’il est « extrait des livres authentiques », rassemble divers composants. Les versets du Coran, les noms de Dieu et du Prophète, les noms des premiers califes et ceux des archanges constituent des éléments religieux orthodoxes. Les sawâqit al-Fâtiha sont des lettres du Coran, mais on en fait déjà une interprétation ésotérique. D’autres éléments, enfin, sont magiques et, par leur relation aux sept sceaux, manifestent la relation de Salomon au Divin et son pouvoir sur le cosmos : anges et génies, espace et temps.

Matériaux et emplacements

111En dehors de Dieu et de Muhammad, il ne peut donc exister de meilleur protecteur de la maison que Salomon. Maître des vents, il la protège des calamités naturelles. Maître des djinns et démons, son sceau établit la maison qu’il décore comme un « gouvernorat » de sa royauté, ce qui éloigne les esprits malfaisants.

112Il existe quelques exemples de sculpture du sceau de Salomon dans la pierre. Au-dessus du portail, à bayt Gamdân, n° 78, il est associé à la date de construction d’une partie de la maison, 1351/1932-1933. A bayt cAslân, n° 101, le nom d’Allâh y est inscrit ; un récipient, sans doute un aspersoir à parfum, le sur-monte (phot. 33). Sur d’autres maisons, il figure en assemblage de pierres polychromes triangulaires (phot. 53, 16 ; pl. 9 b). C’est par exemple le cas à bayt as-Sarafî, n° 71, sur la façade, de part et d’autre de la porte extérieure du dihlîz.

113Nous le trouvons exécuté en briques saillantes sur les façades de très nombreuses maisons (phot. 14, 17). Son emplacement est toujours associé à des baies, des lieux d’observation, des orifices : entre deux fenêtres, comme à bayt al-cAnsî (phot. 6, 21), bayt as-Sâmî (phot. 8, 21) ou bayt Sarî (phot. 46, 17), sous un oculus ou un vitrail, à la place d’une fenêtre (phot. 19 et 28 ; 17 ; 17, 21), ou à proximité d’un Subbâk, dans un tigwâb (phot. 11, 16 ; 32, 18).

  • 121 Bonnenfant, 1987a: voir au glossaire, sous hâtim sulaymânî.

114Dans le bois, il est traité de diverses manières121 :

  • Sur les couvre-joints de certaines portes de la grande mosquée122.
  • Sur les panneaux de portes intérieures (phot. 16, 8, haut).
  • Au-dessus d’entrées principales : à bayt al-Akwac, n° 3, par exemple, trois sceaux de Salomon gravés ornent le bois du linteau massif.
  • Il donne naissance à des entrelacs de nacre incrustée, sur une porte de bayt al-Yamânî, n° 53123.
  • Sceaux de Salomon et hexagones s’associent en réseaux qu’adoucissent des rosettes (phot. 34, 35).
  • Il est découpé à jour, dans les grilles de Subbâk ou de kuSk (phot. 32) et figure sur les volets de bois des fenêtres et moucharabiehs, comme à bayt Sarîc, n° 43.
  • Il se combine aussi avec d’autres motifs décoratifs, comme sur la porte de bayt al-Kibsî, n° 31 : les deux miḥrâb124 sont ornés de cafetières ou d’aiguières où sont inscrits de petits sceaux de Salomon (phot. 6). Il en est de même à bayt Muṭahhar, n° 35125
  • Nous le trouvons exécuté en lattes de métal, par exemple au seuil de bayt Muṭahhar, n° 38 (fig. 8). Il en existe beaucoup dans les mosquées et les mausolées.

115Le sceau de Salomon revient dans la composition centrale de nombreux vitraux (phot. 26-29, 19) : sa forme se prête particulièrement aux constructions géométriques. Les grilles de plâtre équipant les Subbâk sont rares : deux exemples sont décorés du sceau (phot. 1,15, au centre).

Phot. 33. Aspersoir à parfum et sceau de Salomon.
Deux motifs symboliques sculptés grossièrement dans la pierre décorent le portail de bayt ‘Aslân, n° 101 : un sceau de Salomon circonscrit le nom de Dieu, Allah ; il est surmonté d’un aspersoir à parfum, marašš.

116Le sceau de Salomon est également sculpté dans le qaḍâḍ, dans les diverses pièces que cet enduit décore : les dihlîz de rez-de-chaussée (phot. 76, 20), les escaliers (phot. 79, 20), les higra enfin (phot. 59, 20, 75, 20, 78, 20). L’un figure dans le qaḍâḍ des toilettes de bayt al-Yûsfî, n° 158, où il surmonte le trou d’écoulement des eaux usées à travers le mur. Il est le plus souvent isolé, parfois représenté en réseau (phot. 77, 20).

117Dans l’architecture domestique de Sanaa, le sceau est donc toujours associé à des franchissements (fenêtres, Subbâk, seuils) ou au domaine de l’ombre (vestibules, escaliers). Il a sûrement été utilisé à Sanaa, jusqu’à une date récente, pour interdire l’accès de la maison aux puissances malveillantes. Dans des études ultérieures, cette hypothèse devrait être confirmée par le recueil de confirmations orales.

118Ailleurs au Yémen, on accroche des sceaux de Salomon sur les plus belles bêtes du troupeau, comme talisman. De nombreux Yéménites croient que la possession du sceau de Salomon soumettra les djinns à leur volonté. Et, de quelqu’un qui est gratifié de biens matériels sans faire grand-chose pour cela, on dit « qu’il possède le sceau de Salomon », auquel on donne parfois dans les montagnes le nom de buğma : « La buğma, c’est le plus jeune et le plus beau de quelque chose : l’étoile Vénus, les plus beaux épis de la moisson, la plus belle bête du troupeau, le plus bel homme du village. » Cela nous amène à penser que le sceau de Salomon constitue non seulement une protection symbolique de la demeure contre les éléments et contre les ennemis, mais qu’il est aussi un appel à la prospérité. Il rejoint de manière graphique les inscriptions propitiatoires que nous mentionnions au chapitre précédent.

119Poser la question des talismans auprès de certains lettrés de Sanaa suscite de petits rires, une moquerie, des dénégations ou des réparties comme : « A Londres et Paris, vous avez des magasins de ce type : j’en ai vu un sur les Champs-Elysées ! » Ils reconnaissent que le serpent est sculpté dans tous les matériaux, plâtre, métal, qaḍâḍ, pierre, mais pour eux cela ne veut rien dire : croire que c’est un symbole ou un talisman est une chose imaginaire, tasawwurî. Pour eux, « le hirz relève des sciences des tours de passe-passe, ulûm as-sa waza, de l’art des escamoteurs, fann al-muSa‘wuzîn ; ce sont des affaires d’équilibristes, bahlawânîya. Les hirz se rapportent à l’astrologie, 'ilm al-falak, et aux présages, fa’l. C’est bon pour les gens des villages, ahâlî l-qurâ albadawîya, qui suspendent ces talismans enveloppés dans de petits sacs de cuir au cou des vaches grasses ou sur les petits enfants ». Ces réactions relèvent d’une appréciation citadine, polie par l’Islâm orthodoxe, de croyances et superstitions jugées « rurales », et parallèlement du mépris des gens de sciences et de lettres à l’égard des ignorants des montagnes.

Le sceau de Salomon et l’ancienne communauté juive de Sanaa

  • 126 Sur les linteaux des portes sud et est : cf. Bonnenfant, 1987 a, pp. 102-104.

120Dans la capitale yéménite, le sceau de Salomon n’est plus du tout utilisé aujourd’hui comme motif ornemental d’une maison neuve : il est récusé par beaucoup, comme étant devenu le symbole du sionisme. Dans certaines mosquées, par exemple aṭ-Ṭalha, on a même arraché les bandes de métal qui le constituaient126.

  • 127 Bonnenfant, 1987 a, pp. 170-174, phot. 147.
  • 128 Bonnenfant, 1981, phot. 14, p. 38.
  • 129 Bonnenfant, 1989, p. 193, à droite.
  • 130 Voir au chap. 22, inscription 18 : Inna llâh ma â lladîna ttaqû [sceau] wa lladîna hum muhsinün.

121On nous a souvent dit, durant nos recherches, que le sceau de Salomon était façonné par des artisans juifs, ou utilisé pour la décoration de maisons juives, rachetées ensuite par des musulmans. Une telle opinion semble être une justification a posteriori de l’existence d'un symbole qui cause aujourd’hui un sentiment de gêne et de rejet par son lien au sionisme. Le sceau de Salomon était largement accepté par la population musulmane jusqu’à une date récente. La variété des matériaux et des emplacements, l’utilisation très large du sceau dans tout le monde arabo-musulman, et depuis très longtemps, montrent clairement que le sceau de Salomon n’était pas réservé aux seules maisons juives, même si celles-ci ont pu le reproduire davantage. Peut-on penser que l’imâm al-Manṣûr Ḥusayn b. al-Mutawakkil Qâsim, pour qui fut œuvré au xviiie siècle le sobre et beau cénotaphe de la mosquée Abhar127, aurait accepté qu’il fût décoré du sceau de Salomon, s’il avait pensé que c’était un symbole uniquement juif ? Nous le voyons également utilisé à l’intérieur du mafraǧ de bayt al-Akwac, n° 3, construit vers 1950 au sommet d’une maison dont le quartier ne fut jamais juif (phot. 1, 22)128, et pour un dignitaire du régime de l’imâm. Dans plusieurs maisons, construites plus récemment pour des musulmans, le sceau est utilisé comme motif décoratif : bayt Ğamâl Ğamîl, n° 207, par exemple, l’emploie sur des vitraux extérieurs129, bayt al-Agami l’utilise en petits vitraux au-dessus de portes intérieures permettant d’accéder à des chambres depuis la higra du premier étage. Plusieurs maisons de hauts fonctionnaires ou de membres de la famille royale l’utilisent dans la première moitié du xxe siècle : dâr al-Ḥamd, n° 19, construite pour l’imâm Yaḥyâ en 1938 (phot. 26-29, 19), ou bayt bint al-Imâm, n° 9, édifiée dans les années 1950 pour une fille de l’imâm. A Zabîd, dans la Tihâma le sceau de Salomon est souvent associé à la graphie du nom de Dieu, Allâh, ou à l’un des ses attibuts, le Vivant ; c’est également le cas à bayt cAslân, n° 101, à Sanaa. Toujours à Sanaa, le sceau de Salomon est sculpté dans le linteau de bois d’un seuil principal, où il sépare deux fragments d’un verset du Coran130.

122Si beaucoup y voient aujourd’hui un symbole du sionisme, les lettrés savent bien que le sceau de Salomon est un symbole beaucoup plus large. Pour les uns, c’est le signe d’un prophète reconnu par l’Islam, comme Moïse ou Jésus : « La représentation fréquente du sceau de Salomon est une magnification, Il est le roi de n’importe quel État, il a la royauté et la grandeur. » D’autres savent que c’est un symbole encore plus universel.

123Nous pouvons cependant émettre l’hypothèse que les artisans juifs ont utilisé en secret, sans le dire aux destinataires musulmans de leurs œuvres, des symboles dont le sens était connu d’eux seuls, un peu comme les coptes d’Égypte ou des artisans byzantins ont pu introduire des motifs chrétiens dans des édifices musulmans, aux premiers siècles de l’Islam. Les artisans auraient ainsi, dans une ironie discrète, circonvenu de symboles juifs les maisons de leurs maîtres musulmans, de statut social supérieur.

  • 131 Zafrani, 1986, p. 376.
  • 132 Ibid., p. 458.

124Mais il est également possible que les artisans yéménites, musulmans et juifs, aient puisé dans un fonds commun de mystique et d’ésotérisme à la fois juif et musulman. Les thaumaturges juifs et musulmans « opèrent, précise Zafrani, conformément aux mêmes principes, utilisent les mêmes pratiques, au nom de Dieu ou d’Allah. Ici plus qu’ailleurs, dans le domaine que nous avons appelé l’imaginaire social et ses représentations populaires, la dose de syncrétisme est plus importante, plus évidente, ainsi qu’en témoignent les mille et une recettes, formules incantatoires, conjurations, thèmes et motifs qu’utilisent indifféremment les uns et les autres, dans la même langue ou dans les deux langues distinctes131 ». Le sceau de Salomon figure, entre autres, en haut d’un talisman juif trouvé dans un livre du xviie siècle, « charme souverain pour quiconque accroche ce talisman à l’intérieur de la maison. Il préserve de tout mal ». Les lignes des deux triangles entrelacés sont constituées de noms divins132.

  • 133 Ibid., p. 384, en note.

125Un article d’une publication israélienne, Ha’aretz, (22 janvier 1982), intitulé « Est-ce que tu crois aux démons ? » traitant « de kabbale et magie dans les sociétés orientales d’Israël, plus spécialement chez les juifs originaires du Maroc » est assez révélateur. Ceux-ci sont la principale clientèle d’un thaumaturge yéménite, R. Yehudah Grafi, « guérisseur et faiseur de miracles133 » : s’ils se sentent à l’aise avec le Yéménite, c’est que celui-ci se meut dans un monde qui leur est familier. Les rapprochements observés entre les talismans vendus au Yémen (mais imprimés à Damas et Delhi) et ceux du Maghreb, montrent également qu’il y a bien un fonds commun.

