Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 4. Les matériaux et leurs décors

Chapitre 16. La pierre

Texte intégral

  • * Guillemette BONNENFANT-OUTREBON, historienne

1Note portant sur l’auteur*

Phot. 1. Dâr al-Uṣûl, devenue palais de la République, n° 49.
Le goût de maisons entièrement bâties en pierres se développe au milieu du xxe siècle. Dâr al-Uṣûl, la plus connue d’entre elles, fut bâtie par l’imâm Ahmad, « quatre années environ avant la révolution de 1962 », pour recevoir les délégations étrangères en visite dans sa capitale. Elle est devenue palais de la République après la révolution. Vue d’ensemble de la façade orientale, en 1976.

2A Sanaa, la maison a son soubassement construit en pierre, comme si elle voulait protéger au mieux ce qu’elle a de plus vital, après les enfants : ses réserves en bêtes et en graines. Elle devait jusqu’à une date récente assurer une fonction de défense, ce qui explique l’aspect robuste et fermé de sa partie inférieure. Les baies sont petites en rez-de-chaussée, pour que les voleurs ne puissent pas s’y glisser. On peut également les murer à la hâte, quand on craint un pillage, pour éviter que les assaillants ne tentent de mettre le feu aux réserves de bois ou de fourrage. La porte d’accès à la maison enfin, souvent unique, sauf dans les grandes demeures, est toujours étroite et basse pour être plus aisément défendue.

LA CONSTRUCTION

  • 1 Cf. Landberg, 1901, pp. 394-408. Pour la richesse lexicographique de la construction et de l’outil (...)

3Une remarque s’impose avant d’étudier la construction à Sanaa. A la suite de l’expansion rapide de la capitale à partir de 1970, année qui marque la fin des troubles liés à la révolution de 1962, nombreux sont les artisans venus des montagnes pour travailler à Sanaa. Il est à noter que chef d’équipe, ouvriers qualifiés et tâcherons sont toujours issus de la même tribu, s’il s’agit de migrants récemment arrivés à Sanaa. Or il existe dans toute la montagne yéménite de fortes traditions du « bâtir »1 Chaque équipe garde à Sanaa le langage de sa région d’origine : l’enquête sur les noms de la maçonnerie doit donc distinguer les termes appartenant au patrimoine linguistique de Sanaa et ceux qui ont été récemment importés par les artisans migrants. Nous avons retenu dans ce chapitre les points communs de neuf interviews principales, complétées par des notes prises sur de nombreux chantiers. Pour ne pas alourdir le texte ci-dessous, nous avons retranscrit dans le glossaire les divergences de termes, quand elles existent, de façon à rendre compte de la richesse du vocabulaire et de sa polysémie, dont nous trouvons bien des échos dans les dictionnaires français de l’architecture ou de la maçonnerie !

L’équipe de constructeurs

  • 2 Akwa‘, 1984, n° 3513 : Kull man fî mihrati-h sulṭān.
  • 3 Ibid., n° 3555 : Kullân alâ mihratû saṭî ḥakîm ; saṭî signifie ustâ.

4Tous les corps de métier du bâtiment, maçons, plâtriers, menuisiers, poseurs de qaḍâḍ, présentent la même organisation du travail : un artisan, arrivé au terme d’une longue formation, est reconnu comme « professeur », usṭâ, par son maître et d’autres artisans. Il peut alors exercer de manière indépendante et se faire aider par une équipe d’ouvriers qualifiés et de quelques journaliers. Son autorité est incontestée et on sait qu’il peut mener à bien son travail, comme l’affirment deux proverbes : « Chacun, dans son métier, est un sultan2 », et « Chacun, dans son métier, est un usṭâ avisé3. »

5Pas d’architecte dans le Sanaa d’autrefois, un autrefois qui ne date que de vingt ans. Concevoir, bâtir et orner sont l’œuvre d’un seul homme, le maître-maçon qui conçoit l’agencement de la maison, dirige la construction du gros œuvre et exécute les décors. L'usṭâ maçon est assisté d’un ou plusieurs ouvriers qualifiés, tailleurs de pierre, muwaqqiṣ, qu’il forme souvent depuis leur jeunesse et qui l’assistent, voire le remplacent en cas de besoin, par exemple quand il va négocier de nouveaux travaux. Des tâcherons, ṣâqî, assument les transports fatigants, dégrossissent les pierres, déchargent les camions, apportent les outils aux artisans ; certains apprennent le métier et réussiront peut-être, au terme d’un long apprentissage, à devenir eux-mêmes usṭâ.

6Parmi les maîtres artisans réputés de la capitale, citons al-‘Awlaqî, Ḥasan Bilâl, Ahmad al-Mahhânî, Muḥammad b. Muḥammad ‘Alî Nâṣir al-Maqwalî. Mais leur renom n’atteignait pas celui de quatre grandes familles de maîtres maçons : arrivés au sommet de leur savoir et exerçant la plénitude de leur métier, « compétents, expérimentés et renommés », qâdirîn wa mâhirîn wa maṣhûrîn, ils s’associaient souvent, comme les maîtres menuisiers, pour la réalisation de grandes demeures.

  • 4 Serjeant, 1983 d, p. 319, et n. 340.

7La famille Qasṣ a est de réputation ancienne à Sanaa, comme en témoigne un poème d’al-Ḥafanğî sur les mosquées de Sanaa, écrit au milieu du xviiie siècle4. L’étymologie populaire du nom de la famille pourrait être trouvée dans une chansonnette dont Jean Lambert a relevé quelques vers :

Addû-lî qaṣ‘â
A‘mar-lî manẓar
Lî wa li-ḥabîbî.
« Donnez-moi un bidon
Que je me construise un manẓar
Pour moi et mon amour. »

  • 5 Ḥagarî, 1978, p. 4.
  • 6 Informations sur la famille Sa‘tara aimablement fournies par Jean Lambert.

8‘Abd al-‘Azîz Qaṣ‘a, qui vit dans le quartier aṭ-Ṭalha, raconte qu’un de ses aïeux édifia pour l’armée turque la mosquée et le ḥammâm de la caserne al-‘Urḍî, au sud de la ville ; un autre éleva le minaret de la mosquée d’ar-Rawḍa. Un représentant de la famille construisit pour l’imâm dâr as-Sa‘âda, au début des années 1920, et un autre le haut minaret de la mosquée ibn al-Ḥusayn, à l’ouest du quartier al-Quzâlî, en 1355/19365. Plus tard, al-ḥâğğ Ahmad Qaṣ‘a construisit le ministère de la Santé, un des édifices modernes de la place at-Taḥrîr, avec Ahmad ‘Alî al-Ḥnûd et ‘Abd Allâh ar-Rawḍî. La famille Sa‘tara, elle aussi héritière d’une longue tradition, celle de la taille des pierres, possédait dans le djebel Nuqum une carrière de pierre ; ses galeries qu’on creusait comme une mine atteignaient une grande profondeur. La famille Qaṣ‘a et la famille Sa‘tara travaillaient toujours ensemble et restent amies jusqu’à aujourd’hui6.

9Dans la famille Mi‘yâd, « al-ḥâğğ Muḥammad Muqbil Mi‘yâd était l’un des plus grands et des plus qualifiés des usṭâ de maçonnerie : un vrai docteur ! Il enseigna l’art de bâtir à beaucoup d’hommes qui reconnaissaient sa maîtrise et qu’il fit réussir : ils devinrent eux-mêmes de grands artisans. Il travailla à dâr al-Ḥamd (phot. 43, 21), ainsi qu’au palais de la République, alors dâr al-Uṣûl (phot. 1), avec ‘Abd Allâh ar-Rawḍî. Il édifia également le hammâm ‘Alî, non loin de l’ancien quartier juif : un beau travail ! » Al-ḥâğğ ‘Alî Mi‘yâd, un de ses parents, était ausi un grand usṭâ du temps de l’imâm, qui travailla à dâr Ǧadîd, n° 25.

  • 7 Muḥammad Ḥusayn Muḥammad Muḥsin ar-Rawḍi est un maître-maçon renommé, qui s’est spécialisé depuis (...)

10La famille Rawḍî s’illustra voici deux générations par le maître maçon ‘Alî ar-Rawḍî, dont l’élève fut Ḥusayn ar-Rawḍî qui forma à son tour Sirḥân ar-Rawḍî. ‘Abd Allâh ar-Rawḍî construisit en association les étages inférieurs de dâr al-Uṣûl, vers 1958. Après la révolution de 1962, il participa à la construction du ministère de la Santé, place at-Taḥrîr, sculpta le symbole de la République yéménite et signa le décor de pierres polychromes (pl. 9 g). Le grand-père de ‘Abd Allâh construisit en 1355/1936 le bas du palais de l’imâm à ar-Rawda, en pierre (phot. 42, 21) : son salaire était de deux thalers moins un quart7.

11La famille Sultân s’illustra notamment par Ḥasan Sa‘ad. Un de ses parents, al-ḥağğ Ḥusayn as-Sultân, collabora à la construction de dâr Ǧadîd et édifia la partie supérieure en briques du palais de l’imâm à ar-Rawḍa. Il ne participa pas aux travaux du palais de la République car il travaillait alors à une demeure de l’imâm al-Badr.

12Nous constatons donc que les grands noms de la maçonnerie furent employés successivement par l’imâm, puis par la jeune République. Nombreux furent les maîtres artisans qui se trouvèrent embauchés par le ministère des Travaux publics, comme chefs de travaux dans la construction de divers ministères : Sanaa garde jusqu’à aujourd’hui le goût de son architecture vernaculaire, et nombreux sont les bâtiments qui tentent de concilier yéménité et modernité en architecture.

13Parmi les bons usṭâ actuels de maçonnerie, citons la famille al-Miswarî. Trois fils de feu l'usṭâ ‘Alî Sa‘îd al-Miswarî, l’aîné Muḥammad, puis Ḥasan et Ahmad, ont édifié dans les années 1980 plusieurs nouveaux minarets de Sanaa hors les murs, comme celui de la mosquée al-Hayr (phot. 5-8, 17).

  • 8 Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 227.
  • 9 Ibid, 1983, p. 227, n. 293.

14Le « code de Sanaa », qânûn Ṣan‘â’, datant du xviiie siècle, constitue une réglementation du marché de Sanaa et aborde, en particulier, la question de la rémunération ancienne de tous les corps de métiers du bâtiment, ugrat al-ammâr8. « Du temps de l’Imâm, raconte ‘Abd Allâh ar-Rawḍî, au moment où l’on construisait dâr al-Uṣûl (phot. 1), vers 1958, les grands usṭâ gagnaient deux thalers moins un quart, les maçons plus ordinaires environ un thaler : un thaler moins le quart, un thaler un quart, un thaler et un huitième. Les tâcherons journaliers, šâqî, gagnaient environ un quart de thaler ou dix fils. Après la construction du troisième étage de dâr al-Uṣûl, les salaires furent doublés et les grands usṭâ parvinrent à trois thalers et demi. Toute la demeure dâr al-Uṣûl coûta 78 000 qarš, la valeur d’une auto. Tous ces étages et le mafrag pour la valeur d’une voiture ! » En 1972, la journée d’un usṭâ était payée 50 riyals9. A la fin des années 1970, l’essor de la construction à Sanaa, lié à la mise en place de structures d’un État moderne, au rapatriement des salaires des migrants en Arabie Saoudite et à la spéculation, entraîna une forte demande de maçons, dont les services atteignirent des sommets, jusqu’à 650 riyals la journée d’un usṭâ en 1982. Les prix ont baissé depuis.

Le tracé du plan au sol

  • 10 Akwa‘, op. cit., n° 3843 : Lâ tiftah bâb al-‘imâra, wa law li-maḍwad.
  • 11 Ibid., n° 1172 : Ta‘awḍ an-Nabî min imârat maḍwad.
  • 12 Ibid., n° 2178 : Sidd bi-l-‘agîn wa lâ tiḥarrik aṭ-ṭîn. Serait un ancien proverbe himyarite.

15Plusieurs proverbes mettent en garde contre la mise en chantier d’une construction, aussi modeste soit-elle : « Ne te lance pas dans la construction, même d’un abri à fourrage10. » « Demande secours au Prophète pour la construction d’un abri à fourrage11. » « Colmate [les lézardes] avec un enduit, mais ne remue pas l’argile12 . » Remuer l’argile signifie ici bâtir une maison selon le procédé de construction en pisé : mieux vaut restaurer que de se lancer dans une construction nouvelle.

16Quand, malgré ces conseils, un maître d’ouvrage (souvent le futur propriétaire) décide de construire, il passe un accord avec le maître d’œuvre, généralement l'usṭâ. Celui-ci trace au sol le plan de la maison, réalisant ainsi une synthèse, née de son savoir et de son expérience, entre des éléments qui peuvent être contradictoires :

  • Les désirs des futurs occupants quant à la disposition des lieux, et leurs possibilités budgétaires réelles.
  • Les matériaux disponibles sur le marché et les contraintes qu’ils engendrent. Parmi elles, la longueur des troncs utilisés pour les plafonds, limitée à 3,5 m avant l'importation de bois tropicaux, impose une largeur des pièces qui n’excède pas cette dimension.
  • Les contraintes propres au site tiennent au réseau des rues et ruelles, à la forme de la parcelle, à sa superficie, à sa pente éventuelle, comme c’est le cas au bord d’un jardin urbain ou du wâdî Sâ’ila.
  • Les objections éventuelles des voisins quant à la construction nouvelle concernent, par exemple, un rétrécissement de la voie publique, une gêne causée par des odeurs possibles ou par des fenêtres donnant sur leur maison. il existe un droit coutumier précis que le maître maçon connaît et dont il doit tenir compte.
  • Une tradition architecturale deux fois millénaire que le maçon a profondément intégrée, et les goûts du jour manifestés par le maître de l’ouvrage ou la curiosité personnelle de l ’usṭâ à l’égard d’un matériau ou d’une forme décorative nouvelle.

Phot. 2. La pierre : les gestes du métier.
Un tailleur de pierre, muwaqqiṣ, dégrossit le parement d’une pierre à l’aide du naḥt, sorte de polka dont le fer serait moins allongé que l’outil des tailleurs de pierre français. Noter la position de l'artisan, debout, bassin en arrière, tronc parallèle au sol, jambes écartées de part et d’autre du bloc travaillé.

17Il s’agit dans la plupart des cas d’un remarquable travail d’architecture sans architecte, exécuté en l’absence de plan dessiné au préalable.

Les fondations

  • 13 Commentaire d’un hadîṭ d’an-Nawawi, cité par Pouzet-Nawawî, 1982, p. 100.
  • 14 Akwa‘, op. cit., n° 75 : Ibnî calâ sihh.
  • 15 Ibid., n° 1022 : Bi-yibnî alâ hayš.

18« Un bâtiment, au sens concret du mot, n’est pas parfait si l’un de ses fondements s’écroule » : l’importance des fondations est soulignée par an-Nawawî dans ce commentaire d’un ḥadîṭ 13. Il importe donc de trouver un terrain propre à la construction. « Construis sur du solide14 », dit le proverbe que complète ironiquement un autre : « Il construit sur un sol meuble15. » A Sanaa, le terrain dominant est constitué d’alluvions, et l’on creuse jusqu’à une profondeur d’un mètre à un mètre vingt pour trouver un sol ferme.

  • 16 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983 d, p. 324.
  • 17 Lewcock, 1983b, p. 468 b.

19Les fondations, mawṯir, doivent résister à l’humidité et à la dissolution par les sels du sol. Elles doivent aussi protéger des ruissellements : les pluies tombent dru des heures durant, et les chroniques se souviennent de crues qui emportèrent une partie de la grande mosquée16. Le maçon utilise donc de lourdes pierres de basalte, ṣamm17, ğu‘m, ou sawdâ’ caṣrîya. Les fondations se prolongent dans le même matériau sur deux mètres au maximum au-dessus du sol, de façon à parer aux chocs accidentels et aux attaques éventuelles d’un ennemi. Côté extérieur, les blocs sont équarris pour être jointoyés, mais leur tête apparaît en bossage ; à l’intérieur, le maçon se contente de pierres grossièrement assemblées et liées avec de l’argile.

  • 18 Hikoichi Yajima, A chronicle of the Rasûlid dynasty of the Yemen, Tokyo, 1974, cité par Serjeant, (...)
  • 19 Pratique fréquente dans le monde arabe. Pour le Yémen, cf. Serjeant, 1949 a, p. 276.

20Nous ne savons pas si l’édification de la maison commençait par un dépôt de fondation, objets précieux enfouis dans le soubassement. A l’époque rasûlide, au début de la construction, une procession accompagnée de tambours avait lieu18 ; cette coutume a-t-elle perduré ? Selon l’un de nos informateurs, le début d’une construction donne lieu à deux pratiques. L’une consiste à égorger un chevreau ou un agneau selon les rites de l’islam19. Dans la seconde, les ouvriers ensevelissent un outil ou deux dans les fondations, pratique magique destinée à protéger les constructeurs durant leur travail dangereux.

La taille

21Au-dessus des pierres de basalte assez grossièrement épannelées, commence le domaine de la pierre taillée et du travail qualifié qui s’effectue sur le chantier de la maison. La belle construction présente des assises de pierres rectangulaires soigneusement ajustées sur le parement extérieur du mur, celui des façades, tandis que le parement intérieur est plus grossier, car il sera recouvert d’une enduit de plâtre. Il faut équarrir le bloc brut arrivant de la carrière, puis le tailler pour lui donner au moins une face plane et rectangulaire. C’est l’œuvre de l'usṭâ, le maître-maçon, ou de ses aides qualifiés, tailleurs de pierre, muwaqqiṣ. A eux le beau rôle, le plus difficile aussi, celui d’une taille parfaitement régulière du moellon. Les matériaux proviennent du terroir, comme les outils, forgés dans les souks de la ville. Il a fallu attendre les années 1960 pour assister au remplacement progressif des outils locaux par des outils de fabrication industrielle, et la fin des années 1970 pour voir fonctionner les premières usines de ciment, à cAmrân et Bâgil.

  • 20 Goitein, Jemenica, cité par Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 227, n. 293.

22Al-cidda ṯulṯayn al-usṭâ, « L’outillage, c’est les deux tiers du maître artisan », affirme le proverbe20. Quel est celui du maçon ?

  • 21 Des scies mécaniques sont utilisées depuis 1980 dans des carrières modernisées, et les pierres son (...)

23Les maçons n’emploient pas de scie manuelle pour façonner les pierres21. Le dégrossissage des blocs, qalfac, est effectué par un ouvrier à l’aide de l’outil zabra ou zubra, sorte de lourde masse dont le fer a une extrémité carrée et l’autre pointue : dur travail que le maître maçon confie à un ouvrier.

  • 22 C’est le nom moderne de l’équerre, appelée qatqûna dans la Ḥuğarîya. Il en existe de diverses dime (...)

24Le tailleur de pierre, muwaqqiṣ, façonne les blocs à la demande du maître-maçon. Pour tracer, l’artisan utilise une zâwîya22, équerre métallique plate (fig. 1 a ; phot. 5), une règle maṣṭara, très rarement le compas, bîkâr (fig. 1 e).

Fig. 1. L'outillage du maçon.
a. Equerre plate, zâwiya. Long., 60 cm environ.
b. Sorte de polka, naḥt, pour tailler la pierre. Long., 40 cm maximum.
c. et d. « Marteau taillant » ou « marteau de tailleur de pierre », maṭraqa. Long., 40 cm maximum.
e. Compas, bîkâr. Branches longues de 20 à 60 cm.
f. Poinçon, ṭâqî, de 25 à 35 cm de longueur,
g. et h. Šarnî, sorte de ciseau à pierre, plan et coupe ; long., 13-16 cm.
i. Autre forme de Šarnî ; long., 11-14 cm.
j et k. Banš, sorte de ciseau à pierre.
l. Šarma, servant à « piquer » le parement de la pierre.

Phot. 3 et 4. La pierre : les gestes du métier.
Les muwaqqiṣ dégrossissent les côtés d’une pierre à l’aide du poinçon, ṭâqî, frappé avec l’outil maṭraqa, sorte de marteau taillant : d’un côté massette, de l’autre tranchant dans l’axe de l’outil qui s’abat.

  • 23 Noël, 1968, p. 285. Fig. p. 262, n° 14.

25Pour tailler la pierre, le muwaqqiṣ se sert d’une sorte de polka23, naḥt (fig. 1 b), dont le fer serait moins allongé que l’outil des tailleurs de pierre français. Assez lourd (un à deux kilos), son fer est muni à ses extrémités de deux tranchants perpendiculaires l'un à l’autre, l’un taillant dans le plan de l’outil qui frappe, comme une hache, l’autre perpendiculaire au premier et tranchant comme une houe. Plus petit et moins lourd est le fa’s, dont le fer a d’un côté la forme d’un marteau, de l’autre celui d’une herminette très inclinée sur le manche ; les maçons l'utilisent côté coupe pour tailler pierres et briques à la demande, et, côté marteau, pour les ajuster dans leur mortier de liaison (phot. 6 et 7,17).

26Le tailleur frappe un autre outil avec une sorte de « marteau taillant » ou « marteau de tailleur de pierre », maṭraqa (fig. 1 c et d). Le fer est façonné en massette d’un côté ; de l’autre, un tranchant de 8 cm de largeur est orienté soit comme une houe, soit comme une hache. Le manche mesure environ 40 cm de longueur.

  • 24 Aladenise, 1988, p. 5, et fig. 30, p. 6. Noël, 1968, p. 284 ; fig. p. 259, n° 23.

27Pour abattre les plus fortes aspérités d’une pierre, l’artisan utilise un outil droit en acier, le poinçon24, ṭâqî, de 25 à 35 cm de longueur et 2 cm de diamètre, à l’aide duquel il donne grossièrement à la pierre la forme désirée (fig. 1 f ; phot. 3, 4, 7).

  • 25 En consultant Noël, 1968, pp. 258-267 (planches sur l’outillage).
  • 26 Pour Lewcock (1983b, p. 468a), šarnî est un mot de Tacizz qui a le même sens que le fa’s de Sanaa. (...)
  • 27 Selon les tailleurs, le mot est d’origine anglaise, turque ou persane, en tout cas non arabe.

28Une taille plus précise est ensuite effectuée avec le šarnî, outil dont nous n’avons pas trouvé l’équivalent dans l’outillage français25 : c’est une sorte de ciseau à pierre d’une longueur totale de 13 à 16 cm, tout en métal, qui aurait un manche très court et une lame large et triangulaire. Les deux côtés du tranchant sont symétriques, à la manière d’un couteau (fig. 1 g, h, i ; phot. 5-6)26. Cet outil, autrefois fabriqué au souk des forgerons, à Sanaa, est aujourd’hui importé. Le banš possède une forme très voisine du šarnî, mais sa section est celle d’un ciseau à bois27 (fig. 1 j et k).

  • 28 Terme de la Ḥuğarîya. Le nom moderne de l’outil est mašrama.

29Après avoir contrôlé au mètre que la pierre a les dimensions requises, après avoir vérifié à l’équerre plate que les angles sont droits, le tailleur peut affiner son travail en polissant la pierre à l’aide du mafḥas, appelé aussi masann : autrefois de la pierre de lave très dure, aujourd’hui un alliage importé de métal rugueux très résistant (phot. 8). Il peut également « piquer » le parement à l’aide du šarma28 : sa forme est la même que celle du šarnî, mais le tranchant est dentelé (fig. 11).

Fig. 2. L’assise de pierre, en élévation et en plan.
a. nuṣṣ, pierre mesurant plus de 35 cm de long.
b. mitwassiṭ, mutawassiṭ, mesurant de 25 à 35 cm de long.
c. ra’s, pierre de moins de 25 cm de long. Sîra désigne le « joint de lit », irtifâ la hauteur de l’assise.

Phot. 5 et 6. La pierre : les gestes du métier.
Deux tailleurs de pierre achèvent le parement à l’aide de sortes de ciseaux au manche court et à la lame large et triangulaire, le šarnî et le banš, dont il existe divers modèles utilisés selon les besoins. Noter l'équerre plate au premier plan. Les attitudes corporelles sont caractéristiques : soit assis sur les talons, jambes écartées de part et d’autre de la pierre taillée (phot. 5) ; soit assis en demi-tailleur, une jambe repliée, talon au pubis, l’autre jambe allongée.

30Il ne semble pas que le tailleur de pierre de Sanaa utilise d’autres outils pour la taille : nous n’avons observé jusqu’en 1992 ni talots ni bouchardes, ni ciseaux ni rabotins, ni chemins de fer ni rustiques.

31Les attitudes corporelles durant la taille de la pierre sont caractéristiques :

  • L’ouvrier peut être debout, bassin en arrière, dos et tête dans un axe parallèle au sol, les jambes écartées de part et d’autre de la pierre travaillée (phot. 2).
  • Une autre position très courante est d’être assis sur les talons, dos droit ou légèrement penché sur la pierre (phot. 3-5). Cette position permet de se relever rapidement si besoin est, pour déplacer la pierre, la changer de côté, en prendre une autre.
  • La troisième est l’assise en demi-tailleur. Une jambe est complètement repliée, talon contre le pubis, l’autre jambe allongée (phot. 6, 8). Notons que l’artisan assis utilise fréquemment son pied pour caler la pierre, qui a souvent besoin d’être légèrement déplacée lors de la taille (phot. 7) ; il rejoint ainsi une pratique des menuisiers.

32Le vêtement est souvent la longue pièce de tissu enroulée autour des reins, la fûta, qui, retroussée à la ceinture, permet une assez grande liberté de mouvement aux ouvriers.

Les assises

  • 29 Akwa‘, op. cit., p. 3455 : Kull ḥağar wa li-h wağh.
  • 30 Pérouse de Montclos, 1972, t. I, p. 47.

33La partie visible de la pierre est appelée « front », ğabha, et aussi « visage », wağh, comme le parement de la porte. « Au milieu d’un mur, explique un artisan, la pierre ne montre qu'un seul “front” et deux à l’angle d’une façade. Dans l’arcade qui divise le dihlîz ou la ḥiğra, quand l’arc est composé d’une seule rangée de claveaux, on en voit trois : la ğabhar du dessous (l’intrados) et celles des deux côtés. » « Chaque pierre a son visage29 », affirme le proverbe, pour signifier que les gens diffèrent les uns des autres. Nous pouvons comparer ce terme de wağh avec le terme français de « tête » qui, appliqué à la maçonnerie, désigne la partie de la pierre restant visible après la pose30.

34La pierre n’est taillée que sur la face visible et n’est vraiment jointive avec ses voisines que sur ses arêtes de parement (fig. 2). La queue, ou partie de la pierre qui sera noyée dans la maçonnerie, le ṣadr (?), s’amincit en forme de pyramide grossière. C’est la raison pour laquelle, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la construction en pierre est moins solide que la construction en briques. Les pierres peuvent, notamment en cas de tremblement de terre, glisser de leur logement de « blocage » et tomber. Les briques, en revanche, sont régulières, plates, de dimensions constantes, et peuvent aisément se recouvrir les unes les autres par moitié, plein sur joint.

35La hauteur des pierres oscille entre 15 et 30 cm, ce qui détermine la hauteur, irtifâc, de l’assise, souvent 20 à 25 cm, rarement plus de 30. Les maçons considèrent que les assises dont la hauteur est supérieure à 30 cm sont inélégantes. Toutes les pierres d’une même assise ont la même hauteur, mais celle-ci peut varier d’une assise à l’autre. Le terme sîra désigne l’arête horizontale d’une pierre ou d’une brique après la pose ; on pourrait le traduire par « joint de lit ».

  • 31 Comme pour les fleurons et les palmes dans les arts du bois et du plâtre, le terme nuṣṣ désigne pa (...)
  • 32 D’après Noël, 1968, p. 26.
  • 33 Le grand appareil « est constitué par des pierres taillées n’ayant pas moins de 0,40 à 0,50 m de h (...)
  • 34 Noël, op. cit., p. 270 : « Parpaing. I. Pierre, moellon qui fait toute l’épaisseur du mur et qui a (...)

36Le terme hağar désigne les pierres qui constituent une assise sans avoir de fonction particulière comme les pierres d’angle. Le maçon distingue trois longueurs de pierres. Les plus grandes, nuṣṣ, mesurent plus de 35 cm31, et dépassent rarement la soixantaine de centimètres (fig. 2 a) ; il s’agit donc de pierres de « moyen appareil32 ». Le grand appareil ne semble plus en usage à Sanaa depuis plusieurs siècles33. La longueur relativement importante des nuṣṣ leur permet d’être employées dans les angles des façades et des baies, ou encore en parpaings34, qui sont rares à Sanaa. Les pierres moyennes, mutawassiṭ, mitwassiṭ, ont une longueur de 25 à 35 cm (fig. 2 b). Les plus courtes, ra’s, mesurent moins de 25 cm : « environ un empan », dit un maçon, « le volume de la tête », dit un autre (fig. 2 c). Ces trois catégories de pierres sont indifféremment utilisées dans chaque assise, dont l’appareil n’est donc pas « réglé de longueur » : en d’autres termes, le milieu de chaque pierre ne correspond pas aux joints montants de l’assise inférieure. D’une assise à l’assise supérieure, le maçon évite cependant que les joints montants ne se superposent ou soient trop proches : cela nuirait à la solidité du bâtiment.

  • 35 Cité par Lewcock, 1983b, p. 468 a.

37Divers degrés existent dans la qualité de la taille, d’après ‘Ali Ḥizâm aṣ-Ṣabâḥî35. Pour un « quart de taille », rubc waqîṣ, les angles de la pierre sont à angle droit, les arêtes sont seulement ébauchées, et la surface de la pierre est brute. Avec la « demi-taille », nuṣṣ waqîṣ, la pierre est bien finie, et sa surface « dressée », c’est-à-dire aplanie. Une pierre en « taille complète », waqîṣ kâmil, a des arêtes bien perpendiculaires et très droites, mais, à l’assemblage, un peu de plâtre apparaît encore entre cette pierre et sa voisine. Le summum de la taille, waqîṣ, laqf, est atteint quand les arêtes de deux pierres voisines sont si droites qu’on ne peut même pas introduire entre elles une aiguille !

Fig. 3. Noms des pierres d’angle, ḍubr.
a. ḍubr râbiṭ : pierre disposée en carreau (tête ou grand pan visible en façade).
b. ḍubr lîma. pierre posée en boutisse (petit pan visible en façade, grand pan visible dans l’embrasure).

Phot. 7. La pierre : les gestes du métier.
Le muwaqqiṣ achève le côté d’une pierre dont on voit le parement. II est assis en demi-tailleur, et utilise le pied de la jambe allongée pour caler un instant la pierre, fréquemment déplacée.

Phot. 8. La pierre : les gestes du métier.
L’artisan achève le polissage de la pierre à l’aide du masann ou mafḥas, autrefois bloc de pierre très dure, aujourd’hui alliage industriel d'importation, très résistant à l’abrasion.

38La tâche du tailleur s’avère plus difficile aux angles des baies et des façades, puisqu’il faut obtenir une pierre d’angle, ḍubr, taillée sur deux pans. Quand le ḍubr est disposé en carreau (tête ou grand pan visible en façade, fig. 3 a), il se nomme râbiṭ, terme dont la racine évoque l’idée de « lier » : la pierre, par sa longueur, fait fonction de chaînage longitudinal. Quand le ḍubr est posé en boutisse (petit pan visible en façade, grand pan visible dans l’embrasure, fig. 3 b), il se nomme lîma. Mais il est rare qu’une pierre soit assez longue pour être « boutisse formant chaînage » sur toute l’épaisseur du mur.

  • 36 Le terme naqr est cité par Lewcock, 1983b, p. 468a. Nous avons personnellement entendu le terme ra (...)
  • 37 Terme de la Ḥuğarîya.
  • 38 Noël, op. cit., pp. 258-267.
  • 39 Maréchaux, 1987, phot. 38 à 45.

39Le parement de la pierre est souvent griffé d’incisions parallèles appelées naqr ou rağma (prononcé ragma)36. Verticales, horizontales ou obliques, elles sont exécutées pour enjoliver la pierre qui est alors dite marğûm, murağğam. Un piquage de points se nomme rağma muḥabbaba37. Aujourd’hui, quand les pierres sont sciées mécaniquement, on leur ajoute les rağma à la main par de nombreux coups parallèles portés avec le fa ’s ou le maṭraqa. Le procédé est très souvent employé chez les bâtisseurs européens, mais avec des outils dentés38. Au Yémen, on peut se demander s’il n’y a pas un rapport entre ces incisions et les griffures ou peintures de certains visages féminins, comme le suggèrent des photos remarquables de Maria et Pascal Maréchaux39.

L’édification du mur

  • 40 De la racine TNĀ, second.

40Dès que le maître-maçon et le tailleur de pierre ont préparé assez de pierres pour une assise, l'usṭâ les met en place, en commençant la construction par le parement de façade : c’est là que le travail doit être le mieux exécuté, pour sa renommée et celle du propriétaire. A l’intérieur de la maison, la taille des pierres du parement n’a pas besoin d’être aussi précise, car un enduit de plâtre est presque toujours appliqué dans les pièces (fig. 2) : travail secondaire par conséquent, ce qu’indique bien le nom des pierres, ṯanâ, maṯnâ, muṯannâ, et le titre de celui qui les met en œuvre dans l’équipe, le ṯannây, le « second » du maître maçon40. A l’intérieur, seuls les arcs des vestibules et des escaliers sont vraiments soignés. Dans d’assez nombreuses maisons, parfois anciennes, nous trouvons des joints rubannés de plâtre, sur une épaisseur d’un centimètre et une largeur de trois centimètres environ ; il nous semble que c’est l’expression d’un goût ayant moins d’un siècle, sans que nous puissions le prouver.

  • 41 Nous avons déjà rencontré ce terme dans les villages, où de nombreuses maisons possèdent un rez-de (...)

41Pour certains cheikhs de Sanaa, des murs très épais s’appellent madâmîk et sont un critère d’ancienneté de la maison41. A bayt Muṭahhar, n° 38, par exemple, l’épaisseur de certains murs en bas de la maison atteint deux mètres ; ils s’amincissent au fur et à mesure que l’on monte dans les étages.

  • 42 Noël, op. cit., p. 78 : « Carreau. Pierre qui a plus de largeur en parement que de longueur en que (...)
  • 43 Le raṣṣâṣ s’appelait peut-être autrefois munâwil, d’après le « Code de Sanaa » : Cf. Serjeant, Akw (...)

42L’épaisseur du mur de Sanaa varie de 40 à 60 cm. La plupart des pierres sont disposées en carreau42, c’est-à-dire que leur plus grande arête est visible en façade ; la « queue » des pierres, c’est-à-dire leur profondeur à l’intérieur du mur, dépasse rarement 20 à 25 cm. Très rares sont les musabbata (?), parpaings larges et hauts en façade, qui relient les parements extérieur et intérieur entre lesquels il existe donc un espace vide (fig. 2). Le travail du raṣṣâṣ43 est de bloquer les pierres des deux parements au fur et à mesure que la construction avance. Un mélange d’argile et d’eau, ẖulab, est gâché au milieu de la maison avec une large houe, makḥîf. Après ajout d’éclats de pierre de 8 à 15 cm provenant de la taille, šalf, aksâr, et de karrî, sorte de gros gravier à béton, le mélange s’appelle raṣṣ et « fourre » la maçonnerie en formant blocage entre les deux parements.

  • 44 D’après la note 312 de Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 228, et une indication de Jean Lambert.

43Quand une pierre est posée par le maçon, sa forme grossièrement pyramidale fait qu’elle ne repose que sur l’arête du parement. L’artisan la cale à l’intérieur du mur par de petites pierres plates et allongées, les miẓâr, plur. mayâẓîr44

La construction d’un arc

44Pour bâtir un arc en pierre ou en brique, le maçon commence par poser un solide linteau horizontal au-dessus de la baie rectangulaire qu’il veut couronner, linteau qui reste en place et joue un rôle important dans la structuration de l’espace visuel, dans la pièce et à l’extérieur. Puis il mure provisoirement l’emplacement en arc de cercle occupé plus tard par un vitrail (phot. 9,17). Ce travail préparatoire achevé, un clou est enfoncé dans la maçonnerie provisoire en un point choisi dans l’axe vertical de la baie : à partir de ce centre, une ficelle sert de compas et permet de déterminer le tracé exact du futur arc. Le maçon enduit la maçonnerie provisoire de plâtre suivant cette courbure. Après la prise, il peut commencer la construction de l’arc proprement dit, en disposant les pierres ou les briques rayonnantes sur le blocage provisoire de briques et de plâtre qu’il détruira ensuite.

45Le terme caqd désigne l’arc de pierre ou de brique, et l’on emploie le verbe caqqad pour désigner le travail qui consiste à construire un arc. Par extension, le terme caqd désigne souvent le vitrail de plâtre enserré par l’arc de maçonnerie.

46« Le bel arc de Sanaa, explique un maître maçon célèbre, ‘Abd Allâh ar-Rawḍî, c’est d’abord l’arc en demi-cercle posé sur des piédroits, ṣâcid ; trop de maçons aujourd’hui suppriment les ṣâcid, ce sont des ânes en maçonnerie. Ensuite, le bel arc doit posséder trois voussures. Celle “du dessous”, ‘aqd taḥtânî, est en contact avec le vitrail qu’elle circonscrit ; une petite flamme, qindîl, la coiffe. L’arc du dessous est entouré d'une voussure en léger défoncement, ‘aqd tastûd, puis d’une “voussure supérieure”, ‘aqd fûqânî. » Ces quelques mots résument de manière imagée les principales caractéristiques de l’arc de Sanaa au milieu du xxe siècle.

47Depuis une quarantaine d’années, la tendance à construire un arc avec trois voussures concentriques de couleurs différentes se généralise, notamment dans les villas que l’on construit dans les quartiers nouveaux. L’arc est dit caqd mulawwan.

48Il s’agit donc d’un arc en plein cintre surhaussé : pour être élégant, l’arc doit reposer sur des piédroits, ṣâcid (fig. 4). Ce disant, notre maçon fustige l’usage de plus en plus répandu aujourd’hui de construire des arcs en demi-cercle, non surhaussés, ou, pire encore, des arcs segmentaires de plus en plus fréquents (phot. 10, 23).

  • 45 Pour une de nos sources, qui nous paraît ici douteuse, le mot bad‘ signifie « voussoir passant ». (...)

49A la naissance de l’arc, la première pierre s’appelle kursî, littéralement « le siège » ; nous retrouverons ce terme pour désigner les coussinets qui portent l’arc couronnant le tympan des entrées, ou le sommier permettant de passer de la colonne cylindrique à l’arc. Mais certains maçons préfèrent à kursî le mot badc, que nous retrouverons dans l’art de la brique : il suggère l’idée de départ, de naissance45. D’autres encore emploient le terme de tağlûs al-‘aqd, racine qui évoque encore l’idée de s’asseoir.

50Les claveaux eux-mêmes portent le nom de kasra. D’après un maître-maçon renommé, le terme vient du fait que, pour exécuter un voussoir, le maçon « casse » (c’est le sens de la racine KSR) l’angle droit qu’il taille dans les pierres ordinaires. D’autres maçons appellent les claveaux qallâb : là aussi, ils font référence au fait que les claveaux ne sont pas taillés à angle droit et que chacun d’eux fait progressivement « se renverser » l’arc, comme l’indique la racine QLB. Le maẖtam, dont la racine H̱TM a le sens de « sceau », désigne la clef de voûte. Dans les arcs des escaliers ou des vestibules, celle-ci est percée d’un trou, ẖuzqî, dans lequel un piton, mismâr, permet d’accrocher une chaîne pour suspendre une lampe.

51Quand l’arc est composé d’une seule rangée de claveaux, il est dit ‘aqd fard. Quand l’intrados est large (généralement au-dessus de 40 cm), il est composé d’une grande pierre, nuṣṣ, et d’une petite, ṯqâb. C’est le cas notamment des arcs dans les ḥiğra de grandes demeures, comme dâr Ǧadîd, ou des arcs situés au rez-de-chaussée de la samsarat an-Nuḥâs.

  • 46 Noël, op. cit., p. 341.

52Enfin, la partie de la maçonnerie faisant blocage entre deux arcs juxtaposés, dans une galerie par exemple, s’appelle tastûd, terme qui peut se traduire ici par « tas de charge46 ».

Fig. 4. Les noms des pierres d’un arc.
a. ṣacid. Piédroit
b. kursî, bad‘, tağlûs al-‘aqd ; première pierre à la naissance de l’arc
c. kasra, qallâb : claveau
d. ḥ atm : clef de voûte
e. Claveaux constituant « l'arc supérieur », ‘aqd fûqânî
f. Claveaux constituant « l’arc inférieur », ‘aqd tahtânî
g. Entre les deux arcs précédents se trouve une gorge de remplissage, tastûd

Fig. 5. Chaînage en bois.

Fig. 6. Schéma de l’appareil en escalier.

Les chaînages de bois

53Les chaînages de bois, farša, sont employés dans la construction en pierre comme dans la construction en brique (phot. 1, 21). L’utilisation de farša dans le sens longitudinal est fréquente en dessous et au-dessus des baies (phot. 10, 35). Nous voyons dans certaines maisons un chaînage de bois ceinturer la maison à plusieurs niveaux pour empêcher les murs de se fissurer si une pierre ou une brique se délite. Cela donne plus de cohésion à la maçonnerie en cas de tremblement de terre. On invoque aussi, pour justifier l’usage de chaînages, l’aisance qu’ils donnent au maçon quand on veut modifier la maison en dessous d’eux : ils permettent d’ouvrir une baie sans que la maçonnerie supérieure ne se fissure. Les chaînages posent le problème de la solidité de l’assemblage entre les pièces de bois qui le constituent. Des assemblages sommaires sont réalisés selon un schéma (fig. 5). Ils sont souvent le point de départ des lézardes, soit que l’on n’utilise pas de pointe métallique pour les assujettir, soit que le métal rouille avec le temps, soit que le bois se fende à ses extrémités.

  • 47 Nom latin : Cordia abyssinica, d’après Hubaishi, Müller-Hohenstein (1984, p. 150, n° 75). Sur cett (...)

54Les bois choisis sont notamment le jujubier, ‘ilb, et des rejets de ṭunub47, apprécié par les maçons comme par les menuisiers pour son imputrescibilité et sa résistance aux vers et au temps. Depuis une cinquantaine d’années, on trouve sur le marché des bois tropicaux d’importation ; cette disponibilité a certainement augmenté le rôle du bois dans la construction yéménite.

  • 48 Lewcock, Saidah, Gire, 1980, pp. 94-95, dâr alc-‘Afîf à Āl-ḏû Bayyât, maison datée du xive s. par (...)
  • 49 Gerster, 1968, p. 54.
  • 50 Cf. l’étude de J.-F. Breton et C. Darles au chap. 22, « Le livre des jours et des modes ».

55On utilise aussi des pièces de bois transversales au mur pour renforcer la construction en empêchant les deux parements de s’écarter sous la pression de la fourrure, dans une partie du mur que l’embrasure de la porte rend vulnérable : parfois (phot. 25), on aperçoit les extrémités de pièces de bois de section ronde ou carrée jouxtant les piédroits là où ils s’articulent avec l’arc couronnant la porte. A bayt al-cAttâb, n° 214, dans le mur occidental, nous voyons plusieurs rondins de bois régulièrement disposés au-dessus d’un chaînage de bois, dans une partie de la maison qui a certainement plusieurs siècle d’âge. Nous ne savons pas s’ils sont encochés pour augmenter leur efficacité. L’armature de bois est une tradition ancienne : on l’observe dans une vieille maison relevée par Lewcock48. Elle était essentielle dans l’architecture axumite, architecture de pierre dont on retrouve bien des traits dans les églises rupestres d’Ethiopie comme celle de Dabra Damo, en particulier les murs à têtes de singe49. La présence dans les murs des maisons de Sanaa de barres de bois transversales et longitudinales est peut-être un indice des liens qui existent entre les civilisations sud-arabique et axumite, mais rien pour l’instant ne permet de l’affirmer. Les fouilles de villes antiques d’Arabie méridionale ont montré l’importance qu’avait le bois dans les constructions préislamiques50.

  • 51 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, t. 1, p. 226.
  • 52 Lézine, 1972b, pl. I.

56En Egypte, on constate l’emploi de chaînages dans les constructions de pierre de l’époque mamlûke51 et dans les maisons en briques de Rosette où persistent des traditions anciennes52.

L’appareil « en escalier »

57Citons également un appareil « en escalier » qui n’est plus réalisé aujourd’hui, mais dont nous trouvons des vestiges dans de nombreuses maisons. Le parement de la pierre n’est pas vertical, mais légèrement déversé vers l’extérieur du bâtiment ; en d’autres termes, l’arête supérieure de la pierre marque un léger surplomb sur son arête inférieure. Pour retrouver la verticalité d’ensemble du mur, l’arête inférieure de chaque pierre est posée de 5 à 8 mm en retrait des arêtes supérieures des pierres qui la soutiennent (fig. 6). Avec un éclairage rasant, cela donne au mur un aspect « en escalier » caractéristique, dont un bel exemple se trouve sur le mur nord de la grande mosquée.

  • 53 Schmidt, 1982a, tafel 49a.
  • 54 D’après Lewcock, 1983b, p. 469, n. 20.
  • 55 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 325, n. 27.

58Cet appareil est plus ancien encore que la grande mosquée, puisque nous le trouvons, par exemple, à Mârib, dans la maçonnerie des deux extrémités de la célèbre digue, qui datent probablement de la seconde moitié du ve siècle av. J.-C., et au temple d’Almaqa de Sirwâh53. Mais à Sanaa, il semble ne plus être réalisé depuis longtemps et caractérise des maisons dont le soubassement est ancien de trois siècles au moins, même si des étages plus récents ont été édifiés au-dessus. Nous le trouvons notamment à bayt al-Ḥawlânî, n° 80, bayt aš-Šâmî, n° 92, bayt Ḥumayd, n° 136, sur quatre mètres de hauteur environ. A bayt al-cAttâb, n° 214, il est surmonté de chaînages de bois. On le trouve également au ḥawš al-waqf, ḥârat Yâsir, où les chameaux apportaient le grain et le fourrage54. Un assemblage similaire existe dans la galerie drainante dite gayl al-Barmakî, 182/798-79955.

Phot. 9. Façade orientale de bayt al-Ḥumayd, n° 136.
Exemple d'ordonnance du début du xixe siècle ?

Les pierres utilisées

59Mais revenons à des maisons plus ordinaires. Leur soubassement en pierre correspond en général au rez-de-chaussée et à l’entresol, plus rarement au premier étage vrai. Pour le rendre moins austère, le maçon joue de la polychromie de l’appareil : les assises apparentes des fondations en basalte très sombre et assez grossièrement appareillées contrastent avec la partie supérieure beaucoup plus soignée et construite dans un calcaire blanc ou ocré sur lequel se détachent les éléments linéaires du décor et les encadrements des baies.

  • 56 Akwa‘, 1984, n° 3491 : Kull qatya tumar bihağârihâ.

60Le Yémen est un pays géologiquement très divers, et l’on trouve autour de Sanaa une grande variété de pierres d’origine sédimentaire ou volcanique, aux innombrables nuances roses, vertes, blanches, crème, grises, noires ou bleutées. Les matériaux proviennent du terroir et impriment à Sanaa et aux autres villes leur qualité essentielle : l’intégration au paysage. « Chaque village est construit avec ses pierres56. » Ce proverbe exprime qu’il vaut mieux choisir son conjoint dans son village, mais aussi que chaque pays doit se contenter de ses produits.

61Avant 1962, le coût des transports imposait de s’approvisionner non loin de Sanaa. Depuis l’introduction du camion et la forte demande due à l’essor de la capitale, les sources se sont beaucoup élargies : les maçons achètent souvent jusqu’à Ḏamâr, à 90 km au sud-sud-est de la ville. Nous le verrons plus loin, les maçons de Sanaa goûtent beaucoup les jeux de la polychromie. Aussi suivrons-nous les artisans qui classent les pierres par couleur et par lieu de provenance. Les pierres portent souvent le nom du village, de l’oued ou de la montagne d’origine.

  • 57 Sa charge de camion, zaffa, coûtait 2 000 à 2 200 YR en 1988.
  • 58 D’après Lewcock, 1983b, p. 468b.

62La plus grande partie des murs est bâtie en pierre calcaire, dont il existe plusieurs variétés. Les plus appréciées sont celles qui résistent aux outrages du temps, tout en se prêtant bien à la taille. La bayḍâ‘, comme son nom l’indique, est blanche ou ocre, dure, de bonne qualité ; elle provient surtout de Sâba, Ḏamâr, d’al-Qâ‘ida, des Banî Maṭar. Dans la famille des bayḍâ‘, la gahrânî est une pierre blanche de premier ordre. La qualité ‘abâṣrî, abâṣrîya, cabâṣir désigne un pierre calcaire blanche, moins dure que celle de Sanaa, mais très appréciée parce que facile à tailler ; c’est une des meilleures pierres de type bayḍâ‘ et elle provient de la région de Ḏamâr57. La qualité faẖrânî désigne une sorte de calcaire plus blanc, mais moins dur que la ‘abâṣrî. Une autre pierre blanche est la pierre du wâdî Ṣawcân. Pour la décoration et la sculpture, on choisit la pierre ollaire grise ḥaraḍ, plus communément employée pour fabriquer de la vaisselle, et le balaq, un calcaire blanc crème sur lequel on gravait des inscriptions préislamiques58.

  • 59 Littéralement : d’Ethiopie, éthiopienne.
  • 60 Pour la waraqa, la charge de camion coûtait 5 000 YR en 1988.

63Pour les angles des façades et des baies, pour les chaînes et les bandeaux, les maçons préfèrent une pierre de lave noire renommée, appelée ḥabaš59 ou sawdâ’ ḥabaš : elle provient surtout d’al-Ǧirâf, au nord de Sanaa, et de la région de Ḏamâr, où sont les meilleures carrières. Elle convient à beaucoup d’usages parce qu’elle est solide et se prête bien à la taille et à la sculpture. Les maçons distinguent les variétés ḏamârîya, ruẖâmîya et waraqa, la plus renommée60.

64Il existe aussi des pierres de couleur rouge, ḥamrâ’ ; une variété en est la ‘utrubî qui tire son nom du sumac, ‘uṯrub, dont on tire des tanins et des vernis. D’autres pierres sont couleur d’ocre jaune, ṣafrâ’ ; bleutée, zarqâ ; verte, ẖaḍrâ ’ ; et rose enfin, hağar ward.

Phot. 10. Bayt al-cAnbasa, n° 6.
Bas de la façade méridionale. Milieu du xviiie siècle ?

Phot. 11. Bayt ar-Rubaydî, n° 40, façade est.

LES DÉCORS LINÉAIRES

Les chaînes horizontales

  • 61 Lewcock, 1979a et 1979b.
  • 62 Par ex. au caravansérail Sa‘d ad-Dîn, près de Konya (Hill, Grabar, 1967, phot. 429, 1235-1236 AD). (...)
  • 63 Par ex., au milieu du xiiie s., Baybars bâtit à Damas le Kasr Ablak et au Caire sa mosquée (Hautec (...)
  • 64 Par ex. en Syrie, dans les monuments publics, comme la mosquée Sulaymânîya, la mosquée Sinân Pacha (...)

65Des chaînes horizontales en lave grise, quelquefois en pierre rouge, s’élèvent sur une ou deux assises et reviennent à intervalles plus ou moins réguliers. Elles barrent les façades de nombreuses maisons construites au xixe siècle, comme bayt al-Ḥumayd, n° 136 (phot. 9) ou bayt al-Akwac, n° 3 (phot. 1, 21), mais aussi de maisons plus anciennes. Losanges ou sceaux de Salomon interrompent parfois les chaînes ou les relient verticalement ; les modules de base qui les composent sont des triangles ou des parallélogrammes (pl. 9 b-9 c). Plusieurs tours de la citadelle de Sanaa possèdent des assises de pierre polychrome. Cette particularité caractérise la qubba, édifice à coupole bâti en 1012-1016/1603-1608 par le gouverneur ottoman dans la cour de la grande mosquée de Sanaa (pl. 9 a), et se perpétue dans des mosquées locales comme la grande mosquée d’ar-Rawda (pl. 9e). Il serait néanmoins hâtif d’y voir un apport de l’époque ottomane. La construction préislamique n’ignorait pas les jeux de la polychromie dans la pierre61. Les Salgûqides d’Asie Mineure, héritiers des traditions byzantines, en ont usé également62. Les architectes d’époque mamlûke montrèrent un goût très prononcé pour les appareils bigarrés dits ablak63 et l’époque ottomane a amplifié la tendance64.

Phot. 12 et 13. Deux agencements de façade exceptionnels à Sanaa.
12. Bayt al-‘Arusî, n° 105, façade méridionale.
13. Bayt Mu‘îd, n° 108, angle sud-est.

Phot. 14 à 23. Portes à linteau monolithe
14. Bayt ‘Abd ar-Raḥmân Muṭahhar, n°36.
15. Maison non identifiée du quartier Dâwûd (?).
16. Maison non identifiée (détail de la photo 20).
17. Entrée de bayt al-Kibsî, n° 164. Début des xie/xviie siècles ?
18. Entrée de bayt aḍ-Ḍufrî, n° 124.
19. Entrée de bayt aṣ-Ṣudumî, n° 203.
20. Maison non identifiée.
21. Entrée de bayt at-Ḥâḍrî, n 18. Seconde moitié du xixe siècle.
22. Entrée de bayt al-cArûq, quartier Sukkara.
23. Maison non identifiée.

Phot. 24 à 32. Portes sommées d'un arc cintré.
Le premier arc au-dessus de la porte est souvent surmonté d’un chaînage en bois, parfois sculpté ou décoré d’ornements en métal.
24. Agencement typique de maison modeste : quelques jours pour éclairer le dihlîz dans un mur sans autre arc. Maison non identifiée.
25. Maison modeste, mais avec deux rangées de voussoirs. Bayt al-Yamanî, quartier Dâwud.
26. Maison non identifiée.
27. Agencement de porte d’entrée typique de Sanaa, et très fréquent. Bayt Ishâq, n° 111, façade orientale.
28. Détail de l’agencement typique de Sanaa. L’arc supérieur repose sur des modillons, kursî. Le linteau est décoré du type de clous nagma et de trois sceaux de Salomon exécutés en taille arabe.
29. Autre détail de l’agencement typique de Sanaa. Portail de dâr aḍ-Ḍahab, n° 11.
30. Maison non identifiée.
31. L’arc en légère ogive est rare à Sanaa. Bayt az-Zubayrî, n°56.
32. Portail entre rue et cour. Baytal-‘Attâb, n° 214.

Les bandeaux

66Depuis une cinquantaine d’années, on observe une généralisation des bandeaux qui s’ajoutent aux chaînes horizontales. Les plus simples se réduisent à une assise saillante. Le plus souvent deux listels de lave sombre encadrent une bande de calcaire clair. Les bandeaux marquent la limite entre les différents étages des maisons où l’appareil de pierre s’élève assez haut pour inclure un ou deux niveaux habités (phot. 44, 21) et parfois toute la façade (phot. 1). Les palais ou demeures construits par les imâms et leur famille entre 1930 et 1960 ont donné le ton. La lave grise dessine généralement les parties saillantes des bandeaux.

67Dans le type le plus fréquent, les deux galons plats de bordure, qui ont la hauteur d’une assise, se nouent en longs maillons hexagonaux (phot. 1, 54, 55) : ainsi est renouvelé un vieux motif islamique bien connu des artisans du qaḍâḍ (voir par exemple phot. 32-36, 20). Dans la pierre, ces maillons sont souvent ponctués de carrés sur la pointe largement espacés dans la bande centrale (phot. 44, 21) ou placés aux intersections des deux galons (phot. 1).

  • 65 Finster, 1982c, pl. 91a.
  • 66 Lewcock, 1983a, p. 290, fig. 15-27. Cette samsara aurait entre 300 et 600 ans.

68Les carrés sur la pointe peuvent constituer une frise continue : ils sont concentriques (phot. 1) ou alternent avec des triangles opposés (phot. 50). Vieux motif fréquent dans les architectures de pierre des hautes terres, ils décorent la mosquée de la reine Arwâ, à Ǧibla, datant du xie siècle65, et l’entrée orientale d’un caravansérail de Sanaa, la samsarat al-mizân66 On observe encore des frises de triangles inversés et emboîtés et des frises en dents de scie.

69Certains motifs, comme la grecque (phot. 56) et la torsade monumentale qui orne le tiğwâb du palais de la République (phot. 1) semblent empruntés au répertoire de la brique.

70Dans les bâtiments construits depuis la Révolution, les maçons tirent de nouvelles variantes à partir du triangle en jouant sur la polychromie et le relief (phot. 52 ; pl. 9 g). La juxtaposition de modules curvilignes, appelés ḥûtî dans l’artisanat du plâtre et du bois où il compose des torsades, fait naître des ribambelles de papillons (phot. 49) et des frises de fleurons (phot. 51, bandeau inf. g.).

Les chaînes d’angle harpées

71Les chaînes d’angle harpées caractérisent d’importantes demeures construites au xixe siècle (phot. 1, 21). Elles se généralisent au milieu du xxe siècle en même temps que les bandeaux (phot. 1). A dâr aš-Šukr, n° 216, elles sont en bossage, bâriz (phot. 50).

Les nouveaux développements du décor de pierre

72Depuis 1970, on assiste à un développement de la construction de pierre et à l’enrichissement de son décor : cela concerne surtout des villas élevées dans les quartiers nouveaux de Sanaa. On observe une diversification des bandeaux et un envahissement des surfaces par une véritable mosaïque de pierre. Des thèmes anciens y sont transposés : oiseaux affrontés becquetant un fruit (phot. 52), zigzags, frises de hûtî.

73Le palais des hôtes de la République, le qaṣr aḍ-ḍiyâfa, construit dans les années 1970 par le gouvernement républicain, témoigne de ces tendances nouvelles (phot. 51). Sur des volumes simples, la marqueterie de pierre en bossage est particulièrement réussie. Au rez-de-chaussée, la façade est couverte d’un réseau aux mailles fleuronnées ; à l’étage, elle reçoit un diadème de disques modelés en creux. Sous la corniche qui sépare les deux niveaux, des oiseaux perchent sur un cartouche blasonné. Au ministère de la Santé, édifié à la même époque, l’ondulation des frises superposées crée un joyeux cinétisme. Les armoiries figurant l’Aigle républicain signalent le bâtiment officiel, comme au palais des hôtes. Une note baroque est donnée par la main qui brandit hors du mur un flambeau.

LE DÉCOR DES BAIES

L’entrée

  • 67 D’après diverses observations, le sol de la rue semble s’élèver de 20 à 30 cm par siècle selon les (...)

74Elle s’ouvre sur une cour qui précède la maison ou sur le vestibule du rez-de-chaussée, dihlîz. De vieilles demeures ont le sol de cette pièce très au-dessous du niveau de la rue qui s’est haussée au cours des siècles, selon le phénomène de tell bien connu des archéologues67. Mais lors de la construction, le seuil est surélevé par rapport à la rue, pour éviter le ruissellement des eaux vers l’intérieur : une ou deux marches sont aménagées dans l’épaisseur du mur, une troisième empiète parfois sur la chaussée. Si la maison est entourée d’une cour ou d’un jardin, un mur de pierre les isole de la rue. Il est souvent bâti en appareil bichrome comme le bas de la maison (phot. 39). Le haut du mur est à deux pentes pour rejeter les eaux de pluie.

75L’entrée est la partie attractive du rez-de-chaussée qui frappe par son austérité. Elle est la seule ouverture, à l’exception de quelques jours qui assurent à l’intérieur un minimum d’aération et d’éclairage. Son aspect est fonction de l’ancienneté et de l’importance de la maison. Le principal critère de différenciation est l’existence ou non d’une arcade autour de l’embrasure.

LES ARTICULATIONS DE L’ENTRÉE

Entrée simple (sans arcade)

76La porte s’inscrit dans une embrasure. Les piédroits sont montés en carreaux et boutisses. L’utilisation d’une pierre différente de celle qui constitue le mur du rez-de-chaussée permet de souligner l’appareil harpé de l’encadrement (phot. 25). Le masfaq ou masfak désigne la feuillure de pierre où se scelle le cadre en bois de la porte ; d’autres maçons l’appellent « étranglement », taẖnîqa, ou « couronne », iklîl.

  • 68 Voir Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 346b ; Lewcock, 1983b, p. 485b et p. 494a, fig (...)

77Un linteau de pierre, sakk, mardam, doublé d’un chaînage de bois, somme l’embrasure (phot. 14, 15). Le linteau monolithe est l’indice de vieilles maisons, de l’avis concordant des vieillards. On remarque la frise d’arceaux qui décore celui d’une habitation qui aurait quatre siècles (phot. 15). L’entrée aujourd’hui murée de bayt Muṭahhar, n° 36 (pl. 9 f) est considérée comme l’une des plus anciennes de Sanaa. Elle est surmontée de deux têtes d’animaux rappelant celles qui dominent le portail nord-est de la grande mosquée : elles évoquent les têtes de taureaux qui servaient de gargouilles dans les constructions préislamiques de l’Arabie du Sud68.

78Au linteau de pierre se substitue souvent un arc segmentaire ou parfois en demi-cercle, que soulage un chaînage de bois tangent à la clef de l’arc (phot. 24). Dans les entrées sur cour, où la charge du mur supérieur est négligeable, le chaînage de bois n’est pas indispensable (phot. 44). L’arc comporte un ou plusieurs rangs de voussoirs (phot. 24, 44). Dans le deuxième cas, les rouleaux se distinguent par des claveaux taillés dans des dimensions et des matériaux différents (phot. 25, 44). A l’entrée du dihlîz, au-dessus du chaînage de bois, des ouvertures étroites comme des meurtrières éclairent et aèrent la pièce : ce sont des rectangles larges de dix à douze centimètres, qui ont la hauteur d’une assise de pierre. Quand un arc les couronne, il est taillé dans l’assise supérieure et offre un tracé assez peu rigoureux, tantôt cintré (phot. 24), tantôt brisé ou triangulaire. Un ou deux traits incisés le soulignent comme un sourcil au-dessus de l’œil, ou cernent toute la baie. Parfois deux ou trois ouvertures s’alignent sur un rang. Le plus souvent, elles sont disposées en quinconce composant un damier à sommet triangulaire. Leur nombre varie de trois à onze, parfois plus (phot. 14, 15, 24).

L’entrée à arcade

79L’arcade où s’inscrivent la porte et le tympan qui la couronne donne un caractère solennel à l’entrée. Elle a la hauteur du dihlîz.

80Le tympan surmontant la porte reproduit le schéma arc/baie rectangulaire typique de Sanaa, que l’on rencontre aux étages supérieurs. La hauteur du tympan représente le tiers de celle de l’arcade, sauf dans de vieilles maisons comme bayt Sarîc, n° 43 (phot. 35) où l’on se rapproche du rapport 1/1. L’arcade est moins profonde que l’embrasure extérieure. Le tympan élevé et les alettes étroites lui donnent une forme plus élancée que celle de la porte où l’on observe souvent les proportions de trois en hauteur sur deux en largeur.

81Le couronnement de l’embrasure est identique à celui des entrées sans tympan : linteau de pierre (phot. 17-23), arc segmentaire (phot. 30) ou, moins couramment, plein cintre (phot. 27). Le chaînage de bois qui soulage l’arc n’est pas toujours tangent à la clef de l’arc (phot. 31). L’arc comporte un ou deux rouleaux (phot. 27, 29). Dans ce cas, une pierre taillée en triangle coiffe la clef du premier rouleau en s’emboîtant dans celle du second. Même si la voussure est double, la largeur des alettes ne dépasse pas la hauteur de la première rangée de claveaux (phot. 34).

Phot. 33. Porche d’entrée.
Palais de l’imâm à ar-Rawḍa, bâti en 1355/1936.

Phot. 34. Détail d’un porche entre rue et jardin.
Bayt Ǧamḍân, n ° 79.

Phot. 35. Porte d’entrée de bayt Sarîc, n° 43.

Phot. 36. Un agencement de 1355/1936.
Les petits jours du tympan ont été remplacés par une baie barreaudée. Bayt al-cAmri n°5.

Phot. 37 à 40. Portails entre rue et cour (ou jardin).
Ils reprennent avec quelques variantes le schéma typique de Sanaa.
37. Portail polylobé de bayt Maḥbûb, n° 32. Une date sculptée dans le bois du linteau indique, semble-t-il, 10I8/[1609], Le portail fut malheureusement détruit en 1984, pour permettre l'accès de la cour aux automobiles. Les pierres existent encore.
38. Bayt al-Ǧindarî, n ° 28.
39. Bayt Muṭahhar, n ° 66.
40. Bayt ‘Aslân, n ° 73.

Phot. 41. Portail donnant accès à l’ancienne « école des sciences de la religion », madrasa ilmîya, sous l’imâm Yahyâ.
Ce portail, situé sur l’actuelle Maydân at-Taḥrîr, fut édifié en avant du bâtiment de la photo 42 par Ahmad Qaṣ‘a, d’une famille célèbre de maîtres maçons, sur ordre du prince ‘Abd Allah b. Yaḥyâ, en 1361-1362/1942-1943. Il réutilisa des colonnes de marbre blanc apportées d'un site sans doute préislamique.

Phot. 42. Bassin et bâtiment, xxe siècle.
L'un et l'autre furent probablement construits par le dernier gouverneur turc, Mahmûd Nadîm, au début du xxe siècle.

Phot. 43. Une œuvre en pierre du xxe siècle.
Fontaine, sabîl, dans le quartier Abhar, construite en 1339/1920-1921.

Phot. 44 et 45. Portails monumentaux ouvrant sur des parcs.
44. Portail de bayt Ḥamîd ad-Dîn, n° 161, dont la base est ensevelie sous le niveau de la me. Fin du xixe-début du xxe siècle ?
45. Portail occidental de l’ancienne maison de Sayf al-Islâm Ismâcil fils de l'imâm Yaḥyâ, quartier bi’r al-cAzab. Il porte en son centre la date de 1367/[194748], Noter de part et d'autre du tympan les symboles de la famille de l’imâm, le sabre, les cinq étoiles, et les deux serpents. Larg. totale de l’ensemble : 7,12 m. Larg. de la porte visible : 3,01 m ; sa hauteur : 3,80 m.

  • 69 Lewcock, 1983b, p. 486.
  • 70 Lewcock, 1983a, p. 293, fig. 15.35. Voir aussi les chapiteaux de la mosquée de Tîtid : Finster, 19 (...)

82Le tympan s’inscrit dans un arc surhaussé, parfois légèrement brisé comme à bayt az-Zubayrî, n° 56 (phot. 31), bayt Sarîc, n° 43 (phot. 35), ou bayt aš-Šarafl, n° 71, mais plus fréquemment en plein cintre (phot. 32). L’arc en mitre est exceptionnel (phot. 17). Dans de vieilles maisons, la clef de l’arc est taillée en pointe triangulaire. L’arc qui entoure le tympan est légèrement en surplomb sur les piédroits de l’arcade montés en carreaux et boutisses (phot. 27). Des coussinets, kursî, portent l’arc en surplomb. Ils sont sculptés d’un ou deux petits cylindres couchés (phot. 28, 37). S’ils sont deux, le plus petit repose sur le plus grand. Ils sont soulignés par un ou deux traits concentriques gravés dans la pierre (phot. 40). Des appendices, triangles ou languettes, les complètent parfois (phot. 29, 38). Selon une première hypothèse formulée par Lewcock69, ces coussinets seraient une survivance décorative de rondins de bois engagés dans le mur pour soutenir les bases de l’arc en surplomb. Dans les habitations anciennes, on peut seulement constater la présence de pièces de bois qui traversent le mur de part et d’autre de l’embrasure (phot. 14, 20, 24, 25). Selon une seconde hypothèse formulée par les mêmes auteurs, il y aurait là un rappel d’un type de chapiteau qu’on peut encore voir à la samsarat al-Mizân70.

  • 71 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 343a, p. 344, fig. 28-53.

83L’arc du tympan comprend une ou plusieurs rangées de claveaux (phot. 19). Dans de vieilles maisons, la clef du premier rouleau est taillée en pointe triangulaire qui s’emboîte dans le second rouleau suivant un arrangement employé à la grande mosquée de Sanaa, dans les arcs couronnant le portail du mur de qibla qui date vraisemblablement du xie ou xiie siècle71. L’encoche triangulaire exécutée à partir de la douelle d’intrados pour marquer le milieu du tympan relève du même procédé (phot. 18, 29, 40).

84Dans les entrées sur cour, le mur s’élève au-dessus du tympan, qu’il intègre en une sorte de fronton cintré ou horizontal (phot. 37-40). Quand le fronton est cintré, il se confond avec les deux ou trois voussures superposées de l’arc du tympan (phot. 38). La première est un demi-cercle surélevé. Celle qui constitue le faîte du couronnement se profile en arc segmentaire. L’entrée de bayt Mahbûb, n° 32, était couronnée par un bel arc en plein cintre polylobé (phot. 37). L’arc polylobé sculpté dans la pierre ou le stuc a été beaucoup employé dans l’architecture religieuse et civile du Yémen. Il a connu un regain de faveur dans des constructions qui ont sans doute été influencées par la seconde occupation ottomane, ornant un portail de la place at-Taḥrîr, au centre actuel de Sanaa (phot. 41), et une fontaine du quartier Abhar (phot. 43).

Phot. 46 à 48. Décors de claustra dans la pierre.
46. Šubbâk à bayt cAbd Allâh (?), n° 179. En mosaïque de pierre est écrit Yâ Qayyûm, « ô l’irnmuable ! »
47. Claustra de pierre à bayt cAbd al-Qâdir ; n° 1. Décor de carrés sur la pointe en calcaire ocre, alternant avec des bandes de lave noire, qu’on retrouve sur les phot. 48 et 50.
48. Šubbâk de pierre vue de l'intérieur, à l’ancien palais de l’imâm à ar-Rawda. Voir photos de ces šubbâk de l’extérieur, dans Bonnenfant, 1989, p. 111.

Phot. 49. Frise ornementale en pierre.
Du plâtre souligne le décor.

85Qu’elle soit horizontale ou clavée, l’assise finale du couronnement des entrées sur cour est souvent posée en saillie formant une corniche qui protège le mur de la pluie ; elle souligne d’un trait d’ombre la forme du couronnement (phot. 38).

  • 72 Merlon se dit Samafa, plur. Sarânif (on dit parfois Sarârîf).

86Les frontons cintrés sont coiffés à leur sommet d’un petit triangle taillé dans la clef de l’arc (phot. 37), ou rapporté (phot. 38). Les frontons horizontaux portent des nierions72 triangulaires dont les arêtes sont droites ou à ressaut (phot. 39, 44). Des figures symboliques les décorent parfois : à dâr aḏ-Ḏahab, n° 11, des serpents stylisés sont sculptés sur les merlons d’angle de l’entrée sur cour (fig. 4, 23), une cafetière sur celui du centre (fig. 2, 23) ; à bayt cAslân, n° 101, est sculpté assez grossièrement un petit sceau de Salomon surmonté d’un aspersoir à parfums (phot. 33, 23).

87Le tympan des portes extérieures de dihlîz ne dépasse pas une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Il est percé d’ouvertures analogues par la forme et la répartition à celles qui surmontent les portes sans arcade (phot. 17, 19-23, 27, 31, 35).

88Dans certaines maisons, une grande ouverture grillée remplace ou complète ce dispositif (phot. 9). Le tympan de l’entrée de bayt al-cAmrî, n° 5, est percé par une baie dont l’arc surbaissé est souligné par un couronnement de triangles ajourés (phot. 36). L’œil-de-bœuf elliptique, bîḍa, éclairant le dihlîz au-dessus de la porte, est probablement un emprunt aux modes européennes diffusées par l’Egypte ou la Turquie.

89Le tympan des entrées sur cour est généralement aveugle (phot. 38-40). Le portail de bayt Maḥbûb, n° 32, est une exception (phot. 37). Des inscriptions sont parfois gravées dans la pierre. Elles se distinguent surtout par leur brièveté : Allâh ! Mâ šâ’ Allâh ! ou quelque autre brève formule théophore, et sont souvent accompagnées de la date de construction du portail. Un bref verset du Coran est sculpté sur la façade de bayt al-Masûrî, n° 98 (phot. 52).

90Le chaînage de bois, tardûm, qui soulage l’arc situé au-dessus de la porte peut recevoir un beau décor épigraphique ou végétal (phot. 21, 28, 29), ou des ornements métalliques (phot. 16, 30).

LES EFFETS DÉCORATIFS : L’ALLIANCE DU BOIS, DE LA PIERRE ET DU PLÂTRE

91La pierre volcanique grise utilisée pour les chaînes horizontales souligne les articulations de l’entrée : le cadre de la porte, comme celui de l’arcade, se détache en sombre sur la paroi ocre (phot. 36). L’appareil harpé des piédroits est ainsi mis en valeur dans de nombreuses maisons construites depuis une cinquantaine d’années. Une assise plus claire ou plus foncée barre le tympan (phot. 38) ou marque le sommet du mur, accusant un fronton rectangulaire (phot. 34) ou différenciant les éléments d’un bandeau de corniche (phot. 44).

92L’alternance des couleurs permet de distinguer les rouleaux superposés de l’arc couronnant le tympan (phot. 38) ou la porte (phot. 44), rouleaux qui s’articulent avec les chaînes horizontales rayant le mur de la cour : au-dessus de la porte de bayt Muṭahhar, n° 79 (phot. 34), le premier rouleau est gris, le second est rose. Le contraste des couleurs apparaît aussi dans les claveaux alternativement gris foncé et ocre clair. Un rouleau monochrome peut accompagner un rouleau composé de voussoirs de deux couleurs. Ailleurs, deux rangs de claveaux s’opposent par la couleur et la hauteur (phot. 11).

  • 73 Costa, 1977, p. 12. Sur cette photo, la pointe triangulaire au sommet de l'arc du tympan est surmo (...)

93Le maçon exécute parfois un véritable travail de marqueterie : des pierres triangulaires alternativement ocres et grises, parfois roses, s’emboîtent pour former les claveaux d’un arc (phot. 21, 22, 26) ou orner le tympan d’une frise en dents de scie (phot. 34). Ce décor polychrome est très ancien. Il est réalisé en rouge et ocre sur une très vieille maison de la ville, bayt Muṭahhar, n° 36, au-dessus du linteau (pl. 9 f). On y observe d’autres ornements polychromes réalisés dans la même harmonie de couleur : deux arcs trilobés qui flanquent le linteau, et un motif curviligne qui est repris sur le tympan d’une maison moins ancienne (phot. 30). Enfin, dans beaucoup d’entrées, des motifs isolés, triangles, losanges ou étoiles, se détachent au sommet ou de chaque côté de la porte (phot. 53 ; 47, 17)73

LES VARIANTES ANCIENNES ET MODERNES DE L’ENTRÉE

94Deux entrées dont l'ancienneté est attestée par le seuil en dessous du niveau de la rue s’éloignent plus ou moins des schémas précédents. Bayt Mucîḍ, n° 108 (phot. 13), ne s’en écarte que par l’importance donnée à l’arcade où s’inscrit la porte ; l’arc à ressauts qui entoure le tympan est un autre facteur de différenciation. L’entrée de bayt al-Arûsî, n° 105, est unique à Sanaa (phot. 12) : une petite porte rectangulaire est surmontée d’un majestueux dais de pierre constitué par la base d’une construction en encorbellement dont les consoles moulurées sont réunies par un grand arc brisé. Les trois meurtrières qui s’alignent sous le surplomb, plus quelques autres disposées haut et sans ordre, donnent un aspect très fermé à cette maison qui relève des tours fortifiées construites en pisé dans la campagne autour de Sanaa.

95Les grandes demeures habitées et construites avant la révolution de 1962 par des membres de la famille princière possèdent des entrées monumentales où le décor s’amplifie : un des portails latéraux du jardin, à l’ouest de bayt cAbbâs, n° 39, en est un exemple (phot. 45). En plus des effets décoratifs cités plus haut, nous remarquons le bandeau de corniche bichrome épousant l’arc en plein cintre. Un cartouche porte la date de construction, 1367/1948, et des motifs symboliques se répètent de chaque côté de l’entrée : le sabre entouré de cinq étoiles, emblème de l’imâm, et un serpent enroulé. Nous retrouvons des sabres couchés dans le décor en bois de la porte monumentale d’un portail voisin, permettant l’accès à la même demeure. Le portail de bayt bint al-Imâm reproduit le schéma traditionnel de l’entrée avec une porte plus large, à deux battants, comme dans le cas précédent. Ce type de portail se retrouve dans de nombreuses maisons princières du milieu du xxe siècle, comme dâr aš-Šukr, n° 216, et busṭân al-Ḥayr, n° 22. L’entrée du palais d’ar-Rawda possède une arcade profonde délimitée par un arc légèrement brisé à ressauts (phot. 33). Dâr al-Uṣûl, n° 49, grande demeure bâtie pour l’imâm Ahmad quatre ans environ avant la révolution de 1962, et devenue palais de la République, est plus récente (phot. 1) : la porte d’entrée est précédée d’un portique dans le plan de la façade, s’ouvrant par une grande arcade en plein cintre flanquée de deux petites, reposant sur des colonnes jumelées. De hautes fenêtres peu espacées éclairent le rez-de-chaussée.

  • 74 D’après une sculpture en relief au revers du portail.
  • 75 Akwa‘, 1980, pp. 285-286.

96La résidence du dernier gouverneur turc de Sanaa, Maḥmûd Nadîm, était située autrefois à l’extrémité occidentale de l’actuelle place at-Taḥrîr. C’est probablement lui qui se fit construire un petit édifice (phot. 42). Il quitta sa demeure vers 1918 et l’imâm Yaḥyâ en fit ultérieurement une « école des sciences de la religion ». Le portail (phot. 41) fut édifié par Aḥmad Qaṣ‘a74, sur ordre du prince cAbd Allâh b. Yaḥyâ75, probablement en 1362/1943 d’après une date sculptée sur la porte. Il réutilisa des colonnes de marbre blanc apportées d’un site probablement préislamique, comme le montrent les cannelures et les bagues de denticules qu’on observe autour des fûts ; il les disposa symétriquement à l’entrée, en les engageant à demi dans la maçonnerie. On constate par ailleurs sur le portail la survivance de formes locales : oculi travestis en médaillons polylobés, zigzags et festons ornant les chapiteaux et le couronnement des fenêtres, sabres des imâms. L’arc polylobé qui circonscrit le tympan était employé dans l’architecture yéménite avant la première occupation turque. Il décore aussi une fontaine construite en 1339/1920-1921 (phot. 43).

Phot. 50. Façade orientale de dâr aš-Šukr, n° 216.
Dâr aš-Šukr, construit en 1352/1933, représente à notre connaissance la première demeure bâtie tout en pierre à Sanaa. Cette mode va se développer dans les décennies ultérieures, par exemple à dâr al-Uṣûl (phot. 1). Goût des décors de pierre en carrés posés sur la pointe.

97Le rez-de-chaussée du palais des hôtes de la République, qaṣr aḍ-ḍiyâfa, est aussi largement ouvert sur l’extérieur que le premier étage, et l’accès aux pièces d’habitation se fait par une galerie couverte s’ouvrant par une arcature au rez-de-chaussée et au premier étage (phot. 51).

Phot. 51. Le palais des hôtes de la République du Yémen.
Achevé en 1976, il fut l’occasion de réalisations virtuoses de la part des maîtres-maçons et plâtriers de la capitale.

98A l’imitation de ces palais, dans les villas récentes, la façade du rez-de-chaussée n’est plus aveugle, mais s’ouvre par une porte sans tympan et par des baies vitrées réduisant la place des vitraux. Dans une autre variante moderne, des maisons possèdent un rez-de-chaussée occupé par un magasin qui donne sur la rue par de grandes baies couronnées d’un arc plein cintre ou segmentaire (phot. 52). Si des portes en fer aux motifs très variés et aux couleurs vives ont remplacé les portes en bois traditionnelles, les façades de pierre, et particulièrement l’encadrement des baies, continuent à se prêter aux jeux de la polychromie : décor en denticules ou en zigzag des piédroits, alternance des tons clairs et foncés dans les voussures superposées et dans les claveaux juxtaposés, chaînes horizontales reliant les voussures, plates-bandes extradossées en arc couronné par une frise en dents de scie (phot. 52 ; pl. 9 g).

CONCLUSION

  • 76 Deflers, 1889, pp. 58-59.

99Nous pouvons nous interroger sur les origines de la porte avec embrasure à arcade si typique de Sanaa. Citons, pour la fin du xixe siècle, le témoignage du botaniste Deflers : « Les maisons se composent, pour la plupart, d’un rez-de-chaussée en moellons de basalte appareillés et de deux ou trois étages supérieurs en briques cuites. Au rez-de-chaussée s’ouvre une porte à cintre surbaissé inscrit dans une arcade ogivale. Le tympan de l’arcade, légèrement en retrait sur la façade, est ajouré par une lucarne grillée ou par des barbacanes distribuées en triangle sur deux à quatre rangs. L’archivolte est souvent ornée de sculptures76. » Cette description s’applique point par point à l’entrée d’une maison comme bayt al-Akwac, n° 3, qui date de 1838 (phot. 1, 21).

  • 77 Aslanapa, 1971, phot. 91. Voir d’autres exemples de khan, phot. 95, 102 et 105.
  • 78 Aslanapa, 1971, respectivement phot. 153,186.

100N’y a-t-il pas là le schéma simplifié du porche salgûqide tel qu’on le trouve dans les khans d’Asie Mineure ? On y observe, en plus grandiose, les articulations de l’entrée de Sanaa : au khan du Sulṭān, bâti par cAla al-Din Kayqubad en 1232 AD sur la route de Kayseri à Sivas77, l’embrasure de l’entrée est surmontée d’un cintre surbaissé et s’inscrit dans une arcade brisée qui délimite un tympan en retrait. Des colonnes engagées et décorées, surmontées de chapiteaux aux formes multiples, décorent les piédroits du cadre extérieur. Les coussinets sculptés à la base de l’arc du tympan, dans les entrées de Sanaa, ne sont-ils pas une survivance des chapiteaux précédents ? En plus d’une riche sculpture de pierre qui n’a pas d’équivalent à Sanaa, les porches salğûqides sont souvent rehaussés par les effets tirés de la polychromie de l’appareil. Nous avons vu leur importance à Sanaa. Les Yéménites connaissaient-ils le schéma de ces porches avant l’arrivée des Ottomans ou l’ont-ils reçu de ces derniers qui avaient maintenu la tradition salgûqide comme en témoignent, par exemple, les portails de la mosquée Üç Serefeli à Edirne (1437-1447) ou ceux de la mosquée Yeni à Istanbul, bâtie à la fin du xvie siècle78 ? Néammoins, l’encadrement rectangulaire qui caractérise ces portails n’est esquissé à Sanaa que dans le couronnement de certaines entrées sur cour (phot. 39, 40). L’embrasure à arcade existe dans les mosquées de Sanaa antérieures au xvie siècle, mais il faut tenir compte des remaniements datant de la période ottomane : ainsi en est-il dans le mur oriental de la grande mosquée.

Les autres baies

JOURS ET MEURTRIÈRES

  • 79 Conformément à Pérouse de Montclos, 1972, t. I, p. 71, nous préférons ce terme de « jour » à celui (...)
  • 80 Costa, 1977, p. 135.
  • 81 Lewcock, dans 1983b, p. 436b, donne le même sens à trayâ, mais lui donne comme synonyme rawâqât, t (...)

101Au rez-de-chaussée et à l’entresol des maisons anciennes, les ouvertures peu nombreuses, ẖizq, sont des fentes verticales comme des meurtrières, que l’on pouvait murer à la hâte en cas d’agression, nous l’avons vu. Chaque jour s’élève sur une ou deux assises de pierre (phot. 25, 18)79 ; larges de dix à quinze centimètres, ils sont rectangulaires ou couronnés d’un petit arc, parfois taillé en trou de serrure. Ils sont tantôt alignés de manière à éclairer et aérer le rez-de-chaussée par le haut des pièces (phot. 11), tantôt groupés en damier. Le damier de jours s’inscrit dans des arcs aveugles brisés quand la maison est ancienne ou plus généralement cintrés, créant une symétrie avec le tympan de l’entrée. Parfois le fond des niches en plâtre est percé de simples trous disposés en désordre ou suggérant un masque expressionniste80. Dans l’escalier, l’éclairage est aussi assuré par des ẖizq isolés ou groupés en quinconce ; ils prennent alors le joli nom de lustre, ṯrayâ81 ; il arrive, comme à bayt al- Ḥaḍrî, n° 18, que de minuscules vitraux les ferment. Dans les cuisines, ils portent le nom de wağaq. A ces sortes de meurtrières se substituent parfois de grandes baies barreaudées de bois (phot. 24, 18, dr.).

102Dans les pièces de réception, les šâqûs sont d’étroites ouvertures vitrées, percées dans les murs au niveau des vitraux : elles sont coiffées d’un petit arc cintré ou triangulaire. Elles sont plus rares dans les vieilles maisons où l’on trouve des jours sans vitrage, rectangulaires ou parfois en forme de losange (phot. 24, 18).

103Dans les maisons de bi’r al-cAzab construites depuis une cinquantaine d’années, les meurtrières ne se justifient plus aux étages inférieurs et sont remplacées par des claire-voies de pierre qui témoignent de la maîtrise des artisans. Des frises de carrés sur la pointe se détachent sur un fond évidé dans un cloisonnement horizontal ou vertical qui contraste par sa couleur (phot. 47, 50).

  • 82 Bonnenfant, 1987a, fig. J1 et J2, p. 142.

104Des pierres taillées en hexagones irréguliers se superposent en rangs verticaux ; légèrement en saillie sur le mur, elles laissent entre elles des jours losangés suivant une technique employée pour réaliser des moucharabiehs en bois découpé82.

L’ARC SURMONTANT LA FENÊTRE

105Aux étages habités, l’usage ancien était de percer de petites fenêtres rectangulaires, ṭâqa, fermées par des contrevents ou des moucharabiehs (phot. 11) et de construire au-dessus des niches peu profondes percées de deux oculi garnis d’une plaque d’albâtre ou d’un vitrail. L’aménagement et le décor intérieur de ces niches se faisaient en brique (phot. 46, et 47, 17). L’arc en plein cintre couronnant la niche est en pierre ; il est constitué de claveaux alternativement clairs et foncés (phot. 9, 10). Il somme aussi les baies étroites fermées par une plaque d’albâtre ou un vitrail qui remplacent les niches percées d’oculi ou alternent avec elles (phot. 1, 21)

106Depuis une cinquantaine d’années, le décor en pierre de la baie s’enrichit avec l’extension de la construction de pierre à des étages où se trouvent des pièces de réception qu’il faut magnifier (phot. 41 à 44, 21). Les vitraux qui gagnent en largeur ce qu’ils perdent en hauteur s’inscrivent dans un arc cintré ou segmentaire. A l’effet chromatique tiré de claveaux alternativement sombres et clairs, on préfère celui de la voussure en lave sombre se détachant sur un calcaire ocré. On oppose aussi deux voussures concentriques, l’une sombre à la périphérie, l’autre claire à l’intérieur, que sépare un canal plat de douelle ponctué au centre par une petite pierre triangulaire au nu du mur (phot. 56). On reprend ainsi un procédé décoratif fréquent dans la brique. Deux rouleaux sombres circonscrivent parfois un rouleau clair (pl. 9 h).

107Les piédroits des vitraux et des fenêtres sont construits dans la même lave dure et sombre que l’arc. Le contraste de couleur valorise l’appareil harpé du cadre (phot. 1 ; 13, 19).

  • 83 Aslanapa, 1971, fig. 197, mausolée de Nakṣ Sultan, 1818.

108Le décor des baies est particulièrement soigné à dâr aš-Šukr, n° 216, même s’il témoigne d’une certaine lourdeur (phot. 50). Les cadres sont traités en bossage comme les chaînes et les jambes. Notons les arcs à voussoirs passants un sur deux. Au-dessus du moucharabieh en bois, kušk, le rouleau sombre de l’arc est circonscrit par un tore exécuté avec des modules de couleur contrastée. Cette mouluration accusée qui accompagne d’autres éléments du décor contribue au caractère baroque de l’édifice ; nous la retrouvons sur des demeures princières de même époque (phot. 13, 22). A l’étage inférieur de dâr aš-Šukr, le rouleau des arcs est formé de deux rangs engrenés : des voussoirs pentagonaux, clairs ou sombres, les composent. La clef en bossage est une transposition dans la pierre de la languette triangulaire dessinée dans le plâtre au sommet de nombreux arcs. Aux étages supérieurs, les frises de carrés sur la pointe sont un ornement traditionnel. L’emploi des œils-de-bœuf, circulaires ou elliptiques, est probablement l’adaptation d’une forme locale aux modes baroques ottomanes83. Il est fréquent dans les demeures de grands notables du milieu du xxe siècle : dâr Ǧadîd, dâr al-Ḥamd, bayt al-cAmrî.

Phot. 52 à 56. Travaux récents en pierre.
52. Bayt al-Masûrî, n° 98. Cette maison a été bâtie à la fin des années 1970 au cœur du vieux Sanaa, au souk des vaches.
53. Couronnement de porte de boutique dans le quartier Sukara.
54. Maison bâtie dans les années 1970 dans un quartier nouveau. Permanence des bandeaux de pierres polychromes, mais linteaux horizontaux en béton soutenant des vitraux rectangulaires.
55. Bayt bint al-Imâm, n ° 9, bâtie en 1375/1955-1956. Agencements de pierre typiques du milieu du xxe s.
56. Dans une villa bâtie vers 1980, un bandeau de pierre reprend les motifs de grecques habituellement employés dans les bandeaux de briques.

Fig. 7a, 7b, 7c. Formes de šubbâk en pierre.

109Les chaînes horizontales en lave noire, nous l’avons vu, sont un trait d’union entre les baies. Elles relient les arcs entre eux (phot. 1) et valorisent les šâqûṣ qui flanquent les vitraux en leur donnant un cadre rectangulaire ou en soulignant leur couronnement triangulaire (phot. 44, 21 ; pl. 9 h). Les surfaces sombres, autrefois marginales, ont ainsi tendance à prendre autant de place que les surfaces claires.

LES ŠUBBAK

110Le šubbâk est, nous l’avons vu, une logette rectangulaire en surplomb sur le mur extérieur, devant une baie. Elle est plus large que profonde. Ses parois sont plus ou moins ajourées.

111Elément architectural traditionnel dans l’habitat de pierre des hautes terres yéménites, le šubbâk en pierre est d’un emploi plus tardif à Sanaa où on l’observe dans des maisons construites entre 1930 et 1960, surtout dans le quartier de bi’r al-cAzab. Il apparaît aux étages construits en pierre, mais parfois aussi dans des murs de brique (fig. 7 a).

112La logette rectangulaire en surplomb devant la baie est construite avec les pierres de taille qui sont employées pour le parement du mur. Des pierres plus petites permettent des effets décoratifs. La logette repose sur un plancher soutenu par des solives qui s’appuient sur des corbeaux de pierre si la charge le justifie.

113Les dimensions varient du simple au double en largeur : de 60 cm à 1,20 m et plus. La profondeur intérieure, par rapport au mur de façade, est plus constante, de 30 à 40 cm. Une corniche plate marque le sommet. Elle est souvent couronnée de merlons, en forme de losange ou de triangle, aux arêtes droites ou à ressauts. A dâr aš-Šukr, n° 216, un fleuron marque le milieu (phot. 50). Une inscription, généralement le nom d’Allâh, remplit parfois le merlon central (fig. 7 b, d).

114Rares sont les šubbâk aux parois lisses (fig. 7 a). La corniche constitue avec les murs latéraux de la logette un cadre où s’inscrit dans le haut de la paroi frontale un arc plein cintre, plus rarement segmentaire ou triangulaire qui se détache sur le fond en retrait (fig. 7 h, i). Une pointe triangulaire coiffe la clef de cet arc en surplomb. Des chevrons saillent parfois dans les écoinçons (fig. 7 d).

115Les jours qui assurent l’aération et la visibilité peuvent être réduits au minimum, donnant au šubbâk un aspect défensif (fig. 7 a). Le maçon en tire souvent des effets décoratifs par des moyens très simples :

  • en coupant les angles des pierres, en taillant de petits triangles au milieu des arêtes, il réalise de petits jours triangulaires ou losangés après assemblage des blocs (fig. 7 i).
  • en laissant un intervalle de quelques centimètres entre les arêtes verticales des pierres, il crée d’étroites ouvertures ressemblant à des meurtrières (fig. 7 h).
  • en taillant de petits rectangles ou de petits triangles au milieu des arêtes latérales non jointées, il obtient des jours en croix (fig. 7 c, f).
  • en superposant des carrés sur la pointe entre des cloisons horizontales ou verticales, il ménage un maximum d’ouvertures (fig. 7 d, e ; phot. 48, 50).
  • en combinant les carrés sur la pointe avec d’autres modules de pierre, il constitue un décor épigraphique, comme celui de la photo 46 où nous lisons Yâ qayyûm : « O l’immuable ! »
  • parfois des jours aux formes fantaisistes trouent la paroi frontale réalisée en plâtre sous l’arc (fig. 7 b).

116Dans les plus grands šubbâk, deux arcs symétriques se répètent sur la paroi frontale (fig. 7 g).

117Des jours sont aménagés sur les côtés du šubbâk et des interstices laissés dans le plancher pour apercevoir qui frappe à la porte, nous l’avons vu.

118La combinaison de pierres de nature différente permet les contrastes colorés : ainsi les articulations saillantes, cadre et arc, se détachent en lave sombre sur le corps de l’ouvrage construit en calcaire ocre. Nous trouvons encore des assises et des claveaux alternativement clairs et foncés. Une chaîne rouge barre le devant de la logette (fig. 7 f).

Fig. 7d à 7i. Formes de Subbâk en pierre.

  • 84 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, t. I, p. 240, fig. 61 et 26 ; Maury, Raymond, Revault, Zak (...)

119Comme sous les moucharabiehs du Caire84, des corbeaux en pierre renforcent les deux ou trois solives qui supportent le plancher. Ils ont la hauteur de l’assise de pierre dans laquelle ils sont engagés. Leur tête est souvent galbée ou présente trois ou quatre tores superposés qui délimitent parfois une série d’arcs de cercles concentriques gravés sur les côtés (fig. 7 d, g). Une planche en bois chantourné peut masquer les solives et le plancher (fig. 7 i).

Les arcatures

120Rares sont les maisons bâties en pierre jusqu’à leur faîte. Les arcatures de pierre constituant les tiğwâb sont donc exceptionnelles. Les arcs en plein cintre et leurs piédroits, exécutés en lave sombre, encadrent les niches ornées de carrés sur la pointe qui se détachent sur un fond ajouré.

  • 85 Cf. Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 332, fig. 18.16, et commentaires. Voir aussi po (...)

121On trouve aussi des arcs aux claveaux bichromes qui reposent sur des colonnes de lave ; les quatre faces des chapiteaux taillés en demi-disque reprennent un modèle ancien observé à la grande mosquée de Sanaa85. Des merions en tronc de pyramide coiffent l’écoinçon des arcs : ils évoquent le lobe central de fleurons dont les lobes latéraux sont constitués par les arcs. Une boule d’amortissement marque le pilier d’angle. Des claustra de plâtre ferment les arcs, gardant l’intimité en ménageant la vue. Dans les jardins, des arcades ouvertes du même type entourent le bassin situé devant le mafrağ de rez-de-chaussée ; elles ont trouvé un nouvel emploi au rez-de-chaussée du palais de la République (phot. 1). Les arcs sur les colonnes suggèrent une suite de fleurons aux cœurs ajourés. Mosquées et caravansérails offrent de nombreux modèles de colonnes (phot. 57).

AUTRES TRAVAUX DE PIERRE DANS LA MAISON

122Comme il est fréquent dans les vieilles médinas arabes, le propriétaire peut chercher à regagner dans les étages l’espace qu’il est obligé de concéder à la circulation dans les ruelles. Ici, l’angle de deux façades est abattu et un décor peut naître au sommet du pan coupé (phot. 60). Celui de bayt Sarî‘ (phot. 59) amorce-t-il un muqamaṣ ou dessine-t-il quelque figure symbolique ? Ailleurs, des consoles de pierre, semblables à celles qui soutiennent les šubbâk en pierre, reçoivent une poutre qui supporte un mur en briques bâti en léger encorbellement au-dessus des rues étroites. Les plus soignées de ces consoles possèdent deux ressauts aux angles arrondis. Un anneau de pierre mobile dans son support du même matériau orne une façade au deuxième étage de bayṯ at-Ṯawr (phot. 61). Nous ne savons rien sur son éventuelle valeur symbolique.

123A l’intérieur de la maison, plusieurs travaux s’effectuent obligatoirement en pierre. Nous avons déjà parlé des parements intérieurs des murs, exécutés de manière moins soignée que les parements de façade, car ils sont le plus souvent recouverts d’une couche de plâtre. Le maçon construit également en pierre les arcs qui existent dans presque tous les vestibules de rez-de-chaussée, dihlîz (phot. 2-5, 7) et dans les vestibules d’étage, ḥiğra (phot. 9 et 14, 7 ; 54, 20). Nous avons vu que ces arcs donnent quelque solennité à ces pièces, tout en permettant de redistribuer l’espace de manière différente à l’étage supérieur, puisqu’il existe, grâce à eux, un solide support pour les murs du dessus. Des arcs de pierre sont également créés dans les escaliers, où ils alternent avec les solives de bois ; ils produisent un effet décoratif certain (phot. 1, 6, 8, 7), tout en contribuant à créer une armature rigide : dans l’escalier, le pilier central de pierre et les murs qui définissent la cage d’escalier sont considérés par les maçons comme la colonne vertébrale de la maison.

124Le sol des pièces qui ne sont pas équipées de nattes ou de tapis est revêtu de pierres de lave noire, en un dallage régulier appelé ṣalal ; le sol est dit maṣlûl. Il s’agit des vestibules de rez-de-chaussée ou d’étage, des escaliers, de la cuisine et des toilettes.

  • 86 Degeorge, 1983, p. 217 et phot. p. 201. Il s’agit d’un palais édifié par le gouverneur Asad Pacha, (...)
  • 87 Voir phot. ds CRA, n° 20/21 sur L’espace centré, 1987, p. 83.

125Des bassins en pierre de lave agrémentent la cour entourée d’arcades qui précède les mafrağ de rez-de-chaussée, comme à bayt al-Hamdânî (fig. 22, 15). Celui de bayt al-Yamânî, n° 53, évoque une rosace par sa margelle polylobée (phot. 58) ; il anime la cour du premier étage, devant une des plus belles portes de Sanaa donnant accès à une pièce de réception. C’est un arrangement qui existe dans l’architecture palatine de Syrie, au xviiie siècle86. La fontaine en polygone étoilé d’une vieille demeure de Damas lui est très apparentée, tout en étant réalisée en matériaux plus nobles87. Il est très possible qu’une influence ait joué, pendant la seconde occupation ottomane notamment.

126Les maîtres maçons de la capitale yéménite ont su exploiter la richesse minérale des hautes terres yéménites, en satisfaisant autrefois les contraintes d'une architecture fortifiée. Ils ont concilié une tradition ancienne du bâtiment en pierre et diverses influences extérieures : la tradition préislamique s’est enrichie des apports islamiques. Cet art ancien se continue aujourd’hui dans les nouveaux quartiers, où les maçons tirent toujours leurs principaux effets de la polychromie de l’appareil, dans les bandeaux et l’encadrement des baies. Le goût de la pierre connaît dans les villas récentes une étonnante vitalité.

Phot. 57 à 63. Autres aspects des décors de pierre à Sanaa.
57. Samsarat Muḥammad ibn al-Ḥasan, détail des galeries sur la cour.
58. Bayt al-Yamânî, n° 53 : bassin polylobé dans une cour du premier étage, face à la porte du mafrag reproduite dans Bonnenfant, 1989, p. 146.
59. Décoration d’un angle coupé à bayt Sarîc, n° 43. A un croisement, ou dans le virage d’une ruelle, l’angle coupé permet de laisser davantage de place au passage de bêtes de somme ou de véhicules.
60. Angle coupé, maison non identifiée du quartier Dâwûd.
61. Anneau de pierre sculpté sur la façade occidentale de bayt Ṯawr, n° 48.
62. Oiseau sculpté dans une petite niche, grande mosquée, mur de qibla.
63. Oiseaux, grande mosquée, mur de qibla.

Notes

1 Cf. Landberg, 1901, pp. 394-408. Pour la richesse lexicographique de la construction et de l’outillage dans le sud-ouest de la péninsule Arabique, voir Bonnenfant, 1991.

2 Akwa‘, 1984, n° 3513 : Kull man fî mihrati-h sulṭān.

3 Ibid., n° 3555 : Kullân alâ mihratû saṭî ḥakîm ; saṭî signifie ustâ.

4 Serjeant, 1983 d, p. 319, et n. 340.

5 Ḥagarî, 1978, p. 4.

6 Informations sur la famille Sa‘tara aimablement fournies par Jean Lambert.

7 Muḥammad Ḥusayn Muḥammad Muḥsin ar-Rawḍi est un maître-maçon renommé, qui s’est spécialisé depuis une dizaine d’années dans la restauration de bâtiments anciens, sous l’égide notamment de l’Organisation générale des villes historiques du Yémen (GOPHCY). Son frère Abd ‘Allâh est également très connu. Un de ses oncles paternels, Luṭf Muḥammad Muḥsin ar-Rawḍi, a construit la grande demeure d’un dignitaire de l’imâmat, bayt Qâsim b. Ibrâhîm, n° 208.

8 Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 227.

9 Ibid, 1983, p. 227, n. 293.

10 Akwa‘, op. cit., n° 3843 : Lâ tiftah bâb al-‘imâra, wa law li-maḍwad.

11 Ibid., n° 1172 : Ta‘awḍ an-Nabî min imârat maḍwad.

12 Ibid., n° 2178 : Sidd bi-l-‘agîn wa lâ tiḥarrik aṭ-ṭîn. Serait un ancien proverbe himyarite.

13 Commentaire d’un hadîṭ d’an-Nawawi, cité par Pouzet-Nawawî, 1982, p. 100.

14 Akwa‘, op. cit., n° 75 : Ibnî calâ sihh.

15 Ibid., n° 1022 : Bi-yibnî alâ hayš.

16 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983 d, p. 324.

17 Lewcock, 1983b, p. 468 b.

18 Hikoichi Yajima, A chronicle of the Rasûlid dynasty of the Yemen, Tokyo, 1974, cité par Serjeant, ‘Amrî, 1983, p. 146, n. 30.

19 Pratique fréquente dans le monde arabe. Pour le Yémen, cf. Serjeant, 1949 a, p. 276.

20 Goitein, Jemenica, cité par Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 227, n. 293.

21 Des scies mécaniques sont utilisées depuis 1980 dans des carrières modernisées, et les pierres sont alors livrées à certaines dimensions standardisées.

22 C’est le nom moderne de l’équerre, appelée qatqûna dans la Ḥuğarîya. Il en existe de diverses dimensions. Selon Golvin, 1979, le tailleur utilise aussi une taqdûma, « équerre en fer graduée en mesures anglaises ».

23 Noël, 1968, p. 285. Fig. p. 262, n° 14.

24 Aladenise, 1988, p. 5, et fig. 30, p. 6. Noël, 1968, p. 284 ; fig. p. 259, n° 23.

25 En consultant Noël, 1968, pp. 258-267 (planches sur l’outillage).

26 Pour Lewcock (1983b, p. 468a), šarnî est un mot de Tacizz qui a le même sens que le fa’s de Sanaa. Nous avons effectivement entendu ce mot utilisé par une équipe de maçons de la Ḥuğarîya, région au S.-O. de Tacizz.

27 Selon les tailleurs, le mot est d’origine anglaise, turque ou persane, en tout cas non arabe.

28 Terme de la Ḥuğarîya. Le nom moderne de l’outil est mašrama.

29 Akwa‘, op. cit., p. 3455 : Kull ḥağar wa li-h wağh.

30 Pérouse de Montclos, 1972, t. I, p. 47.

31 Comme pour les fleurons et les palmes dans les arts du bois et du plâtre, le terme nuṣṣ désigne paradoxalement ce qui n’est pas « demi », mais complet. Un maître maçon, Abd Allâh ar-Rawḍî, l’appelle al-waṣla al-kabîra : or, nous avons vu, dans L’Art du bois à Sanaa, que le terme waṣla désigne une demi-charge de bois pour une bête de somme. N’est-ce pas ici aussi une pierre assez grosse pour constituer à elle seule une demi-charge, du temps où les pierres étaient transportées par bête de somme ?

32 D’après Noël, 1968, p. 26.

33 Le grand appareil « est constitué par des pierres taillées n’ayant pas moins de 0,40 à 0,50 m de hauteur sur 0,70 m de longueur » (Noël, 1968, p. 26).

34 Noël, op. cit., p. 270 : « Parpaing. I. Pierre, moellon qui fait toute l’épaisseur du mur et qui a deux faces en parement, l’une en dehors, l’autre en dedans [...]. II. Tout bloc de ciment, d'aggloméré, etc., qui tient toute l’épaisseur du mur. »

35 Cité par Lewcock, 1983b, p. 468 a.

36 Le terme naqr est cité par Lewcock, 1983b, p. 468a. Nous avons personnellement entendu le terme rağma.

37 Terme de la Ḥuğarîya.

38 Noël, op. cit., pp. 258-267.

39 Maréchaux, 1987, phot. 38 à 45.

40 De la racine TNĀ, second.

41 Nous avons déjà rencontré ce terme dans les villages, où de nombreuses maisons possèdent un rez-de-chaussée aux murs épais (jusqu’à deux mètres), réalisés en appareil très grossier.

42 Noël, op. cit., p. 78 : « Carreau. Pierre qui a plus de largeur en parement que de longueur en queue. »

43 Le raṣṣâṣ s’appelait peut-être autrefois munâwil, d’après le « Code de Sanaa » : Cf. Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 227, n. 294.

44 D’après la note 312 de Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 228, et une indication de Jean Lambert.

45 Pour une de nos sources, qui nous paraît ici douteuse, le mot bad‘ signifie « voussoir passant ». Passant signifie que l’arête supérieure du claveau monte au-dessus de l’extrados (Pérouse de Montclos, op. cit., chap. IX, fig. 37).

46 Noël, op. cit., p. 341.

47 Nom latin : Cordia abyssinica, d’après Hubaishi, Müller-Hohenstein (1984, p. 150, n° 75). Sur cette espèce fameuse au Yémen, voir Bonnenfant, 1987a.

48 Lewcock, Saidah, Gire, 1980, pp. 94-95, dâr alc-‘Afîf à Āl-ḏû Bayyât, maison datée du xive s. par la famille, de la première moitié du xvie s. si l’on se fonde sur les décors.

49 Gerster, 1968, p. 54.

50 Cf. l’étude de J.-F. Breton et C. Darles au chap. 22, « Le livre des jours et des modes ».

51 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, t. 1, p. 226.

52 Lézine, 1972b, pl. I.

53 Schmidt, 1982a, tafel 49a.

54 D’après Lewcock, 1983b, p. 469, n. 20.

55 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 325, n. 27.

56 Akwa‘, 1984, n° 3491 : Kull qatya tumar bihağârihâ.

57 Sa charge de camion, zaffa, coûtait 2 000 à 2 200 YR en 1988.

58 D’après Lewcock, 1983b, p. 468b.

59 Littéralement : d’Ethiopie, éthiopienne.

60 Pour la waraqa, la charge de camion coûtait 5 000 YR en 1988.

61 Lewcock, 1979a et 1979b.

62 Par ex. au caravansérail Sa‘d ad-Dîn, près de Konya (Hill, Grabar, 1967, phot. 429, 1235-1236 AD). En Syrie, des monuments d’époque salğuqîde, comme la mosquée Ḥâlid b. al-Walîd, à Ḥums, début du xiie s. (Michell, 1978, phot. 25, p. 119).

63 Par ex., au milieu du xiiie s., Baybars bâtit à Damas le Kasr Ablak et au Caire sa mosquée (Hautecoeur, cité par Revault, in Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982,t. I, pp. 226-227).

64 Par ex. en Syrie, dans les monuments publics, comme la mosquée Sulaymânîya, la mosquée Sinân Pacha, le ḥân al-ğummk à Alep (Degeorge, 1983, pp. 210, 212, 215). – Nombreuses sont les maisons de Damas des xviii et xixe siècles possédant des assises de pierres polychromes (Musselmani, sd). Mais les maisons de Sanaa n’offrent pas de façades composées de véritables damiers de pierres aux diverses couleurs, comme bayt Ǧaimîl Mardam Bak à Damas (Musselmani, s.d., pp. 149-154).

65 Finster, 1982c, pl. 91a.

66 Lewcock, 1983a, p. 290, fig. 15-27. Cette samsara aurait entre 300 et 600 ans.

67 D’après diverses observations, le sol de la rue semble s’élèver de 20 à 30 cm par siècle selon les endroits.

68 Voir Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 346b ; Lewcock, 1983b, p. 485b et p. 494a, fig. 22.12.

69 Lewcock, 1983b, p. 486.

70 Lewcock, 1983a, p. 293, fig. 15.35. Voir aussi les chapiteaux de la mosquée de Tîtid : Finster, 1982 b, pl. 85 a, p. 221.

71 Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 343a, p. 344, fig. 28-53.

72 Merlon se dit Samafa, plur. Sarânif (on dit parfois Sarârîf).

73 Costa, 1977, p. 12. Sur cette photo, la pointe triangulaire au sommet de l'arc du tympan est surmontée d’un triangle renversé flanqué de deux rectangles.

74 D’après une sculpture en relief au revers du portail.

75 Akwa‘, 1980, pp. 285-286.

76 Deflers, 1889, pp. 58-59.

77 Aslanapa, 1971, phot. 91. Voir d’autres exemples de khan, phot. 95, 102 et 105.

78 Aslanapa, 1971, respectivement phot. 153,186.

79 Conformément à Pérouse de Montclos, 1972, t. I, p. 71, nous préférons ce terme de « jour » à celui de « lucarne » qui éclaire des combles.

80 Costa, 1977, p. 135.

81 Lewcock, dans 1983b, p. 436b, donne le même sens à trayâ, mais lui donne comme synonyme rawâqât, terme que nous connaissons, mais avec un autre sens (cf. chap. « La brique »).

82 Bonnenfant, 1987a, fig. J1 et J2, p. 142.

83 Aslanapa, 1971, fig. 197, mausolée de Nakṣ Sultan, 1818.

84 Garcin, Maury, Revault, Zakariya, 1982, t. I, p. 240, fig. 61 et 26 ; Maury, Raymond, Revault, Zakariya, 1982, t. 2, p. 321.

85 Cf. Lewcock, Rex Smith, Serjeant, Costa, 1983d, p. 332, fig. 18.16, et commentaires. Voir aussi pour la samsarat al-mîzân, p. 291, fig. 15-29.

86 Degeorge, 1983, p. 217 et phot. p. 201. Il s’agit d’un palais édifié par le gouverneur Asad Pacha, en 1740, à proximité de l’ancienne cité de Ḥamâ, sur les berges de l’Oronte. Au premier étage du haremlik, une terrasse est pourvue d’un bassin central octogonal. Sur trois de ses côtés, s’ouvrent plusieurs pièces parmi lesquelles la grande salle dont l'entrée est précédée d’un portique à cinq travées dont les arcs reposent sur quatre colonnes en marbre et en granité.

87 Voir phot. ds CRA, n° 20/21 sur L’espace centré, 1987, p. 83.

Notes de fin

* Guillemette BONNENFANT-OUTREBON, historienne

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Dâr al-Uṣûl, devenue palais de la République, n° 49.Le goût de maisons entièrement bâties en pierres se développe au milieu du xxe siècle. Dâr al-Uṣûl, la plus connue d’entre elles, fut bâtie par l’imâm Ahmad, « quatre années environ avant la révolution de 1962 », pour recevoir les délégations étrangères en visite dans sa capitale. Elle est devenue palais de la République après la révolution. Vue d’ensemble de la façade orientale, en 1976.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Phot. 2. La pierre : les gestes du métier.Un tailleur de pierre, muwaqqiṣ, dégrossit le parement d’une pierre à l’aide du naḥt, sorte de polka dont le fer serait moins allongé que l’outil des tailleurs de pierre français. Noter la position de l'artisan, debout, bassin en arrière, tronc parallèle au sol, jambes écartées de part et d’autre du bloc travaillé.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 1. L'outillage du maçon.a. Equerre plate, zâwiya. Long., 60 cm environ.b. Sorte de polka, naḥt, pour tailler la pierre. Long., 40 cm maximum.c. et d. « Marteau taillant » ou « marteau de tailleur de pierre », maṭraqa. Long., 40 cm maximum.e. Compas, bîkâr. Branches longues de 20 à 60 cm.f. Poinçon, ṭâqî, de 25 à 35 cm de longueur,g. et h. Šarnî, sorte de ciseau à pierre, plan et coupe ; long., 13-16 cm.i. Autre forme de Šarnî ; long., 11-14 cm.j et k. Banš, sorte de ciseau à pierre.l. Šarma, servant à « piquer » le parement de la pierre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Phot. 3 et 4. La pierre : les gestes du métier.Les muwaqqiṣ dégrossissent les côtés d’une pierre à l’aide du poinçon, ṭâqî, frappé avec l’outil maṭraqa, sorte de marteau taillant : d’un côté massette, de l’autre tranchant dans l’axe de l’outil qui s’abat.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 2. L’assise de pierre, en élévation et en plan.a. nuṣṣ, pierre mesurant plus de 35 cm de long.b. mitwassiṭ, mutawassiṭ, mesurant de 25 à 35 cm de long.c. ra’s, pierre de moins de 25 cm de long. Sîra désigne le « joint de lit », irtifâ la hauteur de l’assise.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Phot. 5 et 6. La pierre : les gestes du métier.Deux tailleurs de pierre achèvent le parement à l’aide de sortes de ciseaux au manche court et à la lame large et triangulaire, le šarnî et le banš, dont il existe divers modèles utilisés selon les besoins. Noter l'équerre plate au premier plan. Les attitudes corporelles sont caractéristiques : soit assis sur les talons, jambes écartées de part et d’autre de la pierre taillée (phot. 5) ; soit assis en demi-tailleur, une jambe repliée, talon au pubis, l’autre jambe allongée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 3. Noms des pierres d’angle, ḍubr.a. ḍubr râbiṭ : pierre disposée en carreau (tête ou grand pan visible en façade).b. ḍubr lîma. pierre posée en boutisse (petit pan visible en façade, grand pan visible dans l’embrasure).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Phot. 7. La pierre : les gestes du métier.Le muwaqqiṣ achève le côté d’une pierre dont on voit le parement. II est assis en demi-tailleur, et utilise le pied de la jambe allongée pour caler un instant la pierre, fréquemment déplacée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Phot. 8. La pierre : les gestes du métier.L’artisan achève le polissage de la pierre à l’aide du masann ou mafḥas, autrefois bloc de pierre très dure, aujourd’hui alliage industriel d'importation, très résistant à l’abrasion.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 4. Les noms des pierres d’un arc.a. ṣacid. Piédroitb. kursî, bad‘, tağlûs al-‘aqd ; première pierre à la naissance de l’arcc. kasra, qallâb : claveaud. ḥ atm : clef de voûtee. Claveaux constituant « l'arc supérieur », ‘aqd fûqânîf. Claveaux constituant « l’arc inférieur », ‘aqd tahtânîg. Entre les deux arcs précédents se trouve une gorge de remplissage, tastûd
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 5. Chaînage en bois.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 6. Schéma de l’appareil en escalier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Phot. 9. Façade orientale de bayt al-Ḥumayd, n° 136.Exemple d'ordonnance du début du xixe siècle ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Phot. 10. Bayt al-cAnbasa, n° 6.Bas de la façade méridionale. Milieu du xviiie siècle ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Phot. 11. Bayt ar-Rubaydî, n° 40, façade est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Phot. 12 et 13. Deux agencements de façade exceptionnels à Sanaa.12. Bayt al-‘Arusî, n° 105, façade méridionale.13. Bayt Mu‘îd, n° 108, angle sud-est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Phot. 14 à 23. Portes à linteau monolithe14. Bayt ‘Abd ar-Raḥmân Muṭahhar, n°36.15. Maison non identifiée du quartier Dâwûd (?).16. Maison non identifiée (détail de la photo 20).17. Entrée de bayt al-Kibsî, n° 164. Début des xie/xviie siècles ?18. Entrée de bayt aḍ-Ḍufrî, n° 124.19. Entrée de bayt aṣ-Ṣudumî, n° 203.20. Maison non identifiée.21. Entrée de bayt at-Ḥâḍrî, n 18. Seconde moitié du xixe siècle.22. Entrée de bayt al-cArûq, quartier Sukkara.23. Maison non identifiée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Phot. 24 à 32. Portes sommées d'un arc cintré.Le premier arc au-dessus de la porte est souvent surmonté d’un chaînage en bois, parfois sculpté ou décoré d’ornements en métal.24. Agencement typique de maison modeste : quelques jours pour éclairer le dihlîz dans un mur sans autre arc. Maison non identifiée.25. Maison modeste, mais avec deux rangées de voussoirs. Bayt al-Yamanî, quartier Dâwud.26. Maison non identifiée.27. Agencement de porte d’entrée typique de Sanaa, et très fréquent. Bayt Ishâq, n° 111, façade orientale.28. Détail de l’agencement typique de Sanaa. L’arc supérieur repose sur des modillons, kursî. Le linteau est décoré du type de clous nagma et de trois sceaux de Salomon exécutés en taille arabe.29. Autre détail de l’agencement typique de Sanaa. Portail de dâr aḍ-Ḍahab, n° 11.30. Maison non identifiée.31. L’arc en légère ogive est rare à Sanaa. Bayt az-Zubayrî, n°56.32. Portail entre rue et cour. Baytal-‘Attâb, n° 214.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Phot. 33. Porche d’entrée.Palais de l’imâm à ar-Rawḍa, bâti en 1355/1936.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Phot. 34. Détail d’un porche entre rue et jardin.Bayt Ǧamḍân, n ° 79.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Phot. 35. Porte d’entrée de bayt Sarîc, n° 43.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Phot. 36. Un agencement de 1355/1936.Les petits jours du tympan ont été remplacés par une baie barreaudée. Bayt al-cAmri n°5.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Phot. 37 à 40. Portails entre rue et cour (ou jardin).Ils reprennent avec quelques variantes le schéma typique de Sanaa.37. Portail polylobé de bayt Maḥbûb, n° 32. Une date sculptée dans le bois du linteau indique, semble-t-il, 10I8/[1609], Le portail fut malheureusement détruit en 1984, pour permettre l'accès de la cour aux automobiles. Les pierres existent encore.38. Bayt al-Ǧindarî, n ° 28.39. Bayt Muṭahhar, n ° 66.40. Bayt ‘Aslân, n ° 73.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Phot. 41. Portail donnant accès à l’ancienne « école des sciences de la religion », madrasa ilmîya, sous l’imâm Yahyâ.Ce portail, situé sur l’actuelle Maydân at-Taḥrîr, fut édifié en avant du bâtiment de la photo 42 par Ahmad Qaṣ‘a, d’une famille célèbre de maîtres maçons, sur ordre du prince ‘Abd Allah b. Yaḥyâ, en 1361-1362/1942-1943. Il réutilisa des colonnes de marbre blanc apportées d'un site sans doute préislamique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Phot. 42. Bassin et bâtiment, xxe siècle.L'un et l'autre furent probablement construits par le dernier gouverneur turc, Mahmûd Nadîm, au début du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Phot. 43. Une œuvre en pierre du xxe siècle.Fontaine, sabîl, dans le quartier Abhar, construite en 1339/1920-1921.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Phot. 44 et 45. Portails monumentaux ouvrant sur des parcs.44. Portail de bayt Ḥamîd ad-Dîn, n° 161, dont la base est ensevelie sous le niveau de la me. Fin du xixe-début du xxe siècle ?45. Portail occidental de l’ancienne maison de Sayf al-Islâm Ismâcil fils de l'imâm Yaḥyâ, quartier bi’r al-cAzab. Il porte en son centre la date de 1367/[194748], Noter de part et d'autre du tympan les symboles de la famille de l’imâm, le sabre, les cinq étoiles, et les deux serpents. Larg. totale de l’ensemble : 7,12 m. Larg. de la porte visible : 3,01 m ; sa hauteur : 3,80 m.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Phot. 46 à 48. Décors de claustra dans la pierre.46. Šubbâk à bayt cAbd Allâh (?), n° 179. En mosaïque de pierre est écrit Yâ Qayyûm, « ô l’irnmuable ! »47. Claustra de pierre à bayt cAbd al-Qâdir ; n° 1. Décor de carrés sur la pointe en calcaire ocre, alternant avec des bandes de lave noire, qu’on retrouve sur les phot. 48 et 50.48. Šubbâk de pierre vue de l'intérieur, à l’ancien palais de l’imâm à ar-Rawda. Voir photos de ces šubbâk de l’extérieur, dans Bonnenfant, 1989, p. 111.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Phot. 49. Frise ornementale en pierre.Du plâtre souligne le décor.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Phot. 50. Façade orientale de dâr aš-Šukr, n° 216.Dâr aš-Šukr, construit en 1352/1933, représente à notre connaissance la première demeure bâtie tout en pierre à Sanaa. Cette mode va se développer dans les décennies ultérieures, par exemple à dâr al-Uṣûl (phot. 1). Goût des décors de pierre en carrés posés sur la pointe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Phot. 51. Le palais des hôtes de la République du Yémen.Achevé en 1976, il fut l’occasion de réalisations virtuoses de la part des maîtres-maçons et plâtriers de la capitale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Phot. 52 à 56. Travaux récents en pierre.52. Bayt al-Masûrî, n° 98. Cette maison a été bâtie à la fin des années 1970 au cœur du vieux Sanaa, au souk des vaches.53. Couronnement de porte de boutique dans le quartier Sukara.54. Maison bâtie dans les années 1970 dans un quartier nouveau. Permanence des bandeaux de pierres polychromes, mais linteaux horizontaux en béton soutenant des vitraux rectangulaires.55. Bayt bint al-Imâm, n ° 9, bâtie en 1375/1955-1956. Agencements de pierre typiques du milieu du xxe s.56. Dans une villa bâtie vers 1980, un bandeau de pierre reprend les motifs de grecques habituellement employés dans les bandeaux de briques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 7a, 7b, 7c. Formes de šubbâk en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 7d à 7i. Formes de Subbâk en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Phot. 57 à 63. Autres aspects des décors de pierre à Sanaa.57. Samsarat Muḥammad ibn al-Ḥasan, détail des galeries sur la cour.58. Bayt al-Yamânî, n° 53 : bassin polylobé dans une cour du premier étage, face à la porte du mafrag reproduite dans Bonnenfant, 1989, p. 146.59. Décoration d’un angle coupé à bayt Sarîc, n° 43. A un croisement, ou dans le virage d’une ruelle, l’angle coupé permet de laisser davantage de place au passage de bêtes de somme ou de véhicules.60. Angle coupé, maison non identifiée du quartier Dâwûd.61. Anneau de pierre sculpté sur la façade occidentale de bayt Ṯawr, n° 48.62. Oiseau sculpté dans une petite niche, grande mosquée, mur de qibla.63. Oiseaux, grande mosquée, mur de qibla.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4411/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter