Version classiqueVersion mobile

Émirs et présidents

 | 
Pierre Bonte
, 
Édouard Conte
, 
Paul Dresch

Seconde partie Tribus, maisons, états

Chapitre 8. L’État face aux razzias de ses anciens nomades : sédentarisation et détribalisation dans le Sahara Tunisien

Geneviève Bédoucha

Texte intégral

« Nous devons conjurer les dissenssions tribales qui sévissaient dans le pays et qui, propices au développement de l’esprit de clan, s’opposent à l’instauration d’une véritable civilisation. Car il n’est de civilisation que dans le peuple sédentaire.
Tant que les familles s’en remettent à la grâce des eaux de pluie, tant qu’elles fondent leur prospérité sur le hasard d’une ondée, ou tant qu’elles sont condamnées à errer si le ciel ne l’envoie, il ne peut exister ni civilisation ni stabilité. »

Bourguiba, discours du 24 novembre 1958.

1Ayant travaillé autrefois sur des communautés oasiennes, dans la région du Nefzâwa, au Sahara tunisien, je n’avais pu ignorer, vu les liens étroits et la complémentarité qui existaient alors entre ces dernières et le monde nomade, la société dite tribale, celle des grands groupes nomades qui peuplaient la région. La lecture des quelques textes qui datent de l’époque coloniale sur les nomades de cette région saharienne, notamment les différents rapports des officiers des Affaires indigènes, est édifiante : on est frappé par la force des convictions affirmées et, somme toute, par la transparence du discours idéologique mis au service d’une politique. On peut en revanche être vivement surpris- ce fut en tout cas mon sentiment -, toujours en ce qui concerne la politique tribale, de découvrir qu’il n’y avait pas eu de changement radical, comme on aurait pu l’imaginer, ou même de changement tout court, avec le passage à l’indépendance et la construction d’un État moderne ; non seulement au niveau de la politique menée, mais aussi des discours et donc de l’idéologie qui venait l’appuyer.

  • 1 Mais tous les groupes tribaux nomades de la Tunisie sont évidemment concernés. Les travaux concern (...)
  • 2 Sur les bienfaits de la propriété privée et donc du processus de privatisation, la société colonia (...)

2Quelle est, en deux mots, cette politique ? L’intervention de l’État, colonial puis moderne, s’inscrit dans une politique structurée et cohérente de l’eau visant nettement, pour ce qui concerne les vieilles cités oasiennes, à l’appropriation des anciens droits d’eau et au contrôle des instances de gestion traditionnelle de l’irrigation, et, pour les nomades de la région saharienne notamment1, à une sédentarisation contrainte, étroitement liée à l’attribution, à titre privé, de lots irrigués2.

3L’analyse de la politique poursuivie à l’égard des nomades ne saurait être séparée d’une analyse de celle menée à l’égard des sociétés oasiennes, car ces politiques ont une forte cohérence et relèvent de la même logique, au point d’ailleurs que l’on pourrait parler plus largement d’ordre étatique face à l’ordre tribal, sans marquer de différence entre politiques coloniale et nationale modernes ; hormis le court sursaut d’intérêt pour le social (avec l’expérience coopérativiste), il y a, entre ces dernières, une forte continuité dont je tenterai ici de démontrer les éléments essentiels.

4Quantité de questions en découlent qui ne pourront qu’être évoquées, et avant tout la première : comment interpréter une telle continuité ? A quelles représentations étatiques des nomades mais aussi des communautés rurales sédentaires renvoient ces politiques ? En quoi l’État moderne, dans la conception bourguibienne, pouvait-il épouser la même politique que celle de l’État colonial ? Y a-t-il une spécificité de l’expérience tunisienne, due notamment, en grande partie, à la personnalité même (du fait de ses origines, de sa formation) de l’homme au pouvoir qui a conduit son pays à l’indépendance, ou une spécificité maghrébine, plus largement, du fait de l’héritage colonial français ? La position idéologique des États du Moyen-Orient face à leurs nomades, même si les tribus ont une tout autre ampleur, est-elle très éloignée de celle des États maghrébins ? Plus généralement alors, un État peut-il supporter les particularismes, qu’ils soient ceux de communautés rurales fortement organisées, comme l’étaient les communautés oasiennes, ou ceux de tribus nomades ?

5La réflexion proposée ici est partie d’une analyse du droit dans le cadre des rapports entre communautés locales et État. Je me suis spécifiquement attachée dans un premier temps à l’étude, pour les communautés oasiennes de l’ensemble du Sud tunisien, du droit coutumier (ou de ce qu’il en subsistait) et de son articulation avec le droit national. Mais si l’on analyse les rapports entre droit coutumier et droit national, on ne peut là encore, et aujourd’hui moins que jamais, du fait même d’une politique étatique d’ensemble dans le Sahara, séparer les anciennes oasis des palmeraies nouvelles nées de la sédentarisation des nomades.

  • 3 « En définitive, peut écrire ce spécialiste du Sahara qu’est Jean Bisson, c’est au Sahara tunisien (...)

6Tandis que les anciennes oasis agonisent, ou trouvent les arrangements qu’elles peuvent – mais là n’est pas mon propos –, le dynamisme des palmeraies nouvelles est exemplaire3, suscite admiration ou étonnement. L’adaptation des nomades à l’agriculture semble parfaitement réussie : il s’agira d’en analyser les différents aspects, de comprendre et d’interpréter le sens de cette réussite, de cette passion acquise pour la terre et pour l’agriculture.

  • 4 Ce sont essentiellement, et même exclusivement à ma connaissance, des géographes. Pourquoi cette r (...)

7Dans les textes disponibles relatifs aux tribus aujourd’hui sédentarisées, rapports d’experts ou travaux de scientifiques4 qui en quelque sorte contribuent aussi à diffuser la terminologie des premiers, une floraison de termes apparaît, tels que « illicite », « clandestin », « anarchique », un vocabulaire du débridé, du sauvage, du hors-la-loi qui m’a alertée, intriguée, amenée à aller voir de plus près. Ce vocabulaire qui soudain resurgit paraît faire écho au langage ancien sur le monde nomade tribal. Il invite à s’interroger non seulement sur la politique poursuivie à l’égard du nomadisme et sur l’idéologie qui l’anime jusqu’à nos jours, mais aussi sur ses résultats et son apparent succès.

  • 5 Morvan, 1991 ; Allard, 1992 et 1993 ; Bisson, V. 1994 ; Brochier, 1995 ; Brochier-Puig, à paraître (...)

8L’analyse, forcément brève, présentée ici s’appuie sur des matériaux divers : avant toute chose, la législation instaurée à l’époque coloniale (même si aucun élément n’en apparaîtra ici), puis élargie et renforcée après l’indépendance. Les outils, je pourrais dire les armes, juridiques sont essentiels dans la mise en œuvre d’une politique conjointe de sédentarisation et de détribalisation. Leur examen est éclairant. Parmi les textes coloniaux de l’époque, ceux qui réclament, expliquent, justifient, défendent les différents moyens juridiques utilisés par l’État colonial pour parvenir à contrôler et à fixer les nomades, certains sont d’un usage d’autant plus précieux qu’ils font l’objet alors d’une certaine confidentialité ; ils sont présentés pour être discutés entre soi, et parfois, rédigés à différentes dates, ils témoignent des différentes phases d’un processus qui se met en place et des interrogations qu’elles suscitent. Mais l’analyse qui, bien entendu, prend en compte l’ensemble des travaux de référence concernant le Sud tunisien (Baduel, 1984 ; Kassah, 1996) s’appuie aussi sur des monographies récentes d’où l’anthropologue peut extraire des informations instructives pour son propos5.

9Il y aurait désormais, ou il semblerait y avoir, appuyée sur un arsenal juridique considérable, une emprise absolue de l’État par le contrôle qu’il exerce sur les ressources en eau et sur le territoire. Or, au sujet de ces hommes de tribu autrefois nomades, on entend pourtant parler de créations clandestines de périmètres irrigués, d’accaparement illégal de terres, d’extension anarchique des surfaces, de piratage de l’eau, de forages de puits illicites. Tout ceci prend sens pour l’anthropologue, sens qu’il conviendra d’explorer. Comment en est-on arrivé à cette situation paradoxale où les anciens nomades, nouveaux oasiens nommés fallâḥîn dans les rapports administratifs ou scientifiques, ces fallâḥîn fixés à des périmètres irrigués, échappent au contrôle étatique, au point qu’entre les lignes, on puisse déceler à nouveau l’association anarchie/ tribalisme ? C’est tout le rapport de l’État à la société tribale, ancré dans une histoire ancienne, qui peut se lire aujourd’hui en cette région saharienne. Et l’on sera sans doute en droit de s’interroger sur les effets réels de la sédentarisation : pratiquement achevée aujourd’hui, a-t-elle pour autant entraîné une détribalisation réelle, profonde, comme certains travaux pourraient le laisser supposer ?

Continuité d’une politique

10Au début du protectorat, différents groupes nomades, pour l’essentiel cinq grandes tribus (cAdhâra, Ulâd Yacqûb, Mrâzîg, Ṣabriyya, Ghrîb) peuplent cette région saharienne. L’aire de nomadisation est vaste. Pour l’accès à certains pâturages, aussi bien côté libyen qu’algérien, pour la liberté de pratiquer un commerce caravanier, commerce transsaharien très lucratif, ces tribus dépendent elles-mêmes d’autres tribus algériennes ou tripolitaines plus larges et plus puissantes qui font payer leur protection et les latitudes accordées.

11Lieux d’attache de ces nomades à des saisons précises, depuis l’automne jusqu’au début de l’hiver, période de la récolte des dattes, quelques îlots de palmiers qui parsèment les dunes, résurgences naturelles de la nappe artésienne ; parfois des puits s’y sont ajoutés pour agrandir l’oasis naturelle. Une étroite complémentarité existe alors avec les quelques anciennes oasis de la région, caractérisée par une économie de troc. Le surplus des récoltes de dattes de variétés communes – d’une grande diversité, aujourd’hui disparue – alimente les échanges de l’oasis avec les éleveurs nomades. La jouissance des terres indivises de labour enfin se voit redéfinie chaque année après les pluies, et les terres, partagées entre les différentes tribus nomades, mais aussi entre nomades et oasiens qui s’y retrouvent, non sans heurts.

12Un chiffre éloquent, premier recensement de l’ère coloniale en 1881, accorde un nombre à peu près égal aux nomades et aux sédentaires : 8 000 ou 10 000 nomades selon les sources, et 10 000 sédentaires.

13D’emblée, l’administration française, dans cette zone qui va être consacrée « territoire militaire », a, outre la pacification, une priorité : la maîtrise et l’exploitation des ressources en eaux souterraines. C’est d’elles que dépendent des objectifs clairement fixés : le contrôle des populations nomades et, pour cela, leur sédentarisation et leur transformation en arboriculteurs. Cette politique de forage de puits et de fixation des hommes s’accompagne en effet d’une mise en valeur agricole intensive. La culture des palmiers daglat al-nûr est importée dans la région et son développement vivement encouragé. La production en sera d’autant plus rentable qu’elle sera exclusivement vouée à la commercialisation et à l’exportation. Cette variété spécifique de datte, la dagla, raffinée mais fragile, aurait été intransportable par les nomades... Et d’ailleurs l’économie de troc perd progressivement de son ampleur du fait même du ralentissement du nomadisme, des transhumances et de l’affaiblissement du réseau de relations et d’échanges traditionnels.

  • 6 Sur la société oasienne désormais dite « traditionnelle » et sur les relations entre cette société (...)

14La pression est très vive sur les vieilles oasis ainsi contraintes à une douloureuse et difficile reconversion. C’est un bouleversement en profondeur du système économique local qui s’annonce6. Malgré quelques hésitations et les mises en garde contre une exploitation irraisonnée des eaux souterraines, 78 forages pour la seule région saharienne furent réalisés durant la seule époque du protectorat. Leur répartition est sans ambiguïté quant aux objectifs poursuivis : la fixation au sol des nomades.

15Bilans globalement positifs, constats triomphalistes plus rarement, transparaissent à travers les rapports des officiers à l’extrême fin de la période coloniale. Déjà, dans les années 1950, certains représentants de l’administration coloniale pouvaient pourtant exprimer leurs inquiétudes, leur désarroi, leur peur de l’échec d’une politique, voire énoncer clairement et avec une incontestable lucidité que l’émigration constituait la principale industrie régionale. « Il importe avant tout de fixer les gens sur place », pouvait écrire l’un d’entre eux. Il ne s’agit déjà plus de sédentariser, mais, selon la propre expression de cet officier, de fixer les gens sur place, dans la région, fixer ceux qu’on a voulu à tout prix sédentariser à grands frais, empêcher l’exode, qui a commencé à toucher aussi bien les oasiens que les nouveaux sédentaires.

16Les mises en garde exprimées à la fin de la période coloniale par ces hommes de terrain qu’étaient incontestablement les officiers des Affaires indigènes n’ont pas été prises en compte. Et sans doute la politique d’un État indépendant est-elle de vouloir rompre avec l’État colonial ancien – du moins dans certains domaines, en apparence – et de s’en démarquer. Dans la région saharienne, pourtant, l’indépendance et l’émergence d’un État national n’ont pas infléchi les politiques menées précédemment : sédentarisation des nomades, et dans ce but, poursuite de la création des forages et d’extension des périmètres irrigués. Cette politique n’a pas seulement été prolongée, elle s’est même accélérée avec l’indépendance.

  • 7 Pour une analyse du contenu du Code des eaux appliqué au Sud tunisien, et plus généralement de la (...)

17Loin de remettre en cause l’arsenal juridique du gouvernement colonial, l’État va le renforcer, l’affiner, et s’affirmer comme le maître d’œuvre, qu’il s’agisse de la législation des eaux, de la législation foncière ou des structures d’encadrement. Pour s’en tenir à la législation qui concerne directement le monde nomade (laissant de côté tout ce qui a trait aux conséquences de la législation pour les anciennes cités sédentaires, bien que leur évolution soit inséparable), on observera notamment que le Code des eaux, promulgué en 1975, ne fera que mettre à jour et confirmer la législation coloniale7. Il élargit au bénéfice de l’État la propriété éminente de l’eau sur les différentes nappes d’eau souterraines, élément essentiel pour notre propos. Déjà, d’ailleurs, un décret du 5 août 1933, bien postérieur à la législation de 1885 sur la domanialisation des eaux, précisait qu’elle était générale au-dessous de 50 mètres. Une autre innovation du Code des eaux a été de remettre l’administration du domaine public hydraulique au ministère de l’Agriculture (Moussa, 1988). Il faut l’entendre ainsi : liberté d’action est accordée à l’administration, et à elle seule, dans la gestion du domaine public hydraulique ; elle se voit affranchie de tout contrôle. Autant de possibilités d’excès de pouvoirs qu’elle pourra être amenée à commettre.

  • 8 De même au Maroc, où « une très ambitieuse politique de développement de l’agriculture irriguée es (...)

18La réglementation sera également sévère en ce qui concerne l’usage de l’eau : « l’objectif de la mise en valeur agricole doit procéder à la valorisation optimale du mètre cube d’eau utilisé » : ce sont les termes mêmes de la loi. L’administration doit veiller à rationaliser l’utilisation de l’eau, éventuellement à la rationner en fonction des disponibilités8.

19Rien ne pourra désormais être entrepris – tout ceci est essentiel pour comprendre le sens et la portée des actions entreprises par la suite envers les groupes tribaux -, rien donc ne pourra être entrepris qui toucherait le domaine public hydraulique sans l’aval préalable de l’administration.

20Enfin, l’intervention de l’État s’élargit aussi au contrôle de l’exploitation et à la gestion de l’eau. La législation ayant trait à l’encadrement touche aussi bien les anciens paysans que les nouveaux agriculteurs, les nomades sédentarisés.

21L’association de l’administration à la gestion des différents groupements associatifs obligatoires (mis en place par la législation coloniale) n’a cessé de se faire plus étroite. Elle le sera désormais également au niveau du budget même. « Ces institutions sont le fruit d’une volonté politique qui ne se limite pas à susciter et à encourager, mais aussi à obliger et à contraindre » (Moussa, 1988, p. 224). Quant au statut des terres, différentes lois, dans les années 1960-1970, confirment et élargissent la tendance à l’attribution privative des terres collectives et la privatisation se poursuit à un rythme soutenu avec toujours cette volonté de substituer sur ces terres un usage agricole à un usage pastoral. L’acheminement, avec le concours de l’État, vers la constitution de la propriété individuelle prônée par la colonisation est poursuivi et exalté avec l’indépendance. L’esprit même de la réforme n’a pas changé.

22Les propos d’un officier éclairé, à l’extrême fin de l’occupation française, apparaissent aujourd’hui extraordinairement prémonitoires. Alors que les nappes exploitées jusque-là commencent à montrer des risques d’épuisement et que les forages vont bientôt être réalisés dans les nappes plus profondes, il pouvait déjà écrire :

« La mise en exploitation de ces nappes va entraîner de véritables transferts de population, des regroupements en dehors de toute considération ethnique, un nivellement des modes de vie ; dans la zone excentrique où les nappes on pu être atteintes (...) c’est surtout l’apport économique des nouvelles créations qui a apporté le plus de changements en déplaçant les pôles économiques du pays (...). L’un des faits marquants de l’avenir sera l’accession à cette position éminente des nomades du Sud dont les terres viennent de bénéficier d’importants forages et dont le dynamisme semble mieux s’accommoder des initiatives, tant dans le domaine technique que dans celui des associations » (Gaillarḍ, 1957, p. 19).

Droit coutumier face au droit national : l’État pris au piège

23Qu’en est-il aujourd’hui de cette zone saharienne ? Des chiffres d’abord, qui auront le pouvoir de parler d’eux-mêmes : la population nomade au Nefzâwa, qui représentait au moment de l’instauration du protectorat la moitié de la population de la région, ne représentait plus que 8 % de la population totale dans les années 1990. Avec le rétrécissement de la vie bédouine, une réduction considérable du pastoralisme, on s’en doute. La sédentarisation est massive et fulgurante. Ainsi, de 1 000 habitants en 1970, le petit centre d’al-Fawâr est passé à 10 000 aujourd’hui, tandis que la superficie de l’agglomération qui était de 200 hectares en 1980 était passée à 421 hectares en 1991 (Allarḍ, 1992).

24La culture de la datte daglat al-nûr s’est avérée très rentable économiquement et s’est accrue de façon spectaculaire : 4 000 plants en 1930, 770 000 en 1988... Tandis que régressait fortement la part des variétés communes. Les prix payés aux producteurs ont augmenté dans des proportions considérables, ce qui explique sans doute, mais seulement en partie, l’attrait que peut représenter pour tous un investissement dans l’agriculture.

25L’accroissement de la production en dagla a entraîné l’insertion de la région dans une économie nationale puis internationale dont elle est devenue désormais étroitement dépendante. Cet accroissement est intimement lié à la sédentarisation et à la remarquable extension des périmètres irrigués complantés en dagla, rendues possibles par une politique intensive de forages qui n’a jamais cessé. Le recours à des méthodes toujours plus sophistiquées de forage, comme les motopompes, s’est généralisé.

26Une meilleure connaissance des nappes du Sahara a permis, dans le cadre du « plan directeur des eaux du sud », une véritable planification des implantations des derniers nomades du Nefzâwa en dehors de toute contrainte topographique. Le processus est ainsi toujours en cours et observable de nos jours.

27C’est souvent autour de ces îlots de palmiers, lieux d’attache saisonniers des tribus, du moins en ce qui concerne les premiers périmètres créés, que l’État a organisé, à partir de l’eau des forages, la mise en valeur de terres nouvelles et l’allotissement, attribution de petites parcelles en vue d’une culture maîtrisée de la dagla.

28Aucune latitude n’a été octroyée ici à des instances de gestion coutumière tribale dans le choix, la délimitation des parts de territoire attribuées et divisées, comme cela a pu se faire en Jordanie à une certaine époque (Bocco, 1990) : dans le processus de division et d’utilisation des terres, l’État a laissé leur place à des pratiques coutumières, ce qui a d’ailleurs eu pour effet de renforcer les espaces tribaux au sein des nouveaux espaces étatiques ; le lieu de fondation d’un nouveau village correspond alors à l’aire de campement pendant la saison estivale des membres d’une fraction tribale.

29Par certains côtés, ce mode de procéder pourrait sembler proche de celui utilisé au Nefzâwa où l’accès à la propriété passe bien par l’appartenance reconnue à un groupe tribal, mais ici, l’État seul décide, en fonction toutefois des anciennes aires de parcours des différentes tribus, de l’élargissement des anciens points d’attache ou de la création ex nihilo de l’implantation pour les différents groupes nomades. Et c’est une autre configuration de l’espace que veut imposer l’État, qui brise les anciens agencements tribaux du territoire. La collectivité aujourd’hui reconnue n’est plus la tribu mais une collectivité oasienne nouvelle, autre façon d’entamer la cohésion tribale et la solidarité d’une tribu parcellisée en villages séparés aux intérêts particuliers.

30Nomadisme résiduel, certes, mais les différents segments tribaux issus désormais de villages autonomes continuent de fréquenter les aires de pâturage lointaines. Des élevages extensifs d’ovins et de caprins sont amenés en transhumance sur des aires éloignées de 50 à 100 kilomètres et toujours considérées comme terres collectives tribales. Sur des aires plus lointaines encore, on pratique l’élevage extensif de chameaux laissés en liberté toute l’année (Morvan, 1991, p. 50).

  • 9 Je renverrai notamment à l’analyse que fait M. Lahmar (1994, p. 38) des appellations tribales dans (...)

31On ne doit pas négliger la part de l’État, quel qu’il soit, au cours de l’histoire du pays, dans la cristallisation des appartenances tribales : l’unité parfaite d’un nom et de l’espace auquel on l’associe est pour beaucoup le produit d’une politique9. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple au Nefzâwa, al-Fawâr se voit scindée en deux : à l’ouest, les Ghrîb, à l’est, les Ṣabriyya. Cette répartition stricte renvoie aux anciennes aires de parcours et points d’attache sur le site d’al-Fawâr, des deux groupes tribaux. Deux délégations (cimada) ont ainsi été créées, désormais aux limites bien définies et reconnues à partir de l’ancienne organisation de l’espace, plus fluide au demeurant (Allarḍ, 1993 ; Brochier-Puig, 1995, p. 48).

  • 10 C’est bien là le terme employé dans les textes législatifs et dès lors véhiculé par l’administrati (...)
  • 11 Une multiplicité de conseils de tutelle existe à différents échelons (local, régional, inter-régio (...)

32Toujours est-il : à cette collectivité est reconnue la propriété d’une « terre collective »10 revenant dans un premier temps à l’ensemble de la communauté oasienne créée. C’est à cette échelle, strictement locale, qu’un conseil de gestion, majlis al-taṣarruf, est chargé par l’État de gérer les terres collectives du groupe, dont il émane toujours d’ailleurs, et de procéder à l’attribution de ces terres, mais sous le contrôle et l’autorité des conseils de tutelle à un niveau plus large11. Il a également pour fonction de régler les éventuels litiges pouvant intervenir au sein des collectivités à différents niveaux de segmentation – fractions lignagères, lignages, lignées... – à propos du partage et de l’attribution des terres collectives à titre de propriété privée.

  • 12 Par élection générale depuis 1973 et non plus seulement « par les chefs de famille qui le composen (...)
  • 13 Baduel qui lui-même se réfère notamment aux conclusions de H. Attia et de S. Omrani.

33Si, depuis peu, les membres du conseil de gestion censé représenter l’ensemble de la « collectivité » (ou segment tribal) sont élus12, le conseil ne semble pas toujours représentatif pour autant, d’après certains observateurs (Baduel, 198413). Mais l’influence du cumda – dont la fonction remplace celle de l’ancien shaykh, devenu fonctionnaire d’État – et de la cellule du parti au pouvoir ne sont certainement pas négligeables dans les rapports de force locaux. Le conseil de gestion est incontestablement, à l’échelle locale, une instance de pouvoir.

34La procédure officielle de l’attribution de terre à ceux qui en font la requête est d’emblée d’une telle lourdeur administrative qu’elle ne peut être que dissuasive. Les demandes sont transmises à tous les échelons avec des délais qui peuvent durer des années. Les procédures sont incompréhensibles pour ces hommes de tribu qui peuvent difficilement admettre la mainmise de l’État sur ces terres, État qui de surcroît leur impose d’interminables démarches pour obtenir des lots dérisoires de terre dont par ailleurs ils s’estiment, eux, les seuls propriétaires légitimes, de même que des ressources en eau situées dans le sous-sol de leurs propres terres.

35L’État qui a tant incité la population à la sédentarisation autour de forages artésiens a été de façon générale très vite dépassé par les demandes ; les lotissements créés ne semblent jamais suffisants, les lots trop exigus : de 1/2 hectare au début, ils peuvent être réduits à 1/8 du fait du morcellement lié aux héritages. Et les interventions de l’État sont limitées ou toujours trop tardives.

36C’est dans ce contexte que l’on peut comprendre le déclenchement d’un processus désormais constamment qualifié d’« illicite ». Dans la palmeraie d’al-Nwâyel, l’initiative serait venue de la seule instance locale, majlis al-taṣarruf, représentant les différentes fractions lignagères, qui aurait pris la décision de donner les terres dans un premier temps à ceux, membres de différents groupes lignagers, qui les avaient demandées selon la procédure officielle, certains depuis des années, sans résultats. Devant les lenteurs administratives, le conseil s’attribue la légitimité de la distribution de lots sans désormais en référer aux autorités supérieures, procédure d’emblée illégale aux yeux de l’autorité officielle.

  • 14 Seuls en effet les puits de superficie captant les eaux à moins de 50 mètres sont autorisés : avec (...)

37Aux hommes devenus propriétaires revient ensuite l’initiative de créer des puits dès lors qualifiés d’illicites puisque pour atteindre la nappe, celle du complexe terminal, il faut creuser à une profondeur d’environ 90 à 100 mètres, parfois moins, pour obtenir un forage jaillissant. Or un article du décret beylical datant de 1933, repris dans la législation moderne, précisait déjà que la domanialité des eaux serait générale au-dessous de 50 mètres14 comme si il y avait déjà eu à l’époque l’appréhension ou le pressentiment que l’accès à ces eaux serait un jour possible par les individus à titre privé.

38Cette affaire, la première du genre, a très vite créé des remous dans la région. Le gouverneur, la justice s’en sont saisis, le conseil de gestion a été démis de ses fonctions – ce qui montre bien les limites de son pouvoir -, l’attribution de terres, bloquée. Une position ambiguë toutefois a été adoptée par les autorités, laissant deviner l’état d’esprit qui demeure jusqu’à aujourd’hui : le gouverneur aurait régularisé la situation, c’est-à-dire entériné les faits, mais en réduisant de moitié la superficie des lots attribués.

39Fait significatif, dans cette même communauté d’al-Nwâyel, s’étaient déjà développés, du moment où l’on ne passait pas par les procédures légales, mécontentement et sentiment d’injustice parmi les autres membres du village, c’est-à-dire les membres des différentes fractions lignagères : puisque l’on n’avait plus affaire à l’État, si le conseil de gestion, majlis al-taṣarruf, attribuait des terres à certains, pourquoi pas à tous puisqu’il s’agit toujours à leurs yeux d’une terre collective à laquelle tous peuvent prétendre ? L’autorité et l’impartialité du conseil sont contestées ; allusion est faite pour ce qui concerne al-Nwâyel (Morvan, 1991, p. 74) à un « conseil de chefs de arouch » -sans doute faut-il entendre un conseil d’anciens, représentant traditionnellement les différentes fractions lignagères -, finalement ressenti par les hommes de tribu comme seule autorité légitime.

40Mais dans la chronique des faits qui nous sont relatés (Morvan, 1991), nombre d’entre eux encore méritent d’être décryptés et paraissent également significatifs :

  • L’attribution de terres a lieu indifféremment au profit de petits propriétaires ou de propriétaires plus aisés : il ne s’agit donc pas seulement de distribuer de la terre à ceux qui n’en ont pas ou peu, mais peut-être de distribuer, nous sommes autorisés à en faire l’hypothèse, en fonction de hiérarchies anciennes dont nous ignorons tout.
  • Les manifestations de mécontentement de certains membres de tribu lorsque les lots qui leur ont été attribués se révèlent non exploitables (du fait de la présence de dunes, de la proximité de terres salines...), mécontentement qui semblerait avoir fait resurgir des conflits interlignagers ; et dès lors la décision prise par le conseil de gestion, toujours sans se référer aux conseils de tutelle, d’attribuer des lots de un hectare à tout homme majeur qui en fait la demande, quel que soit son lignage d’appartenance.
  • Le recours pour ce faire à une procédure strictement égalitaire, afin d’éviter toute injustice et de prévenir tout conflit : un tirage au sort, toujours organisé par le conseil de gestion, qui renvoie significativement à une procédure tribale coutumière traditionnelle de partage des terres de labour après les pluies15. La procédure est familière aux hommes de tribu. Dès lors, tout le monde accepte la règle du jeu et se plie à la loi égalitaire du hasard.
  • Enfin, une fois les problèmes internes résolus, une solidarité forte entre segments lignagers de l’ensemble du groupe, du moins au niveau de la communauté villageoise, contre toute intervention de l’État. C’est le groupe tribal dans son ensemble qui se resserre et s’insurge contre l’État.
  • 16 L’investissement initial est estimé à 20 000 à 30 000 dinars, somme conséquente qui se voit divisé (...)
  • 17 Des sondes à main apparaissent au Nefzâwa dans les années 1970, relayées par des sondes à moteur d (...)
  • 18 Les lots de un hectare sont déjà d’une superficie très confortable. On estimait dans les années 19 (...)

41Le phénomène est contagieux, se propage, s’amplifie. Ailleurs, dans d’autres oasis nouvelles, des hommes de différents groupes lignagers, de différentes tribus, s’approprient seuls des terres et cette fois sans ou contre l’avis du cumda et du majlis al-taṣarruf. Généralement groupés en association d’une douzaine à une vingtaine de personnes, ils réunissent les fonds nécessaires à l’achat des matériaux et de l’équipement16, entreprennent ensemble, grâce à des techniques artisanales17, des forages illicites puis se répartissent équitablement la terre en lots de un hectare chacun aussitôt mis en valeur18.

42N’oublions pas non plus que, selon la sharîca, une terre vivifiée devient milk, bien privé. Ainsi, aux yeux des hommes de tribu, hormis le piratage de l’eau (car il nous est dit qu’ils n’ont pas pleinement conscience des risques de surexploitation de la nappe – et d’ailleurs les a-t-on tenus informés ? La responsabilité de l’État est à cet égard essentielle), leurs actes sont doublement légitimes, selon le droit coutumier et selon le droit religieux.

  • 19 Notons qu’un certain flou existe dans tous les travaux existants à ce jour quant à la terminologie (...)

43D’après les éléments dont nous disposons, les hommes qui se regroupent en associations peuvent aussi être de lignages différents, comme à al-Nwâyel, mais appartiennent bien, dans la mesure où la nouvelle agglomération est de population homogène, au même groupe tribal, les cAdhara (Morvan, 1991). La tension entre lignages semble s’y être relâchée et les susceptibilités sont moins vives sur les limites des territoires de chacun. À al-Jemna, vieux centre sédentaire, le lignage, carsh19, reste à la base de l’organisation des périmètres irrigués. Alors que, durant la période coloniale, la distribution des terres avait été faite par lignages, « le facteur lignager reste déterminant quant à la localisation des implantations privées » (Brochier, 1995, p. 136). L’analyse de la formation de la cité de Douz montre un développement de l’habitat « respectant rigoureusement les limites des terres collectives de chaque fraction, de sorte qu’aujourd’hui, les membres de ces différentes fractions voisinent mais restent parfaitement séparés par ces mêmes limites devenues administratives de quartiers » (V. Bisson, 1994, p. 49). Tandis qu’à al-Fawâr, formé de deux grands groupes tribaux d’origines différentes, Ghrîb et Ṣabriyya, le contrôle quant à la localisation aussi bien des périmètres étatiques que des périmètres privés est scrupuleusement exercé par les groupes eux-mêmes représentés chacun par un conseil de gestion différent. Au sein d’al-Fawâr même, la frontière entre les territoires des deux groupes tribaux est source de contestation. Aucun projet n’existe regroupant Ghrîb et Ṣabriyya indifféremment. Deux puits ṣabrîyajugés trop proches du territoire ghrîb (ou dénoncés comme étant en territoire ghrîb...) ont été signalés à la police à qui les Ghrîb demandaient d’intervenir pour interrompre les forages entrepris par des Ṣabriyya (Brochier-Puig, à paraître).

44Dans la seule oasis d’al-Nwayel, où une étude minutieuse a été menée (Morvan, 1991 ), 51 sondages ont été recensés en 1990, malgré 1 ’ interdiction et une répression qui tente de s’affirmer. Sur une superficie actuelle de 856 hectares, 253 hectares relèvent de la palmeraie légale où eau et terre ont été attribuées par l’État, 653 hectares ont été mis en valeur grâce à ces 51 forages illicites exploitant un minimum de 260 litres par seconde, ce qui est déjà considérable à l’échelle d’une communauté.

  • 20 « Des terres melk mais sans papiers ! » commente un technicien agricole (Morvan, 1991, p. 77).

45Une distribution aurait bien eu lieu deux années de suite en 1988 et 1989, toujours à al-Nwâyel, le conseil de gestion attribuant automatiquement des lots de un hectare à tout homme jeune ayant atteint sa majorité20. La quasi-totalité des jeunes gens étant demandeurs, on mesure l’ampleur du mouvement (Morvan, 1991, p. 77).

  • 21 Toutes les nappes profondes sont caractérisées par un faible renouvellement, « au point qu’il y au (...)

46Mais le phénomène est général, des périmètres « illicites » surgissent partout. En 1992, 800 « puits illicites » étaient dénombrés dans la région, et 8 000 hectares de « palmeraie illicite ». La superficie à exploiter prévue par l’État a été doublée par les périmètres « illégaux » et l’eau « piratée ». Le risque d’une surexploitation de la nappe est réel21.

47Si des périmètres se créent en des lieux dispersés, c’est aussi que les hommes de tribu vont sur des terres tribales plus lointaines, leurs anciennes terres de parcours, souvent distantes de la communauté villageoise où ils habitent. Pour eux, les terres des tribus ne se limitent pas strictement aux terres, certes reconnues collectives et attribuées à la collectivité villageoise, mais situées tout proches et autour de l’agglomération. Les lieux n’ont pas la même centralité pour l’État et pour les nomades.

48« Illicites », les forages se font, dans un premier temps du moins, clandestins, loin des puits ou des routes, difficiles d’accès pour les services de contrôle. Les puits sont forés de nuit afin de déjouer les tournées éventuelles de surveillance.

  • 22 Mais l’analyse précise de Vincent Bisson est remarquable en ce qu’elle montre également qu’un urba (...)

49Le phénomène d’urbanisation, général dans les zones tribales sahariennes, relève de cette sorte d’illégitimité. La croissance fulgurante d’une urbanisation spontanée observée par les géographes (J. Bisson, 1986) est fondée sur l’occupation par les tribus (ou aussi bien par les différentes fractions relevant d’une même tribu) de terres qu’elles estiment leurs et qu’elles revendiquent comme telles (Morvan, 1991)22.

  • 23 L’étude précise menée par Y. Jusserand (1994) sur un secteur de la Nefta d’aujourd’hui est très pr (...)

50Cette façon de se jouer des interdits édictés par l’État pourrait aussi bien être observée au sein des oasis ; « la capacité de refus aussi et l’opposition farouche dont cette société sait faire montre chaque fois qu’une quelconque tentative était faite pour changer le mode de partage des eaux » ont été soulignées naguère pour le Jarîd (Rouissi, 1973, p. 93-94). La société oasienne a une vieille tradition autonomiste par rapport au pouvoir central, et des parallèles pourraient être faits entre communautés rurales sédentaires et communautés tribales autrefois nomades dans les arrangements qu’elles parviennent à trouver ou dans leurs ruses23, qui relèvent d’une lutte sourde, tenace, inventive contre toute ingérence extérieure.

51L’État se trouve ainsi pris à son propre piège. Les autorités se disent débordées, incapables de parvenir à contrôler un phénomène d’une telle ampleur qui s’est progressivement généralisé à tous les groupes tribaux que l’on a voulu sédentariser et qui s’estiment dépossédés de leurs droits sur les terres.

52Peut-on vraiment encore parler de clandestinité, ou le terme même de clandestinité, si volontiers repris, vient-il plutôt masquer l’inefficacité de l’État ? Les nomades ne semblent plus vraiment cacher leurs entreprises de forages. Les mesures prises par l’État pour l’instant sont d’ailleurs peu énergiques, sans commune mesure avec la politique conduite au début dans ces vieilles oasis comme Tozeur où, à la mise en valeur privée et illicite – une extension de la palmeraie qui s’y était produite- les autorités avaient répliqué par une action spectaculaire, violente, radicale, une intervention au bulldozer avec arrachage des plantations et nivellement des terrains. Elles y étaient autorisées par la loi elle-même d’ailleurs, un article du Code des eaux prévoyant en effet que l’administration peut, en cas d’urgence, prescrire par arrêté la démolition immédiate de tout ouvrage établi sur le domaine public sans autorisation.

53Face aux tribus, alors que l’administration dispose de la même loi, l’État se montre plus prudent, plus timoré. La répression contre les nomades serait-elle plus risquée, la révolte toujours possible ? Mais dans les vieilles cités oasiennes aussi, l’État est obligé de composer. A Tozeur, après la répression et devant le mécontentement qui s’exprimait avec force, deux périmètres ont été successivement légalisés sans que cesse pour autant la mise en valeur « privée » (Kassah, 1996, p. 198). Comme s’il y avait là un jeu entre les communautés et un État toujours pris de court.

  • 24 La lenteur de l’administration n’a d’égal que la fulgurance des actions concrètes entreprises pour (...)

54La répression en ancienne zone nomade reste très limitée. On repère 16 opérations de colmatage des puits seulement pour tout le Nefzâwa en 1988 (Morvan, 1991, p. 128) ; mais même les interventions plus énergiques ne désarment pas les hommes. Et c’est comme une petite guerre qui se livre : tiges et barres jetées dans les puits afin d’entraver le creusement sont récupérées et servent d’outils pour le creusement qui reprend ; la cimentation est tout aussi inefficace. Quant aux démarches administratives, elles sont aussi pesantes pour les autorisations d’interventions répressives que pour les autorisations d’attribution de lots24 !

55Entre 1981 et 1992, seuls 425 puits, soit un peu plus de la moitié, auraient fait l’objet de constats notifiés par des procès-verbaux. En 1989, 100 procès-verbaux de contravention auraient été dressés contre les propriétaires de nouveaux puits.

56Mais l’amende ne représente pas grand-chose quand elle est partagée par l’ensemble des associés. Plus encore, elle serait « perçue comme une reconnaissance tacite du fait accompli et une légalisation du forage et du périmètre auquel il a donné lieu » (Kassah, 1996, p. 206). Cette dernière information est doublement instructive car elle montre aussi les limites de l’intervention répressive étatique. Le sens même de l’activité de l’État est détourné et retranscrit dans un langage différent du sien. Dans cette société qui reposait largement sur l’oral et où le simple témoignage oral valait pour preuve, on n’a jamais ignoré l’importance de l’écrit pour le pouvoir central, aussi bien beylical que colonial et moderne. Ainsi, aux yeux des hommes de tribu, si des représentants de l’État consignent leurs actes par écrit, c’est bien qu’ils en reconnaissent l’existence, et un document écrit, quel qu’il soit, leur donne une légitimité.

  • 25 Les techniciens employés au CRDA sont le plus souvent étrangers à la région où ils travaillent. S’ (...)

57L’attitude officielle, depuis le Commissariat régional de développement agricole jusqu’aux plus hautes instances, au sous-secrétariat à l’Agriculture, se résume en un haussement d’épaules. « Quand la nappe arrivera à épuisement, ils seront bien obligés de s’arrêter ! » Comme si seules les limites des ressources naturelles pouvaient les faire céder. C’est le statu quo, l’attente, une quasi-impuissance, une répression limitée et dont les nomades savent tirer les avantages25. Ainsi, les autorités sont bien contraintes parfois, et notamment en ce qui concerne l’urbanisation sauvage, de régulariser un état de fait : et dès lors, si la possibilité de régulariser existe, on peut comprendre que les tribus tentent de faire admettre la création, sans les autorisations préalables, de superficies irriguées. Cette politique de laisser-faire est constatée dans toutes les analyses. Elle est d’ailleurs générale au pays et non pas spécifique au Sahara. Mais les faits sont si spectaculaires et avec des conséquences prévisibles si graves au Nefzâwa, que l’attentisme officiel en devient plus remarquable et surprenant.

58Ainsi, tout un jeu de rapports de force s’est instauré entre État et communautés tribales qui mettent l’État au défi. L’État détient une arme importante, l’exclusivité du recours à une nappe plus profonde dont il peut décider de faire bénéficier uniquement les palmeraies légales créées par lui et qui souffrent déjà d’une baisse de débit des anciens forages.

59Mais les hommes de tribu devenus agriculteurs entreprenants, dynamiques, avisés des choses de la terre, ont désormais un poids économique considérable avec la production des périmètres illicites que l’État ne peut feindre d’ignorer et dont également il ne peut déjà plus se passer. Certaines palmeraies de plusieurs centaines d’hectares restent toujours pourtant dissimulées en zone de dunes. Les autorités en connaissent l’existence mais ne s’y hasarḍent pas. On nous dit ne pas être parvenu à savoir où elles se situaient (Morvan, 1991). Et sur les conditions dans lesquelles s’organisent les associations, les hommes sont peu bavarḍs ; on se refuse en tout cas à révéler, à ceux qui viennent enquêter, le nom de celui qui en a eu l’initiative (Brochier-Puig, à paraître).

  • 26 Et l’administration montre d’ailleurs la plus grande prudence... « On leur refuse encadrement tech (...)

60Les hommes de tribu sont solidaires du secret, ils légifèrent de façon autonome sur ce qu’ils estiment toujours être leurs terres. Seule instance reconnue par eux, l’instance tribale, leur conseil d’anciens ; seul droit respecté, le coutumier qui leur reconnaît la jouissance et dès lors aujourd’hui la propriété des terres qu’ils mettent en valeur. Comment interpréter d’ailleurs que l’on entretienne cette atmosphère du secret, du caché, de petite guerre par rapport au pouvoir ? Il n’y a plus de secret pour personne en effet ; et le traitement d’images provenant de satellites permet de visualiser les palmeraies qui ont surgi et de mesurer l’ampleur du phénomène ; mais toujours dans un souci de ne pas conférer en quelque sorte une valeur légale à ces périmètres, on se garde de les cartographier (Kassah, 1996)26...

61Le statut collectif des terres est explicitement considéré par les autorités de l’État comme un ultime archaïsme. Face à l’opposition de populations décidément rebelles, il leur reste encore et toujours le recours à une législation répressive. Une nouvelle loi, se voulant plus efficace, d’esprit décentralisateur, a été édictée en février 1988 contre l’usage qui est fait des terres collectives, avec pour but de freiner le développement des palmeraies clandestines. Cette loi donne pouvoir au gouverneur de s’opposer à toute distribution ou accaparement de terre qui aurait lieu sans l’aval du conseil régional. Mais, selon les techniciens qui travaillent à l’échelle locale, jusqu’à nos jours, la loi reste inappliquée.

Ces regards citadins sur le monde rural

62« L’indépendance éprise d’industrialisation et de mise en culture intensive, écrivait Berque (1978, p. 56) plus généralement à propos du Maghreb, ne s’est guère jusqu’ici montrée plus favorable aux transhumants nomades et autres irréguliers... »

63Pour l’État moderne, l’intégration des tribus nomades est-elle à interpréter comme un processus de construction de la solidarité nationale ? L’adoption et l’appropriation par le nouvel État des instruments de la politique occidentale, « au premier rang desquels, l’État rationnel », ont été soulignées (Camau, 1987, p. 5-6). « Lecteur d’Ibn Khaldûn, (Bourguiba) était hanté par l’inclination à l’insubordination (...). La mise en cause des démons de l’anarchie et du tribalisme apparaît comme une constante, voire une obsession que l’on ne saurait imputer au seul rationalisme de l’intellectuel moderniste. »

64N’y avait-il pas quelque chose alors en ce nouveau chef d’État de cette peur séculaire des Bédouins qui a resurgi à différents moments de l’histoire tunisienne ? On est en droit de le croire : Bourguiba, comme les Français qui l’ont précédé, aurait été ainsi aveuglé par ses vues de citadin.

65Cette idéologie qui fait de la sédentarisation un synonyme de développement et de progrès, ou du tribalisme une entrave au progrès associé en revanche à un contrôle étatique fort, est, il est vrai, aussi largement répandue au Moyen-Orient. Mais ce qui semble particulièrement saisissant dans les discours de Bourguiba et des hommes au pouvoir, c’est ce qu’on peut déceler de la méconnaissance des savoirs des hommes de la terre, des ruraux, des hommes de tribu, ou plutôt du refus de les reconnaître et d’un mépris absolu pour tout ce qui est traditionnel.

66À ce peuple inculte, Ben Achour (1987) revient à maintes reprises dans un article sur « Bourguiba et le redressement moral ». Dus, selon le chef de l’État, à l’absence d’État intégrateur, les « mauvaises habitudes », pire encore « les mauvais instincts » sont dénoncés, les tares historiques des citoyens énoncées : forte propension à l’anarchie et à la division, individualisme exacerbé et esprit de clan (la fameuse caṣabiyya), impossibilité de se soumettre à la règle et au consentement, mauvais penchants anarchiques, manque de discipline ; non seulement, résistance aux changements et à l’innovation, ignorance et superstition... Ce vocabulaire, celui de Bourguiba lui-même, prend sens avec ce qui se déroule concrètement dans la région rurale la plus excentrée de son pays et qui vient d’être décrit.

67« Le civisme, caractéristique essentielle de la citoyenneté, suppose discipline et obéissance à l’État. » Et si seule la discipline ouvre les portes de la démocratie participante, réelle et des libertés, il faut donc apprendre à se soumettre à l’État et à ses lois, « le citoyen apprendra le civisme en démocratie surveillée » (Ben Achour, 1987, p. 152). L’arriération des populations rurales-rurales au sens large-et cette exigence affirmée d’une démocratie sous surveillance amènent logiquement à ce que la paysannerie soit guidée, orientée, aidée, éclairée. L’archaïsme des techniques d’exploitation de la terre, notamment, est fréquemment souligné et justifiera toujours le recours aux experts, aux ingénieurs, aux techniciens, si éloignés qu’ils soient de la réalité paysanne.

68Mais si la modernisation de l’agriculture est, ajuste titre, un thème récurrent, le caractère primitif des populations reste la hantise, et la tâche à entreprendre, celle de civiliser le monde rural (Gachet, 1987). Le modèle technique, en tout cas, est déjà présent... Dans son discours d’octobre 1964, prononcé à Tozeur, le lieu même de savoirs séculaires en matière d’irrigation, le chef d’État ose la référence :

« Pour tirer de la terre ce qu’elle peut donner, il est nécessaire de mettre à profit les techniques modernes : l’exemple des anciens colons français est là pour nous édifier. »

69Nous voilà édifiés à notre tour.

  • 27 Article 14, alinéa 1 (nouveau) : « Le droit de jouissance familiale ou individuelle exercé par les (...)
  • 28 Et on connaît cette phrase on ne peut plus éclairante du chef de l’État : « Il n’y aura plus de Be (...)

70Le vocabulaire législatif évolue au fur et à mesure des lois et décrets promulgués. Si le terme de tribu est encore clairement employé au tout début de l’indépendance (décret 57-75 du 28 septembre 1957, relatif à l’organisation financière des tribus), le terme de « groupement », relayé par celui de « collectivité », apparaît déjà dans la loi 59-83 du 21 juillet 1959, ayant pour but de fixer le régime organique des terres collectives27. Puis, dès 1964, seul le terme de « collectivité » subsiste. Le tribalisme disparaît des textes officiels. Il ne sera évoqué dans les discours du chef d’État, du moins ceux prononcés en pleine zone tribale, que pour être banni. Lorsque Bourguiba s’adresse aux nomades, aux hommes de tribu, c’est en effet pour leur dire qu’il leur faut disparaître en tant que tels. La disparition du nomadisme est étroitement liée à la dissolution de l’appartenance tribale. Alors qu’il vient de parler des bienfaits de la sédentarisation, explicitement synonyme de civilisation, et d’évoquer les moyens mis en œuvre pour y parvenir (orienter les nomades vers les cultures irriguées et l’arboriculture, et, pour ce faire, mettre à jour les ressources hydrauliques, déterminer les superficies irrigables, les allotir, les distribuer en vue de leur mise en valeur), il en vient explicitement au lien entre les hommes dû à une même ascendance qui fonde leur appartenance, et entend bien en contester désormais la légitimité. « La force de l’État provient de l’attachement de l’homme à la portion de terre où il vit. Plutôt que de tenir à la communauté des ancêtres – comme c’est le cas pour les Beni-Zid, les Beni-Hemmam, les Beni-Ghanem –, les liens doivent se référer à la terre28. »

71D’ailleurs les termes employés par les hommes de tribu eux-mêmes, qabîla, « tribu », et carsh, « segment tribal », « lignage », ne sont jamais repris dans le langage administratif qui désigne du terme neutre de majmûca, « collectivité », ou farîq, « groupe », toute communauté ou partie de cette communauté.

Sédentaires, mais hommes de tribu : la valeur symbolique des anciennes terres tribales

72« Lorsque les nomades se sédentarisent, ils disparaissent pour les experts en tant que groupe spécifique » (Bocco, 1990, p. 102) ; appliquée au cas jordanien, cette constatation a valeur générale. A l’analyse des différents textes que j’ai pu faire, jusqu’à ceux des scientifiques, elle se vérifie aussi bien au Sahara tunisien.

73« La création des nouvelles palmeraies a permis à des Ghribs de se transformer en paysans », peut avancer un géographe à propos de la création en zone frontalière de Regim Mactûg (Kassah, 1989, p. 107). En paysans ? Le sont-ils vraiment devenus en une génération, au même titre que d’autres paysans ? Ont-ils perdu leur spécificité ? Tout le monde, il est vrai, parle de paysannerie ;fAllâḥîn est le terme qui désigne les anciens Bédouins. Fallâḥîn, agriculteurs, arboriculteurs : seuls ces termes apparaissent dans les textes et les discours.

74Voilà les hommes de tribu devenus sédentaires et productifs, et ils le sont, incontestablement ! Leur dynamisme, leur esprit d’entreprise, leur solidarité – qu’ils puisent sans doute amplement dans des valeurs proprement tribales –, leur sens de l’organisation, leur apprentissage rapide de l’agriculture et des façons culturales nouvelles, leur maîtrise des techniques d’exhaure les plus sophistiquées, leur adaptation à un monde dans lequel ils ont été, au moins au début, projetés sont remarquables.

75Les oasiens seraient-ils moins entreprenants, moins audacieux que les nomades ? Eux aussi, pourtant, ont partout répondu aux lenteurs de l’État en créant des périmètres nouveaux là où c’était possible. Mais ils ne disposent ni des ressources en eau ni des espaces dont les nomades peuvent s’emparer. Les nomades, de surcroît, sont des hommes neufs par rapport à l’agriculture et ils ont à leur disposition des espaces vierges auxquels ils ne donneraient aujourd’hui des limites que tribales. Ils ne connaissent rien d’autre en ce qui concerne la phœniciculture que les façons culturales les plus performantes, ils ne sont pas encombrés d’habitudes anciennes, de vieux réflexes qu’une tradition séculaire de l’irrigation et de l’agriculture a laissés aux oasiens, ni de préjugés ou de scrupules comme cette réticence à travailler la terre que l’on trouve encore dans la génération des anciens propriétaires. Et la rentabilité d’une production comme celle de la dagla est un fort encouragement.

76La résistance aux changements que dénonçait le chef de l’État lors de l’indépendance a été balayée. S’il était nécessaire de mettre à profit les techniques modernes, les nomades ont entendu la leçon. L’État est mis devant le fait accompli : confronté à une telle réussite, si spectaculaire qu’on ne saurait plus l’appeler clandestine, il ne peut que s’incliner.

« Il est nécessaire que la République réussisse dans son entreprise de sédentarisation des nomades, dont l’errance vide parfois totalement des quartiers et même des circonscriptions entières de cheikhat. Il y a là un défi à l’organisation de l’État. » (Bourguiba, discours du 24 novembre 1958). »

77Mais, sédentarisés, ils lancent encore un défi. À utiliser les propres armes de l’État, les anciens nomades auront, à leur manière, eu le dernier mot.

  • 29 Car il s’agit désormais de repeupler un Sahara devenu dangereusement désert, tout proche de fronti (...)

78Nomades, ils ne le sont plus ou presque plus. Un dernier grand projet étatique à visée politique frontalière va achever de fixer les derniers lambeaux de groupes errants29. L’État a enfin réussi dans sa politique de sédentarisation. A-t-il obtenu pour autant une détribalisation réelle des groupes ? A l’examen des matériaux dont nous disposons, nous pouvons en douter. Et les actions de ces groupes, leurs agissements, montrent bien qu’ils font fi de l’autorité et de réglementations qu’ils ne reconnaissent toujours pas. C’est bien au nom de leur coutumier tribal, à leurs yeux toujours en vigueur, qu’ils agissent ; ce coutumier, du fait de la législation mise en place, n’a pas de légalité. Quant à la légalité selon l’État, ils feignent de l’ignorer, et cela ne leur réussit pas si mal...

79C’est un peu comme s’ils disaient : « Vous nous avez voulus paysans producteurs : nous y voilà ; nous n’avons guère eu le choix. Vous nous imposez des limites, des barrages, des frontières, nous n’en avons que faire, des périmètres quadrillés et bornés, mais ils ne nous suffisent pas, nous en voulons plus, nous allons au-delà, partout où les terres nous appartiennent de façon ancestrale. » Pour ceux que je nommerai sinon encore nomades, du moins hommes de tribu, décidément incontrôlables et que le pouvoir d’ailleurs n’ose toujours pas affronter, il n’y a toujours pas de frontières autres que tribales.

80Il est possible çà et là que le segment tribal s’identifie progressivement au village même où il réside et ne connaisse plus que des tensions entre fractions lignagères en son sein, comme s’il était à lui seul un modèle réduit de la tribu d’autrefois. Dans ces communautés villageoises qui ont été formées, les frictions qui ont pu surgir entre fractions tribales s’estompent au profit d’une solidarité entre elles, solidarité que l’on peut appeler alors villageoise (... ou encore tribale à dire vrai, puisque ces différents groupes lignagers, à al-Nwâyel par exemple, qui chacun se réclament d’un ancêtre commun, relèvent aussi d’un même segment tribal). S’estompent, mais parfois aussi à l’occasion se réactivent, finalement tout comme autrefois au sein de la tribu plus large. Et si le sentiment d’appartenance à ces communautés existe, pour autant, la tribu s’est-elle laissée parcelliser, morceler, les cadres administratifs rigides ont-ils eu raison de la tribu dans son ensemble ? Nous ne savons pas grand-chose des relations qu’entretient un segment avec les autres segments de la même tribu dispersés et sédentarisés ailleurs.

81Le Nefzâwa offre à l’anthropologue comme une situation expérimentale, puisque certains villages ont été peuplés non pas de différents segments d’une même tribu, mais de segments de tribus différentes. Il offre ainsi la possibilité de tester la réussite ou non d’une politique qui vise à créer des collectivités rurales réellement détribalisées. Dans cette palmeraie d’al-Fawâr par exemple, constituée, par la force des choses, de tribus différentes puisqu’à l’origine elle était traditionnellement le lieu d’attache à l’automne de tribus d’origines diverses, l’appartenance au village prime-t-elle sur l’appartenance tribale ? Rien n’est moins sûr. Ghrîb et Ṣabriyya sont constamment sur le qui-vive en ce qui concerne l’implantation par les uns et les autres de nouveaux puits (Brochier-Puig, à paraître).

  • 30 Notons le glissement de vocabulaire récemment remarqué (Brochier-Puig à paraître) qui se fait plus (...)

82Que la création des périmètres dits illicites30 soit une réponse au manque d’eau, au morcellement excessif des palmeraies officielles, au nombre insuffisant de lots pour les nouveaux demandeurs qui pressent les autorités (Allard, 1993, p. 52), est certain. D’autant que, comme cela est justement souligné (Kassah, 1996, p. 173), « toute création de forage donne une valeur insoupçonnée aux anciennes terres de parcours » et entraîne « des tensions aiguës entre les différentes fractions tribales, et aussi bien entre les membres d’une même fraction de lignage ». Mais cette demande frénétique de terre n’est pas à interpréter uniquement comme un engouement pour l’agriculture, même si celle-ci s’avère, après de nombreux efforts et un certain temps tout de même, très rentable ; cet acharnement à cultiver ne saurait être dû uniquement à une spéculation sur des avantages économiques incontestables. A cette valeur nouvelle des terres, et qui se révèle si soudainement, il faut ajouter leur indissociable valeur symbolique, leur forte valeur identitaire qui transparaît clairement d’ailleurs aussi bien dans le processus de construction urbaine (V. Bisson, 1994). Dès lors, on comprend d’autant mieux cette tension observée entre fractions tribales, entre lignages dont les membres, à al-Nwâyel par exemple (Morvan, 1991, p. 61), exigent tous d’avoir droit d’accéder à la terre dans les nouveaux périmètres ; et cette tentative des autorités, devant cette forte demande, de partager les lots autant que possible et dans un souci d’égalité en attribuant des parts dérisoires, ce qui, on l’a vu, ne résout rien.

83D’ailleurs, tous les lots réclamés, revendiqués (ou « accaparés » selon les instances étatiques), ne sont pas exploités. Mais même pour les propriétaires absentéistes, ce qui semble important avant tout pour chacun d’entre eux, c’est d’avoir sa part, sa part en tant que membre de la tribu, d’une terre qu’ils considèrent comme tribale. Les représentations de la structure tribale que les hommes expriment toujours en termes généalogiques se projettent d’autant plus fortement désormais dans le rapport à la terre.

84Et les événements qui se produisent aujourd’hui, si spectaculaires par leur ampleur, amènent à envisager différemment les demandes de bornage et d’allotissement qui affluaient au bureau des Affaires indigènes à l’époque coloniale. Dans la demande pressante des nomades auprès des autorités, faut-il voir, comme je l’avais interprété alors (Bédoucha, 1987), leur ultime recours... ou bien déjà leurs craintes, leur pressentiment d’une spoliation, leur désir de contrôler le territoire tribal, ces traditionnelles terres de parcours pour lesquelles la lutte est devenue si intense ?

85C’est plutôt dans ce sens qu’irait mon interprétation : il s’agit tout autant d’une tentative, par les anciens groupes nomades, avec les moyens du bord, de réappropriation des anciennes terres tribales dont ils s’estiment dépossédés et de la réaffirmation par là même de leur appartenance tribale : d’une certaine façon, de ne pas laisser se dissoudre une identité dont je puis témoigner qu’elle était très vivement affirmée il y a une vingtaine d’années.

86J’ai tenté de débusquer les signes qu’elle n’avait pas encore pleinement disparu.

Bibliographie

Références bibliographiques

Allard, S., 1993a, « El Faouar. De la sédentarisation des nomades à la croissance des oasis », mémoire de maîtrise, Montpellier, université Paul Valéry, département de géographie.

— 1993b, « Des tribus nomades aux communautés oasiennes. Recherches d’une problématique sur le Nefzaoua (Sud tunisien) », mémoire de DEA, Montpellier III, université Paul-Valéry, département de géographie.

Baduel, A. et P., 1980, « Le pouvoir de l’eau dans le Sud tunisien », ROMM, 30, p. 101-131.

Baduel, P.-R., 1984, « L’intégration nationale des pasteurs pré-sahariens, (Tunisie) », in Baduel P.-R. (éd.) Enjeux sahariens, Paris, Éditions du CNRS, p. 393-420.

Bédoucha, G., 1987 « L’eau, l’amie du puissant ». Une communauté oasienne du Sud tunisien, Paris, Éditions des Archives contemporaines (coll. « Ordres sociaux »).

Ben Achour, Y., 1987, « La réforme des mentalités : Bourguiba et le redressement moral », in Camau M. (éd.), Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ?, Paris, Éditions du CNRS, p. 145-159.

Berque, J., 1978, « Les Hilaliens au Maghreb », in De l’Euphrate à l’Atlas. Espaces et moments, Paris, Éditions Sindbad, p. 55-67.

Bisson, J., 1986, « De la zaouia à la ville : el Abiodh Sidi Cheikh ou la naissance d’une ville nomade’’, in Petites villes et villes moyennes dans le monde arabe, Tours, Cahiers d’urbama, fascicule 16, p. 139-152.

—, 1991, « Un front pionnier au Sahara tunisien : le Nefzaoua ». Bulletin de l’Association des géographes français, 68, p. 299-309.

—, 1991, « Le Sahara dans le développement des États maghrébins », Monde Arabe, Maghreb Machrek, 134, p. 3-25.

Bisson, V., 1994, « Douz, la ville des Merazig. Permanences lignagères et dynamiques urbaines au Sahara tunisien », Mémoire de maîtrise de géographie, université de Tours.

Bocco. R., 1989, « Espaces étatiques et espaces tribaux dans le Sud jordanien. Législation foncière et redéfinition des liens sociaux », Maghreb-Machrek, Espaces et Sociétés du monde arabe », 123, p. 144-162.

—, 1990, « La sédentarisation des pasteurs nomades : les experts internationaux face à la question bédouine dans le Moyen-Orient arabe (1950-1970) », Cahier de sciences humaines, 26, p. 1-2.

Bouderbala, N., 1984, « Le régime juridique des eaux à usage agricole au Maroc », in La Question hydraulique, Rabat, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, p. 45-117.

Bourguiba, H., – « Mettre un terme au nomadisme », discours du 24 novembre 1958 prononcé à El-Hamma.

—, « Fixer les hommes sur la terre », discours du 19 mai 1960.

—, « Bannir à jamais le tribalisme », discours du 8 novembre 1968 prononcé à Gammouda.

—, « Il faut extirper de nos cœurs cet instinct tribal malfaisant », discours du 22 février 1973 prononcé à Maknassy.

Brochier, J., 1994, « L’oasis de Jemna (Nefzaoua, sud-ouest de la Tunisie). Étude des logiques de la croissance urbaine », Mémoire de maîtrise de géographie, Montpellier, Université Paul-Valéry.

Brochier-Puig, J., (à paraître) « Organisation de l’accès à l’eau hors des structures étatiques : cas des anciens nomades au Nefzaoua ».

Camau, M., 1987, Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS.

Gachet, J.-P., 1987, « L’agriculture : discours et stratégies », in Camau M. (éd.), Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, p. 181-228.

Gaillard, capitaine, 1957 « Quelques aspects du problème de l’eau dans les oasis », Les Cahiers de Tunisie, 17-18, p. 7-21.

Jusserand Y., 1994, « Gestion de l’eau dans l’oasis de Nefta ben Ali », Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme du CNEARC, spécialisation « Gestion sociale de l’eau ».

Kassah, A., 1989, « Sédentarisation des nomades et mise en valeur agricole : les Ghribs à Regim Maatoug », Géographie et développement, 8-9, p. 97.

—, 1995, « L’Eau et l’agriculture irriguée en Tunisie : essai de bilan », in Cherif A. et Kassah A. (eds.), L’Eau et l’agriculture irriguée en Tunisie, Tunis, Publications de la faculté de la Manouba : 9-35.

—, 1996, Les Oasis tunisiennes, Aménagement hydro-agricole et développement en zone aride. Tunis, Publications Ceres, série géographique 13.

Lahmar, M., 1994, Du mouton à l’olivier. Essai sur les mutations de la vie rurale maghrébine. Tunis, Ceres Production.

Mamou, A., 1993, « L’oasis fille de l’eau », al-Madar 1, numéro spécial « L’homme et la maîtrise de l’eau en Tunisie », p. 113-124.

—, 1995 « Le développement des zones sahariennes en Tunisie et son incidence sur les ressources en eau », in Les Oasis au Maghreb. Mise en valeur et développement, Tunis, Cahiers du Ceres, série géographie n° 12, p. 71-86.

Moreau, P., 1947, Des lacs de sel aux chaos de sable. Le pays des Nefzaouas, Tunis, Publications de l’IBLA, 11.

Morvan, T., 1991, « Nouïel, oasis du Nefzaoua. De la source aux forages illicites » mémoire de maîtrise de géographie, université de Tours.

Moussa, M.L.F., 1988, L’État et l’agriculture en Tunisie. Essai sur l’intervention de l’État dans le secteur agricole, publication du Centre d’études, de recherche et de publication de l’université de droit, d’économie et de gestion de Tunis.

Rouissi, M., 1973 « Une oasis du Sud tunisien le Jarid. Essai d’histoire sociale », Thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, EPHE, VIe section.

Lois et décrets

Décret n° 57-75 du 28 septembre 1957 relatif à l’organisation financière des tribus.

Loi n° 59-83 du 21 juillet 1959 modifiant la loi n°57-16 fixant le régime organique des terres collectives.

Loi n° 64-28 du 4 juin 1964 fixant le régime des terres collectives.

Loi n° 71-7 du 14janvier 1971 modifiant et complétant la loi n°64-28 du 4juin 1964 fixant le régime des terres collectives.

Loi n° 79-27 du 11 mai 1979 modifiant la loi n° 64-28 du 4 juin 1964, fixant le régime des terres collectives.

Loi n° 75-16 du 31 mars 1976 portant promulgation du Code des eaux.

Loi n° 88-5 du 8 février 1988 modifiant et complétant la loi n°64-28 du 4 juin 1964 fixant le régime des terres collectives.

Notes

1 Mais tous les groupes tribaux nomades de la Tunisie sont évidemment concernés. Les travaux concernant les tribus font souvent état, dans leur intitulé même, du passage d’un mode de vie à un autre ou des changements extraordinairement rapides qu’ont connus les nomades. Ainsi, par exemple, Lahmar (1994), pour les tribus de la région sfaxienne : « Du mouton à l’olivier » ; ou, au Nefzâwa, Morvan (1991) : « De la source aux forages illicites » ; Allard (1993) : « Des tribus nomades aux communautés oasiennes »...

2 Sur les bienfaits de la propriété privée et donc du processus de privatisation, la société coloniale est intarissable. Mais on prend le relais après l’indépendance...

3 « En définitive, peut écrire ce spécialiste du Sahara qu’est Jean Bisson, c’est au Sahara tunisien et plus précisément dans le Nefzâwa, riche de ses réserves hydrauliques, que se situent les plus forts dynamismes en matière agricole du Sahara maghrébin » (1991, p. 309).

4 Ce sont essentiellement, et même exclusivement à ma connaissance, des géographes. Pourquoi cette région de l’extrême Sud continue-t-elle à être délaissée par l’anthropologie ?

5 Morvan, 1991 ; Allard, 1992 et 1993 ; Bisson, V. 1994 ; Brochier, 1995 ; Brochier-Puig, à paraître. La plupart des matériaux utilisés ici renvoient essentiellement à deux des palmeraies nouvelles sur lesquelles ces travaux d’étudiants ont porté, en-Nwâyel et el-Fawâr qui ont connu des transformations de grande ampleur à partir des années 1980. Les travaux, tout aussi riches en informations, sur Douz et al-Jemna concernent plus spécifiquement les phénomènes d’urbanisation.

6 Sur la société oasienne désormais dite « traditionnelle » et sur les relations entre cette société et le monde nomade qui prévalaient encore jusqu’au début des années 1980, cf. Bédoucha (1987).

7 Pour une analyse du contenu du Code des eaux appliqué au Sud tunisien, et plus généralement de la politique des eaux dans l’ensemble de la région, je renverrai à A. et P. Baduel (1980).

8 De même au Maroc, où « une très ambitieuse politique de développement de l’agriculture irriguée est impulsée après l’Indépendance », « l’impératif de rentabilisation » prend progressivement le pas sur le souci plus ancien de protection des ressources (Bouderbala, 1984, p. 53).

9 Je renverrai notamment à l’analyse que fait M. Lahmar (1994, p. 38) des appellations tribales dans la région sfaxienne : « L’unité des tribus étudiées représente un concept administratif utilisé et perpétué par l’État dans sa politique de collecte d’impôts et de création de groupes alliés. »

10 C’est bien là le terme employé dans les textes législatifs et dès lors véhiculé par l’administration. Lorsque les publications sur la région mentionnent l’appellation « terres arch » comme équivalent à « terres collectives », sans jamais préciser qui y a recours, la confusion est regrettable. arḍ al-carsh, « terres du lignage » ou « du segment lignager » c’est selon, relève du vocabulaire tribal et ne peut être employé que par les hommes de tribu ou peut-être éventuellement par quelque représentant de l’administration sur le terrain en dialogue avec les hommes de tribu. Mais cela fait longtemps que le vocabulaire tribal est banni du langage officiel.

11 Une multiplicité de conseils de tutelle existe à différents échelons (local, régional, inter-régional). Dès le début, le droit de tutelle de l’État est affirmé et vigoureusement confirmé au fil des différentes lois, jusqu’à celle du 8 février 1988 (loi n° 88-5) qui intervient en vue d’empêcher l’extension des périmètres nommés « illicites » (article 16).

12 Par élection générale depuis 1973 et non plus seulement « par les chefs de famille qui le composent » comme l’énonçait une loi datant du protectorat.

13 Baduel qui lui-même se réfère notamment aux conclusions de H. Attia et de S. Omrani.

14 Seuls en effet les puits de superficie captant les eaux à moins de 50 mètres sont autorisés : avec le développement des motopompes, la nappe phréatique s’est vue ainsi exploitée à 90 % des ressources.

15 Rien de véritablement novateur : c’est également le tirage au sort que le pouvoir colonial avait choisi pour attribuer les premiers lots nouvellement irrigués (Moreau 1947, p. 137-138).

16 L’investissement initial est estimé à 20 000 à 30 000 dinars, somme conséquente qui se voit divisée entre les associés dont on comprend la nécessaire solidarité.

17 Des sondes à main apparaissent au Nefzâwa dans les années 1970, relayées par des sondes à moteur dont sont équipées de petites entreprises spécialisées dans le forage dès 1986. Il en coûte 5 000 à 8 000 dinars à ceux qui choisissent d’y avoir recours (Brochier, 1995, p. 127).

18 Les lots de un hectare sont déjà d’une superficie très confortable. On estimait dans les années 1990 le rapport d’un palmier dagla (60 à 70 kilos de dattes commercialisables par pied ) de 78 à 91 dinars. A raison de 150 palmiers à l’hectare, d’un prix minimal par kilo de 1,300 dinar ; il était de 300 millimes (0,300 dinar) dans les années 1970 ! Un hectare devrait rapporter par an près de 11 000 dinars. Pour donner une mesure du rapport, un fonctionnaire touchait annuellement alors une somme de 3 500 dinars (Morvan 1991, p. 32). » De Bshilli à el-Fawâr, me disait en novembre 1994 le responsable du CRDA (Commissariat régional de développement agricole) de Kebili, ce ne sont que des périmètres illicites ! Ils se sont enrichis avec l’augmentation du prix de la datte dans les années 1980...Vous savez comment on les appelle ? ‛‛ceux de l’Arabie Saoudite’’ tant ils ont fait de l’argent ! »

19 Notons qu’un certain flou existe dans tous les travaux existants à ce jour quant à la terminologie tribale, dû au fait qu’on n’y distingue pas suffisamment les vieilles oasis et les nouvelles palmeraies construites autour de centres urbains récents. À ma connaissance, en effet, le terme carsh désigne dans les vieilles agglomérations sédentaires un lignage, un village étant peuplé de différents curûsh, mais d’origines différentes, sans ascendance commune et sans fiction d’une ascendance commune, alors que parmi les grands groupes tribaux qui peuplent le Nefzâwa, le terme carsh ne désigne qu’un niveau de segmentation, alcarsh, le lignage, n’est qu’un segment d’un groupe plus large - nommé çà et là « fraction tribale » -, l’ensemble des « fractions » formant la tribu, qabîla. Aucun des auteurs ne nous donne les termes employés en arabe par les différents groupes concernés pour les différents niveaux de segmentation, ce qui n’aide pas à y voir clair.

20 « Des terres melk mais sans papiers ! » commente un technicien agricole (Morvan, 1991, p. 77).

21 Toutes les nappes profondes sont caractérisées par un faible renouvellement, « au point qu’il y aurait lieu de les considérer comme fossiles ». C’est la nappe du complexe terminal qui demeure la plus sollicitée, l’essentiel des prélèvements (65 %) s’effectuant au Nefzâwa. Les forages illicites réalisés par les privés prélèveraient une grande quantité estimée à 4000 litres par seconde (126, 40 millions de mètres cubes par an). La nappe serait déjà en début de surexploitation (Kassah 1996, p. 81). Voir également Mamou (1993 et 1995), qui évoque ces « ressources peu renouvelables exploitées comme des réserves minières dont l’épuisement est à prévoir à plus ou moins longue échéance » (1993, p. 119). Une des conséquences graves aussi est la salinisation des eaux.

22 Mais l’analyse précise de Vincent Bisson est remarquable en ce qu’elle montre également qu’un urbanisme apparemment désordonné et hétérogène « n’a absolument rien d’anarchique ni même de spontané », mais est bien « la marque d’un dynamisme exceptionnel, réglé de surcroît » (1994, p. 10), et relève de stratégies bien particulières d’occupation de l’espace par rapport à certains lieux de la cité.

23 L’étude précise menée par Y. Jusserand (1994) sur un secteur de la Nefta d’aujourd’hui est très précieuse. Il n’existe en effet pas d’étude précise sur le fonctionnement réel de la gestion de l’eau dans une ancienne oasis où un système moderne de gestion a été mis en place après l’épuisement définitif des sources artésiennes.

24 La lenteur de l’administration n’a d’égal que la fulgurance des actions concrètes entreprises pour avancer dans la recherche de l’eau et l’exploitation des terres : « Le sondage à boucher doit faire l’objet d’un arrêté de bouchage, signé par [...] le Gouverneur. Les agents de la garde nationale doivent être présents au moment de l’opération pour dresser des procès-verbaux dont l’acheminement jusqu’au jugement dure une année en moyenne » (Morvan, 1991, p. 28). Pendant ce temps-là, sur le terrain, les hommes, peu intimidés, on l’a vu, par les procès-verbaux, avancent.

25 Les techniciens employés au CRDA sont le plus souvent étrangers à la région où ils travaillent. S’ils arrivent sur le terrain avec certaines idées, ils sont obligés de composer. « Il y a une énorme pression des gens, me disait le responsable (novembre 1994), on laisse ! On ne peut rien faire, il y a un énorme développement aussi et on ne peut décider comme ça de tout arrêter ! »

26 Et l’administration montre d’ailleurs la plus grande prudence... « On leur refuse encadrement technique, aides ou subventions, ainsi que toute sorte de suivi susceptible d’être interprété par les intéressés comme étant une forme de reconnaissance légale » (Kassah 1995, p. 21).

27 Article 14, alinéa 1 (nouveau) : « Le droit de jouissance familiale ou individuelle exercé par les membres du groupement sur les terres collectives... »

28 Et on connaît cette phrase on ne peut plus éclairante du chef de l’État : « Il n’y aura plus de Ben X ou de Ben Y, il n’y aura que des Tunisiens. »

29 Car il s’agit désormais de repeupler un Sahara devenu dangereusement désert, tout proche de frontières peu sûres et dont il faut fixer plus fermement le dessin. Dans le cadre du « plan directeur des eaux du Sud », des projets de plus grande ampleur ont pu être mis en œuvre, comme récemment celui de Regim Mactûg dont les aspects stratégiques sont clairs.

30 Notons le glissement de vocabulaire récemment remarqué (Brochier-Puig à paraître) qui se fait plus modéré : du terme « illicite », on est passé à celui de « privé ».

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search