Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 5. Hiérarchie et symbolique de la demeure

Chapitre 21. Le livre des jours et des modes

Paul Bonnenfant, Jean-François Breton et Christian Darles

Texte intégral

  • * Jean-François BRETON, CNRS Paris

1Note portant sur l’auteur*

  • Christian DARLES, architecte, Toulouse

2Note portant sur l’auteur

Phot. 1. Bayt al-Akwa‘, n° 3, façade ouest.
Cette maison fut construite dans les années 1830. Vers 1327/1909, on détruisit les oculi superposés en briques, fermés d’albâtre, pour les remplacer par des vitraux. Ceux que nous voyons ici furent refaits après le pillage de 1948. Le mafrağ fut construit vers 1950.

3Jours qui s’écoulent, calmes ou emplis de faits marquants : des pluies dévastatrices, un raid des tribus sur Sanaa, une épidémie douloureuse, des récoltes exceptionnelles. Modes qui atteignent le Yémen et viennent porter leur empreinte, passagère ou durable, sur un fond local riche d’inventivité architecturale.

LA MAISON TOUR ET SES ORIGINES

4La maison tour des hautes terres yéménites possède des racines très anciennes dans l’antiquité préislamique, qu’exposeront Jean-François Breton et Christian Darles. Celle de Sanaa constitue un exemple particulièrement achevé et représentatif d’un type des hautes terres, un épanouissement urbain de maisons dont il existe d’innombrables variantes dans les habitations rurales ou montagnardes : nous résumerons les traits communs de l’agencement de l’espace dans les maisons du Yémen et d’Arabie Saoudite.

Les maisons tours dans l’Antiquité.

5Jean-François BRETON et Christian DARLES

6Des maisons tours antiques ? La question peut sembler paradoxale aux observateurs, yéménites comme étrangers, qui considèrent ce type d’habitat comme caractéristique de l’architecture traditionnelle des hauts-plateaux.

7Et pourtant, dans cette Arabie méridionale où le présent se mêle sans cesse au passé et où les traditions demeurent fortes, il n’est pas insolite d’imaginer de hautes maisons qui, dès la plus haute antiquité, préfigureraient celles des villes et des campagnes.

8Depuis quelques temps en effet, les recherches archéologiques menées par les missions française et russe en Ḥaḍramawt, et italienne dans la région de Mârib, permettent de restituer un type de maison à étage. C’est un habitat massif, tant défensif que symbolique dont les dédicaces de construction gravées sur les linteaux soulignent le prestige.

  • 1 Dans le cas où ces deux châteaux sont évoqués, il n’est fait référence qu’à leur bâtiment central (...)

9Certes, ce type d’habitat n’est pas unique en Arabie méridionale. Les fouilles ont révélé, notamment à Šabwa, des maisons modestes faites de briques crues et des « maisons cours ». Cette appellation recouvre plusieurs types d’édifices constitués soit d’une maison tour et d’un bâtiment à un seul étage délimitant une cour (cas des châteaux royaux de Šabwa et de Timnâ)1, soit d’une maison avec cour centrale bordée dans certains cas de portiques.

10La présente étude ne concerne que le type des maisons tours ; elle tend à faire le point des connaissances actuelles et renvoie pour les détails techniques aux études archéologiques et architecturales effectuées depuis quelques années.

LE TYPE DE LA MAISON TOUR

  • 2 De façon générale, nous renvoyons à l’ouvrage collectif de Breton, Badre, Audouin, Seigne, 1982.
  • 3 Voir notamment Darles, 1992.

11Ce type apparaît principalement dans les villes antiques d’Arabie méridionale, Šabwa, Raybûn, Timnâ‘, Ḥinû az-Zurayr, Mârib, as-Sawḍâ’, mais aussi dans les établissements plus modestes comme Mašġa, Sûna et al-Ḥagra dans le Ḥaḍramawt2. Il a été essentiellement défini sur le site de Šabwa, capitale du Ḥaḍramawt antique, où il a fait l’objet de nombreuses études depuis 19753.

12En effet, dans la zone occidentale intramuros, délimitée par un rempart long de 1500 m environ, Christian Darles et Jacques Seigne ont relevé 113 soubassements de pierre. Quarante-neuf sont conservés dans leur intégralité, les autres disparaissent partiellement sous les déblais ou n’existent plus qu’à l’état de traces (fig. 1).

13Une centaine de ces socles correspondent à des fondations de maisons à étages et une demi-douzaine à des bâtiments plus complexes : sanctuaires, maisons cours... Ces socles se présentent en surface de diverses façons : les uns sont recouverts de déblais de leurs superstructures (n° 102, 103, 105), d’autres montrent des séries de poteaux ou de poutres (n° 24, 31, 105), d’autres encore comportent des restes de murs de briques crues durcies à la suite d’un incendie (n° 55).

L’homogénéité des socles

  • 4 Voir tableau ci-dessous.

14Les socles de ces maisons montrent une relative homogénéité de dimensions : leur longueur moyenne se situe entre 12 et 13 m, et leur largeur moyenne entre 10 et 11 m. On compte ainsi 17 soubassements dont le rapport longueur/ largeur se situe entre 1 et 1,1. 15 autres entre 1,1 et 1,24. Ces moyennes tiennent compte de soubassements plus importants : 17,80 m sur 14,30 m (socle 52), 20 m sur 22 m (socle 55), etc. La surface au sol de ces maisons est évaluée à 120-140 mètres carrés.

15Cette homogénéité se retrouve aussi dans les techniques de construction. Les soubassements de pierre montrent des blocs de dimensions modulaires, des multiples de 0,20 m, soit 0,40 m, 0,60 m, 0,80 m, etc. Les ossatures de bois qui surmontaient ces socles sont faites de poutres aux dimensions régulières, notamment dans le château royal : traverses de 0,80 m, poteaux de 1,20 m, etc.

16Ainsi, il n’est pas interdit de supposer l’existence, dans un cadre urbain, de modules architecturaux, tant dimensionnels que constructifs.

L'aspect extérieur de ces maisons

  • 5 La première fouille d’une maison (72) fut exécutée en 1938 par Hamilton, 1942 (pp. 107-123). De 19 (...)

17Dès 1936, H. St. J. B. Philby, parcourant le site de Šabwa, s’étonnait de la hauteur des soubassements de pierre et de la masse de leurs déblais environnants, et supposait alors des superstructures faites de bois ou de quelque autre matériau périssable. Les fouilles menées sur ce site5, ainsi que des études réalisées dans le wâdî Ḥaḍramawt, ont confirmé ses hypothèses : ces maisons antiques comprenaient bien un, sinon plusieurs étages.

18A Šabwa, on peut désormais définir le type architectural de la « maison tour » : un édifice au soubassement de pierre

19(fig. 2, phot. 3) et aux étages de bois et de brique crue. Son aspect extérieur est connu : un socle d’appareil régulier, surélevé de un à trois mètres au-dessus du sol extérieur et ne comprenant aucune couverture, un accès unique menant à un rez-de-chaussée aux pièces étroites et aux fenêtres sans doute rares, un ou plusieurs étages et un toit en terrasse.

  • 6 Breton, Darles, 1980, p. 78, et plan p. 67.

20Ces maisons sont toutes indépendantes les unes par rapport aux autres ; elles ne comportent jamais de murs mitoyens6. Elles comptent donc quatre façades qui peuvent faire l’objet d’une décoration plus ou moins abondante. Elles sont flanquées parfois d’un bassin, mais ne semblent entourées ni d’un mur ni d’un jardin (comme les maisons de Say’ûn en Ḥaḍramawt).

Textes et inscriptions

21Bien que les auteurs grecs et latins soient peu prolixes au sujet de l’habitat sud-arabe, quelques notations ici ou là témoignent de l’étonnement de leurs informateurs.

  • 7 Agatharchide écrit au début du 1er s. avant J.-C. ; cf. éd. Muller, 1855, paragr. 102. Les meneaux (...)
  • 8 Strabon, Geographica, XVI, 4, 3. On rencontre en effet dans l’Égypte ptolémaïque et gréco-romaine, (...)
  • 9 Pline, Histoire naturelle, VI, 153-155.

22Agatharchide de Cnide admire les Sabéens qui construisent des colonnes d’or et d’argent, des plafonds et des portes ornées de pierreries et des entrecolonnements d’aspect magnifique7. Strabon, citant Eratosthène, rapporte que les maisons d’Arabie méridionale « ressemblent à celles d’Égypte par l’assemblage de leur charpente8 », remarque très pertinente sur les techniques de construction. D’après Pline enfin, Šabwa « renferme soixante temples dans son enceinte », ce qui correspond approximativement au nombre des maisons intra-muros9. En définitive, l’image que restituent ces auteurs n’évoque guère l’allure de maisons d’Arabie du Sud.

  • 10 Jamme, 1958, pp. 183-195.

23Par une chance remarquable, l’édification des maisons sud-arabes fait l’objet d’une dédicace, parfois très détaillée. On connaît les textes de la maison Yafaš à Timnâ, notamment Ja 118 qui se lirait ainsi : « Hawffi‘amn, fils de Tawnab, a acheté,... construit et réparé sa maison Yafaš, ses poutres [ou ses dépendances ?], sa salle de réception, ses étages, à l’est de cette maison, ses deux portiques [ ?], ses terrasses [ ?], ses parapets [ ?], de la base jusqu’au sommet...10 ». D’autres textes, aussi explicites, comportent de nombreux termes architecturaux dont la traduction exacte est mal assurée, faute de disposer de restitutions précises de la maison concernée.

L’iconographie antique

  • 11 Voir notamment Radt, 1973, Taf. 11 (30, 31) et Taf. 12 (33a, 33b), et Van Beek, 1959, pp. 269-273 (...)

24Quelques représentations permettent d’imaginer l’aspect de ces maisons tours. Les plus connues, les motifs de panneaux « encastrés11 », évoquent les assemblages de poutres et de poteaux des maisons à étages ; les motifs de modillons rappellent, eux, les têtes de poutres.

25Les maquettes de maisons, en céramique ou en pierre, sont étrangement rares ; on connaît seulement les figurations sur pierre de maisons à un étage couronnées de créneaux, en provenance du Ḥaḍramawt (musée de Say’ûn).

  • 12 Van Beek, 1967, pp. 165-170.

26Hors du Yémen, les stèles d’Axûm évoquent par leur hauteur et leur représentation de poutres les maisons himyarites ; la démonstration, faite depuis longtemps par G. Van Beek12, reçut récemment confirmation par les découvertes archéologiques.

Un habitat aux fonctions multiples

27S’il est banal d’affirmer que la maison sert d’abord à loger son propriétaire et sa famille, il est plus délicat de restituer les modes d’occupation des lieux. Ceux-ci étaient probablement variables selon les étages. L’étude des maisons de Mašǧa (fig. 4) montre que les pièces du rez-de-chaussée servaient principalement de réserves : leurs accès sont étroits, leurs seuils surélevés, et leurs parois parfois enduites de mortier.

28Au-dessus, il est à croire que les pièces servaient d’habitation, et c’est peut-être au dernier niveau qu’il faut situer le m s3 wd, couramment traduit par « salle de réception ».

  • 13 Seigne, « Les maisons I, J et K de Mašǧa », in Breton, Badre, Audouin, Seigne, 1982, p. 29.

29La fonction défensive de cet habitat, mise en valeur en Ḥaḍramawt antique, correspond à la structure verticale de ce type d’habitat. Le socle surélevé, l’accès unique et la présence d’une seule porte, le rez-de-chaussée aveugle et les étages constituent les moyens défensifs simples mais efficaces des maisons urbaines comme rurales13.

  • 14 Robin, 1982, t.1, p. 82.
  • 15 Breton, « Notes d’histoire sur le château royal », in Breton, Darles, 1992, pp. 216-219.

30Enfin, la fonction proprement symbolique de ce type d’habitat, soulignée par les inscriptions, est évidente : le prestige d’une maison est celui de son propriétaire et de sa descendance. La maison (byt) est « le bien, non d’une personne, mais de tout le lignage dont elle symbolise l’unité et la permanence14 ». A Šabwa, le château royal du nom de Šaqîr, occupe une place importante dans la topographie de la ville. Incendié une première fois sous le règne de ‘Il‘az Yaluṭ vers 225 de notre ère, il est reconstruit et réoccupé, semble-t-il, par les membres de la tribu des ‘Ahrâr Yuhab’ir15 : ce château symbolise donc le pouvoir des rois hadramites. De même, la monarchie sabéenne finit-elle par s’identifier à son château de Salhîn.

31Il est intéressant de noter que ces trois fonctions, non exclusives, se retrouvent aussi bien dans les villes (comme Šabwa, Timnâ ou Mârib) que dans les petits établissements : l’allure de ces maisons fortifiées dépend accessoirement de la richesse de leur propriétaire.

32Il convient maintenant de mettre en valeur les différences architecturales et régionales. La variété des matériaux utilisés, les variations de plans et de dimensions, les différences notoires dans les inscriptions permettent d’esquisser une géographie de l’habitat antique en Arabie méridionale.

DES MAISONS TOURS TRÈS DIVERSES

Des techniques de construction variées

33Des maisons aux étages de bois Le socle, constitué d’une enveloppe extérieure et de murs intérieurs liaisonnés à l’orthogonale, peut être monté en appareil cyclopéen ou rectangulaire (irrégulier ou isodome) (fig. 2 ; phot. 2).

34Il comporte en général deux longs murs dans le sens de la longueur et plusieurs murs perpendiculaires rapprochés en largeur. Les intervalles compris entre ces murs sont bourrés de terre, ou autres matériaux composites : briques crues, pierres de tout-venant. Le niveau supérieur du socle comporte des murs alignés sur ceux du soubassement. Les deux murs longitudinaux déterminent un long couloir terminé par un escalier d’accès à un ou des niveaux supérieurs (fig. 4), et les murs latéraux de petites pièces indépendantes ou communiquant entre elles. Le sol du couloir, comme celui de ces pièces, est en terre battue, parfois enduit de mortier. A l’étage ou aux étages, la trame générale de l’édifice était respectée : les murs du rez-de-chaussée supportent les cloisons supérieures (fig. 4) ; la présence de poteaux permet d’obtenir des pièces plus larges.

Fig. 1. Plan de Sabwa, zone ouest.
Triangles noirs : présence de bois des ossatures. Grisé : présence de brique crue en élévation.
Relevé par Christian Darles et Jacques Seigne

Fig. 2. Élévation du socle 56, face ouest.
Relevé par Christian Darles.

Fig. 3. Plan du socle de la maison H de Sûna.
Relevé par Jacques Seigne.

Phot. 2. Socle d'appareil régulier en granit à Ḥinû az-Zurayr, région de Bayḥân.
Photographie : J. -F. Breton.

Phot. 3. Socle d’appareil régulier en calcaire à Šabwa, n° 52, vu du nord.
Photographie : J. -F. Breton.

Phot. 4. Fouille russe à Raybûn (Ḥaḍramawt).
Maison à ossature de bois (en creux) et remplissage de brique comprenant un couloir central et un escalier latéral (au fond, à gauche).
Photographie : J. -F. Breton.

35A la suite de nombreuses fouilles, les techniques de construction des superstructures sont désormais bien connues. Fait curieux, ces étages étaient montés en bois ; ce matériau était sans nul doute plus abondant que de nos jours, en bordure du désert.

  • 16 Darles, « L’architecture civile à Shabwa », in Breton, Darles, 1992, pp. 91-92 et Seigne, « Les ma (...)

36Les poutres, à intervalles rapprochés, forment une véritable ossature constituée de traverses disposées au sommet des murs du socle, de sablières basses disposées parallèlement, de nouvelles traverses appuyées sur ces sablières, et de poteaux encastrés aux extrémités de ces traverses (fig. 5)16. Cet assemblage se fait par modules réguliers : à une première trame, haute de 1,20 m à 1,50 m, se superpose une autre trame de même hauteur, déterminant ainsi la hauteur de l’étage : 3 m environ. Un tel système constructif permet une sorte de « préfabrication », ainsi que des remplois aisés en cas de destruction de la maison ; il faut donc être prudent sur la datation des maisons par leurs seuls éléments de bois.

37Bien que présentant quelques risques (déboîtement des charpentes ou incendie), ce type de construction s’est généralisé dans les villes au point d’en caractériser l’habitat intra-muros. On le retrouve en Ḥaḍramawt, dans la région de Bayḥân (à Timnâ et Ḥinû az-Zurayr : phot. 2), dans le Ǧawf (à as-Sawḍâ’ et Kamnâ) et sur les hauts-plateaux du Yémen.

Des maisons de pierre

38Il existe, au sud-ouest du Ramlat as-Sab‘atayn, une autre tradition technique : celle de bâtir en pierres plates (schiste ou calcaire) Maisonnées au mortier de terre. Des maisons de ce type ont été relevées entre le wâdî Bayḥân à l’ouest et le wâdî Marẖa à l’est, mais une seule a été fouillée, à Yalâ (au sud-ouest de Mârib).

  • 17 Maigret, Robin, 1989, pp. 280-283.

39Cette maison de Yalâ (dite A), presque carrée, de 8,60 m de côté, comporte un couloir axial séparant de part et d’autre des pièces latérales17 et terminé par un escalier menant à l’étage supérieur. Au centre de la maison, les murs, montés en petit appareil, sont conservés sur une hauteur remarquable de près de 5 m.

40Les pièces du rez-de-chaussée (notamment L 7 et L 12), communiquant entre elles par un seuil surélevé, et comportant un bassin (dans L 12) pourraient servir de « réserves », comme les pièces de Mašġa mentionnées ci-dessus.

41En conséquence, l’aspect extérieur de ce bâtiment n’est pas sans évoquer celui des maisons à étages précédentes.

Fig. 4. Plan et élévation sud des maisons l, J et K de Mašġa.
Relevé par Jacques Seigne.

Fig. 5. Schéma de l’ossature de bois de la maison K de Mašġa.
Relevé par Jacques Seigne.

Des plans variés

42Les soubassements de pierre montrent des trames assez différentes à l'intérieur d’un site et d’un établissement à l’autre. Au lieu de deux murs intérieurs longitudinaux, certains socles en comportent quatre (cas d’une maison de Qarat Kibda ou de socles 101 et 52 de Šabwa). Le cas de ce dernier est original puisque quatre murs longitudinaux, liaisonnés avec six murs transversaux, forment une trame quasi régulière à son sommet (les intervalles entre les murs n’excédant pas au sommet 2 m sur 2 m).

43Au rez-de-chaussée, la disposition de l’escalier menant aux étages varie d’un socle à l’autre : celui-là peut se situer au fond d’un couloir latéral et non point central (cas d’une maison à Raybûn, phot. 4), ou perpendiculairement au couloir central (cas d’une autre maison à Raybûn ou de la maison 72 à Šabwa) : cela ne peut qu’entraîner des variations dans l’organisation des pièces à l’étage.

Des maisons à étages aux maisons tours

44S’il est probable que certaines maisons ne comportaient qu’un seul étage (cas probable des maisons de Yalâ, Mašġa, Sûna) d’autres, plus importantes, en comptaient plusieurs (cas plus certain du bâtiment central des châteaux de Šabwa et de Timnâ). Bien que l’on ait tendance à exagérer le nombre d’étages, il semble donc assuré que les grandes demeures des bordures du désert en comportaient plus d’un.

45Si la plupart des dédicaces de construction de maisons ne rapportent que l’édification « de la base jusqu’au sommet », quelques-unes, cependant, mentionnent « quatre étages » (GI 1539/5 à Baynûn), « six étages » (Gr 27 à Ẓafâr), et « six étages » encore (DJE 12). C’est peut-être sur les hauts-plateaux du Yémen que les maisons ont communément atteint leur plus grand développement vertical.

Des décors très variés

46Toutes ces maisons offrent des décors, variables en raison de leur technique de construction et de la richesse de leur propriétaire.

47Si les maisons en pierre ne comportent, semble-t-il, aucun décor extérieur, celles qui sont faites en bois sont ornées de façons diverses. Les maisons les plus simples comportent des ossatures de bois apparentes, et les panneaux intermédiaires, compris entre les poutres et les poteaux, sont enduits seulement d’un fin mortier de terre lissé à la main.

  • 18 Breton, Audouin, Seigne, 1981, p. 168.

48Sur les façades des maisons plus aisées, les intervalles entre les poutres ont été recouverts de dalles peu épaisses (5 à 9 cm) décorées de petits panneaux rectangulaires séparés par des ciselures périmétriques étroites18. La fouille du bâtiment central des châteaux de Sabwa et de Timnâ a ainsi mis au jour des dizaines de ces dalles, celle de diverses maisons de Raybûn et de Šabwa un nombre plus restreint.

  • 19 Breton, Audouin, Seigne, 1981, p. 175-176 et pl. X.

49D’autres éléments décoratifs interviennent aussi : des fenêtres en albâtre, des pierres de couleurs différentes, de la peinture (rouge le plus souvent), des linteaux sculptés (ornés de frises d’ibex), des gargouilles de pierre, des dalles de schistes formant auvent, etc. Le caractère fruste de certains d’entre eux s’agrémente éventuellement, à partir du début de notre ère, de motifs gréco-romains : de fresques par exemple, dans le château royal de Sabwa, œuvre d’un artiste oriental19.

50Le décor extérieur comporte parfois des appliques métalliques, clouées sur les poutres des ossatures.

  • 20 Segall, 1958, pp. 155-178.
  • 21 Se référer à ‘Aqîl, 1991.

51Les plus fameuses, les plaques aux lions chevauchés de bambins, ornaient la façade méridionale de la maison Yafaš de Timnâ‘20. Une (ou plusieurs) appliques de bronze, comportant des registres superposés d’animaux (lion, cheval, animal ailé) et de personnages (un archer notamment) décorait l’une des façades du château royal de Šabwa. On connaît aussi bon nombre de protomes de bronze, à têtes d’animaux (taureaux, bouquetins) ornant probablement des angles ou des faîtes d’édifices civils21. Localiser précisément de tels éléments se heurte principalement aux difficultés de restitution de ces maisons aisées.

52Ainsi l’habitation préislamique est agrémentée d’ornements de plus en plus variés au cours de l’histoire ; ceux-ci semblent très abondants aux premiers siècles de notre ère sur les hauts-plateaux, comme en témoignent certaines inscriptions, celle par exemple du palais Harg à Ẓafâr.

ESQUISSE D’UNE CHRONOLOGIE DES MAISONS TOURS

53Dans l’état actuel des recherches archéologiques, il est prématuré, voire imprudent, de vouloir dresser un tableau chronologique des maisons tours de l’Arabie méridionale ; certaines données méritent néanmoins d’être soulignées.

Leurs origines

54Il semble désormais assuré que les maisons à étages existent depuis fort longtemps, peut-être dès le début du premier millénaire avant notre ère.

  • 22 Communication orale de A. Šedov que nous remercions ici pour toutes ses informations relatives à R (...)

55Dans la ville de Raybûn, les maisons en brique crue sont antérieures à celles qui comportent des étages en bois, mais la hauteur des premières ne peut être encore connue. Les archéologues supposent en outre22 que les maisons aux étages en bois apparaissent probablement vers les viiie-viie siècles avant notre ère, et posent le problème de leurs origines. Évolution locale, proprement ḥaḍramite, ou influences extérieures ? Le débat ne fait que commencer : les uns évoquent des contacts avec le Croissant fertile, les autres formulent des hypothèses qui sont loin d’être convaincantes, faute de chaînons intermédiaires indispensables.

  • 23 Maigret, Robin, 1989, pp. 286-288.

56De son côté, la fouille de Yalâ a montré l’existence de maisons à étages faites en pierre, sans doute dès les ixe-viie siècles avant notre ère23. Il faut donc considérer, dans l’état actuel de la documentation, que les maisons à étages, bâties en pierre ou en bois, existaient dès les viiie-viie siècles avant notre ère.

Leur évolution

57Pour autant que l’on puisse en juger d’après nos travaux, ce type architectural connaît une grande faveur en bordure du Ramlat as-Sabatayn. De Nağrân au nord, à Bayḥân au sud, ou en Ḥaḍramawt à l’est, les maisons à soubassement de pierre et ossature en bois se retrouvent sur tous les établissements antiques. Elles connaissent certes des développements variables, mais constituent l’essentiel du paysage urbain. La zone occidentale de Šabwa renferme ainsi une centaine de maisons tours qui devaient dominer des sanctuaires sans étages.

58Un trait semble caractériser cet habitat de Šabwa : sa permanence.

59Les maisons reconnues au sol (fig. 1) appartiennent sans nul doute au dernier état de la ville, mais celles qui ont été dégagées, parfois plus anciennes, sont du même type : socles de pierre surmontées de bois et brique.

60La grande maison n° 56 dont le socle affaissé par endroits fut remis à niveau (fig. 2) et les superstructures furent reconstruites au moins une fois, témoigne d’une longue durée.

  • 24 Breton, « Notes d’histoire sur le château royal », in Breton, Darles, 1992, p. 218. Breton, Seigne (...)

61Autre exemple : quand le château royal de Šabwa, fondé vers les iiie-iie siècles avant notre ère ( ?), fut détruit par un incendie sous le règne de il‘az Yaluṭ, roi de Ḥaḍramawt, vers 225 de notre ère, ses superstructures de bois furent reconstruites selon des principes similaires aux précédents vers 230/250. Un exemple suffit à le prouver : les nouvelles poutres ressemblent à celles de l’état antérieur, tout comme les dalles piquetées qui ornaient les murs extérieurs24. Et ce château fut habité, sans modification technique majeure, jusqu’au ve siècle. Ainsi, dans cette seule zone d’habitat intra-muros, on peut estimer à plusieurs siècles la permanence des modes de construction.

Les maisons himyarites

  • 25 Piotrovsky, 1988, pp. 28-38.

62Il semble que la maison tour connaît son plus grand développement vertical sur les hauts-plateaux du Yémen, selon les inscriptions himyarites et les auteurs yéménites. Le palais de Ġumdân en est peut-être l’illustration la plus fameuse, bien que la plupart des descriptions ne soient pas des témoignages oculaires25.

  • 26 Selon al- Ḥasan al-Hamdânî : cf. Hamdânî/Faris, 1938, pp. 40-42 (Dâmiǧ) et pp. 52-53 (Ḥadaqân et R (...)

63Les techniques de construction de ces maisons des hautes terres semblent avoir évolué : si les socles sont toujours de pierre, les étages peuvent être de bois, de pierre ou éventuellement de brique crue. En considérant avec prudence textes et inscriptions, on peut supposer que les étages des châteaux de Dâmiġ étaient en bois26, ceux de Radâ’ en pierre et bois, et de Ẓafâr en pierres, attestant ainsi une grande variété des techniques mises en œuvre.

64Ainsi les maisons tours traditionnelles du Yémen trouvent leurs origines dans la plus haute antiquité. Certes les matériaux ont changé, le bois a disparu suite à la déforestation du pays, la brique cuite est désormais utilisée en élévation, mais le principe de construire en hauteur s’est maintenu à travers les siècles. Une raison semble évidente : l’insécurité a contribué longtemps au caractère défensif de ce type d’habitat. Une autre l’est probablement autant : le prestige d’une maison est lié à sa hauteur.

Les racines dans l’architecture vernaculaire du Yemen

65par Paul BONNENFANT

  • 27 Hamdânî/Faris, 1938.

66L’histoire nous a laissé d’autres témoignages sur l’ancienneté de la maison tour. A Sanaa, le palais Ġumdân, détruit à l’aube de l’Islam, date sans doute des iie et iiie siècles. Des inscriptions et plusieurs historiens musulmans le mentionnent. Al-Hamdânî, auteur du xe siècle, le décrit longuement27 : bâti à côté de la grande mosquée, l’édifice aurait eu vingt étages de dix coudées chacun. La partie inférieure était en pierres de taille, la partie supérieure, y compris la terrasse, en marbre poli. Tout en haut, s’élevait une pièce couverte d’un albâtre si translucide qu’on pouvait distinguer au travers le vol des oiseaux.

67Évoquons aussi les stèles d’Axum (Ethiopie), royaume qui eut des rapports étroits avec le Yémen ; ce sont des monolithes gigantesques qui représentent de hautes tours d’habitation (iv-vie siècles). Plusieurs traits retiennent l’attention. La porte d’entrée, verrouillée comme celle de Sanaa, est percée dans l’axe de la construction. Il n’y a pas de fenêtres au rez-de-chaussée ; de petites ouvertures sont l’indice de possibles réserves à l’entresol. Au-dessus, se superposent des rangées de hautes fenêtres qui indiquent probablement des étages d’habitation. Des grilles sculptées à jour, imitant peut-être des claustra de pierre ou de plâtre, se dessinent dans les trois derniers niveaux de la plus élevée de ces stèles qui atteint trente-trois mètres et compte douze étages. Des chaînages, enfin, consolident la maçonnerie.

68Ces exemples, pour ne citer qu’eux, attestent l’antiquité de la maison tour. Dans l’architecture rurale et citadine du Sud-Ouest arabique, de nombreuses variantes marquent la continuité probable entre passé et présent. A l’exception de quelques tours rondes, construites en pisé, et de nombreuses demeures bâties depuis un demi-siècle en rez-de-jardin, à Bi’r al-‘Azab, l’habitation de Sanaa intra-muros présente une ordonnance de maison tour sur plan carré ou rectangulaire.

  • 28 Cf. Dubach, 1977 ; Varanda, 1982 ; Hirschi, 1983 ; Golvin, Fromont, 1984 ; Bonnenfant, 1991.

69Il est clair que ce plan a ses racines dans la maison tour que l’on trouve très répandue dans tout le sud-ouest de la péninsule Arabique, du Ḥaḍramawt jusqu’au Ḥiğâz, en passant par les hautes terres du Yémen et du ‘Asîr28.

70La maison tour est le domaine d’une famille étendue, et une ou deux familles nucléaires habitent à chaque étage. Il existe des équipements collectifs : pièce de réception, moulins à bras, cuisine équipée de fours à pain, logis pour les bêtes. Quand la famille grandit et quand les conflits deviennent trop importants, la maison essaime, souvent par la construction d’une autre maison dans le voisinage immédiat.

71Qu’elle soit bâtie en pierre ou en pisé, de dimensions modestes (7 x 7 m) ou plus importantes, l’aménagement d’ensemble de la maison tour rurale est le même :

  • La structure de base de la maison est simple : une, deux, trois, rarement quatre travées sont juxtaposées et rappellent celles de la maison préislamique (fig. 3).
  • Le bétail loge au rez-de-chaussée, et l’on dispose les réserves de nourriture au même niveau, en entresol ou au premier étage ; mais des réserves de céréales sont parfois situées dans des silos enterrés dans la cour.
  • Il existe des terrasses d’étage, diversement orientées en fonction de l’altitude et des vents locaux : l’éventail est très large. En général, le maçon-architecte s’efforce d’éviter le soleil trop chaud de l’après-midi, préférant celui du matin29, et tente d’abriter des brises trop fraîches les terrasses d’étage, qui jouent en partie le rôle du patio dans la maison cour.
  • La cuisine équipe assez souvent le faîte de la maison, mais cette disposition n’a rien d’absolu : elle peut se trouver à tous les niveaux, y compris au rez-de-chaussée. Elle est souvent en relation avec une terrasse d’étage, à laquelle on accède en passant sous un auvent.
  • Il existe parfois en haut de la maison une pièce d’agrément, en particulier dans les oasis de piémont désertique, torrides en été.
  • Les encadrements de fenêtres les plus décorés correspondent aux pièces les plus prestigieuses de la maison : avant tout la pièce de réception des hommes, symbole de l’accueil et du rang des maîtres de maison dans la hiérarchie villageoise, ensuite les chambres. Les baies qui éclairent et aèrent les autres pièces sont rarement ornées : ainsi s’affirme en façade la hiérarchie des pièces. Ajoutons que les fenêtres sont souvent très petites, 40 cm de largeur sur 60 de hauteur par exemple, et qu’elles sont fermées par des volets de bois. Un ou plusieurs oculus les surmontent assez souvent.

JOURS ET MODES A SANAA

72par Paul BONNENFANT

Introduction

73Nombreux sont les écrits de chercheurs ou de journalistes qui opposent « modernité » et « tradition » dans la vie quotidienne, dans l’art ou la pensée. Les analyses abordent ainsi les « changements et permanences », les « ruptures et continuités », les « novations et résistances » ou encore « la modernité et l’authenticité ». Dans l’étude de l’habitation en particulier, il est courant d’opposer la « maison moderne » et la « maison traditionnelle ».

74Nous voudrions montrer dans ce chapitre comment il n’y a pas à Sanaa intramuros une seule maison traditionnelle, mais de nombreux modèles : la maison tour de Sanaa a varié au cours des siècles. Elle a connu, selon les époques, diverses influences. Des modes sont nées en matière d’architecture et de décoration. Notre esquisse de cette évolution se fonde sur nos notes, photographies et relevés, accompagnés d’indications fragmentaires sur les dates de construction des maisons ou de parties de maisons.

75Ces sources sont essentiellement orales et sujettes à caution. En effet, quand on interroge un propriétaire, il multiplie aisément l’âge de sa maison par deux. L’architecture yéménite est valorisée comme étant de haute antiquité, comme le montre l’étude de J.-F. Breton et C. Darles : aussi, en vieillissant sa maison, le propriétaire rend hommage au génie architectural yéménite et à son authenticité arabe, il participe au chant des origines qui est un thème majeur des inscriptions dans la maison, sur les ceintures et sur les poignards.

76Néanmoins, il est parfois possible d’obtenir des éléments de réponse valables. Il suffit par exemple que le propriétaire possède un acte mentionnant la date de construction, ou qu’il sache que sa maison a été bâtie en même temps qu’un bâtiment bien daté, ou qu’elle fut édifiée par telle personnalité ayant occupé une fonction déterminée sous un imâm. Nous pouvons aussi obtenir des renseignements utiles quand plusieurs personnes âgées d’un quartier sont rassemblées et confrontent leurs souvenirs, en se critiquant mutuellement.

77Quant aux matériaux écrits, leur accès est pour l’instant difficile. Certes, les actes notariés, baṣîra, plur. baṣâ’ir, concernant les demeures de Sanaa existent et sont même nombreux. Rares sont les familles qui ne possèdent pas, soigneusement enroulé dans un tissu, au fond d’un coffre ou d’un placard mural, l’acte d’achat de leur maison, ou l’acte définissant leur part lors d’un héritage, ou encore un arrêt rendu suite à un procès concernant leur logement. Ces documents mesurent parfois plusieurs mètres. On en voit au souk des photocopieurs qui s’est créé depuis 1982 sur la grande place at-Taḥrîr : par besoin juridique ou par précaution, les propriétaires doublent leurs fragiles documents enroulés à la manière ancienne par des cahiers de photocopies reliées. Mais, en règle générale, les propriétaires sont très jaloux de leurs actes : ils les mentionnent, tout en refusant de les laisser consulter, et à plus forte raison photographier. A la rigueur donnent-ils une indication orale sur une date de construction ou de restauration de l’ensemble de la maison. Il faudrait pouvoir étudier en détail de nombreux actes, dans l’éventualité où ils porteraient mention des dates de construction ou de restauration. Par ailleurs, un certain nombre de maisons appartiennent à l’administration des waqf. Mais l’accès aux documents de ce service est pour l’instant très difficile.

  • 30 Ce fut probablement le cas à bayt al-Bilaylî, n° 10 ; bayt al-‘Anbasa, n° 6 ; bayt Sarî, n° 43.

78Une dernière réserve s’impose. La maison de Sanaa est en constant changement. Selon les besoins ou les modes du moment, le propriétaire démolit, agrandit, transforme, perce des baies, en ferme d’autres, comme en témoigne la comparaison de photos (phot. 32, 33), prises à quatre-vingts ans d’intervalle. Pour les restaurer ou les remettre au goût du jour, on démolit des pans entiers de façade, en conservant la colonne vertébrale de la maison que constitue l’escalier30. Il est donc difficile de parler de maisons entières qui dateraient de telle ou telle période. Il est plus sage de dire que telle partie peut dater de tel siècle.

  • 31 Lewcock (1983b, p. 487), parvient à la même conclusion.

79L’étude des décors n’apporte pas non plus de renseignements précis : l’intérieur de la maison étant plâtré, et le bon entretien exigeant le passage d’un lait de plâtre annuel, les décors s’empâtent et sont refaits régulièrement. Il est donc très difficile de dire que tel décor date de telle période parce qu’il s’insère dans une pièce bâtie à ce moment31.

80Il faut donc insister sur le caractère incertain et fragmentaire des renseignements obtenus, regroupés dans l’annexe n° 2. Mais, en comparant prudemment photographies et renseignements oraux, il nous a paru possible de dégager quelques grandes lignes de l’évolution générale des façades de Sanaa depuis quatre siècles environ. Nous mettrons ainsi successivement en relief :

  • les divers détails qui permettent de penser que telle maison ou partie de maison est âgée de quatre siècles ou davantage ;
  • le goût d’une ordonnance symétrique qui se développe à partir de la fin du xviie siècle ;
  • l’apparition du vitrail à la fin du xviiie siècle et son épanouissement au xxe siècle ;
  • la recherche constante d’une lumière plus importante dans la maison, et ses conséquences sur la largeur des baies et les décors de briques ;
  • le goût pour des pavillons de plaisance qui se développe au xixe siècle et qui aura deux manifestations, l’une en rez-de-jardin, l’autre au haut des maisons ;
  • le goût pour de vastes maisons tout en pierre qui se manifeste au xxe siècle.

Indices de maisons anciennes à Sanaa

  • 32 Je remercie particulièrement Muḥammad Muḥammad Zayd pour toutes les informations données lors de n (...)

81A Sanaa, les maisons présentent les mêmes caractéristiques de base que celles des maisons des hautes terres yéménites, mais les quatre siècles derniers ont vu de nombreuses transformations s’opérer. Avant de les dénombrer, essayons, avec des personnes connaissant bien Sanaa, de dégager quelques traits permettant de penser qu’une maison est âgée de quatre siècles ou davantage32.

82Un premier critère d’ancienneté d’une maison est celui d’un vestibule situé au-dessous du niveau de la rue. Comme toutes les villes du Moyen-Orient, Sanaa connaît un phénomène de création de tell, par élévation lente du niveau du sol. Dans les rues s’accumulent au fil des siècles déchets et poussière, si bien que le niveau du vestibule de certaines maisons peut se trouver à 40 ou 60 cm sous le niveau de la chaussée : c’est le cas par exemple à bayt Fâya‘, n° 16, ou de bayt al-Ḫawlânî, n° 80. On peut estimer cette surélévation à une vingtaine de centimètres par siècle, parfois un peu plus.

Phot. 5a et 5b. Exemples d’indices de maisons âgées de plus de trois à quatre siècles .
Un sol de vestibule situé très au-dessous du niveau de la rue, une porte surmontée d’un linteau monolithe sans arc, un appareil en escalier (phot. 5a), un seul oculus surmontant les fenêtres (Ier étage des deux photos), des frises en dents d’engrenage, sont des indices de maisons âgées de plus de trois à quatre siècles.

  • 33 Voir aussi phot. 12, 16, bayt al-‘Arûsî, n° 105.
  • 34 Reproduit dans Lewcock, 1983 b, p. 494, fig. 22. 12.

83Un linteau monolithe au-dessus de la porte d’entrée principale (phot. 5 a, b)33, compte aussi parmi les indices caractéristiques. Le linteau de la porte murée dans la façade nord de bayt Muṭahhar, n° 36, est certainement très ancien34. L’apparition d’un arc surmontant la porte (phot. 18-23, 16), indique en revanche des maisons plus récentes.

84L’appareil en escalier, que nous avons décrit dans le chapitre sur la pierre, est également un indice d’ancienneté de la base d’une maison, ce procédé de construction n’étant plus utilisé, semble-t-il, depuis trois siècles environ.

85Dans la façade sur rue, un autre trait distinctif de maisons datant de plus de quatre siècles serait des baies peu nombreuses et irrégulières dans les étages. C’est le cas par exemple de bayt al-‘Arûsî, n° 105 (phot. 12, 16), unique en son genre à Sanaa, qui aurait été bâtie avant la première occupation ottomane (954/1547-1038/1629).

  • 35 Lewcock, 1983 b, p. 487 b. Voir sa photo p. 494, phot. 22.131.

86Les maisons les plus anciennes de Sanaa ne possèdent qu’un seul oculus au-dessus de la fenêtre. C’est le cas d’une maison citée par Lewcock35 et qui serait, selon deux sources documentaires indépendantes, âgée de plus de 600 ans.

87Un autre indice d’ancienneté est la présence de bandeaux en dents d’engrenage, comme ceux que l’on peut voir à bayt Mu‘îḍ, n° 189 (phot.32, 17, en bas) et à bayt aḏ-Ḏamârî, n° 150 (phot. 34, 17, en bas). Très fréquents dans l’architecture de pierre des montagnes, ils semblent avoir été complètement abandonnés dans l’architecture domestique de Sanaa depuis environ trois siècles. Il sont en revanche utilisés dans plusieurs caravansérails, par exemple à la samsara al-Mağğ a (phot. 29, 17). La connaissance précise des dates de construction de ces samsara donnerait un repère utile à l’histoire de l’architecture domestique.

88Un autre indice d’ancienneté est un encorbellement de quelques dizaines de centimètres au-dessus de la rue, soutenu par des poutres. D’après Muḥammad Muḥammad Zayd, les Turcs, durant la première occupation ottomane, au xe siècle de l’Hégire, exigeaient, pour élargir les rues, que les nouvelles maisons soient bâties en retrait du tracé de la maison précédente, mais toléraient qu’un encorbellement (taqduma, généralement soutenu par des troncs d’arbres), permette de regagner à l’étage l’espace perdu au rez-de-chaussée. Il existe ainsi plusieurs maisons dans Sanaa, par exemple bayt Sinnayn, n° 245, près du hammâm Sabâ’.

89En ce qui concerne l’agencement intérieur, les maisons datant d’environ quatre siècles ne posséderaient pas de vestibule d’étage, ḥiğra, qui n’apparaîtrait que plus tard, engendrant sur les façades des baies ordonnancées de manière symétrique par rapport à lui (comme sur les maisons de la photo 30). Les habitations anciennes seraient d’autre part pourvues d’une šamsîya, puits de lumière qui descend au milieu de la maison pour éclairer les ḥiğra, comme il y en a à la samsarat an-nuḥâs et à bayt F., étudiée plus loin, ou à bayt al-Ḫawlânî, n° 80. Dans les maisons, les šamsîya étaient autrefois plus nombreuses qu’aujourd’hui et auraient progressivement disparu, depuis deux siècles environ, pendant que s’affirmait l’importance des ḥiğra.

90Le rassemblement de tous ces traits semble constituer un bon indice d’une maison, ou partie de maison, datant de quatre siècles ou davantage (exemples de rez-de-chaussée et de premier étage : phot. 5 a, b).

Oculi et pierre de lune

91A partir de la fin du xvie siècle, les fenêtres auparavant rares se multiplient et, au lieu d’être dispersées un peu partout dans la façade, en fonction des besoins d’éclairage ou d’aération, commencent à s’ordonner, répondant à un goût et une recherche de symétrie. A partir de la fin du xviiie siècle, le vitrail se substitue progressivement à l’albâtre, tandis que les fenêtres s’élargissent peu à peu.

LES CONTRAINTES D’AUTREFOIS : DÉFENSE, AÉRATION, ÉCLAIRAGE

92Les baies, en dehors de la porte, peuvent jouer trois rôles : aérer l’intérieur de la maison, l’éclairer, laisser voir le paysage. Comment cette triple fonction est-elle assurée au Yémen, et particulièrement à Sanaa ?

  • 36 Mais la fonction défensive n’est pas seule à jouer : dans les vallées, il peut être nécessaire de (...)

93La fonction de défense est restée longtemps primordiale dans un pays où les luttes entre villages et tribus étaient fréquentes. L’aspect fortifié de la plupart des constructions yéménites des hautes terres en témoigne : villages fortement groupés et bâtis sur des éminences36, maisons construites en forme de tours ne comportant le plus souvent qu’une seule porte d’accès et de rares ouvertures. Dans la partie supérieure des maisons, il fallait concilier l’exigence de défense avec les impératifs d’éclairage et d’aération des pièces : la première étape semble avoir été d’ouvrir quelques rares fenêtres, petites, étroites et parfois surmontées d’un arc sertissant un oculus. Ces fenêtres n’ont souvent comme fermeture, aujourd’hui encore, que de simples volets de bois qu’on devait utiliser fréquemment, soit pour des raisons défensives, soit pour protéger les pièces des intempéries.

Fig. 6a et 6b. Les élévations intérieures du dîwân de bayt Ğuṭaym, n° 120.

Fig. 7 et 8. Élévations intérieures de murs de long pan dans des dîwân.
7. Mur de long pan du dîwân, premier étage, bayt Talhâ, n°57. Cette ordonnance existe au moins depuis la fin du xviie siècle et disparaît à la fin du xixe.
8. Mur de long pan d’un dîwân, bayt al-‘Anbasa, n° 6. Cette ordonnance semble apparaître un peu plus tard que la précédente et disparaît au début du xxe siècle.
Pour ces figures et celles qui suivent, cinq graduations en noir et blanc égalent un mètre.

FENÊTRES ET OCULI DU xviie AU xixe SIÈCLE

94Il ne suffit pas d’ouvrir une baie dans une pièce pour l’éclairer. Il faut aussi pouvoir la fermer pour éviter les courants d’air et pour protéger l’intimité et la sécurité des habitants. Le besoin de lumière dans les pièces a sans doute fait naître l’idée d’un ou plusieurs oculi fermé par une plaque d’albâtre, matériau local, diffusant une lumière tamisée dans la pièce, même quand les volets étaient fermés.

95Il existe de nombreux agencements possibles d’oculi placés au-dessus d’une baie, et on en trouve divers exemples (fig. 10 a-15) dans quelques

96villes des hautes terres yéménites : Ǧibla (fig. 10 a-c), Ṯulâ’ (fig. 11, 14, 15), Ḏamâr (fig. 12-14). Une influence de l’Égypte mamlûke a peut-être également joué.

97A Sanaa, l’évolution a été dans un premier temps de multiplier les oculi sans augmenter le nombre de fenêtres. Dans le courant du xviie siècle probablement, se répand l’agencement typique de nombreuses façades, qu’illustrent la photo 6 et les figures 7 et 9 : les fenêtres sont encore rares, mais sont désormais surmontées de deux oculi qui vont devenir aux xviiie et xixe siècles le trait majeur des façades de Sanaa. Entre les deux oculi qui surmontent une fenêtre, s’intercalent souvent un ou deux autres oculi. La pièce dispose ainsi de davantage de lumière, mais il y a toujours peu de fenêtres à fermer.

  • 37 Par exemple bayt ad-Dufrî, n° 160 (phot. 12 et 14, 21) ; bayt al-Ḥawlânî, n° 80 (phot. 10, 21, 11, (...)

98La forme des oculi va évoluer insensiblement, divers agencements coexistant pendant de longues périodes. Sur des façades de maisons qui datent probablement de la fin du xviie ou du xviiie siècle37, nous constatons l’existence de petites baies dont l’usage disparaît progressivement au xixe siècle :

  • trois oculi disposés en forme de triangle, agencement rare (phot. 9, en haut et à droite) ;
  • deux petites baies arquées superposées (fig. 7, 9 ; phot. 6, 10) ;
  • une petite baie arquée surmontée d’un oculus arrondi (phot. 19, à dr.), ou l’inverse (phot. 17, à g.) ;
  • des baies géminées et arquées surmontées d’un oculus rond (phot. 18 et 24, 17 ; 12, 20)38, qui subsistent sur des façades datant du début du xixe siècle, comme la partie inférieure de bayt Muṭahhar, n° 38 (phot. 32, 33).
  • 39 Le terme de mudawwara, désignant l’oculus rond, existait déjà dans le vocabulaire mamlûk de l’arch (...)

99Mais l’agencement qui va connaître la plus grande fortune à Sanaa consiste en deux oculi circulaires superposés de 30 à 50 cm de diamètre, appelés mudawwara39 (fig. 8 ; phot. 14, centre). Ils apparaissent dès le début du xviie siècle et sont de plus en plus employés au xviiie. Dans la seconde moitié du xixe siècle, ils supplantent les autres types d’oculi. Ils continueront d’être employés jusqu’au début du xxe siècle, date à laquelle des baies surmontées d’arcs plus larges apparaissent et se substituent à eux. Nous en avons un exemple dans les étages inférieurs de bayt al-Wağhî, n° 88 (fin du xviiie siècle ou début du xixe) (phot. 30, maison de droite), ou dans les étages moyens de bayt Makkî, n°33 (début xixe s.) L’effet esthétique est remarquable, de l’extérieur comme de l’intérieur (phot. 29, 34).

100Tous ces oculi étaient autrefois clos de plaques d’albâtre.

L’ALBÂTRE À SANAA

  • 40 Nous donnons les renseignements qui suivent sous réserve, car nous n’avons pu ni les vérifier par (...)

101L’existence d’albâtre à proximité de Sanaa est une des caractéristiques de la ville. La famille de l’usṭâ Muḥammad as-Sayrâff a joué un rôle important dans l’extraction et la commercialisation de ce matériau jusqu’à une date récente : 1975 environ40. Du temps de l’imâm, la famille as-Sayrâfî devait donner 10 % du montant de l’albâtre brute au propriétaire du terrain où se trouvait l’entrée des mines ; avec l’avènement de la République, elle trouva cette redevance abusive et refusa de la payer.

102Comme les carrières de gypse, les mines d’albâtre se trouvent à une trentaine de kilomètres au nord-nord-est de Sanaa, dans la région appelée Ḥarrat Banî (Ǧirmûz Banî L-Ḥârit. Durant la seconde occupation turque (1289/18721337/1918), l’aïeul de la famille as-Sayrâfi se vit révéler en songe l’emplacement d’un gisement d’albâtre. Avec un groupe de travailleurs équipés de leurs pioches à terre, mafras, il commença l’exploitation. L’albâtre brute, ruẖẖâm, se trouve au bout d’un plan incliné de soixante marches, et se présente sous forme de cinq filons, ẖîṭ, pl. ẖuyuṭ, séparés chacun par un bras de roche « maigre » inutilisable, ‘ağaf, qu’on enlève à la pioche jusqu’à dégager un bloc d’albâtre aux dimensions requises.

103Chaque filon mesure quatre à cinq centimères d’épaisseur et porte un nom correspondant à diverses qualités d’albâtre. Le carrier rencontre d’abord le filon appelé ma‘aṭṭaf, dont la couleur est blanche. Le deuxième, ḥuḍayr, est diversement coloré. Le filon central, wusṭâ, présente une nuance verte légère, alors que le quatrième, rafi‘a, offre une nuance blanc-jaune agréable. Le dernier filon, mukatkad, est de couleur jaune avec des nodosités. Les mineurs s’efforçaient d’extraire des blocs d’albâtre aux dimensions constantes, de cinq empans sur trois, soit environ un mètre de long et soixante centimètres de large. Les blocs étaient dégrossis à la carrière même à l’aide d’une sorte d’herminette, qaṭṭûm, qui servait aussi à nettoyer les plaques d’albâtre noircies par la poussière, la fumée et la condensation des maisons : on les descellait pour les racler avec cet outil et leur rendre leur transparence.

Fig. 9a et 9b. Élévations intérieures dans le dîwân, second étage de bayt al-‘Ansî, n° 143.
Ordonnance comparable à celle de la figure 7. 9a. Mur de long pan. La façade extérieure de cette élévation est donnée sur la photo 6.
9b. Mur de petit pan.

Phot. 6. Bayt al‘Ansî, n° 143, vue en façade du dîwân, au 2e étage.
L’alternance d’oculi surmontant des fenêtres et d’oculi sans fenêtre est typique de nombreux dîwân construits au xviie ou au xviiie siècles. Les décors de briques semblent s'être épanouis à la fin du xviiie siècle, au temps de l'imâm al-Manṣûr ‘Ali qui régna de 1189/1775 à 1224/1809.
A cette photographie correspond l’élévation intérieure de la fig. 9a.

104Les blocs d’albâtre étaient ensuite transportés à dos de dromadaire jusqu’à Sanaa, un de chaque côté de la monture. Autrefois, une dizaine d’ateliers préparant les plaques d’albâtre étaient regroupés autour du sûq al-‘Urğ. Le bloc d’albâtre brut était posée sur un billot de bois, tanğ, au fond d’une gorge profonde où les ouvriers la coinçaient avec des morceaux de bois. Puis ils pratiquaient une première entaille à l’aide d’une petite scie, de façon à guider une grande scie, minšâr, actionnée par deux travailleurs journaliers. Nous avons vu que le bloc d’albâtre mesurait cinq centimètres d’épaisseur : il était ainsi recoupé en long, de façon à former quatre plaques d’un centimètre d’épaisseur environ. Après cette coupe, les ouvriers ne polissaient pas la plaque avec un matériau quelconque, mais se contentaient de la passer à l’eau pour enlever la poussière. Elle prenait alors une belle couleur translucide et perdait le nom de l’albâtre brute pour celui de la « pierre de lune », qamarî.

105Tous les ateliers où se travaillait l’albâtre, autour du sûq al-‘Urğ, ont été remplacés aujourd’hui par d’autres, des menuisiers pour la plupart. A partir de 1960 en effet, les ouvriers exigèrent un salaire très élevé pour le travail pénible et salissant de la coupe en long des plaques, ce qui les rendit coûteuses et leur fit préférer les vitraux qui, par ailleurs, étaient parvenus à l’apogée de leur mode.

La recherche de la lumière

106A partir du xviiie siècle apparaît le goût d’une plus grande lumière dans les maisons et d’une vue plus ample sur le paysage. Deux évolutions s’effectuent alors parallèlement : le vitrail fait son apparition et se répand peu à peu, tandis que la fenêtre et l’arc qui la surmonte s’élargissent au fil des siècles.

L’APPARITION DU VITRAIL

Les racines du vitrail dans l’architecture yéménite

107Si, comme nous allons le voir, le premier témoignage sur l’existence du vitrail date des années 1770, il existait auparavant dans l’architecture yéménite de nombreux germes de l’idée de vitrail.

  • 41 Nous avons peut-être là une des origines de la bordure des vitraux, appelée ḥâšîya.

108L’encadrement des fenêtres et des arcs et le bord des oculi où s’enchâssent les plaques d’albâtre est parfois recouvert de plâtre sculpté, où des motifs géométriques simples apparaissent en relief (fig. 10 a-c). L’architecte-maçon a pu avoir l’idée de faire passer ces motifs à l’intérieur de l’arc, en les ordonnant autour de la plaque d’albâtre (fig. 16)41. La même idée a pu naître encore des mosaïques de pierre aux couleurs différentes entourant extérieurement l’arc, comme à Kawkabân et Ṯulâ’.

109Par ailleurs, il existe de nombreuses variations dans l’agencement des arcs. Quelques exemples (fig. 10-15) relevés à Ǧibla (fig. 10 a), Sanaa (fig. 11, 12), Ḏamâr (fig. 12-14, Ṯulâ’ (fig. 11, 14) et Kawkabân (fig. 15). On constate qu’ils sont subdivisés par de la maçonnerie en arcs plus petits, fermés par de l’albâtre, suggérant déjà un vitrail. Ces changements de rythme des arcs créent dans les façades un effet esthétique remarquable avec une grande simplicité de moyens. A partir de ces exemples, on peut aisément concevoir que les maçons-architectes aient eu l’envie d’enrichir plus encore l’effet déjà produit à l’intérieur des pièces par ces arcs sertissant l’albâtre : ils l’ont remplacé par des fragments de verres colorés ou non, fixés par du plâtre. A Kawkabân, il existe un très bel arc (fig. 15), composé de six ouvertures, serties de pierre et disposées en fleur ; le cœur de la fleur contient un vitrail, où une petite plaque d’albâtre est entourée de fragments plus étroits sertis dans du plâtre. On voit à peu près le même motif à Ṯulâ’.

110Disposant de matériaux favorables, l’albâtre et le plâtre, et poussés par le goût de construire et un sens esthétique très sûr, les artisans ont dû chercher depuis longtemps à enrichir l’effet obtenu par les divers arcs décorés d’albâtre.

Le témoignage de Niebuhr

  • 42 Niebuhr, 1776, t.1, pp. 333-334.
  • 43 Voir l’article « Mica » dans La grande Encyclopédie. Inventaire raisonné des Sciences, des Lettres (...)

111Carsten Niebuhr qui visita la ville en 1763, nous apporte un témoignage précieux sur l’architecture de la ville : « Je crois n’avoir vu de vitrages aux ouvertures des fenêtres, qu’à un seul palais tout auprès du château. Les autres maisons n’ont aux fenêtres que des volets qui restent toujours ouverts dans le beau temps, mais que l’on tient toujours fermés quand il pleut. Il y entre alors un peu de jour par le moyen de petites fenêtres rondes où sont des vitres épaisses de Moscovie, que l’on voit au-dessus des volets dans l’appartement. Les principaux Arabes ont dans leurs maisons de campagne au lieu de ces fenêtres avec des vitres de Moscovie quelquefois des vitres peintes, qu’ils tirent de Venise42. » Il importe de noter que le verre de Moscovie, dans le langage de l’époque, ne désigne pas le verre à proprement parler, mais une variété de mica utilisé autrefois pour le vitrage des maisons et des vaisseaux43. Il semble clair que Niebuhr désignait par là les plaques d’albâtre enchâssées dans les arcs.

  • 44 ‘Amrî, 1984 (p. 70, n. 3) qui cite Ğihâf, 118 et Zabâra, Našr al-urf, 302/3-304. Nous pensons qu’ (...)

112Nous disposons d’un autre renseignement de la même époque indiquant le début de l’importation du verre à Sanaa. ‘Alî Muṣṭafâ al-‘Ağamî, damascène de naissance, avait une maison à La Mecque, mais résidait à Sanaa où il mourut. Grand négociant, il portait de l’intérêt à l’agriculture et à l’irrigation ; il introduisit à Sanaa diverses plantes et semences, en particulier le mûrier blanc. On raconte qu'il fut le premier à importer des plaques de verre au Yémen. Nous savons qu’il fit aussi divers cadeaux à l’imâm al-Mahdî al-Abbâs qui régna de 1161/1748 à 1189/1775, en particulier du šînî alqišanî44.

Fig.10a-10c. Disposition des oculi dans les arcs à Ǧibla.
Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon

Fig. 11-14. Disposition des oculi dans des arcs de Sanaa, Ṯulâ’ et Ḏamâr.

Fig. 15. Rosace en pétale de Kawkabân.
Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon

Fig. 16. Le passage de la plaque d’albâtre au vitrail.
La plaque d’albâtre originelle est entourée de fragments de verre ordonnés.

Les témoignages de Cruttenden et Manzoni

113Cruttenden visita Sanaa au milieu du xixe siècle. Bon dessinateur, il nous a laissé une vue du palais de l’imâm à Sanaa (fig. 17). Nous y voyons d’importants bandeaux de briques, mais aucun panneau vertical décoré de ce matériau. Les fenêtres surmontées d’arcs sont proches les unes des autres, il ne s’intercale plus entre elles d’oculus sans fenêtre (comme sur nos figures 7 et 9 a). Tous les bâtiments sont couronnés de merlons et l’ensemble du palais, surmonté d’un mafrağ, est d’une majesté incontestable. Mais il n’existe pas encore de larges fenêtres.

  • 45 Ces « autres petites fenêtres » sont les šâqûs (cf. phot. 41, 23). Voir aussi Bonnenfant, 1987 a, (...)
  • 46 Manzoni, 1884, pp. 203-204.

114Ce témoignage est confirmé sur ce point par Manzoni, qui voyagea au Yémen de 1877 à 1880 et nous apporte un témoignage sur l’arc à cette époque : « Les fenêtres sont petites et basses ; elles ne s’élèvent pas à plus de 45 cm du sol. Elles ont toutes deux battants, dans lesquels se trouvent d’autres petites fenêtres45. Au dessus, il y en a d’autres rondes ou carrées, hermétiquement fermées de plaques d’albâtre blanche translucide, ou bien de dentelles percées dans du plâtre et fermées de verres colorés. Ces fenêtres colorées sont le travail des Juifs46. »

Fig. 17, ci-dessous. Un témoin de l’architecture au milieu du xixe siècle : le palais de l’imâm à Sanaa.
Ce dessin de Cruttenden montre d’importants bandeaux de briques, mais pas de panneaux verticaux décorés de ce matériau. Les fenêtres surmontées d’arcs sont proches les unes des autres, il ne s’intercale plus entre elles d’oculus sans fenêtre comme sur la fig. 7. Il n'existe pas encore de larges fenêtres.

Phot. 7a-9. Une maison datant peut-être de la fin du xviie siècle : bayt as-Sâmî, n° 92.
L’alternance d’oculi surmontant des fenêtres et d’oculi sans fenêtre est une disposition typique de maisons ayant deux à trois siècles, comme la disposition régulière des baies.
7a. Façades nord, à gauche, et ouest, à droite, en 1982.
7b. La façade ouest en 1989. La cour d’étage, visible sur la photo précédente, a été couverte et transformée en ḥiğra.
8. Ensemble de la façade nord.
9. Façades sud, à gauche, et est, à droite.

Phot. 10-14. Maisons datant peut-être, en partie, de la fin du xviie siècle : bayt al-Ḫawlânî, n° 80, et bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160.
10. Bayt al-Ḫawlânî, n ° 80, haut de la façade ouest. La partie droite est peut être de la fin du xviiie s. Le manẓar de gauche (fenêtres encadrées de blanc) est du xxe s.
11. Bayt al-Ḫawlânî, n° 80, bas de la façade ouest.
12. Des jours géminés surmontés d’un oculus équipent parfois l’arc sommant la fenêtre, de la fin du xviie siècle jusqu’au xixe. Bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160, façade ouest, détail.
13. Bayt al-Ḫawlânî, n ° 80, bas de la façade ouest, construite entre 1690 et 1720 ( ?). Dans la rangée d’arcs du .dîwân inférieur, noter le remplissage de briques à demi-cassé pour remplacer les anciens oculi par des vitraux et obtenir ainsi plus de lumière. Les baies ne sont pas superposées entre le 1er et le 2e étage, indice de maison ayant plus de deux à trois siècles. Le 2e étage présente une ordonnance typique ; alternance d’arcs surmontant des fenêtres avec des arcs sans fenêtre par dessous. Le troisième étage pourrait être de la fin du xviiie s.
14. Bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160, façade ouest.

Phot. 15-18. Une maison datant en partie de la fin du xviie siècle, bayt al-Bâblî, n° 76.
15. Vue du nord-est, depuis le ḥûš aṭ-Ṭabaqî. Noter les façades nord et est très fermées.
16. Vue du sud-ouest.
17. Façade ouest et entrée sur la place al-Bâblî. La partie du premier plan est probablement de la fin du xviie siècle : baies encore irrégulières, frises en dents d’engrenages, un seul oculus au-dessus des fenêtres.
18. Façade sud.

Phot. 19-20. Une maison du milieu du xviie siècle ?
Selon Ronald Lewcock, bayt Rizâm, n ° 123, daterait de cette époque.
19. Façade nord.
20. Façade sud.

Phot. 21. Bayt Ġutaym, façade ouest.
Elle date au moins de la fin du xviie siècle.

Phot. 22-28. Le dîwân de l’étage supérieur de bayt Ġutaym, n° 120.
Pourrait dater au moins de la fin du xviie siècle. Cf. aussi les élévations de cette pièce, fig. 6.
22. Le mur sud, correspondant, à l’extérieur, à une rawwâqa.
23. Détail du mur sud.
24. L’angle sud-est de la pièce.
25. L’arc divisant la pièce évoque, en plus modeste, les kurdî des îwân du Caire ottoman.
26. La porte du dîwân.
27 et 28. Vitraux du mur oriental.

Phot. 29. Les oculi superposés, typiques de la baie de Sanaa du xviie au xixe siècle.
Au-dessus de la fenêtre, un arc entoure des oculi d’albâtre ou un vitrail qui diffuse dans la pièce une lumière tout au long du jour, même si le froid, la pluie ou les regards indiscrets contraignent à fermer la fenêtre ou à tirer les rideaux.

Phot. 30. Deux agencements de façades du xviiie siècle.
La maison de droite (bayt al-Wağhî, n ° 88, fin di xviiie ou début du xixe s.) est plus récente que celle de gauche (bayt Râğiḥ, n ° 223, Ire moitié du xviiie s.). Les baies régulièrement disposées les unes au-dessus des autres de bayt al-Wağhî (à droite), comme l’ordonnance symétrique de ses pièces de part et d’autre des ḥiğra (marquée par les grands arcs), n'apparaissent qu’au milieu du xviiie siècle. Ce n'est pas le cas de la maison de bayt Râğiḥ (à gauche), où les baies du second étage ne surmontent pas celles du premier. Les panneaux verticaux de briques saillantes sont également plus nombreux sur la maison de gauche.

L’ÉLARGISSEMENT DE LA FENÊTRE ET DE L’ARC QUI LA SURMONTE

L’ordonnance des xviiie et xixe siècles

115L’une des caractéristiques des façades de Sanaa, il y a quatre siècles et plus, semble être l’existence d’un seul oculus au-dessus de la fenêtre. Il est supplanté par les oculi superposés, probablement au xviie siècle. Dans un premier temps, des oculi sans fenêtre s’intercalent entre les oculi surmontant les fenêtres (voir fig. 7 et phot. 6). Cette disposition type sera utilisée surtout durant le xviiie siècle, puis son emploi diminuera au xixe siècle pour disparaître complètement au début du xxe siècle. Les photos (17, et 20, 17) en donnent des exemples ; bayt ‘Uqba, n° 77, datant de la fin du xixe siècle, est un témoin tardif de cette ordonnance (phot. 15, 17).

  • 47 Cf. ‘Amrî, 1984, pp. 78-80.

116Dans l’agencement de la figure 7, l’espace vacant sur les trumeaux est très souvent employé pour des motifs décoratifs en briques saillantes qui connaissent au xviiie siècle de beaux développements. La fin de ce siècle voit l’épanouissement de cette décoration qui porte le nom de qisma manṣûrîya, du nom de l’imâm al-Manṣûr ‘Alî. Sous son long règne en effet (1189/1775-1224/1809), le Yémen connaît une période de stabilité politique qui engendre la prospérité économique. Les arts se développent, notamment les broderies de ceintures dont un motif particulièrement élaboré porte aussi ce nom. Le souverain s’investit dans de nombreux palais47, tandis que les habitants de Sanaa multiplient les décors de briques saillantes en panneaux situés entre les baies. Ce nom de qisma Manṣûriya sera conservé pour les beaux motifs de briques même après la mort de l’imâm al-Manṣûr ‘Ali (phot. 13-28, 17).

Fig. 18-21. Élévations intérieures des murs d’un dîwân de bayt aṭ-Ṭawr (début du xixe siècle).
Bayt aṭ-Ṭawr, n ° 48, 2e étage.
18. Élévation du mur de long pan ouest.
19. Élévation du mur de l’entrée, au nord.
20. Élévation du mur de long pan est, le ṣadr. Noter les deux arcs aveugles surmontant deux niches rectangulaires aveugles, pour casser la monotonie de ce mur.
21. Élévation du mur de petit pan sud. Petits battants d’aération hauts placés et étroits car le mur domine un voisin dont il faut protéger l’intimité.
Relevé : Paul Bonnenfant.
Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.

117Une tendance à l’élargissement et à la multiplication du nombre des fenêtres commence à se manifester au début du xviiie siècle. Elle est sensible dans la comparaison de deux dîwân de longueur voisine : à bayt al-‘Anbasa (fig. 8), les fenêtres sont de vingt centimètres plus larges qu’à bayt Talhâ (fig. 7), et cinq fenêtres sont percées au lieu de quatre. Les élévations intérieures des dîwân de bayt Sufyan aṭ-Ṭawr (fig. 18) et de bayt al-Manṣûr Muḥammad Ḥamîd ad-Dîn (fig. 22) nous semblent en revanche caractéristiques du xixe siècle, bien que cet agencement soit probablement apparu dès le xviie siècle.

118L’élargissement de la fenêtre a deux conséquences.

119Comme la niche surmontant la fenêtre et la fenêtre elle-même s’élargissent, il devient difficile d’aménager des oculi ne surmontant pas de fenêtre : une nouvelle ordonnance (fig. 8) remplace progressivement l’ancienne (fig. 7) pour devenir la plus courante durant tout le xixe siècle (fig. 18, 22 ; phot. 1).

120D’autre part, l’espace disponible sur les trumeaux se réduit et il devient plus difficile de décorer la façade avec des panneaux de briques verticaux (fig. 12-13, 17). Ceux-ci vont progressivement disparaître, mais les maîtres maçons compensent ce « manque à créer » en développant les bandeaux horizontaux qui connaîtront leurs plus beaux développements sur des maisons du xxe siècle.

L’ordonnance des façades au xixe siècle

121D’après la description de Manzoni, l’ensemble arc-fenêtre était encore peu large dans les années 1870, puisque les fenêtres « ont toutes deux battants » : c’est la définition de la fenêtre dite ṭâqa par les maçons de Sanaa (fig. 18, 22 ; phot. 35, à dr.). Il n’est pas question de larges baies, dites ğarf, fenêtres fermées par trois battants ou davantage, jusqu’à cinq ou six (fig. 32, en haut ; phot. 35, à g. ; phot. 36) ; si quelques-unes existent déjà, elles ne sont pas assez nombreuses pour que Manzoni les remarque. Un siècle après le passage de Niebuhr, il ne s’est pas produit de changement fondamental dans le couple arc/fenêtre.

  • 48 Sur la photo 1, 21, on devine les ḥiğra superposées au-dessus de la porte d’entrée. Sur la maison (...)

122L’ordonnance extérieure de bayt al-Akwa‘, n° 3 (phot. 1) est typique de la première moitié du xixe siècle. Pour un de nos informateurs, Muḥammad Zayd, une des principales caractéristiques des maisons de cette époque est le développement à l’intérieur de la maison d’une vaste ḥiğra, bien isolée de l’escalier48. La recherche d’une ordonnance symétrique de part et d’autre de ce vestibule est un autre trait de cette période (phot. 1). La superposition régulière des baies d’un étage sur l’autre devient la règle : on évite désormais un usage antérieur qui était de ne pas les superposer. Muḥammad Zayd prend en exemple des maisons typiques (phot. 30) : pour lui, la maison de gauche (‘Alî Muḥsin Râğiḥ, n° 223) date de la première moitié du xviiie siècle ; elle est plus ancienne que celle de droite (al-Wağhî, n° 88, fin du xviiie ou début du xixe s.), parce que les fenêtres du second étage ne se superposent pas à celles du premier et parce que les panneaux verticaux de briques occupent une place importante entre les fenêtres et les oculi. Au contraire, dans la maison de droite, les fenêtres sont régulièrement superposées d’un étage à l’autre, les pièces sont disposées symétriquement par rapport aux ḥiğra (marquées par les grands arcs inscrivant trois petits) et les panneaux verticaux de briques saillantes ont diminué d’importance.

Phot. 31. Le quartier Nuṣayr en 1907.
Au fond et à droite, la citadelle. A gauche, le mur crénelé de la mosquée Nuṣayr. Noter le point d’eau pour les besoins des passants, sabîl, couvert d’une coupolette, à proximité du puits dont on voit descendre la couverture du plan incliné. La haute maison du centre de la photo est l’actuelle bayt Rizâm, n° 123 (milieu du xviie siècle ?), vue du sud-ouest (cf. phot. 19 et 20). Noter au premier plan l’espace vide de construction, appelé ẖâriğa, qui s'étendait de bâb al-Yaman à la mosquée du Pacha, à l’intérieur des remparts. Au nord de Sanaa, il existait aussi une ẖâriğa, qui allait de la mosquée al-Bakîrîya à bâb Su‘ûb (cf. phot. 27, 1, au premier plan).
Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 109.

Phot. 32. Bayt Muṭahhar, n° 38, en 1907.
Cette imposante demeure fut bâtie en 1830 environ jusqu’en haut de la grande avancée, kušk, couverte de plâtre, caractéristique de cette maison : influence turco-égyptienne, via les ports de la mer Rouge ? A ce niveau, noter qu’on construit encore à cette date les jours géminés surmontés d’un oculus, disposition qui disparaîtra plus tard. Noter les fenêtres superposées d’un étage à l’autre, caractéristique qui apparaît à la fin du xviiie siècles
Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 223.

Phot. 33, à droite. Bayt Muṭahhar, n° 38, en 1982.
La partie supérieure, aux baies beaucoup plus larges que les arcs étroits de la partie inférieure, date de 1356/1937. La fenêtre et l’arc qui la surmonte ont sensiblement la même hauteur, alors qu’aux époques précédentes, la hauteur de la fenêtre était égale à la moitié de celle de l’arc.

Phot. 34. Maisons juxtaposées dans la rue menant de bâb Su‘ûb au marché central, quartier Zumar.
L’ordonnance générale est caractéristique des xviiie et xixe siècles.

Fig. 22 et 23. Élévations intérieures du dîwân de bayt al-Manṣûr Muḥammad, n° 200 (milieu du xixe siècle ?).
22. Le mur de long pan ouvrant sur la façade. La baie centrale s'ouvre sur un moucharabieh, kušk à Sanaa.
23. Un des murs de petit pan.
Relevé : Gérard Robine.

  • 49 Voir des photos de ces maisons dans Bonnenfant, 1989, p. 113 (bayt al-Mahdî, n° 127) et p. 92, bas (...)

123D’autres exemples de non-superposition des fenêtres d’un étage à l’autre, aux xviie et xviiie siècles, nous sont donnés d’une part par bayt ‘Alî Ṣâlaḥ al-Mahdî, n° 127, qui, d’après son propriétaire, daterait de la fin de la première occupation ottomane, donc des environs de 1038/1629, et d’autre part par bayt an-Nihmî, n° 141, qui pourrait dater du milieu du xviiie siècle49.

L’élargissement de la baie et l’épanouissement de l’art du vitrail à la fin du xixe siècle

  • 50 Maury, Raymond, Revault, Zakariya, 1983, p. 317, sur l’évolution de la baie et du mašrabîya.

124La fin du xixe siècle et le début du xxe siècle sont marqués par une importante évolution de l’architecture des façades. Le goût de la lumière et des larges baies gagne toute la maison. La fenêtre continue de s’élargir au cours du vingtième siècle. Avec retard, la maison de Sanaa suit donc la même évolution que celle du Caire où les fonctions d’aération et d’éclairage prennent « une importance grandissante dans la demeure, à partir du xviie siècle, avec l’adoption d’une architecture domestique moins sévère et plus élégante50 ».

  • 51 Voir aussi les phot. 36, 37, 41-43, 46 en haut.
  • 52 Il devient impossible de conserver une hauteur de vitrail double de celle de la fenêtre, comme au (...)

125Les maçons aménagent de plus en plus souvent de larges baies, les ğarf. Un nouvel ensemble arc-fenêtre apparaît, typique des maisons de Sanaa durant la première moitié du xxe siècle (fig. 32, en haut)51. Autrefois plus haute que large, la fenêtre devient plus large que haute, jusqu’à deux mètres de largeur, parfois beaucoup plus. La largeur de l’arc reste celle de la fenêtre, mais sa hauteur se réduit à celle de la fenêtre52. Au dedans comme au dehors, arc et fenêtre s’équilibrent donc dans un rapport 1/1 caractéristique (fig. 32, haut), remplaçant le rapport arc 2/fenêtre 1 de l’époque antérieure (fig. 32, bas).

126A l’intérieur de la pièce, l’arc s’inscrit dans un rectangle de dimensions égales à celui de la fenêtre ; sur la façade, le volume de l’arc est complété par les motifs prolongeant les montants verticaux des fenêtres (fig. 5, 18) ou par la décoration des lucarnes latérales šâqûṣ.

Fig. 24-27. Élévations intérieures du mafrağ de bayt al-‘Ubâdî, n° 61 (daté de 1317/1899)
24. Mur de long pan sud. Vers 1900 apparaît un agencement qui va devenir très courant : deux baies de mêmes dimensions encadrent une baie plus large.
25. Mur de petit pan de l’entrée.
26. Mur de long pan nord, le ṣadr.
Décor de niches aveugles. Noter la petite porte, à gauche, qui donne accès à un escalier de service : femmes ou domestiques pouvaient ainsi apporter le nécessaire aux convives (tabac, braises, eau rafraîchie, etc.), sans rencontrer les hôtes masculins montant par l’escalier principal.
27. Mur de petit pan oriental. Noter les fenêtres géminées typiques de la fin du xixe siècle et du début du xxe.
Relevé : Paul Bonnenfant.
Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.

Phot. 35 et 36. Fenêtres, ṭâqa et ğarf.
35. Les habitants et les maçons distinguent la fenêtre à deux battants, ṭâqa (à dr.), du ğarf (à g.), fenêtre possédant trois battants ou davantage.
36. Ğarf à cinq battants.
Phot. 37. Ordonnance d’une maison au milieu du xxe siècle, avant la révolution de 1962.
Façade méridionale de bayt ‘Abd al-Qâdir, n° 1, construite en 1359/1940. La hauteur du vitrail égale celle de la fenêtre, dans un rapport 1/1 typique de la première moitié du xxe siècle. Disposées de part et d’autre de certains arcs, de toutes petites baies, les šâqûṣ, permettent d’aérer sans courant d’air désagréable au ras du sol : elles sont particulièrement utilisées aux heures du qât, quand on apprécie la tiédeur de la maison dans la fraîcheur du soir qui tombe...

127Cette évolution est attestée par des photographies de la fin du xixe ou du début du xxe siècle (fonds Burchardt de Berlin-Dahlem et collection IRCICA à Istanbul). Elles montrent dans le haut de certaines maisons des baies vitrées dont la largeur peut être estimée de 1,2 à 1,5 mètre.

128Les fenêtres plus larges offrent diverses variantes :

  • Le plus souvent, un ğarf large au moins de trois battants est encadré par deux ṭâqa. Cette disposition va dominer dans d’innombrables mafrağ et manẓar bâtis depuis cette époque (fig. 24 ; fig. 2853), à bayt al-Ǧirâfî, n° 74, datant de 1348/1929-1930 (phot. 4, 24, trois étages du haut, à dr.) par exemple, ou à bayt al-Yamânî, n° 52, dont le mafrağ fut édifié par l’usṭâ ‘Izzî as-Sanḥânî en 1363/1944 (phot. 6, 24, en haut).
  • Dans l’une des variantes, deux larges fenêtres sont disposées côte à côte, mais surmontées d’un même vitrail, comme par exemple dans le mafrağ de bayt al‘Ubâdî, n° 61 (fig. 27 ; phot. 6, 22) et dans celui de bayt Dalâl, n° 12.

129La surface de plus en plus importante de l’arc surmontant la fenêtre pose alors un problème esthétique : comment le décorer de manière agréable ? Les dimensions des plaques d’albâtre étaient limitées par les difficultés de taille et de transport. On a pu entourer l’albâtre d’une frange de plus en plus importante de fragments ordonnés (fig. 16). Puis la plaque d’albâtre elle-même a été supprimée et remplacée par un motif de verre serti dans du plâtre : le vitrail devint alors d’usage courant.

130Un mouvement général en faveur du vitrail de verre serti de plâtre se dessina à partir de 1920, précise l’usṭâ as-Sayrâfi, dont la famille s’employa très tôt à importer du verre par Aden. Il arrivait par caisses contenant 20 feuilles de verre de 4 mm d’épaisseur, de petites dimensions (20 cm x 40 cm), pour éviter la casse lors du transport à dos de dromadaire, et plus tard par camion. A Aden, il était acheté chez quelques gros commerçants spécialisés dans l’importation de biens étrangers. Le verre se vendait en sept couleurs : rouge, jaune, bleu, rose, vert, café et gris cendré, ramâdî (sans doute le verre dépoli). Avec le départ des Anglais d’Aden, cette source d’approvisionnement se ferma, et on se mit à importer du verre par al-Ḥudayda. Aujourd’hui le verre vient de l’Inde, mais les artisans se plaignent que les couleurs sont moins belles. Il ne semble pas que du verre ait été fabriqué au Yémen, au moins depuis plusieurs siècles.

Fig. 28-31. Élévations intérieures du mafrağ de bayt al-Ḥamdânî, n° 181, daté de 1356/1937.
28. Mur de long pan sud. Comme sur la figure 24, deux baies de mêmes dimensions encadrent une baie plus large.
29. Mur de petit pan de l’entrée.
30. Mur de long pan nord, le ṣadr. Noter le petit placard où l’on peut enfermer des objets précieux : parfums, tabac, encens.
31. Mur de petit pan oriental.
Relevé : Paul Bonnenfant.
Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.

131Sous le règne de l’imâm Yaḥyâ (1904-1948) et de son successeur Ahmad, fleurissent des résidences princières, des demeures de notables et de grands commerçants. Les vitraux atteignent leur épanouissement par leurs grandes dimensions, la beauté des motifs, leur équilibre et leur harmonie avec les autres décors des façades. Que le motif soit à base d’éléments géométriques ou végétaux, le style de cette époque se caractérise par des traits que nous retrouvons dans la plupart des vitraux :

  • La hauteur du vitrail est presque toujours supérieure au rayon de l’arc qu’il décore ; en d’autres termes, le demi-cercle est posé sur un rectangle plus ou moins élevé selon la partie à décorer.
  • A l’intérieur de la surface ainsi limitée, le vitrail est presque toujours dessiné en deux parties symétriques par rapport à la ligne joignant le sommet de l’arc au milieu de la base.
  • Les vergettes de plâtre dessinant les motifs ont une épaisseur très constante ; rares sont les vitraux de cette époque où subsiste une masse de plâtre importante.
  • L’exécution est en général très soignée.
  • Les motifs sont également répartis sur toute la surface du vitrail.
  • Les espaces évidés par le couteau de l’artisan ont une surface assez voisine sur tout le vitrail, ce qui contribue à son équilibre.
  • L’artisan veille aussi à ce que l’impression d’ensemble soit celle d’une harmonie entre les pleins et les vides.

132De ce style se dégage une impression d’harmonie, d’équilibre, de régularité, d’une certaine rigueur dans la spontanéité : un classicisme du vitrail en quelque sorte. Des demeures de cette époque, comme dâr al-Ḥamd ou dâr al-Ḥagar, portent quelques-uns des plus beaux vitraux de Sanaa.

133A partir de 1950, le style des vitraux subit une modification sensible. Si la symétrie par rapport à la ligne joignant le sommet de l’arc au milieu de la base subsiste, comme à l’époque précédente, les motifs végétaux deviennent de plus en plus fréquents par rapport aux motifs géométriques. La palme et le fleuron triomphent et sont souvent traités de manière un peu précieuse. Des masses de plâtre importantes subsistent et les espaces évidés par le couteau ont des surfaces très différentes. L’ensemble offre moins de géométrie et de régularité, moins de rigueur et plus de fantaisie.

134Sous sa forme achevée, l’art du vitrail dans l’architecture domestique de Sanaa ne nous paraît donc dater que de la première moitié du vingtième siècle.

135Suivant l’exemple des grandes demeures princières ou commerçantes, la population de Sanaa se prend à désirer pour ses maisons davantage de lumière et une décoration plus joyeuse que le sobre albâtre. On assiste alors à un mouvement général de remplacement des oculi d’albâtre (fig. 32, en bas à g.) par de petits vitraux (fig. 32, en bas au centre). D’autres remplacent leur albâtre par du verre dépoli, plus translucide et plus facile à nettoyer (phot. 6). D’autres enfin procèdent à la destruction du remplissage de briques autour des oculi au profit d’un vitrail (fig. 32, en bas à dr.).

  • 54 Cf. annexe 2.

136Un exemple nous en est donné par bayt Sarî‘, n° 43 (phot. 46 et 47, 17). L’occupant actuel l’a achetée aux Ṯawr, vieille famille de Sanaa, vers 1950. Il décida, en 1960 environ, de remplacer l’albâtre des oculi par des vitraux. La même pièce de l’étage supérieur porte encore simultanément toutes les étapes du processus : certains arcs sont encore percés de deux oculi superposés où sont serties des plaques d’albâtre. Celles-ci ont été remplacées dans des arcs voisins par de petits vitraux circulaires de mêmes dimensions où sont figurés des sceaux de Salomon et autres motifs. Dans d’autres arcs voisins, le remplissage de briques autour des oculi a été détruit pour être remplacé par un vitrail de la dimension même des arcs. Enfin, les deux plaques d’albâtre juxtaposées qui surmontaient le beau mucharabieh de bois, kušk, de la façade sud, ont été remplacées par un vitrail de la dimension de l’arc. Bayt al-Akwa‘, n° 3 (phot. 1), offre un exemple semblable54.

137Les pièces à larges baies vitrées sont de construction récente. Dans le Sanaa ancien, l’extension de la maison se fait en hauteur, par l’ajout de pièces supplémentaires dans les étages supérieurs.

Phot. 38. Le palais qui se dressait en 1907 à l’emplacement de l’actuel dâr Ǧadîd, n° 25, vu de l’ouest.
On voit au premier plan la mosquée Ǧadîd, au fond le djebel Nuqum. Voir la notice historique de dâr Ǧadîd à l’annexe 2, n ° 25.
Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 177.

138Des pièces décorées de vitraux et de stucs extérieurs peuvent très bien avoir été construites depuis dix, vingt ou trente ans au faîte d’une maison datant de 150 à 200 ans, parfois beaucoup plus. Nous étudierons de nombreux exemples à propos du mafrağ. Mais la construction de larges baies se fait également à d’autres étages (voir les phot. 4147).

139Les exemples pourraient être multipliés. La construction de pièces nouvelles au-dessus de parties anciennes continue de nos jours. Au quartier Dâwud, par exemple, des pièces aux baies vitrées immenses et disproportionnées sont actuellement en cours de construction à Bayt aṭ-Ṭawr, dont la partie inférieure est âgée de 150 à 200 ans.

LES INFLUENCES QUI ONT JOUE DANS L’ÉLARGISSEMENT DE LA FENÊTRE ET LE DÉVELOPPEMENT DU VITRAIL

140Plusieurs raisons ont contribué à l’élargissement de la baie vitrée et à l’épanouissement du vitrail qui la surmonte, en venant favoriser l’éclosion de tendances déjà existantes dans l’architecture yéménite antérieure.

  • 55 Conversations avec les usṭâ Muḥammad ‘Alî as-Sayrâfï et Muḥammad ‘Alî Nâṣir al-Maqwalî. Manzoni, 1 (...)

141La première raison est d’ordre commercial. En 1869, fut percé le canal de Suez : il dut favoriser l’importation au Yémen de verres en provenance d’Europe. Nous l’avons vu, Niebuhr signale déjà à la fin du dix-huitième siècle l’existence à Sanaa de verres de Venise, mais le canal a rendu le Yémen plus proche des approvisionnements européens. L’albâtre a pu être progressivement remplacé par le verre, plus maniable, diversement coloré, et peut-être plus abondant et moins cher quand une commercialisation régulière s’est établie, via Aden d’où le verre était redistribué55.

Fig. 32. Évolution de la baie entre le xviie et le xxe siècle.
Dans de nombreuses maisons, on trouve juxtaposés des éléments de diverses périodes, ici rassemblés pour schématiser l’évolution de la fenêtre et de l’arc qui la surmonte.
En bas, à gauche. Au xviie et au xviiie siècles, la fenêtre à deux battants, ṭâqa, est surmontée d’un arc surhaussé percé généralement de deux oculi superposés sertissant des plaques d’albâtre. L’arc possède une hauteur double de celle de la fenêtre.
En bas, au centre. A partir du xixe siècle, l’albâtre des deux oculi superposés est remplacée par de petits vitraux.
En bas, à droite. Les deux oculi d’albâtre et le remplissage de brique qui les entouraient à l’intérieur de l'arc sont remplacés par un vitrail à partir du xxe siècle.
En haut. A partir de la fin du xixe s., une fenêtre à trois battants ou davantage, ğarf, est surmontée d’un arc de même largeur. Fenêtre et arc possèdent la même hauteur, dans un rapport 1/1.
Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon.

Influence turque

142La deuxième est d’ordre culturel. Il nous semble en effet que, sans exclure la possibilité d’autres influences, l’architecture turque a joué un rôle important dans l’évolution de l’architecture de Sanaa, à la fin du dix-neuvième siècle.

  • 56 Manzoni, 1884, p. 120 et 204.
  • 57 Manzoni, 1884, p. 125.
  • 58 Rathjens, 1957, p. 52, 57, 58.

143La venue de gouverneurs et fonctionnaires turcs au Yémen, durant la seconde occupation ottomane qui dura de 1871 à 1913, a certainement favorisé l’introduction de l’usage du verre pour les fenêtres ; Manzoni signale en effet que les maisons de Sanaa n’avaient pas de vitres, mais des volets, à l’exception des maisons habitées par les Turcs56. Ceux-ci construisirent par ailleurs, au lieu-dit al-Mutawakkil, un hôpital militaire très spacieux, aux fenêtres hautes et larges vitrées à l’européenne57. Rathjens signale en outre qu’on appelle « fenêtres turques » les fenêtres avec bois et vitres, ce qui est un indice de plus qu’elles ont été introduites par les Turcs58. Son témoignage mérite d’être pris en compte car lors de ses quatre séjours au Yémen (1927-1928, 1931, 1934 et 1937-1938), le souvenir des Turcs était encore tout frais dans les mémoires.

  • 59 Esin, 1963. Bonnenfant, 1987a.
  • 60 D’après Borie, Pinon, 1987, p. 71, dans le glossaire, le terme köṣk est d’origine persane et désig (...)
  • 61 Bonnenfant, 1987 a, pp. 16-18.

144Cette qualification de « turc » existe aussi, nous l’avons nous-mêmes constaté, pour d’autres parties de la maison. Certaines logettes de bois sont appelés šubbâk turkî par les menuisiers : elles ont une forme triangulaire que nous retrouvons sur des maisons de La Mecque ou Médine59. Les loges les plus grandes sont nommées kušk par les menuisiers, terme qui semble au Yémen importé de Turquie60. Les menuisiers distinguent aussi deux types d’assemblage pour les portes, l’assemblage arabe et l’assemblage turc, le premier étant plus ancien et plus solide que le second61. Le gamakân, sorte de cloison mobile en bois ou en verre divisant une pièce de réception, est un autre mot d’origine turque.

Phot. 39. Le minaret de la mosquée Mûsâ en 1907.
La photo est probablement prise du sud-est du minaret, depuis la ẖâriğa de bâb al-Yaman (sur ce terme, cf. phot. 27, 1).
Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 467.

Phot. 40. Le palais de dâr al-Ḥagar en 1907.
L’ancien palais de dâr al-Ḥagar, sur son rocher du wâdî Ḍahr, photographié par Burchardt en 1907.
Source : Museum für Volkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 1659.

  • 62 Conversation avec le cheikh Faḍal b. ‘Alî al-Kabîr al-Akwa‘.
  • 63 Lewcock, Smith, 1973. Lewcock, Smith, 1974.
  • 64 D’après Jean-Paul Pascual, le vitrail se répand au xixe siècle dans l’architecture domestique de S (...)

145A l’inverse, l’occupation turque et l’ouverture du canal de Suez ont permis au Yémen de sortir du relatif isolement où il se trouvait auparavant. Des Yéménites se sont rendus plus facilement dans les villes du Proche-Orient où l’art du vitrail existait de longue date : à Damas, au Caire et à Istanbul62. Certes, depuis longtemps, des claustra décoraient de nombreuses mosquées yéménites, comme celle de Šibâm ou l’Ašrafîya de Ta‘izz63. De petits vitraux décoraient aussi les maisons yéménites, comme l’indique Manzoni. Mais les voyageurs yéménites ont pu voir cet art appliqué à une plus grande échelle dans l’architecture domestique des résidences turques, ainsi que dans des demeures du Caire et de Damas64. Séduits par les demeures qu’ils ont pu admirer, les voyageurs yéménites ont peut-être souhaité développer dans leur pays une décoration qui existait déjà en germe dans leur architecture.

146Il est très probable en effet que l’art turc a joué un rôle important dans l’évolution du vitrail yéménite. Il existe certaines correspondances entre l’architecture turque et yéménite : le goût pour de grandes baies vitrées, les vitraux décorant les arcs qui les surmontent, le double vitrail intérieur et extérieur en sont les principales. Les artisans yéménites utilisent par ailleurs une technique de fabrication des vitraux connue en Turquie. Il existe enfin une parenté d’inspiration dans la manière de traiter certains motifs.

Phot. 41-44. Les palais princiers du milieu du xxe siècle.
41. Le palais de l’imâm dit » palais du rocher », dâr al-Ḥagar, dans le wâdî Ḍahr, en 1976. Il fut bâti comme demeure de plaisance par l’imâm Yaḥyâ, à la place d’un palais plus ancien (cf. phot. 40). Scott mentionne qu'il était à peine achevé lors de son passage, en 1937-1938 (In the High Yemen, p. 149) : il doit donc dater de 1936 environ. Scott en donne une photo (lbid., p. 150, phot. 94) qui montre que l’étage supupérieur fut bâti après son passage : on constate en effet une différence de facture dans la construction.
42. Le palais de l’imâm dans le village de plaisance d’ar-Rawḍa, au nord de Sanaa. Il fut construit en 1355/1936 et transformé en hôtel à la fin de la révolution.
43. Dâr al-Ḥamd, le palais d’un des fils de l’imâm Yaḥyâ, ‘Alî, dans le quartier de bi’r al-‘Azab. Construit entre 1360/1941 et 1362/1943, il fut transformé en hôtel à la fin de la révolution.
44. Bayt Abbâs, demeure d’un des fils de l’imâm, devenue Premier Ministère du gouvernement de la République.

  • 65 Eldem, 1969, vol. II, p. 130 sq.
  • 66 Eldem, 1969, vol. Il, p. 99.

147Le goût pour une architecture de jardins et d’eau est caractéristique de la Turquie depuis le milieu du xve siècle : elle fait le charme du Sérail Top Kapou, des kiosques élevés au cours des siècles par les Ottomans, ou des yalis construits sur le Bosphore. Le désir de profiter au maximum de la lumière et du paysage a incité à ouvrir de grandes et nombreuses baies. Dans la salle de réception du pavillon chinois, situé dans le palais de Besiktas construit en 1679, le nombre de fenêtres était le maximum permis par la construction65. A propos du Demirtaz Kasri d’Edirne, bâti sous le règne de Mehmed IV dans la seconde moitié du dix-septième siècle, Eldem parle d’une architecture lumineuse qui innove à l’époque par le nombre de grandes fenêtres vitrées66. Toutes proportions gardées, le goût pour les demeures aux larges baies vitrées dans des jardins de plaisance agrémentés de bassins, se retrouve dans les constructions édifiées depuis un siècle dans les environs de Sanaa, à bi’r al‘Azab, à ar-Rawḍa, dans le Wâdî Ḍahr ou à Sanḥân, par des membres de la famille princière, de grands commerçants ou de simples habitants qui aiment posséder une résidence secondaire pour y profiter de l’été et de l’automne, et se régaler des célèbres raisins chantés par les poètes. L’élargissement des fenêtres à Sanaa s’effectue à la même époque, comme nous l’avons montré.

  • 67 L’ouvrage d’Eldem en donne de nombreux exemples : dans le kiosque du sultan Mehmed IV au palais d’ (...)
  • 68 Eldem, 1969, vol. 1, Topkapu Sareyi, Çinili Köṣk (1473), fig. 46. Davud Pasa Sarayi Hünkar Ḳasri ( (...)

148En Turquie, la disposition des baies répond au besoin de lumière : les fenêtres sont groupées par paires, occupant presque toute la hauteur du mur. Chaque paire consiste en une fenêtre inférieure rectangulaire, généralement vitrée et fermée de volets ou de grilles de bois ou de métal, et une autre supérieure inscrite dans un arc, garnie de verres colorés sertis dans une résille de plâtre67. Le rapport de la fenêtre supérieure à l’inférieure est souvent de un sur un. De nombreux kiosques étudiés par Eldem présentent cette disposition68 . A Sanaa, nous avons rencontré la même ordonnance et le même rapport entre la fenêtre inférieure et l’arc qui la surmonte. Plus précisément, le rapport fenêtre = 1 / arc = 1 tend à remplacer depuis un siècle l’ancien rapport qui prévalait, fenêtre = 1 / arc = 2 (fig. 32). Si le début de ce mouvement coïncide avec l’occupation turque, après 1871, une différence sensible existe cependant : à Sanaa, l’arc qui couronne l’ouverture est généralement en plein cintre, alors que les Turcs utilisent aussi l’arc brisé et des arcs hérités de l’architecture occidentale pour les vitraux de style baroque. Au Yémen comme en Turquie, un encadrement souligne souvent le pourtour des baies.

  • 69 Aslanapa, 1971, p. 288, pl. XI.
  • 70 Arseven, s. d ., p. 178.
  • 71 Arseven, s. d ., p. 183.

149Le quinzième siècle vit à Istanbul l’épanouissement d’une industrie de verre renommée pour ses vitraux, qui décoraient mosquées, palais et maisons privées. Nous avons cité plus haut quelques beaux exemples. Une miniature très vivante du seizième siècle nous montre deux artisans du plâtre en train de sculpter des vitraux avec un couteau recourbé, dans une curieuse roulotte qui était peut-être un atelier ambulant69. Continuant cette tradition, les artisans turcs cités par Arseven distinguent entre les vitraux intérieurs, içlik, et les vitraux extérieurs, diṣlik : « Une fenêtre est souvent munie de ces deux sortes de vitraux posés ensemble, l’un derrière l’autre, dans l’épaisseur du mur formant la baie de la fenêtre. Chacun de ces vitraux correspond à l’une des surfaces intérieures ou extérieures du mur. Les vitraux extérieurs, étant toujours exposés aux intempéries, sont plus simples et par conséquent plus solides que ceux de l’intérieur ornés de motifs plus délicats et aux ornements dentelés70. » Le verre de couleur est réservé au vitrail intérieur, le vitrail extérieur est fait « de simples verres incolores soutenus par un encadrement et des vergettes plus simples71. »

  • 72 Voir Creswell, 1960, vol. II, pl. 68 : les fenêtres, fermées à l’intérieur par des vitraux, sont d (...)

150Soulignons seulement que l’idée d’une double grille sculptée à jour, vitrée ou non, n’est pas propre à la Turquie ou au Yémen : on en trouve ailleurs dans le monde musulman72. Il faut noter aussi qu’à Sanaa, à la différence de la Turquie, la variété des motifs est aussi grande à l’extérieur et joue un rôle déterminant dans l’animation des façades.

  • 73 Arseven, s. d., p. 182, fig. 454, p. 184.
  • 74 Arseven, s. d., p. 183.

151Les artisans turcs connaissaient deux techniques de fabrication des vitraux. L’une, employée pour des vitraux aux motifs très simples, consistait à couler le plâtre dans une sorte de moule d’argile73 ; elle n’est pas employée à Sanaa. La seconde technique était la taille au couteau74 que nous avons décrite pour Sanaa dans le chapitre concernant les vitraux.

152Les motifs décoratifs utilisés à Sanaa se retrouvent dans l’ensemble de l’architecture musulmane, mais on peut déceler dans la manière dont ils sont traités une influence sensible du style turc.

Phot. 45a et 45b. L’évolution d’une maison : bayt Ismâ‘îl Ġamḍân, n° 78.
45a. La maison en 1927 ou 1928. Cette photo, si on la compare à la photo n° 28, 1 prise en 1894, montre clairement que la partie supérieure de la maison, une des plus imposantes de la ville, fut construite entre 1894 et 1927.
Source : Hamburgisches Museum für Vôlkerkunde : fonds Rathjens.
45b. La maison en 1992. On voit les nouvelles pièces, à larges baies, construites entre 1927 et 1992.

153En ce qui concerne les motifs géométriques, il est difficile de parler d’une influence turque pour des motifs qui appartiennent à une tradition datant des premiers temps de l’Islam et qu’on trouve dans de nombreux pays musulmans.

  • 75 Goodwin, 1977, p. 120, pl. 63.
  • 76 Arseven, s. d. , p. 186, fig. 464. - Eldem, 1969, vol. I, p. 73, fig. 46 et vol. II, p. 251. Les c (...)
  • 77 Comme un panneau du minbar aghlabide de la grande mosquée de Kairouan. Voir Golvin, 1970, t.1, p. (...)
  • 78 Par exemple à Delhi, la porte dite ‘Alâ’i Darwâza, construite par ‘Alâ’ad-Dîn Ḫaljî vers 1311.
  • 79 Voir par exemple : Pope, 1965, vol. IV, p. 302, D, portail de la Masjid-i-jâm‘ à Burujîrd, xiie s. (...)

154Les motifs dits ‘aqîq et ğarâ’id au Yémen ornent le tympan des fenêtres de la mosquée Semiz Ali Pasha à Babaeski, construite par Sinan vers 156575 ; ils composent les grilles en bois ou en métal des fenêtres de nombreuses résidences turques de la région d’Istanbul76, mais ils existent dans d’autres pays musulmans, au Maghreb77, en Inde78, et surtout en Iran où ils sont très fréquents dans l’architecture religieuse et civile79.

  • 80 Eldem, 1969, vol. II, p. 132 et p. 135 : le pavillon Chinois dans le palais de Besiktas (1579) à I (...)
  • 81 Prisse d’Avennes, 1877, t. 1, pl. XXI.

155Les entrelacs de cercles appelés bîkâr au Yémen décorent fréquemment les grilles de plâtre ou de métal des demeures turques80, mais aussi des claustra de la mosquée Qâ’it Bây intramuros au Caire81, et de bien d’autres édifices musulmans.

  • 82 Comparer par exemple les photos in Bonnenfant, 1989, p. 193, à la pl. 9 de Bourgoin, 1973.
  • 83 On peut citer, pour la période pré-ottomane, la décoration du porche de l’hôpital de Kaykâ’ûs I co (...)
  • 84 Creswell, 1952, vol. I, pl. 96 c, Bâb al-Akhḍar d’époque fâtimide. Hill, Golvin, 1976, pl. 51-52, (...)

156Les rayons de soleil, les rosaces, zahra ou mašara, et les sceaux, ẖâtim dérivent des polygones étoilés dont l’art musulman use avec virtuosité de l’océan Atlantique à l’Indus. A quelques exceptions près82, les combinaisons très élaborées sont rares au Yémen. Les figures sont juxtaposées plus qu’entrelacées. Les sceaux de Salomon sont aussi particulièrement nombreux en Turquie83 et en Égypte84.

  • 85 Arseven, s.d., p. 184, fig. 458, vitrail d’une ancienne maison turque à Rhodes ; p. 186, fig. 460, (...)
  • 86 Arseven, s.d., p. 324.
  • 87 Kerimov, 1984 b, tapis n° 7, 8, 23.
  • 88 Hutt, Harrow, 1978, plate 75, fenêtre datant du xixe s. dans le mausolée du Shaykh Ni‘matallah à M (...)
  • 89 Décor du Taj Mahal à Agra.

157En revanche, une influence turco-iranienne sur le Yémen est peut-être sensible en ce qui concerne le motif zinğîrî. Il est très employé en Turquie ottomane et dans les pays qui ont été soumis à l’influence turque, notamment dans les vitraux et les claustra85. Dans le vocabulaire de l’enluminure turque, le terme « zencerek [zendjerek] » désigne une « forme de bordure qui imite les boucles d’une chaîne86 ». Dans les tapis du Caucase, le terme de zendjiré désigne divers petits motifs figurant dans des bordures87. Nous rencontrons aussi ce motif en Iran88, où le mot zingîr désigne la chaîne, et en Inde89.

  • 90 Certes, le décor abstrait, palmiforme et ornithomorphe, né chez les Turcs d’Asie centrale, se répa (...)
  • 91 Arseven, s.d., p. 89.

158L’inspiration turque apparaît mieux dans le décor végétal de Sanaa. Sans doute le fleuron warda et la palme ra’s û nus, à partir desquels se développe l’arabesque, existent un peu partout dans l’art musulman ; cependant, l’apport du style roumi ou salğûqide paraît important dans les ornements de plâtre de la capitale yéménite90. Nous avons souligné l’existence dans le décor extérieur, mais surtout intérieur, de compositions à base d’arabesques où la palme et le fleuron se prêtent à une interprétation zoomorphique. Certains éléments décoratifs de Sanaa rappellent le style roumi : « Des enroulements en spirales et en volutes [...] forment le canevas de ses ornementations. Elles sont composées de tiges courbes formant des rinceaux sur lesquels s’accrochent harmonieusement des motifs abstraits en forme de feuillage aux caractères zoomorphiques. Dans toutes les lignes, on constate la courbure de certains organes d’animaux. Les feuillages sont souvent agrémentés de petites figures imitant la tête ou le bec d’un oiseau91. » Comment ne pas voir, sur de nombreuses sculptures de Sanaa, des motifs d’oiseaux très stylisés dont le corps, les ailes, le long cou, le bec et les yeux se mêlent intimement au décor végétal. Les consoles d’étagères, les stucs intérieurs de Bayt Muṭahhar, n° 35, et de nombreux vitraux en donnent des exemples éloquents (phot. 78, 80, 82, 84,88, 18)

  • 92 Aslanapa, 1971, p. 92, pl. V, porte de la loggia du Sultan, mosquée Selimiye, 1574, Edirne.

159De nombreux arcs à Sanaa sont couronnés à l’extérieur par un fleuron central flanqué de deux demi-fleurons prolongeant le haut des bords verticaux des fenêtres (phot. 46, et 47, 17). Cette composition ne serait-elle pas la réplique en plâtre de la décoration en carreaux de faïence qui surmonte certaines portes en Turquie, à l’époque ottomane92 ?

160Divers traits du style floral turc se retrouvent à Sanaa. Même si la flore sculptée dans le stuc à Sanaa est réduite quand on la compare à celle de Turquie, riche en espèces souvent reconnaissables malgré leur stylisation (œillets, tulipes, jacinthes), les ressemblances existent.

  • 93 Arseven, s.d., p. 187, fig. 466, copie de vitrail ancien de style floral, tribune impériale de la (...)
  • 94 Arseven, s.d., p. 79, fig. 242.

161Un des motifs de base du décor de Sanaa, le šağara (fig. 6b), a la même facture que les feuilles et les éléments qui entrent dans la composition de certaines fleurs des vitraux turcs93. Il n’est pas impossible que la tulipe soit suggérée dans les assemblages de šağara et en divers décors intérieurs (fig. 13e, 19 ; phot. 88, 18). Nous avons aussi rencontré à Sanaa des bordures en rinceaux très proches de celles qu’on trouve en Turquie94.

  • 95 Arseven, s.d., p. 187, fig. 466.

162Les motifs en forme de bouquets ou de vases remplis de fleurs, qui sont une des particularités du style floral turc, existent à Sanaa. Un vase en forme de cœur de Bayt ‘Ali rappelle ceux qui figurent dans les vitraux de la mosquée Yeni Djami95.

  • 96 Cf. Aksel, 1972, p. 35. Les peintures sur les murs de la mosquée Yazirköyü, Acipayam, montrent de (...)

163L’association des fleurs et d’une cafetière dalla, parfois rehaussée d’une calligraphie (fig. 1, 23), est un thème fréquemment utilisé dans les arts décoratifs turcs. Citons une peinture sous verre représentant un hexagramme (notre « sceau de Salomon ») dans lequel s’inscrivent les noms des Sept Dormants ; il est encadré par deux cafetières portant les mots mâ šâ’ Allah et par deux bouquets de fleurs96.

Phot. 46 et47.L’agrandissement de la maison : la construction de nouveaux étages sur des étages antérieurs.
46. Dans le village d’ar-Rawḍa, banlieue de plaisance au nord de Sanaa, un étage de briques cuites a été ajouté au-dessus des niveaux en brique crue. Noter la différence de style dans les couples fenêtre-arc : le premier étage peut dater du xixe siècle, le second du milieu du xxe.
47. Bayt al-Wâdî, n° 157. Les deux premiers étages peuvent avoir 200 à 250 ans, l’étage supérieur est sûrement postérieur à 1970.

  • 97 Aslanapa, 1971, phot. n° 174, mosquée Sokollu à Istanbul, 1572, vitrail au-dessus du minbar. Goodw (...)

164Un dernier apport ne nous semble pas négligeable, c’est celui du style baroque turc. Dans bien des vitraux de Sanaa, on retrouve le maniérisme qui caractérise ce style ; une courbe molle s’inscrit dans un espace où les vides l’emportent sur les pleins (fig. 6 d, 19 ; phot. 5, 19). Des motifs périphériques de « cordes » sont aussi souvent traités97.

Autres influences

165Si l’influence turque sur l’art du vitrail de Sanaa nous semble importante, il est probable qu’elle n’est pas exclusive, et des études ultérieures tenteront de préciser quelles autres influences ont pu s’exercer. Celle de l’Iran a pu jouer, soit par l’intermédiaire de la Turquie, soit, plus directement, par le sud de l’Arabie. La proximité de l’Iran s’est manifestée dans le sultanat d’Oman depuis trois siècles, par exemple au château de Ğabrîn, en Oman intérieur, ou dans certaines maisons anciennes de Maṭraḥ et Masqaṭ, sur la côte. A Masqaṭ, bayt Sayyid Nâdir, bayt Taymûr et bayt Sihâb ibn Taymûr, par exemple, portent de fort belles grilles sculptées à jour, mais non vitrées. Comme ils se livraient à une émigration de longue date en divers pays de l’océan Indien, des Yéménites ont peut-être eu l’occasion de les admirer et désiré ensuite les imiter à Sanaa.

166On peut s’interroger aussi sur l’apport de pays comme la Syrie ou l’Égypte.

  • 98 Sauvaget, 1948, pp. 119-130.
  • 99 Sauvaget, 1948, pl. XXIV, 2.
  • 100 Sauvaget, 1948, p. 125, fig. 75 et pl. XXIV, 3.
  • 101 Sauvaget, 1948, p. 128.

167A Sanaa, de nombreux vitraux offrent une formule décorative que l’on trouve appliquée d’une manière courante, à Damas, aux xiie et xiiie siècles. Cette parenté apparaît dans les deux vitraux anciens de la Madrasa Mâridâniya étudiés par Jean Sauvaget98. Les rosaces associées à des fleurons dans l’oculus du pignon est99 ont leur correspondance dans les zahra de Sanaa. Nous avons même rencontré au Yémen des vitraux où des morceaux d’albâtre de forme ovale s’inscrivent dans le réseau de plâtre sculpté, comme les cercles lobés en verre blanc de l’œil de bœuf de la Madrasa Mâridâniya. On trouve fréquemment à Sanaa la composition du vitrail du pignon ouest dans le même monument100 : de part et d’autre d’un axe vertical, des rinceaux symétriques s’écartent puis se réunissent pour donner naissance à des fleurons. L’arabesque très sobre des monuments ayyûbides de Damas, qui se caractérise par « le souci de la régularité dans les figures, d’équilibre entre les pleins et les vides101 », se rencontre à Sanaa, à côté d’une arabesque plus exubérante à tendance zoomorphique.

  • 102 Creswell, 1960, vol. II, p. 103, fig. 43 et 44.
  • 103 Creswell, 1960, vol. II, p. 91, fig. 43 et p. 103, fig. 49.
  • 104 Creswell, 1960, vol. II, pl. 77c.
  • 105 Coste, 1839, pl. XXXIII.

168Creswell a établi la filiation entre les vitraux de la Madrasa Mâridâniya et les vitraux du Caire appartenant à des monuments construits par les derniers Ayyûbides et les Mamlûks Baḥriyya dans la seconde moitié du xiiie siècle102. Le rapprochement est tentant entre ces vitraux et ceux de Sanaa : vitraux à arabesques symétriques des mausolées des califes abbâssides et du sultan Ṣâlih103, mais aussi vitraux à motifs géométriques : le sceau de Salomon qui apparaît dans un vitrail du mausolée du sultan al-Ašraf Ḥalîl104, et à la fin de l’époque mamlûke, dans les oculi de la mosquée Qâ’it Bây105, se retrouve dans des compositions presque identiques à Sanaa (fig. 11b, 19).

  • 106 Lézine, 1972, « palais de Alin Ak » ; pl. X et XI, « palais de Qoussoun » (Au sujet de ce monument (...)

169Est-ce un hasard si les vitraux en Égypte sont appelés qamariyya, terme qui désigne au Yémen, nous l’avons vu, la plaque d’albâtre fermant les oculi ? Certaines baies de Sanaa ou des petites villes des hautes terres yéménites ne présentent-elles pas une parenté avec l’architecture mamlûke dans la disposition des baies étroites, géminées et surmontées d’oculi parfois étagés106 ?

  • 107 Migeon, 1927, t. II, pp. 84-88 et pp. 136-138.

170Nous pouvons nous demander si une influence ayyûbide, puis mamlûke, n’a pas joué à Sanaa avant que ne s’exerce l’influence turque. Des relations étroites existaient entre le Yémen et l’Égypte avant l’époque ottomane, particulièrement dans le domaine artistique. Elles sont attestées par les cuivres et les verres émaillés fabriqués en Égypte et en Syrie, à partir de la seconde moitié du xiiie siècle et jusqu’au xve siècle, pour les sultans rasûlides du Yémen107. Certains thèmes décoratifs d’époque ayyûbide ou mamlûke ont pu pénétrer au Yémen et inspirer les artisans du plâtre, quand leur art s’est développé, à la fin du xixe siècle.

  • 108 Degeorge, 1983, p. 219. Photo de la coupole à la même page.

171En Syrie, « en 1740, à proximité de l’ancienne cité de Hama, le gouverneur Assad-Pacha al-Azem fit édifier sur les berges de l’Oronte un vaste palais ». Parmi une décoration très riche, on note « des fenêtres à transenne en stuc » ; dans la « Grande Salle » existait une coupole ajourée dont les baies étaient décorées de vitraux sertissant du verre coloré108. Le vitrail apparaît dans l’architecture domestique durant le xixe siècle.

  • 109 Chelhod, 1978, p. 54, 57, 59, 61, 68, 70, 71, 77 et 78.

172Nous ne pouvons clore la liste des influences possibles sans parler de la ville de Zabîd. Les documents photographiques que nous avons recueillis semblent montrer une influence de la décoration indienne. Cela n’aurait rien d’étonnant, car Zabîd a été depuis longtemps un important relais de voies caravanières. Par le port d’Aden, elle pouvait commercer avec l’Inde109. Pour les musulmans indiens débarqués dans ce port, elle était également une étape importante sur une des routes du pèlerinage par voie de terre. Une influence de la décoration indienne sur Zabîd a donc pu jouer par les véhicules du commerce et du pèlerinage, puis gagner Sanaa. On peut en faire l’hypothèse pour certains décors intérieurs, comme ceux qui encadrent les fenêtres.

Conclusion sur les influences

  • 110 Les claustra garnissant les fenêtres existent dès l’époque umayyade. Outre les claires-voies de ma (...)
  • 111 Voir Grodecki, 1973, p. 902 : « On est assuré par des textes de Prudence, de Tertullien, de Pal le (...)

173Pour tenter un bilan provisoire des influences, nous pouvons écrire qu’il s’est développé tardivement, dans l’architecture domestique de Sanaa, un art aussi vieux que l’Islam110 et dont les racines lui sont même antérieures111. Les grilles de plâtre sculptées à jour, vitrées ou non, les grilles de marbre ou de bois existent d’un bout à l’autre du monde musulman et à toutes les époques. Il est probable que la Turquie ottomane a eu un rôle prépondérant dans l’évolution du vitrail à la fin du xixe siècle ; pour des raisons économiques, culturelles et militaires, elle a servi de relais entre le Yémen et le reste du monde musulman. D’autres influences ont pu s’exercer, comme celles de la Syrie ayyûbide, de l’Égypte mamlûke, peut-être de l’Iran et de l’Inde, mais cela reste à démontrer.

174L’art du bois, du plâtre et du vitrail à Sanaa puise son inspiration dans les grands thèmes décoratifs de l’Islam et les traduit avec beaucoup de vigueur et de fraîcheur dans les combinaisons. Si l'exécution est parfois un peu rudimentaire, son charme réside dans sa vitalité et sa spontanéité. Nous sommes en présence d’un art populaire, nourri de traditions islamiques, qui a su s’allier avec harmonie au vieux fonds architectural propre au Yémen, celui de la maison tour des hautes terres. A partir du début du vingtième siècle, l’art du vitrail trouve sa place dans toutes les maisons de Sanaa. Il se développe d’abord dans les demeures princières. Par un phénomène d’imitation en chaîne des groupes dominants, le vitrail décore ensuite les maisons des riches commerçants, puis la plupart des habitations de Sanaa, fortunées ou modestes, enfin toute la montagne yéménite : il n’est pas de maison nouvelle, même dans les hameaux les plus reculés, qui n’ait sa pièce de réception ornée de vitraux à la facture raffinée ou naïve.

Le mafrağ : naissance ou renaissance ?

175Nous voudrions ici montrer que cette pièce typique de l’architecture de Sanaa, si elle possède peut-être des origines anciennes, a connu un regain de faveur depuis le milieu du xixe siècle.

LE MAFRAĞ : LES ANCÊTRES ET LES COUSINS

  • 112 Bonnenfant, 1991.
  • 113 Bonnenfant, Gentilleau, 1994.
  • 114 Bonnenfant, Gentilleau, étude sur Zabîd à paraître.
  • 115 Abdulac, 1987, p. 14 et phot. 2.9. Il n’est pas sans intérêt de noter l’existence à Sanaa d’une to (...)

176Nous avons déjà mentionné le pavillon qui se dressait autrefois, dit-on, au sommet du palais Ġumdân. Le mafrağ planté au sommet de la demeure d’aujourd’hui a des parents pauvres dans l’architecture des hautes terres de la péninsule Arabique : dans l’oasis de Nağrân, nous avons noté une maison équipée sur la terrasse d’une petite pièce de réception, bien ouverte pour profiter au mieux de la vue sur la palmeraie et les montagnes, et des brises fraîches des soirées d’été. Il a également de riches cousins à Jedda, principal port de la mer Rouge et poumon de La Mecque sur le large : de nombreuses maisons sont surmontées de pavillons où sont reçus les hôtes de la demeure, par exemple à Bayt Naṣîf, ou dans une maison dont nous avons dressé le plan112. Nous avons également relevé une pièce décorée, au premier étage de bayt ‘Abd al-Udûd à al-Luḥiyya, port de la Tihâma yéménite113. Les ẖalwa de Zabîd, pièces de réception situées à l’étage, précédées ou non de galeries, sont parmi les pièces les plus richement ornées de cette ville114. En Inde, il existe également des pièces de plaisance bâties au sommet des maisons. Le mafrağ a également un parent dans les ṭayyâra syriens, petits pavillons perchés sur le faîte de certaines maisons et qui se caractérisent par l’importance de leurs vitrages115. Dans tous ces sites, les pièces de réception situées au faite de la maison visent surtout à capter au maximum les brises rafraîchissantes pour offrir aux hôtes une pièce aussi agréable que possible, éloignée en outre de la poussière, des odeurs et de l’agitation du rez-de-chaussée.

  • 116 Citons également busṭân al-Ḥayr, n 22, ou bayt al-Ḥalâlî, n° 224. Voir le plan et la coupe donnés (...)

177A Sanaa même, il existe des mafrağ arḍî, qu’on peut traduire par mafrağ de rez-de-jardin. Les exemples sont très nombreux dans le quartier de bi’r al-‘Azab, par exemple bayt al-Ḥamdânî, n° 181, et bayt al-‘Ağamî, n° 154, dont nous avons étudié les plans au chapitre 15116. Ils s’ouvrent presque toujours au sud ou à l’est et sont précédés d’une cour dallée qui sertit un bassin où chante un jet d’eau, šaḏrawân. Des arcatures en briques blanchies au plâtre contrastent vivement avec les feuillages et la verdure d’un jardin. Ainsi, le mafrağ peut être de plain-pied avec un jardin ou une cour.

  • 117 Étudiée et représentée dans Bonnenfant, 1987a, pp. 113-114. Cf. aussi phot. dans Bonnenfant, 1989, (...)

178Il est très possible que le goût de pavillons de plaisance bâtis dans des jardins, que nous soulignions plus haut à propos de la mode de larges baies vitrées surmontées de vitraux, soit venu de Turquie. Nous retrouvons cette ordonnance au premier étage de bayt al-Yamânî, n° 53, où le mafrağ est précédé d’une ravissante cour carrée agrémentée d’un bassin à la bordure polylobée (phot. 58,16) ; une des plus belles portes de Sanaa, aux incrustations de nacre et de bois précieux ton sur ton, commande l’accès au mafrağ117.

LE MAFRAĞ REMIS A LA MODE ?

  • 118 Voir aussi Bidwell, 1983, p. 111, fig. 9.2.

179Il semble que la mode de pavillons isolés, bâtis dans des jardins, ait redonné vigueur à un goût ancien et donné un nouvel attrait au mafrağ situé au faîte de la demeure. Les gravures de Cruttenden (fig. 17)118 montrent que le mafrağ au sommet de la maison existe au milieu du xiii/xixe siècle.

180Mais il est clair aussi que cet emplacement a connu à Sanaa un regain de faveur depuis un siècle. Nombreux sont en effet les mafrağ construits récemment sur une base plus ancienne :

  • 119 Lewcock lui donne 200 ans, les trois étages supérieurs ayant été ajoutés voici 50 ans (1983 b, pp. (...)

181Bayt Zayd b. Faḍal al-Akwa‘, n° 3, fut construite en 1254/1838, mais le mafrağ vers 1950 seulement. Bayt al-‘Anbasa, n° 6, date probablement du milieu du xviiie siècle, mais le mafrağ supérieur a de toute évidence été ajouté depuis moins de 60 ans. Bayt Muṭahhar, n° 38 (phot. 32,33), fut édifiée en 1830 environ jusqu’en haut de la grande avancée, kušk, couverte de plâtre, caractéristique de cette maison119 ; la partie supérieure date de 1356/1937, d’après un parent du qâḍî et une inscription au-dessus de la porte qui fut sculptée au même moment.

  • 120 Dans l’annexe n° 2, on verra que bien d’autres maisons ont connu le même processus : bayt Abd al-M (...)

182A bayt al-‘Ubâdî, n° 61, sur un socle qui peut avoir 150 à 200 ans, un mafrağ a été érigé en 1317/1899 d’après une inscription dans le stuc. Les exemples pourraient être multipliés120.

183On peut conclure qu’à partir du milieu du xixe siècle, une puissante mode s’est créée de vouloir bâtir au sommet des maisons des pavillons qui reprennent les principaux traits des mafrağ de rez-de-jardin : bâtiment dégagé des autres constructions, larges baies vitrées ouvrant sur le paysage, arcatures limitant la terrasse imitant celles qui sont bâties autour du bassin.

La mode de la pierre

184L’usage était à Sanaa de construire en briques les étages supérieurs de la maison. A partir des années 1930 commença à se manifester le goût de palais construits entièrement en pierre. Le premier, dâr aš-Šukr, fut édifié à bâb aš-Šabḥa par l’imâm Yaḥyâ, en 1352/1933 (phot. 50, 16). Dâr al-Uṣûl, dans le quartier de bi’r al-‘Azab, fut bâtie par l’imâm Ahmad vers 1958, pour recevoir les délégations en visite dans sa capitale (phot. 1, 16).

185Ces deux constructions princières donnèrent le ton. Les notables tirèrent prestige d’habitations entièrement construites en pierre. Les maîtres maçons de la capitale furent très sollicités, et les tailleurs de pierre affluèrent de nombreuses régions du Yémen. Le mouvement s’accéléra dans les années 1970 : la guerre civile terminée et la sécurité revenue permirent à Sanaa de s’étendre rapidement en dehors des murailles. La mode se répandit de villas bâties dans des jardins, reprenant le goût des mafrağ de rez-de-chaussée.

CONCLUSION

186Un cliché courant sur la société yéménite est d’affirmer qu’elle est restée très fermée sur elle-même, voire « moyenâgeuse », jusqu’à la révolution de 1962. L’étude de l’évolution de la maison de Sanaa montre au contraire une société avide de suivre les modes et les goûts nouveaux qui lui sont présentés de l’extérieur.

187Il nous paraît donc erroné de parler de maison « traditionnelle ». Il est clair qu’en matière d’habitat plus qu’ailleurs, il faut définitivement renoncer à la dichotomie « traditionnel-moderne » qui mène à une impasse dans la méthode et dans les résultats. Aujourd’hui comme autrefois, il y a des gens qui construisent du mieux qu’ils le peuvent en fonction de leurs revenus, des matériaux disponibles sur le marché, des contraintes de voisinage, des modes et goûts nés de leur passé, de leur milieu social actuel et de leur « groupe de référence », et des projets qu’ils forment pour leur avenir ou ceux de leurs enfants.

188Globalement, jusqu’à preuve du contraire, force nous est de constater qu’il se trouve probablement peu de maisons de Sanaa qui ait plus de six cents ans. Une raison en est certainement la relative fragilité de ces maisons. Que le couvrement prenne l’eau, que les propriétaires négligent de réparer : en quelques années le plafond s’écroule, le reste de la maison se fissure et s’ouvre. L’absence de blanchiment au lait de plâtre permet également aux insectes d’attaquer les pièces de bois formant chaînage, ce qui cause des lézardes.

  • 121 ‘Amrî, 1985, pp. 28-29.

189Une seconde raison est le goût du renouvellement des maisons. L’imâm al-Manṣûr ‘Alî, fameux pour la construction de la « maison des Eunuques », dâr aṭ-Ṭawâšî, dans le quartier du même nom, fit démolir les maisons qui étaient à son emplacement pour édifier ce palais, ainsi que celles situées à l’est de la mosquée Dâwûd, pour élargir la route à proximité d’un autre palais, dâr al-Futûḥ121. Dâr aṭ-Ṭawâsî et dâr al-Futûḥ ont à leur tour été rasées. Pour construire l’actuelle dâr Ǧadîd, un parent de l’imâm Yaḥyâ fit démolir le palais qui se dressait à cet endroit, que nous voyons sur une photographie de 1907 (phot. 38). Les imâms au pouvoir ont donc cherché à faire mieux que leurs prédécesseurs, en rasant leurs demeures pour en édifier de nouvelles. C’est une cause de disparition d’anciennes maisons, à laquelle il faut ajouter les faits de guerre ou les mesures de représailles, quand un imâm faisait raser la maison d’un de ses opposants.

Notes

1 Dans le cas où ces deux châteaux sont évoqués, il n’est fait référence qu’à leur bâtiment central à étages.

2 De façon générale, nous renvoyons à l’ouvrage collectif de Breton, Badre, Audouin, Seigne, 1982.

3 Voir notamment Darles, 1992.

4 Voir tableau ci-dessous.

5 La première fouille d’une maison (72) fut exécutée en 1938 par Hamilton, 1942 (pp. 107-123). De 1975 à 1985, les maisons intra-muros fouillées à Šabwa sont les suivantes : 6, 7, 41, 44, 52, 55, 74 (voir fig. 1) ; parmi elles, les « maisons à cour » sont exclues de cette étude.

6 Breton, Darles, 1980, p. 78, et plan p. 67.

7 Agatharchide écrit au début du 1er s. avant J.-C. ; cf. éd. Muller, 1855, paragr. 102. Les meneaux des fenêtres du bâtiment à portiques du château royal à Šabwa peuvent à la rigueur évoquer les « entrecolonnements magnifiques ».

8 Strabon, Geographica, XVI, 4, 3. On rencontre en effet dans l’Égypte ptolémaïque et gréco-romaine, principalement dans le delta sur les sites de Medinat Maadi, Karanis, Medinat Habu, de hautes maisons faisant un usage abondant de bois (traverses, poteaux...). A cette époque, il existait aussi des maisons tours, comme en témoigne la maquette d’une maison à cinq étages du musée du Caire (inv. 56352).

9 Pline, Histoire naturelle, VI, 153-155.

10 Jamme, 1958, pp. 183-195.

11 Voir notamment Radt, 1973, Taf. 11 (30, 31) et Taf. 12 (33a, 33b), et Van Beek, 1959, pp. 269-273 et pl. 69-70.

12 Van Beek, 1967, pp. 165-170.

13 Seigne, « Les maisons I, J et K de Mašǧa », in Breton, Badre, Audouin, Seigne, 1982, p. 29.

14 Robin, 1982, t.1, p. 82.

15 Breton, « Notes d’histoire sur le château royal », in Breton, Darles, 1992, pp. 216-219.

16 Darles, « L’architecture civile à Shabwa », in Breton, Darles, 1992, pp. 91-92 et Seigne, « Les maisons I, J et K de Mašǧa », in Breton, Badre, Audouin, Seigne, 1982, pp. 24-25.

17 Maigret, Robin, 1989, pp. 280-283.

18 Breton, Audouin, Seigne, 1981, p. 168.

19 Breton, Audouin, Seigne, 1981, p. 175-176 et pl. X.

20 Segall, 1958, pp. 155-178.

21 Se référer à ‘Aqîl, 1991.

22 Communication orale de A. Šedov que nous remercions ici pour toutes ses informations relatives à Raybûn.

23 Maigret, Robin, 1989, pp. 286-288.

24 Breton, « Notes d’histoire sur le château royal », in Breton, Darles, 1992, p. 218. Breton, Seigne, « Le château royal de Shabwa. Le bâtiment, architecture, techniques de construction »... in Breton, Darles, Seigne, 1992, p. 137 et fig. 21 A-B.

25 Piotrovsky, 1988, pp. 28-38.

26 Selon al- Ḥasan al-Hamdânî : cf. Hamdânî/Faris, 1938, pp. 40-42 (Dâmiǧ) et pp. 52-53 (Ḥadaqân et Rada’).

27 Hamdânî/Faris, 1938.

28 Cf. Dubach, 1977 ; Varanda, 1982 ; Hirschi, 1983 ; Golvin, Fromont, 1984 ; Bonnenfant, 1991.

29 Durant les nuits d’hiver, il peut geler sur les hautes terres dont l’altitude moyenne oscille entre 1 800 et 2 500 mètres, avec des sommets dépassant 3 000 mètres, jusqu’à 3 700 mètres.

30 Ce fut probablement le cas à bayt al-Bilaylî, n° 10 ; bayt al-‘Anbasa, n° 6 ; bayt Sarî, n° 43.

31 Lewcock (1983b, p. 487), parvient à la même conclusion.

32 Je remercie particulièrement Muḥammad Muḥammad Zayd pour toutes les informations données lors de nombreux entretiens.

33 Voir aussi phot. 12, 16, bayt al-‘Arûsî, n° 105.

34 Reproduit dans Lewcock, 1983 b, p. 494, fig. 22. 12.

35 Lewcock, 1983 b, p. 487 b. Voir sa photo p. 494, phot. 22.131.

36 Mais la fonction défensive n’est pas seule à jouer : dans les vallées, il peut être nécessaire de bâtir les maisons sur des éminences pour les protéger de crues souvent dévastatrices. Par ailleurs, les cultivateurs cherchent à exploiter les moindres parcelles aménageables et ont donc tendance à rejeter les habitations sur des éperons rocheux incultivables.

37 Par exemple bayt ad-Dufrî, n° 160 (phot. 12 et 14, 21) ; bayt al-Ḥawlânî, n° 80 (phot. 10, 21, 11, 21, 13, 21) : bayt aš-Šâmî, n° 92 (phot. 7-9, 21) ; bayt Rizâm, n° 123 (phot. 19 et 20, 21).

38 Les baies géminées surmontées d’un oculus sont nombreuses au Caire, où elles se nomment Sand qamariyyât ; on trouve aussi des baies triplées surmontées de trois oculi en triangle, ensemble nommé dast qamariyyât. Cf. Amîn, Ibrâhîm, 1990, pp. 90-91. Voir un exemple au mausolée de l’émir Ḥayrbâk, in Papadopoulo, 1976, p. 352, phot. 150.

39 Le terme de mudawwara, désignant l’oculus rond, existait déjà dans le vocabulaire mamlûk de l’architecture. Cf. Amîn, Ibrâhîm, 1990, pp. 90-91.

40 Nous donnons les renseignements qui suivent sous réserve, car nous n’avons pu ni les vérifier par d’autres conversations, ni visiter les mines d’albâtre.

41 Nous avons peut-être là une des origines de la bordure des vitraux, appelée ḥâšîya.

42 Niebuhr, 1776, t.1, pp. 333-334.

43 Voir l’article « Mica » dans La grande Encyclopédie. Inventaire raisonné des Sciences, des Lettres et des Arts. Paris. - Article « Verre » in Littré, Dictionnaire de la langue française, p. 2461. - Article « Verre de Moscovie », dans le Grand Larousse encyclopédique, Paris, 1960.

44 ‘Amrî, 1984 (p. 70, n. 3) qui cite Ğihâf, 118 et Zabâra, Našr al-urf, 302/3-304. Nous pensons qu’il s’agit de carreaux de faïence peints dans la facture des ateliers d’Iznik. Ce terme de šînî al-qišânî désignait les carreaux de faïence initialement fabriquée à Kachan, en Iran, puis dans les célèbres ateliers d’Iznik, en Turquie, notamment à l’époque de Soliman le Magnifique (d’après une conversation avec Jean-Paul Pascual, que je remercie ici pour son obligeance). Une production comparable se développa à Damas, parallèlement à celle d’Iznik (Bittar, 1989, n° 41, p. 66). Le Mahdî ‘Abbâs construisit un dîwân à busṭân al-Mutawakkil et tapissa les murs avec ces carreaux offerts par al-‘Ağamî. Cette indication est intéressante : il s’agissait peut-être de carreaux à décors d’arbres ou de bouquets jaillissant de vases ou de décors floraux tapissant des écoinçons de niches, à la manière ottomane : ces décors ont peut-être influencé l’art de Sanaa.

45 Ces « autres petites fenêtres » sont les šâqûs (cf. phot. 41, 23). Voir aussi Bonnenfant, 1987 a, chap. 3.2.

46 Manzoni, 1884, pp. 203-204.

47 Cf. ‘Amrî, 1984, pp. 78-80.

48 Sur la photo 1, 21, on devine les ḥiğra superposées au-dessus de la porte d’entrée. Sur la maison de droite de la phot. 30, 2 (bayt al-Wağhî, n° 88), elles correspondent aux grands arcs centraux.

49 Voir des photos de ces maisons dans Bonnenfant, 1989, p. 113 (bayt al-Mahdî, n° 127) et p. 92, bas (bayt an-Nihmî, n° 141).

50 Maury, Raymond, Revault, Zakariya, 1983, p. 317, sur l’évolution de la baie et du mašrabîya.

51 Voir aussi les phot. 36, 37, 41-43, 46 en haut.

52 Il devient impossible de conserver une hauteur de vitrail double de celle de la fenêtre, comme au xixe s., ce qui exigerait des hauteurs sous plafond considérables.

53 L’élévation de la fig. 28 est celle qui correspond au mur sud de la pièce 51, fig. 27,15.

54 Cf. annexe 2.

55 Conversations avec les usṭâ Muḥammad ‘Alî as-Sayrâfï et Muḥammad ‘Alî Nâṣir al-Maqwalî. Manzoni, 1884 (p. 204, n. 1) donne la même information.

56 Manzoni, 1884, p. 120 et 204.

57 Manzoni, 1884, p. 125.

58 Rathjens, 1957, p. 52, 57, 58.

59 Esin, 1963. Bonnenfant, 1987a.

60 D’après Borie, Pinon, 1987, p. 71, dans le glossaire, le terme köṣk est d’origine persane et désigne un pavillon indépendant (comme les köṣk impériaux) ou bien, dans les maisons, une sorte de belvédère ouvert distribué par un hayat et souvent, sur le côté opposé aux oda.

61 Bonnenfant, 1987 a, pp. 16-18.

62 Conversation avec le cheikh Faḍal b. ‘Alî al-Kabîr al-Akwa‘.

63 Lewcock, Smith, 1973. Lewcock, Smith, 1974.

64 D’après Jean-Paul Pascual, le vitrail se répand au xixe siècle dans l’architecture domestique de Syrie. Voir aussi Degeorge, 1983.

65 Eldem, 1969, vol. II, p. 130 sq.

66 Eldem, 1969, vol. Il, p. 99.

67 L’ouvrage d’Eldem en donne de nombreux exemples : dans le kiosque du sultan Mehmed IV au palais d’Edirne, construit en 1661, “the windows were conceived in two rows, one above the other, the upper one being covered with stained glass in gypsum trames” (Eldem, 1969, vol. II, p. 14).

68 Eldem, 1969, vol. 1, Topkapu Sareyi, Çinili Köṣk (1473), fig. 46. Davud Pasa Sarayi Hünkar Ḳasri (1596), p. 231. Tersane Sarayinda hasoda Ḳasri, fig. 189, p. 281. Vol. II, pavillon attaché à la Fondation Bayezid (fin du xviie s.), pp. 101-110.

69 Aslanapa, 1971, p. 288, pl. XI.

70 Arseven, s. d ., p. 178.

71 Arseven, s. d ., p. 183.

72 Voir Creswell, 1960, vol. II, pl. 68 : les fenêtres, fermées à l’intérieur par des vitraux, sont doublées extérieurement par des claires-voies très élégantes. Le mausolée du sultan al-Ašraf Halîl (1288) présente sous les vingt oculi du dôme des fenêtres à doubles grilles. Celles de l'intérieur, en stuc sculpté de motifs d’arabesques, ont gardé des traces de verres colorés ; les grilles extérieures sont dépourvues de verre et ornées de motifs géométriques, comme ceux du complexe de Qalâwûn (voir Creswell, 1960, vol. 11, p. 217).

73 Arseven, s. d., p. 182, fig. 454, p. 184.

74 Arseven, s. d., p. 183.

75 Goodwin, 1977, p. 120, pl. 63.

76 Arseven, s. d. , p. 186, fig. 464. - Eldem, 1969, vol. I, p. 73, fig. 46 et vol. II, p. 251. Les claires-voies dont les motifs ont pu inspirer les artisans du plâtre ont connu un grand développement en Turquie (cf. Semavi, 1976), mais aussi dans d’autres pays musulmans comme l’Iran et l’Égypte.

77 Comme un panneau du minbar aghlabide de la grande mosquée de Kairouan. Voir Golvin, 1970, t.1, p. 214, fig. 84, panneau n° 34.

78 Par exemple à Delhi, la porte dite ‘Alâ’i Darwâza, construite par ‘Alâ’ad-Dîn Ḫaljî vers 1311.

79 Voir par exemple : Pope, 1965, vol. IV, p. 302, D, portail de la Masjid-i-jâm‘ à Burujîrd, xiie s. ; p. 435, B, les claustra de faïence de la Masjid-i-Gawhar Shâd à Mashhad, xve s. ; p. 473, les claires-voies situées au-dessus du portique du Chihil Sutûn (1590), à Isfahan ; p. 480, le portail menant au Qaysariya à Isfahan (début du xviie s.).

80 Eldem, 1969, vol. II, p. 132 et p. 135 : le pavillon Chinois dans le palais de Besiktas (1579) à Istanbul. Goodwin, 1977, p. 161, pl. 100, les grilles de la fontaine de Haci Mehmet Emin Agha à Istanbul, 1741. Le motif en écailles naissant de cercles entrelacés est fréquent dans les vitraux turcs : voir Arseven, s. d ., p. 184, fig. 453, n° 6.

81 Prisse d’Avennes, 1877, t. 1, pl. XXI.

82 Comparer par exemple les photos in Bonnenfant, 1989, p. 193, à la pl. 9 de Bourgoin, 1973.

83 On peut citer, pour la période pré-ottomane, la décoration du porche de l’hôpital de Kaykâ’ûs I construit en 1218 à Sivas, représentée dans Aslanapa, 1971, p. 263, fig. 5 ; ou les claustra de la mosquée de Sunghur Bey, datée de 1335 à Nigde, figurés dans Gabriel (1931, t. I, pl. XL, XLI et XLII). Pour l’époque ottomane, voir les vitraux de la mosquée Sokullu à Istanbul, 1572, dans Aslanapa, 1971 (fig. 174).

84 Creswell, 1952, vol. I, pl. 96 c, Bâb al-Akhḍar d’époque fâtimide. Hill, Golvin, 1976, pl. 51-52, les claustra du mausolée du sultan Qalâwûn.

85 Arseven, s.d., p. 184, fig. 458, vitrail d’une ancienne maison turque à Rhodes ; p. 186, fig. 460, vitrail de la mosquée Rustem Pacha à Istanbul (1561). Eldem, 1969, vol. II, p. 108, fenêtres sud du pavillon attaché à la fondation Bayezid bâti à Istanbul à la fin du xviie s.- Prisse d’Avennes, 1877, vol. I, pl. XXXVI, Sibyl d’Ahmed Hoceyn Margouch, Le Caire, xviiie s. ; pl. XIX : vitraux de la mosquée d’El Bordeyny, Le Caire, xvie s. Revault, 1971, fig. 83 et 85, décor de stuc de Dâr Ḥusayn.

86 Arseven, s.d., p. 324.

87 Kerimov, 1984 b, tapis n° 7, 8, 23.

88 Hutt, Harrow, 1978, plate 75, fenêtre datant du xixe s. dans le mausolée du Shaykh Ni‘matallah à Mahan.

89 Décor du Taj Mahal à Agra.

90 Certes, le décor abstrait, palmiforme et ornithomorphe, né chez les Turcs d’Asie centrale, se répandit dans le monde musulman dès l’époque abbâside (voir Otto-Dorn, 1967, p. 88 sq.). Mais on peut considérer qu’il arriva à sa pleine affirmation chez les Salğûqides d’Iran et d’Anatolie (voir Otto-Dorn, 1967, p. 143 et pp. 165-167 ; Arseven, s.d., pp. 52-53).

91 Arseven, s.d., p. 89.

92 Aslanapa, 1971, p. 92, pl. V, porte de la loggia du Sultan, mosquée Selimiye, 1574, Edirne.

93 Arseven, s.d., p. 187, fig. 466, copie de vitrail ancien de style floral, tribune impériale de la mosquée Yeni Djami, xviie s.

94 Arseven, s.d., p. 79, fig. 242.

95 Arseven, s.d., p. 187, fig. 466.

96 Cf. Aksel, 1972, p. 35. Les peintures sur les murs de la mosquée Yazirköyü, Acipayam, montrent de nombreux bouquets de fleurs, dont un jaillit d’une cafetière : Arik, 1974.

97 Aslanapa, 1971, phot. n° 174, mosquée Sokollu à Istanbul, 1572, vitrail au-dessus du minbar. Goodwin, 1977, p. 117, pl. 60, mosquée du sultan Mihrimah, milieu du xvie s.

98 Sauvaget, 1948, pp. 119-130.

99 Sauvaget, 1948, pl. XXIV, 2.

100 Sauvaget, 1948, p. 125, fig. 75 et pl. XXIV, 3.

101 Sauvaget, 1948, p. 128.

102 Creswell, 1960, vol. II, p. 103, fig. 43 et 44.

103 Creswell, 1960, vol. II, p. 91, fig. 43 et p. 103, fig. 49.

104 Creswell, 1960, vol. II, pl. 77c.

105 Coste, 1839, pl. XXXIII.

106 Lézine, 1972, « palais de Alin Ak » ; pl. X et XI, « palais de Qoussoun » (Au sujet de ce monument, Lézine écrit, p. 95 : « Le mur de façade qui est conservé est percé en bas de baies rectangulaires et en haut de baies géminées surmontées d’oculi » ; p. 97, il note « le nombre relativement modeste des ouvertures extérieures si on le compare à celui des résidences plus récentes édifiées à l’époque ottomane ») ; pl. XII, « palais Bechtak ».

107 Migeon, 1927, t. II, pp. 84-88 et pp. 136-138.

108 Degeorge, 1983, p. 219. Photo de la coupole à la même page.

109 Chelhod, 1978, p. 54, 57, 59, 61, 68, 70, 71, 77 et 78.

110 Les claustra garnissant les fenêtres existent dès l’époque umayyade. Outre les claires-voies de marbre de la grande mosquée de Damas, citons les grilles sculptées découvertes dans les châteaux du désert : à Ḫirbat al-Mafğar, monumentales rosaces ajourées dans la pierre (voir Grabar, 1977, pl. 77) et claustra de stuc du palais et du bain (voir Baer, 1979, pl. Vb). A Qaṣr al-Ḥayr al-Ġarbî, « l’éclairage de la résidence, qui n’avait pas de fenêtres sur l’extérieur, se faisait par les portes et par les claires-voies aux tympans des portes ; aucune ne subsistait intacte sur place lors des fouilles. Un grand nombre de ces claires-voies (claustra) en stuc ajouré au trépan ont pu être remontées et donnent une idée de la richesse et de la variété des motifs géométriques et floraux placés le plus souvent dans un cadre à motif végétal. Creswell a noté que nous avons à Ḳasr al-Ḥayr le premier exemple d’emploi de stuc dans l’architecture musulmane » (Elisséeff, 1976a, p. 756). Les châteaux umayyades possédaient des vitraux : des fragments de fenêtres colorés ont été retrouvés à Ḫirbat al-Mafğar, Qaṣr al-Ḥayr al-Ġarbî et Qaṣr al-Ḥayr aš -Šarqî : voir Grabar, 1977, p. 159.

111 Voir Grodecki, 1973, p. 902 : « On est assuré par des textes de Prudence, de Tertullien, de Pal le Silenciaire, de la présence des vitraux colorés dans des basiliques paléochrétiennes et à Sainte-Sophie de Constantinople. C’étaient, selon les témoins archéologiques découverts à Rome et à Saint Démétrius de Salonique, des vitraux utilisant des montures en stuc ou en marbre. » Notons aussi que l’albâtre était utilisé dans certaines églises d’Occident, en particulier en Italie, avant le vitrail : cf. David-Roy, 1974.

112 Bonnenfant, 1991.

113 Bonnenfant, Gentilleau, 1994.

114 Bonnenfant, Gentilleau, étude sur Zabîd à paraître.

115 Abdulac, 1987, p. 14 et phot. 2.9. Il n’est pas sans intérêt de noter l’existence à Sanaa d’une toute petite pièce en haut de la maison, le tayr amâna, terme qui, par la racine TYR, « voler », offre une parenté avec celui de Syrie. Mais il s’agissait d’une maison de gardien, d’observateur, qui existait également sur les bâtiments commerciaux du souk de Sanaa.

116 Citons également busṭân al-Ḥayr, n 22, ou bayt al-Ḥalâlî, n° 224. Voir le plan et la coupe donnés par Lewcock (1983 b, p. 483, fig. 22.10).

117 Étudiée et représentée dans Bonnenfant, 1987a, pp. 113-114. Cf. aussi phot. dans Bonnenfant, 1989, p. 146.

118 Voir aussi Bidwell, 1983, p. 111, fig. 9.2.

119 Lewcock lui donne 200 ans, les trois étages supérieurs ayant été ajoutés voici 50 ans (1983 b, pp. 488-489).

120 Dans l’annexe n° 2, on verra que bien d’autres maisons ont connu le même processus : bayt Abd al-Malik al-‘Affârî, n°2 ; bayt al-Bilaylî, n° 10 ; bayt Makkî, n°33 ; bayt aS-Saîbî, n°42bis ; bayt Ḥusayn Sarî, n°43 ; bayt aS-Sâmî, n°46 ; bayt aṭ-Ṭawr, n° 48 ; bayt al-Yamânî, n°52 ; bayt al-Ǧirâfî, n” 74 ; bayt Badr ad-Dîn al-Ànsî, n°114 ; bayt as-sayyid Muḥammad cAlî Abu Tâlib, n°116 ; bayt Abd Allâh al-Wâsi‘ï, n°122 ; bayt al-Yadûmî, n° 126 ; bayt al-Hâǧǧ Ahmad al-Kabûs, n°134 ; bayt az-Zabî, n°148. 123. Sur dâr at-Tawâšî, voir Bonnenfant, 1987 a, p. 117.

121 ‘Amrî, 1985, pp. 28-29.

Notes de fin

* Jean-François BRETON, CNRS Paris

Christian DARLES, architecte, Toulouse

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Bayt al-Akwa‘, n° 3, façade ouest.Cette maison fut construite dans les années 1830. Vers 1327/1909, on détruisit les oculi superposés en briques, fermés d’albâtre, pour les remplacer par des vitraux. Ceux que nous voyons ici furent refaits après le pillage de 1948. Le mafrağ fut construit vers 1950.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Fig. 1. Plan de Sabwa, zone ouest.Triangles noirs : présence de bois des ossatures. Grisé : présence de brique crue en élévation.Relevé par Christian Darles et Jacques Seigne
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 2. Élévation du socle 56, face ouest.Relevé par Christian Darles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 3. Plan du socle de la maison H de Sûna.Relevé par Jacques Seigne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Phot. 2. Socle d'appareil régulier en granit à Ḥinû az-Zurayr, région de Bayḥân.Photographie : J. -F. Breton.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Phot. 3. Socle d’appareil régulier en calcaire à Šabwa, n° 52, vu du nord.Photographie : J. -F. Breton.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Phot. 4. Fouille russe à Raybûn (Ḥaḍramawt).Maison à ossature de bois (en creux) et remplissage de brique comprenant un couloir central et un escalier latéral (au fond, à gauche).Photographie : J. -F. Breton.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 4. Plan et élévation sud des maisons l, J et K de Mašġa.Relevé par Jacques Seigne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 5. Schéma de l’ossature de bois de la maison K de Mašġa.Relevé par Jacques Seigne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Phot. 5a et 5b. Exemples d’indices de maisons âgées de plus de trois à quatre siècles .Un sol de vestibule situé très au-dessous du niveau de la rue, une porte surmontée d’un linteau monolithe sans arc, un appareil en escalier (phot. 5a), un seul oculus surmontant les fenêtres (Ier étage des deux photos), des frises en dents d’engrenage, sont des indices de maisons âgées de plus de trois à quatre siècles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 6a et 6b. Les élévations intérieures du dîwân de bayt Ğuṭaym, n° 120.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 7 et 8. Élévations intérieures de murs de long pan dans des dîwân.7. Mur de long pan du dîwân, premier étage, bayt Talhâ, n°57. Cette ordonnance existe au moins depuis la fin du xviie siècle et disparaît à la fin du xixe.8. Mur de long pan d’un dîwân, bayt al-‘Anbasa, n° 6. Cette ordonnance semble apparaître un peu plus tard que la précédente et disparaît au début du xxe siècle.Pour ces figures et celles qui suivent, cinq graduations en noir et blanc égalent un mètre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 9a et 9b. Élévations intérieures dans le dîwân, second étage de bayt al-‘Ansî, n° 143.Ordonnance comparable à celle de la figure 7. 9a. Mur de long pan. La façade extérieure de cette élévation est donnée sur la photo 6.9b. Mur de petit pan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Phot. 6. Bayt al‘Ansî, n° 143, vue en façade du dîwân, au 2e étage.L’alternance d’oculi surmontant des fenêtres et d’oculi sans fenêtre est typique de nombreux dîwân construits au xviie ou au xviiie siècles. Les décors de briques semblent s'être épanouis à la fin du xviiie siècle, au temps de l'imâm al-Manṣûr ‘Ali qui régna de 1189/1775 à 1224/1809.A cette photographie correspond l’élévation intérieure de la fig. 9a.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig.10a-10c. Disposition des oculi dans les arcs à Ǧibla.Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 11-14. Disposition des oculi dans des arcs de Sanaa, Ṯulâ’ et Ḏamâr.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 15. Rosace en pétale de Kawkabân.Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 16. Le passage de la plaque d’albâtre au vitrail.La plaque d’albâtre originelle est entourée de fragments de verre ordonnés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 17, ci-dessous. Un témoin de l’architecture au milieu du xixe siècle : le palais de l’imâm à Sanaa.Ce dessin de Cruttenden montre d’importants bandeaux de briques, mais pas de panneaux verticaux décorés de ce matériau. Les fenêtres surmontées d’arcs sont proches les unes des autres, il ne s’intercale plus entre elles d’oculus sans fenêtre comme sur la fig. 7. Il n'existe pas encore de larges fenêtres.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Phot. 7a-9. Une maison datant peut-être de la fin du xviie siècle : bayt as-Sâmî, n° 92.L’alternance d’oculi surmontant des fenêtres et d’oculi sans fenêtre est une disposition typique de maisons ayant deux à trois siècles, comme la disposition régulière des baies.7a. Façades nord, à gauche, et ouest, à droite, en 1982.7b. La façade ouest en 1989. La cour d’étage, visible sur la photo précédente, a été couverte et transformée en ḥiğra.8. Ensemble de la façade nord.9. Façades sud, à gauche, et est, à droite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Phot. 10-14. Maisons datant peut-être, en partie, de la fin du xviie siècle : bayt al-Ḫawlânî, n° 80, et bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160.10. Bayt al-Ḫawlânî, n ° 80, haut de la façade ouest. La partie droite est peut être de la fin du xviiie s. Le manẓar de gauche (fenêtres encadrées de blanc) est du xxe s.11. Bayt al-Ḫawlânî, n° 80, bas de la façade ouest.12. Des jours géminés surmontés d’un oculus équipent parfois l’arc sommant la fenêtre, de la fin du xviie siècle jusqu’au xixe. Bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160, façade ouest, détail.13. Bayt al-Ḫawlânî, n ° 80, bas de la façade ouest, construite entre 1690 et 1720 ( ?). Dans la rangée d’arcs du .dîwân inférieur, noter le remplissage de briques à demi-cassé pour remplacer les anciens oculi par des vitraux et obtenir ainsi plus de lumière. Les baies ne sont pas superposées entre le 1er et le 2e étage, indice de maison ayant plus de deux à trois siècles. Le 2e étage présente une ordonnance typique ; alternance d’arcs surmontant des fenêtres avec des arcs sans fenêtre par dessous. Le troisième étage pourrait être de la fin du xviiie s.14. Bayt aḍ-Ḍufrî, n° 160, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Phot. 15-18. Une maison datant en partie de la fin du xviie siècle, bayt al-Bâblî, n° 76.15. Vue du nord-est, depuis le ḥûš aṭ-Ṭabaqî. Noter les façades nord et est très fermées.16. Vue du sud-ouest.17. Façade ouest et entrée sur la place al-Bâblî. La partie du premier plan est probablement de la fin du xviie siècle : baies encore irrégulières, frises en dents d’engrenages, un seul oculus au-dessus des fenêtres.18. Façade sud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende Phot. 19-20. Une maison du milieu du xviie siècle ?Selon Ronald Lewcock, bayt Rizâm, n ° 123, daterait de cette époque.19. Façade nord.20. Façade sud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Phot. 21. Bayt Ġutaym, façade ouest.Elle date au moins de la fin du xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Phot. 22-28. Le dîwân de l’étage supérieur de bayt Ġutaym, n° 120.Pourrait dater au moins de la fin du xviie siècle. Cf. aussi les élévations de cette pièce, fig. 6.22. Le mur sud, correspondant, à l’extérieur, à une rawwâqa.23. Détail du mur sud.24. L’angle sud-est de la pièce.25. L’arc divisant la pièce évoque, en plus modeste, les kurdî des îwân du Caire ottoman.26. La porte du dîwân.27 et 28. Vitraux du mur oriental.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Phot. 29. Les oculi superposés, typiques de la baie de Sanaa du xviie au xixe siècle.Au-dessus de la fenêtre, un arc entoure des oculi d’albâtre ou un vitrail qui diffuse dans la pièce une lumière tout au long du jour, même si le froid, la pluie ou les regards indiscrets contraignent à fermer la fenêtre ou à tirer les rideaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Phot. 30. Deux agencements de façades du xviiie siècle.La maison de droite (bayt al-Wağhî, n ° 88, fin di xviiie ou début du xixe s.) est plus récente que celle de gauche (bayt Râğiḥ, n ° 223, Ire moitié du xviiie s.). Les baies régulièrement disposées les unes au-dessus des autres de bayt al-Wağhî (à droite), comme l’ordonnance symétrique de ses pièces de part et d’autre des ḥiğra (marquée par les grands arcs), n'apparaissent qu’au milieu du xviiie siècle. Ce n'est pas le cas de la maison de bayt Râğiḥ (à gauche), où les baies du second étage ne surmontent pas celles du premier. Les panneaux verticaux de briques saillantes sont également plus nombreux sur la maison de gauche.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 18-21. Élévations intérieures des murs d’un dîwân de bayt aṭ-Ṭawr (début du xixe siècle).Bayt aṭ-Ṭawr, n ° 48, 2e étage.18. Élévation du mur de long pan ouest.19. Élévation du mur de l’entrée, au nord.20. Élévation du mur de long pan est, le ṣadr. Noter les deux arcs aveugles surmontant deux niches rectangulaires aveugles, pour casser la monotonie de ce mur.21. Élévation du mur de petit pan sud. Petits battants d’aération hauts placés et étroits car le mur domine un voisin dont il faut protéger l’intimité.Relevé : Paul Bonnenfant.Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Phot. 31. Le quartier Nuṣayr en 1907.Au fond et à droite, la citadelle. A gauche, le mur crénelé de la mosquée Nuṣayr. Noter le point d’eau pour les besoins des passants, sabîl, couvert d’une coupolette, à proximité du puits dont on voit descendre la couverture du plan incliné. La haute maison du centre de la photo est l’actuelle bayt Rizâm, n° 123 (milieu du xviie siècle ?), vue du sud-ouest (cf. phot. 19 et 20). Noter au premier plan l’espace vide de construction, appelé ẖâriğa, qui s'étendait de bâb al-Yaman à la mosquée du Pacha, à l’intérieur des remparts. Au nord de Sanaa, il existait aussi une ẖâriğa, qui allait de la mosquée al-Bakîrîya à bâb Su‘ûb (cf. phot. 27, 1, au premier plan).Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 109.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Phot. 32. Bayt Muṭahhar, n° 38, en 1907.Cette imposante demeure fut bâtie en 1830 environ jusqu’en haut de la grande avancée, kušk, couverte de plâtre, caractéristique de cette maison : influence turco-égyptienne, via les ports de la mer Rouge ? A ce niveau, noter qu’on construit encore à cette date les jours géminés surmontés d’un oculus, disposition qui disparaîtra plus tard. Noter les fenêtres superposées d’un étage à l’autre, caractéristique qui apparaît à la fin du xviiie sièclesSource : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 223.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Phot. 33, à droite. Bayt Muṭahhar, n° 38, en 1982.La partie supérieure, aux baies beaucoup plus larges que les arcs étroits de la partie inférieure, date de 1356/1937. La fenêtre et l’arc qui la surmonte ont sensiblement la même hauteur, alors qu’aux époques précédentes, la hauteur de la fenêtre était égale à la moitié de celle de l’arc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Phot. 34. Maisons juxtaposées dans la rue menant de bâb Su‘ûb au marché central, quartier Zumar.L’ordonnance générale est caractéristique des xviiie et xixe siècles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 22 et 23. Élévations intérieures du dîwân de bayt al-Manṣûr Muḥammad, n° 200 (milieu du xixe siècle ?).22. Le mur de long pan ouvrant sur la façade. La baie centrale s'ouvre sur un moucharabieh, kušk à Sanaa.23. Un des murs de petit pan.Relevé : Gérard Robine.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 24-27. Élévations intérieures du mafrağ de bayt al-‘Ubâdî, n° 61 (daté de 1317/1899)24. Mur de long pan sud. Vers 1900 apparaît un agencement qui va devenir très courant : deux baies de mêmes dimensions encadrent une baie plus large.25. Mur de petit pan de l’entrée.26. Mur de long pan nord, le ṣadr.Décor de niches aveugles. Noter la petite porte, à gauche, qui donne accès à un escalier de service : femmes ou domestiques pouvaient ainsi apporter le nécessaire aux convives (tabac, braises, eau rafraîchie, etc.), sans rencontrer les hôtes masculins montant par l’escalier principal.27. Mur de petit pan oriental. Noter les fenêtres géminées typiques de la fin du xixe siècle et du début du xxe.Relevé : Paul Bonnenfant.Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Phot. 35 et 36. Fenêtres, ṭâqa et ğarf.35. Les habitants et les maçons distinguent la fenêtre à deux battants, ṭâqa (à dr.), du ğarf (à g.), fenêtre possédant trois battants ou davantage.36. Ğarf à cinq battants.Phot. 37. Ordonnance d’une maison au milieu du xxe siècle, avant la révolution de 1962.Façade méridionale de bayt ‘Abd al-Qâdir, n° 1, construite en 1359/1940. La hauteur du vitrail égale celle de la fenêtre, dans un rapport 1/1 typique de la première moitié du xxe siècle. Disposées de part et d’autre de certains arcs, de toutes petites baies, les šâqûṣ, permettent d’aérer sans courant d’air désagréable au ras du sol : elles sont particulièrement utilisées aux heures du qât, quand on apprécie la tiédeur de la maison dans la fraîcheur du soir qui tombe...
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 28-31. Élévations intérieures du mafrağ de bayt al-Ḥamdânî, n° 181, daté de 1356/1937.28. Mur de long pan sud. Comme sur la figure 24, deux baies de mêmes dimensions encadrent une baie plus large.29. Mur de petit pan de l’entrée.30. Mur de long pan nord, le ṣadr. Noter le petit placard où l’on peut enfermer des objets précieux : parfums, tabac, encens.31. Mur de petit pan oriental.Relevé : Paul Bonnenfant.Dessin : Jeanne-Marie Gentilleau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Phot. 38. Le palais qui se dressait en 1907 à l’emplacement de l’actuel dâr Ǧadîd, n° 25, vu de l’ouest.On voit au premier plan la mosquée Ǧadîd, au fond le djebel Nuqum. Voir la notice historique de dâr Ǧadîd à l’annexe 2, n ° 25.Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 177.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 32. Évolution de la baie entre le xviie et le xxe siècle.Dans de nombreuses maisons, on trouve juxtaposés des éléments de diverses périodes, ici rassemblés pour schématiser l’évolution de la fenêtre et de l’arc qui la surmonte.En bas, à gauche. Au xviie et au xviiie siècles, la fenêtre à deux battants, ṭâqa, est surmontée d’un arc surhaussé percé généralement de deux oculi superposés sertissant des plaques d’albâtre. L’arc possède une hauteur double de celle de la fenêtre.En bas, au centre. A partir du xixe siècle, l’albâtre des deux oculi superposés est remplacée par de petits vitraux.En bas, à droite. Les deux oculi d’albâtre et le remplissage de brique qui les entouraient à l’intérieur de l'arc sont remplacés par un vitrail à partir du xxe siècle.En haut. A partir de la fin du xixe s., une fenêtre à trois battants ou davantage, ğarf, est surmontée d’un arc de même largeur. Fenêtre et arc possèdent la même hauteur, dans un rapport 1/1.Dessin : Guillemette Bonnenfant-Outrebon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Phot. 39. Le minaret de la mosquée Mûsâ en 1907.La photo est probablement prise du sud-est du minaret, depuis la ẖâriğa de bâb al-Yaman (sur ce terme, cf. phot. 27, 1).Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 467.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Phot. 40. Le palais de dâr al-Ḥagar en 1907.L’ancien palais de dâr al-Ḥagar, sur son rocher du wâdî Ḍahr, photographié par Burchardt en 1907.Source : Museum für Volkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K 1659.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Phot. 41-44. Les palais princiers du milieu du xxe siècle.41. Le palais de l’imâm dit » palais du rocher », dâr al-Ḥagar, dans le wâdî Ḍahr, en 1976. Il fut bâti comme demeure de plaisance par l’imâm Yaḥyâ, à la place d’un palais plus ancien (cf. phot. 40). Scott mentionne qu'il était à peine achevé lors de son passage, en 1937-1938 (In the High Yemen, p. 149) : il doit donc dater de 1936 environ. Scott en donne une photo (lbid., p. 150, phot. 94) qui montre que l’étage supupérieur fut bâti après son passage : on constate en effet une différence de facture dans la construction.42. Le palais de l’imâm dans le village de plaisance d’ar-Rawḍa, au nord de Sanaa. Il fut construit en 1355/1936 et transformé en hôtel à la fin de la révolution.43. Dâr al-Ḥamd, le palais d’un des fils de l’imâm Yaḥyâ, ‘Alî, dans le quartier de bi’r al-‘Azab. Construit entre 1360/1941 et 1362/1943, il fut transformé en hôtel à la fin de la révolution.44. Bayt Abbâs, demeure d’un des fils de l’imâm, devenue Premier Ministère du gouvernement de la République.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Phot. 45a et 45b. L’évolution d’une maison : bayt Ismâ‘îl Ġamḍân, n° 78.45a. La maison en 1927 ou 1928. Cette photo, si on la compare à la photo n° 28, 1 prise en 1894, montre clairement que la partie supérieure de la maison, une des plus imposantes de la ville, fut construite entre 1894 et 1927.Source : Hamburgisches Museum für Vôlkerkunde : fonds Rathjens.45b. La maison en 1992. On voit les nouvelles pièces, à larges baies, construites entre 1927 et 1992.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Phot. 46 et47.L’agrandissement de la maison : la construction de nouveaux étages sur des étages antérieurs.46. Dans le village d’ar-Rawḍa, banlieue de plaisance au nord de Sanaa, un étage de briques cuites a été ajouté au-dessus des niveaux en brique crue. Noter la différence de style dans les couples fenêtre-arc : le premier étage peut dater du xixe siècle, le second du milieu du xxe.47. Bayt al-Wâdî, n° 157. Les deux premiers étages peuvent avoir 200 à 250 ans, l’étage supérieur est sûrement postérieur à 1970.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4419/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter