Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie II. Cartographier/produire la ville

Introduction à la partie II

Testo integrale

  • 1 Cf. R Panerai, J.-C. Depaule, M. Demorgon, Analyse urbaine, Paris, Parenthèses, 1980, rééd. complé (...)
  • 2 C. Jacob, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992 ; D. Cosgrove (dir.), Mappings, Londres, (...)
  • 3 L. Cambrezy, R. de Maximy (dir.), La Cartographie en débat. Représenter ou convaincre, Karthala, O (...)

1Si les travaux menés au titre de l’analyse urbaine ont permis de construire un champ d’interrogation sur les tracés urbains, leur genèse, leur fonction et leur signification dans la production de la ville1, de nombreux travaux en histoire et épistémologie de la géographie ont, depuis lors, permis de reconsidérer les rapports que la carte entretient avec le territoire qu’elle représente2. Informés par une approche critique et théorique de la représentation, ces travaux ont conduit à inscrire la cartographie dans les processus de territorialisation, au sens d’ensembles d’opérations techniques et symboliques par lesquels les sociétés marquent leurs espaces, se les approprient, en leur donnant sens et identité3. Ainsi s’est vu éclairé un pan entier de la dimension productive des cartes.

  • 4 C. Buci-Glucksmann, L’Œil cartographique de l’art, Paris, Galilée, 1996 ; G. Tiberghien, Nature, a (...)

2Parallèlement, la cartographie a été réinvestie par les artistes du land art pour faire apparaître les dimensions à la fois réflexives et créatrices de la carte, révélant son potentiel d’interprétation et de transformation du territoire4.

  • 5 R. Palma, op. cit.
  • 6 R Uyttenhove, « Au fond de la cité industrielle : Givors », in A. Charre (dir.), Les Nouvelles Con (...)

3En architecture en général et dans la littérature anglophone en particulier, la valeur générative du tracé cartographique a fait l’objet d’investigations approfondies, comme l’expose Marc Dorrian. Pour d’autres, le paradigme cartographique semble pouvoir offrir aujourd’hui un modèle de description efficace et un modèle théorique, à l’intérieur duquel il est possible d’étudier les figures et le fonctionnement d’un imaginaire cartographique de l’architecture5. Il faudrait ici aussi évoquer la relation problématique du tracé et du site en urbanisme. Dans une étude consacrée à la cité industrielle de Tony Garnier, Pieter Uyttenhove a montré qu’un projet, si emblématique d’une utopie soit-il, peut néanmoins être fondé sur un territoire existant6.

  • 7 C. Jacob, op. cit.

4Au travers des chapitres rassemblés ici, seront examinés les liens entre les formes de description de la ville existante et celles de la ville projetée. Existante ou imaginée, la ville représentée est une construction intellectuelle. Comme l’ont montré les historiens de la cartographie, une projection plane est avant tout un construit, dont les procédures dépendent certes de l’état du savoir géographique, mais aussi plus largement du cadre épistémologique dans lequel la carte s’inscrit, en particulier du régime de représentation dont elle participe7.

5Les différentes études explorent les processus de figurabilité du projet architectural et urbain. Le processus est, on le verra, approprié à un régime de représentation qui n’est pas uniquement redevable au visible et qui doit être rapporté à son ancrage épistémologique et aux situations sociales et politiques au sein desquelles il opère.

6Pour Panayotis Tournikiotis, le processus de figuration ne peut être envisagé qu’en distinguant différentes catégories d’images. Tandis que la photographie aérienne, par sa valeur indiciaire, témoigne de ce qui a été, le plan de ville exige nécessairement de réduire l’information. Mais la véritable ligne de partage passe entre ville existante et ville projetée. À la différence de la ville existante, dont les représentations sont nécessairement multiples et éphémères au vu de l’évolution de la ville, la ville projetée est fondée sur une figure unique qui s’incarnera dans une diversité de situations. Une telle figure marquera par la persistance de ses traces l’évolution de la ville.

7Mark Dorrian explore les sources de l’intérêt très actuel pour les formes et procédés cartographiques ainsi que leur valeur « générative » dans les projets d’architecture contemporaine. Bien que l’engouement pour les « stratégies cartographiques » relève de systèmes de valeurs divergents, de telles valeurs se démarquent des valeurs « humanistes » définissant les systèmes précédents. L’auteur fait alors l’hypothèse d’un véritable « tournant cartographique » qu’il tente de caractériser d’un point de vue historique et idéologique. Il en interroge d’abord les conditions de possibilité dans l’ordre de la représentation, puis il examine les réponses à la crise du sens qui a frappé l’architecture dans les années 1960, à travers l’œuvre de deux architectes, Daniel Libeskind et Peter Eisenman. Ainsi s’éclairent les orientations productivistes, antisymboliques de l’architecture contemporaine et le surinvestissement dans la figure du diagramme au sein des discours sur l’architecture.

8Le « plan Voisin » de Le Corbusier constitue une icône de l’urbanisme moderne en même temps qu’il incarne un rapport radical au site. Analysant les figures de description du site et leur usage au sein du projet, Denis Delbaere montre que Le Corbusier appuie son projet pour Paris sur des tracés cachés que révèle la photographie aérienne du centre. Ce procédé lui permet de disqualifier le centre de Paris, d’en faire un matériau neutre qu’il manipule librement, comme en témoigne le réemploi des vues photographiques dans divers photomontages du projet. L’analyse des figures de description fait apparaître une logique qui vise successivement la disqualification, puis l’abstraction, et enfin la structuration de ce site.

9L’impact de la cartographie dans la production théorique de l’architecture est étudié par Riccardo Palma. La carte y a partie liée tant avec la production du sens qu’avec le processus de projet. En outre elle joue un rôle d’opérateur de transfert moyennant un « détournement épistémologique » qui libère la figure cartographique de sa valeur cognitive originelle. Deux études de cas servent de support à la démonstration : l’usage fait par les architectes du mouvement situationniste des représentations cartographiques issues des travaux des géographes et sociologues français, d’une part, l’emploi des cartes fonctionnelles produites par les géographes de l’École de Chicago, dans la théorie de « la citta per parti » formulée par Aldo Rossi, d’autre part.

10Ainsi, la figure cartographique apparaît comme un opérateur d’inscription participant de la configuration du projet suivant des modalités variées. Elle est également un véhicule de transfert disciplinaire concernant la connaissance et l’action sur la ville. Enfin, en tant que figure spatiale, elle permet de mettre en relation des phénomènes temporellement dissociés.

Note

1 Cf. R Panerai, J.-C. Depaule, M. Demorgon, Analyse urbaine, Paris, Parenthèses, 1980, rééd. complétée 1999 ; R Pinon, Composition urbaine, t. I, Repères, t. II, Projets, Paris, éd. du STU, 1992 ; R. Palma, L’immaginario cartographico dell’architettura, Bergame, Technograph, 2002.

2 C. Jacob, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992 ; D. Cosgrove (dir.), Mappings, Londres, Reaktion Books, 1999 ; E Farinelli, I segni del mondo. Immagine cartografica e discorso geografico in età moderna, Florence, La Nuova Italia, 1992 ; J. Boutier (avec la coll. de J.-Y. Sarazin et M. Sibille), Les Plans de Paris des origines (1493) à la fin du xviiie siècle, Paris, BNF, 2002 ; J.-M. Besse, Face au monde, Desclée de Brouwer, 2003.

3 L. Cambrezy, R. de Maximy (dir.), La Cartographie en débat. Représenter ou convaincre, Karthala, Orstom, Paris, 1995 ; B. Debarbieux, M. Vanier (dir.), Ces territorialités qui se dessinent, Paris, éd. de l’Aube, Datar, 2002.

4 C. Buci-Glucksmann, L’Œil cartographique de l’art, Paris, Galilée, 1996 ; G. Tiberghien, Nature, art, paysage, Arles, Actes Sud, 2001.

5 R. Palma, op. cit.

6 R Uyttenhove, « Au fond de la cité industrielle : Givors », in A. Charre (dir.), Les Nouvelles Conditions du projet urbain, Liège, Mardaga, 2001, p. 17-27.

7 C. Jacob, op. cit.

© CNRS Éditions, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540