Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie IV. Figuration et stratégies disciplinaires

Chapitre XV. Les architectes et l’objectivation de l’urbain

La carte statistique au centre de l’action urbanistique

Enrico Chapel

Texte intégral

  • 1 F. Choay, L’Urbanisme. Utopies et réalités, Paris, éd. du Seuil, 1965 ; J.-P. Gaudin, L’Avenir en (...)

1L’intention de ce chapitre est de montrer certaines formes de la représentation urbaine qui ont accompagné l’émergence de la discipline urbanistique. De nombreuses études ont mis au jour les conditions intellectuelles et politiques qui ont permis, au tournant du xxe siècle, de penser autrement la ville et son projet : un savoir qui se forme au carrefour de plusieurs disciplines, l’adoption de nouvelles méthodes de gestion par les personnels politique et administratif, la création de nouveaux cadres législatifs, les actions d’un milieu réformateur qui conduisent au renouvellement des pratiques d’aménagement spatial1. Notre objectif est de lier cette phase de modernisation politique et technique de l’urbanisme à l’histoire de la pensée statistique et de ses formes figuratives.

  • 2 E. Chapel, « Cartes et figures de l’urbanisme scientifique en France (1910-1943) », thèse de docto (...)

2Nous avons étudié la statistique graphique comme un système spécifique de figuration, qui impose ses propres effets à la pensée et contribue à stabiliser les objets de la « science urbanistique » dans le monde politique, technique et social2. Ici, nous chercherons à montrer que plusieurs formes d’objectivation du fait urbain coexistent au sein de cette « science », et qu’à ces différentes formes correspondent des modalités distinctes de visualisation statistique. Chacune de ces modalités est associée à une manière particulière de définir le problème urbain et résulte de la rencontre d’approches intellectuelles originales avec les enjeux pratiques de l’aménagement tels qu’ils se sont posés à un moment donné.

  • 3 G. Bardet, Principes inédits d’enquête et d’analyse urbaines, Clermont-Ferrand, Colma, 1942.

3Nous présenterons deux études de cas. La première porte sur les cartes d’analyse urbaine réalisées par les architectes des CIAM (Congrès internationaux d’architecture moderne) lors de leur quatrième congrès consacré à « La ville fonctionnelle » (Marseille-Athènes, 1933). La seconde a pour objet la « topographie sociale » conçue par l’architecte français Gaston Bardet au début des années 19403. Le choix de rapprocher ces deux productions cartographiques dans une seule analyse tient compte du positionnement distinct, voire opposé, de leurs auteurs dans le champ urbanistique. En effet, notre objectif est de montrer comment deux opérations semblables d’objectivation de l’urbanisation - qui s’inscrivent dans la perspective commune de promouvoir l’urbanisme au rang de science, en faisant appel au monde de la description statistique - aboutissent à des résultats différents en ce qui concerne la visualisation des villes, parce que ces résultats s’inscrivent dans deux conceptions différentes du projet architectural et urbain.

Les CIAM et la représentation de la « ville fonctionnelle »

  • 4 G. Monnier, C. Loupiac, C. Mengin, L’Architecture moderne en France, t. I, 1889-1940, Paris, Picar (...)

4L’association internationale des CIAM regroupe des architectes modernistes qui se réunissent pour la première fois en 1928 à La Sarraz (Suisse), en réaction à deux événements majeurs : l’exposition organisée par le Werkbund allemand sur la colline du Weissenhof à Stuttgart en 1927, et le verdict du jury du concours pour le palais de la Société des nations à Genève, rejetant le projet de Le Corbusier et Pierre Jeanneret4. Leur objectif est d’établir un programme général d’action pour promouvoir l’idée architecturale moderne et conquérir de nouvelles parts du marché pour ceux qui prônent la rupture avec les styles du passé et la pureté de la forme architecturale.

5En matière d’urbanisme, leur volonté d’innovation radicale se traduit dans la conception d’une ville qui adhère au productivisme régnant dans l’entre-deux-guerres, dont l’idée (qui aura une influence très importante sur la pensée urbaine contemporaine) prend forme lors de leur ive Congrès. C’est en effet à cette occasion que les architectes des CIAM présentent et discutent les études détaillées de trente-trois villes du monde, sur la base d’une grille cartographique standard élaborée par le groupe hollandais sous l’égide de Cornelis Van Eesteren (alors coresponsable de la planification d’Amsterdam). Cette grille est le résultat d’un travail où plusieurs positions politiques, idéologiques et intellectuelles se côtoient, mais sa partition en trois séries de cartes est en même temps emblématique d’un regard particulier posé sur l’espace des villes.

  • 5 E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle” ». Chiffres, figurations et stratégies d’exposit (...)

6Les cartes de la série I (1/10 000e) montrent par le biais d’un double graphisme (couleurs et trames en noir et blanc) des zones délimitées de façon précise, chacune accueillant une seule activité urbaine (ill. 1). Les cartes de la série II (1/10 000e) représentent le système de la circulation à l’intérieur de la ville (ill. 2). Les cartes de la série III (1/50 000e) figurent les infrastructures de transport et les aires de production ou de loisirs à l’extérieur de la ville, dans sa région d’influence (ill. 3). Sur ces cartes, nous pouvons ainsi aisément repérer des zones d’habitat type (« quartier de luxe », « cité-jardin »...), des zones industrielles, des zones d’affaires, des systèmes routiers, des fleuves, des réseaux ferroviaires, des parcs et autres espaces verts. Mais, compte tenu de leur grande échelle, très peu d’informations de détail sont visibles. Nous pouvons constater tout particulièrement l’effacement du dessin des îlots, le manque d’informations concernant la dimension et la matérialité des rues et des places (des coupes types apparaissent cependant sur les cartes des séries II et III), l’absence de signes explicatifs des formes architecturales et urbaines. Elles sont cependant accompagnées de photographies, de statistiques et de rapports descriptifs5.

Illustration 1. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série I présentée au IVe Congrès, Athènes, 1933. Plan de zonage. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.

La topographie sociale de Gaston Bardet

  • 6 J.-L. Cohen, « Gaston Bardet, un humanisme à visage urbain », Architecture, Mouvement, Continuité, (...)

7Architecte diplômé de l’École des beaux-arts, puis de l’Institut d’urbanisme de Paris avec une thèse menée sous la direction de l’historien de Paris Marcel Poëte, Bardet est très actif, en France, en tant que pédagogue, théoricien et critique, notamment durant et après la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte de la reconstruction, période durant laquelle ses idées connaissent une large diffusion. À cause de sa verve polémique, sa vision humaniste de l’urbanisme est cependant marginalisée et au fur et à mesure oubliée6. C’est seulement à la fin des années 1970 qu’elle rencontre un nouveau public chez les professionnels et théoriciens qui critiquent l’urbanisme des Trente Glorieuses et militent pour la mise au jour de la pluralité des expressions du Mouvement moderne.

Illustration 2. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série II présentée au IVe Congrès. Athènes, 1933. Plan de la circulation. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.

  • 7 M. Poëte, Paris, son évolution créatrice, Paris, Vincent et Fréal, 1938.
  • 8 R. Maunier, Essais sur les groupements sociaux, Paris, Alcan, 1929.
  • 9 J.-L. Lebret, H.-C. Desroches, « La méthode d’Économie et Humanisme », Économie et Humanisme, Pari (...)

8Son approche de l’espace urbain puise ses sources intellectuelles dans des courants d’idées très disparates qui se manifestent en France durant les années 1930. Trois sources semblent la conditionner de manière essentielle. La première est la pensée évolutionniste, vitaliste et spiritualiste de la ville, que son maître développe dans Paris, son évolution créatrice. Bardet participe d’ailleurs à la réalisation de cet ouvrage en dessinant quinze schémas visuels illustratifs7. La deuxième source réside dans l’explication de la structure sociale en groupements de parenté, de localité et d’activité élaborée durant les années 1920 par le sociologue René Maunier8. Ce sociologue enseigne par ailleurs à l’Institut d’urbanisme de Paris de 1940 à 1944, au moment où Bardet construit sa cartographie urbaine. La troisième source est le courant d’idées chrétiennes du groupe Économie et humanisme du père Joseph Louis Lebret qui abandonne les généralisations de la macrosociologie pour élaborer une microscopie sociale orientée vers la recherche de communautés locales et l’analyse des relations que ces dernières entretiennent avec les espaces qu’elles habitent9.

Illustration 3. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série III présentée au IVe Congrès, Athènes, 1933. Plan de la région. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.

  • 10 E. Chapel, « Cartes et figures de l’urbanisme scientifique en France... », thèse citée.

9Bardet collabore régulièrement avec ce groupe chrétien. Son modèle de représentation urbaine adhère ainsi à cette approche communautaire et réformiste de la ville10. Il comprend plusieurs cartes urbanistiques tout à fait ordinaires, mais il se caractérise par deux éléments nouveaux : les cartes de la topographie sociale et les « profils psychologiques » des villes qui consentent à observer la structure sociale de la population et sa répartition sur le sol. Au 1/2 000e, les cartes de la topographie sociale permettent de localiser, d’une part, les données topographiques et géométrales de l’espace urbain, d’autre part (par le biais d’un code de symboles conventionnels comprenant des cercles, triangles et carrés différemment dessinés en quatre couleurs), tous les habitants classés selon leur lieu de travail ou de résidence (un artisan, un ouvrier, un commerçant, etc.). Les quatre couleurs identifient les fonctions de la production (bleu), de l’échange (rouge), de la résidence (vert) et de l’agriculture (ocre) (ill. 4). Les « profils psychologiques » des villes sont des diagrammes que Bardet imagine en s’inspirant du schéma des pyramides des âges et de celui des tests psychologiques (ill. 5). Chacun se réfère à une ville (ou à un quartier) et à une date de recensement de la population française. L’échelle numérique horizontale indique le nombre de personnes actives dans la ville. Les petits traits visualisés en ordonnée symbolisent les quatorze catégories de travail, par rapport auxquelles l’architecte calcule le nombre d’actifs : l’agriculture, la pêche, la forêt ; les industries métallurgiques ; les industries chimiques ; etc. Le noir indique le nombre d’actifs travaillant dans la commune. Le grisé indique les actifs qui vont travailler au-dehors. Les profils en noir et blanc permettent la mise en valeur du patronat (en blanc) et du salariat (en noir).

Illustration 4. G. Bardel, Louviers. Topographie sociale du centre en 1936, in G. Baudet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.

Convergences

10De prime abord, ces deux modèles de description urbaine paraissent très différents et, en effet, ils le sont. Ils partagent néanmoins trois éléments qui légitiment leur rapprochement dans une seule analyse.

Comparer et généraliser

  • 11 T. Loua, Atlas statistique de la population de Paris, Paris, Dejey/Berger-Levrault, 1874 ; Préfect (...)
  • 12 E. Hénard, Études sur les transformations de Paris et autres écrits sur l’urbanisme, Paris, 1903-1 (...)
  • 13 Groupe CIAM-France, La Charte d’Athènes, Paris, Plon, 1943.
  • 14 G. Bardet, Pierre sur pierre. Construction du Nouvel urbanisme, Paris, LCB, 1946.

11Tous deux relèvent d’une approche comparative qui vise à décrire le phénomène urbain dans sa globalité. Par leur application, il ne s’agit plus d’expliquer une manifestation singulière de ce phénomène (croissance de la population, criminalité, pauvreté...) ou de parler d’une ville particulière, à la manière de ce que faisaient les observateurs sociaux et les statisticiens au xixe siècle11, ni même de comparer des villes classées en catégories distinctes, comme les métropoles alignées dans les premières expositions d’urbanisme des années 190012. Il s’agit, au contraire, d’exprimer les principes généraux de l’urbanisation qui existent indépendamment de ses manifestations locales et particulières. De là la nécessité de produire des cartes comparables et généralisables à toutes les situations locales. Par le biais d’un dispositif de représentation unifiée, les architectes des CIAM essaient de lier l’organisation des formes urbaines aux facteurs économiques et sociaux qui la déterminent. Ils reconnaissent quatre fonctions constantes qui régissent cette organisation : habiter, travailler, cultiver le corps et l’esprit, circuler13. Suivant le même procédé, Bardet cherche à saisir la structure sociale des populations urbaines et parvient à reconnaître dans toute agglomération trois groupements, d’échelle sensiblement constante, qu’il désigne comme échelons « patriarcal, domestique et paroissial14. » Cette nouvelle manière de mettre en forme le problème urbanistique constitue à nos yeux une véritable rupture dans les formes de savoirs sur la ville, rupture qui a lieu au tournant du siècle et mérite d’être étudiée de façon plus précise en ce qui concerne ses rapports avec les innovations méthodologiques et figuratives qui nous intéressent. Notre travail permet déjà d’affirmer que cette nouvelle perspective de l’analyse urbaine n’implique nullement l’uniformisation des lectures urbaines et des projets d’aménagement. Les architectes proposent plusieurs grilles d’interprétation du phénomène urbain et continuent à voir en chaque ville un organisme particulier nécessitant un traitement chaque fois adapté.

Illustration 5. G. Badet En haut : Principes de la répartition des actifs. Disposition des 14 catégories dans les profils psychologiques, de chaque côté d’un axe d’équilibre. À gauche : évolution de Saint-Brice de 1886 à 1936, avec mise en valeur des actifs travaillant dans la commune et de ceux qui vont travailler au-dehors. À droite : évolution de la commune de Groslay de 1841 à 1936, avec mise en valeur du patronat (en blanc) et du salariat (en noir) in G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, Paris, Berger-Levrault, 1945.

Chiffrer et figurer

  • 15 G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, communication présentée à la Société de statistique de Par (...)

12Dans les deux cas, les cartes sont associées à des chiffres et à des calculs de nature quantitative portant sur des objets multiples : les populations, leurs activités, la densité du bâti, les temps et les modes de déplacement des travailleurs en ville et dans la région. Les formes statistiques marquent ces deux modèles de description urbaine. Pourtant, leur place, leur poids et leurs fonctions ne sont pas semblables. Les cartes des architectes des CIAM présentent très peu de données quantitatives. Elles ne traduisent pas les résultats d’enquêtes statistiques réalisées par les architectes eux-mêmes. Ces derniers se bornent à visualiser, à interpréter et à synthétiser les chiffres qui leur sont fournis par les administrations publiques, en juxtaposant des diagrammes et des cartogrammes à leurs cartes, qui restent des cartes thématiques. Les cartes de Bardet sont, au contraire, de véritables cartes statistiques. Cet architecte s’improvise statisticien. Il mène des enquêtes personnelles, crée des catégories statistiques nouvelles en tenant compte de la finalité spécifique de son travail d’urbaniste et finit par produire des cartogrammes inédits qu’il présente, en 1944, à la Société de statistique de Paris15.

  • 16 Le Corbusier, Urbanisme, Paris, G. Grès et Cie, 1925, p. 99-100.

13Cela étant, les cartes statistiques ou celles qui possèdent la même marque figurative (les cartes des architectes des CIAM présentent des taches uniformes de couleur différemment réparties sur le plan comme les cartogrammes et sont juxtaposées à d’autres objets de la statistique) sont toujours données comme preuves de l’objectivité de l’analyse. Dans les deux cas, la carte participe d’une rhétorique scientifique qui vise à asseoir, par le biais d’une opération de quantification visuelle, la rationalité, l’impartialité et l’objectivité de l’interprétation que les architectes donnent de l’espace des villes. C’est le deuxième élément commun aux deux modèles de description urbaine qui font l’objet de notre analyse. Lorsque Bardet défend sa conception communautaire de la ville, par exemple, il insiste fermement sur le fait qu’elle n’est nullement une théorie, mais une réalité, le résultat d’une observation et d’un constat cartographique. Les architectes des CIAM exploitent eux aussi l’« effet de vérité » qui appartient aux chiffres, aux diagrammes et aux cartogrammes construits selon les principes de la raison et les règles de la science, pour objectiver et rendre crédibles leurs conceptions urbaines. Même Le Corbusier, dont l’élan artistique est bien connu, décrit à plusieurs reprises la statistique comme « le tremplin du lyrisme, le socle d’où le poète peut s’élancer vers l’avenir et ses inconnues, ses pieds étant solidement appuyés sur des chiffres, des courbes, des vérités humaines16 ».

Analyser pour urbaniser

14Le troisième élément commun aux modèles de description urbaine en question consiste dans le fait qu’ils sont conçus par des architectes pour préparer l’action de projet. À la différence d’autres formes cartographiques imaginées par des démographes, des géographes et d’autres scientifiques engagés dans l’étude des phénomènes d’urbanisation, la topographie sociale et les cartes de la « ville fonctionnelle » ont des finalités pratiques particulières, liées à la transformation de l’espace ou à la communication de principes et de modèles d’urbanisation. Leur production s’inscrit dans un champ spécifique : l’urbanisme en train de s’institutionnaliser au début du xxe siècle. Ce champ qui est d’abord un champ d’action pose des questions nouvelles, auxquelles les architectes cherchent à répondre de façon originale à partir de leur propre pratique.

Divergences

  • 17 G. Bardet, Pierre sur pierre..., op. cit., p. 179-181.
  • 18 G. Bardet, « Réponse de David », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 16 (courrier), 1947.

15Comme nous l’avons indiqué, le positionnement de Bardet dans le champ urbanistique est presque à l’opposé de celui des architectes des CIAM. Durant les années 1940, cet architecte français ne cesse de polémiquer avec les représentants de la pensée urbaine fonctionnaliste et notamment avec Le Corbusier, à qui il reproche d’une part la vision extrêmement simpliste de l’organisme urbain, trop centrée sur la plastique des formes architecturales, d’autre part son attitude technocratique et sa foi dans la civilisation machiniste. Déjà, en 1937, il avait dénoncé la « ville radieuse » de ce dernier, qu’il renomme pour l’occasion « ville ombreuse17 ». Dix ans plus tard, il s’en prend directement à La Charte d’Athènes18. Nous pouvons résumer cette opposition de Bardet aux architectes des CIAM en trois points :

  1. Bardet prend position de façon explicite contre le développement démesuré des grandes villes. Il est en cela fortement influencé par les idées d’Alexis Carrel sur le « dépérissement de la race » provoqué par l’urbanisation19. Les architectes des CIAM, en revanche, misent sur le rôle des grandes agglomérations dans la croissance économique et la modernisation de la société.
  2. Bardet réfute le principe de « zonage fonctionnel », qui est pour lui social et ségrégatif, tandis que les architectes des CIAM le posent à la base de toute approche urbanistique. À ce principe il oppose la notion de « zonage naturel », qui tient compte de la « spécialisation naturelle » des quartiers de ville et l’ordonne sans ériger ni cloisons ni limites étanches20. S’il ne remet pas en cause la pratique même du zonage, parce que l’urbaniste doit reconnaître dans la ville ses différentes parties pour pouvoir y travailler, les zones qu’il envisage sont de nature différente de celles préconisées par les architectes des CIAM ; elles sont beaucoup plus souples, diversifiées et procèdent notamment de l’analyse de la structure sociale des villes.
  3. Enfin, Bardet défend la spécificité des lieux et l’adéquation des formes urbaines traditionnelles à la vie moderne, tandis que la plupart des architectes des CIAM aspirent à la construction de villes complètement nouvelles et préconisent la disparition des anciennes.

16Or, si nous examinons les cartes d’analyse de la « ville fonctionnelle » et celles de la topographie sociale, nous pouvons constater jusqu’à quel point elles adhèrent à ces différentes conceptions de l’aménagement urbain.

Synchronique et/ou diachronique

  • 21 G. Bardet, Pierre sur pierre..., op. cit.

17L’approche comparative des CIAM est synchronique, tandis que celle de Bardet est à la fois synchronique et diachronique. Ce dernier s’appuie explicitement sur la notion d’évolution urbaine, qui est le fondement de l’enseignement qu’il reçoit à l’Institut d’urbanisme de Paris. Il essaie précisément de l’évaluer par le biais de ces représentations graphiques. Puisque la ville est un organisme vivant, son projet doit s’appuyer sur la connaissance précise de sa croissance ; son avenir ne saurait se penser qu’en continuité avec son passé21. En revanche, l’approche diachronique n’intéresse pas tellement les architectes des CIAM, dans la mesure où ils défendent l’idée d’une rupture radicale dans les formes de la production urbaine. Puisqu’une civilisation nouvelle doit naître, elle s’accompagnera d’un cadre bâti complètement nouveau. Aucun besoin de revenir sur le passé de villes, sinon pour mieux faire passer le message du caractère drastique des mutations en cours, comme le montre la verticalité des courbes des diagrammes d’accroissement des populations qui accompagnent leurs cartes (ill. 1).

Concentration/décentralisation

  • 22 G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948, p. 239.

18Bardet choisit de cartographier des villes moyennes et des villages disséminés dans la campagne française. Aucune métropole ne fait l’objet de ses analyses. Parmi les trente-trois villes dessinées par les architectes des CIAM, il y en a des grandes et des moyennes. Mais si l’on observe le nombre restreint de cartes publiées dans les revues et les livres qui ont fait circuler le paradigme de la « ville fonctionnelle », elles concernent majoritairement des villes capitales, voire des métropoles. Nous pouvons expliquer l’écart entre nos deux objets par des considérations d’ordre purement technique. Compte tenu du travail minutieux de transcription de chaque habitant sur la carte (préconisé par Bardet), une armée de dessinateurs aurait été nécessaire pour couvrir une région métropolitaine. Bardet manifeste à plusieurs reprises son intérêt pour les formes d’organisation sociale qu’il repère dans les zones rurales, de même que sa volonté de favoriser la multiplication et la répartition équilibrée de petites villes sur le territoire national. Il est méfiant envers les grandes concentrations métropolitaines. Il milite pour promouvoir « un type nouveau de métropole décentralisée, métropole en grappe ou ville fédération22 ». Ainsi, sa sélection de villes, qui croise évidemment les aléas de la commande auxquels il est soumis, semble cohérente eu égard à son projet de décentralisation urbaine, qui s’oppose en tout aux machines métropolitaines prospectées par les architectes des CIAM.

Échelles de lecture/échelles de projet

  • 23 E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle”... », art. cité.

19Les cartes des architectes des CIAM sont au 1/10 000e et au 1/50 000e. Celles de Bardet sont au 1/2 000e et au 1/5 000e. Chaque échelle donne une représentation du réel et du projet qu’on lui réserve. Les échelles choisies par Bardet permettent de lire la topographie du site et les formes de l’espace urbain : courbes de niveau, rues, îlots, espaces verts, parcellaires, bâtiments publics, rivières, etc. Elles préconisent un traitement de détail de tous ces éléments. Les architectes des CIAM, au contraire, effacent toutes les informations qui ont à faire avec l’espace physique des villes sous la trame colorée des zones. Ailleurs, nous avons expliqué ce choix par la prise en compte de leurs stratégies communicationnelles23. Mais la généralisation graphique qui caractérise leurs cartes peut aussi être liée à leur idée d’une architecture internationale, à leur approche de la table rase et au poids majeur qu’ils donnent à la problématique de l’extension urbaine par rapport à celle de la requalification des villes existantes. Il n’y a en effet aucun intérêt à analyser les formes de ces dernières si l’on sait déjà qu’elles sont dépassées et qu’elles seront remplacées par d’autres, plus adéquates à la vie moderne. L’attention que Bardet porte au détail spatial peut, à l’inverse, s’associer à l’intérêt qu’il porte à l’organisation des villes traditionnelles et à sa stratégie de requalification des centres-ville, qui anticipe, sous certains aspects, les politiques publiques de sauvegarde annoncées quelques décennies plus tard.

Tradition/modernité

20L’analyse des images résumant les topographies sociales des villes au 1/5 000e confirme notre impression selon laquelle les questions d’ordre spatial occupent une place importante dans leur composition (ill. 6). Si nous Lisons les légendes des cartes retraçant l’évolution de la structure sociale de la vieille ville d’Albi de 1856 à 1936, par exemple, nous pouvons constater qu’elles traitent d’une question d’aménagement. En effet :

Illustration 6. G. Bardet Albi. Topographie sociale de la vieille ville en 1856, 1881, 1906, 1936 in G. Bardel Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.

  • 24 G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, op. cit., p. 194-197.

la comparaison de ces quatre topographies sociales a permis de montrer l’erreur des tracés de Maries consistant à ouvrir une patte-d’oie qui aboutit au chevet de la cathédrale, elle-même dégagée par une trop vaste place24.

21Ces cartes sociales localisent des commerces en bordure des cheminements. Elles visualisent en même temps les alignements des rues où se situent l’animation et l’échange social liés à cette fonction urbaine, comme le rappellent les légendes. Elles légitiment ainsi la sauvegarde des formes urbaines traditionnelles et des alignements qui constituent, selon Bardet, l’ossature même de la ville. Tout ce qui pourrait s’opposer à cette sauvegarde, comme les flux de la circulation automobile, par exemple, n’apparaît pas sur ces cartes au l/5 000e. À l’opposé, les architectes des CIAM consacrent des cartes entières à la hiérarchie des voies de circulation, puisque selon eux c’est cette fonction qui structure la ville. Leur position doctrinale est déjà inscrite en négatif dans leurs cartes et dans l’organisation de leurs légendes, qui présentent en haut des colonnes les routes pour ensuite descendre aux chemins de fer et aux autres moyens de transport en commun. En effet, cette hiérarchie n’est pas neutre, elle témoigne d’une option économique et sociale de grande portée en faveur de l’automobile.

Illustration 7. G. Bardet Clermont-Ferrand, Plan d’équipement des quartiers in G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.

Zonage naturel/zonage fonctionnel

  • 25 G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, op. cit.

22Enfin, le choix de Bardet d’utiliser des points et non pas des trames de couleur uniformes est, certes, à lier à sa volonté de ne pas supprimer l’unicité de la personne humaine pour ne garder que la quantité, à ses yeux trop simplificatrice et réductrice de la vie urbaine. Ce choix relève directement de son approche sociologique de l’urbanisme, dont le véritable objet est l’organisation des communautés que les hommes forment en ville. Il doit aussi s’associer à son refus de toute abstraction du nombre, par le biais de moyennes, de taux, d’indices ou autres instruments de la statistique mathématique25. Mais on peut aussi expliquer ce choix tout simplement comme une astuce visuelle, en le liant à sa volonté de ne pas dessiner des zones urbaines trop homogènes sur le plan des villes. Ces zones pourraient en effet légitimer la pratique du zonage fonctionnel qu’il considère comme simpliste et ségrégative. C’est probablement pour ne pas souscrire à ce mode exclusif de traitement spatial (inadéquat à rendre compte de la spécialisation naturelle des villes) et par rapport à une certaine idée de la réforme urbaine (qui prévoit de délimiter des unités opérationnelles selon une texture complexe où chaque unité urbaine ou quartier accueille plusieurs groupements sociaux d’échelle et de structure différentes) que Bardet fait donc son choix de code graphique (ill. 7).

23On pourrait multiplier de telles remarques : les conceptions spatiales des architectes et leurs visions du projet des villes ont des effets importants sur leurs cartes d’analyse urbaine : en dépit de ce que revendiquent leurs auteurs, ces cartes n’apparaissent pas comme un préalable scientifique à l’action, mais plutôt comme le résultat de celle-ci.

24Deux paradigmes, deux conceptions de la ville et de l’action urbanistique déterminent la forme et le contenu de ces deux types de cartographies d’architectes, présentées comme descriptives, neutres et objectives. Le paradigme opérant dans la construction des architectes des CIAM est celui de la croissance métropolitaine, de la grande ville organisée selon ses fonctions et les impératifs économiques, qui doit naître sur les cendres de la ville ancienne. Le paradigme opérant dans la construction de Bardet est celui de la métropole décentralisée, métropole en grappe ou ville-fédération constituée de communautés autonomes, limitées dans leur croissance et reproduisant les échelons structurant les villes existantes.

  • 26 A. Salsano, Ingegneri e politici. Dalla razionalizzazione alla « rivoluzione manageriale », Turin, (...)

25Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que ces deux conceptions urbaines, comme les innovations figuratives qui les accompagnent, répondent directement aux enjeux de l’aménagement spatial tels qu’ils sont posés par les pouvoirs publics à l’époque où elles voient le jour. Bardet énonce ses idées sur la décentralisation urbaine et construit sa cartographie de villes petites et moyennes au moment où le gouvernement de Vichy envisage, en France, sa politique de décentralisation industrielle et incite à la sauvegarde des formes sociales liées à l’économie rurale. Les cartes de la « ville fonctionnelle » et les théories d’organisation urbaine qui les inspirent naissent à la période où les États européens essaient de contrecarrer la crise économique de 1929 par l’application de politiques publiques interventionnistes inspirées du taylorisme social et du courant du planisme économique26.

26S’agit-il d’une simple coïncidence, ou peut-on faire l’hypothèse que les conceptions urbaines des architectes se dessinent dans la mesure où elles s’inscrivent dans un cadre politique propice à leur énonciation et à leur application ? Les constructions cartographiques de ces acteurs concepteurs ne résulteraient alors pas d’une simple innovation conceptuelle, mais de la rencontre de cette dernière avec une perspective réelle d’action sur l’espace.

27De notre analyse, nous pouvons tirer notamment deux conclusions.

28En premier lieu, lier le modèle de description statistique de l’espace urbain aux stratégies urbanistiques de la première moitié du xxe siècle, comme nous venons de le faire, ne permet pas d’associer ce modèle à un mode particulier de penser et de faire la ville. Les choix des architectes en ce qui concerne la construction des catégories de la statistique urbaine et leur mise en forme graphique sont fort multiples à cette époque et relèvent de postures intellectuelles et politiques très diverses. La mise au jour de ce lien permet, certes, d’évaluer l’effort d’objectivation de l’urbain qui caractérise les pratiques et les doctrines de l’aménagement des villes à cette époque. Mais cela ne permet pas de créer des séquences historiques et des partages trop rigides entre, d’une part, un urbanisme quantitatif et universaliste qui s’exprimerait par des représentations abstraites et scientifiques et, d’autre part, un urbanisme attentif aux formes urbaines qui s’exprimerait par des représentations rendant compte des qualités spatiales des villes. Les deux études de cas que nous avons menées montrent que les statistiques servent aussi bien des démarches fonctionnalistes de modernisation radicale du cadre bâti que des démarches qui s’attachent à mettre en valeur l’histoire et la spécificité des formes et des cultures locales. À cette époque, les architectes abordent la question spatiale et architecturale selon différents points de vue, mais ils ne renoncent pas à une approche méthodique, rationnelle et globale de l’urbanisation.

29En second lieu, au sein de la discipline urbanistique, comprendre et ordonner les problèmes urbains, prescrire leurs solutions, proposer des modèles d’action sont les moments inséparables d’une même stratégie et d’un même discours. Il y a dans la démarche des urbanistes un lien étroit entre connaissance et action, entre la définition des catégories de l’analyse et la définition des catégories du projet. À chaque catégorie de l’analyse correspond un mode spécifique de traitement spatial qui, réciproquement, agit sur la résolution de la première.

Notes

1 F. Choay, L’Urbanisme. Utopies et réalités, Paris, éd. du Seuil, 1965 ; J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine, 1900-1930, Seyssel, Champ Vallon, 1985 ; S. Magri, C. Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du projet réformateur, 1905-1925. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », Revue française de sociologie, XXVIII, 1987, p. 417451.

2 E. Chapel, « Cartes et figures de l’urbanisme scientifique en France (1910-1943) », thèse de doctorat en « Urbanisme et aménagement » sous la direction de Yannis Tsiomis, Paris, Université de Paris-VIII, 2000.

3 G. Bardet, Principes inédits d’enquête et d’analyse urbaines, Clermont-Ferrand, Colma, 1942.

4 G. Monnier, C. Loupiac, C. Mengin, L’Architecture moderne en France, t. I, 1889-1940, Paris, Picard, 1997.

5 E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle” ». Chiffres, figurations et stratégies d’exposition dans le CIAM IV », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 8, Paris, 2001, p. 41-50.

6 J.-L. Cohen, « Gaston Bardet, un humanisme à visage urbain », Architecture, Mouvement, Continuité, n° 44, Paris, 1978, p. 74-83.

7 M. Poëte, Paris, son évolution créatrice, Paris, Vincent et Fréal, 1938.

8 R. Maunier, Essais sur les groupements sociaux, Paris, Alcan, 1929.

9 J.-L. Lebret, H.-C. Desroches, « La méthode d’Économie et Humanisme », Économie et Humanisme, Paris, n° 12, 1944, p. 121-134 ; n° 13, p. 225-259.

10 E. Chapel, « Cartes et figures de l’urbanisme scientifique en France... », thèse citée.

11 T. Loua, Atlas statistique de la population de Paris, Paris, Dejey/Berger-Levrault, 1874 ; Préfecture du département de la Seine, Service de la statistique municipale (J. Bertillon, chef des travaux de la statistique), Atlas de statistique graphique de la Ville de Paris (années 1888 et 1889), 2 vol., G. Masson, Paris, 1889-1891 ; C. Booth (dir.), Labour and Life of the People in London, 9 vol., Londres, Macmillan, 1892-1897 ; C. Topalov, « La ville, “terre inconnue” : l’enquête de Charles Booth et le peuple de Londres, 1886-1891 », Genèses, n°5, 1991, p. 5-34.

12 E. Hénard, Études sur les transformations de Paris et autres écrits sur l’urbanisme, Paris, 1903-1909 (rééd. L’Équerre, 1982) ; W. Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der allgemeinen Städtebau-Ausstellung in Berlin nebst einem Anhang : Die internationale Städtebau-Ausstellung in Düsseldorf, Berlin, Verlag Ernst Wasmuth, 1911-1913.

13 Groupe CIAM-France, La Charte d’Athènes, Paris, Plon, 1943.

14 G. Bardet, Pierre sur pierre. Construction du Nouvel urbanisme, Paris, LCB, 1946.

15 G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, communication présentée à la Société de statistique de Paris, le 18 octobre 1944, Paris, Berger-Levrault, 1945.

16 Le Corbusier, Urbanisme, Paris, G. Grès et Cie, 1925, p. 99-100.

17 G. Bardet, Pierre sur pierre..., op. cit., p. 179-181.

18 G. Bardet, « Réponse de David », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 16 (courrier), 1947.

19 J.-L. Cohen, « Gaston Bardet, un humanisme... », art. cité.

20 G. Bardet, « Re-naissance du quartier », polycopié, IFA, Archives de l’architecture du xxe siècle, Paris s.d.

21 G. Bardet, Pierre sur pierre..., op. cit.

22 G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948, p. 239.

23 E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle”... », art. cité.

24 G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, op. cit., p. 194-197.

25 G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, op. cit.

26 A. Salsano, Ingegneri e politici. Dalla razionalizzazione alla « rivoluzione manageriale », Turin, Einaudi, 1987.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série I présentée au IVe Congrès, Athènes, 1933. Plan de zonage. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Illustration 2. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série II présentée au IVe Congrès. Athènes, 1933. Plan de la circulation. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Illustration 3. CIAM. Analyse urbaine de Zurich. Carte de la série III présentée au IVe Congrès, Athènes, 1933. Plan de la région. Institut für Geschishte und Theorie der Architektur, (GTA)-ETH, Zurich.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Illustration 4. G. Bardel, Louviers. Topographie sociale du centre en 1936, in G. Baudet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Illustration 5. G. Badet En haut : Principes de la répartition des actifs. Disposition des 14 catégories dans les profils psychologiques, de chaque côté d’un axe d’équilibre. À gauche : évolution de Saint-Brice de 1886 à 1936, avec mise en valeur des actifs travaillant dans la commune et de ceux qui vont travailler au-dehors. À droite : évolution de la commune de Groslay de 1841 à 1936, avec mise en valeur du patronat (en blanc) et du salariat (en noir) in G. Bardet, Principes d’analyse urbaine, Paris, Berger-Levrault, 1945.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Illustration 6. G. Bardet Albi. Topographie sociale de la vieille ville en 1856, 1881, 1906, 1936 in G. Bardel Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Illustration 7. G. Bardet Clermont-Ferrand, Plan d’équipement des quartiers in G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent et Fréal, 1948.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Enrico Chapel, diplômé en architecture (Université de Gènes, Italie) et docteur en urbanisme et aménagement (Université de Paris VIII). Actuellement maître-assistant à l’École d’architecture de Toulouse, où il enseigne l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, ainsi que le projet urbain. Il est membre du Laboratoire Espaces Travail de l’École d’architecture de Paris-La Villette. Ses travaux portent sur la cartographie urbaine, en particulier dans l’histoire de l’urbanisme français, et sur le rôle des images dans la conception et la négociation sociale des projets (recherche en cours pour le Plan Urbain Construction et Architecture).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540