Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie naïve, anthropologie savante

 | 
Wiktor Stoczkowski

Chapitre 4. Mécanismes de l’évolution : limites de la nature ou de l’imagination ?

Texte intégral

LE SENS COMMUN ET L’ÉVOLUTION

1L’étude des éléments constitutifs et des relations « causales » qui forment la charpente de nos scénarios ne donne qu’une image fragmentaire de leur construction, car chacune des séquences explicatives, dont j’ai décrit la logique, présuppose aussi un mécanisme de changement évolutif. À cet égard, les explications peuvent être divisées en trois groupes :

  • Les explications « traditionnelles », qui ne font appel ni aux mécanismes de l’évolution darwinienne ni aux prémisses « lamarckiennes » ;
  • Les explications « lamarckiennes », qui se réfèrent, explicitement ou non, au principe de l’usage et du non-usage, ainsi qu’à l’hérédité des caractères acquis ;
  • Les explications « darwiniennes », où j’ai compté celles qui évoquent les mécanismes de sélection naturelle et sexuelle, ou plus généralement, celles qui recourent à la terminologie darwinienne (par exemple les termes de fitness, de préadaptation, etc.), voire à une terminologie considérée communément comme telle (par exemple la notion d’adaptation). Un groupe à part dans cette catégorie est constitué par les explications qui se réfèrent au mécanisme des « variations corrélatives1 ».

2La schématisation logiciste à laquelle tous les scénarios ont été soumis permet de distinguer au total 216 séquences explicatives, exprimées chacune par une ou plusieurs opérations d’inférence. Les auteurs considérés (Lamarck mis à part), déclarent leur attachement à la théorie darwinienne ou néo-darwinienne de l’évolution ; il est donc surprenant de constater que près de 74 % des séquences causales ne font aucune référence aux mécanismes darwiniens. Ceux-ci n’apparaissent que dans 20,4 % des cas, jouant ainsi dans nos scénarios un rôle bien modeste, qui dépasse à peine trois fois celui des formules lamarckiennes, mobilisées dans 6,0 % des séquences causales (tableau VIII).

3Comme presque la moitié des scénarios construisent leurs explications de l’anthropogenèse sans recourir au darwinisme, force est de constater que l’argumentation de ces textes n’aurait pas trop souffert si la théorie de l’évolution n’avait pas existé !

4Si le darwinisme est communément reconnu, pourquoi son usage reste-t-il si restreint dans nos textes ? Est-ce parce que leurs auteurs ont en tout état de cause l’illusion d’utiliser le darwinisme, ou plutôt parce qu’en fait ils n’en ont aucun besoin ? Et si ce besoin n’est pas ressenti, n’est-ce pas simplement parce que le darwinisme n’innove guère par rapport aux anciennes formules explicatives ? Mais s’agit-il bien dans ce cas du darwinisme, ou plutôt d’une de ses applications naïves, qui aurait séduit nos auteurs ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire d’examiner de plus près la nature des explications « traditionnelles » et « darwiniennes », afin de mieux éclairer les différences qui les séparent, et surtout de mieux cerner leurs points communs, révélateurs des limitations auxquelles les formules « anciennes » et « nouvelles » sont soumises.

EXPLICATIONS « TRADITIONNELLES »

5La forme des explications « traditionnelles » est fortement stéréotypée, et on peut la ramener à deux versions, l’une simple, l’autre plus complexe.

6La version simple est du type :

7Si (X), alors (Y),

8où X désigne soit un caractère du milieu, soit un caractère « humain » (rarement un groupe de caractères) auquel on prête le statut de cause, tandis que Y dénomme un caractère « humain » (rarement un groupe de caractères) considéré comme l’effet du précédent : par exemple si « chasse » (X), alors « coopération » (Y).

9La version complexe inclut dans la formule précédente une proposition complémentaire qui indique la nature de la relation entre le côté gauche (X) et le côté droit (Y) :

10Si (X), et si (X) → (Y), alors (Y),

Tableau VIII — Les séquences explicatives dégagées dans nos scénarios de l’hominisation par l’analyse logiciste, classées selon les mécanismes de changements évolutifs auxquels nous les rattachons ; les chiffres romains renvoient à la numérotation des textes au tableau TV ; les chiffres arabes indiquent le nombre de séquences explicatives (analyse détaillée, cf. Stoczkowski, 1991).

Tableau VIII — Les séquences explicatives dégagées dans nos scénarios de l’hominisation par l’analyse logiciste, classées selon les mécanismes de changements évolutifs auxquels nous les rattachons ; les chiffres romains renvoient à la numérotation des textes au tableau TV ; les chiffres arabes indiquent le nombre de séquences explicatives (analyse détaillée, cf. Stoczkowski, 1991).

11où (X) et (Y) ont les mêmes valeurs que ci-dessus, tandis que (X) (Y) signifie qu’un caractère (X) commande (entraîne, est lié à, nécessite, contribue à, stimule, libère, permet, rend possible, etc.) un autre caractère (Y) ; par exemple :

12Si « chasse » (X),

13et si la « chasse » nécessite la « coopération » (X Y),

14alors « coopération » (Y).

15Les explications traditionnelles s’appuient donc sur des assertions qui postulent une relation entre les caractères, où le rapport entre le côté gauche (cause) et le côté droit (effet) est tantôt explicité, tantôt non (distinction qui correspond à celle que la rhétorique grecque faisait entre syllogismós et epicheírema).

16Comme nous l’avons déjà observé, cet agencement de caractères en séquences causales est soumis à certaines règles et limitations qui traduisent une vision particulière de l’homme et de la culture. Les grandes lignes de cette conception peuvent être définies par quatre axiomes, que j’ai appelé déterminisme de l’environnement, matérialisme, utilitarisme et individualisme (voir le chapitre « Spéculation conjecturale — la méthode »).

Déterminisme de l’environnement

17La plupart des scénarios expliquent le début de l’hominisation, dans ses aspects biologiques et culturels, par l’impact de l’environnement. L’influence du milieu jouerait ainsi un rôle clé dans l’enclenchement du processus, dont l’ensemble ne serait que l’écho de cette première impulsion.

  • 2 Voir par exemple les textes réunis dans Coppens, 1985.
  • 3 Cette dernière hypothèse, cf. Vrba, Denton & Prentice, 1989.

18Il n’y a pas de raison de mettre en doute l’importance du milieu dans les mécanismes de l’évolution. Quant à l’hominisation, la part du milieu est plausible, car les transformations climatiques du Plio-Pléistocène sont contemporaines d’importants changements évolutifs non seulement dans la famille des Hominidés, mais également pour une bonne partie de la flore et de la faune de l’Afrique de l’Est2. Néanmoins, cette corrélation ne préjuge pas de la nature du mécanisme en œuvre que l’on pourrait associer soit à de nouvelles pressions sélectives, soit à un isolement reproductif lié aux facteurs du milieu, soit aux deux causes agissant parallèlement, ou encore à une influence du climat sur le développement fœtal3. De surcroît, même si l’environnement a joué un rôle décisif, il est trop rapide de vouloir expliquer l’hominisation en limitant le champ des hypothèses aux facteurs extérieurs, sans prendre en compte aussi les contraintes structurelles des organismes.

  • 4 Ardrey, 1963 : 240.

19Le caractère de l’influence que l’environnement a pu exercer sur l’hominisation ne va donc pas de soi. Malgré cela, nos scénarios, qui donnent souvent au changement écologique la forme d’une catastrophe, paraissent enclins à dépeindre l’action du milieu selon la formule la plus sommaire : les contraintes écologiques auraient tracé aux hominidés le chemin étroit de la nécessité, une seule voie où pouvait se dérouler le processus évolutif. Ainsi, un choix simple se serait présenté à nos ancêtres : périr ou s’hominiser (« le refus de ces espèces d’accepter l’extinction rendit possible l’homme » dit, Robert Ardrey4). L’adoption d’une telle perspective affecte inévitablement la nature des explications qui sont proposées :

  • 5 Hockett & Ascher, 1964 : 136.

« Lorsque nous posons la question du pourquoi d’un changement, affirme l’un de nos scénarios, nous devons nous rappeler que nos ancêtres, à cette époque, ne s’efforçaient pas de devenir humains. Ils ne faisaient que ce que tous les animaux font : ils essayaient de rester en vie. Or, en cherchant les causes d’un changement, nous devons prendre en considération les conditions caractéristiques de cette époque5 ».

20Ainsi, pour citer quelques exemples, le régime carné et la chasse sont perçus comme seule chance de survie dans un nouvel environnement où la nourriture végétale manque cruellement ; la bipédie est la seule locomotion permettant de fuir rapidement et de rester en vie dans un milieu découvert ; les outils et la coopération deviennent indispensables, soit pour se défendre contre des animaux plus puissants, soit pour se procurer la nourriture nécessaire, etc.

21Expliquer la transformation évolutive équivaudrait ainsi à montrer comment, dans des conditions données, le changement permettait d’échapper à la mort et de réaliser ainsi l’impératif tenu pour suprême du monde animé : « rester en vie ». Cette formule, érigée en loi, fait de la nature le champ clos du déterminisme le plus strict où une seule route est ouverte, hors de laquelle il n’est point de salut.

  • 6 Jacob, 1981 : 18.
  • 7 Devilliers & Chaline, 1989 : 70.

22Les biologistes rejettent aujourd’hui cette vision trop simpliste. Certes, l’impératif de survie influence les organismes vivants, mais il est loin de rendre pleinement compte de leurs transformations. Dans la perspective des problèmes de survie, « il est difficile », écrivait François Jacob, « de voir quelque nécessité dans le fait que les arbres ont des fruits. Ou que les animaux vieillissent. Ou dans la sexualité. Pourquoi faut-il se mettre à deux pour en faire un troisième ? »6. Les exigences d’un même environnement peuvent être satisfaites par des constructions anatomiques et des réponses comportementales fort différentes7 ; autrement dit, les contraintes extérieures sont insuffisantes pour expliquer les options qui ont été effectivement choisies dans la nature.

23Si l’axiome du déterminisme de l’environnement répond mal à la complexité de l’évolution, il reflète en revanche très bien la simplicité de l’imaginaire commun. J’ai déjà montré, à travers de nombreux exemples, que la spéculation philosophique concevait l’anthropogenèse comme un procès soumis à une stricte fatalité. Holbach se faisait le porte-parole de cette opinion lorsqu’il déclarait :

  • 8 Holbach, 1821/1770 : 90.

« Tout aurait dû convaincre l’homme qu’il est, dans chaque instant de sa durée, un instrument passif entre les mains de la nécessité [...]. C’est donc la nature toujours agissante qui marque à l’homme chacun des points de la ligne qu ‘il doit décrire8 ».

  • 9 Greenwood, 1984.
  • 10 Par ex. choix de textes du corpus hippocratique, Joly, 1964.
  • 11 Myres, 1908 : 162-164 ; voir aussi Greenwood, 1984.

24Les avatars du déterminisme écologique accompagnent la pensée anthropologique dès ses débuts9. Il est frappant d’observer le succès durable que connaissent aujourd’hui encore les théories expliquant la diversité des cultures et les moments importants de l’histoire humaine par l’influence du milieu. Leur popularité, le crédit de confiance qu’on leur accorde, ne sont pas moindres dans la littérature savante que dans celle dite de vulgarisation ; ne serait-ce pas ici encore la conséquence du poids de l’imaginaire occidental, où longtemps fleurissaient les spéculations de l’anthropologie hippocratéenne10 ? Cette doctrine antique proposait une construction symbolique où l’on juxtaposait, sur les quatre qualités physiques organisées en deux paires d’oppositions (froid/chaud, sec/humide), tout un système d’associations comprenant quatre éléments (feu, air, terre, eau), quatre humeurs physiologiques (bile jaune, sang, bile noire, pituite) et quatre tempéraments (colérique, noble, mélancolique, flegmatique). Par l’intermédiaire du climat, de la nourriture et des boissons, les éléments primitifs devaient influencer les humeurs, lesquelles décidaient des tempéraments, ceux-ci déterminant par la suite aussi bien l’anatomie des hommes que leur mentalité, les mœurs et l’organisation sociale. Ainsi, le climat et les aliments qui en dépendent acquéraient la capacité extraordinaire et illimitée de former les hommes11. Puisque l’anatomie comme la culture seraient déterminées par le milieu naturel, toutes leurs transformations devraient s’expliquer par les changements du milieu.

  • 12 Par ex. Bodin, 1951/1572.
  • 13 Par ex. Bory de Saint-Vincent, 1825, VIII : 278-339 ; Buffon, 1831/1749 ; Cabanis, 1959/1802 : 316 (...)

25Ce courant de pensée nourrie d’écrits d’Hippocrate, d’Aristote et de Galien traverse depuis longtemps la culture occidentale. L’essor de sa popularité marque l’époque de la Renaissance12, pour atteindre sa plus grande force au xviiie et se prolonger encore au début du xixe siècle13. Le système d’associations symboliques fondées à l’origine sur l’identification de l’homme-microcosme avec les éléments et les qualités macrocosmiques a été rapidement « naturalisé ». De nombreux auteurs y voyaient un moyen d’expliquer rationnellement les différences entre les hommes, aussi bien celles de leur anatomie que celles de leurs cultures. La conclusion générale était toujours la même :

  • 14 Buffon, 1831/1749 : 253.

« J’admettrois donc trois causes, écrivait Buffon, qui toutes trois concourent à produire les variétés que nous remarquons dans les différents peuples de la terre : la première est l’influence du climat ; la seconde, qui tient beaucoup à la première, est la nourriture ; et la troisième, qui tient peut-être encore plus à la première et à la seconde, sont les mœurs14 ».

  • 15 Ibidem, 191.
  • 16 Par ex. Virey, 1841.

26Le climat serait donc la cause première et principale de la différenciation des hommes et des cultures, car c’est à elle que se ramènent les deux autres, nourriture et mœurs. Buffon ajoute : si « les Samoïèdes, les Zembliens, les Borandiens, les Lapons, les Grœnlandois, et les sauvages du Nord au-dessus des Esquimaux [...] se ressemblent par la forme, par la taille, par la couleur, par les mœurs et même par la bizarrerie des coutumes15 », c’est justement parce qu’ils habitent tous la zone du même climat, et qu’ils consomment aussi une nourriture identique. Même les détails les plus superflus de la culture n’échappent pas à l’impact d’un déterminisme si rigoureux qu’il va jusqu’à engendrer les « bizarreries des coutumes » identiques. Le rapport entre ces spéculations et le système symbolique de l’anthropologie hippocratéenne ne fait pas de doute : au moins jusqu’à la moitié du xixe siècle on retrouve les références aux humeurs et aux éléments dans les débats sur les rapports climat/ nourriture tempéraments/anatomie/culture16.

  • 17 Par ex. Granger, 1922.
  • 18 Stomma, 1986.
  • 19 Ibidem.

27Le succès dont jouissent encore de nos jours des arguments similaires témoigne que ce savoir s’est infiltré profondément dans l’univers du sens commun. Aux xixe et xxe siècles, on les trouve dans la littérature populaire de très nombreuses Géographies universelles qui offrent de savoureuses descriptions des nations et des groupes ethniques dont les caractères seraient déterminés avec une grande précision par les climats locaux17. Un véritable arsenal d’images fantastiques, de clichés racistes et xénophobes trouve là une justification « rationnelle » et « scientifique », qui réduit les différences entre les hommes aux différences des climats et des situations géographiques. Cette vision reste toujours bien ancrée dans notre imaginaire, où elle est véhiculée par les produits culturels de la consommation quotidienne. L’analyse des romans policiers SAS de Gérard de Villiers, par exemple, révèle toute une vision cohérente de corrélations entre les climats et les tempéraments et cultures propres à telle ou telle région18. Ainsi, le climat tempéré est associé à la discipline, la réserve, le caractère pacifique, le goût de la propreté, l’honnêteté, tandis que le climat tropical est censé engendrer la spontanéité, le manque de discipline, la cordialité, ces traits allant de pair avec la cruauté, la malhonnêteté et la corruption. C’est à travers un tel monde que voyage le héros de Gérard de Villiers, et l’anthropologie mythique qui perçait des pérégrinations dépeintes au siècle précédent par Jules Verne est presque la même19. D’ailleurs, combien d’entre nous croient encore les Nordiques réservés et flegmatiques, et s’étonnent de ne pas trouver la jovialité chez un Méridional ?

28La thèse du déterminisme climatique s’inscrit ainsi dans une vieille tradition qui semble encore conditionner les jugements fondés sur le sens commun : puisque l’on croit que la nature détermine ce qu’est l’homme, il est logique qu’on cherche les raisons des transformations anatomiques et culturelles surtout dans les changements de l’environnement.

Matérialisme

  • 20 Marx & Engels, 1968/1846 : 50.

29Tout comme le principe du déterminisme écologique schématise abusivement les mécanismes de la nature, celui du matérialisme simplifie à l’excès la conception de la culture. La vision anthropologique bâtie sur ces prémisses fait des contraintes matérielles la seule explication autorisée des phénomènes culturels ; la pensée, même lorsqu’elle se manifeste, n’est qu’un reflet de la réalité matérielle, comme dans la formule classique de Marx et Engels, selon laquelle « la pensée, le commerce intellectuel des hommes apparaissent [...] comme l’émanation directe de leur comportement matériel20 ». La pensée et les conventions arbitraires qu’elle engendre, n’ayant pas de poids dans les mécanismes de la culture, deviennent par conséquent un facteur sans importance pour sa genèse.

30Un tel principe semble régir les explications « traditionnelles » des scénarios. Outils, langage, coopération, vie sociale, division sexuelle du travail, partage de la nourriture apparaissent seulement sous l’impact des circonstances matérielles, qui auraient entièrement déterminé la vie de nos ancêtres.

31Cette conception des origines de la culture n’est pas sans rapport avec une vision populaire de la « nature » humaine, exprimée clairement par la primatologue Adrienne Zihlman, dans un discours à une réunion annuelle de l’Association américaine des anthropologues, où elle résumait les discussions sur l’origine de l’homme par cette phrase :

  • 21 Zihlman, 1987 : 11, trad. W.S.

« Comme avec toutes choses de la vie, le débat se concentre sur deux thèmes : la nourriture et le sexe ; ou, pour donner un ton plus académique : la diète et la reproduction21 ».

32Que le ton soit académique ou non, l’idée reste la même, et cette boutade la résume fort bien : l’être humain, c’est d’abord la faim et l’instinct sexuel. Ce sont ces stimuli qui commanderaient son comportement à l’état de nature, demeurant aussi chez les civilisés le moteur principal de la conduite.

  • 22 Par ex. Rogers, 1962 : D32, D5 ; Marttn, 1978 : 74 ; Tanner, 1979 : 108-110.
  • 23 Voir par ex. Lévi-Strauss, 1962 ou Sahlins, 1980.

33Il serait extrêmement diffìcile de défendre cette vision sur le terrain du savoir ethnologique, où l’homme contemporain est étudié à travers une multitude de cultures, des plus simples aux plus complexes. On découvre là des humains empêtrés dans un amas de conventions arbitraires que leur impose la société, souvent à rencontre de la logique des contraintes matérielles. Qui plus est, l’homme pense, donc il crée des représentations du monde qui sont loin d’être un reflet, simplifié ou déformé, de l’univers matériel. La pensée se coule certes dans une certaine réalité, mais elle possède aussi la faculté d’engendrer des êtres dont l’existence, bien que limitée à l’imaginaire, peut en retour affecter l’homme dans tous les domaines de la vie, avec une force non moindre que celle des stimuli venant du monde matériel. Comme nos scénarios se réfèrent souvent aux cultures des chasseurs-collecteurs, il est utile de rappeler à ce propos la fonction importante que les rêves et leurs interprétations, les uns et les autres influencés par les croyances locales, jouent dans la vie de ces peuples22. Un autre exemple éloquent du rôle de l’imaginaire dans la culture nous est offert par les phénomènes de la division sexuelle du travail, que l’anthropologie naïve réduit, aussi obstinément qu’injustement, à la seule nécessité biologique. Il est curieux d’observer la grande peine des ethnologues qui essaient, souvent en vain, de convaincre autrui que la relation entre l’homme et la réalité extérieure est entremise par un schéma conceptuel du monde, que le subjectif ne découle pas de l’objectif et que les contraintes intellectuelles sont parfois aussi importantes que les circonstances matérielles23.

34On m’objectera que cette argumentation concerne seulement les cultures contemporaines ou relativement récentes, toutes accessibles à l’observation directe ou à l’enquête historique. Qu’en est-il lorsqu’on se tourne vers nos lointains ancêtres ? Précisément, nous n’en savons rien. Notre connaissance des fonctions intellectuelles des premiers hominidés demeure quasi nulle, de sorte qu’il est difficile de préjuger de leurs facultés cognitives et de leurs aptitudes à créer des conventions sociales arbitraires, qui auraient pu jouer un rôle dans la genèse de certains phénomènes culturels. Cette ignorance nous laisse certes la liberté d’imaginer l’existence de nos ancêtres comme réduite au « sexe » et à la « nourriture » ; mais il ne s’ensuit pas que cette vision soit la seule possible. Rien n’oblige à retenir, a priori, cette réduction de l’homme primitif à un homo stupidus obsédé par une incessante quête de nourriture et de femelles ; une espèce de logique culturelle est également concevable comme élément nécessaire dans l’explication de l’anthropogenèse. La plupart de nos scénarios passent cette éventualité sous silence, comme s’il était certain que les explications non seulement peuvent mais aussi doivent se borner aux prémisses matérielles.

  • 24 Cf. Bowler, 1986 : 161-173.

35L’histoire de l’anthropologie fournit cependant des exemples de travaux qui ont adopté un point de vue contraire, traitant la pensée comme le principal ressort de l’hominisation24. En 1828, K. E. von Baer affirmait que la station debout n’est que la conséquence du développement du cerveau et de l’intelligence. En 1895, une conception similaire a été présentée par L. F. Ward. W. J. Sollas affirmait en 1909 qu’un singe intelligent, pourvu d’un grand cerveau, avait un jour choisi le mode de vie humain parce qu’il avait pris conscience de ses avantages. Dans le même esprit, S. E. Smith déclarait, en 1912, que l’hominisation avait commencé par le développement du cerveau et de l’intelligence, dont la station droite et le langage n’étaient que des effets secondaires ; et si le passage de la forêt au milieu découvert paraissait être le moment clé de ce processus, la seule raison en était, selon Smith, que les hommes, devenus intelligents, avaient compris la supériorité de la vie dans le nouveau milieu.

36Il est clair que ce type de raisonnement peut se transformer facilement en un passe-partout explicatif qui marche à tous les coups. L’homme « comprit » ou « décida » — un acte unique de l’intellect et de la volonté fournit toutes les explications que l’on veut, aussi faciles à fabriquer que difficiles à réfuter.

37Le courant « naturaliste » de l’anthropologie, conscient de ces faiblesses, rejetait cette démarche. La recherche des « causes matérielles » devait offrir la solution de rechange, comme le soulignait en son temps Engels :

  • 25 Engels, 1971/1896 : 67.

« C’est à l’esprit, au développement et à l’activité du cerveau que fut attribué tout le mérite du développement rapide de la société ; les hommes s’habituèrent à expliquer leur activité par leur pensée au lieu de l’expliquer par leurs besoins [...], et c’est ainsi qu ‘avec le temps on vit naître cette conception idéaliste du monde qui, surtout depuis le déclin de l’Antiquité, a dominé les esprits. Elle règne encore à tel point que même les savants matérialistes de l’école de Darwin ne peuvent toujours pas se faire une idée claire de l’origine de l’homme25 ».

38Engels se trompait pourtant lorsqu’il faisait de l’approche matérialiste une innovation du xixe siècle : la spéculation anthropologique en fait constamment usage depuis l’Antiquité. Les formules « matérialistes », tout comme les « idéalistes », appartiennent aux structures de longue durée de l’imaginaire traditionnel : bien que contradictoires, les unes et les autres restent paradoxalement liées, héritières de la même vision anthropologique, à laquelle on peut donner le nom de conception de 1’« homme stratifié ».

39L’homme est en effet dans les deux cas conçu comme une créature à strates, composée principalement de deux couches. L’une est naturelle, physique, biologique, animale, matérielle, instinctive et prévisible. L’autre est culturelle, suprabiologique, humaine, morale et soumise à la pensée, donc arbitraire et imprévisible. La ligne de démarcation qui les sépare est présentée comme nette et facile à discerner. Les couches sont superposées selon un ordre où l’une constitue un socle, tandis que l’autre en est le faîte. Il reste à décider laquelle de ces strates est fondamentale : ou bien la pensée-culture devient primordiale et décide de la matière-nature, ou bien l’inverse. Voilà l’essentiel du vieux débat anthropologique entre « idéalisme » et « matérialisme ».

  • 26 Virey, 1827 : 23.
  • 27 Diderot, 1972/1830 : 183.
  • 28 Ibidem.

40Il ne fait pas de doute que c’est l’option matérialiste qui domine nos scénarios savants. Ils se rattachent ainsi au vieux courant naturaliste. La pensée anthropologique du xviiie et du début du xixe siècle évoquait à maintes reprises l’image de 1’« homme stratifié », où la couche naturelle apparaissait comme la base du culturel. « Nous naissons pour ainsi dire singes, c’est l’éducation qui nous rend hommes », écrivait J.-J. Virey26. Chez Diderot, ce résumé ontogénétique trouve son écho dans un développement historique : « Il existait un homme naturel : on a introduit au dedans de cet homme un homme artificiel27 ». Toujours selon Diderot, l’ancienne couche fondamentale est enfouie dans l’homme policé, mais elle peut reprendre le dessus dans des circonstances difficiles, qui « ramènent l’homme à sa première simplicité, le réduisant aux contraintes des besoins les plus élémentaires28 ». Ainsi, confronté aux menaces et aux peines de la lutte pour l’existence, l’homme retourne à sa dimension animale ; et on ne devrait pas s’en étonner, puisque les strates sont distinctes et que celle de la base peut exister isolée de son faîte. Nul doute donc, affirmait l’Histoire raisonnée, qu’à l’époque originelle, toute occupée par la « lutte vitale » (terme des Lumières pour parler de la « lutte pour la survie »), la nature humaine, soumise aux premières nécessités, était limitée à sa couche fondamentale. Les philosophes de tous les temps se plaisent à découvrir cette sagesse populaire, selon laquelle l’homme, à l’origine, se limite à la digestion et au sexe. Ainsi, Engels, dans l’éloge funèbre à Karl Marx, rendait cet hommage à son maître et ami :

  • 29 Engels, 1949 : 155, trad. W. S.

« De même que Charles Darwin a découvert la loi du développement du monde organique, de même Marx a découvert ce simple fait, voilé jusque-là par des préjugés idéologiques, que les hommes doivent d’abord manger, boire et chercher un abri, avant qu’ils puissent s’adonner à la politique, la science, l’art, la religion, etc.29 ».

  • 30 Vico, 1953/1744 : 83, paragraphe L. XVI.

41Deux cents ans plus tôt, Giambattista Vico faisait une « découverte » similaire : « Les hommes sont d’abord en quête de ce qui leur est nécessaire à la vie ; ils cherchent ensuite les choses utiles et les commodités de la vie, puis ils s’attachent au plaisir30 »..

  • 31 Lloyd, 1974 : 149-50.

42L’idée que le loisir et l’affranchissement des préoccupations matérielles sont nécessaires pour que l’homme s’élève à des activités qui dépassent ses besoins élémentaires était déjà largement acceptée dans l’Antiquité31. Il serait également facile d’accumuler les références à l’appui de la conception opposée, aussi ancienne et répandue, qui donne la priorité, chez l’homme et dans la culture, à la seule couche « morale » et « intellectuelle ».

43Ce qu’il importe de retenir, par conséquent, c’est la faveur dont jouit, tant chez les philosophes que chez les savants, la vision de l’homme « stratifié » et « démontable », sous l’une ou l’autre de ses versions. Leur schéma de base s’accorde parfaitement avec les conceptions anthropologiques traditionnelles. Dans la théologie chrétienne, dans la spéculation gnostique et kabbalistique, comme dans d’autres courants ésotériques, l’être humain est fait de deux parties, dont les natures sont différentes et dont l’une ou l’autre peut se rendre maître de l’homme : l’âme et le corps, l’Homme Nouveau et l’Homme Ancien, pneuma et anti-mimon pneuma, l’âme sainte (nischmata) et l’âme bestiale (néphesch haîa), etc. Viennent à l’esprit les paroles de Faust qui s’exclame dans un tragique déchirement :

  • 32 Faust, I : 1119, trad. J. Malaplate, cf. Goethe, 1984.

« Moi, deux âmes, hélas, habitent dans mon sein
Et chacune voudrait de l’autre se défaire32 ».

44L’idée de cette dualité de l’homme persiste toujours dans notre culture, où elle prend les figures les plus variées. Non seulement une bonne partie de la littérature nous parle de la lutte éternelle qui se déroule au fond de nous-mêmes entre la Bête et l’Ange, mais encore certains savants déclarent, de temps à autre, qu’ils viennent de découvrir dans l’homme un ancien résidu oublié dont la connaissance permettra de mieux comprendre notre véritable nature (par exemple les révélations de Desmond Morris au sujet du singe qui se cache dans l’homme ; semblables propos sont légion).

45La conception de l'homme stratifié est lourde de conséquences pour les explications de l'anthropogenèse, du fait qu’elle autorise à décomposer l’homme en couches ou niveaux dont on envisage ensuite des modes d’existence et de fonctionnement indépendants. On se donne ainsi le droit de réduire l’homme à des caractères relevant d’un seul de ces niveaux et d’expliquer ensuite les phénomènes anthropologiques selon la logique monovalente qui lui serait propre : ou bien par des actes purs de l’intellect, ou bien, comme dans nos scénarios, par les seules contraintes matérielles.

Utilitarisme

46Expliquer l’origine d’un caractère nouveau selon le principe de l’utilitarisme, c’est montrer en quoi l’innovation était utile. Dans les scénarios de l’anthropogenèse, une telle démarche implique une vision de l’utilité, adaptée à l’image que l’on se fait de la vie de nos ancêtres. Comme la plupart des auteurs sont portés à croire que l’existence primitive consistait principalement en une lutte pour la survie, ils attribuent aux premiers traits humains, qui émergent au début de l’hominisation, une utilité pour la sauvegarde de la vie. Si la chasse apparaît, c’est qu’elle seule permettait de trouver la nourriture suffisante dans la savane ; la vie sociale s’impose pour faire face au danger mortel des prédateurs ; les outils sont indispensables à la défense, etc. Ainsi, aux commencements, l’utilité découlerait de nécessités vitales. Puis, avec le temps, ces premiers caractères « humains » font apparaître le besoin d’autres innovations : le langage est indispensable pour transmettre les connaissances techniques, la coopération s’impose pendant la chasse, laquelle à son tour implique l’utilité de la division sexuelle du travail, et celle-ci, ensuite, rend nécessaire le partage de la nourriture.

47Une notion de l’utilité ainsi réduite aux nécessités élémentaires est caractéristique des explications « traditionnelles », et s’accorde bien avec leurs principes déterministes. Il est donc rare que l’on évoque une utilité liée à un simple profit, possible, mais non pas indispensable (par exemple l’intérêt de la bipédie pour faciliter l’observation de la savane ; l’avantage des outils pour dépecer plus rapidement les carcasses).

48Conformément au principe du « matérialisme », toute utilité de type culturel, décrétée par des conventions sociales, est exclue de ces explications : la logique culturelle n’affecte ni la vie familiale, ni l’organisation sociale, ni l’échange, ni les techniques de chasse, ni le choix des aliments. Si cette utilité culturelle est absente des scénarios de l’hominisation, ce n’est pourtant pas en vertu des enseignements que l’ethnologie nous livre sur les cultures qui lui sont accessibles ; tout se passe comme s’il s’agissait plutôt de respecter les positions matérialistes et l’image qu’elles imposent de ce que fut l’existence originelle des hommes.

49Cependant, le problème essentiel qu’affrontent les auteurs des scénarios n’est pas seulement de bien reconnaître le caractère exact de l’utilité à laquelle on peut faire référence dans les explications, mais aussi et surtout de décider si un appel à l’utilité est suffisant, voire nécessaire, pour expliquer l’origine des choses. Émile Durkheim recommandait déjà une grande prudence à cet égard, et ses remarques n’ont rien perdu de leur actualité :

  • 33 Durkheim, 1937/1895 : 90.

« Faire voir à quoi un fait est utile n ‘est pas expliquer comment il est né ni comment il est ce qu ‘il est. Car les emplois auxquels il sert supposent les propriétés spécifiques qui le caractérisent, mais ne le créent pas. Le besoin que nous avons des choses ne peut pas faire qu’elles soient telles ou telles et, par conséquent, ce n ‘est pas le besoin qui peut les tirer du néant et leur conférer l’être33 ».

  • 34 Livingstone, 1964 : 150.
  • 35 Virey, 1801, 1 : 116.
  • 36 Marx et Engels, 1968/1846 : 415.

50Pourtant, l’explication par l’utilité, ou mieux encore, par la nécessité, reste une démarche extrêmement populaire et convaincante. « Nécessité est la mère de l’invention — la formule est applicable aussi bien à la révolution humaine qu’à la plus récente révolution néolithique », déclare avec assurance un commentateur du scénario de Hockett et Ascher, donnant ainsi une juste image du principe explicatif que propose leur texte34. « Le besoin est le père des arts », écrivait un siècle et demi plus tôt J.-J. Virey35, pour fonder ses propres spéculations préhistoriques ; et Marx et Engels faisaient de la même règle la base de leur intelligence de l’histoire : « Toute révolution, ainsi que les résultats auxquels elle aboutit étaient déterminés par les conditions d’existence des individus, par les besoins36 ».

  • 37 Hobbes, 1962/1651 : 34.
  • 38 Diodore de Sicile, 1743 : 16 ; voir aussi Lucrèce, 1964 : 88, V. 1029.
  • 39 Origène, 1968, II : 375, IV.76.
  • 40 Ruyle, 1977 : 149.

51L’explication de la genèse par les besoins est une idée courante aux xviie et xviiie siècles. Hobbes parlait alors de « need, the mother of all inventions », et Goguet lui faisait plus tard écho, en appelant le besoin « le maître & le précepteur de l’homme37 ». Diodore de Sicile, aux premières pages de son Histoire universelle, emploie déjà ces mots (« le besoin a été le Maître de l’homme38 ») ; et la même conception se retrouve chez les Pères de l’Église : « Dieu, écrivait Origène, voulant que l’intelligence humaine s’exerce sous tous les rapports pour ne pas rester oisive et ignorante des arts, a créé l’homme indigent : ainsi son besoin même le contraindrait à inventer des arts, les uns pour se nourrir, les autres pour se protéger39 ». Le folklore de différents pays d’Europe conserve cette idée dans les proverbes (par exemple « le besoin fait tout faire », « la nécessité est mère de l’invention », « need is the mother of invention », etc.), et nous ne chercherons pas à savoir si la paternité revient en l’espèce à la philosophie ou à la pensée vulgaire. Retenons plutôt que la même thèse demeure populaire aussi dans l’anthropologie savante : on assigne aux besoins élémentaires40 un rôle si grand dans la culture qu’on les croit suffisants pour en élucider la genèse.

  • 41 L’Histoire raisonnée assimilait pour sa part la notion de nécessité à celle de besoins, lesquels é (...)

52L’explication par l’utilité est, elle-même, très utile, puisqu’elle permet d’expliquer pratiquement tout. Il est facile d’attribuer à tout ce qui existe une fonction quelconque, surtout lorsqu’il s’agit des choses du passé, dont les traces sont fragmentaires et la connaissance incertaine. Les écrits des ethnologues montrent que cette formule est appliquée aussi couramment dans l’interprétation des données contemporaines, alors même que celles-ci, plus riches et plus complètes, paraissent imposer des contraintes empiriques plus fortes41.

53Lorsqu’on accepte la thèse que tout ce qui existe est utile, et que si quelque chose existe, c’est parce qu’il est utile, l’explication étiologique devient une tâche enfantine : si nous voulons comprendre un trait, un phénomène, un événement, il suffit de lui assigner une fonction. On songe à Metternich : « Je me demande, aurait-il dit en apprenant que le tsar de Russie était mort, quel a bien pu être son motif ? »

Individualisme

  • 42 Les discussions sur l’organisation sociale des chasseurs-cueilleurs notamment illustrent bien le m (...)
  • 43 Ruyle, 1977 : 149.

54« The proper study of mankind is man », ce vers célèbre d’Alexandre Pope, cité en exergue dans un ouvrage de Cabanis42, pourrait servir aussi de devise aux explications que nous appelons ici « traditionnelles ». Car si l’origine des caractères de l’homme s’explique par ses besoins, ceux-ci ne sont qu’individuels. « La culture se développe de l’activité et des besoins de l’individu », lisons-nous dans un scénario de l’hominisation43. La dialectique du conflit entre les besoins individuels et ceux du groupe social est absente de ce type de raisonnements explicatifs. La société, affirment nos auteurs, se forme pour satisfaire les nécessités de l’individu ; comment donc pourrait-elle ne pas être soumise aux exigences de celui-ci ? Émile Durkheim a donné une analyse pénétrante du lien étroit qui existe entre les principes d’utilitarisme et d’individualisme :

  • 44 Durkheim, 1937/1895 : 97.

« En effet, si la société n ‘est qu ‘un système de moyens institués par les hommes en vue de certaines fins, ces fins ne peuvent être qu’individuelles ; car, avant la société, il ne pouvait exister que des individus. C’est donc de l’individu qu’émanent les idées et les besoins qui ont déterminé la formation des sociétés, et si c’est de lui que tout vient, c ‘est nécessairement par lui que tout doit s’expliquer44 ».

  • 45 Cit. d’après E. Durkheim, 1937/1895 : 98.

55Or, selon Auguste Comte, dont les conceptions sont visées par ce commentaire de Durkheim, « les faits sociaux dériveraient même si immédiatement de la nature humaine que, pendant les premières phases de l’histoire, ils en pourraient être directement déduits sans qu’il soit nécessaire de recourir à l’observation45 ».

***

56Les explications « traditionnelles », mobilisées dans près de trois quarts de nos séquences causales, offrent une grande ressemblance avec celles de l’anthropologie naïve. Les principes du déterminisme de l’environnement, du matérialisme, de l'utilitarisme, et de l’individualisme établissent les bases, apparemment solides, du raisonnement déductif. Leur application stricte réduit l’Homme et la Culture à une dimension que l’on croit « naturelle », où les causes des phénomènes étudiés pourraient être inférées directement des « lois de la nature ». Ce fut déjà, la méthode classique de l’Histoire raisonnée qui s’efforçait d’écarter le social et l’arbitraire, afin de rendre possible la « déduction naturaliste ». On voulait ainsi satisfaire la condition cruciale de la rétrodiction historique, dont Kant parlait en ces termes :

  • 46 Kant, 1985/1786 : 503.

« Mais, si l’on se mettait à dresser de toutes pièces une histoire sur les conjectures, on ne ferait guère autre chose, semble-t-il, qu’ébaucher un roman. Et d’ailleurs une telle œuvre ne mériterait même pas le titre d’Histoire conjecturale, mais tout au plus celui de pure fiction romanesque. Néanmoins, ce que, dans le cours de l’histoire des actions humaines, on n ‘a pas le droit d’oser faire, on peut bien tenter de l’établir par des conjectures pour les premiers débuts de cette histoire, dans la mesure où c’est de l’œuvre de la nature qu’il s’agit alors46 ».

57Le danger d’aboutir à une fiction n’est donc pas passé inaperçu, et la seule justification dont la spéculation déductive se dotait, consistait à ramener la conception de l’homme à un niveau naturel et individuel, tenu pour prévisible. Les quatre principes que je viens de passer en revue sont les garants de cette vision ; leur utilité est par conséquent indubitable dans tout essai de reconstitution déductive de la préhistoire.

58Il est tentant d’expliquer l’origine de ces principes, justement, par leur utilité pour les reconstitutions conjecturales, mais on ne ferait alors que suivre la démarche explicative adoptée par nos scénarios eux-mêmes. Pour éviter ce piège et marquer la faiblesse d’une telle approche, j’ai mis en relief le fait que ces quatre principes font partie d’un savoir spontané, ancré profondément dans l’imagerie populaire qui s’est formée indépendamment de la réflexion sur les origines de l’homme. L’anthropologie, tant savante que naïve, lorsqu’elle s’attache à expliquer l’anthropogenèse, puise dans un même trésor d’idées pour ne retenir que celles qui lui sont « utiles » et dont elle a « besoin », mais qui existaient déjà bien avant.

59J’ai commencé ce chapitre en indiquant que les explications « traditionnelles » établissent entre les caractères « humains » et « écologiques » des relations auxquelles on prête un statut causal. À présent, ayant examiné les règles qui régissent ces relations, on peut préciser la démarche courante des scénarios : expliquer l’origine d’un nouveau caractère Y par l’existence préalable d’un caractère X (séquence X Y), c’est affirmer qu’en présence de X, Y devient nécessaire ou utile pour la survie et la subsistance de l’individu dont les besoins élémentaires sont déterminés par les contraintes du milieu naturel.

EXPLICATIONS « LAMARCKIENNES »

60Les raisonnements fondés sur des prémisses « lamarckiennes » se sont maintenus en anthropologie jusque dans la seconde moitié des années soixante-dix, entourés, paradoxalement, par le nimbe d’un motif darwinien classique, la conjecture « lamarckienne » de Darwin sur la réduction des canines étant devenue particulièrement populaire. En outre, sur ces mêmes bases, certains scénarios essaient d’expliquer la réduction des incisives, la croissance du volume cérébral, le perfectionnement de la main, les modifications du crâne et la réduction des mâchoires.

  • 47 Lamarck, 1830/1809 : 357.

61D’après la formulation originale de Lamarck, le déroulement du changement évolutif est le suivant : les circonstances modifient les besoins, ceux-ci modifient les usages des organes, à la suite de quoi les organes s’altèrent ou se renforcent. Les organes utiles et utilisés se développent, et la dégénérescence n’affecte que les conformations qui restent sans usage, donc inutiles. L’usage découle de l’utilité, et l’utilité tient au besoin. « Ainsi, écrivait Lamarck, les besoins seuls auront tout fait47 ».

  • 48 Ardrey, 1963 : 255.
  • 49 Engels, 1971/1896 : 60.
  • 50 Diderot, 1965/1796 : 91.

62En se référant à cette conception, on comprend mieux les affirmations de nos scénarios selon lesquelles l’organe dont l’organisme n’a plus besoin se réduit48, ou encore que « le besoin crée son organe49 ». Cette dernière proposition vient à l’appui d’un raisonnement où le besoin du langage explique l’origine du larynx humain et des organes de la bouche indispensables à la parole : conformément à la première loi de Lamarck, le besoin est capable d’entraîner l’usage plus fréquent de ces parties et ainsi de les transformer. Diderot évoquait déjà un mécanisme semblable dans Le Rêve de d’Alembert, affirmant que « les besoins produisent les organes50 ».

63La popularité de cette conception au xviiie siècle se comprend mieux lorsqu’on se rapporte à l’imaginaire partagé par les naturalistes de l’époque. Selon les maximes qui résument alors la vision générale de la nature, celle-ci « a horreur du vide », « ne fait rien en vain », « ne fait rien de superflu ». Il va de soi que dans un tel monde, l’utilité est la première raison d’être, tandis que le manque d’utilité devient un arrêt de mort. Kant écrivait :

  • 51 Kant, 1985/1786 : 189.

« Un organe qui ne doit pas être utilisé, un agencement qui n ‘atteint pas son but sont des contradictions au regard de la doctrine téléologique de la nature. En effet, si nous nous écartons de ce principe, nous n ‘avons plus affaire à une nature conforme à des lois, mais à une nature qui joue sans aucun but, et l’indétermination désolante vient prendre la place du fil conducteur de la raison51 ».

64Le principe de l’usage et du non-usage répond parfaitement aux exigences de la « police naturelle » établie par l’Architecte de l’Univers selon la logique immuable de lois universelles. Les athées s’entendaient d’ailleurs bien sur ce point avec les théologiens : la nature, quelles que soient les forces qui se cachent derrière sa sagesse, « ne joue pas sans aucun but ».

65Il est frappant d’observer combien la vision « lamarckienne » de l’utilité s’accorde aux explications « traditionnelles » de l’anthropologie naïve qui, depuis des siècles, faisait de l’utilité le principe même de ses raisonnements explicatifs. Dans les deux cas, les circonstances extérieures déterminent les besoins, les besoins décident du caractère de l’utilité, et tout ce qui vient à l’être trouve dans l’utilité son explication. La thèse commune de l’anthropologie naïve et du « lamarckisme » est que la genèse des choses, c’est la genèse de leur utilité.

EXPLICATIONS « DARWINIENNES »

66J’ai convenu d’appeler « darwinienne » toute explication dont la rhétorique manifeste quelque signe d’une connexion possible avec la théorie de l’évolution, darwinienne ou synthétique. Ainsi, je qualifierai de la sorte les explications qui évoquent des notions telles que sélection naturelle, avantage sélectif, fitness, succès reproductif, adaptation (les séquences explicatives mobilisant le principe de corrélation des parties forment un groupe à part, qui sera commenté plus loin). La terminologie fournit un critère suffisamment général pour repérer les arguments qui s’appuient effectivement sur le système darwinien ou néo-darwinien, comme aussi ceux où l’usage de ces théories pourrait n’être qu’apparent.

67Bien que cette définition soit très large, le nombre d’explications de ce type dans notre corpus ne dépasse pas 20 %, et la moitié des scénarios n’en fournissent même aucune trace (tableau VIII). Pourtant, tous nos auteurs, à l’exception de Lamarck bien sûr, acceptaient sans réserve la théorie darwinienne (sensu lato), déclarant, à plusieurs reprises, que ses principes doivent se trouver à la base des hypothèses explicatives. S’ils affirment ainsi leur attachement au darwinisme, pour ensuite n’en faire qu’un usage modeste, c’est peut-être parce que leur conception du darwinisme est très spécifique et s’écarte de la définition que j’ai choisie. Cependant, les déclarations méthodologiques de nos scénarios se réfèrent à des notions darwiniennes tout à fait classiques, qui devraient être facilement repérables à l’aide de mon critère terminologique.

68Bref, la question demeure : qu’est-ce véritablement que le darwinisme des scénarios paléoanthropologiques et pourquoi son rôle est-il si restreint ? Pour tenter une réponse, examinons les utilisations concrètes des concepts darwiniens.

Sélection naturelle

69La sélection naturelle, dans nos scénarios, est la notion maîtresse des explications « darwiniennes ». Expliquer l’origine d’un organe, d’une fonction, d’un comportement ou d’un artefact, c’est indiquer la pression sélective responsable de leur propagation.

  • 52 Isaac, 1978a : 106.
  • 53 Hill, 1982 : 538-539.
  • 54 Tanner & Zihlman, 1976 : 605.

70Le schéma général des chaînes causales est le suivant : lorsque apparaissent tels ou tels caractères ou états (X), Us impliquent l’action de la sélection naturelle qui commence à favoriser d’autres propriétés (Y). Par exemple : on suppose que l’émergence de la division sexuelle du travail et du partage de la nourriture (X) favorisa à son tour la sélection naturelle de l’organisation familiale (Y)52. Dans certains cas, ce genre d’explications succinctes est complété par une proposition établissant un rapport fonctionnel entre X et Y. Le scénario de Kim Hill en offre un exemple : les hominiens, imagine l’auteur, commencèrent à se nourrir de viande, mais leur système digestif ne produisait pas les enzymes qui, chez les autres carnivores, aident à assimiler des aliments carnés. Ainsi une mastication longue et pénible était-elle nécessaire, causant une gêne considérable. De fortes incisives et de larges molaires devinrent dès lors utiles pour faciliter la mastication ; la sélection naturelle favorisa donc le développement d’une telle dentition53. Or, qu’est-ce qui est ici favorisé ? Ce qui est utile. La relation fonctionnelle entre X et Y se ramène à l’utilité de Y par rapport à X. Par une extension du raisonnement, il est admis que si la sélection favorise A, et si B est utile pour A, la sélection doit également favoriser B. Par exemple, lorsque la sélection naturelle promeut l’aide réciproque entre frères et soeurs, et si l’apprentissage de l’entraide par la mère sert à renforcer cette assistance mutuelle, alors la sélection favorise aussi le développement de cet apprentissage54. Ainsi, la sélection soutient directement ce qui est utile et, indirectement, ce qui est utile à ce qui est utile.

71De quelle nature est cette utilité ? Est utile notamment tout ce qui :

  1. Assure un meilleur accès à la nourriture55 ;
  2. Permet d’obtenir la nourriture en quantité plus grande56 ;
  3. Permet de maximiser le rendement (en calories/heure) de l’effort investi dans l’approvisionnement57.

72La notion d’utilité se ramène donc à l’efficacité dans la quête de nourriture. Ce constat est révélateur. Puisque nos auteurs admettent, conformément aux règles de la théorie darwinienne, que la sélection naturelle avantage les caractères favorables au succès reproductif, ils raisonnent ensuite comme si les capacités de reproduction n’étaient limitées que par les problèmes alimentaires. Et nous voici reconduits à la vision traditionnelle de la nature, où le manque de nourriture est le souci unique de tous les êtres, et où la lutte pour les aliments commande le déroulement de l’évolution. Seule cette vision pourrait justifier que l’on assimile l’action de la sélection uniquement aux problèmes de l’approvisionnement.

Fitness

  • 58 Ibidem, 533.

73La même conception semble régir l’usage du terme fitness. Considérons par exemple l’explication proposée par le scénario de Kim Hill, qui est la suivante : les hominidés mâles-chasseurs ont fini par se procurer de la nourriture plus efficacement que les femelles-cueilleuses, et disposaient ainsi de temps libre. Ils consacrèrent ce loisir, jusque-là inconnu, à augmenter leur fitness : profitant du temps libre, ils chassaient davantage, pour disposer d’un excès de viande qu’ils échangeaient ensuite contre des copulations supplémentaires avec les femelles58.

74Mise à part cette singulière et invérifiable idée de la prostitution originelle, on peut s’étonner que l’état de fitness soit ici limité surtout en raison du temps libre qui aurait manqué avant l’émergence de la chasse. On devine là, encore une fois, la vision traditionnelle de la « quête frénétique de la nourriture », dont toute existence originelle aurait été remplie.

Adaptation

  • 59 Oakley, 1968 : 258 ; Washburn, 1960 : 9.
  • 60 Jolly, 1970 : 18.
  • 61 Ibidem.

75Selon nos scénarios, si un caractère manifeste une adaptation par rapport à un autre caractère, cela veut simplement dire que le premier présente une certaine utilité par rapport au second. La bipédie est une adaptation au milieu découvert parce qu’elle est utile pour la locomotion dans cet environnement59. La réduction de la dentition antérieure est une adaptation à la mastication de la nourriture végétale, parce que des dents antérieures réduites sont utiles pour l’accomplissement de cette tâche60. La cavité orale spacieuse est une adaptation au broiement prolongé des aliments parce qu’elle lui est utile61, etc.

  • 62 Williams, 1966 ; voir aussi Gould & Lewontin, 1979.

76Depuis la publication du livre, devenu classique, de W. G. Williams62, on connaît l’ambivalence du terme d’adaptation et les pièges tautologiques auxquels son usage désinvolte peut exposer. En assimilant l’adaptation à l’utilité, et celle-ci à la sélection naturelle, les scénarios en offrent une bonne illustration. Le raisonnement de base est le suivant : puisque la sélection naturelle ne retient que les caractères adaptatifs, et que la sélection naturelle est la seule force responsable de la prolifération des caractères, tout ce qui se propage dans la nature est adaptatif :

  • 63 W. Bock, The Use of adaptative characters in avian classification (1967), cit. d’après Gould & Vrb (...)

« [...] tous les caractères existants sont adaptatifs. S’ils ne l’avaient pas été, ils auraient été défavorisés par la sélection et auraient disparu63 ».

77Si tout est adaptatif, il en résulte que tout est utile, car seuls les caractères utiles — selon les scénarios — sont adaptatifs. Tout se passe comme dans la doctrine téléologique, avec laquelle s’accordaient si bien les explications « traditionnelles » et » lamarckiennes ».

Sociobiologie et modèles d’optimisation

  • 64 Par ex. Tanner & Zihlman, 1976 : 588-589.
  • 65 Pyke et al., 1977.

78Il convient de souligner le rôle joué, dans les explications darwiniennes, par les formules qui font appel aux principes de la sociobiologie et aux modèles d’optimisation (par exemple Optimal Foraging Theory). La théorie sociobiologique et les modèles d’optimisation ne sont pas inséparables, mais on les applique souvent ensemble, en combinant leurs concepts principaux : celui de « succès génétique global » (inclusive fitness) et celui d’optimisation (ou de maximisation). Les deux termes se rapportent à la sélection naturelle. Selon la sociobiologie, la sélection favorise le « succès génétique global », c’est-à-dire les propriétés de l’organisme utiles non seulement pour augmenter ses propres chances de survie et de reproduction, mais aussi pour assurer les mêmes opportunités aux parents porteurs d’une information génétique similaire64. Selon les prémisses de l’Optimal Foraging Theory, la sélection naturelle devrait favoriser tout ce qui permet de maximiser ou d’optimiser le rendement de l’effort investi dans l’approvisionnement. Les principes des deux théories peuvent jouer séparément, avec comme base commune le concept de sélection naturelle ; ils peuvent aussi être combinés, le « succès génétique global » de la sociobiologie devenant l’objet de l’optimisation. D’ailleurs, quelle que soit la manière de définir le concept de fitness (individuel ou collectif), la sélection naturelle peut être parfois considérée comme un processus qui vise à optimaliser, voire à maximaliser le fitness65.

  • 66 Par ex. Gould & Lewontin, 1979.
  • 67 Lumdsen & Gushurst, 1985 : 15.

79La conviction que la sélection naturelle tend vers l’optimisation a été souvent critiquée66, même par des sociobiologistes67. Malgré cela, la mode des modèles d’optimisation a connu un succès considérable en anthropologie, surtout aux États-Unis, où elle a vite pris — comme l’a bien vu Arthur S. Keene, un représentant de ce courant — la forme d’une croyance en une optimisation omniprésente et omnipuissante :

  • 68 Keene, 1983 : 155-156, trad. W. S.

« Un comportement optimal est un comportement adaptatif ; toutes les créatures optimisent, et notre objectif est de comprendre ce qu’elles optimisent. Les archéologues qui ont adopté cette méthode cherchent à trouver l’optimisation derrière tout artefact68 ».

  • 69 Définition de leur domaine par exemple dans Pianka & MacArthur, 1966.

80Une orientation similaire se manifeste aussi dans certains de nos scénarios. Les auteurs qui invoquent l’optimisation semblent convaincus que nos ancêtres y tendaient, et considèrent cette prémisse comme le fondement solide des inférences déductives, sans égard au fait que les modèles d’optimisation ne sont applicables que dans les conditions limitées69.

  • 70 Keene, 1983 : 146.
  • 71 Pianka & MacArthur, 1966 ; Smith, 1983 : 625.

81A. S. Keene s’étonnait à juste titre du succès que ses collègues et lui-même avaient remporté en essayant de démontrer que les hommes préhistoriques optimisaient l’emploi des ressources70, mais cette réussite surprend un peu moins lorsqu’on tient compte des convergences entre certains présupposés de ces modèles et l’imaginaire naïf de l’anthropologie. Contentons-nous d’un seul exemple : l’usage des modèles d’optimisation oblige à accepter la thèse de la rareté des ressources, assimilée souvent à la rareté de la nourriture71. Si l’on pose que les processus d’optimisation sont évidents et universels, on doit aussi considérer comme telle la pénurie de nourriture chez nos premiers ancêtres ou, en général, chez les chasseurs-collecteurs, ce qui rejoint une idée facilement admise par le sens commun.

82Malgré les innovations terminologiques et théoriques propres à ce genre d’explication, le mécanisme envisagé reste très semblable à celui qu’impliquent d’autres formules « darwiniennes » : il règne dans la nature une compétition serrée pour la nourriture, toujours trop rare, et la sélection omniprésente favorise tout ce qui est utile dans cette lutte. La principale modification tient à un élargissement du champ de l’utilité : ce qui était difficile à comprendre par référence à la seule utilité individuelle (par exemple altruisme, aide réciproque) s’éclaire maintenant par l’utilité pour le groupe.

***

83Cet examen rapide permet de constater que l’usage que les scénarios font des concepts issus de la théorie de l’évolution — sélection, fitness, adaptation, optimisation — réduit ceux-ci au simple principe d’utilité. L’explication darwinienne de l'hominisation consisterait donc à mettre en évidence l’utilité de nouveaux caractères humains. La nature de l’utilité correspond à l’image que l’on se fait de la vie de nos ancêtres : comme la survie et la recherche de nourriture sont tenues pour leurs occupations majeures, l’efficacité dans l’acquisition des aliments devient le critère principal de l’utilité. De même que dans l’anthropologie naïve, l’origine des choses s’explique par l’utilité pour la survie et pour la satisfaction des besoins élémentaires, de même dans ce darwinisme naïf, tout s’explique par la sélection naturelle, qui favorise l’utilité pour la survie et pour la satisfaction des besoins élémentaires.

ARCHITECTURE DES EXPLICATIONS PALÉOANTHROPOLOGIQUES

84Les explications « traditionnelles » et « lamarckiennes » sont construites sur un schéma qui peut se réduire à la formule suivante :

85Si (X), et si (Y) est utile pour (X),

86alors (X) est la cause de (Y).

87La majeure partie des explications darwiniennes typiques (je parlerai des exceptions plus loin) introduit un simple changement rhétorique :

88Si (X), et si (Y) est utile pour (X),

89alors la sélection naturelle favorise (Y).

90Ce n’est là qu’une autre façon de dire que « (X) cause (Y) », puisque la sélection naturelle est tenue pour responsable de toute forme ou fonction répandue. L’explication par la sélection naturelle (adaptation, avantage pour le fitness) se confond avec l’explication traditionnelle par l’utilité. Ainsi, pour être « darwinien », il suffit de réutiliser le schéma explicatif de l’anthropologie naïve, en prenant soin de remplacer la notion vague de « cause » par celle de sélection naturelle, l’une et l’autre associées à la notion d’utilité.

91Entendons-nous bien : rien de tout ceci ne veut dire que je considère la théorie darwinienne comme un artifice de la rhétorique, fondé sur une simple modification du vocabulaire. Premièrement, les raisonnements « darwiniens » des scénarios ne représentent dans la plupart des cas qu’un usage très simplifié de la théorie de l’évolution. Deuxièmement, l’explication par l’utilité, ou par la sélection favorisant les caractères utiles, notamment pour l’acquisition de la nourriture, reste a priori plausible. Troisièmement, même ces raisonnements simplistes peuvent parfois fournir des hypothèses parfaitement acceptables, en particulier lorsque celles-ci ont des implications vérifiables.

92Ma conclusion se borne en effet à montrer la continuité des formules explicatives qui reprennent, tout au long des quelque deux cents ans couverts par nos scénarios, les mêmes prémisses, celles-là mêmes que l’anthropologie naïve utilisait depuis deux millénaires. Bien que ces présupposés puissent parfois conduire à des hypothèses raisonnables, ils ont le défaut d’engendrer toujours les mêmes explications de changement évolutif, et d’en négliger plusieurs autres, également plausibles. Je ne prétends donc pas mettre le doigt sur des explications nécessairement « erronées », bien qu’il puisse y avoir des erreurs, mais plutôt mettre en évidence un conditionnement qui limite la variabilité d’hypothèses et qui les réduit à un simple schéma dont j’ai tenté de définir les traits principaux.

93L’explication « convaincante », dans nos scénarios, revient ainsi à envisager l’entité soumise au changement évolutif comme un ensemble de caractères séparables, et à rattacher l’origine d’un nouveau caractère à son utilité. Cette notion d’utilité possède à peu près partout le même contenu classique. Dans la version « traditionnelle », elle est liée à la satisfaction des besoins élémentaires de l’individu, déterminés par les contraintes de l’environnement ; dans la version « darwinienne », cet aspect reste toujours dominant, même si l’on invoque aussi une nouvelle sorte d’utilité, pour la reproduction, négligée par l’anthropologie naïve. Le plus grand changement se manifeste dans les travaux qui font appel à la sociobiologie, où l’on étend le domaine de l’utilité de l’individu au groupe.

94Il est surprenant de constater l’extrême simplification à laquelle la théorie de l’évolution a été soumise dans nombre de ces explications. On a l’impression que nos auteurs ont procédé à une véritable sélection, guère naturelle celle-là, pour ne retenir du darwinisme que les éléments déjà présents dans l’imagerie anthropologique. Ainsi, les explications « darwiniennes » se rapprochent des explications « traditionnelles », lesquelles apparaissent en retour comme les sœurs jumelles de ces premières. Si le darwinisme peut être ainsi réduit à l’anthropologie naïve, toute explication naïve semble être darwinienne. C’est sans doute la raison pour laquelle les références à la théorie darwinienne accompagnent si souvent les raisonnements explicatifs qui se passent en effet fort bien de la théorie de l’évolution.

  • 72 Gould & Lewontin, 1979.
  • 73 Voltaire, 1968/1759 : 102.

95Si l’on s’en tenait à cette vision rudimentaire du darwinisme, même le prince Metternich de notre anecdote serait darwinien. Le docteur Pangloss également serait darwinien. S. J. Gould et R. Lewontin72 ont eu raison de le choisir comme la personnification de la sagesse du darwinisme naïf. La devise principale de sa doctrine « métaphysico-théologo-cosmolo-nigologique » n’était-elle pas que « tout est fait pour une fin »73 ?

  • 74 Ibidem, 267-269.
  • 75 Cit. d’après Roger, 1971 : 227.
  • 76 Cit. d’après Ehrard, 1970 : 54.

96Les raisonnements de Pangloss étaient, selon l’intention de Voltaire, une satire du genre d’explications dont regorgeaient les ouvrages savants de l’époque (voir l’édition critique de Candide par Ch. Thacker74). Par exemple, selon Boyle, si les chats ont des pupilles fendues verticalement, c’est parce qu’ils se nourrissent principalement de rats et de souris, lesquels « sont des animaux qui d’ordinaire grimpent ou descendent le long des murs et autres endroits escarpés, et la situation la plus commode de leurs pupilles [celles des chats], pour découvrir promptement et suivre ces objets, était d’être verticale75 ». L’abbé Pluche croyait élucider l’origine des marées par le fait qu’elles sont utiles aux navires qui grâce à elles peuvent entrer plus commodément au port. Fénelon expliquait le degré de fluidité de l’eau par son utilité pour soutenir les vaisseaux sans entraver leur marche, et s’extasiait devant le fait que les bœufs et les moutons sont toujours plus nombreux que les ours et les loups : « N’est-il pas merveilleux que les animaux les plus utiles soient aussi plus prolifiques ?76 » La doctrine « métaphysico-théologo-cosmolo-nigologique » peut paraître bien risible, mais sa constante popularité l’est moins. Même Voltaire n’a pas su s’affranchir de l’emprise de cette démarche explicative, comme en témoignent ses essais d’Histoire raisonnée que j’ai déjà cités.

  • 77 Origène, 1968 II : 377.
  • 78 Cf. Cubitt, 1989.

97Voltaire et les naturalistes des xviie et xviiie siècles n’étaient en cela que les continuateurs d’une vieille tradition de la pensée européenne. Origène ne disait-il pas déjà que « toute chose a été créée pour son usage »77 ? Il est curieux que cette idée demeure si vivace, non seulement dans les scénarios analysés, mais plus généralement dans nombre d’ouvrages des sciences de l’homme. La conviction que tout s’explique par l’utilité en vue d’une fin semble être un trait caractéristique de notre tradition intellectuelle ; depuis le livre de Job, qui s’interrogeait sur la fonction de ses souffrances pour en comprendre la raison, à travers la pensée théologique et naturaliste, jusqu’aux fantasmes de la pensée vulgaire, telles ces images de complot dont on se sert si souvent de nos jours pour expliquer les événements historiques par leur utilité, selon tel ou tel dessein machiavélique78.

  • 79 Darwin, 1980/1859 : 215-216.

98La simplicité de l’explication par l’utilité est sans doute attirante, et il est rare que l’on en perçoive clairement la vacuité. Darwin, très conscient de certains pièges auxquels sa démarche explicative pourrait exposer, donnait lui-même l’exemple instructif d’un raisonnement défectueux possible : les sutures du crâne chez les jeunes mammifères sont d’admirables « adaptations » qui rendent la parturition plus facile ; leur avantage est à cet égard indubitable. Mais cette utilité saurait-elle expliquer la genèse des sutures ? Non, répond Darwin, car les mêmes sutures existent aussi sur les crânes de jeunes oiseaux et de jeunes reptiles qui n’ont qu’à sortir d’un œuf brisé79.

99L’exemple montre que le passage trop mécanique de l’utilité à la « cause » peut facilement mener à des erreurs grossières. Grossières mais néanmoins « convaincantes », ce qui permet à l’explication par l’utilité de garder son statut de formule crédible a priori, nos scénarios en faisant même la pierre angulaire de leurs raisonnements : avec ou sans rhétorique darwinienne, on trouve par cette voie une explication à toute chose. Cette faculté devrait inquiéter, mais c’est plutôt le contraire qui se produit, nombre de chercheurs prenant cette performance pour une qualité. À cet égard, on ne peut qu’être frappé par le lapsus de Peter Medawar, prix Nobel, qui voulait défendre la théorie de l’évolution dans ces termes :

  • 80 Cit. d’après Ruse, 1982 : 294.

« Il est difficile d’imaginer ou d’envisager un épisode d’évolution que les formules du néo-darwinisme ne pourraient expliquer80 ».

100En effet, les explications conformes à un certain schéma du darwinisme sont comme une clé magique qui ouvre toutes les portes ; et puisqu’il serait impossible — selon les dires de Medawar — d’envisager, même dans la pensée, une serrure à laquelle la clé ne convient pas, on pourrait en inférer que la formule « utilitaire » est pratiquement tautologique.

101Une façon de justifier la démarche traditionnelle pourrait être que les explications par l’utilité doivent nécessairement s’imposer dans la mesure où elles sont les seules concevables. Tout ce qui existe est, d’une façon ou d’une autre, utile à quelque chose, sous peine de retomber au néant ; aussi toute explication étiologique doit-elle évoquer une utilité, et le seul problème consiste à en déterminer correctement la nature.

102Sommes-nous obligés de nous incliner devant cette thèse ? Répond-elle aux mécanismes régissant les processus de l’évolution, ou plutôt à ceux auxquels obéit notre pensée, bridée par une vision imparfaite de la réalité ?

UNE AUTRE VISION DE L’ÉVOLUTION

  • 81 Darwin, 1980/1859 : 217.

103Dès ses débuts, le darwinisme a été perçu comme une théorie qui faisait de l’utilité l’explication suffisante pour comprendre les origines de toutes les conformations observées dans les espèces vivantes. Darwin déjà essayait de corriger cette fausse opinion81, mais elle glissa vite dans l’usage commun où l’on en a fait soit une objection adressée, injustement, à la théorie de l’évolution, soit, plus souvent, le principe directeur d’interprétations qui se voulaient, à tort ou à raison, darwiniennes. La théorie de l’évolution, quant à elle, a progressé dans des voies de plus en plus sophistiquées, trouvant toujours quelque alternative aux explications par l’utilité, sans démentir, bien évidemment, un certain rôle de celle-ci dans sa vision de la nature. Nous examinerons maintenant quelques-unes de ces options complémentaires, telles qu’elles sont présentées dans la littérature récente, y compris, pour certaines, dans nos scénarios paléoanthropologiques.

La stratigraphie des fonctions

  • 82 Gould & Vrba, 1982.

104Une première alternative, discutée par Stephen J. Gould et Elisabeth Vrba82, tente de jeter un pont entre l’explication conventionnelle et les versions qui pourraient pallier certaines de ses lacunes. Les auteurs admettent la plausibilité des explications par l’utilité : il est évident que le processus de sélection naturelle façonne certains caractères selon leur utilité du moment. Ainsi, s’agissant par exemple de la bipédie, il est possible que nos ancêtres soient devenus bipèdes parce que la sélection naturelle favorisait cette locomotion pour les mêmes avantages — telle la possibilité du transport des objets entre les mains — que ceux dont nous profitons encore aujourd’hui. Mais il est également légitime de concevoir, ajoutent S. J. Gould et E. Vrba, que la fonction actuelle d’un caractère n’ait aucun rapport avec sa genèse, laquelle aurait pu être liée à une autre fonction, aujourd’hui disparue.

  • 83 Darwin, 1980/1859 : 214-216.
  • 84 Jolly, 1970 : 18-22.
  • 85 Ibidem.

105Cette version ne s’éloigne pas trop des positions classiques. La seule différence consiste à distinguer clairement une utilité ancienne, responsable de la genèse (adaptation), et une utilité actuelle (exaptation). Darwin était conscient de cette « stratigraphie » possible des fonctions, mais il ne l’évoquait que pour répondre aux critiques qui soulignaient l’existence de caractères apparemment dépourvus d’« utilité »83. La littérature biologique de nos jours traite souvent d’un phénomène similaire sous le terme de « préadaptation », et un de nos scénarios mobilise lui-même ce concept. La réduction de la dentition antérieure y est présentée comme une adaptation (utilité originelle) à la mastication des graines de graminées, et la libération des mains comme une adaptation à la cueillette ; ces deux traits sont censés devenir ensuite, au cours de l’hominisation, une préadaptation (utilité secondaire) à l’usage des outils84. De la même façon, une cavité orale spacieuse et une langue souple et mobile auraient été primitivement une adaptation au broiement prolongé de la nourriture, pour prendre par la suite le caractère d’une exaptation (ces traits avaient été « préadaptatifs ») à l’usage du langage articulé85.

  • 86 Gould & Vrba, 1982 : 12.

106Le concept d’exaptation, employé dans ce sens, correspond donc bien à celui de préadaptation. Un nouveau terme était pourtant indispensable — argumentent S. J. Gould et E. Vrba86 — pour prendre en compte aussi un second type d’exaptation, qui dissocie cette fois la genèse de l’utilité. Dans le processus de l’évolution, la raison pour laquelle un caractère se propage peut être indépendante non seulement d’une utilité secondaire, observée actuellement, mais aussi indépendante de toutes les utilités antérieures ; il est possible que certaines conformations prolifèrent sans rapport avec aucune utilité (caractères « non aptifs », selon la terminologie des auteurs). Cette éventualité exige que l’on envisage des entités soumises à l’évolution à la manière de systèmes formés de « parties communicantes », comme nous allons le voir maintenant.

Parties communicantes

107Il existe deux formules explicatives qui permettent de séparer, partiellement ou complètement, la genèse et la fonction. Elles font appel à des notions que j’appellerai, pour la commodité de l’exposé, la conception de « caractères communicants » et celle de « niveaux communicants ».

  • 87 Darwin, 1980/1859 : 550.
  • 88 Par ex. Gould & Lewontin, 1979 : 591.

108Le trait typique de la stratégie explicative de nos scénarios est de définir l’homme, aboutissement de l’hominisation, par une liste de caractères bien distincts. Chacun d’eux se voit par la suite attribuer une utilité particulière, qui doit rendre compte de son origine. Pourtant, ces conformations peuvent aussi être envisagées à l’image de « vaisseaux communicants », où le changement subi par une partie entraîne les transformations de quelques autres. L’idée n’est guère nouvelle. Darwin la mentionne sous le nom de « loi de corrélation », qui devient chez lui une des trois sources principales de changements, à côté de la sélection naturelle et du principe de l’usage et du non-usage87 (aujourd’hui on parle plutôt de mécanismes de pléiotropie ou du phénomène d’allométrie88). Dès lors, si certaines parties coexistent en liaison réciproque (le mécanisme en cause est un autre problème), la sélection naturelle, en agissant sur l’un d’eux en raison de son utilité, peut en changer d’autres sans que l’utilité de ceux-ci soit mise en jeu.

  • 89 Washburn, 1960 : 9-11.
  • 90 Ibidem, 14.

109Ce type d’explication est très rare dans nos scénarios. Nous le trouvons dans le texte de Sherwood Washburn89, qui associe la réduction des arcades sourcilières et de la face à la suppression du comportement agressif chez nos ancêtres. La sélection naturelle est censée avoir soutenu les changements endocrinologiques qui contribuaient à restreindre l’agressivité au sein des premiers groupes humains ; il en aurait résulté, comme un effet secondaire, certaines transformations « non utilitaires » dans la morphologie du crâne. De même, la réduction de l’ouverture de parturition, résultat secondaire de la locomotion bipède et de la station droite, aurait été privée d’utilité propre90.

  • 91 Leroi-Gourhan, 1964 : 87-88.

110Le scénario de A. Leroi-Gourhan offre un autre exemple d’une formule explicative similaire. La station verticale, cause première — elle apparaît d’ailleurs comme un deus ex machina — est censée enclencher toute une chaîne de transformations morphologiques chez l’ancêtre de l’homme. Son squelette est conçu comme une construction en équilibre dynamique, où le changement d’une partie doit entraîner l’accommodation d’autres qui lui sont liées, soumises au même système de contraintes mécaniques. Abstraction faite du premier stimulus et de sa fonction, l’explication des autres changements, qui s’ensuivent de façon presque automatique, se passe chez Leroi-Gourhan de références à la sélection naturelle et à l’utilité, même s’il est vrai que tout caractère nouveau peut acquérir une signification pratique avec le temps et que la sélection naturelle soit une fois évoquée91.

  • 92 Gould & Pilbeam, 1974.
  • 93 Jungers, 1878 ; Leonard & Hegmon, 1987 ; certaines hypothèses allométriques ont été néanmoins inva (...)

111Ce type d’explication par les « caractères communicants », connu depuis longtemps mais curieusement rare dans nos scénarios, a le mérite d’avoir conduit à certaines hypothèses vérifiables. Par exemple, S. J. Gould et David Pilbeam ont obtenu des résultats positifs en soumettant à l’épreuve des données la thèse selon laquelle la différenciation de la capacité crânienne chez les Australopithecinaes était une fonction des différences dans la taille du corps92. On évoque également des résultats positifs à propos de l’hypothèse relative à la cause de la réduction du dimorphisme des canines et de la taille des canines chez Australopithecus afarensis, que l’on attribue à la sélection favorisant la croissance de la surface occlusale des prémolaires, au détriment de l’espace disponible pour le développement des canines à éruption tardive93.

  • 94 Par ex. Darwin, 1980/1859 : 429.
  • 95 Par ex. Arnold & Fistrup, 1982 ; Doolittle & Sapienza, 1983 ; Gould, 1982 ; Hull, 1980 ; Lewontin, (...)

112Une autre façon d’éviter l’explication par l’utilité est de recourir à la conception des « niveaux communicants ». Le darwinisme orthodoxe faisait de l’individu la seule entité soumise à la sélection naturelle94. Ce principe est de plus en plus contesté. La sociobiologie parle de sélection au niveau du groupe, mais on peut la concevoir aussi au niveau du génome, de la population ou de l’espèce95. Pour que la sélection naturelle puisse entrer en jeu, il suffit que les facteurs suivants soient réunis :

  1. Variation : les différentes entités d’une population possèdent des caractères différenciés (morphologiques, physiologiques, comportementaux, etc.).
  2. Reproduction : les différents caractères présentent des taux de reproduction et de survie différents.
  3. Hérédité : les caractères sont transmis d’une génération à l’autre96.

113Ces trois conditions sont remplies à chaque niveau d’organisation de la matière vivante, dont les étages respectifs s’emboîtent pour former un système hiérarchique. Ainsi, le domaine de la sélection naturelle peut être élargi, pour ouvrir la voie à des visions plus amples des rapports possibles entre l’utilité et la genèse de caractères nouveaux.

  • 97 Lewontin, 1970 : 14.

114La conception hiérarchique évite en particulier l’assimilation arbitraire de la valeur sélective d’un caractère, exprimée par les taux de reproduction et de survie, à son utilité pour l’organisme situé dans un milieu donné. Si l’on suppose que les niveaux hiérarchiques sont interconnectés, la sélection qui favorise, sur un niveau, tel ou tel caractère en raison de son utilité, peut en même temps provoquer, sur d’autres niveaux, un tri non utilitaire d’autres caractères. Il est logique par exemple que la sélection responsable de l’élimination de certains organismes procède en même temps à un tri de génomes, mais il est également possible que la sélection favorable à certains caractères du génome puisse donner lieu à un tri des organismes. Et il se peut aussi que ce qui est utile pour le génome ne le soit pas pour son porteur. Par exemple, le sperme de souris domestique contient au total 85 % de l’allèle t, bien que celui-ci, au niveau de l’organisme, soit désavantageux, car les mâles homozygotes, porteurs de deux allèles t, sont stériles. La forte teneur de l’allèle t dans le sperme s’expliquerait par l’appui que cet allèle reçoit à travers la sélection présente au niveau du génome97.

115Pour distinguer ces différentes manifestations de la sélection issues de « causes » diverses, Elisabeth Vrba et Stephen J. Gould ont proposé de remplacer la notion générale de sélection par les deux termes suivants :

  1. Le tri, c’est-à-dire la reproduction différentielle des entités (sans préjuger de sa « cause ») ;
  2. La sélection, c’est-à-dire un tri particulier qui apparaît dans l’interaction avec l’environnement et qui reste toujours lié à une utilité, directe ou indirecte, pour la reproduction98.
  • 99 Hobbes, 1962/1651 : 34.
  • 100 Orgel & Crick, 1980 ; Doolittle & Sapienza, 1980.

116La distinction est importante, car s’il est vrai qu’il n’est pas de sélection sans tri, il est vrai aussi qu’on peut avoir un tri sans sélection. En effet, les niveaux étant connectés, la sélection sur l’un d’eux est capable d’entraîner un tri sur un autre. Un tel tri peut occasionner la propagation de conformations qui n’ont aucun rapport ni avec le milieu naturel, ni avec une quelconque utilité. La sélection qui opère sur les niveaux inférieurs peut conduire au tri sur les niveaux supérieurs, et vice versa. Dans le premier cas, on parlera d’une « causalité ascendante », dans l’autre, d’une « causalité descendante »99. Il existe entre elles une asymétrie — la causalité descendante est inéluctable, la causalité ascendante est possible. Par exemple, la propagation ou l’extinction d’une espèce va toujours de pair avec la prolifération ou la disparition des génomes dont l’espèce est porteuse, tandis que le développement des ADN répétitifs peut rester sans influence, semble-t-il, sur les phénotypes des organismes et sur le devenir des espèces100.

  • 101 Vrba & Gould, 1986 : 225.

117La théorie de « niveaux communicants » sépare ainsi la genèse et l’utilité, sans pourtant abolir entièrement leur relation. Certains caractères nouveaux peuvent se propager grâce au tri non utilitaire, mais celui-ci reste toujours un effet, bien qu’indirect, de la sélection, laquelle est liée à une utilité. On pourrait même dire que la référence utilitaire se trouve ainsi renforcée : certaines mutations génétiques, par exemple, considérées jusque-là comme aléatoires, donc indépendantes de l’utilité, pourraient être maintenant traitées comme le résultat du jeu utilitaire de la sélection qui se déroule au niveau du génome ; ces mutations ne seraient donc « aléatoires » que du point de vue du niveau supérieur, celui de l’individu101.

118Il n’en reste pas moins que la conception de « niveaux communicants » met fin à la coexistence harmonieuse entre la genèse et l’utilité. Enclenchée sur un niveau, la sélection naturelle peut faire proliférer, sur d’autres niveaux, des caractères qui ne doivent pas confirmer leur utilité dans une confrontation avec l’environnement. Nous pouvons dès lors concevoir l’existence de conformations répandues mais privées d’utilité. Celle-ci garde ainsi son statut de « cause première », mais les explications ne sont plus contraintes d’y faire nécessairement appel. Or, la constitution de l’organisme humain, dont nos scénarios s’efforcent d’élucider la genèse, ne doit pas non plus être obligatoirement ramenée à l’accumulation des caractères utiles pour la survie et pour la reproduction. On l’envisagera plutôt comme le résultat d’un compromis atteint au terme des jeux darwiniens qui se sont déroulés parallèlement sur des niveaux différents. Le fait que nous puissions assigner à chaque caractère une utilité ne veut pas dire pour autant que nous ayons compris la raison de sa genèse : à l’origine, ces caractères nouveaux ont pu aussi bien être inutiles et constituer seulement une « matière première » pour les usages secondaires qui en ont fait les exaptations.

119Ces remarques sur la sélection naturelle invitent à réfléchir plus avant aux explications par l’utilité qui sont employées si souvent encore dans le domaine de la culture. Les formules alternatives que l’on vient d’évoquer peuvent-elles servir à expliquer les phénomènes d’un ordre non biologique ? On aurait quelques raisons de se méfier de ce genre de transplantations et de leurs résultats. Les usages naïfs du darwinisme appliqué à la culture, où l’on fait de celle-ci un objet modelé par la sélection naturelle, ont une longue histoire, dont les errements sont bien connus — errements souvent si graves que leur souvenir met mal à l’aise lorsqu’il faut rappeler que des processus de sélection sont pourtant bel et bien à l’œuvre dans le domaine social. Il n’y a là au demeurant rien de véritablement surprenant, car les produits de la culture remplissent parfaitement les trois conditions nécessaires pour engendrer un processus de sélection, pas nécessairement naturelle. Les artefacts, les idées et les comportements manifestent eux aussi une variation des caractères, des taux différents de propagation, et ils peuvent être transmis d’une génération à l’autre. Nous sommes donc autorisés à concevoir certains faits de la culture comme le résultat d’une sélection.

120Loin de vouloir amorcer un débat de plus sur une théorie possible de la culture, mon intention est seulement de montrer qu’il existe des formules alternatives par rapport aux explications classiques relatives à la genèse des caractères culturels. La conception de « niveaux communicants », ainsi que les concepts de « sélection » et de « tri », empruntés à la biologie, offrent une telle possibilité. Nul ne contestera qu’il soit légitime de considérer les entités culturelles comme des systèmes de niveaux hiérarchiques, comportant des paliers tels que l’individu, la famille, le groupe local, le groupe régional, le connubium, le groupe linguistique, etc. La sélection, favorisant des caractères culturels en raison de leur utilité, peut s’opérer sur chacun de ces étages en entraînant sur d’autres un tri « non utilitaire ». Il est facile d’admettre que ce qui est utile, par exemple, pour un groupe social, ne l’est pas forcément pour l’individu, et inversement.

  • 102 McGrew, 1986.
  • 103 Lee, 1968.

121On peut proposer par exemple, à titre d’exercice d’imagination, l’explication suivante de l’origine de la division sexuelle du travail chez nos ancêtres (nous allons emprunter quelques principes explicatifs à la conception déjà évoquée d’Alain Testart). Soit des groupes humains vivant de la chasse et de la cueillette, où règne, au niveau social, une sélection purement culturelle des idées, dont l’action favorise la propagation des conceptions conformes à certaines exigences, et désavantage celles qui s’y accordent mal. Le discernement entre les idées « bonnes » et « mauvaises » s’opère selon des règles cognitives, locales ou non, qui restent sans rapport direct avec la praxis économique ; autrement dit, la sélection favorise les idées « convaincantes » du point de vue des contraintes cognitives qui ne sont pas conformes aux contraintes économiques. Supposons que parmi les idées « bonnes à penser » se trouve un principe prônant la séparation entre les femmes et les armes de chasse. Supposons aussi que nos ancêtres aient élaboré un symbolisme de la féminité et de la chasse, auquel l’idée de cette séparation s’accorde parfaitement. Dans ces circonstances, la sélection sociale devrait favoriser l’émergence d’une interdiction formelle qui écartera les femmes non seulement des outils de chasse, mais également de l’activité même de la chasse que ces outils rendent possible. Le tabou sélectionné au niveau social conduit donc à un tri des comportements économiques au niveau des individus, et la chasse devient une activité masculine, tandis qu’aux femmes est laissée la cueillette. La sélection des idées aura ainsi des effets non seulement d’un ordre individuel, mais aussi sur le plan social et pragmatique, où elle trouvera son expression secondaire sous forme d’un phénomène économique de la répartition des tâches. Selon le type d’économie, les conséquences pour la praxis seront différentes : dans les groupes où les rôles de chasse et de cueillette étaient auparavant équilibrés, la répartition peut augmenter l’efficacité de l’approvisionnement et acquérir ainsi une utilité secondaire (exaptation), celle-là purement économique. Dans les groupes où la partie essentielle de la nourriture ne pouvait venir que d’une seule activité, soit de la chasse, soit de la cueillette, la répartition des tâches empêchera d’utiliser au mieux les potentialités productives d’un sexe ou de l’autre, et elle deviendra par conséquent inefficace du point de vue économique (de telles conséquences sont connues parmi les chasseurs-collecteurs récents, par exemple chez les Chipewyans où domine la chasse102 ; chez les !Kung où domine la cueillette et où les hommes sont souvent désœuvrés103).

122Cependant, affirmons-le haut et fort, cette conjecture, qui s’appuie sur un grand nombre de présuppositions invérifiables dans un contexte préhistorique, est du point de vue méthodologique aussi dépourvue de valeur que les explications invérifiables servies abondamment par nos scénarios. L’exercice sert seulement à montrer qu’il est relativement facile d’imaginer des explications qui ne mobilisent aucun des principes de l’anthropologie naïve. Il n’y a là ni déterminisme écologique, ni référence à l’utilité économique ou aux besoins de l’individu ; on voit aussi disparaître la vision de 1’« homme stratifié », selon laquelle la « pensée » et l’activité matérielle constituent deux couches séparées, dont les manifestations nécessitent des explications différentes. Cette construction n’est qu’une hypothèse d’école : elle prouve seulement que le succès des explications propres à l’anthropologie naïve ne saurait tenir au fait que ce sont les seules concevables.

***

  • 104 Gould, 1977.
  • 105 Voir aussi Montagu, 1962.
  • 106 Schultz, 1950 : 440-441 ; Starck, I960 : 633-634.
  • 107 Devilliers & Chaline, 1989 : 224.
  • 108 Ibidem, p. 226 ; voir aussi une revue critique de travaux récents sur ce sujet, Shea, 1989.

123D’autres formules alternatives s’offrent encore pour expliquer le processus de l’hominisation. S. J. Gould104, par exemple, a rappelé les arguments qui corroborent la thèse selon laquelle l’origine de certains caractères morphologiques de l’homme pourrait s’élucider par le mécanisme du retard néoténique (hypothèse avancée déjà par Bolk en 1926105) : les spécialistes de la morphologie des primates soulignent en effet que certaines différences entre les Panidés et l’Homme ont un caractère uniquement quantitatif, et que certaines d’entre elles pourraient résulter d’un petit décalage chronologique dans la croissance fœtale des diverses parties du corps106. Par exemple, C. Devillers et J. Chaline évoquent une réduction de l’os iliaque qui transforme le bassin et rend possible la bipédie : cette innovation a dû apparaître brutalement, par une modification soudaine du programme de développement de l’os iliaque, car il est difficile d’imaginer une situation morphologique intermédiaire, non fonctionnelle, qui aurait sans doute été éliminée par la sélection naturelle107. De même, la forme arrondie du crâne chez Homo pourrait être l’effet d’un ralentissement du taux de croissance (néoténie), tandis que le volume crânien accru s’expliquerait par la prolongation de la période de croissance (hypermorphose)108.

  • 109 Par ex. Wright, 1932 ; Mayr, 1963.
  • 110 Coppens, 1984 : 470-471.

124Une autre éventualité à prendre en compte dans les explications de l’anthropogenèse est la formation des espèces par isolement géographique109. Il est particulièrement intéressant de se tourner vers le modèle dit d’étranglement spatial des effectifs, où l’on envisage la spéciation comme la conséquence d’une perte considérable de la variabilité génétique dans les populations périphériques qui, une fois séparées de la population ancestrale, ne gardent qu’une faible partie du patrimoine génétique de l’espèce ancestrale. Les processus stochastiques qui agissent sur l’information génétique dans ces petits groupes (dérive génétique), accompagnés d’une plus grande facilité de la propagation des mutants dans une petite population, peuvent entraîner de véritables révolutions génétiques. La possibilité d’une cladogenèse par isolation géographique est prise en compte dans l’hypothèse de Yves Coppens, selon laquelle les ancêtres communs aux Hominidés et aux Panidés, établis dans la région périéquatoriale de l’Afrique, s’étaient trouvés, il y a une dizaine de millions d’années, coupés en deux populations, à la suite du renouveau d’activité du système de failles de la Rift Valley. Cette coupure, de nature tectonique, serait bientôt devenue une barrière écologique qui isolait les futurs ancêtres de l’homme de leur population parentale. L’hypothèse est bien renforcée par l’observation de l’absence de vestiges fossiles de Panidés sur les sites des Hominidés d’Afrique orientale ou d’Afrique méridionale, ainsi que par le fait que les faunes d’Afrique orientale deviennent endémiques à partir de la fin du Miocène moyen110.

  • 111 Eldredge, 1986 : 188.

125Il existe donc un certain nombre d’explications qui envisagent des mécanismes alternatifs ou complémentaires à ceux que les chercheurs favorisent traditionnellement dans les scénarios de l’hominisation. Les biologistes soulignent avec force la nécessité d’élargir davantage le répertoire des mécanismes concevables, car ce qui a été accompli dans ce sens au cours des dernières décennies reste, selon eux, bien modeste par rapport aux perspectives qui se dessinent déjà aujourd’hui111. Néanmoins, même modestes, ces innovations suffisent pour nous convaincre que les principes des explications traditionnelles, dans leur monotonie, reflètent plutôt les contraintes pesant sur notre imagination que celles qui limitent le foisonnement de la nature elle-même.

***

126Mais ces nouvelles hypothèses, faisant appel à des mécanismes d’évolution inconnus de l’anthropologie naïve, deviendront-elles meilleures du seul fait qu’elles seront nouvelles ? Meilleures, c’est-à-dire reflétant mieux la réalité du processus de l’hominisation ? Soyons nets, nous n’avons là aucune garantie de cet ordre ; nous devons donc nous demander si ces nouveautés peuvent apporter à la connaissance de l’anthropogenèse quelque chose de plus qu’une simple possibilité de diversification du jeu de conjectures. Cette question nous mène directement au problème crucial de validation des hypothèses, que j’ai maintes fois évoqué sans le traiter véritablement jusqu’à présent. Commençons par analyser le mode de « validation » telle qu’elle est effectivement pratiquée dans nos scénarios. L’examen de la manière dont les explications traditionnelles fondent leur légitimité est en effet instructif : il nous fera mieux comprendre l’importance des explications alternatives que nous venons de passer en revue.

Notes

1 Cf. Darwin, 1981/1871 : 42-43.

2 Voir par exemple les textes réunis dans Coppens, 1985.

3 Cette dernière hypothèse, cf. Vrba, Denton & Prentice, 1989.

4 Ardrey, 1963 : 240.

5 Hockett & Ascher, 1964 : 136.

6 Jacob, 1981 : 18.

7 Devilliers & Chaline, 1989 : 70.

8 Holbach, 1821/1770 : 90.

9 Greenwood, 1984.

10 Par ex. choix de textes du corpus hippocratique, Joly, 1964.

11 Myres, 1908 : 162-164 ; voir aussi Greenwood, 1984.

12 Par ex. Bodin, 1951/1572.

13 Par ex. Bory de Saint-Vincent, 1825, VIII : 278-339 ; Buffon, 1831/1749 ; Cabanis, 1959/1802 : 316-512 ; Ferguson, 1767 : 165-185 ; Helvétius, 1988/1758 ; Herder, 1962/1784-1791, liv. VI-VII ; Kant, 1990 ; Montesquieu, 1979/ 1748, I, liv. XIV-XVIII ; Virey, 1801, II ; Virey, 1827 : 179-207.

14 Buffon, 1831/1749 : 253.

15 Ibidem, 191.

16 Par ex. Virey, 1841.

17 Par ex. Granger, 1922.

18 Stomma, 1986.

19 Ibidem.

20 Marx & Engels, 1968/1846 : 50.

21 Zihlman, 1987 : 11, trad. W.S.

22 Par ex. Rogers, 1962 : D32, D5 ; Marttn, 1978 : 74 ; Tanner, 1979 : 108-110.

23 Voir par ex. Lévi-Strauss, 1962 ou Sahlins, 1980.

24 Cf. Bowler, 1986 : 161-173.

25 Engels, 1971/1896 : 67.

26 Virey, 1827 : 23.

27 Diderot, 1972/1830 : 183.

28 Ibidem.

29 Engels, 1949 : 155, trad. W. S.

30 Vico, 1953/1744 : 83, paragraphe L. XVI.

31 Lloyd, 1974 : 149-50.

32 Faust, I : 1119, trad. J. Malaplate, cf. Goethe, 1984.

33 Durkheim, 1937/1895 : 90.

34 Livingstone, 1964 : 150.

35 Virey, 1801, 1 : 116.

36 Marx et Engels, 1968/1846 : 415.

37 Hobbes, 1962/1651 : 34.

38 Diodore de Sicile, 1743 : 16 ; voir aussi Lucrèce, 1964 : 88, V. 1029.

39 Origène, 1968, II : 375, IV.76.

40 Ruyle, 1977 : 149.

41 L’Histoire raisonnée assimilait pour sa part la notion de nécessité à celle de besoins, lesquels étaient opposés aux désirs. À l’époque originelle, les exigences des hommes auraient été réduites aux simples nécessités de l’existence biologique, et ce n’est que plus tard, avec le développement de la culture, que la liste des besoins élémentaires se serait enrichie de désirs superflus, dont la puissante présence influe désormais sur les vicissitudes de l’histoire humaine (par exemple Burnet, 1774-1792 : 19 ; Delamétherie, 1802 : liv ; Lacépède, 1821 : 380 ; Virey, 1801, II : 227).

42 Les discussions sur l’organisation sociale des chasseurs-cueilleurs notamment illustrent bien le mécanisme de l’explication par l’utilité. Prenons pour exemple le débat sur les règles de la résidence postmaritale. Selon la conception traditionnelle (par exemple Service, 1962 : 67), tous les peuples chasseurs sont patrilocaux, car la patrilocalité, en permettant de sauvegarder la solidarité entre les hommes du même groupe, est utile dans les activités de la chasse, le partage de la viande, et la guerre. Pourtant, il s’avère que certains groupes de chasseurs-cueilleurs, assez nombreux, surtout parmi les Athabascans du Nord (Canada), sont matrilinéaires. Pourquoi ? L’explication du phénomène, opposé au précédent, fait aussi appel à l’utilité. R. J. Perry (1989 : 47) propose le raisonnement suivant : puisque les hommes passent leur temps à la chasse en petites bandes, le campement de base, habité surtout par les femmes, devient la scène principale de la vie sociale. Il est donc important qu’il y règne la bonne entente et l’amitié. Aussi la règle de matrilocalité s’est-elle établie afin de regrouper ensemble les femmes de même origine. En raisonnant de la sorte, il est aisé d’« expliquer » tout phénomène culturel, et également son contraire, car on peut imaginer, en un tour de main, l’utilité de chacun.

43 Ruyle, 1977 : 149.

44 Durkheim, 1937/1895 : 97.

45 Cit. d’après E. Durkheim, 1937/1895 : 98.

46 Kant, 1985/1786 : 503.

47 Lamarck, 1830/1809 : 357.

48 Ardrey, 1963 : 255.

49 Engels, 1971/1896 : 60.

50 Diderot, 1965/1796 : 91.

51 Kant, 1985/1786 : 189.

52 Isaac, 1978a : 106.

53 Hill, 1982 : 538-539.

54 Tanner & Zihlman, 1976 : 605.

55 Hill, 1982 : 537.

56 Kurland & Beckerman, 1985 : 74.

57 Hill, 1982 : 532.

58 Ibidem, 533.

59 Oakley, 1968 : 258 ; Washburn, 1960 : 9.

60 Jolly, 1970 : 18.

61 Ibidem.

62 Williams, 1966 ; voir aussi Gould & Lewontin, 1979.

63 W. Bock, The Use of adaptative characters in avian classification (1967), cit. d’après Gould & Vrba, 1982 : 5.

64 Par ex. Tanner & Zihlman, 1976 : 588-589.

65 Pyke et al., 1977.

66 Par ex. Gould & Lewontin, 1979.

67 Lumdsen & Gushurst, 1985 : 15.

68 Keene, 1983 : 155-156, trad. W. S.

69 Définition de leur domaine par exemple dans Pianka & MacArthur, 1966.

70 Keene, 1983 : 146.

71 Pianka & MacArthur, 1966 ; Smith, 1983 : 625.

72 Gould & Lewontin, 1979.

73 Voltaire, 1968/1759 : 102.

74 Ibidem, 267-269.

75 Cit. d’après Roger, 1971 : 227.

76 Cit. d’après Ehrard, 1970 : 54.

77 Origène, 1968 II : 377.

78 Cf. Cubitt, 1989.

79 Darwin, 1980/1859 : 215-216.

80 Cit. d’après Ruse, 1982 : 294.

81 Darwin, 1980/1859 : 217.

82 Gould & Vrba, 1982.

83 Darwin, 1980/1859 : 214-216.

84 Jolly, 1970 : 18-22.

85 Ibidem.

86 Gould & Vrba, 1982 : 12.

87 Darwin, 1980/1859 : 550.

88 Par ex. Gould & Lewontin, 1979 : 591.

89 Washburn, 1960 : 9-11.

90 Ibidem, 14.

91 Leroi-Gourhan, 1964 : 87-88.

92 Gould & Pilbeam, 1974.

93 Jungers, 1878 ; Leonard & Hegmon, 1987 ; certaines hypothèses allométriques ont été néanmoins invalidées ; par ex. Wood & Stack, 1980 : la clé n’ouvre donc pas toutes les portes.

94 Par ex. Darwin, 1980/1859 : 429.

95 Par ex. Arnold & Fistrup, 1982 ; Doolittle & Sapienza, 1983 ; Gould, 1982 ; Hull, 1980 ; Lewontin, 1970 ; Vrba 1980, 1983 ; Vrba & Gould, 1986 ; aussi les travaux controversés de Wynne-Edwards, 1962 et de Dawkins, 1976.

96 D’après Lewontin, 1970 : 1.

97 Lewontin, 1970 : 14.

98 Vrba & Gould, 1986 : 225.

99 Hobbes, 1962/1651 : 34.

100 Orgel & Crick, 1980 ; Doolittle & Sapienza, 1980.

101 Vrba & Gould, 1986 : 225.

102 McGrew, 1986.

103 Lee, 1968.

104 Gould, 1977.

105 Voir aussi Montagu, 1962.

106 Schultz, 1950 : 440-441 ; Starck, I960 : 633-634.

107 Devilliers & Chaline, 1989 : 224.

108 Ibidem, p. 226 ; voir aussi une revue critique de travaux récents sur ce sujet, Shea, 1989.

109 Par ex. Wright, 1932 ; Mayr, 1963.

110 Coppens, 1984 : 470-471.

111 Eldredge, 1986 : 188.

Table des illustrations

Titre Tableau VIII — Les séquences explicatives dégagées dans nos scénarios de l’hominisation par l’analyse logiciste, classées selon les mécanismes de changements évolutifs auxquels nous les rattachons ; les chiffres romains renvoient à la numérotation des textes au tableau TV ; les chiffres arabes indiquent le nombre de séquences explicatives (analyse détaillée, cf. Stoczkowski, 1991).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540