Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Partie 1. Une spirale d’intimité

Chapitre 1. L’intimité urbaine

Paul Bonnenfant

Texte intégral

  • * CNRS, URBAMA, Tours.

1Note portant sur l’auteur*

LE QUARTIER DANS LA VILLE1

Remparts et portes

2Sanaa excitait les convoitises. Conquêtes et évacuations se succèdent dans son histoire, pleine de récits où les « hommes des tribus », les qabîlî, envahissaient la ville. Il fallait se protéger de leurs attaques, toujours possibles. Les maisons se paraient contre les agressions comme leurs sœurs des montagnes : soubassement de pierre, qui servait aussi contre les ruissellements ; une seule porte d’entrée ; de minces ouvertures de ventilation dans les étages inférieurs, simples jours qu’on pouvait murer à la hâte, lors d’un pillage, de crainte qu’un assaillant ne les utilise pour lancer de la paille enflammée dans les réserves. Les maisons de pierre et de brique, aux bois de charpente couverts de plâtre peu sensible au feu, résistaient bien dans l’ensemble à l’incendie : il restait le pillage à la vindicte des agresseurs. Disparaissaient alors les objets de cuivre : plateaux gravés, fines aiguières, narghilés ciselés et lampes précieuses... Même les portes, quand elles étaient ouvragées, partaient avec les pillards vers les montagnes ou les confins du désert !

  • 2 Scott, 1942, p. 123.

3Aussi la ville de Sanaa, jusqu’à une date très récente, disons 1962, début de la révolution était-elle close de remparts remontant, après bien des restaurations, à l’époque ayyûbide. Ils la protégeaient relativement des agresseurs (phot. 5, 7). Haute de sept à dix mètres, la muraille était jalonnée de bastions semi-circulaires : vers 1885, le voyageur Scott en compta 128, y compris les tours flanquant les portes2. Beaucoup de ces bastions subsistent encore mais, construits en pisé, ils résistent mal aux pluies, car ils ne sont plus entretenus. Une action de reconstruction des remparts a cependant été exécutée à l’initiative de l’Organisation générale de sauvegarde des villes historiques du Yémen, sur la partie qui s’étend de bâb al-Yaman au wâdî Sâ’ila (pl. 2a, b, les remparts avant leur restauration).

  • 3 Voir autres photos in SL, Ṣan‘â’, pp. 124-127, p. 138.
  • 4 Voir l’utile article de Panerai, 1989, qui critique les généralisations abusives concernant celle- (...)

4A l’est de la ville, au pied du djebel Nuqum, s’élevaient les tours de la citadelle de Sanaa (phot. 6)3. Avec la grande mosquée, pôle religieux, et le marché, centre commercial, la garnison représentait le troisième pouvoir de la ville, celui du politique. Tout cela est habituel dans l’urbanisme des villes arabes avant le xxe siècle4.

5Plusieurs portes perçaient les murailles.

6Jusqu’à aujourd’hui, la plus importante est sans conteste bâb al-Yaman, au sud, par laquelle arrivaient les voyageurs et les marchandises en provenance d’Aden, et, à moindre distance, de Ḏamâr, de Yarîm, et des riches terroirs avoisinant Tcizz ; d’époque turque, elle est massivement construite par assises de pierres polychromes (phot. 8 et 9).

7A l’autre bout d’un réseau de ruelles qui traversent le souk, était bâtie bâb Šu‘ûb, aujourd’hui démolie (phot. 10), qui commandait les pistes menant aux vergers d’ar-Rawḍa et, au-delà, vers al-Ġirâs, les Banû Ḥušayš et le Ǧawf. Les voyageurs en provenance de Ṣacda Nağrân et des villes saintes du Ḥiğâz, La Mecque et Médine, arrivaient par le nord-ouest de la ville.

  • 5 Ce nom est écrit aujourd'hui bâb aṣ-Ṣabâḥ, porte du matin. Cela semble une déformation récente du (...)

8La troisième porte notable était celle de bâb as-Sabḥa5, très fréquentée car elle reliait la boucle orientale de la ville et la boucle occidentale contenant les palais princiers et les jardins de bi’r al-cAzab. C’est également par elle qu’on arrivait du quartier juif, Qâc al-Yahûd. Cette partie de la ville, plus récente et plus verte (phot. 18), était close de ses propres murailles, si bien que la forme générale de Sanaa, jusqu’en 1962, était grossièrement celle du chiffre huit, comme on le voit sur les plans de Manzoni (1879) et Rathjens (1934) (fig. 1, 2). Cette forme fait méditer architectes, planificateurs urbains et autres « experts » : les poètes y voient les ailes d’un papillon, les mystiques le symbole de l’infini.

Image img01.jpg

Phot. 1. Minaret et coupole de la mosquée aṭ-Ṭalha au premier plan.
La grande maison au second plan est bayt al-Akwa‘, n° 3. Presque caché, le minaret de la mosquée Dâwûd.

Image img02.jpg

Phot. 2. La plaine de Sanaa vue du djebel Nuqum, en 1907.
Source : Muséum für Völkerkunde, Berlin ; fonds Burchardt, K232.

9Les circulations à la jonction des deux boucles étaient assurées par trois portes : bâb al-Šaqâḍîf vers le nord, bâb al-H̱uṣaymî vers le sud. La troisième, bâb as-Sabḥa, est placée différemment par Manzoni et Rathjens : pour le premier, cette porte donne accès à la boucle orientale de la vieille ville, et « bab asc’sciarâra » à la boucle occidentale ; pour Rathjens, « bâb es Sabàch » donne accès à ce dernier quartier.

10Il existait d’autres portes moins importantes. Dans la boucle orientale du huit, bâb Sitrân permettait d’accéder, depuis l’extérieur de la ville, à la citadelle. Une fois dans celle-ci, on pouvait gagner le souk central par « la porte du château », bâb al-qasr. Au-dessus du Sâ’ila, l’oued qui traverse Sanaa, les remparts étaient munis de grilles pour laisser couler l’eau (pl. 2b). Ils ont malheureusement été démolis pour le passage des camions. La boucle occidentale du huit possédait, en proportion, beaucoup plus de portes que l’orientale : « bâb en-Nisèli » et « bâb al-Bàlega » au sud, bâb al-Qâc à l’ouest, « bâb al-Abîle », bâb ar-Rûm et « bâb escsciâari » au nord, ainsi que les dénomme Manzoni.

  • 6 Pour davantage de précisions sur le statut de hiğra, cf. Serjeant, 1983a ; Albergoni, Bédoucha, 19 (...)
  • 7 D’après Serjeant (1983a, p. 42a) citant le šayyid Muḥammad al-Ġaffârî, ces tribus seraient au nomb (...)
  • 8 Akwa’, 1980, p. 284, n. 4.

11Les remparts définissaient la partie dite hiğra de la ville de Sanaa qui comprend également une partie non hiğra6. La hiğra est un territoire neutre généralement à la limite de plusieurs territoires tribaux. Il est habité notamment par les šayyid et soumis à des interdits tels que la guerre, la danse et la musique. Il sert souvent de lieu de rencontre entre tribus, notamment pour les échanges commerciaux et la résolution des litiges. A Sanaa, son inviolabilité est garantie par les quatre tribus environnantes dont les territoires sont contigus à la ville, les Banû Maṭar, les Banû al-Ḥâriṯ, les Banû Ḥušayš et les Sanḥân7. Ce statut d’inviolabilité signifie que les vengeances de sang ne peuvent s’y exercer ; le port d’armes y est prohibé. Le commerce peut donc s’y pratiquer librement et sans danger. La hiğra de Sanaa comporte les parties intra-muros à l’est du wâdî Sâ’ila (fig. 4) et à l’ouest de celui-ci jusqu’à la rue cAbd al-Muġnî, la place at-Taḥrîr, dont l’ancien nom était Maydân Šarâra8, et le début de la rue de l’aéroport, jusqu’au siège de l’état-major. Une partie non hiğra est située à l’extérieur du périmètre défini ci-dessus et se répartit entre les différents territoires tribaux.

Les grands cheminements urbains

12Comme il est fréquent dans les villes musulmanes, les principales rues convergent des portes de Sanaa vers les pôles majeurs que sont le souk, lieu d’échange commercial, et la grande mosquée, lieu d’échange spirituel ; dans leur sillage, le contrôle politique n’a pas moins d’importance.

13Il importe de souligner que Sanaa, à la différence de la plupart des noyaux historiques des villes maghrébines, ne forme pas un bloc très compact et fermé, comme les médinas de Fès, de Tunis ou d’Alger. Au contraire, des cheminements relativement larges existent déjà, qui la traversent de part en part.

14Dans le sens nord-sud, l’un est dessiné par le lit presque toujours à sec du wâdî Sâ’ila (phot. 3, à gauche ; phot. 17 ; fig. 4, à gauche) ; l’autre joint bâb Šucûb à bâb al-Yaman par un arc de cercle qui passe au pied de la citadelle. Mais le plus important, par l’animation qui y règne, est l’axe qui serpente entre bâb al-Yaman, au sud, et bâb Šucûb, au nord. Constamment bordé de boutiques, il joint les deux accès majeurs à la partie orientale de la vieille ville, les plus connus et les plus importants par les foules qui s’y pressent. De nombreuses lignes de bus et de taxis collectifs aboutissent à ces deux portes qui servent également de point de correspondance entre les lignes.

15Les cheminements dans le sens est-ouest sont moins larges. Le principal relie bâb as-Sabḥa à la citadelle. Il traverse d’abord le wâdî Sâ’ila par le pont turc (fig. 4 et 5) et remonte vers le souk des vaches, sûq al-baqar. Ibn Rustah le mentionne : il date probablement des Abbâsides, époque à laquelle il dut jouer un rôle important, en joignant le souk au Sâ’ila et aux zones cultivées voisines. Plus tard, aux ixe-xe siècles, quand le gouverneur Ibn Yucfîr construisit la muraille de la cité, le sûr al-balad, cette rue forma le principal parcours de la ville et la divisa en deux. Elle reliait le souk à des tanneries et des teintureries, polluantes situées à la périphérie ; Ibn Rustah les décrit comme des constructions, quṣûr, de briques cuites, pierre et plâtre. Les Ottomans renforcèrent et balisèrent ce cheminement en agrandissant la mosquée aṭ-Ṭalha et en édifiant le pont sur le wâdî Sâ’ila (fig. 5). L’importance de cette voie s’accentua encore quand les imâms construisirent le complexe palatial d’al-Mutawakkil à la jonction des deux boucles du huit que forment les remparts : enceinte fortifiée, palais, mosquée, ensemble bien visible sur les plans de Manzoni et de Rathjens. Un souk secondaire y vit le jour, attiré par les allées et venues liées au palais. A leur suite et après la révolution de 1962, les urbanistes égyptiens conseillèrent le percement de la place de la Libération, maydân at-Taḥrîr, devenue pôle majeur de la cité, avec bâb al-Yaman et bâb Šucûb. Le marché qui s’y tient offre des légumes, des fruits et des denrées alimentaires (pl. 4d). Les restaurateurs et vendeurs de thé et de jus de fruits y sont nombreux. Les vendeurs ambulants s’y pressent depuis 1985, et plus encore depuis 1990 : la multiplication des « petits métiers » témoigne de l’afflux de migrants ruraux, d’expulsés d’Arabie Saoudite, suite à la guerre du Golfe, et de réfugiés des conflits qui ravagent l’est de l’Afrique. Il jouxte la zone de commerces beaucoup plus modernes des environs de la place at-Taḥrîr.

16Un peu plus au nord, un autre axe lui est à peu près parallèle. Il part lui aussi de bâb as-Sabḥa, traverse l’oued à gué, puis se dirige vers les quartiers al-Fulayḥî et Zumar. Plus au sud, un axe part du Sâ’ila et, en serpentant, gagne la grande mosquée par la mosquée Abhar.