  • 134 Voir Aqîlî, s. d.

126Les artisans de Sanaa, juifs ou musulmans, ont probablement puisé dans un fonds commun à l’islam et au judaïsme. Ce fonds existait-il bien au Yémen comme il existe au Maghreb ? La réponse à cette question demanderait de nombreuses recherches. Notons cependant que le soufisme a eu, et garde encore peut-être, une certaine importance dans la Tihâma134.

LA CROIX, DÉCOR DE PROTECTION ?

Croix de Saint-André et svastika

  • 135 Bonnenfant, 1987 a, pp. 66-72, fig. F58-F60, F63.

127Un motif en croix de Saint-André, appelé garâ’id, revient fréquemment dans les vitraux (fig. 8 d, 19 ; phot. 15, 8, vitrail de g.), dans les décors de bois (haut des phot. 4, 8, 5, 8) et sur les heurtoirs, madaqqa (phot. 6)135.

128Nous n’avons pas obtenu de renseignements au sujet de sa valeur symbolique, mais il pourrait bien être utilisé, comme le sceau de Salomon, pour barrer la route aux influences malfaisantes, au mauvais œil, aux djinns. Est-ce fortuit si ce type de croix constitue, sur les portes principales, le motif des heurtoirs, évoquant ainsi l’idée d’interdire l'accès à la maison, comme les racines ḤMÀ, ḤǦZ, ḤǦR et ḤRM ? Les heurtoirs eux-mêmes sont fixés sur le médaillon fuselé que les menuisiers nomment trunga, mais que les habitants de Sanaa appellent aussi harîwa, précisément le nom de la jeune mariée. Nous approchons là de l’idée de maison bien défendue, non seulement sur le plan de l’agression physique, mais aussi de l’agression morale contre l’honneur des femmes qui y résident.

129Le svastika est rare dans l’architecture domestique de Sanaa, où il est limité au qaḍâḍ (fig. 11 et 12, 20 ; phot. 83, 20 ; pl. 20 c). Nous pouvons cependant interpréter comme une ébauche de svastika la rosette tourbillonnante dessinée au centre de certaines croix fichées ou polygones étoilés (phot. 40 ; 56, 18). La valeur symbolique que l’artisan a pu vouloir conférer à l’un et l’autre motif nous demeure inconnue.

  • 136 Seringe, 1988, pp. 303-307. Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. IV, pp. 247-249.
  • 137 Chevalier, Gheerbrant, 1974 (t. IV, p. 248), citant notamment Champeaux et Sterckx (Introduction a (...)

130Le svastika, employé dans le monde islamique, est un motif universel d’une grande ancienneté, puisqu’il apparaît en Iran dès le IVe millénaire avant notre ère136. Symbole solaire dans de très nombreux cas, il est aussi « symbole du tourbillon créationnel autour duquel s’étagent les hiérarchies créées qui en émanent. Quel qu’en soit le sens, le svastika indique manifestement un mouvement de rotation autour du centre, autour du moyeu immobile, qui est le pôle du monde manifesté. C’est le symbole de la génération des cycles universels, des courants d’énergie : non du monde, mais de l’action du Principe à l’égard de la manifestation137 ».

  • 138 Chez les Touaregs : Gabus, 1958, p. 68.
  • 139 Seringe, 1988, p. 200, et fig. 74.
  • 140 Sarre, 1901, pl. XV : « Kum. Stuckdekoration in einem Grabturm von dem Kaschaner Thor ».

131Le mot sanscrit svastika signifie « de bon augure ». Ce motif est considéré comme bénéfique dans des aires culturelles diverses138. Des svastikas sont associés à un oiseau qui attaque le mauvais œil, sur un vase en terre cuite provenant de Chypre (viie s. av. J.-C.)139. Dans un décor de stuc, à Qum, en Iran, un svastika est formé de calligrammes : le nom de cAlî dessine la première partie des bras du svastika, que prolongent les noms de Muhammad et Fâtima. Autour du motif, le mot Hasan est écrit trois fois140. Au svastika est donc associée la filiation calide, comme sur certaines inscriptions.

Les croix grecque et fichée

132La croix grecque est assez souvent représentée dans le bois, les vitraux et le qaḍâḍ (fig. 10 ; phot. 81 ; 82, 20 ; 36, 37 ; pl. 15h). A bayt at-Tawr, n° 48, elle voisine avec une croix latine, dans laquelle un fleuron prend la place du crucifié (phot. 60, 20).

  • 141 Selon l’appellation de Nataf, 1973, p. 157.
  • 142 Voir divers tracés directeurs possibles dans Saïd, Parman, 1976 (pp. 25-35).

133Un type de croix grecque figure avec constance au répertoire décoratif de Sanaa, dans plusieurs matériaux : c’est la croix fichée141, où l’extrémité des branches est brisée en un V tourné vers le centre de la croix (phot. 80, 20). Cette croix naît simplement de deux carrés inscrits dans un cercle et tournant à 45°, dont on prolonge les côtés, comme le montre la photo 56, 18142.

  • 143 Par exemple les phot. 15, 8, 49, 17, en bas à droite, 80, 20, 5, 22 vitrail de gauche ; pl. 15 f, (...)

134On peut citer trois exemples dans le qaḍâḍ, dans le bois et sur un vitrail (phot. 38-40). Mais les exemples sont nombreux143. Sur une claustra de bois ajouré de bayt al-Hûtî, ces croix sont au centre d’un réseau de sceaux de Salomon (phot. 32). Au croisement des deux branches de la croix, il existe fréquemment une croix ou rosette tourbillonnante que l’on peut rattacher au svastika (phot. 56, 18).

  • 144 Finster, 1986 a, phot. 41 c.
  • 145 Finster, 1982 c, fig. 82, p. 243, et phot. 99 a et b.
  • 146 Ibid., phot. 77 a et b.
  • 147 Herzfeld, 1923, p. 163, Abb. 237, Orn. 224, et phot. LXXXI : il s’agit d’une frise de croix fichée (...)
  • 148 Hardy, 1990, fig. 5, p. 279.
  • 149 Cf. par exemple Papadopoulo, 1976, p. 417 : phot. 326, panneau de Mossoul, xiiie s. La croix fiché (...)
  • 150 Croix fichées inscrites dans des carrés sur la pointe sur une étoffe « Vorderteil eines Gewandes »(...)

135Au Yémen, la croix fichée revient avec une très grande constance dans l’architecture religieuse et domestique de la Tihâma ; à Zabîd, elle est utilisée aux mêmes emplacements que le sceau de Salomon. Elle est représentée à l’extérieur de la niche de qibla, sur la mosquée al-Muzaffarîya de Tacizz144, dans le plafond à caissons de la grande mosquée de Ibb (fig. Il)145 et dans celui de la grande mosquée de Sanaa, où elle est imbriquée dans de riches entrelacs146. Présente dans les décors de stucs de Sâmarrâ147 et dans les stucs islamiques de Suse148, nous la trouvons au centre d’innombrables entrelacs géométriques de l’Islâm : architecture149 et tissus150 par exemple.

  • 151 Mercier, Marchai, 1992, p. 17, 46, 48, 104, 105, 152, 164, 169, 178,213.
  • 152 Blanchy, Said, 1990, p. 25, schéma 2, sceau de Salomon représenté dans le palais Idarus à Ikoni.

136De l’autre côté de la mer Rouge, en Éthiopie chrétienne, on appelle sceau de Salomon ce type de croix qui figure sur d’innombrables talismans et rouleaux protecteurs151. En pays musulman, aux Comores, l’étoile à cinq branches, premier des sept sceaux formant le « sceau de Salomon » (fig. 9, ligne 1, à g.) est parfois remplacée par la « croix fichée »152.

137Il est donc possible qu’au Yémen cette croix soit un autre dessin du sceau de Salomon et qu’elle possède la même valeur de protection que lui. Mais il faudrait d’autres informations pour parvenir à une certitude.

Pl. 17a. Motif de polygones étoilés juxtaposés.
Bayt al-Hamdânî, n° 181, mafraǧ, vitrail surmontant le ǧarf sud.

Pl. 17b. Motifs de ǧarâ'id.
Bayt al-cAffârî, n° 2, mafraǧ, vitraux du mur semi-aveugle, à l'ouest.

Pl 17c. Vitrail composite.
Bayt al-Ḥaymî, n ° 21.

Pl 17d. Deux rosaces juxtaposées.
Noter les inscriptions sous verre scellé dans le plâtre, et les nombreux objets de cuivre d’une “bonne maison”. Bayt aš-Šâmî, n° 46, manẓar.

Pl 17e. Motif de rosaces juxtaposées.
Ce manẓar du palais de dâr al-Ḥaǧar, en cours de restauration, domine les vergers du wâdî Ḍahr.

Pl 17f. Vitrail et décor de plâtre.
Bayt al-Ḥûtî, dans le village d’aš-Šagâdira, offre un bon exemple de diffusion dans la montagne des modèles architecturaux fournis par la capitale (années 1930). Sous le vitrail, le petit moucharabieh qu’on voit pouvait sortir plus ou moins à l’extérieur du mur de façade, car il était monté sur rails. Œuvre ingénieuse d’un maître menuisier de Sanaa, Aḥsan Qâsim al-Usṭâ.

Pl. 18a. Vitraux vus de nuit, de l ’extérieur.

Pl. 18b. Vitraux de dîwân, mur de petit pan.
Bayt at-Tabâbdî, n° 47.

Pl 18c. Motif de ǧarâ’id.
Ancien palais de dâr al-Ḥamd, n 19.

Pl 18d. Motif de rosace, zahra, ma‘šara.
Des zinǧîrî ornent la périphérie de la rosace.
Ancien palais de l’imâm à ar-Rawda.

Pl. 19a. Motif de šaḏâba entourant une croix fichée.
Bayt Ibrâhîm, n ° 23.

Pl. 19b. Motif de rosace, zahra, ma‘šara.
Ancien palais de dâr al-Hamd, n° 19.

Pl. 19c. Motif de polygone étoilé.
Il naît de deux carrés superposés, l’un tournant de 45° par rapport à l’autre. Bayt al-‘Aǧami, n° 154.

Pl. 19d. Motif de polygones étoilés juxtaposés.
Bayt al-‘Aǧamî, n° 154.

Symbolisme de la croix

  • 153 Seringe, 1988, p. 298.
  • 154 Ibid., p. 298.
  • 155 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, p. 141 sq.

138Avant de devenir le symbole majeur du monde chrétien, la croix fut un motif très ancien et universel. « La réunion fictive, par une droite, des points cardinaux opposés, permet de tracer une croix, image de l’univers, ou tout au moins symbole solaire [...]. Au total, les historiens des religions, les archéologues et la plupart des auteurs voient un symbole solaire dans les croix préchrétiennes153. » « Dans une conception indienne fort ancienne, la verticalité symbolise la spiritualité, la virilité et l’activité, tandis que l’horizontalité symbolise la matérialité, la féminité et la passivité. L’union des complémentaires réalise dans le cas présent une croix dressée154. » «Elle est le troisième des quatre symboles fondamentaux, avec le centre, le cercle, le carré. Elle établit une relation entre les trois autres... Elle est le plus totalisant des symboles155. »

Pl. 20a-20f. Les décors de qaḍâḍ.
Pl 20a. Écoulement des eaux usées en façade.

Pl. 20b. Écoulement des eaux de pluie. Sur le mur de qibla de la grande mosquée de Sanaa, descente des eaux de pluie.

Pl. 20c. Décor de qaḍâḍ dans une ḥiǧra.
Réseau de svastikas reliés les uns aux autres et parsemés de cercles et de fleurons Ḥiǧra de bayt ‘Aslân, n° 151.
Dimensions intérieures du cadre où s’inscrivent les svastikas, 65 x 178 cm (hors photo).

Pl 20d et 20e. Creux et rigoles aménagés pour les gargoulettes.
Dans une ḥiǧra de bayt at-‘Ansî (cf. fig. 2, 7), les banquettes maçonnées portaient autrefois les cruches. Au pied de chacune d’elles, un petit creux était relié au suivant par une rigole : l’eau était ainsi drainée vers un écoulement.

Pl. 20f. Lambris de qaḍâḍ dans un escalier.
Les escaliers des maisons fortunées sont lambrissés de qadâd. Noter que les chaînages de bois ne sont pas revêtus, ce qui crée une sorte de gorge horizontale. Bayt aš-Šâmî, n° 92.

PL 21a. Le poignard appelé ṯûma.
Il est contenu dans un fourreau, tûza, monté latéralement et en oblique par rapport à la ceinture. Le ṯûma est porté par les descendants du Prophète, les hommes de loi, les savants dans le domaine religieux. Le sîwa, la pièce métallique en forme d’arc, porte l’inscription n° 72 (chap. 22).

Pl. 21b. Homme de tribu.
Homme de tribu, qabîlî, la main posée sur le manche du poignard, ǧanbîya, dans l’axe du sexe. Noter, dans la coiffure, le bouquet de plantes odoriférantes.

Pl. 21c. Ceinture brodée, fourreau de poignard, ṯûma, et sîwa damasquinés.
Sur cet ensemble, incrustations d’or et d’argent sur le fourreau et le sîwa. Le fourreau porte en bordure l’inscription n 73 (chap. 22), et dans les épées du bas l’inscription n° 38. Ensemble appartenant à Muhammad Muhammad Zâ’id.

