Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 3. Constantes et variations

Chapitre 14. Bayt M

Texte intégral

1Relevés architecturaux par Maria et Pascal MARÉCHAUX

2Texte et photos par Jean-Charles DEPAULE

Phot. 1. Bayt M., premier étage. Le dîwân d ’I. (fig.9, n°9).
Vue d’ensemble en direction du ra’s al-makân.
Photo : Jean-Charles DEPAULE

3Cette maison, construite au début du siècle, est occupée par trois frères, descendants d’une famille qui a donné un imâm au Yémen : I., commerçant au souk des étoffes, puis changeur (dans le même souk), M. et A.M., fonctionnaires. Leur frère aîné habite une villa dans un quartier nouveau, mais c’est dans la demeure familiale qu’il a célébré les noces de sa fille avec un voisin. A côté, au sud, sur la même parcelle, dans une petite bâtisse séparée par un étroit pas- sage, vit un de leurs cousins, qui appartient à la génération de leur père, avec son fils qu’ils traitent comme un frère cadet.

4Comme il est fréquent chez les vieilles familles de Sanaa, ils possèdent des terres dans les environs, à ar-Rawḍa où ils vont en villégiature. Leur mère, qui est veuve, y réside.

5La répartition des trois étages d’habitation entre les trois frères et leurs familles - réalisée selon eux d’un commun accord - ne paraît pas correspondre exactement à la définition « canonique », selon laquelle la partie supérieure de la maison est affectée à l’homme hiérarchiquement le plus élevé. Le plus âgé des trois frères, I., occupe avec sa femme et ses trois enfants (une fille et deux garçons) tout le premier étage, dont le diwân est le plus spacieux, « prolongé » au niveau immédiatement inférieur par une cuisine « moderne », maṭbaẖ. Il utilise aussi, au dernier étage, le mafraǧ en face duquel le frère cadet, A.M., divorcé, sans enfant, a installé sa « chambre à coucher » meublée à l’européenne. M., son épouse, leur fils et leur fille sont logés au second, où une pièce est réservée à la mère pour ses séjours à Sanaa.

6La maison a été sensiblement modernisée, sans innovations ostentatoires cependant, à l’exception de la chambre à coucher de A.M. Des traces de pratiques tombées en désuétude sont encore visibles, comme par exemple un peu partout les chaînes auxquelles on suspendait naguère les lampes à huile. D’autres dispositifs anciens sont encore en service : l’évier de pierre de la cuisine, ou une partie du système d’évacuation des eaux usées qui continuent de s’écouler sur le sol jusqu’à une descente qui a été installée à l’extérieur (fig. 1), ou la corde permettant de tirer à distance le loquet de la porte de la rue, qui traverse la maison jusqu’à la dayma (cf. commentaire de la fig. 11), au dernier étage.

7La menuiserie des fenêtres a été renouvelée, les anciens volets (comprenant des panneaux ajourés occultés par des panneaux pleins pivotants) ont été remplacés par des châssis vitrés que doublent des rideaux. Les commodités induites par l’installation de l’électricité, de l’eau courante, et l’utilisation du gaz butane ont été intégrées : eau chaude, lavabos, douche, réfrigérateurs, ventilateurs, fer à repasser, réchauds et cuisinières; téléphone, radios, téléviseurs et vidéo.

8Les formes et la disposition de l’ameublement n’ont pas été profondément bouleversées, on continue à s’asseoir et à dormir au niveau du sol. La nouveauté est perceptible dans des éléments du décor (des photographies, principale- ment), dans les matières, les étoffes, synthétiques pour la plupart, dans les revêtements du sol et des murs : selon les pièces, le linoléum, la moquette, les carreaux de céramique (sur le rebord des fenêtres des deuxième et troisième étages, côté jardin) et la peinture coexistent avec le plâtre, guṣṣ, l’enduit de qaḍâḍ et les tapis. Outre l’ensemble « chambre à coucher » appartenant à A.M., un mobilier plus encombrant a commencé d’être introduit, des armoires, essentiellement, qui viennent compléter ou remplacer les coffres et les niches ou placards ménagés dans l’épaisseur des murs. Elles prennent place surtout dans l’espace traditionnellement vide de la ḥiǧra, où elles occultent en partie ou complètement le šubbâk, rendu obsolète par l’existence de réfrigérateurs.

Phot. 2-3. Bayt M., premier étage. Le dîwân d’I. (fig. 9, n° 9).
2- Le ra’s al-makân, détail.
3- Détail du mur ouest.
Photos : Jean-Charles DEPAULE

Phot. 4. Bayt M., premier étage. Un angle de la pièce n° 11, fig. 9.
Photo : Jean-Charles DEPAULE

9L’évolution vers une spécialisation fonctionnelle de l’espace est moins perceptible que dans d’autres maisons. En revanche la présence de quatre récepteurs de télévision - nombre qui n’a rien d’exceptionnel à Sanaa - ainsi que d’un réfrigérateur à chaque étage, le partage des resserres et débarras, qui sont fermés à clé, et la création d’une cuisine affectée à la femme d’I. participent d’une tendance à une certaine « individualisation » de la vie domestique.

Fig. 1. Bayt M. : élévation nord-est sur la rue.
Les deux parties dont se compose la maison sont aisément identifiables : le - socle » quasi aveugle - contenant, au rez-de-chaussée, le vestibule d’entrée, l'étable, et, en mezzanine, diverses resserres et réserves - et les trois étages d’habitation. Une lucarne a été percée dans la partie inférieure, tout à fait à droite, pour éclairer une cuisine « moderne » qui a été aménagée récemment.
De petites bretéches à claire-voie, šubbâk, sont disposées de telle sorte que l’angle de vue qu’elles offrent permet de contrôler, à l’abri des regards, la rue et l’accès de la maison. Celles des deux premiers étages prolongent le vestibule, higra, celle du troisième correspond à la cuisine, dayma (fig. 11, n° 22), et le mur entourant la terrasse du toit en comprend trois.
La maison est attenante à sa voisine de droite.
Un mur, à gauche, enclôt la parcelle, « filant » jusqu’à la bâtisse suivante qui est au même alignement. La porte percée dans ce mur ouvre, à l’intérieur, sur une courette, hawî, prolongée par un passage, zuqzuqî. Celui-ci donne accès au logement du cousin, et, au-delà, au jardin, bustân, qui occupe le centre de l’ilôt. Pour l’atteindre il faut se déporter légèrement sur sa gauche : le plan d’ensemble de la maison est composé de deux rectangles accolés, celui situé côté rue étant légèrement décalé vers la droite, comme si on les avait fait glisser l’un contre l’autre (cf. fig. 7-12).

Fig. 2. Bayt M. : élévation sud- ouest sur le jardin urbain.
Cette façade est plus « ouverte » que celle de la rue, c’est sur elle que donnent les pièces « nobles », les dîwân des premier et deuxième étages et, en haut, le mafrag (à droite) ainsi que te manẓar (à gauche), plus ouverts encore, grâce à des fenêtres à plusieurs vantaux, ǧarf.
Dans le mur de la partie qui en est retrait, à gauche, des ouvertures en forme de meurtrières, mansama, assurent la ventilation de l’escalier. Au-dessus de celui-ci, au dernier étage, il y a une petite structure en surplomb qui servait à tirer l’eau du puits depuis la cuisine.

Fig. 3 et 4. Bayt M., élévations sud-est et nord- ouest.
(Pour des raisons de mise en page, la partie de bayt M. mitoyenne à la maison voisine, sans intérêt, n’a pas été représentée sur la fig. 4)
A la différence des fenêtres des deux façades principales (fig. 1), les baies sont formés d’arcs –‘aqd, contenant des vitraux ou de l’albâtre laissant pénétrer la lumière - qui, à deux exceptions près, ne surmontent pas des ouvertures, ṭâqa, permettant des vues sur l’extérieur. La ventilation est assurée par de petites fentes verticales dessinant, avec les arcs, des compositions géo- métriques.
Il reste, au milieu de la façade sud- est (fig. 3), des traces de la bande de revêtement de qaḍâḍ, sur laquelle les eaux usées s’écoulaient à l’air libre depuis les étages.

Fig. 5. Bayt M. : coupe sud- est / nord- ouest.
Au rez-de-chaussée, le haut volume du vestibule, dihlîz, et, en mezzanine, la ṭabaqa. Au-dessus, au centre de chaque étage « habitable », la ḥiǧra distribuant les pièces (cf. aussi fig. 6) : des armoires y ont pris place.
Au premier étage à droite, on notera la position, habituelle, du poste de télévision : près de la porte. Au dernier étage, dans la cuisine, dayma. contre le mur de droite, le massif de l’évier de pierre, cachant en partie le réfrigérateur qui se trouve à l’emplacement d’où l’on tirait l’eau du puits ; à gauche, le four à pain, sa hotte et sa cheminée (avec son chapeau à double pente) ; et, contre le mur du fond, un réchaud à gaz. Depuis la pièce contiguë, on a accès à une petite mezzanine, construite au dessus des latrines-salle d’eau voisines, misterâḥ, qui sert au rangement

Fig. 6. Bayt M. : coupe nord- ouest / sud- est.
Au premier étage, le grand dîwân d’I. ; au second, celui de M., à gauche ; au troisième, le mafraǧ et, à gauche le makân d’A. M., manẓar.

Fig. 7. Bayt M. : plan du rez-de-chaussée.
Nous n'avons eu accès qu’au vestibule, dihlîz (n° 1), dans lequel on pénètre depuis la rue par une porte composée de deux éléments : une « grande porte » restant le plus souvent close, dans laquelle s’ouvre une plus petite. Du vestibule, on peut passer dans le jardin.
En X : le conduit menant à un puisard, pour l’évacuation des matières fécales. Il traverse toute la maison (cf. fig. 8-11).

Fig. 8. Bayt M. : plan de l’entresol.
La ṭabaqa a fait, comme l’ensemble de la maison, l’objet d’un partage entre les frères ; les pièces sont fermées et ce sont les femmes qui en détiennent les clés. La moitié côté rue (n ° 5, 6, 7) a été affectée à l’aîné.
On continue à y stocker de la farine, du grain et du tabac, mais cette fonction n’est plus dominante : c’est surtout un débarras, où sont entreposés des objets « modernes » ou anciens (notamment des marmites en cuivre, qui ont été abandonnées au profit de marmites en aluminium, et des volets).
5- Maṭbaẖ. Petite cuisine de la femme de l’aîné, sans four à pain. Peinte en bleu comme la dayma d’en haut. Petit évier en pierre, réchaud à gaz, brasero, réfrigérateur. Elle a été installée récemment dans l’ancienne maṭḥana, pièce où l’on moulait la farine.

Fig. 9. Bayt M. : plan du premier étage.
8. Hiǧra. Le sol est couvert de linoléum. Une armoire occulte le šubbâk. Pendant les repas, pris dans un makân (n° 10), on y tient au chaud les plats sur un brasero.
9. Dîwân (phot. 1-3). L’aîné des trois frères, l, y dort, dans le « bas bout » (à droite par rapport à l’entrée), où se trouve une table basse ; c’est son makân, son « lieu ». Les jours de pluie, on y fait sécher le linge sur une corde tendue à cet effet.
Sur le sol, de la moquette sur du linoléum, dont un carré reste découvert devant la porte (que double un rideau), marquant, avec un paillas- son, le seuil de la pièce ; c’est là qu’on quitte ses chaussures. Eclairage au néon.
Le long des murs, des matelas recouverts de tapis et des coussins (pas d’accoudoirs, seule- ment des dossiers). Au centre, un grand plateau de cuivre sur lequel est posé un narguilé. Une rangée de boules de verre métallisé (du genre arbre de Noël) et un œuf d’autruche suspendus à une poutre du plafond semblent délimiter, dans le « haut bout» (le fond de la pièce côté sud) la partie la plus noble, la « tête du lieu », ra’s al-makân. Aux fenêtres, des rideaux blancs translucides.
Sur les murs, enduits de guṣṣ, nous trouvons successivement :
- Mur nord (bas bout) - deux miroirs entourant un vitrail, ‘aqd ;
- Mur ouest (du nord vers le sud, du bas bout vers la « tête du lieu ») - une ceinture brodée à laquelle est accroché un poignard, une paire de ciseaux, deux fusils (phot. 3), et, disposées très haut, près du plafond, des photos (le maître des lieux, des enfants) ; sur les étagères de plâtre entre les fenêtres et, dans les niches des vitraux surmontant celles-ci, trois Thermos, une théière, deux aspersoirs à parfum, un crachoir, quatre cendriers, de la verrerie, un brûle-parfum, deux photos (visages d’enfants) dans des cadres ronds ;
- Mur est (du nord vers le sud) - un portemanteau, un fusil, puis un portemanteau auquel sont suspendus deux poignards avec des ceintures, un sac en tapisserie contenant un Coran, deux autres sacs accrochés à un troisième portemanteau, et, près du plafond, des photos (portraits d’enfants, des frères entourant un homme âgé, et de « la reine de... » (une image féminine que l’on trouve souvent dans les intérieurs du monde arabe, au Maghreb en particulier) ; et, sur une étagère, des crachoirs ;
- Mur sud (phot. 2) - un miroir entre les deux arcs fermés par une plaque d’albâtre, qamarîya (sur la niche formée par celui de droite, un grand Coran) ; en dessous du miroir (dans un angle duquel une carte postale du Caire a été glissée) et sur une étagère de plâtre : une petite composition florale symétrique (des fleurs artificielles) ; près du plafond, quatre cadres contenant des calligraphies à caractère religieux.
10. C’est une pièce « à vivre », familière et familiale (un makân wasat ?). On y prend les repas. Des matelas le long des murs, recouverts de tapis et de couvertures. Linoléum, peinture jaune et rideaux imprimés assortis à l’étoffe enveloppant les coussins-dossiers. L’albâtre qui fermait les arcs au-dessus des deux fenêtres a été remplacé par du verre dépoli. Un téléviseur à gauche et une machine à coudre à droite de la porte. Une radio dans une niche et des boîtes diverses. Eclairage avec une ampoule.
11. C’est le makân où la femme d'I. dort avec le plus jeune de ses fils. Aménagement semblable à celui de la pièce précédente. Une ampoule électrique rouge. Aux fenêtres, des rideaux blancs. Celle du mur sud est condamnée et sert au rangement. Des couvertures sont empilées près de la porte (phot. 4). Une grande valise.
12. Misterâḥ. Latrines traditionnelles : un massif en pierre parallélépipédique, percé de manière à ce que soient séparées les matières solides, tombant, grâce au conduit (X), jusqu’à un puisard, et l’urine, qui, comme les eaux des ablutions, s’écoule sur le sol vers l’extérieur. Le dispositif pour la toilette est traditionnel, lui aussi : deux pierres cubiques, scellées dans le sol, sur lesquelles on pose ses pieds, et une troisième, cylindrique, servant de support à un récipient dans lequel on puise l’eau dont on s'asperge avec une écuelle, ṭâṣa. Deux bassines en matière plastique. Murs enduits de qaḍâḍ.

Fig. 10. Bayt M. : plan du deuxième étage.
13. Ḥiǧra. Le sol est couvert de linoléum. Les murs sont peints en jaune jusqu’à 1, 50 m environ, comme ceux de l'escalier, du makân (n ° 16) et du misterâḥ.
Un lavabo, surmonté d’un miroir, a été installé près de porte du misterâḥ (n° 18), il se vide directement sur le sol de celui-ci.
Un réfrigérateur-congélateur entre l’escalier et le makân (n° 16). Une armoire, qui occulte en partie le šubbâk. Un porte-manteau près de la porte du makân de M. (17)
14. Dîwân de M. (phot. 5 et 6). Même organisation d’ensemble que le grand dîwân de l’étage inférieur. Les portraits sont plus uniformément répartis sur les murs. Des coussins appuie-tête, bint al-wisâda, sont posés sur les dossiers, wisâda Quelques accoudoirs.
Sur les murs :
- Mur nord (bas bout) - entre les deux vitraux, ‘aqd, photo de M., sur l’étagère de plâtre, en des- sous, des crachoirs et un brûle-parfum, dans une des deux niches formées par les ‘aqd deux Thermos, une calligraphie religieuse dans l’angle opposé à la porte, au-dessus d’un petit placard mural ;
- Mur ouest (du bas bout vers la « tête du lieu ») - des photos : une petite fille, les quatre frères (au- dessus d’un plateau tressé) et, dans l’angle de la « tête du lieu », un petit garçon, avec au-dessous, sur une étagère, deux visages d’enfants dans des cadres ronds ;
- Mur est (de la porte vers la « tête du lieu ») - des photos : A. M., une petite fille, M. (?) dans l'angle ; sur les étagères et dans les niches, des crachoirs, puis de la verrerie, un tuyau de narguilé au-dessous ;
- Mur sud - au centre près du plafond, au-dessus du Sâqûs (étroite ouverture pour la ventilation), qui à la différence de celui de l’étage inférieur,
n’a pas été occulté, un cadre contenant une calligraphie à caractère religieux et, en dessous, un plateau tressé, un portemanteau ; dans les niches formées par les deux ‘aqd, de la verrerie, des cendriers.
15. Makân réservé à la mère lorsqu’elle séjourne à Sanaa. Une moquette couvre les deux tiers du sol, le troisième, devant les fenêtres, est découvert, c’est là que sont habituellement étendus les matelas et les coussins qui en son absence sont roulés dans un coin. Un coffre en métal clouté. Une télévision près de la porte. Un rideau imprimé double celle-ci, ceux des fenêtres sont blancs. Eclairage au néon.
16. C’est le makân de M., il y dort, sa photo est accrochée entre les deux fenêtres. Matelas recouverts de tapis, coussins-dossiers. Divers effets supendus à des clous (un sac de médicaments, une veste, une serviette). Murs enduits de guṣṣ et linoléum sur le sol. Eclairage : une ampoule électrique.
17. Makân de la femme de M. (phot. 7) qui y dort avec ses enfants (à cet effet, un matelas supplémentaire est étendu dans la partie centrale). A quelques détails près - un réveil, un parapluie pliant, une niche où sont rangées des couvertures - l’aspect de la pièce et la dispositon des objets sont les mêmes que dans le makân (n° 10) de l’étage inférieur (machine à coudre, télévision).
18. Misterâḥ. Dispositifs traditionnels. Une baignoire de bébé en matière plastique.

Phot. 5 et 6. Bayt M., deuxième étage. Le dîwân de M. (fig. 10, n° 14).
5. L’entrée
6. Le ra’s al-makân
Photos : Jean-Charles DEPAULE

Fig. 11. Bayt M. : plan du troisième étage.
Les murs de toutes les pièces de l’étage sont couverts de guṣṣ, à l’exception de la cuisine, dayma, peinte en bleu, et de la salle d’eau enduite de qaḍâḍ.
19. Higra. Le sol est couvert de linoléum.
Comme à l’étage inférieur, un lavabo a été installé (ainsi qu’un chauffe-eau électrique) près de porte du misterâḥ (n° 23).
20. Mafraǧ.. Le sol est recouvert de tapis. Matelas et coussins le long des murs. Rideaux d'étoffe imprimée aux fenêtres. Un poste de télévision posé sur un coffre en stratifié, près de l’entrée. Dans le fond de la pièce, une table basse, un téléphone dans l’angle près de la fenêtre. Aux murs, portraits ; près de la porte, des diplômes et une horloge électrique. Sur les étagères de plâtre, des crachoirs, des cendriers, des cassettes.
21. Manzar. C’est le makân (le « lieu ») du frère cadet. Il est meublée d'un ensemble « chambre-à- coucher » en stratifié qui tient difficilement dans cet espace : lit double, table de nuit, coiffeuse et armoire. Il y a aussi une bibliothèque. Un télé- phone. Le sol est couvert de linoléum.
22. Dayma. Dans le petit passage qui lui sert de seuil, meẖḍa‘, aboutit la corde permettant d’actionner le loquet de la porte de la rue. Le dallage de pierre a été revêtu de ciment. D'un côté, les fours à pain sans lesquels une cuisine n’est pas une dayma, mais un matbah ; de l’autre, l’évier de pierre. Deux robinets ont été installés, l'un au-dessus de celui-ci, l'autre à côté, en position basse. Les eaux usées continuent d’être évacuées vers l’extérieur en s’écoulant sur le sol. Depuis le renfoncement, à gauche de l’évier, on tirait l’eau du puits. Divers ustensiles « traditionnels » et modernes sont rangés dans les niches des murs et le subbâk.
23. C’est un makân, réservé, « privé », hâṣṣ, la mère y prend ses repas avec ses fils lorsqu’elle séjourne à Sanaa. L’ameublement se limite à un tapis et à l’escabeau qui permet d’atteindre la mezzanine servant de resserre, maẖzan (phot. 8).
24. Misterâḥ. Salle d’eau-latrines traditionnelle (cf. fig. 9, n° 12). Une pomme de douche a été ajoutée.

Fig. 12. Bayt M. : plan de la terrasse sommitale, ǧubâ.

Phot. 7. Bayt M., deuxième étage. La chambre de la Femme de M. (fig. 10, n° 17).
Photo : Jean-Charles DEPAULE

Phot. 8. Bayt M., troisième étage. La pièce des repas avec la mère (fig. 11, n° 23).
Photo : Jean-Charles DEPAULE

Fig. 13. Bayt M. : Coupe-élévation de la terrasse en regardant vers l’est- nord-est.

Fig. 14. Bayt M. : Coupe-élévation de la terrasse en regardant vers le sud- sud-est.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Bayt M., premier étage. Le dîwân d ’I. (fig.9, n°9).Vue d’ensemble en direction du ra’s al-makân.Photo : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Phot. 2-3. Bayt M., premier étage. Le dîwân d’I. (fig. 9, n° 9).2- Le ra’s al-makân, détail.3- Détail du mur ouest.Photos : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Phot. 4. Bayt M., premier étage. Un angle de la pièce n° 11, fig. 9.Photo : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 1. Bayt M. : élévation nord-est sur la rue.Les deux parties dont se compose la maison sont aisément identifiables : le - socle » quasi aveugle - contenant, au rez-de-chaussée, le vestibule d’entrée, l'étable, et, en mezzanine, diverses resserres et réserves - et les trois étages d’habitation. Une lucarne a été percée dans la partie inférieure, tout à fait à droite, pour éclairer une cuisine « moderne » qui a été aménagée récemment.De petites bretéches à claire-voie, šubbâk, sont disposées de telle sorte que l’angle de vue qu’elles offrent permet de contrôler, à l’abri des regards, la rue et l’accès de la maison. Celles des deux premiers étages prolongent le vestibule, higra, celle du troisième correspond à la cuisine, dayma (fig. 11, n° 22), et le mur entourant la terrasse du toit en comprend trois.La maison est attenante à sa voisine de droite.Un mur, à gauche, enclôt la parcelle, « filant » jusqu’à la bâtisse suivante qui est au même alignement. La porte percée dans ce mur ouvre, à l’intérieur, sur une courette, hawî, prolongée par un passage, zuqzuqî. Celui-ci donne accès au logement du cousin, et, au-delà, au jardin, bustân, qui occupe le centre de l’ilôt. Pour l’atteindre il faut se déporter légèrement sur sa gauche : le plan d’ensemble de la maison est composé de deux rectangles accolés, celui situé côté rue étant légèrement décalé vers la droite, comme si on les avait fait glisser l’un contre l’autre (cf. fig. 7-12).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 2. Bayt M. : élévation sud- ouest sur le jardin urbain.Cette façade est plus « ouverte » que celle de la rue, c’est sur elle que donnent les pièces « nobles », les dîwân des premier et deuxième étages et, en haut, le mafrag (à droite) ainsi que te manẓar (à gauche), plus ouverts encore, grâce à des fenêtres à plusieurs vantaux, ǧarf.Dans le mur de la partie qui en est retrait, à gauche, des ouvertures en forme de meurtrières, mansama, assurent la ventilation de l’escalier. Au-dessus de celui-ci, au dernier étage, il y a une petite structure en surplomb qui servait à tirer l’eau du puits depuis la cuisine.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3 et 4. Bayt M., élévations sud-est et nord- ouest.(Pour des raisons de mise en page, la partie de bayt M. mitoyenne à la maison voisine, sans intérêt, n’a pas été représentée sur la fig. 4)A la différence des fenêtres des deux façades principales (fig. 1), les baies sont formés d’arcs –‘aqd, contenant des vitraux ou de l’albâtre laissant pénétrer la lumière - qui, à deux exceptions près, ne surmontent pas des ouvertures, ṭâqa, permettant des vues sur l’extérieur. La ventilation est assurée par de petites fentes verticales dessinant, avec les arcs, des compositions géo- métriques.Il reste, au milieu de la façade sud- est (fig. 3), des traces de la bande de revêtement de qaḍâḍ, sur laquelle les eaux usées s’écoulaient à l’air libre depuis les étages.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 5. Bayt M. : coupe sud- est / nord- ouest.Au rez-de-chaussée, le haut volume du vestibule, dihlîz, et, en mezzanine, la ṭabaqa. Au-dessus, au centre de chaque étage « habitable », la ḥiǧra distribuant les pièces (cf. aussi fig. 6) : des armoires y ont pris place.Au premier étage à droite, on notera la position, habituelle, du poste de télévision : près de la porte. Au dernier étage, dans la cuisine, dayma. contre le mur de droite, le massif de l’évier de pierre, cachant en partie le réfrigérateur qui se trouve à l’emplacement d’où l’on tirait l’eau du puits ; à gauche, le four à pain, sa hotte et sa cheminée (avec son chapeau à double pente) ; et, contre le mur du fond, un réchaud à gaz. Depuis la pièce contiguë, on a accès à une petite mezzanine, construite au dessus des latrines-salle d’eau voisines, misterâḥ, qui sert au rangement
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 6. Bayt M. : coupe nord- ouest / sud- est.Au premier étage, le grand dîwân d’I. ; au second, celui de M., à gauche ; au troisième, le mafraǧ et, à gauche le makân d’A. M., manẓar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7. Bayt M. : plan du rez-de-chaussée.Nous n'avons eu accès qu’au vestibule, dihlîz (n° 1), dans lequel on pénètre depuis la rue par une porte composée de deux éléments : une « grande porte » restant le plus souvent close, dans laquelle s’ouvre une plus petite. Du vestibule, on peut passer dans le jardin.En X : le conduit menant à un puisard, pour l’évacuation des matières fécales. Il traverse toute la maison (cf. fig. 8-11).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8. Bayt M. : plan de l’entresol.La ṭabaqa a fait, comme l’ensemble de la maison, l’objet d’un partage entre les frères ; les pièces sont fermées et ce sont les femmes qui en détiennent les clés. La moitié côté rue (n ° 5, 6, 7) a été affectée à l’aîné.On continue à y stocker de la farine, du grain et du tabac, mais cette fonction n’est plus dominante : c’est surtout un débarras, où sont entreposés des objets « modernes » ou anciens (notamment des marmites en cuivre, qui ont été abandonnées au profit de marmites en aluminium, et des volets).5- Maṭbaẖ. Petite cuisine de la femme de l’aîné, sans four à pain. Peinte en bleu comme la dayma d’en haut. Petit évier en pierre, réchaud à gaz, brasero, réfrigérateur. Elle a été installée récemment dans l’ancienne maṭḥana, pièce où l’on moulait la farine.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 9. Bayt M. : plan du premier étage.8. Hiǧra. Le sol est couvert de linoléum. Une armoire occulte le šubbâk. Pendant les repas, pris dans un makân (n° 10), on y tient au chaud les plats sur un brasero.9. Dîwân (phot. 1-3). L’aîné des trois frères, l, y dort, dans le « bas bout » (à droite par rapport à l’entrée), où se trouve une table basse ; c’est son makân, son « lieu ». Les jours de pluie, on y fait sécher le linge sur une corde tendue à cet effet.Sur le sol, de la moquette sur du linoléum, dont un carré reste découvert devant la porte (que double un rideau), marquant, avec un paillas- son, le seuil de la pièce ; c’est là qu’on quitte ses chaussures. Eclairage au néon.Le long des murs, des matelas recouverts de tapis et des coussins (pas d’accoudoirs, seule- ment des dossiers). Au centre, un grand plateau de cuivre sur lequel est posé un narguilé. Une rangée de boules de verre métallisé (du genre arbre de Noël) et un œuf d’autruche suspendus à une poutre du plafond semblent délimiter, dans le « haut bout» (le fond de la pièce côté sud) la partie la plus noble, la « tête du lieu », ra’s al-makân. Aux fenêtres, des rideaux blancs translucides.Sur les murs, enduits de guṣṣ, nous trouvons successivement :- Mur nord (bas bout) - deux miroirs entourant un vitrail, ‘aqd ;- Mur ouest (du nord vers le sud, du bas bout vers la « tête du lieu ») - une ceinture brodée à laquelle est accroché un poignard, une paire de ciseaux, deux fusils (phot. 3), et, disposées très haut, près du plafond, des photos (le maître des lieux, des enfants) ; sur les étagères de plâtre entre les fenêtres et, dans les niches des vitraux surmontant celles-ci, trois Thermos, une théière, deux aspersoirs à parfum, un crachoir, quatre cendriers, de la verrerie, un brûle-parfum, deux photos (visages d’enfants) dans des cadres ronds ;- Mur est (du nord vers le sud) - un portemanteau, un fusil, puis un portemanteau auquel sont suspendus deux poignards avec des ceintures, un sac en tapisserie contenant un Coran, deux autres sacs accrochés à un troisième portemanteau, et, près du plafond, des photos (portraits d’enfants, des frères entourant un homme âgé, et de « la reine de... » (une image féminine que l’on trouve souvent dans les intérieurs du monde arabe, au Maghreb en particulier) ; et, sur une étagère, des crachoirs ;- Mur sud (phot. 2) - un miroir entre les deux arcs fermés par une plaque d’albâtre, qamarîya (sur la niche formée par celui de droite, un grand Coran) ; en dessous du miroir (dans un angle duquel une carte postale du Caire a été glissée) et sur une étagère de plâtre : une petite composition florale symétrique (des fleurs artificielles) ; près du plafond, quatre cadres contenant des calligraphies à caractère religieux.10. C’est une pièce « à vivre », familière et familiale (un makân wasat ?). On y prend les repas. Des matelas le long des murs, recouverts de tapis et de couvertures. Linoléum, peinture jaune et rideaux imprimés assortis à l’étoffe enveloppant les coussins-dossiers. L’albâtre qui fermait les arcs au-dessus des deux fenêtres a été remplacé par du verre dépoli. Un téléviseur à gauche et une machine à coudre à droite de la porte. Une radio dans une niche et des boîtes diverses. Eclairage avec une ampoule.11. C’est le makân où la femme d'I. dort avec le plus jeune de ses fils. Aménagement semblable à celui de la pièce précédente. Une ampoule électrique rouge. Aux fenêtres, des rideaux blancs. Celle du mur sud est condamnée et sert au rangement. Des couvertures sont empilées près de la porte (phot. 4). Une grande valise.12. Misterâḥ. Latrines traditionnelles : un massif en pierre parallélépipédique, percé de manière à ce que soient séparées les matières solides, tombant, grâce au conduit (X), jusqu’à un puisard, et l’urine, qui, comme les eaux des ablutions, s’écoule sur le sol vers l’extérieur. Le dispositif pour la toilette est traditionnel, lui aussi : deux pierres cubiques, scellées dans le sol, sur lesquelles on pose ses pieds, et une troisième, cylindrique, servant de support à un récipient dans lequel on puise l’eau dont on s'asperge avec une écuelle, ṭâṣa. Deux bassines en matière plastique. Murs enduits de qaḍâḍ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 10. Bayt M. : plan du deuxième étage.13. Ḥiǧra. Le sol est couvert de linoléum. Les murs sont peints en jaune jusqu’à 1, 50 m environ, comme ceux de l'escalier, du makân (n ° 16) et du misterâḥ.Un lavabo, surmonté d’un miroir, a été installé près de porte du misterâḥ (n° 18), il se vide directement sur le sol de celui-ci.Un réfrigérateur-congélateur entre l’escalier et le makân (n° 16). Une armoire, qui occulte en partie le šubbâk. Un porte-manteau près de la porte du makân de M. (17)14. Dîwân de M. (phot. 5 et 6). Même organisation d’ensemble que le grand dîwân de l’étage inférieur. Les portraits sont plus uniformément répartis sur les murs. Des coussins appuie-tête, bint al-wisâda, sont posés sur les dossiers, wisâda Quelques accoudoirs.Sur les murs :- Mur nord (bas bout) - entre les deux vitraux, ‘aqd, photo de M., sur l’étagère de plâtre, en des- sous, des crachoirs et un brûle-parfum, dans une des deux niches formées par les ‘aqd deux Thermos, une calligraphie religieuse dans l’angle opposé à la porte, au-dessus d’un petit placard mural ;- Mur ouest (du bas bout vers la « tête du lieu ») - des photos : une petite fille, les quatre frères (au- dessus d’un plateau tressé) et, dans l’angle de la « tête du lieu », un petit garçon, avec au-dessous, sur une étagère, deux visages d’enfants dans des cadres ronds ;- Mur est (de la porte vers la « tête du lieu ») - des photos : A. M., une petite fille, M. (?) dans l'angle ; sur les étagères et dans les niches, des crachoirs, puis de la verrerie, un tuyau de narguilé au-dessous ;- Mur sud - au centre près du plafond, au-dessus du Sâqûs (étroite ouverture pour la ventilation), qui à la différence de celui de l’étage inférieur,n’a pas été occulté, un cadre contenant une calligraphie à caractère religieux et, en dessous, un plateau tressé, un portemanteau ; dans les niches formées par les deux ‘aqd, de la verrerie, des cendriers.15. Makân réservé à la mère lorsqu’elle séjourne à Sanaa. Une moquette couvre les deux tiers du sol, le troisième, devant les fenêtres, est découvert, c’est là que sont habituellement étendus les matelas et les coussins qui en son absence sont roulés dans un coin. Un coffre en métal clouté. Une télévision près de la porte. Un rideau imprimé double celle-ci, ceux des fenêtres sont blancs. Eclairage au néon.16. C’est le makân de M., il y dort, sa photo est accrochée entre les deux fenêtres. Matelas recouverts de tapis, coussins-dossiers. Divers effets supendus à des clous (un sac de médicaments, une veste, une serviette). Murs enduits de guṣṣ et linoléum sur le sol. Eclairage : une ampoule électrique.17. Makân de la femme de M. (phot. 7) qui y dort avec ses enfants (à cet effet, un matelas supplémentaire est étendu dans la partie centrale). A quelques détails près - un réveil, un parapluie pliant, une niche où sont rangées des couvertures - l’aspect de la pièce et la dispositon des objets sont les mêmes que dans le makân (n° 10) de l’étage inférieur (machine à coudre, télévision).18. Misterâḥ. Dispositifs traditionnels. Une baignoire de bébé en matière plastique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Phot. 5 et 6. Bayt M., deuxième étage. Le dîwân de M. (fig. 10, n° 14).5. L’entrée6. Le ra’s al-makânPhotos : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 11. Bayt M. : plan du troisième étage.Les murs de toutes les pièces de l’étage sont couverts de guṣṣ, à l’exception de la cuisine, dayma, peinte en bleu, et de la salle d’eau enduite de qaḍâḍ.19. Higra. Le sol est couvert de linoléum.Comme à l’étage inférieur, un lavabo a été installé (ainsi qu’un chauffe-eau électrique) près de porte du misterâḥ (n° 23).20. Mafraǧ.. Le sol est recouvert de tapis. Matelas et coussins le long des murs. Rideaux d'étoffe imprimée aux fenêtres. Un poste de télévision posé sur un coffre en stratifié, près de l’entrée. Dans le fond de la pièce, une table basse, un téléphone dans l’angle près de la fenêtre. Aux murs, portraits ; près de la porte, des diplômes et une horloge électrique. Sur les étagères de plâtre, des crachoirs, des cendriers, des cassettes.21. Manzar. C’est le makân (le « lieu ») du frère cadet. Il est meublée d'un ensemble « chambre-à- coucher » en stratifié qui tient difficilement dans cet espace : lit double, table de nuit, coiffeuse et armoire. Il y a aussi une bibliothèque. Un télé- phone. Le sol est couvert de linoléum.22. Dayma. Dans le petit passage qui lui sert de seuil, meẖḍa‘, aboutit la corde permettant d’actionner le loquet de la porte de la rue. Le dallage de pierre a été revêtu de ciment. D'un côté, les fours à pain sans lesquels une cuisine n’est pas une dayma, mais un matbah ; de l’autre, l’évier de pierre. Deux robinets ont été installés, l'un au-dessus de celui-ci, l'autre à côté, en position basse. Les eaux usées continuent d’être évacuées vers l’extérieur en s’écoulant sur le sol. Depuis le renfoncement, à gauche de l’évier, on tirait l’eau du puits. Divers ustensiles « traditionnels » et modernes sont rangés dans les niches des murs et le subbâk.23. C’est un makân, réservé, « privé », hâṣṣ, la mère y prend ses repas avec ses fils lorsqu’elle séjourne à Sanaa. L’ameublement se limite à un tapis et à l’escabeau qui permet d’atteindre la mezzanine servant de resserre, maẖzan (phot. 8).24. Misterâḥ. Salle d’eau-latrines traditionnelle (cf. fig. 9, n° 12). Une pomme de douche a été ajoutée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 12. Bayt M. : plan de la terrasse sommitale, ǧubâ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Phot. 7. Bayt M., deuxième étage. La chambre de la Femme de M. (fig. 10, n° 17).Photo : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Phot. 8. Bayt M., troisième étage. La pièce des repas avec la mère (fig. 11, n° 23).Photo : Jean-Charles DEPAULE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 13. Bayt M. : Coupe-élévation de la terrasse en regardant vers l’est- nord-est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 14. Bayt M. : Coupe-élévation de la terrasse en regardant vers le sud- sud-est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4408/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter