Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 3. Constantes et variations

Chapitre 15. Études de cinq maisons

Texte intégral

  • * Maria MARÉCHAUX, architecte
    Pascal MARÉCHAUX, architecte
    Gérard ROBINE, architecte
    Jeanne-Marie GENTI (...)

1Relevés architecturaux par Maria et Pascal MARÉCHAUX, Gérard ROBINE, Jeanne-Marie GENTILLEAU et Dorothée WAHREN*

2Texte par Paul BONNENFANT

Phot. 1. La façade méridionale de bayt cAbd al-Qâdir, n° 175.
La seconde femme est habillée du šaršaf, voile noir d’origine ottomane. Il est devenu le vêtement de sortie obligé de nombreuses citadines.
« Pour qui donc m’habiller et faire des élégances ?[...]
Pour qui ces vêtements délicats
Dans lesquels ma jeunesse malheureuse cherche querelle ?[...]
Qui verra jamais les sources de mon charme ?
Les ténèbres.
Et je vais dans mon cherchef clos,
Tente noire,
Enchaînée dans mon humiliante prison. [...]
Je suis un petit torrent de jeunesse blessée
Qui s’est brisé dans l’espace confiné.[...]
O toi qui cherche la beauté des fleurs
Il y a là tout un jardin dans lequel je sombre
Mais je ne suis qu’un cherchef obscur,
environné de malédictions
Personne ne chantera ma beauté
Et pour elle, le temps sera sans pitié. »
Muhammad aš-Šaraff, Les Larmes des cherchefs, Sanaa, nov. 1965, cité par Fayein, 1990, pp. 91-92.

3Nous présentons ici les relevés architecturaux de cinq maisons qui n’ont pu être étudiées avec autant de détails que les précédentes. A bayt az-Zubayrî, les relevés ont malheureusement été faits sans notes sur l’usage de l’espace. Les habitants de bayt al-Ağamî, bayt al-Ham-dânî et bayt cAbd al-Qâdir avaient quitté leur maison qui était vide au moment des relevés architecturaux. A bayt aš-Šâmî enfin, ceux-ci et les notes sur l’usage de l’espace n’ont pu être achevés.

4Nous pensons que, malgré leur caractère incomplet, les relevés effectués présentent de l’intérêt. Nous les avons accompagnés de notes fragmentaires qui ont pu être prises indépendamment.

BAYT AZ-ZUBAYRĪ

5Relevés architecturaux de Maria MARÉCHAUX

6Texte, légendes des relevés et photos par Paul BONNENFANT

7Bayt az-Zubayrî est une maison altière. Entourée sur l’arrière par une vaste cour, elle possède au rez-de-chaussée et à l’entresol des entrepôts, aujourd’hui inutilisés, qui attestent l’ancienne importance commerciale de la maison, quand le trafic se faisait surtout avec Aden. Importance également de la famille qui y vivait, puisque trois moulins à bras sont encore en place pour moudre le grain, avec de vastes cuves à céréales.

8Le plan au sol suggère la construction de la maison en deux étapes, ce qui fut effectivement le cas. La partie occidentale est la plus ancienne et daterait des années 1830. Elle fut reliée à la partie orientale construite ultérieurement ; dans celle-ci (d’après la photo 28, 1), l’étage de la rawwâqa supérieure est postérieur à 1894.

9Cette vaste demeure est aujourd’hui habitée seulement par deux frères mariés et leurs enfants, plus la mère et une sœur célibataire.

10Bayt az-Zubayrî est remarquable notamment par l’évolution des décors de plâtre sur la façade méridionale. D’après une photo de 1894 (phot. 28,1), seules les fenêtres étaient encadrées de blanc ; les bandeaux horizontaux de briques saillantes n’étaient pas soulignés. En 1980, la composition décorative des façades appelle l’attention (phot. 9,11). Au sud et à l’est, on voit le parti décoratif que les plâtriers tirent des éléments de structure : en bas, les étroites baies de la cuisine sont entourées de petits bonnets à pompons (phot. 5, 7). Une double bande de plâtre horizontale prolonge le lambrequin d’une fenêtre isolée. Le colmatage probable de lézardes permet le dessin de cornes, d’ancres ou d’oiseaux stylisés. Bref, tout est prétexte pour une joyeuse fantaisie de plâtre où le soleil joue selon les heures du jour en unifiant la façade. En 1987 environ, nouveau blanchiment de la maison : le plâtrier gratte cette fois les décors précédents et revient à une conception plus classique de l’ornementation en plâtre (phot. 10).

11A l’angle sud-est, une terrasse d’étage permet de faire sécher le linge et s’orne d’une arcature blanchie qui rompt le volume de la façade (phot. 5) ; elle n’existait pas en 1894, et l’on a peut-être là un exemple d’une mode qui se répand : c’est ce type d’arcature que l’on retrouve autour des bassins qui agrémentent les mafrağ de rez-de-chaussée. Plus haut, à l’est, deux grands arcs superposés, rawwâqa, encadrent des fenêtres plus petites, mais en retrait : l’effet de défoncement est remarquable et contribue à l’originalité de la maison (phot. 2). Il ne s’agit pas de balcons à proprement parler, on ne s’y rend pas de manière habituelle, et il faut pour cela se glisser par les baies qui ne sont que des fenêtres, non des portes.

Fig. 1. Bayt az-Zubayrî : coupe sud / nord.
Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir et blanc égale un mètre.

Fig. 2. Bayt az-Zubayrî : coupe ouest / est.

Phot. 2. Bayt az-Zubayrî. Les deux rawwâqa superposées de la façade orientale.
Ces rawwâqa créent un espace en retrait de la façade, mais qui n’est pas un véritable balcon.
Phot. 3. Bayt az-Zubayrî. La partie en retrait de la façade sud, partie supérieure.
Phot. 4. Bayt az-Zubayrî. La partie en retrait de la façade sud, partie inférieure.
Phot. 5. Bayt az-Zubayrî. L’angle sud-est de la maison, partie supérieure.
Phot. 6. Bayt az-Zubayrî. La porte donnant accès à la cour, à l’est de la maison.
Structure courante de porte extérieure à Sanaa, avec porte-guichet, appelée « poussin ».
Phot. 7. Bayt az-Zubayrî. L’angle sud-est de la maison, partie inférieure.
Au premier étage, on voit les jours noircis correspondant à la dayma (fig. 5, n° 13), et la descente des eaux usées correspondant au sâḥil.

Phot. 8 et 9. Bayt az-Zubayrî. La façade occidentale.
8. Façade ouest, à droite, et façade nord, à gauche. Les deux triangles de briques ajourées soulignées de blanc correspondent à une pièce où les courants d’air rafraîchissent les boissons, bayt aš-šurba.
9. Façade ouest, à gauche, et partie de la façade sud, à droite. Pour celui qui vit dans bayt az-Zubayrî, la façade occidentale est complètement aveugle, parce qu’elle domine un voisin dont l’intimité doit être préservée (cf. phot. 14). Les oculi superposés sont fermés d’albâtre : ils donnent de la lumière dans la pièce sans permettre de voir à l’extérieur. Deux fenêtres, à gauche, ont été murées. Quant aux briques ajourées de la bayt aš-šurba, elles ne permettent pas de passer la tête, et ne sont donc pas considérées comme pouvant gêner l’intimité des voisins.
Art d’habiller une façade qui pourrait être nue par les bandeaux de briques, les oculi, les arcs aveugles et les décors de plâtre.

Fig. 3. Bayt az-Zubayrî : plan du rez-de-chaussée.
1. Rue
2. Cour
3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz
4. Anciens entrepôts commerciaux ?
5 et 6. Réserves familiales, entrepôts commerciaux, bergeries, écuries ?
7. Escalier

Fig. 4. Bayt az-Zubayrî : plan de l’entresol.
7. Escalier
8. Pièce des moulins à bras
9. Pièce des bacs à grains

Fig. 5. Bayt az-Zubayrî : plan du premier étage.
7. Escalier
10. Vestibule d’étage, ḥiğra
11. Chambre
12. Toilettes
13. Cuisine des fours à pain, dayma
14. Chambre transformée en réserve (fenêtres murées) ?
15. Chambre transformée en réserve (fenêtres murées) ?

Fig. 6. Bayt az-Zubayrî : plan du deuxième étage.
7. Escalier
16. Vestibule d’étage, ḥiğra
17. Réserve ?
18. Chambre, makân
19. Toilettes
20. Chambre, makân ?
21. Pièce de réception, dîwân

Fig. 7. Bayt az-Zubayrî : plan du troisième étage.
7. Escalier
22. Vestibule d’étage, ḥiğra
23. Chambre ?
24. Chambre ?
25. Toilettes
26. Pièce de réception, dîwân
27. Chambre à coucher
28. Terrasse d’étage

Fig. 8. Bayt az-Zubayrî : plan du quatrième étage.
7. Escalier
29. Chambre, makân ?
30. Réserve, chambre ?
31. Chambre
32. Vestibule d’étage, ḥiğra
33. Toilettes
34. Chambre, makân
35. Terrasse d’étage
36. Chambre à coucher

Fig. 9. Bayt az-Zubayrî : plan du cinquième étage.
37. Antichambre du manẓar
38. Manẓar
39. Dégagement
40. Pièce des boissons, bayt aš-šurba
41. Terrasse sommitale

Phot. 10 et 11. Bayt az-Zubayrî, façade sud.
Les groupes de jours encadrés de blanc sont ceux de l’escalier, bâti de manière assez étrange sur la façade méridionale qui offre un bon exemple de la manière dont les plâtriers animent les façades (phot. 11). La phot. 10, plus récente, montre que le dernier artisan n’a pas repris les fantaisies décoratives de son prédécesseur : nombre de décors n’ont pas été reblanchis.