Pl 21d. Pièce métallique appelée sîwa.
Dans les épées, l’inscription n° 38. L’inscription n° 41 revient comme un leitmotiv sur les rosaces et la bordure du sîwa : rappel incantatoire à la modestie : “La gloire [est] dans l'obéissance [à Dieu]”...

Pl. 22a et 22b. La valorisation et la protection symbolique des places d'honneur.
22a. Dans cette pièce de réception modeste, au-dessus des places d’honneur, multiplication des objets prophylactiques : trois Coran dans leur étui de tissu précieux, nombreux tableaux portant des textes religieux réputés pour ce rôle (inscriptions n° 17, 96, les lettres Yâ’ Sîn), tableaux naïfs représentant le temple de La Mecque. Les photographies valorisent les hommes de la famille. Sur l’étagère, de gauche à droite, crachoirs, petits vases, aspersoirs à parfums, brûloir à parfums. Sous le vitrail, livres religieux, bouquets et canons des armes cachées par le rideau de la fenêtre.
22b. Ici, le prestige de la famille s’investit dans les cuivres : vases portant des bouquets de fleurs en plastique, aspersoirs à parfums au long col, chandeliers. Dans l’angle de l’étagère, un brûloir à parfums et, plus rare, une aiguière. Le rideau de la fenêtre est en position ouverte, fixé de manière caractéristique.

Pl. 23a- 23d. Les objets en cuivre.
La possession de beaux objets en cuivre est une source de fierté.
Pl. 23a. Deux crachoirs et deux aiguières.

Pl 23b et 23c. Dans le souk des objets en cuivre.
23b. Plateaux en cuivre, ma‘sara, qu'on place au milieu des pièces pour recevoir pipes à eau et crachoirs.

23c. Plateaux, vases pour les bouquets, crachoirs et brûloirs à parfums.

Pl. 23d. Crachoir de cuivre.
Ce crachoir, matfal, haut de 20 cm, est incrusté d’argent et orné notamment de bouquets et de sceaux de Salomon. A été fabriqué par un artisan juif de Sanaa vers 1940. Bayt al-Ḥâḍrî.

Pl. 24a et 24b. Mariage à Sanaa.
24a. Dans la ruelle illuminée, le “cortège de protection du marié" pose pour les photos.
24b. Les armes du marié, mitraillette et poignard, sont le symbole de la virilité, de la continuité de la descendance et du maintien du lignage dans l’honneur. En bouquets devant le marié et dans sa coiffure, plantes odoriférantes réputées contre le mauvais œil. Noter l’œuf dans le plateau portant les bougies.

Fig. 10. Motif de croix grecques à bayt Makkî, n° 33.

Phot. 36 et 37. Croix grecques exécutées en bois découpé à jour.
36. Subbâk de bayt as-Sarafî, n° 71.
37. Subbâk de bayt al-Yadûmî, n° 51.

  • 156 Papadopoulo, 1976, p. 416, phot. 320.
  • 157 Kerimov, 1984, tapis n° 3, Azerbaïdjan ; n° 29, Géorgie ; n° 45, Azerbaïdjan ; n° 95,96, Arménie.
  • 158 Ibid, tapis n° 18, 23, 34, 54, 90, Azerbaïdjan ; n° 92, 95, 96, Arménie ; n° 121, Géorgie.
  • 159 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.
  • 160 Gabus, 1958, p. 42.
  • 161 Roux, 1977, p. 234, n° 544.
  • 162 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.
  • 163 Gast, Fromont, 1985, p. 200

139Dans l’art des pays musulmans, la croix grecque est très souvent employée. Elle figure au ixe siècle dans les panneaux de stuc de Sâmarrâ156. Elle orne de nombreux tapis caucasiens, soit en bordure du champ central157, soit dans le champ lui-même158. Dans les tapis tissés anatoliens, le motif de l’œil, gôz, exprime la croyance que le meilleur moyen de lutter contre le mauvais regard, c’est l’œil lui-même, souvent symbolisé en forme de losanges, de croix ou de réseaux de rectangles. De nombreux types de croix, surtout la grecque, la fichée, et le svastika, sont réputés réduire le pouvoir du mauvais regard en le divisant en quatre parties159. Chez les Touaregs, la croix est fréquente et donne lieu à de belles variations : « Ses bras dispersent aux quatre points cardinaux le fluide maléfique160. » Au Maroc, elle est sans doute utilisée comme symbole prophylactique : nous la voyons à côté d’une hamsa sur une ceinture de femme originaire de Fès, fin du xvie siècle161. Les croix fichées sont communes sur les tapis tissés anatoliens. Comme d’autres motifs en étoile, elles symbolisent le bonheur et la fertilité ; elles sont également employées pour réduire l’effet du « mauvais regard »162. «Le symbole protecteur [des deux croix situées de part et d’autre de l’entrée de la shûna [magasin à céréales de Ṯulâ’, au nord-ouest de Sanaa] ne fait pas de doute, écrit Marceau Gast. Ces croix se retrouvent partout sur les tissages, les tatouages, les sculptures sur bois, les constructions dans tout le bassin méditerranéen en pays musulman ou non. Elles semblent avoir une origine bien antérieure à l’Islam et au Christianisme163. »

140Les croix ont-elles, à Sanaa, une autre signification que celle de lignes assemblées de manière géométrique ? Deux hypothèses de recherches peuvent être présentées.

  • 164 Lewcock, 1979 a, pp. 80-82.
  • 165 Otto-Dorn, 1967, p. 64.

141L’une est celle de réminiscences non conscientes. Nous avons déjà, pour une croix représentée dans le chapitre sur le qaḍâḍ, suggéré une possible mémoire d’un motif chrétien, ancrée au fond des siècles : il y eut une cathédrale à Sanaa, construite par les Abyssins au vie siècle, et démolie dans la seconde moitié du viiie siècle164. Le motif de la croix a-t-il été incorporé dans le répertoire décoratif de Sanaa, et réutilisé de manière inconsciente au cours des siècles ? Des exemples prestigieux montrent comment « chrétiens ou perses, les symboles de puissance des cultures vaincues sont [...] assimilés165 ».

  • 166 Zafrani, 1986, p. 375, reprenant Doutté, 1909, pp. 48-49.

142L’autre hypothèse est celle d’une utilisation plus consciente. Questionné à ce sujet, un lettré de Sanaa pense que « les motifs de croix ont pu reprendre des motifs chrétiens, puisque l’islam ne rejette pas le christianisme, mais le continue et développe son message ». Les artisans de Sanaa auraient-ils utilisé la croix et le sceau de Salomon, en croyant en la valeur magique de symboles de religions dont les adeptes font partie des « gens du Livre » ? Cette éventualité n’est pas à rejeter. « Il y a dans le Maghreb deux classes de gens qui ont une vie à part, ce sont les juifs et les chrétiens : ils sont les sorciers par excellence ; on croit que les chrétiens tiennent de Jésus des pratiques magiques parce qu’il “ressuscitait les morts”, que les juifs détiennent une parcelle du pouvoir de leurs prophètes dont quelques-uns, comme Salomon, sont de véritables magiciens mythiques aux yeux des musulmans, et connaissent, par tradition, la science de la magie ; les mêmes croyances circulaient dans l’Arabie ancienne où les sorciers étaient principalement des scribes juifs et des moines chrétiens166. »

LES DEUX CARRÉS TOURNANT À 45°

  • 167 Voir aussi phot. 15, 8, vitrail de droite, où ce motif alterne avec la croix fichée, le motif de c (...)

143Un autre motif revient avec une grande constance dans les vitraux de Sanaa. C’est celui du polygone étoilé que crée la superposition de deux carrés dont l’un tourne de 45° par rapport à l’autre (fig. 10 c, 19; pl. 17 a, 19 c)167. A bayt Tawr, n° 48, il existe (phot. 63, 20) dans la hiǧra où figurent les deux croix grecque et latine (phot. 60, 20).

  • 168 Un exemple très clair figure au musée d’art islamique du Caire, n° 3075, éléments de décor archite (...)

144Il est en fait apparenté à la croix grecque et à la croix fichée. En effet, un réseau de croix grecques opposées par leurs bouts pointus engendre ce polygone étoilé. De même, les côtés des carrés superposés, si on les prolonge, dessinent une croix fichée (fig. 12). Ces figures fondamentales ont donné naissance dans tout l’islam à des compositions virtuoses où l’un des trois motifs ressort plus ou moins selon les matériaux utilisés ou la simple attention accordée par le lecteur168.

  • 169 Papadopoulo, 1976, p. 62. Ce thème et repris et développé pp. 186-189.

145Le polygone étoilé « composé de deux carrés inscrits dans un cercle représente une des formules symboliques les plus riches de l’ésotérisme chrétien, que l’on trouve sans cesse dans tous les gnosticismes et qui remonte à la Grèce classique, au pythagorisme et à l’hermétisme alchimique. Nous possédons exactement ce modèle géométrique et symbolique dans le fameux Dioscoride de Vienne (avant 512) ». Il « connaîtra une fortune immense, puisque les polygones seront la base de tout l’art abstrait rectiligne169 ».

146Pour certains, l’hexagramme dit « sceau de Salomon », la croix fichée et les deux carrés tournant à 45° seraient des symboles soufis. Cette piste de recherches est peut-être pertinente poulie Yémen : ces trois symboles sont particulièrement employés dans la décoration architecturale de Zabîd, qui est depuis une douzaine de siècles l’un des principaux centre commerciaux et spirituels de la Tihâma. Or, dans la plaine côtière, le soufisme était beaucoup plus répandu que sur les hautes terres du Yémen.

147Une autre piste de recherches serait de voir dans ce polygone à huit pointes un symbole d’unité et d’équilibre cosmique, peut-être le symbole de l’unité divine embrassant la totalité du cosmos. Le carré symbolise les quatre éléments, l’air, le feu, l’eau et la terre. Les huit pointes peuvent représenter les quatre points cardinaux et leurs directions intermédiaires, comme dans la tour des vents d’Athènes.

  • 170 Sur le mot kâfî, voir Doutté, 1909, p. 175.

148Les carrés évoquent peut-être aussi les carrés magiques que nous mentionnions à propos de l’amulette des sept pactes, carrés dont l’efficacité serait multipliée par leur superposition. Notons que dans les tableaux n° 2, 3 et 4 commençant ce talisman (fig. 9), le prolongement des côtés du carré dessine huit cases. Dans le tableau n° 2 sont inscrits les noms des quatre chefs des armées des anges (Gibra'il. Mîkâ'ïl, Isrâfîl, cAzrâ'ïl) et des quatre premiers califes, le nom de Abu Bakr étant surmonté de ceux de Muhammad et d’Allâh. Dans nos motifs décoratifs, les huit angles des deux carrés superposés représentent peut-être les noms des anges et des quatres califes, le cercle symbolisant l’unité divine (Allah) révélée par son Prophète (Muhammad). Il faudrait savoir qui désignent les noms inscrits dans le tableau n°3: Kâfï170, Talha, az-Zubayr, Samad, d’une part, et, dans les angles, Sacd, Sacîd, cAbd ar-Rahmân, cAmir b. al-Garâh. Dans le tableau n° 4, Hafiz, Qâdir, Qadîr, Salâm, sont des attributs de Dieu, mais nous ne savons pas qui désignent les noms de cAbd Allah b. c Abbâs, cAbd Allah b. Salâm, cAbd Allah b. Mascûd, cAbd Allâh b. cUmar.

  • 171 Le Louvre, dépt. des Antiquités orientales, Section islamique, MAO 425. « Coupe magique, Syrie (?) (...)
  • 172 Paccard, 1980, t. II, p. 76, phot. 1 ; p. 90, phot. 1.
  • 173 Blanchy, Said, 1990, schémas 2 bis, p. 30 et 3, p. 32.

149Au musée du Louvre, il existe une coupe dont le fond est orné de deux carrés tournant à 45°, formant un polygone à huit pointes. « Les inscriptions et figures diverses (chiffres, signes du Zodiaque, sourates coraniques...) devaient donner au contenu (eau, huile, lait...) le pouvoir de guérir171. » Au Maroc, l’expression « sceau de Salomon », utilisée pour les décors de plâtre, désigne l’étoile à huit pointes constituée par deux carrés tournant à 45°, divisée en pétales172. Aux Comores, cette même figure est étroitement reliée aux sept sceaux constituant une des versions du «sceau de Salomon173 ».

  • 174 A bayt Sarî par exemple, presque tous les petits vitraux ronds ayant remplacé les plaques d’albâtr (...)

150Le sceau de Salomon possède sans aucun doute une valeur de protection, ainsi que les motifs de la « cornaline », de la croix de Saint-André, de la croix fichée et des deux carrés tournant à 45° qui lui sont constamment associés174. Mais, pour ces derniers motifs, des recherches complémentaires sont nécessaires pour obtenir des renseignements aussi convaincants que pour le sceau.

