Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 1. Une spirale d’intimité

Chapitre 3. Autorité et notables dans les quartiers

Michel Tuchscherer

Texte intégral

  • * Maître de conférences à l’Université de Provence (Aix-Marseille-1)

1Note portant sur l’auteur*

Phot. 1. Chef de quartier, ‘âqil, en 1976.

  • 1 Les enquêtes ayant servi de base à cette étude ont surtout été menées auprès des notables, auprès (...)

2L’étude suivante est le fruit de deux enquêtes menées dans certains quartiers de Sanaa intra-muros au cours des étés 1983 et 1984. Elle porte sur leurs notables et sur l’autorité qu’ils y exercent. Le ‘âqil, malgré l’évolution en cours, reste un personnage important au niveau du quartier. Mais d’autres notables jouent un rôle déterminant, ce que nous allons tenter de montrer à la fin de notre étude. Celle-ci ne se veut nullement exhaustive et ne saurait être qu’une première approche d’une étude qui nécessiterait des enquêtes complémentaires1.

RESPONSABLES ET NOTABLES

3A la tête de chacun des cinq districts, rub‘, qui ont été définis plus haut, se trouve un responsable, Sayh ar-rub. Il est désigné par les ‘âqil des quartiers qui le constituent, et par certains notables. Bi’r al-‘Azab, longtemps seul faubourg de Sanaa et situé dans le territoire des Banû Maṭar, possède son propre cheikh.

  • 2 Le cheikh de Sanaa n’eut d’autorité importante que durant les périodes d’affaiblissement du pouvoi (...)

4Un comité appelé « cheikhat de Sanaa », mašayhat Ṣanâ’, se trouve à la tête de l’ensemble de la ville2. En 1984, il était constitué de cinq membres : le cheikh de Sanaa, Muhammad ‘Āmir, représentant les cinq districts de la hiǧra, le cheikh de bi’r al-‘Azab, ‘Ali Dub‘, et trois autres notables dont le secrétaire général de la ville, amîn Ṣana’.

5Les compétences des cheikhs des districts et de celui de Sanaa paraissent aujourd’hui des plus limitées. Il s’agit davantage d’une survivance ancienne que d’une réalité vivante. En effet, l’autorité sur la ville et sa gestion quotidienne sont assurées par le secrétariat de Sanaa, amânat madînat Sanâ’, institution créée en 1983 et présidée en ses débuts par le commandant Muhammad al-Akwa ; par le conseil municipal, maglis al-baladiyya, présidé par ‘Ali Abû Rigâl et dont une partie des quinze membres ont été élus par la population en 1983 ; et par le gouvernorat de Sanaa.

6Disons un mot des notables, al-a‘yân. Dans chaque quartier, un certain nombre d’hommes occupaient et occupent encore parfois une position dominante dans la vie sociale. Ils répondent à quelques critères de qualités. Ce sont généralement les chefs de familles, buyût, établis dans le quartier depuis de nombreuses générations ; mais leur position de notable n’est pas nécessaire- ment liée à la richesse ou à l’appartenance à la classe des sayyid ou des cadi. Ils bénéficient de la confiance de l’ensemble de la population grâce à une réputation d’honnêteté, de droiture et de moralité irréprochable. Enfin, leurs connaissances en droit islamique, Sar‘a, et coutumes, a‘râf, en font les référents et dépositaires des usages réglementant la vie sociale du quartier. C’est pourquoi les habitants du quartier sollicitent leur avis pour leurs affaires personnelles. Aucune décision ne pourra être prise au niveau de la collectivité de quartier sans leur avis et leur approbation.

7L’audience des chefs de quartier, ‘âqil, est, de par leur fonction, limitée au quartier. Celle des autres notables dépend uniquement de la notoriété qu’ils ont pu acquérir auprès de la population et peut varier considérablement, s’étendre à toute la ville de Sanaa ou au contraire ne pas dépasser les limites d’une impasse, darb.

LE CHEF DE QUARTIER, ‘ÀQIL AL-HÀRA, une autorité quelque peu déconsidérée

8Chaque quartier possède en principe son ‘âqil. En fait, certains ‘âqil s’occupent de deux ou plusieurs quartiers à la fois. Celui d’al-Ǧilā’ gère aussi, yaǧm‘a, les affaires du quartier d’al-Quzâlî.

9D’autres quartiers sont actuellement dépourvus de ‘âqil. C’est le cas dans le quartier d’aṭ-Ṭalḥa notamment. La composition sociologique du quartier peut en partie expliquer ce fait. Un certain nombre de grandes familles de cadi, de sayyid et de commerçants y résident en effet. Le ‘āqil, issu de milieu plus modeste, n’a certainement jamais pu jouer un rôle important dans ce quartier. D’une part, il est difficilement imaginable que ces grandes familles fassent appel au ‘āqil pour régler leurs différends ou servir d’intermédiaire avec les autorités et l’administration ; d’autre part, les familles modestes d’d’aṭ-Ṭalḥa recourent aux notables de leur quartier qui rem- plissent les fonctions ailleurs dévolues au ‘āqil.

La désignation du ‘âqil, choix des notables ou de l’autorité publique ?

SES QUALITÉS

10Pour occuper cette fonction, le ‘âqil doit être du quartier, c’est-à-dire que sa famille devait y résider depuis deux ou trois générations. On exige aussi de lui d’avoir une longue expérience des coutumes et usages, al-arâf wa l- âdâl. Il doit en outre faire preuve de neutralité, afin de ne favoriser personne, bidûn mugâmala li ayya wâhid. C’est pourquoi il est généralement choisi parmi les familles modestes ; il n’était pas rare, jusqu’à une date récente, qu’il fût illettré. Cela est perçu comme une garantie supplémentaire d’objectivité, car un membre d’une grande famille pourrait être tenté de favoriser celle-ci. Le ‘âqil doit enfin être disponible à tout moment. Sa fonction n’est jamais une occupation unique. Mais celui qui assume cette charge doit exercer un métier suffisamment souple pour lui permettre de se mettre à la dis- position des gens à n’importe quel moment. Ainsi le ‘âqil du quartier al-ẖar- râz fabrique chez lui des fourreaux de ǧanbîya pour le souk de Sanaa.

11Si cette disponibilité permanente était importante autrefois, un nouveau type de ‘âqil, employé ou fonctionnaire, apparaît aujourd’hui. Celui du quartier de Dâwûd est officier de l’armée chargé du ravitaillement, ce qui le contraint à des absences répétées de plusieurs jours à al-Hudayda. Depuis quelques années, certains ‘âqil sont jeunes. Auparavant, c’étaient des hommes d’âge mûr, bénéficiant de la considération des notables du quartier. Le ‘âqil du quartier al-Gilâ’ est un jeune employé de banque, libre uniquement l’après-midi. Ce sont des signes de l’évolution considérable que subit actuellement cette fonction.

UN ÉLECTEUR PAR FAMILLE

12Le ‘âqil est désigné par accord entre les représentants, a‘yân, des familles du quartier, réunis à la mosquée ou éventuellement dans le mafraǧ d’un particulier. Leur accord se fait par apposition de leur signature au bas du document de nomination, ‘ârida. Le consensus sur un candidat est obtenu progressivement, au cours de nombreuses consultations et discussions préalables se déroulant au cours des séances de qât, maqîl. Aucune durée n’est fixée pour le mandat. Celui-ci se poursuit jusqu’au retrait du titulaire pour raison de santé ou par perte de confiance des habitants envers lui.

13De nos jours, les autorités interviennent directement dans le choix du ‘âqil. Il faut donc que le candidat ait l’approbation des autorités. Ce sont parfois elles qui le désignent. Leur choix est alors simplement ratifié par quelques notables du quartier de sorte que le ‘âqil dépourvu de toute représentativité dans le quartier, ne dispose plus d’aucune considération. Ainsi, récemment, dans le quartier al-Quzâlî, de nombreux habitants ignoraient qui était leur ‘âqil, tandis que d’autres n’avaient que mépris pour celui qui était l’oreille du poste de police de sûq al-Baqar. Devant pareille défiance, la fonction fut confiée en 1984 par intérim au ‘âqil du quartier voisin d’al-Gilâ’, en attendant que les habitants d’al-Quzâlî parviennent à un accord sur un autre candidat.

14Autrefois, le ‘âqil restait en fonction de nombreuses années ; c’est de moins en moins le cas aujourd’hui. Certes, celui d’al-Harrâz porte le titre depuis 25 ans. Mais la fonction connaît une instabilité croissante, en raison de la défiance des habitants. Les autorités semblent réagir à cette désaffection croissante envers le ‘âqil en suscitant la nomination de jeunes possédant une formation intellectuelle solide. Ainsi, le ‘âqil du quartier al-Ǧilâ’, jeune employé de banque ayant achevé des études secondaires, a été désigné à la fonction en 1983. Il succède ainsi à son père, mort quelques années auparavant et ayant exercé la fonction de nombreuses années durant.

Fonctions multiples du chef de quartier

AGIR DANS L’INTÉRÊT COLLECTIF DES HABITANTS DU QUARTIER

  • 3 Sous les imâms Yaḥyâ et Aḥmad, ce cheikh occupait une position importante. Cf. Mermier, 1988, vol. (...)

15Il s’occupe de la surveillance du quartier durant la nuit. Autrefois, ce service était organisé et financé au niveau du quartier, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui3. La sécurité dans la ville est aujourd’hui du ressort de la police qui utilise par ailleurs les ‘âqil pour exercer un contrôle plus efficace sur le quartier. Ainsi, dans le secteur nord-ouest de Sanaa, la police a installé un commissariat à sûq al-Baqar. Le ‘âqil du quartier d’al-Harrâz est chargé d’assurer la surveillance dans un district s’étendant du wâdî Sâ’ila aux quartiers d’al-Gilâ’, sûq al-Baqar, Sabâ’ et Abhar. Il porte donc le titre de cheikh de la nuit, Sayẖ al-layl. Durant la première moitié de la nuit, il contrôle le travail de six gardiens, hurrâs, chargés de faire des rondes dans le district. Pour la seconde partie de la nuit, il est relayé par son collègue, le ‘âqil du quartier d’al-Fulayḥî. Le cheikh de la nuit et les gardiens sont rétribués par la police et signalent le moindre incident au commissariat de sûq al-Baqar.

16Le ‘âqil contrôle aussi l’établissement de nouveaux locataires dans le quartier. Aucun étranger ne peut s’y établir sans son approbation. Il ne la donnera qu’après avoir obtenu un certificat de bonne conduite, suluk, et une garantie, ḍamâna, établis par le ‘âqil de l’ancien quartier du locataire s’il vient de Sanaa, du cheikh de tribu ou de village s’il est d’origine rurale. Ces documents attestent l’identité, le statut social et la bonne moralité du nouvel arrivant. C’est ici une des manifestations de la cohésion de la communauté de quartier qui, face à un étranger, se pose en groupe exigeant des garanties avant d’intégrer en son sein un individu et sa famille qui lui sont étrangers.

17Le chef de quartier veille encore à la propreté des rues. Aujourd’hui, l’organisation matérielle du nettoyage des rues et du ramassage des ordures est assurée par la municipalité, mais le ‘âqil veille à ce que chacun respecte les consignes données, en déposant notamment les ordures dans les conteneurs prévus à cet effet.

18Il répartissait autrefois entre les habitants les dépenses, ġarâma, nécessaires pour procéder à des travaux d’intérêt collectif, tels que la réfection de rues endommagées par la pluie. Mais le ‘âqil ne pouvait en fixer le montant qu’après accord des intéressés. Avec le développement des services de la municipalité, cette fonction du ‘âqil se restreint considérablement, notamment depuis le pavage en pierre des rues de Sanaa.

LE ‘AQIL EST PAR AILLEURS L’INTERMÉDIAIRE ENTRE LES AUTORITÉS ET LES HABITANTS DE SON QUARTIER

19Il informe la police de tout incident, ḥâdiṯa, tel que vol, incendie, affaire de mœurs ou consommation d’alcool. De même aide-t-il la police lorsque celle-ci est à la recherche d’un individu. Il est un élément décisif auprès des autorités militaires pour l’application du service obligatoire introduit récemment. En raison de l’absence, jusqu’à ces dernières années, de tout état civil, c’est à lui qu’il revient de signaler les jeunes gens en âge d’être incorporés.

20L’application des règlements décidés par les autorités est également du ressort du ‘âqil. Mais son unique moyen de coercition est la persuasion du contrevenant. En cas d’échec, il va en référer aux autorités compétentes. Ainsi, c’est au ‘âqil que revient la charge de veiller à ce que soit appliquée la décision de la municipalité, d’interdire toute nouvelle construction dans la vieille ville, à l’exception des rénovations ou de la reconstruction d’immeubles effondrés.

  • 4 Les limites les plus précises d’un quartier sont celles du district dans lequel un ‘âqil collecte (...)

21Durant le mois de Ramadân, il collecte la zakât al-fiṭra, taxe de capitation prélevée sur chaque musulman, hommes, femmes et enfants. A cet effet, le âqil tient un registre de tous les habitants de son quartier. Sur la somme perçue, 6 riyâls par personne, il retient 2,5 % pour lui, le reste étant versé au ministère des Affaires religieuses4.

22Il atteste l’identité, yu‘arrif, des habitants de son quartier en établissant des certificats, waraqat at-tarîf, nécessaires pour certaines démarches administratives : demandes d’emploi, de passe- port, de papiers d’identité notamment. Ces documents sont visés par le commissariat de police, parfois par le amîn. Le ‘âqil supplée ainsi à l’absence d’état civil. De même, il certifie l’identité de ceux qui se portent garants de qui- conque veut postuler dans la fonction publique, l’armée, une entreprise publique. Cette caution, ḍamâna, est très souvent apportée par un commerçant qui s’engage, le cas échéant, à compenser pertes et dommages causés par le postulant. Le âqil, en apposant sa signature sur ce document, y ajoute la mention Fulân ma ‘rûf laday-nâ, « Untel est bien connu de nous » ; il reconnaît non seulement l’identité, mais également la bonne conduite de l’individu dans le quartier.

LE ‘AQIL EST MÉDIATEUR DANS LES DIFFÉRENDS

23Fonction autrefois importante, le règlement, ṣulh, des différends, qaḍiyya, nizâ‘, par la médiation, tahkîm, du ‘âqil est nettement moins pratiqué de nos jours. Pour qu’un tel arbitrage puisse réussir, il faut que le médiateur bénéficie de la confiance totale des deux parties. C’est de moins en moins le cas aujourd’hui. Avec le renforcement de l’autorité de l’État, le ‘âqil devient de plus en plus un instrument au service de l’administration et de la police. Les gens hésitent donc à lui confier leurs différends de crainte qu’il n’informe les autorités dont il s’agit précisément d’éviter l’intervention. La médiation du ‘âqil se fait selon la loi coutumière, ‘urf.

Un domaine vaste aux contours imprécis

24La vie sociale dans Sanaa est réglée selon des usages, ida, qui couvrent de nombreux domaines. Interrogé à ce sujet, ‘Abd Allâh aḏ-Ḏamârî, notable du quartier d’al-Harrâz, énumère les domaines suivants :

  • la division de Sanaa, taqsîm Sanâ’, en districts, rub‘, et quartiers, hâra ;
  • l’organisation de la commercialisation des marchandises au souk, nizâm al-bay‘ waš-Sirâ’ ;
  • la surveillance nocturne des rues, assurée par le cheikh de la nuit et ses gardiens ;
  • la protection de Sanaa, himâyat San‘â’, comme higra, par les tribus ;
  • la fixation des prix, dabt al-asâr, et des poids et mesures, al-mayâzîn wal- makâyîl ;
  • les coutumes, al-arâf.
  • 5 Sayâgî, 1964.
  • 6 Serjeant, Akwac, 1983.
  • 7 Mermier, 1988, vol. 2, pp. 471-542.

25C’est ce dernier domaine qui correspond au règlement des différends entre personnes. Une partie de ces usages ont été consignés par écrit. Le cadi as-Sayâgî les a publiés5 sous le titre de Qânûn Ṣan‘ā’, de même que Serjeant et Akwa‘6, et, plus récemment, Mermier7. Le règle- ment traite surtout de l’organisation du souk et de la surveillance nocturne. Il est probable que d’autres usages ont été codifiés et mis par écrit, peut-être même tous. Plusieurs personnes nous ont assurés que le Qânûn San‘â’ n’est qu’une partie d’un ensemble écrit beaucoup plus vaste. Mais nous n’avons pas pu obtenir de réponses quant à l’éventuelle localisation d’un pareil document dont l’importance serait évidemment considérable.

  • 8 Ainsi le jeune ‘âqil du quartier d’al-Ǧila’ va-t-il consulter des notables de son quartier et du q (...)

26Toujours est-il que l’usage de la loi coutumière, urf, que nous avons pu observer, était exclusivement oral. En effet, la transmission des connaissances du ‘urf s’effectue oralement, le plus souvent au sein d’une même famille, de père en fils. Ainsi les fonctions liées au ‘urf sont-elles le monopole de certaines familles. Muhammad ‘Àmir, cheikh de Sanaa, ‘Abd al-Razzâq al-Garâdî, le jeune ‘âqil du quartier de al-Gilâ’, de même que Ḥâǧǧ Ḥamûd al-‘Uzayrî, un des principaux médiateurs, ḥakam, du souk, déclarent avoir acquis leurs connaissances de leur père. Les décisions dans une médiation sont prises en faisant appel à la connaissance orale du ‘urf par le médiateur. Il n’est pas rare que celui-ci, dans un cas délicat, consulte certains notables réputés pour leurs connaissances dans ce domaine8.

27L’usage de la loi coutumière, ‘urf, s’oppose-t-il à la loi islamique, Sarî‘a, ou sont-ils complémentaires ?

28Cette question se pose régulièrement dès qu’on aborde les problèmes du droit dans une société musulmane traditionnelle. Un cadi interrogé sur ce problème répondra volontiers que les deux droits sont complémentaires. La Sarî‘a, droit à vocation universelle, n’est pas à même de résoudre tous les problèmes particuliers résultant de conditions locales très spécifiques. Ainsi, à Sanaa, les actes sur les transactions foncières sont établis conformément au droit islamique et au droit coutumier, Sarî‘an wa urfan, ce dernier spécifiant notamment les servitudes incombant à tout propriétaire de terrain, telles que la récupération des eaux de pluie pour l’irrigation, essentielle dans ce pays de terrasses et de sécheresse prolongée.

29Mais dans la pratique, le droit coutumier ne se limite pas à ce rôle de complémentarité. A Sanaa, il continue à s’appliquer à de très nombreux domaines, concurrençant directement le droit islamique. Si les gens y recourent encore largement, les raisons en sont multiples. D’abord, le droit coutumier est compensateur et non pas répressif. Les peines qu’inflige l'arbitre ne sont pas afflictives, ni prison, ni peine corporelle, mais visent uniquement à compenser le tort subi par l’offensé. Ensuite, un différend réglé par médiation selon la coutume permet d’éviter l’immixtion des autorités, à la fois de la police et de l’appareil judiciaire. Le médiateur est en outre quelqu’un de connu, marûf, que l’on côtoie quotidiennement ; il est donc en permanence responsable de ses décisions et ne peut se retrancher derrière aucune autorité. Enfin, pour l’opinion générale, le droit coutumier n’est pas contraire au droit islamique ; y recourir est donc parfaitement licite.

30Le recours au droit coutumier permet de diminuer immédiatement la tension entre les parties opposées : à partir du moment où le médiateur est sollicité, toute vengeance amènerait irrémédiablement l’opprobre sur celui qui aurait tenté de faire justice lui-même.

Une procédure simple

31Le médiateur doit bénéficier de la confiance, tîqa, des deux parties, al- muḥakkimîn. Il doit également jouir d’une certaine notoriété, wagâha, et de popularité, šabiyya, c’est-à-dire qu’il doit être apprécié pour sa droiture, son indépendance de jugement et sa compétence dans le domaine du droit coutumier.

  • 9 Al-ḥâgg Ḥamûd al-‘Uzayrî, résidant dans le quartier de Dâwûd, est l’un des plus connus. Il possède (...)

32Le médiateur n’est pas nécessairement le ‘âqil du quartier. C’est d’ailleurs de moins en moins le cas aujourd’hui, parce que les gens estiment qu’il est trop lié aux autorités, alors que l’une des raisons de leur recours au droit coutumier est précisément de tenir celles-ci à l’écart. Les gens recourent alors soit à un voisin, soit à certains médiateurs dont la notoriété s’étend à toute la ville de Sanaa9.

33Lorsqu’un différend surgit entre deux personnes, l’une d’entre elle, aṭ-ṭâlib, sollicite l’intervention d’un médiateur en déposant, yaṭraḥ/yuaddil, auprès de lui son arme, ganbiya ou son pistolet, ou un objet quelconque de valeur, bien souvent la montre. L’adversaire ou mandé, al-matlûb, est alors contraint de faire un dépôt d’une valeur équivalente auprès de l’arbitre. Dès lors l’affaire est entre ses mains.

34Dans le cas d’un différend mineur, l’arbitre va s’efforcer de persuader les deux parties de passer l’éponge sur le différend et de se réconcilier. Il mettra en jeu son honneur en vue de la réconciliation : yaḥuṭṭ al-gâh ind al-iṯnayn li-yata- sâmaḥû. Tout manquement de l’un des protagonistes serait perçu comme une atteinte à l’honneur de l’arbitre ; non seulement il nécessiterait réparation, mais jetterait en plus l’opprobre générale sur le contrevenant.

35Lorsque l’affaire est plus grave, l’arbitre exige que chaque partie se justifie en produisant des témoins, šâhid, plur. šuhûd, et des preuves, burhân, plur. barâhîn. Puis, par persuasion, il tente de parvenir à une solution acceptée par les deux parties. Celui à qui sont attribués les torts peut se voir infliger une pénalité, gurm, plur. agrâm. Il doit alors laver les torts en faisant amener devant la maison de l’offensé une tête de bétail, mouton ou bœuf, afin de l’égorger. Mais il est extrêmement rare que l’animal soit effectivement tué.

  • 10 Voir à ce propos le proverbe de Akwa‘, 1984, n°2020 : Ar-ridâ sayyid al-ahkâm, « l’apaisement est (...)

36En effet, l’exécution de ce jugement repose sur de subtiles questions d’honneur. Le pénalisé doit avant tout satis- faire l’honneur de l’offensé, c’est pour cela qu’il est appelé « celui qui satis- fait », al-murḍî, l’offensé devenant « celui qu’on satisfait », al-murḍâ alay-hi. Le pénalisé confie à un boucher le soin d’apporter la bête, dabîḥa, devant la porte de l’offensé et de lui annoncer : « Je t’ai apporté l’apaisement », ǧibt lak ar-riḍâ10. A cette déclaration, tous les témoins et curieux attendent que l’offensé réponde : « Je l’ai accepté de toi », qabalt-eh minn-ak. Au contraire, l’ordre donné par l’offensé « Égorge la bête », idbaḥ ad-dabîḥa, serait perçu par tout le monde comme un signe de mesquinerie et de cupidité. On ne tarderait pas à faire répandre la nouvelle « qu’Untel préfère quelques morceaux de viande à l’honneur » !

37La pénalité, selon certains de mes interlocuteurs et notamment al-ḥâǧǧ Ḥamûd al-‘Uzayrî, peut être pécuniaire. Cela est contesté par d’autres qui l’estiment contraire à la loi islamique.

38L’arbitre ne dispose d’aucun moyen de coercition pour faire respecter sa décision. Mais tout manquement aux règles qu’impose le recours à l’arbitrage entraînerait l’indignation et la réprobation de chacun, ce qui est généralement suffisamment dissuasif dans cette société où tout le monde se connaît. Il semble qu’autrefois le ‘âqil pouvait contraindre les récalcitrants soit par des amendes, ǧibâya/ ġarâma, soit par l’envoi d’hôtes imposés auprès du récalcitrant pour festoyer à son domicile autant de jours qu’il fallait pour lui faire entendre raison.

39L’intervention d’un arbitre ne permet pas toujours de parvenir à une conciliation entre les deux parties. En cas de persistance du désaccord, ceux-ci recourent aux autorités, police et juge, qui règlent alors le différend en appliquant la loi islamique. Le droit coutumier devient ainsi une sorte de première instance.

40Il est probable que l’importance du recours au droit coutumier varie d’un groupe social à l’autre. Il serait plus élevé dans les groupes situés au bas de la hiérarchie sociale, tels que les jardiniers, qaššâmîn, mais une enquête plus poussée serait nécessaire pour vérifier la validité d’une telle hypothèse.

41Le droit coutumier traite générale- ment des problèmes de voisinage ou de différends. Les litiges de voisinage, mugâwara, sont souvent causés par l’utilisation d’un espace réduit en raison de l’étroitesse des rues, de la contiguïté et de la densité des habitations. On se reproche alors le bruit, une fenêtre indiscrète, un mur trop bas ou trop élevé, des ordures abandonnées, la circulation ou le stationnement de voitures. Les disputes entre individus, hinâq, portent souvent sur des échanges de mots, d’insultes, qadf, parfois de coups, miḍraba. Les querelles entre enfants dégénèrent assez fréquemment en algarades entre parents. Le droit coutumier permet aussi de régler nombre de querelles au sein de la famille entre mari et femme, entre frères, etc.

42Cette procédure d’arbitrage s’adapte avec une étonnante facilité aux changements qui affectent aujourd’hui la société yéménite. Ainsi sont réglés, selon la coutume, de nombreux litiges dus à la circulation automobile, notamment le droit de passage et le stationne- ment des véhicules qui sont des problèmes cruciaux dans les quartiers du vieux Sanaa.

DES NOTABLES AU-DESSUS DU QUARTIER

43Si l’autorité du ‘âqil est limitée au quartier, de par sa fonction même, d’autres notables, intervenant aussi dans la vie quotidienne, ont des compétences dépassant ce cadre géographique étroit.

L’amîn, un notaire

UN HOMME DE CONFIANCE

44L'amîn est celui dont l’écriture, dans les contrats, actes et autres documents, fait foi. Il doit donc bénéficier de la confiance de toutes les parties. Celle-ci repose sur ses qualités personnelles (droiture, intégrité, honnêteté, sincérité), sa compétence acquise par une formation juridique en droit islamique. Jusqu’à la révolution de 1962, tous les amîn étaient formés à l’école des « sciences de la religion », al-madrasa al-ilmiyya, de Sanaa. Aujourd’hui, ils reçoivent une formation universitaire en droit islamique. Mais une solide connaissance en droit coutumier leur est également indispensable. Nous avons vu précédemment que celle-ci est nécessaire, en particulier, dans toutes les questions touchant au droit foncier. Cette formation est acquise par transmission du savoir de père en fils. Les familles Gudayrî, Taqî et ar-Razâqî fournissent ainsi des amîn depuis plusieurs générations. L'amîn doit aussi être accrédité par le ministère de la Justice.

DES FONCTIONS MULTIPLES

45Le amîn rédige et signe divers documents. Il établit les contrats entre per- sonnes : les actes de mariage, aqd an-nikâḥ, de répudiation, les certificats de « garantie », kafâla, que tout individu doit produire lorsqu’il veut accéder à la fonction publique ou entrer dans l’armée. Il rédige aussi les contrats, baṣîra/ḥugga, portant sur la transaction de biens fonciers et immobiliers. Il s’occupe des héritages, tarka/faṣl, en dressant l’inventaire des biens. Il procède enfin aux legs aux biens de main morte, waqf.

UNE FONCTION RÉORGANISÉE

46Jusqu’à ces dernières années, le contrat établi par le amîn était le seul document faisant foi dans les transactions immobilières et foncières. Celles-ci n’étaient que rarement inscrites dans les registres du ministère de la Justice. On imagine les difficultés engendrées par la perte ou la destruction du document, dans une ville en pleine expansion où les transactions se multiplient. C’est pourquoi les autorités ont tenté de réorganiser la fonction de amîn à partir de 1976. Elles ont réduit le nombre des amîn habilités à rédiger des documents portant sur les transactions foncières et immobilières. Auparavant, ils étaient près d’une centaine à Sanaa ; aujourd’hui, ils ne sont plus que quelques-uns. Les autres amîn continuent en revanche à s’occuper des contrats entre personnes. D’autre part, un registre foncier, as-sigil al-aqqârî, a été créé.

47Dans les quartiers al-Quzâlî, al-Harrâz et d’aṭ-Ṭalḥa, les amîn sont aujourd’hui une dizaine dont la moitié réside dans le seul quartier d’d’aṭ-Ṭalḥa. Ils sont souvent désignés par le terme de ‘ulamâ par les habitants. Ils ne s’occupent plus que de la rédaction des contrats de mariage, des actes de répudiation et des certificats. Mais pour aucun d’entre eux il ne s’agit là d’une activité principale.

Le constat du mu ’arriš

48Sa fonction consiste, conformément à la loi islamique, à établir le constat, yu’arriš, d’une blessure, à la suite d’un échange de coups, puis à en déterminer la nature exacte (enflure, égratignure, blessure profonde, contusion, etc.) selon une nomenclature extrêmement précise. Il faut en effet pouvoir fixer le montant de la pénalité en argent, arš, que l’offenseur al-ǧâdif, devra verser à l’offensé, al-maǧdûf. Cette fonction est souvent exercée par le amîn.

49Le principal mu’arris des quartiers de notre étude est le amîn du quartier al- Gila’, al-Gudayrî.

L’expertise du ‘adl

50Le ‘adl, plur. ‘udul, est chargé d’évaluer la valeur de certains biens lors des transactions. Il s’agit presque exclusivement de biens fonciers ou immobiliers, et d'armes (ǧanbiya et pistolets). Choisi d’un commun accord par toutes les parties prenantes dans la transaction, il est extérieur à celle-ci et son avis, reposant sur la plus stricte neutralité, permet ainsi d’aboutir à un accord.

51Ces experts sont souvent des professionnels du bâtiment, notamment les maîtres d’œuvre, usṭa, mais al-ḥağğ Ḥamûd al-Uzayrî, médiateur réputé, est également très apprécié pour ses estimations de la valeur des biens.

Le ḥâkim, juge selon la loi islamique

52La ville de Sanaa a été récemment divisée en quatre circonscriptions juridiques. A la tête de chacune d’elles se trouve un juge, ḥâkim, nommé par les autorités et chargé d’appliquer la loi islamique. Ce magistrat juge donc toutes les affaires qui n’ont pas été soumises au droit coutumier ou qui n’ont pas trouvé de solution acceptable selon cette procédure. Le qâḍi al-Ulagîh, notable du quartier al-H̱arrâz, est le titulaire d’une des quatre juridictions.

53Jusqu’à la révolution de 1962, la population des quartiers de Sanaa était caractérisée par une grande stabilité. Les familles, buyût, étaient souvent fixées au même endroit depuis de longues générations. Mais cette stabilité est aujourd’hui mise en cause sous l’effet d’un double phénomène. Des éléments étrangers à la ville, al-duẖalâ’, s’installent dans les anciens quartiers de Sanaa. Zaydites de la campagne environnante ou Sâfiites des provinces méridionales, ils modifient considérablement la structure de la population depuis quelques années. Quelques Égyptiens et même des Européens viennent accélérer ce processus. Parallèlement, on assiste à un phénomène inverse d’exode des habitants des vieux quartiers de Sanaa vers les nouvelles zones résidentielles à la périphérie de la ville.

54Ces phénomènes migratoires, en modifiant profondément le tissu social des vieux quartiers, en altèrent aussi les relations sociales. L’entraide, l’échange de visites, les rapports de voisinage et les réunions de qât, autant de pratiques sociales qui s’estompent et tombent en désuétude.

Notes

1 Les enquêtes ayant servi de base à cette étude ont surtout été menées auprès des notables, auprès de ceux qui exercent les fonctions décrites. En l’état actuel des résultats, il est impossible de se faire une idée exacte de l’importance de certaines pratiques, tout particulièrement du droit coutumier. Il faudrait compléter ce travail par une enquête auprès des utilisateurs de ces pratiques, les habitants, afin de pouvoir préciser :

  • les rapports entre les habitants et leurs notables ;
  • les rapports entre droit islamique et droit coutumier;
  • la spécificité ou la similitude de l’organisation sociale d’un quartier urbain par rapport à celle du groupe rural.

2 Le cheikh de Sanaa n’eut d’autorité importante que durant les périodes d’affaiblissement du pouvoir central, notamment entre 1852 et 1871, avec Ahmad al-Ḥaymî et Muḥsin b. ‘Alî Mu‘īd. Supprimée par l’imâm Yaḥyâ, l’institution du mašayha fut rétablie après la révolution de 1962 (cf. Mermier, 1988, vol. 1, pp. 218-232).

3 Sous les imâms Yaḥyâ et Aḥmad, ce cheikh occupait une position importante. Cf. Mermier, 1988, vol. 1, pp. 243-246.

4 Les limites les plus précises d’un quartier sont celles du district dans lequel un ‘âqil collecte cette taxe. En cas de litige sur une limite avec le ‘âqil du quartier voisin, c’est la fréquentation de la mosquée de l'un ou l’autre quartier par le chef de la ou des maisons en litige qui décidera auquel des deux ‘âqil reviendra la taxe. Cela conformément au ‘urf.

5 Sayâgî, 1964.

6 Serjeant, Akwac, 1983.

7 Mermier, 1988, vol. 2, pp. 471-542.

8 Ainsi le jeune ‘âqil du quartier d’al-Ǧila’ va-t-il consulter des notables de son quartier et du quartier voisin d’al-Quzâli. Il s’agit de Abd Allah Alî Tilhâ, Muḥammad Muḥammad Ḥagar et Aḥmad al- Kazzâgî à al-Ǧilâ’ et de Muḥammad al-cAraâî, Husayn al-Ǧaytî et Ǧâlib al-Ḥarâzi à al-Quzâlî.

9 Al-ḥâgg Ḥamûd al-‘Uzayrî, résidant dans le quartier de Dâwûd, est l’un des plus connus. Il possède une boutique de ceintures de ganbiya à l’entrée du souk, face à la grande mosquée, mais ce sont ses fils qui la tiennent la plupart du temps. Auprès d’al-hâǧǧ Ḥamûd, c’est un défilé incessant de plaignants ou de gens demandant conseil.

10 Voir à ce propos le proverbe de Akwa‘, 1984, n°2020 : Ar-ridâ sayyid al-ahkâm, « l’apaisement est le seigneur des jugements ». Le commentaire d’al-Akwac précise que le meilleur des règlements, sulh, est celui qui s’achève par l’apaisement mutuel, tarâdî.

Notes de fin

* Maître de conférences à l’Université de Provence (Aix-Marseille-1)

Table des illustrations

Légende Phot. 1. Chef de quartier, ‘âqil, en 1976.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter