Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Conclusion. Rendre visible la ville

Marie-Claire Robic

Texte intégral

1Pour traiter de la figuration urbaine, trois disciplines ont été interrogées ici, la géographie, l’architecture et l’urbanisme (celui-ci un peu en marge dans sa version de discipline touchant moins au projet architectural et urbain qu’à l’aménagement territorial). La propension des auteurs à choisir des corpus disciplinaires a conduit à une forte représentation d’objets canoniques, d’auteurs ou d’œuvres emblématiques - gestes d’un Alberti ou d’un Le Corbusier, manuels d’un Pierre Lavedan ou d’un Gaston Bardet. Elle a conduit encore à se pencher sur les revues spécialisées, mais aussi à pratiquer la mise en série de travaux relevant d’un même genre, telles les premières géographies modernes ou bien les géographies de la France destinées à un grand public cultivé.

2Il en résulte d’abord le rassemblement inédit d’une iconographie sur la ville extrêmement riche, qui révèle l’ampleur et la variété des modes de visualisation adoptés dans ces savoirs modernes voués à l’appréhension de l’espace urbain. Si certains réfèrent à des formes limites de la visualisation - description verbale, langage de la catégorisation -, la majorité témoigne de la multiplicité des schémas, des plans, des cartes, des photographies, des images hybrides qui nous ont été légués. Ainsi se côtoient des plans urbains, d’ensemble ou de détail, des images de formes de villes, d’édifices, d’architecture plus ou moins contextualisées, convoquant ou non la perception sensible, - perception qui semble régir certaines photographies urbaines qui se démarquent alors des images abstraites dont le degré de codification varie.

3Les contributions rassemblées éclairent cette collection analytique d’images par la reconstitution des processus de la conception cartographique et l’étude de complexes iconographiques : montages iconographiques, relations texte-image et modes d’imagement (pour reprendre l’expression de Didier Mendibil), utilisés au sein d’une publication ou dans le processus d’une intervention publique. Ce corpus iconographique convainc qu’une image demande à être étudiée au sein de séries, soit qu’elles renvoient à un ensemble constitué dont l’image participe, par exemple un manuel ou un projet d’urbanisme, soit qu’elles relèvent du commentaire, de l’interprétation.

4Les divers chapitres révèlent une combinaison inattendue de prégnance disciplinaire et de fluidité interdisciplinaire. On peut pointer en effet la fréquence et l’extrême variété des jeux d’emprunts par lesquels se sont constitués plusieurs des corpus étudiés. D’emblée, Jean-Marc Besse révèle par exemple la filiation établie entre un genre rhétorique ancien, l’éloge, et la vue de ville qui apparaît dans les atlas géographiques des xve et xvie siècles. Carlo Ravagnati démonte le collage de références antiques constitutif du texte descriptif et normatif d’Alberti. C’est un « détournement » de carte géographique qui est explicitement à l’œuvre dans les projets architecturaux situationnistes étudiés par Riccardo Palma. Des liens généalogiques, des citations, telle la référence aux géographes français dans l’œuvre d’Aldo Rossi étudiée par le même auteur, forment d’autres fois des trames d’échange plus serrées entre disciplines. On pourrait aussi rappeler le travail de Marcel Poëte, et sa relation avouée à Vidal de La Blache et à Bergson, qui trace un fil entre histoire de l’urbanisme, géographie et philosophie. L’emprunt de savoir-faire graphiques exogènes à la profession et le bricolage technique construisent parfois une hybridation extrême entre disciplines de la conception urbaine, comme le démontre Sandra Fiori à propos des projets d’éclairage urbain.

  • 1 Cf. O. Orain, « Les “postvidaliens” et le plain-pied du monde. Pour une histoire de la géographie  (...)
  • 2 Cf. M. Roncayolo, « Conceptions, structures matérielles, pratiques. Réflexions autour du “projet u (...)
  • 3 Cf. M. Lussault, Tours. Images de la ville et politique urbaine, Tours, Maison des sciences de l’h (...)
  • 4 Cf. J. Cohen, M.-C. Guerrini, N. Mathieu, M.-C. Robic, « L’iconographie dans l’aménagement du terr (...)

5À l’inverse, au-delà d’un recours commun à l’imagerie, la permanence disciplinaire sur le long terme est remarquable. Il en ressort d’abord des distinctions notables entre les modes iconographiques par lesquels la géographie, l’architecture et l’urbanisme figurent préférentiellement la ville : ici, classiquement, la carte et la vue paysagère, là la représentation du bâti à plus grande échelle, là encore le plan zénithal de zoning. Plus importantes peut-être pour penser les distinctions entre les savoirs disciplinaires ont été des différenciations durables qui tiennent au rapport que chacune des disciplines entretient avec l’action. L’une des différences essentielles reposerait sur la conviction commune qu’ont les architectes et les urbanistes d’un métier du « projet », alors que les géographes ont longtemps pris leurs distances à l’égard de l’action et adopté une épistémologie réaliste qui leur a fait valoriser une relation directe, sans médiation, ou encore « de plain-pied1 » avec un objet déjà là : des disciplines de la « mise » en forme se distingueraient d’une discipline de la stricte « description » de formes. Encore faut-il remarquer que le vocabulaire ancien du projet architectural, volontiers relayé aujourd’hui par celui de la « conception », s’inscrit aussi dans la pensée urbaine qui se déploie depuis les années 1970-1980 sous le signe du projet2. Aussi, longtemps étranger pour elle, cet horizon du projet peut-il aujourd’hui pénétrer la recherche en géographie, notamment par des travaux réflexifs sur l’iconographie qui accompagnent le « projet urbain » ou le « projet de ville »3, voire le « projet de territoire »4. En outre - et sans rapport direct avec l’incitation à penser l’action que constituent ces politiques spatiales -, une épistémologie géographique constructiviste devrait probablement trouver plus de points de dialogue que la posture classique avec la conception architecturale et urbaine contemporaine.

6Avancer dans la compréhension transdisciplinaire des formes et des pouvoirs de la figuration urbaine exige une analyse réflexive approfondie des effets de champ produits par les disciplines ici considérées. Disciplines qu’il convient d’appréhender comme traditions avec ce que cela signifie de rémanence, de reprise, de métamorphose des problématiques et des figurations - d’autant plus naturelles peut-être que l’on traite de visualisations -, car elles impliquent un type de savoir, et surtout un type de rapport entre savoir et action spécifique sur la ville. Cet investissement sur les effets des savoir-faire et des cultures disciplinaires doit se doubler d’une recherche de transversalités dont l’ouvrage suggère plusieurs pistes.

7Nombre de chapitres traitent de l’historicité des figurations urbaines, en pointant le poids d’une conjoncture ou l’émergence d’une configuration temporelle inédite. En revanche, la focalisation sur la notion de figuration et la prégnance disciplinaire, difficile à déconstruire dans un premier temps, ont pu laisser dans l’ombre la construction même de l’« objet ville ». Aussi l’opération même de construction de l’objet par la figuration devra-t-elle à l’avenir être réinterrogée de front.

8C’est à travers une réflexion résolument tournée vers la fonction de telle ou telle représentation particulière ou de son contexte pragmatique que la signification historique de cette figure urbaine émerge. Il en est ainsi des conclusions de Jean-Marc Besse, attentif au sens des vues de villes de la Renaissance, et qui voit en la représentation de la ville de pierre (urbs) la figuration de sa communauté de citoyens (civitas) ou, mieux encore, la figuration de la vertu civique de la ville, un discours humaniste sur la singularité et la valeur de la Cité. De son côté, la ville dévoilée par les figures de Claude Perrault apparaît pour Indra Kagis McEwen comme la « préfiguration » d’un État moderne, là où la représentation de la ville dans De architectura de Vitruve renvoie à celle du corps de l’Empire romain. Alors que l’urbanisme opérationnel est né, les images de Belo Horizonte et de São Paulo opposent des moments de planification étatique et de libéralisme du xxe siècle ; le débat sur la ville corporatiste et la ville rationnelle se nourrit du projet d’une ville moderne pour l’Italie fasciste ; dans la prolifération des manuels et des revues spécialisées du xxe siècle, s’inscrivent aussi les pratiques spécifiées de spécialistes devenus experts dans ce nouveau champ professionnel d’action sur la matière urbaine. Tout près de nous, les figures « polyphoniques » dessinées par les catégorisations que relève Lorenza Mondada dans des conversations contemporaines, et par des projections de biographies individuelles sur une ville particulière, telles les visions de Cassel étudiées par Rachel Kallus et Tali Hatuka, renvoient à l’éclatement des sens de la ville rapportés à des individus ordinaires en régime démocratique, vivant et construisant chacun leur ville, du moins leur espace urbain propre.

  • 5 Sur ces situations de communication/médiation, voir par exemple les analyses ethnographiques propo (...)

9La fécondité de telles approches combinant analyse sémiologique et analyse de la fonction ou du contexte n’est pas fortuite. En considérant la figuration comme une action, et plus précisément comme une pratique sociale et politique, elles permettent d’arrimer la recherche aux champs et aux réseaux qui portent la représentation de la ville dans ses multiples lieux et formulations. À ce titre, deux orientations des travaux ici présentés méritent développement. D’abord, il semble judicieux d’orienter l’investigation moins sur les figures canoniques en tant que telles que sur les pratiques canoniques, en déplaçant le point de vue de l’image à la pratique dans laquelle se joue l’action d’imager. Dans des recherches concentrées comme ici sur des « inscriptions » de figures dans des ouvrages ou des projets - davantage que dans des pratiques de conception ou de concertation entre architecte ou urbaniste et commanditaire, par exemple5 - les fonctions des manuels, des revues, des divers supports matériels où s’insèrent les figurations de villes doivent être éclairées par les usages collectifs qui en font des formes canoniques, formes reconnues, douées d’une certaine stabilité ou/et d’une certaine autorité. La construction du sens dans le passage en revue, en manuel, en exposition ou en programme, telle que l’explorent Christophe Camus, Enrico Chapel et Isabelle Grudet, participe de ce programme. La mise en série accompagnée d’une analyse sémiologique, comme le propose Didier Mendibil, est aussi, méthodologiquement, l’un des moyens de révéler la canonicité de tel ou tel type d’images.

10Ensuite, il s’agirait de travailler systématiquement sur les modes de circulation des figures. Cette exigence vaut pour la mobilité à l’intérieur d’une même discipline, d’une discipline à l’autre et plus généralement d’un moment de la pratique à l’autre, comme le propose Hélène Jannière. Les travaux rassemblés ici soulignent les reconfigurations de sens qui accompagnent de telles migrations d’un auteur à l’autre, d’une inscription à une autre, d’un contexte d’action à l’autre. Au vu de la fréquence des emprunts exogènes (aux exemples et aux règles antiques chez Alberti, à la rhétorique dans la géographie moderne, à la psychologie chez Bardet, à la statistique aux CIAM, ou encore à l’avant-garde artistique...), du nomadisme de certaines figurations, de la fluidité des relations entre champs observée dans ces corpus, au vu de l’indétermination aussi des opérations individuelles de construction de savoirs (plan Voisin de Le Corbusier étudié par Denis Delbaere ou processus de génération cartographique examiné par Mark Dorrian), c’est une véritable économie des échanges iconographiques qu’il faudrait développer, une topologie des trajets, des réseaux de la représentation, avec ses chaînes de « traduction » et ses hybridations, en complément de celle des champs.

11Le livre confirme combien il est difficile de distinguer, dans les situations de conception, entre les moments de l’analyse et de l’invention d’une figure, et ceux de sa diffusion et de la discussion entre acteurs - concepteurs et récepteurs, ou concepteurs et destinataires du projet. Ainsi du processus génératif de la cartographie architecturale analysé par Mark Dorrian et de la production des plans de ville étudiée par Panayotis Tournikiotis, qui rompent tant avec un modèle référentiel qu’avec un modèle idéaliste : l’image dessinée n’est ni la représentation objectivée (matérialisée) de l’objet, ni la stricte transcription d’une image mentale antérieure au dessin. Le cas de la « table rase » de Le Corbusier est exemplaire d’un processus où les temporalités s’imbriquent au-delà de toute linéarité, tandis que la stabilité spatiale est illusoire : Denis Delbaere montre comment la figuration du plan Voisin suppose la production d’un artefact, l’« infralocal », qui négocie la reconfiguration temporelle d’un site en pensant à la fois à son affirmation, à sa négation et à sa formalisation. Plus généralement, il semble que dans tous les cas de production d’un sens de la ville - qu’il soit essentiellement cognitif ou essentiellement projectuel -, il s’agit non de séquences discrètes et successives d’une action, mais plutôt d’un système processuel sans amont ni aval, sans direction unique, sans flèche temporelle. Autrement dit, en des boucles d’anticipation et de rétroaction, le processus de conception, de médiation et d’intervention est informé d’emblée par la situation pratique, modelé par les attentes ou par la conscience des attentes qui peuvent être celles des auteurs et des récepteurs, lecteurs, collègues, clients, commanditaires... En somme, il s’agit bien de « projets » ouverts sur des pratiques collectives plus ou moins destinées à une réalisation, à une intervention effective sur la ville. Ils ouvrent sur du devenir, sur une action commune projetée. Ce constat invalide des analyses qui réifieraient des moments distinctifs : organisation des données, conception, diffusion.

12Dans la pluralité des moments, des lieux et des acteurs de la figuration urbaine, il serait vain de penser la figure comme reproduction matérialisée d’un réel déjà là, sur le terrain ou dans le cerveau inventif du concepteur. Ni le paradigme de la représentation ni celui de la conception ne peuvent épuiser la complexité de la figuration urbaine. Ainsi que le propose Mark Dorrian, le processus génératif du projet suppose non une transcription d’images mentales mais une construction graphique, non une reproduction de l’objet à l’icône mais une coproduction de l’un et de l’autre, non une détermination de l’action par l’image mais une ouverture du sens construit dans la pratique. De même, la temporalité de la figuration n’est pas celle d’un écoulement linéaire du temps - une succession discrète d’actions - mais anticipation et interférences des temps du projet.

13Ces orientations constructivistes et systémistes invitent à penser, au-delà des paradigmes de la sémiologie, de la représentation et de la pragmatique, une articulation plus étroite entre ces régimes de l’image. Un tel programme de recherche iconologique sur la ville est à développer ; il justifierait l’association de trois termes : figuration, visualisation et visibilisation - un quasi-néologisme qui souligne que la ville (comme aussi le territoire) est l’objet de politiques d’intervention spatiale supposant la soumission à la vue des uns et des autres. La notion de « figuration » suppose que l’objet est figurable, qu’il constitue une référence plausible, une instance légitime, un quasi-sujet, comme peut l’être le territoire national aussi, voire celui d’une autre communauté imaginée telle l’Europe ; celle de « visualisation » repose sur l’efficace des technologies du visuel, qui donnent corps, matérialisent à leur manière l’objet ; celle de « visibilisation » subsume la définition d’un projet, d’une action collective, d’une pratique sociale et politique engagée dans l’espace public. Cette articulation de trois instances du projet suppose de savoir construire un système d’interprétation combinant en toute démarche cognitive appliquée au champ de l’iconographie urbaine une vue de l’interaction qui engage la déconstruction d’un langage, ou d’une sémiologie, ou d’une technologie intellectuelle, la définition de la situation pragmatique et l’appréhension de la référence, de l’objet visé. N’est-ce pas tout ce qui construit la ville ?

Notes

1 Cf. O. Orain, « Les “postvidaliens” et le plain-pied du monde. Pour une histoire de la géographie », in J. Levy, M. Lussault, Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographes à Cerisy, Paris, Belin, 2000, p. 93-109.

2 Cf. M. Roncayolo, « Conceptions, structures matérielles, pratiques. Réflexions autour du “projet urbain” », Enquête, n° 4, 1996, p. 59-68 (repris au chap. vi de M. Roncatolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Parenthèses, 2002, p. 83-91).

3 Cf. M. Lussault, Tours. Images de la ville et politique urbaine, Tours, Maison des sciences de l’homme, 1993 ; M. Lussault, « La ville clarifiée ; essai d’analyse de quelques usages cartographiques et iconographiques en œuvre dans le projet urbain contemporain », in L. Cambrézy, R. de Maximy (dir.), La Cartographie en débat. Représenter ou convaincre, Paris, Orstom-Khartala, 1995, p. 157-195 ; M. Rosemberg, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Anthropos, 2000 ; O. Söderstrom, « Paper Cities : Visual Thinking in Urban Planning », Ecumene, III (3), 1996, p. 249-281. Voir, dans le champ architectural et urbain, F. Pousin (dir.), « Pouvoir des figures », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 8, 2001, p. 1-78 ; M. Chiappero, De la carte au schéma-concept, construire les projets de villes et de territoires. Manuel à l’usage des urbanistes, Lyon, éd. du Certu, 2002.

4 Cf. J. Cohen, M.-C. Guerrini, N. Mathieu, M.-C. Robic, « L’iconographie dans l’aménagement du territoire : changer la donne et/ou donner le change ? », in H. Théry (dir.), L’État et les stratégies du territoire, Paris, éd. du CNRS, 1991, p. 197-207 ; B. Debarbieux, M. Vanier (dir.), Ces territorialités qui se dessinent, Paris, éd. de l’Aube, Datar, 2002 ; B. Debarbieux, S. Lardon (dir.), Les Figures du projet territorial, Paris, éd. de l’Aube, Datar, 2003

5 Sur ces situations de communication/médiation, voir par exemple les analyses ethnographiques proposées par O. Söderström, « Sélectionner et projeter », EspacesTemps, nos 62-63, 1996, p. 104-113, ou les perspectives sémiologiques de M. Lussault, « La politique territoriale (trans)figurée », EspacesTemps, nos 62-63, 1996, p. 92-103.

Auteur

Marie-Claire Robic, géographe, est directeur de recherche au CNRS (UMR Géographie-cités, Paris). Elle travaille sur l’histoire et l’épistémologie de la géographie contemporaine, et particulièrement sur le rôle de l’iconographie dans la construction du savoir. Parmi ses travaux sur la ville figure « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine en France (1890-1960) », Sociétés contemporaines, 49-50, 2003. Elle a dirigé ou codirigé Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité (PUR, 2001), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, CTHS, 2000, et Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, L’Harmattan, 1996.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540