Phot. 3840. Le motif de la croix fichée.
Reprise à Sanaa d’un symbole de protection de la maison par dispersion des forces maléfiques aux quatre points cardinaux ? 38. Croix fichée exécutée en relief dans le qaḍâḍ, bayt aI-‘Amrî, n ° 152. Haut, de la croix, 69 cm. 39. Croix fichée exécutée en nacre incrustée dans le bois, porte du mafraǧ, bayt aš-Šahârî, n ° 45. 40. Croix fichée exécutée en motif de vitrail, comme c’est le cas dans d’innombrables maisons. Noter la rosette spiralée au croisement des deux branches : symbole du mouvement de la vie ? Bayt Ǧamâl Ǧamîl, quartier Bi’r al-‘Azab.

Coran, tableaux et objets théophores

151Il n’est pas une maison qui ne possède un ou plusieurs objets de nature religieuse, parfois des dizaines.

152Le Coran, dans un étui de tissu précieux suspendu au mur, bénit et protège les places d’honneur (pl. 22 a) ; il est même fréquent que plusieurs exemplaires en soient accrochés les uns près des autres. Dans les pièces de réception qui servent de chambres à coucher, ils sont également accrochés au-dessus des endroits où s’installent les dormeurs. On en pose aussi un exemplaire dans les niches des vitraux (phot. 15, 8).

  • 175 Le Coran, sour. XXXVI.
  • 176 Blachère, 1951, t. II, p. 248.
  • 177 Akwac, 1984, n° 2170, 2171, 4334, 6029.
  • 178 Ibid., n° 600.

153Comme le Coran, divers tableaux imprimés bénissent et protègent les places d’honneur en exaltant la gloire de Dieu ou en citant quelque verset de Sa proclamation. Un tableau portant le simple nom d’Allâh, et un autre celui de Muhammad, sont parmi les plus courants. Nous avons déjà cité le verset du Trône. Un autre tableau fréquent représente la sourate Yâ’Sm175, souvent symbolisée par ses initiales Yâ’ Sîn diversement calligraphiées (phot. 9, 8, à dr.). « Cette sourate jouit d’un prestige particulier dans la croyance islamique qui la considère comme le “cœur du Coran”. Elle est récitée traditionnellement sur un agonisant ou un mort176 », car elle garde du feu de l’Enfer. L’accrocher au mur constitue une protection contre le Tentateur et le mauvais œil. Ce rôle de la sourate Yâ’Sîn au Yémen est attestée par plusieurs proverbes177. Mais une nécessaire vigilance humaine doit accompagner le Ciel dans son aide : « Récite Yâ ’ Sîn, mais prends une pierre en main178. »

Fig. 11. Croix fichée.
Plafond à caissons de la grande mosquée de Ibb.
Source : Finster, 1982c, p. 243, fig. 82.
Fig. 12. Croix Fichée inscrite dans deux carrés tournant à 45°.
Cet exemple montre bien comment deux carrés tournant l’un sur l’autre à 45° peuvent, par prolongement de leurs côtés, engendrer la croix fichée, et ainsi de suite. Plafond à caissons de la mosquée d ’Arwâ bint Ahmad à Cibla.
Source : Finster, 1982c, p. 239, fig. 78.

154Dans les dîwân de milieux populaires, on goûte beaucoup les images pieuses, genre images d’Epinal transposées à l’Islam. L’une d’elles, par exemple, montre une belle créature en méditation, assise sur les talons, devant un Coran ouvert sur un chevalet ; la Kacba et le tombeau du Prophète, aux coins de l’image, rayonnent une douce lumière qui irradie la belle : « Une épouse vertueuse, dit la légende, est un bouclier contre le feu de l’enfer. »

155Les lieux saints de l’Islam sont souvent représentés, surtout le temple de la Kacba à La Mecque et le tombeau du Prophète à Médine, ainsi que les deux mosquées saintes de Jérusalem.

La protection symbolique de la maison

156Il est clair que de nombreux motifs décoratifs font partie d’un système de protection symbolique de la maison. Ils reprennent, sur un registre non verbal, la sorte d’incantation que constituaient les inscriptions. Les représentations directes ou symboliques du serpent, les cornes, le sceau de Salomon et peut-être les polygones étoilés en sont les principaux éléments. Contre quoi la maison doit-elle se défendre ?

CONTRE LES CALAMITÉS NATURELLES

157Les calamités naturelles ne sont pas un vain mot au Yémen, terre de contrastes. Il peut pleuvoir à verse pendant des jours : les ravinements affouillent le bas des maisons que les crues emportent parfois. L’eau qui s’infiltre dans les couvertures en terrasse mal entretenues entraîne quelquefois la destruction de la maison entière. La foudre est crainte, de nombreuses pluies s’accompagnant d’orages. Les tremblements de terre, enfin, sont redoutables dans cette région où la tectonique des plaques est très active. L’histoire musulmane fait mention de plusieurs désastres ; le plus récent est celui de la région de Damâr, en 1982, qui causa plusieurs milliers de morts.

CONTRE L’ENVIE

L’expression de l’envie

  • 179 La bibliographie est considérable sur le mauvais œil. Voir, en introduction : « Œil », in Chevalie (...)
  • 180 Serjeant, 1983 d, p. 313, n. 35.

158La maison de Sanaa se prémunit largement contre l’envie, le mauvais œil, souvent nommé à Sanaa le « long œil », al-cayn at-tawîla, mais aussi, comme dans de nombreux pays arabes, « l’œil de l’envie », cayn al-hasûd179. Sur un mur, dans une ruelle de la vieille ville, on a vu pendant un temps une grande inscription à la peinture orange cAyn al-hasûd tablâ Fulân, « l’œil de l’envie éprouve Untel », texte qu’un commentateur interprète différemment : « L’œil de l’envie se casse sur, n’atteint pas Fulân. » Si la traduction est incertaine, l’inscription est bien là, affirmant au « bombage » fluorescent une réalité souvent plus discrète. Contre le mauvais œil, on dit : Yâ ḥiǧâb Allâh = yâ ǧârat Allâh taḥmî min alcayn180, « que Dieu vous garde du mauvais œil. »

  • 181 Akwa‘, 1984, n° 1510 : Al-hasûd lâyasûd.

159« L’envie ne régnera pas181 », dit le proverbe. Mais comment s’en protéger ? « Quelqu’un qui possède une belle voiture place quelque chose au rétroviseur pour renvoyer le regard de quelqu’un qui l’observe avec le “ long œil ”. Cela casse son regard, taksar an-nazar ».

160Claudie Fayein rapporte deux histoires à ce sujet, racontées par Nagîba, une infirmière :

161« Un jour, j’avais beaucoup de travail, je marchais très vite dans l’hôpital pour aller faire des piqûres d’une salle à l’autre. Je croisai deux femmes, sans doute des visiteurs, et j’entendis très nettement l’une des deux femmes dire à l’autre : “Cette Nagiba, elle est vraiment infatigable, regarde-la courir !”.

162« Je rentrai dans une salle de pansements, posai mes seringues, m’assis pour me reposer un instant sur le rebord de la fenêtre ; puis on vint me chercher, pour une autre malade. C’était urgent. Mais que se passait-il ? Impossible de me lever, de bouger. J’avais l’impression d’être de pierre ou de bois, clouée à la fenêtre.

163« Eh bien, dit la servante, lève-toi donc, on t’attend !

164Je ne peux pas, lui dis-je, j’ai beau faire tous mes efforts, je ne peux pas bouger.

165«Aussitôt, les malades arrivèrent pour me voir. L’une d’elles me demanda :

166« N’aurais-tu pas rencontré quelqu’un dans le couloir ?

  • Oui, deux femmes qui ont trouvé que je marchais bien vite !
  • C’est sûrement ça !

167« La Vieille Fatma revint avec des morceaux de gros sel, chacune en prit sept dans sa main et la passa sur ma tête, mon dos et mes jambes en disant des prières, puis elles allèrent jeter le sel moitié dans l’eau, moitié dans le feu et cela cinq fois de suite. A la cinquième fois, je me sentis tout d’un coup libérée et je pus me lever comme si je n’avais rien eu.

168« La même chose m’est arrivée une fois encore. Ce jour-là, c’était un jour de fête mais je venais quand même à l’hôpital pour saluer mes malades et apporter des bonbons aux enfants qui ne recevaient rien. J’avais mis une jolie robe verte et, voyant une marchande de fleurs à la porte de l’hôpital, j’achetai un bouquet de boutons de roses qu’elle me mit dans les cheveux.

169« J’allai donc voir mes malades et j’en étais à la troisième salle quand j’entendis une visiteuse qui disait :

170“C’est donc elle, Nagiba ? Mais quel âge a-t-elle donc ! Voyez comme est mise, elle cherche encore à plaire aux hommes ! ”

  • 182 Fayein, 1990, chap. IX.

171« [...] Je sortais pour aller dans la salle, quand, tout-à-coup, je sentis mon côté droit s’engourdir et se paralyser, de ma tête à mon pied. Je ne pouvais plus lever ma jambe, la servante qui m’accompagnait me demanda si j’étais malade, mais déjà ma bouche aussi était engourdie, et je pouvais à peine parler. J’arrivai cependant, tant bien que mal, à lui expliquer ce qui m’arrivait. Elle prit aussitôt le bouquet de roses, le jeta par terre, et en quelques minutes, tout était redevenu normal182. [...]

172« Ici, au Yémen, on dit que la “moitié du mal sur terre vient du mauvais œil”. On dit aussi que le mauvais œil peut “casser les pierres”... Beaucoup y croient. Lorsqu’un enfant est malade, ça n’empêche pas qu’on le soigne si on peut acheter les médicaments, mais on dit qu’il a “l’œil du diable”. On l’emmène au cimetière, sur une tombe. On le lave tout entier à l’eau chaude, on l’habille avec d’autres vêtements donnés par les voisins, et on enterre les vieux habits, tout ça pour tromper le diable. »

173Ces histoires datant des années 1960 ont toujours une forte résonance en 1990. Comme je déchiffre une inscription sculptée sur un linteau de porte, un petit groupe s’assemble, comme il est fréquent, et m’explique que le texte protège de « l’œil » : « Le long œil casse même la pierre, explique un adulte entouré de jeunes : si tu manges au souk et si un œil affamé,cayn gâ’ica, te regarde, tu ne peux plus manger, tu sens en toi-même que tu ne peux plus manger. L’œil de l’envie peut même te casser les dents ! C’est certain, cela arrive à beaucoup de gens. Si tu consommes du qât devant quelqu’un qui l’aime beaucoup, et que tu ne lui en offres pas, il arrive que toutes tes dents se cassent et tombent d’un seul coup ! » L’adulte dit cela très sérieusement et les jeunes approuvent : « L’œil, c’est vrai ! al-cayn, haqq ! »

Les proverbes sur l’envie

  • 183 Akwac 1984, n° 2973 : cAyni-h tawîla.
  • 184 Ibid., n° 2963 : cAyn fît-tâqa, wa cayn fil-bâb.
  • 185 Ibid., n° 2958 et 2964 : cAyn ti‘ayyin mara, wa cayn li-l-maqbara et cAyn fi l-maqbara, wa cayn ti (...)

174Quelques proverbes puisés dans le recueil d’al-Akwac confirment la puissance de l’œil. D’un homme qui poursuit les femmes de regards suspects, on dit que « son œil est long183. » Akwac fait le même commentaire du proverbe : « Il a un œil à la fenêtre et un autre à la porte184. » En d’autres termes, il passe son temps à guetter les femmes. Plus dru encore : « Il a un œil qui cherche femme, et l’autre au cimetière185 », proverbe courant parmi les femmes de Sanaa et de Damâr au sujet de l’infidélité des hommes qui pensent déjà à femme nouvelle alors qu’ils conduisent au cimetière la dépouille de leur épouse.

  • 186 Ibid., n° 1020 : Bi-yâkul nafsi-h alâ hilba. Dans un sens voisin, Akwa‘ cite Biykîl ‘imri-h kayl, (...)
  • 187 Ibid., n° 2866 : Alâ bâb al-ganna hâsid.
  • 188 Ibid., n° 3102 : Al-faqîr mahsûd calâ z-zinbîl. Dans le même sens, nous avons : Yahsadûn al-faqîr (...)
  • 189 Ibid., n° 1505 : Hisidû l-baziyya alâ kubr gihrahâ.
  • 190 Ibid., n° 1504 : Al-hasad cinda ggîrân, wa l-bugd cinda l-aqârib.

175On peut envier le moindre bien : « Il se mange lui-même pour une hilba186 », un des principaux mets du Yémen. Nul n’est à l’abri de l’envie, ni celui qui fait le bien, car « à la porte du paradis, il y a un envieux »187, ni le pauvre, car « on envie le pauvre pour son couffin188 », ni la servante, car « on envie [même] la servante pour la grosseur de son derrière189 ». L’envie constitue un risque toujours présent, même chez les voisins et les proches : « L’envie chez les voisins et la haine dans la parenté190. »

  • 191 Ibid., n° 2224 : Saqâ llâh bilâd al-fasaqa wa lâ saqâ bilâd al-hasada. Dans le même sens, on a : A (...)

176On peut extirper le libertinage du cœur de l’homme, mais pas l’envie qui est tellement dangereuse et enracinée en lui qu’il ne vaut même pas la peine d’implorer pour elle la miséricorde divine, comme on peut le faire pour les dévergondés : « Que Dieu bénisse le pays du libertinage, et pas celui de l’envie191. »

  • 192 Ibid., n° 2959 : Al-cayn tiwassil ad-dafan.
  • 193 Ibid., n 2966 : Al-cayn qattâla.

177« L’œil conduit à la tombe192 » : être atteint par l’œil conduit au tombeau et, inversement, « L’œil est un meurtrier193 ».

Envie et Coran

  • 194 Coran, sour. LXVIII, Le calame, v. 51, trad. Berque, qui induit sa traduction de absâr par « mauva (...)
  • 195 Blachère, 1951, t. II, p. 128.

178Ces réalités mauvaises sont reconnues par le Coran lui-même : « ... Même si les dénégateurs manquent te faire glisser, par leur mauvais œil, quand ils entendent le Rappel et qu’ils te traitent de fol194 ! ». Deux brèves sourates, appelées par les musulmans les « deux sourates-refuges », al-mucawwidatâni, font référence : les sourates L’Aurore et Les Hommes, souvent reproduites sur des tableaux que l’on dispose au-dessus des places d’honneur. Elles « ont dû être reçues quand s’imposa à Mahomet que seul Allah pouvait constituer un secours contre les esprits mauvais195 ».

  • 196 Coran, sour. CXIV, Les hommes, trad. Berque.

« Dis : “Mon refuge soit le Seigneur des Hommes
le Roi des Hommes
le Dieu des Hommes
contre le ravage de l’instigateur sournois
qui chuchote dans la poitrine des hommes
(l’instigateur) de parmi les djinns et les hommes”196. »

  • 197 Ibid., sour. CXIII, Le point du jour, trad. Berque.

« Dis : “Mon refuge soit en le Seigneur de l’Aube
contre le ravage causé par Sa créature contre le ravage de l’heure où la nuit s’épaissit
contre le ravage de celles qui soufflent sur des nœuds
contre l’envie de l’envieux”197. »

179La seconde sourate reconnaît la puissance de l’envieux, mais aussi, semble-t-il, l’usage de pratiques magiques pour se protéger contre lui, comme celles que nous citions à l’instant.

  • 198 Vers cité par Akwac, 1984, p. 302 : Usbur alâ kaydi l-hasûdi / Fa-inna sabra-ka qâtilu-h Ka-n-nâri (...)

180La patience, ṣabr, grande vertu islamique, constitue également un remède contre l’envie : « Patiente contre les pièges de l’envie / Car ta patience la tuera / Comme le feu se mange lui-même / Quand il n’a rien à dévorer198. »

181Pire que les calamités naturelles, pire que l’envie, il y a le déshonneur, car il ne vient pas de l’extérieur de la maison, mais de l’intérieur, de ses occupants eux-mêmes : nous y reviendrons au chapitre suivant.

CONTRE LES DJINNS

  • 199 Bel, 1988, p. 215.
  • 200 Gabus, 1958, p. 42.

182Il est possible que le plâtre qui souligne le pourtour de nombreuses portes, fenêtres et vitraux, soit utilisé à Sanaa, comme à aṭ-Ṭawîla, pour éloigner les djinns : « Le plus important est de faire échouer leurs tentatives de pénétration dans la maison. Ainsi les ouvertures des fenêtres sont limitées par leur nombre et leur taille réduite. On badigeonne les contours de plâtre, ainsi que les bandeaux. Unis et éclairés de blanc, ils font office de surface incommodante puisque les djinns ne se “compromettent” pas au grand jour199. » Au Sahara, « tout ce qui est brillant lutte contre le mauvais œil200. » C’est probablement aussi pour empêcher l’œil de pénétrer dans la pièce que l’on baisse les rideaux dès la tombée du jour.

LES DÉCORS EN MIḤRÂB : une sacralisation de la maison ?

Les décors en miḥrâb à Sanaa

  • 201 Voir les légendes des phot. 11-15, 8.

183Au deuxième étage de bayt alAgamî, les décors en accolade créent discrètement l’unité décorative du dîwân : sur les deux battants de la porte, sous les étagères d’angle et sur la porte d’un petit placard, au-dessus des vitraux enfin, soit en simple accolade, soit discrètement polylobés. Ailleurs, les décors en accolade tissent un lien entre les divers ornements de la maison, par exemple à bayt at-Iawr, n° 48201.

  • 202 Bonnenfant, 1987 a, chap. 2.3., 2.4., 2.5., 3.2.

184Les décors en accolade (phot. 41-43) sont omniprésents dans l’art du bois à Sanaa, que ce soit pour les portes, les volets et les contrevents. Les menuisiers appellent miḥrâb les panneaux des portes qui s’achèvent vers le haut par une arcature en accolade202.

185Les décors de ce type sont fréquents dans l’art musulman, que ce soit dans les niches richement décorées d’arabesques de l’architecture musulmane d’Occident, dans les revêtements muraux en céramique de l’art ottoman, dans les reliures ou dans les textiles. Le champ central d’innombrables tapis de prière est orné d’une niche en miḥrâb, souvent décoré d’une lampe.

La symbolique du miḥrâb à Sanaa

186Le miḥrâb, pour le musulman, est un mot à connotation fortement religieuse. C’est la niche aménagée dans le mur de qibla, celui qui dans la mosquée indique la direction de La Mecque.

  • 203 Papadopoulo, 1976, p. 230.

187« Ne pouvant ériger une statue du Prophète, [... ] comment suggérer mieux la présence de cette statue que par la niche qui, normalement, en suppose toujours une, et lui sert de cadre sanctifiant ? Une niche par elle-même n’aurait aucun sens si elle n’impliquait la présence de la statue absente par suite des interdits que nous connaissons. Le miḥrâb symbolise donc, en la suggérant, la présence du Prophète lui-même, récitant du Verbe divin, et donc de Dieu même à travers lui, il est le moule en creux de cette présence. [...] Le miḥrâb devient ainsi la forme symbolique religieuse par excellence, puisqu’il perpétue dans toutes les mosquées la présence de Mohammed et son enseignement, le Coran, parole de Dieu203. »

188Cette attitude peut se transposer dans la maison. L’abondance de ce décor, qui porte le nom de la partie la plus importante de la mosquée, induit dans l’esprit des habitants de la maison une dimension sacrée, évoquée aussi par les nombreuses inscriptions qui nomment constamment Dieu et son Prophète.

Phot. 41-43. Le miḥrâb, Forme décorative partout présente.
41. Goût des formes-gigognes : un šâqûṣ en forme de miḥrâb s’ouvre dans un second šâqûṣ plus grand que lui, s’ouvrant lui-même dans un des deux contrevents d'une fenêtre de bayt az- Zubayrî; n° 56
42. Dans la menuiserie, le miḥrâb désigne un panneau principal de porte ou de volet, en forme de niche, venant s’insérer entre montants et traverses. Ici, miḥrâb à décor clouté à bayt Dalâl, n° 12.
43. Décors de miḥrâb exécutés dans le plâtre, au-dessus et au-dessous d’une étagère, dans le mafraǧ de bayt cAslân, n° 101.

  • 204 Voir dans cet ouvrage les phot. 14, 16, 18, 16, 21,16, 32,16, 34,16. Bonnenfant, 1987 a, pp. 64-68 (...)

189Plus concrètement encore, la dimension sacrée de la maison est suggérée visuellement dès l’entrée par la trunǧa. Ce motif de médaillon fuselé, très courant lui aussi dans l’art musulman, est fréquent à Sanaa, dans les mosquées comme dans les maisons (phot. 20-22 ; 29, 22, au centre). Il est sculpté en bois rapporté sur la plupart des portes d’entrée de Sanaa204. Mais il figure aussi sur la plupart des reliures de Coran. Là encore, ce décor induit dans l’esprit de celui qui pénètre dans la maison une dimension sacrée : on ouvre la porte de la maison comme on ouvre le Coran, avec les gestes et l’attitude intérieure de sacralisation qu’on adopte avant la prière. Et, précisément, sont sculptés sur les « fronts » des portes les mots mêmes qui ouvrent chaque sourate et de nombreuses prières.

190La dimension sacrée de la maison se poursuit dans l’usage de se déchausser dans les pièces de réception et de vie, à la différence des espaces qui précèdent, dallés de pierre, où l’on marche chaussé comme dans la rue. On entre dans le dîwân comme dans un lieu protégé par la marche du seuil, qui le surélève par rapport au vestibule, dans un lieu privilégié, anobli par les tapis qui impliquent de se déchausser, comme à la mosquée. Précisément, les pièces où nous trouvons des tapis sont aussi celles qui sont ornées de décors en miḥrâb.

191Les décors en miḥrâb, partout présents, évoquent donc prière et mosquée. Ils contribuent à faire de l’habitation, lieu de la femme et du sacré, une amorce de paradis.

***

192Les recherches fondées surtout sur l’étude des matériaux et de leur décors ont permis d’exprimer un certain nombre d’hypothèses. Il reste à les vérifier et à les affiner par une étude centrée davantage sur la symbolique, avec d’autres interlocuteurs : savants, lettrés, adeptes du soufisme, magiciens, astrologues, s’il en est au Yémen.

  • 205 Antongini, Spini, in Bonté, Izard, 1991, p. 79.

193La maison, comme les autres formes du construit, est un « réceptacle de signes205 ». Il est clair que la maison de Sanaa intra-muros exprime le système de normes et de valeurs de la société yéménite en un temps donné, celle que régissait l’imâm avant la révolution de 1962. Les symboles chantent la vie et la fécondité, proclament une hiérarchie de la gloire et de l’honneur, appellent à la protection de la demeure, dans une dialectique de l’humain et du divin.

  • 206 Chevalier, 1973, p. XII.

194« Le symbole échappe à toute définition. Il est de sa nature de briser les cadres établis et de réunir les extrêmes dans une même vision206. » Les symboles étudiés unissent le monde de l’habitation, visible, apparent, manifesté, et le monde invisible, caché, non manifesté des structures sociales et des croyances magiques et religieuses. Celles-ci édifient et décorent la maison autant que la main des maçons et des plâtriers. La décoration de la maison joue comme la langue arabe, en évoquant beaucoup, en appelant des chaînes d’associations de sens, en opérant des rapprochements. Le langage décoratif de la demeure, le langage poétique et le langage magico-religieux se rejoignent.

Notes

1 C’est un fait constant, dans les arts islamiques dits « mineurs », que les mêmes motifs décoratifs sont exécutés dans divers matériaux. Dès l’époque préislamique, les artisans s’inspiraient de thèmes décoratifs provenant de textiles pour décorer les murs revêtus de plâtre (Hill, Grabar, 1967, p. 78). A l’époque ottomane, le « motif de çintemani [“lèvres de Boudha”] a été utilisé dans le décor de techniques très diverses : sur de la céramique, des boiseries et de nombreux textiles et tapis » (Bernus-Taylor, 1990, p. 209).

2 Bonnenfant, 1987 a, phot. 1, p. 8, et phot. 127, p. 159, en haut du kuSk.

3 Bernus-Taylor, 1989, p. 264, citant un texte non publié de Michaël Meinecke sur l’héraldique mamlûke.

4 Bonnenfant, 1987 a, phot. 1, p. 8, et phot. 127, p. 159.

5 Bonnenfant, 1989, p. 141,227. Bonnenfant, 1987a, p. 139.

6 Akwac, 1984, n° 106.

7 Pour les décrasser, nahb al-ma‘gûr, les femmes utilisaient autrefois un produit à base de craie dont il existe d’importantes carrières dans le djebel Nuqum ; on la faisait un peu brûler avant de la pulvériser.

8 Cf. aussi phot. 10, 8, 1er objet à gauche ; Bonnenfant, 1989, p. 65, les deux objets de gauche.

9 Le même usage est signalé en milieu montagnard par Champault, 1985.

10 Cf. Desmet-Grégoire, 1989.

11 Comme d’autres objets domestiques en métal, l’aiguière donna lieu à des fabrications très élégantes : certaines œuvres en cuivre ou en bronze incrusté de métaux précieux comptent parmi les chefs-d’œuvres de l’art musulman. Voir par exemple Fehérvàri, 1976, n° 2, face à p. 40 ; n° 51, pl. 15 ; pl. 1, 2, 14, 15 et 16 en fin d’ouvrage. Papadopoulo, 1976, phot. 77, p. 197, bronze du viii ve s. ; p. 426, phot. 385-387, œuvres du xiiie s

12 Les artisans ont pu être inspirés par les oiseaux, peut-être d’origine chrétienne, sculptés dans le mur nord de la grande mosquée (phot. 62 et 63,16).

13 Fehérvàri, 1976, n° 109 à 111, pl. 37, xie-xiiie s. Toujours en Iran, des oiseaux sont moulés sur des brûle-parfums en bronze (xi-xiie s.) et des lampes à huile (xii -xiiie s.) : Ibid, n" 93-96, pl. 31.

14 Voir Charritat, Pelletier, in Bernus-Taylor, 1989, pp. 91-110.

15 Roux, 1977, p. 224 et 228, n° 509 et 520.

16 Charritat, in Bernus-Taylor, 1989, pp. 100-101

17 Bel, 1988, p. 215.

18 Finster, 1979 c, phot. 103 ; cf. aussi phot. 102a et b.

19 Notons qu’en haut de la tenture est accroché un grand Coran dans un étui de tissu précieux. Sur toutes les étagères en plâtre de la pièce ont été disposés des bouquets de fleurs en plastique.

