Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 3. Constantes et variations

Chapitre 11. Bayt S

Texte intégral

  • * Maria MARÉCHAUX, architecte.

1Relevés architecturaux de Maria MARÉCHAUX*

2Texte, légendes des relevés et photos de Paul BONNENFANT

  • Pascal MARÉCHAUX, architecte.

3Dessins au trait de Pascal MARÉCHAUX

Phot. 1. Bayt S. L’atelier de fourreaux de ġanbîya.
Une pièce du rez-de-chaussée, sans communication avec la maison proprement dite, sert d’atelier (fig. 4, n° 11). Une petite équipe d'ouvriers revêt de cuir les fourreaux en bois du poignard ganbîya, qui attendent au premier plan (à droite).

LES ÉLÉVATIONS

La façade sur la rue

4Sur la rue (fig. 1), bayt S. présente un ensemble courant dans les maisons d’une certaine aisance. Un portail donne accès à une cour précédant la maison, tandis qu’une pièce s’ouvre de manière indépendante dans le rez-de-chaussée : c’est là que Ḥusayn, l’un des hommes de la maison, et son équipe de quatre ouvriers, confectionnent des cisab, les fourreaux de ğanbîya (fig. 4, n° 11 ; phot. 1). Le portail sur la rue indique une date : 1323/[1905]. D’après le propriétaire le plus âgé, le corps principal de la maison fut édifié dans les deux années qui suivent cette date. L’aile arrière, en revanche, est récente.

5Le portail offre l’ordonnance de pierre très usuelle à Sanaa et fournit plusieurs exemples d’inscriptions religieuses utilisées pour des franchissements. Voici la plus originale : « Avec les Cinq, j’éteins le Feu destructeur de l’Enfer : avec le Purifié, [avec] celui dont Dieu est satisfait [cAlî], [avec] leurs deux fils [Ḥasan et Ḥusayn] et Fâṭima. » Cette invocation, relativement fréquente à Sanaa, affirme une filiation calîde et place l’entrée de la demeure sous la protection de ces saints personnages.

6Le soubassement de pierre est percé de deux fenêtres : elles correspondent à l’entresol et sont récentes, car ce niveau, à l’ordinaire, n’a que de petits jours pour aérer les céréales. On voit encore les arcs en pointe qui encadraient autrefois quatre jours, comme c’est encore le cas à gauche. Mais il faut admirer l’habileté avec laquelle le plâtrier a raccordé entre elles anciennes et nouvelles ouvertures.

7Des bandeaux de briques simples font la liaison entre les étages. Par la qualité de la décoration, on voit que les premier et deuxième étages étaient les niveaux « nobles » de la demeure, avant l’aménagement de l’entresol, la construction récente d’un nouvel étage au sommet de la maison et l’édification d’une aile supplémentaire à l’arrière de la cour.

8Au premier et deuxième étages, fenêtres et vitraux sont tous dans le rapport 1/1, quelle que soit leur largeur, et l’ensemble fournit des volumes à la fois variés et équilibrés. En revanche, au troisième étage, encore en construction, les fenêtres sont plus hautes que les vitraux qui les surmontent : l’harmonie des étages inférieurs fait place à la monotonie et à la répétition. Mais il est bien possible qu’un jour un plâtrier, venant restaurer la façade et décorer l’étage supérieur, relie entre eux volumes anciens et nouveaux et les coordonne à l’ensemble : partout dans le vieux Sanaa, le plâtre unifie et harmonise... Il faut noter la manière dont la petite aile du coin nord-ouest, desservant des toilettes, est intégrée avec le reste : au premier étage, une lucarne surmonte un petit arc aveugle ; au deuxième, deux lucarnes superposées sont reliées par un volume de plâtre qui s’allonge jusqu’à l’angle du mur.

La façade sur le jardin urbain

9Le mur de clôture de la cour, ḥawî, est bâti en gros blocs de basalte surmontés de trois assises de pisé qui le rehaussent. La porte de communication de la maison avec le jardin urbain (fig. 2), presque dérobée, exprime bien la faiblesse des relations entre celui-ci et la maison : c’est un endroit que l’on admire, mais où l’on ne va pas. Un peu plus loin, le bas du mur de la maison, en pierres taillées, répond au mur de clôture et « assied » la maison en donnant une impression de force.

Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir ou blanc égale un mètre.
Fig. 1. Bayt S. : élévation sud sur la rue.
A gauche, le portail d’accès à la cour offre l’ordonnance typique de Sanaa. Noter la boutique, à droite. L’entresol des anciennes réserves a été percé de fenêtres pour créer un nouveau logement, celui de Ḥusayn. Contraste du niveau supérieur, en construction durant l’étude, avec les niveaux inférieurs datant du début du siècle : baies plus larges, et plus hautes par rapport aux arcs qui les surmontent.

10Cette façade est exposée en plein nord, d’où viennent les vents froids d’hiver : les maçons-architectes ont donc disposé de ce côté les locaux les moins prestigieux : escaliers, toilettes, cuisine. Aussi les vraies fenêtres n’occupent-elles qu’un très faible volume visuel. Des formes décoratives très usuelles à Sanaa composent le décor : les lucarnes des escaliers, à gauche, sont entourées de plâtre en forme de chapeau pointu. Plus haut, le mur de la cuisine est joliment décoré d’une série de niches aveugles surmontées d’autres niches percées de jours. Mais, plus récentes, les deux fenêtres supérieures offrent des volumes un peu moins équilibrés.

11L’aile arrière, à droite, construite aux alentours de 1980, est assez bienvenue. On constate que les fenêtres deviennent plus larges et plus hautes par rapport au vitrail.

LE REZ-DE-CHAUSSÉE

La cour de devant : le ḥûš

  • 1 On rencontre souvent le terme de dakka en d’autres points de la péninsule Arabique. Cf. Bonnenfant (...)
  • 2 Le même terme désigne les bidonvilles dans toute la péninsule Arabique.

12Le portail (fig. 4, n° 1) donne accès à une cour, ḥûš (n° 2). L’emploi de ce terme par les habitants de la maison connote un usage commercial de cet espace : à Sanaa, la cour d’une maison s’appelle plutôt ḥawî. A droite de l’entrée, une dakka est presque ensevelie sous des ballots divers et de vieux objets : un moulin à bras abandonné, un long tuyau enroulé. Les ballots contiennent notamment les réserves de peaux qu’utilise Ḥusayn pour recouvrir de cuir les fourreaux de ğanbîya (phot. 1). Autrefois, on étalait un tapis sur la dakka, pour permettre au maître de maison d’accueillir des visiteurs ou de surveiller le va-et-vient des marchandises1. A gauche du portail, une baraque en tôle et contreplaqué, ṣandaqa2, abrite quelques chèvres vivant des déchets organiques de la maison et, plus loin, un autre enclos protège une douzaine de poules. Au fond de la cour, on trouve une seconde enceinte avec d’autres poules et deux gros cubes métalliques servent de réservoir d’eau. Sur l’un d’eux, des plantes odoriférantes, basilic et rue, poussent dans quatre bidons de fer blanc, tanak. Une espèce de portique en gros tubes métalliques barre la cour : palan pour réparer des motos, il sert aussi de support à balançoire pour les enfants.

Fig. 2. Bayt S. : élévation nord, sur le jardin urbain.
La porte d’accès au jardin urbain, inhabituelle, est presque dérobée. A droite, l'aile arrière contraste par ses larges baies, ğarf, avec la façade plus ancienne du corps principal de la maison. Les jours en croix insérés dans des triangles sont ceux des bayt aš-šurba (n ° 26 et 35 des plans). En haut de la maison, noter les arcs aveugles décorant la façade nord de la cuisine, dayma.

La cour arrière : le ḥawî

13Les habitants de la maison distinguent dans la langue la cour avant, ḥûš, et la cour arrière, ḥawî. On accède à celle-ci (fig. 4, n° 3) par un passage couvert (n° 4) sous la partie la plus récente de la maison, l’aile arrière ; une porte donne accès à un escalier très raide vers les étages. La moitié ouest de la cour est cimentée, avec différents bacs : servaient-ils autrefois à laver des peaux ou à une autre activité semblable ? C’est là en tout cas qu’on sacrifie les agneaux ou les chèvres, à l’occasion des fêtes religieuses ou occasionnelles, munâsabât. Le sol cimenté permet un nettoyage facile : l’eau s’en va vers le bustân, comme d’ailleurs toutes les eaux usées de la maison. Une patte de chèvre reste accrochée au-dessus de la porte par une cordelette : « C’est un ḥirz, une protection magique », m’explique une des femmes de la maison. Cela vaut d’être noté : de tels objets sont rares au Yémen, si l’on compare à l’Afrique du Nord. L’autre moitié de la cour, au sol en terre battue, est envahie de déchets divers : deux carcasses de motos, des morceaux de tuyaux en plastique, un vieux pneu de voiture, des bidons de fer blanc crevés, à demi recouverts de branches de qât qu’on jette des pièces dominant la cour.

Fig. 3. Bayt S. : coupe sud-nord.
On constate que, selon les étages, l’arc qui traverse chaque vestibule est disposé soit parallèlement à la coupe (2e étage ou 4e niveau), soit transversalement (dihlîz du rez-de-chaussée, ḥiğra du 1er étage ou 3e niveau). Noter l’épaisseur du mur nord, voulue dès les fondations : elle permet d’y insérer à plusieurs niveaux des petites pièces ou placards rafraîchis par les courants d’air. L’aile arrière s’avance profondément vers le jardin urbain ; le niveau où est aménagée la dayma de la famille de Ḥusayn tranche par son mur presque aveugle avec les niveaux de réception.

Fig. 4. Bayt S. : plan du rez-de-chaussée.
1. Portail d'entrée
2. Cour avant, ḥuš
3. Cour arrière, ḥawî
4. Passage couvert
5. Réserve
6. Vestibule inférieur, dihlïz
7, 8, 9, 10. Réserves
11. Atelier de fourreaux de ġanbîya
12. Réceptacle des excréments solides
13. Escalier

Le rez-de-chaussée de la maison

14Dans la maison principale, le vestibule inférieur, dihlîz (fig. 4, n° 6), est décoré d’un arc aux joints rubanés (fig. 5). Quatre pièces du rez-de-chaussée (fig. 4, n° 7, 8, 9 et 10) sont consacrées à des réserves aujourd’hui peu utilisées. La cinquième, accessible seulement de la rue, est l’atelier d’Ḥusayn déjà mentionné (n° 11). On note, à l’angle nord-ouest de la maison, l’emplacement (n° 12), qui reçoit les excréments tombés des toilettes situées dans les étages supérieurs.

Fig. 5. Bayt S. : le vestibule inférieur, dihlîz.
Noter les fûts métalliques, birmîl, contenant des céréales, et l’arc aux joints rubannés.

L’ENTRESOL ET L’AILE ARRIÈRE AU FRÈRE CADET

15Le schéma généalogique de la famille S., présenté ci-contre, permet de comprendre la répartition des étages de la maison (fig. 6, 8, 10, 13) en fonction des statuts familiaux.

16Tous les occupants actuels sont les enfants ou les petits-enfants d’un certain Rizq S. qui eut quatre fils, cAli, Muḥammad, cIzzî et cAbd al-Muġnî. La famille S. est une vieille famille de Sanaa, elle est « enracinée », carîqa. Bien qu’un peu appauvrie actuellement, elle a de nombreux liens avec le marché central où elle tenait deux boutiques dans le souk des raisins secs. Plusieurs maisons du quartier lui appartenaient. Comme de nombreuses familles de Sanaa, elle possède du bien à ar-Rawḍa, où habitent d’ailleurs plusieurs autres membres de la parenté. Dans la famille elle-même, Muḥammad Rizq S. habite soit dans la maison, soit à ar-Rawḍa. La famille possède enfin des terres à H̱ubân, près de Ḏamâr, au sud de Sanaa.

17Nous constatons que la répartition des divers étages répond au critère du rang dans la famille : on habite d’autant plus haut dans la maison qu’on est parmi les aînés.

18cAbd al-Muġnî était le cadet des frères : il n’est pas étonnant, nous en verrons les raisons plus loin, qu’il ait eu en héritage l’entresol (fig. 6), niveau en général utilisé pour les réserves et entrepôts. Ses deux fils, Ḥusayn et Ḥasan, l’occupèrent après divers aménagements pour le rendre habitable : percement de fenêtres sur la rue, construction de cloisons diverses.

19Mais Ḥasan finit par partir pour habiter dans un autre logement, près du ḥammâm Sabâ’ : il supportait mal de n’avoir qu’une seule pièce pour lui, sa femme et ses deux enfants, et de devoir partager cuisine et toilettes avec son frère et sa famille. Ḥusayn résume son départ d’un mot : infarada, littéralement, « il s’est individualisé », comportement qui rompt la solidarité de la famille étendue...

20Ḥusayn reste donc sans son frère dans l’entresol de la vieille demeure, où il habite avec sa femme et ses trois jeunes enfants, sa mère et sa sœur de douze ans. Il possède en bas de la maison un atelier. Or, que ce soit dû à la conjoncture économique ou à son dynamisme personnel, Ḥusayn est aujourd’hui dans la famille « l’homme qui monte ». Mal loti au départ, il a pu et su s’agrandir rapidement. C’est lui qui a fait construire l’aile arrière de la maison, muẖallafa, sur trois niveaux auxquels on accède par un escalier qui part de l’entresol, et qui bâtit en 1985 un étage supplémentaire en haut de la maison familiale.

Quartiers d’hiver, quartiers d’été

21Disposant ainsi d’un vaste logement, Ḥusayn et sa famille varient l’utilisation de leurs espaces en fonction des saisons. Les nuits d’hiver peuvent être froides à Sanaa : en janvier 1986, par exemple, le thermomètre est descendu presque toutes les nuits, pendant près d’un mois, aux environs de 0° C. Bien que l’épaisseur des murs assure une bonne isolation et un volant thermique appréciable, la famille de Ḥusayn préfère habiter, durant la saison froide, dans la partie ancienne de la demeure. Plus compacte, elle assure une meilleure protection contre le froid, il y a moins de courants d’air, et surtout les fenêtres exposées au sud permettent au soleil, bas sur l’horizon en hiver, de tiédir les pièces. De plus, l’emplacement de bayt S. étant privilégié, les fenêtres exposées au sud jouissent de la vue sur un autre jardin urbain. En été au contraire, la famille réside dans l’aile arrière de la maison : plus loin des bruits et de la poussière de la rue, elle jouit du calme du bustân, de la beauté du paysage et de la fraîcheur qui en monte. A cette époque de l’année, la ḥiğra est alors condamnée une grande partie de la journée, ce que permet le jeu de portes visibles sur le plan de l’entresol.

22Avec le logement de Ḥusayn, nous avons donc un bon exemple de la manière dont on vit l’espace à Sanaa, quand il ne manque pas...

Fig. 6. Bayt S. : plan de l’entresol.
13. Escalier
14. Vestibule d’étage, ḥiğra
15. Pièce de réception, dîwân
16. Chambre à coucher, makân al-wasat
17. Chambre à coucher, makân ġarbî
18. Couloir d’accès à l’aile arrière
19. Toilettes, maṭhar, zulî
20. Escalier de l’aile arrière
21. Pièce polyvalente : réserve l’hiver, séjour l’été
22. Réserve

La ḥiğra

23De l’escalier (fig. 6, n° 13) bâti sur le côté froid de la maison, on peut pénétrer dans le logement par deux portes, l’une donnant sur la ḥiğra, l’autre sur un couloir permettant d’accéder à l’aile arrière. A l’évidence vestibule d’accès aux autres pièces, la ḥiğra (n° 14) n’est pas que cela : le sol recouvert de linoléum, de vieux tapis ras et de coussins-dossiers, wisâda, contre les murs nord et sud, montre que c’est aussi une pièce où l’on vit. Dans le coin nord-est, une télévision trône sur une commode métallique mauve, puis nous trouvons un grand placard en contreplaqué avec porte en verre dépoli, un tuyau de pipe à eau, une machine à coudre. Tous ces objets prouvent bien que cette pièce est beaucoup plus qu’un vestibule. C’est là qu’est pris le repas du matin, le ṣabûḥ, parce qu’il y fait tiède ; c’est aussi là qu’on dîne le soir. En revanche, le repas du midi se prend dans la dayma de cette famille, dans l’aile arrière (fig. 8, n° 23), qui est alors réchauffée par le feu des tannûr et la chaleur du jour. A un clou du mur : un peu incongru, un superbe chausse-pied en cuir et en laiton, petite œuvre d’art évoquant quelque officier britannique d’Aden à l’époque coloniale...

24En été, les deux portes de la ḥiğra sont fermées à clef durant la journée, car la famille vit dans l’aile arrière, plus aérée et calme. On ne l’ouvre que le soir, pour aller dormir.

Le dîwân

25C’est la pièce la plus prestigieuse de ce niveau (fig. 6, n° 15). Les murs en ont été peints à la peinture à l’huile blanc crème jusqu’au plafond, laissé en plâtre. Après le linoléum de l’entrée, un tapis tissé à poil ras recouvre le sol. Les matelas sont eux-mêmes revêtus de tapis. L’ensemble de la pièce est très propre et soigné. Le bas des fenêtres, percées quand l’entresol fut aménagé, est carrelé de faïences bleues, comme dans une salle de bains. Une des anciennes lucarnes, dont on voit la trace sur la façade sud, a été transformée en petit placard à porte-miroir. Une ceinture et sa ğanbîya sont pendues à un clou à droite de l’entrée, sous une pendule à quartz et un portrait d’enfant.

26La place d’honneur est celle de l’angle nord-ouest : c’est ici seulement qu’il y a des « filles du dossier » au-dessus des dossiers, ici seulement qu’il y a un accoudoir, ainsi que dans l’angle sud-ouest. Sur le mur de petit pan, un tableau noir aux lettres dorée et en relief « Allâh ! Que sa gloire soit exaltée ! », accompagne trois aspersoirs à parfum et trois crachoirs en cuivre. Le fil du téléphone arrive par le šâqûṣ, l’appareil lui-même attend sur une petite tablette en bois et en verre posée sur le matelas.

27Face à la porte, dans l’angle sud-est, une autre télévision, recouverte d’un napperon en plastique et d’un pot de fleurs artificielles, siège sur une table roulante chromée ; au-dessous, un magnétoscope couvert d’un tissu brodé et une douzaine de cassettes vidéo. Accroché au mur, un portrait du président de la République du Yémen : quand on regarde la télévision, on est obligé de le voir. La modernité de la télévision répond à la modernité du système présidentiel. Toujours près de la TV, deux portraits de famille : Ḥusayn et ses enfants, Ḥasan et les siens. Ainsi, un coin de pièce est affecté aux symboles nouveaux, télévision, vidéo, photos de famille et du président de la République, tandis que la place d’honneur habituelle, à l’angle de la pièce, exalte des valeurs enracinées : Dieu par le tableau ; l’hospitalité par les aspersoirs à parfum, et la sociabilité, par les crachoirs qui évoquent la séance de qât...

28Ce dîwân est fermé par une assez belle porte à un battant, à double miḥrâb en assemblage arabe, probablement apportée d’ailleurs. Elle n’est pas doublée d’un bârda, comme si celui-ci était réservé aux pièces dont on veut vraiment protéger l’intimité, chambres à coucher, toilettes, cuisines où travaillent les femmes...

29Quoi qu’il en soit, cette pièce est un peu « solennelle ». La sœur du maître de maison empêche les enfants d’y entrer : au retour de l’école, ils regardent les feuilletons égyptiens à la télévision de la ḥiğra. Ce dîwân est réservé aux hôtes, aux réceptions, aux solennités, aux séances de vidéo, quand le maître des lieux est présent. C’est également dans cette pièce que l’on fait dormir les hôtes de passage durant les mois froids.

La chambre dite makân ġarbî

  • 3 Cf. l’agencement de la phot. 17,8, prise dans une autre maison.

30Un lit métallique d’un mètre de large, disposé contre la cloison de la ḥiğra, constitue l’attribut essentiel de cette pièce (fig. 6, n° 17). La femme du maître de maison y repose, tandis que son époux sommeille par terre, à la manière ancienne, le long du mur ouest3. Cette juxtaposition de deux « manières de dormir » se retrouve dans la façon de s’asseoir sur le lit. Celui-ci, dans l’angle nord-est, est équipé de coussins, wisâda, appuyés aux deux murs : le mode de s’asseoir à terre est transposé sur le lit. Le choix des couvertures n’est pas moins contrasté : le lit est orné d’un couvre-lit en cotonnade façon Vichy, tandis que les deux klîm où dort Ḥusayn sont recouverts de la courtepointe mafraša, sorte de couette en cotonnade molletonnée, fréquente dans la péninsule Arabique. Le plus jeune des fils du ménage dort aussi dans cette chambre.

31Le problème du rangement est résolu par deux valises et une cantine métallique pleines de vêtements, disposées sous le lit. Des niches aménagées dans le mur sud les complètent pour les objets plus petits et plus précieux. Deux d’entre elles sont fermées par des battants vitrés de verre dépoli ; de petits coffres renferment bijoux et parfums. Durant la journée, les vêtements de nuit sont suspendus à des clous fichés aux murs : à gauche de l’entrée, un peignoir d’homme à rayures, des serviettes de toilette. Face à la porte, sur le mur ouest, se trouve une étagère ; au-dessous, une chemise de nuit et deux sacs à main de dames ; au-dessus, un grand portrait en couleurs des trois enfants. Sur une étagère, un fer à repasser est conservé dans sa boîte de marque « National » d’origine, comme si l’on voulait l’exposer...

32Le nom de cette chambre se réfère à son orientation : c’est la chambre « ouest ».

La chambre dite makân al-wasaṭ

33Elle désigne dans ce logement la pièce exposée en plein sud (fig. 6, n° 16). Pourquoi est-elle appelée makân al-wasaṭ ? On aurait pu l’appeler « pièce sud », makân cadanî, littéralement « pièce orientée vers Aden ». Quel est le critère ? C’est dans cette pièce que veille souvent la famille, quand elle ne regarde pas la télévision : espace petit, intime, tiède en hiver, où l’on se prépare doucement au sommeil en bavardant entre femmes, en apaisant les enfants. C’est là que dorment la mère de Ḥusayn, la sœur de ce dernier, ainsi que ses deux enfants les plus âgés, moins de huit ans. Il s’agit d’un exemple typique de répartition du couchage des membres de la famille, en fonction de l’âge et du sexe : les deux enfants sont trop âgés pour dormir dans la chambre de leurs parents – elle serait d’ailleurs trop petite -, mais encore assez jeunes pour dormir dans la chambre d’une très jeune tante de 14 ans, la vieille mère étant là de toute façon pour veiller aux bonnes mœurs... Cette tante et Bušrâ, toutes deux en classe de 3e « intermédiaire » (à peu près la classe de 3e dans un CES français) y font aussi leurs devoirs du soir, avant le dîner, après avoir fait sortir les petits.

34Le bas de la baie est carrelé de bleu comme dans le dîwân. Même revêtement des murs, peints à l’huile en ocre clair jusqu’au plafond laissé en plâtre. Dans le mur est, deux niches avec placards en vitres dépolies. Une grande cage emprisonne un perroquet. Un rideau, barda, peut se tirer devant la fenêtre, mais il n’y en a pas devant la porte : est-ce parce que celle-ci, en contreplaqué, ne laisse pas d’interstice où pourrait se glisser un œil indiscret ?

35Le sol est couvert de linoléum, puis de deux klîm ; des wisâda courent le long des murs, mais pas de matelas : ils sont roulés dans l’angle sud-est. Les couvertures sont empilées dans l’angle nord-ouest, à gauche de la porte, où elles voisinent avec une pipe à eau. Un manteau de fourrure synthétique est suspendu à l’un des murs.

Le couloir

36Par un long et étroit cheminement intérieur (fig. 6, n° 18), cinq virages, trois degrés et deux portes, on peut accéder à l’aile arrière, partie récente du logement, opposée par un angle au bâtiment principal, plus ancien. Le sol de ce couloir est recouvert de linoléum, plus facile à nettoyer que la vieille pierre habas qu’il recouvre. Puis des sortes de plinthes sont marquées par une couche de peinture à l’huile vert foncé, peu salissante, surmontée de laque ocrée jusqu’à 1,6 m de hauteur. Dans la partie droite, une armoire métallique peinte en bleu supporte deux grandes bouteilles Thermos, ṯallâğa, un seau en plastique et un plateau de thé avec verres ; à son côté, suspendue au mur, une baignoire d’enfant en plastique rouge.

37Au bout du couloir, un petit palier permet d’accéder à l’escalier (n° 20) et à une chambre polyvalente, réserve en hiver, chambre-séjour en été (n° 21). Un šubbâk permet de voir ce qui se passe dans la cour arrière. En hiver, il est obturé par une bassine en plastique et des vêtements de femmes qui en bouchent les trous. Le šubbâk est surmonté d’une lucarne en verre dépoli.

Les toilettes, miṭhâr, zulî

38Dans ces toilettes (fig. 6, n° 19), les équipements traditionnels sont surmontés d'un chauffe-eau électrique et d’un robinet-mélangeur pouvant soit remplir la réserve, soit être utilisé en douche (phot. 47, 7). Le recoin sud cache une machine à laver.

39Le sol et les murs sont revêtus de carrelages dépareillés aux motifs divers qui forment un amusant patchwork, collé sur l’enduit traditionnel des salles d’eau, le qaḍâḍ, en surépaisseur. Une armoire de toilette métallique déglinguée contient quelques objets de toilette inutilisés : Ḥusayn a acheté un objet de rangement « moderne », mais n’en a pas encore intégré l’usage à sa vie quotidienne.

40L’aération est assurée par deux petits šâqûs, l’un avec battant vitré, l’autre sans, fermé en hiver par des chiffons. Au-dessus de la porte, une petite vitre horizontale en verre dépoli reprend l’ancienne disposition des oculi surmontant les portes. Un rideau bârda assure une meilleure intimité, la porte étant en bois de caisse très mal jointé.

41Comme il n’y a pas d’autre point d’eau à ce niveau, on fait dans ces toilettes des vaisselles simples, comme par exemple celle des verres à thé entre deux « services ». Cabinet d’aisance, cabinet de toilette, pièce pour la lessive et un peu de vaisselle : cet espace joue donc un rôle important dans la vie quotidienne.

Réserve l’hiver, séjour l’été

42L’usage de la pièce située dans l’aile arrière (fig. 6, n° 21), obéit à une alternance saisonnière. Pendant les mois chauds, elle assure en tous points les fonctions remplies par le makân wasaṭ en hiver, mais avec plus de calme, car la rue est loin, la pièce donne sur le paisible bustân. La pièce possède aussi plus d’ampleur architecturale : ici, on est dans une véritable pièce, conçue comme telle, non dans un étage d’entrepôt aménagé. Au nord, elle s’ouvre largement, par un ğarf sans volets muni de barreaux, à l’est par deux ṭâqa surmontées de leurs vitraux, tandis que le mur ouest n’a que deux vitraux en haut de la pièce.

43En hiver, quand ses hôtes retournent au makân wasat plus tiède, ce local devient réserve, maẖzan (phot. 60, 7). L’inventaire montre ce qui sert quotidiennement ou seulement à l’occasion.

44Par terre, à gauche de l’entrée, des stocks de peaux pour les fourreaux de ganbîya que fabrique Ḥusayn .

45Dans le coin nord-ouest, des coussins, wisâda, s’entassent sur des plaques de mousse et des couvertures ; trois pipes à eau, madâa, un grand plateau de cuivre, deux cartables, un attaché-case.

46Dans le coin nord-est, beaucoup de vaisselle en aluminium empilée, surtout des plateaux de toutes dimensions, une grande marmite, un brûloir à parfums, mubẖar, une grande aiguière d’autrefois, un plateau sur trois pieds comme on les utilise très peu aujourd’hui au Yémen, des corbeilles plates en vannerie de la Tihâma.

47Sur les étagères ou les bases de vitraux : neuf lourds cadres en moulures dorées pour les photos en couleurs de la famille ; sept bouquets de fleurs en plastique ; un grand tableau de tigre chromo en relief, avec une horloge à quartz dans l’angle ; quelques livres et cahiers d’écolier.

48A la première fenêtre du mur est, trois étuis en tissu précieux contiennent des Livres saints. A la fenêtre suivante, deux sabres voisinent avec trois autres étuis porteurs du Coran.

49Dans le mur mitoyen à l’escalier, quatre petits placard sont fermés, deux par des miroirs, deux par du verre dépoli. Le mur ouest est beaucoup plus épais à la base : la dayma a probablement été construite sur le tigwâb d’une ancienne terrasse.

50Au-dessus de la pièce que nous venons de décrire se continue le logement de Ḥusayn, sur deux autres niveaux qui comprennent une cuisine et un mafrağ.

La dayma

51C’est dans cette pièce (fig. 8, n° 23) que la famille de Ḥusayn cuisine et prend le repas du midi, le plus important à Sanaa, parce que toute la nourriture est proche. On la consomme sur une mâ’ida rectangulaire de 30 cm de hauteur, assis sur six petits tabourets plastiques, qu’on empile après le repas à côté de la cheminée (phot. 2). La table basse comme les tabourets impliquent des changements d’attitudes corporelles par rapport au mode traditionnel de consommation des repas, où l’on est assis par terre, les plats disposés sur une natte à même le sol ou, plus récemment, sur une toile plastifiée.

52Le principal volume visuel de cette dayma est constitué par les trois tannûr surmontés de leur hotte-cheminée, siyya, le tout disposé le long du mur ouest (phot. 2). On y voit un manẖal, fin tamis à farine, et des maẖbaza, instruments permettant de plaquer les galettes de pâte molle contre la paroi chaude du tannûr : la structure est en vannerie, la portion de sphère où l’on pose la pâte en tissu. Mais la fonction de cuisson des plats peut être relayée par une cuisinière à gaz toute neuve à quatre feux, plus le four ; elle est disposée non loin de l’entrée, contre le mur oriental.

53Pour la vaisselle et le lavage des légumes, en revanche, nous ne trouvons pas ici la juxtaposition fréquente d’équipements anciens et d’équipements modernes : un évier, maġsala, en acier inoxydable et monté sur des tubes métalliques, a remplacé le traditionnel sâḥil, dans l’angle nord-est. Lui aussi implique un changement d’attitudes corporelles : les femmes ne lavent plus la vaisselle accroupies au ras du sol, mais debout, voire sur la pointe des pieds et bras en l’air, car l’évier a été fixé fort haut. Certaines femmes sont même obligées d’utiliser un petit escabeau. La pente du sol cimenté de toute la cuisine draine l’écoulement des eaux usées sous l’évier, d’où elles partent à travers le mur vers le bustân.

54Entre évier et cuisinière à gaz, contre le mur est, est placée une armoire en contreplaqué, dûlâb, où sont empilés des ustensiles de cuisine et des boîtes de fer blanc contenant des provisions (phot. 3).

55Les murs sont peints en laque verte jusqu’au plafond resté en plâtre. L’aération s’effectue surtout par les trous disposés en triangle de la siyya, toujours ouverts, et par des lucarnes vitrées dans les murs ouest et nord. La porte est en bois de caisse mal jointé.

Phot. 2-5. Les cuisines, dayma, de bayt S.
2. La dayma de l’aile arrière (fig. 8, n° 23) : cuisinière à gaz et évier en acier inox côtoient les fours à pain, tannûr, toujours en usage.
3. Les ustensiles de cuisine dans un placard.
4. Réchaud à gaz et placard dans la dayma commune du 3e étage (fig. 13, n° 46).
5. Dans la dayma commune, le sâḥil où l’on fait la vaisselle, décoré de motifs de qaḍâḍ simples ; à gauche, le tannûr.

Le mafrağ

56Construite il y a trois ans au-dessus de la dayma, c’est la dernière en date des pièces de l’aile arrière (fig. 10, n° 24).

  • 4 Il s’agit de la principale ville côtière du Yémen, sur la mer Rouge, réputée pour son climat chaud (...)

57Ce mafrağ sert en été de chambre à coucher pour Ḥusayn, sa femme et leur dernier, parce que le makân ġarbî où ils dorment en hiver est alors « chaud comme al-Ḥudayda4 ! ». Rien d’étonnant, avec l’exposition à l’ouest de cette pièce qui l’inonde du chaud soleil de l’après-midi estivale. Le couple bénéficie de plus, en été, du calme du bustân pour dormir, et de la qualité du paysage urbain dans la journée.

58Cette pièce est cependant utilisée en hiver comme mafrağ, mais rarement. L’ensemble donne une impression très soignée (phot. 6, 7).

59Le mur occidental est entièrement aveugle. C’est le ṣadr al-mafrağ, littéralement la poitrine du mafrag, dont les places sont appréciées car elles jouissent toutes de la belle vue sur le jardin urbain et les façades qui le sertissent. Quand on y « qâte » l’après-midi, la lumière y est particulièrement belle. De l’autre côté du bustân, les façades passent doucement de la lumière crue de midi à des teintes ambres et mauves quand le soleil décline. Aussi toutes les places sont-elles équipées de coussins, de « filles du coussin », bint al-wisâda, et d’accoudoirs. Ce mur est décoré de deux portraits du maître de maison et d’une petite tapisserie représentant le tombeau du Prophète à Médine.

60Le mur nord est équipé d’un ğarf et d’un vitrail ; le rapport fenêtre 2/vitrail 1, inverse les proportions qui prévalaient jusqu’il y a un siècle environ. De petits šâqûṣ surmontent des étagères d’angle où s’alignent fleurs et arbres fruitiers en plastique, offrant leur récolte de pommes, d’oranges et de citrons factices. Au-dessus, trois portraits d’hommes en couleurs, dans leur cadre de dorures massives. En haut du vitrail, d’autres grappes en plastique attendent la récolte. Sous les étagères, des tapis de prière et un chapelet sont accrochés aux portemanteaux. Des inscriptions dorées, protégées par du verre scellé dans le plâtre, ornent le linteau entre fenêtre et vitrail : la profession de foi musulmane, et le début de la sourate 96, « L’adhérence » :

  • 5 Le Coran, trad. Berque, p. 687.

Lis ! au nom de ton Seigneur qui créa créa l’homme d’une adhérence.
Lis ! de par ton Seigneur Tout générosité5.

61En hauteur, les percements du mur oriental ont le même rapport fenêtre 2 / vitrail 1 que le ğarf. Un tissu uni blanc, punaisé au ras des vitres, permet d’occulter partiellement le soleil du matin ou de se protéger des regards. Il est doublé, au droit des murs intérieurs, par des rideaux de nylon en dentelle blanche. Pour diminuer les courants d’air, des sacs de plastique ont été coincés entre battants et cadre des fenêtres, d’exécution pourtant assez soignée. Entre les deux fenêtres, un portemanteau soutient une petite tenture où sont brodés les noms d’Allâh et de son Prophète.

62Au-dessus de la porte d’entrée, trois portraits en noir et blanc, un portrait en pied, un pardessus bien coupé accroché à un porte manteau, et deux tentures ornées de versets du Coran.

63Ce mafrağ est prolongé par le tout petit palier d’arrivée de l’escalier (fig. 10, n° 25 ; phot. 7), dont il peut s’isoler par une porte vitrée ; une imposte munie d’un battant oscillant permet de moduler l’aération. Le linoléum, un matelas couvert d’un tapis à poil ras et de wisâda fait de ce palier un prolongement du mafrağ en cas de grande affluence. Une fenêtre ouverte en plein sud l’éclaire et procure une belle vue sur le jardin urbain situé de l’autre côté de la rue ; une autre fenêtre s’ouvre au-dessus de la cour arrière de la maison.

64Sous un édicule (fig. 13, n° 54), une petite porte située à 1,20 m du sol permet d’accéder à la terrasse couvrant l’aile arrière ; une encoche dans le mur aide à gravir plus aisément cette hauteur.

65Cette excursion dans l’aile arrière achevée, nous revenons à l’escalier principal (fig. 8, n° 13), pour continuer la visite du corps ancien de la demeure. Entre l’entresol et le premier étage vrai (3e niveau), l’escalier est éclairé par des jours ouverts au fond d’une niche profonde surmontée d’un arc, d’une qualité esthétique certaine (fig. 7). A sa gauche s’ouvre un placard ouvert sur l’extérieur où l’on peut mettre des boissons ou des aliments à rafraîchir dans l’épaisseur du mur nord (fig. 8, n° 26). Sur le même palier s’ouvre une réserve (n° 27).

Fig. 7. Bayt S. : l’escalier entre l’entresol et le premier étage.

LE PREMIER ÉTAGE DE LA MAISON PRINCIPALE

La ḥiğra

66Le plan montre clairement que l’ancienne ḥiğra (fig. 8, n° 28), au sol couvert de linoléum, a été coupée par une cloison légère en contreplaqué qui ménage une réserve (n° 29) juste à gauche de l’entrée. A droite, une première porte, en planches jointives lisses, permet d’entrer dans la cuisine. Puis une seconde porte que décore un champ en relief s’ouvre sur un chambre. Plus belle encore est la porte du dîwân, en bel assemblage arabe à double miḥrâb : ainsi s’affirme par les seules portes la hiérarchie des lieux.

Le dîwân

  • 6 Cf. Bonnenfant, Gentilleau, 1994.

67Ce dîwân de belles proportions occupe toute la travée sud du premier étage (fig. 8, n° 30). Sa principale caractéristique est d’être complètement entouré d’une banquette (H. : 20 cm. 1. : 87 cm) recouverte de matelas en mousse, puis de divers tapis, enfin de coussins-dossiers, wisâda (fig. 9). Comme le haut de ces coussins est plus élevé que le bas des fenêtres, une plaque de contreplaqué court le long des murs sud et ouest pour leur servir d’appui. Cet agencement inhabituel à Sanaa, mais pratiqué dans un port de la mer Rouge, al-Luḥayya6, atteste la personnalité du maître des lieux, qui a longuement séjourné à Aden, et introduit dans les hautes terres un usage nouveau.

Phot. 6 et 7. Le mafrağ de l’aile arrière (fig- 10, n° 24)
6. Le « haut-mafrağ ». Des « filles du coussin », bint al-wisâda, s'ajoutent aux dossiers présents dans le reste du mafrağ.
7. Le « bas-mafrağ ». Noter que l’antichambre (fig. 10, n° 25) est également équipée de matelas et de dossiers.

68Toutes les embrasures de fenêtres sont occupées par des couvertures et des oreillers empilés. Ṯulayẖa, la maîtresse de maison, s’excuse de ce que la pièce ne soit pas en ordre : elle n’a pas eu le temps de mettre le couchage dans la réserve. Toutes les fenêtres ont un double rideau, l’un punaisé sur le battant, le second pendu sous le linteau. Il existe en outre de grandes tringles à rideau derrière leur cache de bois, mais rien n’y est suspendu. Une peinture laquée monte jusqu’à la hauteur des étagères de plâtre sur tous les murs. La belle porte de l’entrée a également été peinte à la laque ocre. Le même sort a été réservé aux volets bien exécutés qui ornent chaque fenêtre : ils ont été traités à la laque bleu ciel, où le šâqûṣ se détache en peinture argent. Nous retrouvons tous ces traits de modernité dans de nombreuses maisons, où ils causent souvent du tort à de belles œuvres anciennes réalisées en bois ou en qaḍâḍ.

Fig. 8. Bayt S. : le premier étage (3e niveau)
13. Escalier
23. Dayma de l’aile arrière
26. Placard ouvert sur l’extérieur, petite bayt aš-šurba
27. Réserve
28. Vestibule d’étage, ḥiğra
29. Réserve
30. Pièce de réception, dîwân
31. Chambre, makân
32. Cuisine, maṯbaẖ
33. Toilettes, ḥammâm

Fig. 9. Bayt S. : le dîwân du premier étage.
La banquette de bois qui court le long des murs est tout à fait inhabituelle à Sanaa et évoque les ports de la mer Rouge.

69La porte est surmontée à l’intérieur d’une tringle à rideaux et de son cache en bois qui supporte des fleurs en plastique, des plumeaux et des médicaments. A droite et à gauche de la porte, des vestes « occidentales » sont suspendues à des portemanteaux, ainsi que des serviettes de toilette, deux ğanbîya et leurs ceintures.

70Plus loin vers l’ouest, une armoire à pharmacie déborde de médicaments ; une étagère en bois, haut dans le mur, est emplie de cahiers d’écoliers et de livres scolaires cachés par un rideau. Sur une étagère de plâtre, un magnétophone, un fer à repasser, un miroir. Au raz du plafond, cinq inscriptions sous verre extraites du Coran. A gauche de l’entrée, une machine à coudre est posée à terre, sous son couvercle de bois. Un voile devant une niche murale dissimule des parfums, des livres et d’autres cahiers d’écoliers.

  • 7 Dans l’ancien Yémen du Nord, le maréchal Ṣallâl fut l’un des principaux acteurs de la révolution y (...)

71A l’ouest, le mur de petit pan est chargé de symboles (phot. 8, partie droite), car c’est lui qui surmonte le ra’s ad-dîwân situé au-dessous. Cet endroit, qui désigne la meilleure place de la pièce, est situé à l’extérieur de la photo, sur sa droite. Entre les deux fenêtres, sous les étagères, un étui de tissu brillant abrite un Coran que surmonte un miroir au cadre doré. Sur l’étagère centrale, une bonbonnière en plastique et la photo d’un enfant en tenue de colonel de l’armée yéménite. Puis deux fois deux ğanbîya croisées encadrent le šâqûṣ surmonté d’un grand portrait de l’ancien président égyptien Gamâl cAbd an-Nâṣir. A la droite de celui-ci, Adam et Eve tout nus au Paradis, détourés d’une image populaire, sont collés sur une photo de ville européenne. A gauche du président, une famille yéménite se profile sur une forêt de sapins enneigés, et un Yéménite détouré pavoise devant un château fort d’Europe : volonté donc, dans tous ces montages photographiques, d’associer la « yéménité » à des représentations qu’on se fait de l’Europe : à chacun ses orients mythiques... Au-dessous, un portrait du maréchal Ṣallâl7 et un calendrier yéménite. Le « verset du Trône » rassemble les sites et les êtres dans la Louange : « A Lui ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. »

Phot. 8. Le dîwân du premier étage de bayt S. (fig. 8, n° 30).
On voit ici le haut du ra’s ad-dîwân, décoré d’objets symboliques.

72Puis s’exaltent trois grandes gravures théophores placées au-dessus de trois autres plus petites. Sur l’étagère de l’angle nord-ouest, un second magnétophone ; au milieu du vitrail, un petit portrait ; à sa gauche, une boîte à musique électronique, une boîte d’aquarelle, puis un sac plastique contenant un nécessaire à couper les cheveux, tondeuse, peigne fin et ciseaux.

73Le mur sud n’est pas moins chargé de symboles (phot. 8, à gauche) : une autre photo du président Nâṣir assis en tailleur, l’air bonhomme et paternel, un Yéménite en armes, ğanbîya haut dressée et kalatchnikoff au poing. Fait beaucoup plus rare, un portrait de la maîtresse de maison, non voilée, avec les mains décorées de mariée, et la même au chevet d’un enfant couché ; et puis encore trois portraits de jeunes filles de la famille, et une esquisse au crayon du président Nâṣir. Au-dessous, deux photos extraites de calendriers, un lion en peluche et une bombe insecticide.

74Plus à gauche, un attaché-case est rangé sous la télévision posée sur une étagère en travers du vitrail : elle fait ainsi face aux places d’honneur. Sous l’étagère d’angle, un Coran enveloppé de son étui, et un autre sous l’autre étagère. Plus loin, des tuyaux de madâca suspendus attendant d’être utilisés, encore un Coran, et quatre pipes à eau à l’abri des enfants sur le linteau d’une fenêtre.

75La banquette le long du mur oriental est plus large qu’ailleurs, et le matelas plus épais : c’est là que dorment les époux et les trois petits enfants. Le mur devait autrefois être percé : il reste deux oculi et l’on voit par sa consistance qu’il a été bouché après coup. Y avait-il communication avec la maison voisine ? C’est possible, le cas n’est pas rare à Sanaa. Mais l’étonnant, si c’était le cas, serait que la liaison se fasse par le dîwân et non par la ḥiğra. Le mur porte un sabre, un thermomètre, un pied d’appareil photo et un Polaroid : le maître des lieux se veut de son temps, ce dont témoigne une horloge à quartz réglée à l’heure internationale...

76Ainsi dans ce dîwân s’affirme une différence avec les autres maisons de Sanaa. L’agencement des sièges sur une banquette, nous l’avons vu, est inhabituel à Sanaa, alors qu’il est courant sur la côte. Les portraits du maréchal Ṣallâl et de Nâṣir évoquent quelque nostalgie des premiers temps de la République yéménite... Enfin, les portraits de femmes de la famille, non voilées, sont rares dans les maisons à Sanaa, surtout dans les pièces de réception masculines... Différence encore dans l’usage de la pièce, qui n’est pas ici réservée à la réception, avec le caractère légèrement solennel qu’il a parfois, à l’étage inférieur par exemple : ici, les enfants travaillent au retour de l’école. Ils s’assoient par terre, mais posent livres et cahiers sur une table basse en bois peint rectangulaire assez grossière (H. : 35 cm). Le dîwân est aussi un bel espace de jeu pour les enfants qui y jouent même au ballon !

Une pièce polyvalente

77La chambre (fig. 8, n° 31) est une pièce polyvalente ; on y dort la nuit, on y travaille le jour, on y regarde la télévision en fin de journée.

78La vieille mère de Ṯulayẖa, épouse du maître de maison, dort dans cette chambre, avec une sœur de Ṯulayẖa, Ğâ’iza, ainsi que les deux garçons les plus âgés de la famille. Nous retrouvons ainsi, sur le fond, la même disposition des lieux de sommeil que dans l’appartement de Ḥusayn. La couche de la grand-mère s’étend par terre dans le coin nord-ouest ; elle sert aussi de siège dans la journée, et quelques petits wisâda apportent plus de confort. Dans le coin sud-ouest s’allonge un grand tapis de fabrication industrielle ; on y étend le soir le matelas des plus jeunes, roulé dans la journée.

79A droite de la porte, le long du mur, un bureau incliné, en stratifié vissé sur tubes métalliques, transpose à l’orientale le pupitre des écoles françaises : il est très bas (H. : 24 cm) et se complète de deux petits bancs assortis, presque au ras du sol. Quand il ne sert pas au travail scolaire, il est vite recouvert de vêtements féminins.

80Les occupants regardent aussi la télévision, fixée assez haut, à gauche de la porte : comme dans l’appartement inférieur, il existe donc deux télévisions dans ce logement : elles correspondent aux lieux différents de sociabilité des hommes et des femmes.

81D’autres aménagements récents ont été apportés à la pièce d’autrefois : les murs sont peints en bleu ciel mat, sur lequel ressortent deux bandes en rose clair, de 30 cm de large, au ras du sol et du plafond. L’ancien šubbâk en bois est aujourd’hui fermé au droit intérieur du mur par un battant muni de verre dépoli, qui équipe aussi l’oculus supérieur. Sur le linteau qui les sépare, un crachoir, une boîte de mouchoirs en papier Clinics (la marque locale ayant repris la prononciation arabe de Kleenex), trois bouteilles d’eau minérale Ḥadda. A côté, un bâton pendu à un piton, que la vieille dame cache sous son voile quand elle sort, et plusieurs petits voiles de femmes.

82Sur le mur sud, une étagère rudimentaire porte divers parfums et produits de beauté, un réveil, un chapelet masbaḥa, un élégant collier en argent, un ouvre-boîte, une ceinture finement brodée. Quant au mur nord, seul le décore un beau chapelet noir pendu à un clou.

83Un rideau, bârda, s’ajoute à la porte, surmontée de trois lucarnes donnant sur la ḥiğra. Le linteau qui les sépare de la porte est couvert de différents foulards.

Fig. 10. Bayt S. : plan du deuxième étage (4e niveau).
13. Escalier
24. Mafrağ de l’aile arrière
25. Antichambre du mafrağ
34. Réserve
35. Pièce aux boissons, bayt aš-šurba
36. Vestibule, ḥiğra
37. Pièce de réception, manẓar, qui sert aussi de chambre à coucher
38. Chambre à coucher, dite makân al-ğarf
39. Chambre, dite makân wâsiṭ
40. Cuisine, maṭbaẖ
41. Toilettes
42. Réserve appelée « chambre aux coffres », makân aṣ-ṣanâdiq
43. Réserve

Fig. 11. Bayt S. : la ḥiğra du deuxième étage.
Noter que les portes sont montées de telle sorte que leur beau côté, celui qui possède les panneaux à miḥrâb, soit vu par le visiteur quand il entre dans la pièce, puis quand il y est installé.

La cuisine et la réserve

84La cuisine (fig. 8, n° 32) et la chambre (n° 31) ont été aménagées en divisant en deux une pièce initiale plus vaste. Un mur en maçonnerie sépare la chambre de la cuisine : on voit par la disposition des poutres du plafond qu’il n’est pas d’origine. La lumière provient de deux baies équipées d’assez jolis volets de bois à šâqûṣ.

85Contre le mur nord de la cuisine sont disposées trois étagères hautes et larges posées sur le sol : on y range la vaisselle, notamment les grandes marmites. Une cuisinière à gaz complète l’équipement de cette pièce, appelée maṭbaẖ dans la famille : « endroit où l’on cuisine ». Mais la cuisson du pain se fait à l’étage supérieur, dans la vieille dayma qu’on partage avec la famille habitant ce niveau.

86Quant à la réserve (n° 29), la mince cloison de contreplaqué qui la sépare de la ḥiğra (n° 28) monte jusqu’aux deux-tiers seulement de la pièce. Comme mobilier, la famille – en fait, surtout les femmes – dispose d’une armoire et d’une commode en stratifié, et d’une commode métallique. Il existe aussi une sorte de banquette qui, dégagée du tas de vêtements qui l’envahit, pourrait servir de lit. Tous ces meubles, inconnus à Sanaa il y a vingt ans, sont ensevelis sous un amoncellement de vêtements divers, mais principalement de femmes et d’enfants. Les armoires débordent, leurs étagères sont cassées, les tiroirs faussés, les portes déglinguées. A l’évidence, le problème du rangement, dans une société affrontée à de nouvelles normes de consommation, n’est pas encore résolu...

87Sur le mur oriental, quatre petites lucarnes semblent murées. Dans un coin de la pièce, s’empilent des sacs de voyage et un radio-cassette. Au-dessus, une superbe mécanique à muscler exhibe ses ressorts qui scintillent dans la pénombre.

Les toilettes, ḥammâm

88Ici encore, le vieux nom ṣancânî de ces toilettes (fig. 8, n° 33) est abandonné pour le terme de ḥammâm qui, à Sanaa, évoque à la fois les bains publics de la vieille ville et la salle de bain des modernes villas. Cela est dû au fait qu’une baignoire est installée à côté du dispositif traditionnel des cabinets d’aisance (phot. 48, 7). Cet équipement « moderne » se complète d’un plateau creux pour faire la lessive et d’une baignoire en plastique pour bébés ; ces deux ustensiles sont accrochés à un clou du mur.

89Comme il est fréquent, les toilettes sont installées dans un coin mal orienté de la maison, le nord-ouest, exposé aux vents froids mais aussi au chaud soleil des fins d’après-midi d’été. La fenêtre ouverte au sud dans la petite aile du vieux bâtiment lui permet cependant de profiter de la tiédeur du soleil hivernal.

LE DEUXIÈME ÉTAGE

90Après une petite réserve (fig. 10, n° 34) et une nouvelle bayt aš-šurba (n° 35), situées sur le même palier, deux marches conduisent au deuxième étage où habite la famille de Muḥammad cAlî, le plus âgé des frères, à qui est revenu le meilleur niveau. Il travaille dans une administration.

La ḥiğra

91Avant d’avoir été divisée par deux cloisons en matériaux assez légers, cette pièce représentait la ḥiğra typique des maisons de Sanaa : toute la longueur d’une travée entre les murs porteurs des trois pièces adjacentes, aux dimensions assez modestes. Sa lumière lui venait de deux baies donnant sur le ḥûš et de deux oculi aujourd’hui murés. Il serait intéressant de savoir quel était à l’origine l’usage de cet étage, avant la division de la grande maison en appartements, une famille par étage : peut-être un étage plus spécialement habité par les femmes qui disposaient d’un séjour commun, la ḥiğra, au centre des chambres personnelles ?

92Quoi qu’il en soit, la grande pièce d’origine est aujourd’hui divisée en trois parties (fig. 10, n° 36, 39, 43) et la ḥiğra proprement dite n’a plus que le tiers de la surface initiale (fig. 11). Telle qu’elle est maintenant, elle constitue d’abord un vestibule de distribution entre l’escalier et toutes les pièces de ce niveau, dans le bâtiment ancien. Malgré ses petites dimensions, elle joue un rôle net de salle de séjour. C’est là qu’on prend les repas de midi, les plus copieux : on recouvre alors le linoléum du sol par une grande nappe en toile cirée qui permet de rassembler aisément les déchets à la fin du repas. C’est là encore que les femmes assises par terre astiquent le grand plateau de cuivre et les pipes à eau pour la tufruṭa du lendemain. C’est là enfin qu’est installé le téléphone, sur une petite tablette murale : localisation intéressante, qui tranche avec l’emplacement habituel de cet objet de prestige dans la pièce de réception des hommes...

93Le plâtre des murs a fait place à une peinture à l’huile, jusqu’à 1,8 m de hauteur. Les portes de ce niveau posées avant la division de la ḥiğra sont très jolies. Entre l’escalier et la ḥiğra, une porte à deux vantaux raidis par des traverses arrière se donne belle apparence sur le parement, côté escalier, par imitation de l’assemblage arabe, le super-top de la menuiserie ṣancânî ancienne ! En revanche, les deux portes du manẓar et du makân al-ğarf sont exécutées en véritable assemblage arabe.

Le manẓar

94C’est la pièce la plus prestigieuse de l’étage, celle où les hommes qâtent, mais où les femmes se réunissent aussi pour une tufruṭa (fig. 10, n° 37). Pièce de réception, elle est aussi la chambre à coucher du père, Muḥammad cAli, et de ses fils les plus âgés (fig. 12). A l’agencement habituel des dîwân et des manẓar s’ajoutent ici un lit métallique où dort le père et une espèce de petit bureau (H. 50 cm), accompagné de son mini-tabouret. Les couvertures de la nuit sont d’habitude entreposées devant les deux fenêtres extrêmes, aux angles sud-est et nord-ouest.

95Ce manẓar frappe par la profusion des photographies : toute la famille de Muḥammad ‘Ali est là, chacun dans un beau cadre doré. Deux grands cadres rassemblent aussi toute une mosaïque d’amis du maître des lieux. Il existe également un grand tableau représentant tout le Coran, imprimé en minuscules caractères, dans l’angle sud-ouest ; un autre Coran est suspendu dans l’angle nord-ouest.

96A côté des appels au Divin, les signes de l’accès à la modernité se multiplient. Il n’existe pas moins de trois magnétophones : une minichaîne de haute fidélité, un radio-cassette et un baladeur. A droite de l’entrée, un appareil photo Polaroid et son flash sont pendus à un clou. A gauche, s’aligne une série de flacons à parfums ; plus loin, des livres sont rangés sur un linteau de vitrail. Derrière un voile, au milieu du mur nord, un petit placard est muni d’une fermeture de sécurité.

Fig. 12. Bayt S. : le manẓar du deuxième étage.
Dans cette chambre à coucher du père de famille et de ses fils (n ° 37), le lit métallique du père s’ajoute au mobilier habituel d’un manzar.

Phot. 9. La chambre des coffres.
Vue d’ensemble depuis la porte.
La chambre, exposée au nord (mur avec fenêtres), est trop froide et a été transformée en réserve.

La chambre dite makân al-ğarf

97La baie donne ici son nom à toute la pièce (fig. 10, n° 38), comme si le ğarf, qui désigne une fenêtre à trois battants ou plus, était quelque chose de typique, de nouveau, tranchant avec l’habituel. Un indice, peut-être, de l’introduction récente de ce type de baie à Sanaa : nous pensons qu’elle est apparue vers le milieu du xixe siècle.

98Quoiqu’il en soit, il s’agit d’une fort belle pièce, parfaitement exposée au sud, jouissant donc du soleil d’hiver sans en souffrir l’été. La vue sur le jardin urbain, tout proche de l’autre côté de la ruelle, y est belle et très composée : les arbres et les façades des maisons, que rehaussent la coupole et le minaret d’une mosquée, se découpent sur le djebel Nuqum. Cependant, son absence totale de décors en plâtre ou de photos tranche beaucoup avec l’exubérance du manẓar voisin.

99La raison en est très probablement qu’il s’agit d’une pièce de femmes, où dorment l’épouse de Muḥammad, le dernier garçon qui ne veut dormir que près de sa mère, la grande fille de quinze ans et trois sœurs, dont l’une ne veut dormir que près de l’aînée ! Celle-ci dort près du mur ouest, la mère à gauche de l’entrée, sur une couche à double matelas.

100Après le linoléum de l’entrée, la partie centrale de la pièce est recouverte d’un tapis tissé. Les quatre murs sont bordés de frâš et de wisâda. A droite de l’entrée, se dresse une sorte de table de nuit avec une fermeture de sécurité, que suivent un grand carton de lessive plein de vêtements et des couvertures empilées. Dans le mur nord, un placard vitré fermé à clef contient quelques médicaments et du lait en poudre.

La chambre dite makân wâsiṭ

101Le terme de makân wâsiṭ désigne dans cet appartement la pièce donnant sur la cour (fig. 10, n° 39). Le sol est complètement revêtu de linoléum, mušammac ; au bas de trois murs, s’alignent les frâš recouverts d’abord de tissus rayés klîm, puis de tapis de tente farda. Les coussins wisâda sont couverts de tissu ordinaire, et il n’y a pas de « filles du coussin ». Les murs sont traités à la laque ocre jusqu’à 1,8 m de hauteur, puis laissent apparaître le plâtre d’origine.

102Malgré ses petites dimensions, cette pièce joue à l’évidence le rôle de séjour quotidien polyvalent. C’est là que se prend le repas du matin, ṣabûḥ, composé d’œufs, de fromage, de lait, mangé avec les petits pains de fabrication semi-industrielle, rûtî. On y consomme aussi le repas du soir. On y regarde la télévision, posée sur une armoire métallique à droite de la porte : elle fait donc face aux bonnes places situées près des fenêtres. C’est aussi la pièce où les femmes « qâtent », celle où les écoliers font leurs devoirs de classe si les dormeurs sont déjà installés dans les deux autres pièces. Une machine à coudre siège sur une petite table, ainsi qu’une cage à tourterelles. A un clou du mur sont accrochés des robes et des voiles noirs que les femmes revêtent avant de sortir ; à d’autres clous pendent des ceintures de ğanbîya, à d’autres encore des cartables. Des jouets, inconnus à Sanaa avant 1980, jonchent le sol : un baigneur en celluloïd, un ours en peluche, un accordéon en plastique. C’est assurément une pièce où l’on vit réellement, non une pièce de prestige.

103L’une des deux fenêtres est équipée d’un šubbâk en bois cassé, doublé, au droit du mur intérieur, de volets de bois. L’autre baie, munie d’un battant vitré, possède également des volets, mais à l’extérieur, sur la façade ; ils sont équipés d’une simple šâqûs. Au battant vitré s’ajoute un rideau bârda ; il en existe également un à la porte.

La cuisine, maṭbaẖ

104Plus qu’une vraie pièce, cette « cuisine » est en fait le couloir (fig. 10, n° 40) qui mène de la ḥiğra aux toilettes (n° 41). Malgré son étroitesse, elle est bien équipée en appareils électro-ménagers : un réfrigérateur, une cuisinière à gaz à quatre feux, plus four et bouteille incorporée, enfin une machine à laver. Dans la loge du šubbâk, surmonté d’une fenêtre à moustiquaire une gargoulette inutilisée, trois bouilloires, une bouteille Thermos, un bidon de lait en aluminium. Sous le šubbâk, un lavabo, car cette pièce sert aussi de cabinet de toilette : blaireau et savon à barbe, rasoir et dentifrice, petite armoire de toilette en témoignent.

105Les femmes de l’appartement distinguent clairement dans leur vocabulaire cette cuisine, maṭbaẖ, de celle où l’on fait le pain, dayma. Le braséro typique de Sanaa, mawqid, est rangé dans le coin juste à gauche de l’entrée.

106La porte menant à cette cuisine, conformément au bas statut de la pièce, est la plus simple de l’étage : lisse avec des traverses arrière. Toutes les autres portes donnant sur cette ḥiğra sont en effet beaucoup plus élégantes, exécutées en « assemblage arabe » ou imitation.

La « chambre aux coffres », makân aṣ-ṣanâdiq

107Cette pièce assez petite (fig. 10, n” 42) serait agréable en été ; elle donne sur le jardin urbain dont s’arrondit la conque. Elle dut être à l’origine une pièce assez prestigieuse, comme en témoigne une élégante porte, à sculptures muṭallac, parement côté chambre.

108Aujourd’hui, c’est la pièce aux trésors en même temps qu’aux coffres : des dizaines de cartons, de valises, de cantines métalliques ornées de fleurs ou de paysages, s’empilent et occupent tout l’espace (phot. 9-11). Une jeune fille de seize ans explique que « les femmes yéménites sont très entichées de vêtements, de toilettes, de voiles et de robes, qu’elles conservent là ». Peut-on expliquer cet engouement par le fait qu’elles n’ont pas, comme les hommes, d’autres sources de prestige visibles, comme les voitures, les magasins ou la qualité des ceintures et des poignards par exemple ? Par ailleurs, quand il existe dans la maison des objets de prestige comme les magnétoscopes, ils sont plutôt à la disposition des hommes. Au moins pour l’instant, si l’on en juge d’après l’exemple des téléviseurs : au début, il n’y avait qu’un appareil par ménage, puis fréquemment deux, l’un pour ces messieurs et leurs hôtes, l’autre pour les femmes, leurs amies et les enfants.

Phot. 10 et 11. La chambre des coffres.
10. Dans la partie est, outre deux cantines de vêtements et l'armoire, sont surtout déposés des objets concernant la nourriture et la cuisine.
11. Dans la partie ouest, réserve d’objets destinés à la réception. A terre, literie (couvertures, oreillers), coussins et accoudoirs. Sur les étagères, réserve de récipients isolants, ṯallâğa En avant, les cantines métalliques, sanâdiq, emplies de vêtements.

109cAtîqa explique aussi que c’est là que les femmes s’habillent le matin et prient dans la journée ; elles prient aussi aux toilettes. Il faut noter le contraste entre ces lieux de prière très modestes, très près des lieux d’ablutions (voir aussi bayt Ġ.), et les lieux de prière des hommes, beaucoup plus solennels et ritualisés, comme si les lieux d’aisance et d’ablutions étaient moins impurs pour elles que pour eux...

La réserve

110Une autre réserve se trouve dans la pièce (fig. 10, n° 43) créée par la division de l’ancienne ḥiğra en trois parties.

LE TROISIÈME ÉTAGE

111A partir du palier du deuxième étage, l’escalier se rétrécit beaucoup pour donner accès au cinquième niveau (fig. 13).

La réserve des occupants du deuxième étage

112Cette pièce (fig. 13, n° 44) est située à mi-niveau entre les deuxième et troisième étages. Elle était autrefois affectée à Aḥmad Muḥammad Rizq S., qui se tua accidentellement en bouclant sa ceinture portant un revolver chargé. Elle est revenue à Sâlim et à Ṯulayẖa, les occupants du premier étage, ayants droit de la même branche de la famille. Malgré sa jolie vue, elle leur sert actuellement de réserve, car elle est trop éloignée du centre spatial de la famille pour que les enfants puissent y être surveillés ; comme elle est proche de la dayma, Ṯulayẖa y pétrit la pâte à pain.

113Plusieurs grands récipients en aluminium ou métal galvanisé sont disposés à même le sol couvert de linoléum (phot. 59, 7). L’un contient en vrac une abondante vaisselle, d’aluminium ou de métal émaillé : assiettes, bols, petites marmites. Un autre renferme une dizaine de crachoirs en aluminium. Diverses farines sont mises en réserve dans des récipients : un cylindre de tôle galvanisée de 45 cm de hauteur, fermé par un couvercle qui s’ouvre à demi, un seau plastique muni d’un couvercle, une bassine de plastique, un tanak enfin. Dans un angle de la pièce, trois bouteilles Thermos et trois grands plateaux, macšara, surmontés de grosses bouilloires accrochées au mur. Plusieurs boîtes de lait en poudre Nido servent de contenants à des réserves alimentaires : petites fèves rondes, fenugrec en farine, gros sel, mélange odorant d’épices, grains de poivre, cardamome et cannelle.

114L’armoire en plastique sur armature métallique n’est pas utilisée comme penderie, mais comme un coffre : les vêtements y sont empilés.

La cuisine des fours à pain, dayma

115Nous avons vu que chacune des familles possède une cuisine, maṭbaẖ, à l’étage qu’elle occupe. La spécificité de la dayma, ce sont ses fours à pain, tannûr, et son sâḥil. Dans la banquette adossée au mur nord, sont maçonnés trois tannûr, de taille décroissante (fig. 14). Celui de droite, le plus petit, est utilisé, par la maîtresse de maison du deuxième étage ; le moyen, au centre, par celle du premier. A gauche, le plus grand est commun aux deux familles et ne sert que s’il y a des hôtes nombreux, par exemple pour les munâsabât.

116A gauche de l’entrée, une petite étagère en bois supporte deux maẖbaza, objets utilisés pour plaquer la galette de pain, luqma, sur la paroi intérieure du tannûr.

117Dans la partie orientale de la pièce, s’étend le sâḥil (fig. 14), équipé d’un cylindre de pierre, ẖaraza, sur lequel est posé un grand récipient, bârdî, contenant de l’eau. Les murs sont lambrissés de qaḍâḍ. Non loin, une grosse pierre légèrement creusée, masḥaqa, est accompagnée de son broyeur qu’on tient en main, yadd al-masḥaqa.

118Les fours sont complétés par un réchaud à gaz propane posé sur une petite commode construite en bois de caisse, tulâb. Au-dessus, une étagère grossière en bois supporte cinq marmites en terre, burma, deux récipients en pierre ollaire, maqlâ, et une friteuse en aluminium, ṭâwâ.

119Tout le sol de la dayma est pavé de pierre ḥabaš, sans autre revêtement.

120La dayma date sûrement de la même époque que les étages inférieurs : les arcs aveugles qui la décorent à l’extérieur, la disposition intérieure, les lambris de qaḍâd en sont des indices.

121cAbd Allâh, un frère de Rizq, habite une petite chambre du troisième étage, à côté de la dayma. A demi-fou, il est nourri par l’ensemble de la famille.

Fig. 13. Bayt S. : plan du troisième étage.
44. Pièce bâtie en demi-niveau : réserve de la famille habitant le premier étage
45. Couloir
46. Cuisine collective des fours à pain, dayma
47. Chambre du grand-oncle paternel des chefs de famille de la maison, cAbd Allâh, frère de Rizq
48. Couloir
49, 50, 51 et 52. Pièces inachevées
53. Départ de l’escalier d’accès à la terrasse sommitale, ğubâ, de la maison principale
54. Edicule abritant l’accès à la ğubâ de l’aile arrière

Les pièces en construction

122C’est Ḥusayn, l’homme habitant l’entresol, qui a fait construire les quatre pièces inachevées de ce niveau (fig. 13, n° 49 à 52), où aucun travail n’était en cours durant notre enquête. Lui-même déclare que c’est pour agrandir son appartement de l’entresol, devenu trop petit ; sa sœur et les autres femmes de la maison, au contraire, disent que c’est pour les louer quand elles seront achevées. Quoi qu’il en soit, on sent que Ḥusayn innove, en optant pour un plan différent de l’ordonnance habituelle des maisons de Sanaa intra-muros : la pièce n° 51 est commandée par la pièce n° 50, ce qui n’arrive jamais. Mais il est vrai que cette dernière peut être considérée comme une ḥiğra, puisqu’elle n’a pas de fenêtre. La pièce n° 52 s’ouvre sur le couloir n° 45, directement en liaison avec l’escalier, sans l’espace de transition que constitue toujours la ḥiğra.

La terrasse sommitale, ğubâ

123Avant de monter sur la terrasse, cAtîqa, une des maîtresses de maison, remonte au-dessus du nez son voile. Drapé avec art, il cache le front et le cou ; passant sous le menton, il laisse le visage libre à l’intérieur, mais il est possible d’un seul geste de le remonter jusque sous les yeux. Elle exprime le regret qu’autour de la ğubâ de bayt S., il n’y ait pas de tiğwâb, le garde-fou élevé, qui lui permettrait d’y monter le visage découvert. Sans utiliser le voile qu’elle enfile pour aller dans la rue, le noir šaršaf, elle est contrainte de remonter ainsi le liṯma, son premier voile de visage.

