Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

La relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies

Olivier Godard

Texte intégral

1Traiter de l’interdisciplinarité, prise ici comme terme générique pour désigner toutes les formes de relations professionnelles entre des chercheurs de disciplines différentes, est un projet scientifiquement risqué. Risque de dérives extra-scientifiques, risque de glissement dans les ornières creusées par des débats récurrents aux positions convenues, ou risque de monte de chevaux de bataille qui ne sont pas les bons. L’interdisciplinarité est en effet le sujet idéal de discours emphatiques et abstraits susceptibles d’allumer les passions et d’alimenter de longs débats, où chacun s’estime suffisamment compétent pour avoir une opinion aussi définitive qu’étrangère à une connaissance pratique éprouvée. Mais sujet aujourd’hui galvaudé, pris dans les rets de la stratégie et de la tactique institutionnelle, vis-à-vis duquel chercheurs et gestionnaires de la recherche se positionnent en fonction d’enjeux de pouvoir et d’accès aux ressources. Tels, soucieux d’asseoir leur sérieux, croient de bonne méthode de récuser toute réflexion ou débat, comme si la chose était entendue une fois pour toutes : l’interdisciplinarité est le refuge de la recherche de mauvaise qualité. Le spectre de l’interdisciplinarité n’aurait alors d’autres effets, sinon d’autres raisons d’être, que de réveiller périodiquement la vigilance des orthodoxies disciplinaires et de conforter les domaines réservés… D’autres considèrent que l’interdisciplinarité est un attribut évident et ordinaire de toute recherche moderne, qu’elle est pratiquée spontanément par les chercheurs en fonction de leurs besoins, et qu’elle ne mérite pas tant d’attention institutionnelle. D’autres encore font du décloisonnement » des disciplines une valeur en soi, et de l’interdisciplinarité une sorte d’éthique, etc. Dans tous ces cas, l’attitude adoptée ne permet guère de porter l’attention sur la compréhension des caractères singuliers d’une entreprise interdisciplinaire : les avantages irremplaçables qui peuvent être les siens pour aborder des objets complexes, les obstacles qu’il lui faut surmonter, les problèmes qu’il lui faut résoudre, les procédures et les moyens pratiques qu’il lui faut utiliser, toutes choses qui seront explorées dans ce qui suit.

  • 1 « La discipline est une catégorie organisationnelle au sein de la connaissance scientifique ; elle (...)

2Il y a dans ce paysage de quoi susciter la lassitude de nombreux chercheurs. Mais on peut aussi y voir un indice révélateur de ce qui se joue dans la relation interdisciplinaire : pas seulement des problèmes épistémologiques de raccordement de savoirs scientifiques, mais tout autant des problèmes d’organisation institutionnelle de la recherche scientifique et des problèmes de coordination des activités de collectifs de chercheurs engagés dans des programmes dépassant le stade artisanal. Par contrecoup, cela remet en lumière un fait important : les disciplines sont les formes socio-institutionnelles privilégiées, tributaires de l’histoire, par lesquelles le savoir scientifique s’organise, se développe, s’évalue, se contrôle et se transmet1 ; par lesquelles, également, des réseaux se forment et se disloquent, des positions sont acquises et sont perdues, des réputations se font et se défont, des pouvoirs se constituent, se reproduisent et s’affaissent, et des ressources circulent, se répartissent et se concentrent. Certes, l’ambition de la coopération interdisciplinaire se situe sur le plan scientifique : elle vise la production de savoirs inaccessibles aux disciplines isolées. Mais, à cette fin, elle nécessite le support d’une organisation différente de celle qui prévaut au sein des disciplines ; elle a besoin qu’émergent d’autres réseaux, d’autres positions, d’autres pouvoirs contrôlant des ressources, tous ces éléments aspirant à se loger dans des institutions susceptibles de les stabiliser et de les pérenniser. De ce fait, les démarches interdisciplinaires tendent, pour le moins, à perturber les règles, les habitus et les hiérarchies qui font le jeu intra-disciplinaire et peuvent même être perçues comme une menace touchant à la fois au contrôle des ressources et au pouvoir de légitimation dont les instances disciplinaires estiment devoir posséder le monopole.

3Les tensions qui naissent de cette situation ont conduit les responsables de la politique de la recherche en France à expérimenter diverses formules de mise en programme de la recherche interdisciplinaire, en particulier pour l’étude des problèmes affectant le milieu rural et le champ de l’environnement. Mais jusqu’à présent, hormis la création du Département de recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement (SAD) au sein de l’INRA, les divers compromis tentés ont en commun de préserver le pouvoir et la prédominance des instances disciplinaires. Il y a là un trait majeur surdéterminant les conditions dans lesquelles la coopération interdisciplinaire a pu être mise en œuvre et vécue par les chercheurs qui en furent les acteurs.

4Le fait même que l’interdisciplinarité soit devenue l’objet de politiques de ministères et de grands établissements a donné un tour nouveau à la question : d’un côté, il y eut le cortège des attentes créées, des engagements pris, mais aussi, in fine, des confiances déçues en raison du hiatus persistant avec les instances disciplinaires ; d’un autre côté, de la part des chercheurs, a parfois prévalu l’emprunt tactique de l’habillage interdisciplinaire à seule fin d’accéder à des financements très désirés, sans que le projet réel ou la réflexion sur les contraintes d’organisation impliquées par l’exercice soit à la hauteur des exigences. Ces deux biais conditionnent à la fois l’appréciation que l’on peut porter aujourd’hui sur les résultats des programmes de recherche qui ont été engagés, et le crédit que l’on peut donner aux jugements émis par ceux qui ont été les acteurs, d’un bord ou de l’autre, de ces aventures extra-disciplinaires ; en aucun cas on n’a ici à faire à de l’interdisciplinarité pure, celle qui résulterait de l’engagement réfléchi, concerté et soigneusement organisé, de chercheurs conscients de leur entreprise et maîtrisant les moyens de toutes sortes requis pour son succès.

  • 2 Retrouvant là l'étymologie latine du terme discipline, qui évoque l'école et l'enseignement, observ (...)
  • 3 Les chercheurs en sciences humaines sont familiers de la notion, pour eux décisive, de problématiqu (...)

5L’insistance sur la question de l’interdisciplinarité peut, paradoxalement, induire en erreur en donnant de la discipline scientifique une image déformée, faisant d’elle une donnée première solide et incontestable, au contenu dépourvu d’ambiguïté, à l’identité (objets, concepts, méthodes) bien définie à ses propres yeux et à ceux des autres, bref une entité scientifique solide, cohérente, non conflictuelle et autosuffisante, un monde en soi quasi autiste. Et il est vrai qu’une certaine tradition épistémologique pousse en ce sens, ce qu’atteste, dans le champ que nous avons choisi, des prises de position comme celles de J.-L. Coujard [V.23.2.] ou R. Larrère (1988) théorisant, en quelque sorte, l’impossibilité d’une interdisciplinarité qui ambitionnerait cependant d’être scientifique. Notre propre travail d’enquête dont ce livre est le résultat, rejoignant les acquis de la sociologie des sciences, conduit à infirmer ce jugement et à relativiser la portée de cet artefact social qu’est la discipline2 : la dynamique d’une discipline paraît inséparable du maintien de sa définition comme question ouverte et débattue, soumise à des reformulations successives du fait même de la progression des savoirs ; sous l’angle de la synchronie, on constate généralement la coexistence, au sein d’une même discipline, de plusieurs sous-ensembles théoriques, ou de plusieurs écoles, se distinguant tant par leur manière de définir leur objet propre que par leur conception de ce qui fait la discipline à laquelle ils appartiennent, au point que cette hétérogénéité intradisciplinaire est apparue à certains chercheurs comme une source de difficultés plus importantes que celles résultant des séparations entre disciplines (Brun et al., 1974). De toute façon, la science en recherche se développe à partir de spécialités en évolution assez rapide et relativement hétérogènes entre elles, malgré leur rattachement à une même famille disciplinaire ; si la démarche de recherche ne se conçoit pas sans un travail spécifique d’élaboration d’un objet et d’une démarche d’investigation, ce n’est pas en premier lieu au niveau de la discipline que ce travail est pratiquement engagé, mais aux niveaux d’opérations3, de programmes et de spécialités.

6Au total, il existe au sein de chaque discipline une marge de jeu, une autonomie des démarches de recherche dans le choix des questions, des références théoriques et des instruments, qui sont plus grandes que ne le laisse supposer une vision impériale ou métaphysique de la discipline scientifique. De manière symétrique, la distance apparaît désormais moins grande entre les problèmes posés par la coopération et la relation interdisciplinaires et ceux soulevés par la communication et les échanges intra-disciplinaires. Voilà l’éclairage que nous voulions donner avant d’aborder la pratique de la relation interdisciplinaire dans le contexte de programmes de recherche mis en œuvre par un collectif de chercheurs, comme c’est le cas des programmes sur lesquels s’appuie cet ouvrage.

1. L’interdisciplinarité désenchantée

1.1. Motifs et espoirs

7D’une certaine manière, l’interdisciplinarité a été un objet de quête et un objet de fascination, un peu comme l’aurait été la recherche du nombre d’or d’un savoir scientifique réunifié et harmonieux. Cette aspiration a, il faut bien le dire, souvent été déçue. On trouve aujourd’hui plus d’écrits témoignant du désenchantement de l’interdisciplinarité que de textes qui en magnifient le projet. Mais une fois désenchantée, l’interdisciplinarité n’en perd pas pour autant sa raison d’être. Avec l’expérience pratique accumulée, sans doute a-t-on désormais mieux conscience des possibilités réelles et des points sensibles sur lesquels il faut veiller si l’on veut que les résultats soient à la hauteur d’attentes raisonnées.

  • 4 Cf. ci-dessous Jean-Marie Legay, « les Moments théoriques dans la recherche interdisciplinaire », p (...)