20 Seringe, 1988, p. 145.

21 Sarre, 1901, pl. XLVII.

22 Charritat, in Bernus-Taylor, 1989, p. 103.

23 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Arbre ».

24 Ocinum basilicum L, de la famille des Labiatae ; nombreuses variétés (Bâ Dayn, 1991, pp. 74-75 ; Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984, p. 199). D’après cette dernière source, on l’appelle aussi habaq aswad, hawq, habaq sacïarî. Habaq peut désigner aussi Mentha longifolia Huds., différente de nacnac: Mentha piperita L. (Hubaishi, Muller-Hohenstein, 1984, p. 199).

25 Ruta chalepensis L, de la famille des Rutacae Fleurentin et alii, 1983, p. 190. Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984, p. 178, n° 132).

26 La gubayra, Pulicaria jaubertii Gamal Eldin Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984), nommée littéralement “petite poussière”, à cause de ses fleurs minuscules, est également mise dans les coffres à vêtements et à couvertures, pour leur éviter d’être mangés par les mites.

27 L’habitude s’est aujourd’hui perdue pour les hommes de Sanaa.

28 Akwac, 1984, n° 884 : Badala l-humhuma qurmuma.

29 Dans le même sens, nous avons : Bacda Ihamâmî qunnâmî, « la morve après la tourterelle » (Akwa‘, 1984, n° 947 ; cf. aussi n° 946). Pour Akwa‘, le beau rameau de basilic, ḥumḥuma, comme la tourterelle, ḥamâmî, sont des symboles de qualité.

30 Cf. par exemple Doutté, 1909, p. 317 sq.

31 Voir aussi Bonnenfant, 1989, p. 218. Autres exemples qui ne sont pas illustrés ici : bayt ‘Aslân, n° 101, ou dâr aš - Šukr, n° 216.

32 Voir ibid. p. 191, en haut. Ces serpents sont situés à environ 4 m du sol, au-dessus de la rue, aux angles sud et nord.

33 Paccard, 1980, t. Il, p. 149, phot. des pp. 150-153.

34 Il est associé à un seuil, puisqu’il est situé au-dessus d’une porte menant de l’escalier à un appartement d’étage.

35 L’ouroboros : « Serpent qui se mord la queue et symbolisant un cycle d’évolution refermée sur elle-même. Ce symbole renferme en même temps les idées de mouvement, de continuité, d’autofécondation et, en conséquence, d’éternel retour » (Chevalier, Gheerbrant, 1974, article Ouroboros). Sur un olifant en ivoire d’Italie du Sud, xie s., un serpent fait le tour de l’objet et se dévore la queue : Kühnel, 1971, objet n° 81, p. 63, et pl. LXXXI, 81a.

36 Chelhod, 1973, p. 12, fig. 4.

37 On les trouve dessinés dans Laoust-Chantreaux, 1990, pl. IX ; p. 50, fig. b, c, d ; pl. XXIX.

38 D’après Lewcock, 1983 b, p. 487 a, n. 40.

39 En de nombreux pays, l’usage du sel est fréquent pour éloigner les génies.

40 Seringe, 1988, p. 98.

41 Il est représenté par exemple sous les dieux lares, dans un laraire, maison des Vetii, Pompéi.

42 Laoust-Chantreaux, 1990, p. 41.

43 Mookerjee, 1966, pl. 74, p. 114 ; pl. 88, p. 132 ; pl. 92, p. 137. Rawson, 1973, pl. 54, 56.

44 Nous trouvons plusieurs représentations de serpents, reprises d’autres ouvrages, dans l’étude de : Hôfner, 1965 (pl. III).

45 D’après une conversation avec Christian Robin que nous remercions.

46 Toutes les références au « temple des Banât ‘Ad d’as-Sawdâ’ » citées ici sont des commentaires d’un relevé des décors de l’encadrement du portail monumental, effectué par Rémy Audouin et Bernard Tournet en 1987, étude non publiée. Cf. aussi : Breton, 1990. On trouve exactement le même motif au temple de ‘Attar de Ma‘nî près de Ma‘nî : cf. Schmidt, 1982 b, pl. 61, 62.

47 Nous retrouvons ce motif de serpents enlacés dans l’iconographie tantrique: Rawson, 1973, pl. 40. Ils sont les « symboles de l’énergie cosmique, enroulés autour d’un linga invisible (organe mâle) ».

48 Otto-Dorn, 1959, Tafel 1, Abb. 2, « Drachenstein » aus Afyon : deux serpents enlacés entourent les deux tiers d’une sorte d’anneau. Nous trouvons aussi deux serpents enlacés comme ceux d’al- Attar, mais bouches affrontées, sur un olifant d’ivoire originaire d’Italie du Sud, xie s.: Kühnel, 1971, objet n° 79, pp. 62-63, pl. LXXX, 79d.

49 Bonnenfant, 1989, p. 190.

50 Seringe, 1988, p. 93.

51 Hamdânî/Faris, 1938.

52 Râzî, 1974, pp. 203-204.

53 Citée par Bidwell, 1983, p. 120b.

54 Sauvaget, 1930, pp. 228-229, fig. 24 et planche XXXVIII.

55 Otto-Dorn, 1967, p. 176 et fig. 106.

56 Hill, Golvin, 1976, phot. n° 497498.

57 Vers cités par Akwac, 1984, en commentaire du proverbe 3741 :

Wa lâ tahtaqir kayda d-ḍa‘îfi fa-mbbamâ tamûtu l-afâc'î min sumûmi l-‘aqâribFa qad hadda qidman carSa Bilqîs hudhudu Wa ẖarraba hafni l-fârsaddan li-Ma’ribi « Ne méprise pas le piège du faible car parfois Les serpents meurent du venin des scorpions. Une huppe a détruit le pied du trône de Bilqîs Et le trou de la souris a ruiné le barrage de Mârib !”

58 Bel (1988, p. 214) note le même usage à at-Ṭawîla.

59 Serjeant, 1976, p. 30 et pl. 4.

60 Ibid., p. 67.

61 Ibid., p. 68.

62 Ibid., p. 97, n. 125.

63 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, article « Corne ».

64 Serjeant, 1976, pp. 30-31.

65 Roux, 1977, n° 1, p. 48. Stèle originaire de Mârib, ve s. av. J.-C. (Louvre (A.0.), DAO 18, dépôt du musée Borély, Marseille).

66 Philby, 1981, p. 116 ; elle date du ier siècle AD.

67 Représenté in Philby, 1981, en regard de la p. 80.

68 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, article « Corne ». Seringe, 1988, pp. 391-392.

69 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

70 On en trouve à Ànis (Hammâm Alî, djebel aSSirq) et chez les Banî HuSayS. On en fait des perles de colliers, des bagues et des sceaux. On y grave parfois des chevaux et des dromadaires.

71 Hell, 1960, El 2.

72 Doutté, 1909, pp. 83-84, citant Al-Qazwinî, cAgâ’ib al-mahlûqât, en marge d’Al-Damîrî, Hayât alhayawân, t.1, Le Caire, 1313, pp. 310-311.

73 Doutté, op. cit., pp. 83-84.

74 Voir les tracés directeurs dans Saïd, Parman, 1976, chap. 3, p. 51, 55, 57.

75 Finster, 1982 c, phot. 78b.

76 Ibid., phot. 113 a et b, 116.

77 Dimand, 1937, fig. 4, panneau de bois de teck, 2e moitié du viiie s.

78 Herzfeld, 1923, p. 111, Abb. 168, Orn. 168 ; p. 112, Abb. 170, Orn. 170 ; p. 176, Abb. 245, Orn. 230b. Dans ces deux derniers décors, les deux sceaux de Salomon sont superposés.

79 Otto-Dorn, 1967, p. 107, fig. 56.

80 Schlumberger, Sourdel-Thomine, 1978, pl. 131 d.

81 Sarre, 1901, pl. LIV.

82 Erdmann, 1963, abb. 29.

83 Musée des Arts décoratifs, n° 4411.

84 Kühnel, 1971, objet n° 90, et Tafel XCIX, 90 (A-F): « Sechs Belagplatten von einem kleineren môbel. Àgypten, Fatimislisch, 11.-12. Jahrundert. »

85 Kühnel, 1927, p. 34, n° 3112, et Tafel 17 ; p. 86, n° 3094, et Tafel 50.

86 Migeon, 1927,1.1, p. 271, fig. 98.

87 Papadopoulo, 1976, p. 203, pl. 94.

88 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

89 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Hexagramme ».

90 Rawson, 1973, pl. 55.

91 Ibid., phot. 104 des « commentaires illustrés », p. 123.

92 Mookerjee, 1966, pl. 50, p. 77; pl. 51, p. 78, Rama Yantra.

93 Ibid., pl. 74, p. 114 ; pl. 92, p. 137.

94 Chevalier, Gheerbrant, 1974, article « Sceau (de Salomon) »

95 Ibid., article « Hexagramme ».

96 Doutté, 1909, p. 83.

97 Ibid., pp. 155-156.

98 Le Coran, sour. XXI, v. 81-82 ; sour. XXXIV, v. 12-13 ; sour. XXVII, vers. 16-18 ; sour. XXXVIII, v. 3&40.

99 Doutté, 1909, p. 157, cite « Tha‘alabi, Qiças el ‘Anbiya [Le Caire, 1314], pp. 181-183 ; Ibn Iyâs, Badâ’i' ez zouhoûr [Le Caire, 1314], pp. 168-170 ». Ailleurs, il cite « Basset (R.), Salomon d. 1. lég. mus., in Rev. Trad. pop., 1888, pp. 353-359 ».

100 Walker J. Article : « Sulaimân ». EI 1, t. IV. Voir aussi : Allan J., article : » Khâtam ». E12, t. IV, p. 1135.

101 Doutté, 1909, p. 157.

102 Ibid., p. 157.

103 Cf. Ullendorff, 1960, p. 1256. D'après Philby, 1981, chap. 1, « The Bible Record », la reine de Saba et Salomon sont cités dans la Bible dans les livres suivants : Rois 1, 10:1-13 : visite de la reine de Saba à Salomon (écrit vers 535 av. J.-C.) ; Chroniques II, 9 verset 1-12 (écrit vers 332 av. J.-C.). Autres références à Sabâ’ dans l’Ancien Testament : Gen., 10 verset 7 ; Ps. 72, verset 10 et 15 ; Isaïe, 43, verset 3 ; 45, verset 14 ; 60, verset 6 ; Jérémie, 6, verset 20 ; Ezekiel, 27, verset 20. Joël 3, verset 8. Références à la reine de Saba dans le Coran : sour. 27, an-Naml ; sour. 34, Sabâ’.

104 Voir Ullendorf, 1960, p. 1256.

105 Zafrani, 1986, p. 154.

106 Doutté, 1909, p. 157.

107 Pour l’Ethiopie, voir Cohen, 1985. Pour les Comores, voir Blanchy, Saïd, 1990.

108 Doutté, 1909, p. 112 sq.

109 D’après une conversation avec al-Mahdî Amîn al-Falakî, astrologue yéménite réputé, vivant non loin de Zabîd, dans la ville de Bayt al-Faqîh. Cf. aussi Blanchy, Saïd, 1990.

110 Doutté, 1909, pp. 192-193.

111 Graefe, 1965.

112 Doutté, 1909, pp. 192-193.

113 Dans un talisman reproduit par Doutté, 1909, p. 164, les noms des califes sont associés aux noms des quatre chefs des génies : Mâzir avec Abû Bakr ; Kumtum avec Umar; Taykal avec Alî; cUtmân avec Qusûra.

114 Toujours de haut en bas et de droite à gauche.

115 Voir ces talismans in Doutté, 1909, p. 164, 168, 245, 251, 270, 391.

116 Toujours de haut en bas et de droite à gauche.

117 « C’est-à-dire je l’empêche de se marier ».

118 Doutté, op. cit.. p. 154.

119 D’après Doutté (1909, pp. 159-161), les sawâqit al-fâtiha sont « les seules lettres de l’alphabet arabe qui ne soient pas contenues dans les sept versets de la fâtih ’a ou première sourate du Coran : elles sont précisément au nombre de sept. Elles sont douées de vertus magiques spéciales longuement étudiées par El Boûnî. [Elles] sont en rapport étroit avec sept des quatre-vingt-dix-neuf noms de Dieu [...]. Chacun de ces noms [...] commence par une de ces lettres. [...] Chaque lettre est en rapport avec un djedouel [tableau] spécial qui sert pour les opérations magiques de chaque jour de la semaine ».

120 Voir d’autres références sur Umm as-Sibyân in Piamenta, 1990, p. 12b.

121 Bonnenfant, 1987a: voir au glossaire, sous hâtim sulaymânî.

122 Ibid., p. 61, fig. F37.

123 Ibid, p. 113, phot. 79 b.

124 Les menuisiers de Sanaa appellent miḥrâb le panneau d’une porte de type carbî qui saille à la manière d’une niche en relief. Sur la photographie n° 3, 23, on voit les deux miḥrâb de part et d’autre du heurtoir.

