Version classiqueVersion mobile

Les traditions économiques françaises

 | 
Pierre Dockès
, 
Ludovic Frobert
, 
Gérard Klotz
, 
et al.

I. Histoire

Vers la construction de l’histoire économique comme discipline

François Hincker

Texte intégral

1L’histoire économique, adjectif auquel en France est presque toujours accolé celui de sociale, passe pour avoir été hégémonique dans l’ historiographie institutionnalisée (université et grands établissements, édition scientifique) pendant près d’un demi-siècle courant du début des années trente à celui des années quatre-vingt. Il n’est pas lieu ici de s’interroger sur la pertinence de cette représentation, mais sur celle d’une de ses corollaires, la reconstruction d’une généalogie des origines : le lancement des Annales en 1929 fut le coup de force qui aurait fait surgir cette histoire économique du néant, le terrain historiographique étant auparavant entièrement occupé par l’histoire dite historisante, c’est-à-dire fondée sur le document singulier de nature politico-juridique parce qu’émanant des lieux de pouvoir.

2Un seul élément de cette reconstruction correspond à la réalité : l’explosion quantitative de l’histoire économique mesurée par le nombre des « diplômes », des thèses, des intitulés des « questions au programme », ne put se produire qu’à partir de son institutionnalisation universitaire et plus précisément sorbonnarde, avec la création, en 1934, de la première chaire qui eut pour intitulé histoire économique et sociale et celle, l’année suivante, de l’Institut d’histoire économique et sociale. Les trajets intellectuels des deux premiers titulaires illustrent d’ailleurs la survivance d’une certaine étrangeté de l’objet alors même qu’il reçoit une consécration académique. En effet, le premier fut Marc Bloch dont l’image qui survit aujourd’hui ne correspond guère à celle qui vient spontanément à l’esprit lorsqu’on parle d’histoire économique : le grand médiéviste spécialiste d’histoire rurale médiévale et dont la première grande œuvre, puissamment originale, avait étudié le pouvoir thaumaturgique des rois de France, était aux antipodes du chercheur en histoire industrielle ou commerciale des xixe et xxe siècles. Quant au second, Ernest Labrousse, faut-il rappeler qu’il était originellement docteur d’État des facultés de droit, avec sa thèse Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, soutenue devant un jury composé de Oualid, Pirou et Aftalion (il avait fallu d’ailleurs qu’il devint une deuxième fois docteur, mais ès-lettres, avec une thèse soutenue devant un jury d’historiens, dont notamment Lefebvre et Renouvin, La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution pour qu’il puisse officiellement jouir du titre de professeur). Ensuite, l’histoire économique trouva sa place normale, territoire particulier au sein du grand territoire historiographique.

3Mais avant, cet avant que j’évoque aujourd’hui, si l’histoire économique avait été tout sauf squelettique et indigente, elle avait été produite par des hommes dont les positions intellectuelles n’étaient pas assignables dans les rubriques de la division canonique du savoir à la fin du xixe et au début du xxe siècles. Par des hommes qui, sans parler des grands érudits « amateurs » (Zolla, 1894-1895 ; D’Avenel, 1895) avaient trouvé des points de chute, prestigieux peut-être, comme le Collège de France, ou marginaux par rapport à l’université, comme le Conservatoire national des Arts et Métiers, ce qui rappellera aux économistes la carrière de Jean-Baptiste Say : de fait, l’enfance de l’histoire de l’histoire économique rappelle l’enfance de l’histoire de l’économie retracée par Lucette Le Van (1991).

4Ces hommes, ce sont Émile Levasseur (1828-1911), titulaire de l’agrégation indifférenciée (situation sous le Second Empire) des lettres, de la chaire d’histoire des faits et doctrines économiques au Collège de France, de la chaire d’économie politique et de législation industrielle au CNAM, professant un cours d’initiation à la statistique et de géographie économique à l’École libre des Sciences politiques ; François Simiand (1873-1935), cacique de l’agrégation de philosophie, cofondateur avec Durkheim de l’ Année sociologique, docteur en droit, sciences politiques et économiques, chargé de conférences successivement d’histoire des doctrines économiques, d’histoire et de statistiques économiques, d’histoire des faits et des doctrines économiques à l’École pratique des Hautes Études, professeur d’organisation du travail et des associations ouvrières puis d’économie politique au CNAM, titulaire de la chaire d’histoire du travail au Collège de France. Henri Hauser (1861-1947) fut certes, lui, professeur d’histoire à la Sorbonne, mais professeur d’histoire de la Renaissance, alors qu’au CNAM il fut en même temps titulaire d’une chaire de géographie industrielle. Paul Mantoux (1877-1956) était lui aussi agrégé d’histoire et de géographie, mais après une carrière dans les cabinets ministériels et les délégations diplomatiques, il n’occupa que peu de temps des fonctions d’enseignement, au CNAM lui aussi, où il succéda à Hauser. Ce ne sont donc pas les intitulés des postes occupés, mais les publications qui permettent d’inscrire sans aucun doute possible ces hommes dans l’histoire économique (Levasseur, 1903-1904, 1889 ; Simiand, 1932a, 1932b, 1932c ; Hauser, 1913, 1920, 1931, 1936 ; Mantoux, 1906). C’est par ces publications ou par leurs cours qu’ils purent éveiller des vocations intellectuelles, alors que, étant donné leurs lieux d’exercice, ils ne pouvaient former directement des élèves pourvus de titres universitaires susceptibles d’assurer la reproduction d’écoles. Ces hommes ne constituèrent d’ailleurs en aucune façon une « école » (rien de semblable à ce qui se passera après 1945 autour de Labrousse). Ils ne peuvent pas davantage être considérés comme des fils émancipés soit de l’establishment économique (lequel est d’ailleurs bien peu établi avant 1914), soit de l’establishment historique. Les influences qu’ils reçurent et leurs curiosités furent bien plus diverses (c’est ce que j’évoquerai dans la première partie de cette communication). On peut simplement constater que, au même moment – entendons un demi-siècle – ces hommes portèrent leur regard vers de mêmes objets, les choses économiques et non les idées économiques, avec une sensibilité identique à l’épaisseur diachronique, à la généalogie de ces choses économiques, avec une croyance commune dans la possibilité de produire un exposé rationnel, régulier, sériel de l’histoire de ces choses économiques.

5C’est ce dernier trait qui fit leur extériorité par rapport à l’historiographie établie de leur époque. En effet, si le projet très « Annales », deux siècles avant les Annales du Voltaire des Nouvelles considérations sur l’histoire n’avait pas été poursuivi, et d’abord par Voltaire lui-même, il serait injuste – de ce point de vue, les premiers manifestes des Annales le furent – de penser que les Seignobos ou Lavisse ignoraient superbement les dimensions économiques de l’histoire : la preuve en est que les collections de vulgarisation pédagogique qu’ils dirigeaient ou patronnaient donnèrent à cette dimension une part incomparablement plus grande que, par exemple, les manuels allemands similaires, alors même que paradoxalement l’histoire économique avait obtenu outre-Rhin la dignité académique ; la preuve en est aussi que, dans le cadre des sociétés savantes si actives dans la France du xixe siècle, nombreux avaient été les historiens du dimanche qui avaient discouru et publié sur des sujets relevant de la future histoire économique. Mais nul mieux que Simiand, dans ses fameuses interventions polémiques de 1903 et de 1906 n’exposa pourquoi l’histoire, non seulement celle qu’il connaissait mais l’histoire par nature, ne pourrait jamais devenir une science du social et par conséquent une science de l’économique : l’histoire « historisante », c’est-à-dire événementielle et ne procédant que par le récit, refusait le « groupement des faits », partant du postulat selon quoi les activités humaines ne se répétaient jamais, et que grouper les faits n’était possible qu’au prix de la formulation d’une hypothèse constitutive, attentatoire à l’objectivité (Gillard-Rosier, 1996). Simiand, que l’on a coutume aujourd’hui de considérer comme le père fondateur de l’histoire économique française, se voulut toujours sociologue, ne cessa d’accabler de sarcasmes les historiens, y compris Hauser, y compris les jeunes rénovateurs regroupés dans la Société d’histoire moderne, Pierre Caron et Philippe Sagnac, qui, eux aussi, s’aventuraient sur les territoires de l’histoire économique, mais que Simiand jugeait irrémédiablement englués dans le culte du « fait » et du document bruts et dans le genre monographique.

6Par rapport à la science économique, l’exterritorialité de cette protohistoire économique peut, d’un certain côté, paraître moindre. D’un autre côté, il faut se souvenir que la science économique demeurait en France relativement marginale, malgré la généralisation de son enseignement dans les facultés de droit en 1877, mais en position des plus subordonnée. D’autre part, au sein de cette science économique, ce furent des courants et des hommes eux-mêmes relativement marginaux, pour des raisons diverses, théoriques ou sociologiques, qui accueillirent avec bienveillance les premières démarches d’histoire économique. Lucette Le Van (1991) a montré que Levasseur fut repéré pour sa thèse (1854), Recherches historiques sur le système de Law, par Wolowski (dont il devait épouser la nièce), entra à la Société d’économique politique, lieu de rencontre entre libéraux non dogmatiques et saint-simoniens assagis mais non repentis, où Wolowski introduisait la connaissance de l’école historique allemande et traduisait les Principes d’économie politique de Roscher. Elle a montré (1996) que ce furent précisément des connaisseurs de cette économie politique allemande, tel Cauwès, qui introduisirent moins l’historicisation de la science économique que sa relativisation par le recours aux exemples historiques : pour Cauwès, la méthode historique était supérieure aux autres parce qu’elle enseignait « l’importance qu’il faut accorder aux formes particulières d’organisation sociale ». Or, c’est Cauwès qui dirigea la thèse de Simiand, Le Salaire des ouvriers des mines de charbon en France (1907). Enfin, la sensibilité statistique, le combat pour la généralisation de l’analyse statistique du champ social, en particulier chez Levasseur et Simiand, n’étaient alors partagés et encore avec une moindre intensité que par une minorité d’économistes établis, à la différence des sociologues, des démographes, des ingénieurs et des hygiénistes qui peuplaient les sociétés savantes ou philanthropiques de « statistique ».

7Si nous confrontons les biographies et les bibliographies de ces premiers historiens de l’économie, nous sommes frappés par un trait commun : l’intérêt intellectuel pour l’histoire du travail et des travailleurs, qui alla chez Simiand et Mantoux, et quelques autres de moindre importance, jusqu’à l’engagement socialiste ou plutôt jusqu’à l’engagement pour que le socialisme devînt scientifique, c’est-à-dire s’appuyât sur la science sociale. Jusqu’en 1914, on trouve Simiand sur tous les fronts pédagogiques du socialisme français – universités populaires, administration de la Bibliothèque socialiste, enseignement à l’école socialiste, fondation du Groupe d’études socialistes. Pendant la guerre, il devint chef de cabinet d’Albert Thomas. Dans l’entourage de celui-ci on trouvait Paul Mantoux qui, lui aussi, avait enseigné dans les universités populaires et avait tenté de populariser dans le socialisme français les expériences du trade-unionisme et du socialisme municipal anglais, rencontrées à la faveur de détachements en Grande-Bretagne. Qu’est-ce qui fut cause ou qui fut effet dans la synergie qui se noua entre le projet de « science sociale » et celui de réforme sociale ? Notons cependant que les biographes révèlent la précocité des choix politiques, effectués au moment des études : de même que Levasseur s’était révélé républicain dans la résistance au coup d’état de 1851, Simiand et Mantoux devinrent socialistes rue d’Ulm au contact de Lucien Herr. Étendons ce constat. En 1903, Jaurès fit adopter par la Chambre des Députés la création (et le financement) de la Commission chargée de rechercher et de publier les documents d’archives relatifs à la vie économique de la Révolution. Cette commission fut relayée par des comités départementaux d’histoire économique de la Révolution. Elle publia, de 1906 à 1921, un bulletin. Elle lança une collection d’ouvrages érudits : édition critique des décrets à objet économique des assemblées révolutionnaires, mais aussi d’autres sources émanant d’autres lieux, mais aussi études analogues à des thèses débordant largement les limites chronologiques de la Révolution (Bourgin, 1920). Des dizaines d’instituteurs, de professeurs d’école normale, de collèges et de lycées, d’archivistes, d’érudits, participèrent à l’entreprise qui permit la première large acculturation à l’histoire économique de milieux intellectuels baignant dans la France profonde. La personnalité du promoteur, l’objet, l’exposé des motifs, ne manquèrent point, bien entendu, de connoter politiquement cette initiative. Ajoutons encore « l’effet Labrousse » : l’homme était né à la vie intellectuelle et politique dans le même micro-climat jauressien, socialiste et syndicaliste d’avant 14 ; il s’était certes sagement et studieusement consacré à sa thèse pendant plusieurs années, mais ensuite, le moins qu’on puisse dire, est que Labrousse ne mit jamais dans sa poche, tout au long de sa carrière, son drapeau de socialiste révolutionnaire. Bref, Simiand, Mantoux, la « commission Jaurès », Labrousse, l’histoire économique française fut en ses origines incontestablement marquée très à gauche, ce qui eut pour conséquence son association avec l’histoire sociale, association qui ne va nullement de soi comme le montrent l’exemple anglo-saxon et la croissance en France à partir des années soixante d’une histoire économique économétrique.

8Dans cette première partie de ma communication, j’ai voulu analyser les composantes du précipité dont se nourrirent les grandes individualités qui initièrent l’histoire économique française. Dans une seconde partie, je voudrais essayer de faire comprendre comment se transmit cet investissement initial et se coagula finalement la spécificité de sa première génération installée. Nous disposons pour ce faire des témoignages des intéressés, exprimés dans l’exercice obligé des introductions aux publications de leur thèse, et des recensions parues dans les diverses revues historiques, notamment les Annales.

9C’est le dernier Simiand, celui des trois éditions successives (1929, 1930, 1931) du Cours d’économie politique et des trois grands ouvrages de 1932 (Le Salaire, l’évolution sociale et la monnaie, Essai de théorie expérimentale du salaire ; Les Fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale ; Recherches anciennes et nouvelles sur le mouvement général des prix du xvie au xxie siècle) qui constitua la référence dynamique décisive pour les historiens au seuil de la reconnaissance de l’histoire économique. Les autres noms que nous avons cités furent le plus souvent lus après coup par ces historiens en tant que prédécesseurs ou accompagnateurs du mouvement que Simiand passait pour avoir porté à la maturité. Cette paternité reconnue à Simiand est objectivement légitime et subjectivement un peu paradoxale : nous avons vu que Simiand qui n’était guère accommodant avec ses semblables l’était encore moins avec les historiens et pas du tout avec l’histoire. D’ailleurs, Simiand n’écrivit aucune ligne dans quelque revue historique que ce fut.

10Simiand fut réfracté en direction des historiens par deux médiations distinctes : celle des Annales et celle de Labrousse. Il convient de les distinguer car, contrairement à une idée reçue, les rapports de Labrousse et des Annales furent lâches, et il est tout à fait abusif de faire de lui l’exemple même de l’historien de l’école. Dès 1930, Lucien Febvre couvrit d’éloges le Cours de Simiand, récidiva en 1932, puis dans la notice nécrologique de 1935, moins pour le contenu que la méthode, ce qui fait que Lucien Febvre découvre, trente ans après, la polémique de Simiand à l’égard de Seignobos et la juge naturellement comme une anticipation du projet des Annales : Simiand, comme la revue, postule la convergence de la sociologie, de l’économie et de l’histoire, et Lucien Lebvre croit pouvoir estimer que la conception de la science économique chez Simiand est supérieure à nulle autre parce que procédant, comme l’histoire, par induction à partir des faits et non par déduction à partir de principes ou de lois : il trouve dans l’usage de la statistique par Simiand l’argument décisif susceptible de venir à l’appui de la revendication de scientificité de la nouvelle histoire contre l’ancienne, se bornant à brandir le « document » comme garantie de sa positivité. C’est Marc Bloch qui, à partir de 1934, vulgarisera dans les recensions de la revue et dans ses cours de la Sorbonne la théorie de Simiand sur les cycles.

11Marc Bloch n’était pas le mieux à même pour apprécier cet aspect de Simiand, le plus proche de l’économie pure ; il manifesta à cet égard l’enthousiasme du néophyte, soutenant que la conception monétariste des cycles qu’avait formulée Simiand avait valeur universelle et étemelle. D’ailleurs, il crut lui-même pouvoir en donner une illustration dans un cours de 1939 sur l’économie française pendant le règne de Louis XIV, ce qui n’est point ce que produisit de mieux ce grand esprit.

12Labrousse, de son côté, avait pris connaissance des travaux de Simiand sur les prix au cours de leur élaboration, bien avant leur publication, sans doute par l’intermédiaire d’Aftalion (sans que la chose soit parfaitement établie, il semble d’ailleurs que ce soit Aftalion qui ait fait obliquer, le mot est faible, la recherche de Labrousse vers les prix et les revenus, alors que le libellé initial du sujet de la thèse était : « Les Origines des assurances sociales en France ») ; Labrousse, à la tête bien plus économique que les historiens des Annales, avait lu Aftalion précisément, avait eu vent des premières recherches de Kondratiev. Il put donc à bon escient dire à la fois toute sa dette à l’égard de l’esprit de l’œuvre de Simiand, tout en prenant une distance critique certaine à l’égard de la lettre, suggérant que Simiand prenait insuffisamment en compte dans sa théorie des prix les facteurs relevant de l’économie réelle. C’est un Simiand adulé et ainsi corrigé que Labrousse transmit à ses élèves.

13On ne saurait sous-estimer la part prise dans cette mythification de Simiand comme héros fondateur de la discipline, par la rencontre conjoncturelle, c’est le cas de le dire, entre la publication des recherches de Simiand, à l’impressionnante dimension historique, sur les cycles, et la crise des années trente. On conçoit que les jeunes historiens plaidant pour l’histoire économique aient été saisis d’un vertige intellectuel et qu’ils aient gardé pour Simiand une tendresse particulière : ne voilà-t-il pas qu’ils pouvaient, pourquoi pas, prétendre apporter l’ultima ratio du malheur contemporain, alors incompréhensible. En tout cas, cette rencontre laissa des traces profondes : jusqu’au début des années soixante-dix, autant que par son association avec l’histoire sociale, l’histoire économique française se caractérisa par sa prédilection pour l’analyse des mouvements économiques, beaucoup plus que pour celle des structures.

14Mais atténuons aussitôt cette appréciation. S’exerça en effet, dans le sens d’une prise en compte de la longue durée, sur les historiens qui constituèrent la première génération établie de l’histoire économique française une influence inattendue de quiconque ne connaît pas de l’intérieur les conditions de formation au métier, à savoir celle de l’École géographique française, produit des extraordinaires intuitions d’Elisée Reclus, rendues comestibles et digérées par l’Université grâce à Vidal de la Blache et à sa prolifique progéniture académique. L’étroite association institutionnelle entre l’histoire et la géographie obligeant, dans une beaucoup plus grande mesure qu’aujourd’hui, l’historien agrégé à avoir été au cours de ses études également historien et géographe, fit que nul apprenti historien ne put échapper entre 1890 et 1930 à la consommation de la géographie recluso-vidalienne. Laquelle était susceptible d’alimenter, voire d’éveiller, la curiosité pour l’histoire économique. En effet, bien avant les Annales, les géographes français avaient opéré leur révolution culturelle, rompant à la fois avec l’instrumentalisation politique de la discipline – la géographie comme illustration de la politique territoriale des États – qui avait présidé à la naissance de la discipline, et avec le déterminisme physique – la géographie comme science naturelle dérivée de la climatologie et de la géologie – qui s’y était juxtaposée. L’école géographique française s’assignait pour tâche, non seulement de décrire, mais de comprendre la genèse des paysages contemporains, où l’on ne saurait séparer ce qui relevait d’une causalité physique et ce qui relevait d’une causalité humaine. Il s’agissait d’une géographie écologique et historique. On conçoit que la sédimentation historique des activités humaines qui, par définition, transforment la nature, ait constitué l’objet principal de cette démarche géographique : production, échanges, conditions techniques, sociales, institutionnelles de l’une et des autres. Il s’ensuivait que le géographe, formé en même temps par l’histoire à la collecte et à la critique des documents, se soit tourné, avant les historiens, vers des sources émanant d’acteurs se livrant aux activités économiques. Si bien que l’on peut soutenir que les premières publications rigoureuses d’histoire économique sont à chercher dans les articles et les thèses de géographie. On a vu que Levasseur à l’École libre de sciences politiques et Hauser au CNAM occupaient des chaires dont la raison sociale comportait le vocable « géographie ». Marc Bloch et Lucien Febvre ont longtemps hésité avant de trancher entre la géographie et l’histoire comme option académique. Braudel a inscrit la géographie au premier rang des disciplines solidaires de l’histoire, avant, dans un ordre nullement laissé par lui au hasard, l’ethnologie, la démographie, l’économie, la sociologie. Pierre Vilar, successeur de Labrousse à la Sorbonne, fut originellement un géographe, sa thèse sur la Catalogne étant transférée en histoire en cours de route. Voici son témoignage : « Il n’a sûrement pas été fortuit qu’entre 1925 et 1930, le groupe le plus compact, parmi les jeunes de ma génération qui avaient choisi d’étudier l’histoire, ait finalement opté, au moment de s’engager dans des travaux personnels, pour la recherche géographique. Il faut bien dire que jusqu’alors les grandes questions dont nous devinions, plus ou moins confusément, qu’elles domineraient notre siècle, ne nous étaient guère posées qu’à travers les leçons de nos maîtres géographes : démographie, migrations, colonisations, pôles de développement industriels et urbains, transformations des modes de production agricole, progrès de l’énergétique (1962). » Labrousse avait beaucoup moins baigné dans la culture géographique, de par sa formation juridique, mais ses élèves opérèrent le branchement entre celle-ci et l’approche conjoncturelle du maître, ce qui fut favorisé par la propension de celui-ci à distribuer des thèses d’histoire régionale comme un ministre de l’Intérieur répartirait les préfectures... Et de fait, bien des thèses – d’histoire – labroussiennes furent autant géographiques qu’avaient été historiques les grandes thèses de géographie du début du siècle (Demangeon, 1905 ; Blanchard, 1907 ; Sion, 1908 ; Musset, 1912), qui avaient tant influencé les nouveaux historiens. La spatialisation fut donc un autre trait spécifique de l’histoire économique française, jusqu’à ce que les catégories plus « nationales » et plus abstraites produites par la comptabilité nationale et l’INSEE, la pénètrent, non sans vives résistances, à partir des années 1970.

15Je ne pense pas me tromper en supposant que le public, composé très majoritairement d’économistes, auquel je m’adresse, trouvera que l’histoire économique française s’est constituée par des voies fort étrangères à leur discipline. Les conséquences sont encore visibles : soit un objet donné, par exemple la révolution industrielle, il est bien vrai que l’historien et l’économiste qui en traitent aboutissent à des productions extrêmement différentes. Si bien que le type d’histoire économique à la Bairoch, qui ne tient ni de l’histoire économique des historiens, ni de l’histoire économique des économistes, intrigue les uns et les autres... Il est bien vrai aussi que, sauf cas individuels, Vilar ou Bouvier, les historiens de l’économie ont peu lu (faut-il n’employer que le passé) la littérature économique contemporaine de niveau théorique. Quoique rejetée originellement par l’histoire dominante, construite en partie contre elle, l’histoire économique l’a ensuite pleinement réintégrée, au point que dans le couple scientifique suggéré par son intitulé, l’histoire a impérieusement refoulé le conjoint économique.

Bibliographie

Références bibliographiques

D’Avenel G. (1895), Histoire économique de la propriété et des salaires, des denrées et de tous les prix en général de l’an 1200 jusqu’à 1800, Paris, Imprimerie nationnale.

Blanchard R. (1906), La Flandre, Paris, A. Colin.

Bloch M. (1963), Mélanges historiques, Paris, SEVPEN.

Bourgin G. (1920), L’Industrie sidérurgique à la veille de la Révolution, Paris, Imprimerie nationale.

Bouvier J. (1989), L’Historien sur son métier. Études économiques, xixe-xxe siècles, Paris, Éd. des archives contemporaines.

Braudel F. (1997), Les Ambitions de l’histoire, Paris, de Fallois.

Demangeon A. (1905), La Picardie et les régions voisines, Artois, Cambrésis, Beauvaisis, Paris, A. Collin.

Febvre L. (1930), « Histoire économique et statistique », Annales.

Febvre L. (1932), « Le Cours d’économie politique de M. Simiand », Annales.

Febvre L. (1933), « Pour les historiens : un livre de chevet », Annales.

Gillard L., Rosier M. (dir.) (1996), François Simiand (1873-1935), Sociologue, historien, économiste, Amsterdam, Éd. des archives contemporaines.

Hauser H. (1913), Ouvriers du temps passé, Paris, Alcan.

Hauser H. (1920), Travailleurs et marchands de l’ancienne France, Paris, Alcan.

Hauser H. (1931), Les Débuts du capitalisme, Paris, Alcan.

Hauser H. (1936), Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, Paris, Alcan.

Levan-Lemesle L. (1991), L’Enseignement de l’économie politique en France, 1860-1939, Paris, Economica.

Levan-Lemesle L. (1996), « Économie et histoire au xixe siècle en France : quand l’économie retrouve l’histoire », in Moniot H. et Serwanski M., L’Explication en histoire, Paris, Nathan.

Levasseur É. (1854), Recherches historiques sur le système de Law, Paris, Guillaumin.

Levasseur É. (1859), La Population française (histoire de la population depuis 1789 et démographie de la France comparée à celle des autres pays), Paris, Rousseau.

Levasseur É. (1903-1904), Histoire des classes ouvrières en France depuis 1789, Paris, Rousseau.

Mantoux P. (1906), La Révolution industrielle au xviiie siècle, Paris, S.N.L.E.

Musset R. (1912), Le Bas-Maine, étude géographique, Paris, A. Colin.

Simiand F. (1932a), Le Salaire, l’évolution sociale et la monnaie. Essai de théorie expérimentale du salaire, Paris, Alcan.

Simiand F. (1932b), Les Fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale, Paris, Alcan.

Simiand F. (1932c), Recherches anciennes et nouvelles sur le mouvement général des prix du xvie au xixe siècle, Paris, Monchrétien.

Sion J. (1908), Les Paysans de la Normandie orientale, Paris, A. Colin.

Vilar P. (1962), La Catalogne dans l’Espagne moderne, Paris, SEVPEN.

Zolla D. (1894-1895), Les Questions agricoles d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Marion.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search