Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie II. Cartographier/produire la ville

Chapitre IV. La terre et le papier

Panayotis Tournikiotis

Texte intégral

[...] par image, on entend cette espèce de Métaphore, qui, pour donner de la couleur à la pensée, et rendre un objet sensible s’il ne l’est pas, ou plus sensible s’il ne l’est pas assez, le peint sous des traits qui ne sont pas les siens, mais ceux d’un objet analogue. [...] L’image suppose une ressemblance, renferme une comparaison ; et de la justesse de la comparaison dépend la clarté, la transparence de l’image.
Nicolas Beauzée, article « Image » de l’Encyclopédie.

  • 1 R. Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications 4, Paris, éd. du Seuil, 1964, p. 40.
  • 2 Littré, Dictionnaire de la langue française.
  • 3 Petit Larousse, Paris, éd. 1978.

1Le mot image doit être rattaché à la racine de imitati1. Pour nos dictionnaires modernes, l’image est « ce qui imite, ce qui ressemble, ressemblance2 » ou bien la « représentation d’une personne ou d’une chose par la peinture, la sculpture, le dessin etc.3 ». L’image est représentation de la chose, représentation de la terre, de la ville et souvent de leurs images aussi, en devenant représentation au second degré.

2Le plan d’une ville est une image qui renferme des significations susceptibles d’analyses et de lectures multiples. Le plan de la ville n’est pas une image neutre, objective.

3Il ne s’agit pas d’une photographie, dont l’irréalité développée sur le papier, son être-ici devant nos yeux, est enrobée d’une réalité incontestable (l’avoir-été-là devant les faits), réalité essentiellement personnelle par le choix de la présence et de la prise de vue, quoique mécaniquement captée sur la pellicule, à l’abri de tout codage culturel (ill. 1).

Illustration I. Lendemain d’élections à Athènes. Photo des années 1920.

4Il ne s’agit pas non plus d’une photographie aérienne, dont la prise frontale, totalement mécanique, sans truquage ni cadrage spécifique, garantit l’objectivité, en étant l’enregistrement neutre de la réalité : un ensemble de messages sans code (ill. 2).

5L’éventualité de l’avoir-été-là face à la réalité, sujet regardant, acteur potentiel, est tout simplement évacuée de la photographie aérienne : le naturel est absent. Le point de vue, ce lieu parfaitement réel à partir duquel le regard pourrait embrasser et « fouiller » la ville en tant qu’ensemble et totalité, est extérieur à la ville, inaccessible à ses habitants. C’est un lieu qui appartient à l’œil divin, au regard souverain du pouvoir. Et l’image de la ville captée à partir de ce lieu - la photographie aérienne - est d’emblée une image cachée, presque magique et souvent interdite. C’est la représentation de la ville qui réunit objectivement des messages, des informations sans sélection ni codage, une représentation qui se libère donc du sujet regardant et peut se donner comme la seule image de la ville qui exclut toute idéologie.

Illustration 2. Photo aérienne des quartiers de l’Ouest de Paris. Source : Paris Projet 10-11, p. 98. © IGN Photothèque nationale.

6Le plan de la ville est bien autre chose. À l’image sur-naturelle de la photographie aérienne, il substitue la re-présentation par l’intermédiaire de la culture. Le plan ne reproduit pas tout. Il s’établit par l’intermédiaire d’un sujet, d’une culture, pour transmettre des informations, des messages plus ou moins consciemment sélectionnés, à l’aide de signes discontinus et de règles de transformation analogique, qui sont historiques et nécessitent un apprentissage. C’est une construction mentale, une mise en figure qui entreprend la représentation d’une totalité non perceptible en tant que telle, totalité qui échappe au visible et rencontre le discursif. Ainsi, les nombreux plans qui représentent la même ville se différencient entre eux par les messages qu’ils veulent transmettre, par le découpage de la réalité qu’ils entreprennent, par les règles de transposition analogique de cette réalité en image et par la facture même du dessin. Par conséquent, tous les plans de la ville ne sont pas identiques. Pour mieux saisir leurs significations, nous proposons leur distinction en deux niveaux de lecture opposés :

  • d’une part, la représentation de la ville existante, établie à partir d’un lieu - « relevé » d’éléments réels qui constituent, après leur mise analogique sur le papier, une image de la ville déjà construite-et-habitée (ill. 3) ;
  • de l’autre, la représentation de la ville inexistante (projetée), établie à partir d’un non-lieu - « relevé » d’éléments mentaux qui constituent, après leur mise analogique sur le papier, une image de la ville-à-venir.

7Le projet de réaménagement ou de restructuration de la ville existante est une superposition de ces deux niveaux. Nous pourrions y reconnaître un troisième réunissant leurs caractéristiques principales dans une imbrication inévitablement complexe, mais nous avons préféré nous limiter à cette dichotomie essentielle pour mieux marquer l’opposition.

8Quel que soit le cas, nous sommes régulièrement confrontés, dans nos recherches et nos travaux, à plusieurs plans qui, tout en étant des représentations fragmentaires de la même ville, ne se recoupent que partiellement. Leur nombre et leur diversité, qui sont généralement imposés par la différence dans le découpage de la réalité et la multiplicité des aspects représentés, nous amènent à distinguer deux autres niveaux de lecture :

  • d’abord, les plans « clairs », comme le tracé des rues, le parcellaire, la représentation volumétrique des constructions, la répartition de divers équipements, des lieux de commerce, des monuments, etc., c’est-à-dire des plans qui mettent sur le papier des informations “évidentes”, parce que virtuellement perceptibles par n’importe qui, à l’échelle de la vie quotidienne (ill. 4) ;
  • ensuite, les plans « obscurs », comme les divers réseaux, dont certains sont souterrains, les répartitions socio-économiques de la population et autres statistiques, les réglementations administratives de la construction, etc., qui échappent à l’« évidence » de la perception, même si tout le monde en a une vague image et y participe quotidiennement, d’une manière ou d’une autre (ill. 5).

9Cette distinction, qui constitue le fonds commun de la précédente, reste en partie secondaire pour celui qui représente - celui qui sait ou qui peut représenter -, dont le regard se déploie sur la ville et s’imprime sur le papier sans vraiment différencier l’« évidence claire » de l’« évidence obscure » (ill. 6). En revanche, son importance est décisive pour tous les autres, dont la ville est écrite sur le papier au moyen de signes qui renvoient de manière analogique au visible, dans sa forme de constituant « reconnaissable ». Les plans de la ville renferment des éléments qui dépendent de leur destinataire. Par conséquent, leur contenu dépend à la fois des moyens utilisés pour représenter la complexité réelle sur le papier et des acquis disponibles pour déchiffrer les signes de cette représentation.

Illustration 3. La rive droite de Paris vers 1550. Plan de Truschet et Hoyau dit « Plan de Bâle ». Source : Paris Projet 2. p. 54. © BHVP.

Illustration 4. Plan de Paris entre Étoile et Trocadéro. © BHVP.

Illustration 5. Paris. Stationnement de nuit sur voirie (licite/illicite) - SDAU. Source : Paris Projet 19-20, p. 59. © APUR.

Illustration 6. Plan des carrières souterraines de Paris. Source : Paris Projet 3, p. 19. © APUR.

  • 4 Cf. K. Lynch, L’image de la cité, Paris, Dunod, 1971, p. 38.

