Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 4. Les matériaux et leurs décors

Chapitre 18. Le plâtre

Texte intégral

Phot. 1. L’art d’habiller des façades presque aveugles.
Que ce soit sur les façades de prestige ou de service, le plâtre harmonise les ensembles, agrandit les ouvertures et fait chanter la lumière. Maison n° 259.

  • 1 Nous avons résumé dans ce paragraphe un développement de Hill, Grabar (1967, pp. 78-79).
  • 2 Ibn Baṭṭûṭa, 1968, t. II, p. 176.

1Le plâtre fut utilisé dès l’époque préislamique dans des bâtiments comme ceux de Ctésiphon en Irak, Varahsha dans l’Iran oriental, ou Rayy dans l’Iran central. Il permettait, avec un matériau bon marché, de créer des décors somptueux. Les thèmes iraniens furent repris par les musulmans dès le viiie siècle et caractérisent les stucs des palais umayyades de Syrie et de Jordanie, et, de manière plus originale, ceux de Sâmarrâ. A partir du xe siècle, les décors de stuc se développèrent de manière continue dans tout le monde arabe1. A Sanaa, le plâtre est employé depuis plusieurs siècles, puisque Ibn Baṭṭûṭa décrit la ville au xive siècle AD comme une « grande cité d’une belle construction, bâtie de briques et de plâtre2 ».

LE MATÉRIAU

L’utilisation du plâtre à Sanaa

2La dureté, la cohésion et la résistance à l’effritement sont parmi les qualités essentielles que ce matériau possède dans la région de Sanaa.

3Utilisé pour jointoyer les pierres, nous l’avons vu, le plâtre est également employé à l’intérieur des maisons comme revêtement des murs. Il joue un rôle décoratif déterminant sur les façades des maisons et dans les pièces de réception. Avec le verre, il constitue enfin le matériau de base des vitraux.

4Le plâtre contribue à l’isolation acoustique des pièces où il est appliqué : son épaisseur même ajoute son effet de masse à celui des autres matériaux ; il colmate les fissures qui facilitent la propagation du son ; il réduit enfin les phénomènes d’écho.

  • 3 Costes, 1986, p. 35.

5Il favorise aussi l’isolation thermique : « En raison de son faible coefficient de conductibilité, le plâtre s’oppose aux variations thermiques. En particulier, il évite la formation d’une « paroi froide », c’est-à-dire d’une paroi à une température inférieure à celle de l’air ambiant, sur laquelle se dépose une condensation de la vapeur d’eau3. »

  • 4 Costes, 1986, p. 35.

6Il régule enfin l’hygrométrie de la pièce dont il revêt les murs : « L’humidité de l’air, qu’il a absorbée lorsque sa teneur était excessive, il la restitue quand, au contraire, l’atmosphère atteint une sécheresse gênante pour l’équilibre de l’organisme humain, assurant ainsi une régulation de l’hygrométrie ambiante4. » Une étude détaillée de ce phénomène mériterait d’être effectuée à Sanaa, notamment en été, quand alternent dans la même journée des matinées ensoleillées et des après-midi pluvieux.

  • 5 Le Covec, 1978, t. I, p. 262 ; Costes, 1986, p. 34.

7Si Sanaa a souffert de nombreux pillages au cours des âges, le feu y a fait peu de dégâts. Une raison en est certainement l’emploi massif du plâtre à l’intérieur des maisons, pour le revêtement des murs et des plafonds : sa résistance au feu est bien connue et garantit une protection efficace5.

8Depuis longtemps, ces qualités du plâtre ont été reconnues par les habitants de Sanaa qui vantent le confort des matériaux utilisés dans la ville intra-muros.

La fabrication du plâtre

  • 6 Costes, 1986, p. 17.

9Rappelons que « le plâtre est du sulfate de chaux partiellement déshydraté, obtenu par calcination légère du gypse aux environs de 120° C. Mélangé à l’eau, il a la propriété de durcir rapidement en augmentant de volume avec dégagement de chaleur6 ». La pierre à plâtre utilisée près de Sanaa est un gypse extrait de carrières situées à une trentaine de kilomètres au nord-nord-est de Sanaa, non loin de mines d’albâtre aujourd’hui inexploitées. L’une des mines est souterraine, c’est la plus ancienne, à deux ou trois kilomètres au nord du village d’al-Ġirâs : vaste caverne où l’on peut entrer en camion, et qu’on utilise encore (phot. 2). Mais devant la demande grandissante, des carrières à ciel ouvert ont été mises en chantier à quelques kilomètres plus au nord, au pied de la montagne où se trouve, selon la légende, le tombeau du prophète Job. Plusieurs entrepreneurs y travaillent, attaquant la montagne avec leurs équipes d’ouvriers munis de barres à mine, dans des conditions de sécurité très déficientes (phot. 4). Les pierres étaient emportées à dos d’âne jusque dans les années 1970 (phot. 7), et depuis par camions, vers divers villages et hameaux où sont construits les fours destinés à leur cuisson. L’ensemble de fours le plus important est celui d’al-Ġirâs.

Fig. 1. Coupe schématique d’un four à plâtre.

10En 1976, chaque unité de production comprend généralement deux fours (phot. 10), un moulin à plâtre et le moteur qui l’actionne, plus un camion assez souvent ; l’ensemble emploie quatre à six ouvriers sous la direction de l’entrepreneur appelé usṭâ. Deux fours sont souhaitables car les ouvriers travaillent sur l’un tandis que l’autre cuit le plâtre ou refroidit : cela permet un travail continu. Un four (fig. 1) est composé une partie permanente A faite d’une maçonnerie cylindrique de 2,50 m de diamètre utile et de deux mètres de hauteur environ (phot. 9). Elle est enterrée, soit qu’on ait creusé le sol, soit qu’on ait élevé un tertre de terre, cas fréquent (phot. 10). Le bas du cylindre est accessible par une porte haute d’un mètre, surmontée d’un solide linteau. A l’intérieur de la maçonnerie permanente A, on construit un second cylindre B en pierre à cuire, sur 50 cm d’épaisseur environ ; ses parois se rejoignent vers deux mètres de hauteur pour former une coupole C, dont le faîte se trouve au niveau du haut de la maçonnerie permanente. Cela détermine le foyer D. A partir de la coupole, les ouvriers, montés sur le tertre, construisent une meule E en pierre à plâtre : les murs extérieurs sont en gros blocs (phot. 7), l’intérieur est bourré de petites pierres (phot. 8) que des ouvriers ont obtenues en cassant les grosses avec une masse. Cette opération est appelée raṣṣâfa. Cette meule mesure de 2,20 à 2,50 m de diamètre sur 1 m ou 1,50 m de haut. Elle est cerclée de solides fils de fer, F, pour qu’elle ne s’écroule pas quand les pierres commencent à s’effriter sous l’effet de la chaleur. Des tôles G, judicieusement disposées, empêchent le vent de gâcher la cuisson (phot. 10, 11).

Phot. 2-14. L’extraction et la fabrication du plâtre en 1976.
2. Al-Ġirâs, entrée de la carrière de gypse souterraine.
3. Al-Ġirâs, carrière de gypse en plein air.
4. Al-Ġirâs, ouvriers extrayant du gypse.
5. Anes apportant du gypse des carrières à al-Ġirâs.
6. Camion déchargeant du gypse près d’un four.
7. Construction de la maçonnerie non permanente avec de gros blocs de gypse.
8. Remplissage du centre avec des blocs plus petits.
9. Le four à plâtre, une fois la meule supérieure achevée.
10. Des tôles de métal empêchent le vent de gâter la cuisson.
11. Un brûleur à mazout rudimentaire assure la combustion.
12. Après la cuisson, le gypse calciné est retiré du foyer.
13. L’équipe de jeunes ouvriers s’affaire pour alimenter le moulin à plâtre, situé à l’arrière plan de la photo.
14. Les sacs de plâtre sont chargés dans un camion pour Sanaa.

  • 7 Nous remercions José-Marie Bel de ces renseignements.
  • 8 Entre 110° C et 130° C pour Costes, 1986, p. 19 ; vers 160° pour Le Covec, 1978, t. I, p. 252.
  • 9 Costes, 1986, p. 19. Voir articles « Gypse » et « Plâtre » dans Noël, 1968, p. 194 et 283.

11Jusqu’en 1970 environ, on utilisait encore des feux de paille ou de bois pour cuire le gypse. En 1976, tous les fours sont équipés d’un fût métallique, birmîl, contenant du gazole (phot. 12), et d’un système rudimentaire de brûleur, qui permet de chauffer longtemps sans interruption (phot. 11). il subsiste souvent dans le plâtre des particules de mazout, comme on peut s’en rendre compte pendant le gâchage. Le temps de cuisson est d’environ une journée, en continu, à une température de 100 à 1507. L’action de la chaleur8 dans les fours à plâtre élimine « l’eau faiblement combinée, ce qui laisse le demi-hydrate Ca SO4 1/2 H2O, élément essentiel du plâtre, capable de reprendre son eau à froid en faisant prise9 ». Quand la cuisson est achevée, on laisse refroidir suffisamment pour pouvoir extraire la pierre cuite par la porte inférieure du four, à l’aide d’un grand râteau (phot. 12). Les ouvriers frappent ensuite les blocs à coups de marteau jusqu’à obtenir des pierres de la grosseur du poing au maximum. Elles sont ensuite transportées, à l’aide de bidons, tanak, jusqu’au moulin tout proche, actionné par un moteur à mazout (phot. 13). La pierre est alors pulvérisée en un plâtre très fin qu’on recueille dans un grand bac, jusqu’à son chargement dans un camion pour Sanaa (phot. 14).

  • 10 Biston, 1981, p. 127.

12La fabrication du plâtre dans les environs de Sanaa est donc proche de celle que résumait Biston en 1836 pour Paris : « A Montmartre, on brise [la pierre à plâtre] à coups de marteau, en morceaux gros comme un œuf, avec lesquels on construit, à sec, des voûtes sous des hangars ; on allume sous ces voûtes un feu de bois, comme dans les fours à chaux, et on l’entretient jusqu’à ce que les pierres commencent à rougir. Alors on retire le feu, on fait crouler les voûtes, et on brise aussitôt la pierre calcinée, soit en la battant avec des battes, soit en l’écrasant avec des meules ou des cylindres de pierre10. »

Phot. 75-17. Le plâtre : les gestes du métier.
15 .Le plâtrier dose le plâtre avec les deux paumes jointes remplies.
16. Puis il mélange l’eau et le plâtre dans un seau, ici avec un gant, souvent à main nue.
17. Les artisans étalent le plâtre à la truelle.

  • 11 Le qadah, pluriel aqdâh, est une mesure équivalant à deux bidons, tanak. Le tanak est le bidon de (...)

13Durant les visites effectuées en août 1976, nous avons recueilli quelques éléments de prix. Un ouvrier de la carrière est payé 50 riyals yéménites par jour, salaire élevé car le travail est dangereux et pénible ; celui qui descend dans la cuve à plâtre muni d’un tanak pour charger le camion en gagne 40, à cause de la poussière de plâtre très malsaine. Le casseur de cailloux après la cuisson gagne 35 riyals, et celui qui aide l’usṭâ à construire la meule une trentaine. Mais ces chiffres ne sont donnés qu’à titre de moyenne, car la rémunération de l’ouvrier se fait souvent à la tâche : vider le four et casser les pierres par exemple, ou porter à moudre une fournée, ou charger un camion. Chaque fournée demande le travail de cinq ouvriers environ pendant trois jours et contient 400 qadaḥ qui se vendent 7 riyals l’un à al-Ġirâs11. Une fournée rapporte donc dans les 2 800 RY, à quoi il faut enlever le prix de la pierre et de son transport, le prix du mazout (150 RY environ) et les salaires des ouvriers : l’entrepreneur usṭâ aurait de 200 à 300 RY de bénéfice net par fournée. Beaucoup d’ouvriers habitent al-Ġirâs depuis peu et seraient originaires de la région d’al-Ḥayma, sur le rebord du plateau au sud-ouest de Sanaa. Avec sa vingtaine d’unités d’exploitation en 1976, soit quarante fours environ, al-Ġirâs apparaît donc comme un village spécialement tourné vers la fabrication du plâtre pour Sanaa, bien que les entrepreneurs soient aussi des cultivateurs de qât, de vignes réputées et d’arbres fruitiers.

Phot. 18-23. Le plâtre : les gestes du métier.
18. La réfection d’un plafond. Un artisan remplace une poutre de terrasse pourrie par des infiltrations d’eau.
19. Puis de l’argile forme un premier revêtement sous les rondins de bois posés sur les poutres.
C’est le travail du mallâğ.
20. Un enduit de plâtre recouvre l’argile du plafond.
21. Une maison bien entretenue devrait être passée au lait de plâtre une fois par an, pour l’entretien de la solidité du plâtre, pour empêcher les insectes d’attaquer le bois, et pour l’éclat de la demeure.
22. Assis sur sur un échafaudage mobile constitué de quelques planches, siqâla, l’artisan attrape le lait de plâtre que lui passe un aide. Noter les plans de basilic, rayḥan, dans des bidons à l ‘angle de la terrasse.
23. Perché sur quelques madriers en équilibre sommaire, le muğaṣṣaṣ blanchit au lait de plâtre les murs d’un dîwân.

La mise en œuvre du plâtre à Sanaa

  • 12 Costes, 1986, pp. 30-31.

14« Lorsqu’on gâche du demi-hydrate avec de l’eau, il s’y combine pour revenir au dihydrate originel. La réaction est vive et très rapide ; elle s’accompagne d’une forte élévation de température et d’une légère augmentation de volume : c’est le phénomène de la prise [...] Sa rapidité dépend donc de la quantité d’eau de gâchage : elle est d’autant plus grande qu’on utilise moins d’eau. On peut ainsi, dans une certaine mesure, ralentir la prise du plâtre en augmentant la quantité d’eau de gâchage12. »

Fig. 2. Šubbâk orné d’une grille de plâtre découpé à jour, quartier Zumar.

  • 13 En voir la liste dans Le Covec, 1978, t. I, pp. 257-259.

15A notre connaissance, et au moins jusqu’en 1989, les plâtriers n’utilisent pas d’adjuvant, comme de la gélatine, de la colle, du sable ou du gravier13. Ils n’utilisent pas non plus de retardateur de prise. Le gâchage est rapide, cinq minutes en moyenne. La quantité d’eau utilisée par rapport à la quantité de plâtre varie selon l’usage final du produit. Si l’artisan désire réaliser un premier enduit grossier, il utilise peu d’eau, pour un séchage rapide. Le lait de plâtre dont on blanchit les murs et les plafonds est au contraire très dilué (phot. 21, 23). On verra dans le chapitre sur les vitraux les proportions utilisées, et les temps de séchage et de sculpture. Le plâtre de Sanaa est un plâtre froid à réaction lente ; son temps de séchage est long, de 20 à 50 heures, ce qui le rend propre à la sculpture. Le plâtre est stocké dans les ateliers quelques semaines, mais il résiste mieux au vieillissement s’il est employé rapidement.

Fig. 3. Décor de plâtre en façade : un fleuron jaillit d’une aiguière.

  • 14 A rapprocher de Le Covec, 1978, t. I, p. 258.

16Si le bon ouvrage exige que les descentes extérieures d’eaux usées soient exécutées en qaḍâḍ, d’autres, meilleur marché, sont parfois faites avec un mélange de plâtre et de chaux14.

  • 15 Elle fait l’objet du chapitre suivant qui étudie aussi leur décor.
  • 16 Akwac, 1984, n° 4397 : Mâ daẖali-h quṣṣ daẖali-h šaqâ. Il en était de même pour les blanchisseurs, (...)

17La fabrication des vitraux incombe aux usṭâ plâtriers15, comme les tâches de finition de la maison : scellement des portes, des fenêtres et des volets ou contrevents, enduit des murs et des plafonds avec du plâtre (phot. 19, 20) qu’il convient, pour la beauté et la santé de la maison, de reblanchir tous les deux ou trois ans. A propos de la rémunération des plâtriers, on disait l’adage : « Telle quantité de plâtre, tel salaire16. » L’usage était en effet de payer à l’artisan qui blanchissait les murs l’équivalent de la somme qu’on payait pour le plâtre utilisé.

  • 17 Nous ne savons pas comment ont pu être réalisés les arcs de la phot. 25, 21 et de la phot. In : Bo (...)

18En général, les plâtriers de Sanaa n’utilisent pas d’armature comme des branches ou des tissages en folioles de palmes17.

LES DÉCORS DE STUC À SANAA

  • 18 Vogüe, Neufville, 1983, p. 411.

19Les décors de plâtre à Sanaa ne sont pas à proprement parler du stuc, terme qui désignait à l’origine une « composition imitant le marbre, faite de chaux éteinte et de poudre de marbre blanc18 », puis un mélange de plâtre et d’autres matériaux, comme de la colle et de la poussière de marbre ou de craie. Le plâtrier de Sanaa n’utilise pas d’adjuvant, nous l’avons vu ; par commodité, nous utiliserons néanmoins le terme de stuc, son usage étant largement établi dans le sens de « plâtre sculpté ».

La décoration de plâtre en façade

  • 19 Dans le « Code de Sanaa », ce mot est écrit isqâla : cf. Serjeant, Akwac, 1983, p. 227. Voir aussi (...)

20Le plâtre joue un rôle décisif dans l’animation des façades. Il crée ses propres décors, mais contribue aussi à rehausser les éléments architecturaux et les décors réalisés dans d’autres matériaux. L’artisan travaille perché sur une siqâla19, assemblage de planches soutenues par quatre cordes accrochées au sommet de la maison (phot. 22 ; 13, 19).

LES MOTIFS PLAQUÉS SUR LES MURS DES FAÇADES

  • 20 Hutt, Harrow, 1977, p. 111, fig. 55, voûte et fond de l’îwân de la grande mosquée (xiie s.).

21Matériau principal des vitraux et des claustra garnissant les arcatures de terrasse et certains šubbâk (fig. 2), le plâtre sert aussi à créer des ornements plaqués sur la brique et la pierre. L’artisan le projette sur le mur, dessine son motif à la pointe sèche, puis évide l’enduit entre les traits : le support réapparaît entre les surfaces de plâtre qui composent les ornements. Ce procédé est utilisé notamment en Iran, dans la décoration intérieure de la grande mosquée d’Ardistân par exemple20.

22Les décors généralement dénués de complexité couronnent les arcs, tapissent les niches ou animent le mur entre les baies (fig. 4 ; phot. 41-45).

Fig. 4. Décor de plâtre en façade, traitement des arcs.
Bayt Zâ’id, n°219, 1381/1961-1962.

23Les motifs végétaux sont omniprésents : fleurons simples à grand lobe central lancéolé, souvent évidé en amande, flanqué de lobes arrondis ou recourbés (fig. 3 ; phot. 47, 17) ; fleurons plus complexes obtenus par la réunion de palmes symétriques ou de fleurons plus petits (pl. 14 c). Des palmes laniérées (phot. 23, 16) déterminent le tracé du grand fleuron central et des demi-fleurons latéraux. Leurs tiges s’entrecroisent en diagonale avec celles de palmes et de fleurons plus petits qui tapissent les lobes. Les lobes latéraux évoquent souvent un profil d’oiseau de proie (fig. 4) ou donnent naissance à l’arabesque (fig. 5).

Fig. 5. Décor avec animal mythique.

24Notons encore des fleurs naïves, souvent groupées en bouquets (fig. 1, 23). Le nœud ou la rosace timbrant la tige d’un grand fleuron sont plus rares (phot. 28, 29).

25Les motifs zoomorphiques sont liés aux formes végétales : ils les accompagnent, leur empruntent certains éléments, comme le fleuron-pompon qui termine la queue d’un animal (fig. 5), ou sont engendrés par elles (phot. 25 ; pl. 14 d).

  • 21 Bonnenfant, 1987a, p. 138, fig. 142,143.
  • 22 Otto-Dorn, 1959, p. 159 et p. 168 (1228-1229 AD). Aslanapa (1971, pp. 106-107), suggère qu’il s’ag (...)

26Les plus représentés sont les oiseaux, symboles de sociabilité et de douceur de vivre, souvent perchés sur les fleurons qui surmontent les petites baies, šâqûṣ (pl. 14 b ; fig. 5) ou le motif en amande qui coiffe certains arcs. Ils font parfois les équilibristes sur le croissant de lune et l’étoile à cinq branches, emblèmes de l’Islam (pl. 9 h). L’oiseau est parfois seul, au repos (pl. 14 a), ou en plein vol (pl. 13 a). Il prend un aspect héraldique, accentué par la confusion entre formes végétales et animales (pl. 14 d), aspect qu’il retrouve dans les figures d’angle des kunna21 ; il évoque ainsi certains blasons salğûqides d’Asie Mineure, comme l’aigle à deux têtes qui décore la grande mosquée de Divrigi22. Faut-il interpréter comme des oiseaux les figures en forme d’ancre esquissées sur la façade méridionale de bayt az-Zubayrî (phot. 11, 15) ? Leur stylisation est très proche de celle de deux oiseaux qui semblent fondre sur un serpent, dans un décor intérieur d’une maison de la Ḥayma ad-Dâẖîlîya (phot. 27).

27Des reptiles montent la garde : mince ligne de plâtre ondulante qui essaie d’attraper un oiseau, ou serpent lové sur lui-même.

28Parmi les quadrupèdes, un caprin bondissant renvoie peut-être aux bouquetins préislamiques (fig. 6). Le chien ou le chacal montrant les dents est assez insolite et exceptionnel à Sanaa (phot. 26).

  • 23 Bonnenfant, 1987 a, par exemple p. 139 et 159.

29Certains animaux relèvent enfin d’un bestiaire fantastique (fig. 5). Le lion à tête presque humaine (fig. 7) évoque les félins un peu goguenards que nous avons rencontrés dans l’art du bois à Sanaa23.

30De nombreux motifs ont une valeur symbolique : le sceau de Salomon, présent dans le plâtre comme dans les autres matériaux, et quelques emblèmes islamiques, comme le croissant et l’étoile à cinq branches. Des symboles d’hospitalité, cafetières ou aiguières (phot. 7, 23), portent un bouquet (fig. 1, 23) ou un fleuron qui jaillit du col parfois entouré d’un croissant (fig. 3 ; phot. 47, 17). La cafetière naît encore de l’arabesque palmiforme (phot. 30). Si d’anciens symboles de prestige et d’honneur comme la ğanbîya (pl. 13 a) sont parfois représentés, un nouveau symbolisme apparaît avec la moto et l’avion naïvement dessinés sur les murs.

31Les formes géométriques sont souvent frustres. Les plus élaborées sont les arcs. On note encore des losanges et des carrés sur la pointe (pl. 14 c), des triangles, des frises de denticules ou des rectangles. Certaines figures ont peut-être une valeur symbolique ; ainsi les rectangles superposés évoquent une maison surmontée de son mafrağ (pl. 13 a). Nous ignorons si les mains qui se dressent aux angles supérieurs d’un carré ont la même valeur prophylactique que la ẖamsa, si fréquente en Afrique du Nord (pl. 13 a). Des touches de plâtre protègent des intempéries les extrémités des poutres qui supportent les planchers et affleurent au droit du mur extérieur (phot. 32) : elles sont souvent amplifiées par les plâtriers qui en font prétexte à des taches de lumière.

Phot. 24-25. Décors de plâtre plaqués sur la pierre : bayt Saric, n° 43.
24. Façade sud de l’entresol.
25. Entresol, façade ouest de l’aile sud. En bas de la photo, noter la double incision des pierres, au-dessus des jours.

32Les épigraphes s’inscrivent dans des médaillons en forme de croissant (pl. 14 b), de trunğa (pl. 13 b), de miḥrâb dessiné par deux arabesques que prolongent deux pendentifs asymétriques, fleurons au sommet, palmettes à la base (pl. 14 c). Ils s’inscrivent aussi dans la panse d’une cafetière (fig. 1, 23). Ailleurs, la calligraphie trace une forme circulaire ou bulbeuse coiffée d’un fleuron.

Phot. 26. Décoration extérieure de mafrağ.
Décors animaliers naïfs. Maison non identifiée du quartier bâb as-Salām.

Phot. 27. Décoration intérieure en plâtre.
Maison dans la Ḥayma ad-Dâẖilîya, au hameau de Hiğrat al-qâḍî.

LA DYNAMIQUE DU PLÂTRE SUR LES FAÇADES

33Matière du décor, le plâtre en est aussi metteur en scène. Il révèle les formes architecturales et ornementales réalisées dans la pierre et la brique et possède une fonction unifiante. Assis sur sa siqâla, le muğaṣṣaṣ blanchit au lait de plâtre, passé avec un chiffon, diverses parties qu’il désire mettre en valeur. Comme nous allons le voir, il reblanchit les vergettes des vitraux (phot. 13, 19) ; il souligne les arcs, l’encadrement des fenêtres, l’angle des façades, les arcades et les merlons, les motifs en briques saillantes des ceintures horizontales et des panneaux verticaux. Ce travail doit être normalement effectué tous les ans.

34S’il est effectué de manière négligée, le plâtre empâte les décors. En revanche, le travail réalisé avec soin contribue à la beauté des façades : la blancheur du plâtre tranche sur l’ocre des briques et fait chanter la lumière (pl. 12 a, b).

Phot. 28. Décor de mafrağ en 1907, dans le quartier Zumar.
De part et d’autre des trois vitraux du mafrağ, noter les aiguières stylisées surmontant les petits arcs de plâtre.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K27. Cf. aussi K 28.

Valorisation des décors de briques saillantes

35Un enduit blanc rehausse les galons saillants qui se détachent sur le fond ocre de la brique (phot. 1). Le procédé inverse, galon ocre sur fond blanc, est moins fréquent, parce qu’il amortit l’effet de relief. Beaucoup de bandeaux sont entièrement blanchis et font éclater la lumière (phot. 39, 40). L’impact visuel des frises est parfois renforcé par une suite de triangles ou de carrés, ou une frise de denticules exécutés dans le plâtre, dans le prolongement du bandeau (phot. 11, 15 ; 41).

Phot. 29. Décor de plâtre en façade.
Maison non identifiée du quartier aṭ-Ṭawâši.

Exaltation des baies

36Un trait de plâtre cerne les baies et les niches aveugles (pl. 14 c, d). Il en dessine les articulations saillantes : pourtour des oculi, arcs s’inscrivant dans le cadre rectangulaire d’une niche aveugle ou d’un šubbâk (phot. 24 ; pl. 12 a).

Phot. 30. Aiguière ou cafetière naissant de l’arabesque palmiforme.
Bayt cAslân, n° 101, mur ouest du manẓar.

37Il existe bien des manières de souligner les articulations de l’arc à deux voussures concentriques que nous rencontrons autour des vitraux et des niches aveugles.

  • L’enduit de plâtre recouvre les deux voussures, mais laisse visible le canal plat, tastûd, qui dessine un trait sombre entre elles (phot. 30, 19). Souvent, la moitié extérieure du rouleau périphérique reste apparente (phot. 28 et 29, 19). Plus rarement, une frise festonnée en zigzags ou en denticules marque la séparation entre les deux voussures.
  • Dans la construction de pierre, seul le canal, tastûd, entre les deux rangs de claveaux, est masqué de blanc (phot. 20, 19).
  • Dans la pierre encore, le canal et la voussure intérieure sont blanchis : ils prolongent le vitrail et contrastent avec le rouleau périphérique de lave sombre (phot. 1, 23).

38Quand l’arc ne se compose que d’une voussure de pierre, des rubans de plâtre peuvent rehausser les joints entre les claveaux (phot. 40).

39Le plâtre agrandit les baies. Au rez-de-chaussée, il aide à résoudre la contradiction entre les nécessités de la défense, qui obligent à réduire les ouvertures, et le désir de solenniser l’entrée pour manifester aux visiteurs le sens de l’hospitalité et la qualité du maître de maison.

Phot. 31-33. Décors de plâtre en façade.
31. Maison non identifiée du quartier al-ẖarrâz.
32. Bayt Hâšim, n ° 225, façade orientale.
33. Maison non identifiée du quartier Ġurqat al-Qalîs.

  • 24 Van der Meulen, 1964, phot. face à la p. 17, Makalla ; phot. face à la p. 112, palais du sultan à (...)
  • 25 Gabus, 1958, p. 118, fig. 85, maison de Oualata.

40Dans les maisons anciennes, la surface autour de la porte est passée au lait de plâtre : un grand rectangle est blanchi et reçoit des simulacres de merlon autour d’une porte étroite. Dans les entrées à arcade, le tympan, l’arc qui l’entoure et les piédroits sont badigeonnés (phot. 9 et 23, 16). S’il n’y a pas de tympan, le grand rectangle blanc encadrant les piédroits est surmonté d’un rectangle plus étroit, parfois très haut au-dessus de la porte. L’impact visuel de la porte est ainsi plus que doublé. Dans certaines maisons, le procédé est inversé : à bayt aḍ-Ḍufrî, le plâtre recouvre toute la façade du rez-de-chaussée, sauf le pourtour de la porte et le bas du mur où le parement de pierre apparaît (phot. 18, 16) Le blanchiment de l’entrée se pratique dans d’autres régions d’Arabie : Ṣacda, les villes du wâdî Nağrân et celles du Ḥaḍramawt24, comme dans certaines oasis sahariennes25.

Phot. 34 et 35. Décors de plâtre en façade.
34. Maison non identifiée
35. Bayt al-Qaššâm, n ° 205.

  • 26 Cet agencement décoratif est réalisé avec des losanges autour du tympan qui couronne l’entrée de l (...)
  • 27 Aslanapa, 1971, p. 92, pl. V, porte de la loggia du sultan, mosquée Selimiye, 1574, Edirne.
  • 28 Pour l’Afrique saharienne, Gabus, 1958, pp. 381-382, maisons de Tahoua.
  • 29 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. p. 98 et 132, droite.

41A tous les étages, l’accent est mis sur le couronnement des baies. Au rez-de-chaussée, la voussure en pierre du tympan est parfois doublée ou couverte d’une bande décorative sculptée dans le plâtre qui dessine une frise d’archivolte en dents de scie (phot. 35, 16)26 ou ornée d’un rinceau végétal (phot. 63 ; 1, 21). Les ornements palmiformes, par exemple, mettent en valeur l’entrée et les baies. Le fleuron s’épanouit à la clef de l’arc, parfois relayé par un bouton en amande, une pointe lancéolée ou un croissant ; il est souvent accompagné de demi-fleurons prolongeant les piédroits ou décalés vers l’extérieur (phot. 23, 16 ; 47, 17 ; 1, 21). Ce décor de couronnement a trouvé beaucoup d’applications dans les arts islamiques, de l’architecture à la reliure. Ainsi, en Turquie, il est réalisé en carreaux de faïence au-dessus de certaines portes d’époque ottomane27. A-t-il inspiré des interprétations naïves ou magiques (phot. 11, 15) qu’on retrouve dans d’autres régions d’Arabie ou d’Afrique28 ? ou en dérive-t-il ? Une feuille ou une flèche asymétrique s’échappe parfois de l’arc (phot. 36)29. Un grand trait blanc passé sur les chaînages qui consolident les murs au-dessus des baies est une autre manière d’agrandir les fenêtres. Le « chapeau mexicain » que dessine un triangle posé sur un long rectangle coiffe aussi bien des arcs (phot. 38) que des baies rectangulaires (phot. 1, 36).

42Le traitement du šâqûṣ est exemplaire : le couronnement blanchi est souvent aussi haut que le percement et jusqu’à trois ou quatre fois plus large. Les motifs géométriques exécutés dans la brique en retrait se dessinent en sombre dans le pourtour blanc (phot. 16 et 34, 19). Depuis une vingtaine d’années, l’artisan déborde de fantaisie dans le choix des thèmes : oiseaux, croissants, fleurs, plumets en crosse sont découpés dans le stuc au sommet de l’arc (fig. 5 ; phot. 42-44).

  • 30 Cf. Hallade, 1961, p. 1127, fig. 6, caitya de Bhâjâ.
  • 31 Les arcs de nombreuses baies de la Renaissance, dans les régions de Pise et Lucca, sont surmontées (...)

43Le plâtre agrandit encore les baies en les redessinant. Au sommet des arcs cintrés, le cadre de plâtre s’étire en languette triangulaire qui répète, en l’amplifiant, la flamme, qindîl, reliant les deux voussures (phot. 16, 19). Dans les petites ouvertures qu’il faut souligner, cette languette s’amplifie, coiffant la baie d’une cagoule blanche (phot. 1, 35) ou d’un bonnet de nuit (phot. 37). Surmonté de cette « flamme », l’arc plein cintre de Sanaa ressemble à certains arcs indiens30, moscovites ou italiens31. Il prend aussi l’aspect d’un arc en mitre, surtout dans les niches aveugles et les šâqûṣ (phot. 31 ; 1, 21).

44Il existe cent manières de travestir la baie au lait de plâtre : répéter le décor de couronnement de l’arc au bas du šâqûṣ (phot. 7, 23) ; inscrire un oculus dans un triangle blanc ; donner à une fenêtre rectangulaire ou à un šubbâk un couronnement cintré ou triangulaire (phot. 1), et, inversement, un cadre rectangulaire à un vitrail ou à une niche à oculi (phot. 9, 21). Le glissement vers l’illusionnisme est inévitable et le plâtrier passe souvent à des jeux de trompe-l’œil.

Jeux de trompe-l’œil

45Des surfaces de plâtre ou un simple trait suggèrent des éléments d’architecture, créant un effet de rappel et de symétrie. Le plus souvent, il s’agit d’inventer des baies.

46Un trait de plâtre divise un rebord de terrasse en compartiments qui rappellent une suite de défoncements rectangulaires. C’est un procédé très employé sur les minarets des mosquées (phot. 1).

  • 32 En une sorte d’illusion au second degré, puisque l’arc aveugle est déjà un trompe-l’œil.

47Des meurtrières en trompe-l’œil font suite aux vraies sur le mur trop austère du rez-de-chaussée. De fausses fenêtres ou de faux arcs aveugles32 sont tracés sur un mur où les percements ne sont pas souhaités pour des raisons de mauvaise exposition climatique ou de respect de l’intimité des voisins (phot. 51, 7). Des arcs sculptés dans le stuc alternent avec des vitraux à la place des šâqûṣ (phot. 33, 39, 40). Le vrai peut se mêler au faux : un arc à deux voussures concentriques construites en briques couronne une surface blanche qui marque parfois l’emplacement d’une ouverture murée.

Fig. 6. Chèvre ou bouquetin.

Fig. 7. Animal mythique évoquant un lion à tête presque humaine.

48Le goût du trompe-l’œil et le besoin de camoufler ne font qu’un : des figures divagantes naissent des lézardes colmatées (phot. 38). De nombreux décors en trompe-l’œil sont des traits d’union entre les baies.

Phot. 36-38. Décors de plâtre en façade.
36 et 37. Aux escaliers correspondent souvent des jours regroupés en triangles que souligne en façade une tache de plâtre façonnée en bonnet.
38. Bayt Daḥrûg, n° 190, façade orientale.

Phot. 39 et 40. Décor de plâtre en façade :
bayt Mucîḍ, n° 108.
39. Façade sud.
40. Façade orientale.

Phot. 41-45. Décors récents de plâtre, bayt Muṭahhar, n° 79.
41. Vue d’ensemble de la maison entourée d’un jardin.
42. Encadrement typique de vitrail depuis 1950. Noter le plumeau sur le petit jour, šâqûṣ.
43. Dans le šâqûṣ, un oiseau de plâtre répond à ceux de l’auvent de bois, kunna.
44. Décor typique de baies étroites.
45. De petits décors en miḥrâb fleuronné rehaussent des inscriptions religieuses : Muḥammad et Mâ Sâ’ Allâh.

Fonction de liaison

49A un étage donné, le plâtre lie entre eux les percements.

50Un encadrement de plâtre établit une liaison verticale entre les baies superposées d’un étage et les réunit en un seul ensemble (phot. 1, 21).

51Le plâtre opère aussi des liaisons horizontales : des traits de plâtre relient les arcs à leur naissance ou à leur sommet (phot. 29, 21), les ouvertures rectangulaires à leur base au-dessus des bandeaux, les šâqûṣ aux vitraux voisins (phot. 32, 34). Ils déterminent des ensembles de baies. Sur la façade de bayt al-Akwac, n° 4 (phot. 1, 21), le plâtre met en évidence, à trois niveaux, trois groupements de baies. Les arcs en miḥrâb, tracés au plâtre, sont aussi des traits d’union entre les baies (phot. 33).

52Ces liaisons se font de manière plus désinvolte pour les baies modestes (phot. 35-38). Quelquefois, une surface blanche réunit un ensemble de baies entre deux bandeaux.

53Le rôle unifiant du plâtre apparaît encore dans les claires-voies de pierre ou de brique aménagées au-dessus des portes d’entrée, dans les escaliers, les cuisines et les bayt aš-šurba ; elles se détachent sur de grandes surfaces blanches triangulaires (phot. 2 et 5, 24) ou reprennent la forme des baies voisines (phot. 1, 24) et leur couronnement fleuronné (phot. 25). Il n’existe d’ailleurs pas toujours de correspondance entre les limites de la claire-voie et celles de cette plage blanche (phot. 5, 24).

  • 33 Bonnenfant, 1989, p. 101, haut. Cf. aussi Costa, 1977, p. 135.

54Par la magie du plâtre, des ensembles de baies se transforment en masque33.

Phot. 46-48. Décors de plâtre intérieurs : encadrement de grands vitraux.
46. Bayt Muṭahhar, n°38.
47. Bayṭ at-Ṯilâ’î, n°193. Noter les décors de galon-serpent et d’oiseau dans les écoinçons. Sur le linteau du vitrail, début du verset du Trône.
48. Bayt Muṭahhar, n°35.

Phot. 49-53. Les décors en miḥrâb à l’intérieur des pièces.
Le miḥrâb, à la mosquée, est la niche indiquant la direction de La Mecque. Dans la maison, ces décors en miḥrâb, répondant aux mêmes décors des menuiseries, donnent très souvent leur unité décorative aux pièces.
49. Bayt Muṭahhar, n°35.
50. Bayt cAslân, n°101, mafrağ. Le vase du bouquet porte la date d’achèvement de la maison, 1345/1926-1927.
51. ci-dessous. Bayt cAslân, n° 101. Le mafrağ et le manẓar adjacents ont des vitraux communs.
52. Bayt Ibrâhîm, n°23. Les décors en galons-serpents surmontant les arcs sont fréquents. Entre les deux vitraux, le cadre était sans doute destiné à rehausser un tableau portant le Coran écrit en minuscules caractères.
53. Ordonnance typique d’un mur de petit pan au début du xxe siècle, dans un dîwân ou un manẓar. Les défoncements où sont sertis les vitraux ont les mêmes dimensions que les fenêtres qu’ils surmontent.

55A une échelle plus vaste, celle de la façade, le plâtre contribue à lier les différents niveaux. Les bandeaux d’étage sont reliés entre eux par un filet de plâtre qui souligne l’angle des façades (phot. 11, 15). Même quand le bandeau de brique n’existe pas, un filet blanc couronne les rebords de terrasse. Les filets verticaux qui encadrent les baies superposées sur toute la hauteur de l’étage jouent un rôle analogue (phot. 46, 17).

56Ainsi s’organise un réseau de droites orthogonales qui, malgré la prolixité du décor, crée une impression d’unité et de densité (phot. 47, 17).

Valorisation des volumes architecturaux

57Les surfaces passées au lait de plâtre contrastent avec les surfaces sombres de brique et de pierre, et sont ainsi mieux protégées de la pluie. L’artisan blanchit les parties saillantes, cheminées (phot. 28-35, 7), kušk en maçonnerie (phot. 33, 21), ou les défoncements comme les loggias (phot. 50-52, 17). Il traite ainsi tout un étage : le rez-de-chaussée (phot. 11, 16), le tiğwâb qui couronne la maison, et surtout le mafrağ et les terrasses qui l’entourent, soulignant l’unité d’un ensemble architectural. Toute la façade est parfois blanchie, sauf le dernier étage.

  • 34 Stark, 1936, phot. face à la p. 161, Šibâm ; phot. face à la p. 193, Saywûn.

58Le contraste joue à l’échelle du quartier quand la blancheur d’une façade s’oppose à l’ocre des maisons voisines. La comparaison s’impose avec d’autres régions d’Arabie, comme le Ḥaḍramawt34.

Les décors de stuc intérieurs

59A tous les étages, le plâtre recouvre les murs des pièces et le plafond, où il épouse les troncs qui supportent les planchers. Le plâtre crée des formes douces et constitue un écrin pour tous les décors : vitraux chatoyants, bois sculptés, tapis et coussins colorés, cuivres astiqués. Le blanchiment régulier des murs est un gage de propreté, donne de la clarté et empêche les vers de détériorer le bois, affirment les habitants.

60Dans les pièces d’habitation, les vitraux et les fenêtres sous-jacentes s’inscrivent dans un défoncement rectangulaire (phot. 20-23, 8). Des étagères en plâtre, quelques niches, parfois un petit placard encastré que ferme une porte en bois sculpté, alternent avec les baies. Entre celles-ci et sur les murs dépourvus de percement, des arcs aveugles à peine défoncés, compartimentent les surfaces. Comme le bas des murs est occupé par les matelas et les coussins auxquels on s’adosse, le décor sculpté dans le plâtre se concentre donc sur la moitié supérieure des murs, dans l’encadrement des vitraux et des šâqûṣ, sur les linteaux des fenêtres et des portes, dans les étagères de plâtre.

61Pour sculpter le plâtre, l’artisan emploie la même technique que pour les vitraux. Les motifs se dégagent en relief méplat sur le mur, ou sont ajourés. Tantôt les surfaces saillantes sont perpendiculaires à la taille et n’offrent pas de modelé, comme certaines inscriptions (phot. 22, 22) ; tantôt, à la différence des vitraux, elles sont refouillées de traits gravés en creux (phot. 22, 22, le cadre du vitrail). Quelques détails enfin sont chanfreinés (phot. 87) ou offrent un relief plus marqué (phot. 24, 22). Mais les badigeonnages successifs finissent par effacer le modelé.

62Le décor est avant tout végétal. Les lobes de palme ou de fleuron et les galons présentent des perforations rondes comme des yeux, qui poussent à des interprétations zoomorphiques. Certaines figures appartiennent indiscutablement au règne animal. La localisation des ornements et la technique employée font qu’il n’y a généralement pas de surcharge ornementale, mais un décor qui sert des volumes architecturaux très simples et se concentre sur les couronnements, laissant à la méditation de grandes surfaces nues.

L’ENCADREMENT DES VITRAUX

63L’épaisseur du mur permet de jouer sur plusieurs plans en multipliant les cadres du vitrail.

64Les vitraux sertis dans les oculi et dans les baies cintrées qui surmontent les fenêtres s’inscrivent pour la plupart dans un défoncement de profondeur variable. Il peut être rectangulaire (phot. 47), cintré (phot. 16, 22) ou délimité par un arc polylobé qui reçoit souvent un cadre rectangulaire (phot. 46, 48).

65L’arc polylobé de la niche possède un sommet aplati qui lui donne un tracé général en anse de panier et en fait une forme de transition entre le demi-cercle du vitrail et l’encadrement rectangulaire où il s’inscrit (pl. 17 a, c). Il compte de trois à onze lobes. Le lobe central, plus large, dessine une accolade. Les lobes latéraux arrondis varient en nombre et en profondeur. A la naissance de l’arc, le tracé est en doucine (phot. 46). L’arc polylobé ne somme pas les niches à oculi, mais caractérise des aménagements intérieurs datant du xxe siècle, à dâr al- Ḥağar par exemple (pl. 17 e).

66Il existe une grande diversité dans le décor des arcs, qu’ils soient cintrés ou polylobés. Le plus simple est constitué par une ou deux moulures arrondies qui se redressent en pointe triangulaire à la clef de l’arc (phot. 53 ; 23, 21).

  • 35 Notons qu’à Golconda, à l’entrée d’une citerne près de Petla Burj (xvie s.), des ondulations en fo (...)

67Le plus original est constitué par un galon qui évoque deux serpents abouchés au sommet de l’arc cintré : les deux têtes supposées de reptile y dessinent une pointe triangulaire (phot. 6, 22)35. Elles peuvent encore ressurgir aux extrémités ou dans le corps du galon. Autour de l’arc polylobé, le galon ondule comme un dragon. Des écailles hérissent le creux des festons où le brin supérieur du galon, en se croisant sur lui-même, dessine des pattes divergeant en triangle. L’artisan exécute ce galon de plusieurs manières : tantôt deux traits gravés en creux suffisent (pl. 17 d), tantôt deux moulures délimitent un sillon central (phot. 48). Le plus souvent, on observe trois ou même quatre moulures concentriques : l’exécution la plus suggestive emploie la taille oblique (phot. 6, 22). Dans ce cas, la répétition du motif, autour du vitrail et de l’arc polylobé, contribue à créer un décor sobre et vigoureux. Il s’agit probablement d’un motif ancien : il existe en effet dans les niches à oculi où il tire sa force de sa parfaite adaptation aux formes architecturales : autour des oculi, le galon-serpent se love en huit dans un entrelacs dont le nœud central enferme une rosette à cinq branches.

  • 36 Pour Arseven (s.d., p. 24, fig. 59), cette figure reprendrait la symbolique du yin et du yang.

68Plus classiques sont les bandeaux qui entourent l’arc, où sont sculptés des thèmes végétaux abstraits : rinceaux palmiformes à une seule tige ondulante (phot. 22, 22), à plusieurs tiges entrelacées (phot. 5, 22) ; frises de fleurons nichant dans les fuseaux, zinğîri, reliés par les boucles de la tige (pl. 17 d) ou alternant avec des sortes de lotus en bouton (phot. 21, 22) ; palmes entraînées deux par deux dans un mouvement circulaire qui rappelle la figure turque taï-ki (phot. 23, 22)36 ; frise de palmettes logeant dans les enroulements de la tige. Quelquefois, le décor floral recouvre l’intrados de l’arc ou envahit tout l’espace entre l’arc du vitrail et celui de la niche (phot. 46). Les thèmes animaliers sont plus rares : les deux paires de serpents affrontés, accompagnés d’oiseaux (phot. 47), reprennent le thème du galon-serpent sous une forme moins abstraite. On trouve aussi quelques frises géométriques comme les torsades, ḥûtî (phot. 46, bas), le galon de chevrons, et des bandeaux épigraphiques dont ce n’est pourtant pas la localisation habituelle (phot. 26, 22).

Phot. 54-57. Le décor intérieur du mafrağ de bayt al-Hamdânî, n°181.
54. La porte d’entrée. Une inscription de louange au maître de maison court au-dessus de la porte (chap. 22, n° 46).
55, en haut à droite. Détail du mur de petit pan oriental, à gauche du grand vitrail.
56, en bas à gauche. Détail du mur septentrional. Noter les décors en miḥrâb. Les vitraux sont ornés d’un motif très fréquent au Yémen : au centre, les côtés de deux carrés superposés mais décalés de 45° engendrent un polygone étoilé très courant dans l’aire islamique.
57, en bas à droite. Détail du mur sud. Des porcelaines de Chine sont scellées dans le plâtre, ainsi qu’une plaque de bronze portant le nom d’Allâh.

Phot. 58-62. Types de décors de stuc surmontant les portes.
Il existe toujours une ou plusieurs baies au-dessus d’une porte, pour éclairer en second jour la ḥiğra.
58 et 59. Dans les maisons anciennes, nous trouvons souvent dans un défoncement rectangulaire de petites baies géminées, surmontées ou non d’un oculus ou d’un šâqûs. L’albâtre ancien est souvent remplacé par de petits vitraux. Phot. 58 : bayt al-cAnbasa, n°6. Phot. 59 : bayt al-Ḥaymî, n°21.
60. Couronnement d’une porte de mafrağ, bayt cAslân, n°101. Les vitraux que l’on voit dans l’encadrement de la porte sont ceux de l’antichambre. L’épigraphe est un verset du Coran, assez souvent sculpté : Innâ fataḥnâ la-ka fatḥan mubînan, « C’est bien Nous qui pour toi ouvrons l’ouverture éclatante ».
61. Couronnement d’un porte de chambre ou manẓar, bayt al-Manṣûr Muḥammad, n°200. L’épigraphe associée au seuil, au franchissement, est un verset du Coran fréquemment sculpté, qui appelle la protection divine : Fallâhu ẖayrun ḥâfiẓan wa huwa arḥamu r-râḥimîn, « Mais Dieu est le meilleur gardien, il est le plus miséricordieux de ceux qui font miséricorde ! »
62. Couronnement de porte récent, à bayt aṯ-Ṯilâ’i, n°193. L’épigraphe représente la fin du verset du Trône : « Son siège s’étend au ciel et à la terre, dont la sauvegarde ne lui coûte aucun labeur. Il est le Sublime, le Grandiose... ». Bayt aṯ-Ṯila’i, n°193.

69Le décor floral et géométrique se concentre encore dans l’encadrement rectangulaire où s’inscrit souvent l’arc polylobé. Des rosaces timbrent les écoinçons : elles ont des rayons fuselés (phot. 19, 22) ou sont composées de palmes à caractère zoomorphique comme celles qui naissent des rinceaux voisins ondulant en huit ou en S (phot. 46). Leur cœur saille parfois en cabochon godronné (phot. 48). Dans un autre exemple, deux rosaces aux pétales pointus s’inscrivent dans des cercles à la naissance de l’arc ; deux autres, associés à un fleuron, répètent le nom d’Allâh dans les écoinçons.

  • 37 Dans notre exemple, le cabochon est associé à un bandeau épigraphique comme dans certaines mosquée (...)

70Un motif ponctue souvent la clef des arcs : amande (phot. 46), cabochon37 (phot. 26, 22), croissant, rinceaux symétriques (pl. 17 d) et fleuron qui naît de la rencontre des deux galons-serpents et dont les lobes latéraux suggèrent des têtes de reptiles (phot. 6, 22). Le motif central, fleuron ou amande, est quelquefois flanqué de deux palmes prolongeant les piédroits (phot. 61 ; 24, 22) selon un schéma déjà observé autour des vitraux en façade. A bayt Ġuṯaym, un pendentif fleuronné marque l’axe de la rawwâqa sous l’oculus qui en perce le milieu (phot. 23, 21)

71Quand la niche où s’inscrit le vitrail est rectangulaire ou cintrée, elle reçoit un cadre légèrement défoncé par rapport au mur et couronné par un arc polylobé que borde soit une moulure plate ou ronde (phot. 50, 53), soit le galon à écailles traité comme un simple motif géométrique (phot. 51) ou doté de têtes de serpents (phot. 52).

72Les šâqûṣ sont entourés d’une moulure plate ou de deux traits gravés en creux, ou encore du galon-serpent. Ce cadre réunit les deux éléments qui composent souvent le šâqûṣ, petite fenêtre surmontée d’un minuscule vitrail. La clef de l’arc reçoit un motif analogue à ceux qui coiffent les grands vitraux (phot. 71 ; 6, 22).

73L’entrée de nombreuses pièces de réception est surmontée d’un ou plusieurs vitraux. L’arrangement décoratif est souvent identique à celui qu’on observe au-dessus des fenêtres (phot. 58, 59, 61). Il est plus solennel quand les vitraux couchés sont traités comme des cartouches. Une frise de deux rinceaux entrelacés (phot. 60) ou le galon-serpent présentant des correspondances avec le motif du vitrail (phot. 4, 22) les entoure. Deux appendices symétriques marquent le milieu des petits côtés arrondis, fleurons (phot. 4, 22) ou disques refouillés de palmes et métamorphosés par quelques traits suggestifs en panse de pipe à eau ou de lampe à pétrole (phot. 60). Un décor tapissant réunit parfois les petits vitraux carrés qui accompagnent le précédent (phot. 54, 60).

LE DÉCOR DES LINTEAUX

74Quelques linteaux reçoivent un décor géométrique ou floral : arabesques palmiformes à une seule tige (phot. 53). Des entrelacs de deux tiges décrivent des fuseaux, zinğîrî, tapissés de fleurons (pl. 17 f) ou ponctués en leur cœur d’un petit disque tangent aux palmes laniérées qui doublent les tiges. Des bâtonnets ou des oves rythment aussi le croisement des boucles elliptiques (pl. 17 a).

  • 38 Paccard, 1980, t. II, pp. 60-220.

75Dans les maisons fortunées, les linteaux de porte et de fenêtre reçoivent des inscriptions en écriture cursive agrémentée parfois d’éléments floraux (phot. 4, 22). Le texte court sur une ou plusieurs lignes débordant du linteau (phot. 47 ; 14 et 16, 22), ou s’inscrit dans un cartouche ou un carré sur la pointe à hauteur des vitraux. Quelquefois (pl. 17 d), le cartouche central sculpté dans le plâtre est flanqué d’inscriptions sous verre. Dans le mafrağ de dâr al-Ḥamd, la frise épigraphique se déploie sur toute la longueur du mur, au-dessus du vitrail (phot. 26, 22). Tantôt les lettres en relief sont peintes, tantôt c’est le fond qui est coloré (phot. 5 et 16, 22). A propos de plâtre peint, notons que, si l’art marocain utilise couramment la polychromie pour rehausser les décors de stuc, notamment pour rendre plus aisée la lecture de certains motifs complexes38, c’est rarement le cas dans l’architecture domestique de Sanaa.

76Le contenu de ces inscriptions ne diffère pas, sur le fond, de celles que nous trouvons sculptées dans les autres matériaux, le bois notamment. La dimension des murs permet cependant de sculpter parfois de longues épigraphes, souvent des versets du Coran, parfois des poèmes. La technique soutient l’artisan, une erreur n’est pas irréversible : qu’un accident de sculpture survienne, il peut toujours plaquer un peu de plâtre frais à l’endroit défectueux et recommencer le travail.

>Phot. 63. Le couronnement de la porte de Bayt Muṭahhar, n°38, en 1907.
Cette photo montre le début du processus d’empâtement des décors qui sont aujourd’hui presque illisibles.
Source : Muséum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, L70.

LES PANNEAUX À MIḤRÂB

77De légers défoncements couronnés d’arcs presque toujours trilobés compartimentent les murs aveugles sur toute leur hauteur (phot. 7 et 8, 22). Ils garnissent aussi les surfaces en dessous des étagères (phot. 51), meublent l’espace entre deux vitraux voisins (phot. 22, 22) ou se substituent aux fenêtres sous les vitraux (phot. 15, 22). Leur répétition crée des symétries et rythme l’espace intérieur.

78Un trait incisé souligne les piédroits (phot. 7, 22) qui se réduisent à une moulure plate quand les panneaux sont très rapprochés (phot. 15, 22). L’arc comporte généralement un lobe central en accolade et deux lobes latéraux en doucine. Il est souligné par une mouluration qui prend le plus souvent la forme du galon-serpent, parfois rehaussé d écailles au creux des festons (phot. 51 ; 7 et 8, 22). Au sommet s’épanouit un bouton en amande, des palmes accolées ou un fleuron. Le motif fleuronné dessiné par des palmes symétriques est parfois développé au dépens de l’arc réduit au rôle de tige double (phot. 50). Dans les beaux intérieurs, aménagés durant ce siècle, les écoinçons reçoivent un décor symétrique de palmes et de fleurons, parfois timbré d’une rosace (phot. 56). On y retrouve les tiges sinuant en S ou en huit, terminées par des lobes perforés évoquant un serpent, un oiseau de proie ou un col de cygne (phot. 49-51 ; pl. 17b).

79On rencontre aussi quelques arcs plein cintre. L’arc (phot. 52) est traité comme un cartouche destiné à recevoir des inscriptions coraniques. Le couronnement porte un fleuron à deux lobes latéraux qui s’enroulent en cornes de béliers ; il est coiffé d’un croissant. L’arc (phot. 74) peut relier les étagères entre elles : il est orné d’un rinceau de palmes à trois lobes ; le plus petit lobe est identique à la tête du grand échassier qui se perche à la naissance de l’arc.

  • 39 Finster, 1979b, phot. 84.
  • 40 Finster, 1982c, phot. 94b, motifs encadrant une fenêtre (ou une niche ?), côté sud.

80Dans le panneau rectangulaire de la figure 8, le décor végétal tapisse les zinğîrî, dans une composition que nous trouvons sur un pilier de pierre à la mosquée du vendredi, à Šibâm-Kawkabân39, ou au tombeau d’Arwâ bint Aḥmad à Ğibla40.

LES ÉTAGÈRES DE PLÂTRE

81Dans les pièces de réception, les étagères de plâtre, raff, plur. rufûf ; ṣafîf, plur. ṣufûf, reçoivent des objets souvent liés à l’accueil. Elles forment une sorte de dais au-dessus de pitons où sont suspendus ceintures, armes ou tuyaux de pipe à eau (phot. 75 ; 15, 22). Seuls volumes saillants en contrepoint des niches, elles sont aménagées entre les linteaux de fenêtres, à même hauteur ou un peu plus haut ; elles épousent aussi l’angle des pièces. Leur largeur ne dépasse pas une vingtaine de centimètres et leur épaisseur quatre ou cinq centimètres. La longueur varie : certaines courent sur tout un mur, tandis que d’autres se réduisent à quelques décimètres quand les vitraux sont rapprochés (phot. 5, 22). Celles qui coupent les angles sont plus profondes et présentent souvent deux côtés asymétriques (phot. 87). Toutes sont soutenues par deux consoles, souvent réunies par un lambrequin.

  • 41 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, p. 185 ; Bonnenfant, 1987a, p. 83, phot. 50 ; p. 133, phot. 103.
  • 42 Bonnenfant, 1987a, fig. 134,142 et 143.
  • 43 Bernus-Taylor, 1988, p. 66, phot. 56 (Paris, musée du Louvre, section islamique, inv. 6023). Otto- (...)
  • 44 Charritat, dans Bernus-Taylor, 1989, n° 70, p. 99.
  • 45 Michell, 1978, p. 158, phot. 42.

82Le profil galbé des consoles est fréquemment donné par une arabesque ornithomorphe qui s’enroule en huit, version du motif symbolisant l’infini qu’on rencontre aussi dans les vitraux et les bois découpés (phot. 27 et 28, 23)41. C’est un exemple de la métamorphose des formes végétales en formes animales, déjà observé dans les figures d’angle des auvents42. Sur les deux consoles d’une étagère d’angle de bayt cAslân, par exemple (phot. 80), les oiseaux bombent le bréchet, la queue prend appui contre le mur, la tête et le bec supportent l’étagère, tandis que l’aile s’infléchit vers le haut. Mais l’artisan qui sculptait en 1345/1926-1927 laisse planer une ambiguïté : oiseau ou variante d’un motif végétal si courant à Sanaa ? Comment ne pas évoquer à ce sujet les décors stuqués de Sâmarrâ à têtes d’oiseaux se transmuant en palmettes, ou un « panneau à décor d’oiseau-fleur sculpté », œuvre de Fusṭât en bois, datant de la fin du ixe ou du début du xe siècle43 ? Certes, la technique de sculpture diffère – l’œuvre égyptienne utilise la « taille oblique » –, mais l’inspiration est la même : le motif est mi-végétal, mi-animalier, et l’oiseau « se prolonge ou se transforme insensiblement en demi-palmettes à enroulements44 ». On retrouve le même goût pour la stylisation et le passage à un décor végétal dans deux chevaux sculptés originaires du Caire45. Ailleurs à Sanaa, le fleuron trilobé mue ses deux lobes latéraux en cou d’oiseau, tête joliment recourbée vers l’aile (phot. 78, 84). Les oiseaux sont clairement représentés sur certaines œuvres de plâtre, par exemple à bayt Muṭahhar (phot. 74) ou bayt aṯ-Ṯilâ’i (phot. 47, 67).

Phot. 64-66. La fabrication d’une étagère de plâtre.
64. A l’aide de planches formant coffrage, l’artisan donne sa forme à l’étagère.
65. Puis il dessine le motif décoratif au couteau.
66. Il sculpte enfin à jour la partie de l’étagère retombant comme une nappe.

Phot. 67. Décors de plâtre intérieurs, bayt aṯ-Ṯilâ’î, n°193.

83Le front des consoles suggère le bec et la gorge de l’oiseau par des chevrons et des losanges (phot. 80) ou est orné d’un galon tressé (phot. 69-73). Le lambrequin reçoit une frise généralement ajourée. On y voit des fleurons ou des palmes en composition symétrique (phot. 70, 77, 78, 84) ; un rinceau palmiforme à tige simple ou double (phot. 76, 83) ; des poissons, ḥûtî (phot. 75) ; des oiseaux affrontés buvant dans une coupe (phot. 85) ; de petits quadrupèdes, queue dressée (phot. 67). Un galon à chaînons hexagonaux (phot. 70) ou à petits losanges pleins ou évidés ourle la frise (phot. 69, 78). Dans les étagères d’angle qui adoptent un plan en quart de cercle, le lambrequin convexe retombe en arc trilobé ou en accolade (phot. 77, 78, 85). Le tracé de l’arc est souligné par un galon composé de serpents affrontés que nous avons déjà observés dans le cadre des vitraux. Parfois, les lambrequins sont couronnés d’un crénelage fleuronné (phot. 56, 57).

84Sous les étagères, un décor mural remplace le lambrequin (phot. 81, 82, 87) ou en prolonge l’effet (phot. 77). On peut y voir un arc trilobé analogue à celui qui couronne les panneaux à miḥrâb (phot. 68, 71). Les écailles qui hérissent le creux des lobes du galon-serpent soulignant le pourtour de l’arc se métamorphosent parfois en oiseaux (phot. 76). La tige recourbée portant des feuilles opposées se substitue à l’arc (phot. 75). L’arabesque palmiforme s’inscrit aussi dans des frises horizontales (phot. 72, 82). Nous trouvons encore des rosaces (phot. 69) ; tapissée de fleurons rayonnants (phot. 88), elle timbre une composition florale qui doit peut-être à l’art ottoman son caractère naturaliste. Deux oiseaux-serpents, engendrés par les tiges, circonscrivent l’inscription Mâ šâ’ Allâh. Sous les étagères d’angle, le décor, fleurons aux lobes latéraux en tête de rapace évoqués plus haut (phot. 78, 84) ou arbre animé d’oiseaux (phot. 77), s’inscrit avec bonheur dans un espace triangulaire. Sous une étagère d’angle dissymétrique, le galon serpentiforme, aux festons serrés rehaussés d’écailles en croissant, prend toute sa force évocatrice et frappe par son exécution vigoureuse en taille oblique (phot. 87).

85De petits placards fermés par une porte en bois sculpté sont aménagés dans l’épaisseur du mur, quelquefois sous une étagère (phot. 54). Ils se substituent parfois à elles dans les angles. Le plâtre leur donne un modelé très doux (phot. 86).

AUTRES DÉCORS

86Des motifs isolés alternent parfois avec les vitraux. Un grand fleuron, refouillé de palmes, fait pendant aux panneaux en miḥrâb (phot. 7, 22) ou se répète sous les étagères. Une tige d’où bifurquent cinq palmettes jaillit d’une coupe ornée d’une épigraphe ; une rosace ponctuée d’un cabochon godronné termine ce bouquet (phot. 24, 22). Dans un autre bouquet, de même exécution (phot. 50), la palmette refouillée de feuilles sort d’une coupe portant la date de construction de la maison, 1345/[1926-27]. Les feuilles symétriques par rapport à la tige axiale peuvent être interprétées comme des couples d’oiseaux : une paire niche dans la coupe, les deux autres dans les lobes de l’arbre-palmette ; les oiseaux sont adossés ou affrontés.

Fig. 8. Panneau de plâtre sculpté à bayt Muṭahhar, n°38.

  • 46 Lewcock, Serjeant, Rex Smith, 1983e, p. 353, 356, fig. 19.12, mosquée al-Ğalâ (fin du xviie s. pou (...)

87Dans les maisons de notables dont les intérieurs furent aménagés ou réaménagés au xxe siècle, le décor floral ou géométrique tend à couvrir toutes les surfaces au-dessus des fenêtres (phot. 54-57). Les ornements sont cloisonnés par des galons à décor géométrique en compartiments rectangulaires ou dans les écoinçons. Les arcs polylobés reposent sur des colonnettes engagées, sculptées de torsades ou de chevrons superposés (phot. 55, 57). Les chapiteaux en palmettes existent dans plusieurs mosquées de Sanaa46. Des lambrequins ajourés retombent devant les vitraux. Des miroirs ou des céramiques chinoises sont parfois sertis dans des panneaux ou dans les lobes des fleurons et les écailles des galons-serpents (phot. 57 ; pl. 17 b). C’est un procédé d’origine indo-iranienne. Le mafrağ de bayt al-Ḥûṯî à aš-Šaġâdira est une bonne illustration de ce décor couvrant (pl. 17 e) : sous un registre horizontal décoré de fuseaux à remplissage floral, deux arbres de vie flanquent l’encadrement du grand vitrail dont l’arc polylobé repose sur des colonnettes sculptées de chevrons.

Phot. 68-76. Les étagères de plâtre et leur décoration.

Phot. 77-85. Les étagères d’angle.

88A cette expression classique et solennelle s’oppose le style naïf et familier de bayt aṯ-Ṯilâ’i (phot. 67).

  • 47 Sur la définition du kurdi, voir Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 94. Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 198 (...)

89Notons enfin l’arc-diaphragme qui divise parfois les ḥiğra ou les dîwân : arc polylobé, arc plein cintre rehaussé d’un bandeau polylobé sur l’extrados, comme à bayt at-Tabâbdî, arc en accolade orné d’un feston ajouré et d’alvéoles rondes qui sont peut-être des porcelaines chinoises masquées par le badigeon de plâtre (phot. 25, 21). Ce dernier exemple évoque en beaucoup plus rustique les kurdî du Caire, qui séparent l’iwûn de la dûrqâca dans les grandes ca mamlûkes et ottomanes47.

CONCLUSION

  • 48 Dans la Tihâma, l’enduit est souvent de chaux.
  • 49 Fonds IRCICA d’Istanbul, entre 1894 et 1899. Fonds Burchardt au Muséum für Vôlkerkunde, Berlin-Dah (...)
  • 50 D’après IRCICA 779-76/24.
  • 51 D’après IRCICA 779-24/47.
  • 52 D’après IRCICA 779-24/46.

90Les façades de Sanaa ne disparaissent jamais sous un lambrissage de plâtre sculpté comme on le voit aujourd’hui dans les architectures domestiques du Maroc ou de la Tihâma yéménite48. Dans la capitale, le plâtre dialogue avec la pierre et la brique. Son emploi tend néanmoins à se développer. Depuis un siècle, le blanchiment des façades est de plus en plus goûté. Des photos prises au tournant du siècle49 montrent que beaucoup de bandeaux laissaient le matériau apparent ; seuls les fenêtres et les arcs étaient cernés de blanc. Les minarets d’al-Bakîrîya et de Ṣalâḥ ad-Dîn avaient leurs décors de briques saillantes beaucoup moins blanchis qu’aujourd’hui50. Ne l’étaient pas du tout les bandeaux de la partie déjà construite de bayt Ġamdân, n° 7851. Près de bâb al-Yaman, l’usage du plâtre est beaucoup moindre : les bandeaux horizontaux sont bruts, fenêtres et arcs sont seulement cernés de blanc : pas de grandes masses de plâtre comme aujourd’hui52.

91L’évolution de la baie a entraîné le développement des ornements de stuc. Dans les maisons anciennes, l’accent était mis sur les décors de briques saillantes localisés surtout dans les niches aveugles. Depuis cinquante ans, par suite de l’élargissement des baies, les panneaux verticaux de briques ont été supprimés et le décor s’est concentré dans les vitraux et dans leur prolongement, les motifs de plâtre plaqués sur la brique ou la pierre. Ces motifs puisent dans un répertoire dont nous faisons l’inventaire dans le chapitre consacré aux vitraux.

92Soulignons comme une particularité de Sanaa le rôle du plâtre dans l’organisation des façades : il souligne, grandit, unit les éléments architecturaux de brique ou de pierre. Sans doute cette fonction est assumée par le plâtre ou la chaux en d’autres régions : dans le Nağd saoudien ou dans la région de Nağrân, pour encadrer les fenêtres des mağlis. A Sanaa, le rôle du plâtre est primordial, mais parfois paradoxal. Appliqué avec mesure, il est un efficace « agent de liaison » qui renforce la cohérence des volumes architecturaux ; utilisé avec excès, il est capable de métamorphoser toute la façade en pièce montée de pâtissier.

  • 53 Bonnenfant, Ḥârthî, 1977, pl. XXXIXa et XLIIb.
  • 54 Lewcock, 1978, p. 3.
  • 55 Allen, 1973, pp. 8-9. Ces trois derniers exemples sont probablement inspirés par l’Iran.
  • 56 Voir à Sanaa par exemple la mosquée Ṭâwûs (xv-xvie s.) où le mihrâb est flanqué de deux niches, ou (...)

93A l’intérieur de la maison, les décors de plâtre témoignent du même souci de structurer l’espace, d’organiser des ensembles, de les lier. Les niches profondes percées par les baies alternent avec des panneaux à peine défoncés et avec les éléments saillants que sont les étagères à consoles (fig. 18 et 22, 21). L’effet rythmique naît de la répétition de formes identiques et symétriques : arcs polylobés, panneaux à miḥrâb. Comme à l’extérieur, on évite la monotonie grâce à l’introduction de formes discrètement asymétriques. Ainsi les étagères d’angle diffèrent par leur longueur dans un ensemble axé sur le milieu de l’entrée (fig. 19, 21). Le compartimentage des surfaces à l’intérieur de la maison se pratique dans d’autres régions d’Arabie, par exemple en Oman53, au Koweït54 où des niches rectangulaires animent les murs aveugles des pièces, ou en Afrique orientale, à Lamu55. A Sanaa, il s’inspire peut-être de l’architecture religieuse, plus précisément de l’articulation intérieure du mur de qibla56. Cet agencement se retrouve dans les maisons anciennes : la niche profonde percée d’un vitrail cintré au-dessus d’une fenêtre s’accompagne de défoncements rectangulaires destinés au rangement. Au xxe siècle, ceux-ci ont tendance à disparaître par suite de l’élargissement des baies, tandis que la sculpture sur plâtre se développe dans le couronnement des vitraux, surtout depuis la fin de la révolution de 1962.

94Nous nous interrogeons sur l’origine de deux formes décoratives très fréquentes.

  • 57 Otto-Dorn, 1959, p. 72, 76.
  • 58 Lewcock, Smith, 1974, p. 195, fig. 2 ; p. 198, n. 5. Mosquée de la fin du xiiie s. ou de la fin du (...)
  • 59 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, p. 361 ; p. 363, fig. 19.24, mihrâb datant probablement de 845/14 (...)
  • 60 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, p. 368, fig. 19.38, 19.40 ; p. 369, fig. 19.43, 1er moitié du xvi(...)

95Les arcs polylobés sommant les niches ou utilisés comme cadre décoratif font partie de l’héritage cabbâside. La porte de Bagdâd, déjà citée à propos du travail de la brique, témoigne de l’apparition de la niche polylobée dans la seconde moitié du viiie siècle. Au ixe siècle, le système de niches polylobées se généralise dans l’architecture religieuse et palatiale57. Les mosquée yéménites ont probablement servi d’intermédiaire dans la transmission de cette forme décorative. Citons à Tacizz la mosquée al-Ašrafîya58 et, à Sanaa, la mosquée al-Madrasa59 et le mausolée de la mosquée al-Filayḥî60. Le galon serpentiforme lié à l’arc polylobé trouve peut-être son origine dans la symbolique du serpent, motif très utilisé à Sanaa, nous le verrons.

Phot. 86. Petit placard d’angle.
Ce type de placard est assez fréquent, notamment dans les vestibules et les petites chambres. Bayt az-Zubayrî, n°56.

Phot. 87. Décoration typique d’une étagère d’angle.
Manẓar de bayt cAslân, n°101.

Phot. 88. Décor sous une étagère.
Palais des hôtes de la République.

Phot. 89. Une ancienne lampe à huile

  • 61 Arseven, s.d., pl. 25, face à p. 312.

96Les panneaux en miḥrâb constituent probablement une autre forme décorative issue de l’architecture religieuse. Très employés sur les battants de porte, ils ont connu un développement, sans doute récent, sur les murs intérieurs. Il s’agit peut-être d’une forme empruntée à l’art de la reliure. On en relève de nombreuses manifestations dans l’art ottoman61.

97Le décor végétal prédomine à l’intérieur. Mais soulignons l’importance des motifs à caractère zoomorphique qu’on ne trouve pas dans le bois, sauf les auvents. Les palmes se transmuant en oiseaux font partie de l’héritage cabbâside et ṭulûnide et perdurent dans le répertoire salğûqide.

  • 62 L’art du stuc s’épanouit de manière remarquable dans les pays de l’Occident : robuste et sobre dan (...)
  • 63 Lewcock, Smith, 1974, p. 200, pl. 8.
  • 64 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, pp. 368-371, fig. 19.38-19.48.
  • 65 Paccard, 1980.

98La technique du plâtre ne diffère pas de celle qui a été utilisée d’une extrémité à l’autre du monde musulman62. Au Yémen, elle atteint une maîtrise remarquable dans le décor de deux mausolées : celui de la mosquée al-Ašrafîya à Tacizz63 et celui de la mosquée al-Filayḥî64. Dans ce dernier, on observe une grande virtuosité dans la composition des décors et dans la technique, sur plusieurs plans où s’entrelacent rinceau végétal, motifs géométriques et calligraphie coufique ou nasẖî, technique trop savante et coûteuse pour être employée dans l’architecture domestique courante, mais qui reste vivante au Maroc dans les palais royaux65.

Notes

1 Nous avons résumé dans ce paragraphe un développement de Hill, Grabar (1967, pp. 78-79).

2 Ibn Baṭṭûṭa, 1968, t. II, p. 176.

3 Costes, 1986, p. 35.

4 Costes, 1986, p. 35.

5 Le Covec, 1978, t. I, p. 262 ; Costes, 1986, p. 34.

6 Costes, 1986, p. 17.

7 Nous remercions José-Marie Bel de ces renseignements.

8 Entre 110° C et 130° C pour Costes, 1986, p. 19 ; vers 160° pour Le Covec, 1978, t. I, p. 252.

9 Costes, 1986, p. 19. Voir articles « Gypse » et « Plâtre » dans Noël, 1968, p. 194 et 283.

10 Biston, 1981, p. 127.

11 Le qadah, pluriel aqdâh, est une mesure équivalant à deux bidons, tanak. Le tanak est le bidon de fer blanc dans lequel on vend de la graisse alimentaire, d’une contenance de 4 gallons, soit environ 16 litres ; il est très utilisé.

12 Costes, 1986, pp. 30-31.

13 En voir la liste dans Le Covec, 1978, t. I, pp. 257-259.

14 A rapprocher de Le Covec, 1978, t. I, p. 258.

15 Elle fait l’objet du chapitre suivant qui étudie aussi leur décor.

16 Akwac, 1984, n° 4397 : Mâ daẖali-h quṣṣ daẖali-h šaqâ. Il en était de même pour les blanchisseurs, qu’on rémunérait à la quantité de savon utilisé.

17 Nous ne savons pas comment ont pu être réalisés les arcs de la phot. 25, 21 et de la phot. In : Bonnenfant, 1989, p. 58 : l’artisan a-t-il employé des baguettes de bois comme armature, comme c’était le cas dans le sultanat d’Oman ? (cf. Bonnenfant, Ḥârthî, 1977 b).

18 Vogüe, Neufville, 1983, p. 411.

19 Dans le « Code de Sanaa », ce mot est écrit isqâla : cf. Serjeant, Akwac, 1983, p. 227. Voir aussi Doe, Serjeant, 1975.

20 Hutt, Harrow, 1977, p. 111, fig. 55, voûte et fond de l’îwân de la grande mosquée (xiie s.).

21 Bonnenfant, 1987a, p. 138, fig. 142,143.

22 Otto-Dorn, 1959, p. 159 et p. 168 (1228-1229 AD). Aslanapa (1971, pp. 106-107), suggère qu’il s’agit du blason de Alâ ad-Dîn Kaykubâd, tandis qu’une figure voisine de faucon perché sur une patte serait celui de Aḥmad Shâh. Bernus-Taylor (1989, pp. 264-265), attribue à Nâṣir al-Dîn Maḥmûd, atabeg artukide de Diyarbakir (1201-1222), le premier emploi de l’aigle bicéphale et associe l’aigle à quatre souverains mamlûk, dont le sultan an-Nâṣir Muḥammad ibn Qalâwûn. On le rencontre encore au xiiie siècle, sculpté dans la pierre, de la Çifte Medresa et la Yâqûtîya Madrasa d’Erzurum, ainsi qu’à Konya : cf. Sarre, 1936, Abb. 30 et 31.

23 Bonnenfant, 1987 a, par exemple p. 139 et 159.

24 Van der Meulen, 1964, phot. face à la p. 17, Makalla ; phot. face à la p. 112, palais du sultan à al-Qaṭn.

25 Gabus, 1958, p. 118, fig. 85, maison de Oualata.

26 Cet agencement décoratif est réalisé avec des losanges autour du tympan qui couronne l’entrée de la madrasa al-Asadîya à Ibb, milieu du xiiie s. (Finster, 1986a, pl. 41d). On en trouve des variantes dans les maisons de Ibb et Ğibla (fig. 10a-10c, 21).

27 Aslanapa, 1971, p. 92, pl. V, porte de la loggia du sultan, mosquée Selimiye, 1574, Edirne.

28 Pour l’Afrique saharienne, Gabus, 1958, pp. 381-382, maisons de Tahoua.

29 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, phot. p. 98 et 132, droite.

30 Cf. Hallade, 1961, p. 1127, fig. 6, caitya de Bhâjâ.

31 Les arcs de nombreuses baies de la Renaissance, dans les régions de Pise et Lucca, sont surmontées d’une telle flamme.

32 En une sorte d’illusion au second degré, puisque l’arc aveugle est déjà un trompe-l’œil.

33 Bonnenfant, 1989, p. 101, haut. Cf. aussi Costa, 1977, p. 135.

34 Stark, 1936, phot. face à la p. 161, Šibâm ; phot. face à la p. 193, Saywûn.

35 Notons qu’à Golconda, à l’entrée d’une citerne près de Petla Burj (xvie s.), des ondulations en fort relief, mi-rinceaux mi-serpents, ornent les deux côtés d’un arc en carène : voir Goetz, 1963, fig. 37.

36 Pour Arseven (s.d., p. 24, fig. 59), cette figure reprendrait la symbolique du yin et du yang.

37 Dans notre exemple, le cabochon est associé à un bandeau épigraphique comme dans certaines mosquées de Sanaa : cf. Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 336, fig. 18.32 ; p. 337, fig. 18.33, grande mosquée. Lewcock, Serjeant, Rex Smith, 1983e, p. 358, fig. 19.13, mosquée al-Ğalâ ; pl. 27, mosquée d’al-Filayḥî, chambre funéraire, 1er moitié du xvie s.

38 Paccard, 1980, t. II, pp. 60-220.

39 Finster, 1979b, phot. 84.

40 Finster, 1982c, phot. 94b, motifs encadrant une fenêtre (ou une niche ?), côté sud.

41 Cf. aussi Bonnenfant, 1989, p. 185 ; Bonnenfant, 1987a, p. 83, phot. 50 ; p. 133, phot. 103.

42 Bonnenfant, 1987a, fig. 134,142 et 143.

43 Bernus-Taylor, 1988, p. 66, phot. 56 (Paris, musée du Louvre, section islamique, inv. 6023). Otto-Dorn, 1959, p. 88 et 91, fig. 42-43.

44 Charritat, dans Bernus-Taylor, 1989, n° 70, p. 99.

45 Michell, 1978, p. 158, phot. 42.

46 Lewcock, Serjeant, Rex Smith, 1983e, p. 353, 356, fig. 19.12, mosquée al-Ğalâ (fin du xviie s. pour le décor de plâtre ?) ; p. 367, fig. 19.37, mosquée al-Filayḥî, salle de prière, chapiteaux datant au plus tôt du xviiie s.

47 Sur la définition du kurdi, voir Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 94. Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, p. 142 et 238, n. 4. Zakariya, 1983, p. 126. - Le kurdî constitue l’un des traits marquants des grandes ca mamlûkes ou ottomanes : c’est un linteau saillant par rapport au plafond, soutenu par des piédroits qui ne commencent qu’à mi-hauteur des murs de la pièce ; ce linteau, avec une marche, marque le passage de la dûrqâca à l’iwân. Exemple dans Manzil Suhaymî (Maury, Raymond, Revault, Zakariya, 1983, phot. de la fig. 72). A bayt Ġuṯaym, nous n’avons pas de marche, mais cet arc ne marquait-il pas en le solennisant le passage du bas-dîwân au haut-dîwân, l’accès à un degré supérieur d’intimité et de proximité avec le maître des lieux ? Par ailleurs, les porcelaines chinoises étaient connues dans le sud de la péninsule Arabique : nous en avons personnellement vu dans le sultanat d’Oman et à Sanaa.

48 Dans la Tihâma, l’enduit est souvent de chaux.

49 Fonds IRCICA d’Istanbul, entre 1894 et 1899. Fonds Burchardt au Muséum für Vôlkerkunde, Berlin-Dahlem, 1907 ou 1909.

50 D’après IRCICA 779-76/24.

51 D’après IRCICA 779-24/47.

52 D’après IRCICA 779-24/46.

53 Bonnenfant, Ḥârthî, 1977, pl. XXXIXa et XLIIb.

54 Lewcock, 1978, p. 3.

55 Allen, 1973, pp. 8-9. Ces trois derniers exemples sont probablement inspirés par l’Iran.

56 Voir à Sanaa par exemple la mosquée Ṭâwûs (xv-xvie s.) où le mihrâb est flanqué de deux niches, ou encore la mosquée al-Ğalâc : cf. Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, p. 355, phot. 19.9 ; p. 358, phot. 19.13.

57 Otto-Dorn, 1959, p. 72, 76.

58 Lewcock, Smith, 1974, p. 195, fig. 2 ; p. 198, n. 5. Mosquée de la fin du xiiie s. ou de la fin du xive s.

59 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, p. 361 ; p. 363, fig. 19.24, mihrâb datant probablement de 845/1441 ; p. 364, fig. 19.28 et 19.29, chambre funéraire datant probablement du xvie s.

60 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, p. 368, fig. 19.38, 19.40 ; p. 369, fig. 19.43, 1er moitié du xvie s.

61 Arseven, s.d., pl. 25, face à p. 312.

62 L’art du stuc s’épanouit de manière remarquable dans les pays de l’Occident : robuste et sobre dans les sanctuaires almohades de Tinmâl et de Marrakech, exubérant à Cordoue ou Tlemcem. Un peu plus tard, dans les mêmes régions, le plâtre remplace la pierre dans les salles et dans les cours. La sculpture à l’aide d’un outil de fer, naqš ḥadîda, s’épanouit aux xiiie et xive siècles à l’Alhambra de Grenade, dans les sanctuaires mérinides de Fès, comme les madrasa Bû Inânîya et al-cAṭṭârîn, et connaît de beaux prolongements dans les sanctuaires sacadiens de Marrakech.

63 Lewcock, Smith, 1974, p. 200, pl. 8.

64 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, pp. 368-371, fig. 19.38-19.48.

65 Paccard, 1980.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. L’art d’habiller des façades presque aveugles.Que ce soit sur les façades de prestige ou de service, le plâtre harmonise les ensembles, agrandit les ouvertures et fait chanter la lumière. Maison n° 259.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 1. Coupe schématique d’un four à plâtre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Phot. 2-14. L’extraction et la fabrication du plâtre en 1976.2. Al-Ġirâs, entrée de la carrière de gypse souterraine.3. Al-Ġirâs, carrière de gypse en plein air.4. Al-Ġirâs, ouvriers extrayant du gypse.5. Anes apportant du gypse des carrières à al-Ġirâs.6. Camion déchargeant du gypse près d’un four.7. Construction de la maçonnerie non permanente avec de gros blocs de gypse.8. Remplissage du centre avec des blocs plus petits.9. Le four à plâtre, une fois la meule supérieure achevée.10. Des tôles de métal empêchent le vent de gâter la cuisson.11. Un brûleur à mazout rudimentaire assure la combustion.12. Après la cuisson, le gypse calciné est retiré du foyer.13. L’équipe de jeunes ouvriers s’affaire pour alimenter le moulin à plâtre, situé à l’arrière plan de la photo.14. Les sacs de plâtre sont chargés dans un camion pour Sanaa.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Phot. 75-17. Le plâtre : les gestes du métier.15 .Le plâtrier dose le plâtre avec les deux paumes jointes remplies.16. Puis il mélange l’eau et le plâtre dans un seau, ici avec un gant, souvent à main nue.17. Les artisans étalent le plâtre à la truelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Phot. 18-23. Le plâtre : les gestes du métier.18. La réfection d’un plafond. Un artisan remplace une poutre de terrasse pourrie par des infiltrations d’eau.19. Puis de l’argile forme un premier revêtement sous les rondins de bois posés sur les poutres.C’est le travail du mallâğ.20. Un enduit de plâtre recouvre l’argile du plafond.21. Une maison bien entretenue devrait être passée au lait de plâtre une fois par an, pour l’entretien de la solidité du plâtre, pour empêcher les insectes d’attaquer le bois, et pour l’éclat de la demeure.22. Assis sur sur un échafaudage mobile constitué de quelques planches, siqâla, l’artisan attrape le lait de plâtre que lui passe un aide. Noter les plans de basilic, rayḥan, dans des bidons à l ‘angle de la terrasse.23. Perché sur quelques madriers en équilibre sommaire, le muğaṣṣaṣ blanchit au lait de plâtre les murs d’un dîwân.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 2. Šubbâk orné d’une grille de plâtre découpé à jour, quartier Zumar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 3. Décor de plâtre en façade : un fleuron jaillit d’une aiguière.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 4. Décor de plâtre en façade, traitement des arcs.Bayt Zâ’id, n°219, 1381/1961-1962.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 5. Décor avec animal mythique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Phot. 24-25. Décors de plâtre plaqués sur la pierre : bayt Saric, n° 43.24. Façade sud de l’entresol.25. Entresol, façade ouest de l’aile sud. En bas de la photo, noter la double incision des pierres, au-dessus des jours.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Phot. 26. Décoration extérieure de mafrağ.Décors animaliers naïfs. Maison non identifiée du quartier bâb as-Salām.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Phot. 27. Décoration intérieure en plâtre.Maison dans la Ḥayma ad-Dâẖilîya, au hameau de Hiğrat al-qâḍî.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Phot. 28. Décor de mafrağ en 1907, dans le quartier Zumar.De part et d’autre des trois vitraux du mafrağ, noter les aiguières stylisées surmontant les petits arcs de plâtre.Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K27. Cf. aussi K 28.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Phot. 29. Décor de plâtre en façade.Maison non identifiée du quartier aṭ-Ṭawâši.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Phot. 30. Aiguière ou cafetière naissant de l’arabesque palmiforme.Bayt cAslân, n° 101, mur ouest du manẓar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Phot. 31-33. Décors de plâtre en façade.31. Maison non identifiée du quartier al-ẖarrâz.32. Bayt Hâšim, n ° 225, façade orientale.33. Maison non identifiée du quartier Ġurqat al-Qalîs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Phot. 34 et 35. Décors de plâtre en façade.34. Maison non identifiée35. Bayt al-Qaššâm, n ° 205.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 6. Chèvre ou bouquetin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7. Animal mythique évoquant un lion à tête presque humaine.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Phot. 36-38. Décors de plâtre en façade.36 et 37. Aux escaliers correspondent souvent des jours regroupés en triangles que souligne en façade une tache de plâtre façonnée en bonnet.38. Bayt Daḥrûg, n° 190, façade orientale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Phot. 39 et 40. Décor de plâtre en façade :bayt Mucîḍ, n° 108.39. Façade sud.40. Façade orientale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Phot. 41-45. Décors récents de plâtre, bayt Muṭahhar, n° 79.41. Vue d’ensemble de la maison entourée d’un jardin.42. Encadrement typique de vitrail depuis 1950. Noter le plumeau sur le petit jour, šâqûṣ.43. Dans le šâqûṣ, un oiseau de plâtre répond à ceux de l’auvent de bois, kunna.44. Décor typique de baies étroites.45. De petits décors en miḥrâb fleuronné rehaussent des inscriptions religieuses : Muḥammad et Mâ Sâ’ Allâh.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Légende Phot. 46-48. Décors de plâtre intérieurs : encadrement de grands vitraux.46. Bayt Muṭahhar, n°38.47. Bayṭ at-Ṯilâ’î, n°193. Noter les décors de galon-serpent et d’oiseau dans les écoinçons. Sur le linteau du vitrail, début du verset du Trône.48. Bayt Muṭahhar, n°35.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Phot. 49-53. Les décors en miḥrâb à l’intérieur des pièces.Le miḥrâb, à la mosquée, est la niche indiquant la direction de La Mecque. Dans la maison, ces décors en miḥrâb, répondant aux mêmes décors des menuiseries, donnent très souvent leur unité décorative aux pièces.49. Bayt Muṭahhar, n°35.50. Bayt cAslân, n°101, mafrağ. Le vase du bouquet porte la date d’achèvement de la maison, 1345/1926-1927.51. ci-dessous. Bayt cAslân, n° 101. Le mafrağ et le manẓar adjacents ont des vitraux communs.52. Bayt Ibrâhîm, n°23. Les décors en galons-serpents surmontant les arcs sont fréquents. Entre les deux vitraux, le cadre était sans doute destiné à rehausser un tableau portant le Coran écrit en minuscules caractères.53. Ordonnance typique d’un mur de petit pan au début du xxe siècle, dans un dîwân ou un manẓar. Les défoncements où sont sertis les vitraux ont les mêmes dimensions que les fenêtres qu’ils surmontent.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Phot. 54-57. Le décor intérieur du mafrağ de bayt al-Hamdânî, n°181.54. La porte d’entrée. Une inscription de louange au maître de maison court au-dessus de la porte (chap. 22, n° 46).55, en haut à droite. Détail du mur de petit pan oriental, à gauche du grand vitrail.56, en bas à gauche. Détail du mur septentrional. Noter les décors en miḥrâb. Les vitraux sont ornés d’un motif très fréquent au Yémen : au centre, les côtés de deux carrés superposés mais décalés de 45° engendrent un polygone étoilé très courant dans l’aire islamique.57, en bas à droite. Détail du mur sud. Des porcelaines de Chine sont scellées dans le plâtre, ainsi qu’une plaque de bronze portant le nom d’Allâh.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Phot. 58-62. Types de décors de stuc surmontant les portes.Il existe toujours une ou plusieurs baies au-dessus d’une porte, pour éclairer en second jour la ḥiğra.58 et 59. Dans les maisons anciennes, nous trouvons souvent dans un défoncement rectangulaire de petites baies géminées, surmontées ou non d’un oculus ou d’un šâqûs. L’albâtre ancien est souvent remplacé par de petits vitraux. Phot. 58 : bayt al-cAnbasa, n°6. Phot. 59 : bayt al-Ḥaymî, n°21.60. Couronnement d’une porte de mafrağ, bayt cAslân, n°101. Les vitraux que l’on voit dans l’encadrement de la porte sont ceux de l’antichambre. L’épigraphe est un verset du Coran, assez souvent sculpté : Innâ fataḥnâ la-ka fatḥan mubînan, « C’est bien Nous qui pour toi ouvrons l’ouverture éclatante ».61. Couronnement d’un porte de chambre ou manẓar, bayt al-Manṣûr Muḥammad, n°200. L’épigraphe associée au seuil, au franchissement, est un verset du Coran fréquemment sculpté, qui appelle la protection divine : Fallâhu ẖayrun ḥâfiẓan wa huwa arḥamu r-râḥimîn, « Mais Dieu est le meilleur gardien, il est le plus miséricordieux de ceux qui font miséricorde ! »62. Couronnement de porte récent, à bayt aṯ-Ṯilâ’i, n°193. L’épigraphe représente la fin du verset du Trône : « Son siège s’étend au ciel et à la terre, dont la sauvegarde ne lui coûte aucun labeur. Il est le Sublime, le Grandiose... ». Bayt aṯ-Ṯila’i, n°193.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende >Phot. 63. Le couronnement de la porte de Bayt Muṭahhar, n°38, en 1907.Cette photo montre le début du processus d’empâtement des décors qui sont aujourd’hui presque illisibles.Source : Muséum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, L70.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Phot. 64-66. La fabrication d’une étagère de plâtre.64. A l’aide de planches formant coffrage, l’artisan donne sa forme à l’étagère.65. Puis il dessine le motif décoratif au couteau.66. Il sculpte enfin à jour la partie de l’étagère retombant comme une nappe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Phot. 67. Décors de plâtre intérieurs, bayt aṯ-Ṯilâ’î, n°193.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 8. Panneau de plâtre sculpté à bayt Muṭahhar, n°38.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Phot. 68-76. Les étagères de plâtre et leur décoration.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Phot. 77-85. Les étagères d’angle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Phot. 86. Petit placard d’angle.Ce type de placard est assez fréquent, notamment dans les vestibules et les petites chambres. Bayt az-Zubayrî, n°56.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Phot. 87. Décoration typique d’une étagère d’angle.Manẓar de bayt cAslân, n°101.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Phot. 88. Décor sous une étagère.Palais des hôtes de la République.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Phot. 89. Une ancienne lampe à huile
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4414/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter