Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie III. Architecture, communication et culture visuelle

Chapitre VIII. Pouvoir des images de la ville dans les textes architecturaux

Christophe Camus

Texte intégral

1Notre approche étudie la manière dont les présentations de projets architecturaux, inscrits et déterminés par un espace urbain, mettent en scène la ville et ses questions. Nous interrogerons l’imaginaire social des architectes et leur manière de le communiquer au moyen du discours. Pour ce faire, nous privilégierons la presse architecturale, qui joue un rôle clé dans la constitution de l’identité professionnelle des architectes maîtres d’œuvre et offre un large éventail de présentations de projets.

  • 1 Plutôt que d’évoquer des réalités sociales, nous préférons parler de « mondes sociaux » (au sens d (...)

2Il apparaît qu’au-delà de leurs stratégies médiatiques, ces présentations de projets d’architecture illustrent des manières de gérer le rapport entre la production d’objets architecturaux et l’adaptation à des mondes sociaux1. Ces mondes sont extrêmement divers en raison de la multiplicité des commanditaires et des situations de production rencontrées (entreprises, enseignement, activités artistiques, etc.). Et nous faisons l’hypothèse que la ville abrite un certain nombre de mondes sociaux susceptibles d’intéresser les architectes dans leur travail de conception.

3Pour vérifier cela, nous avons lu et analysé des présentations de réalisations architecturales caractérisées par une inscription urbaine explicite et assumée. En effet, en dépit du fait qu’un grand nombre de réalisations d’architecture s’inscrivent dans le processus d’urbanisation de nos sociétés, l’environnement urbain n’est pas automatiquement thématisé dans les comptes rendus de projets architecturaux. Nous avons donc sélectionné des opérations situées en ville et se préoccupant de l’urbain. Ce premier repérage montre que la presse architecturale et les architectes ne s’occupent pas spécialement de la ville ou des problématiques urbaines, mais les utilisent au même titre que d’autres éléments influençant leurs choix ou leurs réalisations.

4Pour aborder cette question, nous reviendrons sur la nécessité de présenter les projets architecturaux et urbains au moyen de textes et de récits en avançant une hypothèse « communicationnelle » (Habermas, Ricœur). Nous poursuivrons par une lecture socio-sémiologique d’exemples de présentation de projets architecturaux publiés dans la presse spécialisée. Enfin, nous interrogerons la spécificité de l’objet urbain dans ces textes, au moyen d’hypothèses liant l’urbanisation et le développement d’une culture visuelle (Simmel, Wirth, Sennett).

Images, textes et récits architecturaux

5Pour comprendre le pouvoir des images de la ville, nous nous intéressons aux textes de présentation de projets architecturaux et urbains. Ce choix théorique et méthodologique appelle une première question : pourquoi se polariser sur des textes écrits alors que nous avons affaire à des publications largement illustrées par des images ?

  • 2 Comme nous l’avons montré à travers plusieurs exemples dans C. Camus, Lecture sociologique de l’ar (...)
  • 3 Appliquée aux présentations de projets d’architecture, cette hypothèse permet de les examiner comm (...)

6Ces publications font appel à une grande quantité de photographies, de plans ou de dessins qui réduisent la part du texte. Pourtant, ces présentations imagées ne vont jamais sans un minimum de texte. D’autant plus descriptif qu’il est réduit2, ce texte constitue un recours pour les profanes tout en s’inscrivant dans un contrat que nous qualifierons de communicationnel en référence aux travaux de Jürgen Habermas3.

  • 4 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel ; t. I, Rationalité de l’agir et rationalisation d (...)

7Rappelons que pour Habermas l’agir communicationnel « concerne l’interaction d’au moins deux sujets capables de parler et d’agir [...] qui recherchent une entente sur une situation d’action ». Ce qui se déroule entre les acteurs repose sur une interprétation où « le langage occupe, comme nous le verrons, une place prééminente »4.

8Signées par un journaliste spécialisé ou par leur concepteur, les présentations de projets architecturaux diffusées par la presse peuvent être replacées dans une logique publicitaire facilement identifiable. Ainsi, la presse architecturale fonctionne comme un index des architectes et des projets distingués. Souvent peu critique, cette médiatisation des projets prolonge le discours stratégique produit par les agences pour soutenir leurs réalisations. La communication du projet peut se limiter à une indication du nom de l’architecte ou à l’identification du commanditaire judicieusement accompagnée d’images du bâtiment conçu ou construit.

9Les présentations, replacées dans une logique communicationnelle, ne sont plus uniquement destinées à des pairs connaissant le milieu et appréciant l’imagerie architecturale. Elles s’adressent également à un destinataire générique qui a besoin d’un minimum d’indications pour adhérer à un projet. Et nous pouvons faire l’hypothèse que le texte explicatif constitue une concession à la nécessité de tenir compte d’un interlocuteur étranger au monde de l’architecture. Alors que les images photographiques sont souvent préservées ou nettoyées de toute la réalité sociale environnante pour laisser s’exprimer une architecture, le récit permet d’intégrer cette réalité à moindres frais.

  • 5 P. Ricœur, Temps et récit, t. I, Paris, éd. du Seuil, 1993, p. 85.
  • 6 J. Habermas ajoute que cette « pratique du récit [...] a aussi une fonction de compréhension de so (...)

10Le langage, l’écrit ou, plus encore, le récit constitue une concession communicationnelle au plus grand nombre : le profane ou le public. Comme le rappelle Paul Ricœur, « il existe entre l’activité de raconter une histoire et le caractère temporel de l’expérience humaine une corrélation qui n’est pas purement accidentelle, mais présente une forme de nécessité transculturelle5 ». Cela justifie le recours au récit pour faire partager et comprendre un projet spatial ou architectural6.

  • 7 Ainsi, au cours d’un travail d’observation d’une agence d’architecture, nous avons entendu le char (...)

11À partir de ces remarques, il est possible de comprendre comment le discours tenu sur un projet architectural permet de mobiliser un commanditaire qui doit souvent rendre compte de son propre projet ou de son choix auprès de différents interlocuteurs : investisseurs, électeurs, personnels, syndicats, associations, etc. Dans la pratique, la nécessité de tenir des propos plus ordinaires sur les projets architecturaux se trouve régulièrement rappelée par les différents partenaires des architectes7.

12Mais, si le récit et la discussion sont de bonnes manières de défendre l’architecture auprès d’un public profane, il faut également rappeler que le positionnement professionnel des architectes se fait à l’intérieur d’un champ culturel où le pouvoir des images reste déterminant. Les architectes évoluent donc entre le monde social du commanditaire, auquel il faut s’adapter et dont il faut tenir compte, et le monde de l’architecture, qui est doté de ses propres règles et de ses codes spécifiques. C’est dans cette tension qu’apparaissent les textes de présentation de réalisations. Et il serait beaucoup trop simple et réducteur de penser que les images d’une présentation de réalisation sont destinées aux pairs alors que le texte s’adresse aux profanes.

Villes écrites à travers quelques présentations de projets

  • 8 Nous résumons ici les analyses de ces deux textes qui sont présentés plus en détail dans C. Camus, (...)

13Partant de ces hypothèses, nous nous intéresserons au cas particulier des images de la ville dans des présentations médiatiques de bâtiments urbains conçus par des architectes. Nous nous appuierons principalement sur deux textes, publiés par la même revue, qui présentent des réalisations différentes du point de vue de l’époque, du concepteur ou de la ville d’accueil8.

  • 9 Ch. de Portzamparc, « Entre monument et tissu urbain. Conservatoire de musique et résidence pour p (...)

14Le premier texte date de novembre 1981 et nous parle du VIF arrondissement de Paris9. Un jeune architecte reconnu, puisqu’un dossier du numéro de la revue lui est consacré, évoque un projet au cœur de la capitale dans un quartier jugé « triste » et face à un « terrible immeuble ». Ce quartier sans problèmes sociaux particuliers est tout le « contraire des quartiers désagrégés et chaotiques des périphéries où [il a] généralement à réfléchir ».

  • 10 Sur cette question, voir V Devillard, Architecture et communication : les médiations architectural (...)

15Au risque de sortir de la clôture du texte, il faut signaler que l’époque est importante puisque, au-delà du changement politique de cette année 1981, il se situe en amont d’une politique de transformation de l’architecture française10 avec ses futurs grands projets présidentiels. La question de ville n’a pas encore été redéfinie à la faveur d’une crise sociale des banlieues débouchant sur une politique de la ville. Même si cela ne répond pas à un choix délibéré de notre part, avec Christian de Portzamparc nous sommes à l’orée d’une jeune architecture qui va devenir médiatique. Les propos donnent d’ailleurs l’impression d’un changement de posture de l’architecte familier de la périphérie qui se confronte au cœur de capitale, à la grande industrie française aussi bien qu’à l’architecture des années 1950. Le prétendant qu’a pu être Portzamparc est en passe de s’établir en imposant sa critique de ce qui précède (« l’aveuglement architectural ») et en refusant de se conformer à une certaine logique de l’espace architectural de ce quartier (« Ajouter deux façades pour terminer l’angle de ce carrefour apporterait peu »).

16Entre le chaos des banlieues et l’ordre des beaux quartiers, l’architecte impose son microcosme urbain. En effet, sur une parcelle qui ne demandait qu’à se refermer en enfermant son concepteur dans des codes formels et peut-être sociaux auxquels il n’adhère pas, ce projet vient rompre l’alignement en proposant un petit monument qui s’en détache.

17Cette posture introduit une nouvelle architecture et un nouvel urbanisme dans la ville tout en introduisant un nouvel architecte dans un espace médiatique en construction.

18Pour parvenir à cela, l’architecte s’appuie sur ses commanditaires (la Régie immobilière de la Ville de Paris et « sa volonté de bâtir de l’architecture dans Paris ») et également sur une décomposition du programme. Ce projet recouvre deux mondes sociaux : musique et personnes âgées. En effet, le programme comprend un conservatoire de musique et une résidence pour personnes âgées. Le premier programme intéresse plus l’architecte que le second. Le futur maître d’œuvre de la Cité de la musique s’enthousiasme et se fait lyrique pour le « thème de la musique » dont le caractère « sacré » justifie le monument.

19Si les personnes âgées peuvent être intégrées aux immeubles du quartier, la musique, pour faire l’objet d’un culte singulier, ne doit pas s’y mêler. L’idée même d’un bâtiment qui abriterait ces deux mondes sociaux est rejetée avec véhémence dans une charge contre les « équipements intégrés » qui relèveraient d’une autre époque (les années 1970) ou d’autres lieux (les banlieues).

  • 11 « IBM France, 33 000 m2 modulaires (B. Bonnier, architecte) », Architecture intérieure-Créé, n° 18 (...)

20L’analyse minutieuse de ce premier article peut être croisée avec une lecture plus rapide d’un autre exemple. En 1981, à la même époque que le projet de Portzamparc mais dans une autre revue et surtout dans une ville nouvelle, une présentation de projet d’architecture utilise une image de la ville pour légitimer les choix qui président à l’organisation d’un bâtiment11. D’après ce texte, la ville nouvelle de Marne-la-Vallée incarne une modernité problématique. La description de la ville insiste sur un lieu irréel (« décor hollywoodien ») qui soigne ses entrées et ses sorties et qui vit au rythme des moyens de transport modernes (autoroutes, RER) utilisés par les employés des nombreuses entreprises qui s’y sont installées. Cette ville dense mais sans âme est vouée au culte de l’économie et des firmes qui y implantent des bâtiments juxtaposés. Signe de cette croissance irraisonnée, la description s’attarde sur des tours inoccupées à côté desquelles surgit le siège d’IBM France dont traite cet article.

21Ce bâtiment, qui accueille du personnel en formation (33 000 m2 pour 1 200 personnes), se distingue par son gigantisme et son adaptabilité. Alors que la ville nouvelle rencontre des difficultés de gestion de son image, de sa densité et de son évolution, ce projet d’architecture se caractérise par sa capacité à résoudre, pour son propre compte, le même type de problèmes. Le projet architectural est donc présenté en termes d’urbanisme en insistant sur les circulations, le repérage, la densité, les rythmes, etc. Autrement dit, l’image de l’environnement met en valeur un bâtiment qui est également une petite ville que des architectes sont parvenus à formaliser et à gérer correctement.

  • 12 « Art’M Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud. Collèges Renoir et Rostand, Marseille », L’Architectur (...)

22Quittons les années 1980 et abordons le deuxième article sélectionné dans la même revue d’architecture que la présentation de Portzamparc mais dans un tout autre contexte12.

  • 13 Collectif, En marge de la ville, au cœur de la société : ces quartiers dont on parle, éd. de l’Aub (...)

23En 1998, la régénération symbolique et économique de l’architecture française a eu lieu et s’est même essoufflée dans une crise de la construction et un tarissement des commandes. De plus, la seconde moitié des années 1980 a mis au jour un malaise des banlieues dont les diverses formes d’une politique de la ville ne sont pas venues à bout13. Le dossier dans lequel s’inscrit ce second article est consacré à de jeunes architectes engagés qui sont prêts à refaire le monde, au moins symboliquement. Leur engagement est dans la ville et cette sélection présente des projets inscrits dans des problématiques urbaines (quartiers Nord de Marseille, Hérouville-Saint-Clair) et sociales (collèges ou cinéma au sein d’une ZUP).

24Construire deux collèges au sein des quartiers Nord de Marseille a effectivement toutes les chances de constituer un enjeu urbain et social important. Les propos des journalistes introduisant l’article évoquent un site qui est « le pire qu’on puisse imaginer », mais contrebalancent cette affirmation par le fait que ces quartiers ont le même âge que les architectes qui y interviennent. La problématique urbaine ou sociale se trouve donc naturalisée et surtout architecturalisée par la jeunesse des concepteurs.

25D’ailleurs, ces derniers ne parlent pas de cités ou de jeunes à problèmes, mais de matériaux et de formes. Le « béton » incarne ici le malaise de certains quartiers et la politique urbaine qui les a produits. Autrement dit, le problème urbain, architectural et social se trouve représenté par des matériaux de construction qui forment un paysage, voire une nature.

26Mais, alors que Portzamparc apportait la banlieue et un certain désordre au cœur d’un Paris bourgeois, la démarche des jeunes architectes marseillais se fait beaucoup plus ironique. Leur projet travaille le béton et la géométrie pour produire de l’architecture reconnaissable par les spécialistes et les pairs. Cette architecture doit néanmoins se fondre dans l’environnement et résister à une dégradation prévisible - dégradation qui n’est d’ailleurs nullement discutée comme problème à résoudre.

27Si les problèmes de l’enseignement auprès de jeunes en difficulté sont évoqués, c’est au détour de la description d’un projet qualifié par ses auteurs de « carcéral ». Les usagers des collèges sont présumés être attirés par cette architecture puisque, selon les architectes, ces jeunes aiment les « lieux réputés laids ». Attirés par la laideur, retenus par le dispositif spatial ou tentés de le dégrader, les jeunes de ces quartiers de Marseille valident ainsi la proposition architecturale qui leur est adressée.

28L’objectif de cette démarche se réduit à un geste dans un environnement définitivement hostile où l’on risquerait de se perdre en conjectures et en études alors qu’il faut faire du solide et tenir ferme contre toutes les oppositions (un proviseur, certains enseignants, certains collégiens, etc.).

  • 14 « Alessandro Anselmi. Place à Sotteville-lès-Rouen », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 305, juin 1 (...)

29Paru deux ans avant la présentation des collèges marseillais, le commentaire de l’aménagement d’une ville de la banlieue de Rouen s’avère historiquement proche de ce que nous venons d’analyser. Dans cet article14, la problématique urbaine est exprimée plus littéralement. La place de l’hôtel de ville de Sotteville-lès-Rouen est présentée comme un « no man’s land rectangulaire, laissé entre un paisible tissu pavillonnaire et un grand parc par diverses interventions de l’après-guerre dont un grand ensemble de Marcel Lods ». La seule qualité attribuée à cet espace tient à la réalisation de l’architecte nommé. La problématique est immédiatement traduite en termes de sens et d’interprétation, et l’article cite l’architecte en mentionnant qu’il a tenté d’apporter une « signification urbaine positive ». La solution littérale apportée à cette place vide et désorganisée consiste à rassembler les trois modes de transport qui la desservent (tramway, bus, taxi) sous une même « arche » reliant les marges de la place. Une fois cette mission urbaine accomplie, la présentation du projet peut se préoccuper de l’esthétique de cette arche, commentée à grand renfort d’artistes largement reconnus (Miró, Kandinsky et même Michel-Ange) qui semblent prêter un peu de leur renommée au maître d’œuvre.

30Que peut-on retenir de ces images de la ville et de leur utilisation au profit de projets d’architecture urbaine ?

31Il faut, tout d’abord, noter que ces présentations de projets architecturaux inscrits dans un espace urbain ne se préoccupent pas obligatoirement de cet environnement. La ville peut être réduite au lieu qui atteste une certaine réalité du projet.

32Dans la plupart des autres cas, la ville peut être incarnée par un certain nombre d’éléments visuels qui permettent de légitimer un projet architectural. Ainsi, la ville ou le quartier du projet de Portzamparc sera un ensemble de façades tirées au cordeau et un bâtiment incarnant les errements d’une architecture appartenant à un passé proche. Dans l’exemple marseillais, le discours fera voir un quartier où prédominent le béton et un paysage géométrique de grands ensembles. Cette ville montrée plus qu’analysée, et peuplée de bâtiments observables, invite les architectes à ruser ou à jouer avec un espace urbain dont ils essaient de se démarquer.

33Notons que ces deux projets d’architecture s’emparent de l’urbain alors qu’ils ont en charge des programmes comprenant plusieurs bâtiments. La complexité urbaine induite par ce type de programme peut également s’incarner dans un grand bâtiment.

34Succédant à une image négative d’une ville nouvelle de Marne-la-Vallée, le centre de formation d’IBM se présente comme une vraie ville qui palpite au rythme d’une économie en plein développement. Alors que les promoteurs sont incapables de remplir certaines de leurs tours de bureaux et que l’espace de la ville nouvelle semble anarchique, un architecte parvient à gérer un programme complexe et gigantesque en produisant une architecture de qualité.

35L’exemple de Sotteville-lès-Rouen apparaît plus proche d’un programme urbain classique : le site est présenté aussi rapidement que précisément, les enjeux de l’installation d’une ligne de tramway sont signalés, le concours et le programme sont mentionnés. Mais la précision technique est vite oubliée au profit de l’image d’une « arche » couvrant la place, reliant les morceaux de ville, abritant les équipements de transport et donnant un sens visible à cet espace. La présentation de l’objet architectural conçu par l’architecte peut alors se focaliser sur l’esthétique de cette sculpture urbaine qui semble hésiter dans son dialogue formel avec la ville.

36Les exemples étudiés montrent la ville tel un élément parmi d’autres que peut sélectionner l’architecte pour concevoir et promouvoir son projet.

37Bien entendu, la ville devient un peu plus intéressante si elle fait l’objet des préoccupations communes du commanditaire et de son architecte, comme cela pourrait être le cas dans les projets de Portzamparc ou Anselmi. La ville est également importante pour les architectes au nom d’un intérêt public dont ils se font parfois les témoins ou, plus directement, parce que cet environnement visuel constitue l’écrin de toute œuvre architecturale.

La ville comme fabrique du regard

  • 15 Dans la préface à l’édition française de son ouvrage, Richard Sennett critique pour la même raison (...)

38Les textes construisent une image de la ville pour défendre une réalisation. Cette analyse conduit donc à relativiser la spécificité de l’environnement urbain dans la problématique des projets architecturaux et urbains. La ville y devient un réservoir d’objets15, architecturaux ou non, qui alimentent la démarche visuelle d’un travail de conception.

39Neutralisée, réifiée ou imagée, la ville se trouve ainsi réinscrite dans la « civilisation de l’image » qu’elle aurait contribué à produire. C’est cette thèse, défendue par certains théoriciens, qu’il nous faut discuter à la lumière des enseignements tirés des présentations de projets architecturaux.

40Un ensemble de discours euphoriques ou pessimistes s’intéresse à l’avènement et aux impacts d’une civilisation de l’image. Le culte des images ou sa dénonciation ont pu revêtir diverses formes historiquement datées tout en s’inscrivant dans un mouvement cyclique. Nous avons choisi de nous limiter au xxe siècle, lorsque la production et la consommation de masse s’emparent des images et invitent à se questionner sur celles-ci. Aux États-Unis comme en France, l’avènement du phénomène et les inquiétudes suscitées ne sont pas simultanées, mais suivent les différences de développement technique, industriel et économique.

  • 16 R. Barthes, « Civilisation de l’image », Communications, 4e trimestre 1961, puis « La Civilisation (...)

41En France, les recherches de Roland Barthes sont un bon indicateur de ce mouvement. Le sémiologue s’intéresse à la mode et à son image à partir de 1957, il écrit sur la photographie dès 1961 et signe en 1961 et en 1964 deux comptes rendus d’ouvrages consacrés à la « civilisation de l’image16 ». La prise de conscience sociale du rôle des images accompagne le développement des réflexions théoriques sur le langage et les signes. Si les travaux de Roland Barthes ou de Umberto Eco sont emblématiques de cette tendance, d’autres recherches vont dans ce sens sans se rattacher à la mouvance structuraliste.

  • 17 G. Matoré, L’Espace humain, Paris, librairie A.G. Nizet (1re éd. 1962), 1976.
  • 18 Ibid., p. 19.
  • 19 Comme les structuralistes, le lexicologue analyse les figures du langage contemporain pour en tire (...)

42Durant cette même période (1962), les recherches lexicologiques de Georges Matoré17 se rattachent à cette tentative de compréhension du rapport de l’homme moderne à l’image : « De l’homme de la rue au philosophe, chacun de nous vit dans un monde explicité seulement par le regard, et dont la vue semble la clé18. » En marge du structuralisme, ses recherches analysent la présence et l’usage des métaphores spatiales dans le langage écrit des journalistes, des intellectuels, des écrivains ou des artistes19.

  • 20 Ibid, p. 29.
  • 21 Ibid., p. 31.

43Si le recours à des « mots primitivement destinés à marquer des rapports spatiaux pour exprimer des relations de nature différente » constitue un phénomène normal au cours du développement des langues20, le lexicologue enregistre un renouvellement et une accentuation sociale de ce processus normal : « On éprouve souvent aujourd’hui le besoin de remplacer des mots appartenant originellement au vocabulaire de l’espace mais devenus plus ou moins figés par d’autres mots exprimant un espace très concret »21 (exemples : comprendre/saisir ou appréhender ; domaine/plan ; point/pôle).

  • 22 Ibid., p. 18.

44Ce retour du spatial dans le langage et la « transformation des cadres de la perception » intéressent particulièrement ce chercheur, qui souligne une évolution du rapport aux choses vues allant de la polarisation (postmédiévale) sur la lumière ou les couleurs à un intérêt contemporain pour « les positions respectives qu’elles occupent dans l’espace22 ». Si la vision et l’espace ont toujours joué un rôle dans la connaissance du monde, Matoré présente une époque contemporaine « s’efforçant de rester en contact avec un monde qui risque de lui échapper » et qui « est dans l’obligation de connaître concrètement sa propre situation ».

  • 23 Ibid, p. 19.

45Ce changement se manifeste chez les « professionnels » de la pensée, de la connaissance ou de la création artistique tout en affectant l’ensemble d’une société qui passe d’un espace naturel ou géographique à un espace social et technique produit par l’homme. Car, selon Matoré, « le moins esthète de nos contemporains regarde [des tableaux cubistes], consulte des cartes, sait lire un croquis coté, étudie des schémas, admire la beauté géométrique des gratte-ciel et des cités radieuses23 ».

46Ainsi, cette série d’expériences de la modernité (« du hublot d’un avion ») se referme sur une situation architecturale et urbaine. Le lexicologue décrit l’avènement d’une civilisation de l’image spatialisée qui doit beaucoup à l’expérience de la modernité accessoirement architecturale et urbaine.

47Cette interprétation prolonge une tradition sociologique française qui place la modernité avant l’urbanité. Une tout autre tradition sociologique, venue d’Allemagne et s’étant épanouie aux États-Unis, établit un rapport entre l’expérience moderne de la ville et le développement d’une culture de l’image.

  • 24 Dans un texte reprenant une conférence résumant sa Philosophie de l’argent et qui pose les bases d (...)

48Cette idée est avancée par le sociologue allemand Georg Simmel qui insiste sur les changements de personnalité qu’occasionne la grande ville24. La ville est pour cet auteur un produit et un accélérateur de la modernité économique, technique et esthétique de la société occidentale. Son approche formaliste l’incite à établir un rapport entre les activités économiques et les activités intellectuelles qui se conjuguent et se stimulent dans l’espace de la ville.

  • 25 Ibid., p. 62.
  • 26 « Libérés des liens historiques, les individus veulent aussi à présent se différencier les uns des (...)

49Réinterprétant certaines recherches de la psychologie expérimentale naissante, le sociologue fait l’hypothèse que le citadin est exposé à des phénomènes visuels qui le transforment : « la concentration rapide d’images changeantes, le brusque écart dans le champ du regard, l’inattendu des impressions qui s’imposent25 ». L’exposition à ces stimulations visuelles imposées par le rythme de vie dans la grande ville conduirait ainsi à plus d’intellectualité, de rationalité et de singularité. Lieu de concentration des échanges économiques, la ville incite au calcul, à la réserve et au détachement (« indifférence aux différences des choses »). Lieu de relâchement du contrôle social, de transformation des différences dans une équivalence généralisée, la ville suscite l’exacerbation des différences individuelles26. Cette concurrence symbolique serait à l’origine des phénomènes de mode et, peut-être, de l’affichage visuel des différences.

  • 27 L. Wirth, « Le phénomène urbain comme mode de vie » (1938), in L’École de Chicago, Paris, Aubier, (...)
  • 28 Ibid., p. 265.
  • 29 Ibid., p. 266.

50Les intuitions de Georg Simmel seront reprises avec profit par des sociologues de l’école de Chicago comme Louis Wirth. Ce sociologue, qui s’interroge sur le processus d’urbanisation27 plutôt que sur la ville comme lieu strictement délimité, en vient à questionner les effets sociaux de la densité urbaine. Contribuant à théoriser l’écologie urbaine, Wirth avance l’idée que l’accroissement de population dans un espace limité tendrait d’abord « à produire différenciation et spécialisation » puis, reprenant les thèses de Simmel, des attitudes distantes et de la socialité secondaire28. De plus, la densité urbaine inciterait à refouler les inévitables contacts physiques (voire auditifs et olfactifs) alors que la vision serait surinvestie : « Le monde urbain privilégie la reconnaissance visuelle. Nous voyons l’uniforme qui signale le rôle du fonctionnaire et nous oublions l’originalité personnelle qui se dissimule sous l’uniforme. Nous tendons à acquérir et à développer une sensibilité à un monde d’artifices et nous nous écartons progressivement du monde de la nature29. »

51Très inspiré par l’approche de Simmel, Wirth peut vérifier les intuitions de son prédécesseur, qui s’appliquent parfaitement à la société américaine moderne. Cultivant l’individualisme, la mobilité spatiale, l’initiative économique, la production, la consommation et la communication de masse, la société urbaine américaine semble incarner cette civilisation de l’image annonciatrice d’une réalité plus globale ou mondiale.

  • 30 R. Sennett, La Conscience de l’œil, op. cit., p. 12.

52Sur les traces de Louis Wirth, Richard Sennett interroge le rapport entre espace urbain et perception des images : « Dans les villes modernes, la plus grande partie de l’information sociale directe que nous recevons sur les autres nous vient par les yeux30. » Ce sociologue prend le parti de questionner la ségrégation urbaine à partir du rôle de l’architecture et de l’urbanisme.

  • 31 Il s’agit d’une autre manière de considérer la ville, « tellement vaste que le groupement ordinair (...)
  • 32 R. Sennett, La Conscience de l’œil..., op. cit., p. 15-17.

53Selon Sennett, la ville contemporaine ne permet pas de « voir l’ensemble de la vie » de la communauté31. Cet espace et la culture moderne souffrent « d’une division entre l’intérieur et l’extérieur ». La séparation fonctionnelle de l’espace n’obéit pas à des raisons économiques ou démographiques, mais à des motifs plus spirituels : « L’aspect des villes reflète la grande peur cachée qu’ont leurs habitants de s’exposer. » Cette peur organise l’opposition entre vie privée et publique, mais aussi la ségrégation sociale qui existe dans l’espace urbain. Non seulement la ville organise cette neutralité protectrice, mais elle produit des individus protégés ou cachés plutôt que « centrés » ou « équilibrés »32. Une fois cette hypothèse avancée, Sennett cherche à en démontrer l’origine à partir d’explorations théologiques, philosophiques, esthétiques et sensibles.

54Ces diverses approches font voir une polarisation contemporaine sur l’image et sur l’espace. La polarisation peut découler de changements techniques et économiques généraux ou simplement de changements du milieu urbain. En tout état de cause, le milieu urbain semble contribuer décisivement à l’émergence d’une société de l’image.

Réconcilier l’image et le discours

55Envisagée de ces manières, la ville produit des images, favorise cette culture visuelle chez ses habitants ordinaires. La ville suscite et abrite aussi les activités intellectuelles, la création artistique ainsi que le développement d’une critique sociale souvent mêlée à une critique esthétique. Parée de toutes ces vertus, la ville, lieu de l’intellectualité et de la superficialité, lieu de la création et de l’architecture, lieu de la consommation matérielle et symbolique, constitue un milieu où la culture visuelle ne semble plus être la compétence exclusive des architectes ou de quelque autre concepteur.

56Les critiques de la civilisation de l’image enregistrent une inflation de la consommation d’images qui n’implique pas, pour autant, une maîtrise de ce mode de communication et une liberté par rapport à celui-ci. L’image est plutôt considérée comme aliénante et la plupart des critiques participent à une entreprise de démythification ou d’interprétation. Quand l’image n’est pas accusée d’entraîner un appauvrissement culturel ou moral, son investissement urbain est un mode de défense (Simmel, Wirth), sa fonction d’ancrage par rapport à une situation ou un contexte concret est une forme de réassurance (Matoré) et, enfin, sa systématisation sociale sous la forme d’un dispositif visuel urbain contribuerait à l’affadissement du monde et à la montée de l’indifférence sociale (Sennett). La méfiance à l’égard de l’image accompagne sa montée en puissance.

57Parmi les explorations de cette civilisation de l’image et de son rapport à l’écrit, c’est Matoré qui réconcilie l’hypothèse communicationnelle, que nous empruntons à Habermas et Ricœur, et la prédominance d’une mise en image et en espace dans certains textes.

  • 33 G. Matoré, L’Espace humain, op. cit., p. 286.

58Le lexicologue conclut son parcours des usages historiques et sociaux des métaphores spatiales en considérant que l’espace est « plus docile que le temps aux exigences rationnelles » et, surtout, plus rassurant car le temps constitue la « promesse de notre mort », alors que l’espace est « le milieu vital où s’incarne notre activité »33.

  • 34 Ibid., p. 287-288.

59Moins ontologique et plus pragmatique, cet auteur met en exergue un des pouvoirs de l’image dans la langue politique et administrative commune : « En attribuant à l’espace un caractère suffisamment immatériel pour que la pensée puisse établir facilement des relations nombreuses entre les choses, on assigne à cet espace une universalité et une transparence qui permettent de donner aux relations qui s’y nouent le maximum de généralité et de simplicité. Ainsi pourra se manifester une action qui, collective et individuelle, sera toujours efficace34. »

60Ajoutons simplement que l’action ainsi décrite ne semble pas très éloignée de ce que l’on rencontre dans les présentations de projets d’architecture, mais cela est peut-être une autre histoire.

Notes

1 Plutôt que d’évoquer des réalités sociales, nous préférons parler de « mondes sociaux » (au sens de H. Becker) car ils correspondent mieux à la situation localisée et limitée des interventions d’architectes.

2 Comme nous l’avons montré à travers plusieurs exemples dans C. Camus, Lecture sociologique de l’architecture décrite, Paris, L’Harmattan, 1996.

3 Appliquée aux présentations de projets d’architecture, cette hypothèse permet de les examiner comme quelque chose de plus que les simples produits d’une situation médiatique dont pourtant elles découlent. Sans annuler l’existence d’un champ de l’architecture entretenu par divers systèmes médiatiques (dont celui des revues d’architecture qui émergent en France au xixe siècle), nous cherchons à prendre en compte un espace public qui survivrait à une logique strictement publicitaire et inciterait à en discuter les fondements communicationnels, comme l’a fait sur des bases plus politiques J. Habermas dans L’Espace public (éd. orig. 1966), Pavot (1re éd. 1978), 1986, p. 97-98.

4 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel ; t. I, Rationalité de l’agir et rationalisation de la société ; t. II, Pour une critique de la raison fonctionnaliste (éd. orig. 1981), Fayard, 1987, p. 102.

5 P. Ricœur, Temps et récit, t. I, Paris, éd. du Seuil, 1993, p. 85.

6 J. Habermas ajoute que cette « pratique du récit [...] a aussi une fonction de compréhension de soi pour les personnes qui ont à objectiver leur appartenance au monde vécu dont elles font partie, en leur qualité actuelle de participants à la communication ». Théorie de l’agir communicationnel, op. cit., t. II, p. 150.

7 Ainsi, au cours d’un travail d’observation d’une agence d’architecture, nous avons entendu le chargé commercial d’un bureau d’études techniques expliquer à un architecte comment il s’y prenait pour améliorer les performances de son partenaire architecte en lui sommant de ne pas parler de structure, de matériaux ou d’effets visuels, mais des occupants potentiels ou de la rentabilité économique du futur bâtiment. C. Camus, À la recherche de l’architecture. Observation participante d’une agence d’architecture, Paris, Laboratoire Espaces-Travail, 1998.

8 Nous résumons ici les analyses de ces deux textes qui sont présentés plus en détail dans C. Camus, « L’image de la ville dans les textes de présentation de bâtiments », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 8, mai 2001.

9 Ch. de Portzamparc, « Entre monument et tissu urbain. Conservatoire de musique et résidence pour personnes âgées, Paris, VIIe », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 217, nov. 1981, p. 67-71.

10 Sur cette question, voir V Devillard, Architecture et communication : les médiations architecturales dans les années 80, Paris, éd. Panthéon-Assas, 2000.

11 « IBM France, 33 000 m2 modulaires (B. Bonnier, architecte) », Architecture intérieure-Créé, n° 185, oct. 1981, p. 124-127.

12 « Art’M Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud. Collèges Renoir et Rostand, Marseille », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 318, septembre 1998, p. 48-59.

13 Collectif, En marge de la ville, au cœur de la société : ces quartiers dont on parle, éd. de l’Aube, 1997.

14 « Alessandro Anselmi. Place à Sotteville-lès-Rouen », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 305, juin 1996, p. 34-37.

15 Dans la préface à l’édition française de son ouvrage, Richard Sennett critique pour la même raison les réflexions de Walter Benjamin sur Paris (ou du Barthes des Mythologies). Mais, alors qu’il s’interroge sur les rapports entre urbanisme et société, il constate que la réponse séduisante et originale apportée par Benjamin consiste à voir « la ville comme un contenant rempli d’objets et de personnes ». Nous pourrions d’ailleurs généraliser cette remarque aux approches sociologiques européennes qui s’intéressent à la modernité occidentale (fin xixe et début xxe siècle) ou au discours sur la civilisation de l’image (1960-1970) qui mettent la ville entre parenthèses. Même s’il évoque cette généralisation sociale du côté de l’économie ou du monde du travail, Sennett part du milieu urbain et de l’expérience visuelle qui s’y développe. R. Sennett, La Conscience de l’œil. Urbanisme et société, (éd. orig. 1990), éd. de la Passion (1re éd. 1992), 2000, p. 11.

16 R. Barthes, « Civilisation de l’image », Communications, 4e trimestre 1961, puis « La Civilisation de l’image », Communications, 1er trimestre 1964, articles repris dans R. Barthes, Œuvres complètes, t. I, 1942-1965, Paris, éd. du Seuil, 1993, p. 951-952 et 1410-1411.

17 G. Matoré, L’Espace humain, Paris, librairie A.G. Nizet (1re éd. 1962), 1976.

18 Ibid., p. 19.

19 Comme les structuralistes, le lexicologue analyse les figures du langage contemporain pour en tirer une compréhension de la société dans laquelle s’inscrivent ces phénomènes : « Les dépouillements auxquels nous nous sommes livrés ont fait apparaître, à tous les stades de l’expression, depuis les traités les plus savants jusqu’aux hebdomadaires à succès, une fréquence considérable de termes d’origine spatiale appliqués aux domaines les plus variés. L’emploi de ces métaphores ne relève ni du hasard, ni de la mode. Il traduit sans nul doute un des sentiments les plus profonds de notre temps qui éprouve une obsession, une hantise de la situation. » Ibid, p. 17.

20 Ibid, p. 29.

21 Ibid., p. 31.

22 Ibid., p. 18.

23 Ibid, p. 19.

24 Dans un texte reprenant une conférence résumant sa Philosophie de l’argent et qui pose les bases de sa pensée urbaine, Simmel s’interroge sur les transformations induites par le milieu urbain. Le point de départ de son questionnement est psychologique, et repose sur le constat d’une « intensification de la stimulation nerveuse » dont résulterait une personnalité urbaine caractéristique. G. Simmel, « Métropoles et mentalité » (1903), in L’École de Chicago, Paris, Aubier, 1984, p. 61-77.

25 Ibid., p. 62.

26 « Libérés des liens historiques, les individus veulent aussi à présent se différencier les uns des autres », ibid., p. 76.

27 L. Wirth, « Le phénomène urbain comme mode de vie » (1938), in L’École de Chicago, Paris, Aubier, 1984, p. 251-277.

28 Ibid., p. 265.

29 Ibid., p. 266.

30 R. Sennett, La Conscience de l’œil, op. cit., p. 12.

31 Il s’agit d’une autre manière de considérer la ville, « tellement vaste que le groupement ordinaire et spécifique de voisinage, caractérisé par la connaissance personnelle et réciproque des habitants, y fait défaut », dans la définition qu’en donnait Max Weber, La Ville (1921), Paris, Aubier, 1982 (éd. orig. 1947), p. 18.

32 R. Sennett, La Conscience de l’œil..., op. cit., p. 15-17.

33 G. Matoré, L’Espace humain, op. cit., p. 286.

34 Ibid., p. 287-288.

Auteur

Christophe Camus, sociologue, maître assistant à l’école d’architecture de Bretagne (Rennes) et chercheur au Laboratoire Espaces Travail, Ecole d’architecture de Paris-La Villette. Il mène des recherches sur les architectes maîtres d’œuvre et leurs relations à divers commanditaires. Une dernière recherche interroge l’image de l’architecte diffusée à travers les revues grand public de la maison. Il a publié récemment avec T. Evette, « L’architecte dans la presse », Urbanisme, n° 337, juillet-août 2004, « Écrire ce qu’on sait faire », in Ph. Boudon (ed.), Langages singuliers et partagés de l’architecture, Paris, L’Harmattan, 2003, « Critiquer ou présenter des réalisations architecturales », in A. Sauvage, R. Hoddé (ed.), Le Jugement désenchanté. États de la critique architecturale, Paris, Éditions de la Villette (à paraître).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540