Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

Les moments théoriques dans la recherche interdisciplinaire

Jean-Marie Legay

Texte intégral

1L’interdisciplinarité n’est pas un principe épistémologique ni une mode, ni une contrainte institutionnelle. Elle est seulement l’état obligé de l’organisation de la recherche en face de certains problèmes ; elle est une nécessité concrète dans des domaines de plus en plus nombreux. Cet élargissement est dû à la complexité croissante des objectifs acceptés et, par suite, à celle des objets proposés à l’activité de recherche.

  • 1 Cf. ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation », p. 297.
  • 2 Les points de départ, les échecs ou les résultats des programmes interdisciplinaires du corpus corr (...)

2Il faut certainement distinguer plusieurs situations différentes, et en tout cas au moins deux. Le premier cas est celui où l’objet de la recherche est technique. Alors, l’interdisciplinarité est pratiquement devenue la règle. La construction d’un objet ou le contrôle de son fonctionnement ne font qu’exceptionnellement appel à une seule discipline. Les exemples sont suffisamment nombreux et triviaux pour qu’il ne soit pas possible ni nécessaire d’en faire état de façon systématique, si ce n’est pour constater que les programmes rassemblés dans le corpus en font partie1. On peut en outre souligner le cas général assez intéressant où le problème posé, celui d’une panne ou d’un accident (au sens large) n’est satisfait avec retard ou de façon imparfaite que précisément en raison de l’absence ou de la faiblesse de l’une des disciplines concernées2. Le second cas est celui où la recherche n’est pas inféodée à une question technique. Il est cette fois parfaitement clair qu’il existe un large champ de recherches monodisciplinaires. Cependant, il est utile d’examiner comment celles-ci naissent.

3Il nous faut faire un détour à propos du mouvement de la science. Celui-ci a en effet une double origine : il y a un mouvement interne, c’est-à-dire dont les motivations proviennent de la science elle-même, et un mouvement externe, où les sujets sont le résultat d’une demande sociale. Ce n’est pas le lieu ici de discuter de cette demande, d’en examiner l’origine, le bien fondé, la recevabilité, l’adéquation avec une question scientifique. Disons seulement, en passant, que c’est la synthèse de cette situation dialectique (mouvement interne/mouvement externe) qui nous paraît être le fondement de la politique scientifique.

  • 3 « Le plus souvent » signifie qu'ils sont monodisciplinaires à l'origine et que, quand ils exigent e (...)
  • 4 Elles sont jugées plus « nobles », plus stables, plus indépendantes des décisions économiques ou po (...)

4Cela dit, les objets de recherche provenant du mouvement interne de la science sont le plus souvent3 monodisciplinaires. Et c’est peut-être l’une des raisons, inavouée, des privilèges et de la considération accordée aux recherches monodisciplinaires que de provenir du mouvement interne de la science4.

  • 5 Cf ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation », p. 297.
  • 6 Et, qui plus est, souvent complexes.

5En revanche, le mouvement externe est fournisseur de sujets systématiquement interdisciplinaires. Et c’est sans doute l’une des raisons de la dévalorisation de ces sujets que de provenir d’une démarche externe. Il est alors facile de parler de recherche appliquée5. Ceci nous paraît impropre et surtout faux, dans la mesure où de tels objectifs exigent le plus souvent des recherches fondamentales6. Cela constitue en outre un contresens, puisque ce n’est pas tine application d’un résultat de la science qui est à mettre en place, mais bien un résultat de la science qui est à induire de la demande. C’est le cas, par exemple, des recherches sur l’érosion dans le programme « Causses-Cévennes », sur les cycles de vie et les nurseries dans le programme « Mangrove », sur les méthodes d’analyse de données et de modélisation dans la majorité des programmes, au point d’avoir justifié la création d’un groupe méthodologie de la DGRST.

  • 7 Ce fut clairement le cas pour le programme « Bilharziose », et, en fait, pour la plupart des progra (...)
  • 8 Les échecs plus ou moins partiels dans la mise en pratique proviennent souvent d'une mauvaise évalu (...)

6Si nous supposons maintenant avoir reçu une requête d’ordre interdisciplinaire, il reste à l’accepter ou à la refuser. Si nous acceptons7, c’est que, quel que soit le remodelage inévitable de l’objet proposé, nous le prenons pour un objet complexe, et nous en acceptons les conséquences, c’est-à-dire la pluridisciplinarité (et peut-être l’interdisciplinarité), mais aussi les moyens (y compris matériels et organisationnels) à mettre en œuvre8.

  • 9 C'est le cas de la « prairie pâturée », qui a été remplacée par une dynamique de la croissance de l (...)

7Si nous refusons, toute démarche devrait s’arrêter. Assez souvent, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’en est rien ; ce qui est refusé c’est la complexité de l’objet, mais pas l’objet d’une certaine recherche. Un objet complètement déformé ou divisé est alors substitué à l’objet proposé9. Avec toutes les conséquences que cela implique.

  • 10 En poursuivant le même exemple, la « prairie pâturée » a été remplacée par des recherches de biolog (...)

8Cette décision, en fait ces diverses décisions, constituent un moment théorique important de l’activité de recherche. D’abord parce que c’est à ce moment qu’on définit réellement la recherche, son programme, les moyens nécessaires, etc. Mais peut-être plus encore parce que, quand on refuse l’objet proposé pour lui en substituer un autre, on passe du mouvement externe de la science à son mouvement interne. On ne va pas répondre ici à la question posée, mais à une autre, pas forcément voisine, et en tout cas pas forcément équivalente socialement10.

  • 11 Cf. enquête de Noël Decourt (1977), « Dire nos pratiques pluridisciplinaires », multipag., ronéo.

9On peut donc, à moins de signaler expressément la manipulation qui est en train de s’engager, parler d’escroquerie. Bien entendu ce terme recouvre toute une gamme de situations qui va de la ruse du chercheur dans une situation contractuelle qu’il a acceptée à tort, jusqu’à son incapacité à changer de posture de recherche avec la plus entière bonne foi. Certains ont même pensé11, ce faisant, défendre la recherche contre la politique, encouragés en cela par les réductionnistes acharnés qui déclarent depuis vingt ans que les recherches interdisciplinaires sont des escroqueries, ou pour le moins des recherches de mauvaise qualité.

10Enfin, le bailleur de fonds n’a-t-il pas accepté sans être dupe ces opérations de glissement, parce qu’il faisait passer l’incitation à la recherche et la production de résultats avant tout autre chose, même si ce n’était pas tout à fait les résultats attendus ? N’est-ce pas pour une part la philosophie de la DGRST ?

  • 12 Qu'un contrat sur la gestion d'un pâturage se termine par des publications sur la génétique du ray- (...)

11Il y a pas mal de difficultés de ce genre – on peut en être persuadé – dans le contentieux des relations science-société. Elles contribuent à semer le doute et à dévaloriser la science dans l’opinion publique, alors que la science n’est pour rien dans cette affaire, même si la responsabilité des travailleurs scientifiques est engagée12.

  • 13 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Marie Legay, « l'Évaluation interdisciplinaire et sa gestion », (Par (...)

12La troisième idée qu’on peut avancer concerne une opération immédiatement liée à la précédente. En face de l’objet, comment va-t-on construire le dispositif de recherche pluridisciplinaire et quelle évaluation13 peut-on en faire ?

13On peut proposer une représentation de type ensembliste de l’articulation « objet de recherche – dispositif de recherche », dans laquelle les intersections (non vides) illustrent le degré de couverture et en même temps d’adéquation dans les différents domaines.

14On peut noter à l’évidence sur le cas de figure proposé et très fréquemment rencontré dans le corpus :

15que les sociologues, les géographes, les agronomes n’épuiseront qu’une partie (et vraisemblablement qu’une très petite partie) des problèmes posés dans leur champ disciplinaire ;

16mais qu’à l’inverse, toute la sociologie, toute la géographie ou toute l’agronomie ne sont pas impliquées en la circonstance ; et ce qui en est impliqué n’est pas forcément le « meilleur », le plus récent, le plus valorisé par rapport à la demande interne ; à la limite, le rôle d’une discipline peut être ancillaire ; dans beaucoup de programmes, ce fut le cas de la statistique ou de l’informatique ;

17enfin, que la liaison entre types de phénomènes dans l’objet de la recherche n’est pas du même ordre que celle entre disciplines dans le dispositif de recherche. Dans le premier cas, il s’agit de relations structurelles ou fonctionnelles, constitutives de l’objet. Dans le second cas, il s’agit de relations artificielles (volontaires) entre spécialistes de disciplines différentes ; dans tous les programmes qui ont comporté un suivi sur le terrain en fonction du temps, on rencontre cette situation, où en face d’un système de phénomènes liés aux saisons, aux marées, etc., on discute d’un dispositif où les chercheurs décident de faire le même jour au même endroit, des observations de natures différentes ; les désaccords sont mis sur le compte de difficultés relationnelles entre disciplines, alors qu’il ne s’agit pas du tout de cela. Le problème est bien plus sérieux.

18Tout cela signifie que la part engagée de la discipline n’est pas maximum ; elle pourrait l’être davantage dans une recherche monodisciplinaire, Par contre, ce qui est placé au niveau le plus élevé, c’est la relation entre disciplines, c’est la recherche d’un ajustement entre deux fragments de disciplines, ajustement qui, s’il est découvert, va transcender les deux disciplines. Il s’agit là d’un autre moment théorique de première importance, d’autant que sa rareté et son efficacité lui donnent une valeur exceptionnelle.

Notes

1 Cf. ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation », p. 297.

2 Les points de départ, les échecs ou les résultats des programmes interdisciplinaires du corpus correspondent bien à ce type de cas.

3 « Le plus souvent » signifie qu'ils sont monodisciplinaires à l'origine et que, quand ils exigent ensuite des relations entre disciplines, il s'agit de disciplines voisines : dans le cas général, par exemple, physique théorique et mathématiques, algèbre et géométrie... et dans le cas du corpus, par exemple, zoologie et écologie, ethnologie et anthropologie, sociologie rurale et géographie humaine, etc.

4 Elles sont jugées plus « nobles », plus stables, plus indépendantes des décisions économiques ou politiques.

5 Cf ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation », p. 297.

6 Et, qui plus est, souvent complexes.

7 Ce fut clairement le cas pour le programme « Bilharziose », et, en fait, pour la plupart des programmes que nous analysons.

8 Les échecs plus ou moins partiels dans la mise en pratique proviennent souvent d'une mauvaise évaluation des moyens nécessaires ou de l'incapacité à les rassembler.

9 C'est le cas de la « prairie pâturée », qui a été remplacée par une dynamique de la croissance de la végétation et séparément par un suivi du comportement du troupeau.

10 En poursuivant le même exemple, la « prairie pâturée » a été remplacée par des recherches de biologie et de génétique de populations d'espèces prairiales et par la mise en place de techniques diverses (sur semis, etc.).

11 Cf. enquête de Noël Decourt (1977), « Dire nos pratiques pluridisciplinaires », multipag., ronéo.

12 Qu'un contrat sur la gestion d'un pâturage se termine par des publications sur la génétique du ray-grass n'est pas forcément bien compris et accepté ; que l'argent quêté sur la voie publique pour le cancer conduise à des articles sur la structure des mitochondries n'est pas non plus très facile à expliquer et par forcément justifié, au moment où la grande presse souligne l'augmentation du taux de mortalité due au cancer. Et aujourd'hui ne faut-il pas glisser le mot SIDA dans un programme quelconque pour lui assurer son financement ?

13 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Marie Legay, « l'Évaluation interdisciplinaire et sa gestion », (Paris, 1990).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540