8La collaboration entre disciplines n’est pas un objectif en soi, lit-on souvent, mais une voie nécessaire pour étudier certains problèmes ou certains objets4. En particulier, l’interdisciplinarité aurait partie liée avec une manière de reconnaître et d’aborder la complexité : pour ne pas mutiler la compréhension d’une réalité empirique donnée, il conviendrait d’assurer son exploration simultanée selon plusieurs points de vue et plusieurs échelles. La force pratique de cette exigence semble d’autant plus grande que la recherche considérée est une recherche finalisée, ayant en vue la solution d’un problème de société : par exemple, comment éradiquer la bilharziose ? Comment protéger les forêts méditerranéennes de la destruction par l’incendie ? On voit ici que la nature du problème à résoudre opère comme une contrainte structurante sur les disciplines à convoquer et sur les liens qu’elles doivent établir entre elles.

  • 5 C'est par exemple le cas des recherches impulsées dans une perspective anthropologique ou ethnologi (...)

9Ceci étant, l’assimilation souvent faite entre recherche interdisciplinaire et recherche finalisée ou appliquée est erronée. Il existe aussi une recherche interdisciplinaire dégagée de toute perspective d’action5. Mais il faut alors à cette dernière trouver un point d’arrimage aussi fort que peut l’être le problème à résoudre pour réussir à faire tenir ensemble durablement les différentes démarches qu’elle combine.

10Si la solution de problèmes est la motivation principale, ce n’est certes pas la seule. La perspective de la formation peut jouer aussi un rôle moteur, comme pour les chercheurs du Département SAD de l’INRA soucieux d’établir un continuum entre recherche, enseignement et développement, et de concevoir des recherches susceptibles de renouveler la manière dont sont articulés les apports disciplinaires lors des actions de formation (Coll. ENSSAA et al., 1985). Il existe également des motifs de poids qui touchent aux exigences internes de la recherche. Nous en retiendrons deux, particulièrement évidents.

111. La réalisation d’une recherche au sein d’une discipline nécessite souvent des données dont il est attendu qu’elles soient fournies par d’autres. Les programmes interdisciplinaires fournissent le cadre de tels échanges. Ainsi, dans le programme « Durance » [V.22.], la modélisation hydrologique des transferts d’eau entre l’agriculture, la nappe phréatique et le fleuve alimente une modélisation économique visant à définir la valeur de l’eau à usage agricole par la construction d’un prix fictif de référence. Faute de cet apport, le modèle de l’économiste devrait se contenter de résultats théoriques et abstraits, sans portée pratique.

122. L’interdisciplinarité fournit le cadre d’organisation d’une critique externe avertie, permettant de discuter et de mettre à l’épreuve les hypothèses adoptées en premier lieu au sein de chaque discipline. Il s’agit là d’une étape cruciale pour la bonne orientation d’une recherche. Elle améliore sensiblement les chances d’épargner de lourds investissements inutiles, d’éviter des impasses, de clarifier les raisons justifiant l’engagement d’une démarche, de débusquer les contenus idéologiques implicites, de secouer des routines devenues contre-productives.

  • 6 Ce rôle de renouvellement ressort clairement de la présentation que donne ci-dessus Jean-Pierre Def (...)

13Au-delà, il n’est pas douteux que le cadre d’échanges offert par un programme interdisciplinaire permet de réaliser des transferts de compétences et de savoir-faire techniques, voire de concepts. Il fait surgir de nouvelles questions au sein des disciplines, contribuant ainsi à leur renouvellement6.

1.2. Des désillusions incontestables

14Il n’est pas rare que des programmes engagés sur la base d’un projet interdisciplinaire aient renoncé à leurs ambitions initiales pour se rabattre sur une logique de juxtaposition disciplinaire jugée plus réaliste. Ainsi, dans le programme « Canton d’Aime » [V.19.2., p. 345], c’est faute de pouvoir faire autrement sur le plan pratique qu’a été retenue une option pluridisciplinaire à faible niveau d’intégration et d’interaction : aux dires des chercheurs, le cloisonnement entre sciences de la nature et sciences sociales n’avait pu être franchi ; une représentation d’ensemble de type systémique du fonctionnement physique, écologique et économique était apparue inaccessible, prématurée au regard de l’état des connaissances. Dans le programme « Vallée de la Plaine » [V23.], la même approche a prévalu et se trouve justifiée après coup sur le plan épistémologique comme étant la seule option ouverte à la science. J.-L. Coujard estime ainsi en conclusion du rapport de recherche de ce programme : « Cette extériorité mutuelle des disciplines spécifiques constitue à nos yeux un obstacle insurmontable à toute pratique interdisciplinaire, qui en voulant toutes les embrasser, se rejetterait hors de l’activité scientifique » [V23.2., p. 143].

15Il n’est pas difficile de trouver d’autres appréciations négatives sur l’interdisciplinarité de la part de chercheurs qui l’ont expérimentée. Dans la synthèse de son enquête réalisée en 1977 sur la pratique de la coopération interdisciplinaire, N. Decourt observe que « l’ensemble des réponses souligne le peu de réussite de la pluridisciplinarité. On parle d’assemblage hétéroclite, de simple juxtaposition de disciplines ». Comme le note P. Gensac : « Chacun apporte isolément son morceau de mosaïque sans le souci de s’incorporer dans un ensemble harmonieux » [V19.2., p. 1]. Yves Chatelin (Chatelin & Riou, 1986, p. 139) évoque « l’illusion de la multidisciplinarité ». A. Beaudou (1978) constate de même : « Il faut bien reconnaître que, lorsque les programmes s’achèvent, les études restent juxtaposées et ne parviennent pas à former une totalité cohérente ».

16On peut trouver le même son de cloche auprès des administrateurs de la recherche, et en premier lieu des comités scientifiques qui ont soutenu les programmes en question. Le comité « Espace et cadre de vie » jugeait en mai 1976, dans sa période juvénile « (…) jusqu’à présent, presque toutes les expériences de travail pluridisciplinaire systématisé tentées ailleurs ont échoué, ou à peu près » (1984, p. 17). On apprendra ultérieurement que « l’un des diagnostics portés par le comité dans les dernières années de son fonctionnement a été justement un certain constat d’échec de l’interdisciplinarité » (1984, p. 36). De même, à l’automne 1981, le comité « Écologie et aménagement rural » (ECAR) pouvait constater dans son bilan « le recul des pratiques pluridisciplinaires et le retrait des disciplines sur leurs champs les plus traditionnels »… À l’évidence, la visée interdisciplinaire ne parvient pas aisément à résister aux forces disciplinaires centrifuges et à l’hétérogénéité théorique et méthodologique des démarches.

1.3. Aux sources du malaise

17Les difficultés de la coopération interdisciplinaire se manifestent avec éclat au terme d’un programme de recherche quand les chercheurs constatent qu’ils ne parviennent pas à accorder ou à relier leurs résultats respectifs. Mais la source la plus évidente peut être trouvée dans l’insuffisance des opérations initiales de définition des problèmes et d’élaboration de l’armature de questions scientifiques dont les diverses disciplines sont saisies.

18N’ayant pas été préparée et recherchée, l’articulation, sinon la synthèse, de résultats disparates ne semble pas réalisable, et en tout cas, pas vraiment réalisée. Certes on trouve fréquemment dans les rapports scientifiques un chapitre de conclusion prétendant synthétiser les apports d’un programme, mais on s’y contente bien souvent d’un résumé ou de quelques généralités situées à convenable distance de la recherche effectivement menée.

19Le programme « Vallée de la Plaine » [V.23.] constitue à première vue une exception puisqu’on y propose de trouver dans l’Histoire le point de vue global permettant empiriquement de : « relier et articuler des phénomènes hétérogènes quant aux représentations que l’on en a, mais connexes dans leur réalité concrète (…) il ne saurait y avoir de point de vue global que s’ajoutant aux études spécifiques : celui-là ne pouvant permettre de faire l’économie de celles-ci, mais devant les relier a posteriori » [V.23.2., p. 143 et sv.] Mais cette tentative n’a pas convaincu le comité scientifique « Espace et cadre de vie » qui porte dans son bilan un jugement sur ce programme formulé en ces termes : « La recherche se présente comme un conglomérat d’études sectorielles, une juxtaposition d’approches disciplinaires, qui fournissent bien des éclairages divers de la Vallée de la Plaine, mais sans qu’on puisse y lire la manière dont peuvent s’articuler ces diverses facettes » (1984, p. 91). Le même Comité récuse la tentative d’une articulation a posteriori, car elle évacue la question de l’échange conceptuel entre disciplines. Quant au point de vue historique que les chercheurs proposaient d’ancrer dans le concept de système productif local, il lui paraît faire preuve d’un double réductionnisme caché : réductionnisme anthropocentrique redoublé d’un réductionnisme économiciste. Derrière l’articulation a posteriori tentée au niveau empirique, il y aurait ainsi, selon les termes du comité, un « coup de force réductionniste » tendant, sous couvert d’un empirisme humble, à conférer à l’approche technico-économique une position centrale de pouvoir à l’égard des autres disciplines.

20Le fait de mener des recherches sur un même terrain, qui constitue le cas le plus fréquent, n’apparaît pas comme une condition suffisante pour une articulation réussie. C’est ce que suggère ce commentaire acide de Raymond Eches, se moquant de « l’affichage officiel d’une réussite devant l’obstacle pluridisciplinaire parce qu’on a réussi à empêcher la désagrégation d’une équipe de recherche, soit grâce à des trésors de diplomatie, soit parce que les chercheurs ont accepté de présenter de façon juxtaposée, en séries bien distinctes, les résultats de leurs investigations. En agissant ainsi ils estiment être en règle, ou font comme s’ils l’étaient, avec la contrainte de concertation puisque tous, après tout, ont fait en sorte de ne pas sortir de la zone géographique d’étude définie par le projet de recherche » (in Raynaut, 1983). De même, pour N. Decourt (1977) : « La désignation d’un terrain commun n’est pas une garantie de pluridisciplinarité si aucune réflexion préalable commune ne permet de définir des problèmes scientifiques. L’empirisme de départ conduit à un découpage naïf de la réalité (l’Homme, l’Animal, la Plante) qui ne permettra que des réponses hétéroclites, puisqu’aucune interrogation n’aura été faite sur les interrelations et sur le découpage lui-même ».

21De cela émerge clairement la nécessité, dans la phase initiale d’un programme, de prendre le temps nécessaire à la définition précise d’une problématique commune (Decourt, 1977 ; Di Castri, 1985, p. 210), notamment sous la forme de projets de faisabilité (Massoud, 1985, p. 9). Paradoxalement, il semble que les conditions concrètes de l’activité des chercheurs, en particulier le besoin de financement chronique pour le fonctionnement de base des équipes ou pour le soutien de jeunes chercheurs en thèse, et du fonctionnement des structures d’administration de la recherche, rendent difficile et finalement rare la satisfaction de cette condition pourtant assez évidente.

22Il est toutefois troublant de constater que, même lorsqu’un effort systématique d’organisation de la recherche a été consenti, l’articulation des résultats peut encore poser problème. Ainsi Michel Sébillotte, évoquant le très ambitieux Programme « Noyonnais » [V.17.] qu’il a animé sur le problème de la fertilité des sols, constate en une formule euphémique : « (…) Nous n’avons pas abouti totalement dans l’ambition initiale de pouvoir relier dynamique sociale, régionale, et évolution éventuelle de la fertilité d’une région » [V. 17.4., p. 368]. Ainsi les difficultés d’articulation interdisciplinaire ne tiennent pas seulement au degré de fermeté de l’organisation d’un programme, mais aussi à des problèmes scientifiques non encore résolus touchant aux relations entre systèmes biophysiques et sociétés humaines.

1.4. L’entrecroisement de trois classes de problèmes

  • 7 Ne serait-ce que parce que les chercheurs doivent écrire des articles conçus pour des revues discip (...)

23Un programme de recherche interdisciplinaire soulève trois grandes classes de problèmes qui, intriqués dans la pratique, se renforcent l’un l’autre. Le problème le plus manifeste (Pl) est celui que posent l’organisation et la coordination d’un collectif de chercheurs appartenant le plus souvent à des équipes et à des structures institutionnelles différentes : il n’y a pas alors de principe d’autorité unique auquel se rattacherait l’ensemble des participants à un tel programme ; les préoccupations, les intérêts professionnels et les statuts des uns et des autres sont très variés7. Sont en cause ici les formes sociales d’organisation de la recherche propres à tel ou tel pays, et non spécifiquement des problèmes surgissant de la relation interdisciplinaire. La plupart des programmes témoignent du caractère majeur de ce problème de coordination et de la difficulté éprouvée par les chercheurs pour le maîtriser, tant les forces centrifuges semblent écrasantes au regard des forces centripètes qui émanent des coordonnateurs de programmes. C’est dire la charge qui pèse sur les épaules d’un responsable de tels programmes et les qualités humaines et scientifiques dont il doit faire preuve.

24Le deuxième problème (P2) touche à la communication entre les chercheurs de diverses disciplines : les univers disciplinaires sont en concurrence sur certains plans (financement, image et réputation, leadership intellectuel, savoir-faire techniques), tout en étant étrangers les uns aux autres sur d’autres plans (objets, concepts, méthodes, échelles). Il n’est pas rare que les chercheurs d’une discipline défendent l’autonomie et la clôture de leur discipline comme un enjeu vital touchant à leur identité. Cela fait de la communication interdisciplinaire un exercice dangereux car le chercheur risque d’y perdre son âme ou de se trouver pris dans une relation de domination ; c’est pourquoi il est compréhensible que des résistances assez grandes se manifestent envers une approche qui serait très intégrée tant sur le plan intellectuel (problématique, questions prises en compte) que sur le plan organisationnel (coordination des démarches, des outils, des calendriers, etc.).

25Il existe enfin une troisième classe de problèmes (P3), de nature plus étroitement scientifique. Elle a trait au besoin de dépasser la juxtaposition disciplinaire et d’élaborer des moyens scientifiques originaux (concepts, instruments), distincts des moyens disciplinaires ordinaires. Un tel besoin peut être ressenti lorsque les chercheurs doivent représenter des liens et des relations que certaines occurrences ou certaines évolutions établissent entre des champs du réel différents jusqu’alors abordés par des disciplines distinctes. C’est dans ce type de situations que s’éprouvent les limites des méthodes dont disposent les disciplines sollicitées pour aborder des objets hybrides aux dimensions non circonscrites aux découpages standards. Comment penser le lien, représenter les interfaces, nouer ensemble des phénomènes aux constantes de temps et d’espace si hétérogènes ?

26À l’évidence, les programmes interdisciplinaires font entrer en résonance ces classes de problèmes déjà si redoutables lorsqu’ils sont pris isolément. Chaque situation de coordination fait surgir simultanément les uns et les autres et chaque classe de problèmes peut constituer une scène où s’engagent des stratégies nourries par d’autres préoccupations, comme lorsque les enjeux de pouvoir entre disciplines (Pl et P2) viennent se lover dans les problèmes méthodologiques de l’articulation des connaissances résultant de démarches disciplinaires variées (P3).

  • 8 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin et Claudine Friedberg, « Hétérogénéité du temps et de (...)

27Les difficultés de traitement soulevées par les différences d’échelles spatiales et temporelles (P3) sont les plus fréquemment évoquées8. Elles condensent en effet toutes les autres : comment adopter ou inventer un langage commun susceptible de communiquer l’information ? Quelles interfaces prévoir, quels opérateurs de traduction solliciter ? Il est néanmoins d’autres sources non négligeables de difficultés. C’est le cas de l’hétérogénéité des disciplines du point de vue de leur aptitude à coopérer (P2) : les disciplines ne sont pas toutes faites de la même argile, elles ne sont pas équivalentes et interchangeables.

28Ainsi, certaines disciplines ont des dispositions hégémoniques particulières, parce qu’elles ont un fondement axiomatique rigoureux et suffisamment abstrait pour prétendre à la généralité, parce qu’elles disposent d’un fort outillage technique (cartographie, télédétection, modélisation, etc.) ou parce qu’elles sont en prise avec les milieux de la décision. Par ailleurs, certaines sont très spécialisées ; d’autres, plus composites, se donnent une vocation synthétique. Enfin, on peut noter l’existence de relations de complémentarité et d’affinité, aussi bien que d’opposition et de répulsion.

29Par exemple, on trouve souvent mentionnée la bonne complémentarité présidant aux relations entre certaines sciences sociales (l’économie par exemple) et des sciences techniques (agronomie, zootechnie) ou naturelles (hydrologie). Cette complémentarité peut tenir à la proximité des objets traités ou à des homologies conceptuelles : l’hydrologie, comme une certaine économie appliquée, s’intéresse à des flux quantitatifs qu’il convient d’évaluer au sein de circuits. Par contre, il paraît souvent difficile d’articuler démarches économiques et démarches sociologiques, tant elles reposent sur des conceptions et des hypothèses qui s’opposent frontalement : l’homo œconomicus libre, intentionnel et rationnel, et l’homo sociologicus se déterminant en fonction de normes collectives intériorisées et dont les valeurs et les intérêts sont déterminés par les structures sociales ou par la culture à laquelle il appartient. On ne peut dépasser cette opposition qu’en donnant une armature théorique aux recherches dites socio-économiques visant la compréhension du comportement d’acteurs ou d’institutions dans des univers sociaux complexes impliquant la mise en œuvre d’une pluralité de formes de coordination (Boltanski et Thévenit, 1987, Thévenit, 1989). La visée de ce programme de recherche s’apparente alors à celle de l’anthropologie.

  • 9 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée, (...)
  • 10 Notons ici une curiosité : dans de nombreux rapports scientifiques, l'exposé commence par des infor (...)

30Il ressort de tout cela une différenciation des positions que peuvent occuper les diverses disciplines et un tableau des relations viables qui contraint fortement la manière de raccorder les disciplines les unes aux autres. Dans son enquête, N. Decourt (1977) observait que « (…) les rares cas où une activité pluridisciplinaire a pris naissance semblent liés à l’existence d’échelons intermédiaires entre les biologistes fondamentaux et les chercheurs en sciences humaines. La présence d’agronomes, de zootechniciens par exemple, apparaît dans ce genre d’études comme une des conditions fondamentales permettant l’interdisciplinarité. Par eux, on saisit une pratique à la fois dans sa logique technique et biologique et dans sa signification socio-économique »9,10.

31La communication interdisciplinaire bute aussi sur les faux procès et les malentendus qui surgissent lorsque les chercheurs attendent de cette communication les mêmes performances de clarté et de précision que l’on peut espérer (un espoir d’ailleurs souvent déçu !) de la communication intradisciplinaire. Il y a là un risque important de dérive pour une critique interdisciplinaire dont nous avons par ailleurs souligné le caractère potentiellement fécond. Cette critique peut vite manquer son objet lorsqu’elle instruit des « procès en simplification » : au nom de la complexité de la réalité, ou des connaissances apportées par d’autres disciplines, on y dénonce le caractère simplificateur de telle hypothèse ou de telle conception d’une autre discipline. Or, même prononcée de bonne foi, cette dénonciation peut aisément être abusive, pour au moins deux raisons. D’abord, différentes disciplines qui représentent des points de vue correspondant à des échelles d’espaces et de temps différentes doivent fort légitimement construire, et à certains égards simplifier, différemment l’objet de leur recherche ; cela rejaillit sur le jeu d’hypothèses adopté par chacune. Ensuite, on doit prendre en compte ce qu’on pourrait appeler l’incomplétude de toute démarche disciplinaire : une discipline ne peut éviter, dans la caractérisation de son champ, de se donner une certaine représentation de phénomènes ou d’objets qui n’appartiennent pas directement à ce champ, et dont la connaissance développée relève d’autres disciplines.

  • 11 Voir par exemple J.-P. Barde et E. Gerelli (1977). Voir également ci-dessus Olivier Godard, « la Sc (...)

32C’est par exemple le cas lorsque l’économiste ou le juriste se réfère aux équilibres de l’écosystème ou à sa capacité de charge en flux polluants, en vue de déterminer les conditions de formation d’un dommage11. Certes de telles représentations consistent inévitablement en des simplifications, mais elles apparaissent légitimes lorsqu’elles constituent des approximations suffisantes pour le développement de la démarche disciplinaire qui les forge : l’adoption de représentations plus fouillées n’apporterait guère à l’étude de l’objet construit par la discipline en question.

33Tout le problème pour la critique externe est de parvenir à distinguer entre une hypothèse erronée et une hypothèse représentant une simplification nécessaire, féconde dans son champ d’application, et à coordonner les processus de simplification intervenant au sein des différentes démarches disciplinaires.

  • 12 Certains chercheurs soulignent eux-mêmes cette impossibilité pour la recherche finalisée de s'abstr (...)
  • 13 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Marie Legay, « l'évaluation interdisciplinaire et sa gestion » p. 551

34Le caractère finalisé de mainte recherche interdisciplinaire alimente un autre faux procès : devant contribuer à résoudre un problème d’action, elle serait nécessairement une recherche au rabais, de médiocre qualité, pétrie d’idéologie12, alors qu’une recherche visant des connaissances fondamentales serait une recherche noble et idéologiquement vierge. Il est vrai que les exigences d’une recherche finalisée présentent des contraintes propres13 : la manière de définir l’information pertinente, la manière de hiérarchiser les problèmes et les démarches, la gestion du calendrier, la prise en charge de l’aboutissement de la recherche en termes de techniques, d’ingénierie ou de politiques, sont autant de caractères spécifiques ; ces exigences ne sont pas de nature à porter atteinte en elles-mêmes à la scientificité de cette recherche qui, comme ailleurs, dépend à la fois de la cohérence théorique et des modes de validation des résultats.

  • 14 La formule de Yves Chatelin est significative de cette attitude : entre les deux domaines (sciences (...)

35Une autre difficulté résulte directement de la troisième classe de problèmes (P3) : les résultats obtenus dans l’interdisciplinarité ne se réduisent pas à l’assemblage de résultats qui auraient pu être obtenus isolément par chaque discipline. Même ce qu’on peut appeler de « bons résultats » disciplinaires n’a souvent pu être acquis que par des échanges d’information et une coopération interdisciplinaires. Cette situation a un revers : il arrive qu’elle impose, au côté de l’effort spécifique de création méthodologique métadisciplinaire précédemment évoqué, le recours à des outils ou à des concepts suffisamment éprouvés et maîtrisés par la discipline d’origine pour être le support d’un transfert entre disciplines ; c’est dire que ces outils et ces concepts ne peuvent pas toujours être à la pointe du front de recherche de la discipline d’origine. Cette contrainte objective suscite un problème de motivation pour l’engagement des chercheurs dans une entreprise interdisciplinaire, puisqu’il leur est souvent demandé de produire des résultats ou de manier des outils qui ne présentent pas le plus grand intérêt du point de vue de l’avancement de leur propre discipline14.

36Ce type d’échanges installe aussi les disciplines, les unes vis-à-vis des autres, dans une relation de prestation de services souvent mal vécue et conflictuelle car vite perçue comme manifestant une hiérarchie de valeur et de pouvoir. Ces enjeux de domination entre disciplines revêtent une importance particulière dans des milieux où l’indépendance du chercheur est vécue comme un attribut essentiel du rang social, voire de l’honneur du chercheur. Ce problème est amplifié dans les contextes où de telles prestations sont asymétriques, certaines disciplines apparaissant systématiquement comme des donneuses d’ordres à d’autres qui n’apprécient souvent pas d’être ainsi maintenues dans une position ancillaire (P2). Il semble que les chercheurs en sciences sociales aient souvent reçu de telles demandes de prestations et les aient souvent récusées, y voyant des risques de soumission à des démarches étrangères à leurs propres orientations théoriques et méthodologiques. Ces refus venaient par contrecoup renforcer le sentiment de leurs collègues des sciences naturelles qu’il valait décidément mieux se passer de leurs services, d’ailleurs de si médiocre qualité !

37Rappelons enfin, à l’interface de Pl et de P2, le poids du cadre institutionnel sur la mise en œuvre des programmes de recherche interdisciplinaire, et notamment le fait que l’habillage interdisciplinaire est devenu une condition pour accéder à certains financements. On peut ainsi s’interroger sur les conséquences de pratiques comme ces réunions de coordination qui sont en même temps des moments de représentation à l’intention de responsables des institutions commanditaires, d’autorités diverses ou d’acteurs sociaux.

2. Un éventail de stratégies du lien interdisciplinaire

38Le lien interdisciplinaire connaît toute une graduation d’intensité et toute une gamme de modalités, depuis la circulation informelle des concepts et des idées au gré de la curiosité des chercheurs et de leurs rencontres aléatoires, jusqu’à l’institutionnalisation au sein d’un centre de recherche ou d’un département scientifique d’un établissement de recherche (cas rares), en passant par l’association au sein d’un programme de recherche de longue durée (cas plus fréquents). Afin d’ordonner ce champ, plusieurs dénominations sont couramment avancées qui ont pour ambition de caractériser, en les opposant, les principales figures du lien interdisciplinaire. La terminologie la plus courante distingue la pluridisciplinarité, la transdisciplinarité et l’interdisciplinarité, pour jalonner un gradient d’intégration entre des recherches engagées par des chercheurs de disciplines distinctes.

39Néanmoins, certains auteurs proposent des typologies plus élaborées. Par exemple F. Di Castri (1985, p. 212) avance une distinction entre la multidisciplinarité (plusieurs disciplines interviennent, sans interactions), la pluridisciplinarité (il y a quelques interactions, sans coordination) l’interdisciplinarité unidirectionnelle (interactions et coordination existent, mais procèdent des impératifs d’une seule discipline), l’interdisciplinarité finalisée (interactions et coordination découlent de la nature du problème complexe à étudier), la transdisciplinarité (les interactions ne se font pas seulement entre disciplines, mais aussi avec les planificateurs, les administrateurs et les populations locales). En fait, il n’y a pas vraiment d’accord ni sur la terminologie, ni sur le contenu des principaux types mis en avant.

40Notre but n’est pas d’ajouter une nouvelle proposition terminologique. Il est de mettre en évidence, en collant de près aux programmes de recherche considérés, les composantes des stratégies qui organisent pratiquement le lien interdisciplinaire. Aussi éviterons-nous de nous référer à la terminologie qui vient d’être évoquée. L’analyse à laquelle nous avons procédé met en évidence le rôle privilégié que tiennent les deux axes, distincts bien que souvent confondus, que sont l’intégration (insertion d’un élément dans un tout organisé au sein duquel il exerce une fonction) et l’interaction (densité de contacts, d’échanges et d’actions réciproques). C’est à partir de ces axes que va donc s’ordonner un exposé qui vise à faire apparaître une progression dans le degré d’interpénétration interdisciplinaire.

41Nous proposons de comprendre les pratiques interdisciplinaires à partir de six figures stratégiques « idéales » caractérisées par leur composante principale :

  • le choix d’un terrain commun permettant rencontres et échanges (S1),

  • une division du travail planifiée à partir d’une question initiale (S2),

  • la constitution d’un référentiel descriptif, de dispositifs d’information et d’une mémoire communs (S3),

  • l’interaction organisée autour d’un arbre évolutif de questions communes et de la coordination des démarches disciplinaires (S4),

  • la visée de l’intégration par le recours à un métalangage théorique unifié : la théorie des systèmes (S5),

  • la genèse d’une nouvelle discipline (S6).

2.1. Le choix d’un terrain commun facilitant les interactions (S1)

42Dans cette stratégie, différentes recherches disciplinaires sont engagées d’une manière non ou peu coordonnée ex ante. Il n’y a que deux véritables contraintes d’intégration : le choix d’un terrain commun et l’organisation minimale d’une mémoire des travaux réalisés permettant une certaine cumulativité des résultats de recherche. Cela demeure compatible avec une définition assez lâche de l’objet de recherche commun.

43Cette manière de procéder engendre progressivement une densité relativement élevée d’informations et de connaissances les plus diverses qui vont constituer une sorte de réservoir d’informations au sein duquel des chercheurs de toutes disciplines et différents acteurs sociaux pourront puiser. Une fois constituée, cette masse d’information intéressant un terrain travaillé en quelque sorte sous toutes les coutures permet une économie pratique dans la conduite de nouvelles étapes de recherches et accroît la probabilité que se réalisent des rencontres interdisciplinaires fécondes. Néanmoins, l’horizon disciplinaire est le seul pertinent pour chaque investigation entreprise.

44D’une certaine manière le Programme « Népal » [V.5] illustre bien cette méfiance envers une planification de l’interdisciplinarité et cette confiance dans le caractère fécond, mais secondaire, de rencontres relativement aléatoires dans leur contenu sinon dans leur occurrence. « Les échanges entre chercheurs, écrit Jean-Fançois Dobremez, ont eu lieu lors de séjours communs sur le terrain et en France lors de rencontres fréquentes. C’est plus à propos de questions précises ou au croisement d’investigations de plusieurs disciplines que ces échanges se sont produits que par une volonté délibérée mais artificielle de disséquer chaque parcelle du territoire et chaque thème de recherche avec les instruments et les méthodes de chaque discipline » [V.5.3., t. l, p. 19]. C’était le même esprit qui animait le Comité « Espace et cadre de vie » en 1976, ce dernier estimant alors « qu’on n’avance un peu qu’en travaillant en commun sur des thèmes donnés, sans essayer de formaliser ex ante un schéma pluridisciplinaire quelconque » (1984, p. 17).

45Cette première approche ne semble toutefois plus avoir aujourd’hui la faveur de certains responsables institutionnels de la gestion de la recherche en raison du coût, du risque de dispersion et de la lourdeur bureaucratique qui pourraient en résulter. Z. Massoud (1985, p. 9) estime ainsi, rejoint en cela par Di Castri (1985, p. 211), « qu’il est important de réduire au minimum indispensable le nombre de disciplines qui devraient intervenir », ceci au moyen d’une définition initiale très précise et sélective de l’objet de la recherche et des interactions pertinentes à étudier. C’est clairement une stratégie S2 qui est alors visée.

2.2. Une division du travail planifiée à partir d’une question initiale (S2)

46La référence à un objectif commun précisément défini fournit ici le principe d’association dont découle l’architecture d’un programme de recherche. Mais elle est la principale, sinon la seule, modalité pratique de mise en rapport des diverses disciplines. C’est cet aspect que souligne P. Delattre (1988) quand il caractérise la pluridisciplinarité comme « une association de disciplines qui concourent à une réalisation commune, mais sans que chaque discipline ait à modifier sensiblement sa propre vision des choses et ses propres méthodes ».

47Naturellement la viabilité de cette stratégie est suspendue à la réalisation d’un important travail préparatoire : choix et délimitation du problème considéré, identification des questions qu’il soulève et décomposition de la recherche à entreprendre en un ensemble d’opérations susceptibles d’être entreprises par des chercheurs de différentes disciplines. Cette tâche préalable peut être réalisée par la concertation d’un petit noyau de chercheurs qui sont les promoteurs du programme, ou peut être assumée par un responsable unique qui prend sur ses épaules les fonctions d’organisation et adresse à des collègues de différentes disciplines des propositions de collaboration assorties de demandes définies.

48Le succès de cette stratégie dépend de trois conditions principales. La première est l’aptitude des responsables de la recherche à traduire des questions et des formulations énoncées par des acteurs sociaux (administrations, entreprises, organisations syndicales, mouvements associatifs, etc.) en des problèmes scientifiques qui puissent être abordés de manière opérationnelle avec les outils d’investigation disponibles. La deuxième est la qualité et la précision de l’architecture initiale qui établit une correspondance entre le découpage du problème et les divers apports disciplinaires. La troisième est la capacité des diverses disciplines à répondre de manière effective et autonome aux demandes qui leur sont adressées. Cette dernière condition suppose plutôt que l’on se trouve devant des problèmes de recherche appliquée pour lesquels un ensemble de concepts et de méthodes bien maîtrisés sont appliqués sans surprise et sans dérive à une situation particulière sur la base de données engendrées au sein même de chaque discipline.

49Dans les situations favorables où ces conditions peuvent être réunies, la synthèse des résultats disciplinaires ne doit pas poser de problèmes, chacun venant prendre sa place à l’endroit précis prévu. Il appartient alors au(x) responsable(s) du programme de restituer dans leur unité des résultats s’articulant sans failles et sans ruptures, ou à l’ingénieur, à l’aménageur ou au gestionnaire d’intégrer dans et par l’action l’apport de ces diverses connaissances.

2.3. La constitution d’un référentiel descriptif, de dispositifs d’information et d’une mémoire communs (S3)

50La ligne adoptée par cette stratégie est d’étendre autant que possible la part commune des moyens techniques et scientifiques mis en œuvre par les disciplines associées dans un programme. Compte tenu de l’hétérogénéité théorique des disciplines, le parti pris est d’exploiter la dimension empirique et descriptive de l’activité de recherche, de manière à la « socialiser » entre les divers chercheurs.

51Par exemple la voie décrite par Yves Chatelin (Chatelin & Riou, 1986, p. 139) consiste à édifier une terminologie descriptive commune pour les disciplines naturelles (pédologie, botanique, etc.) intéressées par le sol et les formations végétales qui le couvrent. Typologies et classifications normalisées structurent le programme de recherches et permettent aux chercheurs de disposer de descriptions immédiatement partagées par leurs collègues d’autres disciplines. Des opérations disciplinaires très spécialisées viennent alors se greffer sur cette base empirique commune. Dans le même sens, A.-G. Beaudou et al. (1978) ambitionnaient l’élaboration d’un vocabulaire descriptif des formes du paysage. Il s’agissait de prendre une distance respectable envers toute hypothèse théorique, afin de préserver la validité permanente de ce vocabulaire. Là réside d’ailleurs le pari de cette stratégie : pouvoir disjoindre catégories descriptives et conceptions théoriques.

52Une autre voie, d’inspiration assez proche, vise l’élaboration d’un cadre commun de description et de traitement de l’information à partir de l’informatisation systématique des données. Les différentes démarches sont ainsi confrontées à la même discipline quant à la collecte et au traitement des données, et donc à la même exigence de traduction des concepts en paramètres susceptibles de mesure. Ce fut la voie frayée par le programme « Vidauban » [V.33.1., Eches, 1983].

53Primat de la description empirique coordonnée, primat de l’outil de recueil et de traitement des données pour constituer un patrimoine commun aux diverses disciplines, cette stratégie s’inscrit plutôt dans une vision des disciplines où les frontières, élevées plus par l’histoire que par l’épistémologie, peuvent être corrigées et rendues perméables par des efforts appropriés de la communauté scientifique.

2.4. L’interaction organisée autour d’un arbre évolutif de questions communes et de la coordination soutenue des démarches disciplinaires (S4)

  • 15 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Marie Legay, « l'évaluation interdisciplinaire et sa gestion » p. 551

54Ici, l’accent est mis sur les conditions d’organisation d’un processus continu d’interaction entre plusieurs disciplines rassemblées par l’étude d’un problème donné. Cette stratégie colle littéralement au sens du préfixe inter du terme interdisciplinarité. Le rôle premier et positif des disciplines comme cadre d’élaboration du savoir est pleinement reconnu, mais l’horizon monodisciplinaire est perçu comme insuffisant pour saisir certains problèmes. Cette limitation n’est cependant pas rédhibitoire puisque, dans cette vision, les frontières disciplinaires n’empêchent pas la communication et les échanges15. Il reste à les organiser. À l’évidence, les modalités en sont aussi variées que les formes d’interactions à promouvoir, comme le montrent les programmes « Causses-Cévennes » [V.2.] et « Pyrénées » [V.7.].

55La première occasion est fournie par les opérations de définition de l’arbre de questions qui, dans cette stratégie, doit former l’armature d’un. programme de recherches. Deux différences interviennent par rapport à S2 : cette étape est assumée par le collectif de chercheurs, et surtout elle fait l’objet d’une mise à jour ou d’une réappréciation périodique.

56Deux raisons motivent une telle manière de faire. Pour guider sa propre recherche, le chercheur d’une discipline a besoin de connaître l’ensemble des questions soulevées dans le cadre du programme, du fait des liens qui unissent ces questions les unes aux autres. Cet effet de système touche à la fois la coordination des niveaux respectifs d’approfondissement, les choix d’échelles, et la définition des termes des résultats que l’on cherche à obtenir afin qu’ils puissent être communicables et utilisables par d’autres. Ensuite, un travail de discussion croisée des formulations spontanément adoptées par chaque chercheur permet de réaliser cette tâche si difficile consistant à dégager les hypothèses de travail de la gangue idéologique dans laquelle se trouve prise l’expression brute des problèmes présentés à la recherche. Cette épuration idéologique ne s’impose pas seulement envers les formulations proposées par des acteurs sociaux, mais aussi envers celles qui résultent des habitus et routines qui affectent toute discipline, non toujours dans son essence théorique, mais dans son fonctionnement courant ! Chaque discipline a en effet ses biais, ses penchants idéologiques, ses conventions plus ou moins explicites, ses modes. C’est pourquoi la critique interdisciplinaire des hypothèses et des questions retenues joue un rôle important pour orienter un programme de recherche.

57Dans cette conception, avons-nous dit, l’arbre de questionnement ne peut pas être figé une fois pour toutes dans sa formulation initiale, car les perceptions des problèmes se transforment en fonction de la progression des travaux. C’est par l’organisation d’un ensemble de moments de restitution et de discussion des résultats provisoires obtenus, que le schéma de questionnement peut être corrigé et affiné. C’est d’ailleurs en fonction de ces réajustements que le besoin de nouvelles lignes de recherches ou celui de l’implication de nouvelles disciplines peut se faire sentir.

58La coordination visée par cette stratégie concerne aussi la définition de moyens communs d’investigation : plans d’observation ou d’échantillonnage, cartographie, informatisation des données, etc. Ce faisant, elle contraint les chercheurs à se poser la question des interfaces à élaborer pour articuler leurs démarches et facilite ainsi l’échange ultérieur d’informations entre disciplines. En outre, elle autorise des économies dans le déploiement de ces moyens. À l’occasion des contacts fréquents ainsi établis, les échanges peuvent aussi porter sur les instruments (statistiques et analyse des données, modélisation, voire concepts) que des chercheurs peuvent emprunter à leurs collègues, même si ce type d’échange se réalise ici dans un cadre informel.

59Avec cette approche, chaque discipline se trouve en position de producteur ou de consommateur de données à destination, ou en provenance, d’autres disciplines. La nature de tels besoins croisés préside à l’organisation d’opérations de recherche où une discipline occupe une position organisatrice centrale, et les autres une position de prestation de services. Cette fonction de prestation n’étant pas toujours du plus grand intérêt intellectuel du point de vue de la progression interne des disciplines concernées, son bon déroulement nécessite, sur le plan des relations de travail, le maintien de formes générales de réciprocité et l’inscription de la recherche dans un cadre de coopération durable permettant à chaque discipline de préserver une source propre d’intérêt et d’activité.

  • 16 Ainsi, faisant retour sur l'expérience d'un programme d'étude d'un système agraire de la montagne c (...)

60Ces relations de prestation impliquent tout particulièrement une coordination des calendriers de travail de manière à ne faire intervenir chaque discipline qu’au moment où les données exogènes dont elle a besoin peuvent lui être fournies par les autres. Au vu de l’expérience de plusieurs programmes16, cette question du calendrier apparaît comme l’une des variables les plus importantes et les plus sensibles.

61Enfin, l’étape des synthèses, réalisées par thèmes ou par zones, nécessite à l’évidence un travail particulier d’articulation des travaux des différentes disciplines engagées dans le programme. C’est le moment où s’éprouvent les schémas d’articulation ex ante et les dispositifs d’interface retenus.

62L’ensemble de ces interactions fait d’un programme de recherche interdisciplinaire un ensemble collectif évolutif, un cadre social susceptible de rendre possible et de capitaliser un apprentissage sur les formes de coopération en matière de recherche scientifique. De ce point de vue, et en jouant sur les mots, l’expérience interdisciplinaire s’apparente à la découverte d’une discipline, celle des règles d’organisation et de conduite d’un collectif de chercheurs dont les interactions ont un effet stimulant pour l’orientation et la progression de chaque spécialité. Les résultats sont alors bien différents de ceux que donne une démarche disciplinaire isolée, même s’ils sont finalement restitués dans le seul cadre disciplinaire au moment des publications.

63La dimension collective et interactive du travail de recherche dans cette stratégie enrichit certainement la manière d’envisager les rapports entre un problème et le programme interdisciplinaire constitué pour l’étudier. Dans sa formulation initiale, le problème est l’élément premier qui fonde le rassemblement de plusieurs disciplines dans une même opération ; mais il devient ensuite, au rythme des reformulations, le produit plusieurs fois réélaboré de l’activité scientifique interdisciplinaire. Si dans sa genèse la recherche interdisciplinaire procède du problème, c’est bien le problème qui procède de la recherche si l’on considère le contenu scientifique. C’est en cela, notamment, que cette stratégie ne se cantonne pas à une démarche d’application.

2.5. La visée de l’intégration par le recours à un métalangage théorique unifié comme celui de la théorie des systèmes (S5)

64L’ambition de cette stratégie est celle que P. Delattre (1988) attribue plus généralement à l’interdisciplinarité : « élaborer un formalisme suffisamment général et précis pour permettre d’exprimer dans ce langage unique les concepts, les préoccupations, les contributions d’un nombre plus ou moins grand de disciplines qui, autrement, restent cloisonnées dans leurs jargons respectifs ». Si avec S3, la recherche d’un référentiel commun se faisait du côté de l’empirie, à travers des catégories de description ou du cadre informatique de recueil de l’information, elle porte ici sur les concepts théoriques et les outils formels de modélisation.

65On trouve ici l’un des projets qui ont traversé ce siècle : construire une théorie générale de la représentation et de la modélisation systémiques permettant d’unifier les champs de savoir et de faire coopérer les disciplines scientifiques (Delattre, 1988). L’utopie systémique, qu’on la considère dans la version propre à la théorie générale des systèmes (Von Bertalanffy, 1973) (découverte de lois universelles de l’organisation des systèmes traités par toutes les sciences) ou dans la version de la théorie du système général (Le Moigne, 1984) (création d’un langage universel de la modélisation), tend à faire des distinctions disciplinaires des distinctions de second rang, qui n’auraient plus qu’un fondement historique et empirique.

  • 17 L'idée d'un lien nécessaire entre la théorie des systèmes et la relation interdisciplinaire est pos (...)

66Certes les concepts et formalismes systémiques ont une portée générale, et présentent suffisamment de souplesse pour s’adapter à des objets très divers. De plus, la plupart des disciplines ont déjà recours à la notion de système, et on en trouve la manifestation plus ou moins explicite dans maints programmes17. Mais il faut bien constater que ce projet n’a pas aujourd’hui abouti. Il n’a eu de toute façon qu’une faible influence sur les programmes de recherche considérés dans cet ouvrage.

  • 18 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay « Modélisation et simulation : une approche de la (...)

67On peut néanmoins trouver deux exemples de programmes qui ont conféré à une modélisation systémique le rôle organisateur central d’une recherche portant sur les interactions entre sociétés et milieux physiques : le modèle PEPERT (Programme « Cévennes » [V.34.]), et le modèle AMORAL (Durand et al., 1983 ; Chamussy et al., 1986). Le premier fut l’occasion de mettre en évidence les difficultés à accorder démarches économique et écologique sur le plan des choix d’échelles et du recueil des données. Le second s’est surtout attaché à saisir, sous forme de scénarios, les implications de certains paramètres physiques pour la dynamique démographique et économique d’une région agricole menacée par la marginalisation. Dans les deux cas, la voie de l’intégration a pu montrer ses limites ; elle présente un coût scientifique significatif (perte d’information) ; elle ne permet pas de balayer tous les obstacles à l’articulation interdisciplinaire18.

2.6. La genèse d’une nouvelle discipline (S6)

  • 19 Loin de les opposer, J.-L. Coujard associe ces deux qualificatifs lorsqu'il estime· qu'au travers d (...)

68Cette dernière stratégie doit être mentionnée, non parce qu’il a été possible de la repérer à l’œuvre dans les programmes de recherche examinés, mais parce qu’elle constitue une référence importante, un filtre à travers lequel une partie des acteurs de la recherche considère l’interdisciplinarité. Quand on se représente le cadre disciplinaire comme indépassable et imperméable, on est en effet réduit à l’alternative suivante : ou bien l’interdisciplinarité est une pratique non scientifique, ou bien elle est l’étape de formation d’une nouvelle discipline19. Cette dernière option est illustrée par les travaux se situant « à la jonction de disciplines déjà établies, empruntant leurs méthodes aux unes et aux autres », telle la biochimie et la psycholinguistique (Chatelin, in Chatelin & Riou, 1986, p. 139).

69C’est dans cette perspective que s’inscrit N. Decourt (1985, p. 243) lorsqu’il évalue, plutôt négativement, les recherches interdisciplinaires sur le milieu rural menées dans le cadre du PIREN du CNRS à l’aune de leur progression vers la définition d’un champ de recherche nouveau, analogue à ce que fut l’émergence de la biologie moléculaire. Et il en définit les conditions : consensus sur des concepts communs, sortes de paradigmes ; consensus sur la nature des problèmes à élucider et sur les priorités ; progression cumulative du savoir. Il n’est pas douteux qu’une part des déceptions suscitées par l’examen des recherches interdisciplinaires vient de ce que l’observateur voudrait y voir les signes de la constitution d’une nouvelle discipline et qu’il ne les voit pas !

70Les racines de cette conception se trouvent dans l’attribution à l’interdisciplinarité d’une exigence forte quant au niveau d’intégration à atteindre. En effet, si par hypothèse on parvenait à construire une démarche intégrant divers points de vue disciplinaires sur un même objet, c’est une représentation intégrée de cet objet qui se trouverait engendrée. L’objet ainsi reconstruit dans son unité apparaîtrait alors en retour comme fondateur d’un espace unifié de recherche, germe futur d’une nouvelle discipline.

71Les conditions d’aboutissement d’une telle démarche sont doubles : sur le plan scientifique elle requiert l’affermissement des concepts et l’obtention de résultats cumulatifs ; sur le plan institutionnel, elle passe par la formation de communautés scientifiques suffisamment larges pour disposer de moyens de publication, et de lieux de débats et d’enseignement. Une fois ces conditions sur le point d’être satisfaites, l’intégration interdisciplinaire peut apparaître comme fondatrice d’une nouvelle discipline.

72À n’en pas douter, on ne peut envisager d’autres approches de l’interdisciplinarité (les cinq autres stratégies) qu’en prenant quelque distance avec l’idée que l’intégration complète serait l’objectif à poursuivre : toute recherche interdisciplinaire n’a pas vocation à donner naissance à une nouvelle discipline.

2.7. Un tableau récapitulatif

73Il nous paraît utile de récapituler cette présentation en ordonnant les six stratégies distinguées selon un double gradient d’intégration et d’interaction. C’est ce que propose le tableau ci-dessous qui classe les stratégies selon la valeur qu’elles manifestent sur ces deux axes.

(-) INTERACTION (+)

1

2

3

(-)

IN

TE

GRA

TION

(+)

12

3

-S2

S2 ?

S1S3

S5

S1 ?S4

S6

74Ce tableau mérite quelques commentaires :

75Les interrogations sur la présence de Sl en (l, 3) et de S2 en (3,1) signifient que nous mettons en doute la possibilité de parvenir à un niveau élevé d’intégration avec un niveau faible d’interaction, ou symétriquement d’atteindre un niveau élevé d’interaction avec un niveau faible d’intégration.

76Ce tableau ne présente pas une typologie au sens scientifique habituel, puisque les stratégies ne sont pas totalement disjointes, celles de gradient supérieur pouvant englober les composantes caractéristiques de celles de gradient inférieur. Par exemple la stratégie interactionniste S4 passe généralement par le choix d’un terrain commun qui est la composante caractéristique de la stratégie Sl ; mais elle va plus loin.

77Un programme de recherche particulier se rapprochera plus ou moins de l’une ou de l’autre des positions stratégiques. Surtout, il y a de fortes chances que sa dynamique d’évolution le conduise d’une stratégie dominante à une autre. Par exemple, ambitionnant au départ un degré élevé d’intégration (S5) au moyen d’une modélisation systémique intégrée, tel programme se rabattra peut-être sur 51. Tel autre, débutant sur la base de S1, en viendra à S4 et tentera de passer à S5… C’est pourquoi ce tableau peut être utile autant pour qualifier des itinéraires de recherche que pour classer une population de programmes à un moment donné.

78Dans la mesure où les programmes de recherche interdisciplinaire considérés dans cet ouvrage ont comporté une forte dimension d’apprentissage sur ce que pouvait être une recherche interdisciplinaire, la caractérisation ex post que nous proposons n’exprime pas directement les intentions des chercheurs qui se sont lancés dans cette aventure. L’emploi du terme stratégie a pour seule justification d’attirer l’attention sur la pluralité des approches possibles de la conduite d’une recherche interdisciplinaire.

3. Moyens et conditions de la relation interdisciplinaire

79Les stratégies qui viennent d’être décrites font appel à un certain nombre de procédures et de moyens concrets. Leur consacrer un examen n’est pas complètement redondant car il n’y a pas une correspondance stricte entre tel ou tel moyen et telle ou telle stratégie. Par ailleurs, le succès de l’entreprise interdisciplinaire dépend de la réunion de plusieurs conditions générales qu’il est utile d’évoquer.

3.1. Les procédés privilégiés

3.1.1. Le choix d’une discipline motrice et organisatrice

80Pour des programmes de dimension assez réduite, une formule couramment pratiquée consiste à confier à un groupe de chercheurs d’une discipline donnée un rôle moteur et organisateur. Les contributions des autres disciplines. s’organisent autour des questions et des besoins de cette discipline centrale, qui occupe alors une double place de discipline spécialisée et de méta-discipline permettant l’intégration des résultats dans un cadre unifié.

81L’efficacité de cette solution dépend de la capacité du responsable de programme à gérer les relations humaines de manière à surmonter la conflictualité potentielle issue de l’asymétrie des rapports établis entre disciplines. Dans la dynamique d’un programme s’inscrivant dans une certaine durée (cinq ans par exemple), il est parfaitement envisageable, et même dans la logique des choses, que la discipline motrice change en cours de processus au gré de la progression respective des recherches et de la hiérarchisation des nouveaux problèmes découverts sur lesquels l’effort doit porter prioritairement lors de l’étape suivante.

3.1.2. Le rôle d’un langage intermédiaire, entre le langage courant et le langage spécialisé propre à une discipline

  • 20 Cf. ci-dessus la deuxième partie consacrée aux notions.

82La communication interdisciplinaire suppose un type de langage qui se trouve balisé par deux extrêmes : le langage spécialisé d’une discipline et le langage courant, non scientifique. La plupart des programmes aboutissent sur ce plan à mettre au point des éléments d’un langage intermédiaire et composite en s’appuyant sur divers procédés20.

83Ainsi deux disciplines ayant à collaborer adopteront conjointement un concept propre à l’une mais intégrable par l’autre. Par exemple : les concepts de représentations ou de pratiques intégrés par une certaine agronomie après avoir été développés en ethnologie, en sociologie et en psychologie sociale ; ou le concept de fonction de production de l’économiste, qu’il arrive à faire partager au zootechnicien.

  • 21 Cf. ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité, l'artifice des sy (...)

84Une autre procédure consiste à élaborer collectivement des schémas communs de représentation de l’objet de la recherche et des problèmes à étudier. Ils prennent souvent la forme de diagrammes avec des cartouches et des flèches permettant de représenter sommairement la place respective des objets et des interventions de chaque discipline. Les réunions successives, les discussions réitérées, les rencontres informelles font peu à peu partager ces représentations faites d’objets associés à un schéma sommaire d’insertion causale, même si cette grossière communauté de sens comporte une certaine dose d’illusion21.

  • 22 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, « le Géosystème : nature « naturelle » ou na (...)

85Une autre technique langagière consiste à employer des catégories scientifiques abstraites assez larges, se prêtant à la fois à une diversité d’usages et à une certaine polysémie : espaces, systèmes, structures, fonctionnement, mécanismes, etc. On pourrait penser que ces termes fonctionnent comme des jokers, des signifiants sans contenu sémantique. Ce serait erroné. Certes leur contenu sémantique est plus général que celui des concepts internes à un univers théorique disciplinaire, mais cette situation correspond précisément à ce qui en est attendu : faire communiquer des univers sémantiques différents. Une technique proche consiste à recourir à des notions synthétiques, conçues pour articuler un ensemble complexe de déterminations étudiées par diverses disciplines. De telles notions ont un contenu sémantique plus spécifique, mais parviennent néanmoins. à avoir un effet fédérateur et organisateur pour quelques disciplines réunies dans un programme. C’est le cas des termes tels que géosystème et paysage. Ce dernier terme vise par exemple à saisir les phénomènes à une échelle telle que les activités humaines et les représentations sociales puissent être prises en compte conjointement avec des analyses de géographie physique ou d’écologie22.

86Pour mémoire, on signalera les approches, déjà évoquées, que sont l’élaboration d’un langage descriptif commun à plusieurs disciplines ou le recours aux formalismes et aux habitus conceptuels de la modélisation mathématique, dont la forme extrême est la visée de la création d’un modèle intégrateur interdisciplinaire.

3.1.3. La mise en œuvre conjointe d’une même opération ou d’un même outil

87Malgré leurs spécificités, les disciplines peuvent tirer parti de la mise en œuvre conjointe de certains outils, par exemple pour le recueil et le traitement des données ou pour le choix de la présentation de l’information (cartographie). Elles peuvent aussi partager certaines démarches, comme c’est le cas de la définition conjointe d’un plan d’observation prenant en compte une pluralité de variables présentant chacune un intérêt pour telle ou telle discipline.

3.1.4. La coordination spatio-temporelle des investigations

88Le succès de l’interdisciplinarité dépend au minimum de la gestion concertée du choix des terrains et des calendriers d’investigation. Il semble que les faiblesses notées dans certains programmes tiennent souvent à une maîtrise insuffisante de ces deux variables.

89Si la question du choix concerté des terrains est en principe relativement aisée à trancher, celle du calendrier est beaucoup plus délicate : l’ordre de l’entrée en scène des chercheurs, les rythmes de travail très différents d’une discipline à l’autre, l’alternance de temps de travail disciplinaire séparé et de moments où la maturation est suffisante pour que l’échange interdisciplinaire soit fécond, l’alternance entre phases spécialisées et phases de synthèse sont autant d’ingrédients délicats à combiner et encore plus difficiles à planifier. L’échec de l’improvisation en la matière conduit à préconiser une recette, sans doute trop générale, de programmation adaptative ! Une certaine institutionnalisation de l’interdisciplinarité, sous forme d’équipes, de centres de recherche ou de départements scientifiques interdisciplinaires paraît fournir sur ce point le cadre le plus adapté pour gérer le processus de recherche dans la durée et favoriser la cumulativité des résultats, comme le montre l’expérience du département « SAD » de l’INRA.

3.1.5. Un régime de réunions périodiques

90Outre le fait qu’elles constituent un temps fort pour les échanges informels, ces réunions permettent de socialiser les problèmes rencontrés et les résultats obtenus, et d’actualiser la grille de questions qui forme l’armature du programme. Elles sont importantes pour la progression collective du programme de recherche, qui se mesure autant aux déplacements de problématiques engendrés qu’aux résultats pointus obtenus.

3.1.6. La réalisation de synthèses

91De telles synthèses, qu’elles interviennent au stade final ou qu’elles soient entreprises par unités spatiales, nécessitent un travail particulier visant à construire un point de vue correspondant à la visée totalisante qui est la leur. Il s’agit donc d’autre chose que d’un résumé plus ou moins habile ou élégant des principaux résultats obtenus. L’expérience des programmes examinés montre qu’il y a deux grands concurrents pour tenir ce rôle de la synthèse : la systémique et l’histoire.

3.2. Les conditions de succès de la coopération interdisciplinaire

92Au-delà du recours à un ensemble de procédures et de moyens, le succès de la coopération interdisciplinaire dépend de la réunion d’un ensemble de conditions favorables sur lesquelles les chercheurs ont coutume d’insister.

93La première et la plus évidente de ces conditions est l’existence d’un désir de réaliser une œuvre commune : résoudre un problème, mettre sur pied un observatoire, mettre au point un schéma technique, comprendre un processus d’interaction, etc. La présence d’un ciment idéologique est aussi un puissant facteur de rapprochement : partage des valeurs du développement économique (Brun et al., 1974), convictions positivistes, ou formation commune comme dans le cas de l’interdisciplinarité menée au sein de l’INRA entre des chercheurs qui, en deçà de leurs spécialités diverses (économie, géographie, zootechnie, etc.), partagent généralement une même formation de base.

94Ceci étant, chacun s’accorde pour souligner l’importance que revêt la présence d’un coordinateur de poids, clairement reconnu de tous, associant les compétences d’un généraliste et d’un homme de synthèse à ses facultés d’organisation et de gestion des relations humaines : bien informé, mais pas encyclopédique, témoignant d’une ouverture d’esprit, porteur d’un schéma de questionnement, il doit en particulier être capable de passer d’un langage à l’autre et de percevoir les rapprochements féconds possibles.

  • 23 Poussée à l'extrême, cette vue pourrait réduire la recherche interdisciplinaire à une approche pure (...)

95Si l’on veut rapprocher les sciences naturelles et les sciences sociales, il est souhaitable, observe-t-on de plusieurs parts, de rechercher dans la conception du programme une grande proximité vis-à-vis de l’objet concret, visible, observable, afin de disposer d’un référentiel descriptif largement commun23. C’est la direction généralement suivie par les programmes que nous avons considérés ici, qui s’intéressent au milieu rural appréhendé à une échelle allant de la petite région à la parcelle. D’autres types de réponses à ce même problème devraient être trouvés pour l’exploration de problèmes à caractère plus global comme les problèmes climatiques à l’échelle de la planète.

96On sous-estime souvent l’importance considérable, pour le succès d’un programme, de la phase exploratoire où se définissent par tâtonnement l’objet et les objectifs de la recherche, et où se constitue un premier noyau de chercheurs qui va porter le programme. Pour des raisons diverses, en particulier institutionnelles, les divers partenaires ne donnent pas assez d’attention à cette phase, et les chercheurs lui consacrent rarement un temps suffisant. De même, il importe que les principaux chercheurs, appartenant à des disciplines différentes et destinés à être les parties prenantes du programme soient présents dès cette phase, de manière à être associés à la définition des objectifs et de la problématique générale : la bonne articulation ultérieure des résultats en dépend. Pourtant cette exigence n’est pas toujours respectée : ainsi il n’est pas rare de voir un programme amorcé sous la houlette de spécialistes des phénomènes naturels auxquels on demande par la suite d’accueillir des chercheurs de sciences humaines qui n’y trouveront en fait jamais leur place intellectuelle.

97Les conditions du succès ne sont pas qu’organisationnelles. Elles dépendent aussi des profils individuels des chercheurs. En plus de leurs compétences disciplinaires, ces chercheurs doivent faire preuve de qualités particulières parmi lesquelles on peut citer : une double formation, une attitude intellectuelle faite de curiosité pour d’autres disciplines et d’acceptation de la remise en cause des conceptions de la leur, l’acceptation de la prise de risques et de la décentration disciplinaire, des facultés de synthèse, un courage et une santé psychologique permettant de résister durablement aux attaques et dénigrements provenant « de la masse anonyme des spécialistes étroits » (Delattre, 1988, p. 1265) ou au manque de reconnaissance de la part des institutions.

98Enfin, plus le rapprochement interdisciplinaire doit approcher de la symbiose, plus le programme doit disposer de la durée, une durée suffisante en tout cas pour que la connaissance mutuelle et la confiance puissent s’établir, et que puisse se construire une chronique de phases alternées de travail disciplinaire séparé et de phases de forte interaction et de mise en commun.

Bibliographie

Barde J.P. & Gerelli E. (1977), Économie et politique de l’environnement, Paris, PUF (« L’économiste »).

Beaudou A.G., Blic P. De, Chatelin Y., Collinet J., Filleron J.C., Guillaumet J.L., Kahn P., Zueli K.B. & Richard J.F. (1978), Recherche d’un langage transdisciplinaire pour l’étude du milieu naturel (tropiques humides), Paris, OR5TOM (« Travaux et documents de 1’Orstom n° 91 »).

Bertalanffy L. Von (1973), Théorie générale des systèmes, Paris, Dunod-Bordas.

Boltanski L. & Thevenot L. (1987), les Économies de la grandeur, Paris, PUF (« Les cahiers du Centre d’Étude de l’Emploi »).

Brun A., Deffontaines J.P., Osty P.L., Petit M. et al. (1974), « Une équipe de recherches face aux problèmes de développement », Économie Rurale, (199-100), janvier-mars.

Chamussy H., Durand M.G., Guerin J.P. & Le Berre M. (1986), Cheminements systémiques. Du modèle AMORAL à une réflexion théorique en géographie, Grenoble, Laboratoire de la Montagne Alpine (LAMA), juin.

Chatelin Y. & Riou G. eds (1986), Milieux et Paysages, Paris, Masson (« Recherches en géographie »).

Coll. ENSSAA (Dijon), INRA-SAD, INRAP, Lycées agricoles de Besançon et Chaumont (1985), Méthodes d’étude des systèmes de production agricole. Une contribution à la rénovation de l’enseignement agricole, L’expérimentation pédagogique MESPARD, septembre 1981-juin, 1984, Dijon, INRAP.

Comité « Écologie et aménagement rural » (1981), Colloque sur la pluridisciplinarité, Paris, DGRST, 29 septembre, et Lyon, 7-8 octobre.

Comité « Espace Et Cadre De Vie » (1984), Réflexions des membres du Comité Espace et cadre de vie sur les origines et le vécu de ce Comité, Paris, ministère de l’Environnement.

Decourt N. (1977), Dire nos pratiques pluridisciplinaires, Paris, DGRST (. doc. 77.19·), juillet.

Decourt N. (1985), « Intervention », Actes du Colloque « Recherches sur l’environnement rural – Bilan et perspective » Paris, PIREN du CNRS, février.

Deffontaines J.P., Raichon C. & Verneuil B. DE (1982), « Chronique d’une recherche : Réflexions sur l’étude interdisciplinaire d’un système agraire de la Montagne corse », Agronomie, 2 0).

Delattre P. (1988), Article « Recherches interdisciplinaires », Encyclopaedia Universalis, Corpus (19), pp. 1261-1266.

Di Castri F. (1985), « Quelques considérations sur l’organisation de la recherche interdisciplinaire sur l’environnement », Actes du Colloque « Recherches sur l’environnement rural – Bilan et perspective », Paris, PIREN du CNRS, février.

Durand M.G. (sous la direction de), Charre J., Chamussy H., Guerin J.P., Le Berre M. & Uvietta P. (1983), le Modèle AMORAL – Analyse systémique et modélisation régionale dans les Préalpes du Sud, Grenoble, Laboratoire de la Montagne Alpine (LAMA), juin.

Eches R. (1983), « Saisie et informatisation des données dans un projet d’écologie humaine », in C. Raynaut ed.

Larrere R. (1988), « Quelques réflexions sur la confrontation entre sciences de la nature (et particulièrement l’écologie) et sciences humaines », Colloque Diversification des modèles de développement rural, Paris, 17 au 17 avril 1986 ; repris in JOLLIVET M. ed. (1988), Pour une agriculture diversifiée. Arguments, questions, recherches, Paris, l’Harmattan.

Le Moigne J.L. (1984), la Théorie du système général – Théorie de la modélisation, Paris, PUF (« Systèmes-décisions »), 2e ed.

Massoud Z. (1985), « Interdisciplinarité », Actes du Colloque « Recherches sur l’environnement rural – Bilan et perspective », Paris, PIREN du CNRS, février.

Morin E. (1990), « De l’interdisciplinarité », Conférence plénière, Actes du Colloque « Carrefour des sciences » – Session plénière du Comité national de la recherche scientifique : L’interdisciplinarité, Paris, Palais de l’Unesco, 12 au 12 février 1990, Paris, CNRS.

Raynaut C., ed. (1983), Milieu naturel, techniques, rapports sociaux (1er Colloque de l’Association Française des Anthropologues, novembre 1981), Bordeaux, Éd. du CNRS.

Thevenot L. (1989), « Équilibre et rationalité dans un univers complexe » Revue économique 40 (2), mars.

Notes

1 « La discipline est une catégorie organisationnelle au sein de la connaissance scientifique ; elle institue la division et la spécialisation du travail » (Morin, 1990, p. 21). Ce qui constitue une discipline réside d'abord dans la référence vivante à une même culture instituée, culture que font vivre des institutions académiques et une communauté organisée de chercheurs. La reproduction de la discipline dépend prioritairement de l'existence d'un enseignement universitaire, de lieux de débats, de dispositifs de publication, d'instances d'évaluation des productions scientifiques et de gestion des carrières des chercheurs.

2 Retrouvant là l'étymologie latine du terme discipline, qui évoque l'école et l'enseignement, observons que la formulation de théories unifiées, englobant la totalité du champ disciplinaire, répond généralement à une visée pédagogique de transmission et conduit souvent à présenter un champ de savoir donné comme plus intégré et plus cohérent qu'il n'est ; on peut trouver dans ce type d'exposé un côté édifiant et dogmatique propre à la science enseignée, qui produit un écart significatif vis-à-vis de la science en train de se faire.

3 Les chercheurs en sciences humaines sont familiers de la notion, pour eux décisive, de problématique de recherche.

4 Cf. ci-dessous Jean-Marie Legay, « les Moments théoriques dans la recherche interdisciplinaire », p. 373, et en annexe Jean-Marie Legay, « l'évaluation interdisciplinaire et sa gestion », p. 551.

5 C'est par exemple le cas des recherches impulsées dans une perspective anthropologique ou ethnologique. Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures » p. 125. Voir également le programme « Savoirs naturalistes populaires » (V.37.).

6 Ce rôle de renouvellement ressort clairement de la présentation que donne ci-dessus Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline » p. 93.

7 Ne serait-ce que parce que les chercheurs doivent écrire des articles conçus pour des revues disciplinaires spécialisées, faute de disposer de revues à la fois interdisciplinaires et pleinement reconnues.

8 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin et Claudine Friedberg, « Hétérogénéité du temps et de l'espace : niveaux d'organisation et échelles spatiotemporelles » p. 313.

9 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée, ou des rapports entre sciences, techniques et société ».

10 Notons ici une curiosité : dans de nombreux rapports scientifiques, l'exposé commence par des informations sur le cadre physique (climat, substrat, végétation ; faune) pour aborder dans un deuxième temps la société, considérée d'abord dans sa démographie et son habitat, puis dans son économie, et enfin dans sa culture et ses institutions. Que reflète un tel ordre ?

11 Voir par exemple J.-P. Barde et E. Gerelli (1977). Voir également ci-dessus Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la « résilience » d'une discipline », p. 155, et Geneviève Humbert, « le Droit dans l'interdisciplinarité : une certaine absence » p. 177.

12 Certains chercheurs soulignent eux-mêmes cette impossibilité pour la recherche finalisée de s'abstraire de son contexte idéologique. Ainsi A. Brun et al. estimaient : « (…) les recherches sur le développement agricole ne peuvent pas être idéologiquement neutres » (1974, p. 113). Sur les rapports entre science et idéologie, cf. ci-dessus Bernard Picon, « le Citoyen, le savant, le journaliste et le politique » p. 37.

13 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Marie Legay, « l'évaluation interdisciplinaire et sa gestion » p. 551.

14 La formule de Yves Chatelin est significative de cette attitude : entre les deux domaines (sciences du milieu et anthropologie), l'intégration n'est pas possible, ce que l'on peut entreprendre c'est l'aménagement d'une interface, (Chatelin et Riou, 1986, p. 140).

15 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Marie Legay, « l'évaluation interdisciplinaire et sa gestion » p. 551.

16 Ainsi, faisant retour sur l'expérience d'un programme d'étude d'un système agraire de la montagne corse, qui s'est étalé sur cinq années, Jean-Pierre Deffontaines et al. (1982, p. 264) soulignent les conséquences d'une mauvaise coordination chronologique des recherches, rendant peu utilisables les informations rassemblées par les uns ou par les autres.

17 L'idée d'un lien nécessaire entre la théorie des systèmes et la relation interdisciplinaire est posée, pour la promouvoir ou pour la récuser en tant qu'objectif, dans les rapports de plusieurs programmes : « Vallée de la Plaine » [V.23.], « Canton d'Aime » [V. 19.], « Cévennes » [V.34.], « Préalpes du Sud (AMORAL) » ; et par plusieurs auteurs : Yves Chatelin (1986), Z. Massoud (1985. p. 6), P. Delattre (1988). Cf. également ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay « Entre disciplines et réalité, l'artifice des systèmes », p. 191.

18 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay « Modélisation et simulation : une approche de la prédictivité », p. 377.

19 Loin de les opposer, J.-L. Coujard associe ces deux qualificatifs lorsqu'il estime· qu'au travers d'une très provisoire interdisciplinarité se déroule en fait la préhistoire d'une discipline nouvelle, le processus de sa constitution, c'est-à-dire sa phase pré-scientifique. [V.235., p. 3].

20 Cf. ci-dessus la deuxième partie consacrée aux notions.

21 Cf. ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité, l'artifice des systèmes », p. 191, et ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay, « Modélisation et simulation : une approche de la prédictivité », p. 377. Voir également les observations désabusées de R. Larrere (1988) sur les à-peu-près sémantiques et les homonymies trompeuses des pratiques de traduction interdisciplinaire.

22 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, « le Géosystème : nature « naturelle » ou nature « anthropisée » ? », p. 203, et Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Paradoxe du paysage », p. 231.

23 Poussée à l'extrême, cette vue pourrait réduire la recherche interdisciplinaire à une approche purement empirique des rapports entre milieux et sociétés. Il y a là un risque non négligeable, mais qui paraît surmontable.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540