Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Première partie. L’empreinte historique des images de la ville

Chapitre III. Figures de l’Observatoire de Paris, préfiguration d’un « État » moderne ?

Indra Kagis McEwen

Texte intégral

Illustration I. Frontispice par S. Ledere, représentant Louis XIV et Colbert rendant visite à l’Académie des sciences. L’Observatoire de Paris, alors en chantier, paraît au loin à travers la fenêtre. In Cl. Perrault, Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux (Paris, 1671). Cliché BnF.

1Dans ce chapitre nous analyserons deux façons très différentes de figurer la cité : celle du romain Vitruve et celle de son traducteur français au xviie siècle, Claude Perrault.

  • 1 Sur les illustrations de Vitruve, voir Ph. Fleury, Introduction, Vitruve. De l’architecture. Livre (...)

2Une première section concernera le De architectura de Vitruve, qui paraît sans images en 25 av. J.-C. environ1. Dans ce texte fondateur, la figuration de la ville, écrite (non iconique), lie son sujet avec l’ordre de la nature dont la raison immanente est le logos (ou verbe) qui, dans ce contexte romain, est un verbe à la fois cosmique et impérial. Le caractère textuel de la représentation que Vitruve entreprend, avec beaucoup de difficulté souvent, est alors dicté par un but foncièrement politique.

  • 2 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve. Corrigez et traduits nouvellement en Franç (...)

3Nous étudierons ensuite la traduction française de Vitruve par Claude Perrault, qui paraît en 1673 avec de nombreuses images2. Même s’il ne s’agit pas du premier Vitruve illustré, cet ouvrage est le premier à paraître après la révolution scientifique dont témoignent les images. Les figures du Vitruve de Perrault, surtout celles de l’Observatoire de Paris, dont il est l’architecte, sabotent délibérément le logos vitruvien. C’est dans cette perspective que nous analyserons les images de l’Observatoire que contiennent les premières pages du Vitruve de Perrault, et nous tenterons de déchiffrer la cité implicite dans cette figuration non verbale : il ne s’agit plus d’une cité impériale fondée dans l’ordre de la nature mais d’un État moderne, dont l’image est désormais « l’homme artificiel », le Léviathan de Thomas Hobbes.

Le Vitruve romain

  • 3 L’œuvre fondamentale concernant cette période de transition est R. Syme, The Roman Revolution, Oxf (...)

4Le De architectura de Vitruve paraît à la fin des années de transition de la République à l’Empire, c’est à dire au moment où s’achève le passage tumultueux d’une oligarchie à un système essentiellement monarchique, où un seul homme détient tout le pouvoir et cela en permanence3. L’œuvre de Vitruve est écrite pour le premier de ces monarques, César Auguste, premier empereur romain.

  • 4 « Corpus emendatum architecturae » : Vitruve, De architectura, livre IX, chap. VIII, 15. Voir auss (...)
  • 5 Sur ces images, voir les auteurs cités, supra, note 1.
  • 6 Vitruve, De architectura, livre III, chap, i, 3.

5Le défi relevé par Vitruve fut de créer une représentation verbale, cohérente et entièrement linguistique de sa discipline ; d’écrire, comme il le dit à plusieurs reprises, « le corps de l’architecture », ou encore « le corps parfait de l’architecture4 ». Le De architectura que Vitruve écrit pour César Auguste à la fin des guerres civiles paraît sans images, à l’exception d’une dizaine de schémas géométriques aujourd’hui disparus qui illustrent (par exemple) la construction de l’entasis d’une colonne, de la rose des vents ou encore celle de la volute ionique5. Ce « corps » de l’architecture originaire est représenté par le verbe, de même que le célèbre homme dit « vitruvien » l’est6.

  • 7 M. Carpo, op. cit.

6Pourquoi écrire le corps de l’architecture ? Pourquoi ne pas l’illustrer ? Mario Carpo, auteur de L’architettura dell’età della stampa, dont la traduction anglaise est parue en 2001, émet l’hypothèse que l’absence d’images chez Vitruve s’explique par l’impossibilité d’une reproduction fidèle. En effet, avant l’invention de l’imprimerie, il semblait inutile d’introduire des images dans un manuscrit7.

  • 8 P. Gros, op. cit.

7En revanche, Pierre Gros, expert reconnu de Vitruve, insiste, dans un article paru il y a quelques années, sur la nécessité de lire Vitruve en termes de parole8. Le théoricien romain souhaite dépasser la simple transmission du savoir technique et façonner une véritable disciplina architecturale dont la formulation, en tant que telle, ne peut être que linguistique.

  • 9 A. A. Long, « Language and Thought in Stoicism », in A.A. Long (dir.), Problems in Stoicism, Londr (...)

8La parole est la clef de la philosophie stoïcienne, dont le monde culturel et cognitif de Vitruve et de son empereur est pétri. Le logos grec et la ratio latine - la raison immanente et ordonnatrice de tout le cosmos -sont essentiellement parole. Selon la pensée stoïcienne, la capacité de parole qui distingue la personne humaine de toute autre créature fait de lui la voie unique et privilégiée de communion avec l’ordre universel et la réflexion même de cet ordre9. L’homme dit « vitruvien » (dont, comme nous venons de signaler, la représentation vitruvienne est purement verbale) en est témoin.

  • 10 Sénèque, Epistulae, chap. 102, 6-7 ; Pomponius, Digesta, livre XLI, chap. 3, 30 ; Sextus Empiricus(...)
  • 11 J. Béranger, Recherches sur l’aspect idéologique du prineipat, Basel, F. Reinhardt, 1953, p. 218-2 (...)

9La parole en tant que ratio lie les choses pour souder la cohérence de tout ce que l’on dénomme « corps » - le corps d’une pierre ou d’une plante, le corps d’un homme, bien sûr, le corpus rei publicae (corps politique) et le corps de l’univers10. La locution corpus imperii, le corps de l’Empire, cette expression clé apparue pour la première fois pendant le règne de César Auguste et qui deviendra ensuite presque un cliché, résume un monde romain représenté par l’image simultanée du corps impérial (celui de l’empereur) et du corps cosmique11.

  • 12 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, 7, 38-42, A.A. Long, « Language and Thought... », op. cit(...)
  • 13 Par exemple, si un médecin mentait pour le bien de son patient, ou un général pour encourager ses (...)

10Chez les stoïciens, même la vérité (hê alêtheia) est corps, la vérité étant, comme tous les corps, définie par sa totalité cohérente12. La vérité a, de plus, un rapport étroit avec ce qui est valorisé. Vérité et valeur vont de pair, et on ne se pose surtout pas de questions à ce propos13. Face à la vérité, les stoïciens posent ce qu’ils appellent « le vrai » (to alêthes). Le vrai concerne exclusivement les faits : « le ciel est bleu », par exemple. Le vrai, selon les stoïciens, est à la fois sans corps et sans valeur. Le vrai ne contribue en rien à l’ordre du monde - la vérité, oui.

  • 14 Cicéron, De finibus, 3.74, A.A. Long, « Language and Thought... », op. cit., p.103 ; G. Striker, « (...)

11La vérité stoïcienne est inébranlable, s’émerveille Caton le jeune, stoïcien romain de la fin de la République. Sa cohérence, constate-t-il, dépasse même celle de l’ordre de la nature, dont cette philosophie prétend donner le compte rendu complet14. Caton est républicain et l’ascension inexorable de la monarchie à Rome le conduit à se donner la mort. Mais le système stoïcien que Caton revendique, son inébranlable cohérence, fournit à César Auguste et à ses successeurs le fondement rationnel du projet qui consiste à faire du monde une seule cité, un seul corps romain.

  • 15 Vitruve, De architectura, livre VI, chap, i, 11.

12Le même fondement rationnel, le même projet impérial et la même vérité romaine sous-tendent le dessein vitruvien « d’écrire le corps de l’architecture » pour l’empereur, dont l’écrivain partage, bien entendu, les valeurs. L’esprit divin, écrit Vitruve au début de son sixième livre, a placé la ville du peuple romain au centre, dans la région la plus tempérée, « afin qu’elle fût capable de commander à toute la terre15 ». Le pouvoir romain est fondé sur la raison divine - Vitruve n’est pas le seul à l’affirmer. Que cela fût vrai importe peu. C’est une composante essentielle de la vérité, du mot d’ordre romain.

  • 16 L. Callebat et al, Vitruve. De Architectura. Concordance, Hildesheim, G. Olms, 1984.
  • 17 Vitruve, De architectura, livre I, chap. iii, 1.

13Le De architectura de Vitruve, dans lequel l’emploi du mot ratio (cité 331 fois) est plus fréquent que tout autre nom, est saturé de raison16. L’acharnement avec lequel l’architecte s’attaque à la rationalisation de sa discipline n’est qu’un indice parmi d’autres de sa volonté de figurer le corps architectural à l’image de l’ordre naturel et impérial. Un corps entier donc, et comme toute totalité classique, tripartite : « l’architecture elle-même comprend trois parties : la construction des bâtiments, la gnomonique et la mécanique », cette dernière partie étant largement vouée à la construction d’engins de guerre17. Il faut souligner que cette définition est celle de Vitruve exclusivement. Il n’existe aucun témoignage pour attester qu’une telle structure tripartite fût un fait. On doit croire Vitruve sur parole - ou pas. En revanche, le plus étonnant est que l’aedificatio, la gnomonice et la machinatio - le corps de l’architecture tel que Vitruve l’a énoncé - ont façonné l’incontournable vérité spatiale que l’on nomme Empire romain.

  • 18 I.K. Mc Ewen, op. cit.
  • 19 Sur l’urbanisation augustéenne, voir J. Alarcâo (dir.), Symposion de ciudades augusteas : Bimiline (...)

14Pour résumer cette première partie, on peut dire que la figuration verbale que Vitruve entreprend a pour but de démontrer l’alliance de l’architecture avec l’ordre naturel. Cela non pas en tant que fin en soi, mais dans l’intention foncièrement politique de prouver que sa discipline est, plus que toute autre, celle qui fait du monde un seul corps romain18. Il serait difficile, voire impossible, d’expliciter comment le schéma verbal du De architectura a été transposé sur l’immense étendue géographique que fut l’Empire, mais il est tout à fait possible d’y déchiffrer sa concrétisation. Le vaste projet d’urbanisation qui débuta avec le règne du premier empereur aboutit à la constitution d’un réseau de villes - nouvellement construites dans l’Occident « barbare », reconstruites sur le modèle romain dans le monde grec de l’Orient - et qui offrait, dans sa globalité, le même caractère sémantique que le « corps » du De architectura19.

Le Vitruve de Perrault

  • 20 J. Rykwert, The First Modems, Cambridge, Mass. et Londres, MIT Press, 1980 ; A. Pérez Gómez, Archi (...)

15Grâce aux écrits de Joseph Rykwert, Alberto Pérez Gómez et Antoine Picon, entre autres, les historiens de l’architecture sont conscients de l’importance de Claude Perrault en tant que théoricien qui a arraché l’architecture au fondement naturel que Vitruve postulait avec tant d’acharnement20.

16Si, comme je viens de le proposer, ce fondement vitruvien est foncièrement politique, quelle sera la politique de son arrachement ? Et si le fondement naturel de l’architecture dépend chez Vitruve de sa figuration verbale, quelle sera la politique de sa refiguration en images qui, dans le Vitruve français de Claude Perrault, prime la parole pour y jouer un rôle à la fois déstabilisateur et déterminant ?

17Médecin de formation, Claude Perrault (1613-1688) était membre fondateur de l’Académie royale des sciences, fondée par Jean-Baptiste Colbert en 1666 sous la protection du roi Louis XIV.

  • 21 Cl. Perrault, Mémoires de ma vie, éd. de P. Bonnefon, Paris, Librairie Renouard, 1909, rééditée av (...)
  • 22 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, op. cit., préface.
  • 23 Cl. Perrault, Ordonnance des cinq espèces de colonnes, Paris, Jean Baptiste Coignard, 1683, p. 105 (...)
  • 24 A. Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois, 2e édition, L (...)
  • 25 Cl. Perrault, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, Paris, Antoine Dezall (...)

18Dans l’année qui suivit la fondation de l’Académie, Colbert confia à Perrault deux commandes importantes : la traduction de Vitruve et le dessin d’un observatoire astronomique qui devait être le siège de cette nouvelle institution21. Le Vitruve de Perrault, paru en 1673, est abondamment illustré afin, prétend son auteur, d’éclaircir l’invraisemblable obscurité du texte ancien22. Ce sont ces figures, écrit Perrault dans sa préface, qui soumettent les propos de Vitruve au jugement de la vue - jugement oculaire qu’il évoque ailleurs comme étant l’infaillible témoin de la vérité23. Notons que « verité » en cette deuxième moitié du xviie siècle français, signifie « une proposition vraye, & certaine ; un dogme constant, & incontestable ; une maxime claire, & évidente24... ». La révolution scientifique a fait de la « vérité » stoïcienne un synonyme du « vrai ». L’œil, pour Perrault, en est le juge. Écrite probablement par son frère cadet Charles qui était son plus grand défenseur, l’épitaphe, au bas du portrait de Claude Perrault, publiée dans Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle souligne la primauté que ce dernier prêtait à l’observation : « Il n’usa de toute sa lumière/Que pour voir non pour estre vû25 »

19La figure qui domine les premières pages du luxueux Vitruve de Perrault est celle de l’Observatoire de Paris, édifice de la science nouvelle qui, effectivement, accorde foi non pas à la vérité des anciens mais au vrai (ill. 2). Quelle en est la politique ?

20La page titre du volume est reproduite dans son frontispice, face à la véritable page titre qui, elle, est centrée sur les armes du roi (ill. 2 et 3). Dans la fausse page titre, c’est-à-dire dans celle qui est représentée dans la planche, l’espace où paraît le blason royal demeure vide. Mais ce vide est justement ce que pointe du doigt la figure allégorique de l’avant-plan. Plus haut, la figure de l’abondance placée derrière celle de la France répond avec un geste qui réfère aux édifices encadrant l’espace intermédiaire.

Illustration 2. Page I, dédicace de Vitruve à César Auguste, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

Illustration 3. Page de titre, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

21Tous sont des projets parisiens, tous dessinés par Perrault pour le roi : l’Arc de triomphe de la porte Saint-Antoine, la Colonnade du Louvre et, dominant le tout du haut d’une colline au loin, l’Observatoire royal de Paris, point de fuite de l’image et cible austère, ordonnatrice de cette triade de monuments et de la capitale française.

  • 26 G. Perelle, Vues des belles maisons de France fait par Perelle, Paris, N. Langlois, 1660-1679, lég (...)

22Dans l’espace figurai, l’observatoire remplace à la fois le vide de la fausse page titre au bas de l’image et le blason gravé de la vraie page titre en face. D’ailleurs, quoique invisibles dans la représentation, les armes du roi étaient effectivement sculptées dans le fronton de la façade septentrionale qui surplombait la ville de Paris à sa limite au sud. Cette face nord est en effet celle que représente le frontispice de Perrault. Les armes du roi étaient le seul ornement de cette singulière « maison royale », dont le minimalisme inusité, rappelant à certains les conventions de l’architecture militaire, avait à l’époque fait l’objet de nombreux commentaires26. Notons que ce même blason est aussi le seul ornement de la page titre du Vitruve de Perrault, et cela à une époque où les pages titres avaient coutume d’être fortement ornées.

23L’Observatoire de Paris, tel qu’il apparaît dans le frontispice de cette édition, est la représentation d’un roi irreprésentable, un roi « vrai ». La difficulté de représenter un vrai roi préoccupa déjà Jean Errard, auteur d’un traité sur la fortification dont la première édition était dédiée à Henri IV en 1600.

  • 27 J. Errard, La fortification demonstrée et reduicte en art, Paris, 2e éd., 1620, dédicace « Au Roy  (...)

Les admirables victoires & plus que Heroiques exploits de Vostre Majesté, SIRE, ont tellement remply la terre, tellement ravy les yeux & les oreilles de tout le monde, qu’il n’y a langue si diserte, ny main si industrieuse qui osast entreprendre de les representer dignement en l’une ou l’autre manière... Ce que la plus docte plume, ou le plus habile pinceau traceroit, tesmoigneroit plustost la foiblesse de l’ouvrier qu’il n’exprimeroit l’excellence du sujet27.

24Répondant au défi de représenter l’irreprésentable, Jean Errard propose comme véritable portrait sa propre méthode de fortification qui consiste, dit-il, en « démonstrations Geometriques qui donnent à tous assurance infaillible ».

25Soulignons le propos remarquable suivant lequel le roi serait le mieux figuré par une méthode.

  • 28 A. Félibien, « Le Portrait du Roy » dans Recueil de descriptions de peintures et d’autres ouvrages (...)
  • 29 A. Félibien, op. cit., p. 88.
  • 30 A. Furetière, op. cit., entrée « Âme ».

26L’essai Le Portrait du roi qu’André Félibien écrit en 1663 sur Louis XIV fournit à Louis Marin le titre de sa célèbre étude éponyme28. Comme Jean Errard, Félibien est désemparé devant la grandeur de son sujet, « un sujet si excellent, qu’il n’y a point d’orne-mens qui puissent l’enrichir, ni de traits qui le puissent dignement exprimer29 ». Comme nous venons de le constater, la vérité est maintenant synonyme du vrai, et la vérité du roi, selon Félibien, réside en son âme, que le dictionnaire d’Antoine Furetière affiche en tête de deux pages de définitions comme « le principe interne de tous les mouvemens30... ». L’âme serait donc un principe purement mécanique. Comment le représente-t-on ?

  • 31 Histoire de l’Académie royale des sciences depuis 1666 jusqu’à 1699, Paris, Compagnie des libraire (...)

27Revenons à l’Observatoire de Paris, édifice que l’on voulait « tout savant », et que son architecte Claude Perrault conçut, dit-il, comme une machine, le dessinant « de telle sorte qu’il peut suppléer tout seul à tous les principaux instrumens d’astronomie dont on se sert pour les observations31 ».

28« Voicy la seconde fois que l’Architecture de Vitruve a l’honneur destre dediée au plus grand Prince de la Terre », écrit Perrault dans la dédicace de sa traduction au roi Louis XIV (ill. 4).Au centre de la vignette du haut de la page, le blason du roi réapparaît entre un Apollon assis devant une image de la colonnade du Louvre et, à droite, une Minerve coiffée d’un casque guerrier. La Minerve (le savoir) est cachée dans l’ombre du piédestal qui porte les armes du roi, mais sa main gauche sort de cette ombre pour pointer avec une règle une image - en pleine lumière - de la façade sud de l’Observatoire.

Illustration 4. Dédicace de Perrault au roi Louis XIV, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

  • 32 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, op. cit., p. 1 ; la basilique de Fano est (...)
  • 33 Cl. Perrault, Les Dix Livres..., op. cit., p. 144-45, note 2.

29C’est Vitruve lui-même qui apparaît au centre de la vignette à la tête de sa propre dédicace, Vitruve qui, avec un geste rappelant celui de la Minerve dans la vignette précédente, présente à César Auguste non pas son livre, mais une image, la vue intérieure du seul édifice dont il prétend avoir été l’architecte, la basilique de Fano (ill. 5)32. Nous reconnaissons le sujet de cette représentation parce qu’elle est une réduction de la planche qui apparaît plus loin à la page 146, où le sujet est clairement identifié. Bien que voilée, la référence de la vignette au-dessus de la dédicace de Vitruve est aussi celle de l’Observatoire dont Perrault, le nouveau Vitruve, est l’architecte et dont les voûtes, écrit celui-ci dans sa note sur le descriptif de la basilique de Fano, dépassent de loin celles du Romain en hardiesse33.

  • 34 Ciceron et le Corpus rei publicae : De inventione 2.168 ; Pro Murena 51 ; Philippiques 8.15 ; De o (...)

30À la treizième ligne de la dédicace de Vitruve traduite par Perrault, relevons le mot « Estat », qui pose de redoutables problèmes de traduction. Le mot qu’emploie Vitruve en latin n’est pas « Estat », bien entendu, « Estat » étant un mot français. Le terme latin que Perrault traduit par « Estat » est res publica, « la chose publique » qui selon Cicéron, entre autres, était corps -corps qui, avec la chute de la République, est devenu corps impérial, comme nous l’avons suggéré plus haut34. Dans sa dédicace, Vitruve cite la cura d’Auguste pour cette « chose publique » - ses soins pour la res publica - parmi les raisons qui l’ont incité à présenter son De architectura au nouvel empereur. Une œuvre écrite, soulignons-le à nouveau, et non pas une image de la basilique de Fano qui, à son tour, renvoie de façon voilée à l’Observatoire de Paris et à la nouvelle science du vrai dont l’œil, selon Claude Perrault, est le seul juge infaillible.

  • 35 Architecture, ou, Art de bien bastir de Marc Vitruve Pollion, autheur romain antique ; mis de Lati (...)

31Un peu plus de cent ans auparavant, en 1547, Jean Martin, le premier traducteur français de Vitruve, se sert du mot « république » pour traduire res publica35. « Estat », le terme que Perrault prête ici à l’auteur romain, est donc une nouveauté. Le mot status serait, strictement parlant, son équivalent latin.

  • 36 Q. Skinner, « From the State of Princes to the Person of the State », Visions of Politics II, Camb (...)
  • 37 Ibid., p. 394404.

32Dans son essai « From the State of Princes to the Person of the State », l’historien anglais Quentin Skinner démontre qu’avant le xviie siècle, la notion d’un status-littéralement, une façon de se tenir, une position ou une condition (un « état » en Français, Staat en Allemand, state en Anglais) - était inconcevable sans sujet36. Un état avait toujours été l’état (la façon de se tenir ou la condition) de quelque chose. Politiquement, dans une monarchie ou un principat par exemple, l’état était celui du roi ou du prince, l’autorité politique étant impensable sans la ou les personnes qui la détenaient. Comme le constate Skinner, c’est dans les écrits de Thomas Hobbes (qui d’ailleurs aurait pu croiser le jeune Perrault dans les salons scientifiques qu’il a fréquentés pendant son long séjour en France au milieu du xviie siècle) que l’on voit apparaître pour la première fois et sans équivoque un « état » tout court : un pouvoir souverain qui ne réside ni dans un peuple, ni dans ses gouvernants, mais dans la figure que Hobbes appelle un « homme artificiel », conçue à partir d’une conception foncièrement mécaniste du monde37.

Illustration 5. Frontispice par S. Lederc, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, Paris, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

  • 38 T. Hobbes, Leviathan, Londres, Andrew Crooke, 1651, chap. xiii, p. 89 dans l’édition de R. Tuck, C (...)

33Cet « état » hobbesien est résolument sans fondement naturel. L’état naturel, selon Hobbes, est celui de la guerre : « The state of nature is a[...] war of all against all », écrit-il. Dans cet état, selon la célèbre formulation du Léviathan de 1651, « there is continual fear and danger of violent death, and the life of man, solitary, poor, nasty, brutish and short38 ».

  • 39 Ibid., introduction, p. 9 dans l’édition de R. Tuck.

34La seule façon d’échapper à l’enfer de cette condition naturelle est la création par des moyens purement factices et mécaniques (la convention collective, le contrat social) de l’homme dit « artificiel » - « of that great Leviathan called a Commonwealth, or state, which is but an artificial man ; though of greater stature and strength than the natural, for whose protection and defence it was intended39 ».

  • 40 Vitruve, De architectura, livre I, chap. ii, 2 ; Cl. Perrault, Les Dix Livres..., op. cit., p. 9-1 (...)
  • 41 Le terme sciographia est celui de Daniele Barbaro, qui l’avait substitué au scaenographia de Vitru (...)

35Revenons de nouveau à Perrault et à son Observatoire. L’Observatoire réapparaît, en gros plan et d’une façon particulièrement stratégique, aux pages 11 et 13 de sa traduction de Vitruve pour illustrer ce qu’il appelle « les manières de représenter la Disposition d’un Bastiment », c’est-à-dire les formes de la représentation architecturale. Vitruve les dénomme ichnographia, orthographia et scaenographia : le plan, l’élévation et la « scaenographia » que Perrault prend pour perspective (III. 6 et 7)40. À ces trois formes, Perrault ajoute la coupe, qu’il appelle « sciographie41 ».

36L’ichnographie, l’orthographie et la scénographie font référence aux manières conventionnelles de représenter l’état d’un édifice, « la Disposition d’un Bastiment », de n’importe quel bâtiment, puisque ces manières ou méthodes sont génériques et non spécifiques. Dans la formulation écrite de Vitruve, ces procédures sont non spécifiques, elles s’appliquent à tout projet d’architecture. Or, la figuration en images que Perrault ajoute les rend spécifiques. Cette figuration affiche la disposition d’un édifice précis - celle de l’Observatoire royal de Paris - comme image de la condition générale.

  • 42 Di Lucio Vitruvio Pollione De architectura libri dece traducti de Latino in vulgare affigurati : c (...)

37Remarquons que cela n’est pas nouveau. Dans son Vitruve italien de 1521, par exemple, Cesare Cesariano présente la « disposition » de la cathédrale de Milan avec sans doute des motifs tout aussi précis que ceux de Perrault42. Pourtant, il est certain que ni Cesariano ni Perrault n’ont voulu proposer que tout édifice dût désormais ressembler à la cathédrale de Milan ou à l’Observatoire. Mais dans le Vitruve de Perrault, le plan, l’élévation, la coupe et la perspective de l’Observatoire de Paris font partie d’une suite d’images, dont la première, le frontispice, figurait déjà le rôle ordonnateur d’un édifice dont la représentation volontairement épurée était celle du « vrai » roi irreprésentable.

Illustration 6. Planche II : plan et élévation de l’Observatoire de Paris, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

  • 43 Cl. Perrault, Les Dix Livres..., p. 10 ; Histoire de l’Académie royale des sciences, op. cit.
  • 44 Note autographe de Claude Perrault dans J.-B. Colbert, op. cit.

38L’emplacement de l’Observatoire, « [...] un Edifice que le Roy a fait bastir à la sortie du Faux-bourg S. Jacques en un lieu eminent », selon la légende de Perrault, a été choisi par les membres de la nouvelle Académie des sciences avec grande solennité au solstice d’été de l’année 166743. Son orientation nord-sud fournit une méridienne d’une très haute précision ; les faces des tours octogonales aux angles donnent, dit Perrault, le levant et le couchant des équinoxes et des solstices, de même que l’ouverture qui transperce l’édifice de fond en comble donne, précisément, le zénith44.

Illustration 7. Planche III : coupe et perspective de l’Observatoire de Paris, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/ Canadian Center for Architecture.

  • 45 A. Furetière, op. cit., entrée « Observer » : « Observer se dit plus particulièrement & absolument (...)
  • 46 Le constat est cité pour la première fois et sans référence par J.A. Dulaure, Histoire physique, c (...)

39Cet édifice « tout savant » est conçu comme un mécanisme d’horlogerie, cela est souligné par les représentations de sa « disposition » que Perrault propose comme modèle de toute représentation architecturale. Ces figures ont pour but, rappelons-le, d’éclaircir l’obscurité du texte de Vitruve et de le soumettre au jugement de la vue, dont l’Observatoire est justement l’emblème absolu45. Dans la perspective au bas de la planche III, on peut noter les « observateurs » humains situés sur le toit de l’édifice, dont l’un directement au-dessus du fronton où apparaissent les armes du roi. L’Observatoire figuré sur les planches II et III du Vitruve de Perrault est très austère, plus austère encore qu’il ne l’apparaît en vérité. De plus, les figures le rendent singulièrement vide, lui prêtant une vacuité qui transforme le roi, auquel le bâtiment fait explicitement référence, en « état » (façon de se tenir, condition) sans sujet, en automate, en « homme artificiel ». On peut faire l’hypothèse que le célèbre (quoique probablement fictif) constat du roi, « l’État, c’est moi, » serait l’annonce de sa propre disparition46.

  • 47 A. Picon, op. cit., p. 212.

40C’est à la page 12, dans la note qui est placée directement en face de cette troisième planche, que Perrault présente pour la toute première fois la distinction entre les beautés positives et les beautés arbitraires, distinction qui signe l’arrachement de l’architecture au fondement naturel traditionnel. Positives sont les beautés « vraies », voire fonctionnelles - solidité, salubrité, commodité - qu’Antoine Picon a perçues avec raison comme formatrices du dessin de l’Observatoire47. Arbitraires, donc artificielles, sont toutes les autres beautés, celles qui dépendent uniquement, dit Perrault, de l’autorité et de l’accoutumance. Si le jugement proposé ici est, de toute apparence, esthétique, les images le transforment en prophétie politique.

  • 48 Sur ce thème, voir F. Saxi, « Veritas filia Temporis », in R. Klibansky et H.J. Paton (dir.), Phil (...)

41Terminons avec le cul-de-lampe qui illustre la conclusion du premier livre de Vitruve, au bas de la page 26 du volume de Perrault (ill. 8). Le thème, « La Vérité dévoilée par le Temps » - sujet traité entre autres par Le Bernin dans une de ses œuvres - est un topos assez conventionnel48. Sans trop entrer dans le détail, notons que dans l’iconographie traditionnelle la « Vérité », en tant que totalité cohérente, demeurait celle des anciens, et le Temps qui normalement la dévoilait était un vieux Saturne, non pas un jeune Apollon, tel qu’on le présente ici, en référence encore une fois au roi Louis XIV Le roi, bien sûr, est aussi évoqué par le soleil au centre du médaillon, entouré d’une légende latine : per me quod eritque fuitque estque patet (« par moi est révélé tout ce qui sera, tout ce qui fut et qui est »). Au bas de la console, le propos de l’exergue est transposé en vers français.

Tout ce que le Passé cache en ses replis sombres
Tout ce que le Présent produit de toutes parts
Tout ce que l’Avenir couvre de ses ombres
Est découvert par mes regards.

Illustration 8. Cul-de-lampe au bas de la page 26, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.

  • 49 Sur le frontispice des Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, œuvre scientifique (...)

42L’exergue latin soutient le propos de l’iconographie traditionnelle : le temps révèle la vérité. Mais, dans cette édition française de Vitruve, l’image et les mots français qui accompagnent l’exergue inversent le sens de ce logos traditionnel et l’ultime arbitre de la vérité, que cache le temps à la suite de cette inversion moderne, devient le regard du roi. Le regard du roi Louis XIV ? Pas tout à fait. Dans la suite des images que nous venons de repérer et surtout dans l’illustration 8, le vrai roi, c’est l’Observatoire et le regard puissant de la science symbolisé par l’édifice49 (voir illustration 1). Les jours du roi lui-même sont comptés.

43Je tiens à remercier Frédéric Pousin d'avoir bien voulu corriger mon expression française.

Notes

1 Sur les illustrations de Vitruve, voir Ph. Fleury, Introduction, Vitruve. De l’architecture. Livre I, Paris, Collection des universités de France, 1990, p. LXII-LXVIII ; P. Gros, « Les illustrations du De Architectura de Vitruve : histoire d’un malentendu », in C. Nicolet et R Gros (dir.), Les Littératures techniques dans l’Antiquité, Genève, Fondation Hardt, 1996, p. 19-44 ; M. Carpo, Architecture in the Age of Printing, Cambridge, Mass. et Londres, MIT Press, 2001, p. 16-22, traduction française à paraître.

2 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve. Corrigez et traduits nouvellement en François, avec des Notes & des Figures, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1673 ; réédité avec une préface d’Antoine Picon, Paris, Bibliothèque de l’image, 1995.

3 L’œuvre fondamentale concernant cette période de transition est R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1939, traduction française de R. Stuveras, La Révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967. Pour des bibliographies récentes, voir les IXe (JA. Crook et al.) et Xe (Alan K. Bowman et al.) volumes de la 2e édition du The Cambridge Ancient History, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 et 1996.

4 « Corpus emendatum architecturae » : Vitruve, De architectura, livre IX, chap. VIII, 15. Voir aussi livre II, chap. I, 8 ; livre TV, préface, 1 ; livre V, préface, 5 ; livre VI, préface, 7 ; livre VII, chap. x, 10 ; livre VII, préface, 14 ; livre X, préface, 4 ; livre X, chap. xvi, 12. Le texte latin suivi est celui de l’édition de la Collection des Universités de France (Paris, 1969) pour tous les livres sauf les V et VI, qui ne sont pas encore parus dans cette édition. Pour ces deux derniers, le texte est celui de Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, traduit et annoté par Dr. Curt Fensterbusch, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1964.

5 Sur ces images, voir les auteurs cités, supra, note 1.

6 Vitruve, De architectura, livre III, chap, i, 3.

7 M. Carpo, op. cit.

8 P. Gros, op. cit.

9 A. A. Long, « Language and Thought in Stoicism », in A.A. Long (dir.), Problems in Stoicism, Londres, Athlone Press, 1971, p. 75-112. Voir aussi A.A. Long, Stoic Studies, New York, Cambridge University Press, 1996, p. 246 : « The central insight of he Stoics is that the human soul is a capacity for living as a language animal. »

10 Sénèque, Epistulae, chap. 102, 6-7 ; Pomponius, Digesta, livre XLI, chap. 3, 30 ; Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, chap. 9, 78-79. A. A. Long, Stoic Studies, op. cit., p. 224-249.

11 J. Béranger, Recherches sur l’aspect idéologique du prineipat, Basel, F. Reinhardt, 1953, p. 218-252 ; D. Kienast, « Corpus imperii », in G. Wirth et al. (dir.), Romanitas-Christianitas, Festschrift [volume en hommage à] J. Straub, Berlin, Walter de Gruyter, 1982, p. 1-17 J. S. Richardson, « Imperium romanum : Empire and the Language of Power », The journal of Roman Studies, 81, 1991, p. 1-9. Voir aussi I. K. McEwen, Vitruvius : Writing the Body of Architectur, Cambridge, Mass. et Londres, MIT Press, 2003, ch. iv.

12 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, 7, 38-42, A.A. Long, « Language and Thought... », op. cit., p. 98-103.

13 Par exemple, si un médecin mentait pour le bien de son patient, ou un général pour encourager ses soldats, la vérité, en tant que corps et valeur cohérente, n’était pas trahie, mais plutôt soutenue et même augmentée.

14 Cicéron, De finibus, 3.74, A.A. Long, « Language and Thought... », op. cit., p.103 ; G. Striker, « Following Nature : a Study in Stoic Ethics », Oxford Studies in Ancient Philosophy, 9, 1991, p. 2-13.

15 Vitruve, De architectura, livre VI, chap, i, 11.

16 L. Callebat et al, Vitruve. De Architectura. Concordance, Hildesheim, G. Olms, 1984.

17 Vitruve, De architectura, livre I, chap. iii, 1.

18 I.K. Mc Ewen, op. cit.

19 Sur l’urbanisation augustéenne, voir J. Alarcâo (dir.), Symposion de ciudades augusteas : Bimilineario de la colonia Caesaraugusta, Saragosse, Talleres editoriales libreria general, 1976 ; D. Kienast, Augustus, Prinzeps und Monarch, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1982, p. 336-365 ; C. Goudineau et A. Rebourg (dir.), Les Villes augustéennes de Gaule, Autun, Société éduenne des lettres, sciences et arts, 1991 ; P Gros, « Les nouveaux espaces civiques du début de l’Empire en Asie Mineure, les exemples d’Éphèse, lasos et Aphrodisias », in C. Roueché et R.R. Smith (dir.), Aphrodisias Papers, III, Ann Arbor, Michigan, Journal of Roman Archaeology, 1996, p. 111-120 ; G. Woolf, Becoming Roman : the Origins of Provincial Civilization in Gaul, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 106-168. Pour une synthèse et des références additionnelles, voir I.K. Mc Ewen, op. cit., chap. iv.

20 J. Rykwert, The First Modems, Cambridge, Mass. et Londres, MIT Press, 1980 ; A. Pérez Gómez, Architecture and the Crisis of Modem Science, Cambridge, Mass. et Londres, MIT Press, 1983 ; A. Picon, Claude Perrault, 1613-1688, ou la Curiosité d’un classique, Paris, Picard, 1988. Voir aussi W. Herrmann, The Theory of Claude Perrault, Londres, A. Zwemmer, 1973 ; I. K. Mc Ewen, « Claude Perrault : Modernising Vitruvius », in V Hart (dir.), Paper Palaces : The Rise of the Renaissance Architectual Treatise, New Haven et Londres, Yale University Press, 1998, p. 320-337 ; M. Petzet, Claude Perrault und die Architectur des Sonnenkings, Munich et Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2000.

21 Cl. Perrault, Mémoires de ma vie, éd. de P. Bonnefon, Paris, Librairie Renouard, 1909, rééditée avec une préface d’Antoine Picon, Paris, Macula, 1993, p. 14 et 239-243 ; C. Wolf, Histoire de l’Observatoire de Paris, de sa fondation à 1793, Paris, Gauthier-Villars, 1902 ; M. Petzet, « Claude Perrault als Architekt des Pariser Observatoriums », Zeitschrift für Kunstgeschichte, XXX/1, 1967, p. 1-54 et M. Petzet, Claude Perrault und die Architectur..., op. cit., p. 355-398 ; A. Picon, Claude Perrault, 1613-1688, op. cit., p. 15-34 et 197-222.

22 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, op. cit., préface.

23 Cl. Perrault, Ordonnance des cinq espèces de colonnes, Paris, Jean Baptiste Coignard, 1683, p. 105-106 ; I. K. Mc Ewen 1998, Claude Perrault Modernisation Vitruve, op. cit., p. 333-337.

24 A. Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois, 2e édition, La Haye, Pierre Husson et al., 1727 ; première édition 1684 ; rééd. Hildesheim, G. Oms, 1972, entrée « Vérité ».

25 Cl. Perrault, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, Paris, Antoine Dezaller, 1697-1670 ; rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1970.

26 G. Perelle, Vues des belles maisons de France fait par Perelle, Paris, N. Langlois, 1660-1679, légende au bas de la planche 45 où est représenté l’Observatoire ; F. Lecomte, Cabinet des singularités d’architecture, peinture, sculpture et gravure, Paris, Étienne Picart, 1699-1700, rééd. Genève, Minkoff Reprints, 1972, notice sur Claude Perrault ; P. Hurtaut, Dictionnaire historique de la ville de Paris, Paris, Moutard, 1779, rééd. Genève, Minkoff Reprints, 1973, p. 664.

27 J. Errard, La fortification demonstrée et reduicte en art, Paris, 2e éd., 1620, dédicace « Au Roy ».

28 A. Félibien, « Le Portrait du Roy » dans Recueil de descriptions de peintures et d’autres ouvrages faits pour Le Roy, Paris, La veuve de Sebastien Mabre-Cramoisy, 1689, p. 71-94 ; L. Marin, Le Portrait du roi, Paris, éd. de Minuit, 1981. C’est R. Demoris qui affirme que l’essai a été écrit en 1663 dans « Le corps royal et l’imaginaire au xviie siècle : Le Portrait du Roy par Félibien », Revue des sciences humaines, 44/172, 1978, p. 23.

29 A. Félibien, op. cit., p. 88.

30 A. Furetière, op. cit., entrée « Âme ».

31 Histoire de l’Académie royale des sciences depuis 1666 jusqu’à 1699, Paris, Compagnie des libraires, 1729-1733, I, p. 43 ; note autographe de Claude Perrault, dans J.-B. Colbert, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, P. Clément, 1861-1882, V, p. 516.

32 Cl. Perrault, Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, op. cit., p. 1 ; la basilique de Fano est décrite par Vitruve dans De architectura, livre V, chap. I, 5-10 (p. 144-147 dans la traduction de Perrault). La planche XL de la page 146 de la traduction de Perrault en donne une vue intérieure, avec sa voûte.

33 Cl. Perrault, Les Dix Livres..., op. cit., p. 144-45, note 2.

34 Ciceron et le Corpus rei publicae : De inventione 2.168 ; Pro Murena 51 ; Philippiques 8.15 ; De officiis 1.85, 3.22, 3.32.

35 Architecture, ou, Art de bien bastir de Marc Vitruve Pollion, autheur romain antique ; mis de Latin en Francoys par Ian Martin, Paris, laques Gazeau, 1547.

36 Q. Skinner, « From the State of Princes to the Person of the State », Visions of Politics II, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 368413.

37 Ibid., p. 394404.

38 T. Hobbes, Leviathan, Londres, Andrew Crooke, 1651, chap. xiii, p. 89 dans l’édition de R. Tuck, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; trad. fr. F. Trécaud, Paris, éd. Sirey, 1971.

39 Ibid., introduction, p. 9 dans l’édition de R. Tuck.

40 Vitruve, De architectura, livre I, chap. ii, 2 ; Cl. Perrault, Les Dix Livres..., op. cit., p. 9-10.

41 Le terme sciographia est celui de Daniele Barbaro, qui l’avait substitué au scaenographia de Vitruve. Barbaro voulait que la sciographia (scaenographia) réfère à l’élévation rendue avec des ombres. Voir Cl. Perrault, op. cit., p. 10, note 1, et I dieci libri dell’architettura di M. Viruvio ; tradotti e commentati da Daniel Barbaro, Venise, Francesco de Franceschi et Giovanni Chrieger, 1567.

42 Di Lucio Vitruvio Pollione De architectura libri dece traducti de Latino in vulgare affigurati : commentati & con mirando ordine isigniti, Come, P. Magistro Gotardus da Pote, 1521.

43 Cl. Perrault, Les Dix Livres..., p. 10 ; Histoire de l’Académie royale des sciences, op. cit.

44 Note autographe de Claude Perrault dans J.-B. Colbert, op. cit.

45 A. Furetière, op. cit., entrée « Observer » : « Observer se dit plus particulièrement & absolument des astres. » Voir aussi entrée « Absolument » : « Souverainement, indépendamment, avec une autorité absoluë [...] Il signifie, Imperieusement & decisivement. »

46 Le constat est cité pour la première fois et sans référence par J.A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, Paris, 1824, VI, p. 306.

47 A. Picon, op. cit., p. 212.

48 Sur ce thème, voir F. Saxi, « Veritas filia Temporis », in R. Klibansky et H.J. Paton (dir.), Philosophy and History : Essays Presented to Ernst Cassirer, Oxford, The Clarendon Press, 1936,p. 197-222 ;A. Pigler, Barockthemen : eine Auswahl von Verseichnissen sur Ikonographie des 17. und 18. Jahrhunderts, Budapest, Akadémiai Kiado, 1974, II, p. 524-527. Sur la sculpture du Bernin, voir M. Winner, « Berninis “Verità” », in T. Buddensieg et M. Winner (dir.), Munuscula discipulorum : Kunsthistorische Studien, Hans Kauffmann sum 70. Geburtstag, Berlin, B. Hessling, 1968, p. 393-413 ; I. Lavin, Bernini and the Unity of the Visual Arts, New York, Oxford University Press, 1975, p. 70-74 ; R. Wittkower, Bernini : the Sculptor of the Roman Baroque 4e éd., Londres, Phaidon Press, 1997, note 49.

49 Sur le frontispice des Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, œuvre scientifique de Claude Perrault publiée à l’Imprimerie royale en 1671 deux ans avant sa traduction de Vitruve, Louis XIV rend visite à l’Académie des sciences réunie dans la bibliothèque du roi (voir ill. 1). L’Observatoire alors en chantier paraît à travers la fenêtre pour représenter le double du roi et jouer le même rôle ordonnateur que sur le frontispice du Vitruve de Perrault. Dans sa préface au premier ouvrage, la préoccupation principale de Perrault est, précisément, la revendication de l’observation comme voie d’une vérité qui n’est plus celle des anciens.

Table des illustrations

Légende Illustration I. Frontispice par S. Ledere, représentant Louis XIV et Colbert rendant visite à l’Académie des sciences. L’Observatoire de Paris, alors en chantier, paraît au loin à travers la fenêtre. In Cl. Perrault, Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux (Paris, 1671). Cliché BnF.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Illustration 2. Page I, dédicace de Vitruve à César Auguste, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration 3. Page de titre, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Illustration 4. Dédicace de Perrault au roi Louis XIV, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration 5. Frontispice par S. Lederc, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, Paris, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Illustration 6. Planche II : plan et élévation de l’Observatoire de Paris, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Illustration 7. Planche III : coupe et perspective de l’Observatoire de Paris, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/ Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Illustration 8. Cul-de-lampe au bas de la page 26, in Les Dix Livres d’architecture de Vitruve, traduit par Cl. Perrault, 1673. Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Center for Architecture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteur

Indra Kagis McEwen est professeure associée à l’Université Concordia à Montréal et chargée de cours à l’École nationale de théâtre du Canada. Ancien chercheur invité au Centre canadien d’architecture, elle est auteur de Socrates’Ancestor : An Essay on Architectural Beginnings, MIT Press, 1993 et de Vitruvius : Writing the Body of Architecture, MIT Press, 2003, ainsi que de Ordonnance for the Five Kinds of Column, une traduction anglaise du traité de Claude Perrault, Ordonnance des cinq espèces de colonnes, Paris, 1683, publiée par le Getty Center en 1993.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540