Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Paul Bonnenfant

Introduction

Paul Bonnenfant

Texte intégral

1Les montagnes, cœur de l’Arabie Heureuse, lui donnent sa force et son caractère. Deux fois dans l’année, en mars-avril et en juillet-août, les nuées s’accumulent sur le haut pays et le tonnerre gronde. L’eau dissout les roches et de leur diversité engendre des terroirs fertiles. Vers l’est, elle part vers le grand désert d’Arabie, en de vastes vallées où l’eau tantôt coule sous les sables, tantôt s’épanche en crues subites et redoutables. Le royaume sabéen avait su les dompter, et les ruines de digues et de canaux témoignent de la maîtrise des eaux voici plus de deux millénaires. Aujourd’hui, le nouveau barrage de Mârib renoue sur le même site avec les ouvrages de l’Antiquité : il arrête les crues dévastatrices, stocke l’eau qui alimente l’inféro-flux du wâdî au lieu de se perdre dans les sables. Les cultures irriguées sont alors possibles.

2Vers l’ouest au contraire, les pluies ruissellent avec violence sur les flancs des montagnes, creusent des ravins profonds en dévalant plus de 3 000 mètres d’altitude en moins de cinquante kilomètres. Les montagnards luttent contre l’érosion intense par l’aménagement des montagnes en terrasses de culture : c’est le pays du blé, de l’orge et du sorgho, cultivés à différents mois de l’année selon l’altitude. A mi-pente, dans des ravins chauds et humides, poussent les caféiers dont les graines firent le renom et la fortune du Yémen au xviiie siècle.

3A l’ouest de l’escarpement, les grands wâdî descendus des montagnes étalent leurs alluvions dans une plaine littorale large de quelques dizaines de kilomètres, la Tihâma. Par le climat et la végétation, c’est déjà l’Afrique tropicale, toute proche au-delà de la mer Rouge. Les eaux venues des montagnes s’infiltrent et alimentent des réserves souterraines considérables, que le pompage mécanique permet aujourd’hui d’exploiter de manière rationnelle : en quelques années, de vastes périmètres irrigués se sont multipliés dans la plaine, renouant avec une prospérité ancienne. L’importance des monuments de Zabîd prouve la notoriété qu’eut la ville, quand elle était grand marché agricole, centre d’enseignement islamique et relais pour le pèlerinage à La Mecque. La capitale économique de la Tihâma est aujourd’hui le port d’al-Ḥudayda, ville d’affaires, centre industriel en développement, et poumon assurant une grande partie des échanges entre le Yémen et le reste du monde.

4Au cœur du pays, à l’est de la ligne de crête, s’étale une région de plateaux et de hautes plaines dont l’altitude oscille autour de deux mille mètres. La richesse des terres, arrosées par des pluies encore suffisantes, permet la culture des céréales, et l’aménagement de beaux vergers quand on peut irriguer. C’est dans l’une de ces plaines qu’est bâtie l’actuelle capitale du Yémen.

5Le nom de Sanaa, autrefois appelée Azâl, apparut au premier siècle de notre ère pour désigner l’un des principaux centres de la fédération sabéenne. Au iiie siècle, le palais Ġumdân atteste de son rôle comme résidence royale. Le massacre des chrétiens de Nağrân, oasis à 300 kilomètres au nord de Sanaa, fournit aux Ethiopiens du royaume d’Axum un prétexte pour conquérir les hautes terres yéménites, en 525. Le symbole de leur présence fut à Sanaa la construction d’une cathédrale : elle manifestait l’intention de créer un nouveau centre politique et religieux dans le Sud arabique, rivalisant avec La Mecque. La conquête des Perses sassanides marqua en 575 la fin du pouvoir chrétien : en 628, le gouverneur perse, qui habitait encore le palais Ġumdân, se convertit à l’Islam.

6Après le règne des Banû Yucfir, première dynastie musulmane indépendante à Sanaa (ixe-xe siècles), la ville fut davantage un enjeu commercial, stratégique, politique et spirituel qu’un centre permanent de commandement. Les différentes dynasties qui se succédèrent à Zabîd, Ğibla, Tacizz, Radâc ou Ṣacda cherchaient à se concilier les forces de Sanaa qui ne dominait pas toujours la scène politique. Mais, sous les imâms zaydites, elle devint progressivement capitale, rôle qu’affermit la première occupation ottomane (1547-1623) et qui s’amplifia par la suite ; pourtant, les imâms n’y résidaient pas constamment. La révolution de 1962 établit la ville comme capitale de la République Arabe du Yémen. Après l’unité réalisée en 1990 avec la République Démocratique et Populaire du Yémen, Sanaa s’imposa comme capitale de la nouvelle République du Yémen.

7D’où vient la permanence historique de Sanaa depuis deux millénaires ? La ville a certainement joué un rôle de relais et de carrefour de pistes caravanières, mais il est d’autres lieux favorables. Sanaa s’étend également en un point stratégique, mais le site en lui-même n’a rien d’un bastion altier comme Kawkabân ou Šahâra : juste un bon point de surveillance sur un passage de la route caravanière qui longe le haut de l’escarpement. Ville-marché, Sanaa centralise le café et les raisins secs destinés à l’exportation ; montagnards et citadins y échangent, pour la consommation locale, bétail et céréales produits dans les montagnes et objets artisanaux fabriqués dans la ville. La riche plaine agricole entourant Sanaa favorise cette fonction, mais il est d’autres riches plaines, celle de Ḏamâr, un peu plus au sud, par exemple.

8Aucun de ces facteurs économiques et stratégiques ne semble vraiment décisif quant à l’essor de la ville ; ils ont tous contribué à la permanence du site. D’abord relais comme résidence royale de Mârib déclinante, Sanaa fut sanctifiée par les chrétiens, suivis par les musulmans qui construisirent la grande mosquée, sur les instructions, dit-on, du Prophète lui-même. Cet édifice joua sûrement un rôle notable dans la continuité historique de la ville. Son caractère sacré et sa fonction d’enseignement renforcèrent le statut de hiğra que possédait Sanaa : les vengeances du sang ne pouvaient s’y exercer et le commerce s’y pratiquait ainsi librement et sans danger.

9Sanaa est sans doute née à l’emplacement de la citadelle actuelle, al-Qaṣr, légère éminence qui domine toute la plaine : cet ancien site sabéen fut réutilisé ensuite par des générations de défenseurs. Un marché s’étendait probablement à ses pieds. Vers le iiie siècle de l’ère chrétienne fut édifié le palais Ġumdân, à 700 mètres à l’ouest de la citadelle, mais hors les murs de Sanaa. Il est donc probable que la ville se développa ultérieurement entre le vieux noyau fortifié et la nouvelle résidence royale. La cathédrale chrétienne fut également bâtie entre ces deux pôles.

10Au viie siècle, à l’aube de l’Islam, Sanaa était divisée en deux parties principales : à l’est, la plus ancienne se nommait al-Qaṭîc et comprenait la citadelle, les souks, la cathédrale et le palais Ġumdân. A l’ouest, un terroir fertile, appelé as-Sirâr, fut donné à une tribu qui avait contribué à l’éviction des Abyssins. Il est permis de voir dans cette zone de culture l’origine des grands jardins urbains qui s’y étendent encore, comme le bustân a -Ṭâwûs.

11La grande mosquée fut édifiée au milieu du viie siècle, juste à l’ouest du palais Ġumdân. Plus au nord, près de l’actuelle bâb Šucûb, deux autres mosquées lui sont contemporaines, au moins pour l’emplacement, Farwa ibn Musayk et Ğabbâna : les gouverneurs cabbâssides (viiie-ixe siècles) s’établirent non loin de là. La ville dut alors s’étendre vers le nord en remplissant progressivement l’espace situé entre les souks et leur palais. Ibn Rustah, au xe siècle, nous raconte qu’une rue principale, d’orientation est-ouest, partageait Sanaa en deux : elle allait du wâdî Sâ’ila vers la citadelle.

12Avec les Ayyûbides (xiie-xiiie siècles), une étape du développement urbain vers l’ouest est marquée par le franchissement du wâdî Sâ’ila, légère dépression d’axe nord-sud (phot. 17,1) : le gouverneur établit sa résidence à l’ouest du cours d’eau temporaire, aux environs de l’actuel bustân as-Sultân. La partie orientale de Sanaa intra-muros atteignit alors probablement sa surface actuelle.

13Ultérieurement, les Ottomans établirent leur centre de pouvoir entre la citadelle et bâb Šucûb ; ils y bâtirent notamment la mosquée al-Bakîrîya (1597) et construisirent des demeures de plaisance à Bi’r al-cAzab, à l’ouest de la ville. Les juifs, après avoir habité près de la citadelle, s’étaient installés sur les rives du Sâ’ila. Ils en furent expulsés en 1679 par l’imâm - le quartier prit alors le nom actuel d’al-Ġalâ’, en souvenir de leur « évacuation » - et, après un exil en Tihâma, ils fondèrent à l’ouest de Sanaa un village où ils vécurent jusqu’en 1947, Qâc al-Yahûd, aujourd’hui appelé Qâcal-cUlufî.

14Durant la seconde occupation ottomane (1872-1918), Manzoni dessina un plan, précieux témoin de l’état des lieux voici un siècle (fig. 2, 1). Les souks s’étendaient toujours entre la grande mosquée, la citadelle et bâb Šu‘ûb, mais l’ensemble des quartiers résidentiels s’était largement déplacé vers l’ouest. Les remparts affectaient la forme du chiffre 8, dont Bir al-cAzab et Qâc al-Yahûd constituaient la boucle occidentale. Après le départ des Turcs, l’imâm Yaḥyâ édifia son palais gouvernemental à la jonction des deux boucles, près de la mosquée al-Mutawakkil et de bâb as-Sabḥha. L’actuelle place de la Libération, centre de la cité, y fut dégagée dans les années 1960. Elle constitue aujourd’hui le centre de la ville qui, en moins de vingt ans, a débordé ses remparts sur quatre à sept kilomètres dans toutes les directions.

15Dans l’histoire de Sanaa, le rôle des palais est donc notable : beaucoup de gouverneurs ou monarques établirent hors les murs une résidence qui devint ultérieurement - phénomène fréquent dans l’expansion des villes arabes - pôle de développement urbain.

16Après l’éviction des troupes ottomanes du Yémen, à la fin de la Première Guerre mondiale, le pays fut dirigé de manière autocratique selon la loi de l’islam par l’imâm Yaḥyâ b. Muḥammad Ḥamîd ad-Dîn, puis, à sa mort, par son fils Aḥmad. Malgré leur volonté de garder le pays à l’abri des influences extérieures, les diverses forces qui animaient le monde arabe de cette époque avaient leur retentissement au Yémen. La décennie 1960 marqua un profond changement de régime. La révolution de 1962 instaura la République ; des combats durèrent sept ans entre républicains appuyés par l’Egypte nassérienne, et royalistes fidèles à l’imâm, appuyés par l’Arabie Saoudite.

17L’année 1970 est certainement une date importante dans l’évolution de Sanaa. Avec la fin de la guerre civile s’instaure une période durant laquelle, malgré l’irrédentisme tribal latent, Sanaa tente de s’affirmer comme centre de pouvoir mettant en place les structures d’un Etat moderne. Les représentations diplomatiques deviennent plus nombreuses, une université se crée, les activités tertiaires se multiplient. Le rôle de Sanaa comme centre de décision économique se renforce. L’unification des deux Yémen, celui du Nord, la « République arabe », et celui du Sud, la « République démocratique et populaire », renforce Sanaa qui devient capitale de la République du Yémen, le 22 mai 1990.

18Les années 1970 se signalent aussi par de très importants mouvements migratoires vers les pays producteurs de pétrole voisins du Yémen, essentiellement l’Arabie Saoudite et les Emirats du Golfe. La liberté des changes étant totale en Arabie Saoudite, les travailleurs migrants expédient dans leur patrie des sommes importantes qui augmentent au Yémen le pouvoir d’achat et entraînent de profonds bouleversements des réseaux commerciaux. Le pays s’ouvre à l’économie mondiale de marché et laisse entrer sans beaucoup de restrictions les produits du monde industriel, goûtés avec d’autant plus de délectation que le pays leur a été fermé jusqu’au début de la Révolution. Les années 1970 marquent pour le pays l’afflux des biens de grande consommation (radio-cassettes, téléviseurs, appareils électro-ménagers, automobiles), ce qui va renforcer un groupe de négociants-importateurs résidant à Sanaa et dans la capitale économique de la plaine côtière, al-Ḥudayda. Déjà ouverts par leur passé commercial aux échanges avec Aden, et au-delà, avec l’Inde et l’Afrique orientale, leur « couverture commerciale » va s’augmenter considérablement par la représentation au Yémen de sociétés étrangères, par l’importation de toutes sortes de produits en provenance du marché mondial, et par la spéculation foncière et immobilière, attisée par le développement des fonctions administratives de la capitale.

  • 1 Nous développons ces points dans Bonnenfant, 1994b, pp. 141-160.

191970 marque donc un tournant fondamental dans l’aspect de la ville. Avec la paix revenue et l’ouverture politique, des phénomènes importants se font jour. Les premiers notables commencent à se faire construire des villas hors les remparts, mouvement qui deviendra général dans les années 1980, au point que l’on peut dire en 1990 que la grande majorité de « ceux qui comptent » ont quitté la ville intra-muros. D’innombrables quartiers nouveaux se créent, qui prennent le nom de parcelles agricoles ou appellent de manière propitiatoire la prospérité ou le développement. Il se produit une rupture dans la manière de construire. On passe de la maison tour sur plusieurs étages à la maison sur un ou deux niveaux seulement ; de la maison tour en bande continue, parfois isolée, à la maison villa dans un jardin. Dans les discours sur la maison, la volonté de modernité s’affirme dans la conscience et la volonté de maintenir la « yéménité » en architecture1.

20Bien que le terme de madîna soit d’usage très courant pour désigner les noyaux urbains anciens des villes arabes (médinas de Tunis, de Sfax, de Fès, de Marrakech), par rapport à leurs quartiers plus récents, ce terme paraît encore étrange, appliqué à Sanaa. Au début des années 1970, il y a vingt ans seulement, vingt ans déjà, il n’y avait pas de médina de Sanaa, pas de « vieille ville ». Il n’y avait qu’un seul Sanaa, la capitale du Yémen, toute entière enclose dans ses remparts. Aujourd’hui, quand la ville s’allonge en tous sens sur plusieurs kilomètres, on a peine à imaginer que des champs et des vignes s’étendaient alors jusqu’aux murailles.

  • 2 Rathjens, 1957.

21L’étude a été limitée aux maisons de Sanaa comprises à l’intérieur des remparts avant 1970. Nous avons exclu les maisons de l’ancien quartier juif : elles ont déjà été étudiées par Rathjens2, ce ne sont pas des maisons tours, et surtout elles ont été abandonnées par leurs habitants d’origine depuis 1947.

  • 3 Akwac, 1984, n° 1563.

22Au moment où j’écris ces lignes, la ville ancienne est agitée par un prône de l’imâm de la mosquée an-Nahrayn, relayé à plusieurs reprises par l’imâm de la grande mosquée. Les prédicateurs protestent contre la transformation d’une maison en hôtel pour touristes, qui goûtent fort le « pittoresque » des maisons anciennes. En fait, c’est déjà la neuvième demeure à subir ce sort. Mais cette fois, l’affaire est plus douloureuse. Il ne s’agit plus seulement de palais confisqués à l’ancienne famille royale vaincue par la République, ou de maisons de commerçants récemment enrichis en affaires. Il s’agit de bayt awlâd Faḍal al-Akwac, une demeure appartenant à l’une des familles les plus prestigieuses de la capitale par le nasab et le ḥasab, par la bonne généalogie arabe et les actions notoires. Les prédicateurs y voient, à juste titre, l’expression symbolique d’une rupture, d’un savoir-vivre définitivement terminé. Les habitants de Sanaa ont quitté leurs anciennes demeures. « Habiter sa maison c’est la construire » affirme le proverbe3. La quitter, c’est l’exposer au mauvais entretien et à la ruine. Il en est de même de l’esprit de la ville. Sanaa intra-muros est investie de toutes parts par les « étrangers », « hommes de tribus » des montagnes et de la steppe, mais aussi par des non-Yéménites et non-arabes qui en apprécient le calme et un cadre architectural exceptionnel. Les rares citadins de souche qui restent ne se sentent plus chez eux, entre familles « enracinées » sachant pratiquer entre elles toutes les convenances de l’urbanité et de la culture arabo-islamique. Et ils soulignent l’affairisme et la corruption dont les quartiers récents seraient le théâtre. Débat de l’ancien et du moderne, problème de moderniser la vie et la ville sans affecter les valeurs fondamentales de l’authenticité arabo-islamique, symbolisées ici par la maison et les relations de voisinage.

  • 4 Une attention plus particulière a été donnée à quatre quartiers de Sanaa, ceux d’aṭ-Ṭalha, al-Ğawâ (...)

23C’est donc une maison tour en voie d’évolution rapide qui est présentée ici. Elle a été étudiée dans la décennie 1980 qui a vu survenir ces transformations majeures. A bien des titres, les notes d’ethno-architecture vivante sont devenues des notes d’archéologie et d’histoire sociale. Elles rendent partiellement compte d’un mode d’habiter qui était celui des années pré-révolutionnaires, et des changements survenus dans les décennies 1970 et 19804.

Remerciements

24Cet ouvrage n’aurait pu voir le jour sans la bienveillance des institutions et des personnalités de la République du Yémen qui ont favorisé les recherches sur la ville de Sanaa intra-muros :

  • l’Organisation générale de sauvegarde des villes historiques du Yémen, dirigée par le Docteur cAbd ar-Raḥmân al-Ḥaddād. Merci pour sa coopération de tous les instants, ainsi qu’à M. Abd Allâh al-Ḥaḍramî.
  • l’Organisation générale des Antiquités et des Bibliothèques, autrefois dirigée par le Cadi Ismâcîl al-Akwac ;
  • le Centre d’études et de recherches yéménites de l’Université de Sanaa, dirigé par le Professeur cAbd al-cAzîz al-Maqāliḥ.

25Qu’ils soient tous vivement remerciés pour leur coopération.

26Nous remercions tous les habitants de Sanaa, pour l’amitié et l’accueil constamment manifestés lors de nos longues visites. Ils sont trop nombreux pour pouvoir être cités tous ici. Que leurs noms cent fois cités au cours de ce livre soient pour eux un remerciement et une excuse aux dérangements causés par les relevés ou les prises de vue !

27Citons particulièrement les hôtes de bayt Aḥmad Muršid Ṣâlaḥ al-cUbâdî, dans le quartier al-cAlamî ; de bayt cAbd Allâh Talhâ, dans le quartier al-Ğalâ’ ; de bayt Aṣfî Dalâl, bayt al-qâḍî al-Ğirâfî, bayt Sabana, bayt Zabâra, bayt Muḥammad Muḥammad Zayd, bayt Muḥammad cAbd al-Wahhâb az-Zubayrî, dans le quartier al-ẖarrâz ; de bayt Ṣâlaḥ al-Ğacdabî, dans le quartier al-Quzâlî ; bayt Muḥammad Muḥammad b. cAli al-Akwac, de bayt Muḥammad Fâẖir, bayt Muḥammad Ġanîma, bayt al-Ḥâḍrî, bayt cAbd al-Ḥamîd Muṭahhar, dans le quartier al-Ğawâfih ; de bayt awlâd Faḍal b. cAli al-Kabîr b. cAbd Allah al-Akwac, bayt Muḥammad al-Ğawfî, bayt cAbd ar-Rahmân Aḥmad b. cAbd Allâh Muṭahhar, bayt al-qâḍî Muḥammad Aḥmad Muṭahhar, bayt al-usṭâ clzzî Qasca as-Sanḥânî, dans le quartier aṭ-Ṭalḥa ; de bayt Muḥammad b. cAlî al-Kabîr b. cAbd Allâh al-Akwac, bayt Sufyan aṯ-Ṯawr, dans le quartier Dâwud ; de bayt Aḥmad Maḥbûb, dans le quartier ṣarḥat Muḍayr ; de Lutf cAbbâs at-Tabâbdî, dans le quartier al-Filayḥî ; de bayt cAlî Ṣâlaḥ al-Mahdî, dans le quartier ṣarḥat al-Wâdî ; de bayt cAlî Muḥammad cAslân, dans le quartier al-Madrasa ; de bayt Muḥammad an-Našî, bayt Muḥammad aš-Šarafî, bayt Muḥammad cAbd Allâh aṭ-Ṭawr, dans le quartier aṭ-Ṭawâšî ; de bayt Muḥammad Luṭf al-ẖamîsî, bayt Muḥsin Ḥamûd al-Yamânî, dans le quartier cAqîl ; de bayt cAbd al-Malik al-cAffârî, bayt Fâyac, bayt cAlî as-Simâh, dans le quartier Ṣalâḥ ad-Dîn ; de bayt al-Ḥaymî, dans le quartier al-Abzar ; de bayt ad-Drayrah, dans le quartier al-Bâšâ ; de bayt Muḥammad aš-Šâmî, dans le quartier Nuṣayr ; de bayt Yaḥyâ al-Mutawakkil aš-Šahârî, dans le quartier Sukarah ; de bayt al-Bilaylî, dans le quartier Mûsâ ; de bayt Muḥammad Luṭf cAslân, bayt Muḥammad Muḥammad ad-Dirâm, bayt Yaḥyâ cAlî al-Qîz, bayt Ibrâhîm b. Ḥusayn as-Suḥûlî, bayt Muḥammad aṭ-Ṭayr, dans le quartier de la grande mosquée ; de bayt Ismâcîl b. Muḥammad al-ẖawlânî, bayt Makkî, bayt aš-Šâmî, dans le quartier Macâd ; de bayt Ḥusayn Sarî, dans le quartier Abhar ; de bayt Hasan cAlî al-cAmrî, bayt Muḥammad Ḥamûd al-Yamânî, dans le quartier al-Wušâlî ; de bayt as-sayyid an-Nûnû, près de bâb as-Sabḥa ; de bayt al-cAğamî et bayt al-Hamdânî, dans le quartier bi’r al-cAzab.

28Je remercie enfin, en France, Guillemette Bonnenfant-Outrebon, Jeanne-Marie Gentilleau, Christian Hussy, Joëlle Manchion, Jean Prodhomme et Anne Rosier pour leur concours technique toujours affable et efficace.

29Les études sur le terrain ont bénéficié de crédits des organismes de recherche français suivants :

  • le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), par le canal du CEROAC, puis de l’IREMAM d’Aix-en-Provence ;
  • la sous-direction des sciences sociales et humaines au ministère des Affaires étrangères ;
  • le bureau de la recherche architecturale au ministère de l’Equipement, du Logement, des Transports et de l’Espace.

30Le Centre français d’études yéménites de Sanaa a prêté son concours par le logement à Sanaa des divers chercheurs.

31La préparation technique de cet ouvrage a bénéficié du concours de la fondation du Prix Aga Khan d’Architecture, à Genève. Que cette institution soit vivement remerciée de cette aide précieuse.

Iconographie

32Les relevés architecturaux de la troisième partie, « Constantes et variations », sont essentiellement dus à Maria Maréchaux, avec une collaboration de Gérard Robine, Dorothée Wahren et Jeanne-Marie Gentilleau. Les dessins de cette partie sont de Pascal Maréchaux. Ceux de la quatrième partie, « Les matériaux et leurs décors », et ceux de la cinquième partie sont de Guillemette Bonnenfant-Outrebon, sauf mention contraire dans le chapitre 21 : Christian Darles, Jacques Seigne, Gérard Robine.

  • 5 Burchardt a visité plusieurs pays de l’Orient, Liban, Syrie, Iran, Yémen. Il mourut lors d’un voya (...)

33Nous avons cherché des photographies non publiées sur Sanaa, afin de renouveler la documentation et de ne pas faire double emploi avec les documents déjà publiés dans le livre sur Ṣancâ’ édité par Serjeant et Lewcok. Nous avons pour cela dépouillé le fonds de Hermann Burchardt au Muséum für Völkerkunde de Berlin-Dahlem5. Nous remercions particulièrement le Dr. Gisela Dombrowski, qui a accepté la reproduction à titre gracieux de 32 documents de cette collection. Nous avons pu publier également quelques photos du fonds IRCICA, à Istanbul, et d’autres prises par Rathjens vers 1930 et conservées au Muséum für Völkerkunde de Hambourg.

34Les autres photographies sont de Paul Bonnenfant, sauf mention différente : Jean-Charles Depaule et Jean-François Breton.

Appels aux illustrations

35L’abréviation « fig. », pour figure, désigne tout ce qui est dessin au trait : cartes, schémas, plans, coupes, élévations, croquis, dessins divers.

36L’abréviation « phot. » désigne les photographies en noir et blanc.

37L’abréviation « pl. » désigne les photographies rassemblées sur des planches imprimées en couleurs.

38Une illustration ne figurant pas dans le même chapitre que son appel in-texte est suivie du numéro souligné du chapitre où elle est insérée.

Renvois aux maisons

39Nous avons cru utile de signaler le plus souvent possible la provenance des informations utilisées, quand elles ne sont pas contraires à la discrétion. C’est le cas par exemple des décors et des épigraphes.

40Pour ne pas alourdir le texte principal, nous faisons suivre le nom abrégé du propriétaire de la maison par un numéro écrit dans le même « corps » que le texte, et qui se distingue des appels de notes, écrit en « corps » plus petit et au-dessus de la ligne. Dans la légende de l’annexe n° 1, Carte de situation dans Sanaa des maisons et monuments cités, on trouvera autant que possible les détails suivants : nom du propriétaire, sa filiation, éventuellement son titre (sayyid, cadi, général, etc.), sa konya (père de...) et sa nisba (origine géographique ou tribale). Le numéro précise aussi le nom du quartier où la maison est édifiée et renvoie également à deux cartes de Sanaa intra-muros, où sont localisés maisons et quartiers.

41Le même numéro est utilisé dans l'annexe n° 2 qui regroupe les renseignements historiques que nous avons pu obtenir sur diverses maisons.

Transcription des mots arabes

Tableau de transcription des lettres arabes

Consonnes

Voyelles

42Voyelles longues : â, î, û.

43Voyelles brèves : a, i, u.

44Nous avons conservé l’orthographe francisée des mots figurant dans Le petit Larousse. Par exemple, pour les noms communs : cadi, calife, cheikh, djebel, djinn, émir, khân, kohol, pacha, souk, sultan, etc. Pour les noms propres : Azerbaïdjan, Boukhara, Damas, Djedda, Maghreb, Samarkand, Sanaa, etc.

45Nous avons cité de nombreux proverbes yéménites, en respectant la voyellation employée par les auteurs : elle peut différer grandement de la voyellation classique, et n’est pas toujours cohérente avec elle-même.

46Nous avons écrit les mots de la langue de Sanaa en utilisant la transcription classique des lettres de la racine, sans chercher à reproduire les nuances de la prononciation locale. Il se serait agi d’un travail de linguiste qui n’est pas de notre compétence.

47Pour clarifier la lecture et pour permettre au lecteur d’accéder facilement au glossaire, tous les termes arabes sont donnés au singulier, sans la lettre s du pluriel français, même quand ils sont précédés dans le texte par un article au pluriel.

Abréviations utilisées

48AARP : Art and Archaeology Research Papers

49ABADY : Archäologische Berichte aus dem Yemen. Mainz am Rhein, Ph. von Zabern Verlag.

50AD : Anno Domini (après J.C.)

51AH : Anno Hijræ (après l’Hégire)

52b. : ibn (fils de)

53BM : Baghdader Mitteilungen Burchardt : Fonds de photographies prises en 1907 par Burchardt, Muséum für Vôlkerkunde, Berlin-Dahlem

54cat. : catalogue

55CRA : Cahiers de la recherche architecturale

56EI 1 ou EI 2 : Encyclopédie de l’Islam, première ou seconde édition française

57Freitagsm. : Freitagsmoschee

58GOPHCY. : General Organization for the Préservation of Historic Cities of Yemen

59IFAO : Institut français d’archéologie orientale (Le Caire)

60IRCICA : Centre de recherches sur l’histoire, l’art et la culture islamiques, Istanbul.

61Isl., isl. : Islamic, islamique, Islamische.

62MAFRAY : Mission archéologique française en République Arabe du Yémen M.M. Zayd : Muḥammad Muḥammad Zayd

63RDPY : République Démocratique et Populaire du Yémen (avant mai 1990)

64SL : SERJEANT and LEWCOCK (éd.), et alii

65sour. : sourate

66WIFT : World of Islam Festival Trust

Notes

1 Nous développons ces points dans Bonnenfant, 1994b, pp. 141-160.

2 Rathjens, 1957.

3 Akwac, 1984, n° 1563.

4 Une attention plus particulière a été donnée à quatre quartiers de Sanaa, ceux d’aṭ-Ṭalha, al-Ğawâfih, Quzâlî, al-ẖarrâz.

5 Burchardt a visité plusieurs pays de l’Orient, Liban, Syrie, Iran, Yémen. Il mourut lors d’un voyage en Arabie du Sud, en 1909.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter