Version classiqueVersion mobile

Émirs et présidents

 | 
Pierre Bonte
, 
Édouard Conte
, 
Paul Dresch

Seconde partie Tribus, maisons, états

Chapitre 10. La « maison » de Ṣaddâm Ḥusayn

Amatzia Baram

Texte intégral

1Ṣaddâm Ḥusayn cAbd al-Majîd cAbd al-Ghafûr al-Nâṣîri al-Tikrîtî, président de l’Iraq depuis le 16 juillet 1979, et éminence grise du président Aḥmad Ḥasan al-Bakr bien avant cette date, naquit le 28 avril 1937 dans une humble maison de Tikrît, à quelque 160 kilomètres au nord de Baghdad, sur la rive occidentale du Tigre. Sa famille proche était très modeste et lui-même, nous le verrons, fut élevé dans un certain dénuement. Mais il appartenait néanmoins à une « tribu importante », les Âl Bû Nâṣîr, et bien que la famille fût pauvre, elle n’était pas complètement à la merci des grands propriétaires terriens. Ṣaddâm avança plus tard que les relations entre paysans et propriétaires fonciers étaient ici plus égalitaires qu’ailleurs en Iraq parce qu’ils appartenaient tous à une même famille : « Le principal "féodal" parmi nous était mon oncle, le cousin du président Aḥmad Ḥasan al-Bakr. Lorsqu’il se mettait en colère, il battait ses parents, mais ceux-ci lui rendaient la pareille » (Fuad Matar, 1981, p. 227). Cette relation « tribale » avec un président, par l’intermédiaire de l’oncle maternel de Ṣaddâm, allait se révéler importante.

  • 1 Écrit initialement dans une perspective plus politologique, ce texte a été profondément remanié, p (...)

2Porter sur des faits contemporains, et en l’occurrence si fortement chargés de passions et d’enjeux politiques, un regard d’anthropologue n’est pas chose aisée. Il faut éviter les jugements de valeur et se démarquer de la description du journaliste pour introduire un ordre dans une histoire encore combien mouvante et dont nul ne peut prédire les aboutissements. Ces faits représentent pourtant un « objet » privilégié dans la perspective de cet ouvrage : comment sont mobilisées, pour exercer le pouvoir suprême dans un État moderne comme l’Iraq, les relations de parenté et comment les stratégies familiales et matrimoniales contribuent-elles à perpétuer voire à transmettre ce pouvoir1 ? Les permanences « structurelles », chères à l’anthropologue, s’imposent à la lecture et à l’analyse de ces faits, soulignant certains traits communs à l’histoire politique de la région.

  • 2 Ṣaddâm désigna pour la première fois les imâms cAlî et al-Ḥusayn comme « nos ancêtres » dans al-Th (...)
  • 3 Al-Thawra, 4 février 1988, 15 mars 1994 ; al-Jumhûriyya, 19 février 1984.

3Le contexte contemporain et les fondements politiques et idéologiques (bacthisme) du pouvoir exercé par Ṣaddâm Ḥusayn contribuent néanmoins à expliquer que les références généalogiques de ce pouvoir soient restées circonscrites au cadre proprement tribal (schéma 1). La référence par exemple aux origines sharifiennes est tardive et reste secondaire. Devenu vice-président du Conseil de commandement révolutionnaire (CCR) et vice-secrétaire général de la direction régionale du parti Bacth d’Iraq en novembre 1969, Ṣaddâm Ḥusayn commença à élaborer le mythe d’un rattachement de sa tribu à l’imâm Ḥusayn et donc au Prophète. En 1977, il revendiqua ouvertement le statut de sharif2 et par la suite ce rattachement fut réaffirmé par ses lieutenants aussi bien que par les « poètes de la cour » et les culamâ’ shîctes3. Il est cependant plus important pour notre propos d’examiner la manière dont les Âl Bû Nâṣîr offrirent un champ de relations et d’activités qui contribua de manière décisive à la construction de son pouvoir.

4On fait souvent appel dans le monde arabe à la généalogie agnatique pour expliquer les stratégies familiales, mais les liens matrilatéraux, notamment pour Ṣaddâm Ḥusayn, sont souvent tout aussi importants, et les références agnatiques sont souvent choisies en fonction des stratégies matrimoniales. Dans ce cas, la rhétorique élaborée du khams et du fakhdh, de la solidarité « tribale » à travers une commune descendance masculine, ne se développera qu’à la fin de l’histoire, quand une série de mariages aboutira à de profondes contradictions au sein de la maison de Ṣaddâm Ḥusayn.

Origines

  • 4 Selon un membre de la tribu âgé de quatre-vingt-quinze ans et Layla Ṭalfâḥ, la tante maternelle de (...)

5L’enfance de Ṣaddâm fut solitaire. « Sa naissance en 1937 ne fut pas l’occasion de réjouissances », écrit Amir Iskandar, le biographe désigné du président iraquien. « Il naquit orphelin, son père étant décédé avant qu’il ne vît le jour ; il naquit pauvre dans une famille de petits paysans pauvres » ( 1980, 17-18). Selon la version officielle, qui ne fut diffusée qu’en 1995, le père de Ṣaddâm mourut, n’ayant pas encore trente ans, le matin du premier jour du cîdal-adḥâ de 19364. Il s’appelait Ḥusayn bin cAbd al-Majîd bin cAbd al-Ghafûr, rattaché de manière lointaine à la famille « féodale » des Bakr. Après coup, Ṣaddâm allait affirmer fièrement ses humbles origines. « Comme la grande majorité des grands meneurs de l’histoire, il dut, dès qu’il devint conscient de ce qu’il était, assumer les épreuves de la vie pour forger sa personne par lui-même » (ibid.). La vie d’un orphelin dans une petite communauté très fermée dut de fait être difficile. Il ne pouvait compter que sur la présence de sa mère, Ṣabḥa Ṭalfâḥ al-Musallâṭ, qui, au moment de sa naissance, venait de perdre successivement son mari et son fils unique et se trouvait dans une grande détresse. Quand l’enfant naquit, on lui donna d’ailleurs un nom peu usité. En arabe moderne, il signifie « celui qui confronte », « celui qui heurte », « celui qui s’oppose à ».

  • 5 Par exemple dans le journal d’opposition al-Tayyâr al-jadîd (Londres) du 29 octobre 1989, où Ḥâjj (...)

6Sans doute du fait de sa situation, Ṣabḥa ne put s’occuper de l’enfant et Ṣaddâm passa les trois premières années de sa vie à Tikrît, dans la maison de son oncle maternel, Khayr Allâh Ṭalfâḥ, qui joua en quelque sorte le rôle de père. Les relations de Khayr Allâh allaient contribuer à donner à Ṣaddâm son pouvoir. Quand il eut trois ans, cependant, on le renvoya chez sa mère et son parâtre, Ḥâjj Ibrâhîm, à cUja, un petit village situé à 5 kilomètres au sud de Tikrît. Les opinions sur Ḥâjj Ibrâhîm varient. Selon certains, c’était un homme honnête et respectable5 ; d’autres sont plus nuancés (Miller et Mylroie, 1990, p. 26-27). Toutefois, la plupart des sources sont d’accord pour considérer qu’il ne traita pas très bien le fils de son épouse. Ṣaddâm lui-même, bien plus tard, en 1980, manifesta son ressentiment envers son « oncle ». A la question de son biographe, « quels sentiments éprouvez-vous quand vous êtes assis dans cette maison d’argile où [Ibrâhîm] vit encore [...] alors que vous êtes le président de l’un des plus riches États arabes ? », il répondit : « Le fait est que j’en suis très fier » ; dans cette maison d’argile de Ḥâjj Ibrâhîm « des principes (d’humilité) son respectés ». Ṣaddâm était déjà à cette époque président de l’État iraquien depuis un an. Auparavant, il avait été vice-président de la République et vice-président du CCR, avec des fonds pratiquement illimités à sa disposition, depuis dix ans. Lui, ses frères, et de nombreux cousins vivaient à Baghdad dans un grand luxe, alors que son oncle maternel Khayr Allâh était gouverneur de Baghdad depuis le début des années 1970. En revanche, il avait laissé le mari de sa mère dans son petit village.

  • 6 Souvent les Âl Bû Nâṣîr sont aussi appelés de ce fait Beigât, ou Begât, ou Beikât, ou encore Beijâ (...)

7Ḥâjj Ibrâhîm est souvent considéré comme l’oncle paternel (camm) de Ṣaddâm Ḥusayn. Il aurait été aussi apparenté au père de Ṣaddâm par une mère commune, mais sa ligne agnatique est très différente de celle de Ḥusayn cAbd al-Majîd. Ḥâjj Ibrâhîm appartient à la fraction de cUmar Bek (ou Beg) al-Thâlith de la tribu de Ṣaddâm Ḥusayn, les Âl Bû Nâṣîr6. Il s’agit de la même fraction à laquelle appartient l’oncle maternel de Ṣaddâm, Khayr Allâh Ṭalfâḥ. Le père de Ṣaddâm appartenait, quant à lui, à une autre branche de la généalogie tribale (cf. schéma 3). Cela signifie que les demi-sœurs et les demi-frères utérins de Ṣaddâm relèvent d’une autre fraction (fakhdh) que lui.

  • 7 Matar, 1981,’p. 31 ; Baghdad Observer, 17 juillet 1980 ; Iskandar, 1980, p. 22-23 ; interview de Ṣ (...)

8Quand Ṣaddâm atteignit l’âge de six ans, la famille se déplaça à al-Hawâja, non loin de Kirkûk. Au début de 1947, selon la biographie officieuse de Ṣaddâm, elle revint dans une petite ville située à proximité de Tikrît, Beijî. Dans le courant de cette année, à l’âge de dix ans, sous l’influence de son cousin maternel, cAdnân Khayr Allâh, Ṣaddâm décida, contre la volonté de sa famille, de revenir à Tikrît pour suivre l’école primaire. Son oncle maternel, Khayr Allâh, fut heureux de le retrouver et applaudit à sa décision de suivre des études. Plus tard, en 1955, Ṣaddâm s’installa avec son oncle maternel à Baghdad où il s’inscrivit à l’école secondaire Karkh7. Plus tard encore, en 1963, après une période d’exil au Caire, Ṣaddâm épousa la fille de Khayr Allâh, Sâjida, sa cousine croisée matrilatérale.

Le choix des maternels : les fondements matrimoniaux de la maison de Ṣaddâm Ḥusayn

9À bien des égards ce mariage constitue la première étape de la marche vers le pouvoir et de la construction de la maison de Ṣaddâm Ḥusayn. Il nous faut, pour le comprendre, revenir aux schémas généalogiques tels qu’ils s’organisent en ce début des années 1960. La figure centrale apparaît alors être la mère de Ṣaddâm, Ṣabḥa (schéma 4).

  • 8 Iraq. Ṣaddâm Husayn’s family tree (A U.S. Government publication, Washington, D.C., août 1995), do (...)

10Selon certaines sources, après qu’elle fut devenue veuve et avant qu’elle n’épousât Ḥâjj Ibrâhîm, Ṣabḥa Ṭalfâḥ al-Musallâṭ aurait épousé Kâkâ Ḥâmâ Maḥmûd, de la police des frontières, le père de l’un des futurs gardes du corps de Ṣaddâm. Ce n’est pas cependant une figure centrale. Ṣabḥa et Ḥâjj Ibrâhîm eurent pour leur part six enfants : trois garçons (Barzân, Waṭbân, Sibcâwî) puis trois filles (Silhâm, Nawâl, Amâl ou Basma)8. Ṣaddâm ne fit guère confiance à ses demi-frères utérins, mais, à certains moments de sa carrière politique, surtout quand sa mère était encore vivante, ils apparurent sur le devant de la scène, et l’aîné, Barzân, semble avoir eu quelque idée, au début, de disputer le pouvoir à Ṣaddâm. Avant qu’il n’ait épousé Ṣabḥa, Ḥâjj Ibrâhîm avait été marié et avait eu un fils, Adham, qui travaillait dans les années 1950 comme gardien de l’école de cUja. Il eut droit à des funérailles nationales en juin 1983, mais, en dehors de ces circonstances, ne paraît pas avoir joué un rôle remarquable. Les relations en ligne paternelle étaient de fait beaucoup moins importantes que celles en ligne maternelle.

Schéma 3 : La tribu de Ṣaddâm Ḥusayn : les principales lignées agnatiques

11L’oncle maternel de Ṣaddâm, Khayr Allâh Ṭalfâḥ al-Musallâṭ, avait épousé Lilu cAbd al-Wahhâb al-Juraysî, dont il eut deux enfants : Sâjida, qui épousa Ṣaddâm en 1963, et cAdnân, qui devint par la suite ministre de la Défense (1977-1989). cAdnân épousa Ḥayafa, la fille d’Aḥmad Ḥasan al-Bakr, lorsque celui-ci était encore président et Premier ministre de l’Iraq, et président du CCR ; en dépit de la tension qui résulta de la destitution d’Aḥmad par Ṣaddâm en tant que chef de l’État (1979), il resta marié avec elle jusqu’à sa propre mort, en 1989. Khayr Allâh, entre-temps, avait divorcé de sa première épouse et s’était remarié avec Khawla cAbd al-Bâqî, dont il eut deux filles, Ilhâm et Aḥlâm. Ilhâm épousa Barzân Ibrâhîm, le demi-frère de Ṣaddâm, dont elle eut deux garçons (Muḥammad et cAlî) et quatre filles (Sâjâ, Lu’lu’, Nûra et Thu-râya). La sœur cadette d’Ilhâm, Aḥlâm, épousa Haytham, le fils aîné du président Aḥmad Ḥasan al-Bakr. Le mariage de cAdnân avec Ḥayafa et celui d’Aḥlâm avec Haytham furent utiles à la famille de Khayr Allâh : avoir deux de ses enfants mariés avec deux enfants du président la rapprochait considérablement du chef du régime.

12Comment Khayr Allâh a-t-il pu s’apparenter aussi efficacement à la famille du président ? La réponse est simple : tous deux naquirent presque en même temps, dans le même bourg, et leurs carrières allaient connaître une évolution étonnamment parallèle jusqu’en 1941. Bakr naît à Tikrît en 1914, Khayr Allâh en 1916. Tous deux y étudient à la même école primaire pour garçons et se connaissaient bien depuis l’enfance. A deux ans d’intervalle, ils fréquentent la même école normale et deviennent enseignants du primaire, puis du secondaire. Bakr demeure à Baghdad, tandis que Khayr Allâh n’y enseigne qu’un an (1935-1936) avant de regagner la région de Tikrît. Bakr fut admis à l’académie militaire en 1936, au moment où l’accès devient possible pour les candidats d’origine modeste. Il en sort en 1939, alors que Khayr Allâh y entre en 1938, et les deux hommes se rencontrent souvent, à Baghdad comme à Tikrît. Pendant la révolte de 1941, conduite par Rashîd cAlî, Bakr a le grade de premier lieutenant, Khayr Allâh de second lieutenant. C’est ici que les chemins des deux hommes divergent : Bakr poursuit sa carrière militaire, alors que Khayr Allâh est arrêté et rayé des cadres. Plus tard, en 1959, au moment où Bakr est contraint à la retraite anticipée en raison des ses sympathies bacthistes, Khayr Allâh est arrêté par Qâsim, car soupçonné de soutenir Ṣaddâm et d’autres, qui cherchent à assassiner les dirigeants du parti. En septembre 1964, Bakr et Khayr Allâh sont tous deux arrêtés par cArif et accusés d’avoir participé à une tentative de coup d’État bacthiste. Environ six mois après la prise du pouvoir par le Bacth, au début de 1969, avant même que Ṣaddâm ne soit entré au CCR et nommé vice-président de cette instance, Bakr désigne Khayr Allâh gouverneur de la province (muḥâfaza) de Baghdad, une des fonctions les plus élevées dans le système politique iraquien. Certes, Ṣaddâm est alors déjà un personnage important, mais demeure néanmoins un illustre inconnu, contrairement à Khayr Allâh, homme public. Le lien entre les familles de Khayr Allâh et de Bakr, très solide, est renforcé par une assez proche parenté : les grands-pères des deux hommes étaient frères. Alors que Bakr est issu d’une famille de propriétaires terriens modestes, Khayr Allâh appartient à une famille bourgeoise de Tikrît, relativement aisée et de bonne renommée. Les deux familles, voisines, habitaient le quartier de Beijât à Tikrît.

13En épousant la fille de Khayr Allâh, Ṣaddâm établissait ainsi une alliance avec le Premier ministre de l’époque (1963), le général Aḥmad Ḥasan al-Bakr. Cette relation fut renforcée par le mariage de la seconde fille d’Aḥmad Bakr avec le cousin parallèle patrilatéral direct de Ṣaddâm, cAlî Ḥasan al-Majîd. Depuis 1968, les Majîd voyaient leur importance croître. Mais elle n’atteignait pas encore celle des Bakr. Les gens de Khayr Allâh, les Ṭalfâḥ, étaient eux aussi plus importants que les Majîd, et Khayr Allâh et Bakr avaient un arrière-grand-père paternel commun, cUmar Bek al-Thâlîth. En ligne masculine, les Majîd et Ṣaddâm étaient beaucoup plus éloignés, ne se rejoignant qu’à cUmar Bek al-Thâni, six générations avant Ṣaddâm. Celui-ci cependant était par ailleurs le beau-fils de Khayr Allâh. C’est autour de celui-ci, son oncle maternel et beau-père, mais aussi quasi-père « adoptif », que s’organisent alors les relations qui contribuent aux premières étapes de la construction de la maison de Ṣaddâm Ḥusayn (schéma 5). Il nous faut donc revenir sur les stratégies familiales et matrimoniales de Khayr Allâh qui apparaît comme la figure centrale du réseau de parentèle à la fin des années 1960.

  • 9 Al-Tayyâr al-jadîd, 29 octobre 1984.

14Après la mort de sa seconde épouse, Khawla, Khayr Allâh épousa une femme beaucoup plus jeune, Fâṭima Ḥasan al-Majîd, une cousine parallèle patrilatérale directe de Ṣaddâm. Ils eurent quatre fils (Lu’ayy, Macan, Kahlân et Mudar) et deux filles (Ghada et Khansa’). Selon certaines sources, Fâṭima avait été promise à Ṣaddâm, mais, alors qu’il se trouvait en Égypte, réfugié politique, son oncle décida de l’épouser lui-même et offrit à Ṣaddâm en compensation sa propre fille Sâjida9. Ṣaddâm, pour sa part, dit à son biographe que, alors qu’il était encore un jeune garçon, sa mère lui dit : « Ton grand-père (Ṭalfâḥ) t’avait destiné ta cousine maternelle (bint khâlak). » Quelles qu’aient été les stratégies en jeu à cette époque, Ṣaddâm et Sâjida s’épousèrent le 5 mai 1963, dès que Ṣaddâm fut rentré en Iraq après le coup d’état bacthiste qui avait eu lieu en février de cette année.

15Les implications de cette union sont particulièrement importantes (schéma 4). Elle traduit en effet le choix qui est effectué à cette occasion de renforcer les liens matrilatéraux, même si l’on se réfère en l’occurrence à une lointaine ascendance commune agnatique, aux dépens du classique mariage entre cousins parallèles patrilatéraux. Le mariage entre une fille de Ḥasan et un fils de Ḥusayn (qui unit des enfants de frères) aurait « consolidé » d’une certaine manière le groupe agnatique de Ṣaddâm. Il l’aurait aussi isolé. C’est seulement à une étape ultérieure de sa carrière, quand il fut assez puissant, que Ṣaddâm lui-même put jouer de telles relations agnatiques, en y soumettant ou en en excluant les relations matrilatérales. Jeune homme encore, il fut sans doute heureux que sa parentèle maternelle le traite comme l’un des siens. Au lieu d’invoquer des ancêtres masculins proches (comme cUmâr III), et de souligner ainsi la division entre eux-mêmes et Ṣaddâm, les gestionnaires de ce réseau de parentèle, Ṭalfâḥ, puis Khayr Allâh, invoquèrent de vagues solidarités agnatiques de descendance remontant à cUmar I (cf. schéma 1). De la parentèle paternelle de Ṣaddâm, nous entendons peu parler à cette époque.

  • 10 Cf. note 4.

16Il faut attendre 1995 pour voir évoquer dans la presse iraquienne le père de Ṣaddâm, Ḥusayn cAbd al-Majîd. Celui-ci est alors présenté comme « un paysan travaillant dur qui travaillait la terre de Dieu, connu comme un homme vertueux et de bonnes manières... un brave chevalier, un ami loyal et un mari dévoué »... En cas de conflit avec une autre tribu, il se battait bien « et sans tourner le dos à l’ennemi. Nous avons constaté que Ḥusayn al-Majîd se battait comme un loup et était plus courageux qu’un lion ». C’était aussi un bon musulman, car avant de mourir il récita la shahâda. Cette description, quoique avantageuse, souligne clairement que le père de Ṣaddâm n’avait rien de remarquable10.

  • 11 cIṣam Sharîf al-Tikrîtî, al-cIrâq, 22 décembre 1933, Babil ; 5 décembre 1993.
  • 12 cAbd al-Fattâḥ al-Yâsîn et Shâkir cAlî al-Tikrîtî, al-Thawra, 30 décembre 1993.

17Par contraste, les ancêtres maternels de Ṣaddâm reçoivent les louanges les plus appuyées pour leur rôle dans les luttes nationale et protonationale arabes. Ainsi, par exemple, quand est évoquée une bataille entre sa tribu et les Ottomans, la mort de Musallâṭ, le grand-père de Khayr Allâh, et de ses deux fils, Mawlân et Muḥammad, les oncles maternels de Ṣaddâm, est présentée comme celle de martyrs. Les Ottomans perdirent dix-sept hommes dont un capitaine, commandant de leur troupe. Ce n’était pas la première fois que les ancêtres maternels de Ṣaddâm prouvaient leur héroïsme. Cent cinquante ans auparavant, ils avaient organisé une campagne contre les Perses, sous Nadir Shah, et les avaient chassés de Tikrît. Dernier de cette longue lignée de braves est l’oncle maternel de Ṣaddâm, Khayr Allâh, dont nous venons de retracer la carrière. Selon certains, en 1928 (alors qu’il était à Tikrît et n’avait que douze ans), Khayr Allâh fut parmi les fondateurs de janciyyat al-jawwâl, une société secrète panarabe dont il continua à être membre jusqu’à ce qu’il devienne officier. Sa participation à la révolte nationaliste antibritannique de Rashîd cAlî lui valut d’être emprisonné de 1941 à 194611. De retour à Tikrît, Khayr Allâh joua un rôle actif dans le parti nationaliste (panarabe) Istiqlal lors des élections de 194812. Khayr Allâh mourut le 30 novembre ou le 1er décembre 1993, à l’âge de soixante-dix-sept ans, et fut enterré à cUja. Il laissait derrière lui plusieurs ouvrages et pamphlets politiques, qui ont pu influencer Ṣaddâm.

  • 13 Interviews de Ṣaddâm Ḥusayn par Dayan Sawyer, INA in Arabie, 30 juin 1990, dans FBIS-NES-DR, 2 jui (...)

18En se mariant dans la famille de son oncle maternel, Ṣaddâm s’était marié en quelque sorte « au-dessus » de sa condition, mais, sans qu’il y ait eu « adoption » ou « tutorat », il ne faut pas oublier qu’il était pratiquement le « fils » de Khayr Allâh. Dans une interview en date de 1990, Ṣaddâm rapporte fièrement « Je portais des chaussures depuis ma tendre enfance parce que j’étais né à Tikrît (et non à cUja). Mon père mourut avant ma naissance. Ma mère vivait dans la maison de mon grand-père. Mon oncle (Khayr Allâh) était un officier de l’armée. Son statut social était de ce fait plus élevé que celui des autres (c’est-à-dire du côté paternel de ma famille) et je portais de bons vêtements. » Khayr Allâh était, selon Ṣaddâm, « éclairé », c’est-à-dire bien éduqué, en contraste aussi avec l’autre côté de la famille13.

  • 14 Al-Qâdisiyya, 16 janvier 1992.

19Le mariage du demi-frère utérin de Ṣaddâm, Barzân, avec la demi-sœur agnatique de Sâjida, Ilhâm Khayr Allâh, renforça le lien de Ṣaddâm Ḥusayn avec sa ligne maternelle : tant avec les Ṭalfâḥ qu’avec les Ibrâhîm, demi-frères utérins. Il plaça aussi Ṣaddâm au centre d’un réseau complexe de relations affinales. En dehors de la mère de Ṣaddâm, Khayr Allâh Ṭalfâḥ avait deux autres sœurs. Badriyya épousa Aḥmad al-cAbd. Leur fils, Dahhâm Aḥmad al-cAbd, devint par la suite officier dans l’un des organismes de sécurité intérieure de Ṣaddâm. La troisième sœur, Hillî ou Layla, épousa Salfîj al-cAzzâwî, issu de la tribu cAzza, établie à quelque 60 kilomètres au nord de Baghdad, entre la rive orientale du Tigre et la frontière iranienne. Fâḍil Salfîj fit carrière dans divers organismes de sécurité et occupa par la suite (janvier 1992) la position élevée de gouverneur de la province de Ṣalâḥ al-Dîn (où est situé Tikrît)14. Il atteignit la position importante de secrétaire du shucba de Dijla, une des 42 sections du Bacth, à Baghdad. En 1994 ou 1995, il fut promu chef des Renseignements généraux (al-mukhâbarât al-câmma), mais, au printemps 1996, il fut relevé de son commandement, accusé de corruption. A cette époque tardive, lorsqu’il devenait nécessaire de sacrifier un membre de la famille pour atténuer les vifs ressentiments que suscitaient leurs pratiques corrompues, Ṣaddâm s’en prit ainsi à un maternel.

  • 15 Voir l’histoire de cAbd Rashîd al-Najam (oncle paternel d’Arshad Yâsîn) âgé de quatre-vingt quinze (...)

20Ṣaddâm a trois demi-sœurs utérines (germaines de Barzân, Waṭbân et Sib-câwî). Silhâm et Amâl épousèrent des hommes qui n’occupèrent pas de positions marquantes. Nawâl, pour sa part, épousa Arshad Yâsîn Rashid. Arshad était né au début des années 1940, à Tikrît. Il est l’arrière-petit-fils de Najam, fils de cUmar Bek al-Thâlith ; comme les Ibrâhîm (demi-frères de Ṣaddâm), les Bakr (la famille d’Aḥmad Bakr), les Musallâṭ (la famille de Khayr Allâh Ṭalfâḥ) et d’autres, il appartient à la prestigieuse fakhdh cUmar Bek al-Thâlîth des Âl Bû Nâṣîr. En ce cas, la relation familiale avec Ṣaddâm n’est pas seulement théorique : deux des oncles paternels de Arshad connaissaient bien le père de Ṣaddâm, et combattirent même à ses côtés dans les escarmouches tribales15. A la fin des années 1980, Arshad était, par alternance, selon ses fortunes politiques de l’heure, président du prestigieux club de football al-Zawrâ’, un honneur réservé aux préférés des compagnons ou des membres de la famille du président. En 1991, Arshad fut désigné murâfiq aqdam, « plus proche compagnon », du président et promu général de brigade de l’aviation.

  • 16 Al-Qâdisiyya, 16 janvier 1992 ; Baghdad Radio Network in Arabic, 28 septembre 1993 in FBIS-NES-DR, (...)

21Que sa sœur (en fait, demi-sœur utérine) soit mariée à Arshad renforçait la base tribale Âl Bû Nâṣîr de Ṣaddâm tout en lui procurant des bénéfices certains au sein du parti. Le frère d’Arshad, Kâmil Yâsîn Rashîd, est un ancien membre du Bacth. Quand le parti arriva au pouvoir en 1968, il devint membre du commandement de sa branche militaire, une position particulièrement forte car cette instance contrôlait les forces armées. Avec lui se trouvait Ṭâhâ Yâsîn Ramaḍân. Tous deux étaient les hommes de Ṣaddâm Ḥusayn dans la branche de l’organisation dirigée par le président Bakr. En 1978, il était membre du Bureau de l’organisation de l’Euphrate, un niveau au-dessous du commandement régional. En 1982, Ṣaddâm étant président, il devint membre associé du commandement régional et en 1986 membre à part entière. En 1992, il fut nommé secrétaire général délégué du bureau militaire du parti (al-maktab al-caskarî), Ṣaddâm en étant le secrétaire général16.

22Du côté de son père, Ṣaddâm avait une famille plus nombreuse, et certains de ses membres, dans les années 1990, acquirent des positions plus importantes que ses parents maternels, mais pas auparavant. Ils commencèrent à gagner en influence à partir des années 1980 après que Ṣaddâm fut devenu président, mais restèrent néanmoins, longtemps encore, dans une relative obscurité. Ṣaddâm avait trois oncles paternels : Nafûs, Sulaymân et Ḥasan. Nafûs eut quatre fils (Thâmir, Jâsim, Aḥmad et Thâbit) dont aucun n’atteignit la notoriété. Sulaymân eut dix fils. Ils restèrent aussi relativement anonymes. L’un des petits-fils de Sulaymân eut néanmoins une certaine célébrité : Rakân (ou Rukan) cAbd al-Ghafûr Sulaymân Razûqî. Dès le début des années 1980, il est mentionné comme un « compagnon » (murâfiq) de Ṣaddâm, et en 1990-1991 occasionnellement comme « plus proche compagnon » (murâfiq aqdam). À la fin de 1994, il fut élevé au grade de colonel. Au moins l’un des frères de Rakân Razûqî est officier supérieur dans la garde républicaine spéciale, en charge de la sécurité dans la capitale. Nous reviendrons sur les fils de Ḥasan au paragraphe suivant, en examinant les liens de symétrie entre eux et ceux de Ḥusayn.

23Relevons à ce stade de l’analyse un point important : la « gestion » effective du système de parenté et de mariage s’inscrit dans le temps. Les personnes jeunes doivent normalement se plier aux volontés de leurs aînés, mais l’acquisition du pouvoir politique peut permettre à un individu d’exercer une autorité sur des parents plus âgés. Ṣaddâm parvint au pouvoir en partie grâce à ses relations de parenté maternelles, mais, quand il renversa Aḥmad Ḥasan Bakr en 1979 (dont on a pu soupçonner qu’il l’empoisonna en 1982), il se trouva à même d’intervenir dans les relations de ses proches. Dès lors, les liens noués avec la famille d’Aḥmad Bakr devinrent un handicap. Une cascade de réaménagements s’ensuivit. cAdnân Khayr Allâh resta marié à Ḥayafa, fille de l’ex-président, mais Aḥlâm Khayr Allâh divorça de Haytham (fils de l’ex-président), à cette époque semble-t-il, et elle épousa, apparemment contre la volonté de Haytham, Waṭbân, le demi-frère de Ṣaddâm. cAlî Ḥasan cAbd al-Majîd divorça de la plus jeune fille d’Aḥmad Ḥasan al-Bakr, Shayma. Ṣaddâm Ḥusayn lui-même s’installa ainsi au centre d’un complexe et contradictoire réseau de relations affinales (schémas 6 et 7) dont la construction s’étala sur presque une décennie et se termina, en un sens, avec la mort de cAdnân Khayr Allâh en 1989, peut-être à l’instigation de Ṣaddâm.

24cAdnân Khayr Allâh et Ṣaddâm Ḥusayn, qui se connaissaient depuis l’école primaire, étaient liés par l’intermédiaire de Sâjida, sœur de l’un et épouse de l’autre. L’autre lien généalogiquement notable passe par Ṣabḥa, la mère de Ṣaddâm, qui était clairement dans une forte position pour influencer les décisions de Ṣaddâm, contrairement à son épouse. Celle-ci entreprit cependant de jouer les intermédiaires entre Ṣaddâm et cAdnân, ce dernier étant lui-même impliqué dans les relations avec la famille d’Aḥmad Bakr, avec les descendants de Khayr Allâh (dont il était maintenant le vrai chef de famille) et avec les Ibrâhîm. Le déplacement des liens matrimoniaux de la parentèle d’Aḥmad Bakr vers les Ibrâhîm représente un pas en avant politiquement (les descendants d’Aḥmad Ḥasan Bakr sont marginalisés), mais elle place Ṣaddâm, en tant que chef de famille désormais, au cœur de choix qui ne peuvent être évités. Il doit choisir entre la parentèle de son grand-père paternel et celle de sa propre mère, entre la ligne paternelle et la ligne maternelle.

25Ainsi que nous l’avons déjà observé, les paternels de Ṣaddâm ne jouissaient pas d’un statut social comparable à celui de ses maternels. Jusqu’à son avènement à la présidence, Ṣaddâm ne tirait prestige que de ses affiliations maternelles, ainsi que le montrent ses interviews et ses biographies semi-officielles. Ses demi-frères furent bien plus mis à contribution pour l’assister que ses cousins paternels. Ainsi, par exemple, cAdnân était-il ministre de la Défense et membre du CCR depuis 1977. Trois ans plus tard, Barzân était, pour sa part, à la tête de l’Intelligence générale, le plus important des organes de sécurité. Son frère Sibcâwî était directeur délégué de la Sécurité générale, autre service d’importance. Leur autre frère, Waṭbân, était un directeur général au Bureau du vice-président du CCR et secrétaire du Comité pour les affaires du Nord (c’est-à-dire kurdes). Cet état de choses commença à se modifier à la fin des années 1970. Au début des années 1980, Ṣaddâm avait acquis un prestige et un pouvoir suffisants, et se sentait assez sûr de lui, pour s’appuyer plus sur ses paternels. De fait, en 1983-1984, ainsi que le confirme la stratégie matrimoniale de Ṣaddâm, les demi-frères de celui-ci se trouvèrent sans poste, tandis que certains de ses cousins paternels étaient en voie d’ascension. Les préséances politique et parentale allaient de pair.

Le choix des paternels : les mariages des enfants de Ṣaddâm Ḥusayn

26La branche de loin la plus influente de la parentèle agnatique de Ṣaddâm dans l’histoire récente du parti et du gouvernement est celle des descendants de Ḥasan [cAbd] al-Majîd, le troisième oncle paternel de Ṣaddâm. Avant que Ṣaddâm ne devienne président (1979), aucun d’entre eux n’exerçait de hautes fonctions. Le plus éminent sera cAlî Ḥasan al-Majîd dont la carrière illustre l’irrésistible ascension des Majîd, éclipsant la renommée des Ibrâhîm et des Ṭalfâḥ.

  • 17 Department of State, Iraq. Ṣaddâm Ḥusayn’s Family Tree, ibid.

27Né près de Tikrît en 1941, il rejoignit le parti quand l’Iraq était sous la férule du général Qâsim (1958-1963) et il fut emprisonné sous le régime de cArif (1963-1968). Lorsque le Bacth arriva au pouvoir (1968), il devint membre dirigeant d’une shucba, une position moyenne. En 1976-1977, quand cAdnân Khayr Allâh, le cousin matrilatéral de Ṣaddâm, était déjà ministre de la Défense, général de brigade, membre du commandement régional du parti et du CCR, cAlî n’était que directeur général du commandement régional du parti, une position administrative qui le mêlait à des personnages importants, mais bien moins prestigieuse que celle de membre du commandement régional. On peut supposer que le mariage de cAlî Ḥasan avec la fille du président Bakr, Shayma17, l’aida à gravir les échelons dans l’appareil du parti. On ne sait exactement quand il en divorça, mais on peut penser que cela se produisit après que Ṣaddâm eut renversé le président Bakr (1979). Il se remaria, mais nous n’avons pas d’informations sur sa nouvelle épouse.

28En 1982, quand Ṣaddâm parvint à contrôler totalement le parti et le pays, il fit cAlî Ḥasan membre suppléant du commandement régional. C’était un grand pas en avant. Deux ans après, cAlî Ḥasan devint directeur de la Sécurité générale (al-amn al-câmm) et, en 1986, il devint membre à part entière du commandement régional (Baram, 1989, p. 484). En 1987-1988, il se vit attribuer les pleins pouvoirs pour liquider l’opposition kurde au nord ; à cette occasion, il autorisa l’emploi d’armes chimiques et reçut le surnom de « cAlî le chimiste ». En 1991, il était déjà membre de la plus haute instance de l’État, le CCR. En 1990-1991, il fut nommé gouverneur du Kuwayt. En avril 1991, après la guerre du Golfe, il fut promu au ministère de l’Intérieur. Quoiqu’il n’ait atteint que le grade de sergent durant son service dans la police militaire, il fut reçu à l’académie militaire, et, fin novembre 1991, lors d’une cérémonie largement rendue publique, il obtint sa maîtrise en études militaires et le grade d’officier d’état-major. Quelques jours avant de se voir décerner son diplôme, il fut nommé ministre de la Défense. Quelques mois plus tard, il arborait l’insigne de général de corps d’armée (farîq awwal).

  • 18 Ṣaddâm, in al-Thawra, 23 avril 1988.
  • 19 Gharad naquit en 1968 à al-Kharkh (Baghdad). Voir le certificat d’état civil de Ṣaddâm Ḥusayn (Fua (...)

29Le frère de cAlî Ḥasan, Kâmil Ḥasan al-Majîd, n’alla pas si loin, mais deux de ses fils, Ḥusayn Kâmil et Ṣaddâm Kâmil, furent particulièrement distingués. Ḥusayn Kâmil naquit en 1958. Quand il eut dix-huit ans, il rejoignit l’académie militaire et fut nommé sous-lieutenant en 1979. Il fut alors affecté dans le corps de la garde du palais (al-himâya). Au début des années 1980, Ṣaddâm commença à prêter attention à lui. Selon Ṣaddâm lui-même, Ḥusayn Kâmil fut chargé d’organiser la garde républicaine pour défendre les périphéries de Baghdad lors de la guerre contre l’Iran au milieu de 1982, en sélectionnant des officiers dans l’ensemble de l’armée et en commençant à transformer cette garde en un groupe d’armée (faylaq)18. Le fait est sans doute bien exagéré, car en 1982 Ḥusayn Kâmil était encore un jeune officier sans expérience. Le véritable responsable de cette réorganisation de la Garde est Ḥusayn Rashîd, un officier kurde originaire de Tikrît. Ḥusayn Kâmil, cependant, l’assista sans doute. En 1983, Ṣaddâm donna en mariage à Ḥusayn Kâmil sa propre fille, Gharad19 (cf. schéma 8).

30Ce fut le début d’un feud familial qui poursuit Ṣaddâm jusqu’à aujourd’hui. La décision de nouer une alliance matrimoniale avec des agnats proches excluait les trois demi-frères utérins. Selon certaines sources, Gharad avait été promise au fils de Barzân, Muḥammad (selon un autre interview, au fils de Waṭbân, Aḥmad), et la rupture de cette promesse entraîna une crise familiale. Barzân protesta véhémentement et se vit retirer (ou abandonna) ses fonctions de chef en second des Renseignements généraux ; Sibcâwî, par solidarité avec son frère aîné, se démit de ses fonctions de responsable en chef de la Sécurité générale ; Waṭbân fut exclu ou démissionna de ses fonctions de directeur général du Bureau du président du CRR et de secrétaire du Comité pour les affaires du Nord, qu’il détenait depuis 1980. Selon une autre source, Ṣaddâm n’avait rien promis à ses demi-frères. La crise aurait éclaté quand Barzân approcha Ṣaddâm en 1983, en lui demandant de marier Gharad au fils de Adham Ibrâhîm Ḥasan, Namîr (ou Numayr). Quoi qu’il en soit, le but visé était le même : resserrer les liens entre les Ibrâhîm et le Président. Selon la seconde version, la rupture serait intervenue quand les Ibrâhîm auraient compris que Ṣaddâm cherchait à s’éloigner d’eux. La demande de Barzân fournit au Président l’occasion qu’il attendait : un jour après cette conversation avec son demi-frère, Ṣaddâm annonça que Gharad épouserait Ḥusayn Kâmil qui représentait une branche rivale de la famille, les Majîd. Après la destitution de Barzân, les trois frères sombrèrent dans l’anonymat durant quelques années, pour réapparaître en 1988-1889 (lorsque Barzân fut envoyé à Genève comme représentant de l’Iraq auprès de la commission des Nations Unies pour les droits de l’homme).

  • 20 Les premiers lui étaient apparentés à travers son père et sa mère ; les Ibrâhîm et le père de Sâji (...)

31Selon cAbbâs al-Jannâbî, secrétaire personnel du fils aîné de Ṣaddâm, cUdayy, jusqu’en 1997, Sâjida appuya la décision de son mari de faire épouser Gharad par Ḥusayn Kâmil, alors même que ses propres relations avec les Ibrâhîm étaient beaucoup plus proches que celles avec les Kâmil20. Cette attitude pourrait s’expliquer par la rivalité qui existait entre elle-même et sa sœur Ilhâm, l’épouse de Barzân. Cette opinion n’est pas partagée par tous cependant : selon une autre source proche de l’élite dominante, Sâjida considéra la décision de Ṣaddâm de marier sa fille à Ḥusayn Kâmil comme « la plus grande erreur » de son mari. Quoi qu’il en soit, l’accent se déplace à ce moment de Ṣabḥa, la mère, à Sâjida l’épouse, autour desquelles s’organisent différentes lectures de la généalogie agnatique.

32Trois considérations peuvent expliquer la décision de Ṣaddâm. Le mariage de sa fille avec un cousin parallèle patrilatéral lui assure tout d’abord que les enfants à venir appartiendront à la ligne paternelle. Si Gharad avait épousé un fils de Barzân, de Waṭbân ou d’Adham, les enfants auraient appartenu à la lignée de leur père, en l’occurrence les Ibrâhîm Ḥasan, c’est-à-dire à la fakhdh de cUmar Bek al-Thâlith, différente de celle de Ṣaddâm. Deuxièmement, surtout, la mère de Barzân et de Ṣaddâm, Ṣabḥa, était décédée à la fin de 1982. Aussi longtemps qu’elle était vivante, elle gardait unie la famille, et il semble que Ṣaddâm ne souhaitait pas entrer en conflit avec elle : elle avait une forte personnalité et Ṣaddâm la respectait. Un troisième point concerne les sentiments personnels de Ṣaddâm à l’égard de Ḥusayn Kâmil. Ṣaddâm avait été fortement impressionné par le jeune lieutenant qui était aussi son cousin germain. Kâmil était efficace, de bonne prestance, bien habillé et « moderne », si on le comparait avec les représentants de la génération antérieure, et sa loyauté était en outre au-dessus de tout soupçon. Aux yeux de Ṣaddâm, il représentait le « nouvel homme iraquien ».

  • 21 Al-Thawra, 19 avril 1993, 12 juillet 1993.

33Au milieu des années 1980, Ḥusayn Kâmil s’engagea dans la construction de l’Organisation spéciale de sécurité (jihâz al-amn al-khâṣṣ, OSS), l’organisme de sécurité le plus important et le plus craint en Iraq, qui est responsable de la sécurité personnelle du Président aussi bien que des missiles non conventionnels. Du point de vue de Ṣaddâm, la constitution d’un tel organisme, contrôlé en partie par son beau-fils (le plus jeune fils de Ṣaddâm, Quṣayy, a occupé, depuis la fin des années 1980, un rang élevé dans la police secrète), apparaissait comme une mesure supplémentaire de sécurité : un Ḥusayn Kâmil reconnaissant, père de ses petits-enfants, pouvait être considéré comme particulièrement loyal. En 1986, Ḥusayn fut placé à la tête de la fourmillante Organisation industrielle militaire (OIM), et ces dernières années Ṣaddâm le surnomma « ibn Shabcâdh », Shabcâdh étant une reine sumérienne connue pour ses inventions techniques. En avril 1988, quand la garde républicaine libéra Faw des Iraniens, Ḥusayn Kâmil en était le « superviseur » (mushrif)21. Au début de 1989, moins d’une décennie après qu’il fut sorti gradé de l’académie militaire, il était général de brigade et encore en train de monter dans la hiérarchie : peu après, il devint ministre de l’Industrie et des Industries militaires et, en avril 1991, il accéda au suprême honneur en devenant ministre de la Défense, et en étant promu général de division. En janvier 1991, le Comité pour les affaires de reconstruction (une colossale opération logistique) fut créé pour réparer les dégâts de la guerre du Golfe et, dès le départ, il fut dirigé par Ḥusayn Kâmil.

  • 22 Par exemple : al-Thawra, 20 septembre 1993.

34Le frère cadet de Ḥusayn Kâmil, Ṣaddâm Kâmil, vient d’un autre milieu professionnel : c’était un acteur, travaillant au sein de l’établissement national de cinéma et de télévision. Son film le plus important s’intitule Les Longues Journées (al-ayyâm al-ṭawîla), inspiré d’un livre écrit par cAbd al-Amîr Mucalla, décrivant les luttes clandestines de Ṣaddâm Ḥusayn. Ṣaddâm Kâmil tenait le rôle de Ṣaddâm Ḥusayn. Il joua parfaitement ce rôle, aidé par sa forte ressemblance avec Ṣaddâm Ḥusayn jeune, et le Président lui fit une offre qu’il pouvait difficilement refuser : rejoindre l’OSS sous les ordres de son frère aîné Ḥusayn Kâmil. En 1987 il était nommé capitaine, mais en 1991 il était déjà lieutenant-colonel (muqaddam) et « compagnon » (murâfiq) du Président, largement reconnu comme l’un des responsables de la sécurité présidentielle. Il fut même envoyé en tant que représentant personnel du Président pour apporter ses condoléances aux familles de shaykh importants lors de funérailles, ultime expression d’une reconnaissance publique22.

35Ṣaddâm donna en mariage sa seconde fille, Ranâ, à Ṣaddâm Kâmil en 1986 ou 1987 (ils eurent trois enfants : Aḥmad, Sacd et Nabic). L’affection de Ṣaddâm Ḥusayn pour l’acteur devenu garde du corps était proverbiale en Iraq. Il était bien connu qu’il pouvait demander au Président ce que personne d’autre n’aurait osé demander. Confier sa sécurité personnelle à un cousin qui était en même temps un beau-fils semblait mettre Ṣaddâm à l’abri de tous les problèmes. La pratique traditionnelle consistant à marier une fille à un cousin parallèle patrilatéral, conservant ainsi les enfants dans les khams et fakhdh du Président, était ainsi validée comme elle l’avait été dans le cas de Ḥusayn Kâmil. Il est possible que, pour éviter un autre clivage familial, cette fois entre les familles étendues de ses cousins parallèles patrilatéraux, Ṣaddâm ait décidé de marier sa seconde fille dans la même famille que la première, ne créant pas ainsi de nouveaux facteurs de division.

36Deux des filles de Ṣaddâm étaient ainsi mariées à de jeunes parents agnatiques, constituant un groupe d’agnats proches sous le contrôle de Ṣaddâm, non seulement en tant que président mais aussi en tant que chef de famille. Il organisa différemment le mariage de ses fils.

  • 23 Il faut ajouter que la norme établissant un interdit de l’hypogamie féminine amène à rechercher po (...)

37Le mariage proche – sous sa forme normative, le mariage entre cousins parallèles patrilatéraux – illustre, dans la plus grande partie du Moyen-Orient, soit la force, soit la faiblesse, rarement une situation intermédiaire, des parties concernés. Dans le cas qui vient d’être évoqué, les beaux-fils deviennent des héritiers virtuels, quoique subordonnés, du chef de famille. Les fils, de leur côté, déjà liés et subordonnés par l’âge au chef de famille, sont susceptibles de nouer des alliances qui restent sous le contrôle de celui-ci. On pourrait s’attendre en conséquence à ce que les filles se marient au plus proche et les fils de manière plus lointaine23 ; le shaykh d’un village ayant un solide réseau de parentèle procéderait ainsi. Mais, dans le cas de Ṣaddâm, le fils aîné fut laissé à l’écart. Contrairement aux pratiques habituelles, le fils cadet fut marié d’abord.

38En 1986 ou 1987, dans la phase la plus meurtrière de la guerre entre l’Iran et l’Iraq, Ṣaddâm maria son second fils, Quṣayy, à Lamâ, la fille du général de division Mâhir cAbd Rashîd, qui était de la même tribu. Sa famille s’était détachée de celle de Ṣaddâm à la génération de cUmar Bek al-Thânî, six générations avant. Le plus jeune frère de Mâhir, Tâhir, était en 1986 commandant d’une division, et un autre frère, Hâtim, était un responsable gouvernemental de rang élevé. Quelque temps avant le mariage de Quṣayy et de Lamâ, un lien analogue avait été établi entre Mâhir et le Président. Une fille de la sœur de Ṣaddâm (Amâl ou Basma) et de Ghâlib Maḥmûd épousa le frère cadet de Mâhir, Barzân cAbd Rashîd. Mâhir lui-même apparaissait comme le plus distingué des officiers de cette époque, commandant de la 3e armée. Cependant, en février-mars 1986, il dirigea une offensive malheureuse qui devait libérer Faw. Sa réputation fut alors soumise à rude épreuve, mais il conserva néanmoins un certain prestige. En fait, après un mois de désastreuses contre-offensives qui coûtèrent à l’Iraq près de 50 000 hommes, Ṣaddâm donna l’ordre d’arrêter la campagne. Celle-ci mit à mal la réputation de Mâhir. La tension entre lui et Ṣaddâm subsiste jusqu’à nos jours. Mais le mariage entre Quṣayy et Lamâ a perduré (Bazzâz, 1996, p. 41).

  • 24 La seconde est le chrétien Ṭarîq cAzîz.
  • 25 On consultera, par exemple, le livre écrit d’après les données rapportées par un homme qui servit (...)

39Marier °Uddayy, le frère aîné de Quṣayy, posait problème. En 1988 on apprit, quoique cela ne fût jamais annoncé officiellement, qu’il avait épousé Hawâzin cIzzat Ibrahim al-Dûrî (du moins le douaire fut-il en partie versé, mais le mariage lui-même ne fut jamais consommé). cIzzat était une figure importante en Iraq ; il avait rejoint le parti vers 1959 et devint membre du RL en décembre 1968 et du CCR en novembre 1969. Après la guerre la Golfe, il fut nommé commandant en chef délégué des forces armées. N’ayant aucune formation militaire, il fut promu du jour au lendemain général de corps d’armée. Il appartient à la cashîra Âl Bû Sulaymân de la qabîla harb, une importante confédération tribale. Sans nul doute, il est l’une des deux personnes les plus loyales à Ṣaddâm au sommet de la hiérarchie bacthiste24, et c’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles il fut choisi comme beau-père pour cUddayy. Ṣaddâm Ḥusayn pouvait compter sur sa discrétion. A cette époque, cUddayy était réputé, en effet, pour sa vie dissolue et ses tendances à une extrême violence étaient bien connues à Baghdad25.

40Il semble que le Président le maria pour lui imposer quelque discipline, ce qui ne suscita aucune tension au sein du khams de Ṣaddâm.

41Peu après, cependant, alors que l’Iraq accueillait un hôte important, l’épouse du président égyptien Ḥusnî Mubârak, cUddayy fut impliqué dans le meurtre de Kâmil Hannâ Jôjô, qui fit grand bruit en Iraq. cUddayy divorça alors de Hawâzin cIzzat Ibrâhîm. Au divorce pas plus qu’au mariage ne fut donnée une grande publicité. Au milieu de 1993, on annonça soudainement, et en donnant un grand retentissement à l’affaire, que cUddayy avait épousé Sâja Barzân Ibrâhîm, sa cousine germaine croisée, matrilatérale et patrilatérale : son père est le demi-frère de Ṣaddâm et sa mère la demi-sœur de Sâjida. Selon une personne qui travaillait avec cUddayy à cette époque, ce mariage, comme le précédent, ne fut pas effectif. Après une courte période, le couple se sépara officiellement. La fille de Barzân fut laissée dans une situation légale imprécise et ne put se remarier parce que cUdday n’avait pas officiellement divorcé d’elle. cUddayy, en revanche, pouvait se remarier si lui, ou son père, le souhaitait. Sans aucune publicité, en 1997, il fut fiancé à la fille du cousin parallèle patrilatéral de son père, cAlî Ḥasan al-Majîd, apparemment Zaynab, la fille de cAlî Ḥasan et de sa première épouse, Shayma Aḥmad Ḥasan al-Bakr. Le mariage ne devait être officiellement entériné que lorsque cUddayy se serait remis des blessures reçues en décembre 1996 lors d’un attentat contre lui. Tout comme dans le cas de cIzzat Ibrâhîm, cependant, la loyauté à Ṣaddâm de cAlî Ḥasan était totale, et si quelque chose tournait mal, le Président pouvait compter sur lui pour préserver son honneur et rester muet. Toutefois, après son rétablissement, aucun mariage ne fut annoncé. Peut-être Ṣaddâm souhaitait-il éviter de répéter l’erreur commise avec Mâhir cAbd Rashîd.

42Au début des années 1990, Ṣaddâm maria sa plus jeune fille, Ḥalâ, à Jamâl Muṣṭafâ cAbd Allâh Sultan, un jeune officier de la garde républicaine spéciale (GRS), un arrière-petit-fils de cAbd al-Ghafûr Bek, l’arrière-grand-père de Ṣaddâm. Ce n’est pas un Majîd, mais en tant que Ghafûr il appartient au même khams que Ṣaddâm Ḥusayn. Ce mariage a le double intérêt de lier le Président aux sultans dans leur ensemble et à un officier prometteur de la GRS. Le frère de Jamâl, Kamâl, était à cette époque un officier de rang très élevé dans la GRS, peut-être même son commandant en chef. On peut se demander quel mariage aurait été arrangé pour Ḥalâ si un autre fils de Kâmil avait été disponible. En fait, le pouvoir de Ṣaddâm était tel que sa fille ne fut pas vraiment « donnée à l’extérieur » ; c’est plutôt Jamâl qui fut intégré dans la famille de Ṣaddâm, presque comme Ṣaddâm avait été intégré dans la famille de Khayr Allâh, si ce n’est que dans ce cas on peut recouvrir affection ou domination sous le manteau d’une descendance partagée.

Frères et oncles : l’affirmation de la ligne paternelle

43Une crise majeure, au moment de la guerre du Golfe, traduisit les rivalités entre les différentes lignées masculines organisées autour de Ṣaddâm Ḥusayn, provoquée pour une part par le sort de Sâjida, sa première épouse, après qu’il eut pris une seconde épouse : Samîra Shâhbandâr. Ce fut la source de fortes tensions entre Ṣaddâm, d’un côté, et son épouse et le frère de celle-ci, cAdnân Khayr Allâh, de l’autre. Le fils aîné de Ṣaddâm soutenait aussi sa mère. Cela fait partie, dans une certaine mesure, du contexte du meurtre, en 1988, de Kâmil Jôjô, que cUddayy accusait d’avoir favorisé le mariage de Ṣaddâm et Samîra. cUddayy fut relaxé, et plus tard pardonné, sur l’intervention de sa mère et de cAdnân, son oncle maternel. Un peu plus tard, cependant, en mai 1989, cAdnân mourut dans un mystérieux accident d’hélicoptère.

44En tant que chef de famille gérant un réseau de parentèle dont l’expression généalogique privilégie en apparence les relations masculines, Ṣaddâm Ḥusayn était confronté à de difficiles décisions quant aux choix à faire des lignées de la famille élargie auxquelles accorder la prééminence. Ses efforts pour préserver les ambiguïtés furent ruinés par son fils cUddayy qui contribua à attiser la tension entre les lignées, entre celles qui se situent du côté matrilatéral et celles qui revendiquent la descendance agnatique de cAbd al-Majîd.

  • 26 Al-Jumhûriyya, 22 novembre 1988.

45Au moment du meurtre de Kâmil Jôjô par cUddayy, Ṣaddâm disait haut et fort que justice devait être faite. « Tout bon Iraquien, disait-il, est une partie de la grande famille de Ṣaddâm Ḥusayn, et chaque tort qui le frappe frappe aussi Ṣaddâm Ḥusayn26. » Toutefois, certaines relations familiales sont plus fortes que d’autres. Le père de la victime demanda bientôt que les charges contre cUdday soient abandonnées, et cUddayy se retrouva à Genève comme hôte du demi-frère utérin de son père, Barzân. Trois mois plus tard, il revint en Iraq et fut réintégré dans ses précédentes responsabilités de ministre de facto de la Jeunesse et de la Communication. Peu après son retour, cUddayy divorça de Hawâzin cIzzat Ibrâhîm. il épousa plus tard Sajâ, la fille de Barzân, sa cousine parallèle patrilatérale et matrilatérale, entretenant ainsi les relations avec les lignées rattachées par des liens matrilatéraux extérieurs aux Majîd.

46Ṣaddâm décida alors de replacer deux de ses demi-frères utérins à des postes gouvernementaux importants. Barzân lui-même fut laissé à distance à Genève et ne fut autorisé qu’occasionnellement à effectuer de courtes visites en Iraq. Mais ses deux frères cadets retrouvèrent une place éminente. Waṭbân devint conseiller du Bureau présidentiel en 1988. En 1991, il était fait sous-secrétaire au ministère de l’Intérieur et gouverneur de Salah al-Dîn. Quand Ḥusayn Kâmil fut remplacé dans ses fonctions de ministre de la Défense par son oncle paternel, le cousin parallèle patrilatéral de Ṣaddâm, cAlî Ḥasan al-Majîd, Waṭbân fut nommé ministre de l’Intérieur. Sibcâwî, pour sa part, fut nommé chef de la Sécurité générale (al-amn al-câmm). Même la nouvelle génération prit de l’importance : le fils de Sibcâwî, cUmar, devint le responsable de l’Union des étudiants de Baghdad.

47À ce moment, Ḥusayn, le père de Ṣaddâm, devient l’ancêtre apical autour duquel s’organisent les débats généalogiques, et Ṣaddâm, en tant que gérant du système, a le choix de considérer les Kâmil comme principalement des affins ou surtout des agnats dans un groupe agnatique plus large. Nous voyons se répéter une génération après, le même problème structural qui sépara Khayr Allâh des Majîd : faut-il procéder à une lecture patrilinéaire ou matrilinéaire de la généalogie, et sous quelle rubrique classer les parents ? Barzân est ici un point focal du réseau de parentèle. Il porte encore les traces, en fait, de la dernière série de redéfinitions dans la mesure où, demi-frère utérin de Ṣaddâm, il est en outre marié avec la fille de Khayr Allâh. Les décisions à prendre dans la génération suivante concerneront les situations respectives des enfants de Ṣaddâm, Barzân et Kâmil.

  • 27 Financial Times, 21 octobre 1991, p. 16.
  • 28 Babil, 29 décembre 1992.

48cUddayy, semble-t-il, était préoccupé de rester confiné dans l’ombre de Ḥusayn Kâmil. En octobre 1991, le journal de cUddayy, Bâbil, mena une enquête d’opinion publique afin de savoir qui était le ministre le plus efficace et le plus beau27. Ḥusayn Kâmil l’emporta à une large majorité, ce qui ne manqua pas d’attirer l’ire du Président. Il semble que Ṣaddâm lui-même craignait une alliance entre Ḥusayn Kâmil et cUddayy, jeu qu’attisait celui-ci. Les journaux de cUddayy, Babil et Râfidayn, furent suspendus pendant plusieurs semaines, mais surtout Ḥusayn Kâmil tomba en disgrâce. Le 6 novembre 1991, quelques mois à peine après sa promotion, il fut relevé de « toutes ses fonctions » (kull manâsibihï). Malheureusement pour cUddayy, la grande indulgence de Ṣaddâm à l’égard de Ḥusayn ne fut affectée que momentanément et, moins d’un an plus tard, Ḥusayn Kâmil était à nouveau à la tête du MIO. cUddayy, quant à lui, dut chanter les louanges de son adversaire dans son propre journal. Dans un discours aux ministres, Ṣaddâm les sommait d’introduire dans leur ministère le « même esprit et les mêmes compétences » que ceux que Ḥusayn Kâmil avaient développés au MIO28. Celui-ci fut placé à la tête d’un nouveau comité supervisant les récoltes. En septembre 1993, il était ministre de l’Industrie et des Mines. A la fin de 1993 ou au début de 1994, il fut aussi nommé général de corps d’armée.

  • 29 Al-Jumhûriyya, 8, 9 et 11 avril 1992, in FBIS-NES-DR, 15 avril 1992, p. 25-40.

49Barzân, à Genève, conservait seul à cette époque une capacité de nuisance et d’opposition aux stratégies familiales et matrimoniales de Ṣaddâm Ḥusayn. Après la défaite de l’Iraq au cours de la guerre du Golfe (1991), il publia une série d’articles où, indirectement, il critiquait Ṣaddâm en s’en prenant aux dirigeants arabes « plus préoccupés de préserver leur régime dans leur propre pays que de réaliser les objectifs du panarabisme29 ». En février 1993, Barzân fut nommé conseiller du Président, ce qui pouvait signifier l’autorisation de revenir à Baghdad ; toutefois, il ne devait y retourner qu’en novembre 1998, et aucun poste ne l’y attendait. Si le mariage de cUddayy et de Sajâ Barzân se réalisa, il ne fut que de courte durée. La tentative de Ṣaddâm en vue de domestiquer cUddayy et Barzân par cette union n’aboutit pas.

La crise politique, la crise familiale et leur conjonction

50Le début des années 1990 représente la période où la lignée paternelle de Ṣaddâm, et, en particulier, Ḥusayn et Ṣaddâm Kâmil, ainsi que cAlî Ḥasan al-Majîd, occupe une position plus importante que jamais. Cependant, ainsi qu’il apparaît du limogeage de Ḥusayn Kâmil de son poste de ministre de la Défense, et de l’interdiction simultanée des journaux de cUddayy, Ṣaddâm était conscient que la puissance que donnerait aux Majîd une alliance entre ses neveux et ses fils était susceptible d’affaiblir son propre pouvoir. Cette dernière génération pouvait contester Ṣaddâm (en lui laissant peut-être exercer la seule fonction honorifique de chef de l’État), mais elle se disputait aussi dans l’immédiat l’influence au sein de l’État, utilisant différents réseaux de parentèle et procédant à des lectures généalogiques divergentes de la position des diverses lignées masculines en compétition. Beaucoup dépend en fait, à ce propos, des positions féminines.

51Alors qu’il a soigneusement organisé les différents mariages de ses enfants (ainsi que celui d’autres parents), Ṣaddâm a été moins avisé dans l’organisation de ses propres mariages. Le cas de Samîra (1986) met en évidence la manière dont il suivit ses inclinations au prix de lourdes implications politiques. Le problème se posa à nouveau quand, en 1990, Ṣaddâm est dit avoir pris une troisième épouse, la jeune Niḍâl al- Ḥamdânî. Selon certaines sources, elle serait originaire de la tribu arabe sunnite des Âl Bû Ḥamâd, établie au sud de Mosoul. Selon d’autres, elle appartiendrait aux Âl Bû Ḥamdân de Kirkuk, de Muḥammadiyya ou de Abû Ghurayb, voire aux Dulaym, localisés sur l’Euphrate au nord-ouest de Baghdad. On ne sait rien de sa famille, et il n’est pas évident que ce mariage ait porté des avantages politiques. Mais la position de Sâjida, dont il souligne ainsi l’éloignement du centre de décision familial et politique, reste cruciale car, si l’on revient aux derniers schémas présentés, il apparaît clairement qu’elle est la seule personne qui maintienne les liens paternels et maternels (tout comme Ṣabḥa à la précédente génération) ; en dehors d’elle, on ne trouve que des hommes en compétition entre eux.

52Début 1995, l’un des demi-frères utérins de Ṣaddâm tomba à nouveau en disgrâce : Waṭbân fut chassé du ministère de l’Intérieur en mai 1995. Sibcâwî resta un peu plus longtemps en place, mais il fut aussi renvoyé de la Sécurité générale en 1996. cUddayy tenta, au terme d’un long feud politique, de tuer Waṭbân, qui avait cherché à s’accaparer, au début des années 1990, de lucratives sources de profit illicites. cUddayy avait, à cet effet, mené une vaste campagne médiatique, dénonçant les contre-performances de Waṭbân en tant que ministre. Quelques jours après cette tentative, en août 1995, Ṣaddâm fut pris totalement au dépourvu quand la rivalité croissante entre cUddayy et Ḥusayn Kâmil tourna au désastre. Ḥusayn Kâmil se réfugia en Jordanie, entraînant avec lui son frère, Ṣaddâm Kâmil, ainsi que leurs deux épouses et leurs enfants, les filles et les petits-enfants de Ṣaddâm, plus d’autres membres de la famille (Baram, 1998, p. 8-17).

  • 30 On se référera à ce propos à la tentative de Ṣaddâm Ḥusayn d’expliquer l’affaire en termes à la fo (...)

53En dehors du danger politique qu’elle représentait dans le contexte international actuel, cette défection était un camouflet pour l’honneur paternel de Ṣaddâm. Le fait que ses deux filles aient fui avec leur mari impliquait leur profond éloignement de leur père. Cette défection, enfin, le mettait en avant comme quelqu’un dont le choix de ses lieutenants était profondément remis en question30 et Barzân, de son exil à Genève, ne manqua pas de verser de l’huile sur le feu.

  • 31 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996, p. 2, reproduisant un document du 12 août 1995.
  • 32 Al-Jumhûriyya, 28 février 1996.

54Peu de temps après cette défection, la « famille » se réunit à Tikrît. Plus de cent personnes assistaient à cette rencontre. Ṣaddâm expliqua que les Kâmil devaient être mis à mort dès qu’ils ne seraient plus hors d’atteinte, et la décision prise finalement fut que « si quelqu’un trahit le régime, il doit être mis à mort ». La famille décida ainsi de « désavouer » (al-barâ’a) les Kâmil et affirma que « répandre leur sang était permis par l’ensemble de la famille » (inna damahu maḥḍûr bi-ijmâccâ’ilatihi)31. C’est à cette occasion, doit-on relever, et seulement à cette occasion, que le langage de la solidarité agnatique, de l’honneur partagé et de la responsabilité masculine, fut déployé. cAlî Ḥasan al-Majîd évoque cette affaire qui revenait à « laver la honte [pesant] sur la tribu des Beijât32 ».

  • 33 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996. Le divorce fut prononcé le jour même du retour en Iraq.
  • 34 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996, p. 2.

55Quand les Kâmil revinrent à Baghdad, les hommes furent immédiatement séparés des femmes et des enfants. Les femmes furent obligées de demander le divorce, en arguant du fait qu’elles ne pouvaient rester mariées à ceux qui avaient trahi le pays et « la confiance et les hauts idéaux de leur nobles famille et tribu » (al-imâna wa l-macânî al-câliya li-câ ’ilâtihima al-karîma wa li-ahli-hima)33. Le jour suivant, les deux frères, ainsi qu’un autre frère, leur père et quelques autres membres de la lignée furent fusillés - paraît-il - par vingt-deux membres de la famille. L’examen attentif des noms montre clairement l’application du principe du khams. Au moins un représentant de chacune des familles nucléaires du khams était impliqué dans la tuerie34. Malgré les rumeurs selon lesquelles Ṣaddâm Ḥusayn aurait fait tuer aussi ses petits-enfants pour éviter leur vengeance quand ils grandiraient, il semble bien que les enfants et leurs mères soient encore en vie et tenus enfermés dans l’un des palais présidentiels. Pendant un certain temps, après ces exécutions, Sâjida était aussi recluse dans le palais de la famille, près de Tikrît. À la fin de 1998, Gharad, la fille aînée de Ṣaddâm et l’ex-épouse de Ḥusayn Kâmil, se remaria. Comme l’on pouvait s’y attendre, elle épousa Kamâl Muṣṭafâ, chef d’état-major de la garde républicaine, dont le frère cadet était l’époux de Ḥalâ, fille cadette de Ṣaddâm. Le Président réitéra ainsi son choix de 1980, par lequel il maria deux de ses filles à deux de ses agnats, membres de son khams, à deux frères qui comptaient parmi ses principaux garḍes du corps. Les liens agnatiques devaient ainsi, à nouveau, garantir la loyauté de ceux qui avaient pour fonction de maintenir Ṣaddâm au pouvoir.

56Le grand projet de Ṣaddâm, s’il s’agissait bien d’un projet voulu et conscient, d’organiser des mariages politiquement favorables pour ses enfants apparaît ainsi bien compromis. cUddayy, deux fois divorcé, n’est pas marié. Les relations de Ṣaddâm avec ses demi-frères utérins sont tendues et pleines de soupçons et d’amertume. Ḥusayn et Ṣaddâm Kâmil sont morts après avoir trahi la confiance de Ṣaddâm, de même que l’ont trahi leurs épouses, ses propres filles. Sâjida est plus éloignée que jamais de son mari. Les Majîd, en dehors de Kâmil Ḥasan al-Majîd et de sa lignée, soutiennent encore le régime, remplissant des taches importantes pour Ṣaddâm, mais sans doute au prix de haines et ressentiments. Seuls Quṣayy et Lamâ semblent avoir réalisé un mariage réussi mais, par suite du conflit entre Ṣaddâm et Mâhir cAbd Rashîd, le président iraquien ne peut pas profiter politiquement de cette relation. C’est du fait de Quṣayy seul que le divorce n’a pas été demandé avec la fille de Mâhir. En fait Ṣaddâm n’a tiré d’avantages politiques que de la relation matrimoniale entre Ḥalâ et Jamâl Muṣṭafâ (et, par la même occasion, avec le frère de Jamâl, responsable de la Garde républicaine spéciale).

57S’il est vrai que, aussi bien dans les conceptions locales, que dans les modèles qu’en déduisent les anthropologues, les gens cherchent à établir des relations cohérentes entre descendance et mariage, la seule relation de « parenté » que semble avoir en fait préservé Ṣaddâm est celle de « père » de son pays.

58Inscrit dans un milieu tribal, le pouvoir de Ṣaddâm Ḥusayn s’est exercé, et s’exerce encore, dans le cadre d’une « maison » qu’il a construite en utilisant l’ensemble des relations disponibles, qu’il s’agisse des liens généalogiques établis ou des stratégies matrimoniales développées. Si la compétition politique est exclusivement masculine et si les lignées masculines qui s’affrontent ainsi se réfèrent ultimement aux liens agnatiques, c’est dans un champ de la parenté fortement cognatique, où quelques figures féminines occupent une position clé, que se définit en dernière analyse la politique familiale.

Bibliographie

Références bibliographiques

Baram, A., 1989, « The Ruling Political Elite in Bacthi Iraq, 1968-1986 : The

Changing Features of a Collective Profile », IJMES, 21, p. 447-493.

—, 1995, « Turmoil in Baghdad ; the Regime’s no. Two Defects », Middle East Quarterly, 2 (4), p. 15-21.

—, 1998, Building Towards Crisis : Ṣaddâm Ḥusayn’s Strategy of Survival, Washington D.C., The Washington Institute for Near East Policy.

Bazzâz Sacd, 1996, Al-jinirâlât âkhir man yaclamu, London, Dâr al-ḥikma.

Iskandar Amir, 1980, Ṣaddâm Ḥusayn, munâḍilan wa mufakkiran wa insânan (« Ṣaddâm Ḥusayn : le combattant, le penseur, l’homme »), Paris, Hachette.

Matar Fuad, 1981, Ṣaddâm Hussein : The Man, the Cause and the Future, Beirut, Third World Center, Express International Printing Company.

Miller J. et Mylroie L., 1990, Ṣaddâm Hussein and the Crisis in the Gulf, New York, Times Books.

Notes

1 Écrit initialement dans une perspective plus politologique, ce texte a été profondément remanié, pour en traduire la dimension anthropologique, par les éditeurs de l’ouvrage : P. Bonte, É. Conte et, principalement, P. Dresch. Beaucoup de matériaux utilisés ici ont pu être rassemblés grâce à une dotation spéciale du United States Institute of Peace à Washington, D. C, et de la Israel Academy of Science and Humanities. Cet article a été rédigé pendant mon séjour en tant que senior fellow à l’USIP. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à ces deux institutions pour leur soutien.

2 Ṣaddâm désigna pour la première fois les imâms cAlî et al-Ḥusayn comme « nos ancêtres » dans al-Thawra, 14 décembre 1977. En revanche, le président Aḥmad Ḥasan al-Bakr, membre de la même tribu, ne fit jamais état d’ascendances prophétiques. Toutefois, l’oncle de Ṣaddâm, Khayr Allâh Ṭalfâh, suscita la publication d’un ouvrage qui prétend que la tribu des Âl Bû Nâṣîr descend de l’imâm Ḥusayn et du Prophète. Voir Aḥmad al-Rujaybi al-Ḥusayni, Al-nujûm al-zawâhir fî shajarat al-sayyid al-amîr Nâṣîr (« Les étoiles lumineuses dans l’arbre de l’émir Nâṣîr »), Baghdad, al-Macârif, 1971, en particulier p. 3-39.

3 Al-Thawra, 4 février 1988, 15 mars 1994 ; al-Jumhûriyya, 19 février 1984.

4 Selon un membre de la tribu âgé de quatre-vingt-quinze ans et Layla Ṭalfâḥ, la tante maternelle de Ṣaddâm – Alîf Bâ’, 26 avril 1995, dans FBIS-NES-DR, 30 juin 1995, p. 29-32.

5 Par exemple dans le journal d’opposition al-Tayyâr al-jadîd (Londres) du 29 octobre 1989, où Ḥâjj Ibrâhîm est présenté comme « un berger bien connu pour son honnêteté et sa bonne nature ». De même dans le document de l’Union islamique des étudiants iraquiens (une organisation d’opposition), Who is Ṣaddâm Tekriti ?, Lawrence, EUA, 1990, p. 3.

6 Souvent les Âl Bû Nâṣîr sont aussi appelés de ce fait Beigât, ou Begât, ou Beikât, ou encore Beijât. Toutefois, ces derniers sont parfois désignés comme constituant une branche des Âl Bû Nâṣîr.

7 Matar, 1981,’p. 31 ; Baghdad Observer, 17 juillet 1980 ; Iskandar, 1980, p. 22-23 ; interview de Ṣaddâm Ḥusayn par Diane Sawyer, INA, 30 juin 1990.

8 Iraq. Ṣaddâm Husayn’s family tree (A U.S. Government publication, Washington, D.C., août 1995), document 350194PM 8-95 ; avril 1996, document 3526731N 4-96.

9 Al-Tayyâr al-jadîd, 29 octobre 1984.

10 Cf. note 4.

11 cIṣam Sharîf al-Tikrîtî, al-cIrâq, 22 décembre 1933, Babil ; 5 décembre 1993.

12 cAbd al-Fattâḥ al-Yâsîn et Shâkir cAlî al-Tikrîtî, al-Thawra, 30 décembre 1993.

13 Interviews de Ṣaddâm Ḥusayn par Dayan Sawyer, INA in Arabie, 30 juin 1990, dans FBIS-NES-DR, 2 juillet 1990, p. 7-8.

14 Al-Qâdisiyya, 16 janvier 1992.

15 Voir l’histoire de cAbd Rashîd al-Najam (oncle paternel d’Arshad Yâsîn) âgé de quatre-vingt quinze ans en 1995 (Alîf Bâ’,26 avril 1995, in FBIS-NES-DR, 30 juin 1995, p. 30).

16 Al-Qâdisiyya, 16 janvier 1992 ; Baghdad Radio Network in Arabic, 28 septembre 1993 in FBIS-NES-DR, 29 septembre 1993, p. 24. Les frères de Rashîd sont des cousins germains paternels du haut membre du parti Mânic cAbd Rashîdî

17 Department of State, Iraq. Ṣaddâm Ḥusayn’s Family Tree, ibid.

18 Ṣaddâm, in al-Thawra, 23 avril 1988.

19 Gharad naquit en 1968 à al-Kharkh (Baghdad). Voir le certificat d’état civil de Ṣaddâm Ḥusayn (Fuad Matar, 1981, p. 71). Les informations sur ce mariage, et sur les événements qui suivent, sont disponibles seulement hors d’Iraq. Voir par exemple Voice of Iraqi lslamic Revolution in Arabic, 24 mai 1995, in FB1S-NES-DR, 25 mai 1995, citant un ouvrage d’Aḥmad Mazhûr, qui travailla quelques années avec Barzân à Genève. Des interviews personnels ont complété l’information présentée.

20 Les premiers lui étaient apparentés à travers son père et sa mère ; les Ibrâhîm et le père de Sâjida, Khayr Allâh appartiennent à la même branche de cUmar Bek al-Thâlith. Les Majîd sont rattachés de manière beaucoup plus lointaine à l’arbre généalogique.

21 Al-Thawra, 19 avril 1993, 12 juillet 1993.

22 Par exemple : al-Thawra, 20 septembre 1993.

23 Il faut ajouter que la norme établissant un interdit de l’hypogamie féminine amène à rechercher pour les filles un mariage « proche » alors que les fils peuvent prendre le risque d’une alliance lointaine.

24 La seconde est le chrétien Ṭarîq cAzîz.

25 On consultera, par exemple, le livre écrit d’après les données rapportées par un homme qui servit de double à cUddayy – YaḤya Latif et Wender Karl, I Was Saddâm’s Son (New York, Academic Publications, 1997). Tout ce que dit Yaḥya n’est pas forcément vrai, mais son identité est confirmée et l’atmosphère qui règne autour de cUddayy est décrite de façon véridique.

26 Al-Jumhûriyya, 22 novembre 1988.

27 Financial Times, 21 octobre 1991, p. 16.

28 Babil, 29 décembre 1992.

29 Al-Jumhûriyya, 8, 9 et 11 avril 1992, in FBIS-NES-DR, 15 avril 1992, p. 25-40.

30 On se référera à ce propos à la tentative de Ṣaddâm Ḥusayn d’expliquer l’affaire en termes à la fois chrétiens et coraniques : Jésus fut trahi par Judas qui, comme Ṣaddâm, lui ressemblait (une allusion à la grande ressemblance entre Ṣaddâm et les frères Kâmil), et Noé épousa une femme qui ensuite « refusa de lui obéir » (Batran, 1995, p. 19).

31 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996, p. 2, reproduisant un document du 12 août 1995.

32 Al-Jumhûriyya, 28 février 1996.

33 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996. Le divorce fut prononcé le jour même du retour en Iraq.

34 Al-Jumhûriyya, 24 février 1996, p. 2.

Table des illustrations

Légende Schéma 3 : La tribu de Ṣaddâm Ḥusayn : les principales lignées agnatiques
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Schéma 4
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Schéma 5
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Schéma 6
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Schéma 7
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Schéma 8
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Schéma 9
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4366/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Amatzia Baram, professeur à l’université de Haïfa

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search