Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie III. Architecture, communication et culture visuelle

Introduction à la partie III

Texte intégral

  • 1 Cf. J.-M. Leniaud et B. Bouvier (dir.), Les Périodiques d’architecture,xviie-xxe siècle : recherch (...)
  • 2 B. Colomina, La Publicité du privé, HYX, Orléans, 1998, éd. orig. MIT Press, 1994.
  • 3 Cf. le récent colloque « Les revues d’architecture dans les années 1960 et 1970 », organisé par l’ (...)

1Depuis le début du xxe siècle, une culture visuelle propre aux arts de l’espace a pris son essor, en Europe d’abord, puis aux États-Unis. Le statut nouveau dévolu aux médias et la place acquise par cette culture visuelle sont venus relayer une activité de publication sur l’architecture et une politique d’exposition qui s’étaient constituées au siècle précédent1. La photographie y joue un rôle important dans la mesure où c’est elle, plus que les représentations canoniques, qui autorise la consommation de masse2. Parce qu’elle participe de la diffusion des édifices et des ensembles urbains qui font la ville, de même qu’elle contribue à la connaissance de celle-ci, la production photographique concourt à l’inscription sociale des disciplines concernées par la ville. Il convient donc d’appréhender le phénomène de la publication depuis la culture architecturale3, urbaine, et la culture visuelle, mais aussi dans un objectif pluridisciplinaire, à partir de la dimension cognitive et sociale que peut porter un projet photographique.

  • 4 Cf. P. Healey, « The Communicative Turn in Planning Theory and its Implications for Spatial Strate (...)
  • 5 Cf. Koolhaas Rem, Mau Bruce, S, M, L, XL, Rotterdam, 010 Publishers, 1995.
  • 6 Cf. M. Grosjean, J.-R Thibaud, L’Espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, 2001.

2Dans le cadre de cette étude centrée sur l’imagerie urbaine, nous faisons le choix de saisir l’image en tant que figure dans un contexte de diffusion auprès d’un large public. En effet, le champ de l’architecture et de l’urbain ne cessant de s’ouvrir, les publications sur la ville ne relèvent plus seulement d’une presse spécialisée, même si celle-ci continue de jouer un rôle clé dans la constitution d’une culture, voire d’une identité professionnelle. Outre l’espace public, elles ont envahi l’espace de la production même du projet, qui s’est transformé sous l’impériosité de la communication et du débat public4, au point que le processus même de projet s’approprie les techniques de médiatisation5. Au point également que, sous l’influence des études urbaines, certains reconsidèrent la démarche de projet jusqu’à la penser comme une conduite culturelle impliquant des compétences professionnelles plutôt que comme l’exercice strict de professions6.

3Dans cette partie, les auteurs interrogent tour à tour la culture visuelle dans la relation propre qu’elle entretient avec l’urbain et avec les figurations de la ville au sein de publications plus ou moins spécialisées, voire de publications municipales et de publications supports d’un projet alternatif pour l’aménagement d’espaces urbains. La construction de ces images et leurs usages sont invoqués pour décrire une efficace qui soit propre aux figures, tant du côté des savoirs disciplinaires que du côté du savoir ordinaire.

4Christophe Camus invoque la tradition sociologique issue de l’école de Chicago, venue d’Allemagne, qui établit un rapport entre l’expérience moderne de la ville et le développement d’une culture de l’image. À partir du point de vue qui fait de la ville un milieu, où la culture visuelle ne peut plus être pensée comme la compétence spécifique de quelques spécialistes, celui-ci interroge la description écrite des projets d’architecture dans les grandes revues nationales d’architecture qui concernent, de fait, un public plus large que celui des seuls professionnels. Interprété selon une logique communicationnelle, et non pas seulement selon une logique publicitaire portée par l’image, le texte descriptif s’adresse aux interlocuteurs étrangers au monde de l’architecture. La présentation des réalisations se joue alors dans la tension entre le monde social de la commande et le monde de l’architecture. La ville, mise en images par ces présentations, serait aussi bien réduite au rôle de réservoir de motifs pour les concepteurs que réinscrite dans une « civilisation de l’image » interrogée ici même.

5La recherche exploratoire de Vasiliki Petridou et Elias Constantopoulos s’appuie sur l’examen systématique des principales revues et monographies d’architecture grecques publiées dans les trente-cinq dernières années. Elle souligne l’importance de la représentation dans la construction d’un discours sur l’architecture pour un public mal identifié. Les auteurs constatent la faible pertinence de la relation de l’architecture à la ville, aussi bien du point de vue de la compréhension de l’architecture que de sa conception. De même, la « culture visuelle » s’avère un sujet peu débattu.

6La focalisation sur l’objet architectural au détriment de la ville et de l’espace public confirme les hypothèses de Christophe Camus quant au rôle joué par la culture visuelle pour sortir le discours sur l’architecture de sa scène strictement professionnelle. Elle rejoint également l’hypothèse d’Hélène Jannière suivant laquelle la ville est représentée par des objets.

7À partir de la publication de projets d’urbanisme et de villes modernes par la revue Quadrante dans l’Italie des années 1930, Hélène Jannière interroge l’efficace de la publication, c’est-à-dire non seulement ce que disent les figures publiées, mais aussi ce qu’elles produisent. À travers une rhétorique particulière et un nombre limité de projets, se construit, dans et par la revue, une représentation de la « ville rationnelle » qui participe aussi bien d’une entreprise de consolidation d’un discours professionnel sur l’urbanisme que d’un débat sur la ville fasciste. Mais, surtout, c’est à travers le visuel et notamment grâce à quelques images emblématiques qu’accède à l’énonciation un projet corporatiste cher au régime et porté par la revue. Ici les figures assurent une valeur démonstrative de premier plan, et c’est à une analyse détaillée des procédés de mise en images dans la publication que nous convie l’auteure.

8Heliana Angotti-Salgueiro confronte les représentations portées par deux professionnels dont l’action diverge fondamentalement, l’ingénieur-polytechnicien Aarao Reis, fondateur du plan de Belo Horizonte, ville nouvelle de la fin du xixe siècle, et le géographe Pierre Monbeig, témoin de la croissance de São Paulo au milieu du xxe siècle. L’auteure examine les transferts de modèles à l’œuvre dans la construction culturelle de ces deux villes à travers la circulation des images et le rôle des publications. Elle prête à Monbeig l’intention d’esquisser une géographie de l’image architecturale de São Paulo en interrogeant la mutation de la ville vers de nouvelles formes de visibilité. La verticalisation, signe majeur de l’image des deux villes étudiées, trahit une incapacité à construire avec le site et une culture visuelle du « laisser-faire ».

9Rachel Kallus et Tali Hatuka proposent de caractériser les nouvelles représentations de la ville à partir d’une expérience de projet conduite dans le cadre du City Project Area de l’International Women University. Elles explorent les effets de phénomènes communautaristes sur la manière dont la ville postindustrielle est perçue, discutée et pratiquée. Ce sont les représentations mentales des groupes et des individus qui s’expriment dans les diverses formes visuelles du guide alternatif de la ville de Kassel qu’elles analysent. Les auteures font l’hypothèse que les pratiques quotidiennes participent de la production de la ville et elles proposent de lire les expériences urbaines dans l’entre-deux des polarités qui structurent le discours architecturai canonique sur l’espace urbain. L’idée d’entre-deux sert également de fil conducteur pour comprendre les représentations postmodernes de l’urbain, travaillées par la tension entre deux pôles théoriques, la globalisation et le corps.

Notes

1 Cf. J.-M. Leniaud et B. Bouvier (dir.), Les Périodiques d’architecture,xviie-xxe siècle : recherche d’une méthode critique d’analyse, Paris, école des Chartes, 2001.

2 B. Colomina, La Publicité du privé, HYX, Orléans, 1998, éd. orig. MIT Press, 1994.

3 Cf. le récent colloque « Les revues d’architecture dans les années 1960 et 1970 », organisé par l’Institut de recherche en histoire de l’architecture (IRHA), au Centre canadien d’architecture, Montréal, 6 et 7 mai 2004.

4 Cf. P. Healey, « The Communicative Turn in Planning Theory and its Implications for Spatial Strategy-Making », Planning and Design, vol.23, p. 217-234 ; P. Amphoux, « De théories en pratiques. Trois principes d’hybridation pour la ville », in O. Söderström et al. (dir.), L’Usage du projet, Lausanne, Payot, 2000, p. 39-51.

5 Cf. Koolhaas Rem, Mau Bruce, S, M, L, XL, Rotterdam, 010 Publishers, 1995.

6 Cf. M. Grosjean, J.-R Thibaud, L’Espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, 2001.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540