Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Annexes

L’évaluation interdisciplinaire et sa gestion

Intervention de Jean-Marie LEGAY au Carrefour des Sciences, Paris, 1990

Jean-Marie Legay

Texte intégral

1J’ai eu la chance de participer pendant une vingtaine d’années à une série de comités dépendant successivement de la DGRST, puis des formes diverses qu’ont pris le ministère de la Recherche et celui de l’Environnement, série de comités qui avaient tous une composante écologique dans leurs objectifs. À travers des thèmes qui furent Équilibres et luttes biologiques, Gestion des ressources naturelles renouvelables, Écologie et aménagement rural, Diversification des modèles de développement rural, et latéralement, Espace et cadre de vie, le point commun était la mise en œuvre concrète d’une pluridisciplinarité, parfois devenue interdisciplinarité, et cela dans un espace parfaitement défini, fréquemment en milieu rural donc à composante technique agronomique, souvent en régions marginales au sens de la productivité économique. Le volet socio-économique était d’ailleurs toujours présent mais prenait de plus en plus d’importance à mesure que les comités se succédaient.

2Les programmes relevaient tous d’une demande sociale (quelles que soient les discussions qu’on pouvait avoir à son sujet) ; c’était : comment contribuer à l’éradication de la bilharziose, comprendre et gérer les mangroves, trouver un compromis entre troupeaux et forêts en conditions méditerranéennes, concevoir la lutte biologique en milieu forestier, restaurer en zone tropicale un bassin-versant ravagé par l’érosion ou la déforestation, etc.

3Pour moi et quelques collègues, le fil directeur était d’ordre méthodologique. C’est ce qui explique la longévité de ma présence dans les comités qui renouvelaient très largement leur composition à chaque nouvelle étape. La question était : comment s’attaquer à l’étude d’un système complexe, avec quelles méthodes, avec quelles exigences ?

4C’est là un des premiers résultats à enregistrer que le constat de forts soucis méthodologiques dans ces programmes, parce que l’acceptation d’un objet complexe comme objet de recherche entraîne à la fois des exigences globales qui se traduiront dans les relations entre champs disciplinaires, et des exigences internes qui s’exprimeront dans chaque discipline.

5D’autres caractéristiques constantes ressortent de cette expérience :

6La nécessité d’une analyse de situation trop souvent sous-estimée ou laissée sous forme intuitive et implicite alors qu’elle demande une réflexion rigoureuse ainsi que des observations ou des expériences préliminaires.

7L’importance d’une approche systémique qui ne signifie pas seulement qu’on étudie un objet fait d’un ensemble d’éléments, mais que ces éléments sont dans un état particulier qui est celui d’une cohérence globale.

8Le rôle privilégié de la méthode des modèles seule capable d’explorer des situations difficiles où la cohérence des processus se substitue dans nos raisonnements à l’évidence de faits ponctuels.

9La réhabilitation de l’observation en tant que démarche scientifique qui a demandé de nombreuses années de mise en place et pour laquelle les chercheurs français ont été des pionniers puisque les premiers livres américains de statistique de données observationnelles datent des années 70 et surtout 80.

10Le constat d’une durée de plusieurs années des programmes pluridisciplinaires avec une montée progressive de l’intérêt pendant deux ou trois ans et une chute assez rapide environ un an avant la fin du contrat, au moment du retour à des activités monodisciplinaires.

11Enfin, il est clair que l’interdisciplinarité apparaît elle-même comme un système, chaque discipline y étant privée d’une partie de son potentiel, mais l’ensemble des disciplines faisant apparaître des propriétés nouvelles et un potentiel original qu’aucune d’entre elles prise séparément n’aurait pu faire émerger ; d’où l’explication des réussites mais aussi des tensions et des frustrations qui accompagnent les programmes dont nous débattons aujourd’hui.

12Compte tenu de tous ces constats, trop brièvement exprimés, on comprend cependant aisément que l’évaluation des activités de recherche scientifique et technique provoquées par un programme interdisciplinaire ne peut être facile. Il est plus commode de déclarer que celui-ci ne vaut rien plutôt que de procéder à une analyse assez élaborée et de tenter de répondre aux questions suivantes :

  1. Y a-t-il eu concertation entre plusieurs équipes de disciplines différentes ? Y a-t-il eu des réunions générales effectives ? Y a-t-il eu un journal de bord de l’opération adressé à tous les participants ?

  2. Toutes les disciplines utiles ont-elles pu être réunies ? Pourquoi certaines ont-elles manqué ? Par exemple, dans notre domaine, l’expérience a montré qu’on trouvait difficilement un historien, un économiste, un biométricien, plus facilement un agronome, un écologue, un géographe, un sociologue.

  3. La question posée a-t-elle éclaté, ou a-t-elle été remplacée par une autre ? Des équipes distinctes se sont-elles constituées pour répondre séparément à des questions différentes des questions originelles et par des chemins divergents ?

  4. Quels sont les résultats relevant réellement de la pluridisciplinarité ? Y a-t-il eu des articles scientifiques multidisciplinaires ? Un rapport de synthèse de fin de contrat ? Quel en a été le niveau scientifique au vu de l’expertise du contenu et (séparément) de la valeur des périodiques utilisés ou des livres publiés ?

  5. Quelles ont été les retombées ultérieures dans les disciplines, après retour des acteurs dans leur champ disciplinaire ? Quels ont été les prolongements, les publications tardives, les émergences de thèmes nouveaux ?

  6. Quels ont été les concepts apparus, ou modifiés, ou enrichis à l’occasion ; on ne parlera plus après ces grands programmes de la même manière qu’avant des notions de fait technique, de pratiques, des concepts d’équilibre, de diversité, d’hétérogénéité, de réversibilité, de ressource, de patrimoine, etc.

  7. Quelles ont été les conséquences institutionnelles de l’opération qu’on évalue ? Les administrations, les établissements de recherche, les politiques scientifique et technique ont-elles été modifiées à la suite d’une ou plusieurs opérations de ce genre ? Par exemple un département de l’INRA comme le SAD dont la création en 79 a été précédée par dix ans de comités et de programmes pluridisciplinaires doit beaucoup aux réflexions qui en étaient issues et à l’expérience qui en résultait. Le PIREN du CNRS a été l’héritier de certains de ces grands programmes pluridisciplinaires. On pourrait en dire autant de certains départements de l’ORSTOM, etc.

13Ainsi donc, on sait bien les questions qu’il faut poser pour évaluer sur des bases scientifiques concrètes des programmes pluridisciplinaires. On n’oubliera pas aussi que l’évaluation des réponses doit être accompagnée de l’évaluation des questions, et qu’une partie des interrogations que nous avons suggérées renvoie à la demande qui avait été formulée (y compris la demande sociale).

14En face de problèmes dont la complexité et l’ampleur sont inhabituelles, il faut mettre une machine de guerre scientifique adaptée. On n’est pas obligé de s’attaquer à la bilharziose, au cancer, au sida, pas plus qu’à l’effet de serre ou à la pollution des eaux souterraines. Après tout, le droit au suicide est imprescriptible. Mais si on décide de le faire, alors il faut construire la machine adéquate.

15Les programmes pluridisciplinaires nous ont mis au pied du mur. Ils montrent encore mieux qu’ailleurs dans la recherche qu’il faut des objectifs clairement et fermement définis ; qu’il faut aussi des moyens, et des moyens méthodologiques au moins autant que matériels si on veut éviter le gâchis et ces placards remplis de données inutilisables. Et en même temps, le mérite de ces grands programmes – que certains seraient tentés de classer dans l’ordre des applications de la science – est de révéler au contraire un énorme besoin de recherche fondamentale.

16L’interdisciplinarité, ainsi donc, n’est pas une religion, ni un objectif, ni une mode, ni une contrainte institutionnelle. Elle est seulement l’état obligé de l’organisation de la recherche en face de certains problèmes. Ou bien on accepte ces problèmes-là et alors il faut accepter la pluridisciplinarité et son cortège d’exigences épistémologiques et matérielles, ou bien on n’accepte pas ces problèmes. L’honnêteté est utile, même en politique scientifique.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540