Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie II. Cartographier/produire la ville

Chapitre VII. Détournements

Les figures cartographiques de la géographie dans le projet architectural

Riccardo Palma

Texte intégral

1Les cartes produites par les situationnistes ainsi que les représentations des géographes publiées dans le livre d’Aldo Rossi, L’architettura della città, sont étudiées ici à partir du point de vue d’une épistémologie générale qui permet d’interroger les modalités suivant lesquelles le projet architectural, pour produire ses figures, entre en relation avec les figures issues d’autres disciplines.

2Il s’agit en effet d’analyser les relations entre la discipline architecturale, les études urbaines et les représentations urbaines des géographes. Notre objectif est de montrer comment la production des études théoriques en architecture s’appuie souvent sur une sorte de migration des images d’une discipline à l’autre. De plus, la migration des images géographiques dans les domaines de la théorie de l’architecture et du projet architectural joue un rôle déterminant, productif, tant du côté de la production des figures que du côté des propositions théoriques auxquelles elles sont liées.

  • 1 Cf. J. Derrida, De la grammatologie, Paris, éd. de Minuit, 1967.

3Un tel déplacement, ou plutôt « détournement », comme nous le verrons par la suite, suppose une condition particulière de la pensée : une condition que nous pourrions qualifier de « grammatologique » à la suite de Jacques Derrida1. En effet, la possibilité d’abandonner ou de négliger le sens originaire d’une image est une condition proprement grammatologique qui présuppose l’existence d’une dimension textuelle et donc autonome de l’image même.

4Les deux études de cas réunies par-delà leur différence théorique semblent bien, chacune à sa manière, relever de cette condition. À travers l’idée développée par Rossi d’une modalité « constructive » de la pensée théorique en architecture et à travers la notion de « détournement » promue par les situationnistes, nous montrerons comment les images des géographes peuvent être mises à profit dans la formulation d’une théorie urbaine, dans un cas, dans la production des figures du projet, dans l’autre.

  • 2 A. Rossi, Introduction à l’édition portugaise de L’architettura della città, (R. Bonicalzi ed.), « (...)

5Dans l’introduction à l’édition portugaise de son livre, Aldo Rossi écrit : « Je me rends compte que l’utilisation des textes des géographes pour traiter d’une discipline dont l’intérêt est très fort dans ce livre s’affirme comme l’objet d’une recherche rigoureuse, mais fermée. J’ai utilisé les textes comme on utilise un matériel de construction ; le problème est de se servir de ce matériel pour la science urbaine et pour la théorie de l’architecture2. » Rossi parle donc d’une modalité constructive de la théorie dans laquelle les contributions des autres disciplines sont exploitées comme matériel ouvert à plusieurs possibilités de signification.

  • 3 G. Debord, « Le détournement comme négation et comme prélude », Internationale situationniste, n° (...)
  • 4 Ibid., p. 10.

6De son côté Guy Debord, dans un essai intitulé « Le détournement comme négation et comme prélude3 », explique comment le double mouvement du « détournement » se développe, soit par la perte d’importance de chaque élément autonome détourné, soit par l’organisation d’un autre ensemble signifiant qui confère à chaque élément une dimension nouvelle. Il écrit : « Le détournement se révèle ainsi d’abord comme la négation de la valeur de l’organisation antérieure de l’expression4. » Nous avons donc affaire à un dispositif qui fonctionne à travers le déplacement d’une figure dans un autre contexte de signification, en vertu d’une déconstruction qui mine l’origine de la figure même en tant que présence de l’auteur, de sa signification originaire, de son vouloir-dire.

7Par conséquent nous pouvons donc voir une similitude entre les propositions de Rossi et de Debord : toutes les deux se fondent sur une perspective grammatologique ante litteram qui a ses caractères distinctifs dans l’institution d’une différence originaire, produisant la perte d’origine de l’objet « détourné » ou des propositions provenant d’une autre discipline.

8Dans cette perspective qui revendique une valeur théorique, nous essaierons de mesurer le « travail de construction » effectué par la dimension grammatologique de la figure dans les deux cas étudiés.

Aldo Rossi et la « ville en parties »

9Comme on le sait, le livre de Rossi est « construit » sur les recherches des géographes, historiens de la ville et sociologues, notamment français : Sorre, Chabot, Poëte, Lavedan, Tricart, Demangeon, Halbwachs. Plusieurs notions clés du livre sont empruntées à ces auteurs : la permanence du plan, l’importance de la rue dans la formation de la ville, les éléments primaires, l’individualité des phénomènes urbains. Nous soulignerons la notion de « ville en parties » qui représente l’idée d’une ville constituée de portions distinctes, ayant chacune sa propre identité architectonique.

  • 5 A. Rossi, L’architettura della città, Milan, Clup, 1978, [1re éd. Padoue, Marsilio Editori, 1966] (...)

10L’émergence théorique de cette notion est intéressante : à la suite de la critique de ce qu’il appelle le « fonctionnalisme ingénu », Rossi développe une série d’arguments qui s’appuient sur les études des géographes fonctionnalistes comme Chabot, Burgess, etc. Selon lui, ces géographes développent un bon système descriptif de la ville mais ils butent sur l’analyse de sa structure5. Il dénonce alors une insuffisance théorique de la géographie fonctionnaliste dans son explicitation de la ville, mais en même temps il en utilise les aspects descriptifs, c’est-à-dire les images de la ville qu’elle a produites. Des images qui sont, par conséquent, privées de leur signifié idéologique ou théorique originel. De plus, ces images sont des cartes.

  • 6 Cette carte se trouve à la page 67 de A. Rossi, op. cit.

11Pour expliquer une telle utilisation, on peut analyser un épisode significatif dans la construction du livre. En effet, lorsque au cours de son raisonnement Rossi parvient à la formulation de la théorie de la « ville en parties », apparaît une carte de Chicago subdivisée en zones ethniques qui provient des études de l’école de Burgess6 (ill. 1). Cette image, qui a, dans son contexte d’origine, une signification spécifiquement sociologique, est utilisée par Rossi en tant que figure architectonique de ville dans laquelle l’autonomie formelle de chaque quartier, nécessaire à la formulation de la théorie de la « ville en parties », trouve sa représentation. On constate donc une sorte de détournement disciplinaire : à une image créée dans un but déterminé est attribuée une autre signification.

12De plus, il semble que ces représentations n’aient pas valeur seulement analogique ou descriptive d’une théorie développée ailleurs, mais qu’elles aient un rôle structurel dans la formulation théorique, car elles donnent à Rossi la possibilité même de penser l’espace de la ville comme discontinu et subdivisé en portions distinctes.

Illustration I. « Chicago, Divisione della città per zone etniche », in E.W. Burgess, « The Determination of Gradients in the Growth in the City », Publication of American Sociological Society, XXI, 1927.

13Le dispositif épistémologique qu’autorise un tel phénomène est contenu dans la valeur conventionnelle de toute description, ce dont parle Rossi dans l’introduction de son livre, notamment à propos du fonctionnalisme. La description, lorsqu’elle s’exprime dans une représentation - nous pourrions ajouter, dans une dimension grammatologique -, perd son signifié au profit d’un simple contenu formel. Dans le domaine d’une théorie de l’architecture comme celle de Rossi, le rôle des cartes de géographes est donc strictement lié à une opération de privation du signifié originaire, une perte d’origine, tout à fait constructive, ou mieux dé-constructive.

Les cartes psychogéographiques

14Les situationnistes, eux aussi, ont eu des rapports très importants avec la géographie et la sociologie urbaines en tant que disciplines. En particulier avec l’école fonctionnelle de Burgess et l’école sociologique française d’Henri Lefebvre, ainsi qu’avec les études sur Paris de Paul Henry Chombart de Lauwe, ou encore avec celles de Marcel Poëte. La Critique de la vie quotidienne (1946) par Lefebvre et les études sur Paris par Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne (1952), sont des livres fréquemment cités dans les écrits théoriques de Guy Debord.

  • 7 Voir P-H. Chombart de Lauwe, Introduction à Paris et l’agglomération parisienne, t. I : L’Espace s (...)

15Nous voici de nouveau face à un dispositif théorique qui se construit de manière programmatique sur l’adoption de données issues d’une géographie sociale. Dans le cas du situationnisme, cette importation est, à première vue, plus proche des contenus théoriques originaires. En effet, la formulation d’une possible psychogéographie de la ville contemporaine s’appuie sur la notion de ville en tant que phénomène complexe qui doit être étudié grâce à plusieurs niveaux d’analyse, parmi lesquels les niveaux perceptif et psychologique provenant de la géographie sociologique de Chombart de Lauwe. Selon cette géographie, l’espace de la ville se stratifie en une multiplicité d’espaces : topographique, biologique, anthropologique, économique, géographique total, etc.7.

  • 8 Ibid., p. 20.
  • 9 A. Kathib, « Essai de description psychogéographique des Halles », Internationale situationniste, (...)

16L’objet théorique devient le statut de cet espace, ses limites, ses représentations. Dans l’introduction à Paris et l’agglomération parisienne, Chombart de Lauwe s’interroge : « Dans quel espace se situent les populations, les structures, les groupes et les personnes sur lesquels portent les recherches ? Quelles sont ses limites et ses divisions ? Quels sont les rapports entre les structures inscrites dans cet espace et les représentations collectives et individuelles ? [...] Il s’agit, ajoute-t-il, en réalité d’une série d’espaces juxtaposés dont les structures parfois se recouvrent et parfois échappent à toute superposition8. » D’un point de vue général, ces interrogations, et surtout l’idée d’espace urbain qu’elles sous-tendent, sont exportées directement dans les études des situationnistes et la nouvelle discipline de la psychogéographie qu’est l’« étude des lois et des effets précis d’un milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif9 ».

  • 10 G. Debord, « Théorie de la dérive », Les Lèvres nues, n° 9, 1956, republié dans l’internationale s (...)

17Les cartes de la ville produites par les situationnistes résultent d’études très précises menées par l’observation directe des caractères de la ville, observation développée au cours de « dérives ». Le but de la dérive est la « reconnaissance d’unités d’ambiance, de leurs composantes principales et de leur localisation spatiale, on perçoit leurs axes principaux de passage, leurs sorties et leurs défenses10 ». L’objectif de ces cartes est ainsi de définir dans la ville des « unités d’ambiance », c’est-à-dire des zones dont les caractères psychophysiques sont homogènes. Elles sont donc, en même temps, représentations des parties qui subdivisent la ville d’un point de vue psychogéographique, et représentations du mouvement de la dérive dans la ville. Les unités d’ambiance peuvent être aussi des objets urbains comme un pont (Pont-Neuf) ou une rue (quai aux Fleurs).

  • 11 A. Rossi, L’architettura della città, op. cit., p. 63 (traduction par l’auteur).

18On relève ici une importante analogie avec l’ouvrage théorique de Rossi : dans les deux cas, il est question de « quartier » ou de « partie » pour désigner une portion caractérisée de la ville. Même si la direction théorique est différente, l’une formelle, l’autre sociopolitique, ces notions proviennent, dans les deux cas, des études de la géographie sociale, et une telle relation est médiatisée par les représentations cartographiques. La ville est, de toute façon, une structure multiple : « il n’y a pas de sens à contraindre [les différentes zones de la ville] dans une unique loi formelle11 », écrit Rossi dans L’architettura della città. Tant pour Rossi que pour Debord les analyses des géographes sont les lieux où se révèle la multiplicité de la ville.

  • 12 G. Debord, « Théorie de la dérive », op. cit., p. 19.
  • 13 Ibid., p. 23.

19Pour Debord, la principale activité situationniste est une activité analytique, et la dérive coïncide avec la recherche du relief de la ville. Debord écrit : « La part aléatoire est ici moins déterminante qu’on ne croit : du point de vue de la dérive, il existe un relief psycho-géographique des villes, avec des courants constants, des points fixes, et des tourbillons qui rendent l’accès ou la sortie de certaines zones fort malaisées12. » Les cartes rendent compte de ce relief. Debord poursuit : « L’exploration d’un champ spatial fixé suppose donc l’établissement de bases, et le calcul des directions de pénétration. C’est ici qu’intervient l’étude des cartes, tant courantes qu’écologiques ou psycho-géographiques, la rectification et l’amélioration de ces cartes13. »

  • 14 Internationale situationiste, 1958-1969, 12 numéros, rédaction à Paris. Pour les cartes voir par e (...)

20Les situationnistes ont donc produit plusieurs cartes et leur élaboration est l’un des objectifs principaux du groupe. Les plus fameuses sont « The naked city » (ill. 2) et « Guide psychogéographique de Paris : discours sur les passions de l’amour » (ill. 3). Il existe en outre toute une série de cartes d’étude de la ville, publiées dans la revue l’Internationale situationniste14. On y trouve par exemple une étude très analytique, développée par Abdelhafid Kathib, sur les Halles : la détermination des frontières externes de la zone, la subdivision de ses parties internes et l’individuation des pôles de convergence de ces parties avec le rôle de plaques tournantes constituent un des exemples les plus significatifs d’analyse psychogéographique de la ville.

Illustration 2. G. Debord, A. Jorn, « The naked city » : illustration de l’hypothèse (sic) des plaques tournantes en psychogéographie (sic), 1957, sérigraphie. Rijsbureau voor Kunsthistorische Documentatie, The Hague.

Illustration 3. G. Debord, A. Jorn, « Guide psychogéographique de Paris : discours sur les passions de l’amour », 1956, carte sérigraphiée, Rijsbureau voor Kunsthistorische Documentatie, The Hague.

21Ces cartes empruntent aux cartes fonctionnelles à plusieurs titres. En effet, elles utilisent des flèches pour représenter les parcours de la dérive et les relations d’attraction ou de répulsion entre les différentes zones de la ville. Les flèches montrent les points fixes, les courants constants, les vortex. Les parties de la ville individualisées en tant qu’« unités d’ambiance » sont isolées, puis déplacées par des rotations selon les « pentes » psychogéographiques mises en évidence par la dérive. Il y a des déformations qui portent sur l’échelle métrique, la direction, ou la distance réciproque.

22Il s’agit donc de cartes techniquement fonctionnalistes, mais qui conduisent les conventions de la représentation fonctionnelle au-delà de ses objectifs. Ces cartes déconstruisent le fonctionnalisme en opérant directement sur ses mécanismes internes.

  • 15 Guy Debord, « Théorie de la dérive », art. cit., p. 19.

23On constate donc un caractère éminemment productif dans les cartes situationnistes. D’après Debord : « On mesure les distances qui séparent effectivement deux régions d’une ville, et qui sont sans commune mesure avec ce qu’une vision approximative d’un plan pouvait faire croire. On peut dresser, à l’aide de vieilles cartes, de vues photographiques aériennes et de dérives expérimentales, une cartographie influentielle qui manquait jusqu’à présent, et dont l’incertitude actuelle inévitable avant qu’un immense travail soit accompli n’est pas pire que celle des premiers portulans, à cette différence près qu’il ne s’agit plus de délimiter précisément des continents durables, mais de changer l’architecture et l’urbanisme15. »

  • 16 P.-H. Chombart de Lauwe, Introduction à Paris et l’agglomération parisienne, t. I, op. cit., p. 26

24Le véritable problème étant celui de la suppression des franges entre une unité et une autre pour viser une meilleure individuation, on aboutit à la constitution de parties très bornées de la ville. L’intérêt de cette subdivision coïncide avec les buts des études de Chombart de Lauwe qui écrit, par exemple, que « [...] l’existence d’unités résidentielles élémentaires très différentes des quartiers administratifs doit contribuer à faciliter un nouveau découpage de certains secteurs de l’agglomération16. »

  • 17 Sur l’« espace cartographique situationniste » voir : D. Pinder, « Subverting Cartography : the Si (...)

25La rupture d’un espace urbain continu et isotrope est la condition pour qu’il y ait production cartographique des parties de la ville. Car c’est dans cette division que peuvent être considérées des relations d’analogie ou d’opposition, voire d’autres encore, qui auparavant ne pouvaient être envisagées dans une figure unique et bloquée de la ville17.

26Il apparaît donc que le « travail » de ces cartes consiste en la transformation de la ville en une sorte d’archipel. Une fois encore, la carte territorialise la ville grâce à une figure qui relève d’une logique intrinsèque : la logique insulaire. L’insulaire, en vertu du vide qui le fonde, est déjà un espace psychogéographique, car c’est ce vide, éminemment cartographique, qui permet la rupture de l’espace continu de la ville classique. Dans ce nouvel espace il est donc possible de tracer les routes des dérives situationnistes.

  • 18 Voir B. Fortier, « L’Atlante di Parigi. 1 », Casabella, n° 517, 1985, p. 46-55.

27Il faut citer ici Bruno Fortier qui a observé que les premiers relevés de relief de la ville ont été effectués grâce à une méthodologie développée dans la cartographie nautique, permettant le repérage dans la ville de caps, d’îles, etc.18.

28À cet égard on peut faire l’hypothèse que cette manipulation de la figure urbaine se fonde sur une conception de l’espace produite dans les représentations cartographiques des géographes urbains de l’école fonctionnelle et sociologique. Il s’agirait donc d’un véritable « transfert » interdisciplinaire.

29En effet, ce nouvel espace est en quelque sorte déjà présent dans les cartes que Paul Chombart de Lauwe a publiées dans son livre Paris et l’agglomération parisienne (ill. 4). Dans les deux cas, il y a un même découpage de l’espace urbain, une même rupture de sa continuité topographique au profit d’un espace fragmenté, discontinu ; la géographie de Chombart de Lauwe se fonde sur la production d’un espace de représentation dans lequel il est possible de tracer des flèches ou des vecteurs, d’isoler des parties grâce à des hachures différentes, et dans lequel le vide fait irruption avec une violence extrême. Naturellement les enjeux de ces cartes sont très différents de ceux des cartes situationnistes.

  • 19 P.-H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, t. I, op. cit. p. 131.
  • 20 G. Debord, « Théorie de la dérive », op. cit., p. 19.
  • 21 L. Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, éd. de Minuit, 1973, p. 284.

30Pour les géographes urbains, ces cartes montrent par exemple le rôle, « le regroupement ou la dispersion des parcelles d’habitat parmi les lieux d’activité [...] la constitution de petites unités résidentielles [...] leur physionomie propre. Le rôle des stations de métro, les divers mouvements de la rue, la répartition des boutiques19... ». Si, par ailleurs, nous lisons ce qu’écrit Debord de ces mêmes cartes, nous noterons l’apparition d’une sorte de « détournement » conceptuel : « [...] les données mises en évidence par l’écologie et si borné que soit a priori l’espace social dont cette science se propose l’étude, ne laissent pas de soutenir utilement la pensée psychogéographique20 ». Notre hypothèse est alors que ce « soutien » est rendu possible par une utilisation détournée des représentations cartographiques qui supposent un « fondu » épistémologique commun lié à la notion de cartographie. En effet, la cartographie est, comme l’écrit Louis Marin, « une représentation de représentation, le schème géométrique d’un paysage21 ». Donc elle a toujours déjà perdu son origine, l’objet de sa représentation, car elle est deux fois éloignée de celui-ci. Pour ces motifs la carte est soit une représentation disposée à la resémantisation, soit une représentation qui produit des figures dont les caractères sont très abstraits et définis, par conséquent très proches des caractères des figures architectoniques.

Illustration 4. « Les unités résidentielles du secteur “Wattignies” dans le XXe arrondissement de Paris », in H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, PUF, 1952.

31La confrontation entre « The naked city » et les cartes des livres de Chombart de Lauwe montre une identité figurale qui dépasse les différences disciplinaires. Du point de vue des figures de la ville que ces cartes produisent, il n’y a pas de différence : le jeu du plein et du vide est le même.

Les projets situationnistes

32Notre hypothèse, qui se fonde sur l’analyse des projets des architectes liés au mouvement situationniste, est celle d’un « transfert architectonique » des figures de la ville produites par les cartes situationnistes à certains projets architecturaux. Selon cette hypothèse, lors du transfert des figures de la carte au projet, ces figures se répètent en se monumentalisant, c’est-à-dire en développant pleinement leur caractère architectonique.

33Ainsi, les infrastructures vouées au déplacement dans les projets des Smithson pour Berlin Haupstadt sont considérables en ce qu’elles transposent le réseau des lignes tracées par la dérive à la ville. Leur apparente indifférence à la topographie de la ville située au-dessous dessine une trame qui rend la dérive « monumentale », véritable événement architectonique. Rappelons l’importance qui est donnée au thème des parcours dans la culture architectonique des années 1950, notamment chez les jeunes architectes qui contestent l’idéologie du CIAM. Dans le projet des Smithson, les infrastructures des parcours, en découpant la ville en nouveaux secteurs, semblent concrétiser en une architecture construite l’espace virtuel qui sépare les unités d’ambiance dans les cartes situationnistes.

34En effet, le réseau du projet de Berlin Haupstadt ne supprime pas la ville, mais trace sur elle une nouvelle possibilité de la parcourir (ill. 5). Dans le même temps, à l’instar des cartes situationnistes, il subdivise la ville en parties, bornées justement par l’architecture du projet. Ainsi, les cartes, autant que les projets, produisent une répartition de la ville qui, indépendamment de la finalisation du projet, possède une valeur analytique, c’est-à-dire une valeur de description.

35Une telle valeur descriptive doit être soulignée en tant que manifestation de l’indécidabilité entre différence et répétition, inhérente au projet architectural et à ses outils. En effet, quand, surmontée de mégastructures high-tech, la ville est niée par l’avant-garde, elle reste toutefois la figure nécessaire à la production des figures du projet. La ville joue donc un double rôle, d’élément nié et d’élément décrit.

  • 22 Sur l’œuvre de Constant Nieuwenhuis (dit Constant) voir : M. Wigley, Constant’s New Babylon : the (...)

36À ce propos, le travail de l’architecte hollandais Constant Nieuwenhuis, qui a longtemps été l’un des membres les plus représentatifs du mouvement, est significatif. Son projet « New Babylon » a fourni une version architectonique de la ville situationniste22. La mégastructure territoriale de « New Babylon », malgré son apparente indifférence au territoire en tant que stratification des dessins de l’histoire, manifeste en réalité à plusieurs reprises une attention aiguë au « bon » découpage du territoire. Nous renvoyons au cas du projet pour Amsterdam - « New Babylon » où la ville est subdivisée en respectant ses parties historiques.

Illustration 5. A. et P. Smithson, « Projet for Berlin Haupstadt », 1957-1958, in A. et P. Smijhson, Urban structuring. Studies of Alison and Peter Smithson, London/New York, Studio Vista/Reinhold Art Paperback, 1967.

37Les secteurs de « New Babylon » découpent la ville en se superposant à des parties devenues moins importantes et en libérant d’autres zones qui stabilisent de nouvelles relations réciproques. Aussi ces secteurs prennent-ils la place du vide des cartes situationnistes. Le vide devient architecture monumentale à l’échelle du territoire.

38Il est important de remarquer que la possibilité de cette transformation provient des caractères spécifiques de la représentation cartographique, c’est-à-dire de ses propriétés graphiques. C’est en effet seulement sur la carte que le vide peut avoir la même valeur figurative que le plein.

39De plus, à cette échelle, la figure de « New Babylon » est, elle aussi, une répétition cartographique. Il existe un rapport strict entre le paysage dessiné par cette figure du projet et la cartographie historique où le dessin des frontières revêt une grande importance. On voit le montage cartographique où « New Babylon » est superposée à une carte du Middlesex du xvie siècle. Rappelons d’autre part qu’un des buts principaux des cartes situationnistes est l’individuation exacte des bornes des unités d’ambiance et la diminution maximale des zones de frontière.

40Le thème de la limite et des frontières assume en outre un signifié plus général dans les rapports entre cartes situationnistes et projet. Les vides de « The naked city » ne sont pas des non-lieux, des blancs sans signifié. Ils se produisent en tant que bornes entre les différentes parties de la ville, ils sont donc des terrains vagues, des lieux où la ligne de la frontière se fait bande dotée de largeur - où se produit une sorte d’espace et où la limite peut se manifester en tant que figure de la limite. Les architectures en bandes de « New Babylon » sont les figures architectoniques de cet espace/limite. À l’échelle urbaine, elles jouent un double jeu : d’une part elles découpent l’espace apparemment continu de la ville en identifiant les parties homogènes, d’autre part elles définissent par elles-mêmes une figure en proposant à nouveau l’image d’un territoire cartographique délimité en ses confins (ill. 6).

41Sur les plates-formes de « New Babylon », une nouvelle population peut se déplacer d’un lieu à l’autre, en vivant continûment l’expérience de la dérive dans une architecture qui est aussi un unique et immense système de parcours. Il faut noter que cette aspiration à produire une architecture qui soit la réification concrète de la dérive renferme une contradiction insurmontable : celle qui consisterait à prétendre fixer la dérive dans une figure architectonique qui soit par définition une figure bloquée une fois pour toutes.

42La notion de parcours qui découpe l’espace du territoire de « New Babylon » évoque un autre thème important de l’architecture qui a toujours été lié aux figures cartographiques du territoire. Il s’agit du jardin paysager, où les parcours ont souvent le rôle d’éléments de division entre des zones caractérisées par différents paysages. La ville découpée par les infrastructures des architectes situationnistes prend l’aspect d’un énorme jardin ou archipel, dont les parties, les îles, doivent justement une bonne part de leur caractérisation aux figures, apparemment si violentes, qui les ont découpées.

Illustration 6. Constant, « Symbolic representation of New Babylon » (Représentation symbolique de la Nouvelle Babylone), 1969, in M. Wigley, Constant’s New Babylon : The Hyper-Architecture of Desire, Rotterdam, 010 Publishers, 1998.

43Ces hypothèses ne prétendent pas fournir une étiologie du projet : elles cherchent seulement à comprendre les déplacements de figures provenant des études de géographes, notamment les cartes qui se retrouvent dans les figures du projet. Nous avons essayé de montrer le rôle de la carte comme dispositif de « transfert », dispositif qui a perdu le lien direct qui le rattachait à sa discipline d’origine et qui se présente à la discipline architecturale pour son contenu formel, devenant ainsi l’un des terrains dans lequel le projet puise ses figures.

44Au-delà des différences culturelles et théoriques, la ville situationniste et la ville rossienne montrent en effet une étrange ressemblance : il s’agit d’une ville constituée de parties différentes, de morceaux autonomes, une ville dont l’espace est désormais fragmenté, multiplié, une ville-catalogue faite de quartiers vus comme des architectures, une ville qui est donc une architecture.

45Nous avons vu comment « l’architecture de la ville » en tant qu’objet théorique trouve ses figures dans les cartes mêmes où, en vertu d’un fonctionnement autonome de la représentation, la ville est déjà mise en forme en tant qu’architecture. Par conséquent, les détournements ici analysés ne se produisent pas au prix d’une sorte de violence sur la structure épistémologique originaire de la cartographie ; ils se fondent, beaucoup plus subtilement, sur cette architecture que l’on continue obstinément à appeler « carte ».

Notes

1 Cf. J. Derrida, De la grammatologie, Paris, éd. de Minuit, 1967.

2 A. Rossi, Introduction à l’édition portugaise de L’architettura della città, (R. Bonicalzi ed.), « Scritti scelti sull’architettura e la città. 1956-1972 », Milan, Clup, 1975, p. 443-453 (traduction par l’auteur).

3 G. Debord, « Le détournement comme négation et comme prélude », Internationale situationniste, n° 3, 1959, p. 10-11.

4 Ibid., p. 10.

5 A. Rossi, L’architettura della città, Milan, Clup, 1978, [1re éd. Padoue, Marsilio Editori, 1966] notamment les p. 47-48.

6 Cette carte se trouve à la page 67 de A. Rossi, op. cit.

7 Voir P-H. Chombart de Lauwe, Introduction à Paris et l’agglomération parisienne, t. I : L’Espace social dans une grande cité, 1952-1964, Paris, PUF, 1952, p. 19-23. Voir aussi ibid., p. 54, la référence à l’étude de G. Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, 1948, dans lequel l’espace urbain est subdivisé en différentes échelles empruntées à la topographie sociale : l’échelle familière, l’échelle patriarcale, l’échelle paroissiale.

8 Ibid., p. 20.

9 A. Kathib, « Essai de description psychogéographique des Halles », Internationale situationniste, n° 2, 1958, p. 13-17.

10 G. Debord, « Théorie de la dérive », Les Lèvres nues, n° 9, 1956, republié dans l’internationale situationniste, n° 2, 1958, p. 23.

11 A. Rossi, L’architettura della città, op. cit., p. 63 (traduction par l’auteur).

12 G. Debord, « Théorie de la dérive », op. cit., p. 19.

13 Ibid., p. 23.

14 Internationale situationiste, 1958-1969, 12 numéros, rédaction à Paris. Pour les cartes voir par exemple : n° 1, juin 1958, p. 20, 28 ; n° 2, déc. 1958, p. 14, 16 ; n° 3, déc. 1959, p. 14, 37-38 ; n° 4, juin 1960, p. 6 ; n° 5, déc. 1960, p. 43.

15 Guy Debord, « Théorie de la dérive », art. cit., p. 19.

16 P.-H. Chombart de Lauwe, Introduction à Paris et l’agglomération parisienne, t. I, op. cit., p. 26.

17 Sur l’« espace cartographique situationniste » voir : D. Pinder, « Subverting Cartography : the Situationist and Maps of the City », Environment and Planning A, vol. 28, 1996 ; T. Mc Donough, « Situationist space », October, n° 18, 1994 ; A. Bonnett, « Situationist, Geography and Poststructuralism », Environment and Planning D, vol. VII, 1989 ; le paragraphe « A Passion for Maps », in S. Sadler, The Situationnist City, Londres, Cambridge Mass., The MIT Press, 1998, p. 82-90.

18 Voir B. Fortier, « L’Atlante di Parigi. 1 », Casabella, n° 517, 1985, p. 46-55.

19 P.-H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, t. I, op. cit. p. 131.

20 G. Debord, « Théorie de la dérive », op. cit., p. 19.

21 L. Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, éd. de Minuit, 1973, p. 284.

22 Sur l’œuvre de Constant Nieuwenhuis (dit Constant) voir : M. Wigley, Constant’s New Babylon : the Hyper-Architecture of Desire, Rotterdam, 010 Publishers, 1998 ; F. Careri, Constant : New Babylon, una citta nomade, Turin, Testo e Immagine, 2001.

Table des illustrations

Légende Illustration I. « Chicago, Divisione della città per zone etniche », in E.W. Burgess, « The Determination of Gradients in the Growth in the City », Publication of American Sociological Society, XXI, 1927.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Illustration 2. G. Debord, A. Jorn, « The naked city » : illustration de l’hypothèse (sic) des plaques tournantes en psychogéographie (sic), 1957, sérigraphie. Rijsbureau voor Kunsthistorische Documentatie, The Hague.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Illustration 3. G. Debord, A. Jorn, « Guide psychogéographique de Paris : discours sur les passions de l’amour », 1956, carte sérigraphiée, Rijsbureau voor Kunsthistorische Documentatie, The Hague.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Illustration 4. « Les unités résidentielles du secteur “Wattignies” dans le XXe arrondissement de Paris », in H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, PUF, 1952.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration 5. A. et P. Smithson, « Projet for Berlin Haupstadt », 1957-1958, in A. et P. Smijhson, Urban structuring. Studies of Alison and Peter Smithson, London/New York, Studio Vista/Reinhold Art Paperback, 1967.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Illustration 6. Constant, « Symbolic representation of New Babylon » (Représentation symbolique de la Nouvelle Babylone), 1969, in M. Wigley, Constant’s New Babylon : The Hyper-Architecture of Desire, Rotterdam, 010 Publishers, 1998.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4295/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 561k

Auteur

Riccardo Palma, est architecte et docteur en Composition architecturale de l’Institut Universitaire d’architecture de Venise. Il est actuellement chercheur à la Faculté d’architecture de l’École polytechnique de Turin, où il a developpé plusieurs recherches sur la composition architecturale dans le groupe d’étude dirigé par Giancarlo Motta. Outre plusieurs essais dans des ouvrages collectifs et des revues, il a publié L’immaginario cartografico dell’architettura, Technograph, Bergame 2002, et a coordonné deux ouvrages collectifs, Architettura Spazio Scritto, UTET, Turin 2001, Macchine nascoste, UTET, Turin 2004.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540