Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Hétérogénéité, diversité, complexité : nuances et convergences

Marcel Jollivet et Jacques Lepart

Texte intégral

  • 1 C. Raynaut, 1988, p. 9.

1Ces trois termes ont, dans la langue française courante, des significations qui se chevauchent. De fait dans les travaux interdisciplinaires, ils sont soit employés l’un pour l’autre, soit très fréquemment associés, comme en témoigne cette citation choisie, très représentative de la démarche suivie dans ces recherches. « Le département de Maradi couvre une superficie totale de 38 500 kilomètres carrés. Il compte un million deux cent mille habitants, regroupés en plus de 2000 villages… On conçoit qu’un ensemble régional de cette taille ne puisse être homogène. Il suffit pour s’en convaincre de le parcourir en tous sens. On observe alors des changements manifestes dans l’aspect de la végétation et dans les paysages, dans l’apparence des villages comme dans le mode de vie de leurs habitants. Cette hétérogénéité reflète les variations de l’environnement naturel et humain dans ses multiples paramètres – le climat, les sols, la végétation, l’utilisation de l’espace, l’organisation des hommes, l’économie. Mettre de l’ordre dans une telle diversité implique que l’on s’attache à en analyser les composantes les plus significatives » (souligné par nous)1.

2De leur association, il ressort tantôt que c’est la diversité ou l’hétérogénéité interne de l’objet étudié qui en fait un objet complexe, tantôt (comme dans l’exemple ci-dessus) que c’est la complexité des interrelations croisées entre paramètres qui produit la diversité et l’hétérogénéité. Ces deux propositions sont la plupart du temps implicitement utilisées conjointement comme la réciproque l’une de l’autre, ainsi que le montre la citation qui suit :

  • 2 Id., p. 139.

3« Ce qui est important de retenir de l’image type que nous avons tracée, c’est la relative complexité de la structure interne des exploitations. Celles-ci sont, en effet, le lieu de stratégies individuelles différenciées et parfois conflictuelles. Si l’on est amené, pour des besoins de commodité, à les considérer parfois comme des entités homogènes, il faut bien avoir présent à l’esprit qu’il ne s’agit là que d’une simplification de la réalité ».2

4Les notions d’hétérogénéité et de diversité sont d’un emploi assez bien défini en écologie et peuvent faire l’objet d’une mesure comme « la diversité spécifique » par exemple. Dans les sciences sociales, elles sont prises dans leur sens courant. Il en va de même, toutes disciplines confondues, pour la notion de complexité.

  • 3 Id., p. 9.

5Cependant l’usage qui est fait de ces termes, même lorsqu’ils sont pris dans leur sens usuel, ne se veut pas simplement descriptif ; il a comme objectif d’organiser l’analyse et de construire l’objet en vue d’en comprendre le fonctionnement ou l’évolution. L’hétérogénéité fait surtout l’objet d’un constat ; elle se réfère plutôt – mais pas seulement – à l’arrangement spatial d’éléments de natures différentes (par exemple les forêts, les landes, les prés, etc. qui constituent un paysage). Ce constat est un point de départ pour la recherche, comme on l’a vu pour le Maradi. Il permet « d’identifier les grandes divisions géographiques et agro-écologiques entre lesquelles (ce département) se partage »3 et ceci va précisément être l’objet des premières étapes de la recherche. L’hétérogénéité est alors considérée comme ayant une valeur analytique. Elle oblige à mettre en évidence la multiplicité et la variabilité des facteurs qui la produisent.

  • 4 Il faut signaler que cette démarche court le risque d'être par trop réductrice si simultanément on (...)
  • 5 C. Raynaut, op. cit., p. 5.

6Le constat d’hétérogénéité a donc comme objectif de souligner la nécessité de faire des distinctions, de ne pas se contenter d’une analyse, et encore moins d’une action, uniformes. Il est en quelque sorte un appel à la rigueur dans le traitement du réel. On peut dire que cette préoccupation est le fondement même de la recherche. Ceci se traduit par toute une démarche visant à isoler des « unités homogènes », donc susceptibles, elles, d’être analysées dans des termes propres, valant pour l’entité que chacune d’elles forme4. Le constat d’hétérogénéité met d’emblée l’accent sur la diversité, invitant par là même, à la respecter, mais aussi à l’expliquer. « Des échecs répétés ont montré un peu partout qu’il y avait un long chemin à parcourir depuis le carré expérimental jusqu’au champ du paysan et que la diversité des situations concrètes ne pouvait se satisfaire d’un modèle de développement uniforme »5.

7Même préoccupation initiale et, en conséquence, même démarche de recherche à propos de l’élevage de montagne, comme le montre la citation suivante.

  • 6 Groupe de recherche INRA-ENSSAA, 1977, p. 22.

8« Mais ces explications générales sont insuffisantes pour rendre compte de la diversité des paysages et de leur évolution à l’intérieur du massif. On conçoit certes que les transformations évoquées ci-dessus puissent se combiner de façon très variable d’un site à l’autre. Mais encore faudrait-il savoir comment se font ces combinaisons : pourquoi l’agriculture s’effondre-t-elle ici alors qu’elle semble bien résister là ? Pour répondre à cette question il faut considérer des portions de territoire beaucoup plus petites que la zone d’étude formée de quatre cantons. Autrement dit, il faut une observation à plus grande échelle dans laquelle on puisse prendre en compte dans le détail les diverses interventions de l’homme sur le couvert végétal, c’est-à-dire principalement les pratiques agricoles. À défaut d’une telle finesse dans l’analyse, tout projet d’aménagement risque d’échouer »6.

9En écologie, l’hétérogénéité spatiale peut aussi avoir une valeur explicative, on le verra plus loin.

10Les termes de diversité et de complexité ont quant à eux progressivement pris, dans la démarche interdisciplinaire, le statut de termes premiers, qu’ils ont dans certaines disciplines.

11Le terme « diversité » se réfère en écologie au nombre et à la fréquence d’espèces présentes dans un territoire ; il est souvent connoté d’une idée de stabilité (Margalef, 1968 ; Odum, 1969), voire même de richesse : il y a un capital d’espèces, de gènes à préserver pour permettre l’amélioration d’espèces cultivées, la recherche de nouveaux cultivars, l’isolement de substances pharmaceutiques, la lutte biologique… Plus largement, la diversité écologique est considérée comme préservant des possibilités d’adaptation, d’innovation.

  • 7 Id., p. 119.

12Cette association de la notion de diversité et de celle de richesse transparaît aussi, quoique de façon moins nette qu’en écologie, dans la plupart des sciences sociales, comme en témoigne l’exemple qui suit. « La mise en évidence de cette diversité, qui sous-tend l’ensemble de ce chapitre, et notamment sa troisième partie souligne les capacités d’invention et d’adaptation du paysan vosgien »7.

  • 8 R. Jaulin, la Paix Blanche, introduction à l'ethnocide, Paris, Seuil, 1970, 428 p.

13Elle est à la base de l’ethnologie et de l’anthropologie : la diversité culturelle est à ces disciplines ce que la diversité biologique est à l’écologie. Elle fonde le droit à la différence et c’est sur le plan culturel (c’est-à-dire social au sens le plus large du terme) que l’action de l’homme est pour le coup vue destructrice et uniformisatrice8.

  • 9 C. Raynaut, op. cit., p. 67.
  • 10 Cf. R.M. Lagrave, « Diversité et reproduction des exploitations » et J.L. Coujard, « Diversité et d (...)

14La notion de diversité peut au contraire se connoter d’une idée d’inégalité, comme lorsqu’économistes, sociologues, géographes lui préfèrent le terme de disparité. Cette substitution de terme s’opère dès que l’on passe de l’analyse des milieux aux conditions d’existence des populations, comme le montre cette citation, également extraite de la recherche sur le Maradi. « La distribution spatiale des cultures, l’intensité des échanges commerciaux et le niveau de vulgarisation des techniques agricoles modernes sont autant de domaines où des disparités majeures marquent l’espace régional »9. Plus loin, dans cette même recherche, il sera clairement question des « inégalités entre exploitations », des « écarts », des « contrastes » existant entre une « minorité » favorisée et une « majorité » défavorisée. L’emploi de la notion de diversité est alors critiqué ; on lui reproche d’occulter ces inégalités au nom d’un empirisme purement descriptif et d’interdire ainsi toute compréhension des processus inégalitaires qui gouvernent le fonctionnement de l’économie et de la société10.

  • 11 Jean-Marie Legay, « Méthodes et modèles dans l'étude des systèmes complexes », in Marcel Jollivet, (...)

15Quant à la notion de complexité, elle est surtout employée par des théoriciens. Ceci est particulièrement vrai pour l’écologie (Pimm, 1984 ; Margalef, 1968 ; May, 1973). Dans les travaux auxquels on se réfère ici, elle est souvent associée à la notion de système et à celle de modèle11.

  • 12 Cf. Comité DMDR, « Propositions pour de premières orientations de recherches », mars 1983, in Marce (...)

16Hétérogénéité, diversité, complexité occupent une place centrale dans les recherches dont il est question ici. Ces notions expriment en effet la question clé des problématiques qui les sous-tendent : l’action de l’homme sur la biosphère n’est-elle pas inadéquate (et donc porteuses de conséquences, tant économiques et sociales qu’écologiques, négatives) parce qu’elle méconnaît la diversité et la complexité des processus, tant sociaux qu’écologiques12.

17Cette question définit les lignes de force d’un champ scientifique associant sciences naturalistes (y compris la géographie physique) et sciences sociales. Elle rencontre tout particulièrement les grandes orientations de l’écologie pour qui la diversité biologique et son devenir sont la question cruciale (Wilson, 1989 ; Huntley, 1989).

  • 13 C'est actuellement le second terme de l'alternative qui est retenu : les milieux les plus diversifi (...)

18Dans un premier temps, les écologistes ont mis l’accent sur la relation entre diversité et complexité. À travers le jeu des relations entre espèces, se constitue une communauté dont la diversité produit la complexité. La question posée est alors celle de savoir si cette complexité et cette diversité intrinsèquement liées l’une à l’autre sont un gage de stabilité ou au contraire un facteur d’instabilité de la communauté (Odum, 1969 ; May, 1973)13.

19Plus récemment, on a pris conscience de la fréquence des perturbations, de leur nécessité pour assurer le remplacement des générations (rôle des chablis et des feux par exemple) et de leur importance dans le maintien de la diversité. Dans cette conception, la structure du paysage, qui est très liée aux perturbations qu’il a subies, joue un rôle très important. Elle détermine les possibilités de dissémination des espèces et donc explique pour une part la dynamique des formations naturelles et la coexistence des espèces (Pickett et White, 1985). La diversité est alors liée à l’hétérogénéité spatiotemporelle qui est elle-même le résultat d’une histoire, celle des perturbations naturelles qui ont conduit à la mise en place d’une mosaïque de stades de régénération ou – et c’est là que l’articulation avec les sciences sociales devient possible et même indispensable – celle de l’action de l’homme qui a structuré le paysage depuis les premiers défrichements.

  • 14 Cf. Jean-Claude Lefeuvre, « l'Écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature », in Nicole M (...)

20Ce dépassement de la traditionnelle opposition entre nature et culture, la nature devenant le résultat d’un processus historique, prend une importance croissante à partir de la fin des années 70. Il permet de sortir de l’opposition d’abord posée entre une dynamique écologique naturelle, gage de diversité et de stabilité, et une activité humaine perturbatrice et uniformisatrice et va jusqu’à déboucher sur une conception inverse, selon laquelle, dans les régions tempérées au moins, l’action de l’homme contribuerait à maintenir la diversité14.

21Les différentes sciences sociales sont, quant à elles, partagées sur la place à donner à la diversité sociale dans leurs démarches, certaines (comme la géographie, l’histoire ou l’ethnologie) étant plus portées vers les démarches particularisantes, d’autres (comme l’économie et la sociologie) étant plus tentées par les démarches généralisantes.

22L’adoption de la diversité comme point de départ de l’analyse fait l’objet de débats dans toutes les disciplines, à l’exception de l’ethnologie. Cette démarche est accusée de dériver vers un hyper empirisme enlisant la recherche dans une accumulation de descriptions de cas particuliers sans débouché théorique, c’est-à-dire, en fait, sans rapports possibles avec le corps de propositions générales constitutif de la discipline.

23C’est pourtant à une démarche de ce genre qu’étaient conviés ou contraints les chercheurs en sciences sociales qui se retrouvaient dans les programmes interdisciplinaires examinés ici. À travers ces programmes, c’est en effet la plupart du temps la question des zones « marginales » (autrement dit des zones soit maintenues hors du modèle de développement économique dominant, soit condamnées par celui-ci), qui est posée. Autrement dit, c’est la diversité même, tantôt écologique, tantôt sociale, tantôt à la fois écologique et sociale, qui est directement en cause et qui est le fondement des programmes de recherche.

24Il s’agit de redécouvrir des systèmes et des pratiques techniques, des savoirs et des savoir-faire, des formes de vie sociale, en un mot des cultures (au sens anthropologique du terme) qui sont soit ignorées, soit considérées comme dépassées, soit purement et simplement détruites par les formes et les modèles modernes du développement technique et économique, afin de montrer qu’elles continuent bel et bien d’exister et d’opérer et qu’il y a lieu non seulement d’en tenir compte, mais encore, éventuellement, de les promouvoir dans une conception du développement. D’où la place centrale donnée dans ces programmes à la diversité « sociale », au sens large du terme, tant par les sciences techniques que par les sciences sociales elles-mêmes.

  • 15 Groupe de recherche INRA-ENSAA, 1977, p. 166.

25Cette diversité sociale peut être simplement constatée et mise en avant comme un en-soi. Elle peut être vue également comme un facteur d’hétérogénéité s’ajoutant à la variabilité écologique et partant de là, servir comme celle-ci de base à un argumentaire en faveur de politiques de développement diversifiées. « La plus importante (leçon de portée générale qui peut être tirée de cette recherche) est probablement que toute politique d’aménagement doit tenir compte de l’hétérogénéité des agriculteurs et des terroirs de montagne »15. Elle peut, au-delà de cela, conduire à mettre en évidence des mécanismes sociaux que l’on tend à méconnaître et qui pourtant produisent des effets par rapport à une action de développement donnée (par exemple, le rôle de la chefferie de village dans le Maradi).

26Les activités humaines étudiées mettant en jeu les milieux « naturels », les recherches rencontrent inévitablement la question de la diversité biologique, telle qu’elle est posée par les écologues. Cette question peut être abordée de façon plus ou moins directe ou plus ou moins dérivée, selon que l’on s’intéresse d’abord aux pratiques techniques ou aux évolutions des milieux. Il peut s’agir de s’interroger tantôt sur la façon dont les pratiques sociales et techniques tiennent compte de la diversité des milieux, voire l’engendrent ou au contraire la nient, tantôt sur des techniques adaptées à des milieux donnés et qu’il s’agirait de promouvoir, tantôt sur les conséquences sur les milieux de pratiques sociales multiples et plus ou moins complémentaires ou contradictoires etc.

27On se trouve donc au cœur d’un va-et-vient permanent entre la diversité biologique telle que les écologues la considèrent et la diversité sociale, saisie à travers les pratiques techniques et les usages sociaux portant sur les milieux « naturels ». C’est à travers cette convergence centrée sur la notion de diversité dans le but de comprendre comment la diversité biologique et la diversité sociale interagissent l’une sur l’autre, qu’une interdisciplinarité associant sciences de la nature, sciences techniques et sciences de la société, se pratique et se construit. C’est aussi cette convergence et les interactions multiples qu’elle suppose entre des phénomènes d’ordres très différents, que reflète en fin de compte la notion de complexité.

28On obtient par ces analyses une connaissance fine, localisée et à grande échelle des interactions entre société et nature et entre culture (au sens anthropologique du terme) et nature. C’est sans doute là l’objet particulier et le champ scientifique propre à ces travaux. Champ scientifique qui est sans doute appelé à prendre de plus en plus d’importance en raison de la pression croissante que l’homme va exercer sur les ressources et les milieux naturels.

Bibliographie

Huntley B.J., ed. (1989), Biotic diversity in Southern Africa. Concepts and conservation, Oxford Univ. Press, 380 p.

Groupe de recherche INRA/ENSSAA (1977), Pays paysans, paysages dans les Vosges du Sud ; les pratiques agricoles et la transformation de l’espace, A. Brun, J. Bonnemaire, T. Brossier, J.P. Deffontaines, Y. Houdard, P.L. Osty, M. Petit, M. Roux, J.H. Teissier, Paris, INRA, 192 p.

Jollivet M., ed. (1988), Pour une agriculture diversifiée arguments, questions, recherches, Paris, l’Harmattan, 331 p.

Margalef R. (1968), Perspectives in Ecological theory, The Univ. of Chicago Press, 121 p.

Mathieu N., Jollivet M., eds. (1989), Du rural à l’environnement, la question de la nature aujourd’hui, Paris, ARF/l’Harmattan, 352 p.

May R.M. (1973), Stability and Complexity in model Ecosystems, Princeton Univ. Press, Princeton.

Odum O.P. (1969), « The Strategy of Ecosystem Development », Science, 164, pp. 262-270.

Pickett S.T.A., White P.S., eds. (1985), The Écology of natural Disturbance and patch Dynamics, Academie Press, 472 p.

Pimm S.L. (1984), « The Complexity and Stability of Ecosystems », Nature, 307, pp. 321-326.

Raynaut C., ed. (1988), Projet de développement rural de Maradi, le développement rural de la région au village ; analyser et comprendre la diversité, Bordeaux, Groupe de recherches interdisciplinaires pour le développement (GRID), 174 p.

Soule M.E., ed. (1986), Conservation Biology: the Science of Scarcity and Diversity, Sinauer ass., 584 p.

Wilson E.O. (1988), Biodiversity, National Academie Press, 521 p.

Notes

1 C. Raynaut, 1988, p. 9.

2 Id., p. 139.

3 Id., p. 9.

4 Il faut signaler que cette démarche court le risque d'être par trop réductrice si simultanément on ne replace pas l'unité dans le contexte du paysage où elle se situe pour étudier les flux de gènes, de matière ou d'énergie entre unités (notion d’écotone).

5 C. Raynaut, op. cit., p. 5.

6 Groupe de recherche INRA-ENSSAA, 1977, p. 22.

7 Id., p. 119.

8 R. Jaulin, la Paix Blanche, introduction à l'ethnocide, Paris, Seuil, 1970, 428 p.

9 C. Raynaut, op. cit., p. 67.

10 Cf. R.M. Lagrave, « Diversité et reproduction des exploitations » et J.L. Coujard, « Diversité et diversification : une réhabilitation ambiguë », in Marcel Jollivet, 1988.

11 Jean-Marie Legay, « Méthodes et modèles dans l'étude des systèmes complexes », in Marcel Jollivet, op. cit. On trouvera dans cet ouvrage de multiples illustrations de cette association dans des recherches portant sur les systèmes de production agricole.

12 Cf. Comité DMDR, « Propositions pour de premières orientations de recherches », mars 1983, in Marcel Jollivet, op. cit.

13 C'est actuellement le second terme de l'alternative qui est retenu : les milieux les plus diversifiés sont aussi les plus fragiles (forêts tropicales : récifs de coraux...) et partant les plus menacés.

14 Cf. Jean-Claude Lefeuvre, « l'Écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature », in Nicole Mathieu et Marcel Jollivet, 1989. Cette proposition en effet peut s'appliquer aux régions tempérées où l'action de l'homme tend à diminuer et où elle semble nécessaire à la survie d'espèces qui ont évolué dans un contexte où les perturbations d'origine humaine étaient plus fréquentes. Par contre, cela ne s'applique pas aux forêts tropicales où les espèces ont évolué dans le contexte de perturbations naturelles (en dehors de toute action de l'homme) souvent très localisées dans l'espace. L'exploitation à grande échelle, le défrichement de ces forêts, le parcours... ont alors des conséquences très négatives pour la survie de nombreuses espèces (Wilson, 1988).

15 Groupe de recherche INRA-ENSAA, 1977, p. 166.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540