Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Annexes

Écologie et Aménagement Rural

Colloque de la DGRST et du ministère de l’Environnement (Lyon 7-8 octobre 1981)

Jean-Marie Legay

Anmerkungen des Autors

Ce rapport est un résumé des travaux et des débats en séances plénières. Des compléments seront trouvés dans les rapports des groupes de travail disponibles à la DGRST.

Volltext

1Cent cinq participants se sont rendus à Lyon les 7 et 8 octobre à l’invitation de la DGRST et du ministère de l’Environnement au colloque « Écologie et Aménagement Rural », après qu’une réunion de 41 personnes à Paris ait étudié dans le même champ les problèmes de pluridisciplinarité. Il fallait susciter une réflexion d’ensemble sur la politique de la recherche en écologie, en fonction de l’évolution de la demande sociale et notamment des problèmes que pose l’avenir de notre espace rural. Il s’agissait en même temps d’effectuer un bilan public des actions concertées entreprises par les comités « Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables » et « Écologie et Aménagement Rural », et d’apporter par là même une contribution à la préparation des Assises nationales de la Recherche.

2La première conclusion à tirer des débats est le constat de deux ensembles de démarches distinctes : les unes relèvent d’une science écologique proprement dite, les autres des relations de cette science avec divers besoins dont ceux relevant de l’aménagement rural. Il ne s’agit ni d’opposer, ni de hiérarchiser ces démarches, mais plutôt d’en rechercher les articulations et les complémentarités. Il devient clair dès lors qu’on puisse parler de besoins en écologie et de besoins de l’écologie.

3Les besoins en écologie sont nombreux et diversifiés. Les problèmes qu’ils posent reflètent la diversité des aménagements envisagés, l’analyse et l’appréciation de la demande sociale, l’évaluation des interactions entre technologie et milieu socio-économique, les moyens de passer des résultats de la recherche à l’usage pratique de ces derniers.

4Les besoins de l’écologie sont importants pour elle-même et pour les disciplines classiques dont elle se sert – des sciences dites exactes aux sciences humaines –, et avec lesquelles elle réalise des actions de recherche concertées. L’écologie elle-même révèle différents champs d’intégration pour chacun desquels elle exprime de façon originale des exigences de méthodes, de moyens, de pluridisciplinarité.

5La demande sociale qui pose problème pour toute la recherche scientifique mérite particulièrement attention dans le domaine écologique si souvent adulé et si souvent critiqué. Le débat a montré que cette demande sociale est elle-même un objet scientifique, et qu’il était nécessaire de demander l’ouverture d’un champ scientifique nouveau pour l’étude des structures et des pratiques, en fait une écologie des pratiques humaines sur le milieu.

6L’examen des modèles de développement rural conduit à celui du rôle et des responsabilités des chercheurs en écologie dans le processus de développement, en tenant compte des différentes catégories d’acteurs sociaux, en se demandant laquelle recueille les effets du développement envisagé, en résumé : développement pour qui ? et pour quoi ?

7Deux responsabilités ont été dégagées. L’une dans le déclenchement des demandes sociales : aider les acteurs du développement à se prononcer sur leur propre développement ; l’autre dans l’évaluation, dans les projets de développement auxquels ils participent, dans l’intervention des chercheurs et dans l’explicitation sociale de leur recherche.

8Des difficultés particulières entre recherche et développement sont soulevées dans les pays étrangers et en particulier ceux du tiers-monde. Les questions concernent les chercheurs eux-mêmes, leur degré d’indépendance, mais aussi les programmes. Le colloque s’est demandé si la réflexion ne doit pas intégrer le tiers-monde dans une démarche globale d’analyse d’une évolution produisant à la fois développement et sous-développement et affectant, à des degrés et sous des formes différentes, aussi bien les pays industrialisés que les pays en voie de développement.

9L’approche scientifique du développement rural qui a entraîné de larges débats permet de poser quelques questions : comment identifier et prendre en compte la diversité des sociétés locales notamment en milieu rural ? Comment promouvoir l’appréhension spatiale des phénomènes de développement ? La prise en compte méthodologique de la localisation du développement ne doit évidemment pas conduire à oublier l’importance des déterminants mondiaux. Il y a là un véritable sujet de recherches.

10Quelles que soient les approches examinées, le colloque s’est accordé sur un deuxième constat, celui de l’existence d’une pluridisciplinarité ; sans entrer dans un débat épistémologique dont on peut souhaiter qu’il se développe par ailleurs, le fait que la pratique de la recherche écologique conduit à la pluridisciplinarité a été reconnu. Mais il a été souligné que cette recherche écologique n’a pas l’exclusivité de la pluridisciplinarité et qu’inversement elle ne l’exige pas toujours.

11On peut distinguer d’une part la pluridisciplinarité spontanée, interne à la science, presque toujours féconde, très généralement pratiquée au niveau fondamental, et qui constitue une démarche normale du chercheur en écologie comme dans bien d’autres disciplines ; et d’autre part la pluridisciplinarité imposée par la nature des objectifs, et dont par conséquent l’origine se situe dans une demande extérieure à la science.

12Ces deux types de pluridisciplinarité ont à leur actif de très nombreuses réussites, mais sans entrer ici dans le détail de l’évaluation des actions concertées passées, il faut aussi prendre en compte des échecs ou des réussites partielles. Toute une série de raisons auxquelles les structures institutionnelles ne sont pas étrangères ont été évoquées : manque de connaissance dans les disciplines classiques, manque de spécialistes, mauvais recrutement des chercheurs ou des équipes, manque d’animateurs, caractère temporaire des contrats, absence de mobilité des chercheurs, en particulier de mobilité inter-instituts.

13C’est pourquoi il a été proposé qu’à côté de chercheurs dont le rattachement à une discipline n’empêcherait pas des incursions dans la pluridisciplinarité, des formations permanentes (équipes, laboratoires) soient créées, dont l’objet de la recherche formulerait explicitement la pluridisciplinarité ; il s’agirait là de faire reconnaître un champ de recherches pouvant se traduire par le soutien à des formations existantes ou par la création de quelques autres.

14Le regret d’un potentiel faible ou mal utilisé a conduit à d’autres propositions. Devant l’incapacité des grands organismes soit à reconnaître soit à assurer le développement de ces nouveaux champs de la recherche pluridisciplinaire, le colloque s’est interrogé sur l’opportunité de mettre en place deux structures de type fédératif, l’une orientée vers l’écologie proprement dite, l’autre vers ses relations avec l’aménagement ; l’existence de telles structures serait évidemment limitée à la satisfaction des revendications fondamentales qui les auraient suscitées.

15Allant plus loin, et inquiet de voir les chercheurs et les équipes accepter de travailler dans un cadre pluridisciplinaire marginalisé par rapport aux objectifs réputés prioritaires des grands organismes (y compris dans l’évaluation des résultats de leurs recherches), le colloque a débattu de l’éventualité d’un organe de concertation en Écologie auprès du ministère de la Recherche, en vue de faire avancer de façon plus ferme et plus rapide toutes les questions qui la concernent ou qui en dépendent dans les domaines économiques, médicaux, et d’aménagement en général.

16Le colloque a été par ailleurs unanime pour exprimer une série de revendications urgentes :

  • pour les jeunes chercheurs, l’obtention immédiate de moyens d’existence et la régularisation de leur situation ;

  • pour tous les chercheurs, l’obtention de statuts dont l’harmonisation entre grands organismes permette une mobilité véritable ;

  • pour les carrières, mais aussi pour l’organisation de la recherche et son efficacité, prévision de structures capables de prendre en compte et d’évaluer les travaux pluridisciplinaires et de ne pas en défavoriser a priori les acteurs ;

  • pour les programmes, être attentif à développer de façon ample et harmonieuse tous les chapitres de la recherche, afin de ne pas compromettre les actions pluridisciplinaires, et en définitive l’utilisation concrète des résultats de la recherche ;

  • pour les objectifs, surtout quand ils ont la complexité de ceux acceptés dans le domaine écologique, prévoir les structures permettant à chaque fois de discuter des buts et des moyens, d’analyser tous les aspects, y compris socio-économiques, des phénomènes abordés, enfin de mettre au point et en place les méthodologies nécessaires.

17Sur un plan général, le colloque a insisté, à travers tous ses groupes de travail :

  • sur les progrès qu’entraînerait la transparence des opérations, qu’elles soient de financement, d’organisation ou de jugement, sans qu’il y ait contradiction avec la nécessité d’une pluralité des sources de financement aussi bien que des réalisations ;

  • sur le souhait de faire évoluer largement dans les enseignements du premier et du second degré les programmes des sciences et de la nature, tant qualitativement que quantitativement ; la formation de base, comme ultérieurement la vulgarisation, ne peuvent être sous-estimées dans la résolution des problèmes de type écologique ;

  • sur l’intérêt que présenterait, chaque fois que possible, une rotation des responsables à tous les niveaux d’organisation de la recherche scientifique et technologique.

18Mais il est clair que la plupart des problèmes posés, y compris les derniers, ne peuvent trouver de solution que dans le cadre d’une expansion progressive, raisonnée, mais générale, de la recherche.

© CNRS Éditions, 1992

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540