Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 3. Constantes et variations

Chapitre 13. Bayt F

Texte intégral

1Relevés architecturaux de Maria MARÉCHAUX

2Texte, légendes des relevés et photo de Paul BONNENFANT

3Dessins au trait de Pascal MARÉCHAUX

Fig. 1. Bayt F. : élévation nord sur la cour.

4Il y avait, à l’emplacement de bayt F., plusieurs petites maisons sans intérêt qui furent détruites pour faire place à la belle demeure bâtie aujourd’hui à l’extrémité d’un jardin urbain. D’après l’aîné des occupants actuels, trois frères, elle aurait été édifiée en 1190/1776, par Aḥmad b. cAbd Allâh b. Ismâ’îl, issu d’une famille originaire du ẖawlân, mais implantée à Sanaa depuis longtemps. Le nom de bayt F. est celui du père des trois frères habitant la maison. Nous avons donc la chaîne généalogique suivante, en commençant par l’ancêtre : Ismâ’îl - cAbd Allâh - Aḥmad, constructeur de la maison, - cAbd Allâh - Aḥmad - F., décédé, et qui eut trois enfants occupant chacun un étage de la maison : l’aîné, Muḥammad, 57 ans, Aḥmad, 40 ans, cAbd al- Wahhâb enfin, 35 ans. L’ensemble de la maison est donc occupé par une famille étendue.

5Nous ne possédons sur la date qu’une information orale, car il ne nous a pas été possible de voir l’acte de propriété de la maison. Mais la date fournie et l’ordonnance générale du bâtiment nous paraissent cohérentes avec ce que nous savons par ailleurs sur l’évolution architecturale de Sanaa. Elle nous donne une idée de la manière dont on construisait il y a un plus de deux siècles, notamment pour l’agencement des percements et leur décoration : la maison possède de fort belles menuiseries, que ce soit aux portes ou aux fenêtres. Notons aussi la ḥiǧra, d’une forme inhabituelle, et la présence, à l’étage supérieur, d’une cour intérieure, šamsîya, trait d’architecture rare à Sanaa dans les maisons datant de moins d’un siècle. La visite de la maison s’annonce intéressante et riche d’enseignements.

LES ÉLÉVATIONS

La façade septentrionale

6Il faut d’abord souligner la qualité de l’appareillage de pierre jusqu’en haut de l’entresol (fig. 1). L’arc surmontant la porte (comparable à la photo 22, 16) ajoute son effet décoratif à des assises polychromes. La partie inférieure gauche a été ultérieurement percée de trois fenêtres surmontées d’arcs qui ne sont pas du tout dans le style de l’époque de construction : par crainte des pilleurs ou de simples voleurs, il n’était pas d’usage de faire de si grandes ouvertures aussi près du sol. Comme nous le verrons, elles correspondent à la transformation récente de l’ancien entresol en appartement.

7En revanche, les volumes des percements du premier étage vrai (3e niveau) nous paraissent très caractéristiques des constructions de Sanaa entre 1750 et 1900 environ : les fenêtres proprement dites sont sommées d’arcs dont la hauteur est égale à deux fois celle des fenêtres (rapport 2/1). Typiques également de l’époque nous paraissent, à droite, les deux arcs percés de deux oculi, mudawwara, sertissant des plaques d’albâtre.

8Aucune pièce importante ne s’ouvre sur le reste de la façade exposée au nord, au froid de l’hiver, et n’offrant pas de vue agréable. Dominent donc les šubbâk correspondant à la ḥiǧra, les jours et arcs aveugles de la cuisine. Si l’on excepte les trois ouvertures disgracieuses déjà citées, l’ensemble est bien équilibré par les bandeaux horizontaux en briques saillantes, les arcs en mitre assez élevés du tiǧwâb couronnant la terrasse, et le grand volume vertical du puits maçonné jusqu’à l’étage de la dayma, aujourd’hui dégradé dans sa partie inférieure qui s’évase (phot. 1, droite).

Fig. 2. Bayt F. : élévation sud sur le jardin urbain.
Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir ou blanc égale un mètre.

La façade méridionale sur le bustân

9Dans la cour arrière de la maison, on voit bien l’alternance des matériaux qui composent la façade (fig. 2) : pour les fondations, de grosses pierres noires de basalte que n’attaque pas le sel. Au-dessus, des assises de pierre ḥabaš sont surmontées de pierres taillées ocre alternées de noires. Les chaînages de bois sont abondants jusqu’aux briques qui commencent au premier bandeau.

10Sur cette façade qui n’est pas le visage de la maison, wagh, mais qui donne sur le bustân, le soubassement de pierre est donc moins soigné que côté rue, où la pierre taillée commence à 20 cm du sol. Le bustân n’est pas un lieu où l’on circule, on n’arrive pas du bustân dans une demeure. Pourtant cette façade bien visible des autres maisons aurait pu être également soignée, ne serait-ce que pour la prestance.

11Le niveau correspondant aux anciennes réserves est percé, de ce côté comme sur la rue, de deux fenêtres qui ne sont pas d’origine. Il existait seulement, autrefois, les jours qui les surmontent.

