Version classiqueVersion mobile

Anthropologie naïve, anthropologie savante

 | 
Wiktor Stoczkowski

Planches hors-texte et légendes correspondantes

Texte intégral

11. L’imagerie traditionnelle continue à placer les premiers hommes au sein d’une nature hostile, dont les effrayants attributs sont dépeints conformément aux théories du moment. Pour Buffon, les hommes primitifs, « tremblans sur une terre qui tremblait sous leurs pieds, nus d’esprit et de corps, exposés aux injures de tous les élémens », étaient constamment effrayés par le feu de nombreux volcans animés par les mouvements convulsifs de la Terre primordiale, encore en formation. L’image se perpétuait encore jusqu’à la fin du xixe siècle, comme l’atteste cette gravure datant de 1887, mais elle fut très vite concurrencée par la vision d’un désert polaire de l’époque glaciaire. Aujourd’hui, on confère les attributs de la nature hostile à la savane du Plio-Pléistocène africain.

2Henri du Cleuziou, La Création de l’homme et les premiers âges de l’humanité, Paris, Flammarion, 1887.

32. Il n’est de paysage préhistorique où des bêtes féroces ne gambadent. Nos ancêtres sont leur mets favori.

4Henri du Cleuziou, La Création de l’homme et les premiers âges de l’humanité, Paris, Flammarion, 1887.

53. et 4. Le propre des animaux préhistoriques est leur dimension imposante. Selon certains auteurs du xixe siècle, même nos gentils compagnons domestiques furent jadis redoutables. Voici un gigantesque chat qui écrase sous son poids un mastodonte, et un sympathique mais robuste toutou qui terrasse sans peine un lion.

6P. Boitard, Etudes antédiluviennes. Paris avant les hommes, Paris, Passard, 1861.

75. « La nuit est dangereuse et seul le feu permet de tempérer les appétits des bêtes féroces : celles-ci ont la curieuse habitude de passer les nuits autour des demeures humaines ».

8Louis Figuier, L’Homme primitif, Paris, Hachette, 1870.

96. A en juger par le nombre de fauves que les illustrateurs se plaisent à représenter autour des campements paléolithiques, on pourrait croire que le feu attire les bêtes féroces plutôt qu’il ne les éloigne.

10David Sassier & Pierre Avérous (dirigé par), Les Hommes préhistoriques, Paris, Nathan, 1986.

117. On affirme invariablement que la vie des premiers hommes était entièrement consacrée au labeur. Mais la nature de leurs ouvrages reste fort vague : sur cette gravure, nos ancêtres s’acharnent consciencieusement sur de mystérieux morceaux de bois, et sur des cailloux, dont la taille, dans l’imagerie traditionnelle, demeure leur occupation préférée.

12Henri du Cleuziou, La Création de l’homme et les premiers âges de l’humanité, Paris, Flammarion, 1887.

138. L’intérieur de la hutte : la place naturelle de la femme. Les images de la préhistoire reflètent fidèlement les stéréotypes d’aujourd’hui.

14Louis Figuier, L’Homme primitif, Paris, Hachette, 1883.

159. Un des plus anciens mythes occidentaux est celui de l’âge d’or, que l’on trouve, par exemple, dans Les Métamorphoses d’Ovide, dont une édition du xvie siècle est illustrée par cette gravure. Depuis la plus haute Antiquité, de nombreux auteurs plaçaient l’humanité primitive dans un monde paradisiaque, doté d’un équilibre parfait et affranchi de tous les conflits des époques ultérieures. Certaines théories scientifiques reprennent implicitement le schéma de ce mythe pour expliquer l’émergence de l’humanité par une modification écologique qui aurait mis terme à l’existence paisible de nos ancêtres simiens.

16Ovide, Les Métamorphoses, Lyon, J. de Tournes, 1557, bibliothèque Sainte-Geneviève.

1710 L’idée que les origines de l’homme et de la culture sont liées au passage d’un milieu paradisiaque à un milieu hostile se retrouve depuis le début du xixe siècle dans de nombreux ouvrages savants et de vulgarisation scientifique. Dans le livre de Henri du Cleuziou, appartenant à ce deuxième genre, le vieux mythe de l’âge d’or accompagne les reconstitutions géologiques : nos ancêtres sont représentés au sein d’une forêt imaginaire du Tertiaire, comparée à un océan de fleurs, exempte de bêtes féroces, dans un monde idéal « sans extrêmes d’aucune sorte ». Des ouvrages scientifiques récents situent nos ancêtres dans une forêt tropicale, curieusement dotée des mêmes attributs paradisiaques (climat clément, abondance de nourriture, absence de carnassiers, etc.), et dont certains auteurs prétendent qu’elle fut l’Eden de l’humanité. A cette période de splendeur végétale et d’harmonie aurait succédé une ère funeste où, dans sa lutte contre la nature hostile, l’homme aurait créé la culture et serait devenu tel qu’il est aujourd’hui. Henri du Cleuziou, La Création de l’homme et les premiers âges de l’humanité, Paris, Flammarion, 1887.

1811. Les scientifiques ont fait de la savane un nouvel avatar de la Terre maudite, où le premier homme se procure la nourriture à la sueur de son front. La banane, aliment emblématique des simiens, se gagne ici dans une lutte vitale au corps à corps, le premier outil contre les canines. La culture matérielle naquit du besoin de bananes. La glorieuse conquête de la nature s’ensuit.

19Louis-René Nougier, Les Temps préhistoriques, Paris, Hachette, 1979.

2012. La légende qui accompagne cette illustration dans l’ouvrage original est la suivante : « Les premiers hommes ne parlent pas comme nous, mais se comprennent quand même ».

21Nous avons parfois du mal à comprendre nos hommes politiques ou nos épouses mais nous restons fermement persuadés que les premiers hominidés se comprenaient parfaitement entre eux, même sans le recours au langage articulé. L’anthropologie naïve affecte ce genre d’affirmation, dont l’aplomb n’a d’égal que la gratuité.

22David Sassier & Pierre Avérous (dirigé par), Les Hommes préhistoriques, Paris, Nathan, 1986.

2313. Edward Tyson, l’éminent médecin londonien, chargé du cours d’anatomie à Surgeon’s Hall, fut le premier à disséquer le cadavre d’un chimpanzé. Sa minutieuse analyse anatomique, publiée en 1699, témoigne autant de son don d’observation que de la connaissance profonde qu’il avait des autorités antiques (Aristote, Pline l’Ancien, Galien). Les erreurs et les a priori des Anciens ont fortement conditionné cette première description du grand singe. Tout au long du xviiie siècle, les naturalistes reproduiront la plupart des conclusions de Tyson. Lorsque les idées transformistes commenceront à se propager à la fin du siècle, notre premier ancêtre sera dépeint en singe, mais ce sera un singe mi-réel, mi-imaginaire : celui de Tyson.

24Edward Tyson, Orang-Outang, sive homo silvestris, Londres, Thomas Bennet, 1699.

2514. On s’est longtemps plu à représenter l’homme primitif comme une créature velue, les hanches couvertes d’une peau de bête, un outil rudimentaire à la main. Une pilosité abondante indique la liaison encore forte avec le monde animal que notre ancêtre vient à peine de quitter, tandis que l’outil et les hardes en peaux de bêtes dissimulant pudiquement ses parties nobles marquent les premiers signes de sa condition humaine. Nous voyons ici l’une des premières représentations de l’homme préhistorique, publiée en 1861. Anatomiquement, notre ancêtre se rapproche du singe dont les particularités morphologiques renvoient encore aux gravures de Tyson.

26P. Boitard, Etudes antédiluviennes. Paris avant les hommes, Paris, Passard, 1861.

2715. L’image de l’homme primitif a également été influencée par les représentations de l’Homme des Bois, une figure imaginaire des récits folkloriques et des rites carnavalesques. Durant de longs siècles, l’Homme des Bois symbolisait une humanité déchue située à la frontière entre le monde civilisé et l’animal. Bien que proche de l’homme, il demeure une demi-bête, plus tout à fait animale, mais dépourvue de ce qui est propre à l’homme. Sur cette gravure du début du xvie siècle, on retrouve l’Homme des Bois en famille, velu à souhait, une grosse massue à la main, devant l’inévitable caverne, dont les naturalistes feront plus tard la demeure de l’homme préhistorique.

28Ballade d’un homme sauvage, vers 1500, manuscrit Bibliothèque nationale.

2916. Armer la main de l’homme primitif d’une massue nous semble parfaitement naturel, mais il serait vain d’en chercher les traces dans les vitrines des musées ou dans les archives archéologiques. La massue ne s’y trouve pas. En revanche, elle mène une existence fort riche dans le domaine de l’imaginaire. On la retrouve invariablement entre les mains de créatures qui, de même que l’homme préhistorique, manifestent un mélange de traits animaux et humains. Dans la mythologique grecque, les Centaures et Silènes étaient porteurs de massues, dont ils se servaient pour lutter contre les bêtes féroces. L’image se perpétuera également dans l’imagerie chrétienne, comme l’atteste cette miniature de la fin du xve siècle, qui situe les Centaures aux confins du monde, en Egypte.

30Robinet Testard, Les Secrets de l’histoire naturelle, vers 1485, Bibliothèque nationale.

3117. « L’homme primitif, c’est Hercule armé de sa massue, lisse, mince et forte à la poignée, pesante, élargie et noueuse à son extrémité », écrivait en 1871 Clémence Royer. Un personnage géant pourvu d’une massue existait également dans le folklore de l’Europe du Nord, et son grand âge est attesté par le Cerne Abbas Giant, monumentale figure d’environ 60 mètres de longueur, gravée sur le flanc d’une colline calcaire du Dorset (Grande-Bretagne). Le monument date probablement de la période romaine ou pré-romaine.

3218. La massue, ou le gourdin, attribut traditionnel des personnages imaginaires du folklore, finit par devenir une compagne fidèle de l’homme préhistorique dans l’imaginaire populaire. Ci-dessus, le gourdin selon Cavanna, illustration pour son « traité préhistorique » : ...Et le singe devint con.

33Cavanna, ...Et le singe devint con. L’aurore de l’humanité, Paris, Pierre Belfond, 1984.

3419. Darwin écrivit : « L’homme est plus courageux, plus belliqueux et plus énergique que la femme, et il a le génie plus inventif ». Les poncifs s’imposent souvent à la pensée des scientifiques avec la force et la transparence des vérités premières. Il n’est pas rare que jusqu’à nos jours, la science rejoigne la sagesse populaire sur le terrain des lieux communs. Si certaines théories nous séduisent facilement, c’est parce qu’elles confirment nos intimes convictions naïves, tout en les ennoblissant au moyen de quelques apparences de scientificité. Playboy.

3520. Les habituelles visions de la préhistoire évoquent fréquemment les vestiges archéologiques et paléontologiques, pour affirmer que ceux-ci servent de base aux reconstitutions des origines de l’homme. Mais le véritable rôle des données factuelles est tout autre et cette page, tirée d’un manuel scolaire récent, en donne une illustration exemplaire. Le texte écrit, où quelques informations positives se mélangent à des thèmes classiques de la préhistoire imaginaire, est illustré par deux photographies d’outils en silex, mais le lien entre le texte et l’image, apparemment évident, en réalité n’existe pas, car. l’un traite du Paléolithique, tandis que l’autre nous donne à voir des outils du Néolithique ; présenter une hache en pierre polie comme un biface équivaut à illustrer la bataille de Bouvines avec une mitraillette. Les éléments du réel sont ici approximativement évoqués dans le seul but de gagner l’adhésion du lecteur au déroulement de la fiction. Loin d’être la base de la vision du passé préhistorique, les vestiges archéologiques deviennent ainsi de simples accessoires permettant de dresser un décor quelque peu faux mais combien familier, qui confère aux récits imaginaires un semblant de crédibilité.

36Grahlon & Rose, Histoire de France, Paris, L’Ecole, 1986.

1 en ces temps reculés, les volcans d’auvergne étaient en pleine activité.

2 ils disputaient leur vie auх bètes féroces

5 Fig. 38. Une caverne pendant la nuit, a l’époque du grand ours et du mammouth.

7 les commes primitifs dans leurs travaux (age de la pierre)

8 Fig. 49. Intérieur d’une hutte à l’époque du renne.

19 « Des fois, je me demande où tu vas chercher tout ça ! »

Il y a 500 000 ans : comment vivaient les hommes sur notre sol.

37Il y a deux à trois millions d’années, des hommes vivaient déjà sur la Terre : en Afrique d’abord, en Asie puis en Europe ensuite. Le climat alors est uniformément doux. Dans de vastes forêts coupées de savanes, il y a des éléphants, des rhinocéros, des félins, des bisons, des aurochs, des chevaux.

38Les hommes vivent en plein air et se déplacent

Leur principale activité est la recherche de la nourriture.

39Ils cueillent et ramassent des fruits, des graines, des tubercules, des racines comestibles.

40Ils chassent de petits mammifères faciles à attraper. Ils sont peu nombreux et très dispersés.

Ils fabriquent des outils.

41On ne peut situer exactement l’époque lointaine de ces premières fabrications.

42Ce sont tout d’abord des pierres ou des galets qu’ils font éclater grossièrement pour obtenir un tranchant plus vif permettant de racler et couper.

43Puis ils « taillent » eux-mêmes des pierres ; ils obtiennent des outils à tout faire ayant une forme bien définie; on les appelle des bifaces.

44Ces fabrications semblent remonter vers 500 000 ans avant notre ère.

45Pendant 4 à 500 000 ans, ils obtiennent ces outils de pierre en débitant des rognons de silex (très répandus sur notre sol). Il en résulte des éclats qu’ils retouchent et affinent de plus en plus au cours des millénaires. Ils leur donnent des formes de plus en plus variées et efficaces : pointes pour inciser et couper, racloirs pour dépecer, couteaux à encoche pour appointer les épieux, burins à affiner.

Ils se servent du feu.

46Des incendies naturels : feux de brousse ou de forêts, orages, coulées de lave lors de l’éruption d’un volcan ont sans doute « enseigné » le feu aux hommes il y a plus de 800 000 ans.

47Ils se sont d’abord ingéniés à le conserver puis à l’obtenir par frottement.

48Ainsi, ils peuvent faire cuire leurs aliments et éloigner les bêtes menaçantes. Grâce au feu, ils peuvent aussi durcir la pointe de leurs épieux qu’ils appointent ensuite pour en faire des armes plus efficaces.

Les changements du climat provoquent de nouvelles façons de vivre.

49D’énormes glaciers envahissent le Nord de l’Europe, à plusieurs reprises, entre – 600 000 ans et – 15 000 ans, faisant alterner de longues périodes très froides au cours desquelles les hommes se réfugient dans des abris naturels, et des périodes plus tempérées où ils peuvent reprendre leur vie de plein air.

50Les hommes vont former de petits groupes et apprendre à chasser ensemble.

Pointe à inciser.

Table des illustrations

Légende 1 en ces temps reculés, les volcans d’auvergne étaient en pleine activité.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende 2 ils disputaient leur vie auх bètes féroces
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende 5 Fig. 38. Une caverne pendant la nuit, a l’époque du grand ours et du mammouth.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 7 les commes primitifs dans leurs travaux (age de la pierre)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende 8 Fig. 49. Intérieur d’une hutte à l’époque du renne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 933k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende 19 « Des fois, je me demande où tu vas chercher tout ça ! »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Pointe à inciser.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Biface.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/426/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search