10De toute évidence, les plans de la ville existante sont des images destinées à faire comprendre clairement certains systèmes de signes. Les plans de tourisme en sont un exemple remarquable, d’autant plus que leur caractère intentionnel est explicite et soutenu par le texte de guides. La ville, découpée et représentée, s’offre à la lecture de ses visiteurs ; et c’est bien ce plan nécessairement « clair » qui sera effectivement visité, dans la limite de parcours généralement préétablis. Parfois, ce sont des parcours flexibles qu’il faut construire soi-même en liant les nœuds reconnaissables des sites à voir sur un plan d’ensemble qui met en relief ses éléments singuliers. D’autres fois, ce sont des parcours prédécoupés qui font abstraction de la grande masse des villes à ne pas voir, en travaillant à l’inverse des figures utilisées par Kevin Lynch dans son Image de la cité4. La situation n’est pas fondamentalement différente dans les divers plans de ville qui ont la forme de petits livres indispensables à ceux qui voudraient dépasser les terrains familiers de leurs quartiers sans risquer de se perdre dans les labyrinthes de nos métropoles contemporaines. Il en va de même pour toute sorte de représentation « claire » ou « obscure », imprimant sur le papier un état conditionné du monde réel. L’essentiel, dans tous ces plans, c’est que leur point de départ commun est la ville déjà construite et habitée, une ville en progrès, qui s’immobilise instantanément par un artifice conceptuel et se fixe, se met en figure, par l’intermédiaire d’une grille de lecture, d’un codage.

11Les plans de la ville inexistante sont eux aussi des images destinées à faire comprendre clairement certains systèmes de signes. Mais cette fois, la chose est totalement différente. Si l’on écarte l’utopie explicite, peinture ou fiction, qui dépasserait notre préoccupation, la représentation de la ville inexistante serait un projet soutenu par une idée de ville qui n’a pas, comme dans le cas précédent, un seul point de départ. Concevoir le plan, construire l’image d’une ville nouvelle, d’une extension ou bien d’un réaménagement de la ville existante, est une opération dont les présupposés se réfèrent au domaine immense des idées et des expériences reçues de réalités très diverses. La représentation de la ville inexistante devrait donc être virtuellement celle de toutes les villes déjà vues (en réalité ou en image), de toutes les villes déjà lues ou rêvées, avant d’être celle de la ville-à-venir. Son plan est la représentation d’une situation mentale, d’une culture ; ses signes sont « relevés », non pas d’un lieu donné, comme dans le cas précédent, mais d’un non-lieu peu précis, dont l’étude est indissociable de celle du lieu visé, concerné. D’autant que plusieurs « images » (projets ou contre-projets) se rencontrent souvent devant leurs objets communs et se confrontent parfois quand il s’agit d’en choisir une - c’est le cas des concours où les figures juxtaposées de l’absence font ressortir la définition de la présence. En fait, l’essentiel dans la représentation de la ville inexistante, c’est qu’elle constitue le point de départ de cette structure complexe qu’est la ville existante.

12Les représentations multiples de la ville existante, tout au long de son évolution, sont des abstractions éphémères qui dérivent de tentatives de lecture de sa complexité insaisissable. À l’inverse, la représentation unique qui se trouve à l’origine de la ville inexistante est celle d’une abstraction, d’une idée de ville qui conditionne, par l’impression de ses traces sur la terre et la persistance consécutive du plan sur les lieux, l’évolution de la ville qui s’y construit. C’est le cas de nombreuses villes, parmi lesquelles l’Athènes moderne, qui fut développée au xixe siècle à partir d’un plan néoclassique en trident - celui qui domine toujours la forme et le tissu de la ville contemporaine. Cette représentation originale et unique de la ville encore inexistante - son plan initial - est soumise, en tant que support de la complexité urbaine qui va y prendre vie, à des glissements successifs, des déformations et des reformations importantes qui se « cachent » derrière la continuité apparente et unifiante d’une succession de plans toujours actuels. Des plans « instantanés » qui « cachent » en même temps la clarté unique de la forme initiale. À Athènes comme ailleurs, le plan générateur fut partiellement appliqué sur le terrain historique, lui aussi partiellement bâti, et la ville n’a pas cessé depuis de s’agrandir et de se modifier, de telle manière que nous disposons de centaines de figures qui représentent le même objet sans être les mêmes. Voilà assurément la différence capitale dans la représentation des villes : les relevés multiples de leur situation existante se trouvent toujours en décalage.

13En effet, voir la ville est une opération visuelle nécessairement actuelle qui exclut toute sorte de représentation (ill. 7). Mais la perception de ce monde réel est à la fois synchronique et fragmentaire ; elle appartient inévitablement au présent, à la faculté de voir du sujet, qui n’est pas et ne peut pas être médiatisée.

Illustration 7. Paris dans les années 1970. Photo de P. Tournikiotis.

14En revanche, voir un plan de la ville actuelle, ce n’est pas voir la ville elle-même. C’est voir une figure totalisante, voir une représentation – manifestement « invisible » - de la réalité. Or, la perception de cette figure n’équivaut pas du tout à la perception de la ville. Elle est une opération libérée du champ de la vision proprement dite pour travailler dans le champ des signes. La perception de cette image totalisante est synchronique par rapport à elle-même et par rapport à l’état de la ville figée sur le papier, mais elle se trouve en décalage définitif par rapport à la ville réelle incessamment actuelle. En d’autres mots, n’importe quel plan de la ville actuelle est un plan déjà passé. Le présent de la ville, inévitablement fugitif, appartient à la perception directe de la réalité. Le présent de l’image, indiscutablement stabilisé, appartient doublement au passé : premièrement en tant que présent unique (et métaphorique) d’une représentation établie dans un temps passé ; ensuite en tant que présent des perceptions et des lectures renouvelées d’une image de ville déjà passée. Dans les deux cas, la ville et sa représentation se trouvent en décalage. C’est ce décalage qui fait qu’il n’y a qu’une seule terre pour un nombre immense de papiers. Toutefois, pour reconnaître autant que pour faire naître la ville, nous sommes obligés de faire appel à sa figuration graphique, de mettre devant nos yeux du papier.

15Notre impossibilité de percevoir et de gérer la grande ville en tant que terre, en tant que réalité, est nécessairement reflétée dans la médiation de la figure, qui se présente comme une réalité analogue. Or cette analogie manifeste cache en elle-même une différence fondamentale : le fait que l’on ne dessine pas la ville, mais le plan de la ville. Une feuille de papier conforme se substitue à la ville de telle manière que le papier devienne en fin de compte la réalité de la ville. On pourrait même dire une hyperréalité. Nous pouvons mieux saisir la situation dans le cas des plans « obscurs », tels ceux des réseaux des communications, des égouts et d’électricité, en l’absence desquels la réalité quotidienne de la ville s’effondre. Ce n’est pas seulement la perte de la situation géographique des lignes, des câbles et des tuyaux, mais bien plus que cela : c’est l’ensemble de leur mise en rapport qui se met en suspens par l’absence des éléments et des clés qui permettent le décodage du fonctionnement du réseau. Dans nos grandes villes, c’est le papier qui domine la terre, il est bien plus réel que la terre. En son absence, la complexité réelle de la ville est un labyrinthe sans issue. D’ailleurs, dans les grandes villes où nous vivons, il est des quartiers entiers qui existent, dans le sens officiel de la collectivité, puisqu’ils sont marqués sur les plans, mais leur existence réelle s’est éclipsée de notre conscience collective. Et, à l’inverse, il est des rues et des places, des îlots et des espaces libres qui font figure officielle, mais n’ont pas de lieu réel. La ville décrétée n’a pas toujours existé.

16L’hyperréalité du plan, du papier, dans sa forme nécessairement décalée, constitue donc la différence essentielle, qui s’avère dominante si nous prenons conscience qu’il est désormais impossible de lancer n’importe quelle opération ponctuelle ou globale ni de gérer la ville sans la médiation de ses plans. La réduction du réel en représentation, de la terre en papier, se présente comme un présupposé de la réalité du réel. En quelque sorte, c’est la représentation qui offre l’existence à la matière visible. C’est bien elle qui socialise et communique la ville à ses habitants. Tous ceux qui ont travaillé pour saisir la masse urbaine de capitales comme Athènes ne s’étonneront pas de l’absence de certains quartiers dans ce que l’on appelle un « plan de ville », ni de la représentation de rues et d’îlots qui n’existent pas encore ou qui n’existeront jamais.

17Les plans de ville sont d’une certaine manière des transparences qui devraient nous permettre de voir en filigrane, avec une profondeur inimaginable, l’ensemble de ces plans complémentaires superposés, constituant ce que nous pourrions appeler son image discursive totale. Les plans sont des filtres qu’il faut manier selon les règles, en gardant conscience de leurs qualités sans oublier leur condition fragmentaire - puisque la ville ne peut pas être reconstituée par la superposition de ces filtres. Sa réalité tridimensionnelle ne résulte pas du volume des plans complémentaires, malgré la précision et la multiplicité des approches. La superposition de ces transparences, de ces filtres, ne peut construire qu’un hyperplan, qui restera toujours en décalage insurmontable par rapport à la terre.

18La différence entre le discursif et le réel ne sera donc pas anéantie ; mais, en prenant comme point de départ le champ du discursif - ces représentations qui médiatisent l’existence de la ville -, nous avons intérêt à saisir sa profondeur et sa complexité. Nous devons saisir cette forme discursive qui ne peut dépendre ni s’occuper que du discours des villes, à savoir le discours des figures, celui des plans et des modalités de la mise en plan. Pour ce faire, nous devons reconnaître l’immatérialisation décisive de la ville - de ses odeurs et de ses crasses - par le plan, par ce papier sans lequel on ne peut plus saisir la réalité du monde.

Notes

1 R. Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications 4, Paris, éd. du Seuil, 1964, p. 40.

2 Littré, Dictionnaire de la langue française.

3 Petit Larousse, Paris, éd. 1978.

4 Cf. K. Lynch, L’image de la cité, Paris, Dunod, 1971, p. 38.

Table des illustrations

Légende Illustration I. Lendemain d’élections à Athènes. Photo des années 1920.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-1.jpg
Fichier image/, 83k
Légende Illustration 2. Photo aérienne des quartiers de l’Ouest de Paris. Source : Paris Projet 10-11, p. 98. © IGN Photothèque nationale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-2.jpg
Fichier image/, 209k
Légende Illustration 3. La rive droite de Paris vers 1550. Plan de Truschet et Hoyau dit « Plan de Bâle ». Source : Paris Projet 2. p. 54. © BHVP.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-3.jpg
Fichier image/, 601k
Légende Illustration 4. Plan de Paris entre Étoile et Trocadéro. © BHVP.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-4.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Illustration 5. Paris. Stationnement de nuit sur voirie (licite/illicite) - SDAU. Source : Paris Projet 19-20, p. 59. © APUR.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-5.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Illustration 6. Plan des carrières souterraines de Paris. Source : Paris Projet 3, p. 19. © APUR.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-6.jpg
Fichier image/, 169k
Légende Illustration 7. Paris dans les années 1970. Photo de P. Tournikiotis.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4289/img-7.jpg
Fichier image/, 239k

Auteur

Panayotis Tournikiotis a étudié l’architecture à Athènes et à Paris. Professeur associé à l’École d’architecture de l’Université nationale technique d’Athènes, il enseigne la théorie de l’architecture. Sa recherche est liée à l’histoire et la théorie de l’architecture aux xixe et xxe siècles. Il a publié une monographie sur l’architecte viennois Adolf Loos, Paris, 1991 et New York, 1994, un essai sur l’historiographie de l’architecture moderne, Cambridge, Mass., 1999 et Madrid, 2002 et a dirigé un ouvrage sur l’impact du Parthénon sur le monde moderne, Athènes, 1994 et New York, 1996.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540