124« Regarde toutes ces maisons autour du bustân, dit-elle. Elles tombent en ruine parce que le père de famille a omis de répartir les étages entre ses enfants avant sa mort. Après le décès, les enfants se disputent, certains quittent la maison, il n’y a plus d’union dans la famille et l’entretien des façades cesse... »

125Au moment de notre étude, 1985, bayt S. est un bon exemple du processus d’individualisation d’une maison au profit de familles nucléaires. Nous n’avons rien pu savoir de son usage de jadis, des anciennes pratiques de l’espace. Des subdivisions opérées, des cloisons nouvelles construites, on peut seulement déduire que les espaces d’autrefois étaient plus vastes, ce qui induit un usage plus collectif de la demeure.

126La maison entière est encore habitée par une famille qui porte le même nom et que lient de forts liens de parenté. Mais la privatisation de chaque étage se fait au profit d’une famille nucléaire : chacune possède sa pièce de réception, son séjour quotidien, sa ou ses réserves, ses toilettes, ses chambres à coucher, sa cuisine. Seule la dayma du dernier étage est collective ; mais nous avons vu que Ḥusayn en a bâti une dans l’aile arrière, réservée à sa famille.

127Aucun étage n’est loué à un étranger à la famille ; cependant, Ḥusayn envisage de louer le troisième après son achèvement. Occupant de l’entresol, défavorisé au départ pour en avoir hérité de son père, cadet de la famille initiale, Ḥusayn a complètement renversé la situation. Il investit la maison de tous les côtés : par le bas des étages, par le devant où il occupe la boutique, par l’aile arrière et par le haut où il construit. Cela n’est pas sans susciter une jalousie de la part des deux autres familles. En montrant les pièces en construction, les femmes ricanent et déclarent : « Regarde, ils construisent mais ne finiront jamais. » Et de vanter leurs étages : « Les nôtres sont mieux que le sien, bas de plafond, près de la rue, de son bruit et de sa poussière », en oubliant de mentionner l’aile arrière, son calme et sa vue !

Fig. 14. Bayt S. : la dayma du troisième étage.

Notes

1 On rencontre souvent le terme de dakka en d’autres points de la péninsule Arabique. Cf. Bonnenfant, 1991.

2 Le même terme désigne les bidonvilles dans toute la péninsule Arabique.

3 Cf. l’agencement de la phot. 17,8, prise dans une autre maison.

4 Il s’agit de la principale ville côtière du Yémen, sur la mer Rouge, réputée pour son climat chaud et humide.

5 Le Coran, trad. Berque, p. 687.

6 Cf. Bonnenfant, Gentilleau, 1994.

7 Dans l’ancien Yémen du Nord, le maréchal Ṣallâl fut l’un des principaux acteurs de la révolution yéménite.

Notes de fin

* Maria MARÉCHAUX, architecte.

Pascal MARÉCHAUX, architecte.

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Bayt S. L’atelier de fourreaux de ġanbîya.Une pièce du rez-de-chaussée, sans communication avec la maison proprement dite, sert d’atelier (fig. 4, n° 11). Une petite équipe d'ouvriers revêt de cuir les fourreaux en bois du poignard ganbîya, qui attendent au premier plan (à droite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Dans toutes les figures de ce chapitre, chaque graduation en noir ou blanc égale un mètre.Fig. 1. Bayt S. : élévation sud sur la rue.A gauche, le portail d’accès à la cour offre l’ordonnance typique de Sanaa. Noter la boutique, à droite. L’entresol des anciennes réserves a été percé de fenêtres pour créer un nouveau logement, celui de Ḥusayn. Contraste du niveau supérieur, en construction durant l’étude, avec les niveaux inférieurs datant du début du siècle : baies plus larges, et plus hautes par rapport aux arcs qui les surmontent.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 2. Bayt S. : élévation nord, sur le jardin urbain.La porte d’accès au jardin urbain, inhabituelle, est presque dérobée. A droite, l'aile arrière contraste par ses larges baies, ğarf, avec la façade plus ancienne du corps principal de la maison. Les jours en croix insérés dans des triangles sont ceux des bayt aš-šurba (n ° 26 et 35 des plans). En haut de la maison, noter les arcs aveugles décorant la façade nord de la cuisine, dayma.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 3. Bayt S. : coupe sud-nord.On constate que, selon les étages, l’arc qui traverse chaque vestibule est disposé soit parallèlement à la coupe (2e étage ou 4e niveau), soit transversalement (dihlîz du rez-de-chaussée, ḥiğra du 1er étage ou 3e niveau). Noter l’épaisseur du mur nord, voulue dès les fondations : elle permet d’y insérer à plusieurs niveaux des petites pièces ou placards rafraîchis par les courants d’air. L’aile arrière s’avance profondément vers le jardin urbain ; le niveau où est aménagée la dayma de la famille de Ḥusayn tranche par son mur presque aveugle avec les niveaux de réception.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 4. Bayt S. : plan du rez-de-chaussée.1. Portail d'entrée2. Cour avant, ḥuš3. Cour arrière, ḥawî4. Passage couvert5. Réserve6. Vestibule inférieur, dihlïz7, 8, 9, 10. Réserves11. Atelier de fourreaux de ġanbîya12. Réceptacle des excréments solides13. Escalier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 5. Bayt S. : le vestibule inférieur, dihlîz.Noter les fûts métalliques, birmîl, contenant des céréales, et l’arc aux joints rubannés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 6. Bayt S. : plan de l’entresol.13. Escalier14. Vestibule d’étage, ḥiğra15. Pièce de réception, dîwân16. Chambre à coucher, makân al-wasat17. Chambre à coucher, makân ġarbî18. Couloir d’accès à l’aile arrière19. Toilettes, maṭhar, zulî20. Escalier de l’aile arrière21. Pièce polyvalente : réserve l’hiver, séjour l’été22. Réserve
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Phot. 2-5. Les cuisines, dayma, de bayt S.2. La dayma de l’aile arrière (fig. 8, n° 23) : cuisinière à gaz et évier en acier inox côtoient les fours à pain, tannûr, toujours en usage.3. Les ustensiles de cuisine dans un placard.4. Réchaud à gaz et placard dans la dayma commune du 3e étage (fig. 13, n° 46).5. Dans la dayma commune, le sâḥil où l’on fait la vaisselle, décoré de motifs de qaḍâḍ simples ; à gauche, le tannûr.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 7. Bayt S. : l’escalier entre l’entresol et le premier étage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Phot. 6 et 7. Le mafrağ de l’aile arrière (fig- 10, n° 24)6. Le « haut-mafrağ ». Des « filles du coussin », bint al-wisâda, s'ajoutent aux dossiers présents dans le reste du mafrağ.7. Le « bas-mafrağ ». Noter que l’antichambre (fig. 10, n° 25) est également équipée de matelas et de dossiers.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 8. Bayt S. : le premier étage (3e niveau)13. Escalier23. Dayma de l’aile arrière26. Placard ouvert sur l’extérieur, petite bayt aš-šurba27. Réserve28. Vestibule d’étage, ḥiğra29. Réserve30. Pièce de réception, dîwân31. Chambre, makân32. Cuisine, maṯbaẖ33. Toilettes, ḥammâm
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9. Bayt S. : le dîwân du premier étage.La banquette de bois qui court le long des murs est tout à fait inhabituelle à Sanaa et évoque les ports de la mer Rouge.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Légende Phot. 8. Le dîwân du premier étage de bayt S. (fig. 8, n° 30).On voit ici le haut du ra’s ad-dîwân, décoré d’objets symboliques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 10. Bayt S. : plan du deuxième étage (4e niveau).13. Escalier24. Mafrağ de l’aile arrière25. Antichambre du mafrağ34. Réserve35. Pièce aux boissons, bayt aš-šurba36. Vestibule, ḥiğra37. Pièce de réception, manẓar, qui sert aussi de chambre à coucher38. Chambre à coucher, dite makân al-ğarf39. Chambre, dite makân wâsiṭ40. Cuisine, maṭbaẖ41. Toilettes42. Réserve appelée « chambre aux coffres », makân aṣ-ṣanâdiq43. Réserve
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 11. Bayt S. : la ḥiğra du deuxième étage.Noter que les portes sont montées de telle sorte que leur beau côté, celui qui possède les panneaux à miḥrâb, soit vu par le visiteur quand il entre dans la pièce, puis quand il y est installé.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 12. Bayt S. : le manẓar du deuxième étage.Dans cette chambre à coucher du père de famille et de ses fils (n ° 37), le lit métallique du père s’ajoute au mobilier habituel d’un manzar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Phot. 9. La chambre des coffres.Vue d’ensemble depuis la porte.La chambre, exposée au nord (mur avec fenêtres), est trop froide et a été transformée en réserve.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Phot. 10 et 11. La chambre des coffres.10. Dans la partie est, outre deux cantines de vêtements et l'armoire, sont surtout déposés des objets concernant la nourriture et la cuisine.11. Dans la partie ouest, réserve d’objets destinés à la réception. A terre, literie (couvertures, oreillers), coussins et accoudoirs. Sur les étagères, réserve de récipients isolants, ṯallâğa En avant, les cantines métalliques, sanâdiq, emplies de vêtements.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 13. Bayt S. : plan du troisième étage.44. Pièce bâtie en demi-niveau : réserve de la famille habitant le premier étage45. Couloir46. Cuisine collective des fours à pain, dayma47. Chambre du grand-oncle paternel des chefs de famille de la maison, cAbd Allâh, frère de Rizq48. Couloir49, 50, 51 et 52. Pièces inachevées53. Départ de l’escalier d’accès à la terrasse sommitale, ğubâ, de la maison principale54. Edicule abritant l’accès à la ğubâ de l’aile arrière
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 14. Bayt S. : la dayma du troisième étage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4405/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter