Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Préface

Charles-Robert Ageron

Texte intégral

1Depuis plusieurs années se réunit régulièrement à l’Institut d’Histoire du Temps Présent un groupe d’histoire de la décolonisation composé de hauts fonctionnaires civils et militaires, d’archivistes et d’universitaires. Il s’est donné pour tâche de s’informer et de réfléchir, notamment sur les signes avant-coureurs et les premières manifestations qui furent à l’origine de la décolonisation. L’idée germa d’elle-même de convier les spécialistes français et étrangers intéressés, à un colloque qui devait s’intituler : « les prodromes de la décolonisation de l’Empire français ».

2Pourquoi, dira-t-on peut-être, n’avoir pas étudié d’emblée la décolonisation en elle-même ? La réponse se trouve d’abord dans l’état des sources accessibles. Les historiens devaient pouvoir disposer des documents authentiques des archives publiques, ce qui renvoyait en principe aux années antérieures à 1954. Et puis ne convenait-il pas de serrer de plus près les premiers symptômes, avant ou après la Seconde guerre mondiale ? C’est pourquoi, et pour tenir compte également des décalages chronologiques évidents dans les prises de conscience nationales selon les divers territoires, les organisateurs proposèrent, à titre indicatif, une périodisation assez large de deux décennies environ : circa 1936-1956.

3D’autres hypothèses avaient été envisagées, notamment des perspectives résolument comparatistes, peut-être prématurées et qu’il fallut écarter. Quoi qu’il en soit, et quelles que fussent les limites que les organisateurs s’imposèrent, notamment en ce qui concernait les invitations d’universitaires étrangers, le colloque s’est tenu sur les thèmes prévus et nous devons en remercier tous les participants et tout particulièrement ceux qui acceptèrent de rédiger à l’avance leurs contributions.

4Le lecteur a sous les yeux leurs travaux et il n’est nul besoin de les commenter. On nous permettra cependant de souligner les divers aspects positifs de ce colloque, quitte à expliquer ensuite, pour éviter tout reproche de triomphalisme, les lacunes qu’il a fatalement comportées.

5Notons d’abord, comme un simple constat, que nous avons réussi à susciter dans nos débats un tableau géographique large, sinon complet, de l’Outre-mer français. Même si certains territoires (les Antilles, la Nouvelle-Calédonie notamment) n’ont pas trouvé parmi nous leur historien, l’éventail des pays étudiés, de l’Algérie au Tchad, de la Tunisie à Madagascar, du Togo à l’Indochine, est tel que chacun put avoir le sentiment de la variété des situations et de la complexité des problèmes. Et si c’était un pari difficile que de vouloir évoquer ensemble des territoires aussi différents, n’oublions pas que cette gageure fut très exactement celle de l’Union française : pouvait-on espérer maintenir dans la mouvance française tant de mondes si divers, dès lors que l’hégémonie de la France était affaiblie, contestée ou rejetée ? Et quant à évoquer, comme les constituants de 1945, une libre Fédération volontaire des anciens peuples colonisés à égalité avec la France, connaît-on dans l’Histoire une seule fédération qui ne se soit construite autour d’une hégémonie, de fait ou de droit ?

6De cet aspect des choses ce colloque a aussi porté témoignage : que pouvait la France vaincue, humiliée, prise dans les remous de la Seconde Guerre mondiale ? Maintenir, puis mobiliser son Empire libéré ? Ce défi fut relevé, mais on sait ce que fut le dur « effort de guerre » imposé aux populations coloniales. Pouvait-on faire échapper l’Empire aux tutelles internationales et régionales machinées par F.D. Roosevelt et Staline ? Cela encore fut un peu miraculeusement obtenu. Mais était-il vraiment possible en 1945 de jouer seulement, face à l’attente des peuples colonisés, des prestiges discutés de l’assimilation ou du fédéralisme ? de lancer seulement des libertés tous azimuts et des élections à répétitions dans des territoires où l’idée d’un régime représentatif était inconnue, voire inconcevable ? Et était-il possible de ruser après tant de promesses, alors que les Alliés et l’O.N.U. rayaient de la carte les colonisations italienne et néerlandaise et que s’affairait en Grande-Bretagne une race nouvelle de « techniciens de la décolonisation » ?

7Notre colloque, on le verra, a soulevé d’autres questions délicates, notamment celles des problèmes de communication et d’information en matière d’outre-mer. Sous-information des décideurs ? Ignorances ou indifférences de l’opinion publique ? Incapacité de comprendre les réalités nouvelles de l’Outre-mer français ou d’imaginer des cadres juridiques et politiques souples et concrets chez beaucoup de gouvernants ? Tout cela a joué pour retarder les évolutions nécessaires, les adaptations pacifiques.

8Nos débats auront fait justice, me semble-t-il, de quelques mythes trop répandus encore : « l’Algérie française était en voie de réalisation entre 1944 et 1954 » ; « L’Union française fut la grande réussite de la quatrième République » ; « Le Vatican aurait efficacement travaillé à l’éclatement de la France d’outre-mer » ; « Le capitalisme d’affaires aurait largué le premier le fardeau encombrant de l’homme blanc » ; « Le cartiérisme populaire et le complexe hollandais des dirigeants expliquent la décolonisation ». Aucun de ces clichés faciles, même s’ils comportent quelques facettes moins inexactes, n’a totalement résisté et le lecteur de ces actes s’en convaincra aisément, par-delà les opinions individuelles et les approches divergentes.

9Nous avons aussi enregistré certaines convergences nouvelles avec nos jeunes collègues historiens venus de l’ancien Empire colonial. Ainsi les historiens algériens ou malgaches ne croient plus que les insurrections de 1945 et de 1947-1948 furent des provocations de l’administration coloniale. Et les historiens africains admettent que les concessions faites aux évolués ont désamorcé leur contestation et émoussé les nationalismes extrémistes.

10Nous avons réussi enfin grâce à certaines communications à réfléchir en commun à la signification historique de la décolonisation. Elle marque, selon M. Brunschwig, non seulement l’échec absolu du projet colonial, mais dans la mesure où celui-ci était lié au mythe de l’assimilation, l’un des échecs majeurs de la philosophie politique française. Est-ce ce complexe d’échec qui expliquerait la démission ou la panique de nos élites lorsqu’elles affirment que la France ne pourra plus assimiler comme par le passé les immigrés installés sur son sol ? Selon le Professeur Geiss, la décolonisation serait, vue d’Afrique, à la fois le retour à la situation précoloniale et la source de nouveaux conflits nés des transformations coloniales.

11Si fécond qu’il ait été, ce bref colloque n’a pu évoquer tous les prodromes, ni tous les facteurs historiques de la décolonisation. Et certaines lacunes apparaissent à l’évidence. Nous avions espéré susciter quelques recherches évoquant les personnalités du milieu colonial les plus représentatives des temps nouveaux. A défaut peut-être de « techniciens français de la décolonisation », il eut été souhaitable d’étudier le rôle de tous ceux qui ont pu, peu ou prou, agir dans cette direction : Albert Sarraut, Marius Moutet, Eirik Labonne ou les gouverneurs Laurentie, Delavignette et Pignon. Il y aurait eu à souligner les lents et vains efforts de certains parlementaires ou conseillers de l’Union française, de certains hauts fonctionnaires pour modifier le titre VIII de la Constitution. Du moins parvinrent-ils à faire aboutir la loi-cadre du 23 juin 1956, qui ne fut pas un mince succès, puisqu’elle permit, un peu involontairement, de préparer la décolonisation pacifique de l’Afrique noire et de Madagascar. Mais si la biographie a été longtemps un des grands centres d’intérêt de l’histoire coloniale, il ne semble pas encore admis en France de présenter les rares hommes d’Etat qui surent voir à temps et eurent le courage d’aller à contre-courant des idées reçues.

12A contrario, d’ailleurs, n’eut-il pas été utile d’évoquer les personnalités et les groupes qui défendirent, avec plus d’acharnement que de lucidité, les positions coloniales traditionnelles ? Cela eut sans doute permis de tordre le cou à certaines légendes concernant l’impact prétendu des Etats généraux de la colonisation française ou l’audience supposée du Comité central de la France d’outre-mer, dernier avatar du « Parti colonial » ?

13Reconnaissons aussi que nous n’avons pu étudier à fond, comme il eut été souhaitable, le rôle de l’O.N.U. aussi bien quant à l’avenir des territoires sous mandat que pour le destin des « territoires dépendants ». Or le seul débat qui ait été évoqué, celui des Evhé, montre assez la ténacité et la relative efficacité de l’Organisation des Nations Unies. Sans elle Sylvanus Olympio fut-il jamais devenu le premier président du Togo indépendant ?

14Nous n’avons pu mesurer non plus l’action décolonisatrice d’autres mouvements internationalistes, à commencer peut-être par les internationales ouvrières. Le rôle de la Confédération internationale des syndicats libres, trop peu connu, a pourtant été essentiel comme l’ont souligné, à l’époque des indépendances, les syndicalistes tunisiens et marocains, mais aussi le Néo-Destour. Et nous n’avons pas tenté enfin d’appréhender l’efficacité d’organisations régionales représentatives comme la Ligue arabe ou les divers Comités de libération du Maghreb.

15Quant au rôle des Etats-Unis, nous n’avons pu discuter qu’une bien petite partie de ce vaste problème. Certes tout laisse à penser que l’influence américaine se déploya constamment dans la perspective de la décolonisation, mais avec une intensité très variable. Présentement, nous ne pouvons même pas connaître, ni mesurer toutes les pressions américaines, sinon au miroir déformant des attitudes modérées et habiles du State Department à l’O.N.U. Lorsque nous aurons accès à toutes les dépêches de nos ambassadeurs, pendant la décennie 1949-1958 notamment, il est possible que les interventions américaines nous apparaissent plus insistantes et peut-être plus maladroites que nous ne l’imaginons aujourd’hui. Que la France se soit trouvée parfois presque isolée dans un contexte international de plus en plus hostile, chacun le sait. Peut-être faudra-t-il le vérifier auparavant de plus près avant d’expliquer par là l’échec de l’Union française ? « Allez dans le sens des idées de votre temps, elles vous porteront. Allez contre elles, elles vous renverseront » (Napoléon I).

16Enfin l’étude de la décolonisation de l’Outre-mer français ne devra-t-elle pas, dans un stade ultérieur de la recherche, être envisagée dans une perspective résolument comparatiste ? Ne serait-ce que pour faire ressortir l’originalité du processus français, fait, semble-t-il, d’immobilismes et de novations, d’ouvertures aussitôt suivies de blocages. Il faudra bien caractériser un jour ce style de décolonisation forcée, puis consentie, mélange de retraites à l’amiable, de tentatives de revival à l’anglaise, et de combats hargneux, succession de reculs provisoires suivis de tentatives de reprises en main de style néerlandais. De faux calculs sur la puissance symbolique des empires coloniaux, l’opiniâtreté dans la défense de principes surannés, le juridisme intempestif n’ont-ils pas empêché l’Union française d’être autre chose qu’une tentative mort-née ? N’ont-ils pas imposé de longues et vaines guerres de reconquêtes coloniales là où l’expérience des autres Etats colonisateurs montrait la nécessité d’une habile retraite ?

17Mais tout cela – toutes ces recherches à faire, toutes ces enquêtes à mener, qui pourraient constituer le programme d’une future réunion – aura été, je crois, largement amorcé par les contributions et les débats de ce colloque.

18Qu’on me permette un dernier mot plus personnel : je tiens à remercier très vivement mon collègue et ami François Bédarida, directeur de l’I.H.T.P. pour avoir permis et facilité la réalisation de ce colloque. J’y associerai tout le personnel de l’Institut d’histoire du temps présent qui s’est dépensé sans compter pour nous aider. A tous merci.

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search