17De nombreuses ruelles, zuqaq, zuqzuqî, plus étroites que la rue, šāra‘, plur. šawâric, recoupent par le travers ces cheminements principaux et permettent d’accéder aux quartiers. Une ruelle de l’Ogre, zuqaq al-Ġawl, près de la mosquée aṭ-Ṭalha, doit peut-être son nom à son caractère très étroit et sinueux, un peu effrayant, d’autant plus qu’il faut se courber à un endroit, tellement est basse la pièce construite au-dessus de la ruelle.

  • 9 Il est intéressant de noter qu'un autre sens du terme en Arabie est celui de maison ou hameau fort (...)

18Il existe également des impasses, appelées à Sanaa darb, plur. durub9.

Le souk central

19L’axe qui rejoint bâb al-Yaman à bâb Šucûb d’une part, et celui qui relie bâb as-Sabḥa à la citadelle de l’autre, se croisent dans le marché central. Ce quartier commerçant, le souk, est strictement séparé des quartiers d’habitation (fig. 3), trait qui caractérise les villes musulmanes. Néanmoins, autour du marché proprement dit, des boutiques occupent le rez-de-chaussée de nombreuses maisons d’habitation.

20Ce marché, l’un des plus vieux de la péninsule Arabique, s’étend légèrement au nord d’une ligne reliant les points les plus anciens de la ville : la citadelle, bâtie sur une légère éminence constamment occupée depuis l’époque préislamique, l’emplacement de la cathédrale chrétienne dans le quartier Ġurqat al-Qalîs, l’ancien site du palais Gumdân, et l’actuelle grande mosquée, bâtie sur les instructions du prophète Mahomet en personne. Il est possible que le marché ait occupé le même site depuis l’époque où il n’était qu’un souk de plein air se tenant dans la plaine, au pied du point fortifié qui le protégeait.

21Les ruelles du souk contrastent vivement, par leurs boutiques en rez-de-chaussée, avec les caravansérails qui les parsèment (phot. 14 ; pl. 3) et les hautes maisons des quartiers résidentiels.

  • 10 D’après le bureau d’études Quaroni (1983, p. 111.3), sur les 134 ha de Sanaa pris dans son ensembl (...)
  • 11 Selon Mermier, 1989, p. 171.

22Le souk occupe une faible superficie par rapport à celle de la ville : 8 % seulement10. Jusqu’aux changements économiques et sociaux survenus à partir de la révolution, il regroupait les principales activités de commerce et de production artisanale, chaque branche ayant en principe une ou plusieurs ruelles qui lui étaient consacrées : par exemple le souk des étoffes, le souk des forgerons et celui des menuisiers, le souk des céréales et celui du henné, le souk des fabricants de poignards et celui du cuivre (fig. 3). L’ensemble regroupe environ 1 800 boutiques11. Deux des produits échangés possédaient une grande valeur et leur commerce se faisait dans des « douanes » : les raisins secs, exportés jusqu’à La Mecque, et l’écorce des graines de café, dont on fait une boisson en décoction, spécialité du Yémen jusqu’à l’avènement du thé et du Pepsi. Aujourd’hui, les activités tendent à se mélanger et les souks perdent leur spécificité.

Image img03.jpg

Fig. 1. Plan de Sanaa relevé en 1879 par Renzo Manzoni.
Source : Manzoni, 1884.

Image img04.jpg

Fig. 2. Plan de Sanaa publié en 1934 par Rathjens et von Wissmann. Mosquées : 1 al-Qâḍî ; 2 Ḥanẓal ; 3 al-Balaqa ; 4 Bi’r al-Bahama ; 5 Ṣarḥ al-H̱arğ ; 6 al-Mutawakkil ; 7 al-Hurqân ; 8 an-Nahrayn ; 9 Qubbat al-Mahdî cAbbâs ; 10 al-Quzâlî ; 11 alcAlamî ; 12 an-Nûr ; 13 al-Filayḥî ; 14 az-Zumur ; 15 al-H̱uḍayr ; 16 aṭ-Ṭawâšî ; 17 al-Maḍrasa ; 18 al-Bakîrîya ; 19 al-Murâdîya, dans la citadelle ; 20 al-Bâša ; 21 Ṣalâḥ ad-Dîn ; 22 Nuṣayr ; 23 Mûsâ ; 24 al-Maḏhab ; 25 cAqîl ; 26 aš-Šahîdayn ; 27 Ali ; 28 Dâwûd ; 29 aṭ-Ṭâwûs ; 30 Qubbat Ṭalḥa ; 31 Macâd ; 32 al-Wušâlî ; 33 Abî r-Rûm (Barrûm) ; 34 al-Abhar ; 35 grande Mosquée ; 36 ar-Ruḍwân ; 37 at-Taqwâ ; 38 Maḥmûd ; 39 al-Ġadîd ( ?) ; 40 al-cUrḍî ; 41 Mašhad Šucûb ; 42 petit mausolée ; 43 mosquée.
a Sûq al-ğimâl ; b Sûq al-baqar ; c Sûq al-ḥaṭab et sûq al-cirğ ; d Ḥammâm al-qûca (auj. Sabâ’) ; e Ḥammâm al-Maydân ; f Café turc ; g Ḥammâm aṣ-Ṣufrâ ; h École ; i Palais, autrefois château de l’Imâm (dâr es Safî) ; k Maison du qâḍî cAbd Allâh ; m Ḥammâm aṭ-Ṭawâšî ; n Ḥammâm al-Mutawakkil ; o Ḥammâm al-Abhar ; p Es-Sanaja [que Bidwell identifie comme étant l’ancien palais des hôtes] ; q Dispensaire italien ; r Q. an-Nahrayn (écrit Nahsên) ; s Burğat aš-Šarâra ; t Dâr aḏ-Ḏahab ; u Bayt al-Maḥfaḍî.
Source : Rathjens, von Wissmann, 1934, fig. 65.

23A l’exception de plusieurs fontaines, les ruelles du souk, bordées de boutiques basses, n’offrent aucun intérêt architectural (pl. 4c, e, g). Ce n’est pas le cas de certains caravansérails, samsara, qui atteignent plusieurs étages (pl. 3) ; certains datent de quelques siècles (fig. 3). Au nombre d’une trentaine, mais de dimensions variables, ils logeaient autrefois les négociants et leurs montures. Ces caravansérails constituaient des dépôts de gros, relais entre l’importation des produits et le commerce de détail pratiqué dans le souk : ils étaient les principaux points d’articulation entre la ville et l’extérieur. Ils abritaient les marchandises apportées par les caravanes, voire de la monnaie sous forme des fameux thalers Marie-Thérèse, appréciés par les bédouins pour l’opulente poitrine de l’impératrice d’Autriche ! Les commerçants du souk racontent que le caravansérail de Muḥammad ibn al-Ḥasan (pl. 3a, b) contenait tant d’argent que celui-ci coulait en fusion le long des murs, lors de l’incendie qui le détruisit partiellement en 1948 : sous l’exagération transparaît l’importance monétaire qu’avait cette samsara.

  • 12 On consultera à ce sujet : Dostal, 1979 ; Dostal, revised by Serjeant and Wilson, 1983a ; Mermier, (...)

24Jusqu’à la révolution de 1962, on estime que le souk occupait près des trois quarts de la population active masculine de Sanaa12. C’est dire que la majorité des maisons de la capitale étaient habitées par des commerçants ou artisans du souk, ou des personnes qui avaient des liens de parenté étroits avec eux. Certaines grandes familles se livraient à l’importation de marchandises, par Aden ou al-Ḥudayda, et possédaient un rôle clef dans l’organisation du commerce : les familles al-Yamânî, Sunaydâr, Ġamdân, al-Ḥâḍrî, cAslân, at-Ṯawr. Leurs maisons rivalisaient avec celles des hauts fonctionnaires de l’imâmat et elles se dressent fièrement, un peu partout dans la vieille ville. Beaucoup entreposaient leurs marchandises au rez-de-chaussée de leur habitation ; certains possédaient des entrepôts dans la zone du souk, ces samsara.

25Malgré leur richesse, les commerçants ne formaient pas l’élite de la population, constituée de descendants du Prophète, les šayyid, sorte d’aristocratie religieuse et lettrée où se recrutaient de nombreux hauts fonctionnaires et notables du gouvernement de l’imâm. A l’autre bout de la hiérarchie sociale, certains corps de métiers étaient très méprisés.

26Le monde du souk était régi par un document, le Qanûn Ṣancâ’. Il réglementait l’activité des corps de métier : chacun d’eux choisissait une sorte de représentant, de « sage », le câqil. Celui-ci avait, à l’égard de son corps de métier, des fonctions comparables à celle du « sage de quartier », câqil al-ḥâra. Il veillait à l’absence de fraude, tentait de résoudre les litiges entre clients et gens de la profession, représentait ceux-ci auprès du pouvoir et inversement. L’ensemble des câqil du marché et les représentants des quartiers d’habitation étaient sous l’autorité d’un « cheikh des cheikhs », grand notable de la ville. Du coucher du soleil à l’aurore, la sécurité des biens et des personnes était assurée par un « cheikh de la nuit » qui dirigeait les gardiens du souk.

UN QUARTIER DE SANAA, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Rubcet ḥāra

27A Sanaa, deux termes désignent des parties plus ou moins vastes de la ville : rubc et ḥāra.

28Le premier, rubc, correspond à une entité administrative qu’on pourrait traduire par « district », « secteur » ou « arrondissement », sans donner à ce dernier terme le même contenu administratif qu’en France. C’est une division administrative qui, à notre connaissance, ne recouvre aucune distinction selon la fortune, l’origine géographique ou le métier exercé par les habitants. Ces rubc semblent, au contraire, avoir été définis de manière très simple, en divisant la boucle orientale de la vieille ville selon ses rues principales et le cours du wâdî Sâ’ila. D’après les opinions, il existe quatre ou cinq rubc.

29La partie hiğra de la ville, que nous avons définie plus haut, est divisée en une cinquantaine de quartiers, ḥāra, eux-mêmes regroupés en rubc. Selon les sources et les dates, les listes diffèrent.

  • 13 Dostal, 1983a, p. 256. L’auteur a repris là en grande partie ses travaux sur le marché de Sanaa, D (...)

30Pour essayer d’y voir clair, nous avons comparé deux sources d’information. La première est une liste des quartiers fournie par Dostal ; son enquête date du début des années 197013. La seconde source est une carte établie par le ministère de l’Habitat et de la Planification urbaine, datant de la fin de 1990 environ. Si elles offrent de nombreux points communs, chacune d’elles cite des noms inconnus de l’autre, ou l’inverse. Nous avons confronté leurs renseignements avec nos propres notes. Nous constatons qu’en général la liste du ministère cite de nouveaux noms de quartiers, ce qui est logique, la ville s’étant développée à l’intérieur de ses remparts, dans les années 1960 et au début des années 1970, avant d’exploser à l’extérieur.

Image img05.jpg

Fig. 3. Carte du souk.
Les noms des souks.
1. Vers l’ancien sûq an-Naṣârâ
2. Souk du sel, sûq al-milḥ. en fait épices et autres
3. Souk du pain, sûq al-ẖubz
4. Souk du qât, sûq al-qât
5. Souk de la teinturerie, sûq al-miṣbâğa
6. Souk des bijoutiers, sûq al-muẖlaṣ, sûq al-fiḍḍa
7. Souk cAqîl, sûq cAqîl, du nom de la mosquée
8. Souk des huiles, de la graisse, sûq as-saman
9. Souk du pain, sûq al-cayš, appelé aussi souk des restaurateurs, sûq al-luqma (litt., souk de la “bouchée ”)
10. Souk des huiles, de la graisse, sûq as-saman
11. Souk de la poudre à fusil, sûq al-bârût, bârûd
12. Souk des céréales, sûq al-ḥabb
13. Souk du fenugrec et du sel, sûq al-ḥilba wa l-milḥ (alimentation)
14. Souk des apothicaires, droguistes, parfumeurs, sûq al-micṭâra
15. Souk des raisins secs, sûq az-zabîb
16. Souk de l'écorce de café, sûq al-qišr
17. Marché aux puces, sûq al-mibsâṭa, sûq al-qamla
18. Souk de la laine, sûq al-fitla
19. Nouveau souk, souk de la Révolution, sûq al-Ġadîd, sûq aṯ-Ṯawra
20. Souk des chaudronniers, des objets en cuivre, sûq an-naḥâs
21. Sûq al-Ǧilâ/Ǧalâ (tailleurs, vêtements)
22. Souk des vêtements, sûq al-bazz
23. Souk des tuyaux pour pipes à eau, sûq al-qaṣîb
24. Souk des fabricants de ceintures, sûq al-maḥâzim
25. Souk des tourneurs, sûq al-miẖrâṭa
26. Souk des coiffes, sûq al-kawâfî
27. Souk des cordiers, sûq as-salab
28. Souk du plâtre, sûq al-ğuṣṣ
29. Souk du quartier al-Madar, sûq ḥārat al-Madar (selliers ; ancien marché de la poterie)
30. Souk du quartier az-Zumur, sûq az-Zumur (ancien souk des dromadaires)
31. Souk des vaches, sûq al-caqar
32. Souk Ṭalḥa, sûq aṭ-ṭaḥîn
33. Souk des ânes, sûq al-bahâ’im
34. Sûq al-ğabbâna
35. Souk du fourrage, sûq al-calaf
36. Sûq al-Ḥalaqa, litt. “marché du cercle” ; c’était autrefois le lieu de déchargement de toutes les marchandises arrivant à Sanaa. Aujourd’hui : quincaillerie, récipients.
37. Souk des poignards, ğanbîya : sûq al-ğanâbî
38. Souk des fourreaux de ğanbîya, sûq al-‘iswab
39. Souk des braséros, sûq al-mawâqid
40. Souk des menuisiers, sûq an-nağğârîn
41. Souk des savetiers, sûq al-minqâla
42. Souk des forgerons, sûq al-ḥaddâdîn
43. Souk du raisin, sûq al-cinab
44. Souk du henné, sûq al-ḥinna
45. Sûq an-naẓâra (objets et aliments divers)
46. Souk des chaudronniers, du cuivre, sûq an-naḥâs
47. Souk al-Ḥumaydî, du nom de la mosquée voisine
48. Vers le souk de bâb al-Yaman, porte sud de la ville
49. Souk du quartier de la grande mosquée, sûq ḥārat Dâr al-Ǧâmic
Les mosquées
50. Grande mosquée
51. Mosquée Maḥmûd
52. Mosquée aš-Šahîdayn
53. Mosquée cAqîl
54. Mosquée cAli
55. Mosquée Ǧanâḥ
56. Mosquée al-Maḏhab
Les douanes-entrepôts, gumruk
58. Ǧumruk az-zabîb, douane des raisins secs
61. Ǧumruk al-qišr, douane du café et de l’écorce de café, dite aussi samsara al-qišr ou encore « samsâra de la balance », samsârat al-mîzân (ancienne samsâra aš-Šâmî).
Les caravansérails, samsâra
57. Samsâra al-Baw‘ânî
59. Samsâra Muḥammad ibn al-Ḥasan
60. Samsâra al-ḥawâ’iğ, dite aussi samsâra al-Muṭarrib
62. Samsâra as-sawd (samsâra du charbon de bois)
63. Dépôt des céréales, maẖzan al-ḥabb
64. Samsâra al-qât, dite aussi samsâra al-Muzayyin et samsâra al-H̱ân
65. Samsâra al-Mağğa
66. Samsâra cAlî al-Tinâ
67. Samsâra Yaḥyâ b. al-Qâsim
68. Samsâra. Muḥammad Hâšim al-Manṣûrî
69. Samsâra an-nuḥâs (samsâra. du cuivre, dite aussi samsâra al-lmâm al-Mahdî)
70. Samsâra Yaḥyâ ari-Na cârnî
71. Samsâra Muḥammad Luṭf aḏ-Ḏrayra
72. Samsâra az-Zubayrî
73. Samsâra sûq al-Minqâla
74. Samsâra Warda
75. Samsâra Warda
Les jardins urbains, maqšama
76. Jardin de la mosquée aš-Šahîdayn
77. Jardin de la mosquée al-Ḥumaydî, maqšamat masğid al-Ḥumaydî.

Image img06.jpg

Phot. 3. Photographie aérienne de la boucle orientale de Sanaa intra muros, en 1990.
On distingue bien trois pôles de la cité ancienne. au centre, le souk central sans relief à cause des boutiques basses ; au sud-ouest du souk, le rectangle blanc de la grande mosquée ; à droite, la citadelle. Disséminées dans la ville, les taches brunes sont les jardins urbains. Les avenues de la ville nouvelle convergent vers bâb Šu‘ûb, au nord (haut de la photo), et bâb al-Yaman, au sud, où I on note une grande concentration d’automobiles. Le wâdî Sâ’ila serpente à l’ouest. Comparer ce document avec la photographie aérienne de Sanaa reproduite dans Serjeant, Costa, Lewcock, 1983, p. 21 (non datée, a dû être prise vers 1970).
Source. Service de cartographie, Sanaa. Photo aimablement offerte par le GOPHCY.

  • 14 Précisons qu’à Sanaa le nord est indiqué par la direction de La Mecque, qibla, et le sud par celle (...)

31Nous proposons finalement la classification suivante, fondée sur l’avis, le plus répandu, de quatre districts, rubc, à l’est du wâdî Sâ’ila, et d’un district à l’ouest de celui-ci. Les quartiers qui composent les rubc sont localisés sur la carte générale de Sanaa (fig. 4). Pour ne pas la surcharger, nous n’avons pas écrit ceux qui portent le nom d’une mosquée, comme c’est souvent le cas, ou d’un bain public, Ḥammâm. La liste va approximativement de l’ouest à l’est et du nord au sud14. Nous n’avons pas compté dans notre liste les quartiers construits depuis 1962 à l’intérieur des remparts, cette date marquant les débuts du processus de transformation de Sanaa sous l’égide d’un nouvel appareil d’État.

32Le district le plus important est celui du nord-ouest, ar-rub‘ al-qiblî. Il est limité à l’ouest par le wâdî Sâ’ila, au nord par les remparts, à l’est par la rue joignant bâb Sucûb à la grande mosquée par le souk des vaches, au sud par la rue conduisant du pont turc au souk des vaches. La comparaison des deux sources est ici des plus instructives. Elle permet, en particulier, de donner leur dimension réelle à certains quartiers. Ainsi az-Zumur contient Ġuzl al-Bâš cité par Dostal : ce sont, selon nous, les maisons qui bordent le jardin urbain du même nom, au sud de la mosquée Izdumar Pacha, populairement abrégée az-Zumur. Ou, autre cas, Ṣarḥat al-ḥawâ’iğ, cité comme un quartier par Dostal, se réduit à une petite place rectangulaire en impasse à l’entrée montant du wâdî vers la place d’al-H̱arrâz (fig. 5, en bas). Dans cette mise en regard des deux listes, ressortent également les quartiers sans équivalent dans le relevé voisin. Citons entre autres al-H̱arâ’ib, probablement situé au nord-est du quartier alGilâ’. Ce district du nord-ouest comprend les quartiers suivants :

  • 15 Souvent écrit Mutayr. La langue de Sanaa confond souvent le ṭå’ et le ḍād.
  • 16 Ce quartier est fréquemment appelé Ḥârat sûq al-baqar, du nom du marché aux bovins qui s’y est ten (...)
  • 17 Appelée mosquée al-Aẖḍar par Ḥağrî (1978, p. 9).
  • 18 Pour certains informateurs, al-Ḥârğa désigne la rue intra-muros en demi-cercle joignant bâb Šu‘ûb (...)
  • 19 Ce quartier est souvent appelé Ra’s sûq al-milḥ, le haut du marché au sel.
  • 20 L’existence de ce quartier est contestée : « Autour d’al-Maydân, nous avons au nord le quartier Ṣa (...)
  • 21 Le nom initial de ce quartier est al-Qulayyis.
  • 22 Ce quartier est peut-être récent.
  • 23 Pour certains, Sukkara est le nom initial du quartier bâb as-Salâm.
  • 24 Ce quartier englobe le quartier Sabâ’, qui n’est pas un nom officiel, semble-t-il, mais qui consti (...)
  • 25 Le souk, n° 33 de la liste du Ministry of Housing and Urban Planning, n’est pas un quartier d'habi (...)
  • 26 Cité à l’est de Sanaa par Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 235b. Mais plusieurs sources sûres le situent (...)
  • 27 Ce quartier est cité dans la liste de Dostal, mais, d’après nos informateurs, ne serait en fait qu (...)
  • 28 Ḥağrî (1978, p. 48), signale que l’ancien nom de la mosquée al-Ḥurqân était « mosquée aṭ-Ṭabarî ».
  • 29 Le quartier al-Maṭîṭ est compris entre les deux rues qui partent de bâb as-Sabḥa vers le wâdî Sâ’i (...)
  • 30 A notre connaissance, ce n’est pas un nom officiel de quartier, mais le Sâ’ila étant un wâdî qui t (...)
  • 31 A l’ouest du quartier bustân as-Sulṭân, au bord de l’avenue moderne ‘Abd al-Muġnî.
  • 32 Au sud du quartier bustân as-Sultân.
  • 33 Ḥağrî, 1978, p. 9.
  • 34 Ḥağrî, 1978, p. 87.

Image img07.jpg
Note 1515
Note 1616
Le district du nord-est, ar-rub‘ aš-šarqî bi-qibla, al-qiblî bi-šarqî, est parfois appelé « haut-district », ar-rub‘ al-a‘lâ, dit parfois « le haut-Sanaa », calû Ṣan‘â’, a‘lâ Ṣancâ’. Il est bordé à l’ouest par la rue principale joignant bâb Šucûb à la grande mosquée par le souk des vaches, au nord-est par les remparts, au sud par la rue dite ra’s sûq al-Milḥ joignant la citadelle au marché central. Ce district comprend les quartiers suivants :
Image img08.jpg
Note 1717
Note 1818
Note 1919
Note 2020
Le district du sud-est, ar-rub‘ al-adanî bi-šarqî, aš-šarqîbi-gunûb, est limité au nord par la rue dite ra’s sûq al-Milḥ reliant la citadelle au marché central, à l’est et au sud par les remparts, à l’ouest par la rue joignant bâb al-Yaman au marché central. Il comprend les quartiers suivants :
Image img09.jpg
Note 2121
Note 2222
Note 2323
Le district du sud-ouest, ar-rub‘ ala-‘adanî bi-ġarbî, ar-rub‘ al-ğarbî bi-ğanub, est délimité à l’est par la rue joignant bâb al-Yaman au marché central, au sud par les remparts, à l’ouest par le wâdî Sâ’ila, au nord par la rue joignant le pont turc au souk des vaches. Il comprend les quartiers suivants :
Image img10.jpg
Note 2424
Note 2525
Note 2626
Note 2727
Le cinquième rub‘ est constitué par la partie de la hiğra située à l’ouest du wâdî Sâ’ila. Il comprend les quartiers, du nord au sud :
Image img11.jpg
Note 2828
Note 2929
Note 3030
Note 3131
Note 3232
Les quartiers Kubâs et al-Qarâbî, cités dans la liste de Dostal, n’existent pas dans la vieille ville, à notre connaissance. Al-Ḥağrî cite également certains quartiers inconnus aujourd’hui : ḥārat Abî Maṭar, du nom d’un personnage qui s’y était installé, se trouvait à proximité de l’actuelle mosquée al-H̱uḍayr, dans le nord de la ville33. Le quartier de Ḥâfat Qanda34 se trouvait peut-être près de bâb al-Yaman ou juste au nord de la grande mosquée.

Le quartier, ḥâra : d’abord un nom

  • 35 Raymond, 1985, p. 135.
  • 36 Ḥağrî, 1978, p. 87, 140. Voir à ce terme dans le glossaire des vocables arabes de SL, Ṣan â’.

33Le terme ḥâra est habituellement utilisé pour désigner le quartier, comme il est fréquent dans de nombreuses villes arabes, Le Caire et Damas par exemple35. Mais le mot ḥâfa est également employé par certains auteurs, al-Ḥağrî entre autres36, qui l’emploient soit à la place de ḥāra, soit dans le sens de « dans le voisinage immédiat de ».

  • 37 Il s’agit des qanât d’Iran ou des foggâra sahariennes : il en existe surtout en Oman, et quelques- (...)

34La toponymie générale des quartiers révèle une organisation de l’espace autour de points cruciaux pour la circulation ou la vie sociale. Ainsi cinq portes de la ville donnent leur nom à un quartier, depuis une date plus ou moins lointaine : bâb al-Yaman, bâb Šu‘ûb, bâb as-Sabḥa, bâb as-Salâm, bâb as-Širâ’î. Deux quartiers portent des noms de végétaux Ḥārat al-ğawâfih, quartier des goyaves, est l’un des rares quartiers de Sanaa à ne pas posséder de mosquée. Pour certains informateurs, l’acacia, aṭ -Ṭalḥa, donne son nom à une mosquée et son quartier ; pour d’autres, Ṭalḥa est le nom du fondateur. Le « quartier des deux fleuves », ḥārat an-Nahrayn, fait allusion aux galeries drainantes souterraines connues ailleurs dans la péninsule Arabique sous le nom de falağ37. Certains quartiers portent le nom d’un bain public ou ḥammâm, comme ḥārat Sabâ’, ḥārat Yâsir, ḥārat Šukr. AI-Quzâli, quartier de la mosquée Ibn al-Ḥusayn, porterait un nom d’origine turque.

35Mais la majorité des noms de quartiers se réfèrent à une mosquée, signe de l’importance qu’elle occupe dans leur vie quotidienne : c’est le cas des quartiers de la grande mosquée, al-Abhar, Am‘âd, Dâwûd, Ibn al-Ḥusayn, al-H̱arrâz. Les mosquées Ǧamâl ad-Dîn et Ṭâwûs ne donnent pas leur nom à un quartier. Les mosquées elles-mêmes portent souvent le nom de leur fondateur, vrai ou supposé ; nous trouvons ainsi, dans une partie de Sanaa où nous avons effectué un sondage (fig. 5) :

  • al-H̱arrâz, quartier de la mosquée du même nom dont la fondation est attribuée à un certain Arḥab al-H̱arrâz.
  • Dâwûd, autour de la mosquée Dâwûd, fondée au viie/xive siècle par Dâwûd b. Makîn.
  • aṭ-Ṭalha, quartier de la mosquée, portant le nom de l’acacia, ṭalḥa, près duquel aurait été édifié le premier oratoire et non pas le nom du fondateur venu de la région de Ānis. L’ancienne petite mosquée fut agrandie par les Ottomans, puis embellie au xixe siècle par l’imâm al-Mahdî ‘Abd Allâh (1816-1833)38.

36En revanche, trois mosquées qui bordent le souk (fig. 3) ne donnent pas leur nom aux quartiers voisins : pas de quartiers ‘Alî, al-Ǧanâḥ, al-Maḏhab. La cause en est probablement qu’elles sont destinées au service religieux des gens qui fréquentent le marché.

37Aux noms de mosquées, typiques de la ville ancienne, répond dans les quartiers nouveaux une toponymie composée soit d’anciens noms de parcelles agricoles, soit de termes évoquant la prospérité, le bonheur, le progrès, le développement, comme c’est le cas dans de nombreuses villes arabes en pleine croissance urbaine.

Limites et dimensions du quartier

  • 39 Quaroni, 1983, p. iii.3.
  • 40 Raymond, 1985, p. 136.

38Nous avons vu que, d’après notre décompte, Sanaa comprend environ 49 quartiers. La superficie étant de 134 hectares39, nous obtenons une moyenne de 2,73 ha par quartier, proche de celle du Caire à l’époque ottomane40. Mais, à Sanaa comme au Caire, cette moyenne recouvre des variations importantes : à côté de quartiers tout petits comme celui d’Ibn al-Ḥusayn, il en existe de beaucoup plus vastes, comme le quartier al-Maḍrasa. Celui-ci s’est beaucoup construit depuis le début du siècle, comme le montrent les photographies de cette époque (phot. 4, 26, 27).

  • 41 Cités par Lewcock, Costa, Serjeant, 1983c, p. 142 ; Rathjens, Von Wissmann, 1929, et Rossi, 1927, (...)

39Les experts de l’UNESCO évaluent le nombre de maisons dans le vieux Sanaa à 6 000 en 1990. En estimant à mille le nombre de celles qui ont pu se construire intra-muros depuis la révolution, nous avions environ 5 000 maisons avant 1962, soit une moyenne de 102 maisons par quartier. La population de Sanaa était alors estimée de 50 000 à 60 000 habitants41, soit une moyenne d’environ 1 120 habitants par quartier et de 11 habitants par maison.

  • 42 Ce sont les quartiers al-‘Alamî (762 habitants pour 125 maisons), al-Ǧalâ’ (1103/191), al-Fulayḥî (...)

40D’autres indications, recueillies par Jean Lambert, nous sont fournies par le recensement effectué en 1981 par l’Association des coopératives. Pour un ensemble de neuf quartiers, ḥāra, qui correspondent à peu près au rub‘ nord-ouest de Sanaa42, le recensement totalise un nombre de 9 787 habitants pour 1512 familles, soit une moyenne de 1087 habitants par quartier et de 6,5 individus par famille, en sachant que plusieurs familles habitent une même maison. Les témoignages oraux recueillis pendant l’étude soulignent que de nombreuses maisonnées abritaient trente, voire quarante personnes. Mais nous sommes en 1981, presque vingt ans après la révolution, et de profonds bouleversements sont déjà survenus chez les habitants de Sanaa intra-muros.

  • 43 Raymond, 1985, p. 136.

41Ces chiffres, dont il faut souligner le caractère très approximatif, donnent cependant une indication qu’il est intéressant de rapprocher de ceux que donne André Raymond pour d’autres villes arabes à l’époque ottomane : 1 000 à 2 000 individus par quartier43.

42Un peu plus de mille personnes : ce nombre permettait aux habitants de se reconnaître et d’exercer un contrôle social mutuel dont beaucoup de jeunes souffrent encore aujourd’hui. Cela représentait aussi 200 à 300 hommes adultes, nombre limité permettant au chef de quartier, ‘âqil al-ḥâra, d’exercer son autorité. L’appartenance d’une maison à un quartier s’établit en fonction de la fréquentation par ses habitants d’une mosquée donnée.

  • 44 Les limites ont été relevées en 1992 par Ṭâriq Sayf al- Ḥammâdî, section des Études, GOPHCY, que n (...)

43La figure 5 fournit les limites de quelques quartiers44. Elles sont très précises, paraissent fixes et sont en général connues par les habitants du quartier et des quartiers limitrophes. Elles passent entre deux maisons, sans qu’aucun repère visuel n’intervienne. Un jardin urbain n’est pas divisé entre plusieurs quartiers ; il dépend au contraire d’un seul, celui de la mosquée qui l’approvisionne en eau, et à laquelle les revenus du jardin sont dévolus. Il est donc bordé de maisons appartenant à plusieurs quartiers différents : pour le bustân Ṭâwûs, par exemple, des maisons relevant des quartiers aṭ-Ṭalha, al-H̱arrâz, Ibn al-Ḥusayn, al-Quzâlî et al-ğawâfih. Le jardin urbain n’est donc pas dans le tissu urbain un facteur de cohésion sociale. La carte montre aussi que les deux côtés d’une rue peuvent appartenir à des quartiers différents. En revanche, les maisons riveraines d’une impasse dépendent toujours du même quartier.

44Évidemment, tous les quartiers ne se valent pas. La proximité du souk était autrefois c’est-à-dire jusqu’en 1962 un des principaux critères de valorisation d’une maison. On se trouvait rapidement au cœur de l’activité commerciale, soit pour des emplettes, soit, dans le cas des commerçants et artisans, pour y exercer son métier : ainsi, les ‘Aslân, riches commerçants, bâtissent en 1345/1926-1927 une importante demeure, n°101, entre les souks et la grande mosquée. Les Sunaydâr, autres riches négociants, font de même sur la place al-Abhar (n°109), non loin du souk.

45La grande mosquée, centre d’enseignement islamique, attire en outre dans son voisinage les juristes, magistrats, lettrés et autres savants des « sciences de la Religion ».

46Mais la proximité du centre de pouvoir valorisait également les quartiers qui en étaient proches. Ainsi le quartier al-Maḍrasa semble avoir été aux xviiie et xixe siècles un quartier très prisé, car proche du souk et de dâr aṭ-Ṭawâšî, un célèbre palais de l’imâm al-Manṣûr ‘Alî, puis d’administrations turques installées près de la citadelle. La création par l’imâm Yaḥyâ d’un ensemble gouvernemental situé au croisement des deux boucles du huit formé par les remparts de Sanaa, à bâb as-Sabḥa, donna évidemment une plus grande valeur aux quartiers de bustân as-Sultân, d’al-H̱arrâz, Šukr, al-Wušâlî qui en étaient proches, et surtout au quartier de bi’r al-‘Azab, où s’édifièrent dans des parcs de nombreuses demeures de plaisance au cours des années 1930 et 1940 : bustân al-H̱ayr, dâr al-Ḥamd, bayt-‘Abbâs, bayt ‘Alî bayt Ibrâhîm, et bien d’autres.

Image img12.jpg

Fig. 4. Carte générale de Sanaa.
Pour alléger la carte, nous n’avons pas mentionné les quartiers qui portent le nom de leur mosquée.

  • 45 Akwa‘, 1984, n° 4840 : Madaqqa bi-harf wa madaqqa bi-alf. Sur les décors des madaqqa et de leur su (...)

47De ces divers facteurs, il résultait une valeur différente des maisons, exprimée par le proverbe où le heurtoir symbolise la maison : « Un heurtoir vaut une pièce d’or, un autre en vaut mille45. »

La place

  • 46 Rapporté par Lewcock, 1983a, p. 276.

48Tout n’est pas construit en dehors des grands cheminements que nous avons mentionnés plus haut et des ruelles qui les relient. Bien au contraire, il existe des espaces vides, petites places qui balisent régulièrement le paysage urbain (phot. 19) et répondent à d’autres espaces creux, les bustân souvent invisibles : ce sont les ṣarḥa. Le proverbe l’affirme : « A chaque quartier sa place46 ».

SARḤA OU ṢARḤA ?

49Rues et ruelles de Sanaa sont en effet régulièrement jalonnées de petites places, sarḥa ou ṣarḥa. Les graphies diffèrent. Dans l’ouvrage édité par Serjeant et Lewcock, sarḥa est écrit tantôt avec avec un sîn, tantôt avec un ṣâd. D’autres sources écrivent ṣarḥa avec un ṣâd.

  • 47 Kazimirski, 1960.
  • 48 Serjeant, 1983c, pp. 169-170.

50S’il s’agit du mot ṣarḥa, nous aurions un dérivé du terme ṣarḥa, qui peut signifier « aire entre des murailles ». Mais un des sens premiers de la racine ṢRḤ est de « conduire le troupeau au pâturage dès le point du jour47 ». Or, à Sanaa, les troupeaux domestiques ont existé jusqu’à une date récente48, moins de vingt ans, et de nombreux habitants gardent le souvenir de bergers rémunérés par les gens d’un quartier : la ṣarḥa était-elle l’emplacement où les troupeaux pouvaient se rassembler au matin et se disperser le soir ? A la fin des années 1980, cette activité avait quasiment disparu, la ville ayant étendu son emprise à plusieurs kilomètres des remparts.

LA ṢARḤA, LIEU DU « GRAND JOUR »

  • 49 Ḥağrî, 1978, p. 84.Il cite aussi la place de la mosquée Dâwûd (p. 94).
  • 50 Serjeant, 1983b, p. 72b.
  • 51 Serjeant, 1983c, p. 165b, n, 69.
  • 52 Landberg, 1942, 3e vol., p. 2125.

51D’autres auteurs emploient le terme ṣarḥa, par exemple Al-Ḥağrî49. Dans un document ancien, le terme ṣarḥ désigne la cour de la grande mosquée50 ; plus généralement, ce mot désigne la cour au Yémen51, notamment dans le H̱awlân oriental52.

  • 53 Kazimirski, 1960.

52Le principal sens de la racine arabe ṢRḤ est celui « de rendre clair, évident, de mettre au jour53 ». Nous retrouvons dans le terme ṣarḥa cette idée de clarté : la ṣarḥa, c’est l’endroit où les ruelles s’élargissent. Après l’ombre des passages encaissés entre des façades mesurant souvent plus de vingt mètres de hauteur, la ṣarḥa est un lieu de lumière et de grand jour.

  • 54 Est-il abusif de rapprocher ce terme du mot français « jalousie », désignant une baie munie de tre (...)

53Les maisons possédant une façade sur la placette ont en effet beaucoup plus de lumière, de soleil et d’aération : les pièces disposées sur cette façade ne sont pas ḥâsid, terme qualifiant les fenêtres ou les pièces ayant à quelques mètres un mur en vis-à-vis, ce qui bouche la vue et peut occasionner des indiscrétions, si quelqu’un de la maison d’en face écoute d’une fenêtre proche. Il n’est pas sans intérêt de noter que la racine du mot ḥâsid est celle de l’envie : la pièce ainsi nommée envie-t-elle les autres qui ont plus de lumière et de paysage54 ? Les contraintes à la construction d’une maison située sur une place sont également réduites, puisque les fenêtres des maisons en vis-à-vis sont éloignées, ce qui amoindrit l’interdiction de construire une fenêtre en face d’une autre. Autre avantage : si l’on souhaite construire une dayma sans cheminée débouchant en terrasse, la fumée aura moins de chance de causer une gêne aux voisins si la façade donne sur une place.

LA ṢARḤA : CROISEMENT ET DÉCHARGEMENT

54Les ṣarḥa éclairent les maisons, mais facilitent aussi les circulations : elles sont des lieux de croisement plus aisés entre « flux » de sens opposé : bêtes de somme autrefois, camionnettes et voitures aujourd’hui.

55La place favorise le stationnement : c’est vrai pour les propriétaires de voitures, c’était vrai pour les bêtes de somme. Elle permet d’entreposer des marchandises qui ne pourraient sans gêne être déchargées dans la rue ou la ruelle. C’est le cas du bois en particulier, qu’on apportait à dos de dromadaire et qui est maintenant livré par des camionnettes. Des ouvriers débitent les grosses branches en morceaux plus modestes, avant de les faire entrer dans le bas de la maison. Ce travail prend facilement une journée et s’effectue sur la place, quand c’est possible, pour ne pas gêner la circulation.

56Les riches négociants pouvaient avoir de grosses quantités de marchandises à décharger : stationnement des dromadaires ou autres bêtes de bât, dépose de leurs charges, tout cela demandait de la « place », à une époque où toute la vie commerçante de Sanaa se situait intra-muros. Nombre de commerçants utilisaient en effet le bas de leur maison à fin d’entrepôt : la place leur servait de dépôt temporaire avant d’emmagasiner les marchandises. Il n’est pas sans intérêt de noter que le terme ṣarḥa peut signifier « vestibule » : la place était alors, en quelque sorte, le vestibule de la maison.

  • 55 C’est des actuels propriétaires que nous tenons les informations sur Abâ Sa‘îd.

57Ces divers avantages expliquent que les terrains situés sur une place possèdent une plus grande valeur marchande que les terrains situés dans les rues ou les ruelles. Les ṣarḥa étaient donc des emplacements recherchés par les familles les plus fortunées. Abâ Sâ‘îd, par exemple, était dans la première moitié du xixe siècle un riche commerçant ḥaḍramî qui faisait venir toutes sortes de marchandises de l’Inde et de l’Est africain pour les revendre à Sanaa. Il importait surtout des épices et des aromates, ‘uṭûrât, ḥawâ’iğ, kammûn, falfal, ḥanna : une grande partie du « commerce indien » était entre ses mains. Des ateliers yéménites de Bayt al-Faqîh, de Zabîd et de Banî ‘Attân, il faisait venir des vêtements teints, le muṣabbaġ al-aswad, fabrication qui a duré jusqu’à la mort de l’imâm Yaḥyâ. Les ḥaḍramîs l’avaient fait aussi responsable des ventes, wakîl, du bazz ḥaḍramî, sorte de tissu noir originaire du Ḥaḍramawt et qui existe jusqu’à aujourd’hui. C’est Abâ Saîd qui fit construire, sur une petite place entre les mosquées aṭ-Ṭalha et Dâwûd, une riche demeure, possédée au moment de l’étude par une branche de la famille al-Akwa‘55. D’autres exemples pourraient être donnés : la famille al-Ḥâḍrî sur une placette du quartier d’al-Ǧawâfih ; la famille al-Yamânî sur la place Muḍayr, et la famille as-Sunaydâr, déjà citée, sur la place al-Abhar.

Image img13.jpg

Phot. 4. Mausolée.
Cet édifice est situé à environ 50 m au nord-est de la mosquée al-Maḍrasa, vu de l’est. Il s agit du n° 42 de la fig. 2.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K 106.

Image img14.jpg

Phot. 5. Les remparts sud de la ville en 1907.
Ils sont vus ici entre bâb al-Yaman et la citadelle. Le minaret est celui de la mosquée Mûsâ. La grande maison à sa droite est très probablement bayt aš-Šahârî, n ° 45.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K 108.

LA DÉNOMINATION DES ṢARḤA

58La plupart des ṣarḥa portent un nom. Pour beaucoup, c’est le nom de la mosquée qui borde souvent un de leurs côtés.

  • 56 Ḥağrî, 1978, respectivement p. 8, 84, 140.

59Feuilleter le livre d’Al-Ḥağrî sur les mosquées de Sanaa nous apprend un certain nombre de noms autrefois utilisés pour les places : ṣarḥat an-Naqîb, entre les quartiers al-Qâsimî et Ǧadîd ; ṣarḥat al-ğawfa, près de la mosquée al-Filayḥî, qui désigne peut-être la place triangulaire au centre de l’actuel quartier d’al-ğawâfih ; ṣarḥat bayt šayyidî Muḥsin b. al-Ḥusayn56, qui donnait sans doute son nom à une ancienne place du quartier actuel d’Ibn al-Ḥusayn.

  • 57 Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984, p. 201 : « Psidium guayava Raddi ».

60La plupart portent le nom du quartier où elles se trouvent : al-Abhar, al-H̱arrâz, Muḍayr, al-Fulayḥî. Mais certains quartiers vastes, comme le quartier al-Maḍrasa, possèdent plus d’une place et la dénomination par le nom du quartier ne suffit pas. La dénomination peut se rapporter à une particularité naturelle, par exemple « la place de l’oued », ṣarḥat al-wâdî, ou encore la place des goyaves, ṣarḥat al-ğawâfih57, ou place des faux-poivriers, Ṣarḥat al-ḥawâ’iğ (fig. 5). Mais notons à ce propos qu’aucune place de Sanaa n’a d’arbre, sauf celle d’al-Abhar où la municipalité en avait planté quelques-uns qui prospérèrent, puis disparurent (pl. 5).

61Certaines ṣarḥa portent le nom d’une famille riveraine. Nous venons de citer la place ṣarḥat bayt šayyidî Muhsin b. al-Ḥusayn. Il en existe d’autres, comme ṣarḥat al-‘Ansî ou ṣarḥat al-Bâblî. La famille al-‘Ansî par exemple, n°143, dans le quartier al-Maḍrasa, s’enorgueillit d’avoir donné son nom à la ṣarḥa, tout en ajoutant avoir possédé autrefois toutes les maisons qui l’entourent. Nous avons vu, dans le quartier Am‘âd, une place porter le nom d’une maison riveraine, bayt al-Bâblî, n°76.

62Ces places, aujourd’hui publiques, faisaient-elles autrefois partie d’anciens terrains appropriés et clos, ḥûš ? Des études d’histoires familiales pourraient seules fournir des explications satisfaisantes. On peut néanmoins avancer l’hypothèse suivante. Dans le terrain clos, le propriétaire initial construit une maison. A sa mort, ses descendants se partagent le terrain et chacun bâtit une maison nouvelle, tout en gardant le terrain fermé, de même à la génération suivante. Mais il arrive un moment où l’un des descendants vend sa maison à un propriétaire étranger à la famille. Le chemin d’accès devient alors public, mais la place peut garder le nom du propriétaire initial. Dans le quartier Am‘âd par exemple, la place donnant accès à bayt al-Bâblî, n°76, et bayt aš-Šâmî, n°92, porte encore le nom de ḥûš al-Bâblî. La présence toute proche dans le quartier de plusieurs maisons al-Bâblî semble un indice de l’existence initiale d’une vaste propriété leur appartenant.

LA FORME ET LES DESSERTES

63De nombreuses ṣarḥa revêtent une forme dérivée du rectangle, déterminée par la forme carrée ou rectangulaire des maisons : il en est un joli exemple tout près du Sâ’ila, à l’est de la mosquée an-Nahrayn. C’est la place des faux-poivriers, ṣarḥat al-ḥawâ’iğ (fig. 5, n°18), petite place très fermée, avec un accès étroit et unique. La place al-H̱arrâz constitue un autre exemple plus vaste (fig. 5, n° 11) : rectangle un peu irrégulier de 25 à 30 m de côté. Si la forme rectangulaire est fréquente, elle n’exclut pas d’autres configurations : de nombreuses places ont une forme triangulaire de « patte d’oie » créée par l’embranchement de deux ou trois rues : par exemple ṣarḥat al-ğawâfih (fig. 5, n°7), ṣarḥat al-Fulayḥî ou Ṣarḥat al-Wâdî.

64La place est souvent un lieu d’intimité urbaine. L’accès y est limité, pour ne pas dire régulé. La place al-H̱arrâz, citée à l’instant, est bordée au sud par la mosquée du même nom, bâtie sans minaret. Sur le côté est, quelques belles demeures appartenaient à de grands notables et à la famille princière : un vieillard se rappelle qu’il voyait de sa fenêtre le futur imâm Aḥmad, encore enfant, descendre à dos d’âne la ruelle, vers bâb as-Sabḥa... Trois ruelles donnent accès à cette place : l'une vient du Sâ’ila et dessert quelques demeures altières, bayt al-Ǧirâfî, bayt Ḥamûd al-Masyabî, bayt Muḥammad az-Zubayrî. Une autre, la plus large, vient de la rue menant du pont turc au souk des vaches ; elle se prolonge vers le nord par un étroit cheminement qui longe un instant la mosquée Ibn al-Ḥusayn. Ces trois ruelles desservent elles-mêmes deux impasses ; une troisième donne directement sur la place. Celle-ci est par conséquent bien délimitée, à l’abri des grands cheminements urbains, et l’on peut y rester entre gens du quartier. Il en est de même de la place al-ğawâfih, qui s’étend à mi-chemin entre deux grands cheminements est-ouest. Quand la moto envahit Sanaa, dans les années 1975 et 1976, on dresse en travers de plusieurs ruelles un pont arrière de voiture ou une solide pièce de métal, pour en barrer l’accès et rester entre soi (fig. 5). C’est le cas sur la place d’al-H̱arrâz comme à l’est de la mosquée aṭ-Ṭalha : une barrière de métal transforme deux placettes situées entre cette mosquée et celle de Dâwûd en lieux de vie sociale calmes, uniquement piétonniers, où les enfants peuvent jouer et les adultes discuter, notamment au pied de bayt Qğâğa al- Ānsî, n°198, où sont aménagées plusieurs boutiques.

65De nombreuses mosquées ont leur accès principal construit sur une place, comme aṭ-Ṭalha et al-H̱arrâz (fig. 5, n°3 et 10). Mais ce n’est pas une règle : la mosquée Ṣalâḥ ad-Dîn s’ouvre sur une rue étroite, comme les mosquées Mûsâ et Ibn al-Ḥusayn (fig. 5, n°8).

La mosquée

  • 58 On en trouvera le texte arabe transcrit et la traduction en anglais in Serjeant, 1983d, pp. 310-31 (...)

66Presque tous les quartiers de Sanaa possèdent leur mosquée. Aucune maison n’est à plus de cinq minutes à pied de la mosquée du quartier, pôle de vie spirituelle. Longtemps avant l’aube, on psalmodie la tasbîḥa, hymne de louange au Maître des Mondes et particularité du Yémen zaydite ; de nombreux voyageurs occidentaux le citent dans leurs récits de voyage58. Puis, cinq fois dans la journée, les haut-parleurs font retentir l’appel à la prière. L’homme se rend ou ne se rend pas à la mosquée ; la femme, quant à elle, prie généralement chez elle. Bien souvent, les prières rituelles de la soirée se prolongent à la mosquée par des lectures collectives, des chants et des louanges. Toute une éducation religieuse passe ainsi par la vie quotidienne.

Image img15.jpg

Fig. 5. Carte de cinq quartiers.
Maqšamat Dâwûd
Zuqâq al-Ġawl, la ruelle de l’Ogre
Mosquée aṭ-Ṭalha
Place, Ṣarḥat, aṭ-Ṭalha
Mosquée Ṭâwûs
Bustân Ṭâwûs
Ṣarḥat al-ğawâfih
Mosquée Ibn al-Ḥusayn
Maqšamat Ibn al-Ḥusayn
Mosquée al-H̱arrâz
Ṣarḥat al-H̱arrâz
Maqšamat al-H̱arrâz
Mosquée Ǧamâl ad-Dîn
Maqšamat Ǧamâl ad-Dîn
Mosquée al-Wušâlî
Maqšamat al-Wušâlî
Ḥammâm Šukr
Ṣarḥat al-ḥawâ’iğ
Sources : Fonds de plan dressé par la Société d’électricité de Sanaa. Corrections effectuées sur le terrain par Pascal Maréchaux. Limites entre les quartiers dessinées après enquête sur le terrain, en 1992, par Ṯâriq Sayf al-Hammâdî, section des Études, GOPHCY.

Image img16.jpg

Image img17.jpg

Phot. 6 et 7. La citadelle et les remparts orientaux de la ville à la fin du xixe siècle.
On voit, de gauche à droite, la citadelle et la mosquée qui s’y trouve, al-Murâdîya, puis le minaret de la mosquée Ṣalâḥ ad-Dîn, le minaret et la coupole de la mosquée al-Bakîrîya, enfin le minaret de la mosquée al-Maḍrasa.
Source : Istanbul, IRCICA Collection Photo Albümleri 90766-25a et 90766-25b.

Image img18.jpg

Image img19.jpg

Phot. 8 et 9. La principale porte de San‘â’ bâb al-Yaman. Bâb al-Yaman a été construite en 1316/1898 sous le gouverneur ottoman Aḥmad Fayḍî Pacha.
Vue de l’extérieur à la fin du xixe siècle.
Source : Istanbul, IRCICA Collection Photo Albümleri.
9. Vue de l’intérieur de la ville, en 1907.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K 364.

Image img20.jpg

Phot. 10. Bâb Su‘cûb.
Il s’agit de la porte nord de la ville, en 1907, avant sa destruction. A gauche, le sommet du minaret de la mosquée al-H̱uḍayr.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, L 167.

67A la mosquée, un maître enseigne le Coran aux enfants réunis en cercle autour de lui. Cet usage subsiste, mais se trouve en partie relayé par les écoles. Des chambres d’étudiants entourent souvent une petite cour.

68La mosquée de quartier est un lieu de rencontres quotidiennes pour les prières rituelles. Le vendredi, de nombreux hommes préfèrent se rendre à la grande mosquée, mais ce n’est pas une règle. Ces rassemblements quotidiens donnent l’occasion aux hommes du quartier de se rencontrer, de discuter, de s’inviter, notamment, aux réunions de qât de l’après-midi. Beaucoup de nouvelles s’échangent spontanément à la mosquée de quartier. Celles qui concernent l’ensemble de la population du quartier sont annoncées à la fin de la prière. C’est à ce moment-là que sont lancés les appels à l’entraide pour venir assister une famille nécessiteuse ou ayant subi un sinistre, par exemple l’effondrement de sa maison.

69La mosquée est aussi le lieu de réunion de l’ensemble des hommes du quartier pour élire un nouveau ‘âqil ou pour débattre d’un problème important. En 1982, des réunions se tinrent dans les mosquées de quartier pour discuter de l’application du service militaire obligatoire que venaient de décider les autorités. En cas de besoin, les habitants se réunissent pour discuter d’affaires communes, par exemple des problèmes de circulation, de propreté ou de surveillance.

70Le quartier plonge aussi dans la mosquée les racines de son histoire : notables ou saints hommes qui y vécurent ont là leur tombe, parfois leur chambre funéraire, comme à la petite mosquée Ṭâwûs (fig. 5, n°5).

71Dans de très vieilles mosquées, les formes architecturales frappent par leur dépouillement. A celle de Ṭâwûs, le plafond aux poutres apparentes repose directement sur des colonnes de pierres. Beaucoup de mosquées antérieures au xvie siècle, comme al-Maḍrasa, se caractérisent par des rangées d’arcades. La première occupation ottomane (1539-1635) introduisit au Yémen la coupole couvrant la salle de prière, imitation en plus petit des modèles de l’architecte Sinân à Istanbul : la mosquée al-Bakîrîya fut édifiée sur ce type au xvie siècle, comme le furent plus tard la mosquée aṭ-Ṭalha et celle du Mahdî‘Abbâs.

72Élément majeur du paysage urbain, le minaret, quand il existe, est bâti sur un modèle typique de Sanaa. La base en est carrée (pl. 10a) et supporte un fût où alternent les parties cylindriques et polygonales, ceinturées de bandeaux en briques saillantes. Sous le sommet coiffé d’une petite coupole côtelée, une corniche est soutenue par un encorbellement de briques disposées en dents d’engrenage.

  • 59 Raymond, 1985, pp. 155-167.
  • 60 Ḥağrî, 1978, pp. 4849.

73Toutes proches des mosquées, il existe des latrines (phot. 22, 23) : une chicane protège des regards indiscrets et un vêtement posé sur le mur de l’entrée informe que le lieu est occupé. Les mosquées renferment dans leur enceinte des fontaines aux ablutions. Ces dernières s’accompagnent souvent de bassins qui accumulent l’eau pour irriguer la maqšâma dépendant de la mosquée. Il existe aussi parfois un sabîl, lieu où les passants peuvent trouver de l’eau à boire59. Certaines mosquées voisines peuvent avoir un approvisionnement commun en eau, comme par exemple les mosquées al-Ḥumaydî, al-Ǧanâḥ et al-Maḏhab, toutes trois alimentées, comme le ḥammâm al-Ḥumaydî, par le même mirna60.

  • 61 Ḥağrî, 1978, respectivement p. 6, 7,8, 16, 23, 50, 52, 53, 58, 60, 66, 86, 87, 94, 95, 115, 125, 1 (...)
  • 62 Ḥağrî, 1978, p. 84.

74Al-Ḥağrî, qui publia son ouvrage Masâğid Ṣan‘â’ en 1361/1942, fait mention spéciale des mosquées d’enseignement, al-masâğid ad-dârisa. Il ne précise pas le contenu de ce terme ad-dârisa, mais il devait s’agir de lieux d’enseignement coranique. Il cite ainsi les mosquées al-Abyaḍayn, Abî ar-Rağâ’, Abî as-Sahl, Akâša, al-Badawî, al-Ǧârîya, al-H̱âwî, ad-Dahîna, az-Zubayr, aš-Šâhid, aṣ-Ṣifa, at-Tâq, ‘Ayâḍ, al-Fâl, Qutayb, al-Qallâb, al-Ka‘bî, al-Muqaddim, al-Mulaydî, al-Muntaqim, Nawḥ, al-Waḍhî61. La plupart semblent avoir aujourd’hui disparu, remplacées notamment par les écoles gouvernementales. La mosquée Akâša, par exemple, était située jusqu’en 1358/1939 juste au sud de l’actuel bustân Ǧadîd, là où se dresse aujourd’hui une école de filles62. D’après Al-Ḥağrî lui-même nombre d’entre elles étaient déjà en ruine.

Image img21.jpg

Phot. 11. Une partie de l’est de Sanaa en 1907.
Cette photo a été prise probablement de la mosquée al-Abzar vers le N.-N.-E. Au fond et à droite, la mosquée al-Bakîrîya. Au fond et à gauche, le minaret de la mosquée Ṣalâḥ ad-Dîn, et, peu visible, le minaret de la mosquée al-Maḍrasa.
Les maisons du premier plan sont probablement d’époque turque et semblent avoir été rasées depuis.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K456 (Cette photo prolonge K 441 et K 442 du même fonds).

Image img22.jpg

Phot. 12. Le quartier al-Bakîrîya à la fin du xixe siècle.
Un des intérêts de cette photo est de montrer qu’il y avait un front de maisons juste à l’ouest de la mosquée al-Bakîrîya. Il fut détruit pour faire place à l’école professionnelle turque al-Hamîdiyé et d'autres bâtiments administratifs.
Source : IRCICA Collection Photo Albümleri 779-76/24.

Image img23.jpg

Phot. 13. Le quartier Zumar en 1907.
Au centre de la photo, le minaret de la mosquée Zumar, bâtie par Izdamur Pacha. Le minaret date de 1205/1790-1791 (Lewcock, 1983e, p. 384). Les gens du quartier racontent que, très élevé, il fut partiellement détruit par l’imâm al-Manṣûr ‘Alî dont le fameux palais, dâr aṭ-Ṭawašî, se dressait au sud-ouest de la mosquée, à peu près à l’emplacement n ° 232 du plan : il craignait qu’on ne vît ses femmes du haut du minaret. Si ce n est pas vrai, cela montre l'aura de légende qui entoure cet imâm. Le minaret fut agrandi en hauteur en 1365/1945 aux dépens d’al-ḥâğğ al-Fâḍil ‘Abd ar-Rahmân al- Ānsî.
La maison blanche paraissant juste sous le minaret aurait été bâtie par un membre de la cour d’al-Manṣûr ‘Alî. A sa gauche, les maisons Danayf, n°227 ; Baydar, n° 229 ; Raymî, n° 230. La très vaste place s’étendant devant ces maisons était autrefois l’un des trois souk du bois, sûq al-ḥaṭab. L’imâm Yaḥyâ utilisa partiellement l’endroit pour construire en 1352/1933 l’école al-Irṣâd, elle-même détruite pour faire place en 1990 à l’école modèle Ibn al-Amîr. Au premier plan, les gravats sont peut-être des restes de dâr aṭ-Ṭawašî, qui s’étendait un peu plus à droite ; ils ont fait place aujourd'hui à une rangée de boutiques bordant l'un des accès les plus animés au souk central, celui qui vient de bâb Su‘ûb.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K104.

  • 63 Cf. Berger, 1978, pp. 1183-1185.
  • 64 Ḥağrî, 1978, p. 51.
  • 65 Ḥağrî (1978, p. 22), confirme en partie les dires des descendants du cheikh.
  • 66 Ḥağrî, 1978, p. 50.
  • 67 Ḥağrî, 1978, p. 50. Elle semble ne plus exister aujourd'hui.

75Selon un usage fréquent dans le monde arabe, la fortune des notables s’investit dans des œuvres de bienfaisance, ‘amal al-ẖayr, maḥsan ẖayri63, souvent d’utilité publique. Elles contribuent à embellir la ville ou le quartier et rendent service à la population : elles permettent donc d’appeler les bénédictions sur le constructeur, qui augmente ainsi sa notoriété et renforce sa clientèle. Parmi des œuvres récentes, citons le minaret de la mosquée Dâwûd, construit à la fin du xixe siècle par al-ḥâğğ Abd al-Karîm b. Muṭahhar, un commerçant voisin de la mosquée64. Les descendants du cheikh Muḥammad Muḥammad al-Bilaylî, mort en 1314/1896, vantent ses œuvres : il construisit plusieurs fontaines dans le marché central, un marché couvert pour les céréales, édifia une mosquée hors les murs, à Ṣâfiya, dont les fontaines aux ablutions étaient sur le ġayl al-aswad ; il agrandit la mosquée Hamza à ar-Rawḍa ; il fit même des fondations pieuses à La Mecque et Médine65. Exemple plus ancien, un puits fut creusé au début du xie siècle de l’Hégire par Muḥammad Bâša, près de la mosquée du même nom : il est réputé pour donner l’eau la plus douce à boire de Sanaa66. Un certain nombre de mosquées furent construites par des notables, à proximité de leur maison, par exemple la mosquée al-Ḥaymî, édifiée à la fin du xviie siècle, tout près de l’actuelle bayt al-Ḥaymî, n° 2167. La même pratique se perpétue actuellement dans les quartiers nouveaux de Sanaa.

  • 68 Lewcock, Akwac, Serjeant, 1983f.

76En dehors des rites quotidiens à la mosquée, un des temps forts de la vie sociale est celui du ḥammâm. Une quinzaine de bains publics sont dispersés à travers les deux boucles anciennes de la ville (phot. 24)68. Il existait par ailleurs des bains privés dans certaines maisons fortunées, comme bayt Dalâl, n° 11, ou bayt al-Ḥamdânî, n°181 (fig. 22-23,15), et leurs propriétaires les ouvraient parfois à leurs amis et connaissances. Dans les bains publics, certains jours sont réservés aux hommes et d’autres aux femmes, maw‘id ar-riğâl, maw‘id annisâ’. Untel vante le ḥammâm aṭ-Ṭawâšî pour la qualité de son service, ‘inâya, et de ses massages, tarzîm. Tel autre décrie un Ḥammâm où « l’air est si sec qu’on n’en profite pas » ; et un troisième loue le bienfait et le bien-être que procure le ḥammâm avant la séance de qât. Si l’établissement n’est pas trop loin, il arrive que les hommes en reviennent, même dans la rue, complètement enveloppés d’un grand peignoir en tissu éponge épais et la tête entourée d’une serviette.

Image img24.jpg

Phot. 14. Un aspect du marché central en 1907.
Au milieu, le minaret de la mosquée Alt.
A droite, la samsara Muḥammad ibn al-Ḥasan.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K396.

Image img25.jpg

Phot. 15. Troupeau de dromadaires au repos dans la vieille ville.
Il s’agit peut-être du souk du bois, sûq al-ḥaṭab, qui était situé au sud de la mosquée Zumar, ou encore du ḥûš aṭ-Ṭabaqa, n°231.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K998.

Image img26.jpg

Phot. 16. Vue du marché au bois en 1927.
Source : Hamburgisches Muséum für Völkerkunde : fonds Rathjens M37.

Vie commerçante

77L’essentiel de la vie commerçante se situe dans le marché central et aux trois portes principales, bâb al-Yaman, bâb Šu‘ûb et bâb as-Sabḥa. Cela ne signifie pas que les quartiers sont totalement dépourvus de vie commerçante. D’après un sondage effectué par nos soins dans les quartiers al-H̱arrâz, aṭ-Ṭalha, Quzâlî et al-ğawâfih, nous trouvons divers types d’établissements commerciaux.

78Tout d’abord de minuscules épiceries, établies dans des pièces généralement sans communication avec la partie privée de la maison (cf. n° 11, fig. 4, 11), ou encore dans diverses baraques situées au pied des maisons : un ancien conteneur de déménagement, un abri de tôles soudées, un assemblage de bois de caisse. Elles sont tenues surtout par deux types de commerçants : soit des personnes âgées, soit de très jeunes gens. Les hommes d’âge mur ne se livrent pas à ce genre d’activité, insuffisamment lucrative, surtout dans la période de croissance urbaine rapide que connaît Sanaa depuis 1970. Le chiffre d’affaires et les bénéfices possibles avec ce genre d’activité sont en effet très réduits. On y vend, à la pièce, des bouteilles de boissons gazeuses (Pepsi-Cola, Canada Dry) ou, plus récemment, des jus de fruits en emballages cartonnés (jus d’orange, de mangue, de goyave) fabriqués au Yémen. Ils offrent l’avantage d’être vendus sortant d’un réfrigérateur ou d’une glacière : on les consomme sur place ou on les emporte chez soi pour les offrir à un hôte venu à l’improviste, à défaut d’une bouteille Thermos de thé prêt à servir. Plus au détail encore, on y vend des sirops contenus dans des sacs en plastique que l’on perce d’une « paille » : les enfants en raffolent et les sirotent longtemps. Petites boîtes de lait concentré, boîtes de lait en poudre, diverses sortes de bonbons et de chewing-gum, de petits paquets de biscuits secs ou fourrés : bref tout ce qui est nécessaire à une gourmandise spontanée ou à la réception impromptue d’un hôte. On y trouve aussi des bombes d’insecticide, des mouchoirs jetables en papier, des jouets de pacotille, des lunettes noires en plastique, plus récemment des couches de bébé en papier, des savonnettes, de petits paquets de lessive en poudre.

Image img27.jpg

Phot. 17. Vue aérienne de Sanaa en 1927.
La photo est prise du Sud vers le Nord, dans l'axe du wâdî Sâ’ila qui serpente au centre. En bas, les remparts ; au centre, se dressent la coupole et le minaret de la mosquée al-Mahdî Abbâs. A l’Est, dans la moitié droite, la ville est parsemée de nombreux jardins urbains. En haut et à gauche, bâb as-Sabḥa et le complexe palatial de dâr as-Sa‘âda.
Source : Hamburgisches Muséum für Völkerkunde : fonds Rathjens LB10.

Image img28.jpg

Phot. 18. Le quartier de bi’r al-‘Azab en 1927.
Ce quartier apparaît parsemé de maisons de plaisance bâties dans des jardins. A droite, on voit le grand terrain où s’étend l’actuelle place at-Taḥrîr, centre de la ville. Il en part deux chemins. L’un se dirige vers le quartier juif, au-delà de l’angle inférieur gauche de la photo : c’est l’actuelle rue Nasser, devenue la plus commerçante de la ville. L autre, qui part vers l’angle supérieur gauche, sera la rue du 26 septembre 1962 ; dans le grand triangle sera bâti le ministère de l’Information.
Source : Hamburgisches Museum für Völkerkunde : fonds Rathjens LB16.

Image img29.jpg

Phot. 19. Une place de Sanaa en 1907.
La maison située dans le quartier Zumar, est aujourd’hui détruite. Seul le portail subsiste (cf phot 30, 23, même maison, sous un autre angle).
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K399. Cf aussi K398.

Image img30.jpg

Phot. 20. Le quartier et la mosquée Abhar en 1907.
La vue est prise du sud-ouest A droite, la coupole du mausolée de l’imâm al-Manṣûr al-Ḥusayn b. al-Mutawakkil Qâsim.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K265.

Image img31.jpg

Phot. 21. La mosquée al-Bâša en 1907.
Au fond, la citadelle et la mosquée al-Murâdîya.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K101.

Image img32.jpg

Image img33.jpg

Phot. 22 et 23. Latrines de mosquées.
Elles sont vues de l’arrière. Les ouvertures sont destinées à extraire les excréments solides tombés sous l’étage des usagers. Les liquides sont évacués par des rigoles.
27. Latrines de la mosquée al-Ǧalâ’.
28. Latrines de la mosquée Ma‘mar.

79Autre genre d’établissement : les cafés. Rien à voir avec les vastes établissements carrelés et sonores d’Afrique du Nord, pouvant contenir cinquante clients et plus. Dans les années 1980, ce sont à Sanaa de petites pièces, équipées d’un comptoir où le tenancier prépare sur un réchaud ses boissons qu’il transvase ensuite dans des bouteilles isolantes, tallâğa. La consommation change selon les heures du jour. Le matin, on boit plutôt du thé au lait, šayy ḥalîb, auquel on ajoute parfois des épices. Dans la journée, signe des temps, on trouve de moins en moins la boisson qišr, décoction d’écorce de graines de café assaisonnée d’épices : elle est à l’évidence dévalorisée, comme boisson « ancienne » dépourvue des charmes de la modernité. Celle-ci s’investit dans le thé à l’anglaise (des thés conditionnés au Yémen se substituent actuellement à l’universel Lipton des années 1980), du « thé rouge avec les épices », šayy aḥmar b-il-ḥawâ’iğ, qui sont de la cardamone, hâyl, du gingembre, zinğabîr, et de la cannelle. Certains vendent des jus de fruits refroidis, mais ce n’est pas la règle.

80Les clients consomment dans la pièce, assis sur de vagues bancs adossés à un ou deux murs, et sur le devant de la boutique où sont disposées une ou deux tables bancales et des chaises branlantes. Il s’agit souvent de jeunes qui trouvent là des formes de sociabilité nouvelles : ils ne sont plus dans le monde des enfants, et pas encore dans celui des hommes. Fréquemment, ayant reçu un type d’instruction modernisé différent de celui de leurs aînés, ils ne se sentent pas sur la même longueur d’onde que les adultes. Assis là, ils discutent longuement au sortir de l’école, voire du lycée ou de la faculté, écoutent la radio de l’établissement ou des cassettes de musique enregistrée. L’après-midi, le tenancier ouvre un poste de télévision, si le lieu est assez vaste et les clients assez nombreux pour permettre cet investissement. Autre type de clientèle, plus récente : avec le départ des habitants « enracinés » de Sanaa vers les nouveaux quartiers, de nombreux locataires ruraux viennent s’installer en ville. D’origines diverses, ils n’ont pas la vie de visites et de relations sociales qu’ont les habitants de Sanaa et peuvent chercher à nouer dans ces cafés des relations nouvelles.

Image img34.jpg

Phot. 24. Les coupoles du ḥammâm Šukr.

Image img35.jpg

Phot. 25. Le sabîl situé devant dâr aḏ-Ḏahab, n° 11.
Le sabîl est un point d'eau où peuvent boire les passants. Il s’agit souvent d’une fondation pieuse.

Image img36.jpg

Image img37.jpg

Phot. 26-27. Le quartier al-Madrasa, au nord-est de la ville, en 1907.
La comparaison de ces deux photos et de l’état actuel montre combien les habitations de ce quartier se sont densifiées depuis cette date.
Le minaret de la mosquée al-Madrasa, au centre, est vu du nord-est et domine le bustân al-Madrasa, en bas de la photo. On peut constater d’après cette photo que le jardin de la mosquée a été grignoté par les constructions depuis 1907. Plus loin à droite, la coupole et le minaret de la mosquée al-Bakîrîya.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K 153.
27. Cette photo du quartier al-Maḍrasa montre qu’un glacis vide de constructions, appelé al-ẖâriga, s’étendait souvent à l’intérieur de la ville, au pied des remparts, que l’on voit ici à gauche et en coupe : une partie massive, de six à huit mètres de largeur environ, était surmontée d’une sorte de chemin de ronde et d’un mur moins épais. Au fond de la rue, la mosquée al-Bakîrîya, puis les minarets al-Maḍrasa et Ṣalâḥ ad-Dîn dépassant des maisons. Depuis la révolution de 1962, tout l’espace au pied des remparts a été construit, notamment pour l'un des premiers cinémas de la ville.
Source : Museum für Völkerkunde, Berlin : fonds Burchardt, K 144.

Image img38.jpg

Phot. 28. Le quartier al-H̱arrâz à la fin du xixe siècle.
Cette photo, prise sans doute du haut de l’ancienne dâr Ǧadîd, n° 25, en direction du Nord-Ouest, montre notamment que plusieurs étage ont été ajoutés à bayt Ġamdân, n° 78, et bayt az-Zubayrî, n ° 56, entre la fin du xixe siècle et maintenant. On voit le jardin urbain de la mosquée al-Wušâlî au centre de la photo.
Source : Istanbul, IRCICA Collection Photo Albümleri, 779-24/47.

81L’artisanat constitue un troisième type d’établissement. Notons que tous les ateliers sont rattachés à des activités anciennes de la ville : aucun atelier de soudure ou de tournage par exemple. L’atelier de réparation de motos, qui avait colonisé au début des années 1980 l’impasse créée pour les voitures par le pont turc (bas de la fig. 5), a disparu. Au croisement de la rue aṭ-Ṭalha et de la ruelle partant vers al-H̱arrâz, plusieurs ateliers existant en 1984 ont également fermé. Deux ateliers équipés d’outils modernes découpaient des fourreaux de ğanbîya, qu’on ornait de cuir collé ailleurs. En 1992, quelques artisans fabriquaient des coussins et des accoudoirs utilisés dans les pièces de réception, qu’on vendait dans une boutique voisine. Plusieurs magasins offraient des bijoux, des poignards, des ceintures et autres flacons de kohol aux touristes qui empruntent souvent cette voie pour visiter le vieux Sanaa.

82Dans le quartier étudié, nous trouvons surtout des boutiques sur la rue aṭ -Ṭalḥa, qui relie bâb as-Sabḥa au marché central par le pont turc, la mosquée de ce nom et le marché aux vaches (fig. 5). Mais un grand nombre était fermé en 1990, signe sans doute que cet ancien axe majeur a cédé la prééminence à des sites commerciaux plus favorables à la vie moderne de la cité : ceux des grands axes routiers desservant la ville en venant de l’ouest, du nord ou du sud.

Notes

1 Je remercie Michel Tuchscherer pour sa contribution aux développements sur la hiğra et le rub.

2 Scott, 1942, p. 123.

3 Voir autres photos in SL, Ṣan‘â’, pp. 124-127, p. 138.

4 Voir l’utile article de Panerai, 1989, qui critique les généralisations abusives concernant celle-ci.

5 Ce nom est écrit aujourd'hui bâb aṣ-Ṣabâḥ, porte du matin. Cela semble une déformation récente du nom originel de bâb aṣ-Ṣabaḥ, attesté chez de nombreux auteurs arabes, par exemple Akwa‘, 1980, p. 284 ; Ḥağrî, 1978 ; Amrî, 1984, index des noms de lieux. Voir aussi Lewcock, Costa, Wilson, 1983c, p. 131. 6. Pour davantage de précisions sur le statut de hiğra, cf. Serjeant, 1983a ; Albergoni, Bédoucha, 1991.

6 Pour davantage de précisions sur le statut de hiğra, cf. Serjeant, 1983a ; Albergoni, Bédoucha, 1991.

7 D’après Serjeant (1983a, p. 42a) citant le šayyid Muḥammad al-Ġaffârî, ces tribus seraient au nombre de sept : les Hamdân, les Banû al-Ḥâriṯ et les Banû Ḥušayš sur le côté nord ; à l’ouest, les Banû Maṭar ; puis Sinḥân, Bilâd ar-Rûs, et les Banû Bahlûl qui font partie de la grande confédération des Ḥawlân.

8 Akwa’, 1980, p. 284, n. 4.

9 Il est intéressant de noter qu'un autre sens du terme en Arabie est celui de maison ou hameau fortifié (Bonnenfant, 1991. Voir aussi Piamenta, 1991, p. 147, sous darb). On peut supposer que le sens d’impasse est peut-être dérivé de la notion de ruelle desservant seulement ce noyau fortifié, sans autre issue.

10 D’après le bureau d’études Quaroni (1983, p. 111.3), sur les 134 ha de Sanaa pris dans son ensemble, environ 30 % est consacré à l’usage résidentiel, 18 % à des jardins urbains et des espaces verts, et environ 8 % à des activités commerciales ou productrices.

11 Selon Mermier, 1989, p. 171.

12 On consultera à ce sujet : Dostal, 1979 ; Dostal, revised by Serjeant and Wilson, 1983a ; Mermier, 1987 ; Lingenau, 1990.

13 Dostal, 1983a, p. 256. L’auteur a repris là en grande partie ses travaux sur le marché de Sanaa, DerMarkt von Sanâ ’, 1979.

14 Précisons qu’à Sanaa le nord est indiqué par la direction de La Mecque, qibla, et le sud par celle d’Aden, même si rigoureusement il s’agit du N.-N-O. et du S.-S.-

15 Souvent écrit Mutayr. La langue de Sanaa confond souvent le ṭå’ et le ḍād.

16 Ce quartier est fréquemment appelé Ḥârat sûq al-baqar, du nom du marché aux bovins qui s’y est tenu jusqu’en 1975 environ.

17 Appelée mosquée al-Aẖḍar par Ḥağrî (1978, p. 9).

18 Pour certains informateurs, al-Ḥârğa désigne la rue intra-muros en demi-cercle joignant bâb Šu‘ûb à bâb al-Yaman par la citadelle ; ils distinguent la partie nord, al-Ḥârğa al-qiblîya, et la partie sud, al-Ḥârğa al-‘adanîya ; celle-ci se confond avec le quartier Sukkara. L’espace compris entre cette rue et les restes du rempart s’est construit depuis une quarantaine d’années, ainsi que la partie située au nord de la maqšama de la mosquée al-Maḍrasa : c’est elle qu’on appelle quartier al-Ḥârğa (voir phot. 27, le site avant sa construction, en 1907).

19 Ce quartier est souvent appelé Ra’s sûq al-milḥ, le haut du marché au sel.

20 L’existence de ce quartier est contestée : « Autour d’al-Maydân, nous avons au nord le quartier Ṣalâḥ ad-Dîn, à l’ouest Ġurqat al-Qalîs, au sud al-Abzar : il n’y a pas de quartier Qiblî al-Maydân. » Cette place, al-Maydân, terme différent de ṣarḥa (voir plus bas), semble avoir été autrefois une sorte de place d’armes et de démonstration de pouvoir politique, notamment à l’époque ottomane. Elle porte aujourd’hui le nom d’al-Laqiyya, officier qui fut tué durant la révolution de 1962.

21 Le nom initial de ce quartier est al-Qulayyis.

22 Ce quartier est peut-être récent.

23 Pour certains, Sukkara est le nom initial du quartier bâb as-Salâm.

24 Ce quartier englobe le quartier Sabâ’, qui n’est pas un nom officiel, semble-t-il, mais qui constitue un repère pour les habitants, à cause des bains publics qui le caractérisent. On l’appellait ḥārat al-qû a ; le nom étant désobligeant (al-qû‘a désignant un trou à eaux usées), on l’appelle aujourd’hui ḥârat Sabâ’.

25 Le souk, n° 33 de la liste du Ministry of Housing and Urban Planning, n’est pas un quartier d'habitation comparable à ceux que nous citons dans cette liste. Il possède une organisation spécifique à son activité, ses âqil et son cheikh. Voir la bibliographie à Dostal et Mermier.

26 Cité à l’est de Sanaa par Serjeant, Akwa‘, 1983, p. 235b. Mais plusieurs sources sûres le situent dans Sanaa intra-muros, à l’ouest de bâb al-Yaman. Il s’agit d’un quartier construit depuis une cinquantaine d’années, qui a pris le nom d’une parcelle de terrain cultivé, comme c'est souvent le cas actuellement dans les quartiers de Sanaa extramuros.

27 Ce quartier est cité dans la liste de Dostal, mais, d’après nos informateurs, ne serait en fait qu'une impasse, zuqâq, portant ce nom, au S.-O. de la grande mosquée.

28 Ḥağrî (1978, p. 48), signale que l’ancien nom de la mosquée al-Ḥurqân était « mosquée aṭ-Ṭabarî ».

29 Le quartier al-Maṭîṭ est compris entre les deux rues qui partent de bâb as-Sabḥa vers le wâdî Sâ’ila : d’une part la large rue qui va vers la mosquée an-Nahrayn et qu’on appelle souvent « souk aux légumes », sûq al-hadrâ’ ; d’autre part la rue allant vers la coupole du Mahdî Abbâs, dite rue de l’or, šârnaḍ-ḍahab, à cause des nombreux vendeurs de bijoux d’or qui s’y sont installés entre 1975 et 1985 (par opposition au souk de l’argent, dans le souk central).

30 A notre connaissance, ce n’est pas un nom officiel de quartier, mais le Sâ’ila étant un wâdî qui traverse Sanaa de part en part, il sert de repère général.

31 A l’ouest du quartier bustân as-Sulṭân, au bord de l’avenue moderne ‘Abd al-Muġnî.

32 Au sud du quartier bustân as-Sultân.

33 Ḥağrî, 1978, p. 9.

34 Ḥağrî, 1978, p. 87.

35 Raymond, 1985, p. 135.

36 Ḥağrî, 1978, p. 87, 140. Voir à ce terme dans le glossaire des vocables arabes de SL, Ṣan â’.

37 Il s’agit des qanât d’Iran ou des foggâra sahariennes : il en existe surtout en Oman, et quelques-unes en Arabie Saoudite, notamment la région qui porte leur nom mis au pluriel, al-Aflâğ, à 350 km au sud de Riyadh. Sur celles de Sanaa, voir Serjeant, Costa, Lewcock, 1983.

38 Le plan, les coupes et les élévations de nombreuses mosquées sont donnés in Lewcock, Serjeant, Smith, 1983e.

39 Quaroni, 1983, p. iii.3.

40 Raymond, 1985, p. 136.

41 Cités par Lewcock, Costa, Serjeant, 1983c, p. 142 ; Rathjens, Von Wissmann, 1929, et Rossi, 1927, donnent respectivement 50 000 et 60 000 dans les années 1920.

42 Ce sont les quartiers al-‘Alamî (762 habitants pour 125 maisons), al-Ǧalâ’ (1103/191), al-Fulayḥî et al-Quzâlî (3655/526), az-Zumar (367/56), Sûq al-Baqar ou Maḥmûd (536/79), Dâwûd (653/98), aṭ-Ṭalḥa (1345/215), al-Ḥarrâz (602/103), Šukr (764/119), soit un total de 9787 habitants pour 1512 familles et une moyenne de 6,47 individus par famille.

43 Raymond, 1985, p. 136.

44 Les limites ont été relevées en 1992 par Ṭâriq Sayf al- Ḥammâdî, section des Études, GOPHCY, que nous remercions ici de son aimable collaboration.

45 Akwa‘, 1984, n° 4840 : Madaqqa bi-harf wa madaqqa bi-alf. Sur les décors des madaqqa et de leur support, trunğa, voir Bonnenfant, 1987a.

46 Rapporté par Lewcock, 1983a, p. 276.

47 Kazimirski, 1960.

48 Serjeant, 1983c, pp. 169-170.

49 Ḥağrî, 1978, p. 84.Il cite aussi la place de la mosquée Dâwûd (p. 94).

50 Serjeant, 1983b, p. 72b.

51 Serjeant, 1983c, p. 165b, n, 69.

52 Landberg, 1942, 3e vol., p. 2125.

53 Kazimirski, 1960.

54 Est-il abusif de rapprocher ce terme du mot français « jalousie », désignant une baie munie de treillis à travers lesquels on peut voir sans être vu ?

55 C’est des actuels propriétaires que nous tenons les informations sur Abâ Sa‘îd.

56 Ḥağrî, 1978, respectivement p. 8, 84, 140.

57 Hubaishi, Müller-Hohenstein, 1984, p. 201 : « Psidium guayava Raddi ».

58 On en trouvera le texte arabe transcrit et la traduction en anglais in Serjeant, 1983d, pp. 310-311.

59 Raymond, 1985, pp. 155-167.

60 Ḥağrî, 1978, pp. 4849.

61 Ḥağrî, 1978, respectivement p. 6, 7,8, 16, 23, 50, 52, 53, 58, 60, 66, 86, 87, 94, 95, 115, 125, 129.

62 Ḥağrî, 1978, p. 84.

63 Cf. Berger, 1978, pp. 1183-1185.

64 Ḥağrî, 1978, p. 51.

65 Ḥağrî (1978, p. 22), confirme en partie les dires des descendants du cheikh.

66 Ḥağrî, 1978, p. 50.

67 Ḥağrî, 1978, p. 50. Elle semble ne plus exister aujourd'hui.

68 Lewcock, Akwac, Serjeant, 1983f.

Notes de fin

* CNRS, URBAMA, Tours.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter