Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

Complexité, observation et expérience

Jean-Marie Legay et Jean-Pierre Deffontaines

Texte intégral

1Les origines d’un nouveau rapport entre l’observation ’et l’expérience sont abordées dans la première partie du texte. Elles apparaissent aujourd’hui comme deux procédures scientifiques de même statut, de même valeur. Dans la deuxième partie, cette valorisation de l’observation est analysée dans le contexte concret des recherches interdisciplinaires qui se développent entre 1965 et 1985 sur la dynamique de microrégions rurales.

1. Les origines d’un nouveau rapport observation/expérience

2Une acquisition de connaissances peut se faire dans des perspectives fort variées : exploration, détermination d’un ordre de grandeur, vérification d’une théorie, contrôle systémique dans cette acquisition. L’une passe par une perception directe : je vois, je sens, je compte, je dessine, etc. (j’apprends en regardant). L’autre passe par une action préalable : je taille, je coupe, je greffe, etc. (j’apprends en intervenant). Bien entendu, rien n’empêche de regarder ce qui se passe après être intervenu, et même d’organiser un constat très élaboré ; ce qui conduit parfois à quelque ambiguïté puisque la seconde voie inclut la première, mais pas l’inverse.

3La rupture cartésienne qui fut d’une si grande importance par ailleurs n’apporta rien de nouveau dans ce domaine, puisque la méthode cartésienne exigeait la décomposition des objets complexes en éléments simples, et en même temps précisait que l’avancée scientifique s’effectuait par évidences successives. Il fallut attendre le XIXe siècle pour distinguer clairement entre observation et expérience et surtout pour prendre conscience des conditions de l’existence même d’une expérience : il faut une hypothèse, il faut pouvoir maîtriser au moins une partie du système sur lequel on travaille, pouvoir intervenir, et enfin contrôler les résultats de l’intervention.

  • 1 Deux citations à l'appui de cette affirmation : « Je ne comprends pas qu'on puisse arriver à une Sc (...)
  • 2 Cette analyse expérimentale est le seul moyen que nous ayons pour aller à la recherche de la vérité (...)

4Le schéma de Claude Bernard, s’il simplifie un peu le processus cognitif en donnant la suite : une hypothèse → une expérience → une conclusion, rend très bien compte de la situation à laquelle on est arrivé. Malgré les apparences d’un discours qualitatif, Claude Bernard n’en était pas moins assez dogmatique ; il exprima deux opinions qui n’étaient qu’en apparence contradictoires ; il condamna sans appel l’usage des statistiques en biologie1, et se permit de dire que hors de l’expérience, il n’y avait point de science2.

5Sur le premier point, il s’était lourdement trompé, comme l’histoire devait le montrer. Sur le second, il eut une influence très durable qui entraîna des dégâts étalés sur un siècle. En effet, dès ce moment, toute une gamme de disciplines se sentirent exclues de la science ; les unes furent arrêtées dans leur développement, d’autres dévièrent vers une activité purement théorique, métaphysique parfois, ou vers un empirisme privé de toute signification ; d’autres encore profitèrent de l’exclusion pour prendre des positions anti-scientifiques, si ce n’est antirationnelles, et en tout cas très attardées.

6La période fishérienne, qui fut la grande étape suivante (à partir des années 30), ne fit que confirmer, et pour une part aggraver, cette situation. En effet, non seulement il fallait faire des expériences, mais il fallait les organiser, les planifier. Autrement dit, les exigences de l’expérience augmentaient. Il est clair que l’exclusion amorcée devenait apparemment définitive pour toute une série de disciplines relevant de la médecine, d’une partie de l’agronomie, et bien entendu des sciences sociales. Ce qui donnait du poids au second jugement de Claude Bernard.

7Mais en même temps apparaissent deux idées fondamentales. Les expériences organisées, planifiées, ne sont pas seulement faites pour tester une hypothèse (et on teste toujours contre une hypothèse), mais pour extraire de l’information ; une méthode est meilleure si elle extrait davantage d’information d’une même situation (Fisher, 1963). Sans s’en rendre compte, on est loin du schéma de Claude Bernard, on sent qu’il y a bien autre chose autour de l’hypothèse, l’univers s’élargit.

8Il s’élargit si bien que l’on distingue ce qui est contrôlé (sur quoi on va tester l’hypothèse) et ce qui n’est que l’aléatoire, le non contrôlé, mais n’est pas absent. La nature ne se réduit pas à la trilogie « hypothèse-expérience-conclusion », elle est aussi tout ce sur quoi, momentanément, on ne peut expérimenter. Et on est capable d’en tenir compte dans le schéma expérimental et dans l’interprétation statistique. Le plan de travail expérimental ne se réduit pas à une expérience, mais se présente sous une forme d’autant plus complexe que les facteurs contrôlés sont nombreux, éventuellement hiérarchisés, etc. Il est né une véritable algèbre des plans expérimentaux (Cochran et Cox, 1957).

9C’est dans la réalisation de ces plans expérimentaux qu’on vit apparaître toute une série de difficultés (Legay, 1986 a) ; comme il n’y avait pas une expérience, mais toute une série d’expériences, accompagnées des observations correspondantes, on devait constater des erreurs, des données manquantes, des hypothèses d’homogénéité non satisfaites, on enregistrait de sérieux problèmes pour définir un individu, et bien entendu pour définir un témoin, on était obligé d’en accepter plusieurs ; il devenait impossible de parler d’évidence, impossible de garder le mythe de l’expérience cruciale. La science avance maintenant par cohérences successives, résultant d’ensembles complexes de résultats.

10Dans ce contexte, où les dogmes du XIXe siècle étaient très ébranlés, des situations absolument non passibles d’expériences se faisaient jour dans les sciences classiquement admises comme telles. La médecine humaine, une partie de l’agronomie et surtout de façon complètement explicite l’écologie refusaient l’idée même de faire des expériences et se donnaient néanmoins les moyens de travailler grâce à l’analyse de données des statisticiens. La volonté d’étudier la « nature » d’une part telle qu’elle est dans toute sa complexité, d’autre part sans l’organisation préalable par l’homme-expérimentateur, était exprimée soit pour des raisons éthiques, soit pour des raisons économiques, soit pour des raisons fondamentales (Legay, 1986 b). Les sciences sociales elles-mêmes découvraient des raisons d’espérer leur réhabilitation en tant que sciences puisqu’elles connaissaient les mêmes difficultés méthodologiques et pouvaient adopter les mêmes solutions (Legay, 1987).

11Finalement, on devait accepter de donner à l’observation le même statut scientifique qu’à l’expérience. Il n’y a pas des sciences dites d’observation et des sciences dites d’expérience. Il est entendu que l’observation d’aujourd’hui est précédée d’un travail d’organisation qui porte non sur la matière étudiée mais sur les observations elles-mêmes et la manière de les faire (organisation spatio-temporelIe de ces observations, plan d’échantillonnage, etc.) (Chessel, 1978). Il est entendu aussi qu’on sera capable de traiter ces données ; une statistique observationnelle est reconnue.

12Ainsi donc « expérience » et « observation nouvelle manière » sont deux procédures scientifiques de même statut, de même valeur, à employer non pas selon les disciplines (les unes étant réputées plus « dures » que les autres), mais selon les situations (les unes étant seulement plus complexes que les autres). Dans les deux cas, les données acquises sont passibles de traitements statistiques, d’analyse plus ou moins élaborée selon les objectifs, et bien entendu de modélisation.

13La situation unitaire à laquelle on arrive paraît être un des fondements théoriques de l’interdisciplinarité et elle l’autorise concrètement. Il eût été impossible de mettre ensemble, en vue d’une production scientifique commune, des disciplines dont les fonctionnements eussent été contradictoires. C’est sans doute l’un des progrès épistémologiques essentiels de la seconde moitié du XXe siècle que d’avoir surmonté des difficultés apparues avec le début de la modernité dans les sciences, c’est-à-dire au commencement du XIXe siècle.

2. Observation et expérience dans les recherches interdisciplinaires en milieu rural

14Un courant de recherche se développe pendant la période 1965-1985 caractérisé par une prise en compte en milieu rural de situations concrètes, dans leur complexité. Ces travaux présentent certaines caractéristiques qui renvoient à un modèle particulier de recherches monographiques. Il s’agit de recherches finalisées ; de recherches localisées où domine l’échelle micro-régionale ; de recherches qui privilégient une observation en système associée à une valorisation du « qualitatif » et au développement d’une instrumentation appropriée. Ces recherches incitent à l’interdisciplinarité.

2.1. Des recherches finalisées

15Les recherches sont le plus souvent « provoquées » par des questions ou des problèmes de développement ou d’aménagement. Elles ont pour origine un constat d’échec caractérisé par une inadéquation notable des innovations disponibles aux problèmes posés, par un petit nombre de personnes touchées par les propositions et par un faible taux d’adoption de celles-ci.

16Ce constat débouche sur une mise en cause du schéma « descendant » du développement fondé sur une propagation des connaissances à sens unique : celles-ci émanent des chercheurs, puis sont prises en charge par des institutions pour la diffusion-vulgarisation et sont, en fin de chaîne, appliquées par les populations. Ces recherches mettent en valeur un schéma inverse « ascendant » qui consiste à considérer que les objets et les situations des gens et des lieux, tels qu’ils sont, dans leur état et dans leur dynamique, sont des sources essentielles de connaissance et que leur prise en compte est une condition nécessaire dans une perspective d’application et d’intervention adaptée et efficace.

17Ce courant de pensée se développe souvent, dans les années 60, dans le cadre de recherches qui se déroulent dans des pays peu développés ou dans des zones dites marginales où il est particulièrement flagrant que les « résultats » de la recherche sont inapplicables car inappropriés et inappropriables.

18On parle de recherches-action ou de recherches-développement dans le sens de recherches pour l’action et de recherches sur le développement (processus) et pour ou avec le développement (institution),

2.2. Des recherches où domine l’échelle micro-régionale

  • 3 Programmes « Briançonnais » (V.20.), « Castagniccia » (5.35.), « Camargue » (V.36.), « Causse Méjea (...)

19Ce retour au terrain se fait au niveau des « pays »3. La prise en compte d’une situation localisée dans sa complexité suppose une dimension spatiale à la fois suffisamment large pour saisir des phénomènes sociaux significatifs et suffisamment restreinte pour appréhender la diversité des situations individuelles. Les termes d’observatoire micro-régional, de petite région, de pays, de localité sont fréquents. Pour les sciences sociales, c’est une échelle où peuvent être appréhendées les interrelations individuelles, pour les agronomes elle est compatible avec une prise en compte des phénomènes au niveau de la parcelle, pour les géographes elle permet l’analyse de l’espace continu et l’identification des lieux dits.

202.3. Des recherches qui privilégient l’observation en système

21Ces chercheurs se rapprochent du terrain et des acteurs locaux. Ils parlent de recherche en situation (aux champs, en exploitation), ou de recherches en temps réel, de recherches sur le vécu des acteurs locaux, en liaison avec les agents du développement. Il est question de la « logique indigène » comme une source de savoir. On assiste en quelque sorte à une réhabilitation de l’observation mais, attention, l’objet observé est pris dans son contexte c’est-à-dire placé dans les systèmes auxquels il appartient, qui fonctionnent, qui sont gérés et pilotés et qui se transforment. Par exemple les pratiques au niveau d’une parcelle sont observées et analysées dans leurs relations avec le système technique de l’exploitation agricole (Tessier, 1986 ; Sébillotte, 1989). Ce courant de recherches qui met en valeur l’observation du « réel concret », « en vraie grandeur » correspond souvent en même temps à une valorisation du qualitatif.

22Les informations provenant des praticiens sont introduites dans la démarche scientifique ; on tient compte de ce que l’on voit tout autant que de ce qui est mesuré. Les progrès en matière de traitement de l’information permettent d’inclure les variables qualitatives.

23Deux exemples peuvent être avancés pour illustrer ce retour en force du qualitatif :

24L’apparition et l’utilisation très générale en agronomie du concept de profil cultural (Henin, 1969). L’observation est organisée minutieusement dénotant une exigence à l’égard de la méthode d’analyse visuelle. Il y a emprunt de termes et d’attitudes au domaine médical : syndrome, symptôme, diagnostic…

  • 4 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor, Claudine Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Parado (...)

25L’appel de plus en plus fréquent à l’analyse de paysage comme outil d’observation commun à plusieurs disciplines (INRA-ENSSA, 1977, Blanc-Pamard, 1988)4.

26Ces recherches sont l’occasion de mise au point d’instruments, d’outillages et de méthodes nouvelles. Le rapport entre l’expérimentation avec plan expérimental et l’enquête-observation présente différentes formes :

    • 5 Cf. Jean-François Dobremez, 1986, t. II, chap. IV et V.

    L’expérimentation est remplacée par l’analyse de données issues de l’observation. C’est le cas de travaux menés dans les pays en voie de développement où les conditions expérimentales ne peuvent être remplies pour diverses raisons5 :

    • 6 Programmes dans les marais de l'Ouest en relation avec le domaine INRA de St-Laurent-de-la-Pré ; da (...)

    L’observation s’ajoute à l’expérimentation ; c’est le cas où s’instaure une articulation entre sites expérimentaux et lieux d’enquêtes6.

    • 7 Programme « Bilharziose » : « L'analyse de situation » des coquillages parasités permet de dresser (...)

    L’enquête-observation intervient seule ; elle fait en quelque sorte irruption dans la démarche scientifique et prend le statut de méthode7.

27L’objet sur lequel il est possible d’expérimenter n’est plus le seul à être scientifique. Les termes employés traduisent ce glissement progressif : « expérimentation sans intervention », « essais pour voir » en exploitations. On assiste par exemple à des tentatives (plus ou moins réussies) d’articulation entre expérimentations en domaine expérimental et enquêtes dans les exploitations des petites régions situées dans l’environnement du domaine.

  • 8 Programme « Madagascar » (V.8).

28Apparaît également une évolution dans la façon de prendre en compte l’espace, qui d’homogène devient espace organisé ; d’où l’apparition de travaux sur la base de transects qui remplacent l’échantillonnage aléatoire. La notion de « transect » concerne aussi bien les sciences humaines que techniques ou écologiques8.

29Les types d’enquête se multiplient permettant la prise en compte des dimensions diachroniques des phénomènes étudiés et les délais de réponses imposés par les aménageurs ou les développeurs : enquête légère, enquête-diagnostic, « suivi ».

  • 9 9. Programmes « Pyrénées » (V.7.) et « Vosges » (V.4.).

30Les outils d’enregistrement influencés par les finalités de décision et de gestion, voient se multiplier les modalités de croisement du temps et de l’espace (planning, calendrier fourrager…)9.

Bibliographie

Bernard Claude (855), Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, éd. J. Gibert, 1946.

Blanc-pamard C. (1988), Paysages de café, dans le municipio de Xico État de Vera Cruz – Mexique, in Doc. trv. INRA.

Chessel D. (1978), « Description non paramétrique de la dispersion spatiale des individus d’une espèce », in Biométrie et Écologie, Legay J.-M. et Tomassone R. éd., soc. Fr. de Biométrie, 1 (pp. 45-135).

Cochran W.G. et cox F.M. (1957), Experimental designs, John Wiley and Sons, New York.

Dobromez J.-F. et al. (1986), les Collines du Népal central. Écosystèmes, structures sociales et systèmes agraires, INRA.

Fisher R.A. (1963), « The place of Design of experiments in the logic of scientific inference », le Plan d ’expérience, Actes du Colloque international CNRS, CNRS ed., Paris, pp. 13-19.

Groupe INRA-ENSSAA (1977), Pays, paysans, paysages dans les Vosges du Sud, INRA.

Henin S. et al. (1989), le Profil cultural, Masson.

Legay J.-M. (1986a), « Quelques réflexions à propos de l’écologie : défense de I’interdisciplinarité », Acta Oecologica (oecol. gener.), 7, 4, pp. 391-398.

Legay J.-M. (1986 b), « Quelques réflexions sur le plan expérimental », Statistiques et analyse des données, 11, 2, pp. 51-57.

Legay J.-M. (1987), « Contribution à l’étude de la complexité dans les systèmes biologiques » (colloque de Solignac, 10-12 juin 1985), Biologie théorique, éd. du CNRS, Paris, pp. 147-165.

Tessier J.H. et al. (1986), Espaces fourragers et aménagement. Le cas des Hautes Vosges, chapitre IV (Espaces fourragers et exploitations agricoles), INRA, coll. ECAR -,

Notes

1 Deux citations à l'appui de cette affirmation : « Je ne comprends pas qu'on puisse arriver à une Science pratique et précise en se fondant sur la statistique » et plus loin (même page) : « La statistique ne saurait donc enfanter que les sciences conjecturales ; elle ne produira jamais les sciences actives et expérimentales, c'est-à-dire les sciences qui règlent les phénomènes d'après les lois déterminées » (Bernard, 1946, p. 191).

2 Cette analyse expérimentale est le seul moyen que nous ayons pour aller à la recherche de la vérité dans les sciences naturelles, et le déterminisme absolu des phénomènes dont nous avons conscience a priori est le seul criterium ou le seul principe qui nous dirige et nous soutienne » (op. cit., p. 82).

3 Programmes « Briançonnais » (V.20.), « Castagniccia » (5.35.), « Camargue » (V.36.), « Causse Méjean » (V.2.5.), « Noyonnais » (V.17.), « Vosges méridionales » (V.4.2.), « Monts Dôme », « Forêt de Paimpont » (5.30.).

4 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor, Claudine Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Paradoxe du paysage », p. 231.

5 Cf. Jean-François Dobremez, 1986, t. II, chap. IV et V.

6 Programmes dans les marais de l'Ouest en relation avec le domaine INRA de St-Laurent-de-la-Pré ; dans les Vosges, avec le domaine INRA de Mirecourt ; dans le Noyonnais.

7 Programme « Bilharziose » : « L'analyse de situation » des coquillages parasités permet de dresser une carte des zones infestées et révèle des facteurs déterminants telle que la distance de la mer.

8 Programme « Madagascar » (V.8).

9 9. Programmes « Pyrénées » (V.7.) et « Vosges » (V.4.).

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540