Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie III. Architecture, communication et culture visuelle

Chapitre XI. Pour une biographie culturelle des villes en mutation : les cas de Belo Horizonte et São Paulo

Heliana Angotti-Salgueiro

Texte intégral

But we may postpone more general conclusions until we have examined, at closer view,
the existing facts. Let us go down into the streets...
The Metropolis of Tomorrow, Hugh Ferriss, 1929.

1Afin d’éviter les propos globalisants sur l’histoire des villes, nous privilégierons l’expérience des hommes devant des situations précises et autour de deux thèmes classiques : la formation et la croissance urbaines.

2Depuis une vingtaine d’années, plusieurs changements méthodologiques sont apparus pour construire l’histoire des villes. On observe par exemple un retour de l’étude des représentations et des modèles, par conséquent, des hommes qui les portent, les produisent et les diffusent. Les déplacements et transferts des uns et des autres nous intéressent des deux côtés de l’Atlantique, car ils sont intrinsèques au façonnement de l’image de nos villes.

3Faire une biographie culturelle des formes implique trois prémisses. Il faut d’abord lutter contre les catégories d’une ancienne histoire des transferts fondée sur les « influences », les « écoles », les idéologies. Ensuite, il faut s’éloigner d’une histoire des mentalités passepartout, qui pose que le sujet urbain est un. Enfin, il faut se préserver d’un sociologisme primaire qui proclame l’oubli de l’acteur. Il est donc fondamental, d’une part, d’articuler les histoires individuelles aux représentations pour comprendre les figures des villes dans leur temps et, de l’autre, de tenir compte des trajectoires des modèles qui dépendent des pratiques expérimentées au sein de chaque ville.

4Ingénieurs et géographes ont des approches communes face aux mutations urbaines. Au moins trois approches les unissent : celle du paysage, celle de la situation topographique et celle de la morphologie (au sens large). Il faut y ajouter la technique pour les ingénieurs, qui interviennent directement sur les villes, et l’histoire pour les géographes, qui les décrivent ou les mettent en images.

  • 1 Sur A. Reis, voir H. Angotti-Salgueiro, La Casaque d’Arlequin. Belo Horizonte, une capitale éclect (...)
  • 2 Sur P Monbeig, voir sa nécrologie par P. George dans Les Annales de géographie, n° 542, juillet-ao (...)

5Deux situations urbaines, deux acteurs sociaux qui leur sont liés d’une façon ou d’une autre, l’ingénieur brésilien Aarão Reis1 et le géographe français Pierre Monbeig2, constituent notre fil conducteur. Le premier est l’auteur du plan d’une ville nouvelle, Belo Horizonte, en 1894. Le second, universitaire en mission à São Paulo, est témoin de sa croissance démesurée, commencée dans les années 1930.

  • 3 Cf. « São Paulo, une métropole tropicale », Indus trie, revue de la fédération des industries belg (...)

6Les images de l’évolution de ces deux villes montrent ce que signifie être moderne d’une époque à l’autre. Du scientisme positif de type haussmannien qui cautionne la fondation de Belo Horizonte au dynamisme incontrôlable de São Paulo devenant une « métropole tropicale », suivant l’expression de Monbeig3, on observe la substitution du prétendu modèle français par le modèle américain, toutes proportions gardées. Nous présenterons d’abord quelques aspects de la construction de Belo Horizonte, puis nous nous concentrerons sur la lecture que Monbeig fait de São Paulo. En conclusion, on verra que, malgré leur histoire différente les deux villes s’inscrivent dans une culture visuelle commune éloignée des catégories de composition urbaine, et finissent par avoir une seule image, marquée par le déséquilibre entre échelle, espace, temps, histoire et géographie.

Acteurs et lectures

7L’ingénieur Aarão Reis a suivi la formation à la fois technique et humaniste caractéristique de la génération progressiste des années 1880 ; il a un rôle polyvalent dans l’aménagement du territoire et la modernisation des villes brésiliennes jusqu’aux années 1920. Sa pensée suit une trajectoire professionnelle indissociable de la rationalité française, dont les représentations sont transférées au Brésil par le biais de l’École polytechnique de Rio. Cette rationalité combine les idéaux des Lumières (persistants tout au long du xixe siècle) à ceux du saint-simonisme et du positivisme. Reis est lecteur de Condorcet, Cournot, Hippeau, Jean-Baptiste Say, Michel Chevalier, Fourier, Saint-Simon, Comte, Belgrand, Durand-Claye, Freycinet, Haussmann, pour ne citer que quelques références qui soutiennent les principaux axes de sa pensée : l’instruction, l’économie politique, la planification urbaine. Auteur du plan de Belo Horizonte en 1894, Reis fait partie d’une génération d’ingénieurs cultivés, responsables de projets à bien des égards utopiques compte tenu des conditions du pays et de la distance entre le savoir et l’action, la science et le pouvoir.

  • 4 Sont aussi venus à São Paulo, invités par Georges Dumas : Pierre Deffontaines, Claude Lévi-Strauss (...)
  • 5 Pierre Monbeig a passé onze ans au Brésil (de 1935 à 1946) ; ce nouveau terrain lui a permis de so (...)

8Le géographe français Pierre Monbeig intègre la mission française vouée à la création de la faculté de Lettres et Sciences humaines de l’université de São Paulo4, où il arrive en 1935. Si l’on envisage les missions culturelles comme une forme officielle de transmission de la culture, il convient aussi de les voir comme une occasion d’échange culturel à double voie : ces jeunes professeurs déplacés au Brésil en début de carrière y ont écrit des ouvrages devenus classiques, mais, en contrepartie, cette expérience de déplacement et/ou de dépaysement leur a permis de recueillir des éléments nouveaux pour leurs thèses5, de réfléchir autrement, de combattre l’eurocentrisme et de relativiser leurs certitudes.

9Pour revenir à notre propos initial, c’est dans l’action et la pensée de deux personnages, Aarão Reis et Pierre Monbeig, que l’on peut le mieux comprendre la biographie culturelle de deux situations urbaines, Belo Horizonte et São Paulo, dont l’image architecturale montre un processus dynamique de construction et de déconstruction de phénomènes visuels dans un temps court.

10Ingénieurs et géographes travaillent d’abord sur le site : les premiers pour l’aménager, le transformer - donc de manière active - les seconds pour le décrire et analyser son évolution. Tous partent de l’observation directe et de leur optique dépendra le type d’action (projets) et de lecture (récits).

  • 6 Voir, « Commissão d’estudos das localidades indicadas para a nova capital (Relatório...) », Rio, 1 (...)
  • 7 Sur les revues, albums, projets et sur la campagne photographique à Belo Horizonte, voir le chapit (...)

11La littérature qu’Aarão Reis produit sur le paysage et les sites, lorsqu’il recherche une localité adéquate pour répondre à la commande officielle de construction d’une capitale raisonnée, apparaît comme une exception face au vide des Mémoires descriptifs des lieux, à la fin du xixe siècle au Brésil. Dans l’enquête pour le choix du site de la nouvelle capitale du Minas6, l’approche écologique se combine avec l’analyse de position -voilà un principe vidalien qui n’était pas encore formulé clairement. Aarão Reis est marqué par les textes français d’économie politique associés aux représentations sur l’aménagement rationnel du territoire ; l’idée de centralité, par exemple, provenant des saint-simoniens, comprend un plan de circulation et de transports pour faciliter le commerce, l’industrie, le ravitaillement, et pour intégrer la capitale à un réseau national de voies ferrées - objectif alors utopique face au faible niveau d’intégration de régions encore désertes ou isolées. À 600 km de Rio, tout arrive par train et l’on ne s’étonnera pas que le premier projet construit soit la gare aux formes inusitées (ill. 1). C’est sous le signe des contrastes, des antinomies et des « métamorphoses » que les nouvelles images urbaines et architecturales circulent, dans des dispositifs de communication verbale et visuelle qu’explicite une politique de formes marquées par les « effets » et les « imprévus ». Or, l’efficacité de ces images reste à prouver7 méritant des études dans le champ des figurations urbaines.

Illustration I. Belo Horizonte, gare construite vers 1894, projet de José de Magalhães, ingénieur brésilien et élève en seconde classe de l’École des Beaux-Arts de Paris en 1876. Image construite avec quelques-uns des signes de modernité de la fin du xixe siècle : l’architecture en fer, l’électricité, la mobilité des personnes. Museu Histórico Abilio Barreto, photo Rui César dos Santos.

  • 8 Voir, de cet auteur, notamment les chapitres « Images urbaines » et « Retour des représentations » (...)

12Parcourir les régions et faire des prévisions sur les villes à la fin du xixe siècle n’est pas facile dans un pays qui dispose de peu de cartes et d’un recensement lacunaire. Globalement, le problème demeure quarante ans après : lorsque Monbeig fait du terrain dans l’hinterland de São Paulo ou du Nordeste, il se plaint du caractère peu systématique des données. Le Brésil ne se connaît pas. Documentation cartographique et sources statistiques précises manquent ou sont décalées devant l’accélération des changements. Ses descriptions d’un paysage rural et urbain en mouvement et son geste pour saisir sur le vif les transformations constitueront notre deuxième point. On sait depuis Bernard Lepetit que pour construire une analyse des villes et de leurs territoires on articule les chiffres aux représentations8. Ici, nous allons retenir surtout celles-ci : textes et images.

Belo Horizonte et ses fragments d’haussmanisme

  • 9 Cf. H. Angotti-Salgueiro (dir), Cidades capitais do século xix. Racionalidade, cosmopolitismo e tr (...)

13Les images de la modernité à la fin du xixe siècle montrent la réceptivité du modèle français à Belo Horizonte : le plan en damier coupé par des diagonales (au nom de la mobilité et de la circulation à venir), dont le contour elliptique, conseillé par Léonce Reynaud dans son traité lu par les ingénieurs, semble être rappelé ; le modèle de la ville haussmannienne qui s’exporte partout selon des conditions d’appropriation toujours fragmentaires y est aussi présent9. Sur le damier croisé de diagonales de cette ville dessinée pour être moderne, on lit la notion de système, les débuts du zoning, la mise en place des édifices publiques, d’équipements de salubrité, de loisir, de culture. Des comparaisons avec Paris, Washington et La Plata doivent aller au-delà du tracé, car la figure d’une ville est indissociable des particularités de son histoire ou de son processus d’élaboration - et l’orientation de la croissance de Belo Horizonte est la preuve, nous allons le voir, que les modèles fondateurs ne résistent pas longtemps.

14Un autre point à retenir est l’architecture dessinée par un Brésilien, élève de l’école des Beaux-Arts de Paris, architecture destinée à remplacer les « vieilleries » coloniales et cautionnée par le mépris du passé colonial baroque qui marque l’image des villes de la région du Minas Gerais et par un discours sur la pauvreté de la culture visuelle du pays stigmatisant l’absence de monuments chargés d’« éduquer la vue ».

15La valeur des espaces verts qui vont de pair avec l’urbanisme produit aussi une image nouvelle, attribuée à Paulo Villon, disciple de Barrillet-Deschamps et d’Alphand. Un effort de gestion de l’urbanité existera pendant un certain temps. L’exemple de Belo Horizonte est représentatif d’un moment clé dans l’histoire de la naissance de l’urbanisme au Brésil - il s’agit d’une des seules occasions où de nouvelles manières de composer la ville arrivent à se matérialiser, encore que de façon fragmentaire. D’autres villes du pays auront, chacune à leur tour, une image rénovée tout au long du xxe siècle, mais c’est à São Paulo que les mutations brusques dépassent toute prévision et toute mesure.

São Paulo, métropole pionnière

  • 10 Quelques articles fondateurs de R Monbeig : « O estudo geográfico das cidades », Revista do arquiv (...)
  • 11 Cf. P. Claval, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998, p. 19 (...)
  • 12 P. Pinon, « Pierre Lavedan, de l’histoire de l’art à l’architecture urbaine », Le Visiteur, n° 2, (...)

16Concentrons-nous à présent sur les images vécues et décrites par Pierre Monbeig, qui est à la tête du renouvellement des études urbaines au Brésil dans les années 194010. À cette époque, la démarche d’analyse, selon Claval, va au-delà de « l’étude des sites, des situations et de la description des plans [...], guides utiles pour mener une monographie, mais qui ne proposent pas d’hypothèses sur le fonctionnement des villes ou sur leur évolution »11. La méthode de lecture de Monbeig sur les mutations urbaines à São Paulo part de l’observation de la morphologie, certes, mais elle intègre le fait urbain dans un contexte général et ce à plusieurs échelles. Rappelons qu’en France, le « premier ouvrage de synthèse » de cette génération est rédigé par Pierre Lavedan en 1936, référence citée par Monbeig. Historien de l’art à l’origine, Lavedan se réclame de l’histoire et de la géographie pour fonder son histoire de l’art urbain. On sait que Qu’est-ce que l’urbanisme ? est une œuvre de géographie humaine, attentive au paysage et à la diversité des villes12. Notons aussi que sa Géographie des villes est publiée dans la collection dirigée par Pierre Deffontaines, qui est au Brésil entre 1934 et 1936.

  • 13 P. Monbeig, La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 10.

17La description de São Paulo par Monbeig se fait à partir de l’expérience du trajet, elle se construit en marchant (on sait que le goût des panoramas est inscrit dans la géographie vidalienne dès son début), et aussi par les vues aériennes (ill. 2), privilégiées par les géographes de son temps. Le terrain mouvementé le frappe et il enregistre les traits du paysage découpé par de larges ravines, des rampes fortes raides, des plateaux en éperons, des collines et des pentes brutales qui marquent le relief, facteur de la fragmentation de l’ensemble urbain, et qui sont susceptibles de poser de « sérieux problèmes aux urbanistes13 ».

18En fait, dans nos deux cas, à Belo Horizonte et à São Paulo (il y en aura d’autres au Brésil), la topographie devient un obstacle lorsque l’agglomération cherche à s’agrandir. Même dans le premier cas, celui d’une ville planifiée où les quartiers sont projetés dans un plan d’ensemble et avec une limite de croissance définie pour chacune des trois zones, les délimitations n’ont pas résisté longtemps et l’agglomération a débordé dans tous les sens de son site originel. Conçue pour 30 000 habitants et prévue pour 200 000 au xxie siècle, Belo Horizonte a aujourd’hui plus de trois millions d’habitants.

  • 14 Selon R. George, « Pierre Monbeig (1908-1987) », Annales de géographie, art. cité, p. 445.

19Mais revenons à la figure de São Paulo, ville dont le noyau urbain remonte au xvie siècle et dont l’essor date de la fin du xixe siècle, pour prendre ensuite un rythme démesuré de densification et d’extension suivant un morcellement déjà préparé par la topographie, mais sans aucun plan d’ensemble. L’explosion démographique y était aussi imprévisible : moins d’un million d’habitants quand Monbeig y arrive, le double quand il s’en va, plus de dix millions trente ans plus tard14.

Illustration 2. São Paulo, vue aérienne du « centre moderne », fin des années 1940. Photo : Pierre Monbeig, publié dans La Croissance de la ville de São Paulo.

  • 15 Voir, de P. Monbeig, « Modes de penser et géographie humaine », in Hommage à Lucien Febvre, t. I, (...)

20Ayant témoigné de la dynamique de cette métropole, Monbeig reviendra sur ce thème à plusieurs reprises en écrivant des textes fondateurs appartenant à la culture géographique française, dans la lignée de l’étude de Raoul Blanchard sur Grenoble en 1911, devenue désormais un schéma pour les recherches de géographie urbaine régionale. Pourtant, l’expérience vécue dans la réalité pleine de diversité du Brésil a permis à Monbeig d’introduire des différences dans l’analyse classique. Les liens entre la ville (la croissance de São Paulo) et la campagne (les Fronts pionniers), le rôle d’une histoire des mentalités alors naissante qui dialogue avec la géographie psychologique15 et la liaison avec la conjoncture économique internationale sont des innovations méthodologiques de ses thèses. Il en va de même pour son ouverture d’esprit à des auteurs variés, tels ceux de l’école de Chicago, et pour la modernité de son vocabulaire. Pendant les années où il enseigne à São Paulo, la bibliographie urbaine internationale commence à prendre du poids parallèlement à l’émergence des grandes villes ; c’est alors une période de publications sur les mégalopoles américaines qu’il suit de près, même en pleine guerre, comme le prouvent ses références.

  • 16 Nous nous référons à l’article de B. Lepetit, « Pour une pratique restreinte de l’interdisciplinar (...)
  • 17 P. Monbeig, La Crise des Sciences de l’Homme, Rio de Janeiro, casa do Estudante do Brasil, 1943 et (...)

21Pour l’étude des villes, Monbeig préconise une interdisciplinarité contrôlée, comme celle que l’on a tenté de réaliser ces dernières décennies16. En 1957, il écrit que « l’idéal serait de constituer une équipe de chercheurs qui puissent mettre en route des processus de recherche divers, avec des points de vue distincts mais apparentés ». En 1943, lors de la conférence « La crise des sciences de l’homme » organisée à Rio, il dénonce « le caractère artificiel du morcellement », ou de la spécialisation, entre l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, et il prône la géographie comme discipline de synthèse entre les sciences sociales et les sciences naturelles - c’est à Lucien Febvre qu’il fait référence ; enfin, il conclut en évoquant « l’homme total » de Marcel Mauss. La même année, il écrit ; « il faut organiser la collaboration des disciplines sans les confondre17 ».

  • 18 L’expression se trouve dans La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit.
  • 19 Cf. P. Garcez Marins, « A São Paulo de Pierre Monbeig » communication présentée dans le Colloque M (...)

22La méthode Monbeig situe toujours les villes dans leur évolution historique. En trois siècles, São Paulo est passé du statut de petite ville coloniale de catéchèse jésuitique, puis de centre provincial d’où rayonnaient des explorateurs de l’hinterland (les bandeirantes) à celui de première métropole économique du Brésil. Monbeig a su dégager les directions de croissance de la ville dès ses débuts - il décrit avec un regard d’historien (qu’il ne séparait jamais de son métier) les lignes de force de l’évolution urbanistique de São Paulo et ses problèmes futurs. Il part de « l’éloquence » des chiffres pour se référer à « cette capitale en perpétuelle croissance [où] tout est mobile, rien ne dure18 ». Pourtant il ne cède pas à l’engouement facile devant sa dynamique affolée, comme la plupart des auteurs locaux19.

23L’architecture à la française du début du siècle est très éphémère comme image d’ensemble et elle cède la place à une architecture à l’américaine, même si l’échelle y est inférieure (ill. 3). Monbeig a très bien compris le rôle du modèle américain pour le Brésil après les années 1930, de même que l’image des contrastes. Le changement exprime la succession de deux « civilisations » dont l’image est ainsi décrite :

  • 20 P. Monbeig, Le Brésil, Paris, PUF coll. « Que sais-je ? », 1954, p. 6.

[...] si le passé [du Brésil] est portugais et méditerranéen, le présent est américain. À la fin de la période entre les deux guerres, plus encore au cours de la seconde guerre mondiale, le Brésil paraît faire peau neuve, cherchant à rejeter sa vieille tunique aux couleurs de l’Europe pour des habits nouveaux made in America. Les grandes villes brésiliennes offrent un spectacle désordonné où s’opposent les silhouettes dégingandées des gratte-ciel modernes, aux formes basses des vieilles demeures coloniales. Ce paysage urbain concrétise le Brésil d’aujourd’hui : les mêmes contrastes se retrouvent dans son économie, dans sa société et dans la psychologie de ses habitants. Tout comme en quelques semaines la vieille maison portugaise fait place à la carcasse du building, de même l’économie se transforme et de nouveaux modes de penser surgissent. Ce n’est pas un fait nouveau : de tout temps, le Brésil est passé brusquement de la prospérité au bord de la faillite, d’une production à l’autre. Il serait banal de rappeler que ce continent tropical est une terre de contrastes. Tout ici se fait par mutations brusques20.

Illustration 3. São Paulo, la verticalisation à l’américaine : la Banque de l’État (35 étages, 161 m de haut), inauguré en 1947. Photo : auteur inconnu.

  • 21 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 40.

24Revenons aux rapports entre morphologie du site et changements de l’espace urbain. Monbeig observe qu’à partir de 1930, São Paulo est devenue une ville d’ingénieurs avec le plan d’avenues de Prestes Maia. On assiste à une révolution dans le paysage et des préoccupations d’urbanisme apparaissent sous la pression de nécessités inhérentes à une croissance accélérée. Quelques viaducs sont construits pour enjamber les ravins près du centre, des grands axes et avenues radiales sont ouverts pour résoudre le morcellement de la topographie naturelle en cherchant à améliorer la circulation et à aménager des parkings. Toutefois, le tissu lâche en raison de la topographie laisse des vergers tropicaux ou des jardins potagers entre les espaces bâtis et les viaducs. Cette subsistance des vides, des déchirures dans le tissu urbain, montre le gaspillage d’espace, les densités inégales et surtout l’impression d’inachèvement de son image, marqué par les gestes déconcertés d’un urbanisme aléatoire et par l’intervention des spéculateurs21.

  • 22 Ibid., p. 50. Sur le modèle de l’Amérique dans la cristallisation de l’image du modernisme, voir H (...)

25Par sa façon de décrire, Monbeig met São Paulo en images-mouvement : la vague de constructions qui dépassent les difficultés du relief, les maisons qui grimpent sur les versants, les voies qui envahissent les éperons, les terrasses, les collines, la plaine inondable. Des usines s’y installent et des quartiers ouvriers se développent en banlieue. Il s’agit d’un développement polycentrique qui caractérisera désormais son évolution. Monbeig qualifie de « vraiment américaine » l’agglomération pauliste, « par son étendue comme par le rythme de sa croissance »22.

  • 23 Ibid., p. 3.

26Quant au mode d’habitat, il observe que la maison individuelle commence à être abandonnée pour l’appartement : « C’est à un rythme accéléré que les buildings remplacèrent les vieilles maisons sans étage des Portugais, que les lotissements des quartiers ouvriers ou bourgeois, les usines et les entrepôts prirent la place des broussailles et des marécages23. » De là deux strates très nettes dans le paysage de São Paulo : les nouveaux immeubles écrasent la vieille architecture basse des maisons (ill. 4).

  • 24 P. Claval, Histoire de la géographie française..., op. cit., p. 203.
  • 25 Voir notamment l’article « The Colonial Nucleus of Barão de Antonina, São Paulo », écrit par F. Mo (...)

27Toujours concernant les typologies de l’architecture urbaine, chapitre important de la géographie de son temps, Monbeig montre les contrastes entre les habitations somptueuses et celles des quartiers prolétaires. Pour lui, la maison urbaine est, autant que la maison rurale, un élément du paysage culturel. Sur ce point, il suit Jean Brunhes lorsqu’il va sur le terrain et classe les faits géographiques - voire les photographies de l’habitat - à la manière des ethnologues. Sous son optique s’associent les paysages agraires, les hommes et les caractères morphologiques des maisons. La méthode Monbeig s’inscrit ainsi dans la géographie culturelle française qui abordait la culture par les faits matériels24. Comme son maître Albert Demangeon, Monbeig s’intéresse aux types variés de maisons des pionniers immigrants, aux détails d’architecture et aux modes de couverture, différents en fonction du pays de provenance25.

Illustration 4. São Paulo, l’image urbaine marquée parles contrastes d’échelle de deux strates de constructions, fin des années 1940. Photo : Maurice Le Lannou, publié dans La Croissance de la ville de São Paulo.

  • 26 « La ville de Saint-Paul », art. cité, p. 334.

28Dans son étude sur la marche pionnière, Monbeig a observé que la pénétration intensive d’hommes sur un territoire neuf se faisait sans aucun scrupule écologique, et que cette tendance à la mobilité s’imposait de la même façon en zone urbaine, dans le sens du déplacement successif de l’occupation des quartiers, chaque fois sans la mise en place concomitante de travaux d’infrastructure. En 1950 il note que la mutation s’inscrit dans l’espace et qu’il est facile de la mesurer : « Il y a cinquante ans les points extrêmes de la ville de São Paulo étaient distants de 2 km du centre ; ils sont actuellement d’une dizaine de kilomètres26. » Son analyse se confirme dans l’image de la ville sans fin d’aujourd’hui de même que dans la tendance à la substitution des axes d’expansion qui la caractérisent depuis le milieu du siècle dernier.

  • 27 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 39.
  • 28 « La ville de Saint-Paul », art. cité, p. 336. À la veille du xxe siècle, São Paulo était une « te (...)

29Dans son analyse de São Paulo, Monbeig cherche à esquisser la distribution et les déplacements des différents groupes sociaux par quartiers et il analyse l’expansion sans ordre du peuplement, au gré des intérêts immédiats des particuliers, exactement comme l’expansion du peuplement rural de la marche pionnière : « dans les nouveaux quartiers de São Paulo chacun lotissait isolément, il ne s’agissait pas d’acte d’urbanisme27 ». Des quartiers se dégradent tandis que d’autres naissent, observe Monbeig, les aires de détérioration étant comparables à celles que les sociologues américains ont relevées à Chicago. « L’impression d’américanisme » marque São Paulo par la « croissance rapide, la fièvre de spéculation, les gratte-ciel [...] et la variété ethnique »28 (ill. 5).

Illustration 5. São Paulo, vue partielle du skyline à partir du parc Dom Pedro, au centre ville, années 1950, Photo : Colombo.

La ville-artefact qui monte et se fractalise

30La métamorphose moderne est discontinue, ses configurations, temporalités et rythmes varient, mais la verticalisation de l’architecture demeure le signe majeur de son image. Il n’existe pas encore de travail approfondi sur les représentations qui sous-tendent les mutations urbaines des villes brésiliennes ou qui rendent compte du rapport dialectique entre la vitalité économique, le débat architectural et la pratique du gigantisme commercial et privé. Le changement d’échelle des immeubles, associé à la notion de progrès et à la rationalisation de l’urbain, et né du développement de la consommation et de la spéculation foncière, est un phénomène général, certes, mais qui a des particularités historiques qui doivent être étudiées surtout dans cette période où les villes se densifient en se reconstruisant sur elles-mêmes. Cette question renvoie à la comparaison entre nos deux études de cas. L’image de Belo Horizonte représentait un modèle par sa cohérence architecturale et urbaine unique, car, étant une ville de fondation, créée de toutes pièces, elle possédait une certaine unité de gabarit et de style par rapport aux autres villes du Brésil. C’est la raison pour laquelle la mutation vers de nouvelles formes de visibilité dans son espace, au tournant du Mouvement moderne, semble plus frappante qu’ailleurs.

  • 29 Voir le classique de R. Koolhaas, Delirious New York, et, à titre spécifique, J. C. Brown (dir.), (...)

31Le tissu de São Paulo, comme celui de Belo Horizonte, présente sur quelques zones un tracé inadapté aux immeubles en hauteur, et les pouvoirs publics ne formulent pas de politique d’aménagement concerté favorisant une densification sectorisée lors de la verticalisation - ce qui prouve que l’on n’a pas été capable de construire avec le site. Un skyline chaotique se dessine sans souci de composition globale, au contraire des villes nord-américaines qui, après quelques années de croissance désordonnée, ont créé des zoning laws puis des commissions de design review29 pour contrôler l’échelle et la concentration des gratte-ciel.

  • 30 Il me semble que l’on peut inclure l’étude des villes en mutation dans les propositions de I. Kopy (...)
  • 31 L’idée apparaît dans la réflexion américaine depuis les années 1960, autour de l’articulation prob (...)
  • 32 D.J. Olsen rappelle que Londres, Paris et Vienne ont cherché des formes d’adaptation aux mutations (...)

32Les tentatives d’interprétation du paysage urbain et de ses mutations tout au long de l’histoire font référence, en général, aux forces économiques, politiques, aux moyens matériels et technologiques, à la réglementation plus ou moins stricte, à la culture visuelle, à la compétence des architectes et aux pratiques sociales. Mais on peut aussi penser l’image des villes en termes de « biographie culturelle »30. Or, une tension surgit dès lors que l’on rassemble catégories esthétiques de lisibilité et situations pragmatiques de l’histoire urbaine. Belo Horizonte et São Paulo se sont beaucoup transformées dans les cinquante dernières années et, de ce fait, ces villes ne peuvent être envisagées que comme une fragmentation d’artefacts31. Si l’on sait que même les villes qui ont une tradition de planification bien établie ne peuvent être prises comme des « œuvres d’art32 », comment voir celles qui se trouvent dans un processus constant de construction et de destruction, se transformant selon des rythmes et des temporalités multiples ? Lorsqu’on se réfère à la ville comme à un artefact visuel, on retient que son image est formée d’abord par des objets fabriqués par additions ne pouvant aboutir à un ensemble concerté.

  • 33 L’expression se trouve dans J.C. Brown (dir.), Federal Buildings in Context..., op. cit.

33Une autre question mérite d’être rappelée ici, celle de la perception visuelle. Dans l’aménagement de l’espace urbain, qui regarde ? Ou qui peut intervenir sur ce scénario transformé, détruit et reconstruit selon les lois du marché ? S’il est vrai qu’au cours du xxe siècle l’application des normes et le contrôle efficace ont souvent manqué, l’évolution d’un dessin urbain sans qualités ne pourrait-elle pas aussi être due aux limites de la perception visuelle des gens ? - il y a « des yeux qui ne voient pas », disait Le Corbusier, ou « not everyone is against uglyness »33. Cette évolution sans qualités serait-elle due aux possibilités matérielles ou aux façons de s’approprier et d’adapter des modèles à des espaces autres ? Ces questions doivent être historicisées ensemble à la lumière des représentations construites au fil du temps.

34Dans la plupart des cas, à chaque étape de la transformation d’une ville, les typologies sont réinterprétées ou perdent leurs significations. Par conséquent, permanence et remodelage sont des thèmes cruciaux pour les historiens, de même que les degrés de laisser-faire à propos de la composition. C’est ainsi qu’en moins d’une génération, Belo Horizonte, en dépit des lois et intentions, héritages et idéaux, est devenue une métropole à l’image chaotique. Le skyline est irrégulier et polycentrique, comme celui de São Paulo, au point de ne pas même respecter le cadre naturel des montagnes qui lui a donné son nom (ill. 6). La quête de modernité perdure, les styles se succèdent ou cohabitent : beaux-arts, neocolonial, art déco et international style (avec le complexe de la Pampulha d’Oscar Niemeyer en 1940-1942) puis premiers gratte-ciel du centre-ville (ill. 7). Le moderne s’est imposé au moyen de démolitions, reconstructions et juxtaposition de formes. Nous ne voudrions surtout pas passer pour des nostalgiques - le monde a changé et les villes aussi -, ce qui dérange c’est le laisser-faire face à la composition. Dans la lutte entre dynamique et esthétique, la première commande souvent.

Illustration 6. Belo Horizonte, l’irrégularité des immeubles aux styles multiples surgit devant le panorama de montagnes qui caractérise la capitale, années 1940. Photo collection Otávio Dias Filho.

Illustration 7. Belo Horizonte, immeuble de la place principale, projeté par Oscar Niemeyer dans les années 1950. Photo de l’auteur.

Échelle, temps, lieu et histoire des images urbaines

  • 34 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 69.

35Nous avons fait référence au début de notre texte à la notion de modèle et aux vicissitudes de son transfert. Les problèmes de rapports de proportion et d’échelle sont intrinsèques à l’image urbaine des villes brésiliennes. Le dessin de Belo Horizonte avait, en réalité, très peu à voir avec le monumentalisme de son modèle (le modèle beaux-arts du Paris d’Haussmann). Les édifices d’angle des avenues, par exemple, se trouvent isolés de l’ensemble et sont à petite échelle. À São Paulo, Monbeig observe qu’« après avoir grandi en étendue, la ville pousse en hauteur34 » et que son panorama enregistre des strates successives d’immeubles, le premier étant l’édifice de l’industriel Giuseppe Martinelli inauguré en 1929 (ill. 8), à l’image de l’hôtel Pennsylvania de McKim, Mead and White, à New York (le millionnaire italien fit construire une villa sur le toit pour prouver la solidité de son gratte-ciel, masse dominante dans toutes les images de São Paulo de l’époque).

  • 35 Expression d’Hubert Damisch, « La scène de la vie future », art. cité, p. 24.

36Cependant, le chaos architectural des villes était déjà un souci pour la génération qui avait fait le projet de Belo Horizonte. En Amérique du Nord, les critiques des « aberrations » de style et d’échelle occupaient les pages des périodiques : à titre d’exemple, citons la série de la revue Architectural Record. Au Brésil, des architectes étrangers publiaient encore des guides pour apprendre à appliquer des éléments classiques dans de « bonnes proportions » sur les façades étroites de la ville de Rio (voir d’Alexander Speltz, Le Vignole brésilien, en 1898). Et la législation de Belo Horizonte fait encore référence à des attiques, des corniches, des pilastres, comme si ils étaient des parties indissociables de l’architecture. La modernité américaine a été « pétrie des multiples traits archaïques35 » - on connaît la pérennité du répertoire classique qu’accompagne la verticalisation des années 1920-1930 aux États-Unis : la dernière colonne, dessin d’Hugh Ferriss dans son livre Power in Buildings, n’enregistre-t-elle pas le changement irréversible des formes dû au Mouvement moderne ?

  • 36 Pierre Monbeig emploie cette expression avant la fin des années 1940 et il affirme que le « paysag (...)
  • 37 Si la place principale de Belo Horizonte est un ensemble composite, mieux, une scène synthèse des (...)

37Étudier le paysage urbain36 - « phénomène d’origine humaine » (voir la définition d’artefact) -, c’est donc étudier les mutations, c’est regarder, enfin, la trajectoire biographique des formes. La plupart des villes-monuments rêvées au xixe siècle par les ingénieurs utopistes deviennent des villes qui montent et se fractalisent à partir des années 1920. Paris est une exception par la résistance de son échelle. En revanche, de la Belo Horizonte « beaux-arts » ne sont restés que les édifices publics qui autrefois dominaient l’esplanade principale, aujourd’hui complètement rapetissés par les gratte-ciel37. Une image semblable se retrouve au centre de São Paulo, où les immeubles du début du siècle ne sont que des « résidus » témoins de la dissociation classique espace/temps/architecture (ill. 9).

Illustration 8. São Paulo, l’immeuble Martinelli, construit entre 1922 et 1929, domine le scénario de la ville en croissance avec ses 30 étages et 105 m de haut Photo : Theodore Preising.

Illustration 9. São Paulo, le vieux centre avec ses Immeubles de plusieurs époques, en vue actuelle du haut de la Banque de l’État. Photo : Paulo César Garcez Marins.

38Les différences d’un pays à l’autre montrent que la ville-artefact est « victime » de son propre dynamisme, sortant des gestes d’auto-organisation qui produisent des visibilités peu canoniques. Si le modèle est une théorie qui précède la croissance et donne caution aux représentations, il est aussi réinterprété selon les singularités de telles villes qui échappent à leur propre histoire et s’élèvent contre leur géographie.

Notes

1 Sur A. Reis, voir H. Angotti-Salgueiro, La Casaque d’Arlequin. Belo Horizonte, une capitale éclectique au xixe siècle, Paris, éd. de l’EHESS, 1997, partie I et, plus particulièrement, « Engenheiro Aarão Reis ; o progresso como missão », Belo Horizonte, Fundação João Pinheiro/CREA, 1997.

2 Sur P Monbeig, voir sa nécrologie par P. George dans Les Annales de géographie, n° 542, juillet-août 1988 ; H. Théry et M. Droulers (dir.), Pierre Monbeig, un géographe pionnier, Paris, IHEAL, 1991 ; et H. Angotti-Salgueiro ; « A paisagem na óptica geográfica », in Paysage et Art. L’invention de la nature, l’évolution du regard, São Paulo, CBHA/FAPESP/CNPq, 2000, L’image dans l’œuvre de Pierre Monbeig », Bulletin Prodig, L’image au cœur de la géographie, Paris, CNRS, n° 1, avril 2001 et « Monbeig, un géographe sur le vif » Pages Paysages, n° 9, nov. 2002.

3 Cf. « São Paulo, une métropole tropicale », Indus trie, revue de la fédération des industries belges, Bruxelles, VIIIe année, n° 12, déc. 1954.

4 Sont aussi venus à São Paulo, invités par Georges Dumas : Pierre Deffontaines, Claude Lévi-Strauss, Fernand Braudel, Roger Bastide, entre autres. On peut lire, à ce propos, P. Petitjean, « As missões universitárias francesas na criação da Universidade de São Paulo (1934-1940) », in A Ciência nas relações Brasil-França (1850-1950), São Paulo, Edusp, 1996, et, dans un sens plus général, « Échanges internationaux », in M.-C. Robic, G. Baudelle et M.-V Ozouf-Marignier, Géographes en pratique (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

5 Pierre Monbeig a passé onze ans au Brésil (de 1935 à 1946) ; ce nouveau terrain lui a permis de sortir des limites de la tradition des monographies régionales propres à l’école française de géographie, s’ouvrant vers une géographie dynamique des aires culturelles en formation. Voir notamment : Pionniers et planteurs de São Paulo, Paris, Armand Colin, 1952, et La Croissance de la ville de São Paulo, Grenoble, Institut et Revue de géographie alpine, 1953. Sa biobibliographie est sur www.cybergeo.presse.fr.

6 Voir, « Commissão d’estudos das localidades indicadas para a nova capital (Relatório...) », Rio, 1893. Ce rapport a été cité par Élysée Reclus dans sa Géographie universelle.

7 Sur les revues, albums, projets et sur la campagne photographique à Belo Horizonte, voir le chapitre : « La mémoire créée ; de la nature au construit - images de propagande », in La Casaque d’Arlequin..., op. cit. Quant à l’efficace politique ou symbolique des images, nous avons plutôt tendance à suivre Paul Veyne sur le regard distrait ou indifférent des gens, dans l’article « Conduites sans croyance et œuvres d’art sans spectateurs », Diogène, n° 143, juill.-sept. 1988 ; dans ce sens, nous nous permettons encore de citer notre conclusion « L’architecture et son public ; la ville représentée et la ville vécue », in La Casaque d’Arlequin..., op. cit.

8 Voir, de cet auteur, notamment les chapitres « Images urbaines » et « Retour des représentations », in Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

9 Cf. H. Angotti-Salgueiro (dir), Cidades capitais do século xix. Racionalidade, cosmopolitismo e transferência de modelos, São Paulo, Edusp, 2001. Cet ouvrage comporte des essais de A. Picon, D. Calabi, B. Lepetit et H. Angotti-Salgueiro (l’essai de Heliana Angotti-Salgueiro est d’abord sorti en français dans la Revue de l’art, n° 06, 1994).

10 Quelques articles fondateurs de R Monbeig : « O estudo geográfico das cidades », Revista do arquivo municipal, São Paulo, vol. LXXXIII, janv. 1941 ; « La ville de Saint-Paul », Revue de géographie de Lyon, n° 4, 1950 ; « Aspectos geográficos do crescimento da cidade de São Paulo », Boletim paulista de geografia, n° 17, mars 1954.

11 Cf. P. Claval, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998, p. 190.

12 P. Pinon, « Pierre Lavedan, de l’histoire de l’art à l’architecture urbaine », Le Visiteur, n° 2, 1996.

13 P. Monbeig, La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 10.

14 Selon R. George, « Pierre Monbeig (1908-1987) », Annales de géographie, art. cité, p. 445.

15 Voir, de P. Monbeig, « Modes de penser et géographie humaine », in Hommage à Lucien Febvre, t. I, 1953, et le chapitre « La psychologie bandeirante », dans son Pionniers..., op. cit., dont une analyse a été faite par M.V. Ozouf-Marignier, « Un domaine contesté : la géographie psychologique au temps de Pierre Monbeig », communication présentée au Colloque Monbeig réalisé à São Paulo en 2001, dont les actes en portugais sont en cours de publication.

16 Nous nous référons à l’article de B. Lepetit, « Pour une pratique restreinte de l’interdisciplinarité », Revue de synthèse, année 4, n° 3, 1990, traduit en portugais dans H. Angotti-Salgueiro (org.), B. Lepetit, Por uma nova História urbana, São Paulo, Edusp, 2001.

17 P. Monbeig, La Crise des Sciences de l’Homme, Rio de Janeiro, casa do Estudante do Brasil, 1943 et « Observação sobre o estado atual dos estudos geográficos no Brasil », Rumo, année 1, n° 3, vol. I, 1943, p. 41.

18 L’expression se trouve dans La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit.

19 Cf. P. Garcez Marins, « A São Paulo de Pierre Monbeig » communication présentée dans le Colloque Monbeig, à São Paulo, en 2001.

20 P. Monbeig, Le Brésil, Paris, PUF coll. « Que sais-je ? », 1954, p. 6.

21 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 40.

22 Ibid., p. 50. Sur le modèle de l’Amérique dans la cristallisation de l’image du modernisme, voir H. Damisch, « La scène de la vie future », in J.-L. Cohen et H. Damisch (dir.), Américanisme et modernité, Paris, EHESS/Flammarion, 1993.

23 Ibid., p. 3.

24 P. Claval, Histoire de la géographie française..., op. cit., p. 203.

25 Voir notamment l’article « The Colonial Nucleus of Barão de Antonina, São Paulo », écrit par F. Monbeig en 1938 et publié dans Geographical Review, en 1940.

26 « La ville de Saint-Paul », art. cité, p. 334.

27 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 39.

28 « La ville de Saint-Paul », art. cité, p. 336. À la veille du xxe siècle, São Paulo était une « terre d’immigration » par excellence (deux tiers de la population étant des citoyens italiens) ; Monbeig observe aussi, quelques décennies plus tard, la présence de noyaux syriens, japonais, israélites et leur tendance à former des « kystes ethniques ». Cf. La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 78 sq.

29 Voir le classique de R. Koolhaas, Delirious New York, et, à titre spécifique, J. C. Brown (dir.), Federal Buidings in Context : The Role of Design Review, Washington, CASVA/Symposium Papers XXX, 1993.

30 Il me semble que l’on peut inclure l’étude des villes en mutation dans les propositions de I. Kopytoff, « The cultural biography of things : commoditization as process », in A. Appadurai, The Social life of things : commodities in cultural perspective, Cambridge University Press, 1986.

31 L’idée apparaît dans la réflexion américaine depuis les années 1960, autour de l’articulation problématique art/histoire par rapport à l’urbain et elle se développe plus récemment dans le cadre d’une anthropologie culturelle de la ville. Voir le thème de recherche de H. Angotti-Salgueiro débuté au CASVA en 1998, cf. Center 19, Washington/National Gallery of Art, 1999.

32 D.J. Olsen rappelle que Londres, Paris et Vienne ont cherché des formes d’adaptation aux mutations du siècle, cf. The City as a Work of Art. London, Paris, Vienna, New Haven et Londres, Yale University Press, 1986.

33 L’expression se trouve dans J.C. Brown (dir.), Federal Buildings in Context..., op. cit.

34 La Croissance de la ville de São Paulo, op. cit., p. 69.

35 Expression d’Hubert Damisch, « La scène de la vie future », art. cité, p. 24.

36 Pierre Monbeig emploie cette expression avant la fin des années 1940 et il affirme que le « paysage [de São Paulo] comme ses activités témoignent des acquis culturels propres aux groupements humains qui s’y sont succédés et qui l’ont bâtie [...] de la civilisation du Brésil colonial à la civilisation américaine, la marge est grande. Une ville qui passe de l’une à l’autre en quelques décades doit porter les traces d’une telle mutation », in La Croissance..., op. cit., p. 3-4.

37 Si la place principale de Belo Horizonte est un ensemble composite, mieux, une scène synthèse des temps de la ville, au lieu de « regretter » ses contrastes si propres aux images urbaines brésiliennes, pourquoi ne pas prendre en compte positivement une « figurabilité » hétéroclite, résultat des vicissitudes d’une culture visuelle plus proche d’une réalité d’artefacts que des formalismes idéalistes de l’art ? Nous sommes devant une image d’historicité marquée par « l’absolue relativité des époques et des styles » dont parlait Michelet.

Table des illustrations

Légende Illustration I. Belo Horizonte, gare construite vers 1894, projet de José de Magalhães, ingénieur brésilien et élève en seconde classe de l’École des Beaux-Arts de Paris en 1876. Image construite avec quelques-uns des signes de modernité de la fin du xixe siècle : l’architecture en fer, l’électricité, la mobilité des personnes. Museu Histórico Abilio Barreto, photo Rui César dos Santos.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Illustration 2. São Paulo, vue aérienne du « centre moderne », fin des années 1940. Photo : Pierre Monbeig, publié dans La Croissance de la ville de São Paulo.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Illustration 3. São Paulo, la verticalisation à l’américaine : la Banque de l’État (35 étages, 161 m de haut), inauguré en 1947. Photo : auteur inconnu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Illustration 4. São Paulo, l’image urbaine marquée parles contrastes d’échelle de deux strates de constructions, fin des années 1940. Photo : Maurice Le Lannou, publié dans La Croissance de la ville de São Paulo.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Illustration 5. São Paulo, vue partielle du skyline à partir du parc Dom Pedro, au centre ville, années 1950, Photo : Colombo.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Illustration 6. Belo Horizonte, l’irrégularité des immeubles aux styles multiples surgit devant le panorama de montagnes qui caractérise la capitale, années 1940. Photo collection Otávio Dias Filho.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Illustration 7. Belo Horizonte, immeuble de la place principale, projeté par Oscar Niemeyer dans les années 1950. Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Illustration 8. São Paulo, l’immeuble Martinelli, construit entre 1922 et 1929, domine le scénario de la ville en croissance avec ses 30 étages et 105 m de haut Photo : Theodore Preising.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Illustration 9. São Paulo, le vieux centre avec ses Immeubles de plusieurs époques, en vue actuelle du haut de la Banque de l’État. Photo : Paulo César Garcez Marins.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4306/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

Auteur

Heliana Angotti-Salgueiro, docteur en Histoire (EHESS), actuellement responsable d’un Getty Research Project et Titulaire de la Chaire en sciences sociales « Sergio Buarque de Holanda », à la Maison des Sciences de l’Homme (Paris). Auteur d’ouvrages au carrefour de l’histoire de l’architecture, de l’histoire urbaine et culturelle, d’études biographiques et de transfert des modèles entre la France et le Brésil. Elle a publié La Casaque d’Arlequin, Paris, EHESS, 1997 ; A Comédia Urbana : de Daumier à Porto-Alegre, S. Paulo, FAAP, 2003 ; et a dirigé Paysage et Art, S. Paulo, CNPq/Fapesp/CBHA, 2000 ; Cidades Capitais do século xix, S. Paulo, Edusp, 2001 et B. Lepetit : por uma nova história urbana, S. Paulo, Edusp, 2001.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540