Phot. 12 à 14. Bayt az-Zubayrî. Les façades septentrionales.
Assises de pierres polychromes au niveau du 1er étage vrai. Les fenêtres de deux pièces situées à ce niveau ont été murées (phot. 12 et fig. 5, n°14 et 15). Des conduits en matériaux modernes se superposent à la descente des eaux usées en façade (phot. 13-14).

12A l’intérieur, la hiérarchie des portes retient l’attention. En bas de la maison, les deux portes sur la rue et au pied de l’escalier ont des portes guichets. Le rez-de-chaussée, en effet, était un espace semi-public : livreurs ou bergers y accédaient assez librement. La maison vraiment privée commençait en bas de l’escalier. Plus haut dans la demeure, les portes des dîwân sont fort belles et doivent dater d’une centaine d’années, comme les élégants šubbâk de bois donnant sur la rue. En 1948, ces menuiseries échappèrent au pillage des tribus qui saccagèrent les maisons voisines, mais ne purent forcer bayt az-Zubayrî, bien défendue par son propriétaire qui, depuis les fenêtres, fit le coup de feu sur les agresseurs.

Phot. 15 à 19. Bayt az-Zubayrî. Des menuiseries de qualité.
Bayt az-Zubayrî se signale notamment par des menuiseries de qualité, le maître de maison ayant su résister manu militari au pillage de 1948.
15. Battant de šubbâk en bois découpé à jour. Le motif appelé ğarâ’id se développe à partir d’un sceau de Salomon.
16. Šâqûṣ -gigognes dans un contrevent.
17. Volets de bois équipés de šâqûṣ.
18. Porte du dîwân du second étage.
19. Šubbâk en bois découpé à jour.

BAYT AŠ-ŠĀMĪ

13Relevés architecturaux par Jeanne-Marie GENTILLEAU

14Texte, légendes des relevés et photos par Paul BONNENFANT

  • 1 Nous remercions le cadi Ismâcil al-Akwac pour ces renseignements, ainsi que Marie-Christine Dancho (...)
  • 2 D’après la chronologie des imâms du Yémen in : Yaḥyâ b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim b. Muḥammad b. cAlî, (...)

15Elle aurait « 550 ans » d’après le cheikh al- ẖawlânî qui habite une maison voisine, et aurait été construite par « al-Wazîr al-Huraybî », qui fut ministre d’un des imâms du Yémen et possédait aussi la maison n° 80 et la maison adjacente, en allant vers la grande mosquée. Le titre de wazîr était peu usité sous les imâms ; d’après le qâḍî Ismâîl al-Akwac, il désignait le chef des fonctionnaires, kabîr al-muwaḍḍafîn. Il ajoute qu’il y eut un wazîr al-Huraybî sous l’imâm al-Mahdî Muḥammad b. Aḥmad. b. al-Ḥasan b. al-Qâsim, dit Ṣâḥib al-Mawâhib1, du nom de sa capitale, près de Ḏamâr, où se trouve son tombeau. Cet imâm régna de 1098/1687 à 1130/171822. S’il s’agit bien de cet Huraybî, les maisons 80 et 92 bâties par lui seraient âgées en 1989 de 270 à 300 années grégoriennes.

16Selon le propriétaire de la maison, Yahyâ, la maison aurait été bâtie sous la dynastie des Qâsim, et achetée par les Sâmî à la famille as-Suḥûlî. Le propriétaire, fonctionnaire, se dit sayyid de descendance Qaḥṭân. Deux autres frères plus jeunes que lui habitaient les étages inférieurs, mais sont partis habiter des maisons modernes sur la route de Hadda. Celui qui reste dans la maison est donc l’aîné qui, avant le départ de ses frères, habitait l’étage supérieur.

17On accède à la maison par une placette appelée ḥûš al-Bâblî, qui s’étend au sud de la ruelle allant de la mosquée Amcâd à la grande mosquée.

LE REZ-DE-CHAUSSÉE

18La maison affecte la forme d’un trapèze et occupe une surface au sol assez réduite. Aussi est-elle précédée de plusieurs petites pièces qui bordent le côté occidental de la place ; dans l’une d’elle se trouvait autrefois le puits qui alimentait la maison en eau. Le sol du dihlîz se situe à 40 cm environ en dessous du niveau de la place, d’où l’on descend par un degré intermédiaire situé sous la grande porte, ğinaw. Dallé de pierres noires rectangulaires récemment rejointoyées au ciment, il descend en pente douce vers le sud : les eaux devaient s’échapper par un trou rejoignant sur la façade sud le conduit en qaḍâḍ pour la descente des eaux usées.

  • 3 Coran, sour. XXI, Les Prophètes, v. 30, trad. J. Berque.

19Dans l’angle sud-ouest, on avait aménagé autrefois une citerne et un sâḥil ; on a posé sur l’un et l’autre deux grands réservoirs métalliques, d’une contenance de six mètres cube au total (phot. 20). Sur l’un d’eux, on a écrit à la bombe de peinture un verset du Coran : Wa ğacal-nâ min al-mâ’i kulla šay’in hayy, « A partir de l’eau, Nous avons constitué toute chose vivante3. » Une pompe électrique envoie l’eau vers la terrasse supérieure de la maison, via un tuyau qui sort par les ouvertures au-dessus de la porte d’entrée.

20Dans l’angle nord-ouest, six fûts métalliques, birmîl, d’une contenance de 250 litres environ, sont remplis de céréales : le maître de maison a du bien à ar-Rawḍa, où il vient d’ailleurs de faire construire une maison.

21Le bas des murs du dihlîz était autrefois lambrissé de qaḍâḍ. Comme il était en mauvais état, il a été enlevé et remplacé par du ciment.

22Mais le principal intérêt de ce dihlîz est que l’arc habituel est doublé, à quelques mètres au sud, par deux arcs reposant sur une colonne centrale par l’intermédiaire d’un chapiteau sobrement décoré (phot. 22). Cet arc double se retrouve dans la ḥiğra de chaque étage. Rares sont les maisons qui présentent ce trait ; un autre exemple est fourni par la ḥiğra du premier étage de bayt Mucîḍ, n° 108.

23A gauche de l’entrée s’ouvre une petite pièce fermée à clef, où le frère du maître de maison a entreposé de la vaisselle. Au fond du dihlîz, une porte munie d’une serrure extérieure de type « brosse à dents » commande l’accès d’un ḥarr aux murs lambrissés de qaḍâḍ. Il dut autrefois jouer un rôle de réserve à céréales, car l’on voit sur le qaḍâḍ des restes de maçonnerie : leur espacement suggère tout à fait les dimensions de bassins à graines, ḥaqb. Cinq jours qui aéraient la pièce ont été murés. Cette pièce a servi de réserve à bois. Il s’entasse encore dans deux angles, l’un pour les gros morceaux, l’autre pour des brindilles propres à allumer le feu, mais l’entassement d’objets cassés entre la porte et ces tas de bois suggère que l’on ne fait plus beaucoup de feu dans la maison ; des branches de qât ont pourtant été mises à sécher. Les ruines de deux vélos coréens et de nombreux cartons vides s’entassent sur les tas de bois.

Fig. 10. Bayt aš-Šâmî : plan du rez-de-chaussée.
1. Dihliz
2. Réserve
3. Réserve
4. Réceptacle des excréments solides
5. Escalier

Fig. 11. Bayt aš-Šâmî : plan de l’entresol.
4. Descente des excréments solides
6. Pièce des moulins à bras
7. Réserve

24La porte intérieure du dihlîz (phot. 21) est surmontée d’une ouverture équipée de forts barreaux de bois. Sous la troisième volée de l’escalier, une petite réserve est fermée à clef.

25Dès le début de la montée, l’œil est frappé par le robuste et sobre décor de qaḍâḍ lambrissant le pilier central et les murs opposés (pl. 20 f). L’enduit est épais, quatre à cinq centimètres d’épaisseur : à l’évidence l’artisan a voulu du solide. Un motif scande la montée, celui de demi-fleurons, pointe vers le sol, irrégulièrement espacés.

26Au bout de la première volée de l’escalier, une porte commande l’accès au niveau ṭabaqa, bas de plafond, deux mètres environ. Une première pièce, éclairée et aérée par quelques jours ouvrant sur la façade sud, contient trois maṭḥana juxtaposés (phot. 24). Ils sont bien conservés, mais ne servent plus et sont recouverts de divers bidons en fer blanc, tanak, et de plusieurs cartons de conserves de fèves manière mudammis. A gauche de chaque moulin, une poterie scellée dans le plâtre contenait le grain à moudre, que la femme mettait par poignées dans l’ouverture au centre de la meule. La meule dormante est entourée d’une rigole où tombait la farine : avec un petit balai ou une peau de mouton, la femme la poussait vers le devant du moulin, pour la recueillir dans un récipient. Dans la même pièce, de nombreux tanak sont remplis de provisions, et une grande bassine en aluminium contient une réserve de farine blanche : la pièce garde donc son ancienne fonction de réserve. Son dallage descend en pente douce vers le mur ouest, ce qui dirige les eaux vers la pièce suivante où elles gagnent la descente des eaux usées en façade. Cette seconde pièce est celle des réserves de graines, autrefois déposées dans trois bassins aux murs recouverts de qaḍâḍ. Son angle sud-ouest est occupé par la maçonnerie du puits de descente des excréments provenant des toilettes aménagées aux étages supérieurs. Cette réserve est aérée par plusieurs jours côté rue et deux baies ouvrant sur le dihlîz, ce qui permettait aux femmes de voir sans être vues ce qui s’y passait.

Fig. 12. Bayt aš-Šâmî : plan du premier étage.
5. Escalier
8. Ḥiğra
9. Dîwân
10. Pièce non visitée : chambre, dîwân ?
11. Toilettes
12. Pièce non visitée : réserve, cuisine ?

27Au bout de la seconde volée de l’escalier s’ouvre une pièce en demi-niveau, non visitée : elle appartient au frère du propriétaire, parti habiter dans un quartier sur la route de Hadda. « Quand il était là, explique-t-il, sa femme utilisait cette pièce comme maṭbah, cuisine, pour préparer la plupart des plats qu’elle servait à sa famille. Elle ne montait dans la dayma du dernier étage que pour la cuisson du pain. »

LE PREMIER ÉTAGE

La ḥiğra

28Comme le dihlîz, la ḥiğra de chaque étage présente la particularité d’avoir son plafond soutenu par deux arcs reposant sur une colonne. Dans l’angle nord-ouest, une cloison délimite un espace que nous n’avons pu visiter, mais qui est probablement une réserve ou une cuisine, ou les deux à la fois. Du qaḍâḍ décore également le bas des murs, mais les motifs sont ici des rectangles garnis de diagonales (phot. 66, 20) : on remarque sur trois côtés de petites loges saillantes.

Le dîwân

29Ce premier étage est celui d’un dîwân qui occupe toute la largeur de la façade septentrionale. Le sol est entièrement recouvert de linoléum, mais les tapis de fabrication industrielle soignée sont roulés dans un angle de la pièce. Les enfants expliquent : « Quand il y a une munâsaba, comme un mariage ou un deuil, nous meublons tout le dîwân. » Cet usage intermittent s’explique aussi par la mauvaise exposition de la pièce qui s’ouvre en plein nord.

30En attendant, la pièce est utilisée comme réserve à vêtements : sept cantines métalliques s’alignent le long des murs, ainsi que plusieurs valises, quatre ou cinq couvertures en acrylique dans leur étui de plastique, de grands récipients en aluminium. D’autres objets en attente suggèrent un usage féminin de la pièce : deux machines à coudre et un berceau démontable en gros tubes métalliques. C’est dans la pièce orientée au sud du même étage que la femme s’enferme pour nous laisser relever : cela pourrait confirmer le fait que le premier étage vrai est souvent celui des femmes.

31Le dîwân devait autrefois posséder quatre fenêtres surmontées d’oculi, mais l’une d’elle a été murée, ainsi que ses oculi. Très peu de décoration dans ce dîwân : seules les trois petites fenêtres sont surmontées d’un arc en accolade. Des étagères courent sur les quatre murs, à diverses hauteurs. Leur caractéristique est de former par-dessous une sorte de moulure en cavet dont l’arrondi est inhabituel à Sanaa.

32Comme toutes les menuiseries de l’étage, les volets sont de type « lisse » ornés de clous en étoiles disposés en lignes pour les traverses et en cercles autour des ṭâsa. Disposés presque au droit du mur intérieur de la pièce, ils s’ouvrent vers l’extérieur, dans l’embrasure de la fenêtre : qu’ils soient ouverts ou fermés, leur beau côté est ainsi toujours visible.

Phot. 20. Bayt aš-Šâmî, n° 92. Les réserves d’eau en bas de la maison.
Bénédiction de l’eau par le verset du Coran peint sur la tôle : « A partir de l’eau, Nous avons constitué toute chose vivante. »
Phot. 21. Bayt aš-Šâmî. Porte intérieure du dihlîz, vers l’escalier.
Décor de couronnement constitué par les merions d’angle de la ğabha, pièce de bois horizontale au-dessus de la porte-guichet.
Phot. 22. Bayt aš-Šâmî. Vue d’ensemble du vestibule inférieur, dihlîz.
A l’arc du premier plan, habituel dans les dihlîz, s’ajoutent les deux arcs soutenus au centre par une colonne, trait rare et qui semble un indice de maison ancienne.
Phot. 23. Bayt aš-Šâmî. Couronnement d’une porte entre la ḥiğra et une pièce, au premier étage.
Baies géminées surmontées d’un oculus, tous fermés par des plaques d’albâtre. Agencement fréquent dans des maisons datant au moins du xviiie s. AD.
Phot. 24. Bayt aš-Šâmî. Les moulins à bras, dans l’entresol.
Noter les récipients en bois, anciennes mesures à céréales.
Phot. 25. Bayt aš-Šâmî. Porte de kumma, étage supérieur.
Décor sculpté en « taille arabe », avec des thèmes décoratifs fréquents : en bas, médaillon fuselé, trunğa, inscrit dans un panneau en miḥrâb, et, en haut, sceau de Salomon.

BAYT YAḤYĀ CABD AL-QĀDIR

33Relevés architecturaux par Dorothée WAHREN

34Texte, légendes des relevés et photos par Paul BONNENFANT

  • 4 Dorothée Wahren, architecte diplômée, appartenant au Service volontaire allemand, travaille en 199 (...)

35Il s’agit cette fois d’une maison relevée en 1992, qui connaît le sort de nombreuses maisons de Sanaa : mise en location, elle était habitée cette année-là par une architecte européenne qui en a effectué les relevés4.

36Comme bayt Ġ. étudié plus haut, bayt Yaḥyâ cAbd al-Qâdir, n° 175, est caractérisée par l’exiguïté de sa parcelle, coincée entre la maqšama de la mosquée Barrûm et la ruelle qui longe le nord de la maqšama al-Qâsimî. Mais à l’inverse de bayt Ġ., la maison dispose de larges façades sur la rue et le jardin : l’étroitesse de la parcelle joue dans le sens de la profondeur.

  • 5 Lewcock, 1983b, p. 438, fig. 22.1.

37Tout, en effet, semble miniaturisé dans cette maison : les pièces de réception, leurs minuscules battants d’aération, les portes, la bayt aš-šurba, les arcs décorant l’escalier, les baies qui l’éclairent. Mais la qualité du qaḍâḍ, le nombre de moulins à bras, les petits arcs déjà cités, les cinq niveaux, l’équilibre des volumes et le soin apporté à la construction montrent cependant que ce n’est pas une maison construite par une famille pauvre. Elle jouit d’une très bonne orientation pour capter le soleil d’hiver, puisqu’elle présente toute une façade au plein sud (phot. 1), sans aucun mur aveugle ou maison voisine en vis-à-vis. De plus, elle donne sur deux jardins urbains à la fois, celui de la mosquée Barrûm au nord, celui de la mosquée al-Qâsimî au sud. On peut penser que la qualité de son site a incité une famille de fortune moyenne à investir dans une construction de qualité malgré l’exiguïté de la parcelle. La maison située juste à l’est de celle-ci présente le même agencement d’ensemble. Bayt cAbd al-Qâdir développe aussi un plan très comparable à celui de la maison W étudiée par Lewcock5. Nous pouvons en conclure que ce plan semble une réponse type à ces mêmes contraintes.

38Mais la maison tourne globalement le dos au froid venant du nord. Si le manẓar du dernier étage (fig. 13, n° 23) possède sous les vitraux des fenêtres ouvrant au nord et au sud, les pièces inférieures ne possèdent que deux fois deux oculi superposés (fig. 13, n° 16, 17, 19), sans fenêtre inférieure qui pourrait laisser passer des courants d’air froids désagréables ; entre les oculi cependant, un minuscule battant de bois s’ouvre sous un arc en mitre, permettant une aération croisée si nécessaire. On peut supposer que le manẓar supérieur était délaissé aux jours les plus froids.

Fig. 13. Bayt cAbd al-Qâdir : coupe ouest / est.
4. Puits
6. Pièce des moulins à bras, raḥâ, maṭḥan
7. Réserve en demi-niveau
8. Réserve ou bergerie
9. Lieu où tombent les excréments solides, masqaṭ
10. Escalier
12. Réserve des bacs à grains, ḥaqb
13. Réserve
16, 17 et 19. Dîwân ou chambre
20. Cuisine des fours à pain, dayma
21. Toilettes
23. Pièce de réception, manẓar
24. Terrasse sommitale, ğubā
Détail montrant la recherche décorative dans la maison, malgré sa petitesse : aux 2e et 3e étages, deux petits arcs surmontent la première marche, montante ou descendante, de l’escalier. Ils ne sont pas techniquement utiles ; à preuve, il n’y en a pas au 1er étage, moins prestigieux. Au rez-de-chaussée, sans doute pour l’œil du visiteur, les trois arcs sont rehaussés de joints rubannés en plâtre ; l’arc de droite surmonte l’accès au puits, n° 4.

Fig. 14. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du rez-de-chaussée.
1. Ruelle au nord de la maqšama al-Qâsimî
2. Maqšama Barrûm
3. Vestibule inférieur ; dihlîz
4. Puits
5. Réserve ou bergerie
6. Pièce des moulins à bras, raḥâ, maṭḥan
7. Réserve en demi-niveau
8. Réserve ou bergerie
9. Lieu où tombent les excréments, masqaṭ
10. Escalier
L’étroitesse de la parcelle ne permet pas d’équiper le dihlîz (n° 3) de la porte qui précède habituellement les escaliers dans les maisons plus vastes. Malgré l’exiguïté du lieu, un arc de la largeur du vestibule ennoblit l’entrée, bien qu’il n’ait aucun mur à soutenir à l’étage supérieur. Deux arcs plus petits lui répondent.
Le puits (n° 4) est situé sous la seconde volée de l’escalier, mais ne peut desservir que le rez-de-chaussée : l’exiguité de la maison empêche de maçonner un conduit vers les étages. Sa profondeur est de 25 m, mais il est complètement tari aujourd’hui, le niveau de la nappe ayant beaucoup baissé. Un petit battant de bois, fermé d’une serrure type « brosse à dents », en interdit l’accès aux enfants. Derrière, deux traverses sont scellées dans les murs latéraux ; elles sont elles-mêmes reliées par deux montants supportant l’axe de la poulie de bois (phot. 41, 7).
A l’est, une petite pièce (fig. 14, n° 5) servait probablement d’abri pour quelque petit bétail (il subsiste ce qui ressemble à une mangeoire), mais aussi d’espace de transition avant la pièce n° 6, au sol de terre battue, où les femmes actionnaient trois moulins à bras, maṭḥan, raḥâ, nombre élevé pour une maison relativement petite. Des piliers de briques supportent une maçonnerie sommaire sur laquelle reposent les meules dormantes.
Au-dessus de la moitié de la pièce n° 5 et de toute la pièce n° 6, s’étend une pièce en demi-niveau (fig. 13, n° 7), qui servait autrefois de réserve à vaisselle à usage non quotidien, que l’on sortait pour les munâsabât : grands chaudrons, dusût, plateaux, poteries, crachoirs, et de réserves à coussins et accoudoirs.
A l’ouest du dihlîz, une pièce à usage non déterminé (n° 8), aujourd’hui occupée par le réservoir d’eau inférieur de la maison. Le long du mur nord, existait peut-être un bac à céréales. Dans l’angle nord-ouest (n° 9), on voit le bas du conduit vertical, masqaṭ, où tombaient les excréments solides, qu’on extrayait par une ouverture donnant sur la maqšama (n° 2).

Fig. 15. Bayt cAbd al-Qâdir : plan de l’entresol.
10. Escalier
11. Palier
12. Réserve des bacs à grains, ḥaqb
13. Réserve
14. Toilettes, muṭhâr, zulî
Cet étage a les fonctions d’un entresol, mais sa hauteur sous plafond atteint presque celle des étages supérieurs. Le palier de l’escalier dessert à l’est une réserve à grains, comprenant deux bacs maçonnés enduits de qaḍâḍ.
Après avoir monté une volée de l’escalier, une porte donne accès aux toilettes situées en contrebas, au niveau de l’entresol.

Fig. 16. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du premier étage.
10. Escalier
15. Palier
16 et 17. Dîwân ou chambre

Fig. 17. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du deuxième étage.
10. Escalier
18. Palier
19. Dîwân ou chambre
20. Cuisine des fours à pain, dayma
La fumée des fours à pain, tannûr, s échappe soit par une cheminée qui débouche sur la terrasse supérieure (fig. 19, n° 24), soit par des jours situés dans la façade sud de la maison (phot. 1), et qui surmontent un šubbâk. Sur le mur nord de la dayma est installé le sâḥil, à environ 20 cm au-dessus du sol de la cuisine, constitué de pierre ḥabaš bien jointoyées. Les murs au-dessus du sâḥil sont lambrissés de qaḍâḍ. Deux battants de bois s’ouvrent sur le jardin en contrebas, tandis qu’une réserve occupe l’angle nord-ouest, moins le conduit du masqaṭ. Mais le sâḥil se prolonge sous le placard. Tout le quart nord de la dayma est situé sous le demi-niveau des toilettes (fig. 18, n ° 21) : la disposition des lieux montre bien la position accroupie des femmes pour laver la vaisselle, les légumes et préparer les plats.

39La qualité du qaḍâḍ frappe dans toute la maison : il lambrisse tous les murs des escaliers, des paliers, des toilettes et la bordure du sâḥil de la cuisine. Il porte peu de motifs décoratifs, mais il faut noter une différence : entre le rez-de-chaussée et le premier étage, nous avons des demis-fleurons, pointe tournée vers le bas, comme si le décor allait chercher ses racines dans le sol. A partir du premier étage, nous avons un décor de triangles pointant vers des crénelages, comme on peut le voir sur la coupe (fig. 13), au-dessus des marches du troisième étage.

40Dans l’escalier, de minuscules plaques d’albâtre ou de tout petits battants vitrés ferment des petites baies donnant sur le mur de façade nord. D’autres donnent en haut des pièces n° 16, 17 et 19 : comme l’éclairage ainsi procuré est très faible, nous pouvons y voir le désir de créer des niches qui rompent la monotonie des murs, mais aussi le désir de « mettre en communication » les espaces communs à la famille et les espaces privés.

Fig. 18. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du demi-niveau au-dessus du deuxième étage.
10. Escalier
18. Palier
19. Dîwân ou chambre
20. Cuisine des fours à pain, dayma
21. Toilettes

Fig. 19. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du troisième étage.
10. Escalier
22. Palier
23. Pièce de réception, Manẓar
24. Terrasse sommitale, ğubâ
Cet étage est celui de la réception. Il ne possède qu’une seule pièce, un Manẓar. La porte est fabriquée en bel « assemblage arabe » et s’ouvre de manière à ce que son beau côté soit toujours visible : en début de séance de qât, le battant reste ouvert face aux visiteurs qui montent les derniers degrés de l’escalier. Puis, quand une chaleur moite est requise, la porte fermée laisse toujours voir son parement aux hôtes assis dans la pièce. Quatre fenêtres surmontées de vitraux procurent une bonne vue sur la ville. Il aurait été intéressant de savoir où se situaient les places d’honneur dans ce cas, mais l’abandon de la maison par ses habitants d’origine ne l’a pas permis.
Les toilettes du demi-niveau inférieur (fig. 18, n° 21) étaient toutes proches de la pièce de réception, permettant ainsi aux hôtes de s’y rendre sans gêner l’intimité du reste de la maison. Toujours pour le confort des hôtes, le palier possède au-dessus de l’escalier un placard surmonté d’une pièce miniaturisée pour rafraîchir les boissons, bayt aš-šurba

Fig. 20. Bayt cAbd al-Qâdir : plan des terrasses de couvrement.
Les terrasses de couvrement sont caractérisées par la multiplicité de leur niveaux : de la petite ğubâ (n ° 24), on grimpe sur la couverture des toilettes, puis sur celle du palier et du manẓar.

Fig. 21. Bayt al-Hamdânî : forme de la parcelle et implantation des bâtiments.

Fig. 22. Bayt al-Hamdânî : l’ensemble des bâtiments au niveau des jardins.
1. Entrée principale vers le mafrağ de rez-de-chaussée et le parc
2. Porte de service
3. Porte d’accès à la maison
4. Porte vers le ḥammâm
5. Mafrağ de rez-de-chaussée, mafrağ arḍî
6. Pièce de réception
7. Bassin
8. Coupoles et voûtes en berceau du ḥammâm en sous-sol
9. Anciennes réserves ou écuries ?
11. Loge du gardien
12. Pièce attenante au puits, buanderie ?
12. Cour (réservée aux femmes ?)
13. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz
14, 15, 16, 17. Pièces à usage non connu
18. Escalier
19, 20, 21, 22. Pièces à usage non connu
23. Escalier descendant aux bains du sous-sol

Fig. 23. Bayt al-Hamdânî : les bains du sous-sol et leur accès.
Les bains étaient accessibles depuis la maison en 23. Mais le ḥammâm est une forme de sociabilité : pour recevoir parents et amis sans déranger l’intimité de sa propre famille, le cheikh avait fait installer une entrée sur la rue (n° 4), qui, par un souterrain (n° 24), conduisait aux bains. L’entrée 23 pouvait être fermée. La chaudière était en 25.

BAYT AL-HAMDĀNĪ

41Relevés architecturaux de Gérard ROBINE

42Notes de Paul BONNENFANT

43Comme bayt al-cAğamî, bayt al-Hamdânî, n° 181, se dresse dans le quartier de bi’r al-cAzab, dans la rue Bawnîya qui va de la place de la Libération vers l’ancien quartier juif, Qâc al-Yahûd, rebaptisé aujourd’hui Qâc al-cUlufî.

44Par les dimensions de la parcelle (fig. 21) qui crée un grand jardin autour de bâtiments eux-mêmes importants (fig. 22), par l’existence de bains privés (fig. 23), par les dimensions de la maison et la qualité de ses décors, en particulier les stucs du mafrağ (phot. 54-57, 18), bayt al-Hamdânî se révèle l’opulente maison d’un riche commerçant de la première moitié du xxe siècle.

45Quelques renseignements nous ont été donnés sur celui qui la fit bâtir, cAlî b. Yaḥyâ b. Aḥmad b. Ṣâlaḥ al-Yamânî, par son fils Zayd. Originaire d’une famille de notables des Banî Maṭar, il était entrepreneur au Soudan, possédait des magasins et des maisons à al-Ḥudayda, port par lequel il importait des marchandises au Yémen, pour les revendre ensuite, notamment à Sanaa où il résidait ; il s’agissait surtout de denrées alimentaires. Dans le mafrağ, un poème est scellé sous verre dans le plâtre, à côté de la porte (phot. 17, 22) : il a été écrit par un Egyptien, cAzîz cIzzât, en louange au bâtisseur ; nous en avons traduit le texte.

46La maison a été construite par la famille Qaṣca, célèbre pour le nombre de ses maîtres artisans, usṭâ, spécialisés dans la construction.

47Comme de nombreuses maisons du quartier de bi’r al-cAzab, bayt al-Hamdânî possède un mafrağ arḍî, c’est-à-dire un mafrağ de rez-de-jardin, simple pièce rectangulaire largement ouverte vers le sud, la meilleure exposition, par une porte à cinq battants (fig. 22, n° 5). L’œil des visiteurs pouvait se reposer sur un bassin aménagé au premier plan, au centre d’une sorte de déambulatoire fermé par des arcades (n° 7). Il s’y exprime le goût d’un espace clos qui centre la méditation, tout en la laissant ouverte sur un espace plus large : au-delà des arcades en effet, s’étendait le jardin, aujourd’hui laissé à l’abandon. Sur le côté occidental de l’ensemble, une pièce servait peut-être de chambre à coucher pour les hôtes (n° 6). De la rue, on pouvait accéder à cet ensemble de réception soit par un portail (n° 1), soit par la cour de la maison (n° 12).

Fig. 24. Bayt al-Hamdânî : plan du 1er étage.
18. Escalier
26. Vestibule d’étage, ḥiğra
27. Pièce de réception, dîwân
28. Chambre
29. Chambre
30. Pièce des boissons
31. Toilettes
32. Chambre

Fig. 25. Bayt al-Hamdânî : plan du 2e étage.
18. Escalier
33. Vestibule d’étage, ḥiğra
34. Chambre ou manẓar
35. Chambre ou manẓar
36. Chambre
37. Chambre
38. Cuisine, maṭbah
39. Toilettes

  • 6 Lewcock, Akwac, Serjeant, 1983f, p. 505b.

48Une des principales caractéristiques de bayt al-Hamdânî est de posséder un ḥammâm privé, équipement qui indique l’opulence du constructeur, car il exigeait au départ un investissement important pour le Yémen de l’imâmat et représentait ensuite de grosses dépenses pour son fonctionnement. Bâti en sous-sol, on pouvait y accéder par un escalier qui descendait du rez-de-chaussée de la maison elle-même (fig. 23). Il fut d’abord réservé à lui-même, à sa famille et à ses hôtes, mais après que ses affaires se furent dégradées, ses héritiers en firent un bain public connu sous le nom de ḥammâm an-Nacim6. Nous pouvons nous demander quand fut construit l’escalier qui descend de la rue, emprunte un couloir souterrain pour remonter près du premier escalier cité : a-t-il été conçu dès la construction de la maison pour permettre aux amis du propriétaire habitant le quartier d’accéder au bain sans passer par la cour ? ou bien date-t-il de la transformation en bains publics, ce qui permettait de garder l’intimité de la cour pour la famille ou les hôtes du mafrağ ? Côté jardin, un troisième escalier descend vers la chaufferie des bains (n° 25) : il devait être employé par les domestiques. L’ensemble des bains est couvert de deux coupoles et de quatre voûtes en berceau.

Fig. 26. Bayt al-Hamdânî : plan du 3e étage.
18. Escalier
40. Vestibule d’étage, ḥiğra
41. Chambre à coucher
42. Antichambre
43. Manẓar
44. Manẓar
45. Chambre
46. Manẓar
47. Chambre
48. Pièce des boissons, bayt aš-šurba
49. Toilettes

Fig. 27. Bayt al-Hamdânî : plan du 4e étage, celui du mafrağ.
18. Escalier
50. Antichambre
51. Pièce de réception, mafrağ
52. Dégagement
53. Toilettes des hôtes
54. Pièce des boissons, bayt aš-šurba

49La maison principale fut bâtie en deux temps. Le rez-de-chaussée (fig. 22) et le premier étage (fig. 24) furent édifiés en même temps que le mafrağ ardî et le ḥammam, « durant la dernière occupation ottomane », dit un des propriétaires. Cela indique une construction datant de la fin du xixe ou du début du xxe siècle, ce qui semble très possible. Les étages supérieurs de la maison furent édifiés ultérieurement, en 1356/1937 (fig. 25-27). Entre le premier étage (fig. 24) et les étages supérieurs, nous observons une évolution sensible dans la largeur des baies. Au premier étage, les baies possèdent toutes la même largeur et sont régulièrement disposées. Dans les étages supérieurs, apparaissent de larges fenêtres encadrées de fenêtres plus étroites, comme dans les manẓar (fig. 25, n° 34 et 35) et dans le mafrağ (fig. 27 ; 28, 21).

Fig. 28. Bayt al-Agamî : coupe nord / sud.
1. Vestibule inférieur, dihlîz
9. Escalier
10. Moulins à bras
12. Vestibule d’étage, ḥiğra
14. Chambre à coucher
19. Vestibule d’étage, ḥiğra
27. Edicule d ‘accès à la terrasse sommitale, ğubâ

BAYT AL-CAĞAMÎ

50Relevés architecturaux par Pascal MARÉCHAUX

51Texte et légendes des relevés par Paul BONNENFANT

52Bayt al-cAğamî est une demeure très connue du quartier de bi’r al-cAzab.

  • 7 cAmrî, 1984, p. 70, n. 3. Le ṣînî désigne des carreaux de céramique peinte sous glaçure qui connur (...)

53Al-cAmrî cite un sayyid cAli Mustafâ al-cAğamî qui, à la fin du xviiie siècle, était damascène de naissance, avait une maison à La Mecque, mais résidait à Sanaa où il mourut. On raconte qu’il fut le premier à importer des plaques de verre au Yémen, et qu’il envoya à l’imâm al-Mahdî cAbbâs divers cadeaux et des plaques de ṣinî al-qîšânî. Il construisit un dîwân à bustân al-Mutawakkil et tapissa ses murs de ce ṣînî7.

54La famille est originaire du Ḥaḍramawt, mais eut des migrants dans tout le Croissant fertile et en Iran. Le grand-père du propriétaire était un commerçant importateur de tissus, de tombac et de tapis iraniens qui arrivaient par voie de mer à al-Ḥudayda. Y a-t-il filiation entre ce personnage et celui que cite al-cAmrî ? C’est possible, mais nous ne pouvons le prouver.

55Au début du xxe siècle, le père de l’actuel propriétaire quitta le quartier al-Bâša où il résidait et s’installa à bi’r al-cAzab. Il aida l’imâm à organiser une armée, après le départ des Turcs. C’est lui qui construisit la maison ici présentée. cAwnî évoque une maison antérieure bâtie en pisé, à l’est de la propriété, dont on voit encore la porte d’entrée, mais murée.

56La propriété est située à l’est d’une demeure d’un des fils de l’imâm Yaḥyâ, Sayf al-Islâm Abbâs. C’était au début du xxe siècle une terre d’environ 80 m de largeur sur 150 m de longueur. « Cultivée comme un verger et un jardin, elle produisait chaque année plus de cent qadaḥ de blé (un qadaḥ mesure deux tanak environ). Treilles, grenadiers, abricotiers, mûriers et noyers alimentaient la famille en fruits frais. »

Fig. 29. Bayt al-cAgami : coupe ouest / est.
1. Vestibule inférieur ; dihlîz
2. Bergerie ou réserve
2b. Pièce à mi-niveau
5. Chambre ?
13. Pièce de réception, dîwân
14 et 15. Chambres à coucher
19. Vestibule d’étage, ḥiğra 21.
21. Pièce de réception, dîwân
26. Chambre à coucher ou manẓar
27. Edicule d’accès à la terrasse sommitale, ğubâ

  • 8 Marçais, Bazmee Ansari, 1960.

57Le puits, bi’r, était complété d’une rampe en plan incliné, mirnac, que trois dromadaires descendaient en tirant des cordes qui remontaient des récipients contenant l’eau. On faisait aussi ce travail avec des ânes (phot. 7, 2). Pour que le bassin serve en même temps de réservoir pour irriguer les jardins, il était nettement surélevé par rapport à eux, et on y accédait par cinq ou six marches. Le mafrağ de rez-de-chaussée, orienté vers le sud, qu’on voit encore aujourd’hui, fut le premier bâtiment construit, « du temps des Turcs, sous le gouvernorat de Nascât Pâšâ, un peu avant que l’imâm Yaḥyâ ne prenne le pouvoir ». Il fut complété d’une autre pièce et l’ensemble avait la forme de la lettre L ouvert sur un bassin alimenté par le puits tout proche. L’ensemble reprend donc un des grands thèmes de l’architecture d’eau et de jardins que l’Islam a particulièrement goûté : l’eau nécessaire à l’irrigation est d’abord utilisée dans un dispositif de plaisance8. L’appareil de pierre polychrome, assez soigné, est un bon exemple du travail de la pierre au début du siècle (pl. 9c).

58La maison étudiée ici fut bâtie dans les années 1910. De hauteur modeste, elle ne comprenait qu’un étage.

59Au rez-de-chaussée, le vestibule rectangulaire (fig. 30, n° 1), traversé par un arc parallèle au plan de la porte, est dallé de pierre calcaire. Juste à droite en entrant, un escalier de six marches raides mène à une réserve de mi-niveau (n° 2b). Au pied de cet escalier, l’entrée d’une bergerie (n° 2), suivie plus loin d’autres pièces (n° 3 et 4), toutes deux basses de plafond car elles possèdent des réserves au-dessus d’elles. A l’ouest du dihlîz s’ouvrent deux pièces. L’une, à l’angle sud-ouest, devait être une chambre (n° 5) ; la seconde, beaucoup plus petite, donne accès à une réserve d’entresol, à laquelle on accède difficilement par deux marches creusées à même le mur. Au pied de l’escalier (n° 9), sont situés deux moulins à bras d’assez grandes dimensions (n° 10). L’escalier possède un quṭb rectangulaire soutenant des volées de quatre et trois marches.

Fig. 30. Bayt al-cAğamî : plan du rez-de-chaussée.
1. Vestibule inférieur, dihlîz
2, 3, 4, 7 et 8. Bergeries ou réserves
5 et 6. Chambres ?
9. Escalier
10. Moulins à bras
11. Lieu où tombent les excréments

60La ḥiğra du premier étage (fig. 31, n° 12) dessert un grand dîwân (n° 13) orienté à l’ouest et au sud. Les quatre fenêtres du mur de long pan sont surmontées d’arcs enchâssant des plaques d’albâtre toujours en place (pl. 15 a-c) ; celles du mur sud ont pu être remplacées récemment par des vitraux. Les arcs encadrent des šâqûṣ ; deux sont fermés par de petits vitraux, deux peuvent s’ouvrir. La porte ouvre dans le mur de long pan opposé, à peu près au quart de la longueur, selon une disposition très classique. La ḥiğra desservait également trois chambres (n° 14, 15 et 17). Chaque porte de la ḥiğra, sauf celle des toilettes (n° 16), est surmontée d’un vitrail ; trois d’entre eux représentent des sceaux de Salomon. De l’escalier, on pénètre directement dans la chambre n° 18.

Fig. 31. Bayt al-cAğami : plan du premier étage.
9. Escalier
12. Vestibule d’étage, ḥiğra
13. Pièce de réception, dîwân
14, 15 et 18. Chambres à coucher
16. Toilettes
17. Ancienne chambre à coucher transformée en dayma

61Quand la maison n’avait qu’un étage, la cuisine était faite à l’extérieur de la maison, dans un appentis sans fenêtre qui subsiste encore aujourd’hui. Le père de l’actuel propriétaire décida de construire un second étage à la maison principale, « en 1936, juste au moment où Mussolini occupait l’Ethiopie ». Il transforma en dayma la chambre nord-est du premier étage (n° 17), cuisine avec fours à pain. Il mura partiellement les baies, celles du mur nord et une baie du mur est. La dayma garde jusqu’à aujourd’hui certains traits d’une chambre comme les petites étagères de plâtre, et surtout un éclairage exceptionnel pour une dayma, lieu généralement très sombre. Laisser la fumée s’échapper par des lucarnes aurait sali la façade. Faire une cheminée sur une terrasse aurait fait perdre de la place dans la chambre supérieure : le maçon a donc encastré les conduits de fumée à l’intérieur même du mur de façade en briques. Ils débouchent à la terrasse sommitale sous de petits dièdres de briques formant toit à deux pentes, solution fréquemment adoptée en d’autres maisons.

Fig. 32. Bayt al-cAgami : plan du deuxième étage.
9. Escalier
19. Vestibule d’étage, ḥiğra
20. Antichambre
21. Pièce de réception, dîwân
22. 23 et 26. Chambres à coucher ou manẓar
24. Toilettes
25. Ancienne réserve ?

62La ḥiğra du second étage (fig. 32, n° 19) est un peu exceptionnelle par sa largeur, à la limite des pièces de bois disponibles au Yémen à l’époque de la construction. Un grand arc lui donne de la solennité, sans jouer de rôle de structure : il pourrait très bien être remplacé par des poutres en bois, comme ailleurs dans la pièce. Mais il a sans doute été prévu par le maçon-architecte pour un troisième étage éventuel : l’arc permettrait de disposer d’une solide assise pour construire un mur, en laissant la liberté de disposer les pièces comme l’on voudrait. Mais le plus exceptionnel est sa large ouverture vers le sud par trois baies sommées d’un arc décoré d’un tout petit vitrail segmentaire. Ces baies semblent avoir été voulues dès la construction. L’examen de la façade ne montre pas de retouche, semble-t-il.

  • 9 Ragette, 1980, surtout chap. 4, « The Central Hall House ».

63Dans la menuiserie des fenêtres, une traverse dormante indique l’emplacement où aurait dû se trouver le linteau de bois disposé habituellement entre fenêtre et vitrail. Ces trois baies évoquent clairement la maison libanaise9, et il n’est pas interdit d’émettre l’hypothèse d’une influence. Les autres murs sont sans décoration, à l’exception de petits vitraux disposés au-dessus de chaque porte, sauf celle des toilettes. Le vitrail entre ḥiğra et chambre sud-est est décalé par rapport à la porte, ce qui introduit une dissymétrie plaisante. Le dîwân, qui n’a pas de porte ouvrant directement sur la ḥiğra, communique cependant avec elle par deux petits vitraux : comme si l’on voulait établir un lien entre les habitants, connaître leur état de veille ou de sommeil, entendre un enfant qui se plaint dans son sommeil, voire contrôler ?

64Le sol de la ḥiğra est pavé de carrelages agglomérés dessinant de grands rectangles aux couleurs différentes. Une légère pente dirige les eaux vers la porte des toilettes, sous laquelle elles passent par un tuyau. Toutes les portes donnant sur la ḥiğra possèdent un léger seuil créé par la traverse inférieure du cadre de la porte, scellée dans le sol : il faut l’enjamber pour entrer dans les pièces, dont le sol est très légèrement surélevé par rapport à celui de la ḥiğra.

65Le dîwân (n° 21) est précédé d’une antichambre (n° 20) équipée d’un šubbâk de brique où de nombreux crochets attendent des gargoulettes à rafraîchir ; elle dessert aussi une chambre située à l’angle nord-ouest (n° 22). Le sol est incliné vers l’angle sud-ouest où un trou permet l’évacuation des eaux vers la façade. Les portes présentent toutes leurs traverses vers cette pièce où à l’évidence on ne peut vivre, gardant leur beau côté soit pour la ḥiğra, soit pour le dîwân ou la chambre.

66Le dîwân du second étage frappe les visiteurs par son harmonie. Sur le mur de long pan orienté à l’ouest, un grand ğarf est encadré de deux ṭâqa, disposition très commune pour les constructions de cette époque. Les arcs possèdent deux grilles de plâtre. Comme le soleil déclinant, passant à travers les vitraux, pourrait gêner les hôtes du dîwân, on a doublé le vitrail extérieur de tissu blanc, déchiré à la longue. Les décors en miḥrâb créent discrètement l’unité décorative de la pièce : sur les deux battants de la porte, de part et d’autre de la porte sous des étagères d’angle, puis un peu plus loin, peints à l’encre sur la porte d’un petit placard. Et surtout ils surmontent tous les vitraux, soit en simple accolade, soit légèrement polylobés. Nous retrouvons les mêmes décors dans la chambre sud-est (n° 26).

67Sur la ğubâ, un petit édifice (fig. 28, 29, n° 27) protège de la pluie l’arrivée de l’escalier. Tous les murs de la maison se prolongent sur 60 à 70 cm de hauteur : ils pèsent ainsi sur les extrémités des troncs qui soutiennent la terre de la couverture et les empêchent de se soulever à la longue. Le sol est de terre battue et oriente les eaux de pluie vers des mîzâb en bois. Seule la partie qui précède la traversée du mur par les eaux est recouverte d’un enduit, sur un à deux mètres de largeur.

68A la mort du père du propriétaire, un partage du terrain intervint entre ses fils.

69cAwnî hérita de la partie orientale de la propriété. Il y fit construire en 1365/1945 une « maison toute en pierre », adossée à la ruelle existante. C’était dans le goût de l’époque : dâr aš-Šukr venait d’être achevée peu de temps avant. Plus tard, il la loua, avec le terrain adjacent, à l’ambassade des États-Unis qui occupait déjà la grande bayt Ḥusayn al-Ḥalâlî, n° 224, et qui désirait disposer de plus de terrain au-delà de l’étroite ruelle qui sépare les deux propriétés.

70Pour se reloger, il fit construire dans les années 1970 la maison à rez-de-chaussée et trois étages, à l’est de la maison étudiée. Il y loge avec ses trois fils mariés. « Nous avons tout en commun, la nourriture, la cuisine, le pain, mais pour les chambres à coucher, chaque famille a un niveau. » Le pain est cuit dans une dayma de rez-de-chaussée, le long de la ruelle.

71cAwnî a fait également construire une maison un peu plus loin, à bi’r aš-Šams, pour la louer. « Il s’agit, explique-t-il, d’une “maison moderne traditionnelle”, ḥadît-qadîm (sic, il juxtapose les deux mots sans liaison). J’y ai fait aménager trois salles de bain qui ont chacune un cabinet à la turque, un cabinet à l’occidentale, franğî, un lavabo et une baignoire. Chacune de ces salles de bain m’a coûté plus de 40 000 riyals, avec des carrelages italiens. Les murs sont en pierre et en brique, ils sont décorés de plâtre et de vitraux, mais la couverture est une dalle de béton qui est plus durable que les terrasses en terre. J’ai voulu joindre la solidité, quwwa, et la beauté, ğamâl. »

Notes

1 Nous remercions le cadi Ismâcil al-Akwac pour ces renseignements, ainsi que Marie-Christine Danchotte qui l’a interrogé à ce sujet.

2 D’après la chronologie des imâms du Yémen in : Yaḥyâ b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim b. Muḥammad b. cAlî, Ġâyat al-amânî fî aẖbâr al-quṭr al-yamânî, (p. 41). D’après le livre Ibn al-Amîr wa casri-hi, (p. 89), il aurait cédé le pouvoir en 1127 à l’imâm al-Manṣûr al-Ḥusayn.

3 Coran, sour. XXI, Les Prophètes, v. 30, trad. J. Berque.

4 Dorothée Wahren, architecte diplômée, appartenant au Service volontaire allemand, travaille en 1992 au Yémen pour l’Organisation générale de sauvegarde des villes historiques (GOPHCY). Nous la remercions vivement d’avoir bien voulu nous confier gracieusement les plans et une coupe pour édition dans cet ouvrage. Nous remercions aussi le GOPHCY qui en a permis la publication.

5 Lewcock, 1983b, p. 438, fig. 22.1.

6 Lewcock, Akwac, Serjeant, 1983f, p. 505b.

7 cAmrî, 1984, p. 70, n. 3. Le ṣînî désigne des carreaux de céramique peinte sous glaçure qui connurent un si vif succès dans la Turquie ottomane, par les célèbres ateliers d’Iznik. A notre connaissance, il n’existe plus de salle possédant encore de tels décors à Sanaa.

8 Marçais, Bazmee Ansari, 1960.

9 Ragette, 1980, surtout chap. 4, « The Central Hall House ».

Notes de fin

* Maria MARÉCHAUX, architecte
Pascal MARÉCHAUX, architecte
Gérard ROBINE, architecte
Jeanne-Marie GENTILLEAU, architecte
Dorothée WAHREN, architecte.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. La façade méridionale de bayt cAbd al-Qâdir, n° 175.La seconde femme est habillée du šaršaf, voile noir d’origine ottomane. Il est devenu le vêtement de sortie obligé de nombreuses citadines.« Pour qui donc m’habiller et faire des élégances ?[...]Pour qui ces vêtements délicatsDans lesquels ma jeunesse malheureuse cherche querelle ?[...]Qui verra jamais les sources de mon charme ?Les ténèbres.Et je vais dans mon cherchef clos,Tente noire,Enchaînée dans mon humiliante prison. [...]Je suis un petit torrent de jeunesse blesséeQui s’est brisé dans l’espace confiné.[...]O toi qui cherche la beauté des fleursIl y a là tout un jardin dans lequel je sombreMais je ne suis qu’un cherchef obscur,environné de malédictionsPersonne ne chantera ma beautéEt pour elle, le temps sera sans pitié. »Muhammad aš-Šaraff, Les Larmes des cherchefs, Sanaa, nov. 1965, cité par Fayein, 1990, pp. 91-92.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 1. Bayt az-Zubayrî : coupe sud / nord.Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir et blanc égale un mètre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 2. Bayt az-Zubayrî : coupe ouest / est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Phot. 2. Bayt az-Zubayrî. Les deux rawwâqa superposées de la façade orientale.Ces rawwâqa créent un espace en retrait de la façade, mais qui n’est pas un véritable balcon.Phot. 3. Bayt az-Zubayrî. La partie en retrait de la façade sud, partie supérieure.Phot. 4. Bayt az-Zubayrî. La partie en retrait de la façade sud, partie inférieure.Phot. 5. Bayt az-Zubayrî. L’angle sud-est de la maison, partie supérieure.Phot. 6. Bayt az-Zubayrî. La porte donnant accès à la cour, à l’est de la maison.Structure courante de porte extérieure à Sanaa, avec porte-guichet, appelée « poussin ».Phot. 7. Bayt az-Zubayrî. L’angle sud-est de la maison, partie inférieure.Au premier étage, on voit les jours noircis correspondant à la dayma (fig. 5, n° 13), et la descente des eaux usées correspondant au sâḥil.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Phot. 8 et 9. Bayt az-Zubayrî. La façade occidentale.8. Façade ouest, à droite, et façade nord, à gauche. Les deux triangles de briques ajourées soulignées de blanc correspondent à une pièce où les courants d’air rafraîchissent les boissons, bayt aš-šurba.9. Façade ouest, à gauche, et partie de la façade sud, à droite. Pour celui qui vit dans bayt az-Zubayrî, la façade occidentale est complètement aveugle, parce qu’elle domine un voisin dont l’intimité doit être préservée (cf. phot. 14). Les oculi superposés sont fermés d’albâtre : ils donnent de la lumière dans la pièce sans permettre de voir à l’extérieur. Deux fenêtres, à gauche, ont été murées. Quant aux briques ajourées de la bayt aš-šurba, elles ne permettent pas de passer la tête, et ne sont donc pas considérées comme pouvant gêner l’intimité des voisins.Art d’habiller une façade qui pourrait être nue par les bandeaux de briques, les oculi, les arcs aveugles et les décors de plâtre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 3. Bayt az-Zubayrî : plan du rez-de-chaussée.1. Rue2. Cour3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz4. Anciens entrepôts commerciaux ?5 et 6. Réserves familiales, entrepôts commerciaux, bergeries, écuries ?7. Escalier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 4. Bayt az-Zubayrî : plan de l’entresol.7. Escalier8. Pièce des moulins à bras9. Pièce des bacs à grains
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 5. Bayt az-Zubayrî : plan du premier étage.7. Escalier10. Vestibule d’étage, ḥiğra11. Chambre12. Toilettes13. Cuisine des fours à pain, dayma14. Chambre transformée en réserve (fenêtres murées) ?15. Chambre transformée en réserve (fenêtres murées) ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 6. Bayt az-Zubayrî : plan du deuxième étage.7. Escalier16. Vestibule d’étage, ḥiğra17. Réserve ?18. Chambre, makân19. Toilettes20. Chambre, makân ?21. Pièce de réception, dîwân
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 7. Bayt az-Zubayrî : plan du troisième étage.7. Escalier22. Vestibule d’étage, ḥiğra23. Chambre ?24. Chambre ?25. Toilettes26. Pièce de réception, dîwân27. Chambre à coucher28. Terrasse d’étage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 8. Bayt az-Zubayrî : plan du quatrième étage.7. Escalier29. Chambre, makân ?30. Réserve, chambre ?31. Chambre32. Vestibule d’étage, ḥiğra33. Toilettes34. Chambre, makân35. Terrasse d’étage36. Chambre à coucher
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 9. Bayt az-Zubayrî : plan du cinquième étage.37. Antichambre du manẓar38. Manẓar39. Dégagement40. Pièce des boissons, bayt aš-šurba41. Terrasse sommitale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Phot. 10 et 11. Bayt az-Zubayrî, façade sud.Les groupes de jours encadrés de blanc sont ceux de l’escalier, bâti de manière assez étrange sur la façade méridionale qui offre un bon exemple de la manière dont les plâtriers animent les façades (phot. 11). La phot. 10, plus récente, montre que le dernier artisan n’a pas repris les fantaisies décoratives de son prédécesseur : nombre de décors n’ont pas été reblanchis.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Phot. 12 à 14. Bayt az-Zubayrî. Les façades septentrionales.Assises de pierres polychromes au niveau du 1er étage vrai. Les fenêtres de deux pièces situées à ce niveau ont été murées (phot. 12 et fig. 5, n°14 et 15). Des conduits en matériaux modernes se superposent à la descente des eaux usées en façade (phot. 13-14).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Phot. 15 à 19. Bayt az-Zubayrî. Des menuiseries de qualité.Bayt az-Zubayrî se signale notamment par des menuiseries de qualité, le maître de maison ayant su résister manu militari au pillage de 1948.15. Battant de šubbâk en bois découpé à jour. Le motif appelé ğarâ’id se développe à partir d’un sceau de Salomon.16. Šâqûṣ -gigognes dans un contrevent.17. Volets de bois équipés de šâqûṣ.18. Porte du dîwân du second étage.19. Šubbâk en bois découpé à jour.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 10. Bayt aš-Šâmî : plan du rez-de-chaussée.1. Dihliz2. Réserve3. Réserve4. Réceptacle des excréments solides5. Escalier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 11. Bayt aš-Šâmî : plan de l’entresol.4. Descente des excréments solides6. Pièce des moulins à bras7. Réserve
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 12. Bayt aš-Šâmî : plan du premier étage.5. Escalier8. Ḥiğra9. Dîwân10. Pièce non visitée : chambre, dîwân ?11. Toilettes12. Pièce non visitée : réserve, cuisine ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Phot. 20. Bayt aš-Šâmî, n° 92. Les réserves d’eau en bas de la maison.Bénédiction de l’eau par le verset du Coran peint sur la tôle : « A partir de l’eau, Nous avons constitué toute chose vivante. »Phot. 21. Bayt aš-Šâmî. Porte intérieure du dihlîz, vers l’escalier.Décor de couronnement constitué par les merions d’angle de la ğabha, pièce de bois horizontale au-dessus de la porte-guichet.Phot. 22. Bayt aš-Šâmî. Vue d’ensemble du vestibule inférieur, dihlîz.A l’arc du premier plan, habituel dans les dihlîz, s’ajoutent les deux arcs soutenus au centre par une colonne, trait rare et qui semble un indice de maison ancienne.Phot. 23. Bayt aš-Šâmî. Couronnement d’une porte entre la ḥiğra et une pièce, au premier étage.Baies géminées surmontées d’un oculus, tous fermés par des plaques d’albâtre. Agencement fréquent dans des maisons datant au moins du xviiie s. AD.Phot. 24. Bayt aš-Šâmî. Les moulins à bras, dans l’entresol.Noter les récipients en bois, anciennes mesures à céréales.Phot. 25. Bayt aš-Šâmî. Porte de kumma, étage supérieur.Décor sculpté en « taille arabe », avec des thèmes décoratifs fréquents : en bas, médaillon fuselé, trunğa, inscrit dans un panneau en miḥrâb, et, en haut, sceau de Salomon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 13. Bayt cAbd al-Qâdir : coupe ouest / est.4. Puits6. Pièce des moulins à bras, raḥâ, maṭḥan7. Réserve en demi-niveau8. Réserve ou bergerie9. Lieu où tombent les excréments solides, masqaṭ10. Escalier12. Réserve des bacs à grains, ḥaqb13. Réserve16, 17 et 19. Dîwân ou chambre20. Cuisine des fours à pain, dayma21. Toilettes23. Pièce de réception, manẓar24. Terrasse sommitale, ğubāDétail montrant la recherche décorative dans la maison, malgré sa petitesse : aux 2e et 3e étages, deux petits arcs surmontent la première marche, montante ou descendante, de l’escalier. Ils ne sont pas techniquement utiles ; à preuve, il n’y en a pas au 1er étage, moins prestigieux. Au rez-de-chaussée, sans doute pour l’œil du visiteur, les trois arcs sont rehaussés de joints rubannés en plâtre ; l’arc de droite surmonte l’accès au puits, n° 4.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 14. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du rez-de-chaussée.1. Ruelle au nord de la maqšama al-Qâsimî2. Maqšama Barrûm3. Vestibule inférieur ; dihlîz4. Puits5. Réserve ou bergerie6. Pièce des moulins à bras, raḥâ, maṭḥan7. Réserve en demi-niveau8. Réserve ou bergerie9. Lieu où tombent les excréments, masqaṭ10. EscalierL’étroitesse de la parcelle ne permet pas d’équiper le dihlîz (n° 3) de la porte qui précède habituellement les escaliers dans les maisons plus vastes. Malgré l’exiguïté du lieu, un arc de la largeur du vestibule ennoblit l’entrée, bien qu’il n’ait aucun mur à soutenir à l’étage supérieur. Deux arcs plus petits lui répondent.Le puits (n° 4) est situé sous la seconde volée de l’escalier, mais ne peut desservir que le rez-de-chaussée : l’exiguité de la maison empêche de maçonner un conduit vers les étages. Sa profondeur est de 25 m, mais il est complètement tari aujourd’hui, le niveau de la nappe ayant beaucoup baissé. Un petit battant de bois, fermé d’une serrure type « brosse à dents », en interdit l’accès aux enfants. Derrière, deux traverses sont scellées dans les murs latéraux ; elles sont elles-mêmes reliées par deux montants supportant l’axe de la poulie de bois (phot. 41, 7).A l’est, une petite pièce (fig. 14, n° 5) servait probablement d’abri pour quelque petit bétail (il subsiste ce qui ressemble à une mangeoire), mais aussi d’espace de transition avant la pièce n° 6, au sol de terre battue, où les femmes actionnaient trois moulins à bras, maṭḥan, raḥâ, nombre élevé pour une maison relativement petite. Des piliers de briques supportent une maçonnerie sommaire sur laquelle reposent les meules dormantes.Au-dessus de la moitié de la pièce n° 5 et de toute la pièce n° 6, s’étend une pièce en demi-niveau (fig. 13, n° 7), qui servait autrefois de réserve à vaisselle à usage non quotidien, que l’on sortait pour les munâsabât : grands chaudrons, dusût, plateaux, poteries, crachoirs, et de réserves à coussins et accoudoirs.A l’ouest du dihlîz, une pièce à usage non déterminé (n° 8), aujourd’hui occupée par le réservoir d’eau inférieur de la maison. Le long du mur nord, existait peut-être un bac à céréales. Dans l’angle nord-ouest (n° 9), on voit le bas du conduit vertical, masqaṭ, où tombaient les excréments solides, qu’on extrayait par une ouverture donnant sur la maqšama (n° 2).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 15. Bayt cAbd al-Qâdir : plan de l’entresol.10. Escalier11. Palier12. Réserve des bacs à grains, ḥaqb13. Réserve14. Toilettes, muṭhâr, zulîCet étage a les fonctions d’un entresol, mais sa hauteur sous plafond atteint presque celle des étages supérieurs. Le palier de l’escalier dessert à l’est une réserve à grains, comprenant deux bacs maçonnés enduits de qaḍâḍ.Après avoir monté une volée de l’escalier, une porte donne accès aux toilettes situées en contrebas, au niveau de l’entresol.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 16. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du premier étage.10. Escalier15. Palier16 et 17. Dîwân ou chambre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 17. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du deuxième étage.10. Escalier18. Palier19. Dîwân ou chambre20. Cuisine des fours à pain, daymaLa fumée des fours à pain, tannûr, s échappe soit par une cheminée qui débouche sur la terrasse supérieure (fig. 19, n° 24), soit par des jours situés dans la façade sud de la maison (phot. 1), et qui surmontent un šubbâk. Sur le mur nord de la dayma est installé le sâḥil, à environ 20 cm au-dessus du sol de la cuisine, constitué de pierre ḥabaš bien jointoyées. Les murs au-dessus du sâḥil sont lambrissés de qaḍâḍ. Deux battants de bois s’ouvrent sur le jardin en contrebas, tandis qu’une réserve occupe l’angle nord-ouest, moins le conduit du masqaṭ. Mais le sâḥil se prolonge sous le placard. Tout le quart nord de la dayma est situé sous le demi-niveau des toilettes (fig. 18, n ° 21) : la disposition des lieux montre bien la position accroupie des femmes pour laver la vaisselle, les légumes et préparer les plats.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 18. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du demi-niveau au-dessus du deuxième étage.10. Escalier18. Palier19. Dîwân ou chambre20. Cuisine des fours à pain, dayma21. Toilettes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 19. Bayt cAbd al-Qâdir : plan du troisième étage.10. Escalier22. Palier23. Pièce de réception, Manẓar24. Terrasse sommitale, ğubâCet étage est celui de la réception. Il ne possède qu’une seule pièce, un Manẓar. La porte est fabriquée en bel « assemblage arabe » et s’ouvre de manière à ce que son beau côté soit toujours visible : en début de séance de qât, le battant reste ouvert face aux visiteurs qui montent les derniers degrés de l’escalier. Puis, quand une chaleur moite est requise, la porte fermée laisse toujours voir son parement aux hôtes assis dans la pièce. Quatre fenêtres surmontées de vitraux procurent une bonne vue sur la ville. Il aurait été intéressant de savoir où se situaient les places d’honneur dans ce cas, mais l’abandon de la maison par ses habitants d’origine ne l’a pas permis.Les toilettes du demi-niveau inférieur (fig. 18, n° 21) étaient toutes proches de la pièce de réception, permettant ainsi aux hôtes de s’y rendre sans gêner l’intimité du reste de la maison. Toujours pour le confort des hôtes, le palier possède au-dessus de l’escalier un placard surmonté d’une pièce miniaturisée pour rafraîchir les boissons, bayt aš-šurba
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 20. Bayt cAbd al-Qâdir : plan des terrasses de couvrement.Les terrasses de couvrement sont caractérisées par la multiplicité de leur niveaux : de la petite ğubâ (n ° 24), on grimpe sur la couverture des toilettes, puis sur celle du palier et du manẓar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 21. Bayt al-Hamdânî : forme de la parcelle et implantation des bâtiments.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 22. Bayt al-Hamdânî : l’ensemble des bâtiments au niveau des jardins.1. Entrée principale vers le mafrağ de rez-de-chaussée et le parc2. Porte de service3. Porte d’accès à la maison4. Porte vers le ḥammâm5. Mafrağ de rez-de-chaussée, mafrağ arḍî6. Pièce de réception7. Bassin8. Coupoles et voûtes en berceau du ḥammâm en sous-sol9. Anciennes réserves ou écuries ?11. Loge du gardien12. Pièce attenante au puits, buanderie ?12. Cour (réservée aux femmes ?)13. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz14, 15, 16, 17. Pièces à usage non connu18. Escalier19, 20, 21, 22. Pièces à usage non connu23. Escalier descendant aux bains du sous-sol
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 23. Bayt al-Hamdânî : les bains du sous-sol et leur accès.Les bains étaient accessibles depuis la maison en 23. Mais le ḥammâm est une forme de sociabilité : pour recevoir parents et amis sans déranger l’intimité de sa propre famille, le cheikh avait fait installer une entrée sur la rue (n° 4), qui, par un souterrain (n° 24), conduisait aux bains. L’entrée 23 pouvait être fermée. La chaudière était en 25.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 24. Bayt al-Hamdânî : plan du 1er étage.18. Escalier26. Vestibule d’étage, ḥiğra27. Pièce de réception, dîwân28. Chambre29. Chambre30. Pièce des boissons31. Toilettes32. Chambre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 25. Bayt al-Hamdânî : plan du 2e étage.18. Escalier33. Vestibule d’étage, ḥiğra34. Chambre ou manẓar35. Chambre ou manẓar36. Chambre37. Chambre38. Cuisine, maṭbah39. Toilettes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 26. Bayt al-Hamdânî : plan du 3e étage.18. Escalier40. Vestibule d’étage, ḥiğra41. Chambre à coucher42. Antichambre43. Manẓar44. Manẓar45. Chambre46. Manẓar47. Chambre48. Pièce des boissons, bayt aš-šurba49. Toilettes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 27. Bayt al-Hamdânî : plan du 4e étage, celui du mafrağ.18. Escalier50. Antichambre51. Pièce de réception, mafrağ52. Dégagement53. Toilettes des hôtes54. Pièce des boissons, bayt aš-šurba
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 28. Bayt al-Agamî : coupe nord / sud.1. Vestibule inférieur, dihlîz9. Escalier10. Moulins à bras12. Vestibule d’étage, ḥiğra14. Chambre à coucher19. Vestibule d’étage, ḥiğra27. Edicule d ‘accès à la terrasse sommitale, ğubâ
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 29. Bayt al-cAgami : coupe ouest / est.1. Vestibule inférieur ; dihlîz2. Bergerie ou réserve2b. Pièce à mi-niveau5. Chambre ?13. Pièce de réception, dîwân14 et 15. Chambres à coucher19. Vestibule d’étage, ḥiğra 21.21. Pièce de réception, dîwân26. Chambre à coucher ou manẓar27. Edicule d’accès à la terrasse sommitale, ğubâ
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 30. Bayt al-cAğamî : plan du rez-de-chaussée.1. Vestibule inférieur, dihlîz2, 3, 4, 7 et 8. Bergeries ou réserves5 et 6. Chambres ?9. Escalier10. Moulins à bras11. Lieu où tombent les excréments
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 31. Bayt al-cAğami : plan du premier étage.9. Escalier12. Vestibule d’étage, ḥiğra13. Pièce de réception, dîwân14, 15 et 18. Chambres à coucher16. Toilettes17. Ancienne chambre à coucher transformée en dayma
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 32. Bayt al-cAgami : plan du deuxième étage.9. Escalier19. Vestibule d’étage, ḥiğra20. Antichambre21. Pièce de réception, dîwân22. 23 et 26. Chambres à coucher ou manẓar24. Toilettes25. Ancienne réserve ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4409/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter