Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Introduction. Figurer la ville

Frédéric Pousin

Texte intégral

1Les villes connaissent aujourd’hui des mutations qu’il est difficile de décrypter, du moins à l’aide de catégories élaborées pour des formes urbaines classiques.

2L’extension et la diffusion de l’urbain portent témoignage d’une société qui, dans le territoire, a considérablement accru la mobilité à toutes les échelles temporelles. Accompagnant cette accélération, références et modèles architecturaux se renouvellent à un rythme rapide. En même temps que les relations urbaines se développent tous azimuts, l’abandon des zones industrielles et des grands services urbains de la ville du xixe siècle dessine des vides, des poches de faible densité qui donnent l’impression que les liens caractéristiques de la ville se sont distendus.

  • 1 Cf. J.-P. Pranlas-Descours (dir.), Territoires partagés/ L’archipel métropolitain, Paris, éd. du P (...)

3Dès lors qu’on adopte une vision globale, limites et formes se dissolvent, nulle hiérarchie ne se dessine distinctement, à tel point que l’on qualifie l’urbanisation contemporaine de nébuleuse ou d’archipel métropolitain1. La relation de l’urbain au territoire est aujourd’hui plus difficile à interpréter que jamais. Si l’on considère les visions subjectives de l’urbain, l’impression de fragmentation domine, une fragmentation qui pénètre et déstabilise les logiques de construction du territoire, à moins qu’elle ne s’affirme comme le mode dominant de mise en relation d’espaces étrangers les uns aux autres. Quelles ruptures, quelles disjonctions s’établissent, quelles continuités se tissent ? Ce sont les limites, les frontières qu’il nous faut pouvoir comprendre.

4La ville comme totalité, mais aussi comme fragmentation, lance donc à nouveau le défi de sa description. La description, dans ses rapports à la figuration, est l’un des fils conducteurs des études ici rassemblées.

  • 2 Cf. ibid.

5Les formes canoniques de la description urbaine que constituent les visions synoptiques typiques de la cartographie sont multipliées, diversifiées, plus puissantes, sous l’effet des nouvelles technologies. Et l’on peut raisonnablement supposer que l’usage des nouvelles images, satellitaires entre autres, exige de leurs utilisateurs des compétences nouvelles. Cependant, en deçà de l’explosion technologique, subsistent des permanences figuratives, des modèles de description et de mise en image. C’est en rassemblant et en superposant des cartes que l’on peut faire apparaître les transformations historiques d’un territoire. Des savoirs cumulés sous-tendent les pratiques d’intervention sur l’espace, qu’elles soient conventionnelles ou qu’elles se revendiquent innovantes. L’image est donc convoquée et manipulée en fonction à la fois d’une connaissance du territoire urbanisé, d’un projet de reconfiguration, voire d’expériences spontanées, de démarches alternatives2.

6La ville, objet de cette description, est à considérer dans son état, ses bâtiments, son architecture, mais aussi dans son engendrement, dans sa fabrication. En effet, si la ville a pu être saisie en termes d’organisme, de système et de processus par l’analyse géographique et l’analyse urbaine, elle est de longue date l’objet de projets pour les professionnels qui la façonnent, des projets qui prennent la forme de préfigurations globales ou partielles et se définissent dans les représentations figuratives et textuelles ainsi que dans l’acte d’édification même. La représentation figurative sert l’anticipation propre au projet. Ainsi, les images du projet s’inscrivent sur celles de la ville et donnent forme aux nouvelles représentations de celle-ci.

  • 3 Cf. F. Pousin « Le projet. Repères pour un débat », Les Carnets du paysage, n° 7, « Autour du proj (...)

7Depuis une bonne dizaine d’années, on a vu apparaître une nouvelle acception du terme « projet ». Les municipalités cherchent à élaborer d’ambitieux « projets de ville » destinés à engager la ville dans une dynamique de transformation, coordonnant un ensemble d’actions, économiques, politiques, culturelles, et intégrant des opérations d’urbanisme et d’architecture. Se démarquant de l’acception habituelle du champ de l’architecture et de l’urbanisme - ensemble de documents écrits et figurés exprimant une réalité nouvelle pouvant être édifiée -, le projet désigne avant tout une forme organisationnelle qui rompt avec une approche sectorielle, programmatique3. Le terme projet est donc amené à changer de signification suivant les situations dont il participe. En tout cas, l’action y est aussi médiatisée par des représentations, des images qui la modèlent.

8De fait, l’inflation des figurations de la ville, qu’elles soient nouvelles ou classiques, pose la nécessité d’une véritable interrogation scientifique sur le rôle et la place des images dans la fabrication de l’urbain ainsi que dans la connaissance de celui-ci.

  • 4 Cf. M. Rosemberg, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre (...)
  • 5 Cf. C. Calenge, M. Lussault, B. Pagand, Les Figures de l’urbain, Tours, Maison des sciences de la (...)
  • 6 O. Söderström, Le Visuel en urbanisme, Lausanne, Payot, 2001.

9Projets de villes et projets urbains n’ont pas manqué de susciter des travaux qui attestent un renouveau d’intérêt pour les discours et pour l’image. Les dispositifs discursifs des acteurs urbains, et en particulier la place qu’y occupe l’image, sont au centre de l’analyse du projet de ville en tant que production de formes et de pratiques urbaines4. Le projet urbain, quant à lui, est saisi au travers des divers récits qu’il suscite et met en œuvre ; les textes et les images y sont analysés pour leur capacité à formater le débat sur la ville occasionné par l’aménagement5. Très récemment, un ouvrage consacré au visuel en urbanisme étudie l’impact des visualisations sur la constitution de l’urbanisme en tant que pensée de l’action sur la ville6.

10Dans un tel contexte, marqué par le renouvellement d’études urbaines qui interrogent désormais conjointement les pratiques et les formes langagières qui les sous-tendent, il est stratégique de construire une recherche collective, coordonnée, dédiée aux images de la ville et aux relations qu’elles entretiennent avec la connaissance. Connaissance qui est à entendre ici à la fois comme connaissance de la ville et au service de la ville, de son aménagement. Autrement dit, c’est la relation des savoirs disciplinaires impliqués par la ville et l’urbain à l’image et au visuel qui constitue l’objet d’un tel projet de recherche, projet qui prend forme à la croisée de l’architecture, de l’urbanisme et de la géographie.

  • 7 Le colloque international « Figurations/Transferts » s’est tenu en septembre 2001 à Paris, à l’Ins (...)

11L’ouvrage que l’on va lire constitue un temps fort, un moment de cristallisation particulier de ce programme de recherche à long terme. Tout d’abord, il représente un premier aboutissement d’une entreprise qui a pris des formes diverses. Surtout, il témoigne d’une réflexion qui se construit à un niveau international, c’est-à-dire qui engage des confrontations entre des traditions disciplinaires et culturelles de nature à renouveler les approches en ouvrant des perspectives inédites. En effet, les auteurs qui ont participé à la présente publication viennent de pays différents d’Europe, du Moyen-Orient, d’Amérique. Ils se sont rassemblés lors d’un colloque qui a fourni l’occasion de débattre activement des problématiques abordées dans des actions préalables et d’introduire de nouveaux questionnements. C’est la richesse des débats, des confrontations, des hypothèses et propositions avancées que l’on retrouve dans le présent ouvrage7.

12Avant cette publication, deux actions majeures ont jalonné notre projet collectif de recherche.

  • 8 « Pouvoir des figures dans le projet architectural et urbain », programme de recherche CNRS, Aide (...)

13La première, consacrée spécifiquement au pouvoir des figures au sein du projet architectural et urbain8, a été menée durant deux années par plusieurs contributeurs ici rassemblés. Prenant comme point de départ le projet, l’étude des figures a été effectuée dans leur situation d’énonciation même, c’est-à-dire en saisissant le fait figuratif au sein d’un contexte précis incluant auteur et destinataire. Parmi les effets induits d’une telle perspective, on peut noter plusieurs avancées quant aux relations de la figuration à la connaissance et à l’action. La figure, parce qu’elle constitue un terme médian entre forme de pensée et espace concret, permet d’aborder de manière originale les questions d’ordre cognitif propres au langage. La compréhension de la relation à l’action, quant à elle, dépend de la capacité à cerner, dans les stratégies figuratives, la part propre aux destinataires - public de professionnels, concepteurs d’espaces, comme le postule Pierre Lavedan dans son Histoire de l’urbanisme, ou « grand public » sollicité dans les expositions internationales organisées par les urbanistes du Mouvement moderne.

  • 9 Ce livre est issu également du séminaire « Villes-Images-Savoirs », rassemblé autour de l’équipe É (...)

14La seconde a pris la forme d’un séminaire mené pendant plusieurs années avec des historiens et des épistémologues de la géographie9, séminaire qui a permis d’explorer, entre autres, la notion de figure canonique. Parmi les formes figuratives manipulées, certaines ont acquis un statut de légitimité qui dispense de s’interroger à leur propos. Ainsi en est-il des vues syncrétiques et subjectives en géographie ou de l’articulation plan-élévation en architecture. Ces formes figuratives, dites canoniques, constituent un « impensé » disciplinaire qu’il s’agit de déconstruire. C’est dans la confrontation transdisciplinaire que nous nous sommes penchés sur les figures canoniques de disciplines qui se donnent la ville comme objet d’étude. On trouvera trace de ces réflexions ici même, car la canonicité des figures, abordée dans plusieurs des contributions de cet ouvrage, constitue une sorte de fil rouge.

15Par ailleurs, une recherche collective sur la figuration et les savoirs de la ville peut permettre d’avancer des hypothèses renouvelées, grâce à la productivité des travaux dans le domaine des sciences humaines et sociales qui forment un terreau propice. Les conditions nous paraissent aujourd’hui favorables pour l’élaboration d’un véritable questionnement scientifique consacré à l’image en général et aux images de la ville en particulier.

16Les principaux domaines qui viennent irriguer les travaux ici présentés ne peuvent évidemment pas faire l’objet, dans le cadre de cette introduction, d’un inventaire développé. Cependant, comme ces références croisées et partagées ont accompagné la réflexion pluridisciplinaire et internationale engagée ici, il nous a semblé justifié de prendre le risque de proposer un inventaire succinct.

  • 10 L. Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, éd. de Minuit, 1973 ; Le Portrait du Roi, Paris, éd. (...)
  • 11 Cf. le numéro spécial de Word and Image, n° 4, « A Journal of Verbal/Visual Inquiry », 1998.

17Parmi les acquis dont se réclament les auteurs du présent ouvrage, on citera les recherches théoriques sur la sémantique des systèmes de représentation menées dans les années 1980 et 1990 en France10 et aux États-Unis, notamment autour de la revue Word and Image11. En tant que système de signes, l’image y est interrogée dans son opacité, comme objet propre opérant dans le champ de la représentation, dont on sait la relation privilégiée qu’elle entretient avec le pouvoir et le champ du politique. L’image a pu ainsi être pensée de façon privilégiée dans ses effets politiques, même si c’est, plus largement, à partir d’une pragmatique que peut être menée l’interrogation sur l’efficace des images. Désormais, l’interrogation sur l’articulation, entre architecture, ville et politique demande d’accorder toute sa place à la représentation, comme le montreront plusieurs contributions de cet ouvrage.

  • 12 Ph. Hamon, Du descriptif, Paris, Hachette, 1993 ; Exposition. Littérature et architecture au xixe (...)
  • 13 Cf. J. Goody, La Raison graphique, Paris, éd. de Minuit, 1979, et C. Geertz, « La description dens (...)
  • 14 Cf. L. Mondada, Verbalisation de l’espace et fabrication du savoir. Approche linguistique de la co (...)

18On citera également des travaux théoriques menés sur la description dans le domaine de la théorie littéraire12, en ethno-anthropologie13, en linguistique14. C’est à partir de cette problématique de la description que sont menées les interrogations sur la spatialisation et les opérations permises par les listes, les tableaux et les diagrammes, l’articulation des divers registres sémiotiques que sont notamment le texte et l’image. Surtout, la description soulève des questions d’ordre cognitif tout autant que culturel sur la transposition d’une expérience individuelle dans un médium partageable et manipulable. La conscience que toute description est construction oriente la réflexion tant des ethnologues que des linguistes, et il s’agit de comprendre comment se construit la réalité dont le sujet fait l’expérience.

  • 15 Cf. R. Bocok and K. Thompson (dir.), Social and Cultural Forms of Modernity, Cambridge, Polity Pre (...)

19Par ailleurs, l’expérience vécue de la ville et des espaces urbains est au cœur de travaux menés outre-Atlantique au sein d’un ensemble que nous rattacherons autant au large domaine des études culturelles qu’à celui de la critique et des études urbaines15. Remarquons que de telles études empruntent aux travaux inauguraux d’Henri Lefebvre et de Michel de Certeau, et plus largement aux philosophes français poststructuralistes.

20L’expérience urbaine est bien sûr au cœur des travaux menés par les écoles de sociologie urbaine en Europe et outre-Atlantique. La problématique du visuel y est majoritairement abordée à partir de l’espace public, convoquant les travaux de l’école de Francfort ou ceux de l’école de Chicago.

  • 16 B. Latour et J. de Noblet (dir.), Culture technique, n° 14, « Les “vues de l’esprit” », juin 1985  (...)
  • 17 M. Lynch, S. Woolgard, Representation in Scientific Practice, Cambridge, The MIT Press, 1990.
  • 18 B. Stafford, Good Looking. Essays on the Virtue of Images, Cambridge, The MIT Press, 1996.
  • 19 J. M. Downcast, Eyes. The Denigration of Vision in 20th Century French Thought, Berkeley, Universi (...)

21En France, la sociologie des sciences a ouvert des pistes de recherche sur le rôle de l’image dans l’invention scientifique16 qui devraient connaître des prolongements. De plus, on ne peut méconnaître les recherches menées en Angleterre et aux États-Unis, sur la figuration et les savoirs, leurs interactions ou relations (M. Lynch, S. Woolgard17, B. Stafford18). Ces recherches ont pu être associées, de façon discutable d’ailleurs, à une critique postmoderne de la pensée occidentale centrée sur l’écrit, qui serait par conséquent antivisuelle19.

  • 20 J.B. Harley, D. Woodward (dir.), The History of Cartography, vol. I, Chicago, The University of Ch (...)

22Dans le domaine de l’espace, de nombreux travaux et manifestations ont été consacrés, ces vingt dernières années, à l’étude de la représentation figurative. Ils ont d’abord pris pour objet la cartographie, grâce aux regards renouvelés sur la carte qu’ont impulsés aux États-Unis, en Italie et en France les recherches historiques et épistémologiques20.

  • 21 Ph. Boudon, J. Guillerme, J. Tabouret, Figuration graphique en architecture, DGRST-AREA, 1976 ; Ph (...)
  • 22 Research in Design Thinking (1992), Analysing Design Activity (1995) ; voir aussi les sélections d (...)
  • 23 4th Design Thinking Symposium, Design Representation, G. Goldschmidt and W. Porter (dir.), MIT Cam (...)
  • 24 Cf. G. Goldschmidt, « Processus privé et image publique dans la représentation architecturale », L (...)
  • 25 Cf. F. Thiry, « Paysage de la modernité, entre projet et polémique », ibid., p. 69-78.

23En architecture, les études inaugurales sur la figuration graphique ont été développées dans leur relation à la conception architecturale21. C’est la capacité de l’image à donner forme à ce qui n’existe pas encore, le projet d’édifice ou de ville en gestation, en définition, qui a été placée au centre de la réflexion. Il est vrai qu’une grande partie des images d’architecture, de ville, produites par les professionnels appartient à cette catégorie d’images dont la finalité est de faire advenir par préfiguration une réalité encore inédite. La figuration constitue de ce point de vue une entrée essentielle pour mener des investigations sur le processus de mise en forme de l’espace d’un projet. Ces dernières années, les chercheurs du domaine de la conception se sont penchés sur la question de la représentation lors de colloques internationaux en Europe22 et aux États-Unis23. Si l’émergence de l’idée à travers les diverses manifestations figuratives continue de mobiliser nombre d’études à caractère expérimental, un renouvellement potentiel des études sur la conception réside dans l’étude des supports de diffusion, de circulation des projets que constitue la presse professionnelle et désormais la presse non spécialisée24. Les concepteurs sont pétris d’une culture disciplinaire et professionnelle qu’ils ont acquise au cours de leur formation et qu’ils reconduisent ou contribuent à faire évoluer au travers de leurs écrits et publications, comme, le cas échéant, dans leur enseignement. Ces productions de la pensée, qui accompagnent la production du bâti autant qu’elles la nourrissent et l’infléchissent, peuvent être considérées comme des supports matériels de l’activité de conception qui méritent qu’on les interroge avec finesse et discernement. Il s’agit alors d’indexer les actes de conception sur un contexte, notamment figuratif, de relier l’activité de conception à un réseau de dispositifs matériels qui la précède et la prolonge. En outre, pour certains, les pratiques de publication et de diffusion ont envahi l’espace même de la conception25, elles peuvent même en être constitutives dans le cas d’une profession nouvellement apparue comme celle des concepteurs lumière.

  • 26 Cf. M. Dorrian, A. Hawker, Metis Urban Cartographies, Londres, Black Dog Publishing, 2002.

24De nombreuses recherches à caractère théorique et à visée poïétique ont été développées dans la littérature de langue anglaise et américaine portant sur la génération du projet, recherches qui s’inspirent de la pensée des philosophes français Michel Foucault, Gilles Deleuze et Jacques Derrida. Parce qu’elles interrogent théoriquement les modes de pensée qui sous-tendent l’activité de projet26, souvent bien au-delà de l’activité projectuelle proprement dite, de telles investigations s’avèrent prometteuses pour interroger les représentations auxquelles le projet donne lieu. C’est ce que montrent plusieurs contributions de ce livre.

  • 27 Cf. Génésis, Revue internationale de critique génétique, n° 14, « Architecture », numéro codirigé (...)
  • 28 J.-C. Schmidt, Le Corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Âge, Paris, Gallimard, (...)

25Parallèlement aux recherches sur la conception, les travaux conduits par les historiens de l’architecture n’abordent désormais plus seulement les objets construits, mais aussi les étapes préparatoires ; et, plus généralement, toute la production graphique qui accompagne la genèse d’une œuvre, y compris les projets concurrents non réalisés ou encore les modèles antérieurs. Mentionnons à ce propos les recherches en génétique de la création dont les relations avec l’architecture tendent à se développer, notamment à travers des confrontations d’ordre méthodologique27. Enfin, depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme contemporains a renouvelé ses objets et ses problématiques de recherche, en s’intéressant à la diffusion et à la circulation des images et des textes. Néanmoins, ces études ne font pas l’objet de démarches méthodologiques unifiées. Par ailleurs, une convergence doit être soulignée avec l’intérêt toujours grandissant des historiens pour l’image, intérêt qui a rencontré de longue date les études théoriques sur la représentation28.

26Dans le même mouvement, l’histoire et la géographie urbaines accordent désormais une place privilégiée aux représentations visuelles, surtout lorsqu’il s’agit de construire la biographie culturelle d’une ville.

27Ces acquis permettent de bien entrevoir les directions de recherche développées par les chercheurs qui travaillent sur l’imagerie urbaine et qui sont représentées dans ce livre.

28Divers corpus sont rassemblés et examinés ici : plusieurs figures marquantes de l’histoire de la représentation des villes, des cartes représentant les dimensions non visibles - notamment expérimentales - de l’urbain, des supports de diffusion des images de la ville dans les revues professionnelles d’architecture et d’urbanisme, des discours qui donnent corps à l’expérience urbaine et aux catégorisations qui les présupposent. Le corpus iconographique réuni dans cet ouvrage est intentionnellement riche, en vue de multiplier les occasions de déconstruire les fonctionnements des figures et leurs usages.

29Afin de donner toute sa place à l’usage comme facteur de compréhension du phénomène figuratif, nous avons eu le souci de confronter des études portant sur des corpus historiques avec des pratiques contemporaines. En effet, par leur proximité, ces dernières permettent d’étudier minutieusement l’usage des figures et d’appréhender le rapport entre savoir et action pour expliciter la valeur de médiation de l’image. Comment la mise en image peut-elle être une modalité de préparation à l’action ? En quoi le figuratif permet-il la stabilisation d’un consensus pour l’intervention ? À l’inverse, en quoi la visualisation permet-elle un regard critique sur les formes mêmes de l’intervention ? Autant de questions qui trouveront, dans les chapitres qui suivent et à partir d’études de cas circonstanciés, plusieurs éléments de réponse.

30On peut trouver un autre avantage à la confrontation de corpus historiques et de pratiques contemporaines, c’est l’effet de connaissance réciproque produit. Les pratiques actuelles permettent de porter un autre regard sur les objets du passé et la connaissance historique désenclave les pratiques de leur actualité en révélant la charge dont elles sont porteuses.

31Dans les domaines très vastes que constituent l’image et la carte, l’image de la ville dessine déjà en soi un sous-continent, qui sera exploré en suivant, selon les auteurs, des perspectives différentes et croisées : l’image de la ville dans sa dimension historique, dans sa relation à l’expérience, dans ses réseaux de diffusion, de divulgation, enfin dans son rapport à une culture visuelle. Tous les auteurs examinent de façon transversale la contribution du visuel, dans ses objets et dans ses dispositifs, à la construction d’une discipline. Ce d’autant que l’image, par sa labilité, autorise de multiples circulations et permet d’aborder concrètement, dans sa matérialité, la question des transferts, que ce soit d’un champ à un autre ou encore d’un registre sémiotique à un autre. Ainsi, l’ouvrage que l’on va lire s’organise en quatre grands ensembles.

32Une première partie, consacrée à l’empreinte historique des images de la ville, permet de se pencher, à travers trois contributions, sur les vues de ville telles qu’elles se sont forgées à la Renaissance et à l’Âge classique, ainsi que sur des formes de description qu’elles ont suscitées et qui ne sont pas sans conséquences sur nos façons de penser - du moins en faisons-nous l’hypothèse.

33La deuxième partie porte sur les rapports de la cartographie à la production de la ville. Comment décrire et comprendre les passages entre ville et représentation suivant que l’on considère la ville réelle ou la ville projetée ? Quelles relations les usages renouvelés de la cartographie entretiennent-ils avec la crise du sens, au sein notamment de la discipline architecturale ? Plus pragmatiquement, les articles rassemblés examinent le rôle de la carte et des dispositifs de visualisation dans les pratiques de projet. La carte s’avère être un objet particulièrement pertinent pour aborder les transferts entre les champs de savoir concernés ici.

34La troisième partie traite d’architecture, de communication et de culture visuelle. Les contributions analysent la manière dont les projets architecturaux et urbains mettent en scène la ville, ses problématiques, ou au contraire comment ils l’éludent. La publication architecturale peut être considérée à juste titre comme un espace de production - publier contribue à construire la notoriété et la commande - et, de plus, la publication constitue un espace privilégié de circulation des idées, voire des modèles. Quels dispositifs visuels sont mis en œuvre et en quoi participent-ils de la construction de cet espace de production ? Quelle évolution des vecteurs de diffusion peut-on constater, et quels en sont les effets manifestes ?

35La dernière partie est consacrée aux stratégies disciplinaires portées par la figuration. L’image est au cœur des divers dispositifs qui ont contribué à façonner, à un moment et dans un contexte donnés, le regard de la géographie. Comment de tels dispositifs entrent-ils en relation avec un public ? Dans le cas de l’architecture et de l’urbanisme qui nourrissent le champ opérationnel, quel rôle le visuel joue-t-il dans la relation entre savoir et action ? Enfin, comprendre le caractère descriptible et figurable de la ville demande d’interroger, en amont, les outils d’analyse et de conceptualisation qui en font un objet ordonné et intelligible, au premier rang desquels les pratiques discursives.

36Ainsi, chacune de ces parties organise un ensemble de chapitres qui contribuent à éclairer les principales déclinaisons de la thématique générale. Le parti pluridisciplinaire et international retenu cherche à privilégier des questions vives : la figurabilité de l’urbain, la performance des images appréhendées dans leur contexte culturel et politique, le rapport à l’action impliquant plusieurs catégories de savoir. Interroger architecture, urbanisme et géographie permet aussi de suivre les interactions survenant entre ville projetée et ville existante.

37Cet ouvrage vise à apporter une contribution essentielle à un débat sur l’image et le visuel, à partir d’un ancrage thématique clair, celui des figurations de la ville. Il s’adresse donc tout naturellement aux spécialistes des différentes disciplines qui font de la ville un objet d’étude. Par le champ de réflexion qu’il ouvre, il intéresse aussi bien ceux qui étudient les usages actuels de l’imagerie urbaine, que ceux qui réfléchissent aux moments fondateurs de cette imagerie. Parce qu’il ne cherche pas à dresser un tableau exhaustif de la question qu’il traite, mais qu’il procède plutôt par analyse de cas symptomatiques, cet ouvrage concerne l’épistémologue ou l’historien des savoirs qui trouvera des analyses situées dans une discipline et dans un contexte historique pouvant se rapporter à un questionnement plus large. Enfin, il offre à une communauté de professionnels engagés dans la pratique tant les éléments d’une culture commune, qui reste à bien des égards encore à construire, que des sources de réflexion permettant d’accompagner et d’infléchir l’évolution des pratiques contemporaines.

Notes

1 Cf. J.-P. Pranlas-Descours (dir.), Territoires partagés/ L’archipel métropolitain, Paris, éd. du Pavillon de l’Arsenal, Picard éditeur, 2001.

2 Cf. ibid.

3 Cf. F. Pousin « Le projet. Repères pour un débat », Les Carnets du paysage, n° 7, « Autour du projet », automne 2001.

4 Cf. M. Rosemberg, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Anthropos, 2000.

5 Cf. C. Calenge, M. Lussault, B. Pagand, Les Figures de l’urbain, Tours, Maison des sciences de la ville, 1997 ; M. Lussault, « La politique territoriale (trans)figurée », Espace/Temps, 1996, p. 92-104 ; « La ville clarifiée. Essai d’analyse de quelques usages carto- et iconographiques en œuvre dans le projet urbain », in L. Cambresy et R. de Maximy (dir.), La Cartographie en débat, Paris, Éditions Karthala et Orstom, 1995, p. 157-195.

6 O. Söderström, Le Visuel en urbanisme, Lausanne, Payot, 2001.

7 Le colloque international « Figurations/Transferts » s’est tenu en septembre 2001 à Paris, à l’Institut de géographie, sous le patronage du CNRS, de l’École d’architecture de Paris-La Villette, du Bureau de la recherche architecturale et urbaine du ministère de la Culture.
Cet ouvrage ne correspond pas strictement à la publication des actes, dans la mesure où certains auteurs n’ont pas participé au colloque et où d’autres ont depuis notablement repris leur réflexion en fonction de l’avancée de leur recherche.

8 « Pouvoir des figures dans le projet architectural et urbain », programme de recherche CNRS, Aide à Projet Nouveau Jeune Équipe, 1999-2001, sous la direction de Frédéric Pousin et avec la participation de : Isabelle Grudet, Amine Bénaïssa, Christophe Camus, Enrico Chapel et Riccardo Palma. Les résultats détaillés sont rassemblés dans le numéro 8 des Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, mai 2001, numéro auquel ont contribué également Gabriela Goldschmidt et François Thiry.

9 Ce livre est issu également du séminaire « Villes-Images-Savoirs », rassemblé autour de l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie du CNRS (laboratoire Géographie-cités, UMR 8504).

10 L. Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, éd. de Minuit, 1973 ; Le Portrait du Roi, Paris, éd. de Minuit, 1981 ; De la représentation, Paris, Gallimard/éd. du Seuil, 1994 ; Des pouvoirs de l’image, Paris, éd. du Seuil, 1993.

11 Cf. le numéro spécial de Word and Image, n° 4, « A Journal of Verbal/Visual Inquiry », 1998.

12 Ph. Hamon, Du descriptif, Paris, Hachette, 1993 ; Exposition. Littérature et architecture au xixe siècle, Paris, José Corti, 1989 ; J.-M. Adam, La Description, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1993.

13 Cf. J. Goody, La Raison graphique, Paris, éd. de Minuit, 1979, et C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » (tr. fir.), Enquêtes, n° 6, « La Description », 1998, p. 73-105.

14 Cf. L. Mondada, Verbalisation de l’espace et fabrication du savoir. Approche linguistique de la construction des objets de discours, Lausanne, Université de Lausanne, 1994 ; Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, 2000.

15 Cf. R. Bocok and K. Thompson (dir.), Social and Cultural Forms of Modernity, Cambridge, Polity Press, 1992 ; M.C. Boyer, The Next American Metropolis : Ecology, Community and The American Dream, New York, Princeton Architectural Press, 1996 ; S. Harris and D. Berke (dir.), Architecture of the Everyday, New York, Princeton Architectural Press, 1997.

16 B. Latour et J. de Noblet (dir.), Culture technique, n° 14, « Les “vues de l’esprit” », juin 1985 ; B. Latour, La Science en action, Paris, La Découverte, pour la tr. fr. 1989 ; B. Latour, « Le “pédofil” de Boa Vista, montage photo-philosophique », in Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 1993.

17 M. Lynch, S. Woolgard, Representation in Scientific Practice, Cambridge, The MIT Press, 1990.

18 B. Stafford, Good Looking. Essays on the Virtue of Images, Cambridge, The MIT Press, 1996.

19 J. M. Downcast, Eyes. The Denigration of Vision in 20th Century French Thought, Berkeley, University of California Press, 1993.

20 J.B. Harley, D. Woodward (dir.), The History of Cartography, vol. I, Chicago, The University of Chicago Press, 1987 ; D. Cosgrove (dir.), Mappings, Londres, Reaktion Books, 1999 ; G. Dematteis, « Lo spazio geografico : una metafora necessaria », in P. Pagnini (dir.), Geografia per il principe, Milan, Unicopli, 1985 ; F. Farinelli, I segni del mondo. Immagine cartografica e discorso geografico in età moderna, Florence, La Nuova Italia, 1992 ; C. Jacob, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992 ; G. Palsky, Des chiffres et des cartes, Paris, éd. du CTHS, 1996 ; M.-C. Robic (dir.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache. Dans le labyrinthe des formes, Paris, CTHS, 2000 ; R. Palma, L’immaginario cartographico dell’architettura, Bergame, Technograph, 2002.

21 Ph. Boudon, J. Guillerme, J. Tabouret, Figuration graphique en architecture, DGRST-AREA, 1976 ; Ph. Boudon, F. Pousin, Figures de la conception architecturale, Paris, Dunod, 1989.

22 Research in Design Thinking (1992), Analysing Design Activity (1995) ; voir aussi les sélections d’articles publiés dans la célèbre revue Design Studies.

23 4th Design Thinking Symposium, Design Representation, G. Goldschmidt and W. Porter (dir.), MIT Cambridge USA, 1999.

24 Cf. G. Goldschmidt, « Processus privé et image publique dans la représentation architecturale », Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 8, « Pouvoir des figures », mai 2001, p. 13-22 ; H. Jannière, Politiques éditoriales et architecture « moderne », Paris, Arguments, 2002.

25 Cf. F. Thiry, « Paysage de la modernité, entre projet et polémique », ibid., p. 69-78.

26 Cf. M. Dorrian, A. Hawker, Metis Urban Cartographies, Londres, Black Dog Publishing, 2002.

27 Cf. Génésis, Revue internationale de critique génétique, n° 14, « Architecture », numéro codirigé par P.-M. de Biasi, 2000 ; ITEM-CNRS et Réjean Legault, CCA Montréal.

28 J.-C. Schmidt, Le Corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2002.

Auteur

Frédéric Pousin, architecte, est directeur de recherche au CNRS (UMR LADYSS, Université de Paris-I) et enseignant à l’École d’architecture de Paris-la-Villette. Il mène ses recherches sur la représentation, la conception architecturale, urbaine et paysagère ; ses travaux portent actuellement sur le paysage urbain et le rôle du visuel dans la construction des savoirs. Il est membre du comité de rédaction des Carnets du paysage. Dernières parutions : « La ville représentée : objet historique et sémiologique », Signes, Histoire, Fictions. Autour de Louis Marin, (F. Pousin et S. Robic coordinateurs), Éditions Arguments, Paris, 2003 ; « Visuality as politics, The studycase of urban landscape », Deterritorialisations... Revisioning Landscapes and Politics (Mark Dorrian and Gillian Rose ed.), London, Black Dog Publishing Limited, 2003 ; « Le paysage urbain : la charge historique d’une notion », L’Urbain, un enjeu environnemental (dir. Michel Boisvert), Presses de l’Université du Québec, Montréal, 2004.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540