Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie IV. Figuration et stratégies disciplinaires

Chapitre XIV. De la transmission de connaissances à la diffusion de concepts opératoires

La relation entre le savoir et l’action étudiée à travers les figures de deux tomes de l’Histoire de l’urbanisme de Pierre Lavedan : Antiquité - Moyen Âge (1926) et Période contemporaine (1952)

Isabelle Grudet

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’inscrit dans un travail de thèse consacré à Pierre Lavedan et porte sur les deux tom (...)
  • 2 M.-C. Robic (dir.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache. Dans le l (...)
  • 3 B. Lepetit, C. Topalov, ibid., p. 8.

1Les relations entre logiques du projet et construction du savoir sur l’architecture et la ville sont au cœur d’un certain nombre de travaux historiographiques contemporains et ont généré des études d’œuvres appartenant à la culture urbanistique1. Citons, entre autres, une récente publication sur Vidal de La Blache et diverses analyses regroupées dans La Ville des sciences sociales par Bernard Lepetit et Christian Topalov2. Ces derniers estiment qu’« un aspect souvent inaperçu de la construction d’objet est une orientation du regard, une posture, un choix d’échelle et de registre de causalité qui ne sont pas sans rapport avec les exigences pratiques du temps : énoncés de la question sociale, termes des affrontements politiques, catégories offertes à l’action administrative3 ». On peut en effet penser que la pratique joue un rôle dans la fabrication des questions auxquelles les « savants » tentent de répondre.

  • 4 Implication dont témoigne sa proche collaboratrice Jeanne Hugueney : « C’est quelqu’un qui ne s’in (...)
  • 5 Cette série n’est qu’une partie d’une production beaucoup plus vaste de l’auteur. Elle décrit la f (...)

2Consacré aux figures, ce chapitre cherche à identifier des modes d’articulation entre le savoir et l’action propres au visuel à partir de l’étude de L’Histoire de l’urbanisme de Pierre Lavedan. Les images qui servent de terrain à notre étude sont extraites d’ouvrages dans lesquels un engagement pour le projet d’urbanisme est formulé dans le texte, à travers la défense de la ville radioconcentrique pour le premier, de la cité-satellite pour le second. L’engagement est une constante du trajet de cet historien d’art marqué par la participation à des enseignements pratiques, à des revues destinées à des concepteurs (Urbanisme, La Vie urbaine), à des instances décisionnelles comme le Comité national d’urbanisme ou à des associations comme la Commission du vieux Paris4. Le premier de ces deux ouvrages est aussi le premier de la série publiée entre 1926 et 19825. C’est avec cette tentative de description des villes de l’antiquité et du Moyen Âge - élaborée dans le cadre d’une thèse et comprenant environ 350 schémas de plans de ville originaux - que les modes d’organisation du discours comme les dispositifs iconographiques de la série ont été mis en place. Le second ouvrage concerne la « période contemporaine », entendons le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle. Il date de 1952, et la position de Pierre Lavedan a évolué : ce n’est plus un enseignant doctorant mais le directeur de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris. Directeur qui, pour ce qui nous intéresse ici, nous livre une centaine de photographies originales prises lors de voyages d’étude effectués depuis les années 1930.

3Sur ce terrain, nous cherchons à voir si et comment le savoir et l’action s’articulent dans ces images originales. Les positions prises verbalement en faveur de démarches particulières se laissent-elles lire à travers les images ?

  • 6 Le « modèle » est compris comme une forme très définie, mesurable et qui peut être reproduite à l’ (...)

4Notre hypothèse est que cet ensemble d’images, catalogue potentiel de modèles à copier6, ajoute à la fonction de conservation de références culturelles celle de réserve de concepts opératoires ou, pour reprendre un vocable utilisé par Pierre Lavedan, de « systèmes » ou « notions », c’est-à-dire une forme théorique non reproductible en l’état, un principe formel.

5Il y a sans doute beaucoup à dire sur les réalisations retenues, mais ce ne sont pas les choix historiographiques qui nous intéressent ici. Nous envisageons ces images comme une part spécifique de la récolte et de la transformation des données sur les villes du passé entreprises dans l’Histoire de l’urbanisme et dans la perspective d’une attente d’utilité vis-à-vis du processus de fabrication de la ville contemporaine du moment de la publication. Ce sont donc les choix thématiques qui font l’objet de cette analyse. L’idée est que ces œuvres antérieures permettent d’actualiser sous des formes particulières des champs et des modes d’intervention de l’urbaniste ; en d’autres termes, que ces références du passé constituent des cadres pour des œuvres nouvelles. L’image permet la visualisation des cas particuliers en même temps que celle des catégories dans lesquels ils s’inscrivent. Elle apparaît ici comme un support privilégié de la rencontre entre le cas particulier - et donc la référence inscrite dans l’histoire de l’architecture - et la notion, celle-ci faisant écho à des domaines d’action.

Les schémas de plans dans Antiquité - Moyen Age

  • 7 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. I, op. cit., p. 64.
  • 8 Ibid., p. 72-73.

6Dans l’ouvrage publié en 1926, Pierre Lavedan affirme sa préférence pour le système de plan radioconcentrique. Celle-ci s’inscrit dans l’affirmation d’une dichotomie reliant le « plan régulier » et le « plan radioconcentrique ». Ces catégories doivent couvrir à elles seules l’ensemble des plans de ville. Ces dispositifs se différencient évidemment par leur forme : dans le premier, « les rues parallèles et perpendiculaires entre elles se coupent à angle droit7 » ; dans le second, « les principales artères de la ville rayonnent d’un même point et sont reliées entre elles par un ou plusieurs cercles ayant pour centre ce point »8. Mais les dispositifs se différencient surtout par la valeur qu’ils donnent au centre, distinction sur laquelle se fonde la dichotomie :

  • 9 Ibid., p. 77.

7Ils représentent la thèse et l’antithèse dans une question qui ne comporte que cette alternative : ou bien tous les éléments du plan sont semblables, égaux et interchangeables ; ou bien les divers éléments sont subordonnés à l’un d’entre eux9.

8Il s’agit d’une thématique centrale dans le livre, l’un des moteurs du plan de l’ouvrage, parallèlement aux entrées temporelles et géographiques. Une des questions les plus discutées est celle des origines des types de plans et de nombreuses descriptions de plans de villes sont axées sur l’appartenance ou non de telle ville à une catégorie ou sur leurs particularités.

  • 10 Ibid., p. 66.
  • 11 Ibid., p. 67.
  • 12 Ibid., p. 74.

9L’argumentation en faveur du plan radioconcentrique et la critique du plan régulier s’appuient sur des considérations pratiques exprimées à travers le texte. Le plan régulier est d’abord présenté comme un mauvais système pour la circulation car « chaque déplacement dans lequel on doit utiliser plus d’une rue amène une inutile perte de temps10 ». Ensuite, il ne permet pas de s’adapter au terrain car « les accidents du relief constituent une contre-indication formelle à l’emploi de la ligne droite11 ». Enfin, il ne répond pas aux options esthétiques choisies, à savoir une préférence pour la « règle de délimitation des perspectives12 ».

La défense du système radioconcentrique au moyen des figures

10Observons, parce qu’il est représentatif, le code choisi par Pierre Lavedan pour représenter ces villes du Moyen Âge (ill. 1). Il permet d’identifier les îlots (en grisé bordé par un trait séparatif), le système viaire (en blanc bordé d’un trait) et une église (représentée par la ligne de son contour et le symbole d’une croix). Il s’agit de la partie de la structure viaire d’une ville centrée sur un monument ; les limites sont le plus souvent données par celles des derniers îlots sélectionnés et, le cas échéant, par une enceinte (double trait) ou une rivière (double trait plus large).

Illustration I. Visualisation de la structure viaire dans son rapport au centre. Légende originale : « Saint-André (1819), Sabonnières (1830) », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Antiquité Moyen Âge, op. cit., p. 253. Dessin de Pierre Lavedan.

11On constate une limitation des informations à la structure du plan, une absence d’informations sur les « détails » de l’îlot (bâti et structure parcellaire) comme sur le contexte géographique ou immédiat dans lequel la partie de ville sélectionnée s’insère. La thématique est structurelle, organisationnelle, axée sur la relation entre deux éléments : le centre et la forme du réseau viaire. Le mode de représentation permet d’indiquer la position d’un nombre limité d’éléments dans l’espace (la plupart du temps îlots-voies-églises) : il est fortement analytique et exclusivement axé sur la structure des plans de ville, aucun autre élément ne venant troubler la lecture. L’œil ne reconnaîtra que des lignes (les droites ou les courbes renvoyant à la notion de régularité) et le marquage du centre par des symboles (renvoyant à la notion de concentricité). Ajoutons que le cadrage interne confère au centre la tâche de caler l’image, qui n’est pas orientée par rapport aux points cardinaux. La sélection des éléments représentés renvoie donc à la thématique étudiée, et l’on peut dire que de chaque figure émerge avec force l’une des deux notions exposées.

  • 13 Loi du 14 mars 1919 dite « loi Cornudet » : installation du premier régime de planification d’urba (...)
  • 14 C’est en 1925, dans Urbanisme, un an avant la parution de l’Histoire de l’urbanisme étudiée ici, q (...)
  • 15 Voir, pour la France, les réflexions menées dans le cadre de la « Commission d’extension de Paris  (...)

12Ce qui se laisse lire à travers ces images, c’est la primauté des questions de la forme du plan et du rapport au centre. La première question constitue justement le domaine d’action revendiqué par l’architecte urbaniste à la suite de l’adoption de la loi Cornudet13. La seconde renvoie, elle, à une prise de position dans les débats formels nationaux et internationaux entamés dès la fin du xixe siècle et concernant le tracé de la voie elle-même (droite ou courbe14) ou la forme à donner à la croissance urbaine15.

13Retournons au texte. La structure, révélée par l’élimination d’éléments parasites (tout ce qui dans un plan de ville au 1/4 000e environ est représentable) acquiert un surcroît de lisibilité grâce au commentaire qui pointe l’appartenance à une catégorie particulière. Par exemple, pour un plan régulier :

  • 16 P Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. I, op. cit., p. 342.

Cazères-sur-Adour, bastide de 1314, présente une forme embryonnaire de l’échiquier : une croisée de routes à angle droit ; le carrefour détermine une place carrée, aux angles de laquelle aboutissent des rues16.

14Seul le texte peut énoncer clairement la supériorité d’un système sur l’autre :

  • 17 Ibid., p. 317.

Nous saisissons, dans ces deux exemples (Monpazier et Mirande), l’unique variante que puisse comporter le plan en échiquier : la proportion différente des blocs d’habitation. Avec des lignes droites et des angles droits, on peut faire des carrés ou des rectangles. Le nombre des combinaisons est infini en théorie, mais beaucoup plus restreint en pratique. Surtout, il n’évite pas l’accablante impression de monotonie ; il ne rend pas la vie à un cadavre17.

15Mais cela ne veut pas dire que les images sont neutres, car c’est au moyen de l’accumulation d’images de plans radioconcentriques que la défense de ce type de plans est assurée. Les figures renvoyant à des plans sont de nouvelles données : alors que les plans réguliers de Monpazier (grâce notamment aux planches de Verneilh dans Les Annales archéologiques) ou de cités antiques (par les archéologues ou les prix de Rome) étaient abondamment diffusés, il y a là l’apport d’une nouvelle réserve visuelle. Cette abondance impose l’existence d’un principe ou plutôt, puisque la thématique des plans radioconcentriques était discutée parmi les praticiens, lui assure une légitimité historique, l’inscrit dans la longue durée et la rend incontournable.

Les photographies de l’Histoire de l’urbanisme, période contemporaine

  • 18 Les photographies de voyage les plus anciennes conservées dans le fonds Lavedan de la bibliothèque (...)
  • 19 Qui nous empêche de les comparer à des photographies des grands noms de la photographie d’architec (...)

16À trois petites exceptions près, la centaine de vues de l’Histoire de l’urbanisme, période contemporaine ont été prises par Pierre Lavedan. Il s’agit là d’un véritable projet photographique18 même s’il ne doit pas être confondu avec celui d’un photographe professionnel. Les images ont en effet été prises lors de voyages d’étude et l’impossibilité de revenir sur le sujet pour avoir la bonne lumière à l’heure propice leur donnent parfois - malgré une maîtrise indéniable - un petit côté amateur19. D’évidence, cette série est néanmoins porteuse d’une vision cohérente de la ville, cohérence que l’on rattachera au projet intellectuel et pédagogique de l’auteur.

  • 20 Cf. M. Joly, L’Image et les Signes, Paris, Nathan, 1994.

17Notre recherche, qui consiste à tenter de définir le regard que Pierre Lavedan porte sur la ville, s’appuie sur les principes de l’analyse sémiologique. Ce qui nous permet de dissocier le niveau de la dénotation de celui de la connotation. S’il est clair que ces images représentent les villes du passé, elles ne renvoient à ces constructions qu’au premier stade de signification, descriptif ou référentiel, sur lequel s’appuie le « discours de la connotation20 ». Discours de la connotation qui, à l’image par exemple du parc de Vincennes (référent spécifique et catégorie « parc », signifié premier), associe - à travers un jeu entre les composantes plastiques et iconiques de l’image - un second signifié (salubrité, loisirs, contemplation, etc.). Au détriment du discours historique, analysable par ailleurs, c’est ce discours second qui fait l’objet de ce travail.

Donner à voir la mauvaise ville

18Les images de l’Histoire de l’urbanisme, période contemporaine représentent ici des espaces urbains remarquables, exceptionnels, dignes de figurer dans une histoire de l’urbanisme. Elles donnent en quelque sorte l’image d’une ville idéale faite du meilleur des constructions des xixe et xxe siècles, ce qui n’était pas le cas du panel iconographique étudié ci-dessus. La sélection opérée par Pierre Lavedan regroupe des icônes de la culture architecturale et urbaine contemporaine : la rue de Rivoli, la cité-jardin de Châtenay-Malabry, le Karl-Marx Hof de Vienne, Central Park, etc.

19Peut-être moins évidente au début des années 1950 qu’aujourd’hui, la valeur de modèle de ces images prend appui verbalement et visuellement sur la critique de la ville industrielle. L’ouvrage entier s’appuie sur l’évocation des bouleversements connus par les villes au xixe siècle, décrits à travers la métaphore récurrente de l’organisme malade :

  • 21 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, Époque contemporaine, op. cit., p. 53.

l’histoire des grandes villes du xixe siècle est celle d’une maladie. L’organisme urbain, qui jusque-là avait rempli convenablement ses fonctions, dont la première et la plus évidente est d’assurer l’existence de ses habitants, en devient incapable21.

20Sont convoquées les notions d’insalubrité, de laideur ou de désordre :

  • 22 Ibid., p. 72.

Ici, la tare suprême, c’est le désordre. [...] Le plan de ville, c’est-à-dire le rapport des espaces libres et des espaces bâtis, est laissé au hasard, mais le rapport des usines et des habitations n’est pas plus étudié22.

21Cette critique de la ville est mise en images à l’aide de deux planches. La première (ill. 2) représente au premier plan des usines et de la fumée s’échappant des cheminées, et au second plan, un quartier d’immeubles de grande hauteur. Par un effet de contraste plastique entre les lignes verticales et fines, noires, à la texture lisse, la volumétrie pure des cheminées d’usine, et la texture rugueuse, l’aspect massif du cube dentelé et couronné d’une tour au second plan, cette photographie montre deux entités clairement identifiables qui se rejoignent à travers cette fumée. La légende - « La mauvaise ville industrielle : Cleveland » - inscrit la représentation dans une valeur de contre-modèle. La seconde planche, reprenant dans sa légende l’expression « mauvaise ville », que nous ne montrons pas ici, représente des rues, passages et escaliers d’autant plus étroits que les images sont cadrées verticalement - pour certaines centrées - et d’autant plus malsaines qu’un sol minéral et humide y occupe une bonne place. Ces deux planches visualisent l’air pollué ou rare que les réalisations exemplaires montrées à leur suite ont réussi à endiguer.

Illustration 2. Visualisation de la pollution. Légende originale : « La mauvaise ville industrielle : Cleveland. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 48. Photo Pierre Lavedan.

La visualisation23 des principes de l’urbanisme

  • 23 Le mot « visualisation » est utilisé ici pour désigner le processus de sa construction, c’est-à-di (...)

22Derrière ce tableau catastrophique se profile la figure du praticien susceptible d’enrayer ce phénomène :

  • 24 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 73.

Ce sera une des tâches de l’urbaniste sociologue que de reconstituer, de rendre à nos cités le sens de l’humain, en même temps que la propreté, la salubrité, la beauté24.

23Prenons ces dernières notions et essayons de voir comment elles sont mises en images.

  • 25 Cette dichotomie n’est pas sans rappeler l’accentuation des différences opérée par Marville dans s (...)

24L’hygiénisme est sans doute la notion qui s’affiche le plus clairement. Elle s’incarne dans la visualisation d’un air sain grâce à une large place laissée au ciel comme au végétal dans de nombreuses images. D’abord, un tiers des images a pour objet des parcs ou des jardins, ce qui impose au lecteur cette idée d’une atmosphère bonne pour la santé. Ensuite, les bâtiments sont photographiés de façon à permettre l’inscription de l’air et du végétal dans le cadre : les vues sont pour la plupart prises en diagonale (évitant l’effet entonnoir de la rue) avec un fort recul. Le plus souvent cadrées horizontalement, elles font apparaître le bâtiment comme un petit objet pris entre ciel et terre. Exemple emblématique de ce procédé, la représentation de la cité-jardin de Bruxelles (ill. 3) dans laquelle l’habitation, dissimulée derrière un écran de branches, finit par n’occuper qu’une infime partie de l’image. Exception notable à ce protocole photographique25 : les quatre images des voies et passages que l’auteur a précédemment présentées. Le changement de dispositif vient confirmer la mise à l’écart signalée dans la légende à travers le syntagme « la mauvaise ville ».

Illustration 3. Visualisation des abords de l’habitation. Légende originale : « Bruxelles. Cité-jardin Floréal à Boisfort. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 176. Photo Pierre Lavedan.

25Le « sens de l’humain » s’inscrit à travers une focalisation sur l’espace public, montré comme lieu de vie et de rencontres. La présence humaine y apparaît - les images avec personnages constituent 40 % environ des représentations - à travers des groupes (foule, personnes écoutant un discours dans un parc), des personnes isolées (promeneurs, cyclistes, enfants) ou à travers des indices comme du linge séchant, un vélo laissé sur le bas-côté du chemin, témoins du refus de produire une image abstraite de l’espace, indépendante de sa dimension vécue. L’humain s’inscrit également à travers l’indicateur de la vie que joue le végétal ou celui du temps que joue la lumière directionnelle. Une photographie nous paraît à cet égard emblématique : il s’agit d’une vue de la Cité linéaire conçue par Soria y Mata (ill. 4). Outre les rails, indice de la spécificité des lieux, l’image représente des enfants marchant ou jouant sur un mail en stabilisé marbré d’ombres sensuelles. L’humain s’inscrit ici à travers les gestes vivants des enfants ou leurs cartables indiquant le chemin de l’école comme à travers les arbres en feuilles et les ombres marquant la belle saison, des moments d’activité, le déroulement du temps.

  • 26 Cf. L. Marin, « La ville dans sa carte et son portrait », De la représentation, Paris, Gallimard / (...)
  • 27 Cf. P. Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Vanoest, 1954.

26Les descriptions de ces photographies font apparaître l’importance donnée au cadrage, à la lumière, à un certain art de la distance à l’égard du sujet qui nous semble par moments dépasser les objectifs documentaires. Un souci esthétique apparaît explicitement dans certaines images. Nous citerons l’utilisation d’un effet de ciel associé à la visualisation d’un arbre tordu, évoquant l’atmosphère dramatique de la photographie pittoresque (ill. 5), la référence à une photographie de ville américaine des années 1930, à celle des paysages industriels et, par-delà l’histoire photographique des vues d’architecture et de ville, à des portraits de villes26. Nous pensons à cette étonnante vue plongeante faisant apparaître la silhouette d’une ville dans le fond d’un immense parking (ill. 6). À l’ère automobile, cet espace semble remplacer les fortifications ou les champs destinés à nourrir la ville. Cette valeur esthétique ajoutée dans la prise de vue comme ces références aux codes de l’histoire des représentations de la ville - que Pierre Lavedan connaissait bien27 - nous semblent être une manière d’inclure les attentes esthétiques en matière de conception urbanistique dans le programme du praticien.

Illustration 4. Visualisation de l’usage. Légende originale : « Madrid. Cité linéaire. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p, 176. Photo Pierre Lavedan.

La visualisation des domaines d’action de l’urbaniste

27Les domaines d’action qui s’imposent de manière quasi égale à travers la petite centaine de photographies sont ceux des abords du logement - dont la représentation est rendue possible par cette distance prise par rapport au motif -, des parcs et jardins et de ce que Pierre Lavedan appelle « l’art urbain » : le dessin des perspectives, des façades d’habitation, des monuments ou des sculptures, soit l’espace public dans sa dimension plus ou moins monumentale. Alors que la rue classique et les lieux de travail ont visuellement complètement disparu (en dehors des représentations de la « mauvaise ville »), on assiste à une véritable déclinaison de ce à quoi peuvent ressembler les espaces non bâtis autour du logement : voies de desserte, closes, bords de canal, cours, jardins privés, contre-allées, jardins ouvriers, parcs urbains, aires de jeux, mails, etc.

Illustration 5. Approche photographique pittoresque. Légende originale : « Varsovie. Parc Paderewski. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 272. Photo Pierre Lavedan.

Illustration 6. Portrait de ville. Légende originale : « Chicago, parc d’automobiles », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 113. Photo Pierre Lavedan.

28Ce lexique visuel de l’espace public ajoute une dimension typologique à la valeur de référence culturelle des figures que nous avons évoquée précédemment. Son économie témoigne de sa construction systématique : évitant une pléthore de référents pour un élément de programme, chaque planche correspond à un type particulier d’espace. De plus, pour plusieurs référents, une vision associant les façades avant et arrière est proposée, ce qui fait passer la valeur descriptive au-dessus de la valeur de citation. Pas d’organisation diachronique non plus : les façades haussmanniennes apparaissent à la fin de l’ouvrage pour illustrer le dernier chapitre sur l’art urbain, même si l’épisode des transformations de Paris est abordé bien avant.

  • 28 R. Baudoui, « Projets de villes nouvelles et de cités-satellites sous le régime de Vichy », Cahier (...)
  • 29 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 154-155.

29Retournons au texte et à la défense du modèle de la cité-satellite28, dont le dispositif est décrit comme un espace aux dimensions réduites, fonctionnellement autonome, détaché de la ville ancienne par une voie de liaison tracée à travers une « zone de campagne d’une dizaine de kilomètres de large29 ». En dehors de quelques schémas (ill. 7), comment ce dispositif est-il mis en images dans les photographies ? C’est à travers la forte proportion des parcs et de toutes sortes d’espaces publics végétalisés, d’une part, et celle plus rare mais néanmoins symbolique des limites de la ville, d’autre part, qu’il apparaît une cité-satellite comme mode d’extension discontinue, opposé à l’extension linéaire ou concentrique continue. D’une manière générale, c’est l’idée d’une ville aérée, hiérarchisée, amène au citadin, aux densités et dispositifs urbains variés qui s’impose. Cela renvoie moins directement au dispositif de la cité-satellite, même si l’on retrouve à travers ces principes l’idée d’une cité-jardin plus « urbaine », que Pierre Lavedan suggère en décrivant ses « avantages » :

Illustration 7. L’anticipation visuelle de la cité-satellite. Légende originale : « Le Vésinet. Plan d’aménagement 1864-1865. », in P Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 143. Photo Pierre Lavedan.

  • 30 Ibid., p. l53.

Ce sont à peu près les mêmes que ceux de la cité-jardin, mais ses défenseurs ont éliminé de leur théorie tout romantisme naturiste pour s’en tenir à des faits sociaux30.

30Quels modes d’articulation entre le savoir et l’action propres au visuel apparaissent au fil de cette étude ?

  • 31 Outre la lumière et le cadrage, la légende contribue également à l’efficacité de l’image.

31L’étude des images de type cartographique fait apparaître la construction de schémas thématiques, permettant d’extraire des réserves des faits historiques disponibles, les réalités qui rencontrent les priorités d’action, ici la forme du réseau viaire. Le processus est simple : les données sélectionnées pour être inscrites sur la carte sont celles qui concernent ce thème. Dans un second temps, la production et la diffusion des images ainsi construites viennent assurer la légitimation du domaine d’action, voire d’une position particulière, comme nous l’avons vu à travers la représentation répétée de la forme de plan radioconcentrique. L’analyse des images de type photographique a montré comment la lumière et le cadrage étaient utilisés pour délimiter et définir l’espace d’action du praticien (l’espace public) et donner à voir tant les principes fondamentaux de l’urbanisme (hygiénisme, usage, esthétique) que des jugements de valeur (l’aspect obsolète de la ville traditionnelle31).

32Paradoxalement, c’est le terme « savoir » qui finit par s’évanouir de l’articulation postulée initialement, comme si les préoccupations de la pratique urbanistique conditionnaient totalement les représentations des objets, transformés en archétypes d’actions. Sans doute faudrait-il affiner cette étude en distinguant bien les deux ouvrages, le premier étant construit autour d’une démonstration (la pertinence des deux catégories de plans) liée au contexte du doctorat, le second comme un manuel d’histoire. Pour être complète, cette réflexion sur les images nécessite un retour au texte (à son économie générale à peine abordée ici) et, par la confrontation du texte et de l’image, à la dimension illustrative de l’image.

33Il apparaît clairement cependant que la pratique est assumée au sein de cette approche d’historien. Un historien, rappelons-le, qui revendique un statut d’expert proche de celui du praticien :

  • 32 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 157.

On est parti de considérations simplement matérielles, pour donner finalement le pas à des considérations intellectuelles et morales. Les inventeurs des solutions proposées sont des administrateurs comme Haussmann ; des gens de lettres et des historiens comme Montalembert, Victor Hugo, Guizot ; des sociologues : Le Play, Ebenezer Howard, Lewis Mumford. Ne minimisons pas le rôle des exécutants, les Alphand, les Sitte, les Unwin ; mais nous voyons que la conception de l’urbanisme et la hiérarchie des problèmes ont changé : les formes ont été peu à peu subordonnées à l’esprit32.

34On voit ici que les « gens de lettres » ou les « historiens » (étiquettes renvoyant au statut de l’auteur), qualifiés d’« inventeurs », sont présentés comme les acteurs non seulement légitimes mais encore les mieux indiqués pour l’élaboration des principes, alors que les concepteurs sont qualifiés de simples « exécutants ». Une méthode urbanistique s’esquisse :

  1. connaissance de la réalité (« considérations [...] matérielles » produites par des spécialistes) ;
  2. formulation théorique d’un modèle ;
  3. exécution par des spécialistes de la mise en forme.

35Il n’y a plus de rupture entre la situation de « savant » et celle « d’homme d’action », c’est en tant qu’historien « inventeur de solutions » que l’auteur se tourne vers le projet, du moins vers un certain type de « projet ». Ce projet n’est pas la mise en forme d’un espace, il n’est pas mesurable, mais il est un schéma, un principe, une règle en quête de formalisations verbales et visuelles.

Notes

1 Ce chapitre s’inscrit dans un travail de thèse consacré à Pierre Lavedan et porte sur les deux tomes de l’Histoire de l’urbanisme, Antiquités - Moyen Âge (t. I) et Période contemporaine (t. III), Paris, Henri Laurens, 1926 etl952.

2 M.-C. Robic (dir.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache. Dans le labyrinthe des formes, Paris, CTHS, 2000 ; B. Lepetit, C. Topalov, La Ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001.

3 B. Lepetit, C. Topalov, ibid., p. 8.

4 Implication dont témoigne sa proche collaboratrice Jeanne Hugueney : « C’est quelqu’un qui ne s’intéressait pas seulement à l’étude d’une manière désintéressée et lointaine mais qui désirait, non pas seulement être le spectateur du monde, mais aussi un auteur, jouer un rôle actif, c’est très net dans sa tournure d’esprit. Alors que d’autres sont des savants mais qui ne se sentent pas responsables, disons de la marche du monde, il avait lui le désir d’exercer une influence, une action. » Cf. D. Mattoni, « Pierre Lavedan e la storiografia della città », mémoire de maîtrise, Venise, Institut d’architecture de Venise (IUAV), 1994, p. 312.

5 Cette série n’est qu’une partie d’une production beaucoup plus vaste de l’auteur. Elle décrit la forme de villes particulières et les modalités de leur édification au sein d’ouvrages consacrés à une période historique spécifique (à partir des années 1960, l’auteur et ses collaborateurs ont repris les ouvrages publiés entre 1926 et 1952 à travers de nouveaux découpages temporels). À cela s’ajoutent des ouvrages davantage méthodologiques : Qu’est-ce que l’urbanisme ?, Paris, Henri Laurens. 1926, et La Géographie des villes. Paris. PUF, 1936.

6 Le « modèle » est compris comme une forme très définie, mesurable et qui peut être reproduite à l’identique sans tenir compte du site, selon la définition donnée par F. Choay dans La Règle et le Modèle, Paris, éd. du Seuil, 1980.

7 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. I, op. cit., p. 64.

8 Ibid., p. 72-73.

9 Ibid., p. 77.

10 Ibid., p. 66.

11 Ibid., p. 67.

12 Ibid., p. 74.

13 Loi du 14 mars 1919 dite « loi Cornudet » : installation du premier régime de planification d’urbanisme en France. Les communes urbaines de plus de 10000 habitants devaient élaborer des « projets d’aménagement, d’embellissement et d’extension » : le plan Cornudet. Voir J.-P. Gaudin, Desseins de ville. Art urbain et urbanisme, Paris, L’Harmattan, 1991.

14 C’est en 1925, dans Urbanisme, un an avant la parution de l’Histoire de l’urbanisme étudiée ici, que Le Corbusier se moque de l’apologie de la rue courbe effectuée dans l’ouvrage de Camillo Sitte en utilisant la fameuse expression du « chemin des ânes ». Cf. Le Corbusier, Urbanisme, Paris, Flammarion, 1980, p. 5-13.

15 Voir, pour la France, les réflexions menées dans le cadre de la « Commission d’extension de Paris » animée par Louis Bonnier et Marcel Poëte (1911-1913).

16 P Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. I, op. cit., p. 342.

17 Ibid., p. 317.

18 Les photographies de voyage les plus anciennes conservées dans le fonds Lavedan de la bibliothèque d’Art et d’Archéologie datent de 1932.

19 Qui nous empêche de les comparer à des photographies des grands noms de la photographie d’architecture et de ville, comme par exemple Marville, Bérénice Abbott ou Bernd et Hilla Becher qui utilisent - toutes choses égales par ailleurs -des protocoles photographiques assez stricts.

20 Cf. M. Joly, L’Image et les Signes, Paris, Nathan, 1994.

21 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, Époque contemporaine, op. cit., p. 53.

22 Ibid., p. 72.

23 Le mot « visualisation » est utilisé ici pour désigner le processus de sa construction, c’est-à-dire le fait de « mettre (une idée, un sujet) en image », pour reprendre la définition du Petit Robert du mot « visualiser » (éd. 1993). Le choix de ce vocable permet de mettre en avant « la relation existant entre des opérations de pensée et des formes concrètes d’inscription des objets, des connaissances et des idées. » (O. Söderström, Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Pavot, 2000, p. 9).

24 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 73.

25 Cette dichotomie n’est pas sans rappeler l’accentuation des différences opérée par Marville dans son reportage photographique des voies parisiennes destinées à être détruites (cadrées verticalement) et nouvellement construites (cadrées horizontalement). M. de Thézy, Marville, Paris, Hazan, 1994.

26 Cf. L. Marin, « La ville dans sa carte et son portrait », De la représentation, Paris, Gallimard / Le Seuil, 1994, p. 204-218.

27 Cf. P. Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Vanoest, 1954.

28 R. Baudoui, « Projets de villes nouvelles et de cités-satellites sous le régime de Vichy », Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, n° 19, p. 37-54.

29 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 154-155.

30 Ibid., p. l53.

31 Outre la lumière et le cadrage, la légende contribue également à l’efficacité de l’image.

32 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, t. II, op. cit., p. 157.

Table des illustrations

Légende Illustration I. Visualisation de la structure viaire dans son rapport au centre. Légende originale : « Saint-André (1819), Sabonnières (1830) », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Antiquité Moyen Âge, op. cit., p. 253. Dessin de Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-1.jpg
Fichier image/, 69k
Légende Illustration 2. Visualisation de la pollution. Légende originale : « La mauvaise ville industrielle : Cleveland. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 48. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-2.jpg
Fichier image/, 134k
Légende Illustration 3. Visualisation des abords de l’habitation. Légende originale : « Bruxelles. Cité-jardin Floréal à Boisfort. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 176. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-3.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Illustration 4. Visualisation de l’usage. Légende originale : « Madrid. Cité linéaire. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p, 176. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-4.jpg
Fichier image/, 133k
Légende Illustration 5. Approche photographique pittoresque. Légende originale : « Varsovie. Parc Paderewski. », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 272. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-5.jpg
Fichier image/, 206k
Légende Illustration 6. Portrait de ville. Légende originale : « Chicago, parc d’automobiles », in P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 113. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-6.jpg
Fichier image/, 122k
Légende Illustration 7. L’anticipation visuelle de la cité-satellite. Légende originale : « Le Vésinet. Plan d’aménagement 1864-1865. », in P Lavedan, Histoire de l’urbanisme, période contemporaine, op. cit., p. 143. Photo Pierre Lavedan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4315/img-7.jpg
Fichier image/, 128k

Auteur

Isabelle Grudet est architecte et prépare actuellement, sous la direction de Yannis Tsiomis, une thèse de doctorat sur « Les Histoires de l’urbanisme de Pierre Lavedan » (Université de Paris-VIII). Elle est chercheuse au Laboratoire Espaces Travail de l’École d’architecture de Paris-la Villette. Ses travaux portent sur les savoirs et les pratiques de l’urbanisme, plus particulièrement sur le statut des visualisations et des formulations dans les processus de conception urbaine et territoriale. Elle a publié « Intéresser les concepteurs par l’image. Le dispositif figuratif dans Histoire de l’urbanisme. Antiquité Moyen âge de Pierre Lavedan », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 8, mai 2001, p. 23-30.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540