125 Bonnenfant, 1981, phot. 27, p. 50.

126 Sur les linteaux des portes sud et est : cf. Bonnenfant, 1987 a, pp. 102-104.

127 Bonnenfant, 1987 a, pp. 170-174, phot. 147.

128 Bonnenfant, 1981, phot. 14, p. 38.

129 Bonnenfant, 1989, p. 193, à droite.

130 Voir au chap. 22, inscription 18 : Inna llâh ma â lladîna ttaqû [sceau] wa lladîna hum muhsinün.

131 Zafrani, 1986, p. 376.

132 Ibid., p. 458.

133 Ibid., p. 384, en note.

134 Voir Aqîlî, s. d.

135 Bonnenfant, 1987 a, pp. 66-72, fig. F58-F60, F63.

136 Seringe, 1988, pp. 303-307. Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. IV, pp. 247-249.

137 Chevalier, Gheerbrant, 1974 (t. IV, p. 248), citant notamment Champeaux et Sterckx (Introduction au monde des symboles, p. 25).

138 Chez les Touaregs : Gabus, 1958, p. 68.

139 Seringe, 1988, p. 200, et fig. 74.

140 Sarre, 1901, pl. XV : « Kum. Stuckdekoration in einem Grabturm von dem Kaschaner Thor ».

141 Selon l’appellation de Nataf, 1973, p. 157.

142 Voir divers tracés directeurs possibles dans Saïd, Parman, 1976 (pp. 25-35).

143 Par exemple les phot. 15, 8, 49, 17, en bas à droite, 80, 20, 5, 22 vitrail de gauche ; pl. 15 f, 16 i, 19 a.

144 Finster, 1986 a, phot. 41 c.

145 Finster, 1982 c, fig. 82, p. 243, et phot. 99 a et b.

146 Ibid., phot. 77 a et b.

147 Herzfeld, 1923, p. 163, Abb. 237, Orn. 224, et phot. LXXXI : il s’agit d’une frise de croix fichées opposées par leurs pointes, sur un rang unique, avec un riche décor typique de Sâmarrâ. Dans ce site également, des croix fichées disposées en oblique encadrent un sceau de Salomon : Herzfeld, op. cit., p. 168, Abb. 242 a, Orn. 229.

148 Hardy, 1990, fig. 5, p. 279.

149 Cf. par exemple Papadopoulo, 1976, p. 417 : phot. 326, panneau de Mossoul, xiiie s. La croix fichée figure sur un claustrum de marbre de la grande mosquée de Cordoue (Marçais, 1954, p. 181, fig. 121) et à la Qal'a des Banî Hammâd, au Maghreb (Marçais, op. cit., p. 99, fig. 49). Elle fait partie aujourd’hui du répertoire des artisans marocains (Paccard, 1980, t. II, p. 110, phot. 1).

150 Croix fichées inscrites dans des carrés sur la pointe sur une étoffe « Vorderteil eines Gewandes », Égypte, xiii-xiv s. (Kühnel, 1927, p. 54, n° 1032, et Tafel 30). Croix fichées inscrites dans des octogones (Ibid., p. 55, n° 3180, et Tafel 31). Croix fichée sen réseau sur un tissu de soie au décor dit « de l’Alhambra » originaire d’Espagne, xiv° s. (Roux, 1977, n° 110, p. 87).

151 Mercier, Marchai, 1992, p. 17, 46, 48, 104, 105, 152, 164, 169, 178,213.

152 Blanchy, Said, 1990, p. 25, schéma 2, sceau de Salomon représenté dans le palais Idarus à Ikoni.

153 Seringe, 1988, p. 298.

154 Ibid., p. 298.

155 Chevalier, Gheerbrant, 1974, t. II, p. 141 sq.

156 Papadopoulo, 1976, p. 416, phot. 320.

157 Kerimov, 1984, tapis n° 3, Azerbaïdjan ; n° 29, Géorgie ; n° 45, Azerbaïdjan ; n° 95,96, Arménie.

158 Ibid, tapis n° 18, 23, 34, 54, 90, Azerbaïdjan ; n° 92, 95, 96, Arménie ; n° 121, Géorgie.

159 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

160 Gabus, 1958, p. 42.

161 Roux, 1977, p. 234, n° 544.

162 Erbek, s.d., chapitre sur les motifs.

163 Gast, Fromont, 1985, p. 200

164 Lewcock, 1979 a, pp. 80-82.

165 Otto-Dorn, 1967, p. 64.

166 Zafrani, 1986, p. 375, reprenant Doutté, 1909, pp. 48-49.

167 Voir aussi phot. 15, 8, vitrail de droite, où ce motif alterne avec la croix fichée, le motif de chaîne et une inscription théophore.

168 Un exemple très clair figure au musée d’art islamique du Caire, n° 3075, éléments de décor architectural (Égypte, début du XV' s.), représenté dans Égypte-Égypte (pp. 94-95). Cf. aussi Papadopoulo, 1976, p. 417, fig. 325, 326, 335, 351.

169 Papadopoulo, 1976, p. 62. Ce thème et repris et développé pp. 186-189.

170 Sur le mot kâfî, voir Doutté, 1909, p. 175.

171 Le Louvre, dépt. des Antiquités orientales, Section islamique, MAO 425. « Coupe magique, Syrie (?) xiiie-xive s. Alliage de cuivre incrusté d’argent et gravé ».

172 Paccard, 1980, t. II, p. 76, phot. 1 ; p. 90, phot. 1.

173 Blanchy, Said, 1990, schémas 2 bis, p. 30 et 3, p. 32.

174 A bayt Sarî par exemple, presque tous les petits vitraux ronds ayant remplacé les plaques d’albâtre dans les oculi sont composés soit de sceaux de Salomon doubles inscrits l’un dans l’autre, soit de deux carrés superposés tournant de 45°, soit de croix fichées. Il en est de même dans d’innombrables maisons. Il en est probablement à Sanaa comme à Zabîd, où un savant de la ville nous a déclaré, au moment où le présent ouvrage était sous presse, que ces trois motifs étaient en fait trois versions différentes du « sceau de Salomon ».

175 Le Coran, sour. XXXVI.

176 Blachère, 1951, t. II, p. 248.

177 Akwac, 1984, n° 2170, 2171, 4334, 6029.

178 Ibid., n° 600.

179 La bibliographie est considérable sur le mauvais œil. Voir, en introduction : « Œil », in Chevalier, Gheerbrant, 1974, et, pour le monde musulman : Marçais (Philippe), 1960 (p. 809). Voir aussi Mercier, Marchai, 1992.

180 Serjeant, 1983 d, p. 313, n. 35.

181 Akwa‘, 1984, n° 1510 : Al-hasûd lâyasûd.

182 Fayein, 1990, chap. IX.

183 Akwac 1984, n° 2973 : cAyni-h tawîla.

184 Ibid., n° 2963 : cAyn fît-tâqa, wa cayn fil-bâb.

185 Ibid., n° 2958 et 2964 : cAyn ti‘ayyin mara, wa cayn li-l-maqbara et cAyn fi l-maqbara, wa cayn tidawwir mara.

186 Ibid., n° 1020 : Bi-yâkul nafsi-h alâ hilba. Dans un sens voisin, Akwa‘ cite Biykîl ‘imri-h kayl, n” 1081.

187 Ibid., n° 2866 : Alâ bâb al-ganna hâsid.

188 Ibid., n° 3102 : Al-faqîr mahsûd calâ z-zinbîl. Dans le même sens, nous avons : Yahsadûn al-faqîr calâ tûl al-‘isâ wa bayâd az-zinbîl, « On envie le pauvre pour la longueur de son bâton et la blancheur de son couffin. »

189 Ibid., n° 1505 : Hisidû l-baziyya alâ kubr gihrahâ.

190 Ibid., n° 1504 : Al-hasad cinda ggîrân, wa l-bugd cinda l-aqârib.

191 Ibid., n° 2224 : Saqâ llâh bilâd al-fasaqa wa lâ saqâ bilâd al-hasada. Dans le même sens, on a : Asqî bilâd al-fasada, wa lâ tisqî bilâd al-hasada, « Bénis le pays du libertinage, et pas celui de l'envie ! » (Akwa‘, 1984, n° 485).

192 Ibid., n° 2959 : Al-cayn tiwassil ad-dafan.

193 Ibid., n 2966 : Al-cayn qattâla.

194 Coran, sour. LXVIII, Le calame, v. 51, trad. Berque, qui induit sa traduction de absâr par « mauvais œil » d’une glose de Zamahšârî.

195 Blachère, 1951, t. II, p. 128.

196 Coran, sour. CXIV, Les hommes, trad. Berque.

197 Ibid., sour. CXIII, Le point du jour, trad. Berque.

198 Vers cité par Akwac, 1984, p. 302 : Usbur alâ kaydi l-hasûdi / Fa-inna sabra-ka qâtilu-h Ka-n-nâri ta’kulu nafsa-hâ/ In lam tagid mâ ta’kulu-h.

199 Bel, 1988, p. 215.

200 Gabus, 1958, p. 42.

201 Voir les légendes des phot. 11-15, 8.

202 Bonnenfant, 1987 a, chap. 2.3., 2.4., 2.5., 3.2.

203 Papadopoulo, 1976, p. 230.

204 Voir dans cet ouvrage les phot. 14, 16, 18, 16, 21,16, 32,16, 34,16. Bonnenfant, 1987 a, pp. 64-68, fig. F48 à F60.

205 Antongini, Spini, in Bonté, Izard, 1991, p. 79.

206 Chevalier, 1973, p. XII.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. La couronne.Ce motif, très fréquent sur les vitraux, mais présent aussi dans les stucs et dans les bois sculptés, évoque la coiffe de la mariée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Phot. 2 et 3. L’emblème de l’imâm : le sabre entouré de cinq étoiles.2. L’emblème de l’imâm, sculpté dans la pierre, orne ici un portail de bayt cAbbâs. n ° 39.3. Dans une composition en miroir, le sabre et les cinq étoiles ornent la ğabha de la porte-guichet, au portail de bayt Bint al-Imâm. n ° 9. Au-dessus, sur la porte principale, ginaw, qu’on ouvre plus rarement, un félin en bois rapporté. Ordonnance habituelle d’un portail de Sanaa au milieu du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Phot. 4-8. Aiguières, symboles du bon accueil.4. Aiguière en bois sculpté en creux dans le panneau central en miḥrâb d'un volet de bayt al-Harnîsl n° 20.5. Les heurtoirs, madaqqa, sont fréquemment décorés de motifs martelés au poinçon, dans lesquels on coule un peu de plomb ou d’étain, rassâs, ou de cuivre. Ici un motif d’aiguière, sur une porte du quartier Ma’ad.6. Deux aiguières sculptées sur les panneaux en miḥrâb de la porte d’entrée de bayt at-Kibsî, n° 31. Un petit sceau de Salomon est inscrit dans la panse de chacune d’elle.7. Aiguières en plâtre ornant les niches aveugles du mafrag de bayt Talhâ, n° 202.8. Aiguières exécutées en briques saillantes et plâtre de part et d’autre d’un šubbâk, a bayt ar-Raḥḥûbî, n° 121.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Phot. 9. Le thème de l’oiseau.Auvent, kunna, orné d’oiseaux découpés dans le bois, à bayt Bint al-Imâm, n ° 9.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Phot. 10 et 11. Le motif de l’aigle.Le motif de l’aigle, symbole de la République Arabe du Yémen, est très fréquent dans les vitraux de maisons nouvelles.10. Noter l’arc segmentaire typique des constructions récentes.11. Aigle décorant un vitrail à très bon marché. A gauche de la photo, noter le motif du šâqûṣ, à-demi palme, à-demi serpent.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Phot. 12. Le serpent et l’oiseau.Ils figurent dans un certain nombre de vitraux. Nous les voyons ici très stylisés dans un vitrail bon marché. Noter les colombes de bois reposant sur l’auvent, kunna.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Phot. 13. Motif d’arbre-bouquet.Il est exécuté ici en taille indienne sur un contrevent de bayt Fâẖir, n° 14.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 1-3. Motifs d’aiguières.1. Aiguière d’où jaillit un bouquet et dont la panse est décorée du calligramme Mâ sâ’ Allah.2. Aiguière scultée en pierre au portail de dâr ad-Dahab.3. Aiguière ornant un vitrail de bayt bint al-Imâm, n° 9.Dessin: Guillemette Bonnenfant-Outrebon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Phot. 14. Plantes odoriférantes.Il n’est guère de maisons qui ne possède sur une terrasse un pot de basilic, rayḥân, et de rue, šaḏâb. Ces plantes odoriférantes protègent la maison contre les mauvais esprits et parfument la tête des époux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Phot. 15-19. Le motif du bouquet et de l’arbre de vie.15. Porte de petit placard en bois d’ébène incrustée de nacre, mafraǧ de bayt al-Bilaylî, n° 10.16. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille arabe, naqs carbî, sur un volet de bayt al-Hamîsî, n° 20.17. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille indienne, qasc hindi, sur une porte de manzar, à bayt al-Yamânî, n ° 54.18. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en taille arabe, naqs carbî, sur un panneau du cénotaphe de la mosquée Abhar.19. Motif d’arbre-bouquet, exécuté en ivoire incrusté dans du bois, porte du manẓar de bayt aš-Šahârî, n ° 45.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Phot. 20-22. Le motif de médaillon fuselé et fleuronné, trunǧa.20. Motif de trunǧa exécuté dans le plâtre, sous l'une des coupoles du portique précédant au sud la salle de prière, mosquée al-Bakîrîya, datant de 1298/1880.21. Médaillon, trunǧa, exécuté en bois découpé à jour et rapporté sur un battant d’une porte, mosquée aṭ-Ṭalha.22. Médaillon, trunǧa, ornant un panneau en double miḥrâb, porte de dîwân à bayt at-Tabâbdî, n°47.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4-6. Motifs de serpents.4. Serpent sculpté dans la pierre au portail de dâr ad-Dahab.5. Serpent ornant un petit vitrail au-dessus d’un seuil intérieur.6. Vitrail de facture rare associant des serpents et des mains.Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 7a-7c. Motifs de serpents et de bouquetins au temple préislamique d’al-cAttar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Phot. 23. Serpent en métal.Les serpents figurent clairement à l’angle des maisons de notables. Bayt al-Ḥaymî, n°21.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Phot. 24-26. Serpents et quadrupèdes.24. Serpent enroulé sur lui-même, bas de l’escalier de bayt al-Muhibb cÂmir, n° 142. Hauteur du diamètre vertical : 33 cm. Il est associé à de petits quadrupèdes cornus, réminiscences de bouquetins ?25. Quadrupède cornu associé à un demi-fleuron inversé, escalier de bayt al-Akwac, n° 95.26. Serpent enroulé sur lui-même, dans l’escalier de bayt al-Akwac, n° 95, à droite de la porte d’entrée dans la higra du second étage. Diamètre horizontal : 20 cm environ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Phot. 27 et 28. Le motif en forme de S, en bois découpé à jour.Ce motif, assez fréquent dans tes bois découpés à jour des šubbâk, est souvent repris aujourd’hui dans les vitraux.27. Šubbâk de bayt Fâẖir, n° 14.28. Šubbâk de bayt aš-Šarafi, n° 71.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Phot. 29. Motif de serpents en briques.Ils sont situés de part et d’autre des oculi superposés. Bayt as-Snaydâr, n° 199.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Phot. 30. Serpents en briques.Peut-on voir de nombreux serpents dans les décors en briques de cette maison aujourd’hui détruite du quartier Zumar, notamment dans les niches du tigwâb ?Source : Museum für Völkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K398. Cf. aussi K399.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Phot. 31. Les cornes de bouquetinAux angles des façades ou au sommet des mafrağ, les cornes de bouquetin constituent une protection de la maison et un symbole de la virilité de son propriétaire qui a su tuer le gibier. Les bouquetins ayant disparu, elles sont souvent remplacées aujourd’hui par des cornes de taureaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 8. Linteau de porte entre rue et dihlîz.Il est orné de sceaux de Salomon et de décors cloutés. Bayt Muṭahhar, n ° 38.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Phot. 32. Réseau de sceaux de Salomon et de croix fichées entrelacées.Grille en bois découpé à jour, Subbâk de bayt al-Hûtî dans le bourg montagnard d’aš-Šagâdira ; œuvre exécutée dans les années 1930 par un maître artisan de Sanaa, Ahsan Qâsim al-Ustâ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Phot. 34 et 35. Réseaux de sceaux de Salomon et d’hexagones circonscrivant des rosettes.34. Le réseau est exécuté en « sculpture arabe », naqš carbî, dans laquelle la section du motif est rectangulaire.35. Le réseau est exécuté en « sculpture indienne », naqš hindî, qas‘ hindî, dans laquelle la section du motif est oblique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 9. Le talisman des « sept pactes de Salomon ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Phot. 33. Aspersoir à parfum et sceau de Salomon.Deux motifs symboliques sculptés grossièrement dans la pierre décorent le portail de bayt ‘Aslân, n° 101 : un sceau de Salomon circonscrit le nom de Dieu, Allah ; il est surmonté d’un aspersoir à parfum, marašš.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende Pl. 17a. Motif de polygones étoilés juxtaposés.Bayt al-Hamdânî, n° 181, mafraǧ, vitrail surmontant le ǧarf sud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Pl. 17b. Motifs de ǧarâ'id.Bayt al-cAffârî, n° 2, mafraǧ, vitraux du mur semi-aveugle, à l'ouest.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Pl 17c. Vitrail composite.Bayt al-Ḥaymî, n ° 21.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Pl 17d. Deux rosaces juxtaposées.Noter les inscriptions sous verre scellé dans le plâtre, et les nombreux objets de cuivre d’une “bonne maison”. Bayt aš-Šâmî, n° 46, manẓar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Pl 17e. Motif de rosaces juxtaposées.Ce manẓar du palais de dâr al-Ḥaǧar, en cours de restauration, domine les vergers du wâdî Ḍahr.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Pl 17f. Vitrail et décor de plâtre.Bayt al-Ḥûtî, dans le village d’aš-Šagâdira, offre un bon exemple de diffusion dans la montagne des modèles architecturaux fournis par la capitale (années 1930). Sous le vitrail, le petit moucharabieh qu’on voit pouvait sortir plus ou moins à l’extérieur du mur de façade, car il était monté sur rails. Œuvre ingénieuse d’un maître menuisier de Sanaa, Aḥsan Qâsim al-Usṭâ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Pl. 18a. Vitraux vus de nuit, de l ’extérieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Pl. 18b. Vitraux de dîwân, mur de petit pan.Bayt at-Tabâbdî, n° 47.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Pl 18c. Motif de ǧarâ’id.Ancien palais de dâr al-Ḥamd, n 19.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Pl 18d. Motif de rosace, zahra, ma‘šara.Des zinǧîrî ornent la périphérie de la rosace.Ancien palais de l’imâm à ar-Rawda.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Pl. 19a. Motif de šaḏâba entourant une croix fichée.Bayt Ibrâhîm, n ° 23.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Pl. 19b. Motif de rosace, zahra, ma‘šara.Ancien palais de dâr al-Hamd, n° 19.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Pl. 19c. Motif de polygone étoilé.Il naît de deux carrés superposés, l’un tournant de 45° par rapport à l’autre. Bayt al-‘Aǧami, n° 154.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Pl. 19d. Motif de polygones étoilés juxtaposés.Bayt al-‘Aǧamî, n° 154.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Pl. 20a-20f. Les décors de qaḍâḍ.Pl 20a. Écoulement des eaux usées en façade.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Pl. 20b. Écoulement des eaux de pluie. Sur le mur de qibla de la grande mosquée de Sanaa, descente des eaux de pluie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Pl. 20c. Décor de qaḍâḍ dans une ḥiǧra.Réseau de svastikas reliés les uns aux autres et parsemés de cercles et de fleurons Ḥiǧra de bayt ‘Aslân, n° 151.Dimensions intérieures du cadre où s’inscrivent les svastikas, 65 x 178 cm (hors photo).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Pl 20d et 20e. Creux et rigoles aménagés pour les gargoulettes.Dans une ḥiǧra de bayt at-‘Ansî (cf. fig. 2, 7), les banquettes maçonnées portaient autrefois les cruches. Au pied de chacune d’elles, un petit creux était relié au suivant par une rigole : l’eau était ainsi drainée vers un écoulement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Pl. 20f. Lambris de qaḍâḍ dans un escalier.Les escaliers des maisons fortunées sont lambrissés de qadâd. Noter que les chaînages de bois ne sont pas revêtus, ce qui crée une sorte de gorge horizontale. Bayt aš-Šâmî, n° 92.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende PL 21a. Le poignard appelé ṯûma.Il est contenu dans un fourreau, tûza, monté latéralement et en oblique par rapport à la ceinture. Le ṯûma est porté par les descendants du Prophète, les hommes de loi, les savants dans le domaine religieux. Le sîwa, la pièce métallique en forme d’arc, porte l’inscription n° 72 (chap. 22).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Pl. 21b. Homme de tribu.Homme de tribu, qabîlî, la main posée sur le manche du poignard, ǧanbîya, dans l’axe du sexe. Noter, dans la coiffure, le bouquet de plantes odoriférantes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Pl. 21c. Ceinture brodée, fourreau de poignard, ṯûma, et sîwa damasquinés.Sur cet ensemble, incrustations d’or et d’argent sur le fourreau et le sîwa. Le fourreau porte en bordure l’inscription n 73 (chap. 22), et dans les épées du bas l’inscription n° 38. Ensemble appartenant à Muhammad Muhammad Zâ’id.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Pl 21d. Pièce métallique appelée sîwa.Dans les épées, l’inscription n° 38. L’inscription n° 41 revient comme un leitmotiv sur les rosaces et la bordure du sîwa : rappel incantatoire à la modestie : “La gloire [est] dans l'obéissance [à Dieu]”...
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Pl. 22a et 22b. La valorisation et la protection symbolique des places d'honneur.22a. Dans cette pièce de réception modeste, au-dessus des places d’honneur, multiplication des objets prophylactiques : trois Coran dans leur étui de tissu précieux, nombreux tableaux portant des textes religieux réputés pour ce rôle (inscriptions n° 17, 96, les lettres Yâ’ Sîn), tableaux naïfs représentant le temple de La Mecque. Les photographies valorisent les hommes de la famille. Sur l’étagère, de gauche à droite, crachoirs, petits vases, aspersoirs à parfums, brûloir à parfums. Sous le vitrail, livres religieux, bouquets et canons des armes cachées par le rideau de la fenêtre.22b. Ici, le prestige de la famille s’investit dans les cuivres : vases portant des bouquets de fleurs en plastique, aspersoirs à parfums au long col, chandeliers. Dans l’angle de l’étagère, un brûloir à parfums et, plus rare, une aiguière. Le rideau de la fenêtre est en position ouverte, fixé de manière caractéristique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Pl. 23a- 23d. Les objets en cuivre.La possession de beaux objets en cuivre est une source de fierté.Pl. 23a. Deux crachoirs et deux aiguières.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Pl 23b et 23c. Dans le souk des objets en cuivre.23b. Plateaux en cuivre, ma‘sara, qu'on place au milieu des pièces pour recevoir pipes à eau et crachoirs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 23c. Plateaux, vases pour les bouquets, crachoirs et brûloirs à parfums.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Pl. 23d. Crachoir de cuivre.Ce crachoir, matfal, haut de 20 cm, est incrusté d’argent et orné notamment de bouquets et de sceaux de Salomon. A été fabriqué par un artisan juif de Sanaa vers 1940. Bayt al-Ḥâḍrî.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Pl. 24a et 24b. Mariage à Sanaa.24a. Dans la ruelle illuminée, le “cortège de protection du marié" pose pour les photos.24b. Les armes du marié, mitraillette et poignard, sont le symbole de la virilité, de la continuité de la descendance et du maintien du lignage dans l’honneur. En bouquets devant le marié et dans sa coiffure, plantes odoriférantes réputées contre le mauvais œil. Noter l’œuf dans le plateau portant les bougies.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 10. Motif de croix grecques à bayt Makkî, n° 33.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Phot. 36 et 37. Croix grecques exécutées en bois découpé à jour.36. Subbâk de bayt as-Sarafî, n° 71.37. Subbâk de bayt al-Yadûmî, n° 51.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Phot. 3840. Le motif de la croix fichée.Reprise à Sanaa d’un symbole de protection de la maison par dispersion des forces maléfiques aux quatre points cardinaux ? 38. Croix fichée exécutée en relief dans le qaḍâḍ, bayt aI-‘Amrî, n ° 152. Haut, de la croix, 69 cm. 39. Croix fichée exécutée en nacre incrustée dans le bois, porte du mafraǧ, bayt aš-Šahârî, n ° 45. 40. Croix fichée exécutée en motif de vitrail, comme c’est le cas dans d’innombrables maisons. Noter la rosette spiralée au croisement des deux branches : symbole du mouvement de la vie ? Bayt Ǧamâl Ǧamîl, quartier Bi’r al-‘Azab.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 11. Croix fichée.Plafond à caissons de la grande mosquée de Ibb.Source : Finster, 1982c, p. 243, fig. 82.Fig. 12. Croix Fichée inscrite dans deux carrés tournant à 45°.Cet exemple montre bien comment deux carrés tournant l’un sur l’autre à 45° peuvent, par prolongement de leurs côtés, engendrer la croix fichée, et ainsi de suite. Plafond à caissons de la mosquée d ’Arwâ bint Ahmad à Cibla.Source : Finster, 1982c, p. 239, fig. 78.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Phot. 41-43. Le miḥrâb, Forme décorative partout présente.41. Goût des formes-gigognes : un šâqûṣ en forme de miḥrâb s’ouvre dans un second šâqûṣ plus grand que lui, s’ouvrant lui-même dans un des deux contrevents d'une fenêtre de bayt az- Zubayrî; n° 5642. Dans la menuiserie, le miḥrâb désigne un panneau principal de porte ou de volet, en forme de niche, venant s’insérer entre montants et traverses. Ici, miḥrâb à décor clouté à bayt Dalâl, n° 12.43. Décors de miḥrâb exécutés dans le plâtre, au-dessus et au-dessous d’une étagère, dans le mafraǧ de bayt cAslân, n° 101.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4423/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter