Version classiqueVersion mobile

Les traditions économiques françaises

 | 
Pierre Dockès
, 
Ludovic Frobert
, 
Gérard Klotz
, 
et al.

Avant-propos

Raymond Barre

Texte intégral

1La place des économistes à l’égard de la politique économique de leur pays dépend d’une part, de la qualité de ses économistes, mais aussi et surtout de la place qu’ils tiennent dans la société et de la reconnaissance que cette société a du rôle qu’ils jouent ou qu’ils peuvent jouer. De grands économistes peuvent rester à l’écart de la politique économique de leur pays. Je ne crois pas que Cournot, un des esprits les plus remarquables, ait joué un rôle dans la politique économique de la France et, cependant, il a eu une influence décisive sur l’évolution de la théorie économique.

2« Les économistes français ont-ils pu influencer la politique économique de leur pays ? Qu’en est-il aujourd’hui ? » Il s’agit d’une question embarrassante. Et d’abord qu’est-ce que l’on appelle influencer ? On peut influencer par l’impact des théories ou des doctrines que l’on présente, on peut influencer par la participation à l’élaboration et à l’application de la politique économique.

3Je dois à Monsieur Jeanneney d’avoir pu participer à la mise en œuvre d’une politique économique dans le cadre d’un ministère qui était loin d’être simplement un ministère technique, mais qui était un ministère économique au premier chef, puisque beaucoup des problèmes qui s’y posaient étaient des problèmes structurels dont devait dépendre l’évolution de l’économie française et cela à un moment où nous entrions dans la Communauté économique européenne, où nous commencions à construire le Marché Commun. Je me souviens de cette première année 1959 où, en six mois, on éliminait les contingents et où il fallait entamer la baisse des droits de douane. De grands chefs d’entreprises venaient dans mon bureau au ministère de l’Industrie et me disaient : « Monsieur Barre, nous marchons tout droit à la catastrophe, et il faut que vous calmiez un peu les ardeurs du gouvernement que vous servez. Il faut que vous alliez dire à votre ministre que si on prend ces mesures, elles signifient le chômage et l’effondrement de nos entreprises ! Vous connaissez monsieur Debré – dites-lui que ce n’est pas possible d’appliquer le traité de Rome, etc. » Face à cet afflux de récriminations, je restais de marbre jusqu’au jour où j’ai dit à l’un de ces présidents : « Monsieur, il est surtout très important que vous acceptiez la concurrence. Dans une économie de concurrence, si nos concurrents peuvent venir chez nous, vous pouvez aussi aller chez eux. Il y a une stratégie défensive pour faire face, mais il y a aussi une stratégie pour attaquer. »

4Un an après, ce même président de grande entreprise est revenu me voir. Il avait consacré l’année qui venait de s’écouler à s’implanter en Allemagne. Il me dit : « Vous avez eu raison de me parler comme vous l’avez fait ! » Voilà un exemple d’une façon d’influencer : en définissant une ligne politique et en s’y tenant.

5La ligne choisie, c’était le Marché commun, la politique de concurrence dans l’espace européen en formation. C’était à la fois une chance et une contrainte données à des entreprises qui s’étaient sclérosées derrière des barrières protectionnistes, qui bénéficiaient à l’époque encore du pacte colonial et avaient soudain la possibilité de rencontrer le grand air.

6On revit un peu la même chose à l’heure actuelle à l’égard de la mondialisation. La mondialisation est un phénomène incontournable. Elle ne dépend pas de nous. Elle se fera qu’on le veuille ou non. Elle a les conséquences que l’on sait, positives et négatives. Il en est toujours ainsi en économie, mais il y a une chose à laquelle on n’échappe pas, c’est à la réalité. Or, avez-vous lu, jusque dans les livres, revues et journaux qui sont les parangons de l’intelligence, le nombre de stupidités écrites sur la mondialisation ? Maintenant, on constate que ceux-là mêmes qui, naguère, avaient porté haut l’oriflamme contre la mondialisation, expliquent que c’est un fait auquel on ne peut échapper et auquel il faut s’adapter. La question de l’adaptation est cruciale pour la France. L’un des maux fondamentaux de ce pays a été de tout temps une rigidité comportementale. Longtemps, les Français ont pu vivre dans un certain immobilisme. Mais maintenant, il n’est plus possible de maîtriser l’avenir sans un travail d’adaptation, ou pour reprendre un mot célèbre, par un travail de soi sur soi. C’est l’une des choses les plus difficiles que nous ayons à faire en France à l’heure actuelle et à tous les échelons. L’adaptation doit se faire à des niveaux divers, dans des milieux divers, mais ce doit être le mouvement d’ensemble de la société dans ce monde global dans lequel nous sommes entrés.

7Je pense que les économistes français ont peu influencé, directement, la politique économique de leur pays. Cela ne veut pas dire qu’ils n’aient pas eu une influence par les doctrines qu’ils ont soutenues, par les attitudes qu’ils ont prises face aux divers problèmes qui se posaient. Mais – et cela m’a toujours frappé – jusqu’à ces dernières décennies, la France était une économie administrée par une haute administration qui considérait la plupart du temps que les économistes étaient là pour enseigner dans les facultés ou les grandes écoles, mais qu’ils ne pouvaient pas apporter de contribution concrète à la solution des problèmes rencontrés.

8En ce qui concerne la période 1945-1977, les choses ont cependant évolué et cela pour deux raisons. D’une part, parce que beaucoup de ces fonctionnaires de l’administration ont suivi les enseignements des économistes et ont fini par reconnaître que ce qu’ils disaient pouvait avoir quelque intérêt dans l’action qu’ils étaient appelés à mener. D’autre part, parce qu’il y a eu une présence d’économistes à la fois dans l’exécution de la politique économique et dans la préparation de la politique économique. Il est certain que les ingénieurs économistes, les économistes de formation qui ont apporté leur concours à l’INSEE, au Commissariat général du Plan – naguère à la Direction de la prévision – ont pu faire admettre un certain nombre de théories et ont ainsi permis une pénétration progressive de la science économique dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique économique. Ce n’est qu’à partir des années soixante que cette évolution s’est véritablement affirmée.

9Les économistes français ont-ils proposé « une vision », pour reprendre l’expression de Schumpeter, un corps de doctrine ou un corps théorique qui aurait marqué la politique économique en France ?

10Je ne le crois pas. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la vision la plus largement reconnue et acceptée a été la vision keynésienne, plus précisément la vision post-keynésienne. Les politiques néo-keynésiennes en France ont relevé le plus souvent de ce que François Perroux a appelé le « keynésianisme mal digéré ». Je me souviens de la stupéfaction de certains lorsque j’expliquais à ceux qui, dans des circonstances qui ne s’y prêtaient pas, recommandaient le deficit spending sans limite : « Keynes ce n’est pas seulement cela ! » Le chapitre de Keynes sur l’inflation montre combien il faut être prudent à partir du moment où les goulots d’étranglement apparaissent. On sent une expérience de tous les instants derrière ce texte. Dans un autre texte, Keynes a montré qu’il fallait adapter la politique économique à un contexte tout à fait différent de celui de la grande dépression : c’est dans son petit livre How to pay for the war ? Keynes est, à la manière britannique, un political economist

11Je prends l’exemple de Keynes car la vision keynésienne a été puissante, son influence considérable sur l’administration, souvent à contretemps. Mais on a vu se développer ensuite une forte influence du monétarisme sous son aspect le plus strict, celui de Milton Friedman.

12La politique économique de la France a été, le plus souvent, sauf cas exceptionnel, déterminée par les réactions des hauts fonctionnaires face aux crises ou aux problèmes difficiles auxquels la France se heurtait.

13Cette réaction a été dominée par deux grandes tendances : d’une part, le sens aigu de l’interventionnisme, appuyé sur une certaine méconnaissance des phénomènes du marché, et d’autre part, la recherche de solutions dans un cadre formellement ou informellement protectionniste. Je n’aurais pas découvert cela si je n’étais pas passé par Bruxelles où, responsable des affaires économiques et financières, j’avais un dialogue constant avec la haute fonction publique française chargée de la politique économique. Le contraste entre le comportement de l’administration allemande et le comportement de l’administration française était significatif. Au niveau supérieur, le niveau de la décision politique, le principe fondamental qui inspirait les Allemands était : nous ne voulons aucun contrôle quel qu’il soit, qui puisse nous ramener à une période que nous avons connue et qui a donné le nazisme. D’où un attachement total aux mécanismes économiques les plus libéraux, notamment dans les rapports avec l’extérieur, en matière financière et monétaire, et une ouverture, une disponibilité, une capacité de s’exposer à toutes les difficultés. J’ai vécu la crise monétaire du dollar des années 1990-1993. Les Allemands ont absorbé la masse de dollars qui entraient dans leur pays, ce qui avait une influence majeure sur leur masse monétaire, tout en se refusant à toute mesure interventionniste quelle qu’elle soit.

14Nous, nous faisions le contraire. Et je ne cache pas que j’ai personnellement balancé un certain temps, avant d’arriver à la conclusion que si l’on peut atténuer les conséquences d’un certain nombre de phénomènes incontournables, comme on dit aujourd’hui, on ne peut pas les empêcher de se produire et que dès lors, le réalisme est la position fondamentale. D’ailleurs l’attitude des hauts fonctionnaires français était d’être hyper-réaliste lorsqu’il était nécessaire de trouver des solutions aux problèmes concrets.

15Autre aspect intéressant de cette période d’après-guerre : ce fut souvent à travers des crises financières que la réflexion, indépendante, dans une certaine mesure, de la haute administration, a pu se développer et a pu conduire à des décisions économiques importantes.

16Le meilleur exemple est celui des deux comités Rueff. Le premier comité Rueff a eu cette vertu d’avoir, à la fin de 1958, pris une vue d’ensemble des problèmes français et d’avoir abouti à un certain nombre de recommandations cohérentes : mettre en ordre le budget, freiner les dépenses publiques, dévaluer le franc, mais ne pas le faire indépendamment d’une politique économique d’accompagnement. Il a été difficile de faire comprendre aux milieux français responsables de la politique économique, que les mesures ponctuelles, par exemple une dévaluation, imposaient une politique globale d’accompagnement.

17À cet égard, le comité Rueff a joué, le premier, un grand rôle. Son plan a été accepté par le Général De Gaulle et appliqué par le gouvernement, parce qu’il y avait une volonté politique. Si on accusait parfois le Général De Gaulle de ne rien comprendre à l’intendance, il avait cette capacité à saisir des ensembles, à en tirer les conclusions et à les appliquer.

18Le second comité Rueff est également très intéressant. Il s’est attaqué aux déficiences structurelles de l’économie française. Ce rapport-là est allé dans les tiroirs : non seulement tous les lobbies se sont dressés contre ses recommandations, mais on n’avait pas encore compris que le bon fonctionnement d’une économie n’est pas indépendant des structures qui l’encadrent. Le comité avait tenté de montrer comment, dans un certain nombre de domaines, il fallait modifier les structures afin de laisser les mécanismes du marché jouer. Le marché en effet, ne résout pas tout, il n’a de sens que si les structures sont efficientes, modifiables et flexibles. Les phénomènes d’équilibre général et d’interdépendance, ce que nous devons à Walras, n’ont été compris qu’assez récemment en France. Les économistes français, au cours de ces dix dernières années, ont beaucoup contribué à faire prendre conscience de ces interdépendances, de ce que j’appellerais la cohérence des actions à mener.

19 Les économistes français qui participent à la décision politique, ont-ils une influence ? Oui, puisque d’une façon ou d’une autre, ils ont en charge d’appliquer ce qu’ils considèrent comme utile dans le domaine où ils opèrent, mais c’est rare, très rare, et c’est un de mes regrets. J’ai toujours apprécié le système américain qui faisait entrer dans l’administration ou à la Federal Reserve des économistes qui, lorsqu’ils en sortaient au bout d’un certain temps, bénéficiaient d’une expérience qu’ils pouvaient mettre au service de la société et de l’économie. Cela est très difficile à réaliser en France parce que notre système administratif est un système de castes. Ce n’est que dans des situations exceptionnelles qu’il est possible de faire venir quelqu’un de l’extérieur. L’un des cas très rares, c’est lorsque Charles Rist est devenu sous-gouverneur à la Banque de France.

20J’ai été membre du conseil général de la Banque de France pendant quatre ans et cela marquait une évolution très nette. On commençait à dire : « Il faut que dans une commission, que dans un organisme comme le conseil général de la Banque, il y ait un économiste de profession. » On commençait à reconnaître le rôle et l’utilité de l’économiste. Et j’ai d’ailleurs été très heureux de voir que l’actuel Premier ministre a constitué un groupe d’économistes, jeunes, de tendances différentes, qui pourront apporter leurs vues et leurs conseils au chef du gouvernement. Ceci, qui me semble être le couronnement d’une évolution, s’est fait, je crois, parce qu’au cours de ces dernières années, les économistes français ont été beaucoup plus présents dans les débats sur l’évolution économique de notre pays.

21Inversement, et c’est ce que je voudrais dire à mes plus jeunes collègues, exercer une influence suppose que l’on accepte la mobilité. Dans les cas où il est fait appel aux économistes pour l’élaboration ou pour l’application d’une politique économique, un refus est tout à fait néfaste. Et dès lors, c’est toute notre corporation que nous devons faire évoluer afin de la rendre présente dans les débats à venir.

22Il y a eu un temps où le commissariat général du Plan a joué, de ce point de vue, un grand rôle. Monsieur Massé, quand il était commissaire général du Plan, y a beaucoup contribué. Aujourd’hui, on sent moins cette nécessaire réflexion sur les questions fondamentales de notre économie, alors que nous avons plus que jamais besoin, par rapport à l’Europe, aux États-Unis, au monde asiatique, de savoir comment nous devons agir en France, au sein de l’Europe, pour affronter la mondialisation et sa caractéristique de fond : la compétition tous azimuts.

23Nous avons à réfléchir à ce que nous devons encore faire dans notre pays, dans un certain nombre de domaines où apparaissent manifestement des blocages qui sont à l’origine de déséquilibres. Il faudra, à un moment ou à un autre, faire un choix politique pour y faire face et nous devons préparer ce choix. Nous avons eu dans le passé des contributions de ce genre – je pense au club Jean Moulin – mais ces contributions étaient davantage tournées vers les problèmes constitutionnels, les problèmes de la vie politique, que vers les problèmes de l’économie. Les questions qui se posent à nous, économistes, aujourd’hui, sont : comment faire pour affronter la concurrence de demain ? Comment faire pour maintenir le rythme de croissance et l’amélioration du niveau de vie dont nous avons besoin ? Comment faire pour résoudre les problèmes de l’emploi, dans un monde qui a totalement changé ? On essaie, au nom de l’exception française, de sauvegarder quelques vestiges du passé, mais précisément l’exception française, c’est ce qu’il faut faire disparaître aujourd’hui ! C’est dans la mesure où nous prendrons nos leçons ailleurs que nous serons capables d’innover nous-mêmes, d’innover sur le plan social plus encore que sur le plan économique, que nous serons capables de faire face aux défis de l’avenir.

24Ainsi, par leurs réflexions, leurs analyses, les économistes français pourront accroître leur influence sur la politique économique de leur pays à condition qu’ils les fassent connaître à l’opinion de manière précise et simple.

25Dans le monde de l’information dans lequel nous vivons, il ne faut jamais reculer devant la communication. Il y a tellement de gens présents sur les radios et les télévisions, qu’il faut que les économistes y aillent aussi ! Ces radios et ces télévisions ont un tel besoin d’alimenter leurs rubriques que vous trouverez toujours le moyen d’obtenir, comme on dit, un « créneau » suffisant où vous serez en mesure de dire ce qui vous semble utile et important.

26Au terme de ma carrière, professeur émérite, je parle à des collègues qui sont en plein dans l’action et je leur dis : vous devez préparer une « vision » de l’avenir de notre pays. Nous ne savons pas à l’heure actuelle où nous allons. Les Français n’ont pas une vue claire des objectifs à atteindre. Le rôle des économistes est de proposer, à partir d’une analyse scientifique, leur « vision », de définir les actions à mener et de les défendre en dehors de toute passion idéologique.

27Nous avons une grande tâche devant nous. Monsieur Jeanneney vous a parlé des grands noms qui sont des termes de référence. Moi, j’ai voulu parler, ayant été mêlé à l’action, d’un certain nombre d’expériences que j’ai faites, des conclusions que j’en ai tirées. Si celles-ci peuvent vous être utiles, j’en serai, comme collègue, particulièrement heureux.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search