Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 4. Les matériaux et leurs décors

Chapitre 17. La brique

Texte intégral

Phot. 1. Bayt cAlî b. Ibrâhîm, n° 4, construite en 1356/1937.
Partie supérieure de la façade ouest. Le mafrağ apparaît derrière le garde-fou, tiğwâb, entourant la terrasse sommitale.

1Au-dessus des niveaux en pierre, la construction s’élève jusqu’au sommet en briques cuites, yâğûr, parfois prononcé ağûr.

2Les maçons invoquent plusieurs raisons pour préférer ce matériau à la pierre dès le premier ou second étage. L’argile, tout d’abord, est abondante autour de Sanaa : les briques reviennent moins cher que la pierre qu’il faut apporter de plus loin. La brique est beaucoup plus légère à manipuler, plus facile à ordonner que la pierre qu’il faut tailler au moins sur une face et quatre arêtes : la maison est donc moins coûteuse à édifier. Comme les étages supérieurs de l’édifice sont construits à moindre coût, les propriétaires en démolissent plus facilement une partie quand ils décident de modifier leur logement. En effet, comme ils disposent rarement de surface supplémentaire au sol, ils ont la ressource d’agrandir la maison tour en hauteur : au fil des ans s’ajoutent les pièces ou les étages. Il est donc commode de pouvoir réaménager sans trop de difficultés. La brique permet encore d’avoir moins de poids dans le haut de la maison : elle atténue donc les risques de tassements différentiels dans les fondations et de lézardes dans les murs. Elle est enfin réputée plus solide que la pierre. Celle-ci en effet, taillée seulement sur le côté visible, va en s’amincissant vers l’intérieur du mur : en cas de tassement des fondations, voire de tremblement de terre, elle est plus exposée que la brique à se déboîter du mur.

LE MATÉRIAU

La fabrication des briques

3Jusqu’au début des années 1980, les briques étaient préparées dans le quartier de Farwa ibn Musayk, juste au nord-est de bâb Šucûb, sur une surface de plusieurs hectares qui furent occupés dans les années 1980 par des habitations. Il existait également un second quartier de briquetiers, au sud de Sanaa.

  • 1 D’après Golvin, 1979, pp. 83-87. Les n° de fig. sont ceux du présent livre, et sont placés entre c (...)
  • 2 Wulff, 1966, pp. 115-117.

4Lucien Golvin a pu, en 1977, étudier ces fours avant leur disparition. N’ayant pu les observer nous-mêmes que très sommairement, nous reprenons in extenso la description qu’il en fait1, que l’on pourra avec intérêt comparer avec la fabrication des briques cuites en Iran2.

LES FOURS

5« Une vingtaine de fours se dressent [...], généralement assez espacés les uns des autres. Il s’agit de constructions cylindriques ou, mieux, en forme de troncs de cônes qui s’élèvent au-dessus du sol sur une hauteur moyenne de quatre mètres [fig. 1 ; phot. 3]. La partie inférieure est en pierre taillée, parfois mêlée d’ailleurs à de la brique, elle compte environ 3 mètres de haut et est renforcée par un étroit escalier de pierre qui permet de monter jusqu’à une plateforme circulaire au-dessus de laquelle se dresse un second niveau plus étroit, entièrement appareillé de briques et qui n’est autre que la partie supérieure de l’enveloppe de briques qui constitue l’intérieur du four, lequel se nomme à Sanaa mihrâq.

6« Une entrée ou porte, bâb, au niveau du sol [fig. la], généralement orientée au sud, permet l’enfournement des produits : elle compte une hauteur moyenne de 1,80 m, une largeur de 1,10 m sur la partie extérieure et de 0,44 m sur la partie inférieure. L’épaisseur du four, à cet endroit, est de 1,25 m dont 0,90 m en pierre grossièrement taillée sur l’extérieur et 0,33 m en briques formant l’intérieur du four.

7« Une seconde porte, bâb ar-râs, [fig. 1c] s’ouvre à l’est de la partie supérieure. Elle permet de compléter le chargement du four. Sur la partie nord, une fosse en déclivité conduit à la base où s’ouvre la porte du foyer, bâb al-miḥrâq, [fig. 1, b et 4], large d’environ 0,40 m sur sa partie extérieure et haute d’environ 1,50 m, en arc de plein cintre joliment appareillé d’une double voussure en briques sur plan rayonnant. Elle va se rétrécissant vers l’intérieur, et est renforcée par un arc doubleau au niveau du manchon intérieur, arc plus bas que celui de l’ouverture. La hauteur totale depuis la base enterrée jusqu’au sommet peut dépasser 7 mètres tandis que le diamètre intérieur compte de 3 à 4 mètres à sa partie la plus large [fig. 1], Il est à noter que la base du four est en surplomb par rapport au seuil de la porte de chauffe et qu’elle est défoncée d’une longue tranchée verticale qui la traverse de part en part du nord au sud. On remarquera sans doute avec quelque étonnement l’absence de toute sole au-dessus du foyer, qui permettrait de soutenir les produits pendant la cuisson.

8« Sur l’aire qui environne le four, on notera l’entassement des briques finies (stocks en général peu importants car la brique est vite enlevée par les clients) ; les zones de moulage et de séchage des briques avant la cuisson [phot. 2] sont les mêmes que celles où l’on entasse les produits finis. Enfin, un peu à l’écart, on trouve les bassins où la terre est travaillée et le puits qui alimente en eau le malaxeur.

LA PRÉPARATION DES BRIQUES

9« L’argile provient des environs immédiats du quartier, à quelques kilomètres de bâb Šucûb, elle est amenée par des charrettes à fond plat et transportée ensuite à l’aide de brouettes, carabiyya ; elle est stockée en tas près de la fosse et du puits, à côté d’autres tas de bouses de vache séchées, mêlées à de la paille hachée.

10« La plupart des installations comporte trois petites fosses alignées d’environ 2/1,50 m pour chacune d’elles. Chaque fosse, ġurâq, est profonde de 0,30 m environ.

11« L’ouvrier malaxeur amène l’eau du puits en la transportant avec des bidons de métal. Il procède d’abord au mélange de la terre, trâb, avec la paille hachée mêlée à des bouses de vache séchées, ẖarâ bqar, et à des copeaux, nišâra ; ce mélange prend alors le nom de samâr, il est jeté dans la fosse pleine d’eau où il passera la nuit. Le lendemain, le malaxeur procède au travail de la terre qu’il délaie en s’aidant au début d’une pioche, fâs, ensuite en piétinant le mélange, maẖlûṭ, jusqu’à ce que l’eau soit transformée en boue très liquide. La fosse restera encore en repos un jour pour que se forme la masse pâteuse qui prend alors le nom de ṭîn.

12« La terre ainsi préparée est acheminée à la brouette arabiyya jusqu’à l’aire de séchage où elle est déposée en tas.

13« Généralement, un jeune garçon est chargé du façonnage. Pour ce faire, il dispose d’un moule en caisson défoncé à deux compartiments, c’est le malban [fig. 2] d’une longueur totale de 0,40 m et d’une hauteur de 0,055 m ; l’épaisseur des planches qui composent le moule est de 0,02 m. Le malban est posé bien à plat sur le sol. A l’aide de ses deux mains, le jeune ouvrier prend une motte de ṭîn dont il emplit les deux compartiments puis, en mouillant sa main droite dans un seau d’eau qu’il tient en permanence à ses côtés, il égalise d’un geste prompt, horizontal, paume ouverte, la surface de la pâte. Il retire bien verticalement le malban ; deux briques sont alors façonnées que viendront accompagner deux autres après déplacement du moule et nouvelle opération. Il faut en moyenne vingt secondes pour mouler deux briques. Les alignements de produits s’étendent côte à côte, recouvrant bientôt une grande surface [phot. 2]. Le séchage se fait au soleil. Au bout de 24 heures, on retourne les briques en préparation et on expose l’autre côté pendant encore 24 heures. Ensuite, elles sont disposées en épis pour faciliter le séchage des côtés. Il faut en moyenne quatre jours pour que les briques soient assez sèches pour être enfournées, mais il n’est pas rare qu’elles restent plus longtemps au séchage, notamment en hiver.

LA CUISSON

  • 3 D’après Lewcock, 1983b, p. 472, on utilisait aussi comme combustible du crottin, du cuir et des os
  • 4 Probablement du bois de jujubier.

14« Le chauffage du four se fait essentiellement au bois3 : troncs d’arbres de diverses grosseurs, ḥaṭab, et d’essences variées : une sorte d’acacia ṭaleḥ, un arbre appelé caleb4, des branches plus petites et des brindilles ainsi que des copeaux, nišâra [...].

15« La charge du four débute par l’introduction des troncs d’arbres par la porte inférieure du foyer. Ces pièces de bois sont disposées en travers de la tranchée médiane nord-sud en rangées serrées [fig. 3]. On croise sur le premier lit un second, puis un troisième est disposé dans le même sens que le premier, un quatrième lit, puis un cinquième complètent le chargement en gros bois. Sur cet amoncellement, on dispose les branchages puis les copeaux qui forment une surface assez plane pour qu’on y dépose les premières briques sèches. Celles-ci sont introduites par la porte sud, celle du nord étant alors murée, sauf en bas où un orifice-foyer est ménagé et en haut où on laisse un regard qui peut également servir pour régler le tirage. Les briques sont entassées les unes sur les autres en évitant des alignements trop serrés, de telle sorte que la chaleur puisse traverser constamment le four. Lorsqu’on arrive à la hauteur de la porte sud, celle-ci est murée à l’aide de briques cuites et de boue. On achève le chargement par le haut en utilisant la porte est de la partie supérieure, laquelle, lorsque le four sera plein, sera également murée. La gueule supérieure du four reste toujours ouverte. Tout est désormais prêt pour que la cuisson commence.

16« Par l’ouverture du foyer, on introduit dans la tranchée de la paille et des brindilles de bois sec, voire de vieux chiffons et des copeaux. On allume à l’aide d’une torche de paille. Le bois sec s’enflamme rapidement et la fumée ne tarde pas à sortir de la partie supérieure du four. La cuisson commence. Pendant cinq jours elle se poursuivra, des ouvriers alimentant sans cesse le feu en déversant par le haut des charges de copeaux et de bouses de vache séchées hissées au couffin en empruntant l’escalier en colimaçon qui fait le tour de la base du four.

17« Ce travail arrêté, il faut laisser le four refroidir, ce qui demande encore cinq jours de repos. On pourra être surpris que l’alimentation en combustible léger se fasse par le haut du four. Sans doute ce travail a-t-il pour but de parachever la cuisson des pièces placées le plus loin du foyer. On me dit également que des copeaux mêlés à des bouses séchées forment une sorte de croûte perméable à la fumée mais qui maintient la chaleur dans le four. A chaque charge versée, la fumée s’épaissit ; elle change également de couleur lorsqu’on règle le tirage par le bas. Si l’on obstrue le regard supérieur de la porte du foyer, la fumée devient noire et abondante. C’est également par ce regard que l’on observe la cuisson des produits.

18« L’absence de sole pour retenir les briques en cours de cuisson est cause d’effondrements à l’intérieur. Il faut croire que ces mouvements sont assez doux pour ne pas provoquer trop de casse. En fait, je n’ai pas constaté de déchets sérieux lors de la cuisson.

Fig. 1. Plan et coupe d’un four à brique.
Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 1.

Fig. 2. Le moule donnant leur forme aux briques.
Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 2.

Fig. 3. Schéma de chargement du four.
Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 3.

Fig. 4. La porte de chargement du four.
Source : Golvin, 1979, p. 111, fig. 3.

Phot. 2 à 8. Préparation et travail de la brique.
2 A proximité d’un four, près de bâb Šucûb, les briques moulées sèchent au soleil avant la cuis son.
3 Fours à briques près de bâb Šucûb. Au fond, le djebel Nuqum.
4 Le briquetier édifie le mur en se tenant debout à l’intérieur de la maison, ou sur le mur lui-même.
5 Le maçon vient d’étaler le mortier à la truelle.
6 Il taille la brique.
7 Puis il la met en place.
8 Il vérifie enfin la verticalité.

19« Le défournement s’opère d’abord par la porte supérieure est qui est ouverte. Les produits encore chauds sont descendus par l’escalier. Dès que cela devient possible, on ouvre la porte sud en faisant sauter la murette de briques et de boue. On termine naturellement par la porte inférieure, à son tour démurée.

20« La main-d’œuvre se compose de quelques jeunes adolescents et d’hommes plus robustes pour le malaxage et pour les transports de combustible au couffin.

  • 5 Fin de la citation de Golvin, 1979.

21« Le module des briques ne varie pas beaucoup. Elles sont de forme carrée [fig. 2] et comptent 19/19/5 cm ou 16/16/5 ou encore 17/17/5. Le prix de vente se compte au mille. En novembre 1977, il était de 950 riais le mille5 ».

  • 6 Wilber, 1973, p. 48, n. 10.

22Mais les dimensions des briques ont varié dans le temps. Nous avons relevé sur des maisons anciennes des briques de 18/18/4 cm, de 20/20/8 cm et de 44/22/11 cm. Selon l’usṭâ Muhammad Ḥusayn Muḥammad ar-Rawḍî, ce dernier module désigne les briques de grandes dimensions appelées yâğûr manṣûri, du nom de l’imâm al-Manṣûr cAlî dont le règne vit s’épanouir de belles constructions. A titre de comparaison, signalons que la dimension des briques iraniennes étudiées par Wilber, de forme carrée, varie de 18 à 31 cm, les dimensions les plus communes étant 20 et 22 cm ; leur épaisseur varie de 4 à 7 cm, la plus courante étant de 4,5 à 5 centimètres6.

La construction

23Le maçon construit le mur en étant debout à l’intérieur de la maison, plus ou moins perché sur des échafaudages rudimentaires, ou carrément debout sur le mur qu’il construit (phot. 4-8).

  • 7 D’après Pérouse de Montclos, 1972, t. 1, p. 47 et t. 2, fig. 33 du chap. III.
  • 8 Lewcock, 1983b, p. 472.
  • 9 Wilber, 1973, pl. XXIIb, XXVIII, XXXIIIb.

24Les briques, yâğûr, sont généralement posées sur leur grand pan, presque jamais de champ7 : en termes moins techniques, elles sont toujours couchées, presque jamais debout, et se juxtaposent par leur petit pan. C’est donc le champ des briques qui apparaît sur la façade. Celle-ci sont rarement couvertes d’un enduit de plâtre. Le maçon les dispose en assises régulières plein-sur-joint : les joints montants d’une assise sont au milieu des briques des assises inférieure et supérieure. Autrefois, les joints étaient en argile mélangée de paille hachée et de chaux ou de plâtre. Lewcock ajoute que, toutes les six assises, ou dans des zones exposées comme le dessus des arcs ou les angles de la maison, le jointoyage pouvait se faire au plâtre pur, plus résistant. Sur certaines façades exposées aux intempéries, on utilisait parfois du mortier de chaux8. Aujourd’hui, les joints sont en mortier de ciment, qu’un aide apporte au maçon après l’avoir préparé. A Sanaa, les joints des briques ne sont jamais décorés dans l’architecture domestique, comme cela a parfois été le cas dans l’architecture religieuse du domaine iranien9.

25L’épaisseur des murs est en général de deux briques juxtaposées, soit environ 36 à 40 cm, selon la taille de la brique. Çà et là, un chaînage de bois, farša, fait office de ceinture, répartit les charges et évite les lézardes dues aux tassements différentiels ; c’est particulièrement le cas au-dessus des arcs (phot. 33). Mais les linteaux sont rarement visibles : la plupart du temps, ils sont enduits de plâtre qui les protège des intempéries et des insectes (phot. 18). Les chaînages transversaux sont rares. L’usage des chaînages est loin d’être aussi commun qu’à Jedda et dans les ports de la mer Rouge, al-Luḥiyya ou al-Ḥudayda par exemple, où la pierre de corail, très friable, appelle un renfort constant.

LES DÉCORS DE BRIQUES SAILLANTES

  • 10 Le placage de briques décoratives sur le mur de structure apparaît clairement sur une phot. d’un t (...)

26Si les murs de briques cuites sont relativement faciles à édifier, le maçon manifeste sa maîtrise dans la conception des motifs qui jouent un rôle déterminant dans l’animation des façades. Tout en montant le mur, il met en place le décor qui fait partie de sa structure. Il arrange des motifs géométriques en suivant son inspiration et son savoir-faire. Un seul type de brique est employé à la fois pour la construction et la décoration : il n’y a pas, comme souvent en Iran ou en Afghanistan, un manteau de briques décoratives revêtant un mur porteur construit au préalable10.

  • 11 Pour une de nos sources, ce fond en retrait s’appelle tastûd.
  • 12 Voir Bonnenfant, 1991.

27Les briques décoratives sont disposées en légère saillie, trois à quatre centimètres, par rapport au plan du mur qui leur sert de fond11. Elles dessinent des bandeaux et des compositions verticales qui rythment les façades. Mais il existe une différence entre les deux : dans les bandeaux, les briques décoratives saillent du plan général de la façade et la protègent de la pluie en jouant, selon certains artisans, un rôle de larmier (phot. 13) : explication plausible car le procédé est employé en de nombreux points de la péninsule Arabique12. Dans les compositions verticales au contraire, les briques saillent toujours sur un fond en retrait par rapport à l’ensemble de la façade : le côté le plus visible des briques en relief est donc au droit de celle-ci ; cela apparaît clairement sur la photo 23. Elles décorent alors des niches aveugles ou percées à jour qui trouvent leurs plus beaux développements dans les bordures des terrasses sommitales, les tiğwâb (phot. 42-45). Dans les deux cas, l’effet esthétique naît du contraste entre briques saillantes et briques en retrait, entre pleins et ajours : bref de l’opposition entre l’obscurité et la lumière.

Phot. 9. La construction d’un arc.
Le maçon construit un cintre provisoire, qui sera détruit une fois l’arc achevé.

La taille des briques décoratives

28Pour obtenir un motif, l’artisan taille les briques en oblique à l’aide d’une herminette, qaṭṭûm : c’est parfois la tâche de l’aide sur les instructions du maître-maçon qui se réserve le travail plus difficile de la conception du motif et de la pose des briques. L’objectif de la taille est de transformer le rectangle initial du champ visible en façade en le biseautant sur deux côtés. En quelques coups d’herminette, l’artisan obtient ainsi, en allant dans le sens de la construction, les briques suivantes (fig. 5 a ; phot. 10) :

  • En bas, l’artisan taille d’abord un triangle, appelé rabaḍ, terme dont la racine indique le bas d’un objet, ce qui touche le sol. Cette brique triangulaire porte aussi le nom de « chandelle du bas », qindîl rabaḍ.
  • A l’assise supérieure, l’artisan taille un trapèze qui porte sur sa grande base, tournée vers le haut, une incision triangulaire : c’est le badc. La racine de ce terme évoque l’idée de commencement, de nouveauté : c’est en quelque sorte la brique qui commence vraiment le motif, puisqu’il diverge à partir d’elle.
  • Plus haut encore, l’artisan taille des parallélogrammes. Ceux-ci peuvent être dirigés « vers la droite » et portent le nom de ayman, ou « vers la gauche » et se nomment alors aysar.
  • -En refermant vers le haut son motif, l’artisan taille à nouveau un trapèze incisé en triangle sur sa grande base : c’est le taġṭîya, littéralement le « couvercle » du motif. Celui-ci, en fait, a la même forme que le trapèze inférieur, badc, sauf que son incision triangulaire est dirigée vers le bas. D’ailleurs, certains artisans les appellent tous deux taġṭîya, les distinguant par les qualificatifs de « couvercle du ciel », taġṭîyat samâ’, ou « couvercle du bas », taġṭîyat rabaḍ, selon qu’ils sont posés en haut ou en bas du motif.
  • Le triangle supérieur, enfin, porte le nom de chandelle, qindîl, mot souvent rencontré dans les arts du bâtiment à Sanaa. Il est parfois appelé riša, terme qui évoque l’idée de plume d’oiseau, de plumeau.

29Les modules de briques, à Sanaa, sont donc simples : triangles, parallélogrammes ou trapèzes, eux-mêmes parfois incisés d’un triangle. C’est à partir de ces trois modules que le maître maçon crée pratiquement tous les motifs de briques saillantes existant à Sanaa, comme le montrent les figures 5 b, c. Un bandeau (phot. 8, 23) présente à notre connaissance un des rares essais qu’un briquetier ait fait pour sortir des modules précédents. La même maison offre l’originalité, pour Sanaa, de motifs figuratifs en brique : des aiguières, thème fréquent dans les arts du bois et du plâtre.

30La difficulté de taille est à l’origine d’une grande différence d’exécution et de qualité entre des motifs très voisins (voir les fig. 9 k, 1). Il est clair en effet que plus le biseau de la brique est aigu, plus les risques de casse sont grands : cela entraîne des pertes de temps et de matériau. L’artisan a donc intérêt à donner un faible biseau, mais les briques taillées sont alors davantage les unes au-dessus des autres, le motif est plus resserré et moins élégant. Avec un faible biseau, le maçon économise des briques : il peut en effet tirer deux briques obliques d’une seule grande, ce qu’il ne peut évidemment pas obtenir avec un biseau plus marqué. Quand celui-ci est à 45 degrés, mušawzaq, le motif devient beaucoup plus ample et de meilleure venue.

  • 13 Cf. Borg, 1959, pp. 94-107. Il existe des décors voisins à Nefta en Tunisie, ainsi qu’à Témacine, (...)

31Vues de loin, les briques taillées produisent donc des lignes droites : l’œil saisit un ensemble et passe par-dessus les imperfections de la taille, d’autant plus que les briques saillantes sont souvent soulignées d’un lait de plâtre comme le pourtour des vitraux, ce qui unifie le motif. La technique décorative diffère donc de celle de Zabîd, dans la Tihâma yéménite (phot. 11), ou de celle de Tozeur en Tunisie (phot. 12)13, où les briques ne sont pas taillées et où la ligne principale du motif apparaît brisée en marches d’escalier.

32Le tracé directeur est donné par un galon plat saillant qui tantôt court en zigzag continu ou discontinu, tantôt se ferme en triangles ou losanges. Il arrive néanmoins que des surfaces pleines et en relief remplacent les galons sur les murs de maisons (fig. 18 a), de caravansérails (phot. 29) ou de minarets (phot. 35).

Les bandeaux horizontaux

  • 14 Le terme est mentionné in : Serjeant, 1983c, p. 168b ; Serjeant, Akwac, 1983, p. 192b.

33La limite de chaque étage et le sommet de la maison sont soulignés par un bandeau décoratif que les maçons appellent « ceinture », ḥizâm, du même nom que la ceinture portée par l’homme. Les bandeaux richement ornés s’appellent ḥuẓîya ou ḥuḍîya, comme les broderies élégantes et très serrées qui bordent un châle, šâl, maṣnaf, et qui empêchent que le tissage ne s’effiloche14. Qu’il s’agisse de ḥizâm ou de ḥuẓîya, les riches motifs de briques ont donc un rapport avec le vêtement. Il nous semble, mais sans que nous ayons pu obtenir de certitude à ce sujet, que le terme ḥizâm est réservé à la séparation des étages, comme la ceinture sépare les deux parties du corps, tandis que le terme ḥuẓîya désigne les bandeaux sommitaux, sous le tiğwâb (phot. 38, haut), ce qui serait cohérent avec le sens de ḥuẓîya.

  • 15 Golvin, Fromont, 1984, pp. 148-149.

34Le bandeau de briques saillantes constitue une version plus élaborée des bandes horizontales peintes au lait de chaux ou de plâtre qui ceinturent de nombreuses maisons des hautes terres yéménites ou saoudiennes. A Ṯulâ, nous trouvons plusieurs types de bandeaux qui s’apparentent à des motifs utilisés à Sanaa, mais ils sont exécutés en pierre15.

35Un bandeau comporte une partie médiane où des motifs saillants s’inscrivent sur un fond qui est au nu de la façade. Deux moulures plates, composées presque toujours de deux assises en relief, parfois trois, constituent les bordures. L’ensemble se nomme panneau, ṭabala, terme rencontré dans l’art du bois. Dans quelques exemples, la moulure inférieure s’amplifie en feston sur quatre assises (phot. 31).

36Les motifs de la bande ainsi encadrée tirent leur force de leur répétition. Selon son inspiration, le maître maçon se livre à de multiples variations sur quelques thèmes géométriques (fig. 6 a-10 c). Il n’existe pas de thèmes floraux, comme à Zabîd, sauf un petit fleuron.

37Les maçons classent les bandeaux selon quelques termes très simples qu’ils précisent ensuite par le nombre d’assises de la bande centrale : à quatre, à six, à huit, à douze, etc.

LES GALONS CONTINUS

  • 16 Nous retrouvons en Tunisie, à Tozeur, ce terme de bayt appliqué à l’art de la brique : Borg, 1959, (...)
  • 17 Hutt, Harrow, 1977, phot. 48, minaret de Fîrûzâbâd, début du xiie s. ; phot. 121, Naṭanz, minaret (...)
  • 18 Schmidt, 1982b, p. 143.
  • 19 Finster, 1986c, p. 204, citant Herzfeld, Abb. 76.
  • 20 Hutt, Harrow, 1977, pl. 13, grande mosquée de Nigâr, début du xiiie s., bandeau inférieur.

38Le plus modeste et le plus fréquent est un simple zigzag, appelé de noms divers par les artisans : zigzag, carga ; fil, ẖîṭ ; corde, ḥabal ou chaîne, sals. Il court à l’horizontale et rappelle le motif du rinceau qui revient constamment dans les arts du plâtre et du bois, avec les noms de ẖîṭ et ḥabal. Chaque triangle contenu entre le motif et son cadre s’appelle nuṣṣ bayt16. Le zigzag peut être simple (fig. 6 a ; phot. 17), double, maṯnî, (fig. 6 b ; phot. 25), triple, muṯallaṯ, (fig. 6 c), comme dans certains bandeaux iraniens17. Nous trouvons sur le temple d’al-cAṯtar, temple préislamique récemment dégagé dans le wâdî al- Ğawf, au nord-est de Sanaa, des chevrons finement gravés (fig. 7 b, 23) qui évoquent un autre motif (fig. 6b)18. Les zigzags les moins serrés dessinent des angles droits. Des éléments secondaires, triangles, rîš, carrés sur la pointe, losanges, rondelles, petits fleurons (zahra), réalisés sur deux ou trois assises de briques, ponctuent les intervalles ou les angles du zigzag (fig. 6d-i ; phot. 14, 20). Ces éléments évidés aux pointes du zigzag dessinent les nœuds d’un entrelacs caractéristique de constructions anciennes (fig. 6j-k ; phot. 18) ; il figure, par exemple, sur le minaret oriental de la grande mosquée de Sanaa et celui de la mosquée aṭ-Ṭalḥa (phot. 1, 1). Des carrés sur la pointe constituent les nœuds de deux galons parallèles zigzaguant à angle droit. Il en résulte un motif équilibré, au rythme fort, qui orne le minaret de la mosquée Dâwûd et une maison voisine, bayt al-Akwac, n° 3 (fig. 6l ; phot. 1, 1). Il existe dans le répertoire iranien : on trouve un motif très proche sur le minaret de la mosquée d’Irbil19, ainsi qu’à la grande mosquée de Nigar20.

Fig. 5a-5c. Les noms des briques taillées.
1. Brique du bas, rabaḍ, taillée en triangle ; appelée aussi « chandelle du bas », qindîl rabaḍ.
2 Brique taillée en trapèze incisé vers le haut, badc : c’est le « départ » du motif. Parfois appelée taġṭîyat rabaḍ.
3 Brique taillée en parallélogramme vers la droite, ayman. Il faut se souvenir que le maçon travaille debout sur le mur qu’il construit, penché sur son ouvrage : ce schéma donne une image inversée par rapport à ce qu’il voit en élaborant son motif.
4 Brique taillée en parallélogramme vers la gauche, aysar.
5 Taġṭîya, littéralement « couvercle » du motif, parfois précisé taġṭîyat samâ’, « couvercle du ciel ».
6 Brique du haut taillée en triangle, qindîl, littéralement « chandelle », appelée aussi rîsa, « plume ».

Fig. 6a-6m. Motifs de bandeaux.
6 a Motif appelé zigzag, ‘arga ; fil, ẖîṭ ; corde, ḥabal, ou chaîne, sals. Le triangle se nomme nuṣf bayt.
6b. Même motif dit « doublé », maṯnî.
6d, 6f, 6g, 6j. Même motif dit « fleuri », sais muzahhar.
6l. Motif de broderie, ḥuẓîya
6 m. Motif de fourreau, ‘iswab.

  • 21 A rapprocher du motif de la frise finale du minaret de la grande mosquée de Gurgân, xiie s. : Hutt (...)

39Parfois, les intervalles du zigzag simple sont occupés par un double chevron fermé à ses extrémités (fig. 6 m)21. Nous trouvons une variante sur la figure 7 a où le chevron double et fermé alterne avec un chevron simple terminé par deux losanges qui lui donnent l’aspect d’un étrange binocle. Les zigzags inversés s’entrecroisent en de nombreuses variations (fig. 7b).

Phot. 10-12. La disposition des briques à Sanaa, Zabîd et Tozeur.
10 Disposition et taille des briques d’un bandeau à Sanaa.
11 Disposition des briques à Zabîd, dans la Tihâma yéménite.
12 Disposition des briques à Tozeur, dans le Sud tunisien.

  • 22 Marçais, 1954, p. 151, fig. 94, mosquée de Bâb Mardûm, fin du xe s. -Hutt, Harrow, 1977, phot. 38- (...)

40De ces zigzags entrecroisés naissent de nombreuses frises de losanges ou de carrés sur la pointe (bayt kâmil) (fig. 7 c-g). Les figures se juxtaposent (fig. 7 c ; phot. 33), s’enrichissent d’éléments concentriques (fig. 7 d, f ; phot. 23) ou s’organisent en réseaux losangés (fig. 7 g) que nous trouvons sur la très ancienne bâb Mardûm de Tolède et sur des minarets iraniens22. Sur la coupole de la mosquée Dardašt d’Iṣfahân par exemple, nous voyons des losanges enlacés comparables à notre figure 7 e et aux losanges qui ornent le fût cylindrique du minaret al-cAlamî.

  • 23 Ce motif figure dans une bordure de mosaïques à H̱irbat al-Minya, 705-715 AD : voir Sourdel, Spüle (...)

41Le balcon du minaret de la mosquée Ibn al-Ḥusayn à Sanaa porte une frise circulaire de carrés sur la pointe concentriques23.

  • 24 Vogüe, Neufville, 1983, p. 233.

42En d’autres frises, triangles et losanges sont reliés par des grecques ou, plus exactement, des méandres qui les encadrent. Rappelons que les grecques sont un « ornement composé de lignes droites horizontales et verticales qui reviennent sur elles-mêmes mais restent toujours parallèles24 ».

43Les grecques de Sanaa correspondent bien à la définition de la grecque, ornement constitué de droites parallèles. Mais leur originalité est d’être composées de droites obliques par rapport aux limites supérieure et inférieure du bandeau, alors que la plupart des grecques sont engendrées par des droites parallèles ou perpendiculaires à ces limites.

  • 25 Herzfeld, 1923, p. 121, abb. 175, orn. 173c.

44Les grecques réunissent des triangles. La figure 7 h représente le thème de base, les figures 7 i à 8 c en sont des variantes qui offrent une parenté avec un thème de Sâmarrâ25.

  • 26 Sourdel, Spüler, 1973, pl. VII, Mosaïque de H̱irbat al-Minya, 705-715 AD, composition centrale.
  • 27 Pope, 1965, t. VIII, tour de Maḥmûd ibn Sibuk-Têgîn (421/1030).
  • 28 Papadopoulo, 1976, p. 403, phot. 224 (1114-1115 AD). Voir aussi un motif en X dans l’une des grand (...)
  • 29 Akwac, 1980, p. 247.

45Les grecques épousent des losanges (fig. 8 d-i), comme à H̱irbat al-Minya26. En s’affrontant, elles créent des motifs en X : amorcés dans les exemples précédents ils sont bien visibles sur la figure 8j et évoquent le décor de la tour de Maḥmûd à Ġazna, sans en avoir la densité27. Toujours à Ġazna, la tour de Mascûd III28 possède un motif en X qui n’est pas sans rappeler, en plus grandiose, cette même figure. Au Yémen, un thème voisin orne un bandeau de la madrasa al-Manṣûrîya à Ğuban (887/1482)29. La figure 8 k offre une combinaison du même type, mais plus complexe.

Fig. 7a-7i. Motifs de bandeaux

46La présence de petits triangles ou petits fleurons ponctuant les angles en contact avec le cadre est un élément de diversification propre à Sanaa (fig. 8 i-k).

LES GALONS DISCONTINUS

47Le galon de briques saillantes se fractionne pour créer des figures géométriques fermées, ou tout au moins isolées les unes des autres.

48La plus simple est constituée par la répétition de droites obliques terminées par de petits triangles : elles évoquent le motif de ḥûtî que nous avons rencontré dans les arts du plâtre et du bois (fig. 9 a).

49Le fractionnement du zigzag et des grecques peut engendrer divers motifs :

  • Des suites de chevrons, pointes en haut ou en bas (fig. 9 b, c) ;
  • Des motifs en M (fig. 9 e) et en W (fig. 9 f) qui rappellent des éléments du décor iranien30 et se ramifient parfois en Y (fig. 9 g). La figure 9 d, que nous pouvons rapprocher de la photo 35, est une variante d’un motif salğûqide qu’on observe sur la tour Kalayan à Boukhara (1127) et sur la madrasa Karatay à Konya (1251-1252)31.
  • Des compositions affrontées en croix de Saint-André épousant des losanges. Certaines offrent une grande maîtrise d’exécution (fig. 9 h-k). D’autres motifs en dérivent, exécutés avec moins d’adresse (fig. 9 l).
  • Des successions de losanges concentriques et incomplets suggérant que le motif se continue au-delà des limites horizontales du bandeau (fig. 10 a-c). Deux bandeaux ceinturant le tambour de coupoles célèbres présentent des thèmes relevés à Sanaa : au Gur Emir de Samarkand, 1404 AD, celui de la figure 10 a ; au mausolée de cheikh Ṣafî ad-Dîn (milieu du xive s.), à Ardabîl, celui de la figure 10 b32.
  • Notons enfin un motif en épi constitué par des chevrons s’emboîtant sur un axe horizontal, de part et d’autre d’un losange central (phot. 21). Ce motif très fréquent à Tozeur, en Tunisie (phot. 12), où il est appelé « palme »33, décore le minaret de la grande mosquée de Nâyîn en Iran (xe siècle)34.

Fig. 8a-8k. Motifs de bandeaux.
8j. Motif de broderie fleurie, ḥuẓîya muzahhara.

50Les éléments secondaires déjà cités (petits triangles, qindîl ou rîša, petits losanges et petits fleurons), ponctuant les angles des figures, donnent de la densité aux bandeaux (fig. 10 b-c).

AUTRES MOTIFS

51Le bandeau de la figure 10 d, très rare, est l’un des plus étroits que nous ayons rencontrés : il est composé de briques dont le champ est taillé en arcs de cercle.

  • 35 Par ex. Pope, 1965, t. VIII, p. 340, B, à Damġân, tour funéraire de Cihil Duẖtarân, 1054-1055 AD. (...)

52En modifiant l’appareil de briques, le maçon obtient des effets plutôt rares à Sanaa. La rotation à 45° des briques sur plusieurs assises superposées donne un motif en dents d’engrenage qui ne semble plus utilisé dans l'architecture domestique de Sanaa depuis trois siècles environ (fig. 10 e ; phot. 29, 32, 34). Certains bandeaux se composent d’une double rangée de dents d’engrenages disposées en quinconce (phot. 32). Ce motif est courant dans l’architecture de terre de Ṣacda et dans les maisons de pierre de bourgades comme Kawkabân, Ṯulâ’ ou Ǧibla. Il décore de nombreux fûts de minarets iraniens35 et permet de réaliser des encorbellements, procédé repris à Sanaa (phot. 1, 1).

Fig. 9a-9l. Motifs de bandeaux.
9 d, 9 i, 9 j. Motifs de broderie, ḥuẓîya

  • 36 Lewcock, 1979 b, p. 100.
  • 37 Jacques-Meunié, 1962, p. 88, pl. 21, tirhermt des Aït Sâïd.

53Un motif serpentiforme orne la façade un peu baroque de bayt Ibrâhîm, n° 209 (fig. 10 f) : les briques posées de champ composent une ondulation soulignée par un trait de plâtre. Le listel inférieur, très large et festonné, évoque une nappe brodée. Au palais d’ar-Rawḍa, nous retrouvons l’ondulation de bayt Ibrâhîm (phot. 44). L’entrelacs de ces deux ondulations dessine une torsade qui ceinture plusieurs minarets de Sanaa comme ceux des mosquées Zumar, Dâwüd, Mûsâ ou al-cAlamî, al-Madrasa enfin (pl. 10 a). Ce motif ancien orne le bandeau qui couronne le mur de la mosquée de Šibâm-Kawkabân datant du ixe siècle36. Au Maroc, dans l’oued Dadès, la torsade constitue l’un des décors de briques37.

  • 38 ABADY, band IV, 1988, phot. 11b et 12a, en fin d’ouvrage.

54Un thème décoratif en briques, unique à Sanaa, à notre connaissance, est fourni par la frise qui surmonte le grand arc, unique lui aussi, de bayt al-cArûsî, n° 105 (phot. 12, 16). Il présente quelque parenté d’aspect avec une frise préislamique de bouquetins vus de face, sculptés dans la pierre38.

  • 39 Pope, 1965, t. VIII, p. 277, monument daté de 498-512/1104-1118.
  • 40 Porte du mausolée d’aš-Šâfi’î, 1213, musée du Caire, reproduite dans Shafici, 1957.

55L’artisan remplace le galon par des formes pleines pour réaliser des frises de carrés sur la pointe ou de festons (fig. 10 g) qui rappellent la technique et les motifs très simples de la grande mosquée de Gulpayagân39. Les polygones étoilés d’un bandeau (fig. 10 h) appartiennent au répertoire cairote40.

56Le bandeau terminal de bayt Ibrâhîm, n° 209, offre, comme plusieurs minarets de Sanaa, une brève inscription théophore (phot. 2, 22).

Fig. 10a-10h. Motifs de bandeaux.

Les panneaux verticaux

57Ils se présentent comme des niches plates, en léger défoncement. Les motifs de briques saillantes sont au nu du mur. La composition dépend des dimensions : décors linéaires dans les bandes verticales, compositions symétriques et réseaux dans les panneaux plus larges.

LES BANDES VERTICALES

  • 41 Voir les motifs utilisés à Ṯulâ’ dans Golvin, Fromont, 1984, p. 151.

58Nous désignons ainsi des frises verticales à décors de briques saillantes, pour les distinguer des bandeaux qui ceinturent les façades, et des panneaux moins hauts et moins étroits. Par leur fond en retrait sur lequel saillent des motifs au nu du mur, ces bandes verticales rappellent les longues niches qui flanquent les arcs des monuments persans. Elles constituent un élément typique de la décoration des maisons en pierre dans les montagnes au nord-ouest de Sanaa, en particulier à Kawkabân, al-Ḥabâba et Ṯulâ’41.

  • 42 D’après Kazimirski, 1960, le sals est un collier populaire où sont enfilés de petits coquillages o (...)
  • 43 Cf. Jean Lambert, chap. 10, « La musique dans la maison tour ».

59Les bandes verticales sont appelées sals, terme dont la racine désigne la chaîne, comme dans la bijouterie42. Le sals est également un terme de musicologie yéménite43. On les appelle parfois šaḏâba, mot utilisé également pour designer un motif de vitrail : il s’agit d’un rameau de plante odoriférante. Dans les trois cas, en évoquant des parures ou la sensualité de la musique, les noms connotent une forte valeur symbolique.

60Les bandes verticales constituent le pendant des bandeaux dont elles ont sensiblement la largeur. Leur hauteur tend à se confondre avec celle de l’étage, soit qu’elles relient deux bandeaux, soit qu’elles jouent les traits d’union entre une baie, šâqûṣ ou vitrail, et le bandeau inférieur (fig. 11b ; phot. 23, 24).

  • 44 L’arc triangulaire est employé surtout dans les NOTES Chap. 17 niches aveugles, en Egypte, à la pé (...)

61Elles sont rectangulaires sous les baies (fig. 11b ; phot. 32) ou couronnées par un petit arc en plein cintre (fig. 12 d), brisé (fig. 13 c) ou triangulaire construit en tas de charge (fig. 11 b)44. Un trait de plâtre en souligne le pourtour et s’étire parfois en pointe au-dessus de l’arc cintré (fig. 12 f).

Fig. 11a-11b. Motifs de panneaux verticaux.

Phot. 13-16. Ordonnance typique de la fin du xviie et du xviiie siècles.
Entre les deux oculi qui surmontent une fenêtre, s ’intercalent un ou deux autres oculi qui donnent de la lumière, mais il y a toujours peu de fenêtres à fermer. Cette ordonnance sera utilisée surtout à la fin du xviie et au xviiie siècle, puis son emploi diminuera au xixe pour disparaître complètement au début du xxe siècle (cf. fig. 7 et 9a, 21 ; phot. 6, 21).
13 Façade occidentale de bayt al-Mahdî, n° 127.
14 Façade de bayt al-ẖaṭṭâbî, n° 128.
15 Façade de bayt cUqba, n° 77, deuxième étage, partie datant de la fin du xixe siècle. Elle constitue un témoin tardif de cette ordonnance que le maçon a choisie, dit-on encore aujourd'hui, parce qu’elle réduit le nombre de fenêtres : la façade est en plein Nord et exposée au froid.
16 Façade orientale de bayt an-Nihmî, n° 141, premier étage. L’étage supérieur, récent, a été repris par un maçon maladroit.

Fig. 12a-12f. Motifs de bandes verticales.

Phot. 17-20. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.
17 Façade sud de bayt at-Ṯilâ’i n° 193.
18 Façade de bayt Muṭahhar, n ° 38. Date des années 1246-1256/1830.
19 Bayt aṭ-Ṭawr, n° 145.
20 Bayt al-Mucayyid, n° 103. Début du xii/xviiie s.

  • 45 Borg, 1959, p. 102. Jacques-Meunié, 1962, p. 24, pl. 4.
  • 46 Finster, 1982 c, p. 232, pl. 91 b.

62Leur décor est moins varié que celui des bandeaux. Le zigzag se développe en hauteur (fig. 12 a) et prend des allures de serpent, terme qui désigne d’ailleurs ce motif à Tozeur, en Tunisie ; nous le trouvons aussi dans l’architecture en pisé du Dadès, au Maroc45. Au Yémen, il est fréquent dans les belles bourgades bâties en pierre au nord-ouest de Sanaa, comme Kawkabân ou Ṯulâ’. A Ǧibla, à la mosquée de la reine Arwâ, il décore le minaret sud-est46. A Sanaa, il orne de nombreuses maisons anciennes, notamment dans le quartier al-Madrasa (phot. 21, 27, 30, 34). Comment ne pas évoquer à propos de ce décor les serpents qu’on trouve gravés par milliers dans des temples préislamiques du wâdî al-Ǧawf, région au nord-est de Sanaa ?

63Des chevrons se superposent ou s’imbriquent de diverses manières (fig. 11 b, 12 d ; phot. 13, 15). Il existe aussi, s’élevant sur trois assises de briques, des chaînes de maillons ovales que les briquetiers appellent « fleur » zahra (fig. 12 b), et qui correspondent aux flammes des « chandelles », qindîl, que sculptent les plâtriers. Un zigzag les encadre parfois (fig. 12 c).

  • 47 Ce motif orne les niches verticales supérieures du portail de la grande mosquée d’Aštarjân (xive s (...)
  • 48 A Damġân, en Iran, le minaret de Târî ẖâna, début du xie s., dans la partie inférieure de son fût, (...)

64Des losanges s’engendrent les uns les autres ou s’entrelacent (fig. 13 a ; phot. 14, dr.). La chaîne verticale de losanges simples (fig. 13 a) ou concentriques (phot. 23, dr.) orne de nombreux minarets de Sanaa et frappe par son caractère iranien47. Les losanges se superposent en figures isolées (fig. 13 d). Dans ce cas, ils emboîtent le losange voisin par deux de leurs côtés à demi-prolongés (fig. 13 c) (sals fî-h caynât), dessinant une figure de poisson, ou ils alternent avec des croix de Saint André (fig. 13 b, g ; phot. 13). C’est encore un schéma iranien48. Les chaînes sont ponctuées sur les bords d’éléments plus petits.

65Losanges et chevrons se combinent (fig. 12 f, 13 g, h). Une petite ouverture d’aération, šâqûs, interrompt parfois la chaîne (fig. 13 a) ou s’inscrit dans un losange (fig. 13 d).

66Des compositions plus larges se rencontrent sous les oculi ou sous les baies qui alternent avec ceux-ci. Deux thèmes reviennent souvent :

  • Bandes verticales et bandeaux réalisent Les entrelacs de losanges (phot. 18, 20, 22).
  • Les rangs de zigzags emboîtés (fig. 11 a), qui se développent avec plus d’ampleur sur d’autres monuments de l’Islam. Au Caire, ils sont sculptés dans la pierre des coupoles mamlûkes49. Ils sont exécutés en brique sur certains minarets iraniens50 et sur le minaret de la mosquée verte d’Iznik en Turquie51.

67une sorte de chaîne et de trame qui quadrillent les façades. Il en résulte une impression d’équilibre et de rythme puissant (phot. 13-16). Mais la fantaisie de l’artisan empêche qu’une symétrie trop rigoureuse n’engendre la monotonie : deux bandes verticales encadrant une baie, par exemple, ont un décor différent (phot. 24), ou ne sont pas de la même hauteur (fig. 27 d), ou encore elles sont décorées du même motif de losanges emboîtés, agrémentés de motifs miniaturisés (phot. 23). Trilles et appoggiatures de briques : on pense irrésistiblement aux innombrables « ornements » qui peuvent varier une ligne mélodique de musique baroque...

68Les bandes verticales n’existent que sur les façades anciennes, aux ouvertures étroites, ayant en général plus de cent cinquante ans : les motifs décrits précédemment y trouvent de riches développements, comme à bayt Sarî (phot. 46, 47). Le couple fenêtre-vitrail s’étant élargi depuis un siècle, les bandes verticales ont progressivement cédé la place aux vitraux devenus plus larges, et il semble que les maîtres maçons aient compensé ce « manque à créer » vertical en appliquant tout leur art aux frises horizontales. Celles-ci atteignent en effet leur apogée dans des parties de demeures bâties depuis le début du siècle, comme bayt al- Ǧirâfî, n° 74 (phot. 4 et 5, 24). ou dâr al-Ḥamd, n° 19 (phot. 16, 19).

PANNEAUX PLUS LARGES

  • 52 Appelés maḥza par un seul artisan.

69Le décor de briques saillantes se déploie également dans des défoncements plus larges et moins hauts que les bandes verticales52. Ils ont les dimensions des baies qu’ils accompagnent ou qu’ils remplacent. Nous les trouvons particulièrement nombreux sur les façades exposées aux vents froids, ou quand le respect de l’intimité des voisins oblige à ne pas percer de fenêtres indiscrètes.

70Le décor se diversifie dans les niches qui prennent la place des fenêtres. Il s’épanouit aussi dans les šubbâk et les arcs aveugles, surtout ceux qui constituent les rebords de terrasses.

71Dans une plaisante variété, le décor de ces niches offre quelques constantes :

  • Chaînes verticales de losanges (phot. 29, fig. 25) réalisés parfois avec des surfaces saillantes pleines, comme sur le mur oriental de la samsara al-Mağğa (phot. 29).
  • Chevrons superposés (fig. 11 b, 16 b), comme on en voit sur un pilier de la grande mosquée de Nâyîn, en Iran53. Un des panneaux de la photo 23 est très proche d’un motif du mausolée de Saraẖ54.
  • Chevrons opposés en X (fig. 16 a) que l’on trouve avec plus d’ampleur sur la tour dite de Maḥmûd à Ġazna55. Notons qu’une des parties du minaret de ẖusrawgird est décorée soit de X simples, soit de X juxtaposés, soit de X superposés56.
  • Zigzags latéraux, simples ou doubles, encadrant un motif axial composé d’une chaîne de losanges (fig. 16 d, 17 a, d)57 ou de flammes, qindîl (fig. 16 e).
  • Parfois les zigzags latéraux se rejoignent au centre du panneau (fig. 16 g, 17 f, g, k).
  • 58 Finster, 1982 c, pl. 91c.
  • 59 Voir par exemple Hutt, Harrow, 1978, p. 37, pl. 13, mosquée Vaqt u Sacat, Yazd (1326).
  • 60 Papadopoulo, 1976, p. 360, pl. 156.
  • 61 Papadopoulo, 1976, p. 512, phot. 818, coupole du mausolée du cheikh Ṣafî ad-Dîn à Ardabîl, xive s. (...)
  • 62 Pope, 1965, t. VIII, p. 503, madrasa Mader-i Shâh, 1706-1714, à Iṣfahân. Voir aussi Papadopoulo, 1 (...)

72Le losange est souvent le thème central. Il évoque un poisson stylisé quand ses côtés se prolongent au-delà d’un sommet (fig. 16 c, f, 18 c). A Ǧibla, à la mosquée de la reine Arwâ, ce dernier motif décore les niches du minaret sud-ouest58. Il est fréquent en Iran59 et en Transoxiane : une des tours de la porte d’entrée de la ville fortifiée des émirs, à Boukhara60, porte ce motif. De ses sommets naissent encore un couple de chevrons qui se ferment sur eux-mêmes ou un losange miniaturisé (fig. 17 c, j). Ce dernier, répété symétriquement aux pointes opposées du grand losange, sur son axe vertical, crée une composition qui existe dans le décor de briques iranien61 et qui semble une version géométrisée du médaillon à pendentifs fleuronnés que les menuisiers et les plâtriers de Sanaa appellent trunǧa (phot. 20-22, 23). Ce motif répété à l’infini dessine un réseau (phot. 18) qui a d’illustres précédents en Iran62.

Phot. 21-24. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.
21. Façade sud de bayt Silâẖ, n° 140.
22. Façade sud de bayt an-Nihmî, n° 141. Agencement typique de la fin du xviie et du xviiie siècle.
23 Façade ouest de bayt al-ẖaṭṭâbî, n ° 128.
24 Façade de bayt Muṭahhar, n ° 38.

Fig. 13a-13h. Motifs de bandes verticales

Phot. 25-28. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.
25. Angle S.-E. de bayt aš-Šâmî, n ° 92.
26. Angle S.-O. de bayt Ǧum an, n ° 201.
27. Angle N.-O. de bayt al-Ǧabalî, n° 192.
28. Angle S.-E. de bayt al-ẖamîsî, n ° 20.

  • 63 La figure 16 h, 17 évoque un motif de la mosquée Mir Buzurg Kawam ad-din à Amol (Sarre, 1901, pl. (...)
  • 64 Said, Parman, 1976, fig. 17, pl. 6, portail de la madrasa Büyàt Karatay à Konya, Turquie, 649/1251 (...)
  • 65 Sourdel, Spüler, 1973, fig. 90. Voir aussi Papadopoulo, 1976, p. 513, fig. 822, coupole reconstrui (...)

73Ainsi, le maçon yéménite tire un grand nombre de variations selon qu’il emboîte les figures (fig. 15, 16 h, 17 a)63, qu’il les décale (fig. 16 i) ou qu’il les inverse (fig. 17 e, h, i). La figure de « tortue » (fig. 17 b) s’apparente à un schéma salğûqide64 déjà cité. Le motif en huit qui naît de l’entrelacs sur la figure 19, à gauche, et qu’on discerne malgré l’empâtement du plâtre sur la figure 21, orne le miḥrâb d’al-Ḥakam II à la mosquée de Cordoue et existe en Iran65.

74Le sceau de Salomon est un motif très souvent utilisé dans la brique (fig. 18 b ; phot. 14, 19, 25, 28, 46-48), comme dans tous les autres matériaux. Il décore les minarets de plusieurs mosquées de Sanaa, telles les mosquée Ibn al-Ḥusayn et Ṣalâḥ ad-Dîn. Nous le trouvons très souvent aussi dans le décor de briques de Zabîd, dans la Tihâma.

75Un semis de petits losanges ponctue les extrémités des galons, le cœur et le pourtour des figures, accentuant l’effet de passementerie créé par les entrelacs (fig. 18 c).

76Dans quelques cas, le maçon déroge aux règles usuelles de Sanaa : en ne biseautant pas les briques, il obtient un motif à ressauts (fig. 22, 1er à g.). Autre exception, les formes saillantes ne sont pas réalisées à partir d’un galon, mais de surfaces pleines (fig. 18 a).

Les merlons

77Les merlons sont inséparables des bandeaux sommitaux qu’ils coiffent et dont ils répercutent dans le ciel les motifs en briques saillantes. Ils portent plusieurs noms : qarn, plur. qurun ; šarnafa, plur. šarânif ; zâ’ida, plur. zawâ’id ( ?). Ils couronnent le mafrağ et la bordure de la terrasse supérieure : ils marquent les angles, parfois le milieu ou le quart des côtés (phot. 35 ; 1, 21). Dans d’autres maisons, comme au palais d’ar-Rawḍa (phot. 42, 21), les merlons scandent l’espace à faible intervalle, au-dessus des montants qui renforcent le tiğwâb. Ils dialoguent avec les cheminées qui contribuent à l’animation des terrasses de Sanaa par leurs formes fantaisistes (phot. 28-35, 7), ou les camouflent en s’intégrant à elles (phot. 28, 7). Ils rehaussent enfin certains šubbâk (fig. 29). Ces ornements étaient jusqu’à la révolution de 1962 l’apanage des maisons princières ou des hauts fonctionnaires de l'imâmat : ils se sont multipliés depuis.

78La silhouette rustique des merlons, souvent empâtée par le lait de plâtre, se profile en triangles (phot. 35), en losanges parfois incomplets (fig. 8 c) ou superpose ces figures (fig. 29). Ainsi, sur le corps du merlon, culminent un ou plusieurs carrés sur la pointe obtenus avec des briques posées en diagonale qui paraissent défier les tempêtes (pl. 11 c).

79Les contours sont un facteur de diversification : tantôt rectilignes, tantôt à ressauts, tantôt arrondis en pain de sucre.

80L’élément végétal se réduit au fleuron : il coiffe les merlons triangulaires ou en constitue le corps dans les balcons de minarets et dans les maisons, sur certaines parties en encorbellement comme le kušk de bayt Muṭahhar, n° 38 (phot. 33, 21).

81Les motifs de briques saillantes qui remplissent la surface des merlons épousent leur forme : ainsi des chevrons s’inscrivent dans des merlons triangulaires (phot. 28, 7) et parfois descendent jusqu’au listel inférieur du bandeau sous-jacent dont ils interrompent le dessin. Le décor des merlons reprend souvent un thème du bandeau inférieur ou développe une figure plus complexe comme la rosace. Ce dernier exemple montre que, dans la même frise, alternent parfois des merlons aux formes et aux motifs différents : une fois encore, le maître maçon goûte une certaine fantaisie qui casse une symétrie trop stricte.

  • 66 Voir de nombreux dessins dans Bonnenfant, 1991, fig. 3, p. 721.

82L’usage des merlons remonte à la plus haute Antiquité. Ils avaient autrefois une fonction défensive accompagnée d’une valeur d’exaltation du temple ou de la demeure qu’ils décoraient. Ils subsistent partout aujourd’hui dans la péninsule Arabique66 comme élément décoratif et comme décor de couronnement, au sens fort du terme : ils sont le diadème de la maison. Mais nous n’avons pas noté pour les merlons de valeur prophylactique claire comme celle qui est accordée aux cornes de bouquetins. Celles-ci portent le nom de qurûn, nom également donné aux merlons d’angle, et les accompagnent parfois au sommet de demeures prestigieuses (phot. 31, 23).

Les décors en briques disposées à jour

83Les briques disposées à jour permettent d’aérer, de voir sans être vu et de diffuser un minimum d’éclairage dans les lieux dépourvus de fenêtre. Nous les trouvons donc surtout dans certaines niches aveugles de murs limitant des cuisines, des toilettes ou des escaliers, et plus encore dans les šubbâk (fig. 27 a 29) et les bayt aš-šurba (phot. 8, 15 ; 49 ; 5, 24)Il en existe aussi dans les tiğwâb de terrasses (phot. 33, 21).

84En laissant un vide entre deux briques, on obtient un jour rectangulaire de la hauteur de l’assise et dont la largeur varie d’un quart de brique à une brique entière (fig. 26 a). A partir de ce module très simple, on crée :

  • des jours verticaux s’allongeant sur quatre à cinq assises et parfois fendant les niches aveugles sur les deux tiers de la hauteur (phot. 43) ;
  • des jours en croix grecque (fig. 26 b, c), et moins fréquemment des jours en croix latine ;
  • enfin le motif, losange ou carré, est donné par les briques pleines qui se détachent sur un fond évidé (fig. 27 b, 29).

85Dans les défoncements, on trouve de un à plusieurs jours ; ceux-ci sont généralement disposés en quinconce. Dans les niches aveugles et sur les šubbâk, ils sont alignés sur deux ou trois rangs. Quand on souhaite un maximum de ventilation ou de visibilité, les rangées de jours couvrent tout le fond des niches. C’est le cas de nombreux tiğwâb (phot. 39, 40), et aussi des murs des bayt aš-šurba.

  • 67 Lewcock, 1980, Dâr al-cAfîf, pp. 94-95.
  • 68 Lewcock, Smith, 1974, p. 80, pl. 4.
  • 69 Bernus-Taylor, 1988, p. 99, phot. 89.

86Notons le cas particulier des briques en délit qui créent des jours losangés dans un rebord de terrasse. Ce procédé est employé dans le décor d’une des plus vieilles maions du Yémen67 et dans celui de la mosquée al-Muẓaffar de Tacizz (xiiie s.)68. Il était déjà utilisé en 960 dans le décor de bâb Mardûm69. Au nu du mur, surtout dans les escaliers et les bayt aš-šurba, les damiers ajourés constituent des ensembles rectangulaires (phot. 1, 24), triangulaires ou composés de triangles opposés (phot. 49). Un badigeon de plâtre individualise ces ensembles et accentue le contraste entre brique pleine blanchie et ajours sombres. Le plâtrier aime, comme nous le verrons, leur donner des contours insolites. Ces claires-voies de briques semblent avoir pris de l’importance dans les maisons bâties depuis un siècle environ.

87Même si leur rôle est secondaire, comparé aux décors de briques saillantes, le décor de briques ajourées n’est pas négligeable. Sur les façades secondaires, les jours sont des trous d’ombre qui ponctuent le mur clair ; dans les tiğwâb, ils emprisonnent dans leur filet un fragment de ciel ou de soleil.

  • 70 Hutt, Harrow, 1977, par exemple p. 63, pl. 7, Nâyîn, minaret de la grande mosquée, xe s. ; pl. 96, (...)
  • 71 Bonnenfant, 1977.

88L’Iran a beaucoup employé ces décors de briques disposées à jour70. Dans la péninsule Arabique, ils sont prisés notamment dans le sultanat d’Oman71.

LES ARCS ET LE DÉCOR DES BAIES QU’ILS COURONNENT

La construction d’un arc

89L’arc en plein cintre est le plus employé dans la construction antérieure à 1970, mais l’arc segmentaire tend à le remplacer.

  • 72 D’après une observation de Lewcock, 1983 b, p. 472. Nous ne l’avons pas vu nous-mêmes.

90Pour construire un arc en briques, le maçon utilise le même procédé que pour la pierre (phot. 9). Ajoutons seulement que, quand c’est nécessaire, les briques sont parfois amincies par frottement sur une pierre volcanique, ce qui leur donne une forme de claveau72.

  • 73 La masjid-i-Jami de Shîrâz (262 H / 875) présente, côté sud-ouest, des arcs persans à deux voussur (...)
  • 74 Grabar, 1966, p. 72, fig. 73, p. 73, Ephèse, église de la Vierge, ive s., transformée au vie s.
  • 75 Lewcock, 1979a, pp. 80-83. Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 337, fig. 18.34, et p. 3 (...)

91A Sanaa, l’arc représente l’un des rares cas où les briques ne sont pas disposées à l’horizontale. Les petits arcs ou les niches aveugles peuvent n’avoir qu’une seule rangée de briques rayonnantes (fig. 12 c), mais l’une des originalités de Sanaa est le double rang de claveaux qui, dans la belle construction, doit sommer les arcs (phot. 35, 36 ; fig. 16 f). Les maçons appellent l’arc intérieur « arc du vitrail », caqd al-caqd, parce qu’il est directement en contact avec le vitrail ; ils nomment l’arc extérieur « arc de la construction », caqd al-binâ’, parce qu’il soutient le mur édifié au-dessus de lui. Pour d’autres artisans, l’arc inférieur se nomme caqd taḥtânî et l’arc supérieur caqd fûqânî. Le maçon réalise généralement le rouleau extérieur en briques entières et le rouleau intérieur en demi-briques (phot. 34, 19), parfois en briques entières. Les deux rouleaux sont séparés par une gorge, appelée tastûd, terme qui signifie littéralement « remplissage ». Sa hauteur correspond à l’épaisseur des demi-briques posées à plat et en retrait sur l’extrados de l’arc intérieur. Cette disposition des briques ne leur permet de jouer aucun rôle dans le soutien du mur édifié au-dessus. Un petit triangle taillé dans la brique interrompt ce sillon : en coiffant la voussure inférieure, il relie les deux arcs à leur clef : c’est la chandelle, qindîl, terme déjà rencontré plus haut (fig. 18 d)73. Quand l’arc du vitrail repose sur des piédroits, le sillon médian s’arrête à la naissance de l’arc (phot. 32, 19) ou double les piédroits jusqu’à leur base (phot. 31 ; 16, 19). L’arc cintré à double rouleau construit en briques rayonnantes existait dans l’architecture byzantine du vie siècle74. A-t-il été transmis à Sanaa lors de l’occupation éthiopienne de 520 à 575, qui a permis la construction d’une cathédrale chrétienne de style byzantin dont il reste des vestiges dans la grande mosquée de Sanaa75 ?

92L’arc en mitre est fréquent au-dessus des petites baies d’aération et des niches aveugles. Il est construit en tas de charge (fig. 11 b, 22). Au-dessus de l’arc, l’artisan noie dans le mortier plusieurs rondins de six à dix centimètres de diamètre, disposés longitudinalement au mur, derrière la brique du parement : ils répartissent mieux la charge du mur édifié au-dessus d’eux et lui donnent plus de cohésion.

La décoration des arcs

93Il existe toute une gamme de baies couronnées par des arcs, allant de la baie ouverte à la baie fermée. Les arcs jouent un rôle essentiel dans l’animation des façades : ils constituent les arcatures ouvertes de rebord de terrasse, couronnent les niches percées d’oculi, sertissent les vitraux, couronnent les petites fenêtres d’aération appelées šâqûṣ ou les niches. Un décor particulier s’applique à chaque type de baie.

LES ARCATURES OUVERTES DES TERRASSES

94Elles se situent souvent à l’avant-dernier étage de la maison, et ceinturent partiellement la ğubâ qui entoure le mafrağ (phot. 53-58, 7 ; 48, 49). Mais des arcatures bordent aussi des terrasses à des étages moins élevés (phot. 5, 15). Les arcs sont le plus souvent en plein cintre. Ils sont construits d’une seule épaisseur de briques et soutenus par des piliers qui en comportent deux. L’extrados peut se redresser en triangle ou être coiffé d’un carré sur la pointe (fig. 18 d). Les arcs sont parfois en surplomb et suggèrent alors les lobes latéraux de grands fleurons dont le lobe central pointe au-dessus des piédroits (phot. 48). A bayt aš-šacibî, n° 215, le tracé est plus complexe : des arcs en plein cintre s’entrecroisent avec des arcs en mitre (phot. 49). Quelquefois (phot. 57, 7), les piliers ne supportent pas d’arc en briques, mais une grille de plâtre découpée à jour. L’enduit de plâtre adoucit les formes.

Phot. 29-34. Autres aspects des panneaux de brique.
29. Samsarat al-Mağğa, façade orientale.
30 et 31. Maisons non identifiées.
32. Façade est de bayt Mucîḍ, n° 189. Noter le motif en dents d’engrenage, dans le bandeau inférieur, caractéristique de maisons anciennes.
33. Façade ouest de bayt al-ẖawlânî, n ° 80.
34. Bayt aḍ-Ḍamârî, n ° 150. Les motifs des panneaux latéraux représentent-ils des serpents comme ceux qui ornent les temples préislamiques du wâdî Ǧawf ?

95Ces arcatures ouvertes peuvent être plus ou moins occultées selon le double critère du degré d’intimité souhaité et du désir de paysage. En haut de la maison, elles permettent souvent une visibilité entière sur la ville, tout en donnant au spectateur intérieur un premier plan qui repose la vue, évite le vertige et donne de l’élégance au cadre urbain. Au rez-de-chaussée, quand il existe un mafrağ s'ouvrant sur une terrasse creusée d’un bassin, elles limitent cette terrasse sur un ou plusieurs côtés, sans masquer le jardin environnant. Sur ces terrasses, les femmes font sécher le linge et cultivent très souvent quelques plants de basilic et autres plantes odoriférantes (phot. 14, 23).

96Dans les étages intermédiaires de la maison, davantage utilisés par les femmes, les arcatures sont souvent closes de grilles de plâtre, parfois circulaires, dont les motifs ne diffèrent pas sensiblement de ceux des vitraux. Ils sont plus denses, peut-être pour compenser l’absence du verre qui renforce la grille (phot. 41, 49). Ils ajoutent beaucoup au charme de l’arcature. Pour s’isoler un moment, les femmes y fixent parfois un tissu, le temps d’un travail à l’abri des regards.

Fig. 14. Niches aveugles.

97Vues des autres maisons, ces arcatures toujours blanchies au lait de plâtre parent la demeure en allégeant ses volumes et en donnant de la profondeur aux façades.

LES NICHES PERCÉES D’OCULI

  • 76 Cf. aussi Golvin, Fromont, 1984, p. 150.

98Elles subsistent dans les vieilles maisons ou dans les parties anciennes de demeures transformées, selon le schéma suivant : deux oculi de 30 à 40 cm de diamètre, appelés mudawwara, percent le fond plat d’une niche étroite (50 à 60 cm de largeur), profonde de 5 à 10 cm, couronnée d’un arc en plein cintre. La hauteur de la niche représente environ les deux tiers de la hauteur de l’étage, quand elle surmonte une fenêtre ; si celle-ci n’existe pas, la niche tend à occuper toute la hauteur d’un bandeau à l’autre. Le plus souvent, le cadre circulaire des oculi est constitué de briques rayonnantes qui saillent sur le fond de la niche (phot. 14, 15). L’oculus supérieur s’inscrit sous l’arc de la niche dont il n’est séparé que par un sillon étroit dans sa moitié supérieure ; il se superpose à l’oculus inférieur. Le diamètre des oculi, bordure comprise, tend à se confondre avec la largeur de la niche, à la différence d’autres villes yéménites des régions montagneuses, comme Ibb, Ǧibla, Kawkabân ou Ṯulâ, où les ouvertures circulaires sont plus petites et se combinent de manière différente (fig. 10 a-15, 21)76. Une petite languette triangulaire, qindîl, placée dans l’axe de la composition, réunit les deux oculi ; plus haut, une autre réunit l’oculus supérieur au sommet de la niche (phot. 20). Losanges et triangles en briques saillantes meublent les écoinçons. Les oculi étaient autrefois fermés par des plaques d’albâtre, qamarîya, qui assuraient une lumière douce dans la pièce, que les volets soient ouverts ou fermés.

99Ce schéma connaît plusieurs variantes.

100Il peut n’exister qu’un seul oculus. S’il s’ouvre en haut de la niche, toute la surface restante reçoit un décor de briques saillantes (phot. 17). L’oculus peut percer le fond d’une niche qui s’arrête juste au-dessous de lui (fig. 11 a ; phot. 26).

101Ailleurs, l’oculus supérieur ou les deux oculi sont remplacés chacun par une petite baie étroite et cintrée (phot. 33, 46) ; l’arc de la baie inférieure est tangent au cadre de la baie supérieure. Le décor de briques saillantes subsiste dans le bas de la niche. Cet agencement se retrouve par ailleurs (phot. 6 et 8, 21). D’après les renseignements historiques obtenus, cet agencement se pratiquait voici trois siècles environ, sans exclure d’autres époques.

102Une autre variante, relativement fréquente, se caractérise par deux petites baies géminées qui se substituent à l’oculus inférieur (phot. 24 ; 12, 21). Le piédroit central qui les sépare est parfois orné de petits losanges, point de départ à l’habituel décor d’entrelacs que dessine la brique saillante dans la partie pleine de la niche (phot. 18). Sachant que les trois niveaux inférieurs de bayt Muṭahhar, n° 38, furent construits dans la première moitié du xixe siècle, ce type de baie géminée se construisait encore à cette époque.

103Il arrive que la niche devienne aussi large que haute, rappelant par ses proportions les grands vitraux de plâtre des étages supérieurs. Elle est percée de plusieurs oculi ou d’un oculus surmontant de petites baies (phot. 47), combinaison rare à Sanaa mais fréquente à Ḏamâr, au sud de Sanaa.

104Il est à noter que les oculi existent indépendamment de la niche :

  • garnis d’un claustrum de plâtre, avec ou sans vitrage, ils alternent avec les arcatures aveugles ou ouvertes des rebords de terrasse (phot. 41, 42, 46)77 ou plus rarement éclairent les pièces d’habitation (phot. 16, 19).
  • les oculi sont parfois groupés en triangle, par trois au-dessus d’une fenêtre (phot. 25). Sur la paroi d’une grande loge saillante, kušk, bâtie en maçonnerie mais recouverte de plâtre, les oculi sont groupés par cinq ; cet aménagement caractérise une grande maison du quartier al-Fulayḥî, bayt Muṭahhar, n° 38, mais est unique à Sanaa.

105Des niches percées d’oculi sont aménagées dans la construction de pierre aux étages inférieurs. La brique est employée pour réaliser le remplissage de la niche autour des oculi (phot. 27, 28, bas).

Fig. 15. Niches aveugles.

  • 78 Lewcock, 1980, Dâr al-cAfîf, pp. 94-95.

106Les niches percées d’oculi ne sont plus construites aujourd’hui. Elles témoignent d’un état ancien de la baie cintrée à Sanaa. Lors de son passage dans la ville en 1763, Niebuhr avait signalé l’existence de petites fenêtres rondes. Il semble qu’elles soient liées à l’habitat fortifié des hautes terres yéménites78.

107Au Yémen, les niches percées d’oculi se présentent dans des arrangements différents suivant le matériau localement utilisé. Dans les maisons de pierre d’al-Ḥagara, près de Manâẖa, les niches en plein cintre sont percées d’un à trois oculi. A Ibb et Ǧibla, les niches en pierre sont sommées d’un arc en plein cintre ou brisé ; les ouvertures rondes se regroupent par deux, trois, quatre ou cinq, ou se combinent avec des baies géminées (fig. 10 a-10 c, 21) ; nous avons des arrangements plus complexes à Damâr et Ṯulâ’ (fig. 11-15, 21). Dans les maisons en pisé de Sacda, les ouvertures circulaires ne sont pas forcément dans des niches.

  • 79 Hill, Golvin, 1976, phot. 55.

108Hors de la péninsule Arabique, l’utilisation des oculi, seuls ou associés à des baies géminées, est courante dans l’architecture mamlûke d’Egypte, par exemple au palais de cAlin Ak décrit par Alexandre Lézine (1294 AD), ou dans le mausolée du sultan Mâlik al-Ašraf ẖalîl (1288 AD)79.

Phot. 35-38. Les niches aveugles, muġaffara.
35. Façade sud du mafrağ de bayt aẓ-Ẓabî, n ° 148. Il déroge à la règle qui veut que le mafrağ soit orienté vers le sud, mais c ’est pour que ses hôtes profitent de la vue sur le bustân et le minaret de la mosquée al-Madrasa, qu'on voit à droite. Le mafrağ fut construit juste avant la révolution de 1962 : bon exemple du style de l’époque.
36. Façade orientale de bayt cAbd Allah cAmir, n° 144.
37 et 38. Maisons non identifiées.

LA BAIE CINTRÉE, cAQD, FERMÉE PAR UN VITRAIL

109Le mot d’arabe classique désignant l’arc, caqd, est employé au Yémen où il désigne aussi, par extension, le vitrail serti de plâtre lui-même. Destiné uniquement à l’éclairage de la pièce, le caqd est une baie cintrée qui se trouve dans la moitié supérieure des murs de chaque étage, généralement au-dessus d’une fenêtre rectangulaire. Si cette fenêtre n’est fermée que par deux battants, il s’agit d’une ṭâqa. Si la fenêtre est fermée par trois battants ou plus, jusqu’à sept dans certains grands mafrağ, il s’agit d’un ğarf. Précisons que ces battants peuvent être des volets au droit du mur intérieur de la pièce, des contrevents au droit du mur de façade, ou des battants vitrés, souvent ajoutés depuis une cinquantaine d’années.

110Un arc en plein cintre couronne en général le vitrail. L’arc segmentaire sans piédroits caractérise les vitraux les plus récents (phot. 10, 23), mais il existe avec piédroits dans de vieilles maisons (phot. 47, 53). L’arc brisé est exceptionnel à Sanaa dans la brique.

111Les proportions et la forme du vitrail témoignent de l’évolution de la baie.

112Les baies cintrées hautes et étroites se rapprochent par leurs proportions de la niche percée d’oculi. En fait, il arrive fréquemment que ces baies soient d’anciennes niches percées d’oculi dont on a, lors d’une restauration, démoli les oculi de briques pour mettre à la place une grande plaque d’albâtre (phot. 32) ou un vitrail plus grand (phot. 47, ét. sup.). Ainsi peut-il subsister la trace de l’ancien oculus inférieur (phot. 47, à dr.).

113Des baies moins hautes, mais plus larges, caractérisent des étages bâtis à partir de 1850 environ. Le vitrail s’inscrit dans un arc en plein cintre souvent surhaussé. Dans les maisons les plus récentes, le vitrail perd de l’importance par rapport à la fenêtre qu’il surmonte.

114La plupart des arcs se caractérisent, nous l’avons vu, par leur rangée double de rouleaux. Dans tous les exemples précédents, les rangs de claveaux sont au droit du mur de façade, mais dans les vieilles maisons, certains vitraux s’inscrivent dans des arcs à ressauts (phot. 53).

115Le cadre du vitrail reçoit des ornements de briques saillantes. Certains sont rares :

  • une frise de festons orne le premier rouleau de l’arc (phot. 54), procédé que nous trouvons en Iran, à Marâġa80.
  • l’arc est extradossé en denticules (phot. 55). La frise de denticules, simple ou double, borde la gorge qui sépare les deux rouleaux et se continue parfois dans les piédroits du vitrail et de la fenêtre (phot. 55, 7 ; 3a, 22).

116D’autres ornements sont très fréquents. Des motifs de briques remplissent le défoncement compris entre le vitrail et la fenêtre sous-jacente. Un motif propre aux vitraux anciens, hauts et étroits, a la forme d’une coupe arrondie et évasée. C’est un décor de survivance qui rappelle la bordure de l’ouverture ronde inférieure de la niche percée d’oculi (phot. 27, 47). Parfois, le vitrail est cintré en bas comme en haut (phot. 27). On peut penser que les deux rangs de voussoirs attestent l’évolution de la baie à partir de la niche percée d’oculi : l’arc extérieur rappelle celui de la niche et l’arc intérieur, le pourtour saillant de l’oculus supérieur.

117Le vitrail de plâtre, qui constitue l’un des décors les plus attractifs de la maison de Sanaa, a remplacé la plaque d’albâtre, trop petite pour décorer l’arc entier à partir du moment où il s’est agrandi.

LE ŠÂQÛṢ

118En maçonnerie, le šâqûṣ est une ouverture d’aération en forme de meurtrière qui perce les murs, dans les étages habités, à la hauteur des vitraux dont il est le compagnon (phot. 1 ; 16, 19 : 37, 21). Pour qu’il y ait šâqûṣ, dans la maçonnerie comme dans la menuiserie, il faut qu’il y ait un petit battant qui permette de fermer l’ouverture et de contrôler l’aération. Si le jour est constamment ouvert, il s’agit d’un ẖuzq. Au droit du parement extérieur, le šâqûṣ est décoré d’une claire-voie de plâtre, ce qui n’est pas le cas pour le ẖuzq. Le šâqûṣ, enfin, est isolé, alors que les ẖuzq sont souvent regroupés, comme nous l’avons vu.

119En façade, le šâqûṣ est couronné d’un arc en plein cintre (phot. 19), qui semble caractériser des habitations de plus de 150 ans. L’arc peut être également brisé, en mitre, trilobé (phot. 31), en fer à cheval, ce qui donne une ouverture en trou de serrure (phot. 33, 21. au-dessus du grand kušk). Il existe aussi des šâqûṣ rectangulaires dans de vieilles maisons. Un sillon dessiné par des briques en retrait souligne les arcs en mitre qui sont les plus employés et dégage au sommet un petit losange, souvent repris à la base du šâqûṣ (phot. 29, 19 ; 33, 19). On retrouve au-dessus de l’arc en plein cintre les deux rouleaux miniaturisés séparés par une gorge (phot. 1,1). Le šâqûṣ doit beaucoup de son charme au décor de plâtre : à l’intérieur de la pièce ou en façade, le šâqûṣ est souvent rehaussé d’un décor de stuc. Un petit motif de rappel décore la base du šâqûṣ : dents de scie, losange ou rectangle évidé.

120Quelles sont les origines du šâqûṣ ? Il faut évoquer les nombreuses régions chaudes où des baies de ventilation, placées au ras du plafond, permettent d’évacuer l’air chaud de la pièce : c’est le cas à Tozeur en Tunisie, dans le Qaṣîm d’Arabie Saoudite ou dans la Tihâma du Yémen. Ce procédé d’aération est fréquemment utilisé pour des murs s’ouvrant sur la rue : ils aèrent la pièce sans lui faire perdre son intimité. Mais la caractéristique du šâqûṣ de Sanaa est d’être muni d’un battant accessible : on peut l’ouvrir et le fermer à volonté pour moduler l’aération dans la pièce, notamment durant les séances de qât.

ARCS AVEUGLES, ARCS AJOURÉS

121Nous regroupons ici tous les défoncements couronnés par un arc et dans lesquels les parties pleines l’emportent sur les parties évidées. Le défoncement plat est appelé muġaffara ou masdûda. Ils sont nombreux sur les façades secondaires. Leur rôle esthétique est incontestable, qu’ils soient isolés, couplés avec une autre baie ou groupés en arcature. Leur défoncement crée des jeux d’ombre et de lumière qui évitent la monotonie de grandes surfaces planes.

Tracé et décor des arcs

122Les arcs sont très souvent en plein cintre. Les voussoirs sont des demi-briques placées de champ en plan rayonnant.

  • 81 Hutt, Harrow, 1977, pl. 122, p. 178, sanctuaire de Natanz, xive s.

123Ils peuvent être segmentaires (fig. 17 a-d), surhaussés (fig. 16 b), en mitre, avec ou sans ressauts (fig. 22). Nous trouvons ce type en Iran81.

124Plus rares sont les arcs outrepassés (fig. 20) ou trilobés. L’arc se renverse parfois dans les tiğwâb de maisons récentes (fig. 16 d).

  • 82 Ibid., pl. 124, p. 180, grande mosquée de Vârâmin, 1322.
  • 83 Ibid., pl. 2, p. 58.

125Des variations naissent de l’articulation de l’arc avec les piédroits. Ceux-ci prolongent l’arc (fig. 16 f). Ou bien l’arc au départ est en surplomb sur les piédroits (fig. 16 h), comme en Iran82. Ou encore la largeur de la niche, au niveau des piédroits, est inférieure à la portée de l’arc. Ce dernier type de baie existe dans le Târî ẖâna de Damġân, viiie siècle, où les arcs reproduisent des prototypes sassanides83, ou encore dans les églises coptes d’Ethiopie.

  • 84 Gerster, 1968, pl. 43.

126D’autres variations se développent selon la disposition des voussoirs sur un ou deux rangs. Dans le deuxième cas, les piédroits se trouvent dans le prolongement du rouleau intérieur (fig. 16 f), ou de la rainure qui sépare les deux voussures (fig. 16 h, i). Cette dernière variation se rencontre dans l’art copte d’Ethiopie : les murs de l’église-crypte de Qorqor et de Dabra-Sayon ont des niches peu profondes où est peinte une icône84. Autre possibilité : quand la niche est surmontée par deux rangs de voussoirs, le rouleau intérieur s’incurve en arc en fer à cheval qui s’intégre dans le décor en briques saillantes des niches (fig. 21, 24, de part et d’autre du šubbâk).

127De nombreux arcs s’inscrivent aussi dans une niche rectangulaire. Ils ne sont plus alors qu’un décor de briques saillantes ; ils existent en plein cintre (phot. 48), en mitre simple (phot. 36) ou double (phot. 27, 7), avec ou sans décor d’écoinçon.

128Le plâtre joue, comme nous le verrons, un rôle essentiel dans la diversification des arcs.

Arcs à jour et arcs ajourés

  • 85 Hutt, Harrow, 1977, pl. 109 et 134.

129Les arcs à jour sont percés d’une ouverture, plus rarement de deux (fig. 14), qui ne dépassent pas 25 cm de hauteur ; elle peut être carrée (fig. 14), ronde ou rectangulaire (phot. 29) ou couronnée d’un arc en plein cintre (fig. 14, en bas), en mitre (fig. 14, centre) ou chantourné (fig. 14, bas). Les niches percées d’un jour se rencontrent en Iran85.

130Les arcs ajourés sont nombreux dans les garde-corps de terrasse, où les niches sont percées d’alvéoles rectangulaires verticales ou horizontales (fig. 26 a ; phot. 21, 7). Quand elles ont la forme d’une croix, le maçon les appelle ẖizqân zinğîrî (fig. 26 b, c). Entre l’alvéole unique et le damier serré occupant presque tout le défoncement, toutes sortes de combinaisons sont possibles : alvéoles disposées en losange, en triangles, alvéoles disposées sur un ou deux rangs.

Fig. 16a-16i. Décors de niches aveugles.

Fig. 17a-l 7k. Décors de niches aveugles.

  • 86 Ibid, pl. 96, p. 152; pl. 114, p. 171.

131Les arcs du tiğwâb de bayt Zâ’id sont ajourés de trois longues fentes verticales sur toute leur hauteur (phot. 43). Sur les murs des étages habités, les arcs ajourés se rencontrent dans la partie supérieure des murs de la cuisine (phot. 37). Quand il n’y a pas de cheminée, ils permettent l’évacuation de la fumée des fours à pain, tannûr ; c’est pourquoi ils sont noircis. Les alvéoles se combinent parfois avec une petite fenêtre. Les arcs ajourés d’alvéoles rectangulaires ou en croix sont fréquents dans l’architecture iranienne86.

Fig. 18a-18d. Décors de panneaux.

Fig. 19-23. Décors de tiğwâb.

Les arcs aveugles

132Nous trouvons les arcs aveugles, ṭîqân muġaffara ou simplement muġaffara, dans les parapets de terrasse et aux étages habités.

133Parfois, la niche pleine ne reçoit aucun décor (fig. 14, 23). Le parapet est alors appelé tiğwâb ṣâfî ou tiğwâb muṭlaq, termes qui évoquent l’idée de perfection, de « vrai » tiğwâb. Les niches aveugles empêchent en effet de voir de ce qui se passe sur la ğubâ.

134Souvent, la niche est rehaussée de motifs de briques saillantes étudiés plus haut. Plus rarement, des ornements sont découpés dans le plâtre : nous en avons un exemple sur les murs du mafrağ de bayt Talhâ, n° 202, où aiguières et fleurons complètent le décor des vitraux voisins (phot. 7, 23).

Phot. 39-41. Deux tiğwâb vus de l’intérieur.
39. L’envers du décor : reste d’une grille de plâtre, décors de briques ajourées en croix, motif de brique serti dans un cercle. Bayt Saric, n ° 43.
40 Un šubbâk de tiğwâb vu de l’intérieur. Bayt Sarîc, n ° 43.
41. Les claustra en plâtre d’un tiğwâb, vus de l’intérieur. Dâr aḏ-Ḏahab, n° 11.

Fig. 24 et 25. Décors de tiğwâb.

Phot. 42-45. Décors de tiğwâb, vus de l’extérieur.
42. Bayt Ġamâl Ǧamîl, n° 207.
43. Bayt Zâ’id, n° 83.
44. Ancien palais de l'Imām à ar-Rawḍa.
45. Bayt al-Ǧirâfî, n° 74.

Phot. 46. Façade ouest de bayt Saric, n° 43.

Phot. 47. Bayt Saric, vue d’ensemble de la façade sud.
Voir un détail de cette façade dans Bonnenfant, 1989, pp. 120-121 : outre les sceaux de Salomon, noter les cafetières surmontées d'un fleuron à longue hampe.

Phot. 48. Mafrağ de bayt al-Yadûmî, n° 126.
La photo est prise du N.-O. A gauche, la façade nord du mafrağ possède des décors de niches surmontées de vitraux. La logette de briques ajourées est destinée à rafraîchir les boissons des hôtes du mafrağ.

Phot. 49. Une partie des tiğwâb, façade nord de bayt aš-Šacîbî, n° 215.

La rawwâqa

135La rawwâqa est une sorte de loggia, profonde de 50 cm à un mètre, qui s’ouvre à des niveaux supérieurs par une arcade ayant presque la hauteur de l’étage (phot. 50-52). Un arc plein cintre ou surhaussé la circonscrit, dont la voussure se compose de briques entières rayonnantes. Le mur en retrait est percé de baies agencées comme celles qui sont percées au nu de la façade : des oculi ou des vitraux flanqués de šâqûṣ surmontent des fenêtres rectangulaires commandant l’accès à la loggia. Les rawwâqa ne sont plus construites aujourd’hui. On les trouve généralement sur des maisons de plus de cent ans, nombreuses dans le quartier ouest de la grande mosquée. A bayt az-Zubayrî, n° 56, qui possède deux rawwâqa superposées (phot. 2 et 5, 15), la rawwâqa supérieure est postérieure à 1894 (comme en témoigne la photo 28,1).

136La faible profondeur des loggias et leur accès peu commode n’en font pas des lieux où l’on séjourne : ce ne sont pas des balcons et il n’y a pas de porte. L’intimité est souvent assurée par des claustra de plâtre montés sur le garde-fou qui se confond avec le bandeau d’étage (phot. 52) : ils évoquent les šîš de Jedda, écrans disposés en avant des fenêtres qu’ils protègent des regards. La fonction esthétique des rawwâqa est évidente : elles donnent de la profondeur aux façades et varient les dimensions des arcs.

LE ŠUBBÂK DE BRIQUE

137Les deux murs latéraux ajourés du šubbâk en briques sont supportés par des solives dépassant du mur de façade dans lequel elles sont engagées (phot. 36, 40). Elles reposent souvent sur deux consoles à ressauts, trois pour les plus grandes logettes (fig. 29). Le toit plat du šubbâk se termine par une corniche constituée par une ou deux assises de briques saillantes, qui atténue les méfaits de la pluie.

138De nombreux effets décoratifs déjà rencontrés dans l’art de la brique à Sanaa sont exploités dans les šubbâk.

139Une bordure saillante souligne les arêtes du šubbâk et détermine sur la face principale un défoncement rectangulaire dans lequel s’inscrit un arc également en relief. Des alvéoles dont nous avons vu l’utilité ajourent les parois. Les variantes à ce schéma type proviennent du tracé de l’arc et du décor de son extrados, mais surtout du dosage entre motifs ajourés et motifs saillants. L’arc en plein cintre est la règle, malgré des exceptions, comme l’arc en mitre. Le rang de claveaux, coiffé ou non d’une flamme, qindîl, n’est pas prolongé par les piédroits (fig. 27 a, b). C’est le cas seulement quand il est double : la gorge séparant les deux arcs se prolonge alors jusqu’à la base du šubbâk (fig. 11 b).

140L’accent est mis sur le décor ajouré dans de nombreux šubbâk. Les alvéoles sont disposées en damier sur les faces latérales et dans le défoncement de la face principale, sous l’arc (fig. 27 a). Les alvéoles carrées ou rectangulaires se combinent avec des alvéoles en croix (fig. 27 c). Un joli motif est constitué d’une ou plusieurs rangées de carrés sur la pointe ou de losanges se détachant sur un fond évidé (fig. 27 b, d, 29).

Phot. 50-52. Une forme décorative tombée en désuétude : la rawwâqa.
50. Maison non identifiée du quartier al-ẖarrâz.
51. Bayt aṣ-Ṣarayfî, quartier aṭ-Ṭalḥa.
52. Baytal-ẖamîsî, n° 20.

Phot. 53-55. Décors d’arc rares à Sanaa.
53. Arc à ressauts. Façade ouest de bayt Muṭahhar, ṣarḥat Mûsâ, quartier Mûsâ.
54. Une frise de festons orne le premier rouleau de l’arc. Bayt cAlî an-Nucûs, quartier al- Ḥumaydî.
55. Arcs extradossés en denticules. Maison non identifiée du quartier Ġadîd.

Fig. 26a-26c. Niches à jours.

Fig. 27a-27e. Décors de šubbâk en brique
27a. šubbâk, bayt al-cAmrî, n° 5.
27b. šubbâk, bayt al-Yamânī, n ° 53.
27c. šubbâk, bayt cAbd al-Qâdir, n° 1.
27d. šubbâk, bayt Muṭahhar, n° 37.
27e. šubbâk, bayt Ġamḍân.

141Tantôt le décor de briques saillantes est limité aux écoinçons de l’arc, tantôt il occupe tout le défoncement sous l’arc au point que les jours laissés dans la maçonnerie pour assurer la visibilité et l’aération sont à peine visibles (fig. 27 e). Le šubbâk est parfois couronné par une frise en relief, ou par deux ou trois merlons (fig. 29). Nous n’insistons pas sur les motifs de briques saillantes qui ont été décrits plus haut. Les artisans en tirent le même parti décoratif que dans les arcs aveugles : le motif qui garnit le défoncement fait souvent corps avec l’arc, comme nous l’avons déjà vu dans les niches aveugles (fig. 27 e). On trouve parfois des šubbâk décorés de briques disposées en dents d’engrenage (phot. 18, 7). Dans les šubbâk doubles, la face principale répète le décor de deux šubbâk simples (fig. 28, 29).

RAPPROCHEMENTS ET DIFFÉRENCES

  • 87 L’architecture domestique de la plaine côtière fait l'objet d’un programme de recherche d’URBAMA d (...)

142De toutes les villes des hautes terres yéménites, Sanaa offre sans nul doute la gamme la plus riche de décors de briques. Il faut descendre dans la Tihâma, la plaine côtière, pour trouver, à Bayt al-Faqîh ou Zabîd (phot. 11), une décoration qui atteigne la richesse des motifs de la capitale87.

  • 88 Creswell, 1960, p. 640.
  • 89 Schroeder, dans Pope, 1965, t. VI, p. 1036, 1037, fig. 371a.

143L’emploi de la brique cuite est plusieurs fois millénaire au Moyen-Orient. Ce matériau était utilisé chez les Babyloniens et fut employé dans l’Islam dès l’époque cabbâside, par exemple à la grande mosquée de Sâmarrâ, achevée en 237/85288. Les premiers jeux de briques dans la construction islamique auraient été exécutés au palais d’Uẖaydîr89. De quelles traditions pouvons-nous rapprocher l’art de la brique à Sanaa ? Nous retiendrons plusieurs critères de comparaison : les jeux d’ombre et de lumière, les techniques d’ornementation, les effets tirés de la polychromie et les motifs.

Les contrastes d’ombre et de lumière

  • 90 Pour ce dernier procédé, moins employé, nous renvoyons au développement sur les décors en briques (...)

144On obtient ces contrastes à Sanaa par un dessin en relief, par le défoncement des surfaces en niches aveugles ou par l’opposition des pleins et des vides dans les surfaces ajourées90.

LE DÉCOR DE BRIQUES SAILLANTES

145C’est surtout entre les xe et xive siècles, sous les dynasties des Sâmânides, des Ġaznavides, des Grands Salğûqides, des Ġûrides que s’épanouit le décor de briques saillantes. La polychromie joue alors très peu, bien que, souvent, quelques faïences colorées soient discrètement introduites. L’effet naît du contraste de lumière entre briques saillantes éclairées et briques en retrait laissées dans l’ombre. Selon les heures du jour, l’angle que font les rayons du soleil par rapport aux motifs les fait chanter de multiples manières. Les briques saillantes décorent des surfaces entières ou soulignent des éléments d’architecture.

  • 91 Bernus-Taylor, 1988, p. 76-77. Diez, 1980, pl. XXIV. Papadopoulo, 1976, p. 522, phot. 866-867. Mic (...)
  • 92 Sarre, 1901, pl. LXXVIII. Papadopoulo, 1976, p. 357, pl. 153. Hill, Grabar, 1967, phot. 10 et 11.
  • 93 D’après Hill, Grabar, 1967, p. 50.

146Un des sommets de la technique, mais aussi un des exemples islamiques les plus anciens, puisqu’il date du iv/xe siècle, est le tombeau dit d’Ismâcîl le Sâmânide à Boukhara, « entièrement recouvert, à l’intérieur comme à l’extérieur, d’un extraordinaire revêtement de briques taillées imitant la vannerie91 ». Toujours à Boukhara, le minaret de la mosquée Kalayân (1127-1129 AD)92, développe un type de décor qui se répand jusqu’à la Mésopotamie et la Syrie93.

  • 94 Tour de Mascûd III, datant de 1114-1115 AD (Papadopoulo, 1976, p. 335, phot. 137) et tour dite « d (...)
  • 95 Maricq, Wiet, 1959, pl. 1-VII.

147L’Afghanistan actuel nous fournit aussi un bel éventail d’œuvres majeures, par exemple les tours ġaznavides du xiie siècle94 et le fameux minaret ġûride de Djâm, 1153-1203 AD95.

  • 96 Par exemple le superbe minaret près de la mosquée Târî-ẖâna, datant du début du xie siècle, et pro (...)
  • 97 Citons également, à Iṣfahân, parmi beaucoup d’autres œuvres (cf. Smith, 1936), le minaret de la mo (...)
  • 98 Papadopoulo, 1976, p. 402, phot. 251.
  • 99 Ünal, 1976, phot. 26, 42; fig. 15, p. 37. Hill, Grabar, 1967, phot. 340 et 341. Papadopoulo, 1976, (...)
  • 100 Papadopoulo, 1976, p. 338, phot. 139.

148Dans l’Iran actuel, les monuments dignes d’être cités sont très nombreux, et une majorité d’entre eux sont dus à la dynastie des Grands Salğûqides qui régna de 1038 à 1194 AD sur ce pays, l’Irak et la Transoxiane, combinant l’inspiration d’Asie centrale et la tradition artisanale de l’Iran. Le Khurâsân est riche en œuvres significatives de l’art de la brique, et particulièrement la ville de Dâmġân96. Beaucoup d’autres villes iraniennes possèdent de belles œuvres décorées de briques saillantes97. En Turquie, signalons le minaret de la madrasa Çifte à Sivas, datant de 1271-1272 AD98, et le minaret de la madrasa Yâkûtîya, à Erzurum, datant de 710/131099 En Irak enfin, le minaret penché de la grande mosquée an-Nûrî, à Mossoul100, date de 1172 AD.

149Ces exemples montrent donc clairement que, par l’effet de contraste entre briques saillantes et en retrait, les décors de Sanaa présentent une forte parenté avec ceux de l’héritage ġaznavide, salğûqide ou ġûride en Iran, en Afghanistan, en Transoxiane et en Anatolie.

L’ARTICULATION DES MURS EN NICHES

  • 101 Van Beek, 1959, pl. 69, fig. 5.
  • 102 Bernus-Taylor, 1988, p. 19, phot. 3.
  • 103 Ibid., p. 34, phot. 13. Sourdel, Spüler, 1973, pl. IX : on y observe deux rangées de niches surmon (...)

150On peut chercher dans la tradition préislamique de l’Arabie du Sud les origines de l’articulation des murs en niches101, mais les fausses fenêtres du temple de Awwam à Mârib offrent peu de ressemblances avec les niches aveugles de Sanaa. Les antécédents sont probablement islamiques. L’articulation des murs en niches est visible dans les premiers monuments umayyades : la coupole du Rocher (691)102 ou les palais Qaṣr al-Ḥayr al-Ġarbî ou Quṣayr cAmra103, par exemple.

  • 104 Reuther, cité par Pope, 1965, t. I, p. 522, fig. 149, plat d’argent du musée de l’Ermitage.
  • 105 Otto-Dorn, 1959, p. 63, fig. 20. Bernus-Taylor, 1988, p. 45, phot. 25.

151Les modèles cabbâsides réalisés en briques et inspirés de l’art sassanide104 méritent d’être évoqués à propos de Sanaa. Le prototype est la porte de Baghdad à Raqqa (seconde moitié du viiie s.) qui offre une double rangée de niches aveugles couronnées d’arcs brisés ou d’arcs à deux voussures, la première polylobée, la seconde triangulaire105. Ce sont des traits que nous avons observés à Sanaa.

  • 106 Hutt, Harrow, 1977, p. 52, pl. 20, grande mosquée d’Ashtarjan, 1315.
  • 107 Pope, 1965, t. VIII, p. 276 B, grande mosquée d’Iṣfahân, petite coupole, 481/1088.
  • 108 Hutt, Harrow, 1977, p. 43, pl. 11, Kirman, Jabali-Sang, fin xiie s. probablement.
  • 109 Hutt, Harrow, 1977, p. 150, pl. 194, Tus, tombe de Haruniyya, xiii-xive s.
  • 110 Hutt, Harrow, 1977, p. 152, pl. 96, Varamîn, mausolée de l’imâm Zâdeh Yahyâ, xiiie s.
  • 111 Hutt, Harrow, 1977, p. 43, pl. 11, Kirman, Jabali-Sang, fin xiie s. probablement.
  • 112 Papadopoulo, 1976, pl. 131, Le Caire, mosquée al-Azhar, 970-972 ; pl. 130, collège du sultan Qalâw (...)

152Dans le monde iranien où s’impose la construction en briques, les niches modèlent les grandes surfaces planes. Elles présentent des traits communs à Sanaa : niches plates plus ou moins longues ornées de motifs géométriques106, couronnées d’un arc cintré ou triangulaire107, en surplomb sur les piédroits108, s’inscrivant dans un cadre rectangulaire109, parfois percées d’ajours110 ou d’une ouverture111. Soulignons aussi l’emploi de la niche triangulaire dans l’Égypte fâṭimide, puis mamlûke112. Dans la construction domestique, le maçon de Sanaa pratique peu l’arc brisé auquel il préfère l’arc triangulaire, sans doute plus facile à réaliser.

  • 113 Lewcock, Smith, 1973, p. 119, pl. 4, fig. 4.
  • 114 Lewcock, Smith, 1974, Part I, p. 81, pl. 4,2e moitié du xiiie s. Part II, p. 200, pl. 2, mosquée a (...)

153Au Yémen, l’arcature aveugle qui ceinture les façades sur cour de la grande mosquée de Šibâm, élevées à la fin du ixe siècle, s’enracine dans la tradition sassanide et perse113. Les rangées de niches aveugles jouent un rôle déterminant dans le décor extérieur des mosquées rasûlides de Tacizz ; elles témoignent d’un apport turc ou égyptien114. Elles semblent assez éloignées des modèles rencontrés dans l’architecture domestique de Sanaa. Citons pour terminer l’emploi fréquent des niches aveugles dans les villes de la Tihâma.

Les techniques d’ornementation

  • 115 Papadopoulo, 1976, p. 260 ; p. 399, phot. 233.
  • 116 Maricq, Wiet, 1959, p. 22.
  • 117 A Sanaa, les frises en dents d’engrenage ne prennent de l’ampleur que dans les minarets où elles p (...)
  • 118 Jacques-Meunié, 1962. Les vallées du Dadès, du Drac et du Zîz, dans le Maroc présaharien, ont une (...)

154Nous avons vu comment le décor saillant en briques apparentes est une caractéristique que l’architecture de Sanaa partage avec de prestigieux monuments. Mais à Sanaa, la brique ordinaire de la construction sert aussi à l’ornementation, les deux opérations se faisant en même temps. Il n’y a pas de manteau « de briques spéciales destinées à la décoration » comme on peut le constater au minaret Kalyan115 ou au minaret de Djam dont la parure fabriquée à l’aide de petits fragments de briques est mise en place sur un lit de plâtre116. D’autre part, la parenté ne s’étend pas à la disposition des assises dans le mur. Pour obtenir des effets de contraste frappants, les édifices que nous avons mentionnés jouent avec virtuosité sur la combinaison de briques couchées, debout, en oblique, rayonnantes, en dents d’engrenage117. Dans l’architecture domestique de Sanaa au contraire, nous l’avons vu, les briques sont presque toujours disposées à l’horizontale. Le maçon de la capitale yéménite tire peu d’effet décoratif de briques posées debout ou en oblique : pas d’imbrications savantes d’assises comme dans les monuments d’Iran ou de Transoxiane. En revanche, dans la Tihâma yéménite, les briques disposées debout ou en oblique sont beaucoup plus employées, avec un effet esthétique certain (phot. 11). Le décor de Sanaa, disposé sur deux plans motifs saillant sur le fond s’oppose encore au décor en creux se déployant sur plusieurs plans en retrait dans les architectures de pisé du Maroc présaharien et du Séistan afghan118.

Fig. 28-29. Décors de šubbâk en brique.
28. šubbâk, Dâr Ğadîd, façade nord.
29. šubbâk, maison non identifiée du quartier Abhar.

Fig. 30. Motif de méandre à Sâmarrâ.
Source. Herzfeld, 1923, pp. 120-121, orn. 173c.

  • 119 Wulff, 1966, pp. 117-125. Papadopoulo, 1976, p. 355, mosquée Bibi Hanoum à Samarkand, 1399-1404.

155Une autre différence concerne la taille. A Sanaa, les briques sont seulement biseautées et assemblées dans un galon rectiligne qui trace le motif : il n’existe pas de briques taillées en polygones variés, en amandes, en sceaux de Salomon, en couronnes ou en croix, comme dans l’art des Grands Salğûqides ou des Timûrides119.

Les effets tirés de la polychromie

156Le briquetier de Sanaa ignore également les effets tirés de la polychromie de briques émaillées ou de revêtements de faïence, si fréquents dans le monde turco-iranien et particulièrement développés aux époques timûride et séfévide. La décoration de briques à Sanaa ne joue que sur deux couleurs, l’ocre des briques en retrait et le blanc des parties saillantes passées au lait de plâtre. L’inverse existe aussi : les briques nues saillent alors sur fond blanc. Si certains bandeaux ne sont pas blanchis (phot. 31, 33), d’autres le sont entièrement : les motifs perdent en précision, mais le contraste entre le mur de briques ocres et les bandeaux vibrant de blancheur est éclatant sous la lumière.

157Des incrustations de faïence verte ou bleue ornent néanmoins quelques minarets yéménites construits en briques, à la mosquée al-Madrasa de Sanaa, et à Ḏî Bîn : les maçons de Sanaa ont employé un procédé utilisé dans plusieurs monuments turco-iraniens.

Phot. 56. Maison non identifiée près de bâb as-Salâm.

Les familles de motifs

  • 120 Par exemple Sarre, 1901, pl. LVII, où les quatres consonnes de Muḥammad s’entremêlent (madrasa Bib (...)

158A Sanaa, les motifs sont géométriques. Le fleuron est le seul apport végétal. Quant aux inscriptions, elles sont rares et linéaires. Sanaa ignore les jeux d’assises créant des épigraphes religieuses géométrisées et lisibles en divers sens120.

159Le répertoire que nous avons dressé montre à l’évidence que c’est toujours dans la même aire géographique, à savoir l’Iran, l’Irak, la Turquie, l’Afghanistan, l’Ouzbékistan, que nous trouvons les meilleurs points de comparaison avec les motifs de briques aujourd’hui mis en œuvre à Sanaa. Sur tous les monuments cités et bien d’autres, de nombreux thèmes font partie du décor de briques de la capitale yéménite : figures emboîtées ou entrelacées de losanges et de chevrons dont les sommets engendrent de petits losanges, fréquence des grecques qui interrompent les losanges et les zigzags.

160Pour chaque motif de Sanaa, les rapprochements sont possibles avec les décors utilisés sur d’autres monuments de l’Islam, ainsi que nous l’avons suggéré. Nous constatons que les comparaisons s’établissent essentiellement par le goût commun pour les zigzags, pour les losanges et leurs variantes, pour les grecques enfin.

Les zigzags

  • 121 Hutt, Harrow, 1977, phot. 121, Naṭanz, minaret de la mosquée de cAbd aṣ-Ṣamad, xive s.
  • 122 Aslanapa, 1971, phot. 137, Iznik, Yeşil Cami, 1378-1392.
  • 123 Kessler, 1976, pp. 18-22.

161Le zigzag est le motif le plus répandu à Sanaa. Il décore les minarets de briques iraniens121. Il n’est pas non plus absent du domaine anatolien122 et s’applique avec une maîtrise étonnante aux coupoles de pierre du Caire mamlûk123.

Les compositions losangées

  • 124 Herzfeld, 1923, p. 83, Abb. 117, Orn. 119.
  • 125 Rappelons quelques-uns des monuments cités :

162Les compositions losangées sont déjà présentes dans les décors de Sâmarrâ124, et nous avons montré comment elles existent sur d’innombrables monuments de l’aire géographique mentionnée125, en y couvrant souvent de vastes surfaces. En revanche, quand le briquetier de Sanaa applique son art à la décoration d’une maison, il limite son décor à des bandeaux ou des panneaux relativement étroits ; il ne décore pas de murs par pans entiers, comme en Iran. A Sanaa, un cadre coupe les losanges et les carrés en largeur et en hauteur, suggérant que le motif pourrait se répéter à l’infini, suivant un procédé général de l’art musulman.

Grecques

  • 126 D’après Audsley, 1881, pl. 1, fig. 1.
  • 127 Dimand, 1937, fig. 30, Ctésiphon, ve-vie s., décor de stuc : deux frises constituées de svastikas (...)
  • 128 Sourdel, Spüler, 1973, fig. 49 a, claire-voie du château de ẖirbat al-Mafjar.
  • 129 Herzfeld, 1923, p. 15, Abb. 2a, Orn. la, et phot. XII a.
  • 130 Herzfeld, 1923, pp. 120-121, ornement 173a, b, c. Le terme de méandre est celui de Herzfeld.
  • 131 Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 118.

163Les grecques ont été fort prisées par le monde gréco-romain aussi bien que par l’Antiquité égyptienne et assyrienne ; elles s’inscrivent précisément dans l’Égypte antique à l’intérieur de zigzags évoquant les bandeaux de Sanaa126. Reprises dans la Ctésiphon sassanide127, les grecques n’ont pas été oubliées par l’art umayyade128. Un peu plus tard, elles sont également présentes dans les stucs de Sâmarrâ, soit sous forme de grecques perpendiculaires et parallèles au cadre du motif129, soit sous forme de méandres obliques par rapport au cadre130 ; le motif 173c de Herzfeld (fig. 30) est fondé sur une combinaison de grecques divergentes qui revient souvent à Sanaa (fig. 7 h8 k). L’architecture salğûqide a tiré des grecques un parti original : fantaisies du coufique quadrangulaire, et motifs purement décoratifs combinant grecques, losanges et chevrons avec une maîtrise inégalée depuis. Dans l’architecture mamlûke, le motif appelé mîmât offre quelque parenté avec les méandres131.

  • 132 Smith, 1937, fig. 1 et 48. Hutt, Harrow, 1977, phot. 38.
  • 133 Ünal, 1976, p. 79, fig. 59.
  • 134 Hill, Grabar, 1967, phot. 317.

164L’originalité des grecques de Sanaa est d’être obliques par rapport au cadre du motif. Les grecques proprement dites, parallèles ou perpendiculaires à ce cadre, ont finalement été très peu utilisées dans l’art islamique de la brique : un exemple nous est donné par le minaret de la mosquée de Barsiyân, en Iran (491/1097-1098)132. Nous trouvons des grecques obliques dans un bandeau encadrant une fenêtre de la madrasa Çifte Minare d’Erzurum133, et dans un des bandeaux supérieurs du minaret Cihil Duẖtarân à Iṣfahân, datant de 1107 AD134.

  • 135 Hutt, Harrow, 1977, p. 145, phot. 89 (fin du xiiie s.).
  • 136 Hutt, Harrow, 1977, p. 77, phot. 21 (xie s.).
  • 137 Hill, Grabar, 1967, phot. 374 (1217 AD).
  • 138 Hill, Grabar, 1967, phot. 199. Hutt, Harrow, 1977, p. 75, phot. 19 (1054-1055 AD, époque salğûqide (...)

165Notons que nous ne trouvons pas à Sanaa de décors de briques en svastika, comme il en existe dans le tombeau de Gunbad-i cAlaviyan de Hamadân135, sur le minaret de la grande mosquée de Simnân136 ou sur la tour qui surmonte la tombe de Kai-kavus à Sivas137. Sur la tour funéraire Cihil Duẖtarân de Damġân138, des bandeaux de svastikas encadrent des épigraphes de briques en coufique. Les arts ġaznavides et salğûqides tirent un effet dynamique de l’entrelacs où les grecques se nouent en svastikas. A Sanaa, elles n’ont qu’un développement linéaire dans les bandeaux. Les svastikas existent cependant dans l’architecture domestique, mais seulement dans le qaḍâḍ.

  • 139 Otto-Dorn, 1967, p. 101, panneau supérieur du minaret (1114).

166D’une manière générale, les maçons yéménites ont ignoré un raffinement du monde iranien : le développement sur la même surface de deux motifs appartenant à des plans différents, ce qui donne plusieurs lectures possibles de la phrase décorative. Ainsi, sur le minaret de Mascûd III à Ġazna, le graphisme coufique se détache sur un fond dense d’arabesques139.

  • 140 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, pp. 361-362: le minaret de la mosquée al-Madrasa, datant de 926/1 (...)
  • 141 Bonnenfant, 1989, p. 190.

167Si la parenté entre l’art de la brique à Sanaa et l’art salğûqide nous semble forte, par les effets de contraste et par les motifs employés, nous manquons totalement de données historiques sur les échanges qui ont pu exister entre l’Asie centrale et le sud de la péninsule Arabique. Les exemples que nous avons cités pourraient bien avoir influencé l’art de la brique au Yémen : les minarets yéménites ont peut-être imité de prestigieux modèles iraniens. Nous savons que de beaux minarets portant le même décor de briques saillantes que les maisons étaient déjà construits à Sanaa au début du xvie siècle140. Le minaret de Ẓafâr- Ḏî Bîn, remarquable par son décor de serpents affrontés qui s’enroulent autour du fût141, date du début du xiiie siècle. Le bandeau en torsade couronnant le mur d’enceinte de la mosquée de šibâm (fin du ixe s.), s’il n’est pas le résultat d’une restauration, constitue un vestige plus ancien, contemporain des premiers chefs-d’œuvre de la brique en Asie centrale comme le tombeau d’Ismâ'îl le Samânide à Boukhara. On ne peut exclure la permanence au Yémen d’une tradition locale peut-être préislamique.

168Quoi qu’il en soit, il existait dans la péninsule Arabique une architecture de brique toute prête à faire bon accueil aux célèbres modèles que nous avons cités. Les bâtisseurs de Sanaa ont su créer un décor robuste et joyeux, où une note yéménite est donnée par le lait de plâtre qui rehausse les motifs.

Notes

1 D’après Golvin, 1979, pp. 83-87. Les n° de fig. sont ceux du présent livre, et sont placés entre crochets.

2 Wulff, 1966, pp. 115-117.

3 D’après Lewcock, 1983b, p. 472, on utilisait aussi comme combustible du crottin, du cuir et des os.

4 Probablement du bois de jujubier.

5 Fin de la citation de Golvin, 1979.

6 Wilber, 1973, p. 48, n. 10.

7 D’après Pérouse de Montclos, 1972, t. 1, p. 47 et t. 2, fig. 33 du chap. III.

8 Lewcock, 1983b, p. 472.

9 Wilber, 1973, pl. XXIIb, XXVIII, XXXIIIb.

10 Le placage de briques décoratives sur le mur de structure apparaît clairement sur une phot. d’un tombeau salğûqide de Qarraqân, en Iran : voir Michell, 1978, phot. 16, p. 116. Sur cette technique, voir Papadopoulo, 1976, p. 260. Wulff, 1966, p. 117-125. Maricq, Wiet, 1959, pl. I à IX. On trouve aussi, comme à Sanaa, des décors structuraux en Iran, comme par ex. à la grande mosquée de Nâyîn, xe s., dans Hutt, Harrow, 1977, p. 64.

11 Pour une de nos sources, ce fond en retrait s’appelle tastûd.

12 Voir Bonnenfant, 1991.

13 Cf. Borg, 1959, pp. 94-107. Il existe des décors voisins à Nefta en Tunisie, ainsi qu’à Témacine, au sud de Touggourt, Algérie. Pour Marçais (1954, p. 492), l’origine de ces motifs serait à chercher soit dans les tissages berbères locaux, soit dans une influence morisque.

14 Le terme est mentionné in : Serjeant, 1983c, p. 168b ; Serjeant, Akwac, 1983, p. 192b.

15 Golvin, Fromont, 1984, pp. 148-149.

16 Nous retrouvons en Tunisie, à Tozeur, ce terme de bayt appliqué à l’art de la brique : Borg, 1959, pp. 102-103.

17 Hutt, Harrow, 1977, phot. 48, minaret de Fîrûzâbâd, début du xiie s. ; phot. 121, Naṭanz, minaret de la mosquée de cAbd as-Ṣamad, xive s. AD.

18 Schmidt, 1982b, p. 143.

19 Finster, 1986c, p. 204, citant Herzfeld, Abb. 76.

20 Hutt, Harrow, 1977, pl. 13, grande mosquée de Nigâr, début du xiiie s., bandeau inférieur.

21 A rapprocher du motif de la frise finale du minaret de la grande mosquée de Gurgân, xiie s. : Hutt, Harrow, 1977, p. 123, pl. 67.

22 Marçais, 1954, p. 151, fig. 94, mosquée de Bâb Mardûm, fin du xe s. -Hutt, Harrow, 1977, phot. 38-39, minaret de la mosquée de Barsiyân, 1097 AD ; phot. 44, minaret de H̱usrawgird, 1111-1112 AD; phot. 74, Iṣfahân, minaret de cAlî, fin du xiie s., partie médiane ; phot. 130, Iṣfahân, sanctuaire de Dardas t, coupole, xive s.

23 Ce motif figure dans une bordure de mosaïques à H̱irbat al-Minya, 705-715 AD : voir Sourdel, Spüler, 1973, pl. VII.

24 Vogüe, Neufville, 1983, p. 233.

25 Herzfeld, 1923, p. 121, abb. 175, orn. 173c.

26 Sourdel, Spüler, 1973, pl. VII, Mosaïque de H̱irbat al-Minya, 705-715 AD, composition centrale.

27 Pope, 1965, t. VIII, tour de Maḥmûd ibn Sibuk-Têgîn (421/1030).

28 Papadopoulo, 1976, p. 403, phot. 224 (1114-1115 AD). Voir aussi un motif en X dans l’une des grandes niches aveugles de la façade est du Gunbad-é Surẖ à Marâġa : Godard, 1936d, fig. 86.

29 Akwac, 1980, p. 247.

30 Pope, 1965, t. VIII, pp. 432-433, Mašhad, Masjidi- Gawhar Shâd, îwân S.-E., 1418. - Diez, 1918, minaret de ẖusrawgird (1111-1112 AD), phot. 13, 2, en haut et en bas du panneau. Noter qu’ici, le champ des briques est sur le même plan et qu’il n’y a donc pas d’effet de contraste ; le décor naît du fait que les briques ornementales sont posées debout.

31 Papadopoulo, 1976, p. 357, pl. 153, 3e bandeau à partir du bas. Said, Parman, 1976, p. 16, pl. 6; p. 17, fig. 17.

32 Papadopoulo, 1976, pp. 358-359, pl. 154 ; p. 512, phot. 818.

33 Borg, 1959, p. 103.

34 Hutt, Harrow, 1977, p. 63, phot. 7.

35 Par ex. Pope, 1965, t. VIII, p. 340, B, à Damġân, tour funéraire de Cihil Duẖtarân, 1054-1055 AD. Hutt, Harrow, 1977, p. 81, pl. 25, Zavara, minaret de la mosquée Paminar (1068-1069).

36 Lewcock, 1979 b, p. 100.

37 Jacques-Meunié, 1962, p. 88, pl. 21, tirhermt des Aït Sâïd.

38 ABADY, band IV, 1988, phot. 11b et 12a, en fin d’ouvrage.

39 Pope, 1965, t. VIII, p. 277, monument daté de 498-512/1104-1118.

40 Porte du mausolée d’aš-Šâfi’î, 1213, musée du Caire, reproduite dans Shafici, 1957.

41 Voir les motifs utilisés à Ṯulâ’ dans Golvin, Fromont, 1984, p. 151.

42 D’après Kazimirski, 1960, le sals est un collier populaire où sont enfilés de petits coquillages ou des verroteries. A Sanaa, sals désigne une simple chaîne d’or ou d’argent (Serjeant, Akwac, 1983, p. 239 b).

43 Cf. Jean Lambert, chap. 10, « La musique dans la maison tour ».

44 L’arc triangulaire est employé surtout dans les NOTES Chap. 17 niches aveugles, en Egypte, à la période fâṭimide, par exemple à la mosquée al-Azhar (970-972) (Papadopoulo, 1976, p. 327, pl. 131) ; à l’époque mamlûke, par ex. coupole de la madrasa mausolée de l’émir Sunqur Sacdî (1315) Creswell, 1952- 960, t. Il, pl. 102).

45 Borg, 1959, p. 102. Jacques-Meunié, 1962, p. 24, pl. 4.

46 Finster, 1982 c, p. 232, pl. 91 b.

47 Ce motif orne les niches verticales supérieures du portail de la grande mosquée d’Aštarjân (xive s.), en Iran. Voir Hutt, Harrow, 1977, p. 52, pl. 20. Des chaînes verticales de losanges couvrent la tour funéraire de Radkân, 680/1281 (Pope, 1965, t. VIII, p. 347 A).

48 A Damġân, en Iran, le minaret de Târî ẖâna, début du xie s., dans la partie inférieure de son fût, offre une alternance verticale de losanges et de motifs en croix (Hutt, Harrow, 1977, phot. 18. Hill, Grabar, 1967, phot. 196). Même motif à Mašhad, Masjid-i-Ǧawhar Shâd, îwân S.-E. (1418), Pope, 1965, t. VIII, p. 433.

49 Par exemple coupole du mausolée du sultan Barqûq (1399-1409 AD ) et coupole dans l’enclos du mausolée du sultan Barsbây (1432 AD ) (Papadopoulo, 1976, p. 347, phot. 145 ; p. 348, phot. 146. Ces coupoles et beaucoup d’autres sont reproduites dans Kessler, 1976).

50 Minaret du mausolée de cAbd aṣ-Ṣamad, à Naṭanz, Iran (1325 AD) (Hutt, Harrow, 1977, phot. 121). Minaret de Fïrûzâbâd, début du XIIe s. (Hutt, Harrow, 1977, phot. 48 ; Diez, 1918, phot. 10, 3 et phot. 11, 1-3).

51 Aslanapa, 1971, phot. 137, après p. 160 (1378-1392 AD).

52 Appelés maḥza par un seul artisan.

53 Hutt, Harrow, 1977, p. 64, phot. 8.

54 Diez, 1918, phot. 21, 2.

55 Hill, Grabar, 1967, phot. 149. Pope, 1965, chap. VIII, p. 355 (1030/1421).

56 Diez, 1918, phot. 13, 2. Voir aussi Hutt, Harrow, 1977, phot. 44.

57 Ce thème existe en haut du minaret de Fîrûzâbâd, début du xiie s. AD (Hutt, Harrow, 1977, p. 104, pl. 48) ; à Nâyîn, dans le décor des trompes, Ḥusaynîya Court, xii-xive s. (Pope, 1965, t. VIII, p. 373C).

58 Finster, 1982 c, pl. 91c.

59 Voir par exemple Hutt, Harrow, 1978, p. 37, pl. 13, mosquée Vaqt u Sacat, Yazd (1326).

60 Papadopoulo, 1976, p. 360, pl. 156.

61 Papadopoulo, 1976, p. 512, phot. 818, coupole du mausolée du cheikh Ṣafî ad-Dîn à Ardabîl, xive s. Sarre, 1901, pl. XXXII.

62 Pope, 1965, t. VIII, p. 503, madrasa Mader-i Shâh, 1706-1714, à Iṣfahân. Voir aussi Papadopoulo, 1976, p. 373, pl. 165.

63 La figure 16 h, 17 évoque un motif de la mosquée Mir Buzurg Kawam ad-din à Amol (Sarre, 1901, pl. LXXIV).

64 Said, Parman, 1976, fig. 17, pl. 6, portail de la madrasa Büyàt Karatay à Konya, Turquie, 649/1251. Papadopoulo, 1976, p. 356, pl. 153, tour Kalyan à Bukhârâ, 1127-1129 AD. Le 3e bandeau à partir du bas offre un schéma analogue.

65 Sourdel, Spüler, 1973, fig. 90. Voir aussi Papadopoulo, 1976, p. 513, fig. 822, coupole reconstruite au xixe s. du mausolée de Shâh Cheraq à Chiraz.

66 Voir de nombreux dessins dans Bonnenfant, 1991, fig. 3, p. 721.

67 Lewcock, 1980, Dâr al-cAfîf, pp. 94-95.

68 Lewcock, Smith, 1974, p. 80, pl. 4.

69 Bernus-Taylor, 1988, p. 99, phot. 89.

70 Hutt, Harrow, 1977, par exemple p. 63, pl. 7, Nâyîn, minaret de la grande mosquée, xe s. ; pl. 96, p. 152, mausolée de Imâmzâda Yaḥyâ, xiiie s.

71 Bonnenfant, 1977.

72 D’après une observation de Lewcock, 1983 b, p. 472. Nous ne l’avons pas vu nous-mêmes.

73 La masjid-i-Jami de Shîrâz (262 H / 875) présente, côté sud-ouest, des arcs persans à deux voussures concentriques séparées par une gorge. Voir Pope, 1965, VIII, p. 259, C. Voir aussi, p. 496 A, un pont à Mayand.

74 Grabar, 1966, p. 72, fig. 73, p. 73, Ephèse, église de la Vierge, ive s., transformée au vie s.

75 Lewcock, 1979a, pp. 80-83. Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 337, fig. 18.34, et p. 340 : les observations des auteurs vont dans le sens de cette hypothèse. Ils notent, dans les parties les plus anciennes de la grande mosquée de Sanaa, l’emploi d’arcs cintrés « qui peut refléter le désir de reproduire l’aspect de la première mosquée qui a probablement été influencée par la construction de l’église chrétienne ». Ils appellent arc byzantin les arcs qui décorent les panneaux inférieurs de la porte des imâms, dans le mur de qibla de la grande mosquée. Mais, dans le monde byzantin, les rouleaux de l’arc ne sont pas séparés comme à Sanaa par une gorge. En revanche, on observe l’emploi répété de l’arc à ressauts, plutôt rare dans l’architecture domestique de Sanaa (Coche de la Ferté, 1981, p. 476, fig. 674; p. 477, fig. 678).

76 Cf. aussi Golvin, Fromont, 1984, p. 150.

77 Des oculi perçaient les parapets de terrasses dans l’architecture sassanide et, au-delà, assyrienne (Reuther, cité par Pope, 1965, vol. I, p. 523, fig. 144 a).

78 Lewcock, 1980, Dâr al-cAfîf, pp. 94-95.

79 Hill, Golvin, 1976, phot. 55.

80 Hill, Grabar, 1967, phot. 223, Gunbadh-i Surkh, 1147 AD.

81 Hutt, Harrow, 1977, pl. 122, p. 178, sanctuaire de Natanz, xive s.

82 Ibid., pl. 124, p. 180, grande mosquée de Vârâmin, 1322.

83 Ibid., pl. 2, p. 58.

84 Gerster, 1968, pl. 43.

85 Hutt, Harrow, 1977, pl. 109 et 134.

86 Ibid, pl. 96, p. 152; pl. 114, p. 171.

87 L’architecture domestique de la plaine côtière fait l'objet d’un programme de recherche d’URBAMA de Tours : Architecture domestique, anthropologie et histoire sur la côte orientale de la mer Rouge.

88 Creswell, 1960, p. 640.

89 Schroeder, dans Pope, 1965, t. VI, p. 1036, 1037, fig. 371a.

90 Pour ce dernier procédé, moins employé, nous renvoyons au développement sur les décors en briques disposées à jour.

91 Bernus-Taylor, 1988, p. 76-77. Diez, 1980, pl. XXIV. Papadopoulo, 1976, p. 522, phot. 866-867. Michell, 1978, phot. 17, p. 116. Hill, Grabar, 1967, phot. 1 et 2. Grabar, 1977, phot. 128-129.

92 Sarre, 1901, pl. LXXVIII. Papadopoulo, 1976, p. 357, pl. 153. Hill, Grabar, 1967, phot. 10 et 11.

93 D’après Hill, Grabar, 1967, p. 50.

94 Tour de Mascûd III, datant de 1114-1115 AD (Papadopoulo, 1976, p. 335, phot. 137) et tour dite « de Maḥmûd », bâtie en fait pour le prince Bahrâm Shâh entre 1117 et 1149 AD (Hill, Grabar, 1967, p. 56, phot. 149-150).

95 Maricq, Wiet, 1959, pl. 1-VII.

96 Par exemple le superbe minaret près de la mosquée Târî-ẖâna, datant du début du xie siècle, et probablement antérieur aux Salgûqides (Hill, Grabar, 1967, phot. 196 et p. 59. Hutt, Harrow, 1977, phot. 18) ; le minaret de la mosquée principale, 1058 AD environ (Hill, Grabar, 1967, phot. 197. Hutt, Harrow, 1977, phot. 4) ; le mausolée de Cihil Duẖtarân, 1056 AD (Hill, Grabar, 1967, phot. 199).

97 Citons également, à Iṣfahân, parmi beaucoup d’autres œuvres (cf. Smith, 1936), le minaret de la mosquée cAlî, datant probablement de la fin du xiie s. (Hill, Grabar, 1967, phot. 316. Hutt, Harrow, 1977, phot. 74). A Saveh, au S.-0. de Téhéran, à l’écart de la mosquée du vendredi, le superbe minaret date de 1110 AD (Hill, Grabar, 1967, phot. 214. Hutt, Harrow, 1977, phot. 7 et 42).

98 Papadopoulo, 1976, p. 402, phot. 251.

99 Ünal, 1976, phot. 26, 42; fig. 15, p. 37. Hill, Grabar, 1967, phot. 340 et 341. Papadopoulo, 1976, p. 399, phot. 234.

100 Papadopoulo, 1976, p. 338, phot. 139.

101 Van Beek, 1959, pl. 69, fig. 5.

102 Bernus-Taylor, 1988, p. 19, phot. 3.

103 Ibid., p. 34, phot. 13. Sourdel, Spüler, 1973, pl. IX : on y observe deux rangées de niches surmontées d’un arc triangulaire, juxtaposées et superposées.

104 Reuther, cité par Pope, 1965, t. I, p. 522, fig. 149, plat d’argent du musée de l’Ermitage.

105 Otto-Dorn, 1959, p. 63, fig. 20. Bernus-Taylor, 1988, p. 45, phot. 25.

106 Hutt, Harrow, 1977, p. 52, pl. 20, grande mosquée d’Ashtarjan, 1315.

107 Pope, 1965, t. VIII, p. 276 B, grande mosquée d’Iṣfahân, petite coupole, 481/1088.

108 Hutt, Harrow, 1977, p. 43, pl. 11, Kirman, Jabali-Sang, fin xiie s. probablement.

109 Hutt, Harrow, 1977, p. 150, pl. 194, Tus, tombe de Haruniyya, xiii-xive s.

110 Hutt, Harrow, 1977, p. 152, pl. 96, Varamîn, mausolée de l’imâm Zâdeh Yahyâ, xiiie s.

111 Hutt, Harrow, 1977, p. 43, pl. 11, Kirman, Jabali-Sang, fin xiie s. probablement.

112 Papadopoulo, 1976, pl. 131, Le Caire, mosquée al-Azhar, 970-972 ; pl. 130, collège du sultan Qalâwûn, 1296.

113 Lewcock, Smith, 1973, p. 119, pl. 4, fig. 4.

114 Lewcock, Smith, 1974, Part I, p. 81, pl. 4,2e moitié du xiiie s. Part II, p. 200, pl. 2, mosquée al-Ašrafiyya, fin du xiiie s. ou du xive s.

115 Papadopoulo, 1976, p. 260 ; p. 399, phot. 233.

116 Maricq, Wiet, 1959, p. 22.

117 A Sanaa, les frises en dents d’engrenage ne prennent de l’ampleur que dans les minarets où elles permettent de réaliser les encorbellements.

118 Jacques-Meunié, 1962. Les vallées du Dadès, du Drac et du Zîz, dans le Maroc présaharien, ont une architecture de pisé à décor de briques crues. Ce « décor est formé par la disposition et l’alignement des briques selon plusieurs plans verticaux, en retrait les uns des autres. Un jeu d’angles droits trace des figures ornementales réunies en bandeaux, encadrements ou frises d’arcatures. La brique peut aussi être posée obliquement, dessinant des zigzags ou des losanges » (Jacques-Meunié, 1962, p. 66, 100). Les alvéoles isolées réparties en damier et les lacunes en zigzag jouent un rôle important.

119 Wulff, 1966, pp. 117-125. Papadopoulo, 1976, p. 355, mosquée Bibi Hanoum à Samarkand, 1399-1404.

120 Par exemple Sarre, 1901, pl. LVII, où les quatres consonnes de Muḥammad s’entremêlent (madrasa Bibi Hanum, Samarkand).

121 Hutt, Harrow, 1977, phot. 121, Naṭanz, minaret de la mosquée de cAbd aṣ-Ṣamad, xive s.

122 Aslanapa, 1971, phot. 137, Iznik, Yeşil Cami, 1378-1392.

123 Kessler, 1976, pp. 18-22.

124 Herzfeld, 1923, p. 83, Abb. 117, Orn. 119.

125 Rappelons quelques-uns des monuments cités :

  • à Eriwan, dans la mosquée de la forteresse, sur le bas de la coupole (Sarre, 1901, pl. LXXXIX). - à Abarḳuh, sur les minarets du portail de la mosquée Niẓâmîyè (Godard, 1936b, fig. 51 (vers 718/1318-1319).
  • à Naṭanz, sur le minaret de la mosquée du vendredi (Godard, 1936c, fig. 57).
  • à Qazwîn, à l’intérieur et à l’extérieur de la Masgid-i Ğamic (509/1115) (Sourdel-Thomine, 1974, pl. la, Ha, IIIa, IVa, niches des angles de la salle à coupole du Masgid-i Ğâmic. Wilber, 1973, pl. XXIb, minaret).
  • à Marâġa, sur une des grandes niches aveugles de la façade est du Gunbad-é Surẖ (Godard, 1936d, fig. 86).
  • à Fîrûzâbâd, sur une tour (sans doute le minaret) (Diez, 1918, phot. 10, 3 et phot. 11, 1-3).
  • à Iṣfahân, tout le fût du minaret de Sîn, construit en 526/1132, est décoré d’un réseau losangé où chaque losange circonscrit deux losanges plus petits (Smith, 1939).

126 D’après Audsley, 1881, pl. 1, fig. 1.

127 Dimand, 1937, fig. 30, Ctésiphon, ve-vie s., décor de stuc : deux frises constituées de svastikas reliés les uns aux autres encadrent un rinceau.

128 Sourdel, Spüler, 1973, fig. 49 a, claire-voie du château de ẖirbat al-Mafjar.

129 Herzfeld, 1923, p. 15, Abb. 2a, Orn. la, et phot. XII a.

130 Herzfeld, 1923, pp. 120-121, ornement 173a, b, c. Le terme de méandre est celui de Herzfeld.

131 Amîn, Ibrâhîm, 1990, p. 118.

132 Smith, 1937, fig. 1 et 48. Hutt, Harrow, 1977, phot. 38.

133 Ünal, 1976, p. 79, fig. 59.

134 Hill, Grabar, 1967, phot. 317.

135 Hutt, Harrow, 1977, p. 145, phot. 89 (fin du xiiie s.).

136 Hutt, Harrow, 1977, p. 77, phot. 21 (xie s.).

137 Hill, Grabar, 1967, phot. 374 (1217 AD).

138 Hill, Grabar, 1967, phot. 199. Hutt, Harrow, 1977, p. 75, phot. 19 (1054-1055 AD, époque salğûqide).

139 Otto-Dorn, 1967, p. 101, panneau supérieur du minaret (1114).

140 Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e, pp. 361-362: le minaret de la mosquée al-Madrasa, datant de 926/1519-1520, est considéré comme le premier minaret à motifs de briques saillantes ; p. 370, le minaret de la mosquée Ṣalâḥ ad-Dîn date de la fin de xvie s.

141 Bonnenfant, 1989, p. 190.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Bayt cAlî b. Ibrâhîm, n° 4, construite en 1356/1937.Partie supérieure de la façade ouest. Le mafrağ apparaît derrière le garde-fou, tiğwâb, entourant la terrasse sommitale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Fig. 1. Plan et coupe d’un four à brique.Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 2. Le moule donnant leur forme aux briques.Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 3. Schéma de chargement du four.Source: Golvin, 1979, p. 111, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 4. La porte de chargement du four.Source : Golvin, 1979, p. 111, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Phot. 2 à 8. Préparation et travail de la brique.2 A proximité d’un four, près de bâb Šucûb, les briques moulées sèchent au soleil avant la cuis son.3 Fours à briques près de bâb Šucûb. Au fond, le djebel Nuqum.4 Le briquetier édifie le mur en se tenant debout à l’intérieur de la maison, ou sur le mur lui-même.5 Le maçon vient d’étaler le mortier à la truelle.6 Il taille la brique.7 Puis il la met en place.8 Il vérifie enfin la verticalité.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Phot. 9. La construction d’un arc.Le maçon construit un cintre provisoire, qui sera détruit une fois l’arc achevé.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 5a-5c. Les noms des briques taillées.1. Brique du bas, rabaḍ, taillée en triangle ; appelée aussi « chandelle du bas », qindîl rabaḍ.2 Brique taillée en trapèze incisé vers le haut, badc : c’est le « départ » du motif. Parfois appelée taġṭîyat rabaḍ.3 Brique taillée en parallélogramme vers la droite, ayman. Il faut se souvenir que le maçon travaille debout sur le mur qu’il construit, penché sur son ouvrage : ce schéma donne une image inversée par rapport à ce qu’il voit en élaborant son motif.4 Brique taillée en parallélogramme vers la gauche, aysar.5 Taġṭîya, littéralement « couvercle » du motif, parfois précisé taġṭîyat samâ’, « couvercle du ciel ».6 Brique du haut taillée en triangle, qindîl, littéralement « chandelle », appelée aussi rîsa, « plume ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 6a-6m. Motifs de bandeaux.6 a Motif appelé zigzag, ‘arga ; fil, ẖîṭ ; corde, ḥabal, ou chaîne, sals. Le triangle se nomme nuṣf bayt.6b. Même motif dit « doublé », maṯnî.6d, 6f, 6g, 6j. Même motif dit « fleuri », sais muzahhar.6l. Motif de broderie, ḥuẓîya6 m. Motif de fourreau, ‘iswab.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Phot. 10-12. La disposition des briques à Sanaa, Zabîd et Tozeur.10 Disposition et taille des briques d’un bandeau à Sanaa.11 Disposition des briques à Zabîd, dans la Tihâma yéménite.12 Disposition des briques à Tozeur, dans le Sud tunisien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 7a-7i. Motifs de bandeaux
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 8a-8k. Motifs de bandeaux.8j. Motif de broderie fleurie, ḥuẓîya muzahhara.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 9a-9l. Motifs de bandeaux.9 d, 9 i, 9 j. Motifs de broderie, ḥuẓîya
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 10a-10h. Motifs de bandeaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 11a-11b. Motifs de panneaux verticaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Phot. 13-16. Ordonnance typique de la fin du xviie et du xviiie siècles.Entre les deux oculi qui surmontent une fenêtre, s ’intercalent un ou deux autres oculi qui donnent de la lumière, mais il y a toujours peu de fenêtres à fermer. Cette ordonnance sera utilisée surtout à la fin du xviie et au xviiie siècle, puis son emploi diminuera au xixe pour disparaître complètement au début du xxe siècle (cf. fig. 7 et 9a, 21 ; phot. 6, 21).13 Façade occidentale de bayt al-Mahdî, n° 127.14 Façade de bayt al-ẖaṭṭâbî, n° 128.15 Façade de bayt cUqba, n° 77, deuxième étage, partie datant de la fin du xixe siècle. Elle constitue un témoin tardif de cette ordonnance que le maçon a choisie, dit-on encore aujourd'hui, parce qu’elle réduit le nombre de fenêtres : la façade est en plein Nord et exposée au froid.16 Façade orientale de bayt an-Nihmî, n° 141, premier étage. L’étage supérieur, récent, a été repris par un maçon maladroit.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 12a-12f. Motifs de bandes verticales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Phot. 17-20. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.17 Façade sud de bayt at-Ṯilâ’i n° 193.18 Façade de bayt Muṭahhar, n ° 38. Date des années 1246-1256/1830.19 Bayt aṭ-Ṭawr, n° 145.20 Bayt al-Mucayyid, n° 103. Début du xii/xviiie s.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Phot. 21-24. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.21. Façade sud de bayt Silâẖ, n° 140.22. Façade sud de bayt an-Nihmî, n° 141. Agencement typique de la fin du xviie et du xviiie siècle.23 Façade ouest de bayt al-ẖaṭṭâbî, n ° 128.24 Façade de bayt Muṭahhar, n ° 38.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 13a-13h. Motifs de bandes verticales
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Phot. 25-28. Panneaux de briques verticaux sur des maisons anciennes.25. Angle S.-E. de bayt aš-Šâmî, n ° 92.26. Angle S.-O. de bayt Ǧum an, n ° 201.27. Angle N.-O. de bayt al-Ǧabalî, n° 192.28. Angle S.-E. de bayt al-ẖamîsî, n ° 20.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Phot. 29-34. Autres aspects des panneaux de brique.29. Samsarat al-Mağğa, façade orientale.30 et 31. Maisons non identifiées.32. Façade est de bayt Mucîḍ, n° 189. Noter le motif en dents d’engrenage, dans le bandeau inférieur, caractéristique de maisons anciennes.33. Façade ouest de bayt al-ẖawlânî, n ° 80.34. Bayt aḍ-Ḍamârî, n ° 150. Les motifs des panneaux latéraux représentent-ils des serpents comme ceux qui ornent les temples préislamiques du wâdî Ǧawf ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 14. Niches aveugles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Fig. 15. Niches aveugles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Phot. 35-38. Les niches aveugles, muġaffara.35. Façade sud du mafrağ de bayt aẓ-Ẓabî, n ° 148. Il déroge à la règle qui veut que le mafrağ soit orienté vers le sud, mais c ’est pour que ses hôtes profitent de la vue sur le bustân et le minaret de la mosquée al-Madrasa, qu'on voit à droite. Le mafrağ fut construit juste avant la révolution de 1962 : bon exemple du style de l’époque.36. Façade orientale de bayt cAbd Allah cAmir, n° 144.37 et 38. Maisons non identifiées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 16a-16i. Décors de niches aveugles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 17a-l 7k. Décors de niches aveugles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende Fig. 18a-18d. Décors de panneaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 19-23. Décors de tiğwâb.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Phot. 39-41. Deux tiğwâb vus de l’intérieur.39. L’envers du décor : reste d’une grille de plâtre, décors de briques ajourées en croix, motif de brique serti dans un cercle. Bayt Saric, n ° 43.40 Un šubbâk de tiğwâb vu de l’intérieur. Bayt Sarîc, n ° 43.41. Les claustra en plâtre d’un tiğwâb, vus de l’intérieur. Dâr aḏ-Ḏahab, n° 11.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 24 et 25. Décors de tiğwâb.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Phot. 42-45. Décors de tiğwâb, vus de l’extérieur.42. Bayt Ġamâl Ǧamîl, n° 207.43. Bayt Zâ’id, n° 83.44. Ancien palais de l'Imām à ar-Rawḍa.45. Bayt al-Ǧirâfî, n° 74.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Phot. 46. Façade ouest de bayt Saric, n° 43.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Phot. 47. Bayt Saric, vue d’ensemble de la façade sud.Voir un détail de cette façade dans Bonnenfant, 1989, pp. 120-121 : outre les sceaux de Salomon, noter les cafetières surmontées d'un fleuron à longue hampe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Phot. 48. Mafrağ de bayt al-Yadûmî, n° 126.La photo est prise du N.-O. A gauche, la façade nord du mafrağ possède des décors de niches surmontées de vitraux. La logette de briques ajourées est destinée à rafraîchir les boissons des hôtes du mafrağ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Phot. 49. Une partie des tiğwâb, façade nord de bayt aš-Šacîbî, n° 215.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Phot. 50-52. Une forme décorative tombée en désuétude : la rawwâqa.50. Maison non identifiée du quartier al-ẖarrâz.51. Bayt aṣ-Ṣarayfî, quartier aṭ-Ṭalḥa.52. Baytal-ẖamîsî, n° 20.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Phot. 53-55. Décors d’arc rares à Sanaa.53. Arc à ressauts. Façade ouest de bayt Muṭahhar, ṣarḥat Mûsâ, quartier Mûsâ.54. Une frise de festons orne le premier rouleau de l’arc. Bayt cAlî an-Nucûs, quartier al- Ḥumaydî.55. Arcs extradossés en denticules. Maison non identifiée du quartier Ġadîd.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 26a-26c. Niches à jours.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 27a-27e. Décors de šubbâk en brique27a. šubbâk, bayt al-cAmrî, n° 5.27b. šubbâk, bayt al-Yamânī, n ° 53.27c. šubbâk, bayt cAbd al-Qâdir, n° 1.27d. šubbâk, bayt Muṭahhar, n° 37.27e. šubbâk, bayt Ġamḍân.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 28-29. Décors de šubbâk en brique.28. šubbâk, Dâr Ğadîd, façade nord.29. šubbâk, maison non identifiée du quartier Abhar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 30. Motif de méandre à Sâmarrâ.Source. Herzfeld, 1923, pp. 120-121, orn. 173c.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Phot. 56. Maison non identifiée près de bâb as-Salâm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4413/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter