Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie II. Cartographier/produire la ville

Chapitre VI. La description « infralocale » du centre de Paris dans le plan Voisin de Le Corbusier

Denis Delbaere

Texte intégral

  • 1 Le présent chapitre est nourri par un travail de recherche mené dans le cadre d’une thèse de docto (...)
  • 2 Nous désignons sous ce terme l’ensemble des discours théoriques et doctrinaux et des techniques op (...)

1Notre propos1 est d’analyser dans quelle mesure les projets d’urbanisme supposant la destruction du site dans lequel ils s’installent sont exclusifs de toute démarche paysagiste2, comme le postule assez unanimement le discours urbanistique contemporain, opposant parfois diamétralement l’approche paysagiste du projet et la pratique de la table rase urbaine. Nous examinons, dans ce cadre, de tels projets à travers le filtre d’un certain nombre de critères que l’on pourrait convoquer pour y évaluer la présence, ou l’absence, de logiques de conception paysagiste. Parmi ces critères, l’un veut que la démarche paysagiste suppose, en amont de l’activité de conception à proprement parler, une forte prise en considération du lieu destiné à recevoir le projet. Cette prise en considération peut passer par des données analytiques ou sensibles médiatisées par des figures de description du lieu telles que des schémas analytiques, des cartes et des plans approximatifs, des croquis réalisés sur place, ou encore le rassemblement de vues photographiques du lieu.

  • 3 J.-P. Boutinet, L’Anthropologie du projet, Paris, PUF, 1990.

2Or, le moment de la description du site est, dans toute démarche de projet, une phase délicate de la conception. Comme le souligne en effet une approche anthropologique du projet3, un projet trouve sa légitimité dans l’affirmation de son inscription naturelle, logique, adéquate, dans un lieu. Le discours de projet, en ce sens, doit éviter de le faire apparaître comme une simple alternative au lieu, qui lui serait imposée de façon plus ou moins arbitraire. Les enjeux de la description du site sont alors, d’une part, de légitimer le projet au regard du lieu - en l’appuyant sur ce qui aura été analysé comme relevant de sa dynamique interne - et, d’autre part, de disqualifier ce même lieu afin de justifier sa transformation.

3Ces enjeux de description sont d’autant plus lisibles dans le cas de projets d’urbanisme pratiquant une table rase violente imposée au lieu, comme, par exemple, le « plan Voisin » de Paris que Le Corbusier dessine et présente en 1925 à l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris. Ce projet prévoyait la destruction de 240 hectares du centre de Paris, sur sa rive droite, pour construire deux cités d’affaires, c’est-à-dire un ensemble de gratte-ciel de verre contenant des bureaux, et une cité de résidence, c’est-à-dire un ensemble aéré d’immeubles d’habitation. Le tout devait être relié à la campagne par des « autodromes » percés dans le tissu urbain environnant, et devait être dressé sur une trame de voiries de 400 mètres de côté, formant des îlots de « verdure ».

  • 4 Le Corbusier, Les Plans Le Corbusier de Paris, Paris, éd. de Minuit, 1956, p. 36.

4Dans le cas d’un tel projet, la description du site voit ses objectifs accrus en raison de l’irrecevabilité culturelle de son idée centrale : la destruction d’une grande partie du centre ancien de la capitale française. En effet, si le débat urbanistique parisien de 1925 est notamment axé sur la question de la restructuration du centre de la ville, nécessaire pour lutter contre le déplacement des fonctions administratives et économiques vers la périphérie, la valeur accordée à la dimension historique de ce site n’autorise alors que des propositions modérées. Le projet corbuséen ne pouvait que choquer l’opinion et la profession, ce dont Le Corbusier avait fait l’expérience en 1922 lorsqu’il avait présenté au Salon d’automne son projet de « Ville pour trois millions d’habitants » en suggérant déjà son application au cas du centre de Paris. Revenant sur son échec en 1956, l’architecte l’explique par le fait que son projet « manquait de commentaires et [que] les plans ne se lis[ai]ent pas par chacun4 ». On ne saurait mieux dire que, à partir de cette date, la question de la figuration du projet, de son programme et de son site acquiert chez Le Corbusier une place fondamentale, sinon centrale.

5Quelles formes prend alors cette description ?

6Tout d’abord, conformément au double objectif de la description du site tel que nous l’avons défini (disqualifier le site tout en montrant que le projet s’y insère naturellement), cette description doit être considérée à deux niveaux : celui, littéral, de la description du site, et celui, implicite, de la description du projet lui-même. Tout élément de description du site est aussi un outil de préfiguration du projet, soit en plein (quand le projet est donné comme perfectionnement d’un aspect heureux du site), soit en creux (quand le projet est présenté comme solution apportée à un manque). Notre analyse considérera donc deux ensembles de matériaux : descriptifs et prospectifs.

7Ensuite, il est évident que l’énonciation de la description du site et du projet prendra chez Le Corbusier une forme essentiellement graphique. Dans son commentaire de 1956, il relègue le texte dans une fonction de « commentaire », attribué à des figures qui doivent se lire « par chacun[e] », c’est-à-dire qu’elles doivent acquérir une forte autonomie discursive. Alors que l’esquisse de son premier traité d’urbanisme (« La Construction des villes », qui fait l’objet de rédactions successives entre 1910 et 1915, pour être finalement abandonné) est encore très littéraire, très influencée par l’œuvre de Camillo Sitte, Urbanisme est essentiellement un recueil de figures de toutes sortes, dont les liens avec le texte sont infiniment plus complexes que dans le cas d’une simple numérotation de figures dans le corps du texte.

  • 5 Ce choix nous a conduit à exclure de la présente analyse certaines figures de description du plan (...)

8Enfin, le corpus de figures de description du site et du projet, tel que nous le présentons ici, résulte d’une sélection. Nous n’avons retenu que des figures apparaissant dans Urbanisme, afin de respecter l’unité historique de l’énoncé étudié5. Parmi ces figures, nous avons réalisé un classement faisant apparaître les catégories suivantes : coupures de presse, schémas et diagrammes statistiques, photographies de Paris, schémas historiques et géographiques, croquis sur la régularité des tracés, vue du pavillon de « l’Esprit nouveau », plans et esquisses, perspectives, photographies aériennes et photomontage, vues de Manhattan et enfin, « figures métaphoriques ». Ces différentes catégories n’ont ni le même poids, ni surtout la même récurrence. Ainsi, les coupures de presse, les photographies de Paris, les croquis sur la régularité des tracés et la vue du pavillon « l’Esprit nouveau » n’ont pas fait l’objet d’autres publications par Le Corbusier. En revanche, dans les autres catégories, certaines figures ont eu pour Le Corbusier une fonction majeure en raison de leur capacité particulière à exprimer son point de vue. C’est pourquoi ces quelques figures réapparaissent dans le cadre des nombreuses reformulations ou republications du plan Voisin en 1926, 1933, 1935, 1941, 1945 et 1956. Nous estimons que ces figures, plus que d’autres, répondent au programme figuratif corbuséen, car leur mobilité confirme leur autonomie. Ce sont ces figures que nous présentons dans les tableaux et que nous nous appliquons à décrire.

Les figures de description du lieu dans le plan Voisin

9Les figures de description du site du centre de Paris se distinguent par leur schématisme. Elles produisent toutes une image imprécise des lieux. Bien que présentant des formes très variées, ces figures peuvent être regroupées en quatre catégories, dont nous donnons un exemple représentatif dans le tableau 1.

10La première catégorie comprend des cartes schématiques de Paris, représentant la ville dans un passé très lointain et destinées à appuyer l’analyse que fait Le Corbusier de la formation urbaine du site. Ces figures, au nombre de seize dans notre corpus, présentent Paris selon des modes de représentation (plan, croquis) et des échelles (des alentours de Notre-Dame à l’ensemble de la ville) variés. Nous y distinguons aisément deux sous-ensembles : tandis que les plans schématiques décrivant les grands projets parisiens de l’époque classique proviennent en général des recherches effectuées par Le Corbusier en archives durant les années 1910-1920, les cartes considérant l’ensemble de la ville semblent avoir fait l’objet d’une élaboration plus tardive, sans doute en vue de la publication d’Urbanisme. C’est ce deuxième ensemble de figures qui a retenu notre attention, le premier n’ayant pas été réutilisé après 1925, alors que le second a été complété ultérieurement par d’autres figures publiées tardivement.

Tableau 1. Les figures de description du site du centre de Paris dans le plan Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme, Paris, éditions Crès, 1925. © Fondation Le Corbusier.

  • 6 Le Corbusier, Urbanisme, op. cit., p.7.
  • 7 Le cardo et le decumanus désignent respectivement les axes Nord-Sud et Est-Ouest tracés lors de la (...)

11Le Corbusier s’est concentré de plus en plus sur ces cartes figurant tout Paris et offrant un résumé toujours plus lisible de son histoire urbaine. La plus proche de ce programme est sans aucun doute une petite carte décrivant Lutèce6, augmentée par la première enceinte de la ville, et traversée par une série de routes dont les plus évidentes évoquent le cardo et le decumanus7 de la ville (ill. la). Ce type de figure illustre l’analyse historique du site que produit Le Corbusier au premier chapitre de la partie d’Urbanisme consacrée au « centre de Paris ».

12Le schématisme de la figure provient ici de son traitement graphique épuré. Le dessin est réalisé au trait et à main levée. Une trame permet de griser les parties hors-les-murs de la ville, sans alourdir le dessin. Le tracé des axes principaux n’en ressort que mieux.

13Le schématisme est dû aussi à la brièveté du commentaire : « Lutèce d’abord, Paris, ensuite. Les édifices restèrent au même endroit. - Notre-Dame, le Palais - les voies des provinces du Nord, de l’Est, du Midi, d’Issy, de Clichy, des provinces maritimes, du temple de Mercure (Montmartre), demeurent toujours. Les abbayes fixeront les jalons définitifs. En tant qu’urbanisme, c’est du hasard, de l’accommodement. Haussmann essayera tant bien que mal de charcuter la ville. Elle reste tracée sur le chemin des ânes. » Remarquons que les différents édifices et tracés évoqués sont difficilement repérables : la plastique seule de la figure fait démonstration.

14Enfin, le schématisme découle du recoupement complexe de plusieurs niveaux de lecture à l’intérieur d’une seule figure. On a sous les yeux la superposition d’au moins trois époques - Antiquité, Haut et Bas Moyen Âge - et le commentaire convoque même l’époque moderne avec Haussmann.

15Cette figure fournit des indications dont l’approximation, voire la fausseté, est démontrée par la connaissance archéologique que l’on pouvait avoir en 1925 de l’histoire du centre de Paris, vulgarisée depuis quelques années déjà par les conférences et les écrits de Marcel Poëte : la Lutèce antique s’est développée sur l’île de la Cité et sur la rive gauche, mais pas sur la rive droite. Par ailleurs, la ville gallo-romaine n’a jamais possédé de decumanus. La « grande croisée » ici décrite est un mythe, que Le Corbusier n’est pas le seul à entretenir. Mais en supposant même que l’auteur ait fait preuve de légèreté dans son exposé historique, comment ne pas voir que le schématisme graphique et l’efficacité qui en résulte occultent l’imperfection de l’information que la figure est pourtant sensée apporter ?

  • 8 Le Corbusier, Urbanisme, op. cit., p. 85.

16La deuxième catégorie comprend d’autres cartes schématiques, destinées cette fois à présenter la géographie urbaine de Paris. La figure que nous reproduisons illustre « les six ceintures successives de Paris8 » (ill. 1b).

17Le schématisme tient encore au traitement graphique épuré et sélectif, décrivant finement certains tracés de voiries tout en en laissant d’autres dans l’ombre. L’imprécision augmente au fur et à mesure qu’on s’éloigne du centre de la ville, pour finir par l’évocation des faubourgs sous la forme d’un simple gribouillis. Le trait, tout schématique qu’il soit, acquiert ici une fonction appréciative, puisque le recours au gribouillis pour dessiner les faubourgs dit non comment ils sont, mais ce que l’architecte en pense.

18La figure tend donc à caricaturer l’information géographique, en donnant à penser que la trame viaire se relâche considérablement en périphérie, et présente, par effet de contraste, une densité excessive dans la partie centrale. Le desserrement périphérique de la voirie parisienne est, certes, une donnée géographique exacte dans son principe, mais dont la réalité cartographique est loin d’être claire et simple. D’ailleurs, est-ce volontairement que cette figure occulte tout ce qui en nuancerait le propos, comme l’existence des grandes percées haussmanniennes du centre de Paris, non figurées ou illisibles ? Toujours est-il que le schématisme graphique relaie à nouveau la partialité de la description du site.

  • 9 Ibid., p. 242.

19Une troisième catégorie est formée par les graphiques statistiques que l’architecte compile dans un chapitre qui leur est spécialement consacré, et qu’il dissémine ensuite dans tout l’ouvrage en les reproduisant. Cette logique de dissémination confirme l’autonomie de la figure. Seules deux de ces figures apparaissent dans la partie d’Urbanisme consacrée au plan Voisin. La figure que nous présentons9 illustre l’« accroissement de la circulation des véhicules automobiles en France au cours des vingt-trois dernières années » (ill. 1c). Elle donne à voir un effet d’augmentation d’abord lent et progressif entre 1899 et 1919, puis ascendant et exponentiel entre 1919 et 1922. Les données chiffrées sont portées en ordonnées selon un mode de présentation par paliers étages.

20Le schématisme tient ici d’abord au mode de figuration, qui ne peut cette fois être imputé à l’architecte, lequel ne fait que prélever ce tableau dans un rapport préexistant dont il cite la source (« Rapport Massart »). Évidemment, l’auteur ne précise pas les méthodes employées pour réaliser ce comptage.

21En fait, Le Corbusier modifie substantiellement la figure en la rendant illisible. Le détail de l’information est perdu en raison de la petite dimension de l’image, qui en rend la lecture fastidieuse. Par contraste, l’évidence du mouvement hyperbolique du graphique incite le lecteur à se satisfaire d’un niveau de lecture purement formel. Ce qu’il retient de cette information, ce n’est pas le comptage précis de la circulation pour une année particulière, mais la certitude que celle-ci n’a toujours fait que s’accroître et qu’elle continuera à le faire indéfiniment.

22Un détail, que la petitesse de l’image rend presque invisible, nous montre que c’est bien la volonté de présenter cette courbe ascendante qui conduit l’architecte à la choisir. Les années 1915, 1916 et 1917 sont purement et simplement supprimées, et l’on aperçoit une trace de montage entre les chiffres 1914 et 1918. Le commentaire précise en effet que « après un léger recul durant les années de guerre, cette progression [celle de la circulation] a fait un bond formidable en 1920, 1921 et 1922 ». Nous ne saurons pas jusqu’à quel point les colonnes des années de guerre auraient brisé l’effet ascendant du schéma. Mais il est ici certain que Le Corbusier manipule l’information à des fins d’expression strictement plastique de la figure, et que la réduction de l’image sert encore l’approximation de la description.

  • 10 Ibid., p. 268-269. Dans l’illustration 1d nous ne reproduisons que la page 268, car c’est celle qu (...)

23Un dernier groupe comprend des photographies à vol d’oiseau ou, pour la partie consacrée au plan Voisin, des photographies aériennes du centre de Paris. Ce groupe, peu représenté dans Urbanisme (Le Corbusier a peiné à se procurer, tardivement, ces documents), fait en revanche, après 1925, l’objet de multiples expérimentations. Ainsi, le projet pour l’organisation de l’Exposition internationale de 1937 sera présenté entièrement en photomontage sur une couverture photographique aérienne complète de Paris. Mais en 1925, le corpus ne contient que deux clichés, empruntés à la Compagnie aérienne française, et présentés en vis-à-vis sur une double page10. Ces deux photographies prétendent donner accès à une information supposée exacte, puisque photographique.

24Mais là encore, c’est la visée schématique qui organise la figure. Le cadrage des vues est tel, en effet, que le lecteur ne peut en tirer d’autre impression que celle d’un fouillis labyrinthique. Les vues sont peu localisées : le commentaire qui les accompagne les associe, l’une au quartier des Champs-Elysées, et l’autre à celui du Temple et des Archives. Par ailleurs, les deux photographies présentent des orientations différentes. Et surtout, le cadrage place hors champ tout ce qui aurait pu faciliter l’orientation : alors que les deux clichés sont pris à proximité de la Seine, celle-ci n’apparaît que sous la forme d’un triangle noir dans un coin, si bien que son tracé est caché. Les grands monuments sont également exclus. Le cadrage sélectif réduit l’information en apparence précise de la figure à un simple constat, qu’accompagne le commentaire : les rues forment un « dédale » où « la tuberculose, la démoralisation, la misère, la honte triomphent sataniquement ».

  • 11 Ibid., p. 99-100 : « La Statistique est le Pégase de l’urbaniste. Affreusement maussade, minutieus (...)

25Il apparaît donc que les figures de description du site, bien qu’elles fournissent en apparence un ensemble riche de données pour comprendre les dynamiques et formes qui régissent le site du centre de Paris, s’attachent finalement à en donner une vision schématique et dirigée. Le Corbusier déclare d’ailleurs que le rôle des données analytiques, et notamment des statistiques, est d’offrir un « tremplin lyrique11 » à l’architecte. Autant le détail de l’information noierait l’architecte dans la complexité du réel, autant le schématisme des figures descriptives transforme l’analyse en prémonition d’un mouvement clair et unanime du site vers le projet. Ce qui préside en effet à l’élaboration de cet appareil iconographique, c’est la volonté de réduire l’information à la suggestion de formes et d’images : croix de la grande croisée, cercles des enceintes successives, hyperbole verticale des schémas statistiques, « croûte aride » du Vieux Paris.

Les figures de description du plan Voisin

26Dans la mesure où nous avons postulé que le rôle des figures de description est simultanément de disqualifier le site et d’y lire les dynamiques qui y préfigurent le projet, nous devons compléter notre analyse par l’examen des figures de description du projet lui-même, afin de comprendre quels liens elles entretiennent avec les premières.

  • 12 La confusion entre l’iconographie de la « Ville » de 1922 et du plan Voisin, entretenue par l’arch (...)

27À l’inverse de la « Ville contemporaine pour trois millions d’habitants », le plan Voisin, qui est présenté comme son application rigoureuse au cas du centre de Paris, fait l’objet d’une description moins détaillée12. On peut aisément présenter l’ensemble de ces figures de description dans le tableau 2.

Tableau 2. Les figures de description du pian Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme. ©Fondation Le Corbusier.

28Le premier groupe de figures descriptives du projet correspond aux vues en plan. Urbanisme n’en contient que deux.

  • 13 Ibid., p. 274-275.

29La première figure de description du projet contenue dans Urbanisme est le plan de masse d’ensemble13. Occupant une double page dans l’ouvrage, cette figure est en réalité un très grand plan, tracé sur un fond de plan de ville préexistant, et dont les dimensions peuvent être évaluées selon certaines sources photographiques à 2 m sur 3 m environ.

30La lisibilité de ce document est incertaine, du fait de la faible dissociation entre le fond de plan et le tracé du projet, lesquels présentent des densités assez comparables. Les limites du plan Voisin y sont difficiles à cerner. La réduction du plan fait aussi disparaître de nombreux éléments d’information, que l’architecte a d’ailleurs choisi de rehausser à la couleur dans la première édition de son livre : les espaces consacrés aux plantations et les monuments historiques conservés dans l’emprise du projet y sont indiqués respectivement en vert et en rouge. Le statut de cette figure est extrêmement ambigu. Occupant une double page, elle est dissociée du reste du texte, ce qui lui confère une autorité certaine. D’un autre côté, dans la mesure où elle brise la continuité de la lecture, cette position incite le lecteur à ne regarder la figure que brièvement. De même, si l’espace de la double page permet a priori une reproduction plus large du plan, la pliure centrale se situe forcément sur la partie la plus riche d’informations. Ainsi, une figure d’une grande précision devient, par le jeu de la mise en page, une figure schématique.

31La deuxième figure (ill. 2a) est une esquisse au trait, datée de 1922. C’est elle qui a eu la plus grande postérité, en raison de sa reproduction aisée et de sa grande lisibilité, contrastant avec les imprécisions du plan d’ensemble.

32L’esquisse de 1922 présente le site au travers de trois éléments : la Seine, l’enceinte de Thiers et quelques ensembles urbains monumentaux, allant du Champ-de-Mars au Louvre. Le projet à proprement parler occupe l’essentiel de la figure, centrée sur le plan Voisin, d’où rayonnent plusieurs séries d’autodromes.

  • 14 Ibid., p. 265.

33Les dimensions de l’image sont très réduites14 : elle occupe dans l’édition originale d’Urbanisme, d’un format légèrement supérieur à la récente réédition, une vignette de 12 cm sur 8 cm. Pour cette raison, les informations se réduisent à un aperçu de l’agencement général du projet et à l’établissement d’un rapport d’échelle entre son emprise et celle de la ville. Quel contraste avec la grande précision voulue pour le plan d’ensemble ! Or, nous avons vu que ce dernier est, dans sa version publiée, peu lisible. On se reporte alors avec plaisir à l’esquisse de 1922, perçue comme la véritable synthèse du tracé général du plan Voisin. Or, il n’en est rien : entre cette figure et le plan final, de substantielles modifications ont eu lieu, touchant l’implantation et l’orientation des autodromes, de la gare, des monuments conservés. Entre 1922 et 1925, Le Corbusier renonce à « rétablir » la grande croisée de Paris, pour concentrer son projet sur ce qui deviendra avec la Ville radieuse des années 30 la colonne vertébrale du projet parisien : la grande traversée Est-Ouest. L’auteur ne mentionne pas dans le texte ces modifications, qui nous apportent pourtant d’utiles informations sur la façon qu’il a eu de penser l’insertion géographique et paysagère de son projet. Ce silence légitime le statut que la logique graphique schématique confère à tort et sciemment à l’esquisse, celui de représentation exacte des tracés du plan Voisin.

34Le deuxième ensemble de figures correspond aux plans de la Ville contemporaine de 1922, et en particulier à son plan de masse (ill.2b). Autant le plan de masse du plan Voisin a été peu diffusé, en raison, sans doute, de son caractère illisible, autant celui de la Ville contemporaine a fait l’objet de nombreuses publications. Il figure dans Urbanisme, sur l’affichette centrale. Le Corbusier l’a utilisé à plusieurs reprises dans des articles censés traiter pourtant du plan Voisin, favorisant ainsi une confusion qui n’avait toujours pas été levée jusqu’à récemment. Pour ces raisons, il est impossible de considérer l’ensemble figuratif du plan Voisin sans prendre en compte cette figure.

  • 15 Cette esquisse préalable figure dans l’ouvrage en page 266, dans une vignette de 12 cm par 4 cm, i (...)

35Le troisième ensemble de figures correspond aux perspectives, au nombre de deux. Le Corbusier avait prévu, pour l’exposition du projet, la production de deux perspectives dioramiques, dont une seule put être réalisée. L’autre est restée au stade d’esquisse et fournit une autre vue à vol d’oiseau du projet15. Le grand diorama (ill.2c) demeure donc la seule véritable vue en perspective du plan Voisin. Sa réduction dans Urbanisme la rend illisible. Bien qu’occupant une double page, la vignette du grand diorama le réduit aux dimensions d’un rectangle de 18 cm x 7,5 cm. Même un agrandissement ne parvient pas à livrer le secret des multiples détails que renferme cette savante perspective. L’impression générale fait dominer les gratte-ciel, à la verticalité soulignée par les redans de leur plan cruciforme, au-dessus d’une masse urbaine assez indéterminée. Et le commentaire qui renvoie dans le texte à cette figure présente les mêmes paradoxes. Le Corbusier insiste fortement sur la grande précision de l’image « dessiné[e] rigoureusement » et sur la capacité qu’elle doit avoir à présenter précisément le projet. Mais la description littéraire n’est pas plus précise que la réduction de l’image. On y apprend sommairement que le Vieux Paris y subsiste « avec tous les monuments qui sont un héritage inaliénable », et que le paysage urbain, loin de ressembler à celui de Manhattan, présente « le rythme majestueux des surfaces verticales se prolongeant au loin par l’effet de la perspective et déterminant des volumes purs ». Et rien de plus. Mais ces deux assertions sont plusieurs fois répétées.

  • 16 Ibid., p. 274.

36Le dernier document de description du projet est un photomontage en plan réalisé sur une frange du plan Voisin16 (ill.2d). Il y est cette fois finement dessiné, avec ses ombres portées sur le sol. Du quartier des affaires jaillit un autodrome qui court à travers le tissu urbain ancien. Celui-ci est figuré par l’une des photographies aériennes du tableau précédent.

37Or, il apparaît que l’orientation des deux vues est différente. Alors que le détail du plan Voisin ne peut correspondre qu’à sa façade orientale, ce qui situerait le nord en bas de l’image, l’orientation de la photographie aérienne indiquerait le nord en haut à gauche. En fait, Le Corbusier a orienté la photographie aérienne de façon à ce que ses ombrages et ceux de son plan ne se contredisent pas. Un choix d’expression plastique a prévalu sur l’exactitude de la représentation architecturale. Ce choix était d’autant plus aisé à faire que, comme on l’a vu, les photographies aériennes de Paris sont cadrées de manière à exclure tout point de repère, et donc à désorienter le lecteur.

  • 17 L’analyse de l’énoncé textuel du plan Voisin fait apparaître au contraire un niveau de description (...)

38L’examen de ces quatre types de figures descriptives du projet nous montre que, malgré leur précision apparente, le schématisme préside à leur conception. Entre une esquisse très schématique, un plan de masse peu lisible, une vue dioramique saisissante mais également confuse, et un photomontage tronqué, la lecture du projet demeure délicate. Le texte, d’ailleurs, ne nourrit pas davantage la description17. Il en découle une description qui sacrifie la précision à la capacité d’évocation : les tracés francs de l’esquisse, la position centrée du plan de masse, la verticalité du diorama et l’effet de contraste du photomontage participent plus d’une construction mentale du projet que de sa description exhaustive.

Les ponts iconographiques entre les figures de description du site et au projet

39Il apparaît donc que les figures de description du site et du projet présentent un mode de construction comparable, régi par une logique de schématisation de l’information destinée à la rendre « lyrique », pour reprendre le terme de l’auteur. Ces deux ensembles de figures, pour cette raison, nous apparaissent tendus vers un objet qui échappe en apparence à leur réfèrent. Ainsi, le réfèrent des premières n’est qu’en apparence le site : c’est en réalité ce qui, dans ce site, préfigure, et cela de la façon la plus formelle, le projet. De même, le projet n’est qu’à un niveau littéral le réfèrent des secondes, en fait tournées vers l’expression d’une structure première, pure et désincarnée du projet. Le réfèrent de ces figures n’est ni le centre de Paris, ni le plan Voisin : c’est un niveau d’existence du projet qui les subsume tous les deux, présent en eux mais non épuisé par eux, ce que l’on pourrait appeler un « infralieu ».

40Ce qui nous autorise à poser l’hypothèse de ce réfèrent « infralocal », c’est le fait que l’on trouve dans l’appareil iconographique du plan Voisin un troisième ensemble de figures, que nous présentons dans le tableau 3. Ces figures ont un statut ambigu, puisqu’elles assemblent des vues du site avec des vues du projet, dans un dispositif dont la cohérence est assurée soit par le traitement graphique d’ensemble, soit par la mise en page. Là encore, nous pouvons rassembler ces figures en quatre catégories.

  • 18 Urbanisme, p. 15.

41La première catégorie relève à nouveau de ces cartes schématiques de Paris, à caractère historique et géographique. Une telle carte fut publiée dans Urbanisme sous l’intitulé « Paris d’aujourd’hui »18 (ill. 3a). Ce plan présente à l’échelle de la ville un ensemble de tracés, soit existants, comme l’axe des Champs-Élysées, soit virtuels, comme celui qui traverse la capitale en ligne droite du sud au nord. Ces tracés sont figurés au milieu d’un gribouillis, très dense au centre de Paris, plus aéré en périphérie. Le tracé de la Seine y est repris avec précision ainsi que celui de quelques voies autour de la ville.

Tableau 3. Les ponts iconographiques entre description du site et du projet, in Le Corbusier, Urbanisme. ©Fondation Le Corbusier.

  • 19 Ces deux schémas circulaires apparaissent en pages 89 (avec un autre schéma circulaire), 92 (seuls (...)

42Le deuxième groupe de ces figures complexes est constitué par un ensemble de schémas circulaires, ponctuant le texte, et dont certains reviennent avec insistance dans le texte. C’est notamment le cas de deux d’entre eux, presque toujours présentés conjointement19 (ill. 3b). Le premier, intitulé « Circulations dans les grandes villes », représente à l’intérieur d’un cercle parfait la convergence au centre d’une multitude de lignes au tracé sinueux ou brisé, finissant par former une masse noire et informe au milieu du schéma. Le second, intitulé « Décongestionner le centre », figure le même cercle, mais y inscrit une série de cercles plus petits, autour du même centre, en réservant entre les circonférences successives un éloignement croissant au fur et à mesure que l’on s’approche du centre. Ces deux schémas circulaires sont immédiatement suivis, sur la planche de présentation de la Ville contemporaine de 1922, par un troisième, intitulé « Système préconisé -réseau des rues », qui synthétise leur expression. La figure prend alors non plus une forme circulaire, mais rectangulaire. On y trouve à la fois la convergence de tracés vers le centre, occasionnant une zone de plus forte densité à cet endroit, et l’aération générale du deuxième schéma circulaire.

  • 20 Ces procédés graphiques ont fait l’objet d’une analyse précise lors de la communication de E. Chap (...)

43Un troisième groupe de figures complexes est formé par des planches destinées à comparer les rapports de pleins et de vides dans les formes actuelles et projetées de la ville. Ce type de montage associe des modes de représentation variés (plan et coupe, ou plan et vue photographique), affectés à des ensembles urbains d’époques et de formes différentes qui deviennent comparables du fait même de l’identité de leur traitement graphique. Bien qu’encore peu représentée dans Urbanisme, cette sorte de planche deviendra par la suite l’un des modes de figuration les plus singuliers de l’architecte. Les planches didactiques produites pour les congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) en témoignent20.

  • 21 Urbanisme, p. 94. Cette figure est reprise sur la page centrale de l’ouvrage, pour la description (...)

44Celle que nous présentons21 (ill. 3c) juxtapose de gauche à droite cinq couples de vues en plan et en élévation de différents morceaux de la ville. Elle décrit un groupe d’îlots datés des xive, xviiie et xixe siècles, puis deux extraits du plan Voisin, correspondant respectivement à la cité d’affaires et à la cité de résidences.

  • 22 Ibid., p. 192-193.

45Une dernière figure, appartenant à la même catégorie que la précédente, juxtapose une vue en plan du plan Voisin22 à des vues du Paris de 1925, mais cette fois il s’agit de vues photographiques (ill. 3d).Trois couples de figures sont associés. La première figure juxtapose une vue à vol d’oiseau du Palais-Royal avec un extrait du plan de Paris correspondant au quartier qui l’environne. La seconde fait voisiner une carte postale du parc Monceau avec un extrait de plan de la Ville contemporaine de 1922. La troisième associe une vue à vol d’oiseau des Tuileries avec un nouvel extrait du plan de Paris correspondant au quartier des Champs-Elysées. La juxtaposition des photographies et des plans implique un rapport de coexistence. Le Palais-Royal appellerait une organisation urbaine semblable au quartier dans lequel il s’insère, tout comme les verdures du parc Monceau suggéreraient l’aération de la ville proposée par le plan Voisin.

46Dans la mesure où elles confondent la description du site et celle du projet, ces figures suggèrent bien l’existence d’un réfèrent infralocal. Elles montrent toutes l’émergence, dans l’observation même du site, des figures du projet. On peut d’ailleurs les lire inversement comme la représentation de la « descente » du projet dans son site. Ce surgissement de l’information infralocale aimante littéralement les autres ensembles de figures, comme si ce troisième groupe, en raison de son ambiguïté, opérait un passage idéal, quoique irrationnel, entre les figures de description du site et du projet. C’est ce que montre le tableau 4, qui reprend les illustrations des tableaux précédents en un schéma général.

47La première colonne à gauche (groupe a) montre comment la figure infralocale du « Paris d’aujourd’hui » forme un véritable pont iconographique entre la carte schématique de Lutèce et le plan d’ensemble du plan Voisin. Le rapprochement apparaît d’abord dans la nature des figures concernées : des plans plus ou moins schématiques de la ville. La transition est d’abord chronologique : Lutèce parle du passé, le « Paris d’aujourd’hui » décrit le présent, et le plan du plan Voisin correspond au futur. Mais l’évolution est aussi graphique. Lutèce forme une figure claire, où la grande croisée se lit distinctement, car l’extérieur de la ville est représenté par le tramage grisâtre. Avec le « Paris d’aujourd’hui », les tracés se complexifient, tandis que la masse grisâtre pénètre jusqu’au centre de Paris sous la forme d’un gribouillis qui évoque aussi bien un nuage de pollution que la poussière envolée d’un vaste chantier. Avec le plan du plan Voisin, le gris a tout envahi et les tracés sont difficilement lisibles. Il y a progression du plus schématique et du plus intelligible au plus précis et au moins lisible. On notera aussi que ces trois figures se suivent dans le déroulement du texte (p. 9,15 et 274-75).

Tableau 4. Les figures de description du centre de Paris dans le plan Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme. © Fondation Le Corbusier.

48La deuxième colonne à gauche (groupe b) propose de lire les schémas de fonctionnement viaire comme un pont iconographique entre la carte de la voirie parisienne mise en relation avec les enceintes successives de Paris et le plan de masse de la Ville contemporaine. Là encore, l’identité du sujet favorise le rapprochement des figures : toutes sont des plans schématiques ayant pour sujet principal la voirie. La figure du haut semble compiler les données schématiques des trois figures centrales : comme la première, la carte noircit le centre avec des tracés anarchiques ; comme la deuxième, elle assombrit la périphérie du dessin ; enfin, la troisième semble la version géométrique de cette carte. Quant au plan de masse de la Ville contemporaine, elle reprend dans toute sa composition les dispositions du schéma central : masse noire et orthogonale au centre, parties grisées en périphérie et, entre les deux, réseau de tracés droits et pratiquement perpendiculaires. Là aussi, les trois figures se suivent dans le déroulement du texte (p. 85, affichette centrale, p. 265).

49La troisième colonne (groupe c) permet de lire le pont iconographique réalisé entre le schéma statistique et le diorama par le montage des plans et élévations historiques et prospectives de Paris. Le lien est plus subtil, car il combine des rapprochements de genre et de forme. En ce qui concerne les rapprochements de genre, la figure centrale appartient au genre « statistique » autant que le schéma du haut, puisqu’il propose une lecture synchronique de faits dispersés dans le temps, afin de donner à saisir une évolution globale (celle de la circulation dans un cas, celle du bâti dans l’autre). De même, la figure centrale et le diorama relèvent du même genre en cela qu’ils présentent des élévations du Vieux Paris et du plan Voisin mis côte à côte, si l’on veut bien admettre que l’extrême éloignement du spectateur dans le diorama rapproche la perspective d’une vue géométrale. Quant aux rapprochements de forme, le schéma statistique et le montage central présentent le même mouvement ascendant et exponentiel, tandis que ce même montage et le diorama montrent tous deux les gratte-ciel du plan Voisin dressés au-dessus du Vieux Paris.

50La dernière colonne (groupe d) montre le pont iconographique opéré par le montage des vues et plans de Paris et du plan Voisin, entre les photographies aériennes du centre de Paris et le photomontage du plan Voisin. Le lien entre la photographie aérienne et le photomontage - l’une étant le support de l’autre -apparaît assez direct ici pour ne pas nécessiter de passage par un pont graphique. Cependant, on peut s’étonner du glissement subtil qu’opère la présence de la figure centrale, où Le Corbusier légitime graphiquement ce qui risquerait d’être perçu comme un simple « plaquage » du plan Voisin sur une photographie aérienne. La figure centrale, en effet, associe des photographies de Paris avec des plans, dont celui du plan Voisin. Mais il ne s’agit encore que de juxtaposition. En mêlant des figures de projet avec des figures de description du site, Le Corbusier gomme la frontière entre le présent et le futur puisque, si le plan Voisin n’existe pas encore, il est déjà inscrit ici dans la réalité actuelle de Paris sous la forme du parc Monceau, qui lui est associé.

51Le dispositif iconique des figures de description du site dans le plan Voisin nous renseigne donc sur le moyen utilisé par Le Corbusier pour opérer, dans le contexte délicat d’un urbanisme de table rase, à la fois la disqualification du centre de Paris et le détournement de certaines de ses caractéristiques pour fonder le projet dans son contexte.

52Il s’agit pour lui, d’abord, de réduire les figures descriptives à une expression très schématique, en ce qui concerne aussi bien la représentation du site que le projet lui-même. Cette réduction du site et du projet à quelques linéaments essentiels, à une structure plus qu’à des formes sensibles, aurait pu produire un défaut d’information. Or, la production d’un groupe de figures intermédiaires, décrivant le site et le projet à travers le filtre d’une seule et même réalité structurelle, a permis de conférer aux figures de description une validité nouvelle, en brouillant le réfèrent des images. Que décrivent ces figures ambiguës : ni le site, ni le projet, mais les deux ensemble.

53Le niveau de réalité de cet « infralieu » que devient alors le centre de Paris installe le discours de projet dans une scène qui lui est propre, et dont il nous semble qu’il faudrait chercher le vocabulaire et la syntaxe dans un langage spécifique à la conception architecturale. Car se pose nécessairement la question de la fonction discursive exacte de ces figures. Relèvent-elles d’une simple rhétorique, sciemment produite par l’architecte pour falsifier l’information à son profit et promouvoir son projet auprès de l’opinion ? Certaines manipulations patentes des images peuvent nous inciter à le croire. Mais le fonctionnement souvent subtil des ponts iconographiques autorisés par ces figures intermédiaires nous invite aussi à voir ici l’œuvre d’une imagination dont Le Corbusier n’est pas tout à fait maître. Le caractère obsessionnel et souvent, semble-t-il, volontairement tourné vers l’échec, de la production urbanistique de Le Corbusier ne démontre-t-il pas l’inefficacité de ces procédés, incompatibles avec leur visée rhétorique ?

Notes

1 Le présent chapitre est nourri par un travail de recherche mené dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « Table rase et paysage. Projet d’urbanisme et contextualité spatiale dans le plan Voisin de Le Corbusier (1925) et la cité Concorde de Le Maresquier (1954) », sous la direction de F. Pousin, École des hautes études en sciences sociales, juin 2004.

2 Nous désignons sous ce terme l’ensemble des discours théoriques et doctrinaux et des techniques opérationnelles de projet produits par les architectes paysagistes. Cet ensemble complexe n’ayant pas fait l’objet d’une conceptualisation systématique, nous en proposons une lecture globale en nous appuyant principalement sur une synthèse des traités d’art des jardins, d’urbanisme végétal ou encore d’aménagement du territoire.

3 J.-P. Boutinet, L’Anthropologie du projet, Paris, PUF, 1990.

4 Le Corbusier, Les Plans Le Corbusier de Paris, Paris, éd. de Minuit, 1956, p. 36.

5 Ce choix nous a conduit à exclure de la présente analyse certaines figures de description du plan Voisin qui, bien que largement médiatisées par l’architecte et ses commentateurs après 1925, n’apparaissaient pas dans Urbanisme (ouvrage publié en 1925 aux éditions Crès, rééd. Flammarion, Paris, 1994). Notamment, les maquettes et l’axonométrie du plan Voisin font l’objet d’une analyse spécifique dans notre recherche. Enfin, pour des raisons de lisibilité nous n’avons pas pu reproduire les légendes qui accompagnent les figures dans Urbanisme.

6 Le Corbusier, Urbanisme, op. cit., p.7.

7 Le cardo et le decumanus désignent respectivement les axes Nord-Sud et Est-Ouest tracés lors de la fondation des villes romaines.

8 Le Corbusier, Urbanisme, op. cit., p. 85.

9 Ibid., p. 242.

10 Ibid., p. 268-269. Dans l’illustration 1d nous ne reproduisons que la page 268, car c’est celle qui a été utilisée par Le Corbusier pour le photomontage du plan Voisin, cf. supra.

11 Ibid., p. 99-100 : « La Statistique est le Pégase de l’urbaniste. Affreusement maussade, minutieuse et sans passion, impassible, elle est le tremplin du lyrisme, le socle d’où le poète peut s’élancer vers l’avenir et ses inconnues, ses pieds étant solidement appuyés sur des chiffres, des courbes, sur des vérités humaines ; en réalité, ce lyrique-là va pouvoir nous intéresser puisqu’il parlera notre langage, s’occupera des choses qui nous préoccupent, nous animera dans le sens de notre mouvement en ne nous désignant que des solutions de notre système. »

12 La confusion entre l’iconographie de la « Ville » de 1922 et du plan Voisin, entretenue par l’architecte lui-même dès 1926, et manifeste dès les premières publications relatives à l’œuvre de Le Corbusier, demeure aujourd’hui encore un travers fréquent. Notre travail a consisté aussi à restituer à chacun de ces deux projets leur univers graphique propre.

13 Ibid., p. 274-275.

14 Ibid., p. 265.

15 Cette esquisse préalable figure dans l’ouvrage en page 266, dans une vignette de 12 cm par 4 cm, intitulée : « 1925. Croquis du “centre de Paris”. »

16 Ibid., p. 274.

17 L’analyse de l’énoncé textuel du plan Voisin fait apparaître au contraire un niveau de description encore plus réduit, ramené à la répétition de quelques formules évoquant le surgissement des « cristaux purs de verre » au-dessus des « frondaisons ».

18 Urbanisme, p. 15.

19 Ces deux schémas circulaires apparaissent en pages 89 (avec un autre schéma circulaire), 92 (seuls), 106, en page centrale, puis en page 157 (deux fois pour le premier, une fois pour le second).

20 Ces procédés graphiques ont fait l’objet d’une analyse précise lors de la communication de E. Chapel, « Les figures du quantitatif dans l’urbanisme des années 1930 », communication dans le cadre de la journée « Pouvoir des figures dans le projet architectural et urbain » du 24 janvier 2000, École d’architecture de Paris-La Villette, animée par F. Pousin.

21 Urbanisme, p. 94. Cette figure est reprise sur la page centrale de l’ouvrage, pour la description de la Ville contemporaine. Il s’agit de la réduction d’une planche beaucoup plus grande, ce qui rend ses nomenclatures illisibles et justifie l’adjonction d’un commentaire.

22 Ibid., p. 192-193.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Les figures de description du site du centre de Paris dans le plan Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme, Paris, éditions Crès, 1925. © Fondation Le Corbusier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Légende Tableau 2. Les figures de description du pian Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme. ©Fondation Le Corbusier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau 3. Les ponts iconographiques entre description du site et du projet, in Le Corbusier, Urbanisme. ©Fondation Le Corbusier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Légende Tableau 4. Les figures de description du centre de Paris dans le plan Voisin, in Le Corbusier, Urbanisme. © Fondation Le Corbusier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

Denis Delbaere, paysagiste, docteur de l’EHESS, il a consacré sa thèse à l’étude des représentations figuratives dans l’argumentation urbanistique de la table rase, intitulée « Table rase et paysage. Projet d’urbanisme et contextualité spatiale dans Le plan Voisin de Le Corbusier (1925) et la cité Concorde de Le Maresquier (1954) »
Il partage son activité entre son atelier de paysagiste à Lille, ses recherches sur la fonction de l’image dans la production et la réception sociale du projet d’urbanisme et sa charge de cours à l’École nationale supérieur du paysage de Versailles. Il a publié récemment « Projet de paysage, écarts d’échelles et logiques d’inter-lieu. Le cas des collines de Comines », Les Carnets du paysage, n° 7, automne 2001, p. 104-118.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540