Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

De nouvelles pratiques de recherche, prémices d’un nouveau courant ?

Bernard Picon

Texte intégral

1L’ensemble des travaux de recherche évoqués dans cet ouvrage, trouve son unité autour d’une question strictement scientifique centrée sur les rapports milieux – techniques – sociétés.

2Par contre le chapitre intitulé le Citoyen, le savant, le politique et le journaliste évoque un troublant parallélisme entre l’apparition de cette question dans le champ proprement scientifique et son émergence dans le corps social. Se pose alors tout naturellement la question de l’autonomie de ce mouvement scientifique. Ne serait-il pas, à travers sa finalisation, révélateur de la difficulté pour les chercheurs interdisciplinaires de construire un objet suffisamment dégagé du contexte social et idéologique de son apparition ? Dans cette hypothèse, cet ouvrage se réduirait à n’être que la chronique d’un moment scientifique dépassé, consacré à la recherche de solutions alternatives à la dégradation de l’espace rural. Si c’était le cas ce livre n’aurait pas valu la peine d’être écrit.

3La fin du chapitre évoqué donne à entendre qu’effectivement les problèmes se sont aujourd’hui déplacés de telle sorte que la tendance actuelle serait à la planétarisation de la problématique homme-nature et que la société technicienne contemporaine serait à même de relever les défis d’un nouveau « contrat naturel » d’autant plus facilement qu’une prometteuse perspective économique s’ouvre aux entreprises qui investissent dans les techniques « environnementales ». Dans ce cadre un chantier de recherche important s’ouvre aux physiciens, aux chimistes, aux biologistes, Ceci dit, améliorer la qualité de l’air, de l’eau, prévenir les pollutions à l’échelle planétaire (Global Change) ne saurait en aucun cas gommer le champ scientifique évoqué dans cet ouvrage. En effet, les rapports que les différentes sociétés entretiennent avec les ressources naturelles ne peuvent être traités globalement. Quoi de commun entre un paysan népalais et un agriculteur de la Beauce et entre ce dernier et un berger corse ? La recherche doit aussi tenir compte de cette diversité si elle a la prétention d’œuvrer pour une meilleure adéquation entre préservation des ressources naturelles et les activités humaines. Il vaut donc mieux considérer qu’il existe une nécessaire diversification des axes de recherche sur l’environnement plutôt que d’imaginer une évolution de ceux-ci qui, d’approches parcellaires, s’achemineraient vers une perspective globalisante. Les nouvelles préoccupations ne font pas disparaître celles qui les ont précédées. Le programme MAB (Man and Biosphere) de l’UNESCO illustre bien notre propos, puisque préoccupé de biosphère, il finance des opérations très régionalisées.

4Il semble alors que l’on dispose de suffisamment d’éléments pour pouvoir affirmer que, malgré les fluctuations inhérentes à la mise en place de ce champ de recherche interdisciplinaire, celui-ci s’est autonomisé et les chercheurs qui y participent sont en train de mettre en place un courant de pensée qui pourrait bien déboucher sur une nouvelle école. Il y a courant, voire école, parce que l’on peut constater un consensus général autour d’une problématique commune comprenant : une démarche, des perspectives, des propositions d’actions, dont on peut d’ores et déjà percevoir les complémentarités.

1. Une démarche

5La démarche est celle du parti pris de l’observation localisée : tous les travaux de recherche portent sans exception sur des terrains localisés qui, chacun, représentent un cas particulier illustrant une même question : comment envisager un nouveau rapport homme-nature, comment concilier exploitation et préservation des ressources naturelles ? Ces terrains peuvent être considérés comme les « laboratoires » où, à partir d’analyses portant sur le rapport entre sociétés locales et ressources naturelles, on peut tenter d’élaborer des bilans sur telle ou telle technique d’exploitation des ressources.

6L’approche interdisciplinaire de la Camargue est, à cet égard, significative puisqu’elle a permis de démontrer que, là, les formes prises par les activités économiques ont à voir avec les contraintes du milieu et qu’en retour, ces contraintes imposent à l’agriculture et à l’industrie salinière une artificialisation complète du delta par endiguement, irrigation, drainage. Cette artificialisation favorise paradoxalement la production de milieux d’une richesse biologique telle qu’ils sont aujourd’hui protégés intégralement et qualifiés de naturels ! Nul ne peut alors analyser un fragment de la réalité naturelle ou sociale du delta sans tenir compte de l’ensemble ; aucune discipline, écologie, agronomie, science sociale, ne peut ignorer les autres. À l’instar de son réseau hydraulique ramifié, tous les éléments du système Camargue sont reliés. Opposer, comme on le fait trop souvent, nature et activité économique est, dans ce cas, un non-sens parce que préserver la nature, c’est ici garantir et contrôler en permanence les techniques de mise en valeur (Picon, 1988).