12En revanche, l’ordonnance des deux tiers supérieurs de la maison nous semble très typique des constructions de la période 1750-1900 déjà citée : oculi doubles superposés et sommés d’arcs en pierres polychromes, dans le rapport 2/1, bandeaux de briques horizontaux assez simples-les riches bandeaux horizontaux nous paraissent dater de moins d’un siècle -, le tout couronné par le tiǧwâb. Toutes les fenêtres sont équipées de volets en bois soigneusement décorés (phot. 13, 23).

13Une question cependant : le ǧarf, ou large fenêtre du premier étage, est-il d’origine ? Non. Des baies aussi larges n’apparaissent en effet à Sanaa qu’à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Il a pu remplacer des baies plus étroites d’origine. Mais, après étude de détails intérieurs, c’est toute la partie sud-ouest de la maison qui dut, nous semble-t-il, être édifiée ultérieurement au reste.

14L’élévation présentée ici, enfin, ne peut rendre compte de l’avancée de l’aile droite de la maison vers le bustân, qui contribue à de beaux jeux de lumière sur les façades selon les heures du jour et les rayons du soleil.

Phot. 1. Bayt F. Façade orientale.
Noter l’avancée du puits, à droite.

Fig. 3. Bayt F. : coupe est / ouest.
3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz
8. Réserve non visitée
9. Réserve non visitée
10. Réceptacle des excréments solides
11. Escalier
12. Vestibule d’étage, ḥiǧra
13. Réserve
18. Toilettes
19. Vestibule d’étage, ḥiǧra
20. Cour d’étage, šamsîya
23. Toilettes

LE REZ-DE-CHAUSSÉE

La cour

15De la rue qui passe dans l’angle nord-est, une grande porte, ǧinaw, équipée d’une porte guichet, farẖ, permet d’accéder à une cour intérieure, ḥûš (fig. 4, n° 1), sur laquelle s’ouvrent le corps principal du logis et une petite annexe latérale non figurée ici.

16La cour, assez exiguë, est fonctionnelle. A gauche de la porte sur rue, s’ouvre la porte d’une samsara (n° 8). Ce terme peut désigner les très vastes caravansérails des souks de Sanaa, mais aussi les réserves et entrepôts de marchandises dans des maisons privées appartenant à un négociant ou un propriétaire terrien. C’est ce dernier cas ici. Dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres autour de Sanaa, il possédait de nombreuses terres agricoles qu’il exploitait en fermage ou métayage, nous ne le savons pas. Juste à gauche de la porte de la samsara, s’élève le conduit maçonné permettant de monter l’eau du puits jusqu’aux étages. Il existait sur la cour une ouverture qui permettait de puiser pour les besoins du bétail de la maison ou des dromadaires venant livrer des marchandises. A droite de la porte sur rue, sous un arc de briques, un aménagement disparu permettait à des livreurs ou des bergers de procéder à des ablutions.

17Après la porte d’entrée principale de la maison, une porte et un étroit passage donnent accès à la cour arrière de l’édifice, ḥawî, où quelques chèvres sont parfois libérées durant la journée (n° 2). Au-delà de son mur d’enceinte, s’étend le bustân, mais sans porte d’accès.

L’annexe

18Cette annexe consiste surtout en une chambre située en haut d’un escalier d’une dizaine de marches. Elle dispose de toilettes aménagées au-dessus de l’arc de briques. Au-dessous de la chambre, dans l’angle nord-ouest de la cour, un second puits desservait un grand bassin où les femmes pouvaient faire la lessive : c’était une économie notable d’énergie, car ainsi elles n’avaient pas à monter l’eau dans les étages. On peut se demander s’il s’agit de l’ancien puits des petites maisons qui furent détruites.

19Appelée sanac, terme que nous n’avons entendu qu’ici (on dit plutôt muẖarriǧa, terme plus moderne), l’annexe avait essentiellement pour fonction, autrefois, de loger des hôtes. Quand les cultivateurs venaient livrer les céréales, ils étaient logés pour une nuit ou deux dans cette chambre : ainsi, ils n’avaient pas à pénétrer dans la partie privée de la maison.

20Quelques semaines encore avant le relevé architectural, cette annexe était habitée par le plus jeune frère des trois copropriétaires des étages, cAbd Allâh, jeune marié qui vivait là avec son épouse. Mais il est parti loger ailleurs, car il avait trop de différends avec le reste de la famille : le cadet de l’entresol adoptera plus tard la même solution.

21Lors d’une autre visite, après le relevé, la pièce était habitée par un jeune célibataire de la maison, cUṣâm. Premier fils de Muḥammad, l’aîné des trois frères copropriétaires de la maison, âgé de 18 ans, il avait obtenu ce logement où il pouvait recevoir de manière indépendante ses camarades de classe. « Logement de célibataire », dit-il en entrant pour s’excuser de l’exiguïté des lieux. Le long des murs, matelas et couvertures permettent d’installer ses amis. Des livres scolaires s’empilent dans les embrasures des arcs, au-dessus des fenêtres ; une petite télé, près de la porte, fait face à la bonne place située près de la fenêtre sur cour. Au-dessus de cette place, toutes sortes de photos du jeune, seul ou en compagnie, en portrait ou en pied, et en diverses tenues. Sur l’une, il est en tenue de scout yéménite, avec les insignes de chef de patrouille ; sur l’autre, il a revêtu la tenue d’apparat de son père qâḍî, turban, grand manteau de drap, et surtout le poignard ṯûma en oblique sur la ceinture, signe majeur de distinction. Fils de juge, il valorise à l’évidence le respect de l’autorité, paternelle notamment, comme le confirme la conversation. Il s’étonne par exemple que les jeunes d’Europe soient entièrement indépendants après 20 ou 25 ans : « Chez nous, dit-il, un fils doit obéir à son père jusqu’à sa mort, c’est lui qui a l’expérience de la vie. »

L’intérieur de la maison

22Le vestibule intérieur ou dihlîz (fig. 3,4, n° 3) n’est pas rectangulaire : les murs de long pan sont légèrement brisés, et la liaison est marquée par l’arc habituel dans tout dihlîz qui se respecte. L’ensemble des murs est réalisé en pierres ḥabaš noires bien appareillées. Dans le quartier, la maison est célèbre pour la qualité de ce parement intérieur de pierre, notamment au niveau du dihlîz et de l’entresol. En général, on veut une façade soignée, qui célèbre à l’extérieur la gloire du maître de maison. Mais le constructeur de bayt F. aurait déclaré : « Les gens font un beau parement pour les autres, et pour eux, à l’intérieur, ce sont des blocs dégrossis, qalfac. Moi je veux profiter du beau côté, je laisse le qalfac au dehors pour les gens » : inversion notable du système habituel des valeurs. Le noir austère est tempéré par quelques touches de plâtre : l’arc qui surmonte la « porte intérieure du dihlîz », une barre blanche au-dessus de la porte d’accès depuis la cour, le défoncement qui surmonte cette porte, le plafond enfin, blanchi tout entier comme il est d’usage.

Fig. 4. Bayt F. : plan du rez-de-chaussée.
1. Cour de devant, ḥûš
2. Cour arrière, ḥawî
3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz
4. Pièce pour le bétail, ḥarr
5. Réserve
6. Réserve
7. Réserve
8. Réserve non visitée
9. Réserve non visitée
10. Réceptacle des excréments
11. Escalier

23Juste à droite de l’entrée principale s’ouvre une petite pièce aérée par un simple jour : le ḥarr (fig. 4, n° 4) qui loge le petit bétail, ġanam, en l’occurrence les chèvres. Une épaisse couche de fumier jonche le sol.

24La porte de l’escalier, bâb ad-dihlîz ad- dâẖlî, bâb ad-daraǧ, s’ouvre ensuite, équipée d’une porte guichet. Au fond du dihlîz existait autrefois une grande étable, ḥarr, utilisée pour les dromadaires. Une cloison fut posée ultérieurement, et la pièce de droite utilisée comme cuisine (n° 5). Depuis quelques mois, c’est une réserve de bois et de grands fûts métalliques, birmîl, mélangés à beaucoup de déchets en papier. La réserve de gauche (n° 6), fermée à clef, n’a pu être visitée. A gauche du dihlîz, s’ouvre enfin une longue pièce (n° 7), autrefois étable ou écurie, aujourd’hui remplie de sarments de vigne en fagots, de tiges de sorgho, qaṣab, de cartons, de seaux en fer blanc, de bidons métalliques, tanak, et de vieux cartons d’emballage...

25Notons que la partie commerciale de l’édifice, la samsara (n° 8), est commandée par une porte particulière et qu’il n’existe pas de communication avec le reste de la maison, très probablement pour préserver son intimité. Le coin sud-ouest de cette avancée servait de réceptacle aux excréments venus des toilettes situées aux étages supérieurs (n° 10).

L’ENTRESOL

26Il ne nous a pas été possible de relever le plan de l’entresol. Son occupant, cAbd al- Wahhâb, homme jeune employé dans une société moderne, nous refusa l’entrée de son niveau, arguant que ce n’était pas convenable d’entrer ainsi chez les gens. Il nous demanda si nous accepterions, en Europe, que des étrangers viennent mesurer nos maisons en pénétrant partout.

Fig. 5. Bayt F. : le portail d’entrée vu de la rue.
A gauche de la porte, une dakka à deux degrés permettait d’enfourcher plus facilement une bête de somme. Au-dessus, s’élève le conduit maçonné du puits jusqu’à l’étage de la dayma.

27Mais ce refus est en lui-même riche d’enseignements. Que le père ait distribué les étages entre ses fils avant sa mort, ou que la répartition ait eu lieu après son décès, c’est aux cadets qu’échurent les espaces les moins favorisés, celui de l’annexe, nous l’avons vu, et celui de l’entresol. Cela engendra chez l’occupant de ce dernier une frustration entretenue par une gêne quotidienne : travaillant de nuit, il se plaint des allées et venues incessantes au niveau supérieur des enfants qui l’empêchent de dormir. Le conflit est donc endémique entre cet étage et celui du dessus. Or c’est par une personne « du dessus » que l’équipe de recherche fut autorisée à effectuer le relevé de la maison. Par son refus, l’occupant de l’entresol manifestait ainsi une sérieuse réserve quant au comportement de ses frères.

28Cette distanciation à l’égard de la famille étendue trouva, deux ans après notre visite, une issue très fréquente : la séparation, l’individualisation, infirâd.

29Délaissant les disputes familiales et son étage sombre et exigu, le cadet s’en fut construire une « villa » pour sa famille dans un nouveau quartier de Sanaa, plus près de son travail et plus loin de ses frères. L’entresol est pour l’instant abandonné.

Fig. 6. Bayt F. : le dihlîz.
Au centre, la porte de la cour. A gauche, la porte de l’escalier.

Fig. 7. Bayt F. : l’escalier.
On le voit ici entre la porte intérieure du dihlîz (en bas) et l’entresol. Noter les joints rubannés qui lient les pierres du pilier central, quṭb.

Fig. 8. Bayt F. : élévation intérieure du dihlîz.
On voit à gauche la porte de la cour, en position ouverte ; à droite, la porte de la pièce n° 7.

30« Mauvais étage » de la maison, ce niveau se révèle cependant un bel entresol. Une brève visite effectuée après le départ de l’occupant montra en effet un appareil de pierre soigné dans le vestibule. Les cinq portes sont surmontées chacune d’un grand linteau monolithe de belle venue. On sent là le désir d’un propriétaire terrien de manifester son « assiette », devant les livreurs de céréales, mais aussi devant les femmes des familles voisines qui entraient périodiquement dans ces lieux pour la préparation des fêtes.

31La grande pièce située au-dessus de la pièce n° 7 (fig. 4) du rez-de-chaussée était une des réserves à graines. De profonds silos (1,20 m environ), ḥaqb, revêtus de qaḍâḍ, existent encore le long des murs nord, est et sud, desservis par une allée le long du mur ouest. La pièce s’aérait par une série de jours dans les murs sud et est. De semblables silos existaient également dans l’aile nord-est, au-dessus des n° 8 et 9 du rez-de-chaussée. Le cadet les fit démolir pour installer une chambre, une cuisine et des toilettes bénéficiant des évacuations existant déjà sur la rue. Il garda la pièce au-dessus du n° 6 comme réserve, et fit percer deux fenêtres dans la chambre qu’il aménagea au-dessus du n° 5 : on les voit sur l’élévation de la façade sud (fig. 2, à gauche).

32Tout est relatif. cIṣâm, le premier fils du frère aîné déjà mentionné, raconte qu’il a dormi là dans sa petite enfance, après avoir quitté la chambre de ses parents. Célibataire de 18 ans, il dort actuellement dans le sanac déjà cité, mais rêve d’emménager dans l’entresol : « Dans deux ans, in šâ’ Allâh, après la fin de mes études secondaires, je me marierai et m’installerai ici. Mon père est déjà d’accord », et l’on voit bien dans son regard que c’est un des ses désirs les plus profonds. Son père étant l’aîné des trois frères qui se partagèrent la grande maison, a une prééminence dans les discussions concernant la distribution de l’espace au fur et à mesure de l’évolution des besoins.

33Dans cet itinéraire du « coucher », de l’enfance à l’âge adulte, se lit l’évolution des statuts au sein de la famille. Bébé dans la chambre des parents ; jeune enfant avec d’autres du même âge, accompagnés souvent d’une parente âgée qui veille sur leur sommeil ; adolescent dans le sanac, construction indépendante de la maison principale, donnant l’autonomie de recevoir mais non celle des repas. Puis, à son mariage, on lui affecte l’entresol, étage défavorisé mais dont il rêve, car il « signe » pour lui l’accès à la vie adulte : un espace beaucoup plus vaste, une cuisine individualisée, le plaisir sexuel licite, bref son propre logement et l’autonomie qu’il procure.

LE PREMIER ÉTAGE

34Ce troisième niveau ou premier étage vrai (fig. 9) est habité par Muḥammad. Cette occupation par l’aîné des fils F. semble a priori contredire le fait habituel que, plus le statut familial est élevé, plus on habite un étage élevé dans la maison occupée par la famille étendue : « en principe », il devrait habiter à l’étage supérieur. Mais Muḥammad justifie son choix de la manière suivante : « A bayt F., dit-il, la vue sur le jardin urbain et l’ensoleillement sont les mêmes aux premier et second étages. En habitant au premier, l’escalier à gravir depuis la rue, pour ma famille, pour mes hôtes et pour moi, est moins élevé. Par ailleurs, la dayma où se trouvent les fours à pain se situe au deuxième étage : en habitant au premier, j’ai plus de place, puisqu’il n’y a pas la dayma, et surtout je n’entends pas les va-et-vient des femmes, leurs conversations, voire leurs discussions, quand elles viennent cuire le pain » ! Le critère de la hauteur qui éloigne des bruits de la rue, de sa poussière et des odeurs du rez-de-chaussée n’est donc pas le seul à être pris en compte pour l’appréciation d’un logement. Aujourd’hui, les odeurs du rez-de-chaussée sont très réduites grâce à la disparition de la majeure partie du bétail et au tout-à-l’égout. Ce facteur d’appréciation ne pèse plus.

35A cet étage habite également une des sœurs de tous les propriétaires de la maison. Divorcée, elle vit là avec ses deux filles.

La ḥiǧra

36Le plan de la figure 9 donne une bonne image d’ensemble de cette ḥiǧra un peu exceptionnelle (fig. 9, n° 12). Elle affecte une forme assez rare, celle de la lettre L assez largement ouverte. Deux arcs de pierre lui permettent d’avoir de belles dimensions avec quelque allure de château, sans nuire à la solidité des murs porteurs. Notons que le « redans », au centre de la façade nord, permet d’équilibrer la poussée de l’arc. Le sol est revêtu de pierre noire ḥabaš sans linoléum.

Fig. 9. Bayt F. : plan du premier étage.
11. Escalier
12. Vestibule d’étage, ḥiǧra
13. Réserve
14. Dîwân
15. Chambre dite makân al-ǧarf
16. Chambre
17. Chambre dite qiblîya
18. Toilettes

37L’entrée principale de la ḥiǧra est équipée d’une porte-guichet, dont on voit bien sur la figure 10 un principe fréquent de décoration : deux miḥrâb verticaux surmontés d’un panneau horizontal. Face à elle se trouve un coffre ancien au-dessus duquel il faut apprécier les deux petits placards aux portes sculptées et la manière dont il sont reliés par des lignes de plâtre aux lucarnes supérieures permettant d’aérer la réserve située au-delà du mur (fig. 9, n° 13).

38La famille a disposé aujourd’hui à côté du coffre une armoire métallique imitation bois, aux portes équipées de miroirs, surmontée de nombreux cartons empilés. Un peu plus loin, une grande bassine métallique plate, lâǧin, pleine de linge, montre que la ḥiǧra, à bayt F. comme ailleurs, n’est pas qu’un espace de distribution vers les autres pièces. Les femmes y accomplissent de nombreuses tâches et y séjournent en préparant le thé sur le mawqid, brasero typique de Sanaa, posé dans le coin nord de la ḥiǧra, avec les pinces à braises, murqâd.

Le dîwân

39Cette belle pièce occupe toute l’aile s’avançant vers le bustân. Elle se distingue par un ordonnancement subtil de son espace (fig. 9, n° 14).

40Le sol est recouvert de linoléum, mušammac, mais, à partir du milieu de la pièce, un klîm à rayures de couleurs vives s’ajoute au linoléum et agrémente les places situées près des fenêtres. Au pied des murs de long pan courent les habituels matelas, recouverts de tissages de type bédouin, farda. Mais les plus proches du bustân sont en outre habillés de tapis industriels, frâš. Entre les fenêtres, un miroir, puis un certificat d’études primaires et, non loin du plafond, le portrait d’un homme en uniforme. De même, les étagères de l’extrémité méridionale sont les seules à porter de petits vases de fleurs en plastique. Par tous ces détails s’affirme la « distinction » des places les plus proches des fenêtres et de la vue agréable qu’elles procurent. La place de l’angle sud-ouest, enfin, est la seule à posséder une « fille du coussin » au-dessus des habituels wisâda : c’est la place du maître de maison.

41Les deux murs de long pan constituent une opposition intéressante : le mur oriental est percé d’oculi superposés, mais sans défoncement par-dessous, alors que le mur occidental est creusé de défoncements, muġaffara, ornés d’arcs en stucs, mais sans oculus. Ces aménagements répondent, dans les mêmes proportions, au rapport 2/1 des oculi double surmontant les deux fenêtres, au bout du dîwân. Ils constituent des compensations décoratives au principal défaut de la pièce, celui de n’avoir pas son mur de long pan ouvrant sur le bustân. Chaque mur est cependant équipé des classiques petites étagères en plâtre : elles rompent la monotonie des murs et permettent des rangements.

42L’encadrement de l’unique fenêtre du mur occidental est rempli de piles de vêtements et de tas de livres. Des vestes d’homme, des vêtements de filles sous housse plastique, des cartables sont pendus des deux côtés du dîwân. Mais les ǧanbîya et les tuyaux de pipe à eau sont suspendus face à l’entrée : volonté probable de valoriser des symboles d’honneur et d’hospitalité.

43Le petit mur, à gauche de l’entrée, est percé de trois lucarnes ornées de petits vitraux empâtés au fil des ans par les blanchiments au ǧuṣṣ : elles éclairent faiblement la réserve qui se trouve derrière. A terre, sont posés successivement deux pipes à eau surmontées de leurs tuyaux enroulés contre le mur, un poste de télévision posé sur une table basse, une machine à coudre sous son cache de bois, enfin un grand tas de couvertures empilées dans l’angle.

44Ce grand dîwân sert en effet de chambre à coucher pour tous les enfants de Muḥammad : les quatre garçons près des fenêtres du bustân, les quatre filles plus près de la porte, la sœur de Muḥammad entre les uns et les autres, les petits près d’elle. La sœur du père, la vieille tante paternelle, camma, veille au bon ordre du coucher, quand il faut déployer les couvertures pliées pendant la journée, consoler un petit qui pleure, calmer les aînés qui chahutent. Elle assure aussi, à l’évidence, la garantie morale de bonne séparation entre garçons et filles... Les petits jeunes gens reproduisent déjà, dans le sommeil, les hiérarchies de leurs pères, en s’établissant près des places d’honneur de la journée. Là, les matelas sont plus épais et, autre avantage, ils ne sont pas dérangés durant leur sommeil par les allées et venues dues à la porte.

Fig. 10. Bayt F. : la ḥiǧra du premier étage.
On voit la porte de l’escalier au premier plan, à gauche. Au fond, la porte de la chambre n° 16.

Fig. 11. Bayt F. : la ḥiǧra du premier étage.
Elle est vue ici depuis la porte de la chambre n° 16.

Fig. 12. Bayt F. : élévation intérieure de la ḥiǧra du premier étage.
A gauche, la porte de la chambre n° 16 ; au centre, le mur des pièces n° 13 et 14, puis la porte du dîwân ; à droite, élévation du mur oriental de la chambre n° 15.

45Durant la journée, les enfants ont libre accès à cette pièce où ils jouent et regardent la télévision quand commencent les émissions, après la prière du caṣr.

La chambre dite makân al-ǧarf

46Le ǧarf, c’est une baie fermée par une fenêtre ou des volets à trois battants ou plus, jusqu’à six et sept : il donne son nom à une pièce s’ouvrant très largement sur le bustân, dans l’angle sud-ouest de la maison (fig. 9, n° 15). Elle fut probablement construite après le reste de la maison. Un indice important est que la porte du dîwân (n° 14) s’ouvre en partie dans un renfoncement du mur du la chambre n° 15 : si dîwân et makân al-ǧarf avait été construits ensemble, le maçon aurait évidemment décalé la porte vers le nord, car la place ne manquait pas. Ensuite, nous savons que le dîwân est à chaque étage la plus belle pièce : on peut penser que celui-ci possédait autrefois une série de baies sur son côté ouest. Le maçon n’aurait pas accepté, dès la construction, de n’ouvrir ce dîwân que par trois fenêtres. Troisième indice, enfin : le ǧarf ne nous semble être apparu dans Sanaa qu’à partir de 1850 environ.

47Une porte à double battant et double parement, ce qui est assez rare, y donne accès. Bien exécutée, elle est entièrement lisse. Les volets en revanche sont sculptés de motifs exécutés en « taille indienne » qui prennent fort joliment la lumière.

48C’est là que dorment l’ayant droit de cet appartement, Muḥammad, et sa seconde épouse appartenant à une « bonne famille » du quartier.

La chambre nord-est

49Cette chambre aux dimensions moyennes (fig. 9, n° 16) a pour principale décoration de très jolis volets en bois sculptés à jour, muẖarram. L’une des fenêtres possède également un šubbâk en contreplaqué, matériau récemment introduit à Sanaa. Cela montre que le šubbâk est toujours construit et utilisé pour identifier la personne qui frappe à la porte. Malgré ses jolis volets, c’est une pièce que l’on n’aime pas beaucoup, explique la famille, parce qu’elle est froide et qu’il n’y a pas de vue sur le bustân ; de plus, elle donne sur la rue qui est parfois bruyante... Pièce défavorisée par conséquent, que doit occuper quelqu’un d’assez bas dans la hiérarchie familiale. Effectivement, un homme jeune et célibataire, apparenté aux trois propriétaires, y dort. Durant la journée, il empile les couvertures pliées devant la fenêtre sud, celle qui n’a pas de šubbâk, où elles voisinent avec un grand plateau de cuivre.

50Quoi qu’il en soit, l’occupant n’a pas apporté beaucoup de changements à la disposition ancienne : linoléum à l’entrée, plus un paillasson. Au centre, une « allée » est couverte d’un tapis industriel à poils ras, busâṭ. Au pied des murs s’étendent des matelas bourrés de coton, frâš, couverts de tissages bédouins et de couvertures industrielles. Les dossiers wisâda sont enveloppés de tissus à étoiles brillantes. Deux places seulement, celles des angles opposés à l’entrée, ont des « filles du coussin ». Au-dessus de la place située à l’angle sud-est, une sacoche de tissu brillant rose renferme le Coran. Sur les étagères, face à la porte, s’alignent cinq aspersoirs à parfums, un encensoir en cuivre, mubẖar, un joli récipient pour conserver l’encens, deux flacons de kohol de part et d’autre d’une glace. Sur des étagères un peu moins visibles de l’entrée, des cendriers, des crachoirs, ainsi qu’une bombe insecticide, des médicaments et un flacon de shampooing. Juste en face de l’entrée aussi, des photos de la famille. Tous les signes l’indiquent, cette place de l’angle nord-est est considérée comme la meilleure : loin de la porte et de ses dérangements, offrant de la vue par toutes les fenêtres et possédant également une fenêtre à proximité pour moduler à volonté soit l’aération, en ouvrant la fenêtre, soit l’intimité, en abaissant le rideau.

51Juste à droite de l’entrée, un poste de télévision est posé sur une cantine métallique. Plus loin, pendus au mur sud, des tuyaux de madâca, des vestes d’hommes et une horloge réglée à l’heure « arabe », non à l’heure internationale.

Fig. 13. Bayt F. : le dîwân du premier étage.
Il est vu en direction du sud, vers le bustân.

Fig. 14. Bayt F. : élévation intérieure du premier étage.
Au fond, la porte de la pièce n° 15.

La chambre dite qiblîya

52Cette petite chambre porte ce nom car elle est orientée vers la qibla, la direction de La Mecque : l’orientation donne donc son nom, par extension, à toute la pièce (fig. 9, n°17).

53Initialement, elle dut être conçue comme chambre à coucher, car elle est équipée d’une superbe porte. En hiver, on n’y dort pas car, exposée aux vents du nord, elle est trop froide. Elle sert de réserve pour de gros objets : un réfrigérateur, une penderie en plastique vide, un lit de camp métallique, plusieurs matelas, des couvertures et des coussins, un coffre en bois ancien et un neuf, et de nombreux ballots de vêtements dans de vastes tissus noués aux angles.

LE SECOND ÉTAGE

54Le principal intérêt architectural de ce niveau est de posséder une cour intérieure (fig. 15, n° 20). Les terrasses d’étage ouvertes en façade sont nombreuses dans les maisons de Sanaa, nous l’avons vu. Les cours intérieures, elles, sont beaucoup moins fréquentes. Ce niveau a-t-il été conçu dès l’origine pour être entièrement destiné aux femmes, avec une cour intérieure, šamsîya, où elles peuvent profiter du soleil, comme le nom l’indique ? Cela nous paraît possible, mais nous manquons de preuve pour l’affirmer. Il est clair en revanche que le grand dîwân initial de l’aile sud a été divisé par une cloison construite ultérieurement. Tout ce niveau est donc constitué de deux ensembles bien distincts.

55L’un est centré autour de la šamsîya (n° 20), sur laquelle ouvrent la dayma (n° 21), des toilettes (n° 23), deux réserves (n° 22 et 25) et une chambre (n° 24). Adossés au mur de la ḥiǧra, les tannûr font l’objet d’un tour de rôle entre les trois familles occupant l’ensemble de la demeure ; mais les plats eux-mêmes sont préparés dans les étages. En 1990 fut acheté un tannûr à butagaz : les femmes apprécient la diminution de travail, mais les hommes trouvent que le pain est moins bon... Un vaste sâḥil occupe toute la partie nord-est de la pièce. Au tannûr et au sâḥil correspondent, sur la façade (fig. 1), les lucarnes noircies par la fumée, à droite, et le haut de la maçonnerie du puits, aujourd’hui muré, à gauche.

Fig. 15. Bayt F. : plan du second étage.
11. Escalier
19. Vestibule d’étage, ḥiǧra
20. Cour d’étage, šamsîya
21. Cuisine des fours à pain, dayma
22. Réserve
23. Toilettes
24. Chambre
25. Réserve
26. Manẓar
27. Dîwân
28. Chambre

56L’autre partie du second étage est aujourd’hui habitée par cAbduh, un des frères F., le cadet. Commerçant de vêtements au souk, il y travaille le matin. L’après-midi, c’est son fils de douze ans qui tient la boutique, après avoir pris, en plus de l’école matinale, deux heures de cours supplémentaires avec un professeur rémunéré.

Fig. 16. Bayt F. : la ḥiǧra du second étage.
EIle est vue ici du nord vers le sud. On voit au fond la porte de la pièce n° 27, au 1er plan à droite celle de la pièce n ° 28.

57De l’avis de cAbduh, le meilleur étage de bayt F., c’est le premier, en dessous de chez lui : plus vaste pour le logement, moins d’escaliers pour y accéder, tout en ayant une vue aussi belle qu’au second étage. Mais, par discrétion, il ne dit rien du dérangement que peuvent lui causer les femmes de la maisonnée quand elles viennent utiliser les fours à pain de la dayma.

58Cependant, quand on lui demande s’il est heureux d’habiter ici ou s’il préférerait habiter un quartier nouveau, il répond que bayt F. est bien, mais que ce sont les circonstances qui l’obligent à y vivre. Lui et sa femme s’y sentent mutaḍâyyiqîn, terme formé sur la racine Ḍ Y Q, l’étroitesse, et qui évoque non seulement une exiguïté des lieux mais aussi un sentiment psychologique d’enfermement, d’oppression. cAbduh met en cause l’accès à son manẓar (fig. 15, n° 26), qui se fait par un couloir étroit, dû au mur qui a divisé l’ancien dîwân. Il y reçoit, assis, dans l’angle sud-ouest, au même emplacement par conséquent qu’à l’étage inférieur, ses invités assis en face de lui. Il ajoute que, dans l’usage quotidien, une grande partie de son étage lui échappe : la ḥiǧra est traversée par les femmes des autres étages qui viennent faire le pain dans la dayma, dont elles partagent les tannûr. Cette dayma est vaste et occupe toute la partie nord-est de ce niveau. La šamsîya est un lieu de femmes, où il n’aurait pas idée d’aller, sauf pour se rendre aux toilettes. Sa mère vit également à ce second étage. Un autre frère, militaire, vient aussi loger à ce niveau de temps à autre ; il dort dans un lit métallique placé sur le mur nord du manẓar, contre la cloison, et sur lequel on dépose dans la journée un tas de matelas. Ce manẓar a donc double fonction : pour cAbduh, pièce de réception pendant la journée, et, pendant la nuit, chambre à coucher pour son frère qui y reçoit également.

59cAbduh, lui, dort dans le dîwân situé au coin sud-ouest de la maison (n° 27). Il a un garçon et trois filles, mais nous n’avons pu savoir la répartition du couchage.

Fig. 17. Bayt F. : le dîwân du second étage, vu vers l’est.

Fig. 18. Bayt F. : vue d’ensemble de la terrasse sommitale, ǧubâ.
Les coupolettes sont celles des cheminées qui coiffent la hotte, siyya, des fours à pain situés dans la dayma. A leur droite, le puits de lumière de la cour, šamsîya, à l’étage inférieur.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bayt F. : élévation nord sur la cour.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Fig. 2. Bayt F. : élévation sud sur le jardin urbain.Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir ou blanc égale un mètre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Phot. 1. Bayt F. Façade orientale.Noter l’avancée du puits, à droite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3. Bayt F. : coupe est / ouest.3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz8. Réserve non visitée9. Réserve non visitée10. Réceptacle des excréments solides11. Escalier12. Vestibule d’étage, ḥiǧra13. Réserve18. Toilettes19. Vestibule d’étage, ḥiǧra20. Cour d’étage, šamsîya23. Toilettes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 4. Bayt F. : plan du rez-de-chaussée.1. Cour de devant, ḥûš2. Cour arrière, ḥawî3. Vestibule de rez-de-chaussée, dihlîz4. Pièce pour le bétail, ḥarr5. Réserve6. Réserve7. Réserve8. Réserve non visitée9. Réserve non visitée10. Réceptacle des excréments11. Escalier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Bayt F. : le portail d’entrée vu de la rue.A gauche de la porte, une dakka à deux degrés permettait d’enfourcher plus facilement une bête de somme. Au-dessus, s’élève le conduit maçonné du puits jusqu’à l’étage de la dayma.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 6. Bayt F. : le dihlîz.Au centre, la porte de la cour. A gauche, la porte de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 7. Bayt F. : l’escalier.On le voit ici entre la porte intérieure du dihlîz (en bas) et l’entresol. Noter les joints rubannés qui lient les pierres du pilier central, quṭb.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 8. Bayt F. : élévation intérieure du dihlîz.On voit à gauche la porte de la cour, en position ouverte ; à droite, la porte de la pièce n° 7.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 9. Bayt F. : plan du premier étage.11. Escalier12. Vestibule d’étage, ḥiǧra13. Réserve14. Dîwân15. Chambre dite makân al-ǧarf16. Chambre17. Chambre dite qiblîya18. Toilettes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 10. Bayt F. : la ḥiǧra du premier étage.On voit la porte de l’escalier au premier plan, à gauche. Au fond, la porte de la chambre n° 16.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 11. Bayt F. : la ḥiǧra du premier étage.Elle est vue ici depuis la porte de la chambre n° 16.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 12. Bayt F. : élévation intérieure de la ḥiǧra du premier étage.A gauche, la porte de la chambre n° 16 ; au centre, le mur des pièces n° 13 et 14, puis la porte du dîwân ; à droite, élévation du mur oriental de la chambre n° 15.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 13. Bayt F. : le dîwân du premier étage.Il est vu en direction du sud, vers le bustân.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 14. Bayt F. : élévation intérieure du premier étage.Au fond, la porte de la pièce n° 15.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 15. Bayt F. : plan du second étage.11. Escalier19. Vestibule d’étage, ḥiǧra20. Cour d’étage, šamsîya21. Cuisine des fours à pain, dayma22. Réserve23. Toilettes24. Chambre25. Réserve26. Manẓar27. Dîwân28. Chambre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 16. Bayt F. : la ḥiǧra du second étage.EIle est vue ici du nord vers le sud. On voit au fond la porte de la pièce n° 27, au 1er plan à droite celle de la pièce n ° 28.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 17. Bayt F. : le dîwân du second étage, vu vers l’est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 18. Bayt F. : vue d’ensemble de la terrasse sommitale, ǧubâ.Les coupolettes sont celles des cheminées qui coiffent la hotte, siyya, des fours à pain situés dans la dayma. A leur droite, le puits de lumière de la cour, šamsîya, à l’étage inférieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4407/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter