Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

Présentation

Marcel Jollivet

Texte intégral

1Le but de cette troisième partie est de donner une vue d’ensemble de la démarche de recherche et non plus du champ de recherche qu’elle recouvre. Caractériser une démarche de recherche, c’est évoquer une finalité spécifique et les méthodes qui sont utilisées pour l’atteindre ; c’est aussi et surtout mettre en évidence la cohérence qui lie la première et les dernières. Chacun des textes qui suit contribue à sa façon à cet éclairage d’ensemble.

2Il convenait tout d’abord de rappeler, pour en repartir, le centre de gravité de la démarche : la façon dont agissent l’un sur l’autre « milieu naturel » et « système social ». On retrouve là une intention ancienne et centrale (peut-être même l’intention purement et simplement originelle) de la géographie. On a vu que cette question en était aussi progressivement devenue une pour l’ensemble des autres disciplines auxquelles il est fait référence dans ces pages. On peut donc dire que l’on tient là, au moins en première approximation, le fil conducteur essentiel.

3La géographie, a-t-on dit, a achoppé sur cette question au point qu’elle a fini par considérer qu’elle était mal posée, voire dénuée d’intérêt et peut-être même de sens. On a envisagé l’hypothèse selon laquelle la géographie aurait en fait été là victime d’un schéma par trop déterministe, si ce n’est carrément mécaniste, qu’elle a – au demeurant – maintenant bien dépassé. N’étant pas marquées par ces fâcheux antécédents, et étant soumises à la critique externe des disciplines auxquelles elles sont associées, les nouvelles disciplines qui s’attellent à la tâche dans le cadre des programmes interdisciplinaires ont-elles dégagé les voies d’une nouvelle approche du problème ? Le premier texte dresse un bilan d’une pratique qui s’avère en fin de compte placée sous le signe du plus entier des pragmatismes. Cela a ses grandes vertus, même si cela a aussi ses limites.

4Une des questions clés que soulève ce pragmatisme est le choix des niveaux d’analyse les plus pertinents pour ce genre de recherche. On se heurte ici à un double problème : celui d’établir une hiérarchie de niveaux d’organisation propre à chacune des disciplines concernées, celui de trouver les niveaux d’organisation auxquels le travail interdisciplinaire est à la fois possible et fructueux. Cela appelle en outre une théorie du passage d’un niveau à un autre dans une discipline donnée et, plus généralement, de niveaux à niveaux d’une discipline à une autre. Là aussi l’analyse de la pratique suivie dans les programmes interdisciplinaires permet au moins de poser des questions, de clarifier des notions, et d’esquisser des stratégies de recherche adaptées aux objectifs poursuivis.

5Bien qu’elle mette clairement en évidence la nécessité de distinguer niveaux d’organisation et unités spatiales de travail, cette analyse débouche sur l’inévitable problème du découpage spatial que requiert et que suppose toute recherche sur la question traitée ici. Elle a aussi le très grand intérêt de montrer que la prise en considération de l’espace ne peut pas se faire en faisant abstraction du temps et que ce ne sont pas des unités spatiales, mais des unités spatio-temporelles, qui sont en cause. On tient là une des questions-clés de cette démarche de recherche. Si elle ne lui appartient pas en propre, loin de là, elle y pèse d’un poids essentiel et on peut penser qu’une recherche interdisciplinaire bien menée est susceptible de faire avancer cette question fondamentale des rapports espace-temps dans la dynamique des systèmes naturels anthropisés terrestres. Là encore on retrouve la vieille ambition de la géographie et le fondement de son association avec l’histoire. Voici en somme, à son image, toutes les disciplines évoquées ici conviées au même exercice de la spatialisation et de la temporalisation croisées.

6Au cœur de toute cette démarche, comme elle est au cœur de ce livre, se trouve l’interdisciplinarité associant sciences du « milieu naturel » et sciences du « système social ». Là encore, nécessité de cohérence et cohérence recherchée entre la fin et les moyens, entre les finalités de l’analyse et les méthodes utilisées.

7L’interdisciplinarité dont il est question ici est, rappelons-le, pour l’essentiel une interdisciplinarité d’équipe. Elle a par ailleurs été suscitée par un contexte bien particulier évoqué dans la première partie. C’est donc d’une expérience historique singulière qu’il s’agit. Mais toute entreprise interdisciplinaire se heurte aussi à des problèmes généraux qui lui sont propres, sans parler de la constante suspicion dont elle est l’objet, tendant à la rendre purement et simplement illégitime sur un plan scientifique. Il convient donc de clarifier les choses pour lever les malentendus et ceci fait, la démarche interdisciplinaire étant prise pour ce qu’elle est réellement, de mettre certes en évidence les vraies difficultés auxquelles se heurte sa mise en œuvre, mais aussi de se donner les moyens de la jauger par rapport à ses fins propres et non pas à travers des critères qui ne sont pas les siens et qui ne peuvent donc pas lui être appliqués.

8Là aussi, la rigueur – et la simple honnêteté intellectuelle – exigent la cohérence ; on ne décide pas impunément de prendre au sérieux la complexité des « objets » que l’on veut analyser. Dès lors que l’on a fait ce choix et que l’on en tire les conséquences avec toute la rigueur requise, il faut mener à bien le processus de recherche adéquat aux objectifs visés. De ce point de vue, les programmes interdisciplinaires en cause ici offrent la matière d’une expérience instructive. Celle-ci nous apprend que, compte tenu des problèmes spécifiques que ces recherches posent, leur organisation et leur conduite exigent une attention particulière. On est ainsi amené à penser la recherche en termes de stratégies et de pratiques : on sait maintenant quelles règles il faut respecter pour réussir, on sait que du respect de ces règles dépend le résultat final ; on sait aussi et enfin que ces règles ont de fortes particularités par rapport à celles qui sont usuellement et implicitement considérées comme les normes en matière de recherche scientifique. Et donc qu’il ne leur est pas accordé attention et pas fait place dans la programmation courante de la recherche. Là, plus que sur des questions de fond, est la pierre d’achoppement actuelle des programmes interdisciplinaires.

9Il est tout particulièrement révélateur que ces problèmes d’organisation et de conduite de la recherche renvoient aux deux questions de méthode clés de toute démarche scientifique ; les rapports entre l’observation et l’expérience d’une part et, d’autre part, la modélisation (avec, en arrière-plan, toute la question de l’explication et de la prédictivité).

10Sur ces deux questions, les programmes interdisciplinaires dont il est ici question fournissent des contributions tout à fait en phase avec le mouvement actuel des idées dans le domaine scientifique : rééquilibrage en faveur de l’observation, prudence dans le maniement des schémas de causalité. Cela découle tout naturellement de leurs caractéristiques majeures : ils se passent d’abord sur le terrain, même si cela n’est pas exclusif de travaux de laboratoire. Le fait qu’ils soient finalisés les conduit aussi à l’innovation méthodologique : l’expérience « en vraie grandeur » en est l’illustration la plus nette. Mais il est bien clair que derrière tout cela, c’est toujours et d’abord l’acceptation de la complexité qui explique, en fin de compte, les choix méthodologiques qui sont faits et leur caractère novateur, que cette acceptation soit commandée par l’« objet » (le terrain) ou par l’idée d’une finalité (une action à entreprendre).

11C’est parce que l’on sait de mieux en mieux traiter cette complexité par des méthodes pertinentes que ces recherches peuvent aller vers une formalisation croissante. De ce point de vue les tentatives faites dans des programmes datant des années 70 ou du début des années 80 peuvent apparaître comme déjà dépassées.

12Ont-elles pour autant perdu tout intérêt ? On peut penser que non. Les essais de modélisation quantitative sont fort rares. Et pour cause : ceux qui ont été tentés montrent combien il y a loin de la coupe aux lèvres ! Ils ont au moins le mérite de rappeler à la modestie et de situer le problème au niveau où il se situe actuellement, à savoir d’abord apprendre à s’entendre, toutes disciplines confondues, sur un schéma d’analyse qui soit déjà au moins hypothétique et qui ne soit pas seulement une commodité pratique, voire une façon déguisée de redécouper les territoires convenus où chacun se met à l’abri. Ceci conduit à redire que le produit final de la recherche est déjà dans la division du travail opérée à ses débuts et invite donc à répéter qu’on n’accordera jamais assez d’attention, ni de temps à cette phase de départ durant laquelle doit s’élaborer la problématique commune. On admettra que ce qui se joue dans cette phase initiale n’est pas seulement le succès ou non d’une recherche particulière : la possibilité d’établir une problématique commune à plusieurs disciplines dans le champ thématique concerné ici est le moyen de tester que ce champ peut se constituer en champ de recherche propre avec ses règles et ses questions pertinentes à la fois pour chacune des disciplines et pour traiter globalement les problèmes qui justifient leur réunion.

13Le fait de pouvoir se référer à un nombre relativement élevé de programmes de recherche (le corpus réuni ici en comporte une bonne trentaine) permet de tenter ce test. Des règles et des questions pertinentes communes, convergentes et généralisables émergent-elles de ces multiples travaux portant à chaque fois sur des zones différentes et sur des problèmes différents ? Le propre de ces recherches est que chaque équipe a dû inventer sa propre démarche faute de canons établis ou même simplement d’habitudes acquises, aucune communauté scientifique ne pouvant être la commune référence. Comment caractériser l’expérience ainsi accumulée ? C’est certes à l’ensemble de cet ouvrage de répondre et plus particulièrement à tous les textes de cette troisième partie ; et ceux-ci fournissent déjà des éléments de réponse comme on vient de le voir dans les lignes qui précèdent. Les deux derniers d’entre eux n’en tentent pas moins d’aller plus loin dans cette voie et proposent deux lectures générales, complémentaires l’une de l’autre, qui donnent à cet ensemble de travaux un statut de démarche de recherche ayant ses objectifs, ses objets et ses perspectives d’analyse propres.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site