  • 1 1. Cf. ci-dessus Jean-Marie Legay et Jean-Pierre Deffontaines, « Complexité, observation et expérie (...)

7La multiplication de telles observations permet de donner un statut scientifique à celles-ci. Leur comparaison permet en effet d’obtenir là où l’expérience est impossible, des résultats aussi féconds que ceux obtenus par la méthode expérimentale. L’écologie qui préfère étudier la nature telle qu’elle est plutôt que de l’organiser en fonction d’un protocole expérimental, les sciences sociales et l’agronomie comprise comme l’étude des pratiques agricoles qui sont dans l’impossibilité d’expérimenter, trouvent là une unité de fonctionnement qui leur est commune et sans laquelle l’interdisciplinarité serait impossible1.

2. Des perspectives

8Les chercheurs engagés dans ces recherches considéreraient sûrement comme abusif le fait de cataloguer leurs travaux comme relevant, même partiellement, d’un mouvement scientifique préoccupé d’un problème planétaire. Mais, de fait, leurs perspectives, à l’échelle d’une microrégion, présentent un étonnant parallélisme avec les préoccupations de ceux qui veulent réconcilier « sociosphère » et « biosphère ». Pratiquement toutes les introductions évoquent le problème d’une gestion qui ne remette pas en cause production et développement économique sans pour autant épuiser les ressources naturelles.

9Étudier le fonctionnement des étangs des Dombes, c’est, pour les auteurs, disposer d’un territoire exemplaire parce que « le système d’exploitation des ressources »., l’assec est qualifié « d’écologique ». Cette technique, en effet, accroît la productivité économique (poissons) tout en enrichissant « les processus biologiques fondamentaux… en favorisant la minéralisation rapide des matières organiques de la vase » (V.37.).

10Les recherches en Briançonnais (V.20.) dont le point de départ était la lutte biologique contre la tordeuse du mélèze débouchent sur la question de savoir comment dans cette région « mieux connaître les ressources naturelles », de façon à « améliorer la production » tout en luttant contre une « inéluctable dégradation agronomique des ressources fourragères ». Dans les deux cas, (même si les régions où les activités choisies peuvent paraître marginales et même si l’utilisation de formules comme « inéluctable dégradation » apparaissent quelque peu idéologiques), ces choix peuvent se justifier : pour l’un par l’exemplarité d’un système de production qui n’épuise pas la ressource et qui mérite donc attention par sa valeur de modèle ; pour l’autre par l’exemplarité d’un site où, à la suite de l’épuisement de la ressource naturelle, de la disparition d’une technique ou de la ressource humaine, de nouveaux modèles techniques et culturels seraient à réinventer.

11À ces deux exemples correspondent deux types de perspectives : l’une consiste à redécouvrir des systèmes exemplaires, l’autre, plus représentative à s’interroger sur des systèmes exigeant des propositions d’action. La première pouvant donner de la matière à la seconde.

2.1. Redécouvrir des systèmes exemplaires

12Des recherches mettent en évidence qu’en pays pourtant industrialisés subsistent des techniques et des stratégies d’acteurs qui parviennent à exploiter une ressource naturelle sans pour autant l’épuiser voire même en l’enrichissant. Leurs résultats démontrent que rentabilité économique et destruction de l’environnement ne sont pas fatalement liées.

13Envisagés dans ce sens, leurs résultats ne peuvent plus être considérés comme relevant d’une idéologie passéiste. Ils ont au contraire valeur d’exemplarité, ils sont le référent sur lequel peut s’appuyer l’idée que des alternatives aux actuels modèles dominants d’exploitation des ressources sont possibles. Ils sont aussi la preuve que ces alternatives ne relèvent pas du domaine de l’utopie puisqu’elles perdurent dans le cadre d’une économie développée contemporaine.

14On peut revenir ici sur la technique de l’assec dans l’exploitation piscicole des étangs des Dombes. Cette pratique, indissociable d’une forme d’organisation sociale, d’après les auteurs qui se réfèrent à l’ethnoscience, parvient à concilier rendement économique (prélèvement de la ressource poisson) et amélioration des conditions naturelles de production de cette ressource. « Il est difficile de dire si l’assec est le fruit d’un empirisme dont la valeur aurait été confirmée à l’usage ou si son origine est due à d’autres raisons, notamment liées à un type d’organisation sociale (régime de propriété, mode de faire-valoir ou droit coutumier). Ces deux facteurs ont dû être imbriqués étroitement. Cependant, quelles que soient les causes de son existence, l’assec a des incidences sur la production piscicole sur deux plans : d’une part au niveau de la complémentarité écologique et agronomique entre un milieu aquatique et un milieu terrestre, d’autre part, au niveau technologique. Un certain nombre de facteurs positifs liés à la pratique régulière de l’assec ont été observés et reconnus : les poissons sont de meilleure qualité, exempts de goût de vase ; les rendements sont supérieurs ; le sol est assaini ; le PH est augmenté » (V.37.).

15En analysant très finement les pratiques d’un berger, Landais et Deffontaines montrent, là aussi, à travers une étude de cas plus éclairante que bien des « modèles », qu’une pratique aussi ancienne que le pastoralisme peut « contribuer à concilier plusieurs objectifs : des objectifs économiques, (objectifs de production des éleveurs), des objectifs écologiques (assurer la reproduction des ressources exploitées (...) le souci de préserver certaines formations végétales) ». Les auteurs ont bien conscience en effectuant ce travail ; de s’attaquer à un problème d’avenir plutôt que de se poser comme des mémorialistes du monde rural. « Les systèmes extensifs exigent une grande maîtrise technique au niveau de la mise en œuvre et une grande finesse au niveau de l’observation… Les pratiques qu’ils mettent en œuvre, si loin dans l’histoire qu’elles prennent leur source, ne sont pas immuables… Elles sont porteuses d’avenir ; le contexte agricole actuel ne fait que renforcer cette évidence » (Landais, Deffontaines, 1988).

16L’indéniable rareté de ces systèmes d’exploitation, mais leur grande portée théorique fait de leur analyse quelque chose qui s’apparente autant à la force démonstrative d’un conte philosophique qu’à la rigueur d’une description représentative du réel.

2.2. Des propositions d’action pour des terrains à problèmes

17La réalité est plutôt faite d’une longue liste de zones dégradées par l’abandon ou la surexploitation pour lesquelles les chercheurs sont en quête de diagnostics et d’outils méthodologiques propres à déboucher sur des solutions techniques et culturelles semblables à celles que l’on vient d’évoquer. Leurs propositions d’action peuvent se diviser en trois grandes tendances, des plus minimalistes au x plus maximalistes.

2.2.1. Gérer au moindre coût

18Certains auteurs présentent leurs terrains comme étant confrontés à des problèmes de sur-exploitation économique ou bien de sous-exploitation du milieu naturel. Pour les premiers, il va s’agir de faire en sorte que cette rentabilisation économique ne se fasse pas au détriment de l’environnement.

19Cette façon de voir est particulièrement vraie pour les régions de montagne à fort investissement touristique.

20Le canton d’Aime, en Savoie (V.19.) a vécu dès 1960 un « développement explosif du tourisme hivernal » conçu comme « seul recours possible au maintien des populations de montagne ». Il a vécu en même temps le développement du tourisme estival. Bénéficiant des doctrines préconisant le « retour vers la nature », ce tourisme a été encouragé par la création du Parc national de la Vanoise, qui « visait également le maintien des populations locales » (en autorisant, par exemple, le pâturage en zone centrale). Deux mesures qui, prises au nom de la sauvegarde des équilibres naturels les perturberaient gravement, selon les auteurs, à cause de la sur-fréquentation touristique qu’elles induisent.

21Ils en concluent « qu’il faut obligatoirement s’interroger sur les capacités du milieu naturel issu d’une lente transformation par les activités agricoles (pastoralisme et sylviculture) à supporter les traumatismes causés par cette implantation d’organe artificiel ». De cette interrogation, découle l’objectif de la recherche : « prévoir à moyen terme les conséquences de cette évolution sur l’environnement ».

22Cette position peut être qualifiée de minimaliste parce qu’elle ne débouche ni sur des remises en cause, ni sur des propositions mais finalement sur l’idée que la recherche peut contribuer à gérer la situation existante, « prévoir », en faisant en sorte que le sur-investissement économique de type tertiaire que connaît la zone se fasse au moindre coût possible pour l’environnement.

23Situation inversée pour les régions en voie de dégradation vis-à-vis desquelles s’applique bien la notion de gestion écologique définie dans le programme 1 du PIREN (mai 1980) : « Ensemble des mesures… qui garantiraient une productivité biologique globale élevée, obtenue au meilleur coût énergétique, tout en satisfaisant, au moindre coût économique, les besoins sociaux, culturels et esthétiques diversifiés de la société ». Dans le cas précédent, il était question de gérer un surinvestissement économique au moindre coût pour l’environnement. Ici, il s’agit de garantir une productivité biologique élevée liée au moindre coût économique et social. Les uns et les autres observent et s’interrogent, mais sans se risquer au-delà de l’idée de garantir la richesse du milieu « au moindre coût ». Ils constituent en quelque sorte le premier maillon indispensable à la constitution d’une chaîne de propositions qui se situent à la charnière de la recherche et de l’action.

2.2.2. Modéliser, expérimenter, observer

24Dans le cas de territoires écologiquement et socialement dégradés, certaines équipes interdisciplinaires font l’hypothèse de 1’0pérationnalité de leurs analyses. Elles opposent en effet la rationalité scientifique à l’irrationalité des modes d’exploitation actuels, responsables de la dégradation des milieux : dans le programme « Briançonnais » (V.20.), les chercheurs se donnent d’abord pour objectif la « recherche d’indicateurs de l’état d’équilibre des milieux montagnards caractéristiques ». À partir de là, ils pensent pouvoir « donner des éléments pertinents de réponses » à ceux qui tentent de « remettre en valeur » ces milieux.

25Cette pertinence peut se concrétiser en proposant aux « éleveurs et bergers, un plan d’exploitation et un programme d’aménagement pastoral reposant sur des bases scientifiques ». Ainsi, face au « gaspillage des ressources, aux incertitudes des connaissances… à la sous-exploitation qui en découle, à la dégradation agronomique des ressources fourragères », ne pourrait-on opposer « une exploitation intelligente, nécessairement contraignante en temps, en énergie et en savoir ? » N’y a-t-il pas, dans cette interrogation des chercheurs quelque naïveté scientiste à opposer « incertitude des connaissances et sous-exploitation » à « scientificité et exploitation intelligente » ?

26Les auteurs du rapport indiquent de plus que leurs travaux devraient déboucher sur une « phase de vérification expérimentale conduite en vraie grandeur sur de véritables domaines expérimentaux ». Ils en concluent qu’il serait indispensable, pour mener à bien une expérimentation, « de disposer d’une plus complète maîtrise du foncier ainsi que du troupeau ». Qu’elle serait belle notre montagne si les savants se faisaient bergers ! Cette boutade est moins innocente qu’il n’y paraît : les propositions d’expérimentations grandeur nature sont en effet très fréquentes dans ce courant de recherche dont l’ambition serait de substituer à un ancien savoir-faire disparu des modèles de ’gestion élaborés sur des bases scientifiques. Le souci d’expérimentation a alors pour objectif de tester la validité de modèles construits sur la base de raisonnements interdisciplinaires. Pour que ces expérimentations permettent de vérifier utilement l’efficacité de ces nouveaux modèles, il est indispensable d’en suivre les effets sur un laps de temps suffisamment long.

27Proposition est donc faite de compléter l’expérimentation d’une observation sur le long terme dans le cadre, sur le causse Méjean par exemple, d’un « observatoire interdisciplinaire et multicritères : l’examen périodique par des agents économiques et les chercheurs des données recueillies et de l’intérêt qu’elles suscitent auprès des utilisateurs peut conduire à une reformulation de la représentation du système productif local et à un choix plus pertinent ou plus complet des paramètres » (Chassany, 1989).

2.3.3. Modéliser, expérimenter et redécouvrir le social

28Construire des modèles, les expérimenter grandeur nature si possible et en vérifier la pertinence par l’observation est une démarche logique. Mais comment faire en sorte que ces nouvelles formes de gestion dépassent le stade expérimental et trouvent un ancrage social ? Même si certaines recherches interdisciplinaires tentent à leur manière de renouer sur des bases scientifiques l’échange empirique qui s’établissait entre le paysan et sa terre, le problème est de savoir comment greffer des modèles alternatifs sur les réalités du contexte rural contemporain.

29Certains travaux laissent entendre implicitement qu’il existe un continuum entre la tradition paysanne et l’apparition récente de la gestion écologique. Pour avoir quelques chances de dépasser le stade expérimental, les formes intégrées de gestion de la nature, devraient donc s’enraciner historiquement pour mieux s’inscrire socialement. Toutes les traditions ne sont pas mortes, certaines sont même porteuses d’avenir comme on l’a vu ci-dessus.

30Il est, de plus, illusoire de croire qu’un mouvement scientifique puisse, à lui seul, réinventer de nouvelles pratiques sociales à contre-courant du système dominant ; il lui faut tenter de mettre en place les conditions sociales de son émergence. Des chercheurs ont compris que la première des conditions de la prise d’une greffe scientifique sur une réalité sociale moribonde ou non est de l’envisager dans un continuum historique. Pour ce faire, leur ambition consiste à renouer les fils qui s’étaient passablement distendus, ces dernières décennies, entre l’idée de progrès et l’idée de relation à la nature, trop facilement renvoyée dans la catégorie d’un folklore désuet.

31Ayant pris conscience des limites d’une approche scientifique déconnectée du social, ils s’accordent sur le fait que l’invention de nouveaux modèles à la fois écologiques et modernes ne peut ignorer l’histoire sociale. Les sciences écologiques, agronomiques, zootechniques n’ont pas le pouvoir de produire artificiellement un substitut à une organisation sociale. Leur savoir, mais aussi leurs propositions ne peuvent prendre corps qu’en tenant compte de l’histoire, des usages, des déterminations économiques et des représentations du groupe social auquel ils s’adressent.

32Ce principe a guidé un groupe interdisciplinaire de Toulouse dans sa « recherche-action sur la construction des bâtiments d’élevage de montagne » (V.7.). Après avoir mesuré « l’inadaptation des référents techniques et architecturaux » des modèles de bergeries industrialisées à ce milieu montagnard, ils se sont posé le problème de la « prégnance de leur histoire ». Ils ont alors pu intégrer des éléments nouveaux, nés de la zootechnie contemporaine, à « l’habitat hérité du système agro-pastoral du XIXe siècle ».

33Si cette équipe a pu dépasser le stade de l’expérimentation et déboucher sur l’action, c’est qu’elle est parvenue à un stade de réflexion intégrant complètement et de manière non-artificielle sciences techniques et sciences sociales.

3. Pour conclure

34Ces quelques bergeries sont la preuve concrète de l’aboutissement d’un courant de pensée qui, malgré de faibles moyens et une position floue dans le champ scientifique, forge progressivement ses méthodes. Chaque cas particulier est un « laboratoire » où le rapport homme-nature peut être analysé dans une dimension spécifique : on y trouve des modèles traditionnels d’exploitation rationnelle des ressources naturelles qui peuvent être porteurs d’avenir. On y trouve des zones dégradées ou surexploitées. Les uns y cherchent de nouveaux modèles de gestion, d’autres y expérimentent de nouveaux modes d’exploitation avec les acquis scientifiques contemporains, d’autres, enfin, s’intéressent à l’ancrage social de ces acquis scientifiques.

35L’éclatement des terrains et des perspectives ne signifie pas l’inexistence d’un objet scientifique commun, il en révèle seulement la complexité.

36Pour aborder cette complexité, les chapitres précédents l’ont mis en évidence, une théorie de l’action s’est progressivement forgée : théorie à partir de laquelle un outillage méthodologique s’est mis en place, un vocabulaire fait, pour l’essentiel, de concepts nomades est apparu. Sciences sociales, sciences des techniques, sciences écologiques s’articulent autour d’un même pari : l’analyse cumulative de cas exemplaires peut-elle aider à façonner la théorie de nouveaux modes de gestion des ressources naturelles pour demain ?

37Cette question clé constitue le fondement de ce que l’on a désigné dans le titre de ce chapitre de nouveau courant et peut-être abusivement dans le fil du texte de « nouvelle école ».

Bibliographie

Chassany Jean-Paul (1989), « Le Transfert d’une méthodologie des changements écologiques, économiques et sociaux : un prolongement d’une démarche interdisciplinaire de recherche », in Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, t. XXIV.

Landais E. et Deffontaines Jean-Pierre (1988), André L. ; un berger parle de ses pratiques, INRA.

Picon Bernard (1988), l’Espace et le temps en Camargue, Actes Sud.

Notes

1 1. Cf. ci-dessus Jean-Marie Legay et Jean-Pierre Deffontaines, « Complexité, observation et expérience », p. 367.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540