Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 4. Les matériaux et leurs décors

Chapitre 20. Le qaḍâḍ

Texte intégral

Phot. 1. Arbre fleuronné sculpté en relief dans du qaḍâḍ.
Ḥiğra de bayt at-Ṯawr, n ° 48 (fin xviiie-début xixe siècle).
Haut, de l’arbre fleuronné, 66 cm.

  • 1 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. p. 150,156, 157.
  • 2 Cf. Ibid, pl. p. 55, droite.

1Le qaḍâḍ est la fierté des artisans yéménites. Cet enduit très dur et imperméable revêtait toutes les « zones à risques » de la maison : les terrasses de couvrement des maisons les plus fortunées (phot. 3), les bassins et les rigoles d’écoulement des eaux sur les façades (phot. 43 et 44, 7 ; 4 ; pl. 20 a, c)1. Le fond arrondi de certaines banquettes appelées à recevoir des poteries poreuses, en vue de rafraîchir l’eau, était aussi aménagé dans le qaḍâḍ, où des rigoles drainaient l’eau vers un écoulement. C’était le cas dans certains šubbâk (phot. 19, 7) et « pièces de la boisson », bayt aš-šurba, comme dans certaines ḥiğra (pl. 20 d, e). Dernier usage, et non des moindres : on en lambrissait le bas des murs des escaliers (phot. 1, 7, 6-8, 7) et de certaines pièces, comme les vestibules de rez-de-chaussée ou d’étage (phot. 4, 10, 12, 13, 7 ; pl. 20 d, e) ou les toilettes2 (phot. 42 et 46, 7), sur une hauteur de 80 cm à 1,30 mètre. On peut voir encore, dans certaines maisons, de sobres motifs sculptés dans ce matériau d’un usage aujourd’hui disparu.

  • 3 Les ġayl sont l’équivalent à Sanaa des foggara sahariennes, des qanât iraniennes ou des falağ d’Om (...)
  • 4 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. pp. 26-30, p.160, 161.
  • 5 Citons, de manière très fragmentaire, quelques notes recueillies sur les artisans du qaḍâḍ à Sanaa (...)

2On l’utilisait aussi pour étanchéiser des citernes, des galeries drainantes qui approvisionnaient en eau la capitale, les ġayl3, et certaines coupoles comme celles des mosquées al-Bakîrîya, al-Mahdî cAbbâs, al-Mutawakkil et aṭ-Ṭalḥa (phot. 2, 30, 31)4. L’utilisation du qaḍâḍ s’est presque complètement arrêtée au moment de la Révolution, vers 1962, comme en témoignait un maître maçon en 1986 : « Aujourd’hui, le qaḍâḍ, c’est fini, tout le monde utilise le ciment, bien qu’il dure beaucoup moins. Le qaḍâḍ revient trop cher parce qu’il est très long à poser. Plus personne ne fait appel aux usṭa, les anciens disparaissent sans que les jeunes les remplacent5. Mais le qaḍâḍ est incomparable en qualité. »

3La pose de revêtement en qaḍâḍ a cependant repris, depuis 1987 environ, par la volonté du ministère des waqf, qui fait restaurer certaines parties de mosquées avec ce matériau, par exemple à la madrasa al-Ašraffya de Tacizz, et sous l’impulsion de l’Organisation générale pour la protection des villes historiques, qui restaure certains caravansérails du souk à l’aide des matériaux traditionnellement utilisés dans la ville.

LA FABRICATION

  • 6 Nous y ajouterons des remarques tirées d’une interview préparée par Etienne Renaud et rédigée par (...)
  • 7 Sous l’imâm, la rémunération d’un usṭâ était d’un thaler Marie-Thérèse par jour ; les tâcherons jo (...)
  • 8 Shivtiel, cité par Serjeant (1983c, p. 168), a dressé une liste des métiers d’après diverses sourc (...)

4La fabrication requiert un grand savoir-faire et une longue patience. Nous la décrirons d’après des observations recueillies durant la restauration de la samsarat an-Nuḥâs de Sanaa et de la madrasa al-Ašrafîya de Tacizz. A Sanaa, le qaḍâḍ est restauré par l’usṭa Sacad cAlî Aḥmad aṣ-Ṣayḥ6. Originaire de Ibb, il est âgé d’une soixantaine d’années et forme actuellement deux jeunes gens venus de la même région. Très motivés, ils disent clairement leur désir de succéder à leur maître quand celui-ci prendra sa retraite7. Les travailleurs de qaḍâḍ se nommaient miqaḍḍid, d’après A. Shivtiel8, mais le terme est peut-être tombé en désuétude : nous ne l’avons pas entendu personnellement.

  • 9 Il se peut qu’un ciment comparable au qaḍâḍ, à base de pouzzolane, ait été fabriqué dans la région (...)
  • 10 Le verbe utilisé pour « piler » est twaẖẖaš.

5La première étape du travail est d’obtenir un sable convenable, ḥišâš, en broyant finement de la pierre de lave apportée notamment de Ḍulac Ḥamdân, dans la région des Banî Ḥušayš (Sanaa), ou en pilant le sable obtenu dans le lit d’oueds de régions volcaniques9. Plusieurs ouvriers sont affectés à ce travail, qu’ils accomplissent dans une pièce, assis sur des sacs de jute. La méthode est très rudimentaire : la lave est broyée à l’aide d’une pierre dure soulevée à la main (phot. 5 et 6). Cette pierre, mawẖaš, s’abat sur le sable déposé sur une grosse pierre, cat al-mawẖaš, qui est du basalte, samm10. Au prix actuel de la main-d’œuvre, une mécanisation du broyage permettrait de réaliser de substantielles économies sur le prix de revient du qaḍâḍ.

  • 11 D’après cette interview, cinq mesures de sable pouvaient convenir si la chaux était très bonne.
  • 12 C’est sans doute à cela que fait allusion l’interview de Renaud, qui mentionne que l’équipe laisse (...)

6La chaux est mélangée au sable ainsi obtenu dans des proportions variables : un tiers de nûra et deux-tiers de ḥišâš (Sanaa) ; deux tanak de chaux et un de sable (Tacizz) ; deux mesures de chaux vive ou non pour trois mesures de ḥišâš, d’après l’interview de Renaud11. L’ajout d’eau produit un mortier qu’on bat longuement, tawẖîš (phot. 7). Puis on le laisse travailler plusieurs jours dans un coin de la pièce, en l’arrosant et en le retournant de temps à autre pour qu’il ne prenne pas12.

  • 13 Etant à base de chaux, le qaḍâḍ s’apparente au terme šârûg, mot fârsî arabisé désignant dans le vo (...)
  • 14 Niebuhr, s.d., vol. I, p. 246. A titre de comparaison, voir une photo de four à chaux à al-Ḥudayda (...)

7A Sanaa, la chaux est apportée de Ḥadda où la pierre est extraite et brûlée pendant trois jours13. Du temps de l’imâm, il n’y avait pas de souk de la chaux à Sanaa : l’usṭa qui en avait besoin allait en chercher à Ḥadda et la chargeait sur des ânes. On utilisait le bois comme combustible, disposé en couches alternativement avec la pierre. Il semble donc que l’on ne construisait pas de four, comme Niebuhr l’avait déjà noté en 1763 à al-Luḥayya, où il débarqua au Yémen14. A Tacizz, la chaux provient des régions de Ḥays et d’al-Ğarrâḥî, villes de la Tihâma. Après quelques jours, un nouveau pilage du mélange de sable, de chaux et d’eau a lieu, selon le procédé déjà mentionné tawẖîš.

Phot. 2. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation des coupoles de mosquées.
Coupole de la mosquée aṭ-Ṭalha, revêtement de qaḍâḍ décoré. Les motifs sont en relief.

Phot. 3. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation de certaines terrasses de couverture.
Les propriétaires fortunés pouvaient payer le revêtement de tout ou partie de leur terrasse de couvrement avec du qaḍâḍ. Ici, à bayt al-cAnbasa, n° 6, revêtement de la construction abritant l’escalier d’accès à la terrasse sommitale. Cf. aussi Bonnenfant, 1989, p. 153.

  • 15 D’après l’interview de Renaud, les motifs décoratifs élaborés au préalable par l’usṭâ étaient alor (...)

8Pendant ce temps, un journalier a soigneusement nettoyé les murs à revêtir à la brosse. A l’aide d’une truelle forgée à Sanaa, maġrafa, aujourd’hui remplacée par la truelle d’importation, malcaqa, l’artisan étale une première couche de qaḍâḍ, appelée ẖašina, ẖašan. Pour être sûr qu’elle pénètre bien dans les interstices de la brique ou de la pierre, un ouvrier, avec une longue patience, la martèle longuement d’abord avec une pierre plate, puis avec le tranchant d’une pierre, ce qui donne toute une série d’incisions éloignées de quelques centimètres (phot. 8, 9). Elles permettent également à la seconde couche de bien adhérer à la première qu’on laisse sécher durant trois ou quatre jours15.

9Quand la seconde couche est assez dure mais pas vraiment sèche, un ouvrier opère un polissage, dalk, à l’aide d’une pierre arrondie assez rugueuse, grosse comme la main, appelée madlaka. L’opération a pour effet de boucher les fines fissures qui peuvent survenir durant le séchage, soit par un coup de chaleur qui fait se rétracter le qaḍâḍ, soit par un léger « travail » du support. Une autre pierre beaucoup plus lisse, našaf, sert à polir le qaḍâḍ quand il est vraiment sec : l’usure de cette sorte de pierre ponce a pour effet de faire pénétrer de la fine poussière dans les « pores » du qaḍâḍ et de contribuer à l’étanchéité.

10L’artisan étale ensuite un badigeon de chaux, également lissé à la pierre ponce quand il est sec. Après une semaine de repos, on renouvelle l’opération avec un mélange de chaux plus dilué.

11A l’aide d’une sorte de petit balai végétal, maknas, on passe ensuite à Sanaa un enduit, duhn, à base de moelle provenant de gros os allongés de bovins, muẖẖ assiyâqî (muẖâc en arabe classique) : fémurs par exemple. Autrefois, les artisans du qaḍâḍ se mettaient d’accord avec les bouchers qui leur fournissaient la moelle. Avec l’abandon presque complet des revêtements de qaḍâḍ, l’habitude s’est perdue et les bouchers vendent à leurs clients les os avec la viande, ce qui rend l’approvisionnement en moelle très difficile et coûteux. La moelle est chauffée, puis étalée au-dessus de la dernière couche. A Tacizz, le maître artisan déclare qu’il se contente de graisse de vache qu’il fait chauffer ; mais il souligne que l’application de la graisse fondue doit être faite avec beaucoup de précautions, sous peine de voir le liquide gâter tout le travail qui précède.

Phot. 4. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation des descentes d’eaux usées en façade.
Sur cette photo de 1907, on voit, à chaque niveau, les évacuations des eaux usées qui ruissellent sur la façade protégée par du qaḍâḍ. Bayt Yaḥyâ al-Mutawakkil aš-Šahârî, n ° 45.
Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K400.

Phot. 5-9. La fabrication du qaḍâḍ.
5 et 6. Les ouvriers écrasent des graviers de pierre de lave, ḥišâš, à l’aide de leur broyeur.
7. Puis on bat longuement la chaux éteinte et le sable de pierre de lave pour en faire un mélange homogène et pâteux.
8. A l’aide d’une truelle, le maître artisan étale le mélange sur le mur à revêtir.
8 et 9. Avec le tranchant d’une pierre, un ouvrier martèle l’enduit des heures durant pour le faire pénétrer dans les moindres fissures du support, et l’homogénéiser.

  • 16 Cf. Bonnenfant, 1989, pp. 154-155 et 158-159.

12Le qaḍâḍ prend alors une couleur miel d’acacia qui vire avec le temps au miel de sapin16, et son étrange beauté ne manque pas d’étonner. On doit le réparer avec le même matériau, à l’exclusion du ciment.

  • 17 Paccard, 1980, t. II, p. 204.

13Comment, à propos du qaḍâḍ, ne pas évoquer le tadelakt marocain ? L’un et l’autre sont employés le plus souvent dans des lieux exposés à l’humidité. La chaux reste l’élément principal du mélange, mais on emploie du sable argileux au Maroc, à la place de sable de lave. Au Maroc comme au Yémen, on passe au chiffon, sur l’enduit taloché, « une sorte de pâte de jaune d’œuf et de savon noir » : un produit d’origine animale s’ajoute donc à l’enduit minéral. Dans les deux pays, on termine le travail en polissant la surface avec une simple pierre lisse. Dernier point commun, enfin, il faut un temps considérable pour réaliser l’enduit17.

  • 18 Comme en témoigne l’amusant poème cité par Lewcock (1983 b, pp. 480-481).
  • 19 D’après Muḥammad Muḥammad Zayd, il y aurait de beaux qaḍâḍ à : bayt Aḥmad Maḥbûb, n° 32 ; bayt Aḥm (...)

14La longueur et la difficulté du travail rendaient le revêtement de qaḍâḍ très coûteux. Il constituait donc un signe de fortune et de notabilité pour les personnalités qui pouvaient en assumer les frais, propriétaires, membres du gouvernement de l’imâm ou riches commerçants18. Son usage dans les ḥiğra (phot. 54, 55), les escaliers et les toilettes était assez rare, et plus encore si le qaḍâḍ était décoré. C’est pourquoi peu nombreuses sont les maisons qui offrent encore de beaux décors. Il faut qu’elles soient anciennes, bâties par des notables assez fortunés pour les décorer, et qu’elles aient survécu aux atteintes du temps. Parmi les maisons les plus intéressantes que nous ayons pu visiter en ce qui concerne les motifs de qaḍâḍ, citons bayt Makkî, n° 33 ; bayt Sufyân aṯ-Ṯawr, n° 48 ; bayt aš-Šâmî, n° 92 ; bayt Muḥammad Muḥammad al-Akwac, n° 95 ; bayt Muḥammad al-Akwac, n° 96 ; bayt al-cAnsî, n° 143 ; bayt cAlî cAslân, n° 151 ; bayt Ḥasan al-cAmrî, n° 152. Mais une prospection systématique permettrait sans doute de découvrir encore d’autres demeures et d’enrichir le répertoire19.

LES MOTIFS DE QAḌĀḌ

Le cadre

  • 20 Lewcock, Smith, 1973, p. 124, fig. 6.
  • 21 Lewcock, Smith, 1974, p. 80, pl. 4.
  • 22 Finster, 1979c, phot. 90 b et 93 b, autour des croix grecques.
  • 23 Hill, Grabar, 1967, phot. 3-8, de part et d’autre de l’entrée de la mosquée Maghak-i Attari ; le m (...)
  • 24 Hutt, Harrow, 1977, phot. 78, grande mosquée de Firdaws (1200 AD environ).
  • 25 Sauvaget, 1934, pl. XV, d, Machhad d’al-Ḥusayn, Alep, dernier quart du xiie s. ; p. 46, fig. 17, m (...)
  • 26 Aslanapa, 1971, phot. 10, grande mosquée de Divriği, portail est, 1228-1229 ; pl. 80, Ulu Kümbed à (...)
  • 27 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, fig. 62, manzil Zaynab ẖatün, loggia du maqcad.

15Les motifs apparaissent en relief méplat sur le fond qui recouvre le mur. Ils sont souvent encadrés de deux galons parallèles qui se croisent à intervalles réguliers, dessinant de longs maillons hexagonaux (phot. 21, 60, 63), selon un procédé fréquent dans l’art musulman. Dans l’architecture yéménite, dès le xiie siècle, ce type de tresse encadre le miḥrâb de la mosquée de Ğibla20. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, il est repris à la mosquée d’al-Muẓaffar à Tacizz, sur le mur de qibla21. Nous le trouvons aussi à la mosquée du vendredi, à Ṣarḥa22. Hors du Yémen, il existe à Boukhara23 ; en Iran24 ; dans le décor architectural de la Syrie25 ; en Anatolie26 et dans l’Égypte mamlûke27.

16A Sanaa, les galons se croisent presque toujours dans l’axe des motifs.

Fig. 1 et 2. Motif de qaḍâḍ à la samsara Muḥammad b. al-Ḥasan.

  • 28 Au Caire, ce motif se nomme ğift : cf. Zakariya, 1983, p. 120. Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 29. Nous en (...)
  • 29 Finster, 1982c, fig. 71, p. 229.
  • 30 Finster, 1982c, fig. 115 b et 116.

17Ailleurs, ils se nouent en boucles circulaires (fig. 8) qui caractérisent l’encadrement de nombreux arcs, baies et panneaux du Caire, aux époques mamlûke et ottomane28, mais que l’on trouve aussi au Yémen29. Dans les plafonds de la mosquée de Ẓafâr, nous trouvons à la fois maillons hexagonaux et boucles30.

18Dans tous les cas, ces galons donnent de la vigueur aux motifs qu’ils enferment ; ils les harmonisent en reliant les ornements les uns aux autres par un cadre unique.

19Les deux bandes sont parfois doublées ou remplacées par un feston en zigzag (phot. 43, 69).

  • 31 Finster, 1982c , phot. 112 a.
  • 32 Voir par exemple Doe, 1971, p. 33, pl. 1 ; Van Beek, 1959, pl. 69, fig. 1 et 2.
  • 33 Van Beek, 1967, p. 119, pl. Ib, « Ethiopian incense burner from Makalle, Tigre Province ».

20Dans les escaliers, le lambris de qaḍâḍ épouse les marches (fig. 2 ; phot. 1, 6-8, 7 ; pl. 20 f). En bas, un plinthe de 20 à 30 cm de hauteur borde le lambris. En haut, deux à quatre bandes formant des ressauts, ou simplement délimitées par un trait incisé, soulignent les « créneaux » du lambris ou sa forme en marches d’escalier (fig. 2, en haut ; phot. 16-19). Nous trouvons un procédé similaire, autour des baies, dans la salle de prière de la mosquée de Ẓafâr31. Ces bandes évoquent encore l’encadrement des panneaux qui décorent certaines œuvres préislamiques32. Sur les paliers et dans les toilettes, elles dessinent des denticules (phot. 17 b, 18), autre réminiscence préislamique33.

21Les bandes verticales se prolongent souvent vers le bas pour encadrer des motifs ; elles s’achèvent fréquemment par des demi-fleurons pointés vers le sol (phot. 17 a, 18 ; fig. 4). C’est le cas notamment dans les escaliers de bayt at-Tabâbdî, n° 47, ou de bayt cAbd al-Qâdir, n° 175. A bayt aš-Šâmî, n° 92, l’œil est frappé par le robuste et sobre décor de demi-fleurons, pointés vers le sol, irrégulièrement espacés, qui lambrissent le pilier central et les murs opposés, et scandent la montée (phot. 67 ; pl. 20 f). L’enduit est épais, quatre à cinq centimètres d’épaisseur : à l’évidence l’artisan a voulu du solide.

22Les angles ou l’extrémité des panneaux sont coiffés par des merlons triangulaires (phot. 18), curvilignes (phot. 19) ou recto-curvilignes (phot. 7, 7). A l’intérieur des merlons, les bandes dessinent parfois une sorte de harpon ou pointe de flèche (phot. 19).

23Ajoutons que l’artisan n’enduit jamais de qaḍâḍ un élément en bois, comme un chaînage dans le pilier central de l’escalier, ou une poutre qui, trop longue, dépasse le plan du mur à revêtir : l’enduit ne tiendrait pas, il lui faut un support maçonné, pierre ou brique. Cette contrainte permet d’introduire des éléments horizontaux qui diversifient la décoration des escaliers (phot. 6, 7 ; 68). A bayt al-cAmrî, il entoure l’extrémité d’une poutre d’un cercle surmonté d’un fleuron (phot. 68).

Phot. 10 à 16b. Motifs de fleurons isolés.
10 à 13,16a et 16b. Escalier de bayt at-Akwac, n° 96.
10 et 13. Haut, des motifs, 60 cm.
14 et 15. Ḥiğra de bayt Ġuṯaym, n° 120.

Phot. 17a à 22. Motifs divers de qaḍâḍ.
17a. Ḥiğra de bayt al-cAnsî, n° 143.
17b et 19. Angle de cage d’escalier, bayt al-Akwac, n° 96. Noter l’aspect phallique du décor d’angle.
19. Haut, totale du sol au sommet du lambris, 114 cm. Du sol à la pointe, dans l’angle, 157 cm. Largeur à la base du motif, 39 cm.
18. Escalier de bayt al-cAnsî, n 143. Noter les palmes inversées se transmuant en cous d’oiseaux, comme dans l’art du plâtre. En haut de la photo, on devine un ancien bandeau de briques : ce mur devait autrefois être en façade. Longueur totale du motif, de la plus haute marche à l’angle de la cage d’escalier, à droite, 195 cm.
20. Escalier de bayt al-Akwac, n° 96. Motif composite.
Haut, totale du rectangle où s’inscrit le motif, 69 cm.
21. Dihlîz de bayt al-cAmri, n 152.
22. Escalier de bayt al-Akwac, n° 96. Arbre à branches fleuronnées, où des oiseaux picorent. Haut, de l’arbre, 66 cm.

Fig. 37. Motifs de fleurons.

Les motifs floraux

24Entremêlés à la plupart des ornements du qaḍâḍ, nous retrouvons le fleuron et la palme omniprésents dans les arts du bois et du plâtre, avec une sorte d’épuration du motif qui provient peut-être des contraintes imposées par la technique de l’enduit. Les lignes droites tendent à supplanter les tracés courbes, donnant une certaine rigidité, voire un aspect archaïque. Losanges et triangles se substituent souvent aux formes bulbeuses et ogivales rencontrées dans les autres matériaux, ce qui affecte la forme du fleuron. Mais le principe de l’arabesque, tige sinueuse d’où bifurquent palmes et fleurons s’engendrant les uns les autres, n’est cependant pas absent du qaḍâḍ (phot. 40-42).

LE FLEURON EN FIGURE CENTRALE

25Il est soutenu par deux tiges obliques amorçant un triangle (phot. 14) ou un arc triangulaire (phot. 15, 18). Tantôt les formes s’emboîtent (phot. 20), tantôt fleurons et palmes prolongent les tiges obliques (phot. 17 b, à dr.) ou les constituent, évoquant une sorte de compas.

26La même composition trouve une expression plus souple quand la base triangulaire est remplacée par un bulbe festonné (phot. 17 a) ou un arc dessiné par des tiges palmiformes (phot. 10).

  • 34 Henry, 1964, t. III.
  • 35 Otto-Dorn, 1967, p. 130, fig. 74. Maricq, Wiet, 1959, pl. VII, phot. 2 et 4.
  • 36 Pour le Golfe, voir Bonnenfant, 1991, pl. CCXII B, couvre-joint central. - Pour Zinder : Gabus, 19 (...)
  • 37 Allen, 1976, p. 44.
  • 38 Ünal, 1968, p. 123, pl. XLIV, Gümüṣlü Künbet.

27Le fleuron repose parfois sur un entrelacs formé de deux cœurs inversés (fig. 3-5). Nous trouvons rarement à Sanaa cet intéressant décor de corde nouée, qui évoque une épissure de cordage sur un navire. L’art celte a beaucoup goûté les entrelacs de ce type, qu’il a traité avec une éblouissante virtuosité34. En architecture, le motif évoqué à l’instant est ancien et diffusé sur une grande aire géographique. Il existe sur le minaret ġûride de Djam, en Afghanistan, datant de 1153-1203 AD35. On en trouve des variantes sur des portes du Golfe et de Zinder36, sur des cornes décorées en Afrique orientale37, et, en nouaisons plus élaborées, en Turquie38. Le nœud est lui-même posé sur une forme bulbeuse (fig. 3) ou sur deux palmes formant une sorte de coupe (fig. 4).

28La figure centrale du fleuron est souvent encadrée de deux palmes divergentes (phot. 64), pointées vers le ciel (phot. 16 a) ou vers le sol. Ces palmes se rejoignent en arc qui coiffe le fleuron (phot. 14, 17 b). Parfois, les deux éléments latéraux sont aussi des fleurons (phot. 13).

29Des compositions en miroir font jouer deux fleurons en les inversant sur l’axe médian (fig. 5 ; phot. 12).

BOUQUETS ET» ARBRES », SAGARA39

  • 39 Nous reprenons ce terme de l’art du plâtre.

30De la tige axiale jaillissent des rameaux qui obliquent ou s’incurvent vers le haut ou le bas ; palmes ou fleurons s’épanouissent à leur extrémité.

  • 40 Lechler, 1937, fig. 77, 79, 83, 84.
  • 41 Bonnenfant, 1987a, phot. 90, p. 121.

31La version la plus simple (fig. 4) a été présentée ci-dessus. Un arbre (phot. 22) possède une grande parenté avec des « arbres de vie » représentés dans un article de George Lechler40 ; il est habité d’oiseaux qui picorent. Ailleurs, il évoque un candélabre où se développe une élégante asymétrie (phot. 1). La stylisation des rameaux courbés vers le bas (phot. 2, coupolette) a trouvé une belle expression dans le bois, sur la porte du manẓar, à bayt aš-Šahârî41. L’arbre-candélabre peut être une réminiscence populaire d’un thème islamique déjà employé à l’époque umayyade.

LES FRISES DE FLEURONS

32Les frises de fleurons constituent un des thèmes favoris de l’art du qaḍâḍ. Les fleurons sont isolés, se lient ou se nouent par les lobes latéraux ou par les tiges qui créent un feston de bordure. Ils s’organisent :

  • en frise simple (fig. 6 ; phot. 23, 25, 58) que l’on peut rapprocher de frises trouvées dans l’art du bois à Sanaa42 et ailleurs dans le monde musulman43 ;
  • en rangées de fleurons superposés (phot. 24) ;
  • en rangées de fleurons superposés et inversés (phot. 27, 33) ;
  • en rangées de fleurons inversés et décalés (phot. 35, 36).

33Parfois, la bordure festonnée est créée par des arcs plus ou moins élaborés qui couronnent les fleurons ou qui les portent : arcs simples au mur de qibla, à la mosquée al-Bâša (phot. 34), arcs cintrés (phot. 30), arcs polylobés (phot. 31). Dans une interprétation plus dynamique, les fleurons s’inscrivent dans les ondulations d’un ruban refouillé, comme les fleurons, d’ornements palmiformes (phot. 2, en haut et à dr.).

Phot. 23-28. Motifs de qaḍâḍ ; frises de fleurons.
23. Escalier de bayt al-cAnsî n° 143. Décor sous une niche percée de jours appelés « lustre », ṯrayâ, pour l’éclairage et l’aération.
Haut, du rectangle où s’inscrit la frise de fleurons, 37 cm.
24. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.
25. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.
26. Ḥiğra de bayt al-cAmrî, n° 152. Alternance de médaillons fuselés et fleuronnés, trunğa, et de fleurons inscrits dans une niche.
27. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143. Décor sous une niche d’éclairage et d’aération.
Haut, du rectangle où s’inscrit la frise de fleurons, 43 cm.
28. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.
Haut, de l’entrelacs de fleurons, 75 cm.

34Le principe de superposition et d’inversion trouve ses plus belles applications dans les décors des coupoles de mosquée (phot. 29), qui sont peut-être à l’origine des motifs plus rustiques ornant les maisons. Ce principe engendre parfois des réseaux qui couvrent tout un panneau (phot. 28).

Phot. 29. Mosquée aṭ-Ṭalḥa : motif de qaḍâḍ sur la coupole.

Phot. 30-36. Motifs de qaḍâḍ dans les mosquées.
30. Coupole principale de la mosquée aṭ-Ṭalḥa.
31-33, 35-36. Mosquée du Mahdî cAbhâs, tambour de la coupole principale.
34. Mosquée al-Bâša, revêtement extérieur du mur de qibla, au-dessus du miḥrâb.

ARABESQUES PALMIFORMES

35Sur certains panneaux, des arabesques palmiformes s’ordonnent en composition symétrique à partir d’un axe vertical. Les palmes dessinent des fuseaux appelés zinğîrî (phot. 40, 42). Des fleurons nichés dans les fuseaux marquent l’axe médian (phot. 41). Parfois la rencontre des tiges et des palmes au cœur de la composition engendre un seul grand fleuron aux lignes molles (phot. 37). Les schémas précédents sont fréquents dans le bois découpé des moucharabiehs. Ils trouvent parfois une expression naïve dans le qaḍâḍ (fig. 7).

36L’arabesque palmiforme se prête aussi à une ordonnance asymétrique (phot. 38, 39).

37Les compositions sont parsemées de pastilles qui tapissent le fond ou suggèrent des baies à l’extrémité des palmes. Un oiseau épouse parfois le rinceau (phot. 39, 40).

LES MÉDAILLONS FLEURONNÉS

  • 44 A propos de la phot. 43, notons que nous trouvons un motif apparenté « sur un chancel carolingien (...)

38Les rosaces cruciformes sont fréquentes. Quatre fleurons opposés en croix s’inscrivent dans des cercles (phot. 46, en haut), dans des carrés posés sur la pointe (phot. 43)44 ou sur un côté (phot. 44). Il arrive qu’une rosace évoque une boussole (phot. 49).

  • 45 Voir un motif de quatre fleurons convergents à la grande mosquée de Ḥays : Finster, 1986 a, phot. (...)
  • 46 Finster, Schmidt, 1979 a, phot. 55, en bas et à gauche.
  • 47 Hill, Grabar, 1967, phot. 539, décor en stuc au porche d’entrée de Robat Mahi, nord de Mashhad, da (...)
  • 48 Des palmettes disposées en croix figurent sur un plat du ixe s., Iran, Suse : Bernus-Taylor, 1989, (...)
  • 49 Finster, 1978, p. 110, fig. 6a, b, d, e, g, k. Exemples nombreux dans les pl. 36 à 49.

39Certains fleurons convergent par la pointe de leur lobe central (phot. 46, en bas)45. Le motif de la photo 51 a un antécédent presque semblable dans les plafonds de la grande mosquée46, et l’on retrouve ces fleurons convergents dans l’art iranien47. Un panneau comparable existe dans une ḥiğra de bayt al-Ḥâḍrî, n° 244. D’autres, plus souvent, s’opposent par leur base48 ; les tiges dessinent alors au centre une croix, un cercle ou un losange (phot. 43, 45, 49). Pastilles et ornements palmiformes tapissent les écoinçons ou tracent une guirlande circulaire autour de la croix (phot. 46, en bas). Le même principe cruciforme inspire une autre composition (phot. 48). Les quatre petits losanges dessinant la croix centrale (phot. 47), sont les pédoncules d’où jaillissent deux palmes qui se courbent pour esquisser quatre grands lobes s’inscrivant dans les angles d’un rectangle. Les quatre-feuilles dessinés par des éléments floraux sont un thème ancien, souvent représenté dans les plafonds de la grande mosquée de Sanaa49.

40La trunğa est un médaillon fuselé se terminant sur son axe longitudinal par deux fleurons. Dans le cas extrême, le fuseau devient un cercle (phot. 51). Une rosace aux pétales fleuronnés ou fuselés remplit le corps de la trunğa (fig. 8 ; phot. 26, 32, 50-52), On trouve parfois une trunğa rudimentaire ou anguleuse dans certains réseaux à base d’hexagones ou de losanges (fig. 9 ; phot. 53). Dans certaines frises, la trunğa alterne avec des arcs en miḥrâb (phot. 26).

  • 50 Bonnenfant, 1987 a, phot. 22, p. 43.

41Certains panneaux, comme celui de la mosquée aṭ-Ṭalḥa (phot. 2, haut g., phot. 56), développent enfin des circonvolutions qui s’apparentent aux motifs des arts du bois50 et du vitrail, tels que les šaḏâba (phot. 33, 19). Un motif en papillon, évoquant le ğarâ’id (phot. 46, en haut à g.) présente des triangles remplis de chaînes de fleurons imbriqués, procédé très employé dans la sculpture sur bois.

FLEURONS ANTHROPOMORPHES ?

  • 51 Varanda, 1982, p. 114, phot. centrale gauche.

42On est souvent frappé par l’aspect anthropomorphe de nombreux fleurons qui couronnent une silhouette évoquant un petit bonhomme. Le plus courant est un personnage debout, jambes croisées et écartées (phot. 57). Sa tête est pointue, parfois évidée en losange ; ses bras retombent quand il est tout seul ou touchent ceux des voisins quand ils s’alignent en ribambelles suggérant les découpages que font les enfants avec des ciseaux et du papier plié en accordéon (phot. 58). On retrouve ces petits bonshommes, mains nouées, sur la coupolette d’une mosquée de Ḥadda, village non loin de Sanaa (phot. 61)51. Ce motif de silhouette semble avoir une origine très ancienne.

Phot. 37-42. Arabesques palmiformes sculptées dans le qaḍâḍ.
37, 40 et 41. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.
38. Escalier de bayt al-Akwac, n ° 95.
39. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.
Haut, du rectangle où s’inscrit le motif à l’oiseau, 79 cm.
42. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.

Phot. 43-48. Motifs de qaḍâḍ à base de médaillons fleuronnés.
43. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152.
44. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152. Haut, du motif avec sa bordure, 82 cm.
45. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.
46. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa, et frise sur la même coupole.
47. Ḥiğra de bayt Ġuṭaym, n ° 120.
48. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée du Mahdî cAbbâs.

Phot. 49-53. Motifs de qaḍâḍ à base de médaillons fuselés et fleuronnés.
49. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143. Noter le qaḍâḍ assurant l’étanchéité entre le bas du mur et le sol de l’escalier, de section triangulaire. Haut, totale du sol à la pointe du lambris, 165 cm. Haut, du motif, 80 cm.
50. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée du Mahdî cAbbâs.
51. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa.
52. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.
Dimensions extérieures du cadre, 90 x 50 cm environ.
53. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.
Dimensions extérieures du cadre, 90 x 130 cm environ.

Phot. 54 et 55. Ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n 48, vue d’ensemble (fin xviiie-début xixe siècle).
Les murs sont lambrissés de qaḍâḍ sur une hauteur de 1,3 à 1,60 m. La ḥiğra possède un sol en pente douce qui permet l’écoulement des eaux vers l’extérieur, en passant ici par la salle d’eau située derrière le mur du fond. Noter les croix au-dessus du trou : protection magique contre les esprits malins qui peuvent pénétrer dans la maison par le conduit ?

Phot. 56. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa.

Fig. 8 et 9. Le médaillon fuselé, trunğa.
Horizontal sur la fig. 8, il est vertical, géométrisé et enlacé avec ses voisins sur la fig. 9.

Phot. 57-60. Motifs de qaḍâḍ : les fleurons- bonshommes.
Des fleurons-bonshommes sont partout présents dans une ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n° 48 : soit isolés (phot. 57), soit en frises évoquant les ribambelles de papier que découpent les enfants (phot. 58), soit assis sur un pouf à la manière d’un sultan (phot. 59), soit dans les écoinçons d’une croix grecque et au centre d’une croix latine (phot. 60).
57. Haut, totale du sol au sommet du lambris de qaḍâḍ, 148 cm.
58. Longueur de la frise de fleurons, 107 cm environ.
59. Largeur du motif en sceau de Salomon, à gauche, 66 cm ; largeur de la frise supérieure de fleurons, à droite, 71 cm.
60. Haut, depuis le sol jusqu’en haut du lambris, 150 cm. Haut, de la croix grecque, 78 cm.

Phot. 61. Frise de fleurons-bonshommes sur une coupole.
Coupole de latrines de mosquée, à Ḥadda, non loin de Sanaa.

  • 52 Otto-Dorn, 1967, pp. 82-83, fig. 27-28 ; fig. 105, p. 173. Cf. Sarre, 1936, Abb. 36, « Steinretief (...)
  • 53 Ce que nous appelons ici « pouf » est un motif de nœud fréquent dans l’art musulman. Nous en trouv (...)

43C’est à bayt aṯ-Ṯawr que les fleurons suggèrent le plus des silhouettes humaines. N’y a-t-il pas une représentation de figure féminine (phot. 17 b) et masculine (phot. 11) ? Dans la ḥiğra, une croix latine porte un fleuron qui évoque l’image du Christ crucifié (phot. 60). Dans un autre panneau (phot. 59), le fleuron central évoque un personnage assis « à la turque52 », sur un pouf53 ; ses bras engendrent une suite de fleurons qui lui créent une garde d’honneur. Rien ne permet d’affirmer que ces interprétations sont justes : les sources d’information manquent, les artisans qui ont modelé ces ornements sont morts depuis longtemps. Notons seulement qu’il est frappant de voir, réunis dans la même maison, plusieurs motifs évoquant des silhouettes humaines.

44Il est sûr, en revanche, que palmes et fleurons métamorphosent leurs lobes inférieurs en oiseaux (phot. 18), suivant un procédé observé dans l’art du plâtre et du vitrail. Les Yéménites identifient parfois l’élément végétal au plant de sorgho (phot. 78).

LES MOTIFS GÉOMÉTRIQUES

COMPOSITIONS GÉOMÉTRIQUES SIMPLES

  • 54 Qui possède probablement une riche valeur symbolique, nous y reviendrons dans le chap. 23.

45L’artisan donne souvent à ses motifs des formes géométriques très simples : un rectangle présente pour tout ornement un denticule sur trois côtés et un jeu de diagonales (phot. 66). Deux carrés approximatifs se recoupent pour former un rustique polygone étoilé54 qu’accompagnent des fleurons (phot. 63). Dans les ḥiğra ou les escaliers, les piédroits des piliers se compartimentent en panneaux rectangulaires qui reçoivent un décor losangé (phot. 65) ou en arêtes de poisson (phot. 67). A bayt al-cAmrî, n° 152, on trouve plusieurs fois un motif composé d’un rectangle divisé en petits carrés que borde un feston de demi-cercles concentriques ; dans les carrés sont inscrits de petits cercles (phot. 62). Le motif évoque-t-il un jeu où l’on déplacerait des pions sur une sorte de damier ?

46Les cercles sont également fréquents : isolés (phot. 74), à deux sur un panneau (phot. 72), ou juxtaposés en motifs verticaux (phot. 73) ou en frises horizontales (phot. 68, 69). Leur surface est ornée d’incisions rayonnantes (phot. 70, 72) ou concentriques (phot. 69), de croix (phot. 73) et de rosettes (phot. 71). Des fleurons les animent fréquemment : un fleuron perché sur le faîte (phot. 72), ou quatre fleurons marquant les points cardinaux (phot. 70). A bayt al-cAmrî, un cercle surmonté d’un fleuron entoure l’extrémité d’une poutre (phot. 68).

Phot. 62-67. Motifs de qaḍâḍ à hase de rectangles.
62. Escalier de bayt al-cAmri, n ° 152.
Diamètre d’un cercle, 6,5 cm environ.
63. Ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n ° 48.
Largeur du cadre, 125 cm. Largeur du motif, 76 cm.
64. Escalier de bayt aṯ-Ṯawr, n ° 48.
65. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152.
66. Ḥiğra de bayt aš-Šâmî, n ° 92.
67. Escalier de bayt aš-Šâmî, n° 92.

Phot. 68-74. Décors de qaḍâḍ : motifs à hase de cercles.
Dihlîz, escalier ou ḥiğra de bayt al-cAmrî, n 152.
68. Le qaḍâḍ ne se pose pas sur du bois : l’artisan a entouré l’extrémité arrondie d’une poutre d’un cercle couronné d’un fleuron.
Dimensions du rectangle décoré, 40 x 58 cm.
Phot. 73. Les cercles superposés sont rares.
Haut, totale du motif, 81 cm.

LE SCEAU DE SALOMON

  • 55 Herzfeld, 1923, p. 176, Abb. 245, Orn. 230 b, et phot. LXXXI.

47Les sceaux de Salomon existent nombreux dans le qaḍâḍ comme dans les autres matériaux, parfois grossièrement exécutés (phot. 79). Le dessin en est le plus souvent constitué d’un trait simple (phot. 59, 78), parfois d’un trait double (phot. 75), que les plâtriers appelleraient maṯnî. Certains sont inscrits dans un cercle (phot. 75). Beaucoup sont accompagnés de fleurons (phot. 59), parfois de petits disques qui s’intercalent à l’extérieur entre les branches de l’hexagramme, ou même des deux (phot. 76). A Sâmarrâ, de petits disques associés au sceau de Salomon sont situés à l’intérieur des pointes de l’hexagramme55. Les sceaux sont souvent associés à un seuil.

Phot. 75-79. Décors de qaḍâḍ : motifs à base du sceau de Salomon.
75. Ḥiğra de bayt cAslân, n 151.
Haut, du lambris de qaḍâḍ, 129 cm.
76. Dihlîz de bayt al-cAnsî, n 143.
77. Ḥiğra de bayt cAslân, n ° 151.
Dimensions intérieures du cadre où s’inscrit le réseau d’hexagrammes, 55 x 83 cm.
78. Ḥiğra de bayt al-cAmrî, n° 152.
79. Escalier de bayt al-cAmrî, n° 152.

Phot. 80-82. Décors de qaḍâḍ : motifs à hase de croix grecques.
80. Escalier de bayt al-cAmrî, n° 152.
Dimensions de la niche des ṯrayâ, 128 x 55 cm.
Dimensions de la croix, 41 x 43 cm.
81. Dihlîz de bayt al-cAnsî, nc 143.
82. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.
Dimensions intérieures du cadre où s’inscrit le réseau de croix grecques, 55 x 127 cm.

Fig. 10. Motif à base de croix grecques et polygones étoilés.
Bayt Makkî, n ° 33.

Fig. 11. Motif à base de svastikas.
Bayt Makkî, n° 33.

  • 56 Voir le tracé directeur dans Saïd, Parman, 1976, p. 55.
  • 57 Finster, 1986 a, phot. 51a-d.
  • 58 Finster, 1982 a, phot. 76.
  • 59 Finster, 1979 b, phot. 70b, 71 a et b, 72.

48Les sceaux de Salomon se développent aussi en réseaux (phot. 77) où ils sertissent de petits disques56. Nous en trouvons des antécédents ṣancânî dans les niches aveugles du minaret de la mosquée Abhar57 et dans les plafonds de la grande mosquée58. Ils existent aussi dans la mosquée du vendredi, à Šibâm-Kawkabân, où le disque serti se développe en rosaces finement décorées59.

LA CROIX GRECQUE

  • 60 Cf., en beaucoup plus élaboré, Finster, 1979c, phot. 90b, 93b, 95, plafond de la mosquée du vendre (...)
  • 61 Papadopoulo, 1976, p. 350, phot. 148 (1472-1474 AD).

49La croix grecque est un motif assez employé dans le qaḍâḍ. Elle est souvent engendrée par deux hexagones allongés se croisant par leur centre (phot. 60)60. Elle figure sur les chapiteaux de la grande mosquée qui proviennent de la première cathédrale de Sanaa, datant du vie siècle. Une croix richement décorée d’entrelacs existe à un croisement de voûtes, dans le mausolée du sultan Qâ’it Bây au Caire61.

50Nous trouvons aussi, isolée, une croix grecque dont les extrémités sont échancrées en languette bifide (phot. 80) : c’est la « croix fichée », très fréquente dans les vitraux, et sur laquelle nous reviendrons à propos de la symbolique de la maison.

  • 62 Finster, 1986 a, p. 135, fig. 46 (G. Schneider).
  • 63 Creswell, 1960, pl. XXIVa, face p. 641, et fig. 13 a, p. 644 (263/876-877).
  • 64 Hill, Grabar, 1967, phot. 67 et 70.
  • 65 Hill, Grabar, 1967, phot. 538-539, porche d’entrée.
  • 66 Papadopoulo, 1976, pl. 107, p. 210. Anglade, 1988, p. 49, bois sculpté et assemblé, 532-541/1138-1 (...)
  • 67 Briggs, 1940, tapis du type n° Il : fig. 2, 18, 22-25.

51Dans certains réseaux, des croix grecques se touchent par la pointe de leurs bras hexagonaux (phot. 81) ; un décor très voisin existe à la madrasa al-Asadîya de Ibb62. A la mosquée Ibn Tûlûn du Caire, dans un décor de soffite des arcs, les croix entrecroisent la pointe de leurs bras63. A Samarkand, de nombreuses croix grecques peuvent se lire sur le minaret de la mosquée Tilia-Kari, dans un réseau qui permet d’autres lectures64. A Robat Mahi, au nord de Mašhad en Iran, les mêmes croix grecques s’intercalent avec des octogones dans un décor de stuc65, structure qui sert également de schéma directeur au célèbre miḥrâb en bois du mausolée de Sayyida Naffsâ au Caire66. Sur des tapis timûrides, nous trouvons ce motif de croix grecques opposées par la pointe67.

  • 68 Finster, 1979c, phot. 92. Cf. aussi Finster, 1979d, phot. 109b.
  • 69 Finster, 1982 c phot. 88 b.
  • 70 Finster, 1982 c, phot. 112 b, 114b, salle de prière.
  • 71 Finster, 1979 b, phot. 67.
  • 72 Finster, 1982 c, phot. 95 b.
  • 73 Herzfeld, 1923, p. 161, Abb. 234, Orn. 221, plus phot. LXXIX.
  • 74 Sarre, 1901, pl. Xlla : Varamin, détail du portail de la mosquée du vendredi.
  • 75 Sarre, 1936, Abb. 11, Konya, mosquée de cAla ad-Dîn, portail.
  • 76 Sarre, 1936, pl. 6. Kühnel, 1963, phot. 67, p. 111, faïence émaillée de Damġân, Iran, xiiie s.

52Les croix grecques dessinent parfois entre elles les petits polygones étoilés formés de deux carrés superposés à 45°, comme à bayt Makkî (fig. 10) ; ce dernier motif rappelle des décors de plafonds dans les mosquées de Ṣarḥa68, Ḏû Ašrâq69, Ẓafâr70, Šibâm-Kawkabân71 et l’ornement d’une niche, dans le mausolée d’Arwâ bint Aḥmad à Ğibla72. Le même motif est présent à Sâmarrâ, agrémenté des ornements de stuc typiques de cette ville73, puis revient fréquemment sur les monuments du domaine iranien74 et turc75. Il est un des thèmes les plus fréquents des faïences émaillées du monde salğûqide76, comme des stucs ou mosaïques du monde hispano-mauresque.

  • 77 Grabar, 1977, fig. 71, mosaïque de sol, salle du bain.

53D’autres partagent leurs branches latérales et se parent de fleurons (phot. 82). Des losanges timbrent les écoinçons (fig. 10, 23). Un schéma comparable existe au milieu du viiie siècle à ẖirbat al-Mafğar77.

LE SVASTIKA

  • 78 Mais il est possible qu’il en existe dans des maisons que nous n’avons pas visitées.

54Nous n’avons pas vu à Sanaa de svastika isolé78. A bayt Makkî, des croix se développent en svastikas reliés les uns aux autres par le prolongement de leurs branches (fig. 12). Le même motif, enrichi de fleurons, atteint à bayt cAslân une grande qualité esthétique par une rigueur d’exécution qu’adoucit l’élément végétal (pl. 20 b).

  • 79 Baer, 1979, pl. IIIa, mosaïque de sol, salle du bain ; pl. VIIb et c, sol en mosaïque de la salle (...)
  • 80 Herzfeld, 1923, p. 15, Abb. 3, Orn. 2 ; p. 16, Abb. 4, Orn. 3, et phot. XIIb.
  • 81 Saïd, Parman, 1976, pl. 6 et fig. 17, pp. 16-17 ; voir photo d’ensemble de ce portail de marbre da (...)
  • 82 A Nachtschewan, au mausolée de Yûsuf b. Kutaijir, une frise de svastikas décore la bordure du rect (...)
  • 83 Finster, 1979 b, phot. 70 b, à gauche.

55Les svastikas reliés les uns aux autres existent déjà dans les mosaïques de Hirbat al-Mafğar79, puis dans les frises de Sâmarrâ, soit sur une seule ligne, soit en motif plus complexe80. Nous retrouvons la même inspiration en Turquie, par exemple sur le portail en marbre de la madrasa Karatay81 et dans de nombreux monuments du monde islamique82. Au Yémen, il existe des svastikas reliés les uns aux autres dans les plafonds de la mosquée du vendredi, à Šibâm-Kawkabân83.

  • 84 Finster, 1979 b, phot. 71a, à gauche.
  • 85 Godard, 1936 d, fig. 87, colonne d’angle du gunbad-é surẖ, 1147 AD ; voir aussi Hill, Grabar, 1967 (...)

56Dans la même ḥiğra de bayt cAslân, des svastikas, en se reliant les uns aux autres, dessinent de petites croix latines dont les branches verticales se terminent en pointe (phot. 83) ; un motif voisin existe à bayt Makkî (fig. 11). Un antécédent yéménite nous est offert dans les plafonds de la mosquée du vendredi, à Šibâm-Kawkabân84, que nous pouvons rapprocher d’un motif iranien de colonne d’angle en briques saillantes, à Maraghah, au xiie siècle85. Des svastikas créent quelquefois un mouvement de rotation dans une composition moins rigoureuse (phot. 10, 7).

Fig. 12. Motifs à base de svastikas.
Bayt Makkî, n ° 33.

Phot. 83. Motif de qaḍâḍ à hase de svastikas reliés les uns aux autres.
Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.
Dimensions intérieures du cadre où s’inscrivent les svastikas, 65 x 180 cm.

CARRÉS SUR LA POINTE, QUATRE-FEUILLES ET ZINĞIRI

  • 86 Hill, Golvin, 1976, pl. 30, bâb al-Futûḥ, décor du porche, 1087.

57Nous pouvons également classer dans les grilles géométriques les réseaux de carrés posés sur la pointe, à l’intérieur desquels l’artisan inscrit d’autres carrés ou de petits disques (fig. 14, 15) ; ce procédé existe dans l’art fâṭimide86.

  • 87 Voir Bonnenfant, 1987a, p. 90.

58Des quatre-feuilles tangents par leurs lobes sont ponctués de petits disques (fig. 13). Ce motif de bayt Makkî, qui orne aussi la mosquée aṭ-Ṭalḥa voisine (phot. 2), évoque celui d’une porte de dîwân, à bayt Ibrâhîm as-Suḥûlî 87.

Fig. 13-15. Réseaux de quatre-feuilles et carrés sur la pointe.

  • 88 Cf. par exemple Leclerc, in Bernus-Taylor, 1989, n° 35, p. 60, revers de miroir ?, Inde, xviie-xvi (...)

59Le qaḍâḍ est parfois orné d’un réseau de zinğîrî, fuseaux recto-curvilignes fréquents dans le monde ottoman, iranien et indien88.

SYMBOLES FIGURATIFS

60A baytal-Ḥalâlî, n° 224, la citerne principale étanchéisée par du qaḍâḍ est décorée de l’emblème turc : une étoile à cinq branches au centre d’un croissant de lune. Le bassin prolongeant le grand mafrağ arḍî, au nord-est de la maison principale, est décoré du même motif.

  • 89 Le qaḍâḍ lambrisse les murs sur 50 cm de hauteur. Les motifs cités ont une hauteur de 20 cm enviro (...)

61Nous retrouvons dans le qaḍâḍ le serpent enroulé sur lui-même, tête dressée, soit isolé (phot. 26, 23), soit en compagnie d’animaux aux longues cornes, évoquant des caprins (phot. 24 et 25, 23). Le serpent sculpté dans le qaḍâḍ est toujours associé dans la maison à un franchissement : porte extérieure du dihlîz, porte intérieure du dihlîz, porte de ḥiğra. Nous en avons noté un, de la même forme, sur le mur extérieur d’un mafrağ, à bayt al-cUbâdî, n° 61, sous une des fenêtres du mur de long pan. Bayt al-Yûsff, n° 158, possède des toilettes décorées de qaḍâḍ où se succèdent sur un seul mur : un sceau de Salomon surmontant la sortie des urines et eaux usées à travers le mur ; un serpent enroulé sur lui-même ; un carré dont le prolongement de chaque côté amorce un autre carré plus petit89.

62A dâr al-Ḥağar, ancien palais de l’imâm dans le wâdî Ḍahr, une aiguière, ibrîq, est sculptée en relief dans le qaḍâḍ de nombreuses toilettes. Nous connaissons la date de pose de ce qaḍâḍ, qui est celle du palais : 1936 environ.

ÉPIGRAPHES

  • 90 Le Coran, sour. IX, vers. 19, trad. J. Berque. Voir photo in Bonnenfant, 1989, p. 160.

63Les épigraphes sont rares sur le qaḍâḍ. La difficulté de mise en œuvre du matériau en est sûrement l’une des causes. Il existe quelques inscriptions sur les tambours ou coupoles de mosquées, par exemple Al-mulku li-llâh, « A Dieu la Royauté », ou encore celle qui est sculptée en relief sur la coupolette couvrant le porche sud de la grande mosquée : Innamâ yacmuru masâğida llâhi man âmana bi-llâhi wa l-yawmi al-âẖiri, « Ne met en honneur les oratoires de Dieu que celui qui croit en Dieu et au Jour dernier90 ». Nous en avons relevé deux dans l’architecture domestique, à bayt al-cAmrî, n° 152, et à bayt al-ẖamîsî, n° 20, que nous étudions plus loin.

Conclusion

  • 91 Papadopoulo, 1976, pp. 346-349 ; p. 406. Kessler, 1976.

64Il serait indispensable, pour mieux cerner l’art du qaḍâḍ à Sanaa, d’établir un inventaire complet du décor des coupoles de mosquées, dont nous avons donné plus haut quelques exemples. Les motifs de qaḍâḍ y reprennent, avec des moyens moindres, une conception décorative utilisée à profusion sur les coupoles des mausolées du Caire d’époque mamlûke91.

  • 92 D’importantes réparations y furent effectuées en 1163/1749.
  • 93 D’après M. cAbd Allâh al-Ḥaḍramî, ingénieur du Bureau exécutif pour la sauvegarde du vieux Sanaa, (...)

65La samsara Muḥammad ibn al-Ḥasan possède quelques qaḍâḍ (fig. 1,2) : les motifs en sont très simples, mais leur intérêt est qu’ils ont probablement été réalisés en même temps que l’ensemble de la samsara, commencée en 1062/165192. En revanche, le qaḍâḍ des terrasses de couverture et des coupoles a été refait voilà un siècle93. L’inventaire serait à continuer dans l’architecture domestique : les exemples donnés ici montrent l’intérêt de ces motifs, mal connus car ils sont souvent dégradés, cachés par des objets (fûts métalliques, armoires, ballots) ou peu visibles dans la pénombre des pièces qu’ils ornent pourtant d’une note discrète.

66Dans les lieux mal orientés et obscurs, de l’ombre et de l’humide, du passage et du non-séjour, attribués à la femme et au service, d’innombrables demi-fleurons ont leur pointe dirigée vers le sol (phot. 6-8, 7 ; pl. 20 f), comme s’ils allaient chercher dans les profondeurs de la terre le fondement de la vie, la sève des fleurons qui s’épanouissent, pointés vers le ciel, dans les lieux de séjour familiaux, de vie et de lumière, d’accueil et de prestige. On a l’impression que les escaliers et les vestibules ne doivent pas être exaltés. Auraient-ils quelque chose d’impur ? Rien, pour l’instant, ne permet de trancher.

67Nous nous demandons également si, dans le qaḍâḍ, il n’y a pas résurgence d’un inconscient collectif qui ne peut trouver d’expression dans les parties nobles de la maison, dans les lieux de lumière, de l’hospitalité masculine, dont la décoration serait davantage centrée sur des thèmes qu’autorise l’orthodoxie musulmane. Il y a peut-être, dans la décoration du qaḍâḍ, une fidélité à une tradition ancienne, préislamique, à un fonds commun à l’Afrique de l’Est et à l’Arabie désertique. Des études ultérieures apporteront peut-être des éléments de réponse à ces questions.

Notes

1 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. p. 150,156, 157.

2 Cf. Ibid, pl. p. 55, droite.

3 Les ġayl sont l’équivalent à Sanaa des foggara sahariennes, des qanât iraniennes ou des falağ d’Oman et de l’Aflâg saoudien. Pour Sanaa, voir Serjeant, Costa, Lewcock, 1983, pp. 19-31.

4 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. pp. 26-30, p.160, 161.

5 Citons, de manière très fragmentaire, quelques notes recueillies sur les artisans du qaḍâḍ à Sanaa. Sirhân ar-Rawḍî était spécialisé dans ce travail. Au début des années 1970, il avait dans son équipe trois élèves novices qui l’aidaient à préparer le mélange, et deux autres plus expérimentés qui l’aidaient à l’appliquer sur le mur. Le maître commençait à former ses élèves à n’importe quel âge à partir de dix ans, et leur formation pouvait durer un an ; ils étaient libres de partir quand ils le voulaient et, une fois indépendants, s’appelaient « ouvriers », câmil. Après dix ans d’exercice, ils gagnaient le titre d’ustâ (D’après une note de Lewcock, 1983b, p. 479, n. 30, qui renvoie aussi au Qânûn Ṣancâ’, sections 35 et 48). Les familles des uṣtâ Qaṣca et Ṯilâ’î savaient également poser le qaḍâḍ, d’après L’usṭâ Sayḥ qui travaillait au début de 1989 à la restauration des qaḍâḍ de la samsarat an-Nuḥâs.

6 Nous y ajouterons des remarques tirées d’une interview préparée par Etienne Renaud et rédigée par Lewcock (1983b, pp. 479-480). Golvin, Fromont (1984, p. 145) donnent une brève description de la fabrication du qaḍâḍ qui recoupe la nôtre. Varanda (1982, pp. 114-115), écrit que le qaḍâḍ est un enduit très dur fait avec un mélange d’albâtre et de graisse de vache ; « il est frotté jusqu’à ce qu’il soit luisant avec de l’albâtre en poudre et de la graisse de vache » ; nous n’avons pas eu confirmation de l’usage de l’albâtre, ce qui ne veut pas dire que le procédé n’a pas existé.

7 Sous l’imâm, la rémunération d’un usṭâ était d’un thaler Marie-Thérèse par jour ; les tâcherons journaliers, šâqî recevaient un demi-riyal.

8 Shivtiel, cité par Serjeant (1983c, p. 168), a dressé une liste des métiers d’après diverses sources hébraïques.

9 Il se peut qu’un ciment comparable au qaḍâḍ, à base de pouzzolane, ait été fabriqué dans la région de Naples et utilisé dans la Pompeï latine.

10 Le verbe utilisé pour « piler » est twaẖẖaš.

11 D’après cette interview, cinq mesures de sable pouvaient convenir si la chaux était très bonne.

12 C’est sans doute à cela que fait allusion l’interview de Renaud, qui mentionne que l’équipe laisse le liquide fermenter une semaine.

13 Etant à base de chaux, le qaḍâḍ s’apparente au terme šârûg, mot fârsî arabisé désignant dans le vocabulaire de l’architecture mamlûk la chaux et ses mélanges, avec lesquels on enduit les cuves ou les toilettes pour empêcher les infiltrations (Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 72).

14 Niebuhr, s.d., vol. I, p. 246. A titre de comparaison, voir une photo de four à chaux à al-Ḥudayda, vers 1940, dans Naval Intelligence (1946, p. 526, phot. 276).

15 D’après l’interview de Renaud, les motifs décoratifs élaborés au préalable par l’usṭâ étaient alors tracés sur la première couche, avec une pierre noire. Les deux jours suivants, l’usṭâ battait à nouveau l’enduit et redessinait les motifs. Après le troisième jour, quand l’enduit était sec, une seconde couche était appliquée, traitée de la même manière, mais durant un jour et demi seulement. Après avoir attendu un jour que la seconde couche soit sèche, un badigeon de chaux était appliqué à la brosse et poli à la pierre ponce, travail répété le lendemain. Après une semaine de repos, on renouvelait l’opération avec un mélange de chaux plus dilué. Après séchage final, l’usṭâ polissait la surface avec une brosse très douce, tout en jetant de l’eau, ce qui donnait une couleur crème à l’enduit. Cela devait être fait lentement et un bon usṭâ ne traitait pas plus d’une bande de six mètres sur un dans la journée. Il renouvelait ce travail une ou deux semaines après. Pour la dernière étape, il utilisait le muẖẖ baqar, moëlle obtenue en broyant les os d’une vache et en les grattant : il la passait sur le qaḍâḍ en le lissant à la main ou avec un chiffon doux. Quand on désirait revêtir une terrasse de qaḍâḍ, il était appliqué sur un lit de petites pierres posées sur la couche de terre. Après séchage, une seconde couche était passée, mais non trois comme sur les meilleurs murs.

16 Cf. Bonnenfant, 1989, pp. 154-155 et 158-159.

17 Paccard, 1980, t. II, p. 204.

18 Comme en témoigne l’amusant poème cité par Lewcock (1983 b, pp. 480-481).

19 D’après Muḥammad Muḥammad Zayd, il y aurait de beaux qaḍâḍ à : bayt Aḥmad Maḥbûb, n° 32 ; bayt Aḥmad Ḥamîd ad-Dîn, n° 161 ; bayt al-Ḥâdrî, n° 18 ; B. al-Waghî, n° 88.

20 Lewcock, Smith, 1973, p. 124, fig. 6.

21 Lewcock, Smith, 1974, p. 80, pl. 4.

22 Finster, 1979c, phot. 90 b et 93 b, autour des croix grecques.

23 Hill, Grabar, 1967, phot. 3-8, de part et d’autre de l’entrée de la mosquée Maghak-i Attari ; le monument est du xiie s., mais la décoration peut être plus récente.

24 Hutt, Harrow, 1977, phot. 78, grande mosquée de Firdaws (1200 AD environ).

25 Sauvaget, 1934, pl. XV, d, Machhad d’al-Ḥusayn, Alep, dernier quart du xiie s. ; p. 46, fig. 17, mosquée funéraire de Yachbak, panneau décoratif dans le portail, 1395.

26 Aslanapa, 1971, phot. 10, grande mosquée de Divriği, portail est, 1228-1229 ; pl. 80, Ulu Kümbed à Ahlat, tresse d’hexagones doubles, 1273.

27 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, fig. 62, manzil Zaynab ẖatün, loggia du maqcad.

28 Au Caire, ce motif se nomme ğift : cf. Zakariya, 1983, p. 120. Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 29. Nous en trouvons de nombreux exemples in Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982 (fig. 69), palais de Qâyt Bây ; fig. 83, maqcad Mâmâcy. A la ca Azbak al-Yûsufî comme à Sanaa, la double bande encadre des panneaux rectangulaires sculptés (fig. 97-99), ainsi qu’à la wakâla Qâyt Bây, al-Azhar (fig. 104, 105). Maury, Raymond, Revault, Zakariya, 1983, par exemple fig. 17, manzil Ğamâl ad-Dîn al-Ḏahabî.

29 Finster, 1982c, fig. 71, p. 229.

30 Finster, 1982c, fig. 115 b et 116.

31 Finster, 1982c , phot. 112 a.

32 Voir par exemple Doe, 1971, p. 33, pl. 1 ; Van Beek, 1959, pl. 69, fig. 1 et 2.

33 Van Beek, 1967, p. 119, pl. Ib, « Ethiopian incense burner from Makalle, Tigre Province ».

34 Henry, 1964, t. III.

35 Otto-Dorn, 1967, p. 130, fig. 74. Maricq, Wiet, 1959, pl. VII, phot. 2 et 4.

36 Pour le Golfe, voir Bonnenfant, 1991, pl. CCXII B, couvre-joint central. - Pour Zinder : Gabus, 1958, p. 380, fig. 319, décor de la mosquée de Tahoua.

37 Allen, 1976, p. 44.

38 Ünal, 1968, p. 123, pl. XLIV, Gümüṣlü Künbet.

39 Nous reprenons ce terme de l’art du plâtre.

40 Lechler, 1937, fig. 77, 79, 83, 84.

41 Bonnenfant, 1987a, phot. 90, p. 121.

42 Bonnenfant, 1987a, p. 56, fig. F 15.

43 Voir par exemple : Finster, 1982c, p. 274, fig. 95 b, plafond à caissons de la grande mosquée de Dî Bîn. Saïd, Parman, 1976, pl. 6, p. 16, portail en marbre de la Karakay Medrese, Konya, 649 / 1251-1252. Herzfeld, 1923, p. 21, Abb. 17.

44 A propos de la phot. 43, notons que nous trouvons un motif apparenté « sur un chancel carolingien à Cividale », en Vénétie (Seringe, 1988, p. 305, fig. 95).

45 Voir un motif de quatre fleurons convergents à la grande mosquée de Ḥays : Finster, 1986 a, phot. 46 a.

46 Finster, Schmidt, 1979 a, phot. 55, en bas et à gauche.

47 Hill, Grabar, 1967, phot. 539, décor en stuc au porche d’entrée de Robat Mahi, nord de Mashhad, datant probablement de 1019-1020 AD. Les fleurons convergents s’inscrivent dans des octogones.

48 Des palmettes disposées en croix figurent sur un plat du ixe s., Iran, Suse : Bernus-Taylor, 1989, n° 1, p. 27. - Cf. aussi le motif de fleurons opposés par la base, à la mosquée bleue de Tabrîz, Iran, 1465 : Sarre, 1901, pl. XXIII ; Papadopoulo, 1976, p. 366, phot. 160.

49 Finster, 1978, p. 110, fig. 6a, b, d, e, g, k. Exemples nombreux dans les pl. 36 à 49.

50 Bonnenfant, 1987 a, phot. 22, p. 43.

51 Varanda, 1982, p. 114, phot. centrale gauche.

52 Otto-Dorn, 1967, pp. 82-83, fig. 27-28 ; fig. 105, p. 173. Cf. Sarre, 1936, Abb. 36, « Steinretief aus Kubatscha in Daghestan ».

53 Ce que nous appelons ici « pouf » est un motif de nœud fréquent dans l’art musulman. Nous en trouvons un exemple dans les plafonds à caissons de la grande mosquée de Ḏî Bîn (Finster, 1982c, p. 274, fig. 95c). Le motif de nœud en cœurs enlacés est commun dans les tapis timûrides (Briggs, 1940, fig. 70d). Des noeuds comparables à celui de notre photo 59, droite, ponctuent le milieu des côtés de cartouches décorant des vases ottomans d’Iznik, premier quart du xvie s. (Charritat, Joël, in Bernus-Taylor, Bittar, 1990, p. 114, 116). Bittar (in Bernus-Taylor, 1989, p. 44) parle de «rubans tressés, nœuds du bonheur», à propos d’entrelacs un peu comparables. Voir le livre de Gabus, 1958, pour cette symbolique au Sahara.

54 Qui possède probablement une riche valeur symbolique, nous y reviendrons dans le chap. 23.

55 Herzfeld, 1923, p. 176, Abb. 245, Orn. 230 b, et phot. LXXXI.

56 Voir le tracé directeur dans Saïd, Parman, 1976, p. 55.

57 Finster, 1986 a, phot. 51a-d.

58 Finster, 1982 a, phot. 76.

59 Finster, 1979 b, phot. 70b, 71 a et b, 72.

60 Cf., en beaucoup plus élaboré, Finster, 1979c, phot. 90b, 93b, 95, plafond de la mosquée du vendredi. Les motifs de croix grecque (comme phot. 60) et de croix fichée apparaissent très souvent, seuls ou intriqués à d’autres motifs géométriques, dans l’îwân N.-O. de la mosquée du vendredi, à Isfahan : voir frontispice de Michell, 1978.

61 Papadopoulo, 1976, p. 350, phot. 148 (1472-1474 AD).

62 Finster, 1986 a, p. 135, fig. 46 (G. Schneider).

63 Creswell, 1960, pl. XXIVa, face p. 641, et fig. 13 a, p. 644 (263/876-877).

64 Hill, Grabar, 1967, phot. 67 et 70.

65 Hill, Grabar, 1967, phot. 538-539, porche d’entrée.

66 Papadopoulo, 1976, pl. 107, p. 210. Anglade, 1988, p. 49, bois sculpté et assemblé, 532-541/1138-1145-1146.

67 Briggs, 1940, tapis du type n° Il : fig. 2, 18, 22-25.

68 Finster, 1979c, phot. 92. Cf. aussi Finster, 1979d, phot. 109b.

69 Finster, 1982 c phot. 88 b.

70 Finster, 1982 c, phot. 112 b, 114b, salle de prière.

71 Finster, 1979 b, phot. 67.

72 Finster, 1982 c, phot. 95 b.

73 Herzfeld, 1923, p. 161, Abb. 234, Orn. 221, plus phot. LXXIX.

74 Sarre, 1901, pl. Xlla : Varamin, détail du portail de la mosquée du vendredi.

75 Sarre, 1936, Abb. 11, Konya, mosquée de cAla ad-Dîn, portail.

76 Sarre, 1936, pl. 6. Kühnel, 1963, phot. 67, p. 111, faïence émaillée de Damġân, Iran, xiiie s.

77 Grabar, 1977, fig. 71, mosaïque de sol, salle du bain.

78 Mais il est possible qu’il en existe dans des maisons que nous n’avons pas visitées.

79 Baer, 1979, pl. IIIa, mosaïque de sol, salle du bain ; pl. VIIb et c, sol en mosaïque de la salle centrale.

80 Herzfeld, 1923, p. 15, Abb. 3, Orn. 2 ; p. 16, Abb. 4, Orn. 3, et phot. XIIb.

81 Saïd, Parman, 1976, pl. 6 et fig. 17, pp. 16-17 ; voir photo d’ensemble de ce portail de marbre dans Michell (1978, p. 118). Ce portail date de 649 / 1251-1252.

82 A Nachtschewan, au mausolée de Yûsuf b. Kutaijir, une frise de svastikas décore la bordure du rectangle où s’inscrit l’entrée ; ailleurs, un panneau est décoré de svastikas obliques reliés à des svastikas parallèles aux bords du panneau (Sarre, 1901, pl. I). A « Amol, Moschee des Mir Buzurg Kawam ad-din », un réseau de svastikas reliés les uns aux autres décore un bandeau délimitant le cadre rectangulaire de l’entrée (Sarre, 1901, pl. LXXIV). A la madrasa Chir Dor de Samarkand, nous trouvons un réseau de svastikas en obliques reliés les uns aux autres (Sarre, 1901, pl. LXVI, à l’intérieur d’un îwân de la cour).

83 Finster, 1979 b, phot. 70 b, à gauche.

84 Finster, 1979 b, phot. 71a, à gauche.

85 Godard, 1936 d, fig. 87, colonne d’angle du gunbad-é surẖ, 1147 AD ; voir aussi Hill, Grabar, 1967, phot. 223. Nous retrouvons la croix latine aux deux pointes triangulaires sur le minaret en briques de la mosquée cAlî à Iṣfahân, probablement de la fin du xiie s. (Hill, Grabar, 1967, phot. 316).

86 Hill, Golvin, 1976, pl. 30, bâb al-Futûḥ, décor du porche, 1087.

87 Voir Bonnenfant, 1987a, p. 90.

88 Cf. par exemple Leclerc, in Bernus-Taylor, 1989, n° 35, p. 60, revers de miroir ?, Inde, xviie-xviiie s. A Sanaa, Bonnenfant, 1989, p. 154 (bas, à droite).

89 Le qaḍâḍ lambrisse les murs sur 50 cm de hauteur. Les motifs cités ont une hauteur de 20 cm environ. Les motifs des autres murs sont très dégradés.

90 Le Coran, sour. IX, vers. 19, trad. J. Berque. Voir photo in Bonnenfant, 1989, p. 160.

91 Papadopoulo, 1976, pp. 346-349 ; p. 406. Kessler, 1976.

92 D’importantes réparations y furent effectuées en 1163/1749.

93 D’après M. cAbd Allâh al-Ḥaḍramî, ingénieur du Bureau exécutif pour la sauvegarde du vieux Sanaa, chargé d’étudier sa restauration, ainsi que celle de la samsarat az-Zabîb. Qu’il soit remercié ici pour sa constante amabilité.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Arbre fleuronné sculpté en relief dans du qaḍâḍ.Ḥiğra de bayt at-Ṯawr, n ° 48 (fin xviiie-début xixe siècle).Haut, de l’arbre fleuronné, 66 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Phot. 2. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation des coupoles de mosquées.Coupole de la mosquée aṭ-Ṭalha, revêtement de qaḍâḍ décoré. Les motifs sont en relief.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Phot. 3. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation de certaines terrasses de couverture.Les propriétaires fortunés pouvaient payer le revêtement de tout ou partie de leur terrasse de couvrement avec du qaḍâḍ. Ici, à bayt al-cAnbasa, n° 6, revêtement de la construction abritant l’escalier d’accès à la terrasse sommitale. Cf. aussi Bonnenfant, 1989, p. 153.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Phot. 4. Le qaḍâḍ, matériau d’étanchéisation des descentes d’eaux usées en façade.Sur cette photo de 1907, on voit, à chaque niveau, les évacuations des eaux usées qui ruissellent sur la façade protégée par du qaḍâḍ. Bayt Yaḥyâ al-Mutawakkil aš-Šahârî, n ° 45.Source : Museum für Vôlkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K400.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Phot. 5-9. La fabrication du qaḍâḍ.5 et 6. Les ouvriers écrasent des graviers de pierre de lave, ḥišâš, à l’aide de leur broyeur.7. Puis on bat longuement la chaux éteinte et le sable de pierre de lave pour en faire un mélange homogène et pâteux.8. A l’aide d’une truelle, le maître artisan étale le mélange sur le mur à revêtir.8 et 9. Avec le tranchant d’une pierre, un ouvrier martèle l’enduit des heures durant pour le faire pénétrer dans les moindres fissures du support, et l’homogénéiser.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 1 et 2. Motif de qaḍâḍ à la samsara Muḥammad b. al-Ḥasan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Phot. 10 à 16b. Motifs de fleurons isolés.10 à 13,16a et 16b. Escalier de bayt at-Akwac, n° 96.10 et 13. Haut, des motifs, 60 cm.14 et 15. Ḥiğra de bayt Ġuṯaym, n° 120.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Phot. 17a à 22. Motifs divers de qaḍâḍ.17a. Ḥiğra de bayt al-cAnsî, n° 143.17b et 19. Angle de cage d’escalier, bayt al-Akwac, n° 96. Noter l’aspect phallique du décor d’angle.19. Haut, totale du sol au sommet du lambris, 114 cm. Du sol à la pointe, dans l’angle, 157 cm. Largeur à la base du motif, 39 cm.18. Escalier de bayt al-cAnsî, n 143. Noter les palmes inversées se transmuant en cous d’oiseaux, comme dans l’art du plâtre. En haut de la photo, on devine un ancien bandeau de briques : ce mur devait autrefois être en façade. Longueur totale du motif, de la plus haute marche à l’angle de la cage d’escalier, à droite, 195 cm.20. Escalier de bayt al-Akwac, n° 96. Motif composite.Haut, totale du rectangle où s’inscrit le motif, 69 cm.21. Dihlîz de bayt al-cAmri, n 152.22. Escalier de bayt al-Akwac, n° 96. Arbre à branches fleuronnées, où des oiseaux picorent. Haut, de l’arbre, 66 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 37. Motifs de fleurons.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Phot. 23-28. Motifs de qaḍâḍ ; frises de fleurons.23. Escalier de bayt al-cAnsî n° 143. Décor sous une niche percée de jours appelés « lustre », ṯrayâ, pour l’éclairage et l’aération.Haut, du rectangle où s’inscrit la frise de fleurons, 37 cm.24. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.25. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.26. Ḥiğra de bayt al-cAmrî, n° 152. Alternance de médaillons fuselés et fleuronnés, trunğa, et de fleurons inscrits dans une niche.27. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143. Décor sous une niche d’éclairage et d’aération.Haut, du rectangle où s’inscrit la frise de fleurons, 43 cm.28. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.Haut, de l’entrelacs de fleurons, 75 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Phot. 29. Mosquée aṭ-Ṭalḥa : motif de qaḍâḍ sur la coupole.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Phot. 30-36. Motifs de qaḍâḍ dans les mosquées.30. Coupole principale de la mosquée aṭ-Ṭalḥa.31-33, 35-36. Mosquée du Mahdî cAbhâs, tambour de la coupole principale.34. Mosquée al-Bâša, revêtement extérieur du mur de qibla, au-dessus du miḥrâb.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Phot. 37-42. Arabesques palmiformes sculptées dans le qaḍâḍ.37, 40 et 41. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143.38. Escalier de bayt al-Akwac, n ° 95.39. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.Haut, du rectangle où s’inscrit le motif à l’oiseau, 79 cm.42. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Phot. 43-48. Motifs de qaḍâḍ à base de médaillons fleuronnés.43. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152.44. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152. Haut, du motif avec sa bordure, 82 cm.45. Escalier de bayt al-Akwac, n° 95.46. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa, et frise sur la même coupole.47. Ḥiğra de bayt Ġuṭaym, n ° 120.48. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée du Mahdî cAbbâs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Phot. 49-53. Motifs de qaḍâḍ à base de médaillons fuselés et fleuronnés.49. Escalier de bayt al-cAnsî, n° 143. Noter le qaḍâḍ assurant l’étanchéité entre le bas du mur et le sol de l’escalier, de section triangulaire. Haut, totale du sol à la pointe du lambris, 165 cm. Haut, du motif, 80 cm.50. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée du Mahdî cAbbâs.51. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa.52. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.Dimensions extérieures du cadre, 90 x 50 cm environ.53. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.Dimensions extérieures du cadre, 90 x 130 cm environ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Phot. 54 et 55. Ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n 48, vue d’ensemble (fin xviiie-début xixe siècle).Les murs sont lambrissés de qaḍâḍ sur une hauteur de 1,3 à 1,60 m. La ḥiğra possède un sol en pente douce qui permet l’écoulement des eaux vers l’extérieur, en passant ici par la salle d’eau située derrière le mur du fond. Noter les croix au-dessus du trou : protection magique contre les esprits malins qui peuvent pénétrer dans la maison par le conduit ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Phot. 56. Panneau de qaḍâḍ sur le tambour de la coupole principale, mosquée aṭ-Ṭalḥa.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 8 et 9. Le médaillon fuselé, trunğa.Horizontal sur la fig. 8, il est vertical, géométrisé et enlacé avec ses voisins sur la fig. 9.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Phot. 57-60. Motifs de qaḍâḍ : les fleurons- bonshommes.Des fleurons-bonshommes sont partout présents dans une ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n° 48 : soit isolés (phot. 57), soit en frises évoquant les ribambelles de papier que découpent les enfants (phot. 58), soit assis sur un pouf à la manière d’un sultan (phot. 59), soit dans les écoinçons d’une croix grecque et au centre d’une croix latine (phot. 60).57. Haut, totale du sol au sommet du lambris de qaḍâḍ, 148 cm.58. Longueur de la frise de fleurons, 107 cm environ.59. Largeur du motif en sceau de Salomon, à gauche, 66 cm ; largeur de la frise supérieure de fleurons, à droite, 71 cm.60. Haut, depuis le sol jusqu’en haut du lambris, 150 cm. Haut, de la croix grecque, 78 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Phot. 61. Frise de fleurons-bonshommes sur une coupole.Coupole de latrines de mosquée, à Ḥadda, non loin de Sanaa.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Phot. 62-67. Motifs de qaḍâḍ à hase de rectangles.62. Escalier de bayt al-cAmri, n ° 152.Diamètre d’un cercle, 6,5 cm environ.63. Ḥiğra de bayt aṯ-Ṯawr, n ° 48.Largeur du cadre, 125 cm. Largeur du motif, 76 cm.64. Escalier de bayt aṯ-Ṯawr, n ° 48.65. Dihlîz de bayt al-cAmrî, n° 152.66. Ḥiğra de bayt aš-Šâmî, n ° 92.67. Escalier de bayt aš-Šâmî, n° 92.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Phot. 68-74. Décors de qaḍâḍ : motifs à hase de cercles.Dihlîz, escalier ou ḥiğra de bayt al-cAmrî, n 152.68. Le qaḍâḍ ne se pose pas sur du bois : l’artisan a entouré l’extrémité arrondie d’une poutre d’un cercle couronné d’un fleuron.Dimensions du rectangle décoré, 40 x 58 cm.Phot. 73. Les cercles superposés sont rares.Haut, totale du motif, 81 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Phot. 75-79. Décors de qaḍâḍ : motifs à base du sceau de Salomon.75. Ḥiğra de bayt cAslân, n 151.Haut, du lambris de qaḍâḍ, 129 cm.76. Dihlîz de bayt al-cAnsî, n 143.77. Ḥiğra de bayt cAslân, n ° 151.Dimensions intérieures du cadre où s’inscrit le réseau d’hexagrammes, 55 x 83 cm.78. Ḥiğra de bayt al-cAmrî, n° 152.79. Escalier de bayt al-cAmrî, n° 152.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Phot. 80-82. Décors de qaḍâḍ : motifs à hase de croix grecques.80. Escalier de bayt al-cAmrî, n° 152.Dimensions de la niche des ṯrayâ, 128 x 55 cm.Dimensions de la croix, 41 x 43 cm.81. Dihlîz de bayt al-cAnsî, nc 143.82. Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.Dimensions intérieures du cadre où s’inscrit le réseau de croix grecques, 55 x 127 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 10. Motif à base de croix grecques et polygones étoilés.Bayt Makkî, n ° 33.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 11. Motif à base de svastikas.Bayt Makkî, n° 33.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 12. Motifs à base de svastikas.Bayt Makkî, n ° 33.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Phot. 83. Motif de qaḍâḍ à hase de svastikas reliés les uns aux autres.Ḥiğra de bayt cAslân, n° 151.Dimensions intérieures du cadre où s’inscrivent les svastikas, 65 x 180 cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 13-15. Réseaux de quatre-feuilles et carrés sur la pointe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4416/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter