Version classiqueVersion mobile

Les traditions économiques françaises

 | 
Pierre Dockès
, 
Ludovic Frobert
, 
Gérard Klotz
, 
et al.

Préface

Jean-Marcel Jeanneney

Texte intégral

1Quand je fus invité à prononcer l’allocution d’ouverture de ce colloque consacré à l’étude de la pensée économique française de 1848 à 1939, je me suis demandé quel titre j’avais pour cela. Je suis, certes, un économiste universitaire, mais non pas spécialiste de l’histoire de la pensée économique. Cependant, pour le diplôme de l’École libre des sciences politiques, j’ai écrit en 1932 un mémoire sur le rôle des fouriéristes dans la révolution de 1848, à partir principalement du journal quotidien qu’ils publiaient alors : La Démocratie pacifique. Et, à la même époque, j’ai été un lecteur attentif de Proudhon. Je me vante d’avoir trouvé et acheté chez les bouquinistes de Besançon les éditions princeps de presque toutes ses œuvres. Mais ensuite je me suis intéressé davantage à l’histoire des faits qu’à celle des doctrines. Si je suis ici, c’est, me semble-t-il, parce que presque tous les économistes de ma génération ayant disparu, je me trouve être comme une butte témoin, ces monticules qui demeurent, on ne sait trop pourquoi, au milieu d’un environnement érodé par l’eau et par les vents.

2Il y aura bientôt soixante-dix ans que je suis entré comme étudiant à la faculté de droit de Paris pour y faire des études de licence, parmi lesquelles figurait l’économie. J’apporterai ici un témoignage de ce que, là ou ailleurs, ont été à cette époque ceux de mes maîtres en économie qui m’ont le plus marqué et séduit par leur enseignement et leur personnalité. J’en retiendrai quatre : deux professeurs des facultés de droit, Charles Rist et Albert Aftalion ; deux normaliens, François Simiand et Elie Halevy. Ils étaient d’une même génération. Charles Rist était né en 1874, Albert Aftalion en 1874, François Simiand en 1873, Elie Halévy en 1870. Génération dont la carrière universitaire avait commencé avant la guerre de 1914. Des personnalités bien différentes. Rist et Aftalion étaient des économistes de formation d’abord juridique, François Simiand et Elie Halévy des agrégés de philosophie.

3Je vais vous parler d’abord de Charles Rist, parce que, de tous, c’est lui que j’ai le mieux connu et parce que sa personnalité était très attachante. Il réalisa, tant à l’université qu’en dehors, ce que doit être selon moi un bon parcours d’économiste. Vous connaissez tous sa première œuvre, écrite en collaboration avec Charles Gide, une Histoire des doctrines économiques des physiocrates à nos jours. Jeune agrégé, reçu à 26 ans, il avait été nommé à Montpellier où enseignait Charles Gide. Celui-ci lui avait proposé de faire cet ouvrage en commun, mais en indiquant l’auteur des chapitres afin d’identifier la responsabilité intellectuelle de chacun. Histoire des doctrines et non pas des idées. Je tiens d’autant plus à souligner l’usage de ce terme que le titre d’une autre grande histoire de la pensée économique, celle de René Gonnard, qui fut professeur ici, utilise le même mot. Cela signifie que l’intérêt porté alors à cette histoire était de trouver non seulement des explications des phénomènes étudiés mais aussi des propositions de politique. À cette époque, on ne parlait guère de science économique, mais davantage d’ économie politique, c’est-à-dire d’une discipline qui devait éclairer la conduite de politiques. Charles Rist resta fidèle à l’étude des doctrines, puisque l’un de ses derniers ouvrages, alors qu’il avait déjà pris sa retraite, fut une Histoire des doctrines monétaires de John Law à nos jours, riche de vues originales.

4Ce qui à mes yeux contribue à l’attrait de ce personnage est qu’après la guerre de 1914, déjà professeur à Paris, il avait été, en tant que spécialiste des problèmes monétaires, appelé en consultation en Autriche, en Roumanie, en Allemagne, au Portugal, pays qui souffraient alors d’hyperinflation. Il y avait acquis une expérience concrète des difficultés de la reconstruction d’une monnaie. Il en tira un livre trop oublié : La Déflation en pratique. Aussi fut-il, en 1925, membre du Comité des experts chargé de donner des conseils financiers au gouvernement français. Lorsque, quelques mois plus tard, Joseph Caillaux devint ministre des Finances, il apprécia la contribution que Charles Rist avait apportée aux travaux de ce Comité, tant et si bien qu’il lui proposa de le nommer sous-gouverneur de la Banque de France. Charles Rist hésitant à accepter, lui disant qu’il était attaché au métier de professeur et à la liberté intellectuelle qu’il procurait, Caillaux l’apostropha : « Alors, Monsieur le professeur, vous voulez être toute votre vie un grammairien ! ». Et Charles Rist accepta. À la Banque de France il eut un rôle décisif dans le processus de stabilisation du franc qui aboutit à la loi de juin 1928. Lorsqu’en 1929 il quitta le gouvernement de la Banque, il reprit son enseignement à la faculté dans une chaire de doctorat, où il traita des conjonctures récentes et des problèmes monétaires. C’est en 1932 et 1933 que je l’eus comme professeur. Je me souviens avec admiration de ses cours, où se trouvaient combinées des évocations précises de faits – c’est la première fois que me furent montrés des indices de la production industrielle – avec des vues théoriques, confrontées à son expérience d’acteur de politiques monétaires. Son style d’enseignement était d’une grande distinction. Dans cette faculté où, à l’époque, on chahutait volontiers, un auditoire de plus de cent personnes écoutait dans un parfait silence sa voix faible – en raison d’une ancienne tuberculose des cordes vocales – et sa diction claire. Son rôle ne fut pas seulement d’enseignement : il s’efforça de diffuser ses convictions qui étaient fortes par des articles dans les journaux et il créa un Institut de recherches économiques et sociales, premier du genre en France, disposant des principales revues statistiques tant étrangères que françaises et de moyens de calcul. Ayant estimé devoir se taire pendant l’occupation allemande, il écrivit alors un Précis des mécanismes économiques élémentaires publié en 1945, qui montre combien il restait attaché à l’analyse théorique de l’économie.

5Albert Aftalion était bien différent. Pendant toute sa vie il ne fut qu’universitaire. Il avait été obligé de faire d’abord des études juridiques, parce que, pour se présenter à la récente agrégation d’économie, il fallait avoir soutenu au préalable deux thèses. En 1898, sa thèse juridique avait été consacrée à La Femme mariée, ses droits et ses intérêts, et sa thèse économique, encore assez juridique, aux Lois relatives à l’épargne de la femme mariée. Cela avait été aussi le cas de Charles Rist, dont l’une des thèses avait pour titre La Journée de travail de l’ouvrier adulte et l’autre La Législation anglaise sur la responsabilité en matière d’accidents. Ensuite, tous deux ont principalement étudié et enseigné, avec grand succès, les réalités économiques, mais sans manquer de s’intéresser aussi aux doctrines. Je l’ai dit de Charles Rist. Cela est vrai aussi d’Albert Aftalion qui, en ses débuts, avait écrit un ouvrage sur L’Œuvre économique de Simonde de Sismondi et, plus tard, consacra un livre aux Fondements du socialisme. Il n’était pas à l’affût des idées les plus récentes. Gaëtan Pirou, remarquable pédagogue qui fut aussi un de mes maîtres, m’a raconté que lorsqu’il lui parla d’une préface de François Perroux à une traduction d’un livre de Schumpeter et lui conseilla de la lire, Aftalion répondit en forme de boutade : « Moi, je ne lis jamais ! » C’était un homme qui réfléchissait beaucoup, regardait les faits de près, les analysait et, à partir de là, construisait ses propres explications. Elles étaient d’un grand intérêt. Ses livres sur la monnaie constituent de remarquables témoignages d’une pensée qui, à l’époque, était hétérodoxe. Il montra notamment que, souvent, ce n’est pas l’évolution des prix qui commande le change mais les variations des changes qui provoquent les mouvements de prix. Cette idée juste est devenue banale.

6J’en viens maintenant aux deux normaliens philosophes : François Simiand et Elie Halévy. J’ai bien connu François Simiand pour avoir suivi ses enseignements à l’École pratique des hautes études, puis au Collège de France. Il était socialiste. Sa vocation d’économiste résulta d’une préoccupation sociale : tenter de construire une science économique qui puisse être un instrument de progrès social. Il s’était beaucoup intéressé au mouvement ouvrier. Il avait été le chef de cabinet d’Albert Thomas, député socialiste et ministre de l’Armement de 1915 à 1917. À son séminaire de l’École pratique il y avait peu d’étudiants : ce n’était pas très à la mode à la faculté de droit de suivre les enseignements de François Simiand ! Cependant, Robert Marjolin et Étienne Mantoux y venaient. Il avait aussi comme auditeurs de vieux ouvriers syndicalistes qui intervenaient de temps à autre, racontant des négociations salariales. Il lisait parfois des pages de vieux auteurs, de Smith, de Ricardo ou d’autres, en s’attachant à montrer ce qu’on pouvait y puiser d’utile à la compréhension des phénomènes actuels. François Simiand considérait que, pour réussir à mieux connaître les mécanismes économiques, il fallait d’abord s’interroger sur les méthodes de la science : comment faire pour que la science économique devienne une science exacte à l’image des sciences physiques ? Beaucoup de ses ouvrages comportent des considérations méthodologiques et sont quelque peu rebutants. Les phrases y sont longues, avec des incidentes, des parenthèses, des mises en doute. Au contraire, lorsqu’il parlait, son style était simple et clair. Il était un gros travailleur, très scrupuleux. Il élaborait de multiples séries statistiques en faisant lui-même tous les calculs à la main. La plupart de ses ouvrages, riches de faits et d’idées neuves, portent sur des périodes longues. Ils mettent en évidence l’alternance de mouvements de prix et le grand rôle joué par des émissions de monnaie dans la croissance des productions.

7Elie Halévy était historien plus qu’économiste. Sa première œuvre fut une thèse de doctorat consacrée à La Théorie platonicienne des sciences. Il m’a raconté que, parcourant les rayons de la bibliothèque de l’École normale, il aperçut des ouvrages qu’apparemment personne n’avait jamais lus : ils étaient de Bentham. C’est leur lecture qui le conduisit à s’intéresser aux idées économiques. Il publia en 1901 un livre intitulé La Jeunesse de Bentham et en 1907 L’Evolution de la doctrine utilitaire de 1789 à 1815. C’est l’historien des doctrines socialistes, non celui de l’Angleterre au xixe siècle dont j’évoque ici le souvenir. Je l’ai eu comme professeur à l’École libre des Sciences politiques. Dans cette école, réputée pour son libéralisme, tant économique que politique, son cours pouvait paraître quelque peu insolite. Il m’a raconté que, dès avant la guerre de 1914, le directeur de cette école, estimant que le socialisme ne devait pas y être ignoré, demanda au directeur de l’École normale de la rue d’Ulm de lui indiquer quelqu’un capable de faire un tel cours sans a priori partisan. Il lui conseilla Elie Halévy. Ce fut l’origine d’un enseignement d’une vingtaine de leçons prononcé, sauf pendant la guerre, tous les deux ans de 1898 à 1936, date de sa mort. Halévy me dit un jour : « Mon cours sur le socialisme, où je décris avec sympathie les socialistes français et anglais et aussi le marxisme, est devenu peu à peu une sorte d’institution à laquelle on n’ose plus toucher ! Je subsiste ! » Aussi donna-t-il à de nombreuses générations d’étudiants une vision intelligente de doctrines qui n’étaient généralement pas enseignées dans les facultés de droit.

8Je pourrais évoquer beaucoup d’autres de mes maîtres de la faculté, notamment Jean Lescure, Bertrand Nogaro et Gaëtan Pirou. Ils avaient en commun avec ceux dont je viens de parler d’avoir donné des cours et publié des ouvrages portant à la fois sur l’histoire de faits et sur des théories économiques. Tous aussi ont, comme Rist, Aftalion et Simiand, attaché beaucoup d’importance aux problèmes monétaires.

9En terminant, je vais vous confier mon sentiment sur les économistes plus récents, au risque, bien que j’admire leur grand savoir, d’être un peu impertinent. Pendant plus de trente ans, de 1945 à 1975 et même au-delà, ils ne se sont plus guère occupés de la monnaie. Cela est explicable : après la guerre, la croissance étant continue et le fonctionnement de l’économie semblant déterminé principalement par des décisions administratives, la monnaie paraissait une donnée seconde. À cette époque un étudiant, André Chaîneau, est venu me voir : « Je cherche un sujet de thèse économique. Dans quelle direction dois-je le faire ? » Je lui répondis : « Presque personne ne s’intéressant plus à la monnaie, c’est le moment de faire une thèse sur les phénomènes monétaires. » Il l’a faite et il en est aujourd’hui un des bons spécialistes universitaires.

10Après la Seconde Guerre mondiale, deux nouveautés sont apparues : la comptabilité nationale et l’économétrie. Nul doute que la comptabilité nationale constitue un instrument remarquable de connaissance des structures, des circuits et des grandeurs. Mais à mon avis, certains économistes ont été et sont peut-être encore intoxiqués par elles ; ils paraissent considérer que la science économique se résume à la description et l’utilisation de la comptabilité nationale. Or, elle fournit des photographies successives de la réalité économique, mais ne permet pas d’apercevoir les ressorts du fonctionnement des économies. Et, parce qu’elle est récente, ses commentateurs ne considèrent plus que les années couvertes par elle.

11Quant à l’économétrie, je la crois un instrument fort utile. Lorsqu’on 1981 j’ai créé l’OFCE, j’y ai institué un département d’économétrie. Mais j’ai pris soin de placer à ses côtés un département de la conjoncture, formé d’analystes de l’économie, un département des études, invité à ne négliger ni les théories ni l’histoire des faits, et aussi une cellule sociologique pour que la psychologie et les structures sociales ne soient pas absentes. L’économétrie oblige certes à quelques recherches historiques parce que les économètres ont besoin, pour construire leurs modèles, de données, trimestrielles si possible, portant sur une vingtaine d’années ; mais ils ne s’intéressent généralement pas à un passé plus lointain. Et ils sont parfois portés à croire que les jeux mystérieux de leurs équations conduisent à des résultats indiscutables.

12Je regrette l’insuffisance des connaissances historiques de la plupart des économistes actuels, tant en ce qui concerne les événements anciens que les théories. On trouve dans leurs écrits une multitude de références, sous forme d’un nom d’auteur et d’une année cités entre parenthèses, qui permettent, en se reportant à la fin de l’article, de savoir la date de l’article ou du livre dont il s’agit. On voit ainsi qu’en général ils ne considèrent que ce qui a été écrit pendant les quatre ou cinq années précédentes. Les conversations que j’ai pu avoir avec certains d’entre eux m’ont montré qu’ils ignorent le plus souvent ce qui est advenu ou a été publié autrefois. Alors qu’un des meilleurs économistes de l’OFCE faisait un travail, fort intéressant d’ailleurs, sur les cycles, je lui ai dit qu’il y avait sur ce sujet un livre fondamental de Mitchell, datant de 1927 : « Ah ! » m’a-t-il dit. Et puis aussi un vieux livre de Lescure sur l’histoire des crises générales et périodiques de surproduction, allant de la crise 1810 à celle de 1929, remarquable de précision et suivi d’une recherche des causes et des remèdes possibles. « Ah ! », m’a-t-il encore dit. Ayant ces deux ouvrages dans ma bibliothèque, je les lui ai apportés. Je ne sais s’il s’en est servi. Ne pas regarder ce qui a eu lieu ou a été écrit avant la Seconde Guerre mondiale est une faute. Il ne faut certes pas que la science économique soit pareille à la scolastique du Moyen Âge, faite de controverses portant sur ce qu’avaient écrit autrefois Aristote, Platon ou saint Augustin. Mais en lisant des auteurs anciens on y trouve souvent des idées pouvant être fécondes. Voilà pour quelle raison, quoiqu’étant peu historien de la pensée économique, j’attache grande importance à vos travaux et suis heureux d’ouvrir